Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

Scandales et Sleaze en Irlande du Nord. Essai de nomenclature

Michel Savaric

Résumé

Au cours des dernières années, la classe politique d’Irlande du Nord n’a pas été épargnée par les « affaires ». Selon les partis concernés, ces affaires sont de nature différente : très violentes lorsqu’elles touchent le Sinn Féin et le mouvement républicain, ou plutôt vénales et salaces lorsqu’elles éclaboussent les puritains du Democratic Unionist Party d’Ian Paisley, censés défendre une inflexible rectitude protestante.

Dans cet article, nous tenterons de dresser un état de lieu du climat politique particulier qui règne en Irlande du Nord, plus de dix ans après la signature de l’Accord du Vendredi Saint (Good Friday Agreement). Nous nous demanderons si les affaires, les scandales politiques, moraux et financiers, sont le signe d’un certain relâchement de la tension idéologique qui caractérisait les années de conflit ouvert. Le sleaze nord-irlandais pourrait alors avoir pour effet de nous forcer à sortir d’une certaine vision manichéenne et de nous révéler un tableau beaucoup plus trouble et complexe que ce que l’on avait coutume de voir. Lorsqu’il éclate, le sleaze bouscule la dramaturgie classique en mettant au jour des vérités dérangeantes pour tous les protagonistes.

Texte intégral

1Si l’on se borne à examiner la notion de « scandale » au Royaume-Uni, aucune région ne pourrait sembler plus appropriée que l’Irlande du Nord. Le scandale paraît, en effet, consubstantiel à l’Irlande du Nord, qui est en proie à une indignation permanente. Mais, dans une société où il n’y a pas de consensus par rapport à la légitimité des institutions, ce qui indigne les uns n’est pas forcément ce qui indigne les autres. Nous pouvons donc nous trouver assez loin du sleaze tel qu’on l’entend généralement en Angleterre : des affaires qui mêlent argent, pouvoir et sexe et qui révèlent la corruption de la classe politique. Ceci ne signifie pas que l’Irlande du Nord n’intéresse pas la presse à scandales mais les affaires traitées ne sont pas, généralement, de la même nature : meurtres sectaires, attentats, règlements de comptes à l’intérieur des organisations paramilitaires, trafics en tous genres, collusion entre paramilitaires et forces de l’ordre, indicateurs, infiltration des organisations paramilitaires par l’armée ou les services secrets, etc. Tout au moins, tel était le tableau jusqu’à une époque très récente car plusieurs cas de sleaze ont éclaté à la faveur de l’accord entre le Parti unioniste démocrate (Democratic Unionist Party), fondé par Ian Paisley, et le Sinn Féin de Gerry Adams et Martin McGuinness.

2Il se pourrait donc que l’évolution de l’Irlande du Nord nous renseigne sur les conditions qui doivent être réunies pour que le sleaze puisse se produire. Pendant les vingt-cinq années de violence qui ont ensanglanté l’Irlande du Nord entre 1969 et 1994, que l’on appelle communément les Troubles, les scandales politiques ont été nombreux. Mais, il était rigoureusement impensable de les traiter de façon « légère » comme les affaires à caractère sexuel et financier qui font toujours le bonheur des humoristes et des dessinateurs de presse. Nous allons, dans un premier temps, considérer brièvement ce type de scandales afin d’en déterminer la spécificité. Il nous apparaît que si, dans une société en proie à un conflit armé, des événements font scandale, c’est que même le conflit obéit à des règles, le scandale étant précisément ce qui enfreint ces règles. Nous établirons ensuite un contraste avec des scandales plus récents, survenus au cours du processus de paix consécutif au cessez-le-feu de l’IRA du 31 août 1994. Ces scandales ont principalement impliqué l’IRA et le Sinn Féin. Ils s’apparentaient au sleaze dans la mesure où il était question d’agissements dépourvus de justification politique qui impliquaient un parti politique désireux de donner des gages de « respectabilité ». Toujours concernant l’IRA et le Sinn Féin, nous évoquerons les scandales causés par les nombreuses révélations sur des événements passés qui commencent à émerger à la faveur du processus de paix.

3Enfin, nous aborderons le sleaze nord-irlandais, au sens étroit de malversations financières et d’affaires de mœurs, à travers les scandales qui ont eu lieu alors que fonctionnaient les institutions issues de l’accord du 10 avril 1998. Ces scandales impliquaient principalement le DUP. Nous verrons que, loin d’être anecdotiques, ces scandales, ainsi que certaines révélations stupéfiantes survenues à la faveur du processus de paix, jettent une lumière étrange sur toutes les années de violence écoulées.

Les scandales pendant les années de conflit

4Les scandales survenus pendant les Troubles posaient des questions importantes qui avaient trait aux droits de l’homme et à la démocratie, à la liberté de la presse, à la raison d’État opposée à l’État de droit, à la sécurité et aux libertés publiques. Pourtant, force est de constater qu’aucun ministre incriminé n’a jamais été contraint de démissionner à la suite de l’un de ces scandales. De fait, on pourrait présupposer que l’invocation de la sécurité de l’État suffit généralement à neutraliser les critiques. Nous en donnerons trois exemples.

5Nous pouvons évoquer, pour commencer, l’embuscade de Loughgall du 8 mai 1987. Ce jour-là, la brigade « Tyrone Est » de l’IRA avait prévu de faire exploser la caserne de la RUC (Royal Ulster Constabulary) dans ce village du Comté d’Armagh. Alors que l’IRA venait de faire détoner une bombe très puissante et était en train de procéder au mitraillage de la caserne, une escouade du SAS, force d’élite de l’armée britannique, en embuscade tua les huit membres de l’IRA, ainsi qu’un automobiliste qui eut le malheur de traverser le village au mauvais moment. La caserne de la RUC avait préalablement été évacuée. Ces événements ont provoqué de nombreuses réactions. Alors que les loyalistes, dont Ian Paisley, saluaient la « prouesse » du SAS, la presse de gauche demandait si de telles actions étaient légitimes dans un État démocratique. Au-delà de son apparent succès militaire, cette opération ne contribuait-elle pas à renforcer l’interprétation républicaine de la situation, selon laquelle l’IRA menait une « guerre » contre l’occupant britannique ? Pour l’IRA elle-même, se posait la question des espions infiltrés en son sein puisqu’il était évident que le SAS disposait d’informations ultra secrètes.

6D’autres événements similaires se sont produits à Gibraltar en mars 1988. Selon la version officielle, le SAS savait qu’une unité de l’IRA projetait un attentat lors d’un défilé militaire. Le 6 mars, trois membres de l’IRA, Danny McCann, Seán Savage et Mairéad Farrell, furent abattus près d’une station service. Ils n’étaient pas armés et ne transportaient pas d’explosifs. Le 28 avril, un documentaire de Thames Television intitulé Death on the Rock, demandait tout simplement pourquoi le SAS n’avait pas tenté d’arrêter les terroristes. Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Mme Thatcher a d’ailleurs tenté, en vain, d’empêcher la diffusion du reportage. Le lendemain, la presse tabloïd a laissé éclater son indignation contre le documentaire et le Premier ministre a parlé de « trial by television ». Pour elle, ainsi que pour le gouvernement et le parti conservateur, poser la question de la démocratie et des règles qui s’appliquent dans un État de droit, revenait à faire le jeu des terroristes.

7Un dernier scandale de cette époque que nous souhaitons évoquer, car il a suscité également de vives controverses, est celui de l’affaire Stalker. John Stalker était chef de la police adjoint à Manchester ; il avait été chargé d’une enquête sur la mort de membres de l’IRA et de l’INLA (Irish National Liberation Army), tués à chaque fois par la RUC dans des circonstances suspectes au cours de l’année 1982. En juin 1986, alors qu’il était sur le point de rendre son rapport, Stalker a été brusquement dessaisi de l’enquête. En 1988, il devait néanmoins publier un livre dans lequel il concluait sans ambiguïté que la police avait délibérément tué les présumés terroristes. L’affaire Stalker a fait couler beaucoup d’encre, déchaîné beaucoup de passions, mais n’a conduit à aucune démission, ni dans la police, ni au gouvernement.

8La question primordiale au cœur de tous ces scandales était celle de la légalité des actions conduites par les forces de sécurité. Des membres présumés de l’IRA avaient-ils été « exécutés » par l’armée ou la police ? Sur cette question, il n’y a pas de consensus.

Les scandales impliquant l’IRA et le Sinn Féin pendant le « processus de paix »

9Depuis le cessez-le-feu de l’IRA du 31 août 1994, l’Irlande du Nord a, pour ainsi dire, changé d’époque. Les scandales qui la frappent ne sont plus de même nature. Tout d’abord, les opérations à la légalité contestée contre les organisations républicaines n’ont évidemment plus cours. Au contraire, les autorités sont accusées de fermer les yeux sur les activités des paramilitaires afin de préserver le « processus de paix », coûte que coûte.

10Au cours de cette période, l’Irlande du Nord a également été secouée par plusieurs scandales impliquant l’IRA et le Sinn Féin. Ainsi, le 20 décembre 2004, 26,5millions de livres sterling furent dérobées lors du cambriolage de la Northern Bank. Ce fut l’un des plus gros cambriolages de toute l’histoire britannique. Pour l’accomplir, ses auteurs se sont introduits, déguisés en policiers, au domicile de deux responsables de la banque, Phil Ward et Kevin McMullan. Pendant que la famille de P. Ward était retenue en otage, l’épouse de K. McMullan était enlevée. Les employés de la banque ont ensuite reçu des instructions très précises. Pendant la journée du 20, ils ont travaillé comme à l’accoutumée mais, le soir, ils ont permis aux cambrioleurs d’entrer dans la réserve de la banque. Le gang est ressorti avec les billets, puis, dans la soirée, la famille Ward a été relâchée ainsi que Mme McMullan, abandonnée dans une forêt à côté de Ballynahinch, dans le Comté de Down.

  • 1 Le Bank Charter Act de 1844, qui a accordé le monopole de l’émission de billets à la Banque d’Angle (...)

11Pour tous les commentateurs, tous les journalistes, il ne faisait absolument aucun doute que l’IRA avait commis ce cambriolage. Le chef de la police, Hugh Orde, ainsi que le Premier ministre de la République, Bertie Ahern, étaient du même avis. Seule l’IRA avait le degré d’expertise (collecte d’informations, concertation, etc.) nécessaire pour mener à bien une telle opération, même si certains détails paraissaient ne pas avoir été pris en compte comme le fait que les billets de la Northern Bank étaient quasiment inutilisables en dehors de l’Irlande du Nord1. D’ailleurs, la banque eut tôt fait de rappeler ses billets et d’en imprimer de nouveaux. L’IRA possédait en effet une longue expérience dans l’attaque des banques car c’était l’une de ses sources principales de financement. Du côté du Sinn Féin, on niait tout en bloc : ceux qui accusaient l’IRA ne cherchaient qu’à salir le mouvement républicain et à nuire au processus de paix.

  • 2 Ed Moloney, Voices From the Grave : Two Men’s War in Ireland, Londres, Faber and Faber, 2010, p. 25 (...)
  • 3 « Sinn Féin denies WikiLeaks Claims », Belfast Telegraph, 13 décembre 2010.
  • 4 « Bertie Ahern stands by Gerry Adams WikiLeaks bank raid claim », Belfast Telegraph, 14 décembre 20 (...)

12La polémique concernait le rôle du Sinn Féin, l’aile politique de l’organisation proscrite. Si l’IRA avait accompli ce cambriolage, il n’était pas concevable que les dirigeants du parti n’aient pas été au courant. En janvier 2005, lors d’un débat à la Chambre des communes, le député (MP) unioniste David Burnside a nommé Bobby Storey comme étant l’organisateur du cambriolage de la Northern Bank. Storey faisait partie du commandement de l’IRA tout en représentant un soutien indéfectible à la ligne Adams/McGuinness2. Storey n’aurait pas pu monter une telle opération sans que Martin McGuinness et Gerry Adams, à la tête du parti, aient été au courant. D’ailleurs, il a été coopté à la direction du Sinn Féin en 2007. En décembre 2010, l’affaire a rebondi lors des révélations du site WikiLeaks. Selon les messages des diplomates américains d’alors, le gouvernement irlandais avait la preuve irréfutable que Gerry Adams et M. McGuinness, ainsi que le commandement de l’IRA, savaient à l’avance que le cambriolage de la banque allait avoir lieu3. Encore une fois, les deux dirigeants du parti républicain ont réfuté avec force ces allégations. Bertie Ahern, par contre, a maintenu cette version des faits4.

  • 5 Le 30 janvier 1972, à Derry, l’armée britannique a ouvert le feu sur une manifestation pour les dro (...)

13Un scandale autrement plus dévastateur pour l’IRA et le Sinn Féin s’est produit quelques semaines plus tard : l’assassinat de Robert McCartney, le 30 janvier 2005. Pour les sympathisants et les membres du mouvement républicain dans les quartiers de Belfast-Ouest et d’ailleurs, le cambriolage d’une banque n’était pas particulièrement choquant. On pouvait, certes, questionner le motif politique de l’opération mais les milieux bien informés pouvaient comprendre qu’il s’agissait de remplir les caisses du mouvement avant la mise à pied, imminente, de l’IRA. Il en est allé tout autrement avec le meurtre de Robert McCartney qui était un républicain, issu d’une famille de républicains du quartier du Short Strand. Le meurtre s’est produit dans le pub Magennis’s de May Street à Belfast, le jour de la commémoration de Bloody Sunday5. Un groupe de membres de l’IRA était là, précisément de retour de Derry pour cette commémoration. McCartney avait déjà eu des altercations avec un commandant de l’IRA, présent dans le groupe ce soir-là.

  • 6 Suzanne Breen, « I voted Sinn Fein but I’d vote DUP before I’d support Sinn Fein again », Sunday Tr (...)

14Sous un prétexte futile, une bagarre avait éclaté entre ces individus et McCartney et l’ami qui l’accompagnait, Brendan Devine. Devine qui avait reçu des coups de couteau, avait été entraîné à l’extérieur du pub par McCartney pour appeler une ambulance. C’est là que les membres de l’IRA l’ont attaqué et poignardé à l’estomac. Devine a survécu mais McCartney est mort neuf heures plus tard, à l’hôpital. Il s’est vidé de son sang pendant que les soixante-douze clients du pub étaient enfermés à l’intérieur et procédaient au nettoyage complet de la salle du bar. L’IRA aurait menacé les clients en leur disant que si une seule personne parlait, tous seraient tenus pour responsables6. Mais, l’IRA n’avait pas prévu que les cinq sœurs de McCartney mèneraient une campagne sans relâche, au fort retentissement international, pour obtenir que les coupables soient punis. Elles ont surtout refusé que justice soit faite « en interne », comme il était de coutume dans les milieux républicains. Le 8 mars, l’IRA a en effet proposé d’abattre les meurtriers, mais elles ont décliné l’offre. Deux hommes ont ensuite été inculpés de ce meurtre, mais l’insuffisance de preuves a conduit à l’abandon des poursuites pour l’un et à l’acquittement de l’autre. Après ces deux scandales, le terme de « Rafia » (amalgame de « RA », pour IRA, et de « mafia ») a commencé à être de plus en plus usité dans les quartiers républicains.

  • 7 Paul Dixon, Northern Ireland : The Politics of War and Peace, Londres, Palgrave Macmillan, 2008, p. (...)
  • 8 « We’re the bosses ‘round here ». <http://www.youtube.com/watch?v=bCn7W4sHFWU>.
  • 9 Cette affaire a inspiré une scène dans un roman noir : Stuart Neville, The Twelve, Londres, Harvill (...)

15Le 28 juillet 2005, l’IRA a déclaré que la lutte armée était terminée et a achevé de mettre tout son arsenal militaire hors d’usage. Il ne fait aucun doute que les scandales du cambriolage de la Northern Bank et du meurtre de Robert McCartney, que rien ne pouvait justifier d’un point de vue politique, ont joué un rôle dans cette décision7. Cependant, l’arrêt officiel des activités de l’IRA n’a pas mis un terme aux scandales. Le 20 octobre 2007, un jeune camionneur de 21 ans du nom de Paul Quinn, originaire d’un village décrit comme un bastion républicain dans le sud du comté d’Armagh, a été assassiné. Les circonstances du meurtre pointent vers l’IRA : Quinn avait eu, comme McCartney, des altercations avec des commandants républicains. Pour l’assassiner, ses meurtriers ont d’abord kidnappé un ami du jeune homme. Celui-ci, sous la contrainte, a appelé Quinn et l’a attiré dans un piège. Il lui a proposé un travail et demandé de le rejoindre dans une grange de l’autre côté de la frontière, dans le comté de Monaghan. Là, des hommes masqués l’attendaient avec des gourdins et des barres de fer et l’ont battu sauvagement. Selon une enquête de l’émission Spotlight de la BBC, les agresseurs auraient déclaré : « C’est nous qui commandons ici8 ». Paul Quinn est mort à l’hôpital, à Drogheda9.

  • 10 David Sharrock, « Writing’s on the wall for IRA after murder », The Times, 26 octobre 2007.
  • 11 Jenny McCartney, « Paisley and McGuinness chuckling in power », The Daily Telegraph, 28 octobre 200 (...)

16Pour la presse, cet événement allait constituer un test pour le DUP et le Sinn Féin qui se partageaient le pouvoir en Irlande du Nord depuis le mois de mai. Ce meurtre allait-il provoquer une nouvelle crise politique10? Mais, depuis le meurtre de Robert McCartney, la situation avait grandement évolué. Le Sinn Féin avait finalement accepté de reconnaître la police d’Irlande du Nord, ce qui avait permis au Parti unioniste démocrate (DUP) d’Ian Paisley de conclure un accord avec lui. Ce fut l’Accord de St Andrews du 22 novembre 2006, que l’on peut considérer comme une réitération de l’Accord du Vendredi Saint du 10 avril 1998, à cette différence près que, cette fois, le DUP en était signataire. Le meurtre de Paul Quinn fut donc condamné par Gerry Adams et Martin McGuinness11 et le gouvernement d’Irlande du Nord n’est pas tombé. Depuis, la famille du jeune homme tente d’obtenir que les coupables soient punis mais leur campagne n’a pas eu le même retentissement que celle menée par les sœurs McCartney.

  • 12 « Three face charges over Robert Hamill murder », Belfast Telegraph, 21 décembre 2010.

17L’impunité des tueurs est ainsi un thème récurrent dans les scandales qui ont éclaté dans l’Irlande du Nord du « processus de paix ». En quelque sorte, le processus de paix protège les auteurs de ces actes odieux, ce qui révulse les familles des victimes et nourrit leur sentiment d’impuissance. Le scandale de l’impunité des tueurs est double : d’une part, la police fait preuve d’une étonnante réticence à enquêter, mais, d’autre part, les républicains sont parvenus à entrer dans l’appareil d’État sans, pour autant, se défaire totalement des pratiques propres à une organisation proscrite. Certes, les affaires comme celles que nous venons d’évoquer n’ont pas toujours impliqué les organisations républicaines. Nous pouvons citer, par exemple, le scandale du meurtre de Robert Hamill. Le 27 avril 1997, dans la ville de Portadown, un groupe de vingt à trente loyalistes a sauvagement agressé ce catholique de vingt-cinq ans qui est mort douze jours plus tard. Or, pendant l’agression, un fourgon de la RUC était stationné à proximité. À l’intérieur, quatre policiers armés et équipés ont assisté passivement à la scène. Une première enquête a manifestement été bâclée par la RUC. Une deuxième enquête a été ouverte, conduisant à l’annonce que des charges étaient retenues contre trois auteurs présumés de l’agression le 21 décembre 201012 .

Révélations sur le passé

18Le processus de paix est aussi une occasion de revenir sur le passé violent de l’Irlande du Nord et de s’interroger sur de nombreuses zones d’ombre. Comme on pouvait s’y attendre, les révélations sont parfois dévastatrices et éclairent le passé d’une lumière étrange.

19À ce titre, l’un des scandales les plus importants des années 2000 est, assurément, la révélation du rôle d’espion de Denis Donaldson. Comme souvent, les scandales sont enchâssés les uns dans les autres, tels des poupées gigognes. Il y eut, tout d’abord, le Stormontgate, ou Stormont spy ring, qui a causé la suspension de la devolution pendant près de 5 ans, d’octobre 2002 à mai 2007. Tout a commencé le 4 octobre 2002 lorsque, sous les caméras de télévision, la police d’Irlande du Nord a perquisitionné les bureaux du Sinn Féin à Stormont ainsi que le domicile de certains de ses dirigeants. Le parti était soupçonné d’avoir espionné les conversations entre les membres des gouvernements britannique et irlandais. Le scandale a conduit à la démission des ministres Ulster Unionist Party (UUP) et Democratic Unionist Party (DUP) et la suspension de l’assemblée. Mais les choses n’en sont pas restées là.

  • 13 Cette affaire a inspiré un roman au journaliste français Sorj Chalandon : Mon traître, Paris, Grass (...)

20Denis Donaldson, qui occupait alors le poste de directeur administratif du Sinn Féin à l’Assemblée d’Irlande du Nord, avait été arrêté avec deux autres personnes. Mais, le 8 décembre 2005, toutes les charges retenues contre lui ont étrangement été abandonnées. Le 16 décembre, un coup de théâtre se produisit : Gerry Adams annonça lors d’une conférence de presse que Donaldson était, depuis plus de vingt ans, un agent du MI5, c’est à dire des services secrets britanniques. La révélation fut ensuite confirmée par l’intéressé lui-même à la chaîne de télévision irlandaise RTE. Pour les républicains, le choc fut énorme : Denis Donaldson était un personnage immensément respecté. Compagnon de Bobby Sands, il a sa main passée par-dessus l’épaule du futur martyr sur une très célèbre photo13. Après ces aveux, il s’est réfugié dans un cottage retiré, sans eau courante ni électricité, près du hameau de Doochary dans le Donegal. C’est là qu’il fut retrouvé mort de deux balles dans la poitrine, le 4 avril 2006. L’assassinat a été revendiqué, plus tard, par la Real IRA.

21La mort de Donaldson n’a pas mis un terme aux spéculations. Le personnage étant très haut placé dans la hiérarchie du mouvement républicain, on s’interroge ainsi depuis sur le degré de connaissance dont bénéficiaient les autorités britanniques quant aux agissements et aux opérations projetées par l’organisation paramilitaire secrète. D’autre part, le fait que Donaldson ait été un traître jette le trouble sur le Stormontgate car on ne sait plus qui espionnait qui. Le but des perquisitions ne pouvait-il pas être autre que celui qui avait été annoncé officiellement ? La révélation du rôle d’espion de Donaldson semble, après tout, entièrement résulter d’une gaffe des autorités. N’a-t-on pas alors volontairement sacrifié Donaldson pour protéger d’autres personnes ? Il est probable que d’autres scandales éclateront en lien avec cette affaire.

  • 14 Lisa Smyth, « Gerry Adams’ brother hunted over child abuse claims », Belfast Telegraph, 19 décembre (...)
  • 15 Michael McHugh and Sarah Stack, « Gerry Adams says father was a child abuser », The Independent, 20 (...)

22Un autre scandale dévastateur pour l’IRA et le Sinn Féin a éclaté au sujet de la personne de Gerry Adams et de sa famille. Il s’agit d’une affaire tout à fait extraordinaire pour l’Irlande du Nord, dans la mesure où les leaders républicains sont généralement dépeints comme des êtres totalement dévoués à la cause qu’ils défendent et, selon leurs partisans, irréprochables. En même temps, il s’agissait d’une affaire d’une triste et sordide banalité. Le 18 décembre 2009, Áine Tyrell, nièce de Gerry Adams, a révélé dans un documentaire de la chaîne Ulster Television que son père, Liam Adams, l’avait violée alors qu’elle avait quatre ans et pendant les huit années qui ont suivi14. Elle avait déposé plainte un an auparavant et décidé de rendre l’affaire publique devant la fuite de son père en République d’Irlande. La polémique a été déclenchée par le fait qu’Áine Tyrell avait signalé les agissements de son père à son oncle dès 1987, alors qu’elle avait 14 ans. Dès le lendemain, Gerry Adams a révélé dans une interview accordée à RTE que son père, Gerry Adams, Sr., avait lui-même abusé sexuellement de plusieurs de ses dix enfants15. Il a également appelé son frère à se rendre à la police. Une demande d’extradition a, plus tard, été formulée par les autorités britanniques mais Liam Adams refuse d’être jugé en Irlande du Nord.

  • 16 Neil Sears and Mick Brown, « Gerry Adams : My father sexually abused children in his own family », (...)
  • 17 Jean-Baptiste Allemand, « L’affaire “Adams”, ou l’autre scandale sexuel nord-irlandais », Rue 89, 2 (...)

23Ces dernières révélations ont causé une énorme surprise. Gerry Adams père était considéré comme un héros dans les milieux républicains. En 1942, âgé de 16 ans, il faisait partie des brigades de l’IRA qui menèrent des opérations de représailles à la suite de l’exécution par pendaison du leader Tom Williams. Accusé d’avoir tiré sur un policier de la RUC, il fut condamné à sept ans de prison mais libéré en 1946. Bien que Gerry Adams fils ait affirmé n’avoir eu connaissance des viols commis par son père qu’à la fin des années 1990, alors qu’il approchait lui-même de la cinquantaine, il s’est avéré qu’Adams, Sr. était connu, dans son quartier sous des sobriquets qui n’avaient rien d’héroïques : dirty wee man (dégoûtant petit bonhomme) et the babysitter16. Liam Adams, quant à lui, était un membre éminent du Sinn Féin et pressenti pour être candidat lors des élections au parlement irlandais en 1997. Il avait, d’autre part, en tant que travailleur social, été en contact avec des enfants à Belfast-Ouest, circonscription de Gerry Adams. L’affaire a provoqué un grand embarras pour le parti républicain17 : le président du Sinn Féin avait-il « couvert » son frère ? Ses révélations concernant son père avaient-elles pour but de créer une diversion ? Certains, comme Ruth Dudley Edwards, faisaient remarquer que, pendant toutes les années de conflit, l’IRA n’hésitait pas à exécuter les violeurs et les pédophiles, sauf quand ils étaient dans ses propres rangs :

  • 18 « Today, Adams’s future as president and international ambassador for Sinn Fein is in serious doubt (...)

24À l’heure actuelle, l’avenir d’Adams en tant que président et émissaire international du Sinn Féin est gravement compromis. Les habitants de sa circonscription sont bien conscients que l’IRA a brisé les genoux de plus d’un homme pour des délits sexuels mêmes mineurs et aurait normalement assassiné quiconque accusé d’avoir violé un enfant18.

25En réalité, la position de Gerry Adams en tant que président du Sinn Féin n’était pas menacée par ce scandale et, lors des élections générales du 6 mai 2010, il a été confortablement réélu avec plus de 70 % des suffrages. En dépit de cet éclatant succès, il a annoncé quelques mois plus tard, à la surprise générale, son intention de se présenter aux élections du parlement irlandais, dans le Comté de Louth.

  • 19 Ed Moloney, Voices From the Grave : Two Men’s War in Ireland, Londres, Faber and Faber 2010.
  • 20 Le 21 juillet 1972, l’IRA a fait exploser vingt-deux bombes dans la ville de Belfast, faisant neuf (...)

26Quelques mois après les révélations concernant sa famille, un nouveau scandale a directement touché la personne et le passé de Gerry Adams. En mars 2010, le journaliste Ed Moloney a publié un imposant ouvrage d’entretiens de Brendan Hughes et David Ervine, aujourd’hui décédés19. Il s’agit du premier volume d’une série de publications constituant un projet d’histoire orale du Boston College, université américaine historiquement liée aux émigrés irlandais. Ces entretiens, conduits dans le plus grand secret auprès d’anciens paramilitaires républicains et loyalistes, ne sont publiés qu’après leur mort. Cette série d’ouvrage est donc appelée à réinterroger complètement le passé de l’Irlande du Nord. Brendan Hughes, qui était surnommé the Dark en raison de son teint mat et de ses sourcils broussailleux, y narre une vie entière consacrée à l’IRA et à la cause d’une Irlande unie. Fidèle lieutenant de Gerry Adams, il était responsable des opérations de Bloody Friday20 et avait conduit la première grève de la faim à la prison de Long Kesh en octobre 1980. Mais, après être sorti de prison, B. Hughes s’est trouvé de plus en plus en désaccord avec les orientations prises par la direction du mouvement républicain. Dans l’ouvrage, il exprime très ouvertement son désaveu de ce qu’il estime être une trahison de ses idéaux et de son combat.

27Son témoignage comporte des révélations particulièrement gênantes pour Gerry Adams. Tout d’abord, il donne un compte rendu très détaillé de la longue carrière d’Adams dans l’IRA alors que celui-ci, à la différence de Martin McGuinness, « numéro deux » du Sinn Féin, a toujours nié en avoir fait partie. Surtout, Brendan Hughes implique directement Gerry Adams dans l’affaire de la disparition de Jean McConville. Le cas des « disparus » a hanté le processus de paix en Irlande du Nord, jusqu’à devenir un point central de crispation. Il s’agit de dix-sept personnes tuées entre 1972 et 1985 par des organisations républicaines. Mais, ces morts n’ont jamais été revendiquées et les corps ont été enterrés en secret, laissant les familles dans la douleur. En 1999, l’IRA a finalement admis avoir été responsable de neuf de ces morts, tandis que l’INLA a revendiqué une victime. Tous les corps n’ont pas pu être retrouvés et les recherches se poursuivent. En 2010, trois corps ont été découverts. Parmi les personnes disparues, la plus emblématique et la plus connue était Jean McConville, car elle était veuve et mère de 10 enfants. Sa dépouille a été retrouvée le 27 août 2003 et, en octobre, l’IRA s’est excusée pour les souffrances infligées aux familles des « disparus ».

28Les paroles de Brendan Hughes ont été recueillies en 2002. Sans jamais se renier, il exprime de nombreux regrets et un certain sentiment de culpabilité, notamment lorsqu’il aborde cette question. Il explique que Jean McConville a été arrêtée par l’IRA parce qu’elle communiquait des informations à l’armée britannique : un émetteur aurait été découvert chez elle. Cette version des faits est farouchement contestée par ses enfants. Hughes explique ensuite que l’ordre d’abattre Mrs McConville est venu de Gerry Adams :

  • 21 « I mean, she deserved to be executed, I believe, because she was an informer and she put other peo (...)

29En fait, elle méritait d’être exécutée, je pense, parce que c’était une indic et qu’elle était un danger pour la vie d’autres personnes… L’ordre d’exécuter cette femme est venu d’un seul homme. Cet […]. homme est à présent le chef du Sinn Féin. Il est allé chez cette famille et il a promis une enquête sur la disparition de cette femme. Cet homme est l’homme qui a donné […] l’ordre de l’exécuter. Maintenant, dites-moi où est la moralité dans tout ça21

  • 22 Dan Keenan, « Adams denies role in murder of Jean McConville », The Irish Times, 30 mars 2010.
  • 23 Jim Cusack, « McConville daughter considers run against Adams for Dail seat », Irish Independent, 2 (...)
  • 24 « Adams denies involvement in killing », Belfast Telegraph, 20 février 2011.

30Selon le témoignage de B. Hughes, l’assassinat des « indicateurs » était le fait d’une brigade spéciale, placée directement sous la responsabilité de Gerry Adams. On s’en doute, le président du Sinn Féin a fermement démenti les propos de Hughes lors de la sortie du livre en mars 201022. Ces dénégations ont été réitérées lorsque la télévision irlandaise RTE a diffusé, le 26 octobre 2010, un documentaire réalisé à partir des enregistrements audio des entretiens avec Hughes. En janvier 2011, la fille ainée de Jean McConville a annoncé son intention de se présenter pour les élections au Dáil, face à Gerry Adams, dans la circonscription de Louth23. Une manifestation organisée par elle le 19 février 2011 a poussé le président du Sinn Féin, encore une fois, à nier ces allégations24. Il est donc probable que cette affaire poursuive Gerry Adams encore longtemps. Malgré cette campagne menée contre lui, il a remporté l’élection avec 21,7 % des premières préférences (la République d’Irlande applique le système de vote unique transférable).

  • 25 « Claudy bomb : Police Ombudsman findings at a glance », BBC News, 24 août 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-11069698>.

31L’interrogation du passé est également conduite par la police, grâce à la Brigade des Enquêtes historiques (Historical Enquiries Team) créée en 2005 pour tenter de résoudre les très nombreux cas d’assassinats non résolus, et grâce au médiateur de la police (Police Ombudsman for Northern Ireland). Le 24 août 2010, le médiateur a rendu public le résultat de ses investigations sur l’attentat de Claudy. Le 31 juillet 1972, trois voitures piégées avaient explosé dans la rue principale de ce petit village du comté de Londonderry, tuant neuf personnes dont une enfant de huit ans. Aucun avertissement n’avait été envoyé, sans doute parce que le central téléphonique était hors d’usage du fait d’un précédent attentat, et cet acte n’a jamais été revendiqué. À l’époque, ces événements avaient été quelque peu éclipsés par l’Opération Motorman du même jour, lorsque l’Armée britannique avait repris le contrôle du quartier du Bogside à Derry, qui vivait barricadé depuis août 1969. Dans son rapport, le médiateur confirmait des rumeurs qui couraient depuis longtemps : le chef de l’IRA dans la région, et principal responsable de cette atrocité, était un prêtre catholique, le Père James Chesney25.

  • 26 Police Ombudsman for Northern Ireland, Public Statement by the Police Ombudsman under Section 62 of (...)
  • 27 « Martin Mc Guinness in conversation with me when he confirmed for the first time his meeting with (...)

32La presse internationale a surtout retenu que l’attentat avait été commis par un prêtre. Pourtant, l’essentiel du scandale ne résidait pas là mais dans le fait qu’il y avait eu collusion entre le gouvernement et l’Église catholique pour soustraire James Chesney à la justice. De fortes suspicions pesaient déjà sur lui à l’époque de l’attentat. Selon le rapport, lors d’une réunion en décembre 1972 entre le ministre délégué à l’Irlande du Nord, William Whitelaw, et le Cardinal Conway, la décision aurait été prise d’envoyer le prêtre dans une paroisse du Donegal26. L’attitude de l’Église concorde avec celle qui a été la sienne dans toutes les affaires de pédophilie : le simple déplacement du prêtre qui « pose problème ». Mais, on peut s’interroger sur les motivations du ministre. Certains évoquent la volonté de ne pas provoquer les paramilitaires protestants et les inciter à une vague d’assassinats de prêtres catholiques. Pourrait-il y avoir eu une volonté de ménager l’Église catholique ? La difficulté dans la recherche de la vérité vient principalement du fait que tous les principaux protagonistes sont morts. D’autres s’interrogent également sur les informations que détiendrait Martin McGuinness, puisqu’il était numéro deux de l’IRA pour la ville de Derry à l’époque des faits27. Quoi qu’il en soit, la révélation que le ministre lui-même a protégé un chef de l’IRA est, en soi, stupéfiante et aurait été impensable avant le cessez-le-feu de 1994.

Le DUP et le sleaze

33Le dernier type de scandales que nous voulons évoquer est beaucoup plus conforme au sleaze qui affecte Westminster et qui est régulièrement dénoncé dans les journaux anglais. Pour que de telles affaires se produisent, il a fallu que les politiciens d’Irlande du Nord soient en mesure d’exercer le pouvoir de façon « normale ». En effet, la suspension de Stormont en 1972 et l’administration directe depuis Londres pendant les vingt-six années qui ont suivi, ont produit une classe politique en Irlande du Nord qui n’était pas rompue à l’exercice du pouvoir. Entre le 2 décembre 1999, date de sa mise en place effective, et le 7 mai 2007, date de la mise en œuvre de l’accord de St Andrews, l’Assemblée d’Irlande du Nord n’avait siégé que quelques mois. En s’entendant pour gouverner, les deux partis les plus éloignés sur l’échiquier politique, le Parti unioniste démocrate (DUP) et le Sinn Féin, ont ouvert une période de stabilité qui n’avait jamais existé depuis le cessez-le-feu de l’IRA du 31 août 1994. On peut donc considérer que le pouvoir politique n’est véritablement revenu aux partis d’Irlande du Nord que depuis 2007, l’ironie de l’histoire voulant que le pouvoir soit détenu par les deux partis qui semblaient éternellement destinés à en être écartés. Très vite, les scandales ont cependant entaché l’image du DUP, révélant ainsi que ce parti, profondément lié au puritanisme protestant, avait des pratiques beaucoup moins honnêtes que ce qu’il prétendait.

  • 28 « No unionist who is a unionist will go into partnership with IRA/Sinn Féin. They are not fit to be (...)
  • 29 « Sofa, So Good for New Ikea : Smaller queues than expected as furniture giant opens », Belfast Tel (...)
  • 30 Du nom de deux humoristes qui animaient des émissions pour enfants à la télévision britannique dans (...)
  • 31 « Junior Minister at the Office of the First Minister and deputy First Minister ».

34Le 26 mars 2007, un choc énorme attendait la population d’Irlande du Nord : lors d’une conférence de presse retransmise à la télévision, le révérend Ian Paisley, tout sourire, est apparu aux côtés de Gerry Adams pour annoncer qu’ils étaient parvenus à un accord. Huit mois plus tôt, lors des traditionnels défilés orangistes du 12 juillet, Paisley avait affirmé : « Aucun unioniste véritable ne formera un partenariat avec l’IRA/Sinn Féin. Ils ne sont pas faits pour des partenariats avec des personnes honnêtes28 ». Ce changement complet d’attitude s’est produit dans une ambiance joviale qui allait devenir un trait distinctif de la mandature d’Ian Paisley. À chaque apparition publique, par exemple lors de l’inauguration du magasin Ikea à Belfast29, le Premier ministre d’Irlande du Nord semblait partager des moments d’hilarité et de grande complicité avec son adjoint, Martin McGuinness, ce qui leur valut d’être surnommés les Chuckle Brothers30 dans la presse. Ian Paisley, alors âgé de quatre-vingt un ans, était aidé par son fils Ian Paisley, Jr. qui, de conserve avec l’ancien poseur de bombes de l’IRA, Gerry Kelly, occupait un poste au sein de l’exécutif nord-irlandais spécifiquement dévolu à la tâche de seconder le Premier ministre et le vice-Premier ministre31. Néanmoins, au bout de quelques semaines, le jeune Paisley est devenu un personnage controversé dont l’arrogance et la maladresse n’ont fait que renforcer l’intérêt de la presse.

  • 32 David Gordon, The Fall of the House of Paisley, Dublin, Gill & Macmillan, 2009, nouvelle édition re (...)
  • 33 « Giant Row over Causeway », Ballymoney Times, 13 septembre 2007.

35En septembre 2007, la ministre DUP de l’environnement, Arlene Foster annonça son intention d’approuver un projet de centre pour les visiteurs sur le fameux site de la Chaussée des Géants, principale attraction touristique de l’Irlande du Nord, attirant près de 750000 personnes par an. Elle semblait ainsi mettre un point final à une controverse qui durait depuis l’an 2000, lorsque le centre géré par le National Trust avait été ravagé par un incendie, entraînant l’érection de locaux préfabriqués temporaires32. Le projet en question, porté par un promoteur immobilier du nom de Seymour Sweeney, comprenait un immense dôme au toit végétalisé, un restaurant de 200 places, un parking souterrain de 200 places, des commerces, des bureaux, etc.33. Or, la Chaussée des Géants est un site classé, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le projet de S. Sweeney n’était pas nouveau. Il avait déjà suscité une forte opposition de la part du National Trust qui était allé jusqu’à racheter le Causeway Hotel adjacent afin d’éviter que le promoteur s’en porte acquéreur. Finalement, l’avis des experts de l’UNESCO, qui demandaient que le nouveau centre ne soit pas d’une taille supérieure à celui qui avait brûlé, conduisit Arlene Foster à faire marche arrière devant l’Assemblée d’Irlande du Nord, le 29 janvier 2008.

  • 34 David Gordon, The Fall of the House of Paisley, op. cit., p. 138.

36Au cours de cette période, Ian Paisley, Jr. s’est révélé être un soutien fervent et obstiné du promoteur Seymour Sweeney, ce qui a conduit la presse à enquêter sur les relations qui liaient les deux hommes. En septembre, sur BBC Radio Ulster, le ministre avait tenté de nier connaître S. Sweeney. En réalité, le promoteur était également un membre du DUP, ainsi qu’un proche de la famille Paisley. Depuis des années, Paisley fils accomplissait un travail de lobbyisme intense pour cet entrepreneur, en rapport avec des opérations immobilières auxquelles il était associé. En janvier 2008, il fut révélé que, lors des négociations de l’Accord de St Andrews d’octobre 2006, Paisley, Jr. avait insisté directement auprès de Tony Blair pour que le projet de Sweeney à la Chaussée des Géants soit approuvé34. La position du Junior Minister devenait de plus en plus intenable. En février 2008, le journaliste David Gordon lui a asséné deux coups fatals. Tout d’abord, il a révélé que son père l’employait en tant qu’attaché parlementaire, ce qui lui permettait de cumuler trois salaires puisqu’il était également ministre dans l’exécutif et membre de l’Assemblée d’Irlande du Nord.

  • 35 « Sleaze in Northern Ireland : Keeping it in the family », The Socialist, 27 février 2008.

37Puis, il a révélé une nouvelle affaire immobilière impliquant Sweeney et la famille Paisley. Au cours de l’été 2007, le parti avait emménagé dans de vastes et somptueux locaux dans le centre de Ballymena, fief unioniste. Le loyer, payé par l’État au titre des dépenses parlementaires, s’élevait à 62000 livres sterling, soit une somme bien supérieure aux dépenses des autres partis. Le propriétaire de ces locaux était une société dont le directeur et seul actionnaire était, initialement, nul autre que S. Sweeney lui-même35. En octobre, alors que la controverse au sujet de l’aménagement de la Chaussée des Géants battait son plein, S. Sweeney a jugé bon de laisser sa place au sein de la société immobilière au beau-père de Paisley, Jr. L’achat du bâtiment occupé par le DUP avait été conclu en juillet pour 500000 livres sterling et facilité par Paisley, Jr. Le rendement du bâtiment était donc exceptionnel, tandis que le propriétaire n’avait pas à craindre l’insolvabilité du locataire ! Ne pouvant plus prétendre que sa défense des intérêts du promoteur immobilier était strictement désintéressée, Paisley fils a été contraint à la démission le 18 février 2008. Le 4 mars, Paisley père a annoncé sa démission du poste de Premier ministre de l’Irlande du Nord et de chef du DUP. Quelques semaines plut tôt, il jurait de sa volonté de mener son mandat jusqu’à son terme mais il lui était, tout simplement, devenu impossible de satisfaire à ses obligations sans l’aide de son fils.

  • 36 « UUP take Dromore council seat », News Letter, 15 février 2008.

38Le 14 février, juste avant la démission de Paisley, Jr., le DUP a subi une humiliante défaite lors de l’élection partielle de Dromore, dans le Comté de Down, alors qu’il était censé remporter aisément ce siège unioniste. En fait, l’élection fut remportée, grâce au soutien des électeurs de la Voix des unionistes traditionnels (Traditional Unionist Voice), par son rival le Parti unioniste d’Ulster (UUP), devenu minoritaire en 200336 Le TUV est un tout jeune parti. Présidé par Jim Allister, il avait été fondé en décembre 2007 par des « dissidents » du DUP, hostiles à l’accord de St Andrews et furieux du revirement d’Ian Paisley à l’égard du Sinn Féin. En Irlande du Nord, le mode de scrutin adopté pour les élections locales est le vote unique transférable qui conduit les électeurs à des choix tactiques puisqu’ils peuvent exprimer plusieurs préférences. En l’occurrence, des votes pour TUV en première position, indiquant l’UUP en deuxième choix, exprimaient un rejet très clair du DUP. Analysant, par la suite, les raisons de cette déroute, le parti a isolé deux facteurs : la complicité gênante que Paisley, Sr. entretenait avec Martin McGuinness et les scandales à répétition qui poursuivaient Paisley, Jr.

  • 37 Brian Rowan, « Can the Brothers Grim Get Along ? », Belfast Telegraph, 12 mars 2008.
  • 38 David Gordon, « Expenses : Paisley Jnr’s £950 claim for office chair », Belfast Telegraph, 3 juin 2 (...)
  • 39 « MPs’ expenses : more than 30 MPs charged the taxpayer £4,800 annually for food », The Daily Teleg (...)

39Le vieux pasteur a laissé la place au « numéro deux » du DUP, Peter Robinson. Nettement moins haut en couleurs que son prédécesseur, Robinson n’était pas du genre à se laisser aller à la bonhomie simplement parce qu’il posait pour des photographies en compagnie de Martin McGuinness. Dans la presse, les Chuckle Brothers ont été remplacés par les Brothers Grim37 (jeu de mot sur les frères Grimm et les frères sinistres). Cependant, malgré le départ de Paisley père et fils, les scandales ont continué de ternir l’image du Parti unioniste démocrate au cours des années 2008 et 2009. L’année 2009, notamment, fut marquée par le scandale des notes de frais parlementaires à Westminster et les politiciens d’Irlande du Nord ne furent pas épargnés. Ainsi, il fut révélé, par exemple, que Paisley, Jr. s’était fait rembourser un fauteuil de bureau pour un montant de 950 livres sterling38. Son père, quant à lui, n’avait pas hésité à se faire rembourser le maximum autorisé de 400 livres sterling de « frais de bouche » par mois, même pendant les périodes où il ne siégeait pas à la Chambre des communes39. Le DUP n’est pas le seul parti à avoir indûment profité du système. Les cinq députés du Sinn Féin, par exemple, se sont fait rembourser plus de 100000 livres sterling de loyer par an alors qu’ils ne siégeaient même pas à Westminster ! Les élections européennes de juin 2009 marquèrent une nouvelle débâcle pour le DUP. Alors qu’il s’agit d’un scrutin dans lequel ses résultats sont traditionnellement bons, il fut devancé par le Sinn Féin et l’UUP.

  • 40 <http://www.youtube.com/watch?v=_RbfNmoRrwo>.

40Les journaux ont également soulevé le cas des politiciens qui employaient des membres de leur famille. Le couple Robinson, au pouvoir, employait ses trois enfants ainsi qu’une belle-fille. Toutefois, ces scandales n’étaient rien par rapport à celui qui a englouti Peter et Iris Robinson en janvier 2010. Le couple s’est alors retrouvé au cœur d’un scandale beaucoup plus important que les nombreuses affaires ayant conduit à la démission de Paisley senior et junior. L’ironie de l’histoire a voulu qu’il survienne au même moment que les révélations qui empoisonnaient la vie de Gerry Adams. Une nouvelle fois, il s’agissait d’une affaire de famille, non plus entre un père et son fils, ou entre deux frères, mais entre un mari et sa femme. Le point de départ de l’affaire de l’Irisgate fut Spotlight, une émission télévisée de BBC 1 Northern Ireland. L’équipe de Spotlight, avait bénéficié d’informations « confidentielles » et s’apprêtait à les rendre publiques. Sachant ce qui se préparait, Peter Robinson a tenté de devancer le scandale en convoquant les caméras de télévision à son domicile le 6 janvier. Il a expliqué que sa femme Iris, ancienne maire, élue à l’Assemblée d’Irlande du Nord et à la Chambre des Communes, avait eu une liaison extraconjugale et tenté de se suicider en mars 2009. Il ajoutait qu’il lui avait pardonné et tentait de sauver son mariage40.

  • 41 <http://www.youtube.com/watch?v=Z2XeNNgzXk4>.

41Cette interview « intimiste » du Premier ministre ne correspondait en rien à sa personne publique, celle à laquelle la population nord-irlandaise était habituée. Elle soulevait de nombreuses questions : en particulier, pourquoi Peter Robinson avait-il ressenti le besoin d’étaler ainsi sa vie privée ? La réponse devait être fournie dès le lendemain, la BBC, en effet, ayant choisi d’avancer la diffusion du magazine Spotlight. Les téléspectateurs d’Irlande du Nord n’étaient pas au bout de leurs surprises cependant. Tout d’abord, Kirk McCambley, l’amant d’Iris, n’avait que dix-neuf ans, soit trente-neuf ans de moins qu’elle. D’autre part, le scandale n’était pas une simple affaire de mœurs mais aussi une affaire d’argent. Usant de son influence en tant qu’élue au sein de la collectivité locale de Castlereagh, dans la banlieue est de Belfast, Iris Robinson avait obtenu de deux promoteurs immobiliers, liés au DUP, qu’ils investissent 50000 livres sterling – un prêt ou un don, cela n’est pas très clair – dans un café qu’elle avait ouvert pour lui au bord de la rivière Lagan. Le principal atout de ce reportage était le témoignage direct de deux acteurs majeurs de l’affaire : le jeune Kirk lui-même et un proche conseiller d’Iris Robinson. Ainsi, le jeune homme indiquait que sa maîtresse aurait empoché 5 000 livres sterling pour elle-même dans la transaction. Puis leur relation se détériorant, la politicienne aurait exigé du jeune homme qu’il rembourse l’argent ; elle aurait eu l’intention de garder 25000 livres sterling et de verser 25000 livres sterling à l’église évangélique qu’elle fréquentait. Peter serait alors intervenu, après mars 2009, pour insister que l’argent soit rendu aux promoteurs immobiliers. Cependant, selon les règles de l’Assemblée, le Premier ministre aurait dû alors rendre l’affaire publique41.

  • 42 « Just when you thought Northern Ireland had no more surprises left, this comes along. » Denis Murr (...)

42Tous les éléments étaient donc réunis pour qu’une véritable tempête médiatique se déchaîne autour de cette affaire. Il y avait, notamment, la variation sur le thème de l’adultère, le fait – peu banal – que cela soit une femme, et que cette femme politique, puissante et influente, ait eu une liaison avec un tout jeune homme. Le fait que ce scandale se produise en Irlande du Nord ajoutait du piquant ; le Daily Telegraph notait ainsi : « Alors que l’on pensait que plus rien ne pourrait nous surprendre venant d’Irlande du Nord, voilà que survient cette histoire »42. Et, surtout, le nom de famille de cette « femme cougar » prêtait à d’infinies variations sur les personnages du film Le Lauréat (The Graduate, Mike Nichols, 1967) et sur la chanson très connue de Simon et Garfunkel qui en était le thème musical.

43Le scandale avait un caractère « universel » qui a intéressé la presse internationale, ce qui n’était pas le cas pour le scandale de l’aménagement de la Chaussée des Géants, ou pour les locaux du DUP à Ballymena. Par contre, cette presse a accordé relativement peu de place aux ramifications politiques de l’affaire.

  • 43 David Gordon, « First Minister Peter Robinson backs wife’s view that gays are an “abomination” », B (...)

44Tout d’abord, il y avait le fait que le couple Robinson appartenait à un parti profondément imprégné des idées puritaines et ultraconservatrices des mouvements évangéliques protestants. En juillet 2008, Iris Robinson avait causé une controverse, sur BBC Radio Ulster, en qualifiant l’homosexualité d’« abomination » et en expliquant que le devoir du gouvernement était d’appliquer la loi divine. Peter Robinson était par la suite intervenu pour défendre sa femme43. L’homophobie du parti unioniste démocrate n’a rien de nouveau ; entre 1977 et 1982, Ian Paisley avait mené une campagne baptisée « Préserver l’Ulster de la sodomie » (Save Ulster from sodomy) pour empêcher, sans succès, la dépénalisation de l’homosexualité en Irlande du Nord. Aussi, lorsque l’Irisgate a éclaté, les journalistes, les chansonniers et les humoristes n’ont pas manqué d’ironiser sur l’hypocrisie de la puritaine qui vouait les homosexuels aux flammes de l’enfer tout en commettant l’adultère, autre péché capital dans la Bible.

  • 44 Mark Devenport, « 2010 : when Northern Ireland’s politics became personal », BBCNews Northern Irela (...)
  • 45 Henry McDonald, « Northern Ireland minister calls on Ulster Museum to promote creationism », The Gu (...)

45Au scandale moral s’est ajouté le scandale financier. Peter Robinson a dû quitter son poste de Premier ministre pendant trois semaines, le temps qu’un juriste puisse décréter qu’il n’avait pas enfreint les règles de l’Assemblée. Pendant ces trois semaines, l’intérim a été assuré par la ministre Arlene Foster. Iris, quant à elle, a dû démissionner de tous ses mandats. Lors des élections générales du mois de mai, le DUP est parvenu à conserver tous ses sièges sauf un, celui de Peter Robinson ! Sa circonscription de Belfast-Est est, à présent, détenue par Naomi Long, du Parti de l’Alliance (parti modéré qui prône une alliance des catholiques et des protestants au sein d’une Irlande du Nord britannique où ne se pratiquerait aucune discrimination44). Cette affaire a ainsi, en quelque sorte, mis à nu l’absence de buts du parti fondé par Ian Paisley en 1971. Pendant trente-cinq ans, il avait combattu sans relâche le catholicisme et le républicanisme et tous ceux qui étaient soupçonnés de faiblesse ou de traîtrise (l’UUP, les mouvements œcuméniques, le gouvernement britannique). Alors qu’il gouvernait avec le Sinn Féin, une partie de sa rhétorique était devenue sans objet. Ses seuls « marqueurs identitaires » devenait son puritanisme protestant : l’homophobie, l’opposition à l’avortement, le créationnisme, etc.. En mai 2010, le ministre DUP de la culture, Nelson McCausland, a d’ailleurs causé une autre controverse en demandant que le Musée de l’Ulster, récemment rénové, accorde une place aux thèses créationnistes aux côtés de la théorie de l’évolution45. Il n’a pas obtenu gain de cause. De même, lorsqu’il est devenu Premier ministre, Ian Paisley n’a pas pu empêcher l’attribution des subventions promises aux associations organisatrices de la gay pride.

Conclusion

46Tous les scandales que nous avons évoqués agissent comme des « révélateurs », ou bien constituent en eux-mêmes des « révélations ». Leur émergence est le signe d’un certain relâchement de la tension idéologique qui caractérisait le conflit ouvert nord-irlandais. Ainsi, concernant les scandales qui ont frappé la mouvance républicaine, le processus de paix a progressivement permis de rendre audibles des voix qui n’avaient pas, jusque-là, cette possibilité. Les familles des victimes de l’attentat d’Omagh, les familles des « disparus », les familles de Claudy, la nièce de Gerry Adams ont réussi à s’imposer dans le débat. Auparavant, ces personnes auraient été accusées de partialité ou de traîtrise car le mouvement républicain mettait en avant ses propres victimes : celles du massacre de Ballymurphy (9-11 août 1971), ou celles de Bloody Sunday (30 janvier 1972). En dehors de l’Irlande du Nord, les mouvements de gauche, les sympathisants de la cause républicaine comme le cinéaste Ken Loach, se concentraient sur les atteintes aux droits de l’homme commises par les forces de sécurité britanniques. Les victimes catholiques de l’IRA ne pouvaient pas être évoquées sans provoquer des suspicions de sympathie avec les unionistes ou le gouvernement britannique. La décision du mouvement républicain d’abandonner la lutte armée, de choisir la voie politique, jusqu’à entrer dans le gouvernement d’une Irlande du Nord toujours coupée du reste de l’île, a mis au jour toutes ces situations. Parallèlement, les exactions de l’IRA commises après le cessez-le-feu ont fragilisé la position du Sinn Féin, tandis que la police a été accusée d’être laxiste dans le but de protéger le processus de paix.

47Par comparaison, les cas de sleaze ayant affecté le DUP sont beaucoup plus conformes aux affaires qui se sont produites en Angleterre. La principale différence, relevée par la presse internationale dans le cas de l’Irisgate, était précisément le fait qu’elles se soient déroulées en l’Irlande du Nord et concernaient les fondamentalistes protestants du DUP. Le sleaze nord-irlandais présente ainsi comme un caractère incongru qui pourrait conduire à penser que cette société se normalise : elle se dote d’institutions qui fonctionnent et les politiciens, comme ailleurs, abusent de leur position de pouvoir. La différence de nature entre les scandales impliquant le mouvement républicain et le sleaze du DUP nous interroge. L’une des raisons pourrait résider dans le type de pouvoir à la disposition de chacun dans les communautés dont ils émanent. À l’origine, Ian Paisley se présentait comme le défenseur de la classe ouvrière protestante. Il vitupérait contre la « brigade des manteaux de fourrure » mais, le 18 juin 2010, il a été fait baron Bannside de North Antrim. Le DUP fait indéniablement partie de la « haute société » protestante ; le couple Robinson en est un exemple type. Une fois aux commandes de l’Assemblée, les politiciens du DUP ont utilisé les moyens à leur disposition pour satisfaire leurs intérêts matériels, politiques ainsi que leurs pulsions.

48Du côté des républicains, c’est l’IRA qui a longtemps constitué le moyen d’obtenir du pouvoir. Dans les quartiers catholiques, le Sinn Féin a créé toute une infrastructure destinée à remplacer les institutions officielles, notamment en matière de maintien de l’ordre. Une fois parvenus au pouvoir, ses membres ont dû supprimer l’organisation armée qui leur avait permis d’accéder à cette position car elle les fragilisait. Ainsi, dans l’État libre d’Irlande en 1935, Eamon de Valera avait-il fini par interdire l’IRA dont il avait fait partie. La violence de l’IRA s’accompagnait du secret et c’est, en fait, la divulgation de secrets qui a caractérisé les scandales frappant le Sinn Féin.

49Les scandales fascinent parce qu’ils permettent de soulever un coin du voile. Ils portent à notre connaissance un monde qui devrait rester caché : les agissements secrets de personnes perpétuellement exposées au regard des médias. Dans le cas de l’Irlande du Nord, les scandales, les affaires et le sleaze posent la question des motivations réelles des différents acteurs au regard de leur rôle dans les longues années de conflit et dans le changement qui s’est opéré au cours des dernières années.

Bibliographie

Bibliographie

« Adams Denies Involvement in Killing », Belfast Telegraph, 20 février 2011.

Allemand Jean-Baptiste, « L’affaire “Adams”, ou l’autre scandale sexuel nord-irlandais », Rue 89, 21 janvier 2010, <http://www.rue89.com/blog-belfast/2010/01/21/laffaire-adams-ou-lautre-scandale-sexuel-nord-irlandais-134745>.

« Bertie Ahern stands by Gerry Adams WikiLeaks bank raid claim », Belfast Telegraph, 14 décembre 2010.

Breen Suzanne, « “I voted Sinn Fein but I’d vote DUP before I’d support Sinn Fein again” », Sunday Tribune, 13 février 2005.

Chalandon Sorj, Mon traître, Paris, Grasset, 2008.

« Claudy Bomb : Police Ombudsman Findings at a Glance », BBC News, 24 août 2010, http://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-11069698

Cusack Jim, « McConville Daughter Considers Run Against Adams for Dail Seat », Irish Independent, 23 janvier 2011.

Devenport Mark, « 2010 : When Northern Ireland’s Politics Became Personal », BBC News Northern Ireland, 28 December 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/uk-northernireland-12049964>.

Dixon Paul, Northern Ireland : The Politics of War and Peace, Londres, Palgrave Macmillan, 2008.

Dudley Edwards Ruth, « The IRA Boasted About Shooting Child Abusers. How Very Odd that They Ignored the Vile Crimes of Gerry Adams’ Father and Brother », Daily Mail, 22 décembre 2009.

« Giant Row over Causeway », Ballymoney Times, 13 septembre 2007.

Gordon David, « First Minister Peter Robinson Backs Wife’s View that Gays are an “Abomination” », Belfast Telegraph, 31 octobre 2008.

Gordon David, « Expenses : Paisley Jnr’s £950 Claim for Office Chair », Belfast Telegraph, 3 juin 2009.

Gordon David, The Fall of the House of Paisley, Dublin, Gill & Macmillan, 2009.

Keenan Dan, « Adams Denies Role in Murder of Jean McConville », The Irish Times, 30 mars 2010.

« Martin Mc Guinness in Conversation with me When he Confirmed for the First Time his Meeting with Fr James Chesney Whose Name was Linked to the Claudy Bombing », Slugger O’Toole, 13 septembre 2010, <http://sluggerotoole.com/2010/09/13/martin-mc-guinness-in-conversation-with-me-when-he-confirmed-for-the-first-time-his-meeting-with-fr-james-chesney-whose-name-was-linked-to-the-claudy-bombing/>.

McCartney Jenny, « Paisley and McGuinness chuckling in power », Daily Telegraph, 28 octobre 2007.

McDonald Henry, « Northern Ireland Minister Calls on Ulster Museum to Promote Creationism », The Guardian, 26 mai 2010.

McHugh Michael et Stack Sarah, « Gerry Adams Says Father Was a Child Abuser », The Independent, 20 décembre 2009.

Moloney Ed, Voices From the Grave : Two Men’s War in Ireland, Londres, Faber and Faber, 2010.

Moriarty Gerry, « Powersharing with SF “Over Our Dead Bodies", Paisley Declares », Irish Times, 13 juillet 2006.

« MPs’ Expenses : More Than 30 MPs Charged the Taxpayer £4,800 Annually for Food », Daily Telegraph, 18 juin 2009.

Murray Denis, « Iris and Peter Robinson : The Politician, his Wife, her Lover and the Money », Daily Telegraph, 13 janvier 2010.

Neville Stuart, The Twelve, Londres, Harville Seeker, 2009.

Police Ombudsman for Northern Ireland, 24 août 2010, Public Statement by the Police Ombudsman under Section 62 of the Police (Northern Ireland) Act 1998 Relating to the RUC Investigation of the Alleged Involvement of the Late Father James Chesney in the Bombing of Claudy on 31 July 1972.

Rowan Brian, « Can the Brothers Grim Get Along ? », Belfast Telegraph, 12 mars 2008.

Sears Neil et Brown Mick, « Gerry Adams : My Father Sexually Abused Children in his Own Family », Daily Mail, 21 décembre 2009.

Sharrock David, « Writing’s on the wall for IRA after murder », The Times, 26 octobre 2007.

« Sinn Féin denies WikiLeaks Claims », Belfast Telegraph, 13 décembre 2010.

« Sleaze in Northern Ireland : Keeping it in the Family », The Socialist, 27 février 2008.

Smyth Lisa, « Gerry Adams’ Brother Hunted Over Child Abuse Claims », Belfast Telegraph, 19 décembre 2009.

« Sofa, So Good for New Ikea : Smaller Queues Than Expected as Furniture Giant Opens », Belfast Telegraph, 14 décembre 2007.

« Three Face Charges over Robert Hamill Murder », Belfast Telegraph, 21 décembre 2010. « UUP take Dromore Council Seat », News Letter, 15.

Notes

1 Le Bank Charter Act de 1844, qui a accordé le monopole de l’émission de billets à la Banque d’Angleterre ne s’appliquait qu’à la l’Angleterre et au pays de Galles. Les banques d’Écosse et d’Irlande du Nord émettent donc leurs propres billets qui sont, théoriquement, acceptés dans tout le Royaume-Uni mais souvent refusés en pratique.

2 Ed Moloney, Voices From the Grave : Two Men’s War in Ireland, Londres, Faber and Faber, 2010, p. 257.

3 « Sinn Féin denies WikiLeaks Claims », Belfast Telegraph, 13 décembre 2010.

4 « Bertie Ahern stands by Gerry Adams WikiLeaks bank raid claim », Belfast Telegraph, 14 décembre 2010.

5 Le 30 janvier 1972, à Derry, l’armée britannique a ouvert le feu sur une manifestation pour les droits civiques, tuant 14 personnes.

6 Suzanne Breen, « I voted Sinn Fein but I’d vote DUP before I’d support Sinn Fein again », Sunday Tribune, 13 février 2005.

7 Paul Dixon, Northern Ireland : The Politics of War and Peace, Londres, Palgrave Macmillan, 2008, p. 308.

8 « We’re the bosses ‘round here ». <http://www.youtube.com/watch?v=bCn7W4sHFWU>.

9 Cette affaire a inspiré une scène dans un roman noir : Stuart Neville, The Twelve, Londres, Harville Seeker, 2009.

10 David Sharrock, « Writing’s on the wall for IRA after murder », The Times, 26 octobre 2007.

11 Jenny McCartney, « Paisley and McGuinness chuckling in power », The Daily Telegraph, 28 octobre 2007.

12 « Three face charges over Robert Hamill murder », Belfast Telegraph, 21 décembre 2010.

13 Cette affaire a inspiré un roman au journaliste français Sorj Chalandon : Mon traître, Paris, Grasset, 2008.

14 Lisa Smyth, « Gerry Adams’ brother hunted over child abuse claims », Belfast Telegraph, 19 décembre 2009.

15 Michael McHugh and Sarah Stack, « Gerry Adams says father was a child abuser », The Independent, 20 décembre 2009.

16 Neil Sears and Mick Brown, « Gerry Adams : My father sexually abused children in his own family », Daily Mail, 21 décembre 2009.

17 Jean-Baptiste Allemand, « L’affaire “Adams”, ou l’autre scandale sexuel nord-irlandais », Rue 89, 21 janvier 2010, <http://www.rue89.com/blog-belfast/2010/01/21/laffaire-adams-ou-lautre-scandale-sexuel-nord-irlandais-134745>.

18 « Today, Adams’s future as president and international ambassador for Sinn Fein is in serious doubt. The denizens of his constituency are well aware that the IRA knee-capped many a man for even minor sexual misdemeanours and would normally have murdered anyone alleged to have raped a child », Ruth Dudley Edwards, « The IRA boasted about shooting child abusers. How very odd that they ignored the vile crimes of Gerry Adams’ father and brother », Daily Mail, 22 décembre 2009.

19 Ed Moloney, Voices From the Grave : Two Men’s War in Ireland, Londres, Faber and Faber 2010.

20 Le 21 juillet 1972, l’IRA a fait exploser vingt-deux bombes dans la ville de Belfast, faisant neuf morts et plus de cent trente blessés.

21 « I mean, she deserved to be executed, I believe, because she was an informer and she put other people’s lives at risk […] There was only one man who gave the order for that woman to be executed. That […] man is now the head of Sinn Fein. He went to this family’s house and promised an investigation into the woman’s disappearance. That man is the man who gave the […] order for that woman to be executed. Now tell me the morality in that […]. », Ed Moloney, Voices From the Grace, p. 129-130.

22 Dan Keenan, « Adams denies role in murder of Jean McConville », The Irish Times, 30 mars 2010.

23 Jim Cusack, « McConville daughter considers run against Adams for Dail seat », Irish Independent, 23 janvier 2011.

24 « Adams denies involvement in killing », Belfast Telegraph, 20 février 2011.

25 « Claudy bomb : Police Ombudsman findings at a glance », BBC News, 24 août 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-11069698>.

26 Police Ombudsman for Northern Ireland, Public Statement by the Police Ombudsman under Section 62 of the Police (Northern Ireland) Act 1998 Relating to the RUC Investigation of the Alleged Involvement of the Late Father James Chesney in the Bombing of Claudy on 31 July 1972, 24 août 2010.

27 « Martin Mc Guinness in conversation with me when he confirmed for the first time his meeting with Fr James Chesney whose name was linked to the Claudy bombing », Slugger O’Toole, 13 septembre 2010, <http://sluggerotoole.com/2010/09/13/martin-mc-guinness-in-conversation-with-me-when-he-confirmed-for-the-first-time-his-meeting-with-fr-james-chesney-whose-name-was-linked-to-the-claudy-bombing/>.

28 « No unionist who is a unionist will go into partnership with IRA/Sinn Féin. They are not fit to be in partnership with decent people ». Gerry Moriarty, « Powersharing with SF “over our dead bodies", Paisley declares », Irish Times, 13 juillet 2006.

29 « Sofa, So Good for New Ikea : Smaller queues than expected as furniture giant opens », Belfast Telegraph, 14 decembre 2007.

30 Du nom de deux humoristes qui animaient des émissions pour enfants à la télévision britannique dans les années 1980.

31 « Junior Minister at the Office of the First Minister and deputy First Minister ».

32 David Gordon, The Fall of the House of Paisley, Dublin, Gill & Macmillan, 2009, nouvelle édition revue 2010, p. 61.

33 « Giant Row over Causeway », Ballymoney Times, 13 septembre 2007.

34 David Gordon, The Fall of the House of Paisley, op. cit., p. 138.

35 « Sleaze in Northern Ireland : Keeping it in the family », The Socialist, 27 février 2008.

36 « UUP take Dromore council seat », News Letter, 15 février 2008.

37 Brian Rowan, « Can the Brothers Grim Get Along ? », Belfast Telegraph, 12 mars 2008.

38 David Gordon, « Expenses : Paisley Jnr’s £950 claim for office chair », Belfast Telegraph, 3 juin 2009.

39 « MPs’ expenses : more than 30 MPs charged the taxpayer £4,800 annually for food », The Daily Telegraph, 18 juin 2009.

40 <http://www.youtube.com/watch?v=_RbfNmoRrwo>.

41 <http://www.youtube.com/watch?v=Z2XeNNgzXk4>.

42 « Just when you thought Northern Ireland had no more surprises left, this comes along. » Denis Murray, « Iris and Peter Robinson : The politician, his wife, her lover and the money », The Daily Telegraph, 13 janvier 2010.

43 David Gordon, « First Minister Peter Robinson backs wife’s view that gays are an “abomination” », Belfast Telegraph, 31 octobre 2008.

44 Mark Devenport, « 2010 : when Northern Ireland’s politics became personal », BBCNews Northern Ireland, 28 décembre 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-12049964>.

45 Henry McDonald, « Northern Ireland minister calls on Ulster Museum to promote creationism », The Guardian, 26 mai 2010.

Auteur

Université de Franche-Comté
A vécu plusieurs années à Belfast, dans le cadre des recherches menées pour sa thèse de doctorat, La Question de l’identité en Irlande du Nord, soutenue à l’Université de Toulouse le Mirail en 2001. Il est maître de conférences à l’Université de Franche-Comté depuis 2002 et membre du Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (CRIT). Il a publié des articles sur la représentation du conflit nord-irlandais, notamment dans le cinéma, la peinture et les peintures murales. En 2009, il a co-dirigé The Irish Celebrating : Festive and Tragic Overtones, (Cambridge Scholars Publishing). Ses recherches actuelles portent sur l’évolution de la société nord-irlandaise et la réinterprétation de son passé à la lumière du processus de paix.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search