Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Introduction

Florence Bancaud, Véronique Dallet-mann et Marion Picker

Texte intégral

Marseille, espace mythique, espace poétique

  • 1 Jean-Claude Izzo, Chourmo, Paris, Gallimard, 1996 [Nlle éd. coll. « Folio », 2006, p. 394].

C’est Marseille qui appartient à l’exil. Cette ville ne sera jamais rien d’autre‚ la dernière escale du monde. Son avenir appartient à ceux qui arrivent. Jamais à ceux qui partent1.

  • 2 Cf. l’article de Pascale Robert-Diard, « Marseille. Au nom de la loi », dans Le Monde du 31 janvier (...)
  • 3 Olivier Boura, Marseille ou la mauvaise réputation, Paris, Arléa, 2001, p. 11.
  • 4 Cf. l’article de Christèle Dedebant, « Marseille fait peu neuve », dans Géo no 408, février 2013, p (...)

1Ces derniers mois‚ Marseille a une fois de plus fait la une de la presse‚ qui s’est complue à la présenter comme la capitale du crime‚ de la corruption‚ du trafic de stupéfiants et des règlements de compte et comme une des villes où il fait le plus mal vivre en France2. À lire les gros titres du Point ou de l’Express‚ voir en la cité phocéenne la « seule ville-mythe de France avec Paris3 » relèverait de la naïveté‚ de l’inconscience‚ voire de la provocation‚ mais les superbes clichés de Bernard Plossu exposés à l’automne 2012 à la Vieille Charité témoignent pourtant de l’aura mythique que dégage toujours cette ville entre ombre et lumières. Cette ville qui « fait peau neuve » en 2013 et tente de retrouver un « nouvel âge d’or » en transformant en pôles culturels les fleurons de son patrimoine industriel‚ afin de « devenir le nouveau phare de la Méditerranée4 ».

2Cela peut donc apparaître comme une gageure que de postuler l’existence et la pérennité du mythe de Marseille ; pourtant‚ c’est sur les traces de ce dernier que nous désirons nous aventurer en nous efforçant de capter les signes ambigus que cette étrange cité qui n’a cessé de se détruire et de se reconstruire au cours de son histoire.

La force du mythe

  • 5 Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1965, p. 15.
  • 6 Cf. Marie-Catherine Huet-Brichard, Littérature et Mythe, Paris, Hachette Supérieur, 2001, p. 14.
  • 7 Selon Jean-Pierre Vernant, la mythologie est ainsi « un ensemble narratif unifié qui représente, pa (...)
  • 8 Claudio Abastado, Mythes et rituels de l’écriture, Paris, Complexe, 1979, p. 24.
  • 9 Mircea Eliade, Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1957, p. 13.
  • 10 Cf. Hans Blumenberg, « Wirklichkeitsbegriff und Wirkungspotential des Mythos », dans Ästhetische un (...)
  • 11 Northrop Frye, La Parole souveraine, Paris, Seuil, 1994, p. 45.
  • 12 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Armand Colin, 1996, p. 47.
  • 13 Ibid., p. 36.

3Fondé sur une histoire fabuleuse‚ relevant d’une mentalité archaïque et prélogique‚ issu des profondeurs du sujet‚ reposant sur l’imaginaire‚ sur le fantasme‚ voire sur l’illusion et racontant « une histoire sacrée5 » qu’il met en images‚ le muthos s’oppose à la logique et à la rationalité du logos6. S’il vise cependant à rendre compréhensible l’incompréhensible et à produire un récit signifiant‚ le mythe n’en renonce pas pour autant à sa prétention à la totalité et à la cohérence7 ; il permet ainsi à une collectivité de s’y « reconnaître et s’y projeter8 » en donnant un sens à une organisation politique‚ religieuse ou sociale. Pour Mircea Eliade‚ « le mythe se définit par son mode d’être : il ne se laisse saisir en tant que mythe que dans la mesure où il révèle que quelque chose s’est pleinement manifesté‚ et cette manifestation est à la fois créatrice et exemplaire puisqu’elle fonde aussi bien une structure du réel qu’un comportement humain […] Les mythes révèlent les structures du réel et les multiples modes d’être dans le monde. C’est pourquoi ils sont le modèle exemplaire des comportements humains : ils révèlent des histoires vraies‚ se référant aux réalités9 » tout en révélant un « mystère »‚ un événement primordial : les caractéristiques du mythe sont l’exemplarité et l’universalité ainsi que l’ouverture à une dimension sacrée‚ transpersonnelle ; mais si le monde moderne semble dépourvu de mythes‚ au niveau de l’expérience individuelle‚ le mythe continue à y subsister dans les rêves‚ les fantasmagories et les nostalgies ou dans des modes de comportement où l’on retrouve les constantes mythiques‚ exemplarité‚ répétition10‚ variation‚ métamorphose‚ rupture de la durée profane et irruption d’un temps primordial et sacré. Sous une forme laïcisée‚ mythes et images mythiques continuent ainsi d’imprégner la vie contemporaine où ils offrent la possibilité d’une réponse aux questions fondamentales de l’homme sur ses origines‚ son destin et le sens de sa vie‚ sous forme de variantes du mythe de la chute‚ de l’exode‚ de la migration‚ du déluge‚ de l’apocalypse‚ de l’enfer ou de la rédemption. Il reste donc dans l’existence moderne une dimension mythique réelle en tant qu’elle exprime l’angoisse devant le temps et devant les mystères du monde phénoménal. Northrop Frye souligne ainsi dans La Parole souveraine que les mythes de la création expriment « la vision qu’a l’humanité de sa nature et de sa destinée‚ de sa place dans l’univers‚ de son sentiment à la fois d’inclusion et d’exclusion dans un ordre infiniment grand11 ». Or‚ la grande ville est par essence mythique parce qu’elle « nous concerne et nous parle à un double titre‚ archéologique et téléologique : parce que nous procédons d’elle et parce que nous avons à la faire exister et à nous réaliser en elle. Elle se donne à nous comme une origine et comme une fin12 » ; face à la prolifération des signes de la ville‚ il convient donc de se demander : « est-il possible de la remythiser ? Est-il possible de la démythifier13 ? ».

  • 14 Marcel Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Parenthèses, coll. « Eupalinos », (...)

4Si‚ comme l’affirme Roncayolo‚ « la ville devient mythe‚ héros collectif et personnifié des bouleversements‚ des peurs et des espérances du xixe siècle14 »‚ quelle ville symbolise mieux l’ouverture et l’enfermement que Marseille ?

Marseille : un mythe ambigu

5À première vue‚ bien qu’elle incarne le mythe de la ville méditerranéenne caractérisée par sa chaleur‚ sa centralité et sa tradition de brassage culturel et de sociabilité‚ Marseille semble bien loin de susciter des projections mythiques aussi prestigieuses et positives que Paris.

  • 15 Jean Viard, « Le marin et le laboureur », dans Marseille, énergie et frustrations, Paris, Autrement (...)
  • 16 Réalisé en 1905 pour relier les deux rives du port ; en août 1944, les forces d’occupation allemand (...)
  • 17 Pierre Échinard, « La mauvaise réputation », dans Marseille, énergie et frustrations, op. cit., p.  (...)

6Certes‚ on assiste‚ notamment grâce à Gelu‚ Bibal‚ Bénédit‚ Méry et Pagnol à la perpétuation du mythe d’une Marseille intemporelle‚ baignée par la Méditerranée‚ balayée par le mistral et mêlant sentimentalité et galéjade. Et si la ville condense l’imaginaire du port et du passage‚ la cité phocéenne « recouvre le poids des transits et de leurs discours‚ le poids aussi des discours de mort […]. La question marseillaise est aussi celle des silences de la ville‚ de ses faiblesses […]. Marseille a toujours été un sas entre plusieurs mondes‚ elle est un cadre tendu d’une toile à la virginité sans cesse renaissante15 ». Car la cité phocéenne ne cesse de se transformer et on peinerait à y retrouver les clichés de cartes postales qui firent jadis son succès : « La Corniche ne serpente plus au milieu des cabanons désormais remplacés par des résidences secondaires dans l’arrière-pays ; la Canebière‚ après avoir perdu ses grands cafés‚ perd ses cinémas‚ mais récupère ses théâtres ; le métro remplace le tramway‚ le tunnel sous le Vieux-Port succède […] au transbordeur16 […]‚ la casquette blanche ne se porte presque plus‚ la pétanque est devenue un sport national et la bouillabaisse un plat pour touristes17 ». Si Marseille semble donc cesser d’être un cliché‚ du moins en ce qui concerne ses attraits pittoresques‚ perd-elle pour autant sa dimension mythique ? Nous allons démontrer que non.

  • 18 Ibid., p. 75.
  • 19 Cf. les travaux de Céline Regnard et notamment Marseille la violente. Criminalité, industrialisatio (...)

7En effet‚ Marseille‚ qui a plus souvent mauvaise que bonne réputation‚ fait l’objet d’une construction mythique tantôt positive‚ tantôt négative : « balançant sans cesse entre la farce ensoleillée » à la Fernandel ou Pagnol et la « ténébreuse affaire18 »‚ la cité phocéenne apparaît souvent comme la ville de tous les excès‚ exagérations‚ magouilles et crimes et comme un concentré de vulgarité et de médiocrité qui lui font souvent préférer Aix‚ Nîmes ou Avignon. « Le Marseillais est franc et même grossier : il dit ce qu’il pense‚ quand même ce qu’il pense est un peu contre la politesse »‚ note dans ses Mémoires d’un touriste Stendhal‚ qui y résida entre 1805 et 1806 et qui compara pourtant Marseille à Paris‚ évoquant la gaieté des cafés de Marseille‚ la liberté de ses femmes et le goût des Marseillais pour ces bastides de campagne où ils se retirent le dimanche. « Le luxe‚ le jeu‚ les femmes : voilà les trois idées dominantes d’un Marseillais. Ils ne songent qu’à gagner et à jouir »‚ affirme Hippolyte Taine‚ accroissant les préjugés suscités par l’essor remarquable de Marseille sous le second Empire et le soupçon d’indifférence au sort national de la bourgeoisie d’affaires marseillaise. Cette dernière‚ tournée vers la Méditerranée‚ vers le Levant‚ vers les Colonies et les grandes capitales européennes‚ méprise alors le petit peuple de la cité phocéenne qui‚ accablé par la misère‚ fait de Marseille la ville du vice‚ de la dissolution des mœurs‚ de l’insécurité et de la violence19. Entre 1850 et 1870‚ le taux de criminalité et de déviance est trois fois supérieur à la moyenne nationale et en 1861‚ ce sont les Bouches-du-Rhône qui concentrent le plus grand nombre de criminels‚ les violences verbales tendant de plus en plus à se durcir en violences physiques sous le Second Empire et à empirer avec la stagnation des salaires‚ la crise économique et le développement du chômage dès 1895. Au tournant du xixe et du xxe siècle émerge une économie criminelle de plus en plus visible‚ avec la constitution de bandes organisées et l’exploitation de la prostitution en centre-ville. Ainsi‚ dès le xixe siècle‚ l’image de Marseille est-elle fondamentalement ambiguë et trouble dans la conscience nationale : si on admire la réussite et l’exotisme de la ville-port‚ véritable invitation au voyage‚ on condamne aussi sa face bigarrée et son mode de vie interlope comme son égocentrisme provincial.

  • 20 Marcel Roncayolo, op. cit., p. 7.
  • 21 Cf. l’article de Marc Bouiron dans ce volume.
  • 22 Inventeur en 1668 du modèle du cours qui va se répandre ensuite dans toutes les villes baroques eur (...)

8Une autre lourde hypothèque pèse sur la réputation de Marseille : elle est censée être dépourvue de grands monuments et de grands musées. Marcel Roncayolo affirme à juste titre que la tradition veut que « Marseille accorde plus de prix au bouillonnement de la vie qu’aux formes urbaines‚ à l’échange de marchandises et au commerce qu’entretiennent les hommes‚ qu’aux pierres‚ à la fluctuation des affaires qu’aux paysages hérités et transmis. Logique d’une ville-comptoir‚ d’une ville-archipel plus que d’une capitale20 ». L’écrivain Joseph Méry‚ ami d’Alexandre Dumas‚ voit dans sa ville natale une « ville antique sans antiquités21 » ; « Marseille‚ ville antique sans monument »‚ déclare également Victor Hugo‚ alors que Marseille regorge d’édifices Napoléon III – la gare Saint-Charles‚ le palais Longchamp‚ Notre-Dame de la Garde‚ la préfecture‚ la Bourse‚ l’église des Réformés‚ la Nouvelle Major‚ la fontaine de Castellane. On déplore communément qu’elle n’ait pas produit de grands prosateurs ni de grands artistes alors qu’elle a vu naître Antonin Artaud‚ Edmond Rostand‚ Pierre Puget22‚ Honoré Daumier‚ Monticelli‚ Le Corbusier‚ Espérandieu ou Papéty‚ et recueilli le dernier souffle de Rimbaud‚ mort à La Conception en 1891.

9Ville paradoxale‚ mouvante‚ insaisissable‚ Marseille séduit précisément les touristes et voyageurs étrangers par les signes contradictoires qu’elle renvoie‚ sans doute du fait de sa double vocation qui fait d’elle à la fois une ville-comptoir symbole de l’ouverture sur la mer et une ville de commerce séparée par de nombreux obstacles géographiques de la vallée du Rhône et de l’arrière-pays‚ ce qui la prive d’une part d’un grand rôle politique et explique d’autre part le statut particulier dont elle jouit en Provence.

Les traces du mythe ou la ville comme espace sémiologique

  • 23 Pierre Sansot, Poétique de la ville, op. cit., p. 47.
  • 24 Karl Heinz Stierle, Der Mythos von Paris. Zeichen und Bewußtsein der Stadt, Munich/Vienne, Hanser, (...)

10Si la grande ville devient dans la modernité un espace d’interrogation et d’errance‚ la métropole n’en est pas moins un lieu fascinant car‚ si le sens n’y est pas donné d’emblée‚ il peut s’y chercher‚ notamment dans les signes équivoques et ambigus qu’elle offre au spectateur‚ au promeneur‚ au voyageur : « L’espace de la ville est fortement orienté avec des obstacles‚ des appels‚ des zones indifférentes‚ des points chauds‚ des nœuds‚ des goulots d’étranglement […]. La ville nous concerne et nous parle à un double titre‚ archéologique et téléologique : parce que nous procédons d’elle et parce que nous avons à la faire exister et à nous réaliser en elle. Elle se donne à nous‚ comme une origine et comme une fin »‚ note Pierre Sansot dans Poétique de la ville23. Karl-Heinz Stierle analyse également la ville comme un réseau de signes concordants ou contradictoires‚ oscillant entre le séculaire et l’éphémère‚ qui permettent à la ville d’advenir à la conscience24. Le plan de la ville‚ qui se déchiffre comme un livre‚ avec son labyrinthe de rues‚ de carrefours et d’impasses‚ se fait l’image de la conscience et devient comme une ville intérieure en même temps qu’un espace sémiotique‚ un abrégé de l’univers et de la totalité des expériences possibles.

11L’enjeu d’Aragon dans Le Paysan de Paris est de faire accéder à la représentation le fonds inconscient de Paris‚ qui devient le théâtre d’une mythologie moderne fondée sur les lieux sacrés comme le passage de l’Opéra. Le mythe de la modernité est de fait pour Aragon le tissu éphémère de la grande ville‚ le lieu d’une étrangeté absolue où le concret‚ dans sa banalité quotidienne‚ s’ouvre sur l’infini et l’immémorial‚ dévoilant ainsi un monde caché. Dans ce contexte‚ le flâneur devient un sémioticien de la ville dont il déchiffre les signes et perçoit la double dimension prosaïque et sacrée‚ éphémère et éternelle. S’opère ainsi‚ au fil de ses déambulations‚ une mythification des rues‚ des monuments‚ des carrefours ou des espaces labyrinthiques qui maintiennent la présence du passé‚ croisant le sacré et le profane : souvenirs d’artisans‚ de savants‚ d’écrivains‚ d’inventeurs‚ d’hommes politiques ou d’aventuriers. La ville se déchiffre comme un gigantesque palimpseste et comme un réseau de signes délivrés par les enseignes‚ les affiches‚ les messages ambulants‚ les noms des rues. Elle s’appréhende comme une ruche de mots‚ de sons et de cris où chaque détail prend part à la totalité ou fragmente un peu plus la perception. La ville se lit donc comme un champ de récurrences dont la concentration ou la dissémination déclenche des stimuli perceptifs conditionnant l’inconscient et révélant la densité d’être de la cité et l’étrangeté parfois radicale de ses habitants. L’errance du promeneur y devient démarche sémiologique‚ artistique‚ militante.

Le mythe de Marseille… Quel mythe ?

  • 25 Walter Benjamin, Gesammelte Briefe, vol. V, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1999, p. 97.

12En 1935‚ depuis son exil à Paris‚ Walter Benjamin confia à Theodor W. Adorno qu’il n’était pas en mesure de lire davantage que quelques pages du Paysan de Paris à la fois‚ car ce livre lui causait des palpitations25. On sait bien que son projet sur les passages de Paris reçut une impulsion décisive de la « mythologie moderne » de facture aragonienne. Dans sa Passagenarbeit‚ Benjamin est le premier après Aragon à poser la question de la lisibilité de la ville‚ et tout comme lui‚ il le fait sous le signe du mythe. Benjamin interroge les images de la ville glanées dans les textes du xixe siècle‚ dans la documentation photographique de la même époque‚ dans les recoins d’une architecture vieillissante. La perception de la ville en images oniriques débouche sur une philosophie de l’histoire‚ où le mythe éclaté libère la connaissance historique.

  • 26 Cf. l’article de Corina Golgotiu dans ce volume.
  • 27 Cf. surtout Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, Le Mythe nazi, La Tour d’Aigues, Éditions d (...)
  • 28 La série des Denkbilder, vignettes de quelques lignes dédiées à Marseille, illustre cette violence (...)

13Ce qui est moins bien connu que l’impact du surréalisme chez certains intellectuels allemands de l’entre-deux-guerres‚ c’est l’inflexion particulière que ceux-ci ont donnée à la mythologie de la ville moderne‚ et la place que Marseille tient dans le développement de leurs réflexions. Aux yeux de Benjamin et d’une poignée d’autres écrivains d’outre-Rhin‚ notamment Siegfried Kracauer26‚ Marseille est une ville-mythe paradigmatique‚ dans la mesure où non seulement la modernité et l’immémorial s’y entrechoquent et s’y emmêlent‚ mais aussi où les forces mythiques y mènent leurs combats contemporains. Cependant‚ une méfiance tangible au regard du mythe s’installe‚ motivée du moins partiellement par l’évolution en Allemagne‚ où le mythe suit sa dérive identitaire vers le national-socialisme27. On comprend pourquoi la conception du mythe chez les penseurs critiques se rapproche de la contrainte et de la coercition sociale‚ et plus généralement de la violence‚ c’est-à-dire dans le cas de Marseille : violence de la ville faite à ceux qui l’habitent‚ non seulement à la vue‚ à l’odorat‚ à l’ouïe‚ au toucher‚ mais également à la dignité humaine ; violence du mythe qui perpétue cette violence28. Le mythe lègue à tout ce qu’il touche l’autorité des choses immémoriales et ancestrales : c’était toujours ainsi, ce sera toujours ainsi. Dans cette perspective‚ Marseille apparaît davantage comme la prisonnière de son propre mythe. Voici le témoignage de Jean Ballard‚ l’éditeur et l’âme des Cahiers du Sud‚ que Walter Benjamin présenta aux lecteurs de la revue Die Literarische Welt (« Le monde littéraire ») en 1927 :

  • 29 Jean Ballard cité d’après Walter Benjamin, « Les Cahiers du Sud », dans Gesammelte Schriften, vol. (...)

Nous sommes en chemin de devenir une grande revue. Nos efforts ne se dirigent pas contre Paris‚ mais nous œuvrons en bonne intelligence avec les camarades là-bas‚ en restant indépendants des modes et de l’affairement de la capitale. Nous aimons passionnément notre ville‚ mais nous ne cultivons pas le provençal en tant que tel. Nous tâchons de trouver l’expression‚ dans le domaine de l’intellect‚ de la signature économique de la ville. Nous qui sommes établis ici ne pouvons pas créer les formes de cette expression à nous tous seuls. Marseille est une ville on ne peut plus européenne. L’Europe participera à l’élaboration de son image intellectuelle‚ tout comme elle participe‚ depuis des siècles‚ à la formation de son image topographique29.

  • 30 Dans la version de Trogue-Pompée, dont le récit de la fondation de Marseille nous est connu par le (...)

14Dans ce programme censé élever l’activité littéraire de la ville à la hauteur de sa modernité socio-économique‚ l’ouverture et la perméabilité comme motifs s’alignent à l’image des quartiers marqués par l’immigration – les Catalans‚ par exemple‚ qui ont fourni le toponyme de leur quartier. Nous reconnaissons‚ à travers le topos de « Marseille l’Européenne » (cette perspective serait certes à élargir aujourd’hui)‚ les traces du récit mythique de la fondation de Marseille‚ relaté chez Athénée de Naucratis et Justin‚ des textes dont nous avons connaissance respectivement grâce à Aristote et Trogue-Pompée. Marseille naît d’un mariage « mixte »‚ entre Gyptis‚ fille du chef des Ségobriges‚ et Protis‚ l’un des colons grecs venant de la ville de Phocée en Asie Mineure‚ celui qu’elle choisit pour époux. Mais qui plus est‚ les paroles de Ballard opèrent habilement une autre superposition‚ celle du mythe d’Europe et du taureau. Comme celui de Gyptis et Protis‚ ce mythe est également fondateur : il nous parle d’une migration vers l’ouest‚ d’une rencontre entre terre et mer‚ de cultures différentes‚ d’une union amoureuse‚ mais les motifs de la conclusion d’une paix initiale et du choix de l’époux y sont remplacés par le rapt et la violence. En ce qui concerne Marseille‚ la violence inhérente à tout arrachement‚ tout déracinement‚ toute appropriation‚ assimilation ou répudiation (actes accomplis et soufferts lors du processus de migration‚ qu’elle soit forcée ou volontaire‚ active ou subie)‚ cette violence se trouve tout d’abord écartée d’une histoire de Gyptis et Protis qui met en scène une colonisation heureuse‚ sous le signe du libre arbitre. Cependant‚ le conflit et la guerre resurgissent dans la suite moins connue de ce récit30. Bien qu’il nourrisse aujourd’hui les élucubrations médiatiques et publicitaires‚ le mythe fondateur connaît des revers sombres‚ des jugements négatifs qui s’attachent aux mêmes mythologèmes. D’un côté‚ c’est Marseille l’ouverte‚ l’accueillante‚ qui assimile tout – et de l’autre‚ c’est la ville chaotique‚ sale‚ sans distinction‚ ingouvernable‚ qui occupe par conséquent une position précaire par rapport à l’« identité »‚ que celle-ci soit nationale‚ ethnique‚ socio-économique‚ territoriale‚ culturelle‚ ou relevant du genre.

  • 31 Martine-Agathe Coste, « Marseille, ombres portées d’une ville solaire », dans Le rivage des mythes, (...)
  • 32 Ibid., p. 293.

15Au fil des ans‚ le mythe fondateur‚ sous le signe de la « rencontre harmonieuse entre l’eau douce et la mer‚ entre la Grèce et la Barbarie‚ entre le masculin et le féminin‚ entre l’Europe et l’Afrique31 »‚ se partage donc en deux mythes‚ un mythe solaire‚ méditerranéen et un mythe noir‚ hérité notamment de la peste de 1720. Marseille‚ « entachée de morbidité et d’abjection32 »‚ se révèle comme une ville maléfique‚ sale et dangereuse‚ incarnation du mal et de la laideur :

  • 33 Ibid., p. 295.

Le mythe primitif se scinde en deux‚ suivant une ligne de faille nouvelle. D’une part‚ une façade lumineuse demeure tandis que‚ d’autre part‚ des ombres se creusent‚ de plus en plus inquiétantes33.

  • 34 Cf. Céline Regnard, Marseille la violente : criminalité, industrialisation et société (1851-1914), (...)
  • 35 Cf. l’article de David Weber dans ce volume.
  • 36 Bruno Le Dantec, La Ville-sans-nom : Marseille dans la bouche de ceux qui l’assassinent, Marseille, (...)
  • 37 Ibid., p. 11.

16Plus que tout‚ c’est le statut mythique de Marseille qui a marqué les grandes heures et les misères de la ville. À plusieurs reprises dans son histoire‚ lorsqu’elle défia César‚ Henri IV ou Louis XIV‚ elle ne se trouva pas dans le camp des vainqueurs. En outre‚ avec les débuts de l’ère industrielle‚ ce rythme s’accélère proportionnellement à sa croissance et à celle des flux de personnes et de marchandises qui transitent par elle. Les mois passés en tant que « ville sans nom » en 1794‚ mesure punitive prise par le Directoire‚ s’avèrent lourds de désordres symboliques. C’est à partir du xixe siècle que le mythe de la ville-canaille insalubre et violente s’installe véritablement34. De là‚ l’affirmation souvent répétée de la nécessité d’un « renouveau » et d’une « purification »‚ programme redoutable dont le paroxysme est atteint avec le dynamitage de 1500 bâtiments sur la rive nord du Vieux-Port en 194335. Bruno Le Dantec et Antoine d’Agata observent que la victimisation de la ville s’exprime encore aujourd’hui cyniquement au titre de son « bien36 ». C’est au premier que nous devons un résumé succinct de l’histoire de Marseille qui la caractérise comme ville « innommable37 » :

  • 38 Ibid., p. 10.

… bien qu’éloignées dans le temps‚ des décisions politiques‚ militaires‚ urbanistiques convergent vers une même négation de la ville.
Pointer les canons des forts sur ses quartiers‚ comme l’a fait Vauban.
La déchoir de son nom‚ comme l’ont fait les Jacobins en janvier-février 1794 avec l’arrêté du 17 nivôse‚ an ii.
La placer sous tutelle administrative extraordinaire‚ comme l’a fait le décret-loi du 20 mars 1939 – et ce jusqu’à la Libération.
En dynamiter le cœur à la faveur d’une guerre‚ comme l’ont fait le gouvernement de Vichy et l’armée allemande en février 1943.
La bombarder de cinq milles mètres d’altitude pour la libérer‚ comme l’a fait l’aviation américaine le 27 mai et le 14 août 194438.

17Innommable‚ c’est ce qui est à la fois abject et de là insaisissable ; être innommable équivaut à être insaisissable à travers les noms‚ les concepts‚ le logos. N’oublions donc pas que cette victimisation de Marseille est en elle-même un effet de son mythe‚ une semblance de cohérence historique établie à partir d’événements et d’éléments dont le sens demande toujours à être construit. Dans la Modernité‚ en particulier‚ le mythe se voit soumis à un questionnement et à un éclatement qui compromettent toute idée d’univocité et de transparence‚ mais qui permettent aussi précisément de le saisir dans toute son ambiguïté et sa polarité.

Repérages du mythe

  • 39 Jeanne Laffitte et Olivier Pastré, Les 100 mots de Marseille, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », (...)
  • 40 « Ici, vers l’an 600 avant J.-C., des marins grecs ont abordé, venant de Phocée, cité grecque d’Asi (...)
  • 41 Laffitte et Pastré, op. cit., p. 92-93.

18Si Marseille se (re)présente comme ville-mythe et se comprend à travers le mythe‚ elle permet tout autant d’observer les opérations du mythe et de le saisir dans toute son ambivalence idéologique‚ politique‚ esthétique et sociale. Marseille est en effet‚ plus que toute autre ville en France‚ un univers d’images et‚ au propre et au figuré‚ de clichés : la « cité phocéenne » ne se prévaut-elle pas d’avoir vu naître la carte postale‚ inventée par Dominique Piazza ? Ainsi peut-on tenter d’approcher le mythe à partir des lieux emblématiques que sont par exemple le Vieux-Port‚ la Canebière « qui va jusqu’au bout de la terre39 »‚ l’Alcazar‚ Notre-Dame de la Garde‚ les Baumettes‚ les Docks‚ l’Odéon‚ l’Estaque‚ le Château d’If ou encore l’anse de la Fausse Monnaie. Aller de la plaque du Vieux-Port commémorant l’ancrage de la ville dans le mythe fondateur de la ville phare de l’Occident « civilisé40 » à la colonne d’Homère‚ rue d’Aubagne. Évoquer l’ancien « quartier réservé » de la ville mal famée‚ situé derrière l’hôtel de ville. Ou encore collecter‚ avec Jeanne Laffitte et Olivier Pastré‚ « [l]es 100 mots de Marseille » comme aïoli‚ ferry-boat‚ bouillabaisse‚ chichi Frégi‚ pétanque‚ pastis‚ sardine‚ polar ou cagole. Clichés faciles et trompeurs ? Notons qu’ils constituent de véritables mythologèmes permettant de voir opérer le mythe‚ dans la faculté qu’il a de perdurer‚ de se recomposer‚ d’être à la fois image et discours sur cette image. Ainsi en va-t-il du « parler marseillais »‚ qui code le manque de sérieux et de contrôle‚ voire l’enfantillage‚ mais aussi l’appropriation « un peu impertinent[e] » du français par le provençal41.

  • 42 Daniel Winkler, Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole, Bielefeld, Transcript, (...)
  • 43 Pascal Blanchard, Gille Boëtsch, Porte du Sud. Un siècle d’histoire coloniale et d’immigration, Par (...)

19Si les images de Marseille sont si prégnantes et nourrissent le mythe‚ c’est que la « cité phocéenne » est une « ville-spectacle »‚ l’« Orient de l’Hexagone42 » où le monde se donne à voir et qui se donne à voir au monde : « Disséminés dans les jardins‚ revêtant chaque point du Parc [Chanot] d’une splendeur exotique‚ les palais coloniaux composaient sous le lumineux ciel de Provence une cité de légende »‚ lit-on dans le Rapport général de l’Exposition Coloniale de Marseille de 192243. De la même façon‚ les deux cartes postales anciennes montrant comment l’« engin superbe à la robuste échine » permit de « retirer des flots bleus la célèbre Sardine qui depuis 50 ans bouchait l’entrée du Port » mêlent réalité (l’échouage le 19 mai 1780 de la frégate La Sartine à l’entrée du Vieux-Port et la construction du Pont transbordeur en 1905) et fantaisie‚ en forme de galéjade‚ mélange de bravade envers l’« étranger »‚ « Parisien et Gascon » et d’auto-ironie. Le mythe instaure une tension entre réalité et imaginaire et structure un récit ; au carrefour de l’histoire et de ses perspectives politiques et socio-économiques‚ de la critique littéraire‚ de la culture‚ il interprète les images. À la différence de l’image‚ le mythe interpelle : il gère la compréhension d’une réalité‚ il demande notre adhésion‚ notre complicité‚ en dernier lieu : notre obédience. À la différence d’une image aussi‚ il peut déclencher une révolution ou l’empêcher.

  • 44 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce volume.
  • 45 Rappelons que les surréalistes furent aussi sensibles au « mythe de Marseille », dont ils écriviren (...)
  • 46 László Moholy-Nagy en 1929, dans László Moholy-Nagy, Paris, Musées de Marseille, 1991, p. 409.
  • 47 Winkler, op. cit., p. 25-26.
  • 48 Boura, op. cit., p. 122.

20Marseille fait l’objet de réécritures du mythe intimement liées au socle fondateur qu’est le Vieux-Port et que chaque époque revisite en quête des traces du passé mythique de la ville. De même que chaque passage – de voyageurs et d’artistes russes44 et allemands par exemple – laisse à son tour sa trace dans l’espace urbain et imaginaire de Marseille. Au tournant du xxe siècle‚ le creuset de l’ancrage renouvelé de Marseille dans le mythe‚ c’est la Modernité45 : Marseille agit comme révélateur des nouvelles pratiques photographiques et cinématographiques de la Nouvelle Vision allemande autour des symboles de la Modernité que sont le Pont transbordeur et le port. Mais dans le même temps‚ les Marseillais que ces photographies captent portent les stigmates de l’industrialisation‚ car « [l]es ports sont les points de rassemblement de ceux qui ont déjà manqué leur vie ailleurs et qui veulent tenter leur chance encore une fois46 ». Ainsi Marseille révèle-t-elle les fissures et les fractures inscrites au cœur de la Modernité. C’est en effet avec la révolution industrielle‚ les flux migratoires‚ l’empreinte coloniale et la violence des inégalités que se construit l’imaginaire ambivalent de « la cité phocéenne ». L’industrialisation et l’urbanisation de Marseille s’accompagnent d’une « fragmentation et d’une fonctionnalisation47 » qui génère des frontières sociales et symboliques. Les travaux de percement de la rue de la République qui relie le Vieux-Port aux bassins du nouveau port au nord‚ en expansion constante après la construction du bassin de la Joliette en 1843‚ tranchent à vif dans la topographie de la ville. Les quartiers autour du Vieux-Port sont prolétarisés et stigmatisés‚ au fur et à mesure que la bourgeoisie et la « bohême » délaissent le quartier Belsunce en faveur des quartiers sud. Cette part d’ombre nourrit le malentendu sur Marseille‚ désormais devenu un lieu commun‚ le désenchantement qui guette le nouvel arrivant‚ faisant dire à Olivier Boura48 :

Ils viennent chercher‚ dans le Sud‚ la lumière et la trace d’un xviiie siècle enchanté. Pas la carcasse plus qu’à demi pourrie de l’industrie du xixe siècle‚ ni les vestiges dérisoires d’un empire colonial.

  • 49 C’est le titre du Courrier International du 15 au 21 novembre 2012.
  • 50 Boura, op. cit., p. 126.
  • 51 Cf. le texte de Reine Caulet et son entretien avec Alain Paire sur les Croque-fruits dans ce volume
  • 52 Suzanne Liandrat-Guigues et Jean-Louis Leutrat, Penser le cinéma, Paris, Klincksieck, 2001, p. 143.
  • 53 Lury et Massey, dans Winkler, op. cit., p. 37-38.
  • 54 Liandrat-Guigues et Leutrat, op. cit., p. 145.
  • 55 Cf. les articles de Martina Möller et Véronique Dallet-Mann dans ce volume.
  • 56 Cf. les textes de la réalisatrice d’origine allemande Gesa Matthies et des créateurs du bauhaus lab (...)

Ainsi se manifeste la porosité du mythe de « Marseille aux deux visages49 » qui‚ dans sa misère et sa gloire‚ continue à nourrir une mythologie populaire‚ anarchique et sujette à de nombreuses manipulations médiatiques. Et la ville est marquée par « cette tentation du repli et de l’enfermement‚ qui hante aussi l’histoire de Marseille et alterne là avec les puissances du don et du partage50 ». Ces puissances‚ ce sont par exemple celles des artistes et des intellectuels‚ même aux heures les plus sombres de l’histoire de Marseille‚ comme en témoigne la coopérative des Croque-Fruits51‚ parenthèse enchantée et utopie vécue de 1940 à 1942 près de la porte d’Aix. Le cinéma également‚ « art de passage »‚ selon Jean-Louis Schaefer52‚ forge tout au long du xxe siècle Marseille comme ville-cinéma. Quoi d’étonnant à cela‚ puisque le cinéma‚ « part fondamentale de la construction de villes réelles et mentales53 » sert idéalement le mythe : « À la fois trop éloignée pour être prise en charge et trop proche pour être négligée‚ la réalité cinématographique se situe en un lieu indécis : aux confins de l’imaginaire et du réel‚ tel que personne ne saurait le tenir‚ ni pour absolument présent ni pour absolument absent54 ». Spectacles et médias jouent un rôle central dans le territoire urbain et l’imaginaire de Marseille‚ qui inspire un nombre sans cesse croissant de films. Si le succès de l’adaptation au cinéma de la trilogie marseillaise de Pagnol est connu‚ l’on sait moins que le réalisateur du film Marius est Alexander Korda‚ ou encore que Marius et Fanny furent adaptés en allemand et en italien par les studios de la Paramount55. Entre culture populaire au « goût scélérat » et culture d’avant-garde‚ Marseille est ici laboratoire du mythe‚ comme le démontrent par exemple le « bauhaus lab »‚ inspiré par le séjour de László Moholy-Nagy à Marseille en 1929‚ les films Passages-Marseille et Hassan et Amira, Lettre/s d’hôtels56‚ La Friche La Belle de Mai‚ le Théâtre Massalia ou encore la revue culturelle Marseille. Au reste‚ dans les vingt dernières années‚ c’est par l’art et par l’innovation culturelle que s’est opérée une réécriture du mythe‚ dans le polar‚ le film ou les créations artistiques‚ mythe ensoleillé chez Guédiguian ou mythe noir chez Izzo :

  • 57 Michel Péraldi‚ dans Baptiste Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 123.

Piégée par la ville‚ la classe moyenne a toujours eu du mal à la réenchanter à l’aune de ses propres valeurs culturelles‚ tout en étant fascinée par elle – c’est Cendrars qui le dit. Même le cosmopolitisme est un mythe petit-bourgeois. Izzo prétendait que Marseille était la seule ville du monde où un Vietnamien pouvait se fiancer avec une Maghrébine. Moi‚ je lui affirmais que ce n’était pas vrai‚ que cette alliance n’était pas vraisemblable. Je lui disais : « tu réenchantes » […] Guédiguian fait pareil‚ avec une couche de nostalgie en plus. Il réinvente la classe ouvrière au moment même où elle n’existe plus57.

  • 58 Boura citant Giono‚ op. cit.‚ p. 106-107.
  • 59 Marseille - Territoire encyclopédique‚ Arles‚ Actes Sud‚ à paraître en 2013.
  • 60 Publié à Marseille‚ J. Laffitte‚ 2007.

Dans cette « ville-jazz58 »‚ « aussi immense qu’hétéroclite‚ toujours hors-champ‚ dont le paysage urbain et naturel bouscule les idées reçues59 »‚ l’art se nourrit aussi des reliefs‚ des déchets du mythe‚ recyclant légendes et clichés‚ comme le montre Marc Rosmini dans Marseille révélée par l’art contemporain. Légendes, clichés et recyclages60. Dans Marseille laboratoire du mythe‚ dont l’expérience la plus récente est en cours en cette année 2013‚ il semble bien que l’art contemporain soit en passe de devenir un autre mythologème – dernier avatar de la porosité du mythe de Marseille‚ ville-monde partant à la reconquête de son littoral et renouant ainsi avec l’un des invariants du mythe structuré autour du Vieux-Port et des docks ?

  • 61 Sansot‚ op. cit.‚ p. 307.
  • 62 Cf. la table ronde avec Pierre Ėchinard‚ historien et président de la revue culturelle Marseille‚ e (...)

21Faut-il voir dans ces divers exemples une forme de remythisation de Marseille au sens où l’entend Pierre Sansot‚ pour qui « un lieu mérite d’être remythisé lorsqu’il concerne notre condition d’homme et […] nous permet de mieux l’assumer en offrant un exemple de genèse réciproque du décor par l’homme et de l’homme par le décor61 » ? Le meilleur moyen d’en juger est de le confronter à ces figures de l’autre au contact desquelles le mythe se nourrit autant qu’il se questionne – l’Allemagne des négociants ou des écrivains et des cinéastes‚ les voyageurs russes‚ la ville de Bristol – ‚ en nous demandant si la création et l’innovation culturelle font perdurer le mythe ou si elles marquent au contraire une volonté de s’en émanciper. C’est pourquoi les études historiques‚ littéraires et artistiques rassemblées dans cet ouvrage sont complétées par des témoignages historiques et artistiques sur les développements actuels du mythe‚ héritiers d’un modernisme inachevé‚ qui illustrent l’enchevêtrement du passé et du présent propre à la culture – et à la politique culturelle ? – de Marseille62.

22Ouvrons donc ces pages en empruntant les mots de Christa Wolf‚ qui écrivait en 1985 dans sa préface au roman Transit d’Anna Seghers :

  • 63 Christa Wolf‚ Postface à Anna Seghers‚ Transit‚ trad. de l’allemand par Martina Wachendorff‚ Paris‚ (...)

Pourquoi la réalité visible d’une ville ne me suffit-elle pas ? Marseille. […] Chaque transit‚ chaque passage de frontière‚ y compris les frontières dans le domaine de l’art‚ suppose le désir ardent que l’intégrité soit préservée‚ intégrité qui est sans cesse remise en question‚ qui se ressource sans cesse63.

Notes

1 Jean-Claude Izzo, Chourmo, Paris, Gallimard, 1996 [Nlle éd. coll. « Folio », 2006, p. 394].

2 Cf. l’article de Pascale Robert-Diard, « Marseille. Au nom de la loi », dans Le Monde du 31 janvier 2013 : « Plus de 10000 vols avec violences ou armes à feu, 24 meurtres et 10134 cambriolages en 2012 : Marseille est en tête des villes françaises pour la grande criminalité ». Selon les données de la CAF, 44 % des moins de 18 ans vivent sous le seuil de pauvreté et l’écart est de 1 à 15 entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres.

3 Olivier Boura, Marseille ou la mauvaise réputation, Paris, Arléa, 2001, p. 11.

4 Cf. l’article de Christèle Dedebant, « Marseille fait peu neuve », dans Géo no 408, février 2013, p. 64-78.

5 Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1965, p. 15.

6 Cf. Marie-Catherine Huet-Brichard, Littérature et Mythe, Paris, Hachette Supérieur, 2001, p. 14.

7 Selon Jean-Pierre Vernant, la mythologie est ainsi « un ensemble narratif unifié qui représente, par l’étendue de son champ et par sa cohérence interne, un système de pensée original, aussi complexe et rigoureux à sa façon que peut l’être, dans un registre différent, la construction d’une philosophie », dans Mythe et Société en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 1974, p. 207.

8 Claudio Abastado, Mythes et rituels de l’écriture, Paris, Complexe, 1979, p. 24.

9 Mircea Eliade, Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1957, p. 13.

10 Cf. Hans Blumenberg, « Wirklichkeitsbegriff und Wirkungspotential des Mythos », dans Ästhetische und metaphorologische Schriften, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2001/La Raison du mythe, Paris, Gallimard, 2005, p. 105 : « La structure mythique n’emprunte pas seulement un détour, mais tend à la répétition, et, de manière explicite, au retour du même par opposition au progrès ».

11 Northrop Frye, La Parole souveraine, Paris, Seuil, 1994, p. 45.

12 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Armand Colin, 1996, p. 47.

13 Ibid., p. 36.

14 Marcel Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Parenthèses, coll. « Eupalinos », 2011, p. 25.

15 Jean Viard, « Le marin et le laboureur », dans Marseille, énergie et frustrations, Paris, Autrement, 2006, p. 26.

16 Réalisé en 1905 pour relier les deux rives du port ; en août 1944, les forces d’occupation allemandes font sauter le pylône nord et le service des ponts et chaussées détruit tout l’édifice en 1945.

17 Pierre Échinard, « La mauvaise réputation », dans Marseille, énergie et frustrations, op. cit., p. 155.

18 Ibid., p. 75.

19 Cf. les travaux de Céline Regnard et notamment Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, PUR, 2009.

20 Marcel Roncayolo, op. cit., p. 7.

21 Cf. l’article de Marc Bouiron dans ce volume.

22 Inventeur en 1668 du modèle du cours qui va se répandre ensuite dans toutes les villes baroques européennes.

23 Pierre Sansot, Poétique de la ville, op. cit., p. 47.

24 Karl Heinz Stierle, Der Mythos von Paris. Zeichen und Bewußtsein der Stadt, Munich/Vienne, Hanser, 1993. Traduction française : La Capitale des signes. Paris et son discours, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1993, p. 14.

25 Walter Benjamin, Gesammelte Briefe, vol. V, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1999, p. 97.

26 Cf. l’article de Corina Golgotiu dans ce volume.

27 Cf. surtout Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, Le Mythe nazi, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube, 2005.

28 La série des Denkbilder, vignettes de quelques lignes dédiées à Marseille, illustre cette violence mythique. Cf. Walter Benjamin, « Marseille », dans Sens unique, précédé d’Enfance Berlinoise et suivi de Paysages Urbains, trad. Jean Lacoste, Paris, Les Lettres Nouvelles/Maurice Nadeau, 2007, 3e édition, p. 291-298.

29 Jean Ballard cité d’après Walter Benjamin, « Les Cahiers du Sud », dans Gesammelte Schriften, vol. IV, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1991, p. 484, trad. Marion Picker.

30 Dans la version de Trogue-Pompée, dont le récit de la fondation de Marseille nous est connu par le résumé qu’en a fait Justin au IIIe siècle de notre ère, les tribus Ligures, jalouses de la prospérité des Grecs, menacent ces derniers de guerres (Justin, XLIII, 3-4).

31 Martine-Agathe Coste, « Marseille, ombres portées d’une ville solaire », dans Le rivage des mythes, une géocritique méditerranéenne. Le lieu et son mythe, Limoges, Pulim, 1999, p. 293.

32 Ibid., p. 293.

33 Ibid., p. 295.

34 Cf. Céline Regnard, Marseille la violente : criminalité, industrialisation et société (1851-1914), op. cit., ainsi que son article dans ce volume.

35 Cf. l’article de David Weber dans ce volume.

36 Bruno Le Dantec, La Ville-sans-nom : Marseille dans la bouche de ceux qui l’assassinent, Marseille, Le Chien rouge, 2007, p. 9 (édition remaniée d’Antoine d’Agata et Bruno le Dantec, Psychogéographie, Cherbourg, Le Point du jour, 2005).

37 Ibid., p. 11.

38 Ibid., p. 10.

39 Jeanne Laffitte et Olivier Pastré, Les 100 mots de Marseille, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2012, p. 32.

40 « Ici, vers l’an 600 avant J.-C., des marins grecs ont abordé, venant de Phocée, cité grecque d’Asie mineure. Ils fondèrent Marseille d’où rayonna en Occident la civilisation ».

41 Laffitte et Pastré, op. cit., p. 92-93.

42 Daniel Winkler, Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole, Bielefeld, Transcript, 2007, p. 96.

43 Pascal Blanchard, Gille Boëtsch, Porte du Sud. Un siècle d’histoire coloniale et d’immigration, Paris, La Découverte/Marseille, Jeanne Laffitte, 2005, p. 76.

44 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce volume.

45 Rappelons que les surréalistes furent aussi sensibles au « mythe de Marseille », dont ils écrivirent une page. Cf. à ce sujet le catalogue de l’exposition La Planète affolée. Surréalisme, dispersion et influences 1938-1947, Paris, Musées de Marseille, Flammarion, 1986.

46 László Moholy-Nagy en 1929, dans László Moholy-Nagy, Paris, Musées de Marseille, 1991, p. 409.

47 Winkler, op. cit., p. 25-26.

48 Boura, op. cit., p. 122.

49 C’est le titre du Courrier International du 15 au 21 novembre 2012.

50 Boura, op. cit., p. 126.

51 Cf. le texte de Reine Caulet et son entretien avec Alain Paire sur les Croque-fruits dans ce volume.

52 Suzanne Liandrat-Guigues et Jean-Louis Leutrat, Penser le cinéma, Paris, Klincksieck, 2001, p. 143.

53 Lury et Massey, dans Winkler, op. cit., p. 37-38.

54 Liandrat-Guigues et Leutrat, op. cit., p. 145.

55 Cf. les articles de Martina Möller et Véronique Dallet-Mann dans ce volume.

56 Cf. les textes de la réalisatrice d’origine allemande Gesa Matthies et des créateurs du bauhaus lab‚ Diego Ortiz et Javiera Tejerina-Rosso‚ dans ce volume.

57 Michel Péraldi‚ dans Baptiste Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 123.

58 Boura citant Giono‚ op. cit.‚ p. 106-107.

59 Marseille - Territoire encyclopédique‚ Arles‚ Actes Sud‚ à paraître en 2013.

60 Publié à Marseille‚ J. Laffitte‚ 2007.

61 Sansot‚ op. cit.‚ p. 307.

62 Cf. la table ronde avec Pierre Ėchinard‚ historien et président de la revue culturelle Marseille‚ et de Philippe Foulquié‚ directeur-fondateur du Théâtre Massalia (1987-2011) et de La Friche La Belle de Mai (1990-2010) dans ce volume.

63 Christa Wolf‚ Postface à Anna Seghers‚ Transit‚ trad. de l’allemand par Martina Wachendorff‚ Paris‚ Autrement‚ 1995. [Nlle éd. Le Livre de Poche Biblio‚ p. 377].

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search