Version classiqueVersion mobile

Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni

 | 
David Fée
, 
Jean-Claude Sergeant

Introduction

David Fée et Jean-Claude Sergeant

Texte intégral

1Quelques mois avant les élections législatives britanniques de 2010 qui devaient porter au pouvoir le parti conservateur au sein d’une coalition avec les libéraux-démocrates, la première coalition depuis la Seconde Guerre mondiale, les conservateurs publiaient leur programme électoral. On pouvait y lire les mots suivants, dans le chapitre intitulé « Changer la politique » :

  • 1 « We will act rapidly to push through far-reaching reforms to restore ethics to politics and revive (...)

Nous agirons rapidement pour faire voter des réformes profondes afin de restaurer l’éthique de la politique et ressusciter la confiance de l’électorat dans les hommes politiques. Il ne faudra rien de moins qu’un nettoyage en profondeur du système politique à Westminster pour éradiquer le sleaze et dissiper le soupçon1.

  • 2 « Our mission in politics is to rebuild this bond of trust between government and the people… We wi (...)
  • 3 Alistair Graham, « Restoring Trust in British Politics », dans M. Rush, P. Giddings, When Gordon To (...)

2Cet engagement à moraliser la vie politique britannique n’était pas sans rappeler celui pris par Tony Blair en 1997 lors de la compagne électorale qui devait porter son parti au pouvoir pour treize années consécutives2. Son programme électoral semblait en effet augurer d’une nouvelle ère : le futur Premier ministre promettait de tourner la page des années Major et, en particulier, d’assainir la vie politique britannique entachée de scandales multiples et variés depuis 1992 (voir l’article d’Agnès Alexandre-Collier). Pourtant, les années de pouvoir de Tony Blair avaient été, elles aussi, obscurcies par de multiples affaires et s’étaient achevées par une enquête d’un an qui avait conduit à la mise en examen de personnalités du parti travailliste. Le Premier ministre, lui même, soupçonné d’avoir accordé des pairies en échange du financement du parti travailliste (cash for honours), avait été auditionné. Les trois années de pouvoir de Gordon Brown avaient, quant à elles, été ternies par l’affaire des notes de frais des parlementaires (voir l’article de Sarah Pickard) ; ceux-ci avaient été accusés d’avoir dépensé de manière frauduleuse l’argent des contribuables. Il n’est donc guère surprenant que les années de pouvoir travailliste aient été marquées par le déclin continu de la confiance accordée par les électeurs britannique au gouvernement, déclin pour lequel nombre d’observateurs tenaient Tony Blair responsable3.

3Le parti conservateur promettait donc en 2010 de tirer les leçons du scandale lié aux notes de frais parlementaires qui avait secoué la classe politique britannique en 2009 et ébranlé la confiance des électeurs en la représentation parlementaire ; il s’engageait à s’attaquer à la racine du problème en changeant le système politique. L’origine de la débâcle (aux yeux des conservateurs) était clairement désignée par un terme : sleaze. Cependant, un an après la formation de la coalition, en dépit des promesses des conservateurs, les allégations de sleaze, loin d’avoir disparu, ont resurgi à la faveur du scandale des écoutes téléphoniques organisées par des journalistes de l’ex-journal News of the World et ont constitué, un temps, une menace pour l’avenir même du Premier ministre, David Cameron.

  • 4 F. F. Ridley, A. Doig eds, Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reaction, Oxford, OUP (...)
  • 5 « The way some politicians have used their power to feed their private desires for money or sexual (...)

4Quel phénomène se cache donc derrière ce terme, inconnu avant le début des années 1960 et peu utilisé avant le début des années 1990, difficile à traduire, mais qui n’a cessé depuis d’être employé par les médias et est entré dans le langage populaire ? Si le terme est si difficile à traduire en français, c’est qu’il recouvre plusieurs acceptions qui reflètent son évolution depuis les années 1960. Naguère utilisé sous forme adjectivale (sleazy) pour décrire des activités louches, voire illicites, souvent associées au monde interlope de Soho et aux lieux troubles des grandes villes4, le mot renvoie désormais généralement à « la manière dont les hommes politiques ont usé de leur pouvoir pour nourrir leurs désirs privés d’argent ou leur satisfaction sexuelle et la manière dont leurs amis et leurs ennemis affichés ont participé à une conspiration du silence pour protéger leurs collègues égarés »5. Il est donc un synonyme imparfait de corruption, sans doute plus proche du terme d’« affaires » puisqu’il englobe toutes sortes d’agissements condamnables (voir l’article d’Agnès Alexandre-Collier).

  • 6 J. Girling, Corruption, Capitalism and Democracy, London, Routledge, 1997.

5Si le phénomène justifie à nos yeux un ouvrage c’est que le sentiment domine depuis les années 1990 parmi les Britanniques que l’éthique de leurs hommes politiques va déclinant, que les liens entre le monde des affaires et le monde politique sont trop étroits et que, de manière générale, la démocratie parlementaire britannique, naguère érigée en modèle pour la probité de ses acteurs et la recherche de la respectabilité héritées de l’âge d’or victorien6, serait toute entière minée par le sleaze. Ce sentiment, nourri par les multiples scandales qui ont éclaboussé les hommes politiques à intervalles réguliers depuis les années 1990, qu’il soit fondé ou non, est donc lourd de conséquences pour la démocratie en Grande-Bretagne car il engendre abstention et populisme. Il mérite donc qu’on s’y attarde et qu’on lui consacre un ouvrage.

  • 7 Le faible nombre d’électeurs avant 1832 permettait les pots de vin (wining and dining).
  • 8 Comme tenta de le faire Thomas Pitt, le frère du futur Premier ministre en 1746 pour l’un des deux (...)
  • 9 Grâce par exemple au Corrupt Practices Prevention Act de 1854, au Corrupt and Illegal Practices Act(...)
  • 10 Comme par exemple le scandale de 1922 autour de la vente de titres et positions parlementaires en é (...)
  • 11 M. Johnston, 2010, Public Sector Corruption, vol. 4, London, Sage.
  • 12 Il s’agit du Corruption Perception Index publié en 1995 dans le magazine Der Spiegel et mis au poin (...)
  • 13 Voir par exemple the World Business Environment Survey de la World Bank, International Country Risk (...)
  • 14 Homosexuel et espion pour le compte de la Russie à l’Amirauté.
  • 15 Le ministre n’avait pas su résister aux charmes de Christine Keeler qui comptait parmi ses amants Y (...)

6Cette conviction est d’autant plus surprenante qu’il est loin le temps où la corruption ouverte des électeurs était tolérée7et l’achat d’un siège au Parlement routinier8. En effet, depuis 1832, date de la première réforme du droit de vote, la vie politique britannique se caractérise par un constant effort de moralisation, la mise en œuvre du principe de représentativité et la volonté d’assurer la domination de l’intérêt général sur les intérêts particuliers9. Par ailleurs, le mythe d’un âge d’or de la vie politique ne survit pas au rappel de quelques-uns des procès et scandales pour corruption qui ont marqué le début du xxe siècle et l’entre-deux-guerres (voir les articles de Yann Béliard et Jean-Claude Sergeant)10. De plus, si corruption il y a, elle n’est pas l’apanage de la Grande-Bretagne, comme la publication de quatre volumes consacrés à ce thème dans le secteur public à travers le monde est venue le confirmer11. Il suffit pour s’en convaincre d’observer le bon classement de la Grande-Bretagne mesuré à l’aune de l’indicateur de probité le plus largement reconnu12 ainsi que les satisfecit régulièrement délivrés par les multiples enquêtes internationales dévolues à ce sujet13. Enfin, si les années 1990 ont été émaillées de révélations sur la vie privée des hommes politiques britanniques, contribuant ainsi à convaincre les électeurs de leurs hypocrisie, ces scandales font pale figure comparés à l’affaire Vassall en 196214, l’affaire Profumo en 1963 qui devait conduire à la démission du ministre des Armées15 pour atteinte à la sécurité de l’État, ou encore l’arrestation en 1972 du leader du parti libéral, Jeremy Thorpe, pour tentative de meurtre sur son amant.

  • 16 Les électeurs lorsqu’ils sont sondés réclament davantage de régulation que le comité Nolan le propo (...)
  • 17 C’est ce que le Premier ministre Tony Blair sous-entendait en 2007 lorsqu’il décrivit les médias br (...)

7Il est donc légitime de s’interroger non seulement sur l’origine et l’ampleur du phénomène de sleaze mais encore sur sa réalité même. Peut-on légitimement parler d’un phénomène nouveau, né au tournant des années 1990 en raison du déclin de la moralité au sein du monde politique britannique et de l’abandon des valeurs de service public en faveur d’une culture de l’enrichissement rapide ? Le phénomène serait alors systémique. À l’inverse ne peut-on arguer que la conviction des Britanniques de vivre dans une société régie par une classe politique corrompue et sleazy n’est que le résultat d’une perception erronée de la chose publique et de la transformation de l’opinion publique, désormais moins déférente et plus exigeante16 ? Loin d’être systémiques, les affaires ne seraient en réalité que des actions isolées montées en épingle par une activité médiatique plus agressive et commerciale17. En tout état de cause, si la vie politique britannique se caractérise bien par un certain degré de sleaze, quelles en sont les raisons ? Peut-on arguer que le système parlementaire britannique et sa tradition d’auto-régulation et de privilège parlementaire porte en lui les germes de la corruption ? Ce sont autant de questions que cet ouvrage se propose de poser et auxquelles il souhaite apporter des éléments de réponse.

8La présente étude s’articule autour d’une réflexion sur le sens et l’extension du concept de sleaze qui agrège l’ensemble des modes de transgression de l’éthique politique, y compris sous sa forme explicitement délictueuse, la corruption. Les manquements à la probité, voire la corruption, ne sont pas des phénomènes nouveaux, ainsi qu’il a déjà été dit. Yann Béliard en apporte l’illustration dans son étude de l’affaire Alfred Gould au xixe siècle. Pour sa part, Jean-Claude Sergeant écorne quelque peu l’image de David Lloyd George qui a dû à l’indulgence de ses pairs de pouvoir poursuivre sa carrière politique, menacée par ses imprudentes opérations financières.

9Agnès Alexandre-Collier scrute les manifestations et le développement du sleaze à partir de l’arrivée au gouvernement de John Major, époque charnière qui a vu fleurir les dévoiements de la classe politique. Malgré les proclamations de foi de Tony Blair rappelées dans ce qui précède, les pratiques douteuses n’ont pas pour autant disparu au cours de la période néo-travailliste. Si un art plus consommé de la gestion de la communication (spin) a tenté de les rendre plus opaques, les exigences accrues de transparence et la mise à disposition des journalistes d’un précieux instrument d’investigation – la loi garantissant la liberté d’accès aux documents officiels (Freedom of Information Act 2000) – ont eu pour effet, comme le montre Emmanuelle Avril, de mettre en pleine lumière des pratiques guère plus honorables que celles condamnées sous la précédente administration. Deux études de cas éclairent la difficulté à démonter le mécanisme des « affaires » au cours de la période. La première, traitée par David Fée, concerne le système d’attribution de logements sociaux à des fins électorales dans la circonscription de Westminster. La seconde, relatée par Jean-Claude Sergeant, montre comment le recours à la raison d’État a empêché le plein aboutissement de l’enquête concernant les conditions d’obtention par BAE Systems d’un fabuleux contrat d’armement avec l’Arabie saoudite.

10Deux études sont consacrées au « scandale des notes de frais » des parlementaires qui a défrayé la chronique à partir de 2009. Véritable traumatisme national, ce scandale, mis au jour par un organe de presse, est analysé par Sarah Pickard sous l’angle de son impact sur la pratique démocratique britannique, tandis que Mark Stuart se demande si le remède qui a été mis en place pour enrayer le dysfonctionnement n’est pas pire que le mal qu’il est était censé guérir.

11Restait à regarder la façon dont la classe politique dans d’autres parties du Royaume-Uni s’acquitte de ses devoirs en matière d’intégrité et d’éthique. L’analyse d’Edwige Camp-Pietrain montre que, tout en cherchant à se dissocier du modèle de Westminster, les parlementaires écossais ne sont pas parvenus à instaurer un mode de fonctionnement plus vertueux. Quant à Michel Savaric, il démontre que si le retour à un fonctionnement démocratique normalisé en Irlande du Nord a fait pratiquement disparaître la criminalité politique et confessionnelle, alimentée par la collusion entre services de renseignement et groupes paramilitaires, il a ouvert la voie à une quasi-délinquance qui ne semble guère différente du sleaze matriciel anglais.

12Le chapitre conclusif se propose également d’apporter un éclairage complémentaire sur un aspect de la culture politique britannique où argent et réseaux d’influence tiennent une place de choix. Il y est essentiellement question du financement des partis politiques, au cœur d’un certain nombre d’affaires propres à accréditer l’impression que la culture du sleaze, version édulcorée de la corruption, gangrène la vie démocratique. Contribuent à renforcer ce sentiment les proximités, pour ne pas dire les connivences, tissées entre certains dirigeants de groupes du secteur des médias et responsables politiques que l’enquête Levenson, mise en place à la suite du scandale des écoutes téléphoniques organisées par News of the World, a fait apparaître. Si le Royaume-Uni fait incontestablement figure de pays vertueux, des efforts restent encore à accomplir, ainsi que le note le rapport 2010 de l’organisation Transparency International UK.

Notes

1 « We will act rapidly to push through far-reaching reforms to restore ethics to politics and revive the electorate’s faith in politicians. It will take nothing less than a deep clean of the political system in Westminster to root out the sleaze and dispel suspicion », The Conservative Party, Invitation to join the Government of Britain, The 2010 Election Manifesto, p. 65.

2 « Our mission in politics is to rebuild this bond of trust between government and the people… We will clean up politics », The Labour Party, New Labour : Because Britain deserves Better, 1997.

3 Alistair Graham, « Restoring Trust in British Politics », dans M. Rush, P. Giddings, When Gordon Took Over, London, Palgrave, 2008.

4 F. F. Ridley, A. Doig eds, Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reaction, Oxford, OUP, 1995.

5 « The way some politicians have used their power to feed their private desires for money or sexual satisfaction and the way many of their friends and even ostensible enemies have engaged in a conspiracy of silence to protect their erring colleagues », Lewis Baston, Sleaze : The State of Britain, London, Books 4, 2000.

6 J. Girling, Corruption, Capitalism and Democracy, London, Routledge, 1997.

7 Le faible nombre d’électeurs avant 1832 permettait les pots de vin (wining and dining).

8 Comme tenta de le faire Thomas Pitt, le frère du futur Premier ministre en 1746 pour l’un des deux sièges de la circonscription de Tiny Fowey en influençant le vote des 45 électeurs.

9 Grâce par exemple au Corrupt Practices Prevention Act de 1854, au Corrupt and Illegal Practices Act de 1883, au Ballot Act de 1872 au Redistribution of Seats Act de 1885, au Honours (Prevention of Abuses) Act de 1925 ou à la déclaration d’intérêt des parlementaires depuis 1974.

10 Comme par exemple le scandale de 1922 autour de la vente de titres et positions parlementaires en échange d’émoluments par le Premier ministre David Lloyd George, la démission du ministre de l’Intérieur Reginald Maudling en 1972 pour avoir accepté des avantages en nature et en espèces de la part d’un architecte véreux, John Poulson ou encore les allégations de favoritisme en 1976 lors du départ de Harold Wilson.

11 M. Johnston, 2010, Public Sector Corruption, vol. 4, London, Sage.

12 Il s’agit du Corruption Perception Index publié en 1995 dans le magazine Der Spiegel et mis au point par l’organisation Transparency International basée à Berlin sur la base d’entretiens auprès d’hommes d’affaires, d’universitaires et d’analystes financiers.

13 Voir par exemple the World Business Environment Survey de la World Bank, International Country Risk Guide de Political Risk Consultancy ou encore le Country Risk Service and Country Forecast de l’Economist Intelligence Unit.

14 Homosexuel et espion pour le compte de la Russie à l’Amirauté.

15 Le ministre n’avait pas su résister aux charmes de Christine Keeler qui comptait parmi ses amants Yevgeny Yvanov attaché naval à l’ambassade russe. Le scandale devait conduire Richard Crossman à utiliser pour la première fois le terme de sleaze du monde politique.

16 Les électeurs lorsqu’ils sont sondés réclament davantage de régulation que le comité Nolan le proposait et une réforme en profondeur du statut de parlementaire, voir Patrick Dunleavy & Stuart Weir, « The Media, Opinion and the Constitution » in F. F. Ridley, A. Doig Eds, Sleaze : Politicians, Private Interests and Public Reactions, OUP, 1995.

17 C’est ce que le Premier ministre Tony Blair sous-entendait en 2007 lorsqu’il décrivit les médias britanniques comme « feral ».

Auteurs

Maître de conférences à l’Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en civilisation britannique contemporaine. Ses travaux portent sur les politiques du logement au Royaume-Uni et plus généralement sur la place du logement dans l’État-providence britannique. Il est l’auteur de nombreux articles consacrés aux diverses facettes du logement au Royaume-Uni et a coordonné un ouvrage comparatif consacré à la situation du logement au Royaume-Uni et en France ainsi qu’un second ouvrage consacré à la politique de la ville outre-Manche. Il travaille actuellement à la publication d’un ouvrage consacré au bilan des travaillistes en matière de logement.

Professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est spécialiste de civilisation britannique. Ses travaux ont plus particulièrement porté sur les médias et les questions de défense et de politique étrangère. Il est l’auteur d’une demi-douzaine d’ouvrages, parmi lesquels La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (1994), Les Médias britanniques (2004) et d’une centaine d’articles et de chapitres d’ouvrage traitant de ses thèmes de spécialité.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search