Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

David Lloyd George et l’argent

Jean-Claude Sergeant

Résumé

Réformateur social flamboyant, champion des exclus et ardent promoteur d’un système de protection sociale moins inégalitaire, Lloyd George ne jouit cependant pas d’une réputation irréprochable. Sans fortune personnelle, il a été contraint de rechercher les moyens financiers nécessaires à ses ambitions politiques, ce qui l’a conduit à s’engager dans des opérations douteuses qui auraient pu être fatales à sa carrière politique. L’affaire de la mine d’or fictive en Patagonie (1892) sera en quelque sorte son rite d’intronisation dans le monde de la spéculation dans lequel il achèvera de se fourvoyer à l’occasion de l’affaire Marconi (1912-1913) rapidement promue au rang de scandale. Mais c’est sans doute le système d’attribution de distinctions honorifiques et de titres nobiliaires en échange de contributions à son fonds politique, que Lloyd George a couvert, sinon encouragé, qui restera comme la tache indélébile altérant la mémoire de celui qui fut l’un des plus grands dirigeants politiques britanniques du xxe siècle.

Texte intégral

  • 1 Roy Hattersley, The Great Outsider – David Lloyd George, Londres, Little, Brown, 2010, p. 335.
  • 2 Rapporté par Roy Hattersley, ibid., p. 24.

1On garde de Lloyd George, Premier ministre de 1916 à 1922, l’image d’un réformateur social flamboyant, défenseur des petits paysans exploités par l’aristocratie foncière et initiateur du premier système de retraites national. Volontiers radical, porteur de projets qui passaient souvent pour révolutionnaires – il avait envisagé l’instauration d’un salaire minimum pour les ouvriers1 – Lloyd George, né, sinon pauvre, du moins dépourvu de moyens financiers à la mesure de ses espérances, sera longtemps hanté par la nécessité de se mettre, ainsi que sa famille, à l’abri du besoin. Dès l’âge de vingt et un ans, ayant réussi les épreuves d’admission au barreau, ce natif du pays de Galles songeait à faire carrière à Londres où seul il pourrait trouver la gloire et la fortune qu’il convoitait : « Un avocat brillant peut éventuellement amasser une fortune raisonnable en restant au pays, mais si l’on vise quelque chose de plus important – la gloire – c’est à Londres qu’il faut être2 ».

2Lloyd George ne connaîtra pas l’aisance financière avant son accession au poste de Chancelier de l’Échiquier en 1908 dans le Cabinet Asquith. Il restera longtemps tributaire de l’aide de son frère, William, avec lequel il avait fondé en 1887 un cabinet d’avocats – Lloyd George and George – dont son cadet aura seul la charge à compter de l’élection de David au Parlement en 1890. William se retrouvera d’ailleurs mêlé, à son insu, à certaines opérations hasardeuses dans lesquelles son frère s’était engagé à la légère. Ce n’est pas avant 1899 que Lloyd George put faire l’acquisition d’une maison, située dans la banlieue de Londres, à Wandsworth, où Margaret, son épouse, put enfin partager, un temps, sa vie quotidienne. Avant cette installation, Lloyd George était hébergé par des amis ou résidait au National Liberal Club, proche de Whitehall.

3À une époque où les parlementaires ne percevaient pas encore d’indemnité – elle ne leur sera accordée qu’en 1911 – Lloyd George était naturellement en quête de sources de revenus, au point de se lancer dans certaines spéculations qui auraient pu affecter sa carrière politique. L’affaire Marconi, qui défraya la chronique des années 1912-1913, alors que Lloyd George était Chancelier de l’Échiquier, symbolise à elle seule l’inconscience qui poussait un responsable politique conduisant des réformes controversées à mettre en jeu sa réputation dans l’espoir d’un gain financier rapide. Plus tard, c’est dans un autre contexte, infiniment plus politique, que l’on trouve une nouvelle illustration du rapport de Lloyd George à l’argent. Il ne s’agissait plus alors d’augmenter les revenus personnels d’un homme, devenu Premier ministre, dont le train de vie était assuré, mais de constituer un trésor de guerre – le fonds Lloyd George – qui lui permettrait de prolonger sa carrière politique au cas où il serait amené à renoncer au pouvoir. C’est, au total, cette relation ambiguë à l’argent, à la fois convoité, mais, à l’occasion, méprisé, que la présente étude tente de décrypter.

Le mirage patagonien

4En 1892, la situation de Lloyd George était préoccupante. Il devait subvenir aux besoins d’une famille qui venait d’accueillir un troisième enfant – Olwen, née en avril 1890 – tout en faisant face à ses propres frais de subsistance à Londres. Il pouvait certes compter sur la générosité de son beau-père, qui avait d’ailleurs installé Margaret et les enfants dans une maison située à Criccieth, au nord du pays de Galles, mais c’est surtout au soutien de son frère William, son partenaire en affaires, que David devait de pouvoir s’acquitter de ses responsabilités financières. C’est à cette époque qu’il commença à compléter ses revenus par des collaborations régulières dans quelques journaux, le Star, d’abord, puis le Manchester Guardian.

5À la fin de 1892, Lloyd George entre dans un groupement d’investisseurs qui venait d’acquérir la propriété d’un gisement minier situé sur le territoire d’une colonie galloise installée en Patagonie. Différents rapports laissaient entrevoir des perspectives d’exploitation mirobolantes : il suffisait d’acquérir le matériel nécessaire et d’engager des équipes suffisamment nombreuses et compétentes pour atteindre les filons d’or qu’on ne manquerait pas de trouver dans la concession. Une société – la Welsh Patagonian Gold Fields Syndicate –, dotée d’un capital de 1000 livres sterling, ne tardait pas à être constituée. Restait à placer les actions de la société et à en augmenter le capital. C’est parmi ses collègues gallois du parti libéral que Lloyd George allait recruter ses principaux associés après avoir tenté, en vain, de prospecter le marché parisien.

6Aucune analyse géologique sérieuse de l’état du gisement et de ses potentialités n’avait été entreprise. La société se décida en mars 1893 à envoyer sur place son directeur général, un élu libéral journaliste de son état, totalement incapable de remplir la mission qui lui avait été confiée. Les créanciers argentins commençaient à donner des signes de fébrilité, tandis que des litiges concernant la délimitation de la concession s’annonçaient. Le cabinet Lloyd George and George avait été, naturellement, impliqué dans l’opération en devenant conseiller juridique de la société d’exploitation, sans que William en ait été préalablement informé.

  • 3 W.R.P. George, The Making of Lloyd George, p. 201, rapporté par Roy Hattersley, op. cit., p. 90.

7Prêts à se bercer d’illusions, Lloyd George et ses partenaires persistaient à croire qu’il suffirait d’une nouvelle injection de capitaux et de l’intervention d’une nouvelle équipe technique plus performante pour inverser le cours des choses. En août 1896, Lloyd George décidait de faire le voyage jusqu’en Argentine pour se rendre compte par lui-même de la situation et, le cas échéant, liquider la compagnie. Il écrit à son frère, quelques jours avant son embarquement pour Buenos Aires : « Les créanciers menacent de mettre la société en faillite. Ils réclament 700 livres sterling au total. Von Heyking [un ingénieur des mines employé par la société] estime qu’on pourrait négocier une transaction raisonnable. C’est le type de problèmes que je pourrai régler en me rendant sur place3 ».

8Accompagné de deux proches amis, Henry Dalziel, futur propriétaire de l’hebdomadaire Reynolds News, et d’Herbert Lewis, tous deux élus du parti libéral, Lloyd George restera près de trois mois en Argentine, essentiellement à Buenos Aires où il trouva le temps de courtiser une dame de la bonne société locale, mais pas celui d’aller inspecter le site de Patagonie, objet officiel de son escapade. La société fut officiellement dissoute en décembre 1900, les souscripteurs perdant du même coup les sommes qu’ils avaient investies dans l’aventure. L’un des plus éminents biographes de Lloyd George résume ainsi l’épisode :

  • 4 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, Londres, Methuen, 1985, p. 44. John Grigg p (...)

Au cours des années 1890, son désir de posséder un capital, et cela rapidement, ajouté à son manque d’intérêt pour les détails, qui l’ennuyaient, ont abouti à une spéculation indigne, la création d’un syndicat d’exploitation d’une mine d’or fictive en Patagonie. Il s’en est mieux sorti que les nombreux petits investisseurs qu’il avait encouragés à porter leurs économies dans l’affaire, car lui, du moins, a été rémunéré en tant qu’administrateur, ainsi que son cabinet d’avocats pour les services juridiques rendus. […] Il a eu la chance […] que cette affaire ne soit pas ébruitée et ne soit révélée que bien longtemps après sa mort4.

  • 5 Kenneth O’Morgan, Lloyd George, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1974, p. 77.

9Plus indulgent, l’éminent historien gallois Kenneth Morgan admet que dans l’affaire de l’exploitation de la fausse mine d’or patagonienne Lloyd George porte une part de responsabilité, mais que « s’il a toujours fait preuve d’une certaine négligence dans les affaires financières, il n’a jamais été corrompu5 ». C’est précisément cette négligence qui sera à l’origine de la plus tumultueuse affaire de sa longue carrière.

De l’affaire Marconi…

10En 1911, le Comité de défense impérial avait estimé qu’il était urgent de relier l’Angleterre aux principaux pays de l’Empire au moyen d’un système de communication radioélectrique. Le dossier avait été confié au Postmaster-General, Herbert Samuel, ministre en charge des PTT britanniques siégeant au Cabinet. En mars 1912, Samuel optait pour le projet présenté par la société Marconi dont le coût – 60000 livres sterling –, augmenté des droits d’exploitation des brevets, était supérieur d’un tiers au devis de ses concurrents dont le savoir faire était moins attesté que celui de Marconi. L’ingénieur Marconi, installé à Londres, avait créé plusieurs sociétés afin d’exploiter ses brevets. Outre celle basée à Londres, qui avait négocié le contrat avec le ministère des Postes, il existait une société Marconi au Canada et une autre établie à New York, la Marconi Wireless Telegraph Company. En France, c’est la Compagnie française maritime et coloniale de télégraphie sans fil qui commercialisait les applications du système. Chacune de ces sociétés était, en théorie, autonome, même si celle établie à Londres faisait figure de maison mère. Les principaux administrateurs de la société Marconi britannique, qui détenait plus de la moitié des actions de la Marconi Wireless Telegraph Company new yorkaise, siégeaient également au conseil de la société américaine. Parmi ces responsables britanniques, figurait Godfrey Isaacs, président directeur général de Marconi UK depuis août 1910.

11Début mars 1912, Marconi USA décidait de procéder à une recapitalisation par émission d’actions afin d’absorber une société concurrente. Godfrey Isaacs s’engageait à placer 50000 de ces actions sur le marché britannique. De retour à Londres le 8 mars, il en proposait 10000 à son frère sir Rufus Isaacs, Attorney General dans le Cabinet Asquith, c’est-à-dire conseiller juridique du gouvernement. Sir Rufus finit par accepter l’offre, au prix de deux livres sterling l’action, le 17 avril, non sans avoir hésité, compte tenu de sa position dans un gouvernement qui venait d’accepter, sous réserve de l’aval du Parlement, le projet d’infrastructures présenté par Marconi. Trois jours plus tôt, le Titanic avait sombré au large de Terre Neuve, entraînant la mort des deux tiers de ses 2200 passagers. Le paquebot de la White City était équipé du système Marconi, à la différence de la majorité des navires présents dans les parages qui auraient pu lui porter secours. Il est vraisemblable que le regain de notoriété dont avait bénéficié Marconi à la suite du naufrage du plus gros transatlantique jamais lancé ait pesé dans la décision de sir Rufus d’acquérir des actions dont le cours ne pouvait que s’apprécier à l’ouverture des marchés.

  • 6 Rapporté par John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 48.

12Sir Rufus ne fut d’ailleurs pas le seul à profiter des bons offices de son frère, Lloyd George et le Chief Whip (chef du groupe parlementaire) libéral, Alexander Murray, proches de Rufus Isaacs, acceptant de se porter acquéreur auprès de lui de 1000 actions chacun dont il fut convenu qu’ils n’en règleraient le prix qu’ultérieurement. Le 19 avril, lors de l’ouverture au public de la souscription des actions Marconi USA à la Bourse de Londres, la valeur de l’action s’affichait à quatre livres sterling, soit le double du prix proposé à Lloyd George et à ses collègues. Lloyd George profitait d l’occasion pour vendre la moitié des actions qu’il détenait, réalisant au passage un bénéfice de 743 livres sterling. Il décidera d’en acquérir 1500 autres un mois plus tard dans des conditions nettement moins favorables. Lloyd George n’en était pas à son coup d’essai. Dans une lettre adressée à Margaret en date du 19 avril, il lui annonçait que son investissement dans les chemins de fer argentins lui avait rapporté 567 livres sterling6, soit un peu plus que le montant de son traitement mensuel de Chancelier de l’Échiquier (470 livres sterling).

… au scandale Marconi

13L’opération boursière réalisée par les trois hommes politiques n’avait pas échappé aux observateurs. La City bruissait de rumeurs dont certains organes de presse n’avaient pas tardé à tirer parti. Le 19 juillet, le texte du protocole d’accord entre le Postmaster-General et la société Marconi était communiqué aux parlementaires, suscitant des questions aux Communes concernant l’identité des actionnaires de cette société et les raisons de l’appréciation spectaculaire de la valeur de ses actions, questions auxquelles la mise en vacances du Parlement pour l’été mit un terme.

  • 7 Pour une analyse de la politique éditoriale de cet hebdomadaire, voir Christiane d’Haussy, « L’Eye (...)

14Le 8 août, alors qu’Herbert Samuel s’apprêtait à prendre le train à la gare de King’s Cross, son regard fut attiré par la « Une » d’un hebdomadaire, Eye Witness, dénonçant le « scandale Marconi », impliquant « Samuel, les Isaacs et la société Marconi ». Fondé par Hilaire Belloc, cet hebdomadaire de format tabloïd, dont la diffusion ne dépassa jamais 7000 exemplaires, s’était fait une spécialité de la dénonciation de la ploutocratie, nécessairement incarnée par les juifs, et de l’Establishment politique7. Porte-voix d’un courant qu’on pourrait qualifier d’anarchiste de droite, Eye Witness, qui se métamorphosera en New Witness après l’arrivée à la tête de la rédaction de Cecil Chesterton, le frère du célèbre romancier, se défendait de toute hostilité à l’égard des juifs, faisant valoir qu’il défendait avec la même énergie les juifs pauvres contre les décisions iniques du pouvoir. Paradoxalement, l’article d’Eye Witness ne mentionnait pas Lloyd George parmi les bénéficiaires de la collusion supposée entre le gouvernement et la société Marconi. En revanche, la mise en cause d’Herbert Samuel, qui avait été tenu à l’écart de l’offre d’achat d’actions de la société, indiquait clairement la caractère antisémite de la charge de l’hebdomadaire.

15Informé par les intéressés de leurs opérations boursières, Asquith conseillait de laisser passer l’orage et de ne pas poursuivre le directeur de l’hebdomadaire, préférant, sans doute, éviter les conséquences, toujours imprévisibles, qu’un procès en diffamation pourrait entraîner. L’affaire ne manquait pourtant pas de rebondir au retour des parlementaires. Le 11 octobre, la Chambre des communes débattait de l’opportunité d’instituer une commission – Select Committee – chargée de faire le jour sur les conditions dans lesquelles le contrat Marconi avait été négocié et sur les allégations selon lesquelles des membres du gouvernement en auraient tiré avantage.

16Au cours du débat, George Lansbury, l’un des ténors du groupe travailliste, évoqua des « spéculations boursières scandaleuses » liées à la vente des actions Marconi. Lloyd George mit instantanément le député travailliste au défi d’expliciter ses propos, ce que l’intéressé se garda bien de faire. Prenant à son tour la parole, Rufus Isaacs déclarait qu’il n’avait en rien été mêlé à la négociation du contrat, ajoutant qu’il ne s’était livré à aucune transaction boursière relative à « cette compagnie » (this company), ce que chacun comprit comme faisant référence à la société Marconi UK. Aucun des trois bénéficiaires de la mise sur le marché des actions de la société sœur américaine ne profita du débat pour informer la Chambre de ses opérations.

17La commission spéciale de quinze membres mise en place fut constituée en fonction de la représentation proportionnelle des forces politiques aux Communes, assurant ainsi une majorité au gouvernement et à ses alliés. Consciente du rôle purement formel que cette commission était appelée à jouer, l’opposition conservatrice-unioniste réclama, en vain, que lui soit substituée une véritable commission d’enquête judiciaire dont l’impartialité aurait pu éviter les relents de suspicion qui subsisteront après que la commission parlementaire aura très largement « blanchi » Lloyd George et ses collègues. Ainsi que le notera le Chancelier de l’Échiquier le 19 juin 1913 : « the deadly afterdamp remains » (la situation n’a pas été entièrement assainie).

18L’affaire allait être relancée par l’action en diffamation engagée par Rufus Isaacs et Herbert Samuel contre le quotidien français Le Matin qui, le 14 février 1913, avait publié une dépêche de son correspondant à Londres sous le titre « Un scandale financier à Londres ». Dans cette brève correspondance publiée en page 3, l’auteur, s’appuyant sur les affirmations de Leo Maxse, qualifié d’« éminent directeur de la National Review », faisait état des gains qu’Herbert Samuel et les frères Isaacs auraient empochés à la suite de la revente des titres Marconi qu’ils venaient d’acquérir :

  • 8 Le Matin, 14 février 1913.

Tous les trois auraient acheté les titres de la compagnie au prix moyen de 50 francs environ, qui était la cote de ces valeurs avant l’ouverture des négociations avec le gouvernement, et les auraient revendus avec un bénéfice allant jusqu’à 200 francs par titre, à mesure que les négociations faisaient prévoir la conclusion du contrat8.

  • 9 Ibid., 18 février 1913.

19Le correspondant du quotidien français ne faisait pas mention de Lloyd George et incluait parmi les personnalités incriminées le Postmaster-General qui n’était en rien mêlé à cette opération boursière, preuve que Leo Maxse, qui s’était pourtant rangé à l’époque dans le camp des Dreyfusards, s’était laissé gagner par le courant antisémite qui sévissait alors dans certaines officines de presse. Après que Leo Maxse, entendu comme témoin par la commission d’enquête parlementaire, eut déclaré qu’il s’était borné à rapporter des rumeurs dont il se refusait à nommer les auteurs, il ne restait plus au correspondant du Matin qu’à publier un démenti assorti d’excuses : « Je m’empresse, câble-t-il à sa rédaction, de vous envoyer cette rectification avec le regret d’avoir pu, de bonne foi, en vous apportant les bruits qui couraient, causer un préjudice quelconque à trois hommes dont l’honorabilité ne saurait être mise en doute9. »

20En fait, le procès engagé contre un journal étranger, peu diffusé en Grande-Bretagne et qui, de surcroît, avait publié un rectificatif était une manœuvre permettant à Rufus Isaacs d’avouer, par l’intermédiaire de son avocat, qu’il avait bien détenu puis revendu des actions d’une société Marconi, celle établie à New York et non pas à Londres. En affirmant à la Chambre le 11 octobre 1912 qu’il n’était mêlé à aucune transaction impliquant « this company », ce que chacun avait décrypté comme une référence à Marconi UK, l’Attorney General avait subtilement tenté de donner le change à ses collègues. C’est notamment ainsi que John Grigg interprète l’action judiciaire engagée contre le quotidien parisien :

  • 10 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 52-53.

Après les multiples occasions de procès en diffamation qui auraient pu être intenté contre des publications britanniques, rien ne justifiait la traduction devant un tribunal de ce journal étranger qui, en outre, s’était excusé, si ce n’est que ce procès donnait aux ministres la possibilité d’admettre, par avocat interposé, ce qu’ils auraient dû reconnaître depuis longtemps10.

  • 11 Lettre en date du 21 mars 1913, citée par Frank Owen, Tempestuous Journey : Lloyd George, his Life (...)

21La presse ne tarda pas à exploiter ce nouveau rebondissement, à l’exception des titres de lord Northcliffe – Daily Mail et Times – qui traitèrent l’affaire avec une sobriété inaccoutumée. Winston Churchill, fidèle soutien de Lloyd George, avait discrètement éclairé le « Napoléon de Fleet Street » sur la réalité de l’affaire Marconi qui relevait davantage, lui assurait-il, de l’imprudence que de la malhonnêteté. Deux jours après la condamnation du Matin, Lloyd George adressait une lettre de remerciements à lord Northcliffe : « L’atmosphère est actuellement morbide en raison de la controverse concernant les sociétés Marconi. Dans ces circonstances, j’apprécie infiniment la générosité et l’ouverture d’esprit avec lesquelles vous avez rendu compte de cette affaire11 ». Northcliffe répondit que, n’étant ni antisémite ni politiquement sectaire, il n’avait eu aucune peine à traiter l’affaire avec toute l’impartialité requise.

22À la fin du mois de mars, Rufus Isaacs et Lloyd George étaient entendus par la commission d’enquête de la Chambre des communes qui depuis cinq mois instruisait l’affaire Marconi. Deux jours durant, le Chancelier de l’Échiquier défendit son intégrité en insistant sur deux points essentiels. Il n’avait pas exploité pour son profit personnel des informations dont il aurait eu connaissance du fait de ses fonctions officielles. Il récusait, en outre, toute accusation de conflit d’intérêts, n’ayant jamais investi d’argent dans une société bénéficiaire d’un contrat avec un ministère. Afin de prouver sa parfaite bonne foi, il offrait de soumettre à la commission ses relevés de compte bancaire, ainsi que ceux de sa femme et même, si nécessaire, ceux de son frère.

23L’affaire Marconi allait connaître un nouveau prolongement, judicaire celui-là, avec la condamnation en juin 1913, par un tribunal de l’Old Bailey, de Cecil Chesterton, le directeur de New Witness, pour diffamation à l’endroit de Godfrey Isaacs qualifié par l’hebdomadaire de « vile conspirateur corrompu » accusé de « piller les caisses de l’État ». Chesterton, qui risquait la prison, s’en tira avec une amende minime – 100 livres sterling – à laquelle s’ajoutaient les frais du procès, ce qui fut salué par l’hebdomadaire comme une victoire.

  • 12 « My Boys, you leave the Court without a stain – Except, perhaps, for the whitewash ».

24Le même mois, la commission parlementaire remettait enfin son rapport ou, plus exactement, ses rapports. Le rapport principal, exprimant la position de la majorité des quinze membres, acquise au gouvernement, exonérait les ministres concernés de toute charge de corruption. Au nom de l’opposition conservatrice-unioniste, lord Robert Cecil rédigeait un rapport complémentaire mettant en cause la conduite de Rufus Isaacs, Lloyd George et de lord Murray, le Chief Whip du groupe libéral, accusés de « graves manquements » (« grave impropriety ») aux devoirs de leur charge. Le troisième rapport émanait du président de la commission qui, malgré son appartenance à la majorité gouvernementale, avait été, un temps, tenté de démissionner de sa charge, avant que le Premier ministre Asquith lui demande de revenir sur sa décision. Tout en souscrivant globalement aux conclusions du rapport majoritaire, le président regrettait le manque de franchise des deux ministres principalement incriminés qui avaient attendu le procès intenté au Matin pour révéler qu’ils avaient acheté, avant de revendre au meilleur moment, des actions de la société américaine. Un dessin publié dans Punch le 25 juin 1913 résume assez bien la façon dont l’opinion publique accueillit ces rapports. On y voit Lloyd George et Rufus Isaacs, costumés en télégraphistes, s’apprêtant, sourire aux lèvres, à quitter un prétoire où officie un John Bull qui délivre, l’air sévère, la sentence suivante : « Mes garçons, vous quittez le tribunal sans une tache, si ce n’est celle du blanchiment12. »

  • 13 House of Commons Debates, 5e série, vol. LIV, col. 449.

25Lors du débat aux Communes, le 18 juin, portant sur l’examen des rapports, l’opposition tory dénonçait le traitement de complaisance dont avaient bénéficié, selon elle, les personnalités politiques impliquées dans l’affaire et déposait une motion déplorant les transactions boursières auxquelles s’étaient livrés « certains ministres de Sa Majesté », ainsi que leur dissimulation lors des premiers développements de l’affaire. Lloyd George, usé par cette polémique qui traînait en longueur, offrit sa démission à Asquith qui la refusa, conscient qu’il était que la survie de son gouvernement était conditionnée par le maintien de Lloyd George à son poste. Une nouvelle fois, le Chancelier de l’Échiquier défendit son honneur avec toute la pugnacité dont il était capable, tout en concédant à la fin de son discours qu’il n’était pas totalement irréprochable : « J’ai agi sans réfléchir, j’ai agi étourdiment, j’ai agi de façon erronée, mais j’ai agi en toute innocence, j’ai agi de façon transparente et j’ai agi honnêtement13. » La Chambre rejeta la motion de l’opposition par 346 voix contre 268. Le dernier chapitre de l’affaire Marconi venait de se clore d’autant plus facilement que si elle avait embrasé la classe politique et la presse, elle avait fini par lasser le public, davantage concerné par les rumeurs de guerre qui commençaient à se faire entendre.

Lloyd George sous le regard de ses biographes

  • 14 Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 236.
  • 15 Richard Lloyd George (Earl Lloyd George of Dwyfor), My Father Lloyd George, Londres, Frederick Mull (...)
  • 16 Donald McCormick, The Mask of Merlin – A Critical Study of David Lloyd George, Londres, MacDonald, (...)

26La plupart des biographes de Lloyd George s’accordent à minimiser sa responsabilité dans cette péripétie politico-financière qui, pour certains, aurait été montée en épingle pour déstabiliser l’homme politique jugé le plus dangereux par l’Establishment du moment. Selon Frank Owen, « des trois ministres, Lloyd George a toujours été celui qui était le moins impliqué dans l’acquisition des actions, mais il était le plus connu, celui qui suscitait la plus grande affection ou la plus forte répulsion. Le venin de l’ennemi s’est concentré sur lui14. » Guère indulgent à l’égard de son père, auquel il reproche son insatiable propension au vagabondage sexuel, Robert Lloyd George pourfend les calomniateurs qui ont tenté d’exploiter « l’acquisition en toute innocence de certaines actions de la société Marconi américaine » à des fins politiques15. Dans son étude, dépourvue de toute empathie, de l’action de Lloyd George, Donald McCormick estime également que le Chancelier de l’Échiquier avait moins de choses à se reprocher que l’Attorney General, sir Rufus Isaacs16.

  • 17 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 60.

27Tel n’est pas l’avis de John Grigg. L’auteur de la biographie la plus approfondie de Lloyd George estime que l’affaire Marconi a effectivement été un scandale. Il récuse l’interprétation traditionnelle selon laquelle les responsables politiques impliqués dans l’opération boursière portant sur les actions Marconi américaines auraient agi à la légère et que leurs efforts pour dissimuler leurs transactions relevaient davantage de la maladresse que de la faute. Grigg soutient, au contraire, que la conduite des ministres concernés constituait « un manquement aux devoirs de leur charge frisant la corruption17. » À la différence de McCormick, il considère que le plus blâmable des deux ministres n’était pas Rufus Isaacs, mais bien Lloyd George qui, en sa qualité de Chancelier de l’Échiquier « se devait de respecter certains principes » et, qu’à ce titre, il aurait dû s’abstenir de chercher à tirer profit d’opérations financières. À tout le moins, Lloyd George et ses deux collègues – Rufus Isaacs et Alexander Murray – s’étaient rendus coupables d’un délit d’initiés caractérisé. On peut, en effet, se demander s’ils auraient acheté les actions américaines proposées par sir Rufus qui, lui-même, les tenait de son frère Godfrey, s’ils n’avaient anticipé leur rapide valorisation du fait de l’acceptation du contrat en faveur de Marconi UK par le Postmaster-General dont ils avaient nécessairement été informés. Certes, les deux entités américaine et britannique étaient autonomes, à ceci près que la société établie à Londres détenait une part importante du capital de sa jumelle américaine et que les principaux administrateurs de Marconi UK siégeaient également à son conseil. En dernière analyse, on peut raisonnablement estimer que Lloyd George et Rufus Isaacs n’ont dû leur salut qu’au soutien d’Asquith qui, en l’occurrence, joua habilement son rôle d’arbitre politique.

  • 18 Lettre de C.P. Scott à Lloyd George en date du 7 juin 1913, citée par Martin Pugh, Lloyd George, Lo (...)
  • 19 Lettre de George Cadbury à Lloyd George en date du 21 mars 1912, citée par John Grigg, Lloyd George (...)
  • 20 Roy Hattersley, The Great Outsider – David Lloyd George, op. cit., p. 329.

28Certaines personnalités proches de Lloyd George avaient perçu le danger qui le menaçait, C.P. Scott, le directeur du Manchester Guardian, en particulier, qui, quelques jours avant la publication des rapports de la commission d’enquête lui écrivait : « Si vous aviez réfléchi un peu plus, vous n’auriez pas agi ainsi18. » Cet amical reproche fait écho à l’affectueuse mise en garde qu’adressait en 1912 au Chancelier de l’Échiquier George Cadbury, influente figure du parti libéral et propriétaire du Daily News : « Je n’écrirais pas si je ne croyais de mon devoir de vous exprimer mon désir, que je crois partagé par des millions de gens, de vous voir préserver rigoureusement votre intégrité19 » À la date de la réception de cette lettre, Lloyd George s’apprêtait à commettre le faux pas qui aurait pu lui coûter sa carrière politique. Au total, ainsi que l’exprime Roy Hattersley, « il avait échappé aux conséquences d’une conduite, sinon malhonnête, du moins déshonorante, comme il avait si souvent échappé dans le passé aux conséquences de sa folie personnelle20. »

Fonds politique et caisse noire

29L’une des trois personnalités politiques impliquées dans l’affaire Marconi, lord Murray, était parvenue à échapper au gros de l’orage en décidant en août 1912 de quitter la politique pour se mettre au service d’un dynamique entrepreneur, ancien député libéral, Westman Pearson, élevé à la pairie en 1910 avec le titre de baron Cowdray. Lord Murray avait acquis 1000 actions Marconi pour son propre compte en avril 1912, dans les mêmes conditions que les deux ministres, et en avait acheté 3000 supplémentaires, logées dans le fonds du parti libéral dont il était le gestionnaire en sa qualité de Chief Whip. Opportunément incapable de se présenter devant la commission d’enquête des Communes en raison d’une mission en Colombie que lui avait confiée lord Cowdray, Alexander Murray avait soigneusement gardé le silence sur la transaction opérée pour le compte du parti, dont seul Asquith avait vraisemblablement été informé.

30Dans un article publié dans l’hebdomadaire libéral Nation après le dénouement de l’affaire Marconi, l’opacité du rapport entre l’argent et la politique était identifiée comme une préoccupation majeure :

  • 21 Rapporté par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 239.

[…] notre second espoir, dans la mesure où cette affaire a à présent touché le talon d’Achille de la cause libérale, à savoir le fonds secret du parti, est que le parti s’engage résolument dans la voie de la réforme de ce système. Ce fonds étant alimenté par la vente de titres honorifiques et nobiliaires, il porte une flétrissure qui se propage à l’ensemble du système des partis britanniques. La méthode utilisée pour constituer cette cagnotte et la distribution à profusion, sans discernement, de titres nobiliaires organisée par lord Murray, là résident les racines d’un mal qui dépasse de beaucoup l’imprudence qui vient d’être fortuitement révélée21.

31Il faudra attendre 1922 pour que soit partiellement corrigée cette gestion ouvertement clientéliste du système d’attribution des décorations et titres nobiliaires. Si, une fois à la tête du gouvernement, Lloyd George s’est contenté de reprendre la tradition établie par ses prédécesseurs, il la mettra largement à profit pour récompenser les mérites et surtout le soutien de personnalités des milieux d’affaires et du secteur de la presse. Au cours de son mandat en tant que Premier ministre, soit de 1916 à 1922, Lloyd George ne distribuera pas moins de 610 titres nobiliaires (chevalier et baronet) à des entrepreneurs, 42 journalistes se voyant également conférer l’un ou l’autre de ces titres, à quoi il faut ajouter les pairies, 26 allant à des industriels et cinq à des éditeurs de presse ou à des directeurs de rédaction.

  • 22 Lord Beaverbrook, Men and Power 1917-1918, Londres, Hutchinson, 1956, p. 245.

32Certaines propositions d’attribution de distinctions ou de titres, qui devaient recevoir l’assentiment du souverain, en vertu du principe constitutionnel qui fait de lui la « source de tout honneur » (the fountain of honour) ont été jugées injustifiées, voire irrecevables, par George V. Ainsi, la proposition d’élever à la pairie sir Edward Russell, directeur de la rédaction du Liverpool Daily Post, transmise en 1919, se heurta dans un premier temps à une fin de non recevoir. Le secrétaire particulier du roi, lord Stamfordham, commentait en ces termes la réticence du souverain : « Le roi s’est interrogé sur le bien-fondé de l’attribution d’une pairie à une personne qui n’a été élevée au grade de chevalier qu’à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. De surcroît, Sa Majesté désapprouve l’ajout d’une proposition supplémentaire à une liste où figure déjà un nombre important de membres de la presse22 ». Le roi finit par céder, tout comme en 1920 il fut contraint d’accepter, avec une extrême répugnance, l’élévation à la pairie de George Ridddell, propriétaire du News of the World et fidèle soutien de Lloyd George, dont l’état de divorcé lui interdisait, selon la tradition, l’accès à cette dignité.

  • 23 Lord Beaverbrook fut ministre de l’Information de février à novembre 1918 et lord Rothermere occupa (...)
  • 24 The Riddell Diaries 1908-1913, Londres, The Athlone Press, 1986, p. 61.

33Lloyd George connaissait le pouvoir de la presse et il avait pris un soin particulier à se ménager les faveurs des principaux éditeurs de journaux, n’hésitant pas, pour y parvenir, à faire entrer certains d’entre eux au gouvernement23. Comme le note lord Riddell dans son journal, à la date du 12 avril 1913 : « Il [Lloyd George] ne manqua jamais l’occasion de cultiver la presse. L’affaire Marconi l’a rendu très désireux d’obtenir les faveurs des journalistes24 ». Allant jusqu’au bout de sa logique, Lloyd George décida de prendre la contrôle du Daily Chronicle, quotidien libéral qui revendiquait une diffusion de l’ordre de 600 000 exemplaires, avec le concours de son vieil ami Henry Dalziel – qui sera récompensé en 1921 par une pairie – et surtout grâce à la trésorerie du fonds du parti libéral devenu entre-temps fonds Lloyd George. En 1926, Lloyd George revendait une partie des actions de United Newspapers – la société qui contrôlait le quotidien – à un repreneur, l’Inveresk Paper Company, qui s’assura de la totalité du contrôle du journal en 1928.

  • 25 Lettre non datée, vraisemblablement écrite en 1923, citée par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. (...)

34On estime à deux millions de livres sterling le produit de la vente par Lloyd George de ses actions dans le Daily Chronicle, somme qui fut, vraisemblablement, portée au compte du fonds Lloyd George dont le statut et l’usage firent longtemps débat. Etabli à l’origine en tant que fonds politique national libéral, le fonds fut transformé en fonds fiduciaire (Trust) en 1925 avant de prendre le nom, en 1931, de fonds politique Lloyd George. Dans une lettre adressée à lord Reading (sir Rufus Isaacs), Lloyd George mettait les choses au point : « Personne mieux que vous sait que le fonds existant a été presque intégralement constitué par moi. […] Ce qu’il en reste est le produit de ma gestion des affaires du Daily Chronicle25 ». L’acte portant création du fonds fiduciaire, signé le 5 mai 1925, spécifiait qu’il était constitué des dons faits personnellement à Lloyd George par ses amis politiques pour lui permettre de servir certaines causes, notamment la paix, l’unité de l’Empire, l’amélioration des transports, la gestion des patrimoines fonciers, etc. À l’évidence, ce fonds avait été constitué de façon à donner à Lloyd George les moyens de poursuivre son action politique au cas où il se retrouverait en marge du système des partis, perspective à laquelle l’habile chef de gouvernements de coalition s’était préparé de longue date.

35Outre son statut et son objet, le principal problème posé par le fonds était celui de son financement. Lloyd George ne perd jamais l’occasion de souligner l’importance de l’apport du produit des actions qu’il détenait dans le capital du Daily Chronicle et qu’il avait revendues. Le doute subsistait cependant sur l’origine des sommes engrangées dans ce fonds. En février 1927, lord Rosebery, l’une des grandes figures du parti conservateur, faisait part de sa perplexité dans une lettre, faussement candide, adressée à la rédaction du Times :

  • 26 Lettre au Times, publiée le 16 février 1927, rapportée par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit (...)

[Concernant le fonds Lloyd George] la question que l’on ne se pose jamais, mais que chacun a en tête, concerne son montant et l’origine des sommes. Elles ne proviennent certainement pas de la poche de M. Lloyd George mais d’autres sources. Lesquelles ? Il ne saurait sans doute pas s’agir de la vente de distinctions et de titres nobiliaires, mais si tel était le cas, cela dépasserait les pires excès que l’on a connus sous Charles II et à l’époque de sir Robert Walpole26.

36La lettre de lord Rosebery renvoyait, en écho, à celle publiée par le Times en août 1918, signée par vingt-cinq personnalités politiques, majoritairement membres de la Chambre des lords, demandant que toute la lumière soit faite sur le trafic de distinctions honorifiques et de titres nobiliaires déjà dénoncé l’année précédente. Le Premier ministre avait alors accepté la mise en place d’un groupe de sages, composé de membres du Privy Council, chargé de s’assurer de la qualité des candidatures proposées par le Premier ministre. Le Gouvernement avait, en outre, accepté, en octobre 1917, une motion de la Chambre des lords invitant le Premier ministre à vérifier qu’aucune considération financière n’intervienne dans le choix des personnes proposées au souverain pour l’attribution d’un titre nobiliaire ou d’une distinction honorifique.

  • 27 « Il est généralement admis qu’il [William Sutherland] contrôlait l’ensemble du système de vente de (...)
  • 28 House of Commons Debates, 17 juillet 1922, 5e série, vol. CLVII, col. 1745.

37Cette résolution resta lettre morte et William Sutherland, l’un des secrétaires privés de Lloyd George, semble avoir joué un rôle de premier plan dans la gestion d’un système assez sophistiqué de collecte de fonds en échange de titres et décorations27. Lord d’un débat à la Chambre des lords, le 17 juillet 1922, le duc de Northumberland affirmait qu’un titre de chevalier se négociait à hauteur de 10000 livres sterling et qu’il fallait être prêt à débourser 35 à 40000 livres sterling pour espérer pouvoir être promu baronet. Le climat de suspicion était tel que le Parlement décida de se prononcer sur une motion dont le député G. Locker-Lampson avait pris l’initiative et signée par 279 de ses collègues. La motion demandait la mise en place d’une commission chargée d’examiner les modalités de constitution des listes de bénéficiaires soumises au roi et de proposer, le cas échéant, des réformes. L’auteur de la motion, qui siégeait aux Communes depuis treize ans, assurait qu’il n’avait jamais vu une motion, manifestement embarrassante pour le gouvernement, recevoir un aussi large soutien, tous partis confondus, que vingt des 119 députés de l’aile libérale restée fidèle à Lloyd George avaient même signée28.

  • 29 Ibid., col. 1772.

38Tout en acceptant l’idée d’une commission royale sur le sujet, Lloyd George souhaitait que l’on replace les pratiques vilipendées du moment dans une perspective historique et développait, pour sa défense un argumentaire en deux points. Il était incapable de savoir parmi les personnalités recommandées par ses collègues du Cabinet lesquelles avaient contribué à un fonds politique et il ne voyait pas en quoi leur qualité de contributeur éventuel leur interdisait de voir leurs mérites personnels reconnus par l’attribution d’une distinction. Et d’ajouter : « Selon moi […], le fait de contribuer à un fonds politique en fonction de ses ressources n’est pas seulement un acte innocent, mais c’est une obligation. Comment, sinon, financer la vie démocratique du pays29 ? »

39Lloyd George pouvait d’autant plus facilement accepter la création d’une commission royale d’enquête qu’on prit soin d’en limiter le mandat à la recherche de moyens propres à garantir la transparence de la constitution des listes de bénéficiaires. À aucun moment il ne fut question de la charger de faire la lumière sur les pratiques, plus ou moins douteuses, que le Premier ministre avait tolérées, sinon encouragées, au cours des six années d’exercice du pouvoir. Lloyd George sauvait, une fois de plus, la face et il n’hésitait pas à proposer à l’occasion de sa démission, selon la tradition, une liste de récipiendaires trois plus fournie que celle établie par son prédécesseur, Asquith, en 1916.

Conclusion

40Certains commentateurs – McCormick notamment – ont vu dans ce dernier trait la marque d’un certain cynisme. D’autres, plus sévères encore, estiment que Lloyd George n’a guère contribué à élever le niveau éthique de la vie politique britannique. Thomas Jones, par exemple, brosse un tableau au noir de l’image de ce grand réformateur libéral :

  • 30 Thomas Jones, Lloyd George, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1951, p. 288.

Lloyd George […] n’a pas seulement divisé le parti libéral en 1916. Il a en outre continué à susciter le ressentiment en transformant le fonds politique du parti en fonds personnel. Sa gestion despotique et arbitraire du fonds a profondément heurté les puristes et les démocrates et a alimenté les critiques de sa personnalité en tant que personnage public30.

  • 31 « No Escape », éditorial du Times en date du 4 février 2012.

41Sans fortune personnelle, mais immensément ambitieux, Lloyd George avait compris que cette ambition resterait vaine tant qu’il ne disposerait pas des ressources financières nécessaires à son épanouissement. Il a en conséquence cherché par tous les moyens à les acquérir, sans trop se préoccuper de leur respectabilité, si bien que son image reste encore aujourd’hui ternie par les libertés qu’il a prises, non seulement avec la rigueur morale, mais aussi avec la simple prudence. Commentant la démission de Chris Huhne, ministre libéral chargé du changement climatique dans le gouvernement de coalition issu des élections de 2010, l’éditorialiste du Times écrivait : « La classe politique libérale n’a pas échappé aux scandales politiques. Le dernier Premier ministre libéral, David Lloyd George, restera toujours associé à la vente des distinctions honorifiques et des titres nobiliaires31 ».

Bibliographie

Bibliographie

Beaverbrook (lord), Men and Power 1917-1918, Londres, Hutchinson, 1956.

D’Haussy Christiane, « L’Eye Witness – New Witness, hebdomadaire et ses directeurs H. Belloc et C. Chesterton de 1911 à 1916 » dans Sergeant Jean-Claude, Visages de la presse britannique, Presses universitaires de Nancy, 1987, p. 29-38.

Grigg John, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, Londres, Methuen, 1985.

Hattersley Roy, The Great Outsider – David Lloyd George, Londres, Little, Brown, 2010.

House of Commons Debates, 5e série, vol. LIV, col. 449, 18 juin 1913.

House of Commons Debates, 5e série, vol. CLVII, 17 juillet 1922.

Lloyd George Richard, My Father Lloyd George, Londres, Frederick Muller Ltd, 1960.

Macmillan Gerald, Honours for Sales, Londres, The Richard Press, 1954.

Matin (Le), « Un scandale financier à Londres », 14 février 1913.

McCormick Donald, The Mask of Merlin – A Critical Study of David Lloyd George, Londres, MacDonald, 1963.

O’Morgan Kenneth, Lloyd George, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1974.

Owen Frank, Tempestuous Journey : Lloyd George, his Life and Times, Londres, Hutchinson, 1954.

Pugh Martin, Lloyd George, Londres, Longman, 1988.

Punch, 25 juin 1913.

Riddell (lord), The Riddell Diaries 1908-1913, Londres, The Athlone Press, 1986.

Times (The), « No Escape », éditorial du 19 février 2012.

Notes

1 Roy Hattersley, The Great Outsider – David Lloyd George, Londres, Little, Brown, 2010, p. 335.

2 Rapporté par Roy Hattersley, ibid., p. 24.

3 W.R.P. George, The Making of Lloyd George, p. 201, rapporté par Roy Hattersley, op. cit., p. 90.

4 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, Londres, Methuen, 1985, p. 44. John Grigg précise que l’affaire n’a été connue qu’en 1973 et qu’il a été le premier à en faire état dans The Younger Lloyd George, Londres, Methuen, 1973.

5 Kenneth O’Morgan, Lloyd George, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1974, p. 77.

6 Rapporté par John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 48.

7 Pour une analyse de la politique éditoriale de cet hebdomadaire, voir Christiane d’Haussy, « L’Eye Witness – New Witness, hebdomadaire d’opinion et ses directeurs H. Belloc et C. Chesterton de 1911 à 1916 » in J.-C. Sergeant (dir.), Visages de la presse britannique, Presses universitaires de Nancy, 1987, p. 29-38.

8 Le Matin, 14 février 1913.

9 Ibid., 18 février 1913.

10 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 52-53.

11 Lettre en date du 21 mars 1913, citée par Frank Owen, Tempestuous Journey : Lloyd George, his Life and Times, Londres, Hutchinson, 1954, p. 231.

12 « My Boys, you leave the Court without a stain – Except, perhaps, for the whitewash ».

13 House of Commons Debates, 5e série, vol. LIV, col. 449.

14 Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 236.

15 Richard Lloyd George (Earl Lloyd George of Dwyfor), My Father Lloyd George, Londres, Frederick Muller Ltd, 1960, p. 179.

16 Donald McCormick, The Mask of Merlin – A Critical Study of David Lloyd George, Londres, MacDonald, 1963, p. 232.

17 John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p. 60.

18 Lettre de C.P. Scott à Lloyd George en date du 7 juin 1913, citée par Martin Pugh, Lloyd George, Londres, Longman, 1988, p. 60.

19 Lettre de George Cadbury à Lloyd George en date du 21 mars 1912, citée par John Grigg, Lloyd George : from Peace to War 1912-1916, op. cit., p 46.

20 Roy Hattersley, The Great Outsider – David Lloyd George, op. cit., p. 329.

21 Rapporté par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 239.

22 Lord Beaverbrook, Men and Power 1917-1918, Londres, Hutchinson, 1956, p. 245.

23 Lord Beaverbrook fut ministre de l’Information de février à novembre 1918 et lord Rothermere occupa quelques mois le poste de ministre de l’Air. Lloyd George confia à lord Northcliffe en 1917 la direction de la mission britannique aux États-Unis et le nomma en 1918 directeur de la propagande dans les pays ennemis.

24 The Riddell Diaries 1908-1913, Londres, The Athlone Press, 1986, p. 61.

25 Lettre non datée, vraisemblablement écrite en 1923, citée par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 690.

26 Lettre au Times, publiée le 16 février 1927, rapportée par Frank Owen, Tempestuous Journey, op. cit., p. 688.

27 « Il est généralement admis qu’il [William Sutherland] contrôlait l’ensemble du système de vente de titres et distinctions au cours de ces années ». Gerald Macmillan, Honours for Sale, Londres, The Richards Press, 1954, p. 49.

28 House of Commons Debates, 17 juillet 1922, 5e série, vol. CLVII, col. 1745.

29 Ibid., col. 1772.

30 Thomas Jones, Lloyd George, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1951, p. 288.

31 « No Escape », éditorial du Times en date du 4 février 2012.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est spécialiste de civilisation britannique. Ses travaux ont plus particulièrement porté sur les médias et les questions de défense et de politique étrangère. Il est l’auteur d’une demi-douzaine d’ouvrages, parmi lesquels La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (1994), Les Médias britanniques (2004) et d’une centaine d’articles et de chapitres d’ouvrage traitant de ses thèmes de spécialité.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search