Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et histoire

Les élites marseillaises du XIXe siècle et leurs commerces avec l’Allemagne

Laurence Américi

Résumé

Au xixe siècle‚ la relation entre Marseille et le monde germanique se décline à la fois en termes d’origine et de modèles. La forte communauté marchande d’origine germanique contribue au cosmopolitisme renouvelé des élites économiques dans la période qui suit la Révolution. Face à l’urgence sociale dans une ville éprouvée par le blocus continental et les guerres, les liens avec l’espace germanique contribuent au renouvellement des techniques d’assistance et de la pensée philanthropique. Jusqu’aux années 1830‚ l’apport de la colonie marchande germanique contribue au dynamisme de la reconstruction marseillaise et lui ouvre des voies d’expérimentation‚ en matière sociale notamment. Par la suite‚ lorsque les dynasties s’établissent‚ les échanges culturels passent d’abord par la langue allemande, en tant qu’élément de distinction pour la formation de la jeunesse. Le voyage de formation dans les pays germaniques se combine avec les destinations méditerranéennes‚ reflétant les ambitions des milieux d’affaires marseillais.

Texte intégral

  • 1 Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. I‚ Aix-en-Proven (...)
  • 2 Charles Carrière‚ Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies mar (...)
  • 3 Roland Caty et Éliane Richard‚ Armateurs marseillais au xixe siècle, Marseille‚ Chambre d’industrie (...)

1 La ville marchande puis marchande et industrielle qu’est Marseille au xixe siècle est marquée par le cosmopolitisme‚ les milieux d’affaires étant au premier chef concernés par l’ouverture internationale. Dans un temps où les familles jouent un rôle central‚ l’apport des sources privées‚ familiales ou associatives‚ permet d’interroger les liens qui transcendent les frontières européennes alors même que les nations se construisent et s’affrontent. À Marseille‚ le commerce avec l’Allemagne s’entend d’abord au sens propre. Une importante communauté marchande germanique y est installée de longue date. Elle s’assimile au cours du xixe siècle‚ tout en animant des échanges économiques entre le port méditerranéen et les rivages germaniques. Les travaux de Pierre Échinard et d’Émile Temime‚ poursuivant ceux de Charles Carrière sur le xviiie siècle‚ ont présenté la colonie négociante de langue allemande du début du xixe siècle comme la troisième de la place‚ derrière les Suisses et les Italiens1. Ils ont montré qu’un Allemand présent à Marseille sur cinq est directement lié au grand commerce et se trouve dans une position sociale élevée. L’attachement à la ville se maintient par-delà la Révolution et ceux qui ont quitté la ville et le pays y reviennent‚ participant à la renaissance qui suit la levée du blocus continental. Marseille redevient alors un « puissant foyer d’appel pour de nouveaux négociants2 ». Le renouvellement des cadres du négoce ne concerne pas seulement les Allemands‚ ni même les étrangers. Les plus anciennes familles françaises du négoce marseillais au xixe siècle‚ les Fraissinet‚ Rabaud‚ Rostand‚ Régis ne s’installent à Marseille qu’à la fin du xviiie siècle‚ la plupart d’entre elles au début du xixe seulement3. Les parcours d’hommes d’affaires d’origine germanique permettent de mettre en évidence un phénomène précoce relevant du cosmopolitisme : l’importation de modèles sociaux. La notion de modèle doit également être appliquée au domaine culturel et notamment à la relation à la langue allemande. Nombre de familles de la grande bourgeoisie marseillaise s’attachent à l’apprentissage et à la pratique de l’allemand. Il conviendra de préciser la chronologie‚ les modalités et les objectifs qui prévalent en la matière.

2Au-delà des apprentissages scolaires‚ le rapport à l’allemand et aux pays germaniques s’établit également dans le cadre des séjours à l’étranger. De tels voyages sont caractéristiques de la formation des jeunes gens dans le monde du commerce. Si les destinations méditerranéennes sont attendues à pareille époque pour des Marseillais‚ les pays de langue allemande figurent aussi dans les destinations.

3La mise en relief de ces relations culturelles au sens large avec le monde germanique permet de préciser les voies qui conduisent les milieux d’affaires marseillais « de la Méditerranée au monde » pour reprendre l’expression de Charles Carrière.

Élites cosmopolites et importation de modèles d’action sociale

  • 4 Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance, op. cit. p. 126.

4Une nouvelle génération du négoce marseillais‚ issue parfois elle-même de l’immigration‚ accepte et assimile les négociants venus de l’étranger qui apportent à Marseille de précieux réseaux de relations4. C’est aussi le cas des Fraissinet‚ protestants du Languedoc ou encore des Bergasse‚ famille catholique d’origine lyonnaise qui s’implante à Marseille à la toute fin du xviiie siècle. Les colonies allemande et suisse reçoivent de nouveaux éléments. Les frères Imer et surtout les Bazin constituent les dynasties les plus durablement implantées‚ alliées avec les familles de la grande bourgeoisie protestante de la ville‚ les Fraissinet‚ les Couve… L’exemple des frères Hornbostel illustre la rapide implantation de négociants allemands dans l’élite marchande marseillaise.

  • 5 Gabriel Constant‚ « De Hambourg à Marseille‚ Jean-Christophe Hornbostel (1736-1832) »‚ revue Marsei (...)

5Les frères Jean-Christophe et Nicolas Hornbostel sont arrivés de Hambourg dans les années 17605. Jean-Christophe est employé dans la maison de commerce de Jacques Folsch‚ négociant allemand et consul de Suède. Jean-Christophe ne tarde pas à devenir l’associé de Jacques Folsch pour développer les relations commerciales entre Marseille‚ la Baltique et la mer du Nord. La maison de commerce‚ dont la rasion sociale est Hornbostel & Folsch, pratique le commerce nordique et celui des blés russes de Mémel et de Riga.

  • 6 Charles Carrière‚ Négociants, op. cit., p. 278.

6Jean-Christophe Hornbostel s’intègre rapidement au milieu du négoce de l’émigration du xviiie siècle. Il épouse la fille de son employeur et associé et fréquente toute la colonie germanique de Marseille6.

7Sous la Révolution‚ il s’associe à Jacques Rabaud‚ l’un des rares descendants du négoce d’Ancien régime encore en activité à Marseille. Les relations d’affaires de l’émigré allemand se nouent ainsi au plus haut niveau du négoce marseillais. Tandis que Nicolas Hornbostel quitte la France en 1792‚ Jean-Christophe reste à Marseille et exploite une raffinerie de sucre‚ toujours en association avec Folsch. En 1799‚ il installe ses bureaux et son domicile dans l’aristocratique rue d’Armény‚ ce qui atteste de son ascension sociale. Au début du xixe siècle il est retiré des affaires et se consacre essentiellement à la bienfaisance et à la fonction de doyen du consistoire protestant. Ce parcours a été possible alors que les deux frères n’appartenaient pas de naissance au monde du négoce : le père était pasteur et la mère fille de médecin. Les solidarités d’origine géographiques au sein de la communauté d’origine germanique ont joué un rôle compensateur de leur origine sociale.

8Après 1814‚ le cosmopolitisme méditerranéen s’affirme dans le groupe des hommes d’affaires marseillais par l’implantation de juifs arrivant du Comtat et d’Alep‚ de Grecs et d’Italiens.

9Ces élites renouvelées sont confrontées à une situation d’urgence sociale dans une ville qui a gravement souffert des conséquences du blocus continental et des guerres. Face à la misère et au processus de paupérisation les élites économiques‚ qui souhaitent et incitent à la reprise économique dans les années 1820‚ affirment leur mission d’assistance. Outre leur vocation à prendre en charge la satisfaction des besoins vitaux‚ les élites marseillaises sont soucieuses de former‚ d’enseigner‚ d’encadrer économiquement et moralement le peuple. Il s’agit de préparer une main-d’œuvre et de construire un marché indispensable à la sortie de crise‚ tout en pacifiant la ville‚ éléments indispensables à la reprise des affaires.

  • 7 Des grands noms de la philanthropie de la fin du xviiie siècle avaient présidé à la naissance de la (...)

10L’un des cadres d’action primordiaux est la société de Bienfaisance de Marseille. Il s’agit d’une œuvre privée‚ créée à la fin du xviiie siècle sur un modèle parisien7. Dans les années 1830‚ la société de Bienfaisance de Marseille compte 800 souscripteurs. Elle assume 40000 francs de dépenses annuelles pour l’aide alimentaire‚ la santé‚ l’éducation et la prévoyance. Ce dernier domaine recouvre à la fois le patronage des Sociétés de secours mutuel et la création d’une caisse d’Épargne. L’éclectisme apparent des formes d’intervention est loin de rendre compte d’une pratique hasardeuse. Il s’agit d’une proposition d’intervention sociale concertée‚ qui s’inscrit dans une pensée sociale en profonde évolution et qui dessine les contours de la philanthropie‚ non seulement dans la réflexion théorique mais encore dans l’action quotidienne.

  • 8 Casimir Rostan‚ Considérations sur les secours économiques et industriels et sur l’abolition de la (...)
  • 9 Hans Pohl‚ L’histoire des Caisses d’épargne au xixe siècle, t. II, La diffusion de l’idée de Caisse (...)

11Dans cette démarche‚ les philanthropes marseillais ne sont pas isolés‚ bien au contraire. Ils sont au fait de l’évolution de la pensée sociale non seulement nationale mais européenne et participent à son élaboration. Le premier xixesiècle connaît en effet un mouvement de fondation d’œuvres sociales d’une ampleur sans précédent en Europe occidentale‚ à la suite notamment des enquêtes parlementaires britanniques sur la pauvreté et du débat que leur publication suscite‚ en écho aux thèses de Malthus. Le temps est aux échanges internationaux‚ aux emprunts réciproques‚ à la circulation de l’innovation sociale. Ceci se traduit précisément à Marseille dans le cadre de la société de Bienfaisance. Dès 1809‚ son conseil de direction se donne comme objectif de rechercher les moyens d’organiser une structure « destinée à procurer les moyens de vivre économiquement et en commun aux vieillards qui auront été assez sages ou assez heureux pour faire quelques économies et qui végéteraient dans la peine s’ils se trouvaient isolés8 ». Outre l’évocation de la mission éducatrice du bienfaiteur‚ c’est tout le thème de la distinction entre « vraie et la fausse indigence » qui est abordé‚ dans la continuité du Comité de mendicité de 1790. La société marseillaise se documente et fait venir de Hambourg les statuts et règlements des premiers établissements de type caisse d’épargne. Hambourg est en effet la ville de naissance de l’idée de caisse d’épargne comme œuvre libérale‚ philanthropique et non confessionnelle de pédagogie de l’argent. C’est en 1778‚ que la « société patriotique » hambourgeoise crée une « caisse de fonds d’épargne ». Cette association était l’une des plus importantes sociétés savantes et de promotion du bien commun issue des Lumières dans l’espace germanophone. Sous l’impulsion des prospères négociants hambourgeois‚ notamment Caspar von Voght‚ la société patriotique hambourgeoise expérimente un grand nombre de techniques d’aide sociale : maison des pauvres‚ refuges et actions de prévoyance. Journaux‚ revues mais aussi tournées européennes des philanthropes assurent la diffusion de ces innovations9. Dans le cas qui nous occupe‚ le rôle des frères Hornbostel fut déterminant. Lorsque la Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône voit le jour à Marseille en 1821‚ sous les auspices de la société de Bienfaisance de Marseille‚ c’est le hambourgeois d’origine Jean-Christophe Hornbostel qui en devient le premier président. Il a œuvré au sein de la société de Bienfaisance pour favoriser l’application à Marseille du modèle hambourgeois. Il est alors âgé de 85 ans et fait figure de grand notable. Il préside le conseil d’administration de la Caisse d’épargne jusqu’à âge de 94 ans‚ sans démentir son intérêt.

12Le notable allemand reste‚ malgré son grand âge et sa parfaite inscription dans la haute société marseillaise un passeur d’expérience. Son intervention permet qu’une réflexion sociale autonome s’élabore à Marseille‚ à l’écoute des grands témoins de la philanthropie européenne. Les philanthropes marseillais se piquent d’un cosmopolitisme‚ en vogue dès la période du Directoire‚ dont les soupes à la Rumford ou les sociétés de prévoyance à l’anglaise ne sont que des exemples. Aussi‚ mettent-ils au point un projet original de caisse d’épargne‚ empruntant à la fois aux modèles allemand‚ genevois et parisien.

13Cependant‚ la réussite même de l’implantation marseillaise de ces négociants étrangers ne tarde pas à conduire à l’établissement de nouvelles dynasties locales. Aussi le lien direct ne peut-il plus relever‚ à partir des années 1830‚ de l’expérience transfrontalière d’émigrés récents. C’est alors dans le domaine culturel le plus classique‚ celui de la langue‚ que le lien entre les milieux d’affaires marseillais et l’espace germanophone s’affirme.

Apprendre l’allemand : distinction et affaires

14L’apport de l’étude des correspondances privées émanant des dynasties d’affaires marseillaises permet de mettre en évidence l’importance de la langue allemande au sein de familles sans origine germanique.

  • 10 Pierre Échinard‚ Sylvie Orsoni et Marc Dragoni‚ Le Lycée Thiers, deux cents ans d’histoire‚ Aix-en- (...)
  • 11 Élisabeth Rothmund‚ « Manuels‚ auteurs et éditeurs dans les premières décennies de l’enseignement s (...)

15Les langues vivantes constituent un domaine d’étude privilégié pour les élites marseillaises‚ notamment les élites économiques. L’enseignement dispensé aux jeunes gens et jeunes filles met l’accent sur ce domaine. L’histoire du lycée de Marseille donne des indications en ce sens. Il est acquis que dès 1833 plusieurs langues vivantes étrangères sont proposées au choix dans le cadre des « Cours spéciaux de commerce et d’industrie10 ». Certes‚ une instruction de 1829 enjoignait de proposer l’enseignement de l’anglais et de l’allemand dans tous les collèges royaux‚ mais son application fut souvent aléatoire11. À Marseille en revanche‚ on va au-delà des prescriptions en matière de langues vivantes. Outre l’arithmétique commerciale‚ les élèves des Cours spéciaux de commerce et d’industrie devaient étudier trois langues étrangères‚ dont l’allemand‚ l’anglais‚ l’italien et l’arabe‚ puis le grec moderne. Cette filière constitue une spécificité marseillaise à pareille époque‚ elle rencontre un succès notoire et contribue à garantir la faveur de l’établissement d’enseignement secondaire public marseillais auprès des parents de la classe dirigeante locale‚ mais aussi de notables étrangers. Cependant‚ un grand nombre de familles choisissent d’envoyer leurs fils étudier dans un internat éloigné.

  • 12 Monique Mombert‚ « L’enseignement de l’allemand xixe-xxe siècle‚ une discipline au risque de l’hist (...)

16Ils se montrent alors tout aussi sensibles à l’enseignement des langues vivantes et tout particulièrement de l’allemand. Le contexte marseillais est donc globalement plus favorable que la moyenne française à l’enseignement des langues étrangères aux enfants des élites. La langue allemande est en position dominante au temps de l’avènement et de la consolidation de l’enseignement des langues étrangères en France12. L’étude des pratiques des familles des élites économiques marseillaises confirme cette prééminence.

  • 13 Le fonds Rocca‚ en cours de cotation aux Archives municipales de Marseille (AM Marseille désormais) (...)

17L’ampleur du fonds de correspondance privée conservé et mis à la disposition des chercheurs par la famille des négociants Rocca permet notamment de suivre les choix relatifs à l’enseignement dispensé aux jeunes gens et aux jeunes filles depuis les années 1840 jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale13.

  • 14 AM Marseille 131 ii 17 correspondance Jean-Baptiste senior à Fribourg‚ collège de Jésuites 1842-184 (...)

18Le négociant génois François Rocca s’est installé à Marseille dans les années 1820‚ pour y créer une branche marseillaise de l’importante activité de négoce et d’armement Rocca frères par ailleurs présente à Gênes‚ Londres et Odessa. Son fils Jean-Baptiste‚ né en 1830‚ est destiné à prendre la tête de ces affaires essentiellement centrées sur le commerce méditerranéen. Après quelques années de pensionnat à Marseille‚ Jean-Baptiste suit sa scolarité secondaire dans les pensionnats jésuites suisses‚ alors en plein essor. Comme il est d’usage dans les milieux d’affaires cosmopolites marseillais‚ les fils de différentes branches alliées se retrouvent dans les mêmes établissements alors qu’ils sont originaires de différents pays riverains de la Méditerranée. En l’occurrence‚ le jeune marseillais a pour condisciple en Suisse deux cousins paternels génois‚ deux cousins maternels napolitains ainsi que le plus jeune frère de sa mère et des enfants de négociants génois correspondants de Rocca frères14. En 1842-1843‚ il est admis en classe de sixième au collège jésuite d’Estavayer‚ où il prépare son entrée au pensionnat de Fribourg. Il suit ses études secondaires à Fribourg jusqu’à la fin 1847‚ date à laquelle l’expulsion des Jésuites de Suisse entraîne la fermeture de l’établissement. Si la langue maternelle du jeune Marseillais est le français‚ il pratique couramment l’italien‚ à l’instar de tous les membres de la famille‚ et dès la sixième c’est la langue allemande que Jean-Baptiste étudie au pensionnat.

  • 15 AM Marseille 131 ii 17 lettre J14 : 20/11/1842.

19À l’issue du premier mois de classe‚ il se targue d’une troisième place en allemand : « je pense que cela vous fera plaisir »‚ écrit-il à ses parents‚ « car je sais que vous aimez que j’apprenne l’allemand‚ surtout Papa15 ». La prescription émanant de François Rocca pour l’apprentissage de l’allemand se confirme au fil des années‚ l’étude de cette langue étant un élément récurrent dans la famille Rocca‚ comme dans d’autres dynasties d’affaires marseillaises d’origine méditerranéenne.

20C’est notamment le cas de la famille de François Rozan. Arrivé des Hautes-Alpes fin xviiie siècle‚ François Rozan devient fabriquant et négociant de verre accédant à l’élite économique locale sous la monarchie de Juillet. Ses deux fils s’illustrent dans les affaires marseillaises florissantes du Second Empire. L’un d’eux‚ Eugène‚ développe l’industrie verrière alors que l’autre crée une activité métallurgique. Tous deux parlent couramment l’anglais et l’italien. Ils veillent à ce que l’allemand soit enseigné à leurs propres enfants‚ comme en témoigne la correspondance de Léonce Rozan (fils d’Eugène) sous le Second Empire.

21Le jeune homme suit alors sa scolarité secondaire puis les classes préparatoires à l’école Sainte Geneviève à Paris. Cet établissement est tenu par les Jésuites qui profitent du régime instauré par la loi Falloux pour développer un enseignement spécifique en mathématiques élémentaires et spéciales. En 1863‚ Eulalie Rozan encourage son fils dans l’étude des langues :

  • 16 Correspondance privée‚ Léonce Rozan‚ collégien et étudiant à Auteuil et à Paris‚ octobre 1860-janvi (...)

Tu as bien fait de te faire inscrire pour l’allemand il me semble bon de dégrossir cette langue pendant que tu es en pension pour l’apprendre sérieusement plus tard ; je tiens aussi beaucoup à l’anglais. Si cependant tu ne peux pas donner du temps à ces deux langues sans nuire à tes autres études renonce à celle que tu sais le moins ; mais ce n’est qu’à regret que je te verrais prendre cette détermination enfin petit‚ fais un effort suprême peut-être pourras-tu y arriver tu sais combien cela me ferait plaisir16.

  • 17 Correspondance privée‚ Léonce Rozan‚ collégien et étudiant à Auteuil et à Paris‚ octobre 1860-janvi (...)

22Lorsque l’élève se montre peu motivé‚ c’est le père qui intervient pour défendre auprès de son fils la cause de la langue allemande. Léonce‚ quant à lui‚ fait des calculs de potache comme l’indique sa correspondance avec sa sœur au moment de l’examen : « je te dirai que l’étude des langues vivantes est facultative ; j’ai donc l’anglais que je pourrai demander à être examiné. Quant à l’allemand‚ c’est une chose qui ne me sourit guère17 ».

  • 18 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ correspondance Henri Bergasse avec sa mère Marie Bergasse‚ 15/10/1911

23Henry Bergasse‚ issu d’une famille de négociants en vins‚ également élève à Sainte Geneviève un demi-siècle plus tard‚ peine lui aussi sur ses leçons d’allemand : « Ah ! Pauvre allemand comme je l’écorche ! »‚ écrit-il à sa mère18.

  • 19 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ Lettres de Marie Bergasse à Georges Le Serurier‚ 1890-1934‚ 31/12/189 (...)

24Le rôle incitateur de la mère conduit à souligner que la langue allemande trouve également place parmi les matières enseignées aux jeunes filles‚ comme en témoigne la correspondance de Marie Le Serrurier‚ future Marie Bergasse et mère d’Henry précédemment cité. Voici comment elle décrit ses occupations à l’intention de son frère‚ alors qu’elle est elle-même âgée de dix-sept ans en 1891 : « Tu sais que je travaille à la maison‚ j’aime beaucoup mes études puis j’apprends l’allemand avec Mme Nommier et le dessin avec Mme de Mertens [une célébrité artistique de Marseille]. Pour le piano […] je l’apprends à quatre mains avec une charmante dame grecque19… ». L’éducation donnée à cette jeune fille relève d’une véritable démarche de formation‚ au-delà du simple conformisme. L’enseignement artistique est prodigué par l’une des fortes personnalités artistiques qui émergent sur la scène marseillaise des années 1880. À l’instar des arts libéraux‚ l’étude de l’allemand fait partie du bagage culturel de cette jeune fille promise à un mariage au sein de la haute société marseillaise.

  • 20 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 366 : 30/10/1902.
  • 21 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 368 : 02/11/1902.
  • 22 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 370 : 05/11/1902.
  • 23 Monique Mombert‚ op. cit.

25Chez les Rocca‚ l’intérêt pour la langue germanique ne se dément pas au cours du siècle‚ bien au contraire. En 1902‚ l’apprentissage de l’allemand devient une activité qui réunit toute la famille. La correspondance familiale détaille les progrès en allemand de chacun et met en avant l’émulation d’une génération à l’autre‚ non sans humour. Comme l’écrit Rosalie de Roux‚ épouse d’Émilien Rocca‚ à son fils Jean-Baptiste : « nous avons eu deux leçons Berlitz‚ ton père commence à comprendre de petites conversations ; ton oncle le suit péniblement car il ne travaille presque pas entre les leçons20 ». Elle précise qu’Émilien Rocca « récite trois cents mots deux fois par jour ». Elle-même ainsi que ses filles profitent des cours particuliers et tous sont « fiers d’avoir compris la souscription » d’une carte postale allemande21. La méthode Berlitz est appréciée non seulement des parents mais aussi du jeune Jean-Baptiste‚ lequel a très vite l’occasion d’expérimenter dans le pays même ses connaissances fraichement acquises. « Cette méthode Berlitz est merveilleuse en onze leçons elle m’a mis en état de dire tout ce qui se rapporte à la vie quotidienne et aussi de comprendre le sens d’une conversation ». Il prend pour exemple le sermon entendu à Cologne le dimanche précédent‚ affirmant avoir « compris le sens général du sermon et même le sens des anecdotes qu’il contenait22 ». La date de 1902 coïncide avec la réforme de l’enseignement des langues étrangères dans les établissements publics par le choix de la méthode directe et de la notion de civilisation. Les enseignants d’allemand ont été particulièrement actifs dans les controverses qui ont conduit à cette réforme qui‚ à bien des égards‚ marque l’apogée de leur influence avant la Grande Guerre23. La famille Rocca reste en dehors de ces débats dans la mesure où elle ne confie pas ses fils à l’enseignement secondaire français. Le père de famille s’est donc tourné vers l’entreprise Berlitz‚ établie en France depuis plus d’une dizaine d’années et qui se montre capable de répondre à une demande de formation accélérée‚ non seulement pour le jeune homme mais aussi pour son père et son oncle‚ tous deux hommes d’affaires. La mère et une sœur se joignent à l’expérience.

  • 24 AM Marseille 131 ii enveloppe 37‚ lettre 407 : 24/05/1903.

26Les charges de l’éducation à donner à six enfants ainsi que la venue d’un septième retardent cependant l’apprentissage de madame Rocca‚ qui le déplore après une petite année de cours‚ regrettant de ne pouvoir écrire en allemand à son fils‚ alors qu’elle correspond aisément en anglais et en italien. « Nurse m’a écrit […] je vais lui écrire en anglais et à ma nourrice en italien en regrettant de ne pas pouvoir en faire autant en allemand pour Jean-Baptiste24 ».

  • 25 Sur tous ces points relatifs aux questions économiques voir les travaux de Xavier Daumalin‚ notamme (...)

27Émilien Rocca est à pareille époque à la tête de la société Rocca‚ Tassy & de Roux‚ qu’il a contribué à fonder une dizaine d’années plus tôt et qui est en passe d’imposer sa domination sur l’industrie huilière marseillaise25. Sous l’impulsion d’Émilien Rocca‚ la production est réorientée vers les beurres végétaux (notamment sous la marque Végétaline)‚ afin de faire face à une importante crise d’approvisionnement en arachides venues d’Inde. Les principaux clients pour cette nouvelle production se trouvent en Grande-Bretagne‚ aux Pays-Bas‚ en Allemagne et en Europe du Nord. En 1902‚ Émilien Rocca choisit d’implanter une usine en Allemagne‚ pour des raisons de stratégie commerciale et industrielle. L’apprentissage intensif de la langue allemande auquel il s’astreint et dans lequel l’ensemble de la famille s’investit s’inscrit donc dans ce contexte économique extrêmement précis. Il est intéressant de souligner que les affaires conduites par les Rocca bénéficient alors d’une tradition familiale déjà ancienne d’étude de l’allemand. Les attaches économiques‚ affectives et culturelles des Rocca dans le bassin de la Méditerranée restent fortes et sont entretenues par la pratique de l’italien et les échanges familiaux multiples. Cependant‚ elles se sont combinées de longue date avec une implantation commerciale en Grande-Bretagne mais surtout avec un enseignement reçu en Suisse‚ au cœur de l’Europe continentale.

28Soixante ans après que son grand-père eut étudié l’allemand en Suisse‚ Émilien Rocca renoue avec ce capital culturel‚ dans le cadre industriel. De façon particulièrement intéressante c’est à son fils aîné Jean-Baptiste qu’il confie la mission de superviser l’installation industrielle en Allemagne‚ cette mission se combinant avec la formation du jeune homme‚ alors âgé de quinze ans. Le jeune Jean-Baptiste Rocca séjourne en effet en Allemagne pendant toute l’année scolaire 1902-1903 l’apprentissage de la langue se combine avec un voyage de formation‚ ce qui relève d’une constante forte dans ces milieux d’affaires.

29L’apprentissage de la langue allemande relève tout à la fois d’un processus d’affirmation culturelle humaniste et de stratégies adaptées aux besoins de formation des futurs dirigeants d’entreprises.

Le voyage en Allemagne : destination touristique et formation

30Les correspondances privées des familles Bergasse et Rocca permettent d’illustrer de façon précise les modalités et les objectifs du voyage de formation pour une jeune fille puis pour un jeune homme.

  • 26 Les mariages de ses filles se nouent dans le milieu des grandes affaires‚ sa Marguerite épouse Jule (...)

31L’évocation d’un voyage dans les pays germaniques est en effet le thème dominant des lettres échangées par la jeune Marie le Sérurier‚ future Marie Bergasse‚ en 1890 et 1891. Les voyages d’été sont de tradition dans cette famille en voie d’affirmation sociale. Le père de famille n’est pas lui-même homme d’affaires. Il est directeur général des Douanes à Marseille‚ ce qui le met en lien direct avec le monde du grand négoce26. Les vacances d’été sont mises à profit par le couple pour voyager avec ses deux enfants célibataires. Le fils vit alors à Paris‚ où il ambitionne de faire carrière littéraire et Marie‚ âgée de 18 ans‚ termine son éducation dans le cadre familial‚ comme nous l’avons évoqué.

32Fin 1890 et jusqu’à l’été 1891‚ plusieurs lettres rendent compte de la préparation d’un « voyage en Allemagne ». Au fil des échanges entre le père et ses deux enfants ce périple est soigneusement préparé. On prévoit trente-cinq jours d’un voyage qui « prend des allures de tour d’Europe ». De Marseille‚ la famille gagne la Suisse en chemin de fer‚ puis la Bavière où elle s’attarde dans plusieurs villes moyennes. Ensuite‚ à travers le Tyrol autrichien‚ elle atteint Prague‚ puis Vienne et même Budapest… À partir de juin le père de famille envisage en effet de descendre le Danube en bateau jusqu’à Budapest et de remonter ensuite en chemin de fer jusqu’à Vienne. Le retour se fait par les Alpes italiennes et Gênes‚ d’où l’on s’embarque pour Marseille.

33La correspondance échangée entre la jeune fille et son frère au cours de ces mois de préparation témoigne de l’enthousiasme des jeunes gens envers ce projet. Marie s’exclame « moi je trouve cela trop beau et j’ai peur que l’on doive en rabattre ». Ses craintes ne portent pas sur le financement d’un tel périple mais sur la durée du voyage‚ qui pourrait excéder le temps de loisir disponible du père de famille.

  • 27 À titre de comparaison‚ on peut indiquer que le salaire annuel d’un instituteur débutant est à pare (...)

34Le coût est pourtant évalué à 980 francs par personne par l’agence Cook‚ ce qui représente une somme considérable. Le père affirme néanmoins que compte tenu du nombre de kilomètres le prix n’est pas exagéré et le voyage se fait27.

  • 28 Laurent Tissot‚ Naissance d’une industrie touristique‚ Editions Payot‚ Lausanne‚ 2000‚ p. 161.
  • 29 Tissot‚ op. cit., p. 225.

35L’agence Cook est alors la plus prestigieuse des agences de voyages européennes. En 1890‚ elle emploie près de deux milles personnes dans près de deux cents bureaux à travers le monde et vend plus de trois millions de billets de transport par an28. Le choix de la médiation de l’agence Cook relève pour ce fonctionnaire en phase d’ascension professionnelle d’une démarche d’affirmation sociale. L’agence s’est désormais départie des intentions philanthropiques de ses trente premières années et elle se présente comme le partenaire des couches les plus aisées des sociétés européennes‚ pratiquant une politique élitiste et ciblant une clientèle chic et prospère. Les stratégies commerciales de l’agence sont d’ailleurs déterminantes dans le développement de destinations touristiques alternatives à l’Italie‚ telles que la Suisse‚ les pays rhénans ou danubiens29.

  • 30 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ Lettres de Marie Bergasse à Georges Le Serurier‚ 1890-1934.

36Pour le jeune homme de la famille‚ le voyage est d’abord l’occasion de se rendre à Bayreuth où règne alors Cosima Wagner. De fait‚ la musique est une passion partagée dans cette fratrie comme dans la grande majorité des dynasties d’affaires marseillaises et la séduction culturelle exercée par les pays germaniques s’exprime aussi par la révérence envers la grande musique. La jeune fille se prépare à ce voyage en raffermissant sa maîtrise de la langue. « Je voudrais profiter‚ écrit-elle le 7 juin 1891‚ du temps qui me reste [avant le départ fixé au 11 juillet] pour fortifier mon allemand. Papa trouve que j’en ai un grand besoin et il n’a pas tout à fait tort ». Lorsqu’elle devient l’épouse de Paul Bergasse en 1893‚ le couple conserve cette habitude des grands voyages touristiques en Europe et y entraîne leurs fils30.

37Cet exemple confirme l’attention portée à la qualité de la formation littéraire‚ linguistique et artistique des jeunes filles et des jeunes gens dans des familles bourgeoises soucieuses d’affirmer la sûreté de leur bon goût et de conforter sa distinction. Il met en exergue le voyage de formation comme un véritable investissement pour qui prétend s’intégrer au milieu des élites économiques marseillaises. La familiarité avec l’Europe germanique est alors un gage de bonne éducation‚ au même titre que le voyage à Rome (très prisé dans les familles catholiques) mais moins fréquents que les séjours d’études en Grande-Bretagne presque systématiques pour les jeunes gens‚ tout au long du xixe siècle.

38Le séjour allemand de Jean-Baptiste Rocca en 1902-1093 constitue le cas le plus caractéristique. Le jeune homme est envoyé à Hambourg‚ accompagné d’un ecclésiastique chargé à la fois de veiller sur lui et de pourvoir à son instruction. Émilien Rocca‚ le père‚ exprime avec clarté le double bénéfice qu’il attend de l’expérience.

Je sais […] que tu étudies avec ardeur l’allemand‚ emploie bien l’occasion précieuse que tu as d’apprendre cette langue si utile pour nos affaires et dans l’éducation d’un homme de notre époque. Mais ne t’y fatigue pas ; tu n’as qu’à bien t’appliquer à profiter de toutes les occasions et surtout à ne pas avoir la fausse honte ridicule d’employer une langue qu’on écorche risiblement‚ lance toi et laisse rire‚ les gens intelligents applaudiront à tes efforts et tu monteras grandement dans leur estime »‚

39écrit-t-il au début du séjour de son fils à Hambourg. Dans un autre courrier il affirme : « je fais de mon côté ce que je peux et j’espère bien que quand tu reviendras pouvoir échanger quelques phrases avec mon teuton de fils qui parlera comme Guillaume lui-même ».

  • 31 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettres 369 : 04/11/1902 et 378 : 22/11/1902.
  • 32 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 382 : 06/12/1902.
  • 33 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 385 : 17/12/1902.
  • 34 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 386 : 21/12/1902.
  • 35 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 382‚ op. cit.

40Selon l’expression maternelle‚ le séjour dans le pays « c’est du Berlitz continuel gratis » et sa fonction première est l’imprégnation linguistique. Aussi n’est-il pas question de laisser le jeune homme évoluer dans un milieu francophone : « l’abbé me dit que l’on parle assez français à Hambourg c’est fâcheux pour toi‚ il faudra exiger que dans la famille où vous vous fixerez on ne parle qu’allemand »‚ précise la mère31. Mois après mois‚ les progrès linguistiques des divers membres de la famille sont évalués en comparaison de ceux de Jean-Baptiste. La mère de famille tient une véritable chronique de l’apprentissage de la langue allemande : « As-tu l’impression que l’allemand te pénètre ? Nous continuons avec régularité et ton oncle a fini par s’y mettre‚ ces jours-ci le professeur fait un récapitulatoire (sic) sur le premier livre »‚ écrit-elle par exemple32. Lorsqu’elle reçoit des nouvelles de son fils‚ elle se montre satisfaite : « je te félicite de tant travailler l’allemand‚ n’est-ce pas trop pour le mal de tête ? N’oublie pas que le mieux est de causer à tort et à travers33 ». À l’occasion des fêtes de Noël‚ elle dirige à distance le choix des présents que son fils doit offrir à ses correspondants et veille à ce qu’il effectue lui-même les achats : « il ne faut pas te plaindre de courir les magasins‚ c’est une formation et cet ennui équivaut à deux bonnes leçons : l’une de patience et l’autre d’allemand34 ». Les parents attendent de ce séjour une imprégnation linguistique mais aussi culturelle et ils ne manquent pas d’exprimer les traditionnels poncifs relatifs aux Allemands caractérisés par « leur ténacité‚ leur discipline et cet esprit de devoir nécessaire dans tous les pays pour réussir à être heureux35 ».

41L’objectif de ce voyage ne se borne pourtant pas à une imprégnation linguistique et culturelle. Il s’agit bien d’un séjour de formation‚ dans la tradition de l’éducation professionnelle des hommes d’affaires d’origine négociante. Les deux axes de cette formation demeurent le séjour dans une maison alliée et le séjour à l’étranger. Émilien Rocca entend que son fils‚ pourtant encore adolescent‚ lui rende compte de façon précise de l’installation industrielle en cours à Hambourg. Le jeune homme s’exécute‚ visite les bureaux et la fabrique et livre ses impressions sur le directeur allemand en charge de l’usine. « M. Hermann est bien gentil et parle assez bien français mais il m’a l’air peut-être un peu trop rapide de décision et n’approfondissant pas assez‚ comme il me semble l’avoir remarqué ce matin à la fabrique ».

  • 36 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettres 370 et 374 : 05/11/1902 et 09/11/1902.

42Le père apprécie‚ comme en témoigne sa réponse : « j’ai trouvé tes observations judicieuses‚ […] maintenant que le bureau a été meublé avec un peu trop de luxe il sera nécessaire‚ dans toutes les autres dépenses futures de résister à cette tendance dont je me suis aperçu depuis longtemps36 ». Certes‚ les décisions importantes sont prises par Émilien Rocca lui-même qui fait le déplacement de Marseille à Hambourg. Mais le jeune Jean-Baptiste n’est pas moins sensibilisé à la direction des établissements par le biais de ce séjour de formation qui le fait évoluer au plus près du nouvel établissement de la firme. En 1902‚ dans l’entreprise industrielle il en va comme cent ou cent cinquante ans plus tôt dans les comptoirs de commerce : le développement du capitalisme marseillais s’accompagne de liens interpersonnels qui se nouent en grande partie par le séjour des héritiers à l’étranger.

43Le basculement des intérêts marseillais des rivages méditerranéens et des comptoirs du Levant vers l’Allemagne‚ tel qu’il apparaît dans l’exemple de la famille Rocca met en relief la valeur ajoutée que l’ouverture culturelle apporte aux élites marseillaises. Il n’est pas possible de généraliser sur la base de ces exemples et il serait abusif d’en retenir un tropisme germanophile des élites économiques marseillaises du xixe siècle.

44L’enquête au sein des correspondances privées reste à approfondir et les explorations doivent être plus systématiques.

45Retenons cependant deux temps‚ et d’abord celui d’un cosmopolitisme des élites qui autorise des échanges directs d’expériences et intègre Marseille aux réseaux de pensée et d’innovation européens. Jusqu’aux années 1830‚ l’apport de la colonie marchande germanique contribue au dynamisme de la reconstruction marseillaise et lui ouvre des voies d’expérimentation sociale notamment.

46Par la suite‚ lorsque les dynasties s’établissent‚ les échanges culturels passent d’abord par la langue allemande‚ en tant qu’élément de distinction pour la formation de la jeunesse.

47Dans les deux cas‚ la référence au modèle allemand relève d’une démarche d’édification : incitation à la prévoyance et initiation aux outils financiers pour les plus pauvres‚ éducation par la pratique de la langue et l’imprégnation culturelle pour les jeunes gens.

Notes

1 Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. I‚ Aix-en-Provence‚ Édisud‚ 1989. L’importance du grand négoce nord européen à Marseille avait été décrite par Charles Carrière pour le xviiie siècle. Cette tendance se confirme au début du xixe siècle. Les Allemands fourniraient 15 % du négoce étranger (quelque 50 personnes sur 300)‚ alors qu’ils représenteraient moins de 5 % de l’ensemble des étrangers présents dans la ville en 1793. Ces grands négociants ont des liens privilégiés avec l’Europe du Nord mais ne s’y limitent pas et participent aux mêmes affaires que les animateurs de la place.

2 Charles Carrière‚ Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille‚ A. Robert‚ 1973‚ p. 70.

3 Roland Caty et Éliane Richard‚ Armateurs marseillais au xixe siècle, Marseille‚ Chambre d’industrie et de commerce de Marseille‚ 1986‚ p. 99 et suivantes.

4 Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance, op. cit. p. 126.

5 Gabriel Constant‚ « De Hambourg à Marseille‚ Jean-Christophe Hornbostel (1736-1832) »‚ revue Marseille‚ octobre-décembre 1960‚ p. 13-19.

6 Charles Carrière‚ Négociants, op. cit., p. 278.

7 Des grands noms de la philanthropie de la fin du xviiie siècle avaient présidé à la naissance de la société parisienne : Benjamin Franklin‚ l’abbé de l’Épée‚ Lavoisier‚ le duc de La Rochefoucauld-Liancourt et nombre d’aristocrates de haute lignée et de prélats éclairés.

8 Casimir Rostan‚ Considérations sur les secours économiques et industriels et sur l’abolition de la mendicité, Marseille‚ 1809‚ p. 13.

9 Hans Pohl‚ L’histoire des Caisses d’épargne au xixe siècle, t. II, La diffusion de l’idée de Caisse d’épargne au xixe siècle‚ Paris‚ Les éditions de l’épargne‚ 1993‚ p. 21.

10 Pierre Échinard‚ Sylvie Orsoni et Marc Dragoni‚ Le Lycée Thiers, deux cents ans d’histoire‚ Aix-en-Provence‚ Édisud‚ 2004‚ p. 58.

11 Élisabeth Rothmund‚ « Manuels‚ auteurs et éditeurs dans les premières décennies de l’enseignement scolaire de l’allemand »‚ Histoire de l’Éducation‚ n° 106‚ mai 2005‚ voir aussi http://histoire-education.revues.org/1076.

12 Monique Mombert‚ « L’enseignement de l’allemand xixe-xxe siècle‚ une discipline au risque de l’histoire »‚ Histoire de l’Éducation‚ n° 106‚ mai 2005. Voir également http://histoire-education.revues.org/1074.

13 Le fonds Rocca‚ en cours de cotation aux Archives municipales de Marseille (AM Marseille désormais)‚ a été mis à ma disposition. J’exprime ici ma gratitude à l’égard de mesdames Sylvie Clair‚ directrice des Archives municipales de Marseille et Marie-Noëlle Perrin‚ conservateur. Le fonds de correspondance privée Rocca (131 ii) est riche de quelques 5000 lettres échangées entre les divers membres de la famille des années 1820 à la Seconde Guerre mondiale.

14 AM Marseille 131 ii 17 correspondance Jean-Baptiste senior à Fribourg‚ collège de Jésuites 1842-1848‚ notamment lettre J2 : 23/05/1842.

15 AM Marseille 131 ii 17 lettre J14 : 20/11/1842.

16 Correspondance privée‚ Léonce Rozan‚ collégien et étudiant à Auteuil et à Paris‚ octobre 1860-janvier 1868‚ 14/10/1863.

17 Correspondance privée‚ Léonce Rozan‚ collégien et étudiant à Auteuil et à Paris‚ octobre 1860-janvier 1868‚ 04/12/1864.

18 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ correspondance Henri Bergasse avec sa mère Marie Bergasse‚ 15/10/1911.

19 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ Lettres de Marie Bergasse à Georges Le Serurier‚ 1890-1934‚ 31/12/1890.

20 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 366 : 30/10/1902.

21 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 368 : 02/11/1902.

22 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 370 : 05/11/1902.

23 Monique Mombert‚ op. cit.

24 AM Marseille 131 ii enveloppe 37‚ lettre 407 : 24/05/1903.

25 Sur tous ces points relatifs aux questions économiques voir les travaux de Xavier Daumalin‚ notamment dans Laurence Americi et Xavier Daumalin‚ Les Dynasties marseillaises de la Révolution à nos jours‚ Paris‚ Perrin‚ 2010.

26 Les mariages de ses filles se nouent dans le milieu des grandes affaires‚ sa Marguerite épouse Jules Gravier et en 1893 Marie épouse Paul Bergasse‚ qui appartient certes à la branche de la famille engagée dans la profession juridique mais qui est néanmoins proche à la fois affectivement et au plan des investissements de ses oncles‚ les hommes d’affaires Henry et Hippolyte Bergasse. En 1896‚ Charles Le Serrurier devient directeur des services commerciaux de la Chambre de commerce de Marseille.

27 À titre de comparaison‚ on peut indiquer que le salaire annuel d’un instituteur débutant est à pareille époque de 1200 francs.

28 Laurent Tissot‚ Naissance d’une industrie touristique‚ Editions Payot‚ Lausanne‚ 2000‚ p. 161.

29 Tissot‚ op. cit., p. 225.

30 AM Marseille‚ fonds Bergasse‚ Lettres de Marie Bergasse à Georges Le Serurier‚ 1890-1934.

31 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettres 369 : 04/11/1902 et 378 : 22/11/1902.

32 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 382 : 06/12/1902.

33 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 385 : 17/12/1902.

34 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 386 : 21/12/1902.

35 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettre 382‚ op. cit.

36 AM Marseille 131 ii enveloppe 36‚ lettres 370 et 374 : 05/11/1902 et 09/11/1902.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search