Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

Les proto-travaillistes et l’argent des conservateurs

Du scandale Hyndman-Champion (1885) à l’affaire Alfred Gould (1905)

Yann Béliard

Résumé

Cet article compare deux affaires de corruption (la première passée à la postérité, la seconde pratiquement oubliée) ayant affecté le mouvement ouvrier britannique dans sa période proto-travailliste. Les scandales Hyndman (1885) et Gould (1905) mettent en évidence une constante : la conviction des conservateurs que, lors des élections parlementaires, le camp ouvrier pouvait être instrumentalisé en vue d’affaiblir l’adversaire libéral. Mais l’analyse des dissemblances entre ces deux affaires révèle la profondeur des changements socio-politiques intervenus en vingt ans, en particulier l’émergence du mouvement ouvrier comme un acteur politique autonome.

Texte intégral

  • 1 Les débuts du courant travailliste sont bien synthétisés par Alastair Reid et Henry Pelling dans le (...)

1Y a-t-il en Grande-Bretagne un parti politique plus corrompu que le parti travailliste ? Les scandales des années Blair-Brown (Cash for honours en 2006-2007, MPs expenses scandal en 2009) ont rendu formulable cette question qui n’aurait guère eu de sens il y a plus d’un siècle. À force de voir les liens entre dirigeants travaillistes et milieux d’affaires s’étaler à la une des journaux, on en a presque oublié que le parti travailliste des origines se voulait une organisation indépendante des puissances d’argent. De la fondation de l’Independent Labour Party (ILP) en 1893 à celle du Parliamentary Labour Party (PLP) en 1906, en passant par la création du Labour Representation Committee (LRC) en 1900, le courant travailliste s’est défini dès ses premiers pas comme un pôle politique à part des « deux grands » de l’époque : face à des conservateurs et à des libéraux intrinsèquement liés aux classes riches, les pionniers du travaillisme prétendaient incarner la majorité laborieuse et ne pouvaient qu’arborer une saine incorruptibilité1. Pour autant, la progression du mouvement ouvrier sur le plan électoral entre la réforme de 1884 et la percée de 1906 ne fut pas un long fleuve tranquille. La prétention des candidats ouvriers à représenter une manière radicalement nouvelle d’intervenir en politique fut mise à rude épreuve et les affaires de corruption, qu’on aurait pu croire réservées au duopole conservateur-libéral, n’épargnèrent pas les proto-travaillistes, mettant ainsi en danger la réputation de « chevaliers blancs » qu’ils s’efforçaient de construire.

  • 2 George Dangerfield, The Strange Death of Liberal England, Londres, Constable, 1936.

2Ce chapitre se propose donc de comparer deux de ces affaires (la première passée à la postérité, la seconde pratiquement oubliée) et de déterminer les raisons pour lesquelles, malgré bien des points communs, elles connurent des dénouements diamétralement opposés. Ce faisant, l’accent sera mis sur l’évolution des partis en Grande-Bretagne et du système politique plus généralement. Le plus connu des deux scandales est celui qui affecta la Social-Democratic Federation (SDF) en 1885-86 : le Tory Gold scandal éclata lorsque la presse nationale révéla que deux candidats socialistes aux élections législatives de 1885 avaient accepté un soutien financier de personnalités conservatrices, avec les encouragements du fondateur de la SDF, Henry Mayers Hyndman (1842-1921), et de son bras droit, Henry Hyde Champion (1859-1928). La seconde affaire qui sera examinée ici se déroula à Hull vingt ans plus tard : en janvier 1906, le syndicaliste et militant travailliste Alfred Gould (1856-1927) confia à la presse locale qu’un agent du parti conservateur lui avait proposé de financer en sous-main sa campagne au cas où il choisirait de participer à la prochaine élection parlementaire. De cet événement microscopique, on ne trouve pas trace dans les livres d’histoire ; ce scandale provincial ne fit pas la une des grands quotidiens et, même localement, ne fut porté sur la place publique que par la presse ouvrière. Pourtant, son intérêt n’est pas qu’anecdotique et la comparaison avec l’affaire Hyndman-Champion est éclairante. Mettre en regard ces deux « faits divers » (le premier infamant, le second gratifiant pour le camp Labour) permet en effet de sonder la nature même des relations entre conservateurs, libéraux et proto-travaillistes à la fin du long xixe, ainsi que leur évolution au cours de deux décennies cruciales où s’annonçait déjà « l’étrange mort de l’Angleterre libérale2 ».

Le Tory Gold Scandal (1885-86) : quand des socialistes acceptent l’argent des conservateurs

3Lors des élections générales de 1885 (les premières depuis la réforme électorale de 1884), l’hypothèse de candidatures ouvrières indépendantes des camps conservateur et libéral n’allait pas de soi. L’élargissement du corps électoral consécutif aux réformes de 1832 et 1867, certes gros de menaces pour les Tories comme pour les Whigs, avait été l’occasion pour les deux grandes familles de se moderniser. En fondant un « parti conservateur » en 1834 et un « parti libéral » en 1859 (structures respectivement consolidées en 1867 et 1877), les uns et les autres avaient relevé avec succès les défis de la « démocratisation » : en captant un électorat sociologiquement différent de leurs clientèles traditionnelles, ils avaient rendu nulle et non avenue la question d’un « tiers parti ». Depuis longtemps, les syndicalistes (Trade Unionists) s’étaient posé la question de candidatures ouvrières aux élections. Mais l’option la plus réaliste dans un premier temps avait semblé être de chercher à convaincre l’un ou l’autre des deux partis établis de présenter, sous son drapeau, un candidat d’origine prolétarienne et de reprendre à son compte une partie au moins des revendications du monde ouvrier. S’il arriva aux conservateurs d’accepter un tel marchandage, ce fut surtout du côté libéral que la pratique se généralisa. Dans les circonscriptions minières en particulier, les libéraux se résignèrent à adouber des syndicalistes afin de s’attirer les faveurs de l’électorat le moins fortuné. Ainsi, en 1874, on vit pour la première fois deux députés mineurs, Thomas Burt (1837- 1922) et Alexander MacDonald (1821-1881), faire leur entrée à la Chambre des communes. De 1885 à 1906, le nombre de candidats ouvriers élus sous étiquette libérale se stabilisa autour d’une dizaine, formant un petit groupe que la presse évoquait avec un brin de condescendance comme les Lib-Lab, pour Liberal-Labour.

4Dans une configuration politique qui, modifiée par la législation de 1884, augmentait le poids des électeurs urbains modestes, toute tentative de candidats se réclamant du prolétariat de mener campagne autonome était problématique pour le parti libéral. Pour lui, qui se voulait non seulement continuateur du courant Whig, mais aussi véhicule du radicalisme démocratique et ami du mouvement ouvrier, toute sécession ou concurrence sur sa gauche constituait un danger d’affaiblissement. Or les années 1880 furent marquées par une renaissance socialiste précisément porteuse d’un tel péril, avec la fondation en 1884 de la SDF précédemment citée, mais aussi de la Socialist League de William Morris (1834-1896) et la société fabienne. Après des années 1860-1870 caractérisées sur le plan des rapports sociaux par l’affirmation d’un trade unionisme dit « nouveau modèle », prompt aux compromis et soucieux de respectabilité, les signes avant-coureurs de l’entrée dans une nouvelle ère, plus contestataire, se manifestaient aussi par la recrudescence des grèves et une certaine agitation parmi les sans-emploi. Ces nouvelles données n’échappaient pas au parti conservateur, qui connaissait le talon d’Achille de son rival libéral. Dans les localités où ils étaient les plus faibles, mais où la création de nouvelles circonscriptions leur entrouvrait la porte, les Tories étaient prêts à tout ou presque pour susciter des triangulaires, y compris à payer de leur poche, ni vus ni connus, les frais de campagne d’éventuels trouble-fêtes – ce qui se produisit en 1885 dans les circonscriptions londoniennes de Hampstead et de Kennington.

  • 3 Voir en particulier Henry Pelling, The Origins of the Labour Party 1880-1900, Londres, Macmillan, 1 (...)
  • 4 Martin Crick, The History of the Social-Democratic Federation, Keele, Keele University Press, 1994. (...)
  • 5 Peu apprécié par Marx, dont il importa les idées en Grande-Bretagne en les présentant comme des ana (...)

5On ne prétendra pas, ici, dévoiler des aspects inconnus du scandale Tory Gold, sur lequel les historiens britanniques se sont déjà longuement penchés3. Mais il est bon de rappeler le déroulement de cette affaire de corruption dans ses grandes lignes, tant il est révélateur à la fois des rapports qu’entretenaient à l’époque conservateurs et libéraux, et de la situation qui était alors celle des postulants ouvriers aux Communes. En 1884, lorsqu’elle fit le pari qu’elle arriverait à présenter des candidats aux élections législatives, la SDF était une organisation de petite envergure, qui comptait à peine vingt sections dans tout le Royaume-Uni, dont la moitié à Londres, et pas plus d’un millier d’adhérents4. Pire, cette Fédération qui n’avait pas encore célébré son premier anniversaire venait d’essuyer un coup dur, avec la démission de William Morris et de ses proches, dont Eleanor Marx (1855-1898) et Edward Aveling (1849- 1898), partis fonder une Ligue Socialiste où ils n’auraient plus à se plier aux quatre volontés de Hyndman5. Diminuée tant du point de vue de ses effectifs que de ses finances, la SDF avait à peine de quoi assurer la publication de son hebdomadaire, Justice. Comment, dans ces conditions, prétendre se lancer dans la campagne des élections parlementaires ? Comme d’autres avant eux, les dirigeants de la SDF s’adressèrent d’abord aux libéraux, proposant à Joseph Chamberlain (1836-1914) le contrat suivant : le soutien officiel de la Fédération aux libéraux sur le plan national contre l’effacement des libéraux devant un candidat socialiste dans une des circonscriptions de Birmingham. Chamberlain, n’ayant que faire de l’appui d’un groupuscule, refusa. Il fallait donc trouver ailleurs les fonds nécessaires.

  • 6 Marylebone n’avait été représentée par un député conservateur qu’à deux reprises : de 1838 à 1941 e (...)
  • 7 Bien implanté à Lambeth, Sir Lawrence fut même Lord Mayor de Londres en 1868.
  • 8 Pall Mall Gazette, 4 décembre 1885.
  • 9 The Democrat, 12 décembre 1885.
  • 10 A Hampstead, le siège revint à Sir Henry Holland (il le quitta au bout de quatre ans, lui préférant (...)

6La solution fut apportée par un ancien membre de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT), un dénommé Maltman Barry (1842-1909), qui travaillait désormais pour les conservateurs. Dans le but de scinder en deux le vote libéral, il contacta Hyndman et Champion et leur offrit la somme de 340 livres sterling, en échange de leur engagement à présenter deux candidats, dans les circonscriptions nouvellement créées de Hampstead et Kennington. Ce choix ne devait rien au hasard : la première, issue du découpage de la circonscription de Marylebone, était détenue par les libéraux presque sans interruption depuis 18326 ; la seconde, issue du découpage de la circonscription de Lambeth, était depuis 1868 la chasse gardée du libéral Sir James Clarke Lawrence7 (1820-1897). Pour les conservateurs, le réagencement de la carte électorale était donc une occasion à saisir pour disputer son pré carré au concurrent libéral. Et la SDF était un instrument possible dans cette reconquête. Bien conscients de ces calculs électoralistes, Hyndman et Champion n’en acceptèrent pas moins la proposition. Mais ils le firent sans en référer à leur parti, décision qui devait rapidement se retourner contre eux. Les choses commencèrent à s’envenimer quand tombèrent les scores des deux candidats : 32 voix (0,5 %) pour John Fielding à Kennington ; 27 voix (0,5 %) pour J.E. Williams à Hampstead. Les adhérents de la SDF n’avaient rien à reprocher à ces deux camarades ouvriers qui avaient, après tout, osé relever le défi. Mais pourquoi la direction du parti avait-elle choisi deux circonscriptions où le monde ouvrier pesait aussi peu ? L’expérience de Nottingham ouest, où le troisième et dernier candidat de la SDF, John Burns (1858-1943), avait tout de même franchi la barre des 5 % et totalisé 598 voix, confortait le sentiment que les choix londoniens avaient été faits en dépit du bon sens. Bientôt transpira, au sein de l’organisation, l’information fatale : la Fédération n’était allée à la bataille à Kennington et Hampstead que grâce à un cadeau empoisonné des conservateurs. Ce fut le trésorier de la SDF, J. Hunter Watts, qui, le premier, révéla le pot aux roses. Furieux de n’avoir pas été informé du dépôt effectué sur les comptes de la Fédération, il rédigea une tribune incendiaire pour la Pall Mall Gazette, que le journal libéral-radical The Democrat se fit un plaisir de reproduire8. L’un des journalistes du Democrat, un certain C.L. Fitzgerald, dénonça à son tour avec force l’irresponsabilité et l’individualisme de Hyndman ; membre du conseil exécutif de la SDF, il avait appris la transaction dans la presse et avait, lui aussi, de quoi être irrité9. L’irritation était d’autant plus grande que, si l’opération n’avait rien rapporté de bon à la SDF, les conservateurs avaient pour leur part réussi à faire main basse sur les deux circonscriptions qu’ils visaient10. Rétrospectivement, il était clair qu’ils auraient très bien pu se passer d’une triangulaire pour rafler la mise, mais le résultat final, sans appel, faisait d’eux les vainqueurs et des sociaux-démocrates les dindons de la farce.

  • 11 « All England is satisfied we are a paltry handful of blackguards ». George Bernard Shaw, lettre à (...)

7Le résultat immédiat de ce grand déballage de linge sale fut de discréditer la SDF. L’affaire faisait apparaître la Fédération comme peu regardante sur l’origine de ses fonds de campagne. « Toute l’Angleterre est maintenant convaincue que nous ne sommes qu’une misérable poignée d’escrocs » : tel fut l’amer verdict énoncé par George Bernard Shaw (1856-1950), qui allait sous peu quitter le navire afin de se consacrer pleinement à la Société fabienne11. Tom Mann (1856- 1941) et quelques autres eurent beau justifier l’acceptation de l’offre conservatrice au nom de la noblesse du but ultime et des nécessités tactiques, son caractère clandestin l’apparentait tout de même à un « pot-de-vin » : empocher l’enveloppe tendue par un agent politique des classes supérieures quand on prétendait vouloir renverser le capitalisme, c’était au moins prendre le risque de n’être pas compris de l’électorat prolétarien dont on cherchait l’oreille. Ajoutons que la manœuvre serait mieux passée dans les rangs de la SDF et même auprès de l’opinion publique si elle avait été couronnée de succès ; tout tour de passe-passe n’est pas impopulaire, a fortiori si le péché est véniel et la cause juste. Or le double jeu de Hyndman et Champion s’était soldé par un flop monumental, faisant de la SDF la risée générale. Ces socialistes, qui invitaient le peuple à se ranger derrière eux dans la marche grandiose vers une société nouvelle, n’étaient donc que les pantins des Tories dans leur guerre contre les Whigs. Injustice ordinaire dans les affaires de corruption : le scandale eut des conséquences incomparablement plus lourdes pour le faible que pour le puissant. Autant il épargna le « corrupteur » conservateur (dont le geste, banal, n’avait pas de quoi surprendre ni choquer), autant il fit de mal au « corrompu » social-démocrate, l’argent ne pouvant salir que ceux qui prétendaient « ne pas manger de ce pain-là ». En 1886, ce fut au tour de Fitzgerald et de ses compagnons de quitter une SDF plus chétive et démoralisée que jamais. Dégât collatéral plus important encore, la perspective d’un parti ouvrier capable de tenir tête aux grosses machines conservatrice et libérale semblait désormais disqualifiée.

L’affaire Alfred Gould (1905-1906) : quand un travailliste refuse l’argent des conservateurs

  • 12 Ce passage s’appuie sur les quelques pages que j’ai consacrées à l’affaire Gould dans ma thèse de d (...)
  • 13 King, sortant décidément habile, sera réélu en 1906 puis lors des deux élections de 1910, totalisan (...)

8Eclatant une vingtaine d’années plus tard, l’affaire Alfred Gould présente bien des ressemblances avec le scandale Tory Gold, mais les différences, nombreuses, méritent aussi d’être soulignées, car elles sont révélatrices des progrès accomplis entre temps par le mouvement ouvrier12. Si le scénario de l’affaire est sommaire, il importe, pour en saisir les tenants et les aboutissants, d’esquisser l’arrière-plan politique local. En décembre 1905, alors que le libéral Campbell-Bannerman (1836-1908) vient de remplacer le conservateur Balfour (1848-1930), démissionnaire, comme Premier ministre et que l’hypothèse d’une élection générale pour le début de l’année 1906 se précise, les conservateurs de Hull sont à la manœuvre. Dans cette ville qui est alors le troisième port du royaume par le volume cumulé des importations et exportations et où le parti libéral, localement identifié comme « le parti des armateurs », a depuis le milieu du xixe siècle exercé un quasi-monopole sur la représentation parlementaire, les Tories ont su remonter la pente. Grâce au redécoupage consécutif à la réforme de 1884, ils ont conquis le centre-ville : leur candidat dans cette circonscription, H. S. King (1852-1933), après une courte victoire sur l’armateur libéral C. M. Norwood (1825-1891) en 1885, s’est fait réélire en 1886, 1892, 1895 et 1900, sur la base d’une certaine démagogie anti-patronale13. Si la circonscription de Hull ouest, où l’armateur libéral C. H. Wilson (1833- 1907) s’est fait régulièrement reconduire avec des scores avoisinant les 60 %, semble devoir leur échapper durablement, ils ont mis la main de justesse sur la circonscription de Hull est en 1895 et, en 1900, leur candidat J. T. Firbank est même parvenu à améliorer son score, passant de 50,9 à 54,3 %. Pourtant, le prochain scrutin se présente sous de mauvais augures : Hull est, circonscription girouette, a tendance à épouser les changements d’humeur nationaux et le vent qui souffle depuis quelques mois dans les voiles libérales laisse présager le pire, une défaite qui redonnerait aux rivaux des Tories un ascendant local qu’on croyait révolu.

  • 14 On trouve une biographie sommaire d’Alfred Gould sur le site web ‘Trade Union Ancestors’, à la page (...)

9Ce fut dans ce contexte, à la toute fin de l’année 1905, qu’un agent du parti conservateur, afin de provoquer une triangulaire dans la circonscription de Hull est, proposa à Alfred Gould, pilier local de l’Independent Labour Party et du Trades Council, une aide financière substantielle (quelques centaines de livres sterling) au cas où il déciderait de se porter candidat aux législatives14. Le déroulement des événements, tels que racontés par le premier intéressé, ne manque pas de piquant. Afin de piéger son corrupteur, Gould lui demanda un délai de réflexion et lui proposa un rendez-vous la semaine suivante, au siège du syndicat des ouvriers du bois, dont il était le principal responsable. Le jour dit, il cacha trois de ses camarades charpentiers et menuisiers dans un placard, et un autre derrière une porte, afin qu’ils puissent entendre de leurs propres oreilles le marché proposé, que l’agent des conservateurs, se croyant en tête-à-tête, ne manqua pas de réitérer. Le Comité exécutif du Trades Council, que Gould avait informé dès le départ des manigances conservatrices, avait donné son feu vert à cette opération :

  • 15 « I promised to let this agent know my decision by the first post the following morning. I did as I (...)

Je promis à ce monsieur de lui faire connaître ma décision dès le lendemain matin, par le premier courrier. Et je tins parole en révélant toute l’affaire au rédacteur en chef de l’Eastern Morning News le soir même, à minuit, de sorte que tous les détails étaient entre les mains du public quelques heures plus tard15.

  • 16 Idem.
  • 17 « I severed my connection with it (the EMN), as I was not allowed a free hand, and this put an end (...)

10L’affaire ne s’arrêta pas là. Car le jour même où les faits parvinrent à la connaissance du grand public, Gould fut contacté par le candidat libéral de la circonscription, T.R. Ferens (1847-1930). Ce dernier, connu depuis longtemps à la fois comme homme politique, directeur de la compagnie Reckitt et quaker convaincu, l’invita cordialement à venir exposer les dessous de « cet ahurissant complot conservateur » (« the amazing Tory intrigue ») du haut de sa tribune de campagne. Gould ne demandait pas mieux que de s’adresser ainsi à la population des quartiers est, mais il posa une condition : qu’on lui permette de profiter de l’occasion pour présenter « la politique et les principes du parti travailliste » (« the policy and principles of the Labour Party16 »). Or Ferens, malgré son image de patron progressiste, refusa l’échange de services. Gould fut donc privé de tribune et, lui qui ne portait déjà pas les libéraux dans son cœur, ne le leur pardonna pas. Lorsque l’Eastern Morning News, ce quotidien de sensibilité libérale à qui il avait réservé l’exclusivité de son histoire, lui proposa quelques jours plus tard une livre par semaine contre la rédaction d’une rubrique hebdomadaire consacrée à l’actualité ouvrière (et calquée sur celle tenue par un autre ténor du Trades Council, l’imprimeur Frederick W. Booth, dans les colonnes du Hull Times, de tendance plutôt conservatrice), ce fut à son tour de refuser tout net : « Je rompis mes liens avec eux, puisqu’on ne me laissait pas les mains libres, et c’est ainsi que prit fin ma carrière de journaliste amateur »17. Au cours des jours suivants, ces rebondissements éclipsèrent presque le scandale initial : d’un scandale éclaboussant la réputation des Tories, Gould avait réussi à faire une affaire nuisible aussi aux faux amis libéraux.

  • 18 Ferens l’emporta en effet avec 60 % des suffrages, soit 20 % de plus que son adversaire.

11Certes, l’affaire Gould égratigna d’abord le candidat conservateur, L.R.Davies. Ses réunions publiques furent plus animées que prévu, voire franchement tumultueuses, et on peut penser que sa tentative de corruption ratée lui coûta la victoire18. Le Hull Trades Council, en tout cas, se fit fort de souligner que la manœuvre s’était retournée contre ses initiateurs :

  • 19 « What an estimate these people, whoever they are, (and it is not anybody who can promise expenses, (...)

Faut-il que ces gens (et il ne s’agit pas de n’importe qui, car promettre de couvrir des frais de campagne, de rembourser des centaines de livres sterling, ce n’est pas à la portée de n’importe qui) tiennent le mouvement ouvrier et le Labour Representation Committee en piètre estime. […] Une telle insulte, les travailleurs doivent dès à présent leur en tenir rigueur. […] Toujours est-il que le complot a avorté : il a jeté sur ses organisateurs et la honte et le discrédit, tandis qu’il a apporté crédit et honneur au parti travailliste en général, et à M. Alf. Gould en particulier19.

  • 20 Hull Trades Council, Monthly Labour Journal, août 1906, n° 152, p. 1-2 et p. 7.
  • 21 « […] high appreciation of the honesty, integrity, and smart conduct of our brother Councillor Alf. (...)

12Mais les démêlés du syndicaliste avec les libéraux suscitèrent des commentaires plus acerbes encore. Ainsi, dans le Monthly Labour Journal d’août 1906, l’éditorial attaquait l’Eastern Morning News bille en tête, pour son hostilité de plus en plus ouvertement affichée envers les militants travaillistes, tandis que le courrier d’un lecteur se réjouissait de ce que le quotidien en question montrait enfin son vrai visage, celui d’un ennemi de classe20. Le courrier était signé « NOT A JOINER », son auteur tenant sans doute à souligner qu’il n’était lié ni professionnellement ni syndicalement à Gould et que son point de vue n’était donc pas biaisé. Par ailleurs, au sein même du syndicat de Gould, les réactions fusèrent, au plan local comme au plan national. La section de Hull du syndicat des charpentiers et menuisiers exprima sa « haute considération pour l’honnêteté, l’intégrité et la conduite intelligente de notre frère, le conseiller municipal Alf. Gould » : « Nous sommes fiers d’Alf. Gould, qui n’est qu’un travailleur précaire, et est resté cinq semaines sans emploi avant d’être élu conseiller municipal »21. Et ses camarades de la fédération des travailleurs du bois justifièrent la publication des détails de l’affaire Gould dans leur organe national de la façon suivante :

  • 22 « […] So that our members may judge of some of the despicable efforts which are made by the capital (...)

Il est bon que les adhérents puissent juger des efforts méprisables faits par les capitalistes pour saper et affaiblir la moralité de nos représentants, et pour trahir et réduire en miettes notre mouvement ouvrier. […] C’est pourquoi nous tenons à ne rien cacher des méthodes employées par les ennemis du Travail dans leurs tentatives sans scrupules de détourner nos représentants du droit chemin22.

De 1885 à 1905 : constantes et mutations

13Les points communs entre les deux affaires sautent aux yeux, mais les dissemblances, plus remarquables encore, sont significatives des métamorphoses qui se sont produites dans le paysage politique en l’espace de vingt ans. Dans la tentative de corruption d’Alfred Gould, on trouve bien des éléments déjà présents dans le scandale Hyndman-Champion. Outre une intrigue qui se joue sur fond de compétition électorale, se répète la distribution triangulaire des rôles entre les trois acteurs du drame : un parti libéral en position de force, qui considère son ascendant sur le mouvement ouvrier et l’électorat populaire comme un fait acquis ; un parti conservateur en position de challenger, qui voudrait bien ravir un siège à son rival en suscitant une tierce candidature ; un mouvement ouvrier qui, loin d’être intégré à l’univers parlementaire, n’existe qu’à sa marge et paraît donc susceptible d’être instrumentalisé par les habitués des joutes législatives. Mais si les configurations des deux affaires sont en effet symétriques, les convergences s’arrêtent là. Car les protagonistes de 1905 ont beau porter les mêmes couleurs que leurs prédécesseurs de 1885, ils ne suivent pas les mêmes trajectoires, un contraste dont les raisons méritent d’être décryptées.

14Comme on l’a déjà souligné, les conservateurs se tirent haut la main de l’affaire de 1885-86, alors qu’en 1905-06, la tentative de corruption rejaillit sur eux et les marquent d’une tache si ce n’est indélébile, du moins funeste électoralement. Mais en 1905-06, les libéraux n’ont pas davantage le beau rôle : en voulant jouer, comme de coutume, aux chantres les plus efficaces des intérêts ouvriers, les voilà qui se retrouvent accusés de récupération politicienne : ceux-là mêmes qu’ils pensaient « avoir dans leur poche » leur reprochent, sur la place publique, de chercher à les acheter. Certes, à court terme, les dégâts sont minimes pour le parti libéral, qui conserve son emprise sur Hull est. Mais la différence centrale est là : dans un mouvement ouvrier qui se refuse désormais à être le jouet des partis de gouvernement traditionnels et qui s’affirme publiquement comme une entité politique autonome. En 1885, l’argent des conservateurs est empoché en coulisse, car tant Hyndman que Champion auraient préféré tenir le don secret. En 1905, c’est à l’initiative de Gould lui-même que le bakchich est exposé aux yeux du public, le syndicaliste préférant ne pas se présenter du tout plutôt que grâce à un coup de pouce des Tories. Comment rendre compte de ce revirement ? Il n’est pas suffisant d’avancer des explications morales ou psychologiques et d’opposer l’absence de scrupules d’un Hyndman à l’intégrité d’un Gould, même s’il est vrai qu’on a là deux spécimens humains d’étoffes très différentes. Si le « pape » du socialisme britannique pâtit de la comparaison avec un illustre inconnu du Yorkshire, c’est d’abord par ce que sa manœuvre malheureuse révèle de faiblesse. La gaffe de 1885 fut celle d’un frêle enfant, au mieux d’un adolescent un peu pataud, incapable encore de déployer la hardiesse du jeune adulte de 1905.

15Il ne s’agit pas ici de mettre en cause le courage personnel de Gould, mais de rappeler ce qui, dans l’évolution du paysage politique, rendit possible son coup d’éclat anti-corruption, à savoir l’émergence et la consolidation, sur les plans national et local, d’un courant « travailliste » au tournant des xixe et xxe siècles. Ce qui changea fondamentalement entre 1885 et 1905, ce fut le positionnement de la majorité des trade-unionistes de Grande-Bretagne vis-à-vis des libéraux. Alors que les fondateurs du TUC, en 1868, se retrouvaient dans l’objectif limité de servir de groupe de pression sur les partis de gouvernement (pression amicale dans le cas des gouvernements libéraux), leurs descendants des années 1900 s’étaient ralliés à la perspective, plus ambitieuse, de construire un parti qui leur soit propre, pour défendre la cause ouvrière au sein du parlement voire au sommet de l’État. La mue, qui ne se fit pas en un jour ni en suivant un processus linéaire, résulta de glissements à plusieurs niveaux. Elle eut pour fondement premier la part grandissante (en valeurs absolue et relative) de la classe ouvrière au sein de la population active britannique et son homogénéité croissante, produite par les bouleversements techniques de la deuxième révolution industrielle. Mais ce renforcement objectif du poids social du prolétariat n’aurait guère affecté la vie politique sans la croissance concomitante (et spectaculaire) des organisations ouvrières. Une simple comparaison arithmétique permet de mesure le chemin parcouru en vingt ans. En 1885, la SDF comptait au mieux mille adhérents ; ils étaient presque dix mille en 1901. Entre ces deux dates, la Ligue Socialiste passa de cinq cents à treize mille membres revendiqués, la Société fabienne de quatre-vingt-dix à huit cent soixante et un. La mouvance socialiste dans son ensemble vit donc ses effectifs plus que décupler. Du côté des syndicats, le total des affiliés au Trades Union Congress (TUC) dépassa la barre des millions autour de 1900, soit le double du chiffre de 1893 (lui-même sans doute supérieur d’un tiers au chiffre, incertain, de 1885).

16Ici encore, l’enchaînement des causes et des effets est complexe et ce progrès quantitatif, déterminant, n’accoucha de ce qui allait s’appeler le « travaillisme » que du fait d’un certain concours de circonstances. L’idée de former un parti ouvrier indépendant était défendue depuis longtemps par le mineur écossais Keir Hardie (1856-1915), mais son Independent Labour Party, officiellement créé en 1893, n’avait réussi à présenter qu’un nombre dérisoire de candidats aux législatives qui avaient suivi, le gros des trade-unionistes continuant à se reconnaître dans les députés Lib-Lab. Pour qu’un Parti du Travail voie le jour, il fallait le ralliement à l’option travailliste d’une fraction significative des responsables du TUC et des plus puissantes fédérations, tournant qui s’opéra en 1901 non pas sous l’impulsion de Hardie mais (ironie de l’histoire) sous celle des Lords. Cette année-là, suite à une grève sauvage des cheminots de la compagnie Taff Vale, les Lords rendirent un jugement qui contraignait tout syndicat à rembourser à l’employeur les pertes financières occasionnées par l’arrêt de travail. À court terme, cela signifiait la faillite du syndicat des cheminots. Mais pour la grande famille du mouvement syndical, cela signifiait surtout, dans un contexte où le patronat britannique était à l’offensive, un choix entre la peste et le choléra : soit se défendre par la grève, et risquer la banqueroute ; soit, pour protéger les caisses du syndicat, ne pas résister du tout, et perdre ses adhérents un par un. Le salut était dans un renversement du jugement Taff Vale. Mais il était patent que le personnel politique libéral, si proche des milieux patronaux quand il ne se confondait pas avec lui, n’en ferait pas son cheval de bataille. La création d’un groupe parlementaire purement Labour devenait, en somme, incontournable. Ce fut donc contrainte et forcée qu’une partie de l’état-major du TUC s’affilia au Labour Representation Committee (LRC) qu’elle avait snobé l’année précédente, lors de son congrès constitutif : dans le LRC de 1901, les délégués des organisations socialistes représentaient entre vingt et vingt cinq mille adhérents, ceux des trade-unions plus de trois cent cinquante mille – chiffre qui doubla dans l’année. En 1905-06, le LRC pouvait se targuer de représenter neuf cent quatre mille quatre cent quatre-vingt-seize syndicalistes, soit un affilié au TUC sur deux. Là où le LRC, faute d’argent, n’avait pu présenter que quinze candidats aux élections parlementaires de 1900 (dont deux seulement s’étaient fait élire), il allait réussir à en présenter cinquante en 1906 (dont vingt-neuf deviendraient députés).

17C’est porté par cette émergence nationale d’un courant travailliste conséquent qu’Alfred Gould se sentit l’audace, en 1905, de défier localement ennemis conservateurs et faux amis libéraux. Mais sa violente charge contre les corrupteurs de tous poils prenait aussi sens par rapport à son action des années précédentes au sein du conseil municipal. À Hull, depuis le lockout qui, en 1893, avait vu le comité des armateurs laminer le syndicat des dockers, les animateurs du Trades Council s’étaient détournés des travailleurs portuaires et de l’action revendicative au profit d’un investissement quasi exclusif dans l’action électorale. En tant qu’aile ouvrière du Hull Progressive Party (où ils collaboraient avec ces mêmes notables libéraux qui avaient écrasé les dockers), ils avaient réussi à obtenir des élus dans bien des institutions, notamment au City Council – au risque, selon Gould et quelques autres, d’y perdre leur âme. En 1904, alors que la page de l’alliance locale avec les libéraux avait déjà été tournée dans bien des têtes, Gould engagea la bataille pour la constitution d’un Labour Group indépendant au sein du conseil municipal. S’attirant les foudres de la vieille garde (en particulier de l’ancien secrétaire du Trades Council, Fred Maddison (1856-1937), qui avait accepté en 1895 de représenter les libéraux dans la circonscription du centre ville), il finit par gagner à ses vues une majorité des syndicalistes de la ville au début de l’année 1905. La virulence de Gould à l’égard de tous ceux qui tentèrent de le séduire à l’approche du scrutin de janvier 1906 s’explique aussi par la proximité de ce combat à l’échelle locale contre la subordination du mouvement ouvrier au parti libéral.

Lendemains amers, lendemains qui chantent

18Le scénario de l’affaire Gould, par contraste avec celui du scandale Tory Gold, a donc valeur de symptôme d’un nouvel âge politique en train d’éclore. De 1885 à 1905, bien de l’eau avait coulé sous les ponts et une comparaison des lendemains de ces deux événements le confirme sans peine. Rien n’est plus révélateur des mutations alors en cours qu’une étude des conséquences, radicalement différentes, qu’eurent les deux affaires. La SDF paya cher le coup fourré de Hyndman. Si la poussée ouvrière de la fin des années 1880 lui permit de remonter la pente plus rapidement qu’escompté, l’opprobre attaché au scandale devait lui coller à la peau longtemps et, même avec des effectifs démultipliés, l’organisation n’atteignit jamais l’envergure d’un parti de masse (le choix du nom Social-Democratic Party en 1908 ne correspondant à aucune progression notable). Le scandale de 1885 n’explique pas tout. Mais il symbolisa, dans les cercles trade-unionistes, le fait que Hyndman n’avait en fait pas vraiment rompu avec son milieu d’origine, que les avocats de la doctrine socialiste avaient partie liée avec les classes aisées, et même avec la fraction la plus réactionnaire de celles-ci. Il conforta aussi l’image d’une SDF peu démocratique en dépit de son nom, dirigée de fait par un autocrate sans principes. Rien n’illustre mieux la portée du scandale que ses répercussions sur le destin personnel de Champion. Issu d’une famille à peine moins aisée que Hyndman (son père était officier de carrière et sa mère une « sang bleu » écossaise), Champion eut à essuyer les mêmes attaques que lui quant à ses attaches sociales. Pressé, sans doute, de tourner la page Tory Gold, il prit vite ses distances avec son mentor, tant physiquement qu’idéologiquement. À la propagande en faveur de la révolution socialiste, il substitua le combat pour la représentation ouvrière aux Communes. Lançant dès 1888 son propre journal (The Labour Elector), il fut de ceux qui rendirent possible, en 1893, la fondation de l’Independent Labour Party. Mais le spectre de 1885 ne devait pas le lâcher. En février 1894, près d’une décennie après l’affaire, lors d’une rencontre de l’ILP à Manchester, il fut sommé de s’expliquer une fois de plus sur son pacte avec les conservateurs. Ce fut l’allusion de trop. Quelques mois plus tard, à l’âge de trente-quatre ans, il émigrait vers l’Australie, où il continua à militer, cette fois en homme neuf, pour la cause ouvrière.

  • 23 En 1909, le PLP franchit un pas décisif en incorporant le groupe des 14 députés mineurs, qui avaien (...)

19Les suites de l’affaire de Hull furent tout autres. Les mois qui suivirent furent en effet marqués par la percée travailliste aux Communes, qui confirma dans l’arène nationale la montée en puissance annoncée localement par les assauts verbaux de Gould contre l’immoralité des partis « orthodoxes ». Inutile de détailler ici tous les facteurs qui participèrent de la nouvelle humeur politique. On retiendra, bien sûr, l’élection de 29 députés LRC et leur décision de se proclamer Parliamentary Labour Party, événement dont les militants de Hull comme les autres espéraient un bouleversement durable23 :

  • 24 « For the first time in the political history of this country, a real Labour Party has been elected (...)

Pour la première fois dans l’histoire politique de ce pays, un véritable parti ouvrier a été élu à la Chambre des communes […], qui disposera de son propre porte-parole et obéira à sa propre discipline. […] Quand viendra la prochaine élection, le combat opposera clairement travaillistes, libéraux et conservateurs24.

  • 25 A Hull, on observa de près le vote des députés locaux sur cette question, notamment celui de Ferens (...)

20Mais il faut également mentionner les mesures que le nouveau gouvernement libéral choisit d’adopter dès 1906 pour s’assurer le soutien aux Communes du groupe ouvrier : le Trades Dispute Act, qui renversait le jugement Taff Vale et officialisait le retour aux droits de 1871 et 1875, ou encore le Workmen’s Compensation Act, qui jetait les bases d’une certaine sécurité sociale25. Porté par ce contexte encourageant, le Hull Trades Council fit venir successivement trois des nouveaux élus travaillistes aux Communes pour des meetings locaux : O’Grady (1866-1934) en juillet, Roberts (1868-1928) et Seddon (1868-1939) en novembre, qui tous attirèrent les foules. Un an exactement après « l’affaire », l’heure n’était plus pour Gould aux fulminations mais aux heureux présages, ainsi qu’on peut en juger à la lecture de son rapport annuel sur les activités du Trades Council :

  • 26 « The past year has been the most important in the history of the labour movement. The General Elec (...)

L’année qui vient de s’écouler a été la plus importante dans l’histoire du mouvement ouvrier. Les élections législatives de janvier 1906 ont inauguré l’entrée de la nation dans une ère politique nouvelle. L’élection à la Chambre des communes de vingt-neuf députés travaillistes, déterminés à défendre une politique clairement indépendante, est un événement qui nous remplit d’espoir : le temps n’est en effet peut-être pas si loin où ceux qui produisent la richesse nationale auront le droit à une vie décente et confortable, qui rendra enfin possible le plein épanouissement de toutes leurs facultés. Nous n’avons que trop longtemps accepté d’être des pions sur l’échiquier politique, manipulables à l’envi par ceux pour qui la politique n’est qu’un jeu26.

21Par cette dernière phrase, il adressait un clin d’œil à tous ces trade-unionistes qui s’étaient identifiés à sa campagne anti-corruption, replaçant l’affaire locale dans la reconfiguration nationale en cours.

  • 27 Ce fut la mort du premier Lord Nunburnholme qui provoqua l’organisation de cette élection. Le lord (...)

22Non seulement le scandale de Hull fut exploité à son avantage par le mouvement ouvrier sur le plan du discours, mais il déboucha le 29 novembre 1907 sur des bénéfices plus concrets, à la faveur d’une élection partielle dans la circonscription de Hull ouest27. Détail amusant, le scénario de l’affaire Gould ne fut pas loin de se répéter, à deux différences près : une circonspection certaine de la part de l’agent du camp d’en face et une discrétion parfaite de la part du trade-unioniste sollicité. Le jour même où le public apprit qu’une élection allait se tenir, un gentleman tout à fait étranger au syndicalisme approcha Fred Booth, le responsable éditorial de l’organe officiel du Trades Council, pour en savoir plus sur les intentions du Hull Labour Party. Booth, non sans malice, accepta l’invitation à boire le café et à fumer le cigare avec ce monsieur qu’il avait côtoyé, plus jeune, au sein des Hull Rifle Volunteers. Mais il se garda bien de lui faire la moindre révélation :

  • 28 « It was an unusual experience, and not altogether unpleasant, but if there be other people who are (...)

L’expérience, quoique inhabituelle, ne fut pas désagréable, mais si d’autres personnes souhaitent avoir accès aux secrets du parti travailliste, elles sont priées de formuler leurs demandes par les canaux officiels, charge aux responsables de leur donner suite ou non28.

  • 29 Gould contestait d’ailleurs depuis déjà des mois la légitimité du député Charles Henry Wellesley Wi (...)
  • 30 Guy Greville Wilson serait d’ailleurs réélu en janvier et décembre 1910.
  • 31 Comme l’écrivit le Monthly Labour Journal, « rassembler les voix de quatre mille cinq cents douze é (...)

23Comme les conservateurs et les libéraux le subodoraient probablement, A. Gould et les siens se résolurent sans tarder à profiter de l’aubaine pour se poser en sujets politiques et contribuer, même avec un peu de retard, à la vague travailliste nationale. Hull ouest était le bastion des armateurs Wilson depuis les années 1870 et se lancer à son assaut était symboliquement osé, puisque cela revenait à contester aux plus puissants employeurs de la cité leur légitimité à représenter la localité dans les instances nationales29. Parce qu’il leur fallait un candidat de stature nationale, ils choisirent James Holmes (1861-1934), l’un des principaux dirigeants de l’Amalgamated Society of Railway Servants (ASRS), ce syndicat que le jugement Taff Vale avait provisoirement ruiné. Holmes ne fut pas élu député : il arriva en troisième et dernière position et, comble du comble, le siège revint une fois de plus à un membre de la famille Wilson30. Mais quand on regarde les chiffres, on s’aperçoit que le travailliste fit presque jeu égal avec ses adversaires. Guy Greville Wilson (1877-1943), frère du député sortant, arriva en tête, avec cinq mille six cent vingt-trois voix, soit 36,2 % des suffrages, le candidat conservateur, avec cinq mille trois cent quatre-vingt-deux voix, obtint 34,7 % des voix, tandis que Holmes, avec quatre mille cinq cent douze voix, totalisait un score 29,1 % tout à fait honorable31. On était loin des maigres 17,4 % réalisés en 1895 à Hull ouest par le pionnier de l’ILP Tom MacCarthy, qui l’avaient laissé plus de cinq mille voix derrière C.H. Wilson. Aucun des deux grands partis de gouvernement n’avait pu s’opposer à ce progrès et Booth se risqua à prophétiser, avec un certain sens de l’anticipation, que les duels ne seraient bientôt plus entre libéraux et conservateurs mais entre un grand parti du Travail et un grand parti du Capital, issu de la fusion des Whigs et des Tories.

Conclusion

24Mettre en regard les affaires Hyndman-Champion et Gould, étudier en les connectant ces deux instantanés, c’est donc se replacer dans une phase charnière de l’histoire politique britannique où émerge ce « Parti du Travail » qui finira, en 1924, par évincer le parti libéral comme « second grand parti » de gouvernement. Ces deux affaires de corruption, par leurs similitudes comme par leurs dissemblances, nous rappellent que cette percée n’était pas écrite d’avance. Car aussi bien les Tories que les Whigs surent utiliser l’une des faiblesses inhérentes au mouvement ouvrier, à savoir l’insuffisance de ses moyens financiers, pour tenter d’entraver la marche des militants socialistes ou syndicalistes vers leur autonomie politique. Empêcher la formation d’un parti ouvrier était une nécessité pour eux, pour deux raisons complémentaires. En tant qu’appareils politiques exerçant un véritable duopole sur la représentation parlementaire, il était crucial pour eux d’écarter toute tierce force concurrente. Plus fondamentalement sans doute, en tant que partis liés aux élites économiques, il était fondamental pour eux d’étouffer l’expression des voix contestataires, en particulier celles émanant des classes laborieuses, par définition dangereuses quand elles cessaient de miser sur l’alternance Tory-Whig et qu’elles prétendaient jouer leur propre jeu. Si le Tory Gold scandal offre un exemple de manipulation réussie de la part des partis établis, dans le sens où il réduisit pour un temps les proto-travaillistes au statut de marionnettes, l’affaire Alfred Gould révèle que, vingt ans plus tard, dessous de table et tours de passe-passe n’étaient plus suffisants pour cantonner le Labour aux bas-côtés de la politique.

25Ce constat dressé, on se gardera de voir dans les événements de Hull une success story sans bavures. Car si la sincérité de Gould ne saurait être mise en doute, les dirigeants nationaux du Labour Representation Committee avaient un sens de la manœuvre en coulisse qui les apparentait déjà aux plus roués des parlementaires « orthodoxes ». La percée travailliste de 1906, si enthousiasmante pour les militants du rang, résulta en effet d’un accord secret entre les états-majors travailliste et libéral, contracté dès 1903. Pour échapper autant que possible au fameux péril des triangulaires, les libéraux avaient accepté de s’effacer devant le LRC dans une vingtaine de circonscriptions du pays, à la condition expresse que le mouvement ouvrier mène campagne en tandem avec eux dans dix autres. Ainsi, on l’oublie trop souvent, la fondation du Parliamentary Labour Party en 1906 fut le produit indirect d’un accord des travaillistes avec ces libéraux dont ils ne cessaient de se proclamer indépendants. Si les gestes et les paroles de Gould en disent long sur la foi des pionniers anonymes du travaillisme, elle n’atteste donc évidemment pas d’une virginité, d’une innocence première du parti travailliste en tant qu’organisation. À l’opposition factice entre New Labour moderniste et Old Labour obsolète, dont les blairistes usèrent à l’envi, il ne faudrait pas ajouter une dichotomie tout aussi artificielle entre un Labour des premiers temps, incorruptible et transparent, et un Labour tardif, corrompu et dégénéré. Est-ce un hasard si l’homme qui trahit son propre parti en formant un gouvernement d’union nationale avec les conservateurs en 1931, Ramsay MacDonald, était déjà celui qui, en 1903, en tant que secrétaire général du LRC, avait signé dans l’ombre un pacte avec le libéral Herbert Gladstone (1854-1930) ?

26Autre ombre au tableau, le financement des travaillistes demeura problématique bien au-delà du succès de 1906, si bien qu’ils restèrent presque jusqu’à la guerre à la merci d’éventuels corrupteurs. En 1901, c’était le ralliement d’un nombre important de Trade Unions au LRC qui avait permis de récolter enfin les fonds nécessaires à des campagnes électorales indépendantes sans avoir à empocher les subsides des adversaires : dès lors qu’une fédération s’affiliait au LRC, les adhérents de ladite fédération devenaient automatiquement des cotisants au LRC ; et ce prélèvement « politique » sur les cotisations syndicales avait continué après la création officielle du parti travailliste en 1906. Mais dès 1909, cette relative détente sur le front financier fut remise en cause par le jugement Osborne, du nom d’un membre de l’Amalgamated Society of Railway Servants, qui refusait que son syndicat finance le parti travailliste avec ses deniers. Du jour au lendemain, cette décision des Lords coupa les vivres aux députés travaillistes, ce qui ne fut pas sans conséquences politiques : dès lors tributaires de la générosité intéressée du groupe parlementaire libéral pour continuer à siéger à Westminster, les députés Labour ne furent guère en mesure de critiquer l’action du gouvernement Asquith, dont ils apparurent bientôt comme un simple appendice. En 1911, les Communes franchirent certes un pas significatif pour la démocratisation de la vie parlementaire en adoptant le principe du versement d’un salaire à tous les députés. Mais le jugement Osborne ne fut renversé qu’en 1913, empêchant le jeune parti travailliste d’accéder à cette sérénité financière qui l’aurait mis plus sûrement à l’abri des tentatives de corruption. Il fallut donc attendre les années de guerre et surtout d’après-guerre pour voir le parti travailliste devenir un parti ordinaire, ni plus ni moins susceptible que les autres de corrompre ou d’être corrompu.

Bibliographie

Bibliographie

Beer Max, A History of British Socialism, Londres, Allen and Unwin, 1948, 449 p.

BelchemJohn, Class, Party and the Political System in Britain, 1867-1914, Oxford, Blackwell, 1995, 106 p.

Bevir Mark, The Making of British Socialism, Princeton, Princeton University Press, 2011, 368 p.

Biagini Eugenio et Reid Alastair (dir.), Currents of Radicalism. Popular Radicalism, Organised Labour and Party Politics in Britain, 1850-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, 304 p.

Brown Raymond, Waterfront Organisation in Hull, 1870-1900, Hull, Hull University Press, 1972, 103 p.

Crick Martin, The History of the Social-Democratic Federation, Keele, Keele University Press, 1994, 351 p.

Dangerfield George, The Strange Death of Liberal England, Londres, Constable, 1936, 420 p.

Fraser Hamish, A History of British Trade Unionism, 1700-1998, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1999, 291 p.

Gillett Edward et MacMahon Kenneth, A History of Hull, Hull, Hull University Press, 1989, 489 p.

Howell David, British Workers and the Independent Labour Party, 1888-1906, Manchester, Manchester University Press, 1984, 552 p.

MacRaild Donald et Martin David, Labour in British Society, 1830-1914, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2000, 214 p.

Pelling Henry, The Origins of the Labour Party 1880-1900, Londres, Macmillan, 1954, 257 p.

Reid Alastair et Pelling Henry, A Short History of the Labour Party, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, 219 p.

Tsuzuki Chushichi, H. M. Hyndman and British Socialism, Oxford, Oxford University Press, 1961, 304 p.

Notes

1 Les débuts du courant travailliste sont bien synthétisés par Alastair Reid et Henry Pelling dans le premier chapitre du classique A Short History of the Labour Party, Londres, Palgrave Macmillan, 2005, p. 1-15. Voir aussi David Howell, British Workers and the Independent Labour Party, 1888- 1906, Manchester, Manchester University Press, 1984.

2 George Dangerfield, The Strange Death of Liberal England, Londres, Constable, 1936.

3 Voir en particulier Henry Pelling, The Origins of the Labour Party 1880-1900, Londres, Macmillan, 1954.

4 Martin Crick, The History of the Social-Democratic Federation, Keele, Keele University Press, 1994. Curieusement, l’ouvrage sans doute le plus complet à ce jour sur la SDF aborde à peine l’affaire Hyndman-Champion.

5 Peu apprécié par Marx, dont il importa les idées en Grande-Bretagne en les présentant comme des analyses tirées de son propre cerveau, Hyndman fut de son vivant une figure controversée, tant pour le train de vie bourgeois que lui permettait son milieu d’origine que pour son autoritarisme. Défenseur de l’impérialisme britannique, il est passé à la postérité comme le tenant d’un socialisme plutôt sectaire et d’essence propagandiste, peu préoccupé des luttes concrètes du prolétariat. La biographie qui fait autorité a déjà un demi-siècle : Chushichi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Socialism, Oxford, Oxford University Press, 1961.

6 Marylebone n’avait été représentée par un député conservateur qu’à deux reprises : de 1838 à 1941 et de 1874 à 1880.

7 Bien implanté à Lambeth, Sir Lawrence fut même Lord Mayor de Londres en 1868.

8 Pall Mall Gazette, 4 décembre 1885.

9 The Democrat, 12 décembre 1885.

10 A Hampstead, le siège revint à Sir Henry Holland (il le quitta au bout de quatre ans, lui préférant le fauteuil de secrétaire d’État aux colonies) ; à Kennington, le vainqueur fut un certain Robert Gent-Davis.

11 « All England is satisfied we are a paltry handful of blackguards ». George Bernard Shaw, lettre à Andreas Scheu, 17 décembre 1885 (fonds Andreas Scheu, Institut international d’histoire sociale, Amsterdam).

12 Ce passage s’appuie sur les quelques pages que j’ai consacrées à l’affaire Gould dans ma thèse de doctorat : Yann Béliard, Aux origines de la « Grande Fièvre Ouvrière » : les rapports sociaux à Hull, 1894-1910, Université Paris 13, 2007, p. 431-436.

13 King, sortant décidément habile, sera réélu en 1906 puis lors des deux élections de 1910, totalisant donc huit victoires d’affilée.

14 On trouve une biographie sommaire d’Alfred Gould sur le site web ‘Trade Union Ancestors’, à la page « A Short History of the Carpenters’ Union » (page consultée le 20 août 2011 à l’adresse suivante : <http://www.unionancestors.co.uk/ASW.htm>).

15 « I promised to let this agent know my decision by the first post the following morning. I did as I promised, by exposing the whole business to the editor of the Eastern Morning News at the office of that paper at midnight, and the full details appeared at post time the next morning ». Ce texte, consultable à la bibliothèque municipale de Hull (LSL : L352 / 13992), est une retranscription tapuscrite d’un témoignage paru dans le Woodworkers’ Journal d’avril 1906.

16 Idem.

17 « I severed my connection with it (the EMN), as I was not allowed a free hand, and this put an end to my career as an amateur journalist ». Ibid.

18 Ferens l’emporta en effet avec 60 % des suffrages, soit 20 % de plus que son adversaire.

19 « What an estimate these people, whoever they are, (and it is not anybody who can promise expenses, and to the tune of hundreds of pounds), must have of the Labour Movement and the Constitution of the Labour Representation Committee. […] It is such an insult as the workers should not be slow to resent. […] The plot has certainly miscarried and brought disgrace and discredit upon the originators, and the net result is credit and honour to the Labour party in general, and to Mr Alf. Gould in particular », Hull Trades Council, Monthly Labour Journal, janvier 1906, n° 145, p. 1.

20 Hull Trades Council, Monthly Labour Journal, août 1906, n° 152, p. 1-2 et p. 7.

21 « […] high appreciation of the honesty, integrity, and smart conduct of our brother Councillor Alf. Gould » ; « We are proud of Alf. Gould, who is only a casual worker and was unemployed five weeks prior to his election as a city councillor ». Woodworkers’ Amalgamated Society, Hull Branch, Monthly Report, février 1906 (LSL : L352 / 13992).

22 « […] So that our members may judge of some of the despicable efforts which are made by the capitalists to sap and undermine the principles of our Labour representatives, and to betray and break up our Labour movement » ; « to expose to the full the unscrupulous methods employed by the enemies of Labour in their attempts to divert our representatives from the path of duty », idem.

23 En 1909, le PLP franchit un pas décisif en incorporant le groupe des 14 députés mineurs, qui avaient jusqu’alors siégé sur les bancs libéraux.

24 « For the first time in the political history of this country, a real Labour Party has been elected to the House of Commons […] which will have its own leader and whip. […] When the next general election comes round, there will be a straight fight between Labour and Liberals and Tories », Hull Times, 27 janvier 1906.

25 A Hull, on observa de près le vote des députés locaux sur cette question, notamment celui de Ferens, ce nouvel élu libéral qui se voulait l’ami des prolétaires. En votant contre la nouvelle loi, il s’aliéna définitivement une partie de ses électeurs ouvriers.

26 « The past year has been the most important in the history of the labour movement. The General Election of January, 1906, saw the beginning of a new era in the political life of the nation. The return of twenty-nine Labour members to the House of Commons, pledged to a definite Labour policy, inspires us with hope that the time is far distant when those who produce the wealth of the nation shall have the right to live in decency and comfort, with increased opportunities for the development of their best qualities. Too long have we allowed ourselves to be the pawns on the political chess-board, to be manipulated by those to whom politics is regarded as a mere game », Hull Trades Council, Monthly Labour Journal, février 1907, n° 158, p. 1.

27 Ce fut la mort du premier Lord Nunburnholme qui provoqua l’organisation de cette élection. Le lord en question n’était autre que l’armateur Charles Henry Wilson, roturier que le roi avait choisi, en 1905, d’élever à la pairie. Sa translation vers la Chambre des lords avait libéré un siège devenu au fil des ans sa propriété, sans toutefois entraîner de grands bouleversements : en janvier 1906, c’était son fils Charles Henry Wellesley Wilson qui avait remporté l’élection, permettant à la circonscription de rester dans la famille. À la mort du père en 1907, le fils étant appelé à le remplacer à la Chambre haute en tant que second Lord Nunburnholme, le siège de député pour Hull ouest fut donc remis en jeu.

28 « It was an unusual experience, and not altogether unpleasant, but if there be other people who are desirous of being admitted into the secrets of the labour party, will they please obtain their information through official sources – if they can get it », Hull Times, 2 novembre 1906.

29 Gould contestait d’ailleurs depuis déjà des mois la légitimité du député Charles Henry Wellesley Wilson, qu’il accusait d’un absentéisme élevé aux débats des Communes. Hull Times, 1er septembre 1906.

30 Guy Greville Wilson serait d’ailleurs réélu en janvier et décembre 1910.

31 Comme l’écrivit le Monthly Labour Journal, « rassembler les voix de quatre mille cinq cents douze électeurs, ce n’est pas une mince affaire et voilà qui augure bien de la prochaine élection générale » (« To poll 4,512 votes is no mean achievement, and augurs well for the General Election »). Hull Trades Council, Monthly Labour Journal, février 1908, n° 170, p. 2.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Auteur d’une thèse sur les rapports de classe à Hull à la fin du long xixe siècle, il s’est intéressé au positionnement du mouvement ouvrier britannique sur les questions de race et d’empire au travers d’articles parus notamment dans la Revue Française de Civilisation Britannique, les Cahiers d’Histoire et la Labour History Review. Ses travaux en cours portent sur la Grande Fièvre Ouvrière des années 1911-1914, dans ses dimensions locales et transnationales.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search