Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et histoire

Marseille ville-mythe ? Lieux communs et lieux de mémoire

Texte intégral

  • 1 « … und so könnte denn eines Tages vielleicht der Name eines deutschen Philosophen sich von Marseil (...)

« … et ainsi il se peut qu’un jour ce soit depuis Marseille jusqu’à Berlin que se sera fait connaître le nom d’un philosophe allemand1 ».

  • 2 Émile Temime‚ « Préface »‚ dans Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance : Histoire des migrations (...)

« Marseille‚ ville-carrefour‚ c’est un truisme (mais les lieux communs contiennent parfois des vérités indispensables à rappeler)2 ».

  • 3 Blaise Cendrars‚ L’Homme foudroyé‚ cité dans Pascal Urbain et Daniel Drocourt‚ Architectures histor (...)

1Son rapport bien particulier à la profondeur historique et à la topographie justifie de se focaliser sur le mythe de Marseille plutôt que sur son image. De manière générale‚ l’imaginaire associé à une ville transcende l’ordre du visible‚ puisant également à des récits‚ à des rumeurs‚ à des opinions. Dans le cas de Marseille‚ cela mène jusqu’à la polarisation du visible et de l’invisible. Celle-ci participe pleinement du régime du mythe‚ puisque ce que l’on voit ne se comprend qu’au prix de maints détours par le passé‚ de sombres ruelles et de lointaines contrées‚ par ce qui est fictif‚ invisible ou qui n’est plus visible. Pour ne citer que quelques exemples : le rocher du Château d’If ne « vit » que par un roman ; la criminalité connaît ses propres règles‚ raisons et spectacles ; le plus ancien et plus grand baptistère provençal de l’Antiquité tardive fut détruit pour céder la place à la cathédrale de la Major. Et comme l’explique Marc Bouiron dans sa contribution à cette section‚ Marseille‚ dans l’imaginaire collectif‚ reste obstinément une « ville antique sans monuments ». Blaise Cendrars avait déjà remarqué la chose : « … quelle leçon pour les urbanistes ! Marseille‚ presqu’aussi ancienne que Rome‚ ne possède aucun monument. Tout est rentré sous terre‚ tout est secret. Et c’est là l’image de la chance de Marseille3 ». Les excès marseillais se racontent autant qu’ils se voient‚ et qui plus est‚ le « sens » de tout ce qui se donne à voir‚ à entendre‚ obéit aux mêmes règles que le « sens » d’un mythe.

2C’est la structure mythique‚ le renvoi à des origines insaisissables mais déterminantes‚ qui pour Marseille dépasse de loin le seul fait de compter un mythe fondateur à son actif – un mythe qui par ailleurs aiguise la curiosité historique avec son « noyau » factuel d’une première colonisation phocéenne vers 600 avant notre ère. Cette structure mythique concerne précisément l’« identité » marseillaise à travers le temps et l’espace‚ en tant qu’ensemble urbain‚ être collectif‚ ainsi qu’ordonnance de flux humains‚ d’idées et de marchandises. Le mythe conserve et transmet l’impensé et parfois l’impensable de l’histoire. Il la commente et conditionne‚ avant tout en conférant du sens plastique à une « identité »‚ qu’elle soit avouée ou pas‚ stable ou précaire. De là l’étrange singularité du mythe de Marseille‚ au double sens du terme. S’il convient de parler‚ au singulier‚ du mythe de la ville‚ et non pas de ses mythes (malgré la panoplie d’images‚ de lieux et de récits qui le composent)‚ il semble aussi bien évident que Marseille entretient un rapport privilégié avec le mythe‚ grâce aux configurations géographiques‚ politiques et identitaires héritées de l’histoire.

  • 4 Marcel Roncayolo‚ Lectures de villes. Formes et temps‚ Marseille‚ Parenthèses‚ 2011‚ p. 11.

3Marseille‚ selon Marcel Roncayolo‚ la « ville-mythe » de la France‚ aux antipodes de Paris4‚ fait figure de l’Autre à l’intérieur de la Nation‚ à tort ou à raison. Pourra-t-on se contenter de remettre en question le bien-fondé du statut particulier de Marseille dans l’imaginaire national‚ ou devra-t-on passer à l’analyse des contextes qui ont favorisé ce développement ? Dans sa contribution‚ Céline Regnard propose de revoir le lieu commun de l’« exception marseillaise » à la lumière des faits divers et historiques‚ discutant ainsi sa légitimité. Cependant‚ son analyse comporte trois phases clés qui chacune signalent les contextes particuliers qui virent se fondre les clichés en mythe. De fait‚ le « travail du mythe » marseillais ne débute qu’avec l’industrialisation tardive mais rapide de la ville au xixe siècle. C’est un même moment qui voit accéder Marseille à son statut de grande ville portuaire du Midi‚ et éclore sa mythique mauvaise réputation. Mais la prépondérance de la thématique « criminelle » pendant les décennies 1890 à 1930 et les vicissitudes du cosmopolitisme marseillais depuis 1970 fournirent également des éléments qui furent interprétés en fonction du mythe en place‚ tout en accentuant certains de ses aspects.

4Géographiquement‚ Marseille se trouve tout à la fois à l’écart – de la Provence‚ de la Côte d’Azur – et au cœur même des mouvements et flux de populations et de marchandises. Comme si le développement urbain et régional devait s’opposer à l’apparent déterminisme ou défier les données du terrain‚ qui du reste semblent se contredire à chaque fois que l’on change d’échelle. S’il y a bel et bien une anse‚ un port naturel presque parfait‚ les reliefs environnants le coupent de son hinterland immédiat : c’est au prix de cet enfermement que l’ouverture vers la mer lui a valu‚ dans le contexte économique du xixe siècle‚ le qualificatif de « porte de l’Orient ». En revanche‚ plus à l’ouest‚ l’étang de Berre et le littoral de Fos s’ouvrent vers les Bouches-du-Rhône‚ fleuve qui représente par excellence l’ouverture vers le nord. Et ainsi de suite. Pareille annulation ou modification d’un atout ou d’un désavantage à l’échelle suivante‚ constitue une autre façon de penser ce que Marcel Roncayolo avait désigné comme l’« antigéographie » de Marseille‚ une insistance sur le lieu‚ l’archipel‚ des points à relier‚ au lieu d’une conceptualisation cohérente d’une contiguïté territoriale.

5Même dans un cadre élargi‚ celui de l’Europe‚ Marseille occupe une position particulière‚ qui résulte à la fois de sa situation géographique et de sa participation à la mythologie méditerranéenne. Voici ce qu’en disait Émile Temime :

  • 5 Émile Temime‚ « Préface »‚ op. cit‚ p. 7-8. La citation permet à l’auteur de faire allusion à l’imm (...)

Marseille‚ ville ouverte sur les Alpes et sur le Rhin‚ c’est une vérité géographique qui ne date pas de la Communauté européenne ; c’est l’affirmation d’une attirance réciproque toujours renouvelée‚ et qui amène‚ par les vallées alpestres et la voie rhodanienne‚ les étrangers séduits par le mirage méditerranéen‚ source traditionnelle de culture et de richesse5.

À ce jeu‚ il convenait d’examiner plus particulièrement la spécificité d’un regard sur Marseille‚ celui que lui portent les Allemands‚ un regard parfois retourné‚ comme Laurence Américi nous le montre dans son article. La ville contribue d’une manière singulière et tardive à la fonction cruciale que joue l’espace méditerranéen‚ berceau de la culture et des mythes occidentaux‚ pour la lente et pénible formation de l’imaginaire national de l’Allemagne. Ce processus nécessite pour celle-ci un positionnement et repositionnement constant par rapport au « sud »‚ ainsi que la réécriture de ses « propres » mythes. Comme le formule Émile Temime‚ l’attrait de ce « nord » pour cette ville du sud s’avère partagé‚ mais il demeure asymétrique. Du côté marseillais‚ il est éclipsé par des fascinations plus éblouissantes‚ voire viscérales (« l’Orient » au sens large‚ l’Italie source d’immigrants‚ puis l’autre rive de la Méditerranée…)‚ puis altéré par l’occupation allemande de Marseille entre 1942 et 1944.

  • 6 Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy‚ Le Mythe nazi‚ La Tour d’Aigues‚ Éditions de l’aube‚ 20 (...)

6Cette période‚ parcourue de brutalité‚ met justement en évidence la perverse conjoncture de deux problématiques identitaires qui s’expriment à travers le mythe. Le dynamitage d’un secteur du Vieux-Port par le génie allemand en février 1943 constitue un cas extrême d’urbanisme comme remodelage du corps social. Dans ce cas‚ la destruction d’un quartier associée à des rafles ciblant surtout la population juive‚ correspond à la suppression de toute une population hétérogène et par là même considérée comme marginale. Comme David Weber nous l’explique dans sa contribution‚ la réputation sulfureuse de ce quartier‚ haut-lieu des trafics et de la prostitution‚ vilipendé ou transfiguré (parfois les deux à la fois) par la presse‚ la littérature et les réseaux de la bohème artistique‚ a fourni un prétexte en parfait accord avec le fantasme de pureté identitaire‚ que Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy ont désigné du terme de « mythe nazi6 ».

  • 7 Walter Benjamin‚ « Sur le concept d’histoire »‚ dans Œuvres III‚ Paris‚ Gallimard‚ 2000‚ p. 433.
  • 8 Cf. également Philippe Artières et Ludovic Burel‚ Archives du biopouvoir : Marseille, xviiie-xxe si (...)

7Cependant‚ dans les plis de ces grands événements tels l’Occupation‚ émerge depuis les années 1980 une « autre » histoire‚ marseillaise ou non‚ qui se dérobe à cette « grande histoire » dont un certain discours sur la Résistance fait désormais partie intégrante. Certains aspects marseillais sont si bien documentés – le destin de grandes figures de l’exil‚ comme André Breton‚ Lion Feuchtwanger ; de ceux qui les assistèrent‚ comme Varian Fry ; de ceux à qui l’on s’intéressa plus tardivement‚ comme Anna Seghers – qu’il devient difficile de se réclamer encore d’une historiographie brossée « à rebrousse-poil »‚ telle que la préconisait Walter Benjamin7. Au rebours‚ d’autres domaines défient par définition la tâche des historiens‚ à force de se dérouler dans les marges de ce que l’on estime digne d’enregistrement. À peine échappent-ils à l’anonymat‚ à l’oubli‚ et les registres officiels de la Douane ou de la Préfecture ne transmettent souvent que des noms8.

  • 9 Bruno le Dantec‚ La Ville-sans-nom : Marseille dans la bouche de ceux qui l’assassinent‚ Marseille‚ (...)

8 Cette « autre » historiographie se trouve autrement plus proche du mythe que la version officielle et souvent monumentale des faits. D’un côté‚ voici la tentation d’une empathie diffuse avec les « oubliés » de l’histoire‚ de l’autre‚ la ville « mère saturnienne‚ dévorant ses propres enfants9 »‚ qui s’approprie ses victimes.

9Certaines comparaisons s’avèrent éclairantes. Pierre-Kevin McGill‚ dans son étude de deux villes touchées par des bombardements entre 1940 et 1943‚ Bristol et Marseille‚ constate pour celle-ci l’oubli et la mise à l’écart de la commémoration‚ tout en mettant en avant l’équivocité de la position « officielle » de Marseille sur la période de l’Occupation. En définitive‚ la table rase‚ est-ce donc là « l’image de la chance de Marseille » ? Et comme s’il fallait surenchérir sur ce que donne à voir Blaise Cendrars‚ n’est-ce pas à la culture mémorielle elle-même‚ que s’étend la prédilection de la ville pour l’éphémère et l’effacement des traces du passé ?

Notes

1 « … und so könnte denn eines Tages vielleicht der Name eines deutschen Philosophen sich von Marseille bis nach Berlin herumgesprochen haben ». Walter Benjamin‚ « Les Cahiers du Sud »‚ dans Gesammelte Schriften‚ vol. IV‚ Francfort-sur-le-Main‚ Suhrkamp‚ 1991‚ p. 484.

2 Émile Temime‚ « Préface »‚ dans Pierre Échinard et Émile Temime‚ Migrance : Histoire des migrations à Marseille‚ vol. I‚ Aix-en-Provence‚ Édisud‚ 1989‚ p. 7.

3 Blaise Cendrars‚ L’Homme foudroyé‚ cité dans Pascal Urbain et Daniel Drocourt‚ Architectures historiques à Marseille‚ Aix-en-Provence‚ Édisud‚ 1987‚ p. 19.

4 Marcel Roncayolo‚ Lectures de villes. Formes et temps‚ Marseille‚ Parenthèses‚ 2011‚ p. 11.

5 Émile Temime‚ « Préface »‚ op. cit‚ p. 7-8. La citation permet à l’auteur de faire allusion à l’immigration suisse protestante à Marseille‚ mais nous nous permettons d’accentuer le sens géographique et culturel plus large de cette référence au « nord ».

6 Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy‚ Le Mythe nazi‚ La Tour d’Aigues‚ Éditions de l’aube‚ 2005.

7 Walter Benjamin‚ « Sur le concept d’histoire »‚ dans Œuvres III‚ Paris‚ Gallimard‚ 2000‚ p. 433.

8 Cf. également Philippe Artières et Ludovic Burel‚ Archives du biopouvoir : Marseille, xviiie-xxe siècles‚ Marseille‚ It-éditions‚ Archives départementales des Bouches-du-Rhône‚ 2011. Cette publication est issue de l’exposition dirigée par les auteurs aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône‚ Les chaînes du port : figures de l’enfermement à Marseille (15 octobre 2011-21 janvier 2012).

9 Bruno le Dantec‚ La Ville-sans-nom : Marseille dans la bouche de ceux qui l’assassinent‚ Marseille‚ Le Chien rouge‚ 2007‚ p. 13.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search