Versione classicaVersione mobile

À l’origine de l’anthropologie au Vietnam

 | 
Phuong Ngoc Nguyen

Nguyễn Văn Huyên (1905-1975), un chercheur en situation coloniale

L’engagement citoyen

Testo integrale

1Le coup de force japonais du 9 mars 1945 a mis un terme à l’administration française et a suspendu l’existence de l’École française d’Extrême-Orient. Nguyễn Văn Huyên n’a pas pu terminer la correction des épreuves du Tableau administratif de la province de Bắc Ninh qui devait intégrer le BEFEO de 1946. Comme on le sait, les événements de l’année 1945 ont décidé de la suite de sa carrière. Jusqu’à son décès survenu en 1975, il s’est consacré à son pays au poste du ministre de l’Éducation nationale.

2Y a-t-il un lien entre ces deux personnages, le ministre et le chercheur ? Certains le pensent en termes de sacrifice forcé, de drame personnel, voire d’« endoctrinement » réussi. Pour notre part, la rupture est évidente, mais si l’on peut parler d’un préjudice porté à la science et d’un sacrifice de la carrière personnelle, ce choix est réalisé en pleine conscience et en connaissance de cause. Au fond, le passage du chercheur au poste de gestionnaire est en continuation avec sa recherche scientifique. En prenant la responsabilité de ministre de l’Éducation, le savant se rend en effet responsable de ses pronostics et de la réalisation de ses conseils (Vũ Đình Hòe 1998). Paul Mus semble partager entièrement cet avis :

Rien dans ses alliances, sa formation ni son caractère ne l’orientait vers une organisation à prédominance marxiste, sauf l’entreprise de combattre cette misère [de la paysannerie] qu’il avait dénoncée, de notre temps, avec un courage dans lequel nous aurions dû reconnaître une loyauté bien comprise, envers nous (Mus, 1988, 82).

Ce qui nous intéresse ici, c’est de comprendre comment les idées politiques de Nguyễn Văn Huyên peuvent éclairer ses textes scientifiques. Selon les documents et les textes à notre disposition, se dégagent trois périodes principales : le séjour en France de 1927 à 1935 qui peut être considéré comme une période d’apprentissage politique, le retour en Indochine et la confrontation avec le fait colonial de 1936 à 1945, enfin l’engagement dans le gouvernement de Hồ Chí Minh à partir de l’automne 1945.

  • 1 ANOM, fond SLOTFOM, dossier 97. Le Cercle d’études sociales des Indochinois à Paris (JO du 13 décem (...)

3Pour la période de huit ans d’études en France, très peu de renseignements sont disponibles. Le procès en 1925 de Phan Bội Châu auquel ont assisté Nguyễn Văn Huyên et son frère a déclenché sans doute une prise de conscience, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres contemporains. Pendant le séjour à Montpellier de décembre 1926 à l’automne 1929, il ne s’est pas fait remarquer par les services de surveillance et a été bien noté par le bureau de surveillance des indigènes du ministère des Colonies interrogé à propos de sa demande de consultation des archives. Lors de son séjour parisien de 1930 à 1935, à notre connaissance, sa présence n’a été signalée qu’une fois dans une réunion du « Cercle d’études sociales des Indochinois à Paris » à l’occasion de la fête du Nouvel An traditionnel de l’année 19351. Selon sa fille aînée, il se souvenait de sa participation aux manifestations contre la répression en Indochine dans les années 1930 et 1931 (Nguyễn Kim Nữ Hạnh 2003, 43), ce qui est probable. En tout cas, la randonnée et l’escalade, ses sports préférés découverts en France, lui seront d’un grand secours dans le maquis pendant la guerre d’Indochine.

  • 2 Nguyễn Mạnh Tường, souvenirs retranscrits (archives de la famille Nguyễn Văn Huyên), 10-11. Selon c (...)

4Au retour de Nguyễn Văn Huyên en Indochine en 1935, l’enseignement secondaire représentait pratiquement la seule porte ouverte pour les diplômés des universités françaises en Indochine coloniale. La carrière de professeur signifie également un refus du mandarinat et une prise de distance vis-à-vis de l’administration. Sa décision de se consacrer à la recherche et à l’enseignement semble cependant être déjà prise à Paris. Son ami Nguyễn Mạnh Tường se souvient de sa réaction à l’évocation d’un poste dans le haut mandarinat : « Ne perdons pas de temps pour faire ces choses inutiles2. »

5L’orientation vers la recherche professionnelle semble correspondre pour Nguyễn Văn Huyên à un ensemble de déterminants. Bien que les professeurs vietnamiens « Retour de France » aient bénéficié d’un traitement privilégié et de l’attention particulière de la part des autorités, le travail d’enseignant s’avérait pour lui insatisfaisant et pesant, la direction exerçant une pression et un contrôle permanents sur le contenu de l’enseignement et sur le comportement des professeurs. Certes, d’anciens élèves évoquent le souvenir émouvant de professeurs français promoteurs de l’idéal de la Révolution française : le général Võ Nguyên Giáp gardera toujours en mémoire les cours de son professeur Pierre Gourou. Cependant les professeurs vietnamiens ne bénéficiaient sans doute pas de la même liberté que leurs collègues français. Nguyễn Văn Huyên lui-même évoquera plus tard, en parlant de l’évolution de la langue vietnamienne, ces années passées au lycée du Protectorat :

Les professeurs pouvaient être traduits en justice pour avoir parlé vietnamien ; on connaît un cas où un professeur de lycée est convoqué immédiatement, après avoir donné quelques explications supplémentaires en vietnamien après le cours, par le directeur français qui menaçait de le mettre à la porte (1978, 149).

  • 3 À la même époque, Nguyễn Mạnh Tường a également abandonné l’enseignement pour ouvrir un cabinet d’a (...)

Face à cette « impasse », selon le mot de Nguyễn Văn Huyên rapporté plus tard par Nguyễn Mạnh Tường, la recherche dans le cadre de l’EFEO représente une solution idéale. Toujours selon Nguyễn Mạnh Tường, Nguyễn Văn Huyên lui a confié : « Mon issue est l’entrée à l’École française d’Extrême-Orient3. » Le séjour à l’EFEO semble être une posture de retraite confortable, loin des turbulences sociales et politiques dans une Indochine coloniale. Cependant, toujours selon Nguyễn Mạnh Tường, Nguyễn Văn Huyên lui a dit :

Nous avons obtenu le titre de docteurs, il faut que nous nous consacrions maintenant à la recherche scientifique […]. Il faut produire des œuvres scientifiques pour montrer la valeur des Vietnamiens et des intellectuels vietnamiens.

Dans une lettre datée du 18 juillet 1946 envoyée depuis la France, pendant la Conférence de Fontainebleau, Nguyễn Văn Huyên parle de son entrée à l’EFEO en ces termes : « Garder l’honneur (thanh danh) et conquérir une place pour le Vietnam dans le domaine scientifique ».

  • 4 Ayant fait entièrement ses études en français, il parlait cependant avec conscience la langue vietn (...)

6Cependant il s’investissait activement, bien que d’une façon discrète, dans les actions sociales. Personnalité de l’élite intellectuelle vietnamienne, il était présent dans plusieurs associations culturelles dont l’Association pour la diffusion du quốc ngữ4. Au Conseil fédéral indochinois, il intervenait sur des questions diverses et accordait alors une attention particulière à la langue vietnamienne et à son enseignement. En montrant l’incohérence de la politique scolaire des autorités coloniales, il revendique le statut de langue littéraire au vietnamien :

  • 5 ANOM, Fonds du gouvernement général, dossier 65295, procès-verbal de la 6e séance plénière (session (...)

Il y a d’abord une question de base : il faut préparer les écrivains. Je constate que l’enseignement de l’annamite est très négligé, même dans les lycées. L’annamite occupe, dans les programmes de l’enseignement primaire et secondaire, une place de parent pauvre. On accepte l’annamite comme une langue vivante, mais il faudrait que dans les lycées français et indigènes, cette langue soit une langue vivante, au même titre que l’anglais5.

À cette occasion il s’est prononcé pour une réforme de fond de l’enseignement qui devrait aboutir à un enseignement supérieur des lettres vietnamiennes. Quelques années plus tard, il aura l’occasion de réaliser cette idée en tant que directeur de l’enseignement supérieur : la faculté des Lettres sera créée au sein de l’université du Vietnam dès la rentrée 1945.

  • 6 Vũ Đình Hòe, qui a lu le manuscrit, rapporte qu’il avait réservé une place particulière aux écoles (...)
  • 7 Il a même proposé des mesures concrètes relatives aux problèmes de personnel et de budget. Autorise (...)

7La revendication de la valeur de la langue et de la culture vietnamienne va d’ailleurs de pair avec la reconnaissance de l’importance de la culture lettrée sino-vietnamienne. Le manuscrit de La civilisation annamite devait consacrer à l’enseignement traditionnel une partie conséquente dont il reste seulement trois pages dans l’ouvrage publié6. Dans la session de décembre 1941 du Conseil Fédéral, Nguyễn Văn Huyên demande la valorisation de l’enseignement des caractères à l’école, ainsi que la publication et la diffusion plus large des ouvrages en caractères7. Un grand progrès dans ce sens est fait avec la création d’un « enseignement des humanités extrême-orientales » dans les lycées par l’arrêté du 5 mai 1942. Le programme de 5 heures hebdomadaire, rendu public par l’arrêté du 2 septembre de la même année, est mis en œuvre immédiatement dès la rentrée de l’année scolaire 1942-1943 dans les classes de sixième créées à cet effet. Porté par Nguyễn Văn Huyên et Trần Văn Giáp, deux figures emblématiques des écoles traditionnelle et française, ce projet s’inscrit manifestement dans une réflexion globale sur la culture vietnamienne menée par de nombreux intellectuels vietnamiens.

8Les activités de Nguyễn Văn Huyên en dehors du champ scientifique apportent ainsi un autre éclairage sur son travail de chercheur. En sens inverse, sa série d’études sur la paysannerie l’a amené sans doute à une prise de conscience et à une prise de position politique. Paul Mus reconnaîtra plus tard dans les recherches de Nguyễn Văn Huyên une prise de position « courageuse » et une attitude « loyale » pour une collaboration réelle entre les Vietnamiens et les Français avant que la lutte pour une amélioration de la vie paysanne ne l’ait amené vers les compagnons de Hồ Chí Minh (1988, 82). Dans cet ouvrage posthume Planète Vietnam publié en 1988, Paul Mus citera longuement, dans le chapitre IX intitulé « Le fonds de la misère », le Problème de la paysannerie au Tonkin publié par Nguyễn Văn Huyên en 1939 afin de chercher une réponse à la révolution vietnamienne. Entre la recherche scientifique et la réalité de la vie quotidienne, il s’agit ici d’éclairer les liens qui existent.

9De mars à la fin août 1945, pour éviter les bombardements américains, la famille de Nguyễn Văn Huyên s’est réfugiée à Hà Dông près de Hanoi. Il n’a pas participé au gouvernement formé par l’historien Trần Trọng Kim, dans lequel certains de ses amis s’étaient engagés. Il a cependant été un des membres fondateurs du Tân Việt Nam Hội (Parti du Nouveau Vietnam), une organisation d’intellectuels créée en mai 1945 autour de la revue Thanh Nghị avec l’objectif d’œuvrer pour un Vietnam indépendant en soutenant le gouvernement de Trần Trọng Kim. Le 22 août 1945, il a signé, avec trois autres personnalités intellectuelles, Nguyễn Xiển, Nguỵ Như Kon Tum et Hồ Hữu Tường, un télégramme à l’empereur Bảo Đại pour demander son abdication en faveur du gouvernement révolutionnaire.

10Une lettre écrite un an plus tard à sa femme permet de comprendre son état d’esprit en ce moment particulier où se croisent l’histoire d’un individu et l’histoire d’un peuple :

Nữ Hạnh est née [en 1937] dans une atmosphère confuse. Quand Bích Hà vient au monde [en 1940], nous apercevons déjà une petite lueur à l’est. Bích Hà signifie cette lumière rouge quand le soleil se lève à l’aube. C’est le moment où l’étoile est tombée à l’occident ! Hạnh est née à un moment de désordre mondial, il fallait se perfectionner en attendant le moment favorable. Elle est la sœur aînée qui, comme la racine principale, devra indiquer la voie aux plus jeunes. Après la naissance de Bích Hà, à l’extérieur la situation n’était toujours pas favorable et plusieurs personnes dans la famille étaient malades, on dirait que le Ciel ne nous soutient pas. C’est pour cela que lorsque Nữ Hiếu est née [en 1942], nous pensions qu’il faudrait se retourner vers la famille et honorer la piété filiale. Hiếu signifie « piété filiale », nous pensons à ceux qui nous précèdent, mais aussi à ceux qui viennent après nous. Quand les Japonais ont chassé les Français, nous avons vu que l’aube s’est complètement levée. Nous sommes entrés dans le cercle, le cœur plein d’espoir. Huy est né [le 3 août 1945] à un moment où les dangers menaçaient, mais la lumière commençait à illuminer le ciel du sud. Nous avons voulu que cette lumière soit remplie de bonheur et de paix pour la génération future, c’est pour cela que nous l’appelons Văn Huy (Lettre du 18 juillet 1946 de Fontainebleau).

Dès les premiers jours dans le gouvernement provisoire de Hồ Chí Minh, Nguyễn Văn Huyên a été nommé au poste de directeur de l’enseignement supérieur, sous l’autorité de son ami Vũ Đình Hòe, alors ministre de l’Éducation nationale. Une Commission d’organisation de l’enseignement supérieur (Hội-đồng Tổ-chức Đại-học), créée par le décret du 10 octobre 1945, a été chargée de l’élaboration d’un projet de réforme de l’enseignement basée sur les trois principes « démocratique, national et scientifique », qui sera promulguée par le décret gouvernemental du 10 août 1946. Une liste manuscrite conservée dans le dossier Nguyễn Văn Huyên aux archives de l’EFEO à Paris donne la composition de cette commission qui a réuni une quarantaine d’intellectuels de tous horizons disciplinaires et idéologiques dont on peut citer le docteur Hồ Đắc Di, le mathématicien et historien Hòang Xuân Hãn, la physicienne Hòang Thị Nga, le journaliste Hồ Hữu Tường, l’écrivain Phạm Duy Khiêm, le lettré Bùi Kỷ et le critique littéraire Đặng Thai Mai.

Commission d’organisation de l’enseignement supérieur de 1945 dans l’ordre d’apparition :

1) Hồ Đắc Di (Thừa Thiên, 1901- Hà Nội,), docteur en médecine (Paris, 1929). Issu d’une famille de grands mandarins, il est le seul Vietnamien professeur titulaire à l’École de médecine de Hanoi avant 1945.
2) Hồ Hữu Tường (Can Tho, 1910-Gia Dinh, 1980). Écrivain, journaliste et homme politique. Licence et DES de mathématiques en France. Activités de journalisme et d’enseignement jusqu’en août 1945.
3) Hoàng Thị Nga, docteur en physique (Sorbonne, 1935).
4) Phan Văn Hùm (Thủ Dầu Một, 1902-Est Cochinchine, 1946). Journaliste et homme politique. DEA de philosophie à la Sorbonne.
5) Hoàng Xuân Hãn (Hà Tĩnh, 1908-Orsay Source, 1996), polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées (1934), agrégé de mathématiques (1936). Ministre de l’Éducation et des Beaux-Arts du gouvernement de Trần Trọng Kim (avril-août 1945). Il est connu pour être l’auteur du Vocabulaire des termes scientifiques en vietnamien (1942) et pour ses recherches historiques et littéraires.
6) Phạm Văn Bạch, docteur en droit.
7) Nguỵ Như Kon Tum (Thừa Thiên, 1913- Hà Nội, 1992), licence et agrégation de physique. Professeur au Lycée du Protectorat.
8) Nguyễn Văn Hiến, études scientifiques.
9) Nguyễn Văn Huyên.
10) Hồ Tá Khanh (Phan Thiet, 1908-Paris, 1996), issu d’une famille de lettrés modernistes fondateurs de la Compagnie Liên Thành. Docteur en médecine (Marseille, 1938) ministre de l’Economie dans le gouvernement de Trân Trong Kim.
11) Nguyễn Mạnh Tường (Hà Nội, 1909- Hà Nội, 1997), docteur en droit et ès lettres (Montpellier, 1932). Professeur au lycée du Protectorat, puis avocat.
12) Nguyễn Ngọc Bích, polytechnicien, assistant à la faculté de Médecine de Paris.
13) Phạm Duy Khiêm (1907-1974) enseignant et écrivain francophone. Normalien (même promotion que G. Pompidou) et agrégé de grammaire (1934). Professeur au Lycée du Protectorat, puis au Lycée Albert Sarraut.
14) Lê Văn Đệ (1906-1969), peintre diplômé de l’École des Beaux-Arts de l’Indochine. Études en Europe (1930-38). Prix de Rome et travail au Vatican (1936).
15) Bùi Kỷ (1887-1960), lettré, licencié en 1909, vice-docteur en 1910, diplômé de l’École Coloniale. Enseignant (École supérieure de Pédagogie de Hanoi). Connu pour son érudition et son travail pour la langue et la littérature vietnamiennes.
16) Phạm Ngọc Thạch (1909-1968), docteur en médecine.
17) Đặng Thai Mai (Nghệ An, 1902-Hà Nội, 1984), personnalité du monde culturel issu d’une famille de lettrés modernistes. Diplômé de l’École Supérieure de Pédagogie de Hanoi (1928).
18) Đặng Minh Trứ, ingénieur.
19) Phan Anh (1912-1990) avocat et juriste issu d’une famille lettrée. Licencié en droit (1937), membre de la SFIO. Un des fondateurs de la revue Thanh Nghi. Ministre de la Jeunesse dans le gouvernement de Tran Trong Kim (avril-août 1945).
20) Kha Vạng Cân (Gia Dinh, 1908- Hochiminhville, 1982), ingénieur diplômé de l’École des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence (1933).
21) Nguyễn Đỗ Cung (1912- Hanoi, 1977), peintre diplômé de l’École des Beaux-Arts de l’Indochine, fils de Nguyễn Đỗ Mục lettré connu pour ses travaux linguistiques et littéraires.
22) Nguyễn Lương Kiết Philo (études de philosophie ?).
23) Tạ Quang Bửu (Nghê An, 1910- Hanoi, 1986), licence de mathématiques en France.
24) Trần Văn Thạch (Saigon, 1905- Saigon, 1946), journaliste et politique. Licence de philosophie en France.
25) Nguyễn Dương Đôn, ingénieur des Ponts et Chaussées.
26) Nguyễn Phi Hoanh, artiste (ou mathématiques ?)
27) Nguyễn Thúc Hào, professeur de mathématique.
28) Ngô Tân Nhơn, ingénieur agricole.
29) Phạm Đình Ái, études à Montpellier. Professeur au lycée Quoc Hoc à Hué.
30) Nguyễn Thành Giung, docteur en sciences naturelles (Marseille, 1923).
31) Trần Văn Giáp (Hải Dương, 1898-Hanoi, 1973) lettré, puis assistant à l’EFEO (1931)
32) Hồ Đắc Thăng, ingénieur.
33) Hồ Văn Ngà (1901-1946), reçu premier à l’École Centrale des Arts de Paris (expulsé pour cause d’activités politiques), journaliste à Saigon.
34) Nguyễn Ngọc Chiên E (études d’économie ?)
35) Nguyễn Hảo Ca, ingénieur.
36) Lưu Văn Lang (Sa Dec, 1880-Saigon, 1969), ingénieur des Ponts et Chaussées.
37) Vũ Văn Hiền (Hưng Yên, 1911-Saigon, 1963) docteur en droit (1939) et avocat.
38) Hồ Đắc Ân, avocat.
Phạm Khắc Quảng, médecin.
Phan Huy Quát, médecin.
Hoàng Tích Trí (Ha Dong, 1903-1958), médecin diplômé à Hanoi.
Tôn Thất Tùng (Hué, 1912-Hanoi, 1982), docteur en médecine et chirurgien reconnu.
Phạm Hữu Chương, médecin.
Nguyễn Dần
Nguyễn Kỳ

L’Université du Vietnam ouvre ses portes le 15 novembre 1945 en présence de Hồ Chí Minh, Président de la République, de représentants de la société et de personnalités du corps diplomatique occidental. En tant que directeur de l’enseignement supérieur, Nguyễn Văn Huyên prononce un important discours d’ouverture dans lequel il souligne l’importance du travail d’édification de la culture nationale pour le pays qui vient de conquérir son indépendance :

  • 8 Discours du 15 novembre 1945 de la rentrée universitaire 1945-1946 (texte manuscrit en vietnamien, (...)

Mais cette rentrée universitaire est pour nous, professeurs et étudiants, une occasion pour montrer, vis-à-vis de la communauté internationale, que le peuple vietnamien, à ce moment critique de l’avenir de la Patrie et parallèlement à la lutte armée sur le front, participe activement à l’évolution de la civilisation de l’humanité. Nous voulons que la nouvelle université soit une force principale du Viêtnam dans sa lutte pour l’indépendance. Nous voulons qu’elle soit un rempart pour la résistance dont le but est de libérer complètement le territoire national et l’esprit de notre peuple […] qui a construit une civilisation originale sur les rives du Pacifique (Discours du 15 novembre 1945, 1)8.

Il exprime la solidarité nécessaire entre les intellectuels et toutes les couches sociales, entre les intellectuels de tous horizons, formations et générations :

Dans les commissions de l’enseignement supérieur, nous avons suffisamment de talents participant à sa construction : les lettrés et diplômés de l’école franco-indigène, vieux et jeunes. Tous sont animés par un enthousiasme commun, ne se décourageant pas devant l’ampleur des tâches à accomplir ; tous sont prêts à apporter leur talent, leur expérience pour contribuer à la construction d’une nouvelle culture nationale, pour chercher des moyens appropriés à la formation de l’élite, dans un esprit qui n’est pas prisonnier des traditions, ni aveugle et sans réflexion devant le chemin nouvellement défriché (ibid., 2).

Il affirme avec force le rôle des intellectuels conscients de leur tâche qu’est la formation d’une nouvelle génération de l’élite, celle de nouveaux quân tử (gentilshommes) et de citoyens :

Nous nous sentons responsables de la formation d’un grand nombre des gens ayant les capacités morales et intellectuelles pour guider le peuple, ceux qu’on peut appeler, si vous me permettez de prendre un mot ancien d’une civilisation extrême-orientale, des quân tu, gentilshommes, qui savent à la fois apprendre pour pouvoir apprécier l’œuvre de la culture, mais également connaissent la réalité pour pouvoir appliquer le savoir dans la vie de tous les jours ; ces gens auront à garder, avec tous les compatriotes de toutes conditions, le drapeau national dans les épreuves et dans les réunions internationales sur la culture basées sur les valeurs communes de l’humanité – la paix, la justice, l’indépendance, la liberté, le bonheur, la tolérance (ibid., 3).

Ce discours permet de se rendre compte de l’ouverture délibérée et consciente du Vietnam. Tout en soulignant la nécessité de l’indépendance, Nguyễn Văn Huyên fait constamment appel à la communauté internationale : « dans le monde actuel, aucun pays ne peut vivre en isolat ». Ainsi l’apprentissage des langues étrangères est l’objet d’une « attention particulière » dans le programme dès la première année ; pour le moment ce sont les « langues vivantes importantes de la civilisation mondiale telles que le chinois, l’anglais et l’américain, le russe ». Un Conseil d’administration regroupant des professeurs expérimentés et des personnalités intéressées par l’enseignement supérieur, « est chargé d’étudier le moyen approprié pour développer l’enseignement supérieur, ainsi que de gérer un budget autonome sur le modèle des fondations autonomes d’universités européennes et américaines », alimenté par le budget de l’État et par le mécénat.

  • 9 Pour l’enseignement secondaire, le vietnamien a été introduit dès la fin de l’année scolaire 1944-1 (...)
  • 10 La faculté des sciences politiques était en fait l’École de droit et d’administration réformée. Pou (...)

11Il est important de souligner que les enseignements de cette nouvelle université seront tous dispensés en langue vietnamienne et ce dès la rentrée 1945-19469. Outre les anciennes disciplines enseignées à la faculté de médecine (médecine, pharmacie, dentaire), des sciences (mathématiques, chimie, physique, sciences de la nature) et des Beaux-Arts (arts graphiques et architecture), sont instaurées deux nouvelles facultés en particulier : celles des lettres et des sciences politiques10.

12La faculté des lettres est créée par le décret du 10 octobre 1945, les disciplines enseignées et le fonctionnement de la faculté sont précisés par la décision du 3 novembre 1945 par le ministre Vũ Đình Hòe, ancien rédacteur en chef de la revue Thanh Nghị. Le programme de chaque discipline est rendu public par un document daté du 16 novembre 1945 émanant du directeur de l’enseignement supérieur Nguyễn Văn Huyên (Archives de l’EFEO, dossier personnel de Nguyễn Văn Huyên). D’après ces documents, la faculté des Lettres comprend neuf départements :

  • philosophie orientale ;
  • philosophie occidentale ;
  • sociologie et anthropologie ;
  • littérature vietnamienne (en vietnamien et caractères chinois) ;
  • littérature chinoise depuis l’antiquité jusqu’aux Tang ; littérature chinoise depuis les Song jusqu’à l’époque actuelle ;
  • littérature occidentale ;
  • histoire de l’Orient et de l’Occident depuis l’antiquité jusqu’au xiiie siècle ;
  • histoire de l’Orient et de l’Occident depuis xiiie siècle jusqu’à l’époque actuelle ;
  • géographie.

La création de cette faculté, réclamée dès 1941 par Nguyễn Văn Huyên en tant que conseiller fédéral, représente donc l’institutionnalisation des sciences sociales dont les nouvelles disciplines. L’enseignement de la sociologie (xã hội học) comprend :

  1. Sociologie : objectif et méthode ;
  2. Histoire des religions ;
  3. Histoire du socialisme et le capitalisme moderne ;
  4. Problème du nationalisme et problème de la démocratie ;
  5. Problème de classification.
  • 11 Le terme actuel « nhân học » signifie « étude de l’homme ».

Quant à l’anthropologie dont le terme de l’époque, nhân chủng học, signifie « étude des races11 », les enseignements portent sur :

  1. Races dans le monde ;
  2. Langues dans le monde ;
  3. Religions en Orient ;
  4. Sociétés rurales au Vietnam.

La faculté des lettres est chargée à la fois de la formation du personnel enseignant pour le secondaire, mais également celle des futurs chercheurs dans les sciences sociales et humaines (philosophie, sociologie, littérature, histoire, géographie) considérées comme indispensables à toute société moderne. Également chargé de la direction de l’École d’Orient (Phương Đông Bác cổ học viện), héritière de l’École française d’Extrême-Orient, Nguyễn Văn Huyên présente, le 6 février 1946, un plan de travail à long terme pour développer les sciences sociales et humaines. Compte tenu du fait que jusqu’en 1945, 90 % des études ont été effectuées par les Français, il préconise un développement progressif qui doit faire une large place à la formation de jeunes chercheurs, notamment par l’envoi de chercheurs à l’étranger pour compléter leur formation obtenue à l’Université (Boudarel 1987). En octobre 1946, une exposition sur les poteries de fabrication vietnamienne conservées à l’EFEO est organisée, puis un projet sur la protection des monuments historiques élaboré. Un début d’activités de la recherche scientifique est ainsi amorcé, mais l’École d’Orient souffre du manque de personnel chercheur.

13L’année 1946, avec la perspective de la guerre, met Nguyễn Văn Huyên devant un dilemme difficile : continuer à travailler dans le gouvernement du Vietnam indépendant signifie l’abandon des recherches scientifiques. En tant que participant aux conférences de Dalat et de Fontainebleau (avril et juillet 1945) et témoin de l’échec des partisans de la paix, il est conduit à réaffirmer son engagement, comme d’autres « compagnons de route de Ho Chi Minh » (Trinh Van Thao 2004, 189-191). En novembre 1946, alors que la guerre était imminente, il accepte le poste de ministre de l’Éducation nationale. Cela est sans doute décidé depuis quelques mois déjà quand il n’a plus d’illusions quant à l’issue de la Conférence de Fontainebleau :

  • 12 Cet engagement n’est pas seulement celui d’un individu, mais également celui d’une famille et celui (...)

Cette fois-ci, que ce soit l’échec ou le succès, j’aurai payé ma dette d’homme, je n’aurai pas honte vis-à-vis de la Patrie, ni gaspillé mes années d’études vis-à-vis de la famille […]. Tous ensemble nous avons une grande responsabilité, il ne faut pas chercher à qui revient la faute, il faut garder notre sérénité et s’efforcer de participer à la construction du pays. A-t-on le mérite ou la faute, c’est l’histoire qui le dira dans quelques décennies. Depuis le dernier désordre mondial, notre pays se trouve dans une situation particulière, il est vraiment difficile de démêler les fils ; le plus facile ce serait d’en parler sans rien faire, n’est-ce pas ? Seulement, en se connaissant, c’est un crime de ne pas prendre une partie des charges sur ses épaules (Lettre à Vi Kim Ngoc du 18 juillet 1946)12.

Pendant une trentaine d’années et jusqu’à son décès en 1975, Nguyễn Văn Huyên s’occupe donc de la mise sur pied de tout le système d’enseignement au Vietnam. Il réserve une attention toute particulière aux ethnies minoritaires : les classes ont lieu même dans les recoins isolés des montagnes, la culture spécifique de chacune est reconnue, l’élaboration d’écritures sur la base de l’alphabet latin, pour les H’mong par exemple.

14En tant que ministre, Nguyễn Văn Huyên est de fait l’organisateur des sciences sociales et humaines du Vietnam indépendant. Georges Condominas, en faisant ce commentaire lors d’une communication faite en 1973 à Oxford, à propos des recherches par les chercheurs du Vietnam du Nord, donne indirectement une évaluation du chemin parcouru par le chercheur devenu gestionnaire au service de la recherche :

Alors que les sciences fondamentales sont estimées coûteuses et surtout peu rentables dans les pays riches, elles sont l’objet d’une sollicitude toute particulière dans ce pays pauvre, et qui doit faire front à la guerre technologique la plus impressionnante qu’aucun pays ait jamais subie. Malgré les bombardements, les Vietnamiens font des découvertes de poids, tant en archéologie que dans le domaine qui nous intéresse où ils révèlent l’existence de langues et groupes tels que les Laha, les Mang, etc. (Condominas 1980, 132-133).

15En associant son histoire personnelle à celle de son peuple, Nguyễn Văn Huyên apporte sa pierre, comme tant d’autres intellectuels vietnamiens, à la construction du Vietnam actuel.

Note

1 ANOM, fond SLOTFOM, dossier 97. Le Cercle d’études sociales des Indochinois à Paris (JO du 13 décembre 1934) a pour but les « informations littéraires et œuvres d’entraide », ainsi que de discuter et résoudre les problèmes sociaux. Il déclare ne pas faire de la politique et ses activités semblent être la restauration et la location de chambres. Il accueillait cependant des conférenciers tels que Nguyễn Thế Truyền le 1er avril 1935 (note du 2 avril 1935). Cette association n’a pas existé longtemps : en septembre 1935, les trotskystes, soit un tiers de l’association, se retirent ; et en novembre de la même année, un des membres déclare vouloir organiser une autre association.

2 Nguyễn Mạnh Tường, souvenirs retranscrits (archives de la famille Nguyễn Văn Huyên), 10-11. Selon ce double docteur, la proposition lui a été faite par le directeur des Affaires Politiques de l’Indochine : il s’agit de choisir entre le portefeuille du ministère de l’Éducation et de celui de la Justice.

3 À la même époque, Nguyễn Mạnh Tường a également abandonné l’enseignement pour ouvrir un cabinet d’avocat à Hanoi.

4 Ayant fait entièrement ses études en français, il parlait cependant avec conscience la langue vietnamienne en public et en privé. En 1944, le journaliste Pham Mạnh Phan a été étonné par le fait que Nguyễn Văn Huyên donnait l’interview entièrement en vietnamien, sans recourir à un mot de français. Il faut dire que l’utilisation du français était d’ailleurs courante dans le milieu intellectuel vietnamien. Hồ Đắc Di, son beau-frère et premier chirurgien vietnamien autorisé à opérer, parlait très souvent français dans le cadre familial. Vũ Đình Hòe, rédacteur en chef de la revue Thanh Nghị et diplômé de l’université de Hanoi, se rappelle également qu’il parlait la plupart du temps en français au travail et avec des amis (même chez lui) bien qu’il ne soit jamais venu en France.

5 ANOM, Fonds du gouvernement général, dossier 65295, procès-verbal de la 6e séance plénière (session décembre 1941). D’ailleurs, la presse vietnamienne contemporaine s’inquiétait sérieusement du fait que les jeunes ne maîtrisaient plus la langue maternelle : les élèves étaient capables de lire les œuvres classiques françaises et anglaises, mais pas la littérature en langue vietnamienne.

6 Vũ Đình Hòe, qui a lu le manuscrit, rapporte qu’il avait réservé une place particulière aux écoles villageoises et au rôle des maîtres d’école : « Bien sûr, [dans l’enseignement traditionnel] il y avait des choses à supprimer, mais l’esprit des préceptes tu thân, tê gia, tri nuoc et dân vi quy, xa tac thu chi quân vi khinh (auto-perfectionnement, soins du ménage, gouvernement du pays ; le peuple est le plus précieux, la royauté n’est qu’en deuxième place) font partie du patrimoine ancestral qu’on doit préserver ». (Vũ Đình Hòe 1998, 6).

7 Il a même proposé des mesures concrètes relatives aux problèmes de personnel et de budget. Autoriser les anciens lettrés à enseigner rendrait possible cet enseignement dès le niveau du primaire. Bien plus, on « pourrait autoriser les anciens lettrés à créer des écoles annexes qui ne coûteraient rien à l’administration ». D’autre part, il a insisté sur l’importance de la création d’un service pour la conservation et la réutilisation des planches sinologiques gravées pour l’enseignement des caractères.

8 Discours du 15 novembre 1945 de la rentrée universitaire 1945-1946 (texte manuscrit en vietnamien, Archives de l’EFEO, dossier Nguyễn Văn Huyên). Ce texte a été publié dans la presse vietnamienne (le quotidien Nhân dân, Le Peuple, dans le numéro du 31 décembre 2001, et la revue Kiến thức ngày nay, Connaissances actuelles, dans le numéro du 1er septembre 2002, p. 7-9 et 20).

9 Pour l’enseignement secondaire, le vietnamien a été introduit dès la fin de l’année scolaire 1944-1945 par le gouvernement de Trần Trọng Kim dans lequel Hoàng Xuân Hãn était ministre de l’Éducation.

10 La faculté des sciences politiques était en fait l’École de droit et d’administration réformée. Pour l’année 1945-1946, la faculté des sciences politiques comprend deux classes : l’une est spécialement réservée aux étudiants ayant fait déjà deux ans d’études de droit dans l’université d’Indochine, l’autre s’adresse à tous les diplômés du baccalauréat. Cette deuxième classe aura une formation générale, puis spécialisée en deux ans au total.

11 Le terme actuel « nhân học » signifie « étude de l’homme ».

12 Cet engagement n’est pas seulement celui d’un individu, mais également celui d’une famille et celui d’une génération. Quatre familles réunies par les liens familiaux se sont engagées ensemble dans la résistance : celles de Nguyễn Văn Huyên et Vi Kim Ngọc, de Vi Kim Yến (sœur aînée de cette dernière) et Phan Hữu Cương, de Vi Kim Phú (sa sœur cadette) et Hồ Đắc Di, de Vi Nguyệt Hồ (sa nièce) et Tôn Thất Tùng. Hồ Đắc Di (thèse soutenue à Paris en 1929) et Tôn Thất Tùng (thèse soutenue à Hanoi en 1939) étaient les bâtisseurs de la médecine du Vietnam indépendant.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search