Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Préface

Thomas Keller

Texte intégral

1Le mythe de Marseille n’est pas un mythe comme un autre : il est retentissant‚ bruyant‚ brûlant‚ plein de clichés‚ contradictoire. Il constitue un beau sujet – un sujet difficile‚ piégé‚ mais prometteur. Il intrigue quiconque s’intéresse à Marseille‚ mais tout particulièrement les chercheurs qui se penchent sur les aspects topographiques de la culture.

2Ce volume rassemble les travaux de deux journées d’études portant sur le mythe de Marseille qui ont été organisées par Florence Bancaud‚ Véronique Dallet-Mann et Marion Picker en octobre 2010 et 2011. Elles s’inscrivent dans le programme de recherches de l’Équipe d’Accueil germano-slave ECHANGES‚ domiciliée à Aix-Marseille Université‚ qui s’intitule : « L’espace méditerranéen dans la pensée‚ la littérature et les arts germaniques ». La Provence‚ qui héberge les membres de l’équipe‚ et la Méditerranée sont depuis longtemps au centre des recherches des universitaires provençaux. Il suffit de renvoyer à Thierry Fabre‚ à Émile Temime et à TELEMME‚ centre de recherches de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) et de l’Université de Provence (Aix-Marseille I). Or‚ dès que le regard porté sur cet espace traduit une perspective étrangère‚ le sujet de l’espace méditerranéen soulève des questions particulières. Aux yeux d’un voyageur à la recherche de vestiges de l’histoire‚ la Provence et particulièrement Marseille peuvent apparaître comme le parent pauvre de l’Italie et de la Grèce‚ bien que les ruines de l’Antiquité forment un point de convergence entre ces lieux. En revanche‚ les recherches de l’équipe de recherches ECHANGES peuvent donner à voir un monde réel et imaginaire qui est souvent caché aux regards habituels.

  • 1 Sur ce thème‚ le lecteur pourra se reporter aux numéros 53 et 60 des Cahiers d’Études Germaniques.

3Les chercheurs d’ECHANGES ont réalisé leur programme de façon contrastée‚ en allant du plus large au plus restreint. Leurs recherches sur les lieux et les médiateurs franco-allemands ont mis en lumière un nombre considérable de constellations franco-allemandes dans le Midi1. Le regard s’est ensuite porté des cyprès de la campagne provençale aux pierres et à l’eau de Marseille.

4En focalisant l’attention sur la seule ville de Marseille‚ le projet de Florence Bancaud‚ Véronique Dallet-Mann et Marion Picker a permis de recentrer le thème de recherches d’ECHANGES. Elles ont organisé deux manifestations scientifiques sur ce sujet. La seconde‚ qui s’est déroulée dans le bâtiment des Archives départementales des Bouches-du-Rhône‚ illustre‚ par le choix de ce lieu emblématique‚ la modernité que tente de reconquérir Marseille.

5La présente publication témoigne des orientations fondatrices de l’équipe‚ à savoir son interculturalité et son interdisciplinarité. L’interculturalité se manifeste ici dans la composition du programme et dans le regard croisé des chercheurs qui ont contribué à ce volume sur leur objet‚ le mythe de Marseille. L’interdisciplinarité se reflète dans leurs contributions‚ qui étudient ce sujet à travers différents médias : textes littéraires et philosophiques‚ sources historiques‚ archives et arts visuels‚ comme la photographie et le cinéma. Les éditrices de ce volume ont réuni des spécialistes originaires de la France‚ de l’Allemagne‚ de la Russie et de la Grande-Bretagne. Elles ont rassemblé des historiens‚ des archéologues‚ des spécialistes de la littérature ou du cinéma et des acteurs-clés de la vie culturelle et intellectuelle de la ville.

6Marseille peut apparaître comme un gouffre qui attire de façon irrépressible et qui rejette moins qu’une bonne ville bourgeoise‚ mais la ville a aussi de quoi effrayer. Elle avale‚ assimile‚ intègre et repousse tout à la fois. Les nouvelles réalisations‚ comme les chantiers d’Euro Méditerranée et de Marseille-Provence Capitale européenne de la Culture 2013‚ résisteront-elles au temps ? Le mythe de Marseille englobe la beauté et l’abjection de la Méditerranée. Son étrangeté peut paraître impénétrable et dissuasive. Elle constitue de longue date un enjeu entre les Marseillais et les autres Provençaux‚ entre la Provence et le reste de la France. La complexité contradictoire de la ville est-elle perçue différemment par un Allemand ou un Russe ? Les perspectives allemande et autrichienne‚ russe et britannique renforcent-elles ou altèrent-elles le mythe ? Aucune réponse simple n’est permise.

7L’équipe de recherches germano-slave ECHANGES se réjouit de ce questionnement passionnant. Tout travail de recherche requiert un public. Puissent les lecteurs que j’espère nombreux prendre part à ce cheminement sur les traces du mythe de Marseille.

8Que les Presses Universitaires de Provence soient vivement remerciées pour la publication de ces contributions.

Notes

1 Sur ce thème‚ le lecteur pourra se reporter aux numéros 53 et 60 des Cahiers d’Études Germaniques.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search