Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

Le Sleaze et les paradoxes de la transparence : Réalité et perception de la conduite des élus britanniques depuis les années 1990

Emmanuelle Avril

Résumé

En Grande-Bretagne, si la transparence s’impose comme le remède idéal au désengagement croissant des citoyens, comme on le voit dans la plupart des démocraties contemporaines, elle s’inscrit néanmoins dans le contexte particulier d’une longue série de révélations sur les manquements éthiques des élus, désignée par le terme de « sleaze », qui explique la mise en place d’une législation anti-corruption. Cependant le concept de « sleaze », survit à son contexte de production, tant et si bien que la notion de « sleaze » est désormais profondément ancrée dans l’esprit des électeurs en tant qu’élément constitutif du système politique britannique. L’analyse proposée dans ce chapitre commence par identifier les différentes formes prises par le « sleaze » depuis les années 1990, puis s’interroge sur l’évolution des relations entre médias et classe politique, montrant que la couverture médiatique du « sleaze » est une raison majeure de sa visibilité accrue, avant de s’intéresser aux effets paradoxaux de la transparence sur la perception de la corruption. La mise en place d’un cadre éthique contraignant, seule susceptible de restaurer l’image des élites politiques aux yeux de la population, semble contribuer à nourrir le sentiment de défiance de la population à l’égard des élus.

Texte intégral

  • 1 Voir la série de rapports annuels publiés par la Hansard Society intitulée « Audit of Political Eng (...)
  • 2 « We’re shining a bright light of transparency on everything government does » Texte du discours de (...)

1La transparence est aujourd’hui un terme très en vogue que les gouvernements brandissent comme la réponse idéale à l’ensemble des problèmes qui affectent les démocraties contemporaines. Dans un contexte marqué par un désengagement politique croissant de la population1, la transparence s’impose comme gage d’une confiance renouvelée entre élus et électeurs et se voit érigée en modèle de bonne gouvernance. Ainsi, David Cameron déclarait-il à l’occasion du lancement de la page « transparence », <http://transparency.number10.gov.uk/​>, sur le site du gouvernement britannique, le 8 novembre 2010 : « Nous faisons briller la vive lumière de la transparence sur tout ce que fait le gouvernement2. »

  • 3 « My Administration is committed to creating an unprecedented level of openness in Government », <http://www.whitehouse.gov/the_press_office/TransparencyandOpenGovernment/> [</http> (...)
  • 4 « so that anyone can scrutinise and examine government spending and actions » Voir « Labour’s Plan (...)

2Barack Obama avait ouvert le bal dès 2008 en faisant de la transparence le thème de sa campagne électorale et l’on peut lire la déclaration suivante sur le site de la Maison Blanche : « Mon gouvernement s’engage à créer un degré d’ouverture sans précédent3. » Le gouvernement français a pour sa part lancé, le 5 décembre 2011, la plateforme française d’ouverture des données publiques, <www.data.gouv.fr>, dont le slogan est « innovation, transparence, ouverture ». Le parti travailliste britannique n’est pas en reste et se propose de lancer un nouveau site, <www.data.gov.ie>, destiné à permettre à chacun « d’examiner minutieusement les dépenses et les actions du gouvernement4 ». Il est désormais communément admis que l’ouverture du processus politique à la population doit contribuer à rassurer des citoyens de plus en plus soupçonneux quant à la conduite de leurs élus.

  • 5 Timeline of Sleaze 1992-2009 : <http://www.politics.co.uk/features/opinion-former-index/legal-and-constitutional/sleaze-a-timeline-$1264464.htm> [consulté le 02/04/11].
  • 6 Sur la couverture médiatique des scandales politiques voir Karen Sanders, Maria Jose Canel, « A scr (...)
  • 7 Frederick Fernand Ridley, Alan Doig (dir.), Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reac (...)
  • 8 Sur ce point voir Paul Heywood, « Political Corruption : Problems and Perspectives », Political Stu (...)

3Si l’impératif de transparence s’est imposé dans la plupart des démocraties établies, en Grande-Bretagne il s’inscrit en outre dans un contexte bien particulier : celui d’une longue série de révélations sur les manquements éthiques des élus5. C’est dans les années 1990 que le concept de sleaze s’est imposé dans la vie politique britannique, ainsi qu’en témoigne l’attention portée aux scandales à partir de cette période, tant par les médias6 que par les observateurs7. Ces scandales, relatifs tantôt à la vie privée de certains députés, tantôt à leurs affaires financières, se sont progressivement associés les uns aux autres dans l’esprit du public, suscitant une inquiétude généralisée quant à la corruption de la vie publique britannique. Cela pouvait paraître d’autant plus choquant que la corruption avait jusqu’ici semblé réservée aux pays en voie de développement et semblait constituer, dans les démocraties établies, une aberration par rapport à la norme d’intégrité des élus plutôt que relevant d’un problème systémique8.

  • 9 Les données statistiques contenues dans les versions successives du rapport « Audit of Political En (...)
  • 10 « We want to be the most open and transparent government in the world ».

4Compte tenu des effets délétères des scandales sur la réputation des partis politiques et sur l’engagement politique en général, il n’est pas étonnant que beaucoup d’efforts aient été faits pour restaurer la confiance des électeurs9. Ces efforts se sont traduits concrètement d’une part par la mise en place d’une législation anti-corruption visant à la fois à contraindre davantage les élus et à leur donner des repères éthiques plus précis, et d’autre part par une insistance sur la transparence comme le remède à tous les maux : « Nous voulons être le gouvernement le plus ouvert et le plus transparent du monde entier10 », affirme le site du gouvernement britannique.

  • 11 Le scandale de notes de frais, qui fait l’objet d’analyses détaillées dans d’autres chapitres de ce (...)

5Force est de constater cependant qu’en dépit des dispositifs anti-corruption, le concept de sleaze, loin d’être resté confiné aux années 1990, a survécu à son contexte de production. Tous les gouvernements britanniques depuis celui de John Major ont été rattrapés par le spectre de la corruption, le point culminant ayant été atteint en 2009 avec le scandale des notes de frais révélé par le Daily Telegraph11. On peut dire aujourd’hui que la notion de sleaze est désormais profondément ancrée dans l’esprit des électeurs en tant qu’élément constitutif du système politique. Cette capacité de mutation du concept s’explique en partie par des facteurs contextuels tels que l’évolution du contexte médiatique et politique et le changement des mentalités, qui ont modifié la façon dont les citoyens britanniques perçoivent le comportement éthique des élus. L’analyse proposée dans les pages qui suivent commence par identifier les différentes formes prises par le sleaze depuis les années 1990, puis s’interroge sur l’évolution des relations entre médias et classe politique, avant de s’intéresser aux effets paradoxaux de la transparence sur la perception de la corruption.

Origines, latence et résurgence de la notion de sleaze

  • 12 Le sens premier du terme sert à décrire un tissu très fin et manquant de fermeté, voire de mauvaise (...)

6Le vocable anglais de sleaze, qui n’a pas de traduction en français, tel que popularisé par les médias britanniques dans les années 1990 pour décrire les écarts financiers ou sexuels des élus britanniques, est une notion disparate qui recouvre une gamme variée d’activités12. Il est intéressant de définir ce concept dans une perspective diachronique qui montre comment la nature polymorphe du concept a été le garant de sa longévité.

Genèse du phénomène

  • 13 Comme le souligne un article de BBC News : Nick Assinder, « How sleaze entered the political dictio (...)
  • 14 Le slogan était d’autant plus malheureux qu’il fut ensuite révélé que John Major avait failli à ses (...)

7Le terme de sleaze, qui fait aujourd’hui partie du vocabulaire quotidien, n’a fait son apparition dans le dictionnaire politique britannique que très récemment13. C’est au cours des années Major, entre 1990 et 1997, que l’on voit se mettre en place un cadre narratif de sleaze, dans le contexte du lancement par le Premier ministre conservateur du slogan malheureux de « back to basics », par lequel il entendait marquer un retour aux valeurs fondamentales, telles que la famille et la probité en toute chose14. Une douzaine de scandales personnels, financiers (Neil Hamilton and Jonathan Aitken) ou sexuels (David Mellor and Tim Yeo) touchèrent des personnalités en vue du gouvernement. C’est précisément le décalage entre un discours moralisateur et les agissements des élus qui a contribué à choquer l’opinion et à égratigner l’image d’un parti conservateur déjà épuisé après deux décennies au pouvoir.

  • 15 Martin Bell se présenta dans la circonscription de Tatton contre Hamilton avec le soutien des trava (...)

8C’est le cas notamment du scandale dit de « cash for questions », qui éclata en 1994 et qui généra un intérêt marqué pour la question de l’intégrité des députés et de leurs liens avec les lobbyistes. En effet, le scandale qui sans aucun doute marqua les esprits plus qu’aucun autre fut celui de Neil Hamilton recevant ses tristement célèbres enveloppes marron remplies de billets de banque, révélé par le quotidien The Guardian. L’image de l’ex-ministre conservateur recevant ses pots-de-vin de la main de Mohamed al-Fayed, le propriétaire du magasin de luxe Harrods, est, depuis, restée fortement imprimée dans l’esprit des électeurs, telle une souillure originelle que l‘homme en blanc, Martin Bell, ancien correspondant de guerre de la BBC et figure du combat contre la corruption, tenta de racheter en se présentant lors des élections de 1997 contre Hamilton en tant que candidat « anti-sleaze » indépendant15.

  • 16 Appelée Commission Nolan d’après le nom de son premier président, un juge siégeant à la Chambre de (...)
  • 17 Le rapport de la Commission Nolan soulignait en particulier l’existence d’une zone grise : « People (...)
  • 18 Sur la mise en place de la législation anti-corruption voir : Oonagh Gay, Patricia Leopold (dir.), (...)
  • 19 Alan Doig, « Sleaze : Picking up the Threads or “Back to Basics” Scandals ? », Parliamentary Affair (...)

9C’est dans ce contexte que fut créée la Commission Nolan sur les codes de la vie publique (Committee on Standards in Public Life) destinée à prendre en compte l’inquiétude montante de l’opinion publique et à faire des recommandations permettant de mettre en place une meilleure régulation de l’éthique parlementaire16. Le rapport de la Commission Nolan souligna l’absence de règles clairement définies à la Chambre des communes et déclara qu’il était « déraisonnable » d’espérer que les membres du Parlement s’accordent d’eux-mêmes et sans repère précis sur ce qui était acceptable ou non, comme s’il existait un « code de conduite universel17 ». C’était justement pour remédier à cette absence de critères formels que la Commission recommanda l’adoption d’un code de conduite et la création d’un Commissaire à l’éthique parlementaire (Parliamentary Commissioner for Standards) chargé de superviser la conduite des élus. L’élaboration d’un code de conduite est l’un des instruments fréquemment préconisé pour lutter, en amont, contre les phénomènes de corruption au sens large. Ces recommandations furent adoptées par la Chambre des communes (voir l’article d’Agnès Alexandre-Collier), ce qui constitua le plus profond remaniement de son régime éthique depuis des décennies18. Alan Doig soulignait en 2001 que le terme de sleaze, qui ne s’appliquait alors pas au gouvernement travailliste, était entré en phase de latence sans pour autant disparaître complètement19.

Résurgence

  • 20 Voir « Secret papers reveal Tony Blair’s F1 tobacco deal », The Times, 12 octobre 2008. Voir <http://www.timesonline.co.uk/tol/news/politics/article4926737.ece> [cons</http> (...)

10Cette interprétation d’une latence de la notion de sleaze fut rapidement confirmée par les événements qui suivirent. En effet, l’analyse de Doig arrivait juste avant l’épisode de la note interne de Jo Moore, conseillère du ministre des Transports, révélée à la presse le 11 septembre, dans laquelle elle suggérait que les événements tragiques de New York pourraient fournir l’occasion d’annoncer des « mauvaises nouvelles » sans attirer l’attention des médias. Mais si la notion de sleaze se réveille progressivement, c’est surtout en association avec des cas de corruption financière. C’est le cas notamment des révélations sur les relations de la direction du parti travailliste avec de grands donateurs, comme le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, dès 1997, le magnat de la presse Richard Desmond en 2002, ou du promoteur immobilier David Abrahams en 2007. Dans le premier cas, le parti travailliste, qui s’était engagé à appliquer la directive européenne sur l’interdiction de la publicité pour le tabac, avait finalement décidé de faire une exception pour la Formule 1. Il fut ensuite démontré que Tony Blair avait bel et bien menti au Parlement pour dissimuler son influence sur la décision d’exempter la Formule 1 de l’interdiction20. Le deuxième cas concerne l’autorisation donnée à Richard Desmond de prendre le contrôle du groupe Express Newspapers. La controverse éclata lorsqu’il apparut que M. Desmond avait fait don de 100000 livres sterlings au parti travailliste peu de temps après l’acquisition du nouveau titre. Le troisième cas fut celui de l’utilisation de quatre prête-noms par le millionnaire David Abrahams afin de verser près d’un million d’euros au parti travailliste, ce qu’interdit la loi britannique puisque les intermédiaires sont tenus de donner l’identité de leur mandant. Le scandale avait conduit à la démission du secrétaire général du parti. Ces exemples illustrent les risques auxquels s’exposent les partis politiques lorsqu’ils en viennent à dépendre de généreux donateurs.

11Le scandale dit de « Cash for Honours », qui fut révélé en 2006, démontra une fois encore, s’il en était besoin, comment des individus fortunés pouvaient acheter le droit d’influencer la conduite du gouvernement. En mars 2006, la Commission de nomination (Appointment Commission) de la chambre des Lords rejeta plusieurs nominations à des pairies à vie. Suite à une enquête de police, il apparut que les personnes dont les noms avaient été proposés par le gouvernement avaient versé d’importantes sommes d’argent au parti travailliste, suivant les conseils de Lord Levy, le principal collecteur de fonds du parti. La loi britannique interdisant la vente de titres, le parti travailliste se vit dans l’obligation de rendre l’ensemble des sommes illégalement reçues.

  • 21 « I think it is demonstrated by opinion polls that the public think this government is as sleazy as (...)

12S’agissant de la conduite éthique des élus, l’arrivée du New Labour au pouvoir n’avait donc pas marqué de rupture nette avec la période précédente. Sir Alistair Graham, président du Comité sur l’éthique dans la vie publique (Committee on Standards in Public Life) exprimait en 2006 son regret que le Premier ministre ait considéré le code de conduite des députés comme « une question mineure ». Dans un entretien avec un journaliste du Sunday Times il expliquait que Tony Blair avait commis une « grave erreur de jugement » en n’accordant aucune importance à cette question et qu’en conséquence, c’était le gouvernement travailliste, qui était maintenant considéré comme corrompu : « Je pense que les sondages montrent clairement que l’opinion considère ce gouvernement comme étant tout aussi corrompu que le précédent21. »

13Ainsi, de même que la campagne de « Back to Basics » avait révélé le contraste qui mettait en relief les scandales sexuels du gouvernement conservateur, la posture publique du New Labour sur l’intégrité politique a contribué à faire émerger une forme particulière de sleaze associée cette fois spécifiquement aux travaillistes. Ainsi, il s’est opéré un glissement du sleaze en tant que jugement moral sur la conduite individuelle des élus vers l’idée d’une corruption institutionnalisée, dont le siège était au cœur même du projet politique du New Labour.

Le sleaze : un problème systémique ?

  • 22 La publication de l’ouvrage de Nick Cohen, intitulé Cruel Britannia (Verso, 1999) marque pour le Ne (...)
  • 23 « Arise, Lord Sleaze ».
  • 24 The Daily Mail, « Arise, Lord Sleaze : Brown resurrects Peter Mandelson... the disgraced Prince of (...)

14Le New Labour était arrivé au pouvoir doté d’une image de fraîcheur associée à l’inexpérience de son nouveau leader et de son équipe. Cette inexpérience avait d’ailleurs dans un premier temps valu à Tony Blair le sobriquet inoffensif de « Bambi ». Pendant la campagne de 1997, le parti avait joué abondamment sur les notions de nouveauté et de jeunesse, garantes de dynamisme et de renouvellement et offrant un contraste bienvenu avec l’image d’un parti conservateur épuisé et corrompu. Cependant, l’euphorie, alors illustrée par le slogan de « Cool Britannia », ne fut que de courte durée, puisque dès 1999 le revirement de l’opinion et des médias commença à s’opérer22. L’un des principaux facteurs de la dégradation de l’image du gouvernement travailliste fut le rôle joué par Alastair Campbell et Peter Mandelson, tous deux responsables de la communication du parti. Le premier faisait figure à la fois de « pouvoir derrière le trône » et d’homme de première ligne, défendant de manière souvent brutale la version des faits que le Premier ministre souhaitait voir mettre en avant. Le deuxième, figure beaucoup plus trouble, tirant les ficelles en coulisse, et dont le retour au gouvernement sous Gordon Brown inspira au Daily Mail le titre évocateur de « Sors de la tombe, Lord Sleaze23 ! », fut impliqué dans plusieurs scandales24.

15Peter Mandelson fut en effet forcé de démissionner du gouvernent une première fois le 23 décembre 1998 après la révélation d’un prêt immobilier secret de trois cent soixante-seize mille livres sterling contracté auprès de son collègue au gouvernement Geoffrey Robinson. Il dut démissionner une seconde fois du gouvernement le 24 janvier 2001, lorsqu’il fut révélé qu’en 1998, il avait appelé personnellement un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur pour faire obtenir la citoyenneté britannique à un homme d’affaires indien dont la famille était l’un des principaux soutiens financiers d’une des expositions au Dôme du Millénaire. Peu après son deuxième retour au gouvernement, en 2007, Peter Mandelson se trouva de nouveau au milieu d’une tempête politique suite à la révélation de ses rencontres avec Oleg Deripaska, le roi de l’aluminium russe, dont on soupçonne qu’il aurait bénéficié des faveurs de Mandelson dans le cadre de son mandat de commissaire européen au commerce.

  • 25 Alastair Campbell diffusa aux journalistes le 3 février 2003 un dossier intitulé « Iraq : Its Infra (...)

16Il faut souligner que si Peter Mandelson a bel et bien été associé à des scandales qui relèvent de la corruption morale et si certains aspects de sa vie personnelle, comme son goût immodéré pour l’argent et la compagnie des milliardaires ainsi que son homosexualité (qui lui vaut le surnom de « Mandy »), ont pu prendre une connotation sulfureuse dans la presse populaire, Alastair Campbell n’a pour sa part été impliqué dans aucune affaire de corruption morale que ce soit d’ordre sexuel ou financier. Ce qu’illustre l’expérience du dossier « trafiqué » sur les armes de destruction massive, qui servit de prétexte à l’engagement britannique en Irak, c’est plutôt sa détermination à mettre en œuvre la ligne fixée par Tony Blair coûte que coûte25.

  • 26 « The distinction is that sleaze has seemed to be systemic since 1997 ». The Andrew Marr Show, BBC1 (...)

17Lors d’une émission télévisée diffusée en 2007, John Major soulignait l’évolution du concept de sleaze. Selon lui, les scandales des années 1980 et 1990 étaient des cas de corruption individuelle qui n’étaient pas spécifiquement rattachés au gouvernement conservateur, alors qu’à ses yeux, dans le cas des gouvernements travaillistes successifs, on peut parler de corruption institutionnelle : « La différence c’est que depuis 1997 le sleaze semble être devenu systémique26. » Cette idée est reprise par Peter Oborne, journaliste et pro-conservateurs, qui a popularisé l’idée d’un saut qualitatif pendant les années Blair avec l’émergence d’une classe politique dont les valeurs ne coïncident plus avec celles de la société civile :

  • 27 « This means that the most important division in Britain is no longer the Tory versus Labour dividi (...)

Cela veut dire que la division la plus significative en Grande-Bretagne n’est plus celle qui existe entre les conservateurs et les travaillistes et qui a délimité le champ de bataille politique pendant presque tout le xxe siècle. La véritable division est celle qui sépare une classe politique limitée en nombre, servant ses propres intérêts et – comme nous le verrons – de plus en plus corrompue, et la grande masse des électeurs27.

18De fait, le scandale le plus redoutable fut celui des notes de frais, qui affecta tous les partis et vit plusieurs députés et membres de la Chambre des lords poursuivis en justice.

  • 28 Voir par exemple The Little Red Book of New Labour Sleaze, de Iain Dale et Guido Fawkes, deux blogg (...)

19Les opposants au New Labour avaient, dans un premier temps, échoué dans leurs tentatives d’imposer leur grille de lecture du sleaze au gouvernement de Tony Blair. Les quelques cas de conduites douteuses n’avaient pas eu le retentissement suffisant pour ternir durablement l’image du gouvernement. Les excès et abus du « spin », illustrés de manière choquante par la note interne du 11 septembre, en revanche, donnèrent aux critiques du New Labour les arguments nécessaires pour leur permettre d’adapter et d’élargir la notion de sleaze au nouveau contexte28.

Spin et scandale

20Lorsqu’on analyse l’évolution du comportement des médias envers la classe politique depuis les années 1990, on remarque deux phénomènes qui se renforcent mutuellement. D’une part un intérêt accru des médias pour les événements relevant du sleaze, et d’autre part les efforts de plus en plus sophistiqués du gouvernement pour contrôler la couverture médiatique. Ainsi, le monde médiatique et le monde politique semblent pris dans une spirale par laquelle la presse gagne en agressivité tandis que les techniques de gestion des médias par les conseillers de presse deviennent de plus en plus musclées.

Scandales à la une

  • 29 À noter qu’en Grande-Bretagne cela concerne la presse, qui, contrairement à l’audiovisuel, lequel a (...)
  • 30 La notion de « quatrième pouvoir » fait référence aux médias, et en particulier la presse, dans son (...)
  • 31 Brian McNair Journalism and Democracy. An Evaluation of the Public Sphere, London, Routledge, 2000, (...)

21Le phénomène de sleaze est indissociable de la couverture médiatique dont il fait l’objet. Les années Major ont donné naissance à une forme spécifique de journalisme, appelé outre-Manche sleaze journalism, un journalisme soucieux de traquer les scandales politiques dans leurs moindres manifestations29. Les commentateurs parlent de la montée du « journalisme d’attaque » (attack journalism), une forme de journalisme agressif. Bien que cette forme de journalisme politique ne soit pas nouvelle, il est vrai que, quantitativement, elle pèse aujourd’hui beaucoup plus lourd qu’auparavant. Le débat est donc ouvert quant à la question de savoir si le sleaze est véritablement un sujet digne d’intérêt pour la presse, laquelle joue ainsi pleinement son rôle de quatrième pouvoir30, ou bien si l’attention portée aux scandales est malsaine et la manifestation d’une dérive de la presse britannique soucieuse de vendre et plaçant les intérêt commerciaux avant toute considération déontologique, en particulier le respect de la vie privée31.

  • 32 Pour la vision pessimiste, voir en particulier le classique de John Lloyd, What the Media are Doing (...)
  • 33 En Grande-Bretagne ce droit à l’information s’illustre par l’adoption du Freedom of Information Act(...)

22Ce bras de fer fait émerger deux visions antagonistes des relations entre médias et classe politique : c’est le débat désormais classique entre ceux qui rendent les médias responsables du climat de suspicion généralisé (interprétation que la littérature anglophone désigne par l’expression de « blame the media school »), défendant l’idée d’une détérioration de la démocratie au profit du sensationnel, et ceux qui envisagent le rôle et l’effet de la couverture médiatique des scandales sous un jour beaucoup plus favorable et qui considèrent au contraire que la couverture médiatique des scandales marque un renforcement de la sphère publique32. Ainsi, s’agissant de comprendre les raisons de la perte de confiance des électeurs dans leurs élus, les deux camps s’affrontent. Alors que les journalistes considèrent qu’il est de leur devoir de révéler les errements des élus, se plaçant ainsi dans une logique de dénonciation du mal et du mensonge, de découverte de la vérité, selon le principe du droit à l’information33, la classe politique dénonce de son côté les effets négatifs sur la démocratie du journalisme d’attaque et la persécution des élus. L’une des zones d’ombre du débat est liée à l’ambiguïté de la notion de sleaze qui désigne toutes les formes de corruption, qu’elles soient d’ordre public ou d’ordre privé. Même si toutes les formes de corruption sont susceptibles d’avoir un impact sur la perception des élus par la population, il est important d’établir une distinction entre les cas de corruption financière, qui affectent la vie publique et pour lesquels le droit de savoir et le devoir d’informer s’appliquent le plus souvent sans ambiguïté (même lorsque le comportement n’enfreint pas un règlement explicite), et les « scandales » sexuels, d’ordre privé, où le comportement de l’élu ne remet pas nécessairement en cause sa compétence, bien que dans les cas où la relation privée relève de l’abus d’une position publique, comme lorsqu’un élu a une relation avec une personne occupant une position subordonnée, la frontière entre vie privée et vie publique devienne très poreuse. C’est ce qu’illustre bien par exemple le retentissement de l’aventure de John Prescott, Premier ministre adjoint de Blair, avec Tracy Temple, son assistante.

  • 34 Jonathan Aitken avait déclaré lors d’une conférence de presse organisée avant la diffusion d’un doc (...)
  • 35 Tony Blair n’a pas hésité à inviter Chris Smith, Peter Mandelson et Nick Brown au sein du Cabinet. (...)

23Il faut en outre tenir compte de la réception de cette couverture médiatique par les lecteurs. Il est vrai que, comparés aux épisodes les plus marquants de l’âge d’or du sleaze, pendant les années Major, comme celui qui vit le ministre Jonathan Aitken accepter l’argent des Saoudiens puis parler de « brandir l’épée de la vérité » une fois découvert en 199534, ou encore l’épisode tragi-comique du député Stephen Milligan retrouvé mort portant des habits de femme, un morceau d’orange dans la bouche et étranglé par un cordon électrique dans un acte auto-érotique en 1994, les cas de sleaze travaillistes sont bien moins hauts en couleur. La raison est que certains comportements sexuels considérés comme « scandaleux » sous John Major ne provoquent plus guère d’indignation sous Blair. Les révélations de préférence homosexuelle n’ont plus le pouvoir de choquer l’opinion et ne font donc plus guère les gros titres (à part ceux d’une frange homophobe de la presse populaire). Ainsi, le « scandale » du ministre Ron Davies se faisant surprendre dans un lieu de rencontre homosexuel bien connu en 1998, ou de Nick Brown forcé de reconnaître publiquement son homosexualité la même année, n’ont causé rien de plus qu’un moment embarrassé, ce qui reflète une tolérance accrue de l’opinion publique et une plus grande acceptation par le parti travailliste de ces comportements35. Ainsi, l’acception du terme de sleaze a évolué sous les effets combinés du changement de gouvernement et de l’évolution des mentalités.

  • 36 Sur les liens entre l’internet et la transparence voir la série d’articles publiés dans le magazine (...)
  • 37 Lawrence Lessig, « Against Transparency : The Perils of Openness in Government », The New Republic, (...)
  • 38 Brian McNair, op.cit., p. 175.

24D’autres facteurs de changement sont d’ordre technique, comme l’avènement de l’information en continu, qui réduit à quelques heures à peine le cycle de l’information et contraint donc les gouvernements à alimenter constamment les bouches avides des journalistes, ainsi que le développement de l’Internet avec l’émergence d’un auditoire « global ». Les caractéristiques techniques de l’Internet, qui réduisent à presque rien le coût de la collecte, du stockage et de la distribution des données, en font le média privilégié de la transparence, une transparence « radicale » illustrée par exemple par le cas de Wikileaks36. La transparence de la vie politique étant posée comme une exigence, les responsables politiques se doivent d’agir en toute clarté sous le regard des citoyens. Les médias se veulent l’instrument de cette exigence de transparence : ce sont en effet les journalistes qui font la démarche d’accéder à l’information et interprètent les faits. Si les critiques dénoncent le risque de « tyrannie de la vertu37 », les commentateurs plus optimistes préfèrent parler d’une crise de légitimation. Ainsi Brian McNair, soulignant que les bases traditionnelles de la légitimation politique étaient le secret et le contrôle de l’information, considère qu’il est sain que l’ordre établi se trouve contesté par le pouvoir subversif des médias38.

25Les relations entre les médias et la classe politique se sont donc considérablement détériorées depuis les années 1990. On remarque deux tendances simultanées qui se renforcent mutuellement : une tendance des médias à se concentrer sur la dimension privée de la corruption, et une tendance de la classe politique à prétendre à la transparence. Les médias obéissent à des impératifs éthiques et commerciaux ; la classe politique s’inquiète de la perte de confiance de l’électorat qu’elle attribue aux effets négatifs de la couverture médiatique agressive dont elle fait l’objet.

New Labour New Sleaze ?

26La réponse de la classe politique à la perte de confiance des électeurs envers leurs élus est double, et se traduit à la fois par un vœu de transparence et par la tentative de contrôler les médias. Museler la presse est néanmoins impossible à envisager dans un pays où la liberté de la presse est érigée en principe de démocratie. Une autre option consiste à contrôler l’agenda des médias.

  • 39 Pour une présentation synthétique de l’ensemble des facteurs ayant accentué l’importance de la dime (...)
  • 40 Sur le concept controversé de « lobby journalism » voir John Wilson, Understanding Journalism. A gu (...)
  • 41 Cette technique de contrôle de l’information par les responsables de la communication du New Labour (...)
  • 42 Voir James Stanyer, « Politics and the Media : A Breakdown of Relations for New Labour », Parliamen (...)

27Si l’utilisation des médias par la classe politique n’est pas une nouveauté, la professionnalisation accrue de la communication politique depuis les années 1980 a changé la donne39. La communication de l’action politique devient aussi importante que l’action politique elle-même, parfois avec la complicité des grands médias qui en viennent à dépendre du gouvernement et des partis pour alimenter leurs unes (c’est le système en particulier, du « lobby journalism », où les correspondants accrédités ont accès à des séances privilégiées de briefing officiel et ont tendance à rapporter les informations sans perspective critique40). Les gouvernements consacrent des ressources considérables à définir l’agenda des médias, activité que les commentateurs désignent par le terme de « spin ». Cependant, l’accent mis sur la gestion des médias a été largement contre-productif puisque rapidement les médias se sont préoccupés de déjouer la stratégie de communication des partis, faisant du « spin » un sujet de couverture médiatique en lui-même. Les journalistes, se sentant manipulés par la machine à communiquer du New Labour, se sont mis en tête de décrypter les techniques de gestion de l’information et adoptent un discours de la démystification là où le gouvernement souhaitait les voir jouer un rôle de courroie de transmission. Ainsi, l’attention excessive accordée par les médias aux processus du gouvernement peut se comprendre comme l’un des effets pervers du « spin », qui entendait contrôler très étroitement la couverture médiatique des actions du gouvernement41. Ce conflit d’intérêts a eu des effets délétères sur les relations entre médias et gouvernement. De fait, les relations entre New Labour et la presse se sont rapidement détériorées à partir de 2002, passée une période d’accalmie relative42.

  • 43 « To the sleaze of the 1990s the Blair Government has added spin ». Anthony King, « Public confiden (...)
  • 44 « How Spin Turned on Us », The Guardian, 17 mai 2002. Voir <http://www.guardian.co.uk/politics/2002/may/17/labour.media> [consulté 10/04/2011].
  • 45 « The downward spiral of the reputation of politics ». Cité dans Bob Franklin, op. cit., p. 56.

28Anthony King résumait en une formule assassine l’évolution du concept de sleaze sous le New Labour dans un article pour le Daily Telegraph en 2004 : « Au sleaze des années 90, le gouvernement Blair le ajouté le spin43. » Du reste, les « spin doctors » eux-mêmes reconnurent que la perception d’un excès de « spin » avait des effets néfastes sur la marque New Labour : en 2002 Mandelson publia un article dans le Guardian, intitulé « How Spin Turned on Us », dans lequel il reconnaissait que l’importance accordée à la gestion des médias était perçue comme excessive44. La ligne qui sépare la gestion de l’information de la manipulation de l’opinion publique semblait bien avoir été franchie. Tant et si bien que le Daily Telegraph, dans un éditorial daté du 7 juin 2002, annonçait que le terme de « spin » avait rejoint ceux de sleaze et smear dans la liste croissante des mots en « S » servant à décrire « la spirale descendante de l’image de la vie politique45 ».

29Le problème était grave et ne disparut pas avec le départ de Tony Blair et Alastair Campbell. En effet, même si Gordon Brown avait pu laisser espérer un revirement, reflet de la soif du public pour l’intégrité plutôt que le charisme, ces espoirs furent très vite déçus avec ses tergiversations, puis son renoncement à annoncer la tenue d’élections à l’automne 2007. Cela indiquait bien que, contrairement aux espoirs suscités par les déclarations de l’ancien Chancelier de l’Échiquier qu’il marquerait son mandat de Premier ministre du sceau de la transparence et de l’honnêteté retrouvées, il n’y aurait pas de changement dans la tendance au calcul tactique aux dépens de la stratégie. Le journaliste Nicholas Jones, auteur de plusieurs ouvrages sur le spin, dont Sultans of Spin (1999), commentait cet événement dans un article publié sur le site de Spinwatch en 2008 :

  • 46 « The damage that can be done by uncontrolled spin was all too evident in the reckless way the Brow (...)

Les dégâts qu’un spin débridé peut causer s’illustrèrent de manière éclatante dans la façon dont les acolytes de Brown se mirent imprudemment à faire circuler l’idée qu’une élection anticipée était envisagée, pour finalement voir le Premier ministre renoncer à la dernière minute et, ce faisant, commettre un suicide politique46.

  • 47 « Brown tainted by sleaze – poll », BBC News online, 3 décembre 2007. Voir <http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/newsnight/7125472.stm> [consulté 10/04/11].
  • 48 Sur la place du mensonge dans le projet New Labour voir la foule d’exemples fournis par l’ouvrage d (...)

30Un sondage réalisé par l’institut ICM pour l’émission d’actualités politiques Newsnight en décembre 2007 indiquait que près de six adultes sur dix considéraient que Gordon Brown était « sleazy47 ». Ainsi, bien qu’on puisse trouver quantité d’exemples illustrant l’acception plus classique du sleaze (aventures extra-conjugales, avantages financiers tirés de la position d’élu etc.), la dégradation de l’image du New Labour dans l’opinion publique est surtout marquée par des événements attestant d’une volonté de manipulation de l’opinion publique par le biais des médias. L’épisode qui a le plus contribué à ternir l’image du gouvernement fut sans aucun doute la série de décisions qui conduisirent à l’intervention militaire en Irak. Tony Blair est accusé, dans sa détermination absolue de se joindre aux États-Unis en mars 2003, d’avoir trompé le Parlement et l’opinion publique puisque les armes de destruction massive, qui avaient servi de prétexte à l’invasion armée, n’existaient pas. Cet exemple, comme celui de la note interne de Jo Moore cité en première partie, a très gravement et durablement terni l’image du gouvernement de Tony Blair et illustre un cas de manipulation dans le but d’atteindre un objectif controversé plutôt qu’un cas de corruption, Tony Blair avait même constamment argué de principes moraux supérieurs dictant sa conduite à l’égard du régime de Saddam Hussein, faisant référence à un « axe du bien ». À la lumière de ces événements, Tony Blair en vint rapidement à être décrit par les commentateurs, par ses opposants et par son propre parti comme un menteur invétéré, ainsi qu’en témoigne l’anagramme facile de « Bliar » ornant les pancartes brandies lors des manifestations contre la guerre. Ce que l’on voit à l’œuvre, ce ne sont pas tant les signes de la corruption morale supposée de certains élus mais une décision consciente de l’équipe dirigeante du New Labour de tromper pour atteindre leur objectif : la conquête et la rétention du pouvoir. La distorsion, le mensonge et la dissimulation étaient ainsi au cœur du projet New Labour48.

  • 49 « How sleaze came back to haunt the Tories », The Observer, dimanche 8 juin 2008. Voir <http://www.guardian.co.uk/politics/2008/jun/08/conservatives.partyfunding> [consulté 0</http> (...)
  • 50 Michael Ashcroft, aujourd’hui Lord Ashcroft, l’un des principaux mécènes du parti conservateur est (...)
  • 51 Voir « Cameron in sleaze row as major Tory donor accused of lobbying ministers to cancel £80m loan (...)
  • 52 Les détails de cette affaire sont disponibles sur le site de la BBC : <http://www.bbc.co.uk/news/uk-11195407> [consulté le 01/07/11].

31Si le New Labour se trouve associé à une forme particulière de sleaze, le parti conservateur n’est pas en reste. Dès 2008, le journal dominical The Observer révélait comment quatre figures du parti de David Cameron avaient utilisé des fonds publics à leurs fins personnelles. En particulier, il apparaissait que le député européen Giles Chichester avait détourné plus de quatre cent quarante mille livres sterling de frais dans l’entreprise familiale qu’il dirigeait.49 Une autre source d’embarras pour le leader conservateur a été son incapacité à résoudre la question du statut fiscal de Michael Ashcroft, vice-président du parti50. Le soupçon de corruption continue aujourd’hui à peser sur le gouvernement Cameron. Ainsi, dès juillet 2010, soit seulement deux mois après la formation du gouvernement, le Daily Mail titrait sur le retour du sleaze à l’occasion de la révélation d’une intervention du Premier ministre sous la pression d’un lobbyiste51. Le problème pour les conservateurs ainsi que pour les partis politiques britanniques en général est la perception par l’opinion publique que leurs élus se remplissent les poches de manière illégitime (à défaut d’être toujours tout à fait illégale). Il faut noter que, comme dans le cas du New Labour, le cas le plus préjudiciable à l’image du Premier ministre a été celui d’Andy Coulson, directeur de la communication du 10 Downing Street, dont la présence aux côtés de David Cameron contredisait ses affirmations de vouloir tirer un trait sur la corruption des années New Labour. Impliqué dans le scandale des écoutes téléphoniques du tabloïd News of the World, Andy Coulson fut forcé de démissionner en janvier 2011. Ancien rédacteur en chef du tabloïd de 2003 à 2007, il est accusé d’avoir cautionné un vaste système d’écoutes de stars et de politiciens, organisé par des journalistes52. Le refus de David Cameron de condamner publiquement les actions compromettantes d’Andy Coulson a fini par menacer l’intégrité du gouvernement tout entier.

32On peut donc dire que, loin d’avoir écarté le spectre du sleaze, les actions des gouvernements Blair, puis du gouvernement Cameron, ainsi que la couverture médiatique dont celles-ci ont fait l’objet ont contribué à faire évoluer et à étendre cette notion. La trame narrative du sleaze est désormais fermement implantée dans les esprits.

People may not like what they see : perceptions de corruption

33Le phénomène de sleaze est vu comme une cause majeure du désengagement des électeurs. Ce diagnostic a donné lieu à la mise en place d’un cadre éthique contraignant, seul susceptible de garantir l’intégrité morale des élus et par voie de conséquence de restaurer leur image aux yeux de la population. Dans le même temps, en Grande-Bretagne comme dans toutes les démocraties occidentales, le paradigme de la transparence s’est imposé. Cependant, les tentatives pour nettoyer la vie politique se heurtent à la persistance de l’impression de corruption ; plus encore, elles semblent paradoxalement contribuer à nourrir le sentiment de défiance de la population à l’égard des élus.

Perte de confiance

  • 53 Alan Doig, « Politics and Sleaze : Conservative Ghosts and Labour’s Own Brand », Parliamentary Affa (...)
  • 54 « Financial sleaze, which dogged the previous Tory government under John Major in the 1990s, is thr (...)

34On a vu que la confiance n’est pas mécaniquement liée à l’intégrité des élus mais s’inscrit plutôt dans un contexte politique et culturel plus vaste. Indéniablement, la bataille politique sur la question du sleaze participe du déclin brutal de la confiance dans les élus. Malgré une remontée temporaire en 1997, il semble peu probable que le niveau de confiance revienne au niveau précédent l’incidence du sleaze. Alan Doig expliquait en 2003 que les « fantômes du passé » ainsi que le scepticisme persistant quant aux dons faits au parti travailliste affectent la réputation des deux grands partis53. À tel point qu’en 2008 le magazine The Economist s’alarmait du retour du sleaze dans la vie politique britannique : « La corruption financière, qui plomba le précédent gouvernement conservateur de John Major, menace de faire une réapparition54. » L’article cite un sondage réalisé par Populus, publié le 10 juin, indiquant que 61 % des électeurs estimaient que les conservateurs étaient compromis par les scandales financiers, ce qui représentait un bond depuis février, même si les travaillistes obtiennent un score pire encore. C’est donc l’ensemble de la classe politique qui peine aujourd’hui à inspirer confiance aux électeurs.

  • 55 A lack of trust, a lack of confidence, leads to cynicism which leads to disengagement. Public Admin (...)

35Le quatrième rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur l’administration publique (Public Administration Select Committee), intitulé « Ethics and Standards : The Regulation of Conduct in Public Life », commence par établir le lien qui semble évident entre la conduite des élus et la confiance du public envers eux, citant les propos de Sir Alistair Graham, président du Comité sur l’éthique dans la vie publique, qui affirme : « un manque de confiance génère une désillusion qui elle-même conduit au désengagement »55. Le rapport souligne cependant qu’il importe de ne pas faire d’amalgame car il est très difficile d’obtenir des mesures comparatives fiables quant au niveau de corruption dans différents pays. Transparency International, le leader dans ce champ d’étude, publie un index annuel de perception de la corruption, qui s’appuie sur des enquêtes quantitatives et des opinions d’experts (l’index couvrait 178 pays en 2010). Selon cet index, le Royaume-Uni était placé en 20e position en 2010, derrière l’Irlande (14e place) et l’Allemagne (15e place), mais devant les États-Unis (22e place) et la France (25e place), ce qui indique que le niveau d’intégrité de sa vie publique est considéré comme élevé. Cette position dans le classement représente néanmoins une chute de neuf places par rapport à la période précédant le scandale des notes de frais, ce qui donne la mesure de la portée du scandale. La Norvège et l’Islande arrivent en tête du classement. Les pays où la perception de corruption est la plus élevée sont la Somalie (à la dernière place), la Birmanie et l’Afghanistan.

36Cette perception est corroborée par un sondage réalisé par la CSPL sur les attitudes de l’opinion publique envers la conduite des élus qui révèle que 31 % des personnes interrogées considèrent qu’en Grande-Bretagne l’intégrité des élus est plus élevée que dans les autres pays d’Europe et que 43 % considèrent qu’elle se situe dans la moyenne. Même si les accusations de conduite scandaleuse sont un trait récurrent de la vie politique britannique, il est important de ne pas accorder un poids exagéré au problème de la confiance. Le premier rapport de la Commission Nolan, publié en mai 1995, soulignait que l’intégrité des élus était élevée dans l’ensemble, que ce soit dans la vie publique en général ou à la Chambre des communes en particulier. C’est pourquoi il importe de comparer la situation existante en Grande-Bretagne avec celle d’autres pays occidentaux.

  • 56 Voir le site de l’IPSA : <http://www.parliamentarystandards.org.uk>.
  • 57 « This trend is evident not just in the United Kingdom, but it may seem paradoxical that it has coi (...)
  • 58 Le parti de la confiance ne présenta que deux candidats aux élections de 2010 et fut dissous peu ap (...)

37Pourtant, malgré cette reconnaissance par l’opinion publique que les élus britanniques sont comparativement plus intègres que leurs équivalents dans d’autres pays, les électeurs éprouvaient peu de confiance envers le gouvernement. Ainsi, en 2005 seulement 26 % des personnes interrogées affirmaient qu’elles faisaient toujours ou le plus souvent confiance au gouvernement. Même si la courbe de confiance est en dents de scie, il apparaît clairement que l’évolution à long terme est à la baisse. Les chiffres obtenus en 2005 représentaient une remontée par rapport à l’étiage de 16 % en 2000 et de 18 % en 2003, mais constituaient toujours un point bas comparé aux sommets de 47 % en 1987 et 33 % en 1997. Ce déclin s’est accéléré à la suite du scandale des notes de frais, malgré la mise en place, dès 2009, d’une Autorité indépendante sur l’éthique parlementaire (Independent Parliamentary Standards Authority) chargée de la gestion des frais parlementaires, dont l’objectif explicite est la transparence par le biais de la publication régulière des demandes de prises en charge de leurs frais par les députés56. Le déclin de la confiance dans les élus est très net et ce malgré les efforts visibles de lutte contre la corruption : « Cette tendance est évidente, et pas seulement en Grande-Bretagne, mais il peut sembler paradoxal que cela ait coïncidé avec une période où les dispositifs de régulation éthique au sein du gouvernement ont été étendus et renforcés »57. La création, en mars 2010, d’un parti anti-corruption, appelé Parti de la confiance (Trust Party), par le multi-millionnaire Stuart Wheeler est symptomatique de l’inquiétude de la classe politique quant aux dommages causés par le scandale des notes de frais à la relation entre les citoyens et leurs élus58.

Le paradoxe de la transparence

  • 59 « If people don’t know what you’re doing, they don’t know what you’re doing wrong » Yes Minister es (...)
  • 60 « If anything, public confidence is now at an even lower ebb than it was in John Major’s day ». Ant (...)
  • 61 « Even if there is a new ethical world of British MPs, it seems unlikely that the public has notice (...)

38« Si les gens ne savent pas ce que vous faites, alors ils ne savent pas ce que vous faites mal ». Il suffit de renverser cette célèbre citation tirée de la série Yes Minister pour comprendre le paradoxe de la transparence : si les gens savent tout ce que vous faites, alors ils savent aussi ce que vous faites de mal59. De fait, le quatrième rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur l’administration publique fait le constat que la législation anti-corruption ne semble avoir eu aucun effet positif sur l’image des élus dans la population britannique. De la même façon, dans un article faisant le point dix ans après la création de la Commission Nolan, Anthony King s’appuie sur les résultats d’un sondage pour montrer que la législation anti-corruption n’a rien fait pour changer la perception des citoyens envers leurs élus : « La confiance du public est même encore plus basse qu’elle ne l’était pendant les années Major60. » L’analyse proposée par Nicholas Allen reprend elle aussi cette idée : « Même si les députés britanniques sont devenus plus soucieux des questions d’éthique, il est peu probable que le public ait remarqué la différence »61. Ces analyses indiquent donc que, contrairement aux espoirs qu’avait suscités la mise en place d’un cadre de comportement éthique au Parlement, il n’existe pas de lien clairement défini entre la législation anti-corruption et la perception par les électeurs du niveau de corruption de leurs élus.

  • 62 « The full significance for contemporary democracies of political corruption cannot be grasped with (...)
  • 63 « Paradoxically, the attempts to assuage public anxieties may have helped to increase them by raisi (...)
  • 64 Alan Doig, « Ethics, Sleaze and Codes : the Politics of Trust », Parliamentary Affairs, vol. 57, n° (...)

39James Newell insiste donc pour sa part sur la nécessité de prendre en compte la dimension de la perception, laquelle évolue avec le temps : « L’importance de la question de la corruption politique pour les démocraties contemporaines ne peut pas se comprendre indépendamment du code moral des citoyens et de leur perception des écarts de conduite des élus62. » Les changements sociaux et politiques ont eu un effet sur les enjeux qui intéressent les médias et donc sur la couverture médiatique qui est proposée au public, alimentant le sentiment croissant de suspicion, à tel point que l’on assiste à l’émergence d’un sentiment général de désillusion à l’égard des élus en dépit de l’arsenal de mesures anti-corruption. James Newell souligne que l’un des effets pervers des mesures visant à réguler la conduite éthique des élus tient à la visibilité accrue de la question du sleaze : « Paradoxalement, les tentatives de rassurer le public ont sans doute contribué à éveiller leurs soupçons en donnant davantage de visibilité aux questions de probité dans la vie politique63. » En effet, comme le souligne Alan Doig, la mise en place d’un cadre déontologique institutionnel conduit à la publication de rapports annuels dont l’effet est de tenir le public constamment informé du degré d’intégrité du pays64.

  • 65 « Transparency has been a significant component of the decline in trust ». Public Administration Se (...)

40Le deuxième effet pervers de la mise en place d’un code contraignant est d’avoir accru le risque de mauvaise conduite du fait de la multiplication des règles de conduite susceptibles d’être enfreintes. L’effet paradoxal de l’imposition d’un code de conduite sur les élus est de renforcer l’impression que les écarts de conduite sont devenus plus fréquents que par le passé, et donc l’idée d’une perte généralisée des valeurs morales. En effet, la population peut se demander pourquoi tout cet arsenal de dispositifs anti-corruption est devenu nécessaire et donc se montrer plus soupçonneuse. Peter Kellner, Président de l’institut de sondages YouGov, va jusqu’à dire que c’est la transparence qui explique la perte de confiance : « la transparence est un élément déterminant de la perte de confiance65. » Ainsi, les efforts pour rassurer la population sur la conduite de leurs élus ont eu un effet contreproductif et ont contribué au contraire à exacerber la suspicion plutôt qu’à la combattre.

  • 66 La déférence est un phénomène prégnant dans les sociétés anglo-saxonnes où elle a fait l’objet de n (...)

41Le déclin de la confiance est sans doute aussi en partie lié à l’effondrement de la « déférence66 », ainsi qu’à une culture médiatique qui favorise le dénigrement des élites et donc la désillusion vis-à-vis de la vie publique. En outre, certains événements ponctuels, comme la guerre en Irak ou le scandale des notes de frais, ont également joué un rôle important, érodant brutalement l’image des institutions aux yeux des citoyens. C’est pour ces raisons que les auteurs du rapport soulignent que l’objectif principal du système de régulation éthique doit être de garantir un haut degré d’intégrité dans la vie publique plutôt que de chercher à restaurer la confiance envers la vie publique en général.

  • 67 « Transparency is important, but it is not a panacea. People may not like what they see, and trust (...)

42Dans ce contexte, la population, aiguillonnée par les médias, se montre beaucoup moins tolérante, davantage prête à crier au scandale. Ce sont les attentes des citoyens qui expliquent comment une amélioration objective de la conduite des élus peut paradoxalement contribuer à accroître plutôt qu’à diminuer le mécontentement. C’est cette contradiction que souligne le quatrième rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur l’administration publique : « La transparence est importante mais elle n’est pas une panacée. Les gens n’aimeront peut-être pas ce qu’ils voient, et la confiance s’en trouvera peut-être encore plus érodée67. » Ainsi, la confiance est une notion mouvante qui dépend très largement du contexte culturel et politique. On comprend dès lors que la transparence ne puisse suffire à restaurer cette confiance.

Conclusion

43L’une des questions centrales de l’analyse proposée dans les pages qui précèdent consiste à tenter de déterminer dans quelle mesure l’ubiquité du terme de sleaze dans la Grande-Bretagne d’aujourd’hui correspond à une détérioration du comportement des élus ou bien plutôt à une évolution dans la perception de la corruption et dans l’exigence des électeurs. Le débat reste en effet ouvert quant à savoir si l’utilisation croissante du terme de sleaze pour décrire la conduite des élus britanniques est le reflet du mépris généralisé de ces derniers pour les conventions gouvernant le comportement des individus, la gestion des nominations à des postes publics, et les intérêts financiers, ou bien la manifestation du désenchantement croissant de la population envers la politique en général. On peut en outre se demander dans quelle mesure la situation que connaît le Royaume-Uni est un cas d’exception ou si elle reflète une inquiétude grandissante dans les démocraties établies quant à la tendance d’un grand nombre d’élus de placer leur intérêt personnel, et celui de l’élite qu’ils représentent, au-dessus de leur devoir public. Bien que ces questions ne puissent être tranchées de manière définitive, elles méritent tout de même qu’on y réfléchisse.

  • 68 Nicholas Allen, Sarah Birch, « Political conduct and misconduct : probing public opinion », Parliam (...)

44De plus, s’il est très malaisé de mesurer la façon dont la perception de corruption affecte l’engagement politique des citoyens britanniques, il est toutefois possible et utile de poser quelques éléments de principe, d’autant plus que Nicholas Allen et Sarah Birch ont montré qu’aujourd’hui la plupart des électeurs accordent davantage d’importance à la probité qu’à la compétence de leurs élus68. La transparence apparaît dans les médias comme chargée d’une connotation très positive. La mission démocratique des journalistes, en particulier, est d’aider le citoyen à contrôler l’action politique en garantissant sa transparence, même si la généralisation des stratégies de communication rend cette tâche difficile et si, de leur côté, les journalistes ne sont pas toujours prêts à appliquer pour eux-mêmes le principe de transparence.

  • 69 « The more strictly we are watched, the better we behave ». Dans son célèbre chapitre intitulé « Of (...)
  • 70 Le 11 juillet 2011 le Guardian publiait un article racontant comment des journalistes associés à de (...)

45Le principe, que soulignait en son temps Jeremy Bentham, qui fut l’un des premiers à se faire le chantre de la transparence, consiste à poser que le regard d’autrui tend à inhiber les tendances antisociales des citoyens : « plus on nous regarde de près, mieux nous nous comportons69. » Il découle de ce principe que l’activité des dirigeants doit être soumise à la vigilance populaire, non pas simplement dans un but de contrôle social mais dans le cadre de la mise en évidence des abus de pouvoir. On voit cependant comment peut s’opérer le glissement de la transparence à la surveillance. L’exigence de transparence, qui est d’abord une vertu démocratique, est susceptible, sous ses formes excessives, de se muer en instrument de tyrannie conduisant à la surexposition généralisée de la vie privée. La controverse récente suscitée par le scandale des écoutes téléphoniques du tabloïd News of the World, qui a mis en évidence un effort systématique de la part de certains journalistes de faire intrusion dans la vie privée des élus, notamment celle de l’ancien Premier ministre Gordon Brown, illustre les abus d’une presse pour qui la transparence a pris le pas sur l’objectivité70. La quête de la transparence et de la confiance retrouvée est donc un chemin semé d’embûches qui présente autant de dangers qu’il résout de problèmes. Dans ce contexte, il est d’autant plus important de concevoir l’éthique parlementaire comme un objectif en soi, libre de tout calcul, sans l’asservir à quelque but utilitaire que ce soit.

Bibliographie

Bibliographie

Allen Nicholas, Birch Sarah, « Politicalconduct and misconduct : probing publicopinion », Parliamentary Affairs, vol. 64, n° 1, 2011, p. 61-81.

Allen Nicholas, « Ten years after Nolan : a new ethical world of British MPs ? », Paper prepared for the Annual Conference of the Political Studies Association, the University of Reading, April 2006.

Allen Nicolas, « A Restless Electorate : Stirrings in the Political System », dans Bartle John et King Anthony (dir.), Britain at the Polls 2005, Londres, CQ Press, 2006, p. 59-60.

Baston Lewis, Sleaze : The State of Britain, Londres, Channel 4 Books, 2000.

Bowring John, The Works of Jeremy Bentham/Vol. VI, Livre II, chapitre 10, 1843.

Doig Alan, « Ethics, Sleaze and Codes : the Politics of Trust », Parliamentary Affairs, vol. 57, n° 2, 2004, p. 435-452.

Doig Alan, « Politics and Sleaze : Conservative Ghosts and Labour’s Own Brand », Parliamentary Affairs, 2003, vol. 56, n° 2, p. 322-333.

Doig Alan, « Sleaze : Picking up the Threads or ‘Back to Basics’ Scandals ? » Parliamentary Affairs, vol. 54, n° 2, 2001, p. 360-374.

Franklin Bob, Packaging Politics. Political Communications in Britain’s Media Democracy, Londres, Hodder Arnorld, 2004 (1re éd. 1994).

Gay Oonagh, Leopold Patricia (dir.), Conduct Unbecoming : The Regulation of Parliamentary Behaviour, Londres, Politico’s Publishing, 2004.

Heywood Paul, « Political Corruption : Problems and Perspectives », Political Studies, vol. 45, n° 3, 1997, p. 417-435.

John Lloyd, What the Media are Doing to Our Politics, Londres, Constable, 2004.

Keeble Richard, « The Politics of Sleaze Reporting : A Critical Overview of the Ethical Debate in the British Press of the 1990s », Recherches en communication, n° 9, 1998, p. 71-81.

Kuhn Raymond, Politics and the Media in Britain, Basingstoke, Palgrave, 2007.

Leigh David, Vulliamy Ed, Sleaze : The Corruption of Parliament, Londres, Fourth Estate, 1997.

Lessig Lawrence, « Against Transparency : The Perils of Openness in Government », The New Republic, 9 octobre 2009.

McNair Brian, Journalism and Democracy. An Evaluation of the Public Sphere, Londres, Routledge, 2000, p. 52-55.

Newell James L., « Understanding and preventing corruption : Lessons from the UK expenses scandal », Paper prepared for presentation at the Karlsruhe Dialogues, « Organized Crime – The Dark Side of Globalization », 5-7 February 2010, Centre for Cultural and General Studies, University of Karlsruhe, Germany.

Newell James L., « Ethical conduct and perceptions of public probity in Britain : The story so far », Perspectives on European Politics and Society, vol. 9, n° 1, avril 2008, p. 39-52.

Oborne Peter, The Triumph of the Political Class, Londres, Simon & Schuster Ltd, 2007.

Public Administration Select Committee, « Ethics and Standards : The Regulation of Conduct in Public Life », Fourth Report (session 2006-2007).

Rawnsley Andrew, The End of the Party. The Rise and Fall of New Labour, Londres, Viking, 2010.

Ridley Frederick Fernand, Doig Alan (dir.), Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reaction, Oxford, Oxford University Press, 1995.

Sanders Karen, Canel Maria Jose, « A scribbling tribe : Reporting political scandal in Britain and Spain », Journalism, n° 7, novembre 2006, p. 453-476.

Stanyer James, « Politics and the Media : A Breakdown of Relations for New Labour », Parliamentary Affairs, .n° 56, 2003, p. 309-321.

Thompson John B., Political Scandal : Power and Visibility in the Media Age, Cambridge, Polity Press, 2000.

Wilson John, Understanding Journalism. A guide to Terms, Londres, Routledge, 1996, p. 164-165.

Notes

1 Voir la série de rapports annuels publiés par la Hansard Society intitulée « Audit of Political Engagement ». La préface du septième rapport, publié en 2010, souligne que le scandale des notes de frais est venu confirmer le scepticisme déjà bien implanté des électeurs à l’égard de leurs élus. Voir <http://www.hansardsociety.org.uk/blogs/parliament_and_government/archive/2010/03/02/audit-of-political-engagement-7.aspx> [consulté le 10/04/11].

2 « We’re shining a bright light of transparency on everything government does » Texte du discours de lancement : <http://www.number10.gov.uk/news/speeches-and-transcripts/2010/11/pms-speech-on-business-plans-56725> (la phrase en question figurait dans le texte distribué aux journalistes mais n’a finalement pas été utilisée). Voir également le discours de Cameron dans le cadre des TED Talks « The new age of government », février 2010 : <http://www.ted.com/talks/david_cameron.html>, ou encore la vidéo du gouvernement publiée sur Youtube le 18 novembre 1010, intitulée « Transparency » : <http://www.youtube.com/watch?v=0stXV_fWWtU> [toutes vidéos consultées le 02/06/11].

3 « My Administration is committed to creating an unprecedented level of openness in Government », <http://www.whitehouse.gov/the_press_office/TransparencyandOpenGovernment/> [consulté le 10 juin 2011].

4 « so that anyone can scrutinise and examine government spending and actions » Voir « Labour’s Plan for Open Government » publié en février 2011, <http://www.labour.ie/download/pdf/20110222184130.pdf> [consulté le 10/04/11].

5 Timeline of Sleaze 1992-2009 : <http://www.politics.co.uk/features/opinion-former-index/legal-and-constitutional/sleaze-a-timeline-$1264464.htm> [consulté le 02/04/11].

6 Sur la couverture médiatique des scandales politiques voir Karen Sanders, Maria Jose Canel, « A scribbling tribe : Reporting political scandal in Britain and Spain », Journalism, November n° 7, 2006, p. 453-476, et Richard Keeble, « The Politics of Sleaze Reporting : A Critical Overview of the Ethical Debate in the British Press of the 1990s », Recherches en communication, n° 9, 1998, p. 71-81.

7 Frederick Fernand Ridley, Alan Doig (dir.), Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reaction, Oxford, Oxford University Press, 1995 ; David Leigh, Ed Vulliamy, Sleaze : The Corruption of Parliament, Fourth Estate, 1997 ; Lewis Baston, Sleaze : The State of Britain, London, Channel 4 Books, 2000.

8 Sur ce point voir Paul Heywood, « Political Corruption : Problems and Perspectives », Political Studies, vol. 45, n° 3, 1997, p. 417-435.

9 Les données statistiques contenues dans les versions successives du rapport « Audit of Political Engagement » vont dans ce sens sans pour autant parvenir à établir un lien mécanique entre la perception de corruption et le désengagement.

10 « We want to be the most open and transparent government in the world ».

11 Le scandale de notes de frais, qui fait l’objet d’analyses détaillées dans d’autres chapitres de ce volume, n’est pas développé dans ces pages.

12 Le sens premier du terme sert à décrire un tissu très fin et manquant de fermeté, voire de mauvaise qualité et par extension revêt une connotation morale décrivant une conduite dépravée.

13 Comme le souligne un article de BBC News : Nick Assinder, « How sleaze entered the political dictionary », 12 janvier 2000. Voir <http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/600178.stm> [consulté le 10/04/11].

14 Le slogan était d’autant plus malheureux qu’il fut ensuite révélé que John Major avait failli à ses propres critères et avait eu, pendant plusieurs années, une aventure avec Edwina Currie.

15 Martin Bell se présenta dans la circonscription de Tatton contre Hamilton avec le soutien des travaillistes et des libéraux- démocrates, et remporta le siège. Il est l’auteur de A Very British Revolution : The Expenses Scandal and How to Save Our Democracy, London, Icon Books, 2009.

16 Appelée Commission Nolan d’après le nom de son premier président, un juge siégeant à la Chambre de lords, comme c’est la coutume.

17 Le rapport de la Commission Nolan soulignait en particulier l’existence d’une zone grise : « People in public life are not always as clear as they should be about where the boundaries of acceptable conduct lie ». Voir <http://www.archive.official-documents.co.uk/document/parlment/nolan/nolan.htm> [consulté le 10/04/11].

18 Sur la mise en place de la législation anti-corruption voir : Oonagh Gay, Patricia Leopold (dir.), Conduct Unbecoming : The Regulation of Parliamentary Behaviour, London, Politico’s Publishing, 2004.

19 Alan Doig, « Sleaze : Picking up the Threads or “Back to Basics” Scandals ? », Parliamentary Affairs, vol. 54, n° 2, 2001, p. 374. En conclusion, il définit les différents éléments constitutifs du « sleaze ».

20 Voir « Secret papers reveal Tony Blair’s F1 tobacco deal », The Times, 12 octobre 2008. Voir <http://www.timesonline.co.uk/tol/news/politics/article4926737.ece> [consulté le 10/04/11].

21 « I think it is demonstrated by opinion polls that the public think this government is as sleazy as the last ». « Blair just doesn’t care about sleaze », The Sunday Times, 21 mai 2006. Voir <http://www.timesonline.co.uk/tol/news/article722535.ece> [consulté le 10/04/11].

22 La publication de l’ouvrage de Nick Cohen, intitulé Cruel Britannia (Verso, 1999) marque pour le New Labour le début d’une courbe de popularité descendante.

23 « Arise, Lord Sleaze ».

24 The Daily Mail, « Arise, Lord Sleaze : Brown resurrects Peter Mandelson... the disgraced Prince of Darkness », samedi 4 octobre 2008. Voir <http://www.dailymail.co.uk/news/article-1066425/Arise-Lord-Sleaze-Brown-resurrects-Peter-Mandelson---disgraced-Prince-Darkness.html> [consulté le 10/04/11].

25 Alastair Campbell diffusa aux journalistes le 3 février 2003 un dossier intitulé « Iraq : Its Infrastructure of Concealment, Deception and Intimidation », concernant les armes de destruction massive détenues par Saddam Hussain, dont il fut ensuite démontré qu’il consistait de passages plagiés à partir de sources non identifiées. C’est ce qui valut à ce dossier le surnom de « dossier louche » (« dodgy dossier »).

26 « The distinction is that sleaze has seemed to be systemic since 1997 ». The Andrew Marr Show, BBC1. Emission du 16 décembre 2007. Article du Guardian <http://www.guardian.co.uk/politics/2007/dec/17/uk.conservatives1> [consulté le 02/06/11].

27 « This means that the most important division in Britain is no longer the Tory versus Labour dividing line that marked out the battle zone in politics for the bulk of the 20th century. The real division is between a narrow, self-serving and - as we will see - increasingly corrupt Political Class and the mass of ordinary voters ». Peter Oborne, « The rise of the sleaze-ocrats in Britain’s ruling class », The Daily Mail, 2 septembre 2007. <http://www.dailymail.co.uk/news/article-479478/PETER-OBORNE-The-rise-sleaze-ocrats-Britains-ruling-class.html#ixzz10mi0W5lC> [consulté le 10/0611]. Voir aussi son ouvrage intitulé The Triumph of the Political Class, London, Simon & Schuster Ltd, 2007.

28 Voir par exemple The Little Red Book of New Labour Sleaze, de Iain Dale et Guido Fawkes, deux bloggeurs conservateurs, publié en 2006, qui ne recense pas moins d’une centaine de scandales associés au gouvernement travailliste depuis 1997.

29 À noter qu’en Grande-Bretagne cela concerne la presse, qui, contrairement à l’audiovisuel, lequel a un devoir de neutralité, est partisane.

30 La notion de « quatrième pouvoir » fait référence aux médias, et en particulier la presse, dans son rôle de contre-pouvoir face au pouvoir de l’État. L’expression trouve son origine dans l’œuvre de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, publiée en 1833.

31 Brian McNair Journalism and Democracy. An Evaluation of the Public Sphere, London, Routledge, 2000, p .52-55.

32 Pour la vision pessimiste, voir en particulier le classique de John Lloyd, What the Media are Doing to Our Politics, London, Constable, 2004. La vision optimiste est défendue par Brian McNair (op cit.). Tony Blair avait lui-même, à la fin de son mandat, lancé une attaque virulente contre les médias par le biais d’un discours dans lequel il comparait la presse à une « bête fauve » (« a feral beast »). Voir <http://image.guardian.co.uk/sys-files/Politics/documents/2007/06/12/BlairReustersSpeech.pdf> [consulté le 01/07/11].

33 En Grande-Bretagne ce droit à l’information s’illustre par l’adoption du Freedom of Information Act en 2000.

34 Jonathan Aitken avait déclaré lors d’une conférence de presse organisée avant la diffusion d’un documentaire l’incriminant : « S’il m’incombe de mener le combat contre le cancer du journalisme véreux dans ce pays avec l’épée de la vérité et le fidèle bouclier du fair-play britannique, ainsi soit-il. Je suis prêt pour la bataille. » (« If it falls to me to start a fight to cut out the cancer of bent and twisted journalism in our country with the simple sword of truth and the trusty shield of British fair play, so be it. I am ready for the fight. »)

35 Tony Blair n’a pas hésité à inviter Chris Smith, Peter Mandelson et Nick Brown au sein du Cabinet. Nick Brown, député de la circonscription de Newcastle Upon Tyne East, réputée pour son conservatisme moral, fut forcé par le tabloïd News of the World de révéler son homosexualité. Cependant, un article publié dans The Independent indiquait que plus de la moitié des électeurs estimaient que son homosexualité était compatible avec sa position au sein du Cabinet, ce qui montre que les attitudes avaient évolué malgré les tentatives du Sun de donner l’idée d’une « mafia gay » au sein du gouvernement travailliste. Voir « Brown’s gay ? So what ? » Tyneside is outed as a tolerant electorate », The Independent, 9 novembre 1998. Voir <http://www.independent.co.uk/news/browns-gay-so-what-tyneside-is-outed-as-a-tolerant-electorate-1183737.html> [consulté 10/06/11].

36 Sur les liens entre l’internet et la transparence voir la série d’articles publiés dans le magazine Wired. Par exemple Clive Thompson, « The See-Through CEO », Wired, 15.04, mars 2007. Voir <http://www.wired.com/wired/archive/15.04/wired40_ceo.html> [consulté le 04/07/11].

37 Lawrence Lessig, « Against Transparency : The Perils of Openness in Government », The New Republic, 9 octobre 2009. Disponible : <http://www.tnr.com/article/books-and-arts/against-transparency?page=0,0> [consulté le 04/07/11].

38 Brian McNair, op.cit., p. 175.

39 Pour une présentation synthétique de l’ensemble des facteurs ayant accentué l’importance de la dimension de présentation voir Bob Franklin, Packaging Politics. Political Communications in Britain’s Media Democracy, London, Hodder Arnorld, 2004 (1re éd. 1994), p. 6-9.

40 Sur le concept controversé de « lobby journalism » voir John Wilson, Understanding Journalism. A guide to Terms, Routledge, 1996, p .164-165. Plus généralement, sur la gestion des médias par le gouvernement, voir Raymond Kuhn, Politics and the Media in Britain, Palgrave, 2007, p. 176-202.

41 Cette technique de contrôle de l’information par les responsables de la communication du New Labour est désignée par le terme de « The Grid ». La méthode, importée des États-Unis, consiste à planifier minutieusement les annonces du gouvernement, jour par jour en fonction d’autres éléments de l’actualité. Les « mauvaises » nouvelles sont annoncées lorsqu’elles sont susceptibles d’être noyées par d’autres événements plus médiatiques (fête nationale, événement sportif, catastrophe etc.). Sur ce point voir l’article explicatif du site de la BBC, intitulé « When bad news is “good news” », 10 octobre 2001. Voir <http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/1588844.stm> [consulté le 10/04/11].

42 Voir James Stanyer, « Politics and the Media : A Breakdown of Relations for New Labour », Parliamentary Affairs, .n° 56, 2003, p. 309-321.

43 « To the sleaze of the 1990s the Blair Government has added spin ». Anthony King, « Public confidence in politicians falls as “sleaze” factor returns to haunt Labour », The Daily Telegraph, 29 November 2004. Voir <http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1477750/Public-confidence-in-politicians-falls-as-sleaze-factor-returns-to-haunt-Labour.html> [consulté 02/06/11].

44 « How Spin Turned on Us », The Guardian, 17 mai 2002. Voir <http://www.guardian.co.uk/politics/2002/may/17/labour.media> [consulté 10/04/2011].

45 « The downward spiral of the reputation of politics ». Cité dans Bob Franklin, op. cit., p. 56.

46 « The damage that can be done by uncontrolled spin was all too evident in the reckless way the Brown’s acolytes talked up the possibility of a snap election – only for the Prime Minister to call a halt at the last moment and in the process do himself incalculable political damage ». Nicholas Jones, « Against an avalanche of negative publicity Gordon Brown should opt for transparency », Spinwatch, 22 mai 2008. Voir <http://www.spinwatch.org.uk/blogs-mainmenu-29/306-nicholas-jones/4926-against-an-avalanche-of-negative-publicity-gordon-brown-should-opt-for-transparency> [consulté 10/04/11].

47 « Brown tainted by sleaze – poll », BBC News online, 3 décembre 2007. Voir <http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/newsnight/7125472.stm> [consulté 10/04/11].

48 Sur la place du mensonge dans le projet New Labour voir la foule d’exemples fournis par l’ouvrage d’Andrew Rawnsley, The End of the Party. The Rise and Fall of New Labour, London, Viking, 2010.

49 « How sleaze came back to haunt the Tories », The Observer, dimanche 8 juin 2008. Voir <http://www.guardian.co.uk/politics/2008/jun/08/conservatives.partyfunding> [consulté 01/07/11]. Le même jour le journal The Times titrait « David Cameron’s clean-up campaign crashes into new sleaze rows », <http://www.timesonline.co.uk/tol/news/politics/article4087673.ece> [consulté 01/07/11].

50 Michael Ashcroft, aujourd’hui Lord Ashcroft, l’un des principaux mécènes du parti conservateur est domicilié à Bélize et à ce titre ne verse pas en Grande-Bretagne les impôts sur ses revenus accumulés à l’étranger.

51 Voir « Cameron in sleaze row as major Tory donor accused of lobbying ministers to cancel £80m loan for rival steel firm », The Daily Mail, 23 juillet 2010. Voir <http://www.dailymail.co.uk/news/article-1296921/Cameron-sleaze-row-major-Tory-donor-accused-lobbying-ministers-cancel-80m-loan-rival-steel-firm.html> [consulté le 01/07/11].

52 Les détails de cette affaire sont disponibles sur le site de la BBC : <http://www.bbc.co.uk/news/uk-11195407> [consulté le 01/07/11].

53 Alan Doig, « Politics and Sleaze : Conservative Ghosts and Labour’s Own Brand », Parliamentary Affairs, 2003, vol. 56, n° 2, p. 322-333.

54 « Financial sleaze, which dogged the previous Tory government under John Major in the 1990s, is threatening to make a comeback ». « Tory pledges of probity are undermined by sleaze stories », The Economist, 12 juin 2008. Voir <http://www.economist.com/node/11546732?story_id=E1_TTVQGSPN> [consulté 02/07/11].

55 A lack of trust, a lack of confidence, leads to cynicism which leads to disengagement. Public Administration Select Committee, « Ethics and Standards : The Regulation of Conduct in Public Life », Fourth Report (session 2006-2007). Consultable en ligne : <http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200607/cmselect/cmpubadm/121/121i.pdf> [consulté le 02/06/11].

56 Voir le site de l’IPSA : <http://www.parliamentarystandards.org.uk>.

57 « This trend is evident not just in the United Kingdom, but it may seem paradoxical that it has coincided with a period when the machinery of ethical regulation in government has been extended and strengthened ». Public Administration Select Committee, op. cit., p. 14.

58 Le parti de la confiance ne présenta que deux candidats aux élections de 2010 et fut dissous peu après. Voir BBC News, « Ex-Tory donor launches Trust Party on expenses pledge », 29 mars 2010. Voir <http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/8593669.stm> [consulté le 12/07/11].

59 « If people don’t know what you’re doing, they don’t know what you’re doing wrong » Yes Minister est une série télévisée satirique qui fut diffusée par la BBC à partir de 1980 et qui met en scène la tension entre les élus et l’administration. Cette réplique, que fait Sir Arnold Robinson (Cabinet Secretary) à Bernard Woolley (principal private secretary to the Minister for Administrative Affairs), est tirée du tout premier épisode de la série, intitulé « Open Government », <http://www.youtube.com/watch?v=EXFTk1_xhYM&feature=related>.

60 « If anything, public confidence is now at an even lower ebb than it was in John Major’s day ». Anthony King, « Public confidence in politicians falls as “sleaze” factor returns to haunt Labour », The Daily Telegraph, 29 November, 2004. <http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1477750/Public-confidence-in-politicians-falls-as-sleaze-factor-returns-to-haunt-Labour.html> [consulté le 2 juin 2011].

61 « Even if there is a new ethical world of British MPs, it seems unlikely that the public has noticed ». Nicholas Allen, « Ten years after Nolan : a new ethical world of British MPs ? », Paper prepared for the Annual Conference of the Political Studies Association, the University of Reading, April 2006 <http://www.psa.ac.uk/2006/pps/Allen1.pdf> [consulté le 02/06/11]. Voir également « A Restless Electorate : Stirrings in the Political System », dans John Bartle et Anthony King (dir.), Britain at the Polls 2005, London, CQ Press, 2006, p. 59-60.

62 « The full significance for contemporary democracies of political corruption cannot be grasped without an understanding of citizens’ moral codes and perceptions of official misconduct ». James L. Newell, « Ethical conduct and perceptions of public probity in Britain : The story so far », Perspectives on European Politics and Society, vol. 9, n° 1, avril 2008, p. 39-52.

63 « Paradoxically, the attempts to assuage public anxieties may have helped to increase them by raising and keeping high the general salience of public probity as a political issue ». James L. Newell, « Understanding and preventing corruption : Lessons from the UK expenses scandal », p. 10. Paper prepared for presentation at the Karlsruhe Dialogues, « Organized Crime – The Dark Side of Globalization », 5 – 7 February 2010, Centre for Cultural and General Studies, University of Karlsruhe, Germany. Disponible en ligne : <http://usir.salford.ac.uk/10373/6/Paper-2.pdf> [consulté le 02/10/11].

64 Alan Doig, « Ethics, Sleaze and Codes : the Politics of Trust », Parliamentary Affairs, vol. 57, n° 2, 2004, p. 446.

65 « Transparency has been a significant component of the decline in trust ». Public Administration Select Committee, op. cit., p. 16.

66 La déférence est un phénomène prégnant dans les sociétés anglo-saxonnes où elle a fait l’objet de nombreuses études sociologiques. La déférence désigne un comportement par lequel un individu se soumet à l’autorité et au jugement d’une autre personne qu’il reconnaît comme dotée de qualités supérieures. Dans le contexte qui nous intéresse, la déférence alimente le sentiment de confiance envers les institutions politiques et les individus qui les font vivre.

67 « Transparency is important, but it is not a panacea. People may not like what they see, and trust may be further eroded ». Public Administration Select Committee, op. cit., p. 16.

68 Nicholas Allen, Sarah Birch, « Political conduct and misconduct : probing public opinion », Parliamentary Affairs, vol. 64, n° 1, 2011, p. 61-81. Voir <http://www.essex.ac.uk/government/ethicsandintegrity/Political%20Conduct%20and%20Misconduct.pdf> [consulté le 01/07/11].

69 « The more strictly we are watched, the better we behave ». Dans son célèbre chapitre intitulé « Of publicity and privacy », tirée de An Essay on Political Tactics, or Inquiries Concerning the Discipline and Modes of Proceeding Proper to Be Observed In Political Assemblies, Bentham soulignait la nécessité d’ouvrir grand les portes de tous les établissements publics (cité dans John Bowring, The Works of Jeremy Bentham/ Vol. VI, Livre II, chapitre 10, 1843).

70 Le 11 juillet 2011 le Guardian publiait un article racontant comment des journalistes associés à des journaux appartenant au magnat Rupert Murdoch (The Sun, The Sunday Times) avaient, pendant une dizaine d’années, collecté des informations d’ordre privé sur Gordon Brown, en particulier concernant son compte en banque et le dossier médical de son fils. Voir Nick Davies and David Leigh, « News International Paper targetted Gordon Brown », 11 juillet 2011. <http://www.guardian.co.uk/media/2011/jul/11/phone-hacking-news-international-gordon-brown> [consulté le 11/07/11].

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Professeur de civilisation britannique contemporaine à l’Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Ses recherches portent sur les aspects organisationnels, doctrinaux et identitaires du parti travailliste britannique ainsi que sur l’impact des nouvelles technologies et réseaux sociaux sur la participation politique. Elle a notamment publié Du Labour au New Labour de Tony Blair. Le changement vu de l’intérieur, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007 ; Comprendre la Grande-Bretagne de Tony Blair : bilan d’une alternance politique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001 (avec Richard Davis, dir.) ; Les Élections législatives britanniques de 2010, Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 16, n° 1, printemps 2011 (avec Pauline Schnapper, dir.).

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search