Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

De bien étranges dérives. La gestion du parc HLM dans le borough londonien de Westminster, 1983-1991

David Fée

Résumé

Le logement a toujours constitué un terreau fertile pour les affaires en Grande-Bretagne, qu’il s’agisse de déplacer des locataires de logements sociaux suspectés de ne pas voter comme les élus le souhaitent, ou de financement caché accordé à certains ministres pour acquérir leur logement. Cet article s’intéresse à un cas précis, celui de la vente de logements sociaux et du déplacement de leurs résidents, au mépris du devoir de logement imposé par la loi, par la municipalité conservatrice de Westminster à Londres dans les années 1980. Par delà cette affaire et le procès à rebondissements de quinze ans qui s’ensuivit, cet article s’emploie à éclairer les motifs de ces malversations. Il explique ainsi comment l’accession à la propriété est devenue le pivot des politiques de logement des deux grands partis politiques britanniques et combien jusqu’aux années 1990 les conservateurs étaient convaincus de la dimension politique de la propriété. Elargir l’accès à la propriété en Grande-Bretagne était conçu par le parti comme un moyen de capter de nouveaux électeurs.

Texte intégral

1Le borough (arrondissement) de Westminster à Londres est d’ordinaire associé dans l’esprit des Britanniques et des étrangers aux monuments phares et aux parcs du centre de la capitale. S’il ne compte que cent quatre-vingt mille habitants, il est cependant la municipalité la plus prestigieuse du Royaume-Uni car il englobe entre autres les quartiers de Belgravia et de Mayfair où les riches mènent grand train et celui de Bloomsbury, haut lieu de la vie artistique dans les années 1920 et 1930. Il est surtout indissociable des institutions politiques britanniques et en particulier du Parlement auquel il a donné son nom. Néanmoins, de la fin des années 1980 à la fin des années 1990, Westminster s’est davantage fait connaître pour les multiples affaires (sleaze) qui ont entaché la gestion locale des élus conservateurs. Les accusations de corruption, qui ont donné lieu à procès et condamnations, ont toujours ramené les enquêteurs vers une personne, Lady Shirley Porter, leader du conseil municipal entre 1983 et 1991. Bien qu’elles aient eu pour objet de multiples aspects de l’administration quotidienne de Westminster, ces allégations ont surtout porté sur la question de la gestion du parc de logements publics. Pourquoi un tel intérêt pour le logement ? Afin de répondre à cette question, nous retracerons dans un premier temps l’historique de ces nombreuses affaires, avant de nous concentrer sur les politiques nationales du logement mises en œuvre sous les conservateurs. Nous expliquerons ainsi pourquoi ce pan des politiques publiques a acquis une telle dimension politique à Westminster.

« Homes for Votes » : Westminster ou le règne de la corruption, 1983-1991

2En offrant un nouvel exemple de corruption et d’immoralité, la municipalité de Westminster a joué un rôle de premier plan dans la défaite électorale des conservateurs emmenés par John Major en 1997. En effet, plus que les affaires de mœurs impliquant les membres du gouvernement, et tout autant que les affaires de corruption financière, les procès portant sur la gestion par l’équipe conservatrice au pouvoir à Westminster de 1983 à 1991, durant les années de pouvoir de Margaret Thatcher, ont participé à miner la réputation du parti conservateur dans son ensemble. La raison en est que les élus conservateurs avaient cherché à faire de la municipalité la vitrine locale des politiques poursuivies au plan national. Les dérives locales jetaient donc l’opprobre sur le gouvernement conservateur.

  • 1 « An impetuous, incompetent, heartless Thatcher/Tebbit ideologue », The Sunday Times, 9/10/1988.
  • 2 Afin de jouer sur l’expression anglaise « It’s the last straw that breaks the camel’s back » qui si (...)

3C’est ainsi que, conformément aux souhaits du gouvernement, les services municipaux de Westminster tels que la collecte des déchets ménagers, les services de la voierie, trois centres sportifs, sans parler de neuf mille des vingt-deux mille logements du parc municipal, avaient été promptement privatisés. En outre, les impôts locaux avaient été réduits au montant le plus bas de tout le pays. Le rapprochement dans l’esprit des électeurs entre le microcosme de la municipalité et le macrocosme politique national avait été renforcé par la personnalité de son leader, Lady Shirley Porter, souvent comparée à Margaret Thatcher pour ses convictions politiques et son style de gouvernement. Fille du fondateur de la chaîne de supermarchés Tesco, décrite par ses ennemis comme « une idéologue impétueuse, incompétente, sans cœur, de la veine de Thatcher et Tebbit1 », proche de Margaret Thatcher (la fille d’un autre épicier comme les journaux n’ont pas manqué de le souligner), Lady Porter s’était fait connaître des médias pour sa gestion médiatique de Westminster après son élection en 1983 comme leader du conseil municipal dominé par les conservateurs (où elle siégeait comme conseiller municipal depuis 1974). Personnage haut en couleur, n’hésitant pas à parcourir les rues de Westminster en jogging et baskets, armée d’un magnétophone pour enregistrer les détails quotidiens inacceptables à ses yeux, à s’habiller en Squaw pour montrer qu’elle partait en guerre contre les détritus, à mener un chameau2 au siège du Greater London Council pour montrer que les dépenses du Grand Londres écrasaient les contribuables, Lady Porter affirmait haut et fort vouloir transformer Westminster en une entreprise gérée de manière efficace, à l’image du Royaume-Uni voulu par le Premier ministre. Durant ses années de pouvoir, elle s’était lancée dans des croisades ayant pour cible des questions locales aussi variées que les déjections canines, les sans-logis squattant les HLMs (contre lesquels elle avait fait poser des grilles coûtant cinquante livres sterling par semaine), ou bien les cannettes abandonnées sur la voirie pour lesquelles elle avait fait installer des poubelles sponsorisées.

  • 3 The Times, 9/10/1988.
  • 4 The Times, 6/11/1988.

4Les médias devaient cependant bientôt réduire à néant les efforts de Lady Porter pour attirer les électeurs. Le changement de ton de journaux naguère acquis à sa cause, tel le Times qui n’avait eu de cesse de publier des articles admiratifs et déférents, devait conduire nombre de Britanniques à considérer ce modèle de gestion locale avec suspicion avant de le condamner comme un nouvel exemple de l’atmosphère de fin de règne qui entourait le parti conservateur. Dès 1988, les médias avaient en effet dénoncé d’étranges exercices de gestion locale. Trois cimetières avaient été vendus pour cinq pence chacun à un repreneur d’entreprise avec à la clef trois loges de gardiens, un appartement, un crématorium, quarante-neuf hectares de terrain, le tout pour le prix symbolique d’une livre sterling. Ce repreneur s’était empressé de revendre ceux-ci pour trois cent mille livres sterling à une société extraterritoriale qui à son tour avait revendu ces lucratifs champs des morts pour un million deux cent mille livres sterling3. Une enquête indépendante n’avait cependant trouvé nulle trace de corruption et avait conclu à l’incompétence de l’administrateur chargé de la transaction, ce qui avait eu pour effet d’entraîner un certain nombre de démissions. Cette enquête n’était pas un cas isolé puisque l’équipe dirigeante se trouvait être l’objet d’une dizaine d’autres en novembre 1988. Toutes découlaient de plaintes déposées pour mauvais usage de l’argent des contribuables et concernaient des transactions aussi diverses que la vente secrète du siège national du parti conservateur (acquis pour un million trois cent mille livres sterling puis revendu par le repreneur pour trois millions sept cent mille) ou l’abandon à mi-projet de la construction d’un parking ayant coûté sept cent cinquante mille livres sterling4.

  • 5 « Biased Panorama rubbish », The Times, 27/7/1989.
  • 6 « In the heart of our capital city the stench of Tory malpractice is unmistakable’ », The Times, 21 (...)

5Ces affaires n’étaient rien cependant au regard du scandale que devait déclencher l’émission Panorama diffusée en juillet 1989. Au cours d’un reportage qualifié d’« idiotie subjective diffusée par Panorama»5 par l’intéressée, les journalistes de la BBC avaient affirmé qu’à la suite de la débâcle des élections locales de 1986, durant lesquelles l’équipe conservatrice avait vu sa majorité fondre de vingt-six à quatre conseillers municipaux, celle-ci avait concentré ses efforts sur la vente de plus de neuf mille logements municipaux dans les huit cantons électoraux de Westminster où conservateurs et travaillistes étaient au coude à coude (marginal wards). Cette décision avait été prise après analyse du profil socio-économique, ethnique et électoral des résidents, là où le parti conservateur local courait le risque d’être battu aux élections municipales de mai 1990. Le parti avait d’ailleurs vu sa majorité de conseillers locaux passer à trente à l’issue de ces élections et avait regagné sept des huit cantons. Ces allégations avaient conduit à des joutes verbales entre conservateurs et travaillistes nationaux, ces derniers déclarant par la voix de Jack Cunningham, alors porte-parole travailliste pour l’environnement : « Au cœur de notre capitale, la puanteur des fautes professionnelles commises par les conservateurs est indéniable6. » Plus grave pour la réputation des conservateurs, suite au documentaire de Panorama, une enquête avait été diligentée à la demande de treize résidents soutenus par Neale Coleman, conseiller travailliste local, au motif que la vente des HLMs avait coûté dix millions de livres sterling aux contribuables locaux. Conduite pendant quatre ans, de 1990 à 1994, par le responsable de l’audit des comptes du district (district auditor), pour un coût d’ un million de livres sterling, elle avait été marquée par de nombreux rebondissements, en particulier la perquisition menée au siège de l’association conservatrice de Westminster le 12 juin 1993 ainsi que l’examen de la chambre forte située sous la chaussée après que l’audition de témoins eut révélé que des documents avaient été détruits.

  • 7 « Disgraceful, improper and illegal », The Times, 14/1/1994.
  • 8 The Times, 22/10/1994.
  • 9 The Times, 14/1/1994.
  • 10 « It’s your policies which have nearly lost us this election », The Times, 3/11/1993.
  • 11 « A devastating example of financial corruption and the abuse of power by senior members of the Con (...)
  • 12 « […] political corruption and gerrymandering on a scale unknown in Britain », The Times, 14/1/1994

6Dès lors, les médias ne devaient plus cesser de se passionner pour cette affaire de corruption (surnommée « homes for votes »), dont les principaux protagonistes alimentaient leur intérêt à coups d’entretiens et de déclarations orales ou écrites. La publication du rapport provisoire de sept cents pages assorti de dix mille pages de documents par John Magill, le district auditor le 13 janvier 1994 porta un nouveau coup à un gouvernement conservateur mis à mal par les révélations quasi quotidiennes de malversations et d’écarts sexuels. J. Magill y concluait en effet à la culpabilité de six conseillers municipaux, dont Lady Porter devenue entretemps Dame Porter et Lord Mayor en 1991, ainsi que celle de quatre administrateurs. Le comportement des dix prévenus y était décrit comme « honteux, déplacé et illégal7 » au motif que ceux-ci s’étaient rendus coupables de charcutage électoral (gerrymandering) au détriment des contribuables (pour une ardoise de vingt et un millions de livres sterling) dans le but de renforcer la majorité électorale locale des conservateurs. Les documents découverts par le district auditor établissaient sans aucun doute qu’à la suite des élections municipales serrées de 1986, les dix prévenus avaient mis sur pied un plan visant à vendre cinq cents HLMs par an à des candidats susceptibles de voter conservateur dans huit wards très disputés de Westminster8. Chaque fois qu’un logement HLM devenait vacant, il était muré en attendant un acheteur. Certaines pièces apportaient la preuve de malversations encore plus graves : alors que certains de ces logements étaient vides depuis un temps, d’autres en revanche ne l’étaient devenus qu’après que leurs locataires eurent accepté de le quitter en échange d’émoluments accordés par la municipalité s’élevant à quinze mille livres sterling. Cette stratégie enfreignait de manière éclatante l’obligation légale à laquelle Westminster était tenue, comme toute autre municipalité, de loger les catégories prioritaires de sans-logis dans ses HLMs. Fait aggravant, la mise en œuvre de ce plan avait non seulement coûté vingt et un millions de livres sterling aux contribuables mais avait en outre bien entendu conduit à une augmentation du nombre de familles logées provisoirement en Bed and Breakfast, de l’ordre de cent soixante-douze par an9. Westminster possédait, en effet, un nombre de HLMs inférieur à ses voisins pour un nombre supérieur de demandeurs inscrits sur les listes d’attente. Finalement, sept cent quatorze HLMs avaient été vendues entre 1986 et 1990, dont trois cent trente-neuf dans les wards clefs. Shirley Porter, en particulier, était soupçonnée d’avoir été le cerveau du projet, elle qui avait déclaré en privé à Patricia Kirwan, la présidente de la commission municipale du logement, après l’annonce des résultats de 1986 : « Ce sont vos politiques qui nous ont presque fait perdre les élections10. » La publication du rapport provisoire devait donner lieu à des débats passionnés aux Communes, John Smith demandant sans succès à John Major de condamner « un exemple accablant de corruption financière et d’abus de pouvoir par des membres de premier plan du parti conservateur11 ». Jack Straw, quant à lui, avait déclaré que le rapport révélait « la corruption politique et le charcutage politique à un niveau inconnu en Grande-Bretagne12 ». Comble de malheur pour les conservateurs, la publication du rapport devait coïncider avec la démission d’Alan Duncan, secrétaire parlementaire de Brian Mawhinney, alors ministre du Logement, au motif que, bien que millionnaire, il avait acheté une HLM à prix réduit à Westminster.

  • 13 « Build stable communities », The Times, 8/2/1995.

7L’audition publique de deux mois prévue par la loi afin de donner un droit de réponse aux accusés se tint en octobre dans un climat alourdi par le suicide de l’un des conseillers après la publication du rapport provisoire ainsi que par la publication des conclusions de la commission d’enquête Scott sur l’affaire des armes vendues à l’Irak (voir article de J.-C. Sergeant). La ligne choisie par l’accusation consistait à affirmer que cette affaire différait d’autres affaires de corruption en raison des souffrances qu’elle avait occasionnées aux familles sans logis. Celle de la défense consistait à dire que Dame Shirley n’avait commis aucune faute intentionnelle, qu’ hormis vingt-deux des quatre mille sept cent quatre-vingt-deux acquéreurs, tous étaient de Westminster, qu’il était impossible de discerner un électeur conservateur d’un électeur travailliste et enfin que le programme de vente avaient pour objectif affiché de « bâtir des communautés stables13 ». Les auditions devaient cependant révéler l’existence de documents montrant que Dame Porter avait ordonné à certains conseillers d’avaler des documents afin de les faire disparaitre, tenté de déplacer les sans-logis en dehors de Westminster (dans des caravanes, péniches, préfabriqués, camps de vacances) afin de se dérober aux obligations légales de relogement et créé un Housing Trust afin de sélectionner les nouveaux propriétaires, ce que la municipalité ne pouvait légalement faire. Après près d’une année d’absence passée à voyager entre ces résidences de Palm Spring et Tel Aviv, Lady Porter (retirée de la politique locale depuis 1993) devait faire une brève apparition pour clamer son innocence.

8Un an et demi plus tard, en mai 1996, le rapport final de deux mille pages fut publié, après qu’une autre enquête eut été entamée pour déterminer pour quel motif cent cinquante familles sans domicile avaient été relogées dans deux tours de HLMs promises à la démolition car contenant de l’amiante. Shirley Porter se voyait condamnée à rembourser trente et un millions de livres sterling, décision contre laquelle elle fit immédiatement appel devant la Haute Cour de justice divisionnaire, se disant victime d’une erreur judiciaire. Bien que se déclarant innocente, elle avait déplacé les parts qu’elle détenait en son nom dans la société Tesco vers un fonds à l’étranger dès 1994, vendu son appartement à Hyde Park et ne disposait plus que de soixante-dix millions de livres sterling, conjointement avec son mari, et donc à ce titre insaisissables. La séance à la Cambre des communes fut des plus houleuses, John Major refusant de condamner Shirley Porter comme le demandait Tony Blair, Frank Dobson (Labour) allant jusqu’à affirmer que tout le parti conservateur national était impliqué. Deux autres enquêtes furent entamées en 1996 en raison de plaintes déposées pour mauvais usage de fonds publics : la municipalité était accusée d’avoir concentré ses dépenses publiques entre 1987 et 1995 sur les cantons menacés par les travaillistes en amont des élections locales dans l’espoir de les faire basculer à droite et d’avoir délibérément omis de facturer aux nouveaux propriétaires de HLMs le coût de travaux de rénovation.

9L’affaire ne devait pas s’arrêter en 1996 et prit la tournure d’une véritable saga. Après la défaite nationale des conservateurs en 1997, la Haute Cour Divisionnaire de Justice (High Court) auprès de laquelle Shirley Porter avait fait appel, prononça en octobre 1997 un jugement cinglant à l’encontre de l’intéressée et d’un collaborateur, les qualifiant de « menteurs » (liars), tout en réduisant le montant des remboursements dus à vingt-sept millions de livres sterling. Ce jugement n’étant pas du goût de la plaignante, celle-ci fit savoir depuis son exil doré qu’elle entendait porter l’affaire devant la Cour d’Appel (Court of Appeal). La Cour devait décider en mai 1999 par deux voix contre une que l’ancien leader du conseil municipal n’avait commis aucune infraction. La décision prononcée, selon laquelle il était naturel que les décisions politiques soient motivées par un avantage partisan, fut saluée par la presse comme lourde de conséquences car elle condamnait les contribuables à payer dix millions de livres sterling. Cette décision coïncida avec la publication d’un projet de loi destiné à modifier la législation relative aux responsabilités des conseillers locaux. Sur les recommandations de la commission Nolan (voir article d’Agnès Alexandre-Collier), le chef d’accusation de méfait (wrongdoing) devait être remplacé par celui d’usage abusif de fonctions publiques (misuse of public office) n’incluant pas la corruption (bribery or corruption).

  • 14 « deliberate, blatant, and dishonest misuse of public power ».

10La saga devait connaître un nouveau rebondissement avec la décision du district auditor de porter l’affaire devant les Law Lords, la plus haute cour d’appel du pays à l’époque. Les cinq juges devaient statuer à l’unanimité en décembre 2001 que Shirley Porter était corrompue, coupable « sans équivoque et de manière délibérée d’usage abusif de pouvoir14 » et la condamner à rembourser vingt-six millions de livres sterling. Bien que le délit d’enrichissement personnel n’ait pas été retenu dans cette affaire, les juges estimaient que l’accusée s’était bien rendue coupable d’autres formes de corruption, à savoir de charcutage électoral (gerrymandering). Celle-ci annonça immédiatement qu’elle entendait porter son affaire devant la cour européenne de justice, laquelle devait rejeter en mai 2003 ses arguments selon lesquels la procédure avait été inéquitable, son droit d’exprimer des opinions bafoué et l’amende excessive. La décision européenne ouvrit la voie à la dernière bataille de Shirley Porter, non plus pour laver son honneur mais pour sauver sa fortune. Alors qu’elle affirmait ne plus posséder que trois cents mille livres sterling en son nom, et que ses actifs avaient été gelés par la Haute Cour en 2001 à la demande de la municipalité de Westminster, un courrier électronique intercepté en juin 2003 par un rival de son fils dans le domaine des affaires devait révéler qu’elle se proposait de lui prêter deux millions de livres sterling (chose interdite par la loi anglaise lorsque les biens sont gelés). Après qu’elle eut refusé de répondre, la cour intima l’ordre aux sociétés mentionnées dans le courrier et situées dans les îles Anglo-Normandes et îles Vierges de révéler le détail des comptes de Lady Porter, avant d’imposer leur gel. Contrainte de négocier, celle-ci offrit en 2004 de payer douze millions de livres sterling au lieu des quarante-deux millions que la dette représentait désormais en raison des intérêts. En 2006, elle mit un terme à son exil doré de douze années pour revenir à Londres où elle acheta avec son mari un luxueux appartement d’un million et demi de livres sterling à Mayfair.

Propriété immobilière et politique

  • 15 « The foundation stone of a capital-owning democracy », The Conservative Party, 1987.

11Jamais Dame Porter n’aurait été au centre d’une affaire de corruption liée au logement si les conservateurs n’avaient fait de l’extension de la propriété immobilière leur objectif en 1979. Celle-ci avait d’ailleurs été décrite dans la longue rubrique du manifeste de 1987 consacrée à la propriété comme « la première pierre d’une démocratie de détenteurs d’un capital15 ». Un rapide rappel historique s’impose donc pour comprendre en quoi les politiques nationales ont déterminé les choix locaux entre 1979 et 1997.

  • 16 « Many families who live on council estates and in new towns would like to buy their own homes but (...)

12Le parti conservateur est parvenu au pouvoir en 1979 après avoir fait dans son programme électoral la promesse d’accorder aux locataires d’une HLM le droit de se porter acquéreurs de leur logement16. Cet engagement représentait une profonde rupture avec la ligne suivie par les deux principaux partis en matière de logement social jusqu’alors. En effet, si les gouvernements conservateurs précédents avaient donné entre les deux guerres le droit aux municipalités de vendre leurs HLMs en 1925 et 1936, ils s’étaient gardés de donner le droit aux locataires d’entamer la procédure. Les résultats avaient d’ailleurs été peu concluants puisque deux cent dix mille logements seulement avaient été vendus avant 1979. Quant au parti travailliste, il était extrêmement réticent, voire opposé à ces ventes et avait tenté de les restreindre en 1979 avant sa chute du pouvoir.

  • 17 « A Nation of Home Owners », voir Peter Saunders, A Nation of Home Owners, London, Unwin Hyman, 199 (...)
  • 18 Cette remise augmentait de 2 % par année supplémentaire jusqu’à un maximum de 70 %.
  • 19 Les femmes enceintes et les personnes avec lesquelles elles résident, une personne avec des enfants (...)

13Cette promesse ne saurait être dissociée du projet plus général des conservateurs de faire du Royaume-Uni une nation de propriétaires selon l’expression de Peter Saunders17. S’il paraît évident aujourd’hui d’associer propriété immobilière et Royaume-Uni, il faut se souvenir que le xxe siècle a été le théâtre d’une profonde transformation de la société britannique. Au début du siècle, en effet, les propriétaires ne représentaient que 10 % des ménages. Se loger signifiait avant tout être locataire dans le secteur privé. Lorsque le parti conservateur recouvre le pouvoir en 1979, après cinq ans dans l’opposition, le pourcentage des propriétaires tourne autour de 53 %. Lorsqu’il le perd en 1997 ce pourcentage est passé à 67 %. On estime que le droit d’acheter conféré en 1980 aux locataires a contribué pour plus de la moitié à ce changement sociétal. Entre 1979 et 1997 pas moins d’un million sept cents mille de HLMs ont en effet été vendues, soit 26 % du parc public (Balchin, 2002 : 199). La privatisation du parc social, qui a surtout occupé le parti conservateur de 1979 à 1987 a été rendue possible par trois lois qui toutes incitaient financièrement les locataires des HLMs à se porter acquéreurs de leur logement. La loi de 1980 a été déterminante ; elle a modifié l’équilibre des pouvoirs en faveur des locataires ; c’est à eux désormais que revient la décision de mettre en branle la transaction. Pour dissuader toute autorité de s’y opposer, le paragraphe 23 de la loi autorise le ministre à intervenir comme il l’entend pour hâter la vente, ce qu’il fit, par exemple, lorsqu’il eut le sentiment que la municipalité de Norwich regimbait. Pour inciter les locataires à l’achat, une remise d’un tiers sur le prix du marché était offerte à tout locataire ayant résidé dans son logement pendant plus de trois ans et 1 % supplémentaire était accordé par année jusqu’à un maximum de 50 % pour les locataires justifiant de plus de vingt ans de résidence. Devant le succès rencontré, les conservateurs s’engagèrent dans leur manifeste électoral de 1983 à étendre encore le droit d’acheter. Le Housing and Building Control Act de 1984 a ramené le délai minimum de résidence de trois à deux ans et porté la remise à 60 % pour les locataires ayant plus de trente ans de résidence. La loi ouvrait la porte à un nouveau mode d’accession à la propriété, la location-vente (shared ownership lease) : les locataires de HLMs avaient désormais la possibilité d’acquérir 50 % de la valeur de leur logement en un premier versement puis le solde en tranches de 12,5 %. Un nouveau texte fut voté en 1986 pour tenter d’insuffler une nouvelle vie dans une campagne de vente fléchissante. Le Housing and Planning Act s’efforçait de relancer la demande en se concentrant sur un secteur où moins de 4 % des locataires avaient exercé leur droit d’acheter, à savoir les appartements HLM. Tout locataire d’un appartement public pouvait désormais bénéficier d’une remise de 44 % sur le prix de son logement sur le marché s’il y résidait depuis plus de deux ans18. Si ces lois ont fait l’objet de tant de controverses dans les années 1980 et 1990 et qu’elles ont conduit à un procès dans le cas de Shirley Porter, c’est qu’elles paraissaient aller à l’encontre d’un autre impératif imposé aux municipalités depuis 1977, à savoir celui de loger un certain nombre de catégories prioritaires de la population. Cette année-là, une loi, le Housing and Homeless Persons Act, avait fait du Royaume-Uni le seul pays au monde à posséder une définition officielle des sans- logis19 que les collectivités locales étaient en devoir de reloger.

14La position des travaillistes sur cette question est révélatrice du chemin parcouru par le parti et de son pragmatisme en la matière. Dès 1985, la conférence du parti avait repris un document de l’exécutif du parti (NEC) acceptant le droit d’acheter, assorti de la restriction que le produit des ventes devait aider à financer de nouveaux logements HLM. Les dirigeants du New Labour ont, quant à eux, repris à leur compte depuis 1997 les grandes lignes des politiques conservatrices en faveur de la propriété. Le parti s’est contenté dans un premier temps d’encadrer le droit de se porter acquéreur (Right to Buy) en février 1999 en imposant un plafond à la réduction consentie au locataire, plafond variable selon les huit régions définies, puis en baissant ce plafond en mars 2003 dans quarante et une municipalités. Dans un second temps, en janvier 2005, les travaillistes ont simplement cherché à rendre le Right To Buy moins attractif par le biais d’une nouvelle loi (Housing Act), en portant à cinq ans la période de résidence nécessaire pour en bénéficier et en imposant de restituer la remise consentie, en cas de revente sous cinq ans, afin de limiter la spéculation immobilière. Le parti travailliste s’est donc bien gardé de mettre un terme à ces ventes, et est même allé jusqu’ à promettre dans son programme électoral de 2005 de créer un million de propriétaires supplémentaires s’il était réélu, en offrant à tous les locataires du secteur associatif le droit d’acheter une part dans leur logement (social homebuy). Ces mesures étaient justifiées par la volonté du parti de passer d’un État-providence (Welfare State) fondé sur un système d’allocations (benefits) à un État-providence axé sur l’emploi et sur la capitalisation (asset-based welfare). Cette annonce, plutôt bien accueillie par les Britanniques, avait d’ailleurs été fortement critiquée par le secteur associatif au motif qu’elle comportait trop de risques de surendettement et de faillite pour certains locataires et pouvait conduire à un assèchement du financement du logement social.

15Après des décennies d’opposition, le parti travailliste s’est donc rallié à la politique phare des gouvernements conservateurs, celle-là même qui a conduit les élus de Westminster à se défaire du plus grand nombre possible de HLMs dans certains quartiers de la municipalité. Pourquoi une telle insistance de la part des partis conservateurs locaux et nationaux à accroître la propriété immobilière et comment expliquer plus généralement que le logement soit devenu l’enjeu d’une lutte politique donnant lieu à des dérives ?

Logement et comportement électoral

  • 20 « [...] satisfies some deep desire in their hearts », Peter Saunders, op. cit., p. 58.
  • 21 Peter Saunders, op. cit., p. 61.
  • 22 73 % des Britanniques désiraient être propriétaires en 1997 et 76 % en 2008, voir Council of Mortga (...)

16Nous invoquerons ici deux raisons, l’une officielle, l’autre non. La première tient à la conviction, depuis longtemps associée aux conservateurs, puis partagée par les travaillistes à partir de 1977, que la propriété est un désir humain naturel. C’est ainsi que dès 1951 Harold Macmillan avait défendu sa décision de permettre aux collectivités locales de vendre leurs HLMs sur la base que la propriété « satisfait un certain désir profond dans leur cœur »20. Les conservateurs avaient par la suite fréquemment expliqué ce désir par la volonté des Britanniques de ne pas dépendre du bon vouloir d’un propriétaire. Une fois élus, après 1979, ils avaient eu recours à cet argument pour justifier les ventes de HLMs. Les politiques du parti semblent d’ailleurs rejoindre les souhaits des électeurs et contribuer à satisfaire l’appétence de propriété des Anglais, appétence mise en lumière dans toutes les enquêtes réalisées à ce sujet. C’est ainsi que Peter Saunders, dans un ouvrage de référence de 1990 consacré à la propriété en Grande-Bretagne, a montré que la première enquête jamais réalisée, en 1967, pour le compte de Building Societies Association (BSA) avait révélé que 67 % de la population préféreraient être propriétaires. La proportion s’élevait à 43 % chez les locataires HLMs. Ces chiffres avaient été corroborés par la seconde étude majeure consacrée à la propriété et réalisée par le British Market Research Bureau for the National Economic Development Office quatre ans avant l’élection des conservateurs, en 197521. L’étude montrait que ces chiffres étaient stables (69 % et 40 % respectivement en 1975) et que le désir de propriété augmentait avec la classe sociale. Les propres entretiens de P. Saunders ont confirmé cette forte appétence, largement répandue dans la population, quels que soient le sexe, l’âge et l’appartenance ethnique et il en va de même pour des enquêtes plus récentes22.

Préférence des Britanniques en matière de logement (source : CML, 1998)

  • 23 R. Forrest, A. Murie et P. Williams, Home Ownership : Differentiation and Fragmentation, London, Un (...)

17Que cette préférence soit la conséquence d’incitations financières gouvernementales (déduction des intérêts d’emprunt, prix d’achat des HLMs réduit) et du contrôle idéologique exercé par les médias (émissions consacrées à la propriété), comme les chercheurs de gauche le soutiennent23 ou que cette préférence ait une origine ontologique, comme ceux de droite, tel Peter Saunders, l’affirment, il n’en reste pas moins que les Britanniques continuent de citer l’investissement, le choix et la liberté comme motifs de leur préférence. Pour les conservateurs, aider les Britanniques à devenir propriétaires était donc une politique naturelle pour tout gouvernement soucieux de répondre aux attentes de la population.

  • 24 « Build the Tories out of London », The Sunday Times, 12/5/1996.
  • 25 NUCUA, 1890, p. 8.
  • 26 W. S. Churchill, Lord Randolph Churchill, London, Oldhams Press, 1952, p. 15.
  • 27 « When working men became men of substance they naturally became conservative », NUCUA, 1892, p. 8.

18Cependant, il faut garder à l’esprit que cette population est constituée d’électeurs ; c’est la raison pour laquelle le logement a longtemps constitué un enjeu politique. Les deux grands partis britanniques ont cru, en effet, en la dimension politique du logement, en sa capacité à orienter les choix électoraux, les conservateurs considérant que les propriétaires étaient naturellement portés vers leur parti, les travaillistes estimant que le plus sûr moyen de renforcer leur assise électorale était d’accroître le parc de HLMs. Le lien entre vote travailliste et logement social a d’ailleurs été invoqué par Shirley Porter pour sa défense. L’accusée avait ainsi rappelé la politique de construction de HLMs mise en œuvre par Herbert Morrison, le leader travailliste du London County Council de 1934 à 1940, à Londres durant l’entre-deux- guerres. Celui-ci avait en effet reconnu que ce faisant il espérait « exclure les Tories de Londres grâce au bâtiment »24. Quatre-vingt-quatre mille nouveaux logements avaient ainsi été construits et les conservateurs écartés de County Hall (le siège de la municipalité) pendant trente ans. Les motivations politiques des dirigeants du parti conservateur avaient quant à elles été exprimées sans ambages dès la fin du xixe siècle. Les minutes du parti prouvent que ses dirigeants envisageaient d’aider les petits salariés à devenir propriétaires au motif que la propriété représentait le plus sûr rempart contre l’agitation sociale et le meilleur moyen d’instiller responsabilité et conservatisme dans la classe ouvrière25. Dès 1885, le parti avait ainsi envisagé de donner la possibilité aux collectivités locales d’accorder des prêts aux aspirants propriétaires ainsi que de permettre aux propriétaires de bénéficier des dégrèvements d’impôts26. Tout comme leurs successeurs de la fin du xxe siècle, nombreux étaient alors les conservateurs qui étaient de l’avis que la propriété produisait de meilleurs citoyens et qu’elle incitait à prendre soin de son logement. À ces arguments venait s’ajouter un objectif politique, exprimé sans détours lors de la conférence du parti de 1892 et qui devait alimenter pendant des décennies la volonté du parti d’élargir l’accès à la propriété immobilière en Grande-Bretagne : « Lorsque les ouvriers devenaient des hommes de bien, ils devenaient naturellement des conservateurs27. » C’est cette même conviction qui, selon les juges, avait poussé l’équipe municipale en place à Westminster à tenter de vendre un maximum de HLMs dans les wards menacés, espérant ainsi amener vers le parti de nouveaux électeurs.

  • 28 Le fait de ne plus voter systématiquement pour sa classe sociale « naturelle ».
  • 29 B. Salvirk, I. Crewe, A Decade of Dealignment, Cambridge, Cambridge UP, 1983.
  • 30 Tels que les secteurs du logement et transport (privés) ou de la santé et de l’éducation (publique) (...)
  • 31 P. Dunleavy et C. Husbands, Democracy at the Cross-Roads, London, Allen and Unwin, 1985.
  • 32 V. Duke et S. Edgell, « Attitudes to Privatization : the Influence of Class, Sector and Partisanshi (...)
  • 33 P. Saunders, A Nation of Home Owners, London, Unwin Hyman, 1990.

19Bien qu’étant considéré comme une évidence pour les hommes politiques, ce lien entre propriété et conservatisme n’en a pas moins donné lieu à de nombreux débats entre politologues, qui tendent à prouver que les faits ne sont pas aussi tranchés. L’intérêt des chercheurs pour la dimension politique du logement est d’ailleurs récent. Alors que ceux-ci s’étaient longtemps concentrés sur le seul indicateur de vote que représentait la classe sociale, l’évolution électorale des Britanniques et la découverte du phénomène de de-alignement28 par B. Sarlvik and I. Crewe29 les a conduits a se pencher sur d’autres paramètres à compter de la fin des années 1970. La proportion des propriétaires au sein de la classe ouvrière augmentant, leur attention s’est tout naturellement portée sur le logement et sur sa capacité à fonder un nouveau clivage politique. Ainsi P. Dunleavy affirmait-il dès 1979 que le logement représentait un exemple parmi d’autres du nouveau clivage consommation privé/public (consumption sector cleavage30). Ce clivage était, selon lui, désormais tout aussi influent que la classe sociale en matière de vote. Cette théorie devait l’amener à conclure que le fait d’être propriétaire de son logement et de privilégier des modes de consommation privés pouvait expliquer les différences de vote au sein de la classe ouvrière durant les élections de 198331. Ces conclusions ont donné lieu à d’intenses débats, certains chercheurs soutenant que la classe sociale demeurait le clivage majeur et que le logement n’était qu’une manifestation de celle-ci32, d’autres insistant sur la dimension individuelle du vote33.

  • 34 R. Forrest et A. Murie, Selling the Welfare State : the Privatization of Public Housing, London, Ro (...)
  • 35 La classification élaborée par J. Goldthorpe en 1972 sur la base de la position d’un individu dans (...)
  • 36 P. Saunders, op. cit., p. 243.
  • 37 I. Crewe, A. Fox et N. Day, The British Electorate 1963-1992, Cambridge, Cambridge UP, 1995, p. 97.
  • 38 D. Butler et D. Kavanagh, The British General Election of 1983, London, Palgrave Macmillan, 1983 et (...)

20Quelle que soit la principale influence sur les choix électoraux des Britanniques aujourd’hui, les chercheurs s’accordent cependant pour reconnaître un lien entre propriété et vote. B. Sarlvik et I. Crewe ont ainsi montré que 61 % des propriétaires et 53 % des propriétaires accédants (avec un emprunt en cours) avaient voté conservateur en 1979 contre 28 % des locataires HLM. A. Murrie et R. Forrest ont, quant à eux, montré qu’en 1983 le ratio des propriétaires préférant les conservateurs aux travaillistes était de trois à un34. Ce lien est particulièrement marqué dans la classe intermédiaire35 de J. Goldthorpe où le fait d’être propriétaire semble induire de plus grandes divergences de vote comme P. Saunders l’a conclu dans son étude de la propriété à Slough, Derby, Burnley36. Les données compilées par I. Crewe et al.37, d’une part et D. Butler et D. Kavanagh38 (Butler, 1983 et Butler 1992), d’autre part, permettent d’illustrer dans le graphique ci-dessous le lien étroit entre propriété et vote :

Vote des propriétaires par parti (source : I . Crewe, 1995 ; D. Butler et D. Kavanagh, 2005)

  • 39 I. Crewe, « How to win a Landslide without really trying », in A. Ranney, Britain at the Polls, Dur (...)
  • 40 « The Labour vote remained largely working class but the working class ceased to be largely Labour  (...)
  • 41 A. Heath, R. Jowell, J. Curtice, How Britain Votes, Oxford Pergamon, 1985.

21Une dernière question subsiste cependant. Les études qui ont conclu à l’existence d’un lien entre propriété et vote conservateur ne permettent cependant pas de déterminer si la propriété induit un réflexe conservateur ou si une disposition au conservatisme pousse à devenir propriétaire. Certaines tendent à confirmer la première hypothèse qui semble avoir inspiré les politiques conservatrices locales (à Westminster par exemple) et nationales, entre 1979 et 1997. Ainsi, I. Crewe dans son analyse des élections de 1983, la première depuis le droit de se porter acquéreur (Right To Buy) de 1980, concluait à l’influence majeure de la propriété. Il montrait en effet que le pourcentage des électeurs ayant basculé vers les conservateurs entre 1979 et 1983 était bien supérieur chez les acquéreurs d’une HLM (59 %), voire chez les ouvriers propriétaires (42 %), que chez les ouvriers en général (21 %). Ces différences prouvent selon lui l’influence de l’acquisition d’un logement sur le comportement électoral et la scission de la classe ouvrière entre une nouvelle classe (propriétaire) et une classe traditionnelle (locataire), la première comptant 38 % d’électeurs conservateurs de plus que la seconde en 198339 ; et d’affirmer : « le vote travailliste demeurait largement ouvrier en 1983 mais la classe ouvrière avait cessé d’être largement travailliste »40. En revanche, d’autres études tendent à prouver que ce sont les valeurs et les convictions politiques qui déterminent le type de logement et elles minorent ainsi l’influence de la propriété : nombre d’acquéreurs de HLMs après 1979 auraient déjà été des électeurs conservateurs en 1979 et n’auraient pas été plus enclins à voter conservateurs après leur acquisition41. Le choix de la propriété reflèterait les préférences partisanes plus qu’elle ne les modifierait. Devenir propriétaire inciterait davantage à voter contre les travaillistes qu’à voter pour les conservateurs.

  • 42 D. Butler et D. Kavanagh, The British General Election of 2005, London, Palgrave Macmillan, 2005.

22Il apparaît donc que pendant longtemps les propriétaires ont privilégié le parti conservateur, soit parce que les propriétaires étaient naturellement portés vers les valeurs incarnées par le parti, soit parce que devenir propriétaires modifiait les intérêts de ces derniers et les poussait vers le parti avec lequel ces intérêts étaient le plus étroitement associés. L’évolution du parti travailliste depuis la fin des années 1980 a montré combien ce mariage de cœur ou de raison était fragile. Elle a confirmé la théorie du dé-alignement politique défendue par Salvirk et Crewe et montré que les propriétaires étaient des électeurs tout aussi volages que les autres. En effet, les dernières élections ont vu l’avantage des conservateurs sur les travaillistes parmi les propriétaires s’effriter puis disparaître. Si, en 1987, 44 % de ces derniers votaient encore conservateur et 32 % Labour, en 1997 ces chiffres étaient de 35 % et 41 % respectivement, de 33 % et 43 % en 2001 et de 36 % pour chacun en 200542. Aujourd’hui, la propriété a cessé d’être une variable déterminante, semble-t-il.

Conclusion

23Les conservateurs à Westminster se sont rendus coupables des mêmes manœuvres que celles dont ils accusaient les municipalités travaillistes avant 1979, à savoir influencer le vote des résidents en leur octroyant un logement. Ce faisant, ils ont enfreint le droit au logement créé en 1977. Ils ont ainsi contribué un peu plus à discréditer l’équipe conservatrice au pouvoir sous John Major lorsque le scandale a éclaté et donc à sa chute. La condamnation de Shirley Porter en 1996, bien que ne portant qu’un jugement sur le degré de moralité d’une élue du parti conservateur au plan local, est venue renforcer l’opinion largement répandue dans la population que la corruption était endémique au sein du parti conservateur quel que soit l’échelon. Celui-ci ne méritait donc pas de rester au pouvoir. Le scandale des HLMs de Westminster est venu s’ajouter aux nombreuses affaires et a ainsi achevé de convaincre les Britanniques que corruption et parti conservateur ne faisaient qu’un, banalisant par la même occasion l’usage du terme sleaze dans les médias.

  • 43 Peter Mandelson, alors ministre du Commerce et de l’Industrie, avait dû démissionner en 1998 pour n (...)

24La recherche universitaire semble avoir donné raison à Lady Porter. Si l’on met de côté la dimension immorale incontestable des politiques conduites à Westminster sous Lady Porter (sleazy), il apparaît que ses efforts pour vendre le plus grand nombre de HLMs étaient justifiés. Il existait de fortes probabilités dans les années 1980 pour qu’un locataire devenant acquéreur de son logement HLM devînt un électeur conservateur. Accroître la proportion des propriétaires en vendant des HLMs à des acquéreurs extérieurs au borough ne pouvait que bénéficier à l’équipe en place. En revanche, ses efforts pour sélectionner des acquéreurs appartenant à la classe moyenne ont été superflus puisqu’il semble que ce soit la classe intermédiaire et la classe ouvrière qui étaient les plus susceptibles de basculer vers le parti conservateur une fois propriétaires. Ces liens ne sont plus d’actualité aujourd’hui cependant. Dans une société où une très grande majorité de la population est devenue propriétaire, la propriété n’est plus un critère suffisant de vote et l’essor du vote de jugement (judgemental voting) a profité au parti travailliste à partir des années 1990. Désormais, c’est l’opinion qu’ont les électeurs de la politique du logement des partis qui paraît être déterminante. Dans une société de propriétaires, ceux-ci iront plus spontanément vers un parti dont les choix en matière de logement sont susceptibles de leur être bénéfiques (dégrèvements d’intérêt d’emprunt, faible droit de transaction (stamp duty), aide à l’accession) que vers un parti promettant de bâtir davantage de logement sociaux. Le logement paraît donc otage de la politique. Bien qu’un scandale comme celui de Westminster paraisse peu probable de nos jours en Grande-Bretagne, le logement, et plus particulièrement la propriété, demeure un terreau fertile pour les affaires comme l’a encore démontré le cas de Peter Mandelson43 en 1998. Par ailleurs, ironie de l’histoire, le borough voisin de Westminster, Fulham et Hammersmith, est depuis 2010 au centre d’une polémique née de la volonté des élus conservateurs de vendre deux lotissements HLM afin de les remplacer par des logements haut de gamme. L’argument avancé par la municipalité selon lequel il est nécessaire de créer des communautés mixtes de résidents (« mixed communities ») n’est pas sans rappeler celui utilisé par Lady Porter (« stable communities »). Logement et politique ne font décidément pas bon ménage et il est patent que dans ce domaine des politiques publiques, les médias n’ont fait qu’associer un terme nouveau (sleaze) à des pratiques bien plus anciennes.

Bibliographie

Bibliographie

Butler David et Kavanagh Dennis, The British General Election of 1983, Londres, Palgrave Macmillan, 1983.

Butler David et Kavanagh, Dennis, The British General Election of 1992, Londres, Palgrave Macmillan, 1992.

Butler David et Kavanagh Dennis, The British General Election of 2005, Londres, Palgrave Macmillan, 2005.

Churchill Winston, Lord Randolph Churchill, Londres, Oldhams Press, 1952.

The Conservative Party, The Next Move Forward, Londres, The Conservative Party, 1987.

The Conservative Party, The Conservative Party General Election Manifesto, Londres, the Conservative Party, 1979.

Council of Mortgage Lenders, Trends, Attitudes and Issues in British Housing, Londres, Council of Mortgage Lenders, 1998.

Crewe Ivor, « How to win a Landslide without really trying », dans Ranney Austin, Britain at the Polls 1983, Durham, Duke University Press, 1985.

Crewe Ivor, Fox Anthony, Day Neil, The British electorate 1963-1992, Cambridge, Cambridge UP, 1995.

Duke V., Edgell S., « Attitudes to Privatization : the Influence of Class, Sector and Partisanship », Quaterly Journal of Social Affairs, vol. 3, 1987, p. 253-84.

Dunlevay Patrick, « The Urban Basis of Political Alignement », British Journal of Political Science, vol. 9, 1979, p. 409-43.

Dunleavy Patrick, Husbands Christopher, Democracy at the Cross-Roads, Londres, Allen and Unwin, 1985.

Forrest Ray, Murrie Alan, Selling the Welfare State : The Privatisation of Public Housing, Londres, Routledge, 1988.

Forrest Ray, Murie Alan, Williams Peter, Home Ownership : Differentation and Fragmentation, Londres, Unwin Hynman, 1990.

Heath Anthony, Jowell Roger, Curtice John, How Britain Votes, Oxford, Pergamon Press, 1985.

Housing Today, « Government set to offer Shared Ownership to all Tenants », 3/12/2004.

NHPAU, Affordability still matters, Londres, NHPAU, 2008.

NUCUA, Verbatim Report of the Conservative Conference, Londres, NUCUA, 1890.

NUCUA, Verbatim Report of the Conservative Conference, Londres, NUCUA, 1892.

Saunders Peter, A Nation of Home Owners, Londres, Unwin Hyman, 1990.

Salvirk B., Crewe I., A Decade of Dealignment, Cambridge, Cambridge UP, 1983.

Sunday Times (The), « Interviewing Lady Porter », 9/10/1988.

Sunday Times (The), « Town Hall Tammany Tradition », 12/5/1996.

Times (The), « Westminster Council faces Investigation », 6/11/1988.

Times (The), « Labour MPs lead Inquiry Demands », 21/7/1989.

Times (The), « Porter challenges BBC Accusation », 27/7/1989.

Times (The), « Home Sale Plans aimed to import Tory Votes », 3/11/1993.

Times (The), « Unlawful Scheme was Detrimental to Local Taxpayers », 14/1/1994.

Times (The), « Porter was warned of Legal risks », 22/10/1994.

Times (The), « Porter told Policy was Judge-proof », 8/2/1995.

Williams Nicholas, Sewel, John, Twine Frederick, « Council House Sales and the Electorate : Voting Behaviour and Ideological Implications », Housing Studies, vol. 2, n° 4, 1987.

Notes

1 « An impetuous, incompetent, heartless Thatcher/Tebbit ideologue », The Sunday Times, 9/10/1988.

2 Afin de jouer sur l’expression anglaise « It’s the last straw that breaks the camel’s back » qui signifie « la dernière goutte d’eau qui fait déborder le vase ».

3 The Times, 9/10/1988.

4 The Times, 6/11/1988.

5 « Biased Panorama rubbish », The Times, 27/7/1989.

6 « In the heart of our capital city the stench of Tory malpractice is unmistakable’ », The Times, 21/7/1989.

7 « Disgraceful, improper and illegal », The Times, 14/1/1994.

8 The Times, 22/10/1994.

9 The Times, 14/1/1994.

10 « It’s your policies which have nearly lost us this election », The Times, 3/11/1993.

11 « A devastating example of financial corruption and the abuse of power by senior members of the Conservative Party ».

12 « […] political corruption and gerrymandering on a scale unknown in Britain », The Times, 14/1/1994.

13 « Build stable communities », The Times, 8/2/1995.

14 « deliberate, blatant, and dishonest misuse of public power ».

15 « The foundation stone of a capital-owning democracy », The Conservative Party, 1987.

16 « Many families who live on council estates and in new towns would like to buy their own homes but either cannot afford to or are prevented by the local authority or the Labour government. The time has come to end these restrictions », The Conservative Party, 1979.

17 « A Nation of Home Owners », voir Peter Saunders, A Nation of Home Owners, London, Unwin Hyman, 1990.

18 Cette remise augmentait de 2 % par année supplémentaire jusqu’à un maximum de 70 %.

19 Les femmes enceintes et les personnes avec lesquelles elles résident, une personne avec des enfants à charge, une personne vulnérable en raison de son âge, d’une maladie mentale, d’un handicap physique ou mental ou résidant avec une telle personne, une personne rendue sans-logis en raison d’inondation, incendie, ou autre catastrophe.

20 « [...] satisfies some deep desire in their hearts », Peter Saunders, op. cit., p. 58.

21 Peter Saunders, op. cit., p. 61.

22 73 % des Britanniques désiraient être propriétaires en 1997 et 76 % en 2008, voir Council of Mortgage Lenders, Trends, Attitudes and Issues in British Housing, London, CML, 1998, p. 57 et NHPAU, Affordability still matters, London, NHPAU, 2008, p. 16.

23 R. Forrest, A. Murie et P. Williams, Home Ownership : Differentiation and Fragmentation, London, Unwin Hynman, 1990.

24 « Build the Tories out of London », The Sunday Times, 12/5/1996.

25 NUCUA, 1890, p. 8.

26 W. S. Churchill, Lord Randolph Churchill, London, Oldhams Press, 1952, p. 15.

27 « When working men became men of substance they naturally became conservative », NUCUA, 1892, p. 8.

28 Le fait de ne plus voter systématiquement pour sa classe sociale « naturelle ».

29 B. Salvirk, I. Crewe, A Decade of Dealignment, Cambridge, Cambridge UP, 1983.

30 Tels que les secteurs du logement et transport (privés) ou de la santé et de l’éducation (publique), voir P. Dunleavy, « The Urban Basis of Political Alignment », British Journal of Political Science, vol. 9, 1979, p. 409-443.

31 P. Dunleavy et C. Husbands, Democracy at the Cross-Roads, London, Allen and Unwin, 1985.

32 V. Duke et S. Edgell, « Attitudes to Privatization : the Influence of Class, Sector and Partisanship », Quaterly Journal of Social Affairs, vol. 3, 1987, p. 253-284.

33 P. Saunders, A Nation of Home Owners, London, Unwin Hyman, 1990.

34 R. Forrest et A. Murie, Selling the Welfare State : the Privatization of Public Housing, London, Routledge, 1988.

35 La classification élaborée par J. Goldthorpe en 1972 sur la base de la position d’un individu dans le marché (market situation) et le travail (work situation) contient trois classes (Service, Intermediate, Working). La classe intermédiaire regroupe les employés de bureau et magasin, les petits propriétaires et les techniciens.

36 P. Saunders, op. cit., p. 243.

37 I. Crewe, A. Fox et N. Day, The British Electorate 1963-1992, Cambridge, Cambridge UP, 1995, p. 97.

38 D. Butler et D. Kavanagh, The British General Election of 1983, London, Palgrave Macmillan, 1983 et D. Butler et D. Kavanagh, The British General Election of 1992, London, Palgrave Macmillan, 1992.

39 I. Crewe, « How to win a Landslide without really trying », in A. Ranney, Britain at the Polls, Durham, Duke University Press, 1985, p. 173.

40 « The Labour vote remained largely working class but the working class ceased to be largely Labour ».

41 A. Heath, R. Jowell, J. Curtice, How Britain Votes, Oxford Pergamon, 1985.

42 D. Butler et D. Kavanagh, The British General Election of 2005, London, Palgrave Macmillan, 2005.

43 Peter Mandelson, alors ministre du Commerce et de l’Industrie, avait dû démissionner en 1998 pour ne pas avoir déclaré qu’il avait reçu en 1996 un prêt de trois cent soixante treize mille livres sterling pour acheter une maison à Notting Hill de la part de Geoffrey Robinson, millionnaire, député travailliste et membre du gouvernement mais qui faisait également l’objet d’une enquête menée par le ministère dirigé par Peter Mandelson.

Table des illustrations

Crédits Préférence des Britanniques en matière de logement (source : CML, 1998)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/22924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Crédits Vote des propriétaires par parti (source : I . Crewe, 1995 ; D. Butler et D. Kavanagh, 2005)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/22924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Maître de conférences à l’Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en civilisation britannique contemporaine. Ses travaux portent sur les politiques du logement au Royaume-Uni et plus généralement sur la place du logement dans l’État-providence britannique. Il est l’auteur de nombreux articles consacrés aux diverses facettes du logement au Royaume-Uni et a coordonné un ouvrage comparatif consacré à la situation du logement au Royaume-Uni et en France ainsi qu’un second ouvrage consacré à la politique de la ville outre-Manche. Il travaille actuellement à la publication d’un ouvrage consacré au bilan des travaillistes en matière de logement.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search