Desktop versionMobile Version

À l’origine de l’anthropologie au Vietnam

 | 
Phuong Ngoc Nguyen

Nguyễn Văn Huyên (1905-1975), un chercheur en situation coloniale

Conclusion

Volltext

1 Entre le milieu et la fin du xixe siècle, la colonisation française en Indochine a provoqué l’apparition d’un champ d’études. La Cochinchine, le Tonkin et l’Annam, territoires de l’ancien royaume Đại Nam, sont devenus propriétés de la France et objet d’étude pour les savants français. Dans un premier temps, on assiste à un transfert des connaissances. Les unes, en provenance de l’Europe, ont été acquises les siècles précédents par les voyageurs, les commerçants et les missionnaires occidentaux. Les autres sont disponibles sur place : ce sont des ouvrages de lettrés vietnamiens, rédigés en caractères chinois ou en caractères démotiques nôm, dont certains sont traduits en français, dès le début de la conquête, pour la richesse de leurs renseignements. On organise également les explorations qui remplissent progressivement les zones blanches sur la carte de l’Indochine. Les premiers groupements d’érudits voient le jour, essentiellement dans les centres urbains, Saigon et Hanoi, sous forme d’une association ou autour d’une revue. À cette production des nouvelles connaissances participent également des Vietnamiens, le plus souvent catholiques, qui réalisent des travaux lexicographiques, historiques et littéraires. Est ainsi rassemblé un corpus de textes qui contribuent à forger et à diffuser un certain type de représentations sur l’Indochine et sur les « pays annamites ». Dans cette Indochine coloniale en construction, le savoir est nécessairement lié au pouvoir. « Dire à quelqu’un : “Je possède la vérité sur toi” n’informe pas seulement sur la nature de mes connaissances, mais instaure entre nous un rapport où “je” domine et l’autre est dominé » (Todorov 1997, 8).

2En 1898, la création de la Mission archéologique permanente en Indochine, l’institution officielle qui prendra le nom de l’École française d’Extrême-Orient en 1900, permet d’organiser les sciences de l’homme et de la société jusqu’en 1945. En dirigeant le travail d’érudits amateurs et d’associations savantes, dont les plus connues sont la Société d’études indochinoises et l’Association des amis du vieux Hué, l’EFEO assure la cohérence de l’orientalisme en Indochine pour un demi-siècle. Malgré des critiques non dépourvues de fondement, l’École fait preuve de sa capacité d’ouverture et de renouvellement en associant progressivement le personnel indigène à ses travaux, puis en contribuant à la création en 1938 de l’Institut indochinois pour l’étude de l’homme réunissant un collectif de chercheurs français et indochinois.

3Au sein de l’EFEO, le travail du personnel indigène évolue des tâches subalternes à la recherche scientifique. Jalonné par les premières publications dans le BEFEO, puis par la création du statut d’assistant en 1929, le processus de reconnaissance des compétences des collaborateurs indochinois aboutit à l’autorisation donnée aux Indochinois d’accéder au corps des membres scientifiques par le décret signé le 29 juillet 1939, la veille de la Seconde Guerre mondiale. La nomination de Nguyễn Văn Tố, de Nguyễn Văn Khoan, de Trần Văn Giáp et de Nguyễn Thiệu Lâu au corps des assistants, puis celle de Nguyễn Văn Huyên au corps des membres de l’EFEO peut être considérée comme la victoire d’une « conquête » scientifique vietnamienne, possible à la fois en raison des lacunes structurelles du champ orientaliste, des changements conjoncturels dans la politique coloniale et des enjeux propres à la société vietnamienne.

4Le cas de Nguyễn Văn Huyên permet notamment d’étudier les relations entre l’orientalisme occidental et le milieu intellectuel vietnamien à l’époque coloniale. Face à la représentation orientaliste de la culture vietnamienne comme « copie » de la Chine confucéenne et comme bloquée dans son développement, il propose un autre regard. Ses recherches révèlent une civilisation vietnamienne qui possède une originalité propre et qui est en mouvement constant, capable de se renouveler en puisant dans les apports extérieurs au fil de son histoire. En étudiant un Vietnam pré-confucéen et en le mettant en relation avec d’autres populations sud-est asiatiques, il intègre les ethnies minoritaires dans la perspective de la construction d’un État vietnamien indépendant.

5L’existence d’un discours vietnamien sur le Vietnam, accueilli dans l’instance officielle même de l’orientalisme français, est le signe de la maturité des auteurs formés aux méthodes de travail scientifique occidentales. Cela n’est envisageable que comme résultat des changements en profondeur survenus dans la société vietnamienne confrontée depuis le milieu du xixe siècle à la perte de l’indépendance et au processus de la colonisation. Au début du xxe siècle, sous influence des néo-confucéens chinois et de la modernisation japonaise, les lettrés modernistes vietnamiens font une véritable révolution anthropologique en menant de front le combat contre l’ethnocentrisme et la bataille de l’ouverture vers la modernité. Ils proposent des mesures d’urgence pour régénérer la société vietnamienne : adopter l’écriture romanisée, le quốc ngữ, permettant d’alphabétiser rapidement la population ; développer la presse et l’édition ; réformer le système d’éducation en renouvelant les manuels, le fonctionnement de l’école et le mode de sélection afin de susciter de nouveaux talents ; enfin, développer l’économie en mettant à l’honneur non seulement l’agriculture et l’artisanat, mais aussi en valorisant le commerce. Ce programme qui a suscité l’enthousiasme de la population vietnamienne a cependant subi un arrêt brutal en 1908 suite à un changement de la politique coloniale.

6Dans les années 1910, l’enseignement traditionnel en caractères chinois en Annam et au Tonkin est progressivement remplacé par une nouvelle école chargée de la production d’une nouvelle élite francophone et francophile. L’école franco-indigène et l’école française ont formé, en quelques décennies, un nombre considérable de jeunes diplômés nourris à la source de la culture occidentale. Au sommet de cet édifice scolaire, l’enseignement supérieur dispensé à l’université indochinoise, dans des universités et dans des grandes écoles françaises, joue un rôle considérable malgré le faible effectif de diplômés. Entre 1911 et 1945, 307 docteurs vietnamiens ont soutenu leurs thèses, en médecine et en droit majoritairement, mais aussi en lettres et en sciences.

7Cette jeunesse francophone fournit un grand nombre de lecteurs potentiels pour la presse et l’édition qui connaissent un développement extraordinaire en Indochine. Ces intellectuels occidentalisés commencent à occuper la scène dès le milieu des années 1920. En remettant en cause le modèle de l’harmonie entre l’Orient et l’Occident promu par les partisans de la « collaboration franco-annamite », ils plaident pour une transformation radicale de la société vietnamienne. Les traditions, les coutumes et les mœurs jugées comme arriérées sont donc à supprimer dans le plus bref délai. Par cette révolte salutaire, ils contribuent à relancer la discussion et la réflexion collective sur la culture vietnamienne.

8Mais ces jeunes intellectuels, dont les représentants les plus emblématiques sont poètes et romanciers, bâtisseurs d’une toute nouvelle littérature en écriture quốc ngữ, ne font pas table rase dans le domaine des études vietnamiennes. Le travail commencé auparavant, en particulier autour de la revue Đông Dương tạp chí (1913-1919) et la revue Nam Phong (1917-1934), est patiemment poursuivi. Le souci de la transmission de l’héritage lettré et de la sauvegarde des traditions anime le travail d’un nombre considérable d’érudits tels que Nguyễn Văn Ngọc qui collecte les chansons et les proverbes populaires, Trần Trọng Kim qui étudie l’histoire du confucianisme, ou encore les auteurs du grand dictionnaire de la langue vietnamienne initié au sein de l’association AFIMA. Les conférenciers de la Société d’enseignement mutuel du Tonkin (1892-1946) et les rédacteurs de la revue Đông Thanh (1932-1934) s’efforcent d’apporter de nouvelles connaissances sur la société et la culture vietnamiennes en appliquant les méthodes de travail apprises chez les auteurs occidentaux. La diffusion de résultats de la recherche occidentale et l’enseignement méthodologique sont favorisés par l’intermédiaire des revues culturelles et des associations intellectuelles grâce à quelques personnes dont Nguyễn Văn Tố, assistant à l’EFEO, est parmi les plus actifs.

9La maturité de la recherche vietnamienne trouve son expression dans le programme collectif proposé en 1938-1939 par Đào Duy Anh, historien, lexicographe et éditeur, dans l’objectif de réunir les groupes de travail basés à Hanoi, Hué et Saigon autour des questions portant sur l’histoire sociale et culturelle vietnamienne. Même si ce programme reste à l’état du projet, suite à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, le dynamisme lancé est poursuivi, notamment par la création de trois revues hanoiennes – le Bulletin de l’AFIMA, Tri Tân et Thanh Nghị.

10Jusque dans les années 1930, les lettrés puis les intellectuels vietnamiens s’intéressent à l’homme et à la société en dehors de leur activité principale, « dans les heures perdues ». L’institutionnalisation du champ orientaliste en France et en Indochine, la professionnalisation de la recherche avec la création de l’EFEO, mais également le développement du journalisme et de l’édition au Vietnam, permettent à quelques-uns de se consacrer plus ou moins entièrement aux travaux scientifiques. Les « annamitisants » de l’EFEO dominent à la fois par la quantité de leur production et la qualité de leur travail reconnue par leurs pairs occidentaux et leurs compatriotes vietnamiens. Si certains auteurs tels que Trần Văn Giáp viennent de familles de lettrés, d’autres sont au contraire bénéficiaires de la société coloniale tels que Nguyễn Văn Huyên. Ils ont cependant en commun, par héritage familial ou par l’autodidactie, la maîtrise remarquable de deux, voire de trois, traditions intellectuelles (vietnamienne, chinoise, française). Héritiers du patrimoine légué par les lettrés qui consignaient leurs connaissances en caractères chinois et en caractères nôm, ces auteurs ont pu puiser également à la source occidentale qui leur fournit les termes, les concepts et les méthodes.

11Dans le cadre légal du système colonial, les dictionnaires, les traductions, les articles et les ouvrages portant sur l’histoire, la littérature et la culture vietnamiennes contribuent à l’élaboration d’un projet global et implicite d’une « libération culturelle », condition indispensable pour le succès de la libération politique. Dans cette perspective, il n’est pas étonnant de voir les recherches scientifiques étroitement liées à l’éducation populaire, dont le symbole est l’Association pour la diffusion du quốc ngữ créé en 1938, vers laquelle convergent les intellectuels de tous les horizons.

12Tout ce long processus, une sorte de préparation à l’indépendance du point de vue culturel et intellectuel, joue un rôle certain dans la conquête de l’indépendance politique du pays qu’on nommera « Vietnam » à partir de 1945. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on retrouve plusieurs intellectuels aux postes clés des premiers gouvernements du Vietnam indépendant : par exemple, le polytechnicien Hoàng Xuân Hãn, ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Trần Trọng Kim, historien devenu premier ministre d’avril à août 1945, puis à partir de septembre 1945, Nguyễn Văn Tố au poste du ministre de l’Action sociale et Nguyễn Văn Huyên au poste du directeur de l’Enseignement supérieur avant celui du ministre de l’Éducation nationale. Sous la direction de ce dernier, l’université du Vietnam indépendant accueillera, dès l’année 1945-1946, l’anthropologie et la sociologie dans la nouvelle faculté des Lettres. Parallèlement à la formation universitaire, la recherche vietnamienne sera organisée au sein du Phương Đông bác cổ học viện (École d’Orient) qui prendra la relève de l’École française d’Extrême-Orient en proposant un programme de travail au début de 1946. Malgré la guerre d’Indochine et la guerre du Vietnam pendant trois décennies, l’impulsion amorcée dans la première moitié du siècle permettra l’existence de l’actuelle Académie des Sciences Sociales du Vietnam et la présence de l’anthropologie dans les universités vietnamiennes.

13Au Vietnam, l’anthropologie est ainsi née, au sein d’une société coloniale, aux confluents des traditions intellectuelles française, vietnamienne et chinoise.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search