Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et histoire

Bonne et mauvaise réputation. Évolution de l’image ambivalente de Marseille, XIXe-XXe siècle

Céline Regnard

Résumé

L’actualité n’en finit pas de décrire Marseille comme une ville de non-droit. Au-delà de la réalité des trafics et des violences‚ on voit resurgir ici l’image négative de la capitale provençale. Cet article se propose de retracer l’histoire des imaginaires liés à la ville‚ en mettant l’accent sur la période contemporaine. Trois temps se dégagent. Avant les années 1830‚ Marseille est globalement perçue négativement, comme l’avant-poste d’un Midi frondeur et violent. Par la suite‚ le regard porté sur la ville s’adoucit quelque peu‚ à la faveur d’une folklorisation du cadre et des habitants. Mais l’embellie n’est que de courte durée : des années 1880 aux années 1980‚ la montée en puissance du crime organisé ainsi que les explosions de violences xénophobes brossent un portrait très sombre d’une ville qui apparaît déjà comme malade du crime et de l’immigration. À partir des années 1990‚ une nouvelle inflexion est sensible‚ à la faveur d’une mise en valeur du cosmopolitisme marseillais. Très largement politique, celle-ci semble battue en brèche par le retour des faits divers depuis 2010. Marseille a du mal à se défaire de sa mauvaise réputation‚ qui fait d’elle un anti-modèle dans l’ordre républicain.

Texte intégral

1 Le Guide du routard 2010 présente Marseille de la façon suivante :

  • 1 Guide du Routard‚ http://www.routard.com/guide/code_dest/marseille.htm‚ consulté le 18 octobre 2010

Deuxième ville de France‚ Marseille reste‚ d’un millénaire à l’autre‚ une immense scène de théâtre où les représentations se succèdent‚ sans temps morts. Pas de saison d’hiver ou d’été‚ pas de relâche‚ sauf en août peut-être. Marseille est une ville étonnante dont les habitants ont des talents innés de comédiens et se moquent bien d’avoir des spectateurs complices‚ car ils jouent d’abord pour eux. Drames et comédies‚ en alternance‚ sur une scène à la taille digne d’une grande métropole‚ voire d’une mégalopole‚ qui aurait pourtant gardé l’esprit de province (et l’accent de Provence). Dans ces conditions‚ rejetez les idées toutes faites sur Marseille‚ celles que vous aviez en tête avant le lever du rideau. On daignera oublier que vous avez vidé toute votre voiture au parking‚ en jetant des regards inquiets‚ après avoir pesté contre les embouteillages‚ regardé d’un air effaré‚ depuis l’autoroute‚ le paysage gâché par des blocs de béton‚ alors que vous pensiez arriver au « Pays du soleil »… Un titre d’opérette marseillaise‚ de celles qui donnèrent à la France entière‚ dans les années 1930‚ l’accent de Fernandel… L’opérette‚ la trilogie de Pagnol‚ les poissonnières… il ne manque plus que le pastis‚ la pétanque‚ le savon et la petite sieste‚ et nous voilà avec quelques-uns des clichés qui ont fait la réputation de Marseille1.

  • 2 Je tiens à remercier ici Laurence Montel pour son travail sur les représentations de Marseille‚ don (...)

2Cette étonnante entrée en matière prétend pourfendre les principaux clichés sur Marseille‚ pourtant‚ elle les reprend allègrement‚ car sans eux‚ Marseille ne serait pas tout à fait elle-même2. C’est aussi pour cela qu’on vient à Marseille‚ et les auteurs du Routard le savent bien. Ils insisteront ensuite sur la beauté cachée de Marseille‚ vanteront son cosmopolitisme‚ le charme de son urbanisation désorganisée‚ salueront les mérites culturels d’une ville en bouillonnement permanent‚ bref‚ croyant échapper à une liste de stéréotypes‚ tomberont inéluctablement dans une autre.

  • 3 Pierre Échinard‚ « La mauvaise réputation »‚ dans Jean-Claude Baillon‚ dir.‚ Marseille. Histoires d (...)
  • 4 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales Histoire Sciences sociales, vol. 44, no  (...)

3Marseille est en effet sans doute la ville de France à laquelle le mot « réputation » sied le mieux3. Bonne ou mauvaise‚ l’image de la ville ne cesse de lui coller à la peau‚ en se mêlant aux stéréotypes du Midi et de la Province. Pourtant‚ alors que les représentations paraissent toujours immuables à ceux qui les colportent‚ elles ont une histoire‚ et sont le produit d’une construction temporelle4. En historicisant leur genèse‚ nous aimerions ici rendre plus intelligible ce balancement entre des images extrêmes accolées à la ville. Comment les éléments de départ : un port‚ la mer‚ le soleil‚ une population brassée‚ une ville commerçante et industrielle à la tradition politique particulière‚ sont-ils agencés les uns aux autres au fil du temps‚ produisant une image tantôt positive‚ voire fascinante‚ tantôt négative ou répulsive ?

4 Une telle histoire s’appuie sur des sources multiples : récits de voyages‚ guides touristiques‚ sources littéraires‚ presse‚ littérature‚ théâtre‚ chanson‚ cinéma. Pour les xixe et xxe siècles‚ sans prétendre à l’exhaustivité‚ on peut mettre en lumière trois périodes où l’image de Marseille change. Lors de ces tournants émergent des stéréotypes encore mobilisés aujourd’hui dans l’imaginaire collectif : les années 1840-1850 voient Marseille passer de l’image de la capitale d’un Midi frondeur à une ville exotique sur laquelle se focalisent des fantasmagories romantiques et un folklore régional naissant ; les années 1880-1890 sont celles de l’entrée en criminalité de Marseille dans les représentations nationales ; quant aux années 1980-1990 elles marquent un retour à une image positive à travers les luttes contre le racisme et la construction d’une identité cosmopolite.

Autour de 1840-1850 : du Midi frondeur au Midi exotique

  • 5 Les stéréotypes sur les Méridionaux sont nombreux. Ne pouvant tous les évoquer ici nous renvoyons à (...)

5Avant le xixe siècle‚ le Méridional‚ c’est avant tout un Gascon5. C’est seulement au xixe siècle que se fixe l’analogie entre le Méridional et le Provençal‚ dont le Marseillais est présenté comme une figure dominante. Mais il ne fait pas de doute que‚ figure de proue ou pas‚ Marseille appartient au Midi. Or l’image du Midi est‚ depuis longtemps‚ porteuse de considérations péjoratives.

  • 6 Ibid.‚ p. 415.
  • 7 Ibid.

6Au xie siècle‚ le chroniqueur médiéval Raoul Glaber‚ considère que les Méridionaux sont « [d]es hommes vains et légers […] pleins de perversité et d’infamie6 ». La culture d’oïl est déjà considérée comme naturellement supérieure à celle du pays d’oc. Au Nord la raison‚ l’intelligence et la vertu‚ au Sud la légèreté‚ les pulsions et la violence. Cette image réapparaît périodiquement‚ notamment à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Ainsi‚ Montesquieu écrit dans le livre xiv de L’esprit des lois (1758) : « Vous trouverez dans les climats du Nord des peuples qui ont peu de vices‚ assez de vertu‚ beaucoup de sincérité et de franchise. Approchez des pays du Midi‚ vous croirez vous éloigner de la morale même ; des passions plus vives multiplieront les crimes7 ».

  • 8 François-Xavier Emmanuelli‚ Marie-Hélène Froeschlé-Chopard‚ Martine Lapied‚ Michel Terrisse et Mart (...)
  • 9 Midi rouge et Midi blanc‚ n° spécial de Provence historique, t. xxxvi‚ fasc. 148‚ avril-juin 1987.

7Les causes d’une telle désaffection sont multiples. D’une part‚ au xviiie siècle‚ le contexte de développement politique‚ social et économique des pays du Nord de l’Europe contraste avec celui des pays du Sud. La France elle-même est partagée en deux entre de riches régions de grande culture‚ industriellement développées‚ et des régions plus arides de polyculture où le développement industriel est jugé attardé. Le regard porté sur le Midi est donc largement dépréciatif. Par ailleurs‚ la faible réputation d’instruction et d’alphabétisation des régions méridionales‚ en partie justifiée8‚ contribue largement à assombrir ce tableau. En outre‚ les événements de la période révolutionnaire et impériale ont entaché la réputation régionale. Le massacre de la tour de la Glacière en Avignon en octobre 1791‚ l’intervention décisive du Bataillon du 10 août‚ parti de Marseille‚ dans la chute de la royauté‚ l’insurrection fédéraliste de l’été 1793 – violente à Marseille et Toulon – les menaces de mort contre Napoléon à Avignon et Orgon lors de son départ pour Île d’Elbe‚ l’accueil enthousiaste que Marseille‚ durement touchée par le blocus maritime‚ réserve aux Anglais en juin 1815‚ le triomphe des Ultraroyalistes dans le Midi – ainsi que la Terreur blanche – sans compter le banditisme endémique‚ tous ces éléments contribuent‚ parmi d’autres‚ à ternir l’image de la Provence et de Marseille dans l’imaginaire parisien9. Cette succession d’événements confère une identité violente aux Provençaux‚ vus comme une population sanguinaire‚ ignorante‚ superstitieuse‚ cléricale‚ réactionnaire et dénuée de sentiment patriotique.

  • 10 Victor Hugo‚ En voyage : Alpes et Pyrénées, Édition dite de l’Imprimerie nationale‚ Paris‚ 1910‚ p. (...)
  • 11 Hippolyte Taine‚ Les Origines de la France contemporaine : la Révolution, t. II‚ La conquête jacobi (...)

8Toute la littérature du début du xixe siècle est influencée par ce type de stéréotypes : c’est une idée que l’on retrouve fréquemment chez Alexandre Dumas‚ par ailleurs filleul du Maréchal Brune‚ mort massacré par la foule en Avignon‚ mais aussi chez Victor Hugo‚ Honoré de Balzac‚ Désirée Nisard et Hippolyte Taine. Victor Hugo écrit par exemple : « À Paris on querelle‚ à Avignon on extermine […] Quand le soleil du Midi frappe sur une idée violente contenue dans des têtes faibles‚ il en fait sortir des crimes10 ». Hippolyte Taine dans Les Bouches-du-Rhône décrit quant à lui « une race sensuelle‚ colérique et rude‚ sans lest intellectuel ni moral‚ en qui le mélange du Gaulois et du Latin a détruit l’humanité facile du Celte et le sérieux profond du Romain11 ». Leur propos se trouve cautionné par des analyses historiques telles que celles de Jules Michelet‚ qui écrit :

  • 12 Jules Michelet‚ Histoire de la révolution française, t. III‚ Paris‚ 1848‚ p. 284-285.

« Quel que fût le parti qui l’emportait‚ des amis de la liberté ou de la Contre-Révolution‚ on pouvait s’attendre à d’affreux forfait. Les uns et les autres avaient un terrible instrument tout prêt dans la populace mobile et barbare‚ une race métisse et trouble‚ celto-grecque-arabe‚ avec un mélange italien. Nulle n’est plus inquiète‚ plus bruyante‚ plus turbulente12 ».

  • 13 Dans un article du 24 août 1914 paru dans Le Matin, le sénateur de la Seine Auguste Gervais accuse (...)

9Dans ce sombre portrait des Provençaux‚ les descriptions de paysages sauvages et d’un climat inhospitalier entrent en écho avec la noirceur des âmes. Cette image‚ bien que redorée par la suite‚ laissera une marque dans les représentations‚ comme en témoigne sa résurgence au moment de « l’affaire du XVe corps » pendant la Première Guerre mondiale13.

  • 14 Sur le basculement des représentations dans les années 1840 voir Laurence Montel‚ op. cit.‚ p. 294.
  • 15 On retrouve ici le caractère des descriptions des paysages méditerranéens telles qu’elles existent (...)

10Il faut attendre les années 1840 pour qu’une vision renouvelée du Midi vienne s’inscrire en faux contre cette funeste réputation14. La mode est encore à la littérature de voyage‚ dernier avatar d’un romantisme en voie d’extinction. Ces descriptions du pays contribuent‚ consciemment ou non‚ à établir un portrait de la France en ses paysages. Sa richesse et surtout sa diversité sont mises en avant comme pour mieux souder un imaginaire national en voie de construction. Des images régionales s’élaborent‚ dont celle du Midi‚ qui charrie un exotisme intérieur‚ un pittoresque typiquement méditerranéen15. C’est avec de telles caractéristiques que Stendhal‚ dans Mémoires d’un touriste (1838), mais également Flaubert‚ dans ses notes de voyage‚ ou encore Dumas‚ dans Impressions de voyage : le Midi de la France (1851)‚ décrivent Marseille et les Marseillais. La beauté des sites et de la nature prend le pas sur l’image noire du Midi. Stendhal décrit l’arrivée à Marseille par la colline de la Viste :

  • 16 Stendhal‚ Mémoires d’un touriste, vol. III‚ Paris‚ Le Divan‚ 1929‚ p. 142.

« À droite‚ on vient d’apercevoir tout à coup la Méditerranée. Elle forme ici un golfe animé par une multitude de barques ; les rayons du soleil levant sèment d’étincelles les petites vagues de cette mer tranquille et mollement agitée par la brise du matin. […] En face de moi‚ je voyais cette magnifique Marseille‚ cette ville du Midi par excellence ; elle est placée au fond d’un amphithéâtre formé par des rochers arides comme tous ceux de la Provence. Mais au bas des rochers on aperçoit des arbres d’un vert foncé‚ qui marquent le cours de l’Huveaune16 ».

  • 17 On peut citer par exemple G. Bruno‚ Le Tour de France par deux enfants, Belin‚ 1877.

11Il n’est pas le seul à être fasciné par la vue que réserve l’arrivée à Marseille. Celle-ci‚ entourée de collines‚ ne se dévoile qu’au dernier moment‚ ce qui théâtralise un peu plus la découverte. D’autres reprendront ce type de description‚ qui devient presque un topos‚ pour évoquer Marseille17‚ avant que ne s’y ajoute la fascination pour la modernité liée à la traversée du tunnel ferroviaire percé au milieu du xixe siècle et à la vision de la métropole industrielle provençale.

  • 18 Sur tous ces aspects on se référera à l’introduction de Céline Regnard‚ Marseille la violente. Crim (...)

12En effet‚ à partir du Second Empire‚ les descriptions de Marseille insistent sur son développement industriel et commercial. La construction du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée‚ le développement de l’industrie et du port‚ l’activité débordante qui marque la Chambre de commerce et les rues du centre-ville‚ les transformations urbaines qui embellissent la ville18 associent durablement à la capitale de la Provence l’image d’une ville du travail. À l’exotisme des descriptions se conjugue donc la modernité‚ comme chez Charles Lenthéric‚ qui‚ dans La Grèce et l’Orient en Provence, écrit en 1878 :

La mer pénètre à l’aise dans l’enfoncement du golfe‚ comme dans une immense vasque ; […] Au fond‚ la ville […] présente‚ à première vue‚ un entassement désordonné de constructions et de monuments‚ à travers un fouillis de navires‚ de mâts‚ de vergues‚ de cordages‚ qui donnent tout d’un coup la mesure de son importance. Elle s’étale et s’étage avec orgueil dans son exubérante vitalité. Agitée‚ bruyante‚ ivre de mouvement‚ éclairée par un soleil prodigue‚ elle offre à la fois toute la gaieté des grandes villes méridionales‚ toute la force et l’animation des cités industrielles‚ maritimes et commerçantes.

  • 19 Ce cosmopolitisme sert toutefois au discours xénophobe lorsque celui-ci redouble un discours de dén (...)
  • 20 Taxile Delord‚ op. cit., p. 79.

13C’est également dans ces années-là que l’image de Marseille cosmopolite se fixe‚ sans qu’elle soit encore associée à la criminalité ni à la dégénérescence de la race19. C’est davantage un imaginaire de l’exotisme ou du grand large qui est convoqué. Les descriptions fascinées du mélange de couleurs et d’odeurs qui caractérisent les quais‚ les marchandises et la population marseillaise l’emportent sur les aspects troubles du cosmopolitisme. Ainsi‚ Taxile Delord décrit un espace de brassage dans lequel « circulent et gesticulent‚ en criant dans d’inintelligibles patois‚ des gens de toutes les contrées‚ de tous les archipels20 ». Marseille et ses habitants apparaissent comme le résultat d’une confluence d’origines méditerranéennes‚ qui‚ pour l’instant‚ est jugée avantageuse.

  • 21 Taxile Delord‚ « Le Provençal »‚ Les Français peints par eux-mêmes : encyclopédie morale du dix-neu (...)
  • 22 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais, Paris‚ Calmann Lévy‚ 1884 [réédition de 1860].
  • 23 Eugène Labiche et Marc-Michel‚ La Perle de la Canebière, comédie en 1 acte, mêlé de chants, Paris‚ (...)

14En outre‚ à partir du milieu du xixe siècle‚ se développe une littérature régionale qui contribue à façonner positivement le type du Provençal joyeux et bon vivant. C’est le cas de Taxile Delord dans Les Français peints par eux-mêmes21, mais aussi de Joseph Méry (1797-1866). Ce Marseillais‚ qui a vécu entre Marseille et Paris‚ polygraphe prolixe‚ publie en 1860 Marseille et les Marseillais, un ouvrage au ton comique‚ plusieurs fois réédité‚ dans lequel il propose au lectorat un tableau bienveillant du folklore Marseillais22. Plusieurs stéréotypes se fixent donc sous la Monarchie de juillet et le Second Empire à la faveur de descriptions locales mais aussi de regards extérieurs comme celui d’Eugène Labiche‚ dont la pièce La Perle de la Canebière‚ jouée pour la première fois à Paris en 1855‚ participe de l’élaboration de l’image positive et comique des Marseillais23. Le regard parisien comporte toutefois une forme d’indulgente condescendance‚ soulignant en filigrane la supériorité de la capitale. La Provence devient la province‚ par opposition à Paris.

  • 24 Stendhal‚ Mémoires d’un touriste, op. cit., p. 192 ; Gustave Flaubert‚ Dictionnaire des idées reçue (...)

15Globalement‚ le discours émanant de ces diverses sources fait du Marseillais l’archétype de l’épicurien provincial. Il aime la nature‚ ce penchant étant conçu comme un prolongement de son côté primitif‚ peu embarrassé de manières et de civilités. Marqué par cette simplicité‚ il sait profiter des plaisirs de la vie et est incapable d’hypocrisie. Stendhal souligne à maintes reprises « ce caractère franc‚ grossier‚ sincère‚ aux passions emportées » de même que Flaubert‚ qui ironise en décrivant les Marseillais comme des « gens d’esprit24 ». Ils sont chaleureux‚ vifs‚ d’une piété démonstrative‚ volontiers rigolards et hâbleurs‚ amateur de galéjades. Tartarin de Tarascon‚ créé par Alphonse Daudet en 1872‚ incarne parfaitement ce Méridional fanfaron‚ ridicule et attachant. On assiste bien à la circulation de stéréotypes‚ qui‚ créés localement‚ sont accentués par les Parisiens‚ puis repris par les Provençaux‚ dans un jeu de regards réciproques.

Autour de 1880-1890 : l’entrée en criminalité

16Les années 1880 et 1890 marquent un second tournant dans cette histoire des représentations de Marseille. Au cours de ces deux décennies se mettent en place les éléments principaux de la réputation sulfureuse et criminelle de la ville.

  • 25 Sur ce sujet voir Dominique Kalifa‚ L’Encre et le Sang. Récits de crime dans la France de la Belle- (...)
  • 26 Eugen Weber‚ La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale : 1870-1914, Paris : Fayard (...)
  • 27 Louis Chevalier‚ Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du x (...)
  • 28 Gérard Noiriel‚ Immigration, antisémitisme et racisme en France xixe-xxe siècle. Discours publics, (...)

17L’émergence de la presse à grand tirage‚ et‚ en son sein‚ le triomphe du fait divers‚ constitue un phénomène culturel majeur à la fin du xixe siècle25. Sous la Troisième République‚ on assiste donc à la mise en place d’un modèle culturel national26 et nationalisé dans lequel certains éléments font figure de repoussoir. Les catégories populaires des grandes villes‚ sur lesquelles la méfiance se porte depuis la Monarchie de juillet27‚ se trouvent à nouveau pointées du doigt‚ et‚ en leur sein‚ tout particulièrement les étrangers. La forte présence d’étrangers‚ particulièrement d’Italiens à Marseille‚ joue un grand rôle dans le retournement d’image de la ville. La presse‚ puissant vecteur d’opinion‚ représente le creuset de l’équation associant la criminalité à l’« immigration »‚ mot forgé en même temps que l’amalgame‚ à l’occasion de l’affaire dite des Vêpres marseillaises en 188128. Marseille se trouve donc associée au récit de la montée de la délinquance et de la criminalité que tissent les faits divers et les récits de journalistes dans le dernier tiers du siècle. Ville ouvrière et ville d’immigration‚ elle est progressivement affublée d’une réputation violente et scandaleuse. Si cette évolution est perceptible au niveau national‚ elle l’est aussi au plan local. Hommes de lettres et représentants des forces de l’ordre participent‚ par leurs analyses‚ à conforter l’idée que Marseille connaît‚ elle aussi‚ une dangereuse envolée de la criminalité.

  • 29 Laurence Montel‚ op. cit. ; Céline Regnard‚ « Terreurs de quartiers. Jeunesse et violences à Marsei (...)
  • 30 Gustave Bénédit‚ Chichois. La Police Correctionnelle. Contes. Épîtres. Pièces inédites‚ 2 vol.‚ Mar (...)
  • 31 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 4 M 9.

18L’évolution qui marque la figure du Nervi est‚ à ce titre‚ tout à fait révélatrice29. Avant les années 1880 le Nervi est un élément de l’identité locale‚ fixé par Gustave Bénédit‚ polygraphe marseillais auteur‚ en 1840‚ de Chichois ou le nervi de Monsieur Long30. L’ouvrage se compose d’une série de saynètes consacrées à Chichois‚ diminutif local de François‚ présenté comme le prototype du Nervi. Qu’est-ce qu’un Nervi alors ? Un jeune homme‚ issu des classes populaires sans être forcément nécessiteux‚ dont le comportement provocateur contredit‚ de façon presque carnavalesque‚ l’idéologie libérale de la Monarchie de juillet. Il est une figure de l’identité locale‚ non sans une certaine fierté‚ car il incarne l’irréductibilité marseillaise. C’est dans les années 1880‚ alors que la sécurité individuelle devient un des droits fondamentaux défendus par les républicains‚ que la figure du Nervi bascule‚ incarnant une réelle menace pour cet ordre. Il n’est plus question de rire alors‚ comme l’explique le Préfet des Bouches-du-Rhône qui décrit en 1894 cette « catégorie de malfaiteurs » spécialement marseillaise‚ composée d’enfants « naturels abandonnés‚ mi-sang français et italien »‚ qui vivent du trafic de prostitution‚ agissent en bandes organisées‚ et dont la capacité de nuisance paraît infinie31. Marseille‚ à travers les crimes de ses Nervis‚ incarne les fantasmes sécuritaires du temps : celui de la criminalité étrangère et de la récidive. Le vote de la grande loi sur la récidive‚ qui est aussi la loi sur la relégation‚ en 1885‚ témoigne de cette préoccupation‚ dont les cibles‚ les étrangers et les criminels‚ sont alors dénuées de caractère comique ou de capacités d’amendement. Dans les années 1900‚ le Nervi marseillais devient le pendant de l’Apache parisien. Ce n’est donc plus de contre-modèle qu’il est question mais de la place privilégiée de Marseille dans le funeste imaginaire de la ville et de la criminalité à la Belle Époque.

  • 32 Sur ce point nous renvoyons à Laurence Montel‚ Marseille capitale du crimeop. cit.

19C’est à cette période également que débute l’association de Marseille à la criminalité organisée32. Avant 1870‚ Marseille n’est pas une ville décrite pour ses bas-fonds‚ c’est Paris qui occupe l’essentiel des pages consacrées à ces quartiers mal famés. Mais l’entrée dans un système de représentations nationales qui focalisent les descriptions négatives sur les quartiers populaires des grandes villes‚ à partir du modèle parisien‚ provoque un glissement dans la vision des vieux quartiers marseillais. L’œuvre d’Horace Bertin témoigne de cette inflexion. Entre Les Heures Marseillaises publié en 1878 et Les Marseillais, mœurs et paysages paru en 1888‚ on passe de la description d’une cour des miracles‚ largement issue de l’imaginaire médiéval tel qu’il était en vogue pour décrire le peuple parisien au début du siècle‚ à une société nocturne du crime d’un nouveau genre. L’évocation des vieux quartiers mêle les thèmes du vice‚ du sexe‚ de la saleté‚ de la criminalité‚ du cosmopolitisme‚ du crime organisé.

  • 33 Ibid.

20La hantise criminelle‚ dans laquelle Marseille figurait déjà en bonne place‚ trouve un parachèvement dans l’association durable‚ qui se noue dans les années 1920‚ entre la ville et la criminalité organisée33. Si ce phénomène existait auparavant‚ il trouve alors une visibilité plus grande‚ largement relayé par la presse spécialisée‚ comme le journal Détective qui trouve là une de ses plus belles sources de vente. Marseille alors incarne le Chicago français. Entre 1928 et 1940‚ 36 des 54 articles de ce journal relatifs à la cité traitent de l’actualité criminelle et judiciaire et en particulier des vols à main armée qui rendent alors célèbres certaines figures de voleurs et leurs bandes. Il est vrai que le décor du quartier de la prostitution‚ derrière le port‚ son folklore‚ cette atmosphère un peu louche qui caractérise la nuit marseillaise‚ se prête à toutes les imaginations en quête de sensations.

  • 34 Paul Bringuier‚ Détective, 29 novembre 1928‚ cité par Laurence Montel‚ Marseille capitale du crime, (...)

21De la même façon que le cosmopolitisme marseillais devient un repoussoir dans une atmosphère xénophobe de plus en plus exacerbée à partir des années 1880‚ toute l’économie parallèle de la ville se voit alors associée à l’origine mélangée de ses acteurs. Les journalistes de Détective exploitent ce filon. Ainsi‚ Paul Bringuier‚ en 1928‚ incrimine le brassage marseillais : « Marseille au cœur immense n’accueille-t-elle pas dans les bras ouverts de ses jetées‚ toutes les passions du monde‚ tous les rebuts d’humanité‚ tous les aigris‚ tous les révoltés‚ tous les dégénérés ? ». Un peu plus tard‚ Henri Danjou s’exclame : « nulle ville ne contient plus d’indésirables que la reine de nos ports34 ».

  • 35 Laurence Montel‚ Marseille capitale du crime, op. cit.‚ p. 817.
  • 36 Blaise Cendrars‚ Le Panorama de la Pègre‚ Grenoble‚ B. Arthaud Éditeur‚ 1935‚ p. 46.

22Dans les années 1930‚ ce folklore du milieu marseillais prend des allures plus dures. La crise aidant‚ le « souffle de l’aventure se tarit35 »‚ et le milieu apparaît tel qu’il est : violent et dangereux. En outre‚ s’y ajoute‚ autour des personnages de Carbone et Spirito‚ protégés par la municipalité Sabiani‚ la corruption politique‚ ce qui fait de Marseille l’anti-modèle républicain par excellence. La légende noire du clientélisme politique est née. Blaise Cendrars résume le système en quelques mots : « Par le trafic l’argent. Par l’argent‚ l’élection. Par l’élection‚ la puissance. Par la puissance‚ l’impunité. Par l’impunité‚ le trafic. Le cycle est bien fermé36 ».

Autour de 1980-1990 : le refus du racisme et la construction d’une image cosmopolite

23Durant près d’un siècle c’est donc une image très fortement négative qui colle à Marseille‚ même si‚ dans le même temps‚ subsiste un imaginaire de l’exotisme‚ notamment en raison de l’importance de son statut de port colonial. Globalement‚ on peut pourtant dire que le cosmopolitisme marseillais charrie des représentations dépréciatives et que la ville devient un terrain d’élection pour des tensions xénophobes particulièrement vives. En 1927‚ le grand reporter Albert Londres contribue à fixer durablement l’ambiguïté de cette image de Marseille‚ à la fois exotique et canaille :

  • 37 Albert Londres‚ Marseille, porte du Sud, Paris‚ Éditions de France‚ 1927.

Je vous conduis rue des Chapeliers : voilà les gourbis‚ les bicots et les mouquères. Voilà le parfum de l’Orient‚ c’est-à-dire l’odeur d’une vieille chandelle en train de frire dans une poêle. Voilà‚ pendus aux portes‚ les moutons aux fesses vieilles et talées. Voilà les sidis rentrant à la casbah après le travail au port. Cédez le trottoir et ne parlez pas aux femmes‚ cela ferait une bagarre‚ vous êtes en territoire arabe. Vous êtes à Sfax‚ à Rabat et dans le ghetto d’Oran. Rien n’y manque. Le réchaud à café turc‚ le lumignon au plafond et la pénombre malsaine et tentante des villes méditerranéennes. Maintenant‚ sauvez-vous ; voilà les poux37 !

24Rappelons que l’entre-deux-guerres voit se succéder à Marseille des vagues migratoires d’origine plus lointaines que les précédentes (Algériens) et des afflux de réfugiés (Arméniens) qui contribuent à nourrir les discours les plus virulents. En témoigne une lettre adressée par les commerçants et propriétaires du quartier de Belsunce :

  • 38 AD BDR 7 M 792.

Nous estimons que‚ en dehors de l’énorme préjudice occasionné à l’important commerce de notre quartier par le séjour des émigrants sordides qui éloignent notre clientèle‚ il y a danger très grand pour la salubrité publique. Chacun sait combien ils sont sales‚ ennemis de toute hygiène‚ vêtus de loques crasseuses‚ ces gens-là portent dans leurs immondes haillons les germes du choléra‚ de la peste‚ des ophtalmies purulentes‚ trois maladies qui sont à l’état endémique dans leur pays. […] Il y a d’autres quartiers déserts dans notre ville‚ où ces caravansérails ont leur place tout indiquée38.

25Pourtant‚ dans le même temps‚ le cosmopolitisme ne cesse jamais d’être un idéal marseillais‚ une illustration de ce que serait une société idéale. En 1972‚ l’anthropologue Francis Lesme‚ spécialiste des migrations‚ voyait sa ville comme le lieu du « vivre ensemble » par excellence. Chaque migrant‚ selon lui‚ était certain de trouver un toit‚ de la nourriture chez un « frère » notamment au quartier de la porte d’Aix qu’il considérait comme le lieu le plus interculturel de Marseille :

  • 39 Provence, bulletin de l’association des anciens élèves‚ Marseille‚ n° 4‚ mai 1972‚ cité par Yvan Ga (...)

Les gens parviennent à s’entendre […] ce quartier a pris peu à peu une vocation internationale dont il vit aujourd’hui et qui fait sa raison d’être […] Israélites‚ Arabes‚ Noirs‚ Italiens‚ Français de condition modeste… se côtoient. C’est leur complémentarité qui permet l’animation du quartier39.

  • 40 Yvan Gastaut‚ « Marseille‚ épicentre de la problématique du racisme en 1973 »‚ Migrance, n° 25‚ 200 (...)

26Cet irénisme est toutefois balayé par la flambée raciste de 197340. Le 25 août‚ le traminot Émile Guerlache est assassiné en plein centre-ville par un travailleur Algérien‚ par ailleurs malade mental. Cet acte de démence déclenche une flambée de xénophobie jamais égalée en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Il faut dire que la récupération politique de ce fait-divers‚ si dramatique soit-il‚ est immédiate. Le 26 août‚ le Méridional‚ quotidien de droite dure‚ publie un édito de Gabriel Domenech‚ son rédacteur en chef‚ proche de l’OAS. On peut y lire :

  • 41 Cité par Yvan Gastaut‚ « Marseille‚ épicentre de la problématique du racisme »‚ op. cit.

La folie n’est pas une excuse‚ cet assassin‚ les pouvoirs publics sont gravement coupables de l’avoir laissé pénétrer sur notre territoire. Nous en avons assez ! Assez de voleurs algériens‚ assez de casseurs algériens‚ assez de fanfarons algériens‚ assez de trublions algériens‚ assez de syphilitiques algériens‚ assez de violeurs algériens‚ assez de proxénètes algériens‚ assez de fous algériens‚ assez de tueurs algériens. Il faut trouver un moyen de les marquer et de leur interdire l’accès au sol français. Un jour ou l’autre‚ il faudra employer les CRS‚ les gardes mobiles‚ les chiens policiers pour détruire les casbahs marseillaises si d’ores et déjà des mesures ne sont pas prises pour limiter l’immigration algérienne et toutes les plaies sociales qui en découlent. Ne se sentant pas protégés‚ les citoyens risquent d’avoir recours à des actes de justice directe qui ne pourront qu’entraîner le désordre41.

  • 42 Dornel Laurent‚ La France hostile, socio-histoire de la xénophobie en France 1870-1914, Paris‚ Hach (...)

27Alors que cette diatribe reprend tous les éléments traditionnels du racisme et de la xénophobie42‚ l’appel au meurtre est à peine déguisé. Or‚ dans un climat de tension extrême‚ il est entendu. En un mois‚ douze arabes sont victimes d’attentats racistes dans la région. Les rancœurs postcoloniales attisent le conflit. Dans la population marseillaise se côtoient en effet non seulement des pieds-noirs et des immigrés algériens mais également des harkis. Marseille apparaît‚ à la suite de ces événements qui marquent toute la fin de l’année 1973‚ comme le symbole du « problème » de l’immigration en France. En témoignent non seulement la forte médiatisation de ces événements‚ mais également celle des questions de l’immigration et du racisme‚ sans cesse associées à Marseille dans les années qui suivent. Le cosmopolitisme marseillais semble soudain inquiétant et dangereux. Et‚ si la tension retombe quelque peu après 1975‚ les tensions intercommunautaires marquent durablement la ville‚ comme en témoigne le succès du Front national qui‚ aux municipales de 1983 récolte deux fois plus de voix à Marseille que dans la moyenne nationale.

  • 43 Yvan Gastaut‚ « Marseille cosmopolite après les décolonisations… »‚ op. cit.
  • 44 En témoigne la somme publiée sous sa direction Migrance. Histoire des migrations à Marseille, Aix-e (...)

28Si Marseille est aujourd’hui devenue un symbole d’ouverture et de cosmopolitisme‚ on le doit donc à un tournant – largement politique – pris dans les années 198043. En effet‚ la société marseillaise‚ fortement brassée‚ n’a pas foncièrement changé depuis la fin des années 1970. En revanche l’identité de la ville est assurément devenue un enjeu pour plusieurs types d’acteurs sociaux. Les universitaires prennent rapidement position dans le combat contre le racisme et la xénophobie‚ renouant avec une tradition antérieure aux événements de 1973. Ainsi‚ en 1986‚ est organisé à l’Université de Provence un colloque intitulé « Marseille cosmopolite »‚ réunissant par ailleurs des représentants de différentes communautés‚ et rappelant que l’identité de la ville repose sur ce brassage. On ne peut que souligner ici le rôle d’Émile Temime‚ historien de l’Espagne et de l’immigration à Marseille‚ qui ne cessa‚ durant toute sa carrière‚ de louer les vertus de la ville-carrefour44. La société civile n’est pas en reste‚ comme en témoigne la grande manifestation rassemblant 25000 personnes et les représentants de 120 associations proches du Parti Socialiste à Marseille en juin 1987 sous la bannière « Marseille fraternité ». Ce souffle nouveau est en outre porté par le champ politique. À la mort de Gaston Defferre‚ le cercueil est porté symboliquement par 8 jeunes gens d’origines différentes. Dans la continuité‚ la municipalité Vigouroux est élue en 1989 sur un programme intégrant les valeurs d’ouverture et de tolérance. En 1990‚ le nouveau maire favorise en outre l’association « Marseille espérance » dont le but est de promouvoir les rencontres interculturelles et d’apaiser les tensions raciales. Toutefois‚ la volonté politique ne fait pas tout. Les problèmes de cohabitation persistent‚ de même que les violences racistes‚ comme en témoigne le meurtre du jeune Ibrahim Ali‚ d’origine comorienne‚ le 21 février 1995. Marseille acquiert dès lors une image profondément ambiguë‚ qu’elle n’a toujours pas perdue aujourd’hui‚ celle d’une ville ouverte mais paradoxalement intolérante.

  • 45 Yvan Gastaut‚ « Marseille cosmopolite après les décolonisations… »‚ op. cit.
  • 46 Stéphane Mourlane‚ « L’historiographie des migrations à l’époque contemporaine en Provence (1960-20 (...)
  • 47 Gilles Suzanne‚ « La controverse du cosmopolitisme marseillais (enquête) »‚ Terrains et Travaux, EN (...)
  • 48 Stéphane Mourlane‚ « L’OM‚ un club aux couleurs de l’immigration maghrébine à Marseille ? »‚ Migran (...)
  • 49 http://www.mp2013.fr/presentation-2/marseille-provence-2013-cest-quoi/prologue

29En effet‚ le cosmopolitisme des années 1990 et 2000 est très largement une production intellectuelle‚ une « marque de fabrique » marseillaise45. Alors que les travaux universitaires‚ y compris ceux des historiens de Marseille et de la Provence‚ entreprennent désormais d’écrire l’histoire de l’immigration46‚ non sans insister sur les facultés intégratrices de la société marseillaise‚ c’est tout un monde culturel local qui développe l’idée d’une identité marseillaise forte de son métissage47. Dans le roman (Jean-Claude Izzo)‚ dans le cinéma (Robert Guédiguian‚ Karim Dridi)‚ dans la musique (IAM‚ Massalia Sound System)‚ des voix fortes‚ relayées par un tissu associatif dense‚ portent ce discours localement et nationalement. Ce métissage se met en scène à Marseille‚ notamment dans les tribunes de l’OM48. En juin 1999‚ Massalia‚ la grande fête des 2600 ans de la fondation de la ville met en avant ses origines brassées et ses apports culturels multiples. D’une certaine manière‚ Marseille 2013 sera aussi l’occasion de célébrer‚ selon le projet officiel‚ le « dialogue millénaire et toujours contemporain entre les cultures d’Europe et de Méditerranée49 ».

  • 50 Dominique Pons‚ « Marseille ou le mythe vacillant de l’intégration »‚ dans Le Monde diplomatique‚ j (...)
  • 51 Julia Amalia Heyer‚ « La ville laboratoire »‚ dans Courrier international, no 1096‚ 3 au 9 novembre (...)

30Quelles que soient les réactions suscitées par ce discours‚ enthousiastes ou dubitatives‚ force est de constater son efficience voire sa domination dans ce qui constitue une identité locale fortement teintée de mythe. Ainsi‚ en 1997 Dominique Pons écrivait‚ non sans une certaine amertume : « La ville regarde son destin lui échapper‚ en soupirant que c’était plus facile naguère. Mais elle en était alors seule maîtresse. Le formidable art-de-vivre-avec-les-autres qu’elle avait su façonner au fil des ans ne fonctionnera bientôt plus. L’argent‚ le marché‚ la spéculation‚ les taux d’intérêt‚ les mutations sociales‚ ajoutés à ses propres erreurs‚ imposent à la vieille cité‚ qui s’en est toujours moquée‚ des concepts qu’au fond d’elle-même elle récuse. Marseille risque d’y laisser son âme50 ». En 2011‚ une journaliste du Spiegel faisait sienne ce sombre bilan : « Cité d’immigration‚ Marseille a expérimenté au plus profond de sa chair l’intégration à la française. Mais‚ depuis quelques années‚ les crispations sont plus fréquentes51 ». Constater le déclin du modèle marseillais‚ c’est entériner son existence ainsi que la puissance du mythe‚ en France et à l’étranger. Réel ou déclinant‚ le mythe du cosmopolitisme marseillais court toujours…

  • 52 Alain Corbin‚ « Paris-Province »‚ dans Pierre Nora‚ dir.‚ Les Lieux de mémoire, t. III Les France, (...)

31À travers les trois moments mis en évidence ici‚ on a pu percevoir la force et l’ambiguïté d’une image de Marseille construite au fil du temps au gré de contextes politiques changeants. Celle-ci est constitutive des représentations nationales et locales de la ville‚ les unes se nourrissant des autres dans un jeu d’allers-retours permanents. Marseille n’est-elle pas finalement‚ pour beaucoup de Français‚ a fortiori pour les Parisiens‚ l’archétype de la Province52‚ autrement dit de l’Autre ?

  • 53 Bernard Falga et Catherine Wihtol de Wenden‚ Au miroir de l’Autre, Paris‚ Cerf‚ 1994 ; Pierre-André (...)
  • 54 Jocelyne Cesari‚ Alain Moreau et Alexandra Schleyer-Lindenmann‚ « Plus Marseillais que moi, tu meur (...)

32Or‚ comme l’ont montré bien des travaux en sciences humaines‚ l’identité se définit toujours par rapport à un Autre‚ tantôt adulé tantôt exécré53. Ce jeu de regards contribue aussi à renforcer‚ chez celui qui est alors désigné comme l’Autre‚ les particularismes supposés. Marseille et les Marseillais revendiquent très tôt cette identité spécifique‚ insulaire‚ qui les place en quelque sorte en marge de la Nation. Elle se manifeste à travers le fameux slogan‚ « fiers d’être Marseillais »‚ dont les tribunes du Stade vélodrome ne sont pas les seuls lieux d’expression54. La force du mythe marseillais est donc peut-être tout simplement celle d’une identité locale exprimée avec d’autant plus de virulence à mesure des progrès de la constitution de la Nation depuis la Révolution française‚ malmenée par les décolonisations‚ questionnée par la mondialisation.

  • 55 Yvan Gastaut‚ Stéphane Mourlane et Ralph Schor‚ Nice cosmopolite‚ 1860-2010‚ Paris‚ Autrement‚ 2010

33Marseille devient alors‚ dans les représentations nationales‚ l’archétype de la résistance à une culture dominante. Pourtant‚ bien qu’historiquement interprétée‚ cette particularité n’a de cesse de surprendre au regard de l’histoire d’autres villes. Alors que la nature méditerranéenne est tout aussi exubérante‚ la population étrangère tout aussi nombreuse‚ et la criminalité tout aussi remarquable‚ Nice ne suscite pas les mêmes passions ni les mêmes clichés55. Tout autant que l’archéologie du mythe marseillais‚ c’est donc une histoire comparative des représentations des villes méridionales qu’il faudrait écrire.

Notes

1 Guide du Routard‚ http://www.routard.com/guide/code_dest/marseille.htm‚ consulté le 18 octobre 2010.

2 Je tiens à remercier ici Laurence Montel pour son travail sur les représentations de Marseille‚ dont je reprends dans cet article un certain nombre de démonstrations. Laurence Montel‚ Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820- 1940), thèse histoire‚ Université Paris-X Nanterre‚ 2008.

3 Pierre Échinard‚ « La mauvaise réputation »‚ dans Jean-Claude Baillon‚ dir.‚ Marseille. Histoires de famille, Paris‚ Autrement‚ série « Monde »‚ hors-série no 36‚ février 1989‚ p. 142-156 ; Olivier Boura‚ Marseille ou la mauvaise réputation‚ Paris‚ Arléa‚ 1998.

4 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales Histoire Sciences sociales, vol. 44, no 6, 1989, p. 1505-1520.

5 Les stéréotypes sur les Méridionaux sont nombreux. Ne pouvant tous les évoquer ici nous renvoyons à Georges Liens‚ « Le stéréotype du Méridional vu par les Français du Nord de 1815 à 1914 »‚ Provence historique‚ t. xxvii‚ fasc. 110‚ octobre-décembre 1977‚ p. 413-431. Pour les descriptions littéraires voir Dominique Jacobi‚ « Des regards croisés‚ Marseille et la littérature au xixe siècle »‚ dans Marseille au xixe siècle, rêves et triomphes, Marseille‚ 1991‚ p. 393-411.

6 Ibid.‚ p. 415.

7 Ibid.

8 François-Xavier Emmanuelli‚ Marie-Hélène Froeschlé-Chopard‚ Martine Lapied‚ Michel Terrisse et Martine Vasselin‚ La Provence moderne 1481-1800‚ Rennes‚ Ouest France université‚ 1991‚ p. 273.

9 Midi rouge et Midi blanc‚ n° spécial de Provence historique, t. xxxvi‚ fasc. 148‚ avril-juin 1987.

10 Victor Hugo‚ En voyage : Alpes et Pyrénées, Édition dite de l’Imprimerie nationale‚ Paris‚ 1910‚ p. 221-225.

11 Hippolyte Taine‚ Les Origines de la France contemporaine : la Révolution, t. II‚ La conquête jacobine, Paris‚ 1881‚ p. 150.

12 Jules Michelet‚ Histoire de la révolution française, t. III‚ Paris‚ 1848‚ p. 284-285.

13 Dans un article du 24 août 1914 paru dans Le Matin, le sénateur de la Seine Auguste Gervais accuse le XVe corps‚ composé essentiellement de Méridionaux‚ de n’avoir pas défendu avec courage les couleurs nationales au champ d’honneur. S’en suivent des injures et des brimades à l’encontre des Méridionaux‚ dont la réputation restera durablement entachée par cette calomnie infondée‚ cf. Georges Liens‚ op. cit.‚ p. 413.

14 Sur le basculement des représentations dans les années 1840 voir Laurence Montel‚ op. cit.‚ p. 294.

15 On retrouve ici le caractère des descriptions des paysages méditerranéens telles qu’elles existent par exemple pour l’Italie cf. parmi d’autres Gilles Chabaud‚ « Aux origines du tourisme : les Grands Tours de l’époque moderne »‚ Relations internationales‚ no 102‚ été 2000‚ p. 147-159.

16 Stendhal‚ Mémoires d’un touriste, vol. III‚ Paris‚ Le Divan‚ 1929‚ p. 142.

17 On peut citer par exemple G. Bruno‚ Le Tour de France par deux enfants, Belin‚ 1877.

18 Sur tous ces aspects on se référera à l’introduction de Céline Regnard‚ Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes‚ PUR‚ 2009.

19 Ce cosmopolitisme sert toutefois au discours xénophobe lorsque celui-ci redouble un discours de dénigrement des possédants comme chez Flora Tristan ou Émile Zola décriant l’origine des patrons et le mercantilisme. Cf. Flora Tristan‚ Le Tour de France : état actuel de la classe ouvrière sous l’aspect moral, intellectuel, matériel‚ Paris‚ Éd. Tête de feuilles‚ 1973 ; Émile Zola‚ Les Mystères de Marseille‚ Paris‚ Charpentier‚ 1884.

20 Taxile Delord‚ op. cit., p. 79.

21 Taxile Delord‚ « Le Provençal »‚ Les Français peints par eux-mêmes : encyclopédie morale du dix-neuvième siècle‚ Province‚ t. VII‚ Paris‚ L. Curmer‚ 1841‚ p. 65-88.

22 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais, Paris‚ Calmann Lévy‚ 1884 [réédition de 1860].

23 Eugène Labiche et Marc-Michel‚ La Perle de la Canebière, comédie en 1 acte, mêlé de chants, Paris‚ Michel Lévy frères‚ 1855.

24 Stendhal‚ Mémoires d’un touriste, op. cit., p. 192 ; Gustave Flaubert‚ Dictionnaire des idées reçues, Paris‚ Conard‚ 1913.

25 Sur ce sujet voir Dominique Kalifa‚ L’Encre et le Sang. Récits de crime dans la France de la Belle-époque de 1894 à 1914‚ Paris‚ Fayard‚ 1995 ; Crime et Culture au xixe siècle‚ Paris‚ Perrin‚ 2005 et Anne-Claude Ambroise-Rendu‚ Peurs privées‚ angoisse publique. Un siècle de violence en France‚ Larousse‚ 1999 ; Petits récits des désordres ordinaires. Les faits divers dans la presse française des débuts de la Troisième République à la Grande Guerre‚ Seli Arslan‚ 2004.

26 Eugen Weber‚ La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale : 1870-1914, Paris : Fayard‚ 1988.

27 Louis Chevalier‚ Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris‚ Plon‚ 1958.

28 Gérard Noiriel‚ Immigration, antisémitisme et racisme en France xixe-xxe siècle. Discours publics, humiliations privées, Paris‚ Fayard‚ 2007‚ p. 151 et suivantes.

29 Laurence Montel‚ op. cit. ; Céline Regnard‚ « Terreurs de quartiers. Jeunesse et violences à Marseille (1850-1914) »‚ dans Xavier De Weirt et Xavier Rousseaux‚ dir.‚ Violences juvéniles urbaines en Europe‚ Presses Universitaires de Louvain‚ Louvain‚ 2011‚ p. 143-160.

30 Gustave Bénédit‚ Chichois. La Police Correctionnelle. Contes. Épîtres. Pièces inédites‚ 2 vol.‚ Marseille‚ Société des Amis des Arts‚ Imp. Barlatier-Feissat père et fils‚ 1876.

31 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 4 M 9.

32 Sur ce point nous renvoyons à Laurence Montel‚ Marseille capitale du crimeop. cit.

33 Ibid.

34 Paul Bringuier‚ Détective, 29 novembre 1928‚ cité par Laurence Montel‚ Marseille capitale du crime, op. cit. p. 751 ; Henri Danjou cité par Émile Temime‚ Histoire de Marseille, de la Révolution à nos jours, Paris‚ Perrin‚ 1999‚ p. 227.

35 Laurence Montel‚ Marseille capitale du crime, op. cit.‚ p. 817.

36 Blaise Cendrars‚ Le Panorama de la Pègre‚ Grenoble‚ B. Arthaud Éditeur‚ 1935‚ p. 46.

37 Albert Londres‚ Marseille, porte du Sud, Paris‚ Éditions de France‚ 1927.

38 AD BDR 7 M 792.

39 Provence, bulletin de l’association des anciens élèves‚ Marseille‚ n° 4‚ mai 1972‚ cité par Yvan Gastaut‚ « Marseille cosmopolite après les décolonisations. Un enjeu identitaire »‚ Cahiers de la Méditerranée, n° 67‚ 2003.

40 Yvan Gastaut‚ « Marseille‚ épicentre de la problématique du racisme en 1973 »‚ Migrance, n° 25‚ 2005‚ p. 2-35 ; L’immigration et l’opinion en France sous la Ve République, Paris‚ Seuil‚ 2000.

41 Cité par Yvan Gastaut‚ « Marseille‚ épicentre de la problématique du racisme »‚ op. cit.

42 Dornel Laurent‚ La France hostile, socio-histoire de la xénophobie en France 1870-1914, Paris‚ Hachette littératures 2004 et Gérard Noiriel‚ Immigration, antisémitisme et racisme en France xixe-xxe siècle. Discours publics, humiliations privées, Paris‚ Fayard‚ 2007.

43 Yvan Gastaut‚ « Marseille cosmopolite après les décolonisations… »‚ op. cit.

44 En témoigne la somme publiée sous sa direction Migrance. Histoire des migrations à Marseille, Aix-en-Provence‚ Édisud‚ 4 tomes‚ 1991‚ rééditée en 1 volume chez Jeanne Laffitte à Marseille en 2007‚ mais aussi son introduction‚ « Au carrefour des suds »‚ dans Pascal Blanchard‚ Gilles Boëtsch‚ dir.‚ Marseille, Porte Sud. Un siècle d’histoire coloniale et d’immigration, Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 2005‚ p. 7-11.

45 Yvan Gastaut‚ « Marseille cosmopolite après les décolonisations… »‚ op. cit.

46 Stéphane Mourlane‚ « L’historiographie des migrations à l’époque contemporaine en Provence (1960-2010) »‚ Provence historique‚ t. LXI‚ fasc. 246‚ 2011‚ p. 537-550.

47 Gilles Suzanne‚ « La controverse du cosmopolitisme marseillais (enquête) »‚ Terrains et Travaux, ENS Cachan‚ 2007/1‚ n° 14‚ p. 149-168.

48 Stéphane Mourlane‚ « L’OM‚ un club aux couleurs de l’immigration maghrébine à Marseille ? »‚ Migrance‚ n° 29‚ 2008‚ p. 117-121.

49 http://www.mp2013.fr/presentation-2/marseille-provence-2013-cest-quoi/prologue

50 Dominique Pons‚ « Marseille ou le mythe vacillant de l’intégration »‚ dans Le Monde diplomatique‚ juillet 1997.

51 Julia Amalia Heyer‚ « La ville laboratoire »‚ dans Courrier international, no 1096‚ 3 au 9 novembre 2011‚ p. 3.

52 Alain Corbin‚ « Paris-Province »‚ dans Pierre Nora‚ dir.‚ Les Lieux de mémoire, t. III Les France, vol. 1 Conflits et partages‚ Bibliothèque illustrée des histoires‚ NRF‚ Paris‚ Gallimard‚ 1992‚ p. 777 – 823.

53 Bernard Falga et Catherine Wihtol de Wenden‚ Au miroir de l’Autre, Paris‚ Cerf‚ 1994 ; Pierre-André Taguieff‚ La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris‚ La Découverte‚ 1987.

54 Jocelyne Cesari‚ Alain Moreau et Alexandra Schleyer-Lindenmann‚ « Plus Marseillais que moi, tu meurs » Migrations, identités et territoires à Marseille‚ Paris‚ L’Harmattan‚ 2001 ; André Donzel et Jacques Guilhaumou « Marseille‚ ville de tradition civique »‚ Faire savoirs, no5‚ 2005.

55 Yvan Gastaut‚ Stéphane Mourlane et Ralph Schor‚ Nice cosmopolite‚ 1860-2010‚ Paris‚ Autrement‚ 2010.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search