Version classiqueVersion mobile

À l’origine de l’anthropologie au Vietnam

 | 
Phuong Ngoc Nguyen

Nguyễn Văn Huyên (1905-1975), un chercheur en situation coloniale

Le choix de la recherche

Texte intégral

1Les sources pour retracer la trajectoire de Nguyễn Văn Huyên ne sont pas abondantes pour la période d’avant 1945 : ce sont les documents d’archives concernant ses études à Paris et sa carrière à l’EFEO, les procès-verbaux du Conseil fédéral indochinois où il a siégé en décembre 1941 et en juillet 1942, les lettres envoyées à son épouse depuis la France lors de sa participation à la conférence de Fontainebleau à l’été 1946. Nous avons également les témoignages de son frère Nguyễn Văn Hưởng et de ses amis Nguyễn Mạnh Tường et Vũ Đình Hòe. Dans le livre intitulé En suivant le chemin du père paru en 2003 à Hanoi, sa fille aînée Nguyễn Kim Nữ Hạnh a publié des informations tirées des registres familiaux, des souvenirs de membres de familles et d’amis.

2Nguyễn Văn Huyên est né le 16 novembre 1905 à Hanoi. Sa famille, originaire du village Lai Xá de la province Hà Tây, s’est installée à la ville depuis deux générations. Le père, Nguyễn Văn Vượng (1875-1915), petit employé au Trésor public (thư ký kho bạc), est décédé à l’âge de quarante ans en laissant à sa deuxième épouse sept enfants dont le dernier n’avait que dix-huit jours, ainsi que deux fils d’un premier mariage.

3La famille Nguyễn n’était pas de tradition lettrée, bien que le registre familial mentionne un lointain ancêtre reçu licencié et un autre nommé mandarin. Nguyễn Văn Khoa (1838-1904), grand-père de Nguyễn Văn Huyên, était orphelin et élevé par sa grand-mère. N’ayant jamais fait d’études, il exerçait cependant brillamment le métier de médecin et avait même été récompensé par l’empereur Tự Đức. Persuadé de la pérennité des études classiques, le grand-père a réservé dans son testament quatre ares de terres inaliénables pour financer les frais d’études des enfants doués de la famille. Dans le registre familial sont encore consignés ses préceptes valorisant les métiers de maître d’école et de médecin : « Enseigner pour aider les gens » et « Sauver les vies humaines pour laisser la vertu aux enfants ».

4Du côté maternel, Nguyễn Văn Huyên avait un oncle mandarin chef de district huyện qui avait démissionné suite aux désaccords avec le supérieur français. Sa mère Phạm Thị Tý (1876-1949) n’est jamais allée à l’école, mais connaissait certains caractères, sans doute parce qu’elle devait surveiller les études de ses frères. Il semble qu’elle ait été marquée par les idées des lettrés partisans de la modernisation, car l’école Đông Kinh Nghĩa thục a ouvert ses portes en 1907 dans la rue de la Soie, à proximité de son domicile. Avec son modeste commerce de fripes, elle a élevé seule les enfants.

  • 1 Jusqu’en 1995, l’année 1908 était retenue comme sa date de naissance officielle. Le premier colloqu (...)

5Nguyễn Văn Huyên n’était pas le fils aîné, ayant deux demi-frères aînés. Mais étant le premier fils de sa mère, il était investi d’un rôle particulier par rapport à ses sœurs (deux aînées et une plus jeune) et ses trois frères. Vers sept ou huit ans, il a été envoyé chez un lettré, l’apprentissage des caractères chinois étant indispensable pour suivre le chemin du grand-père médecin. Cependant, ces études ont été de courte durée, les examens mandarinaux ayant été supprimés au Tonkin en 1915. Il a été décidé que le garçon devait faire ses études à l’école franco-indigène. On l’a donc rajeuni de trois ans sur les papiers1 et il a commencé sa scolarité dans la même classe que Nguyễn Văn Hưởng, son frère cadet de quatre ans.

Un parcours exemplaire

6Selon les souvenirs de ses frères et sœurs, Nguyễn Văn Huyên était un brillant élève. À la fin de chaque année scolaire, il apportait des livres et des cahiers reçus en récompense pour remettre à sa mère en signe de reconnaissance. Ses résultats, mais aussi (peut-être surtout) la recommandation d’un certain « vénérable Phán Trần », secrétaire dans l’administration coloniale comme son titre l’indique, lui ont ouvert la porte du prestigieux lycée français Albert Sarraut (Nguyễn Kim Nữ Hạnh 2003, 30). Il y a passé avec succès la première partie du baccalauréat métropolitain en 1926.

  • 2 Par exemple, Nguyễn Minh Hiển, ministre de l’Éducation et de la Formation, dans son discours au col (...)

7La famille, bien que modeste, était favorable aux études longues. La vieille tradition confucéenne trouve dans la société coloniale un prolongement au sein de l’école républicaine. Dans le cas de Nguyễn Văn Huyên et de son frère cadet Hưởng, la poursuite de leurs études en France est rendue possible grâce à un ensemble de facteurs. D’une part, avant la crise de 1930 le cours de la piastre indochinoise était particulièrement avantageux par rapport au franc. D’autre part, leur sœur aînée Nguyễn Thị Mão (1903-1992), alors encore célibataire et institutrice à l’école de jeunes filles Đồng Khánh, pouvait leur envoyer une grande partie de son salaire. Ce n’était donc pas une bourse du gouvernement colonial comme certains le croyaient2, mais les efforts de toute la famille qui ont permis à Nguyễn Văn Huyên de pousser la porte de l’université française.

  • 3 Il fallait démontrer sa loyauté envers la France, notamment en fournissant le preuve de ne pas avoi (...)

8Après une longue procédure qui nécessitait notamment l’avis favorable de la police3, les frères Huyên et Hưởng sont arrivés le 2 décembre 1926 à Marseille à bord d’un cargo. Leur correspondant, un certain monsieur Darius qui était vraisemblablement une ancienne connaissance de la famille, les a amenés à Montpellier où ils ont loué une chambre chez l’habitant. Les deux frères sont restés trois ans dans cette ville qui était alors un foyer d’étudiants vietnamiens. C’est ici que Nguyễn Văn Huyêns’est lié d’amitié avec quelques-uns des brillants jeunes intellectuels : Nguyễn Mạnh Tường qui deviendra célèbre en soutenant dans la même année 1932 ses thèses en droit et en lettres, mais aussi Nguyễn Tường Tam qui sera connu sous le nom de Nhất Linh, chef de file du mouvement littéraire Tự Lực văn đoàn.

9Nguyễn Văn Huyên a passé les deux parties du baccalauréat en 1927 et 1928, puis la licence de lettres en 1929. L’année suivante, accompagné de son frère, il est monté à Paris et s’est inscrit à la Sorbonne. Parallèlement aux études de droit dont il a obtenu la licence en juillet 1931, il suivait les cours à la Faculté de lettres, à l’Institut d’ethnologie et au Collège de France. Grâce à son emploi de répétiteur à l’École des Langues Orientales (Langues’O), il pouvait rester en France pour continuer ses études doctorales, alors que son frère a dû rentrer au Vietnam à la fois en raison de la crise économique, du mariage de leur sœur Nguyễn Thị Mão et d’autres changements survenus dans la famille.

10De 1931 à 1935, Nguyễn Văn Huyên travaillait comme répétiteur, puis comme chargé d’enseignement du vietnamien à Langues’O, soit cinq heures de cours et huit heures de répétitions par semaine. Selon sa notice dans l’ouvrage paru à l’occasion du bicentenaire de Langues’O, il était le premier Vietnamien chargé d’un enseignement magistral (Labrousse 1995). On peut même supposer qu’il était en fait responsable, pendant environ trois ans, de l’enseignement du vietnamien à Langues’O. En effet, Jean Przyluski, nommé professeur au Collège de France, a quitté définitivement Langues’O en 1932, alors qu’Émile Gaspardonne n’y arrivera qu’en mars 1936.

11Sous la triple direction de l’orientaliste Jean Przyluski, du philosophe Lucien Lévy-Bruhl et de Paul Boyer, directeur de l’École des Langues Orientales, Nguyễn Văn Huyên préparait une thèse principale sur Les Chansons alternées des garçons et des filles en Annam et une thèse complémentaire intitulée Introduction à l’étude de l’habitation sur pilotis en Asie du Sud-Est. Le samedi 17 février 1934, il a soutenu avec succès ses deux thèses devant un jury prestigieux. Le linguiste Joseph Vendryes, président du jury, parlait d’un « événement considérable pour l’histoire de la Sorbonne », rapporte le journal Aube du 21 février 1934. En effet, il s’agit du premier Indochinois qui a obtenu le titre du docteur ès lettres de la Sorbonne. La presse française y voyait même le signe d’une « nouvelle étape dans le développement pacifique de la culture française en Indochine » (Raymond Petit 1934). Pour le milieu intellectuel vietnamien, cet événement s’inscrivait dans la réussite collective de la jeune génération francophone qui voyait revenir en Indochine plusieurs docteurs et diplômés de grandes écoles françaises.

12À son retour en Indochine durant l’été 1935, après avoir achevé le contrat d’enseignement à Langues’O, Nguyễn Văn Huyên est nommé au poste de professeur licencié stagiaire. Chargé de l’enseignement de l’histoire et de la géographie au Lycée du protectorat à Hanoi, il est titularisé professeur de 3e classe en décembre 1937. Tout en assurant sa charge d’enseignement, il s’est rapproché de l’École française d’Extrême-Orient et a proposé une première conférence au musée Louis Finot en 1937. Présent dès la réunion préparatoire le 4 novembre 1937, il figure comme membre fondateur de l’Institut indochinois pour l’étude de l’homme qui deviendra un lieu important de la recherche scientifique. Georges Cœdès, directeur de l’EFEO, a finalement obtenu son détachement au service de l’institution par arrêté du 29 août 1938, au détriment de l’université indochinoise (Mus 1977, 18). Un an plus tard, toujours en situation de détachement, Nguyễn Văn Huyên a été nommé membre scientifique temporaire de l’EFEO, deux jours seulement après la publication de l’arrêté du 29 juillet 1939. Les arrêtés du 21 mars et du 2 octobre 1940 l’ont maintenu dans la position hors cadre pour servir à l’EFEO en tant que membre temporaire. Le 6 juin 1941, il est promu membre permanent de 3e classe avec effet rétroactif à partir du 15 septembre 1940. L’arrêté du 9 juillet 1941 l’a définitivement rayé du contrôle du personnel de l’enseignement. Le 19 décembre 1942, il est nommé membre permanent de 2e classe à partir du 1er janvier 1943, puis promu membre permanent du 1re classe par arrêté du 18 février 1945.

  • 4 ANOM, Indochine, Fonds gouvernement général, dossiers 65295 et 65296.
  • 5 ANOM, Indochine, Fonds gouvernement général, dossiers 65295, procès-verbal de la 2e séance plénière (...)

13Nguyễn Văn Huyên est nommé conseiller du Conseil fédéral indochinois par arrêté du 4 août 1941 pour siéger aux sessions de décembre 1941 et de juillet 19424. Il y intervenait sur des questions diverses liées à l’enseignement et aux conditions de travail des Vietnamiens, par exemple la nécessité de renouveler le mandarinat au Tonkin par de jeunes diplômés en droit, ou encore la question délicate de l’égalité au travail en matière de salaire, le solde d’un Indochinois ne s’élevant qu’à 10/17 de celui d’un Français5. C’est également pendant cette période qu’il travaille avec Trần Văn Giáp à l’élaboration et la mise en place de l’enseignement des humanités extrême-orientales, à l’instar des humanités grecques et latines. Suite à l’arrêté du 5 mai 1942, signé par le gouverneur général Jean Decoux, les lycées de Hanoi, de Hué et de Saigon, à partir de la rentrée de septembre 1942, intègrent des cours de la civilisation, de l’histoire et de la littérature chinoises et vietnamiennes.

14On voyait Nguyễn Văn Huyên présent dans le Comité littéraire de l’AFIMA, l’association des notables vietnamiens, mais également dans le conseil d’administration de l’Association pour la diffusion du quốc ngữ qui militait pour l’alphabétisation de la population, ainsi que dans les revues culturelles Est et Thanh Nghị.

  • 6 Vi Kim Ngọc rejoindra la résistance antifrançaise en accompagnant son mari dans le maquis. Elle ser (...)
  • 7 Nguyễn Kim Nữ Hạnh née le 20 mars 1937, Nguyễn Bích Hà née le 19 juillet 1940, Nguyễn Kim Nữ Hiếu n (...)

15Membre de l’EFEO signifiait alors membre d’une notabilité indochinoise dont un ouvrage du type Who is Who a été édité par le gouvernement général en 1943. Nguyễn Văn Huyên l’était à double titre en raison de son alliance avec le haut mandarinat suite à son mariage le 12 avril 1936 avec Vi Kim Ngọc (1916-1987), fille de Vi Văn Định, héritier d’une famille de grands chefs traditionnels de la province de Lạng Sơn et alors tổng đốc de la province de Thái Bình. Cette femme était imprégnée de la culture française, influencée notamment par son frère aîné Vi Văn Lê, un « retour de France » qui luttait pour l’émancipation des femmes et le respect des femmes6. Le couple aura trois filles et un fils nés entre 1937 et août 19457.

16Le parcours scolaire et la carrière de Nguyễn Văn Huyên sont une illustration des possibilités offertes dans une société coloniale. Mais comment s’est imposé son choix de la recherche ?

Le tournant des sciences sociales et humaines

17Pour comprendre ce choix des sciences encore toutes jeunes, il faut revenir quelques années en arrière. À la fin de 1929, Nguyễn Văn Huyên a élaboré un projet de thèse portant sur le début de la présence française au Vietnam. Il a envoyé une demande d’autorisation pour consulter les archives des ministères des Colonies et de la Marine concernant les relations franco-indochinoises de 1800 à 1880. Selon une note du chef du bureau des archives et de la bibliothèque du ministère des Colonies datée du 12 novembre 1929 et destinée au Service de contrôle et d’assistance des travailleurs indigènes :

Par lettre du 22 octobre, M. NGUYEN VAN HUYEN, licencié ès-lettres, 19 place du Panthéon, a sollicité l’autorisation de consulter les documents des Archives du Ministères des Colonies concernant les relations franco-indochinoise de 1800 à 1880, en vue de la préparation d’une thèse de doctorat.
J’ai l’honneur de prier M. le Chef du Service de Contrôle et d’Assistance des Travailleurs Indigènes de bien vouloir me fournir des renseignements sur M. NGUYEN VAN HUYEN et de me donner son avis sur l’opportunité ou les inconvénients possibles de la communication des documents susvisés à cet Annamite.
Je signale que le règlement relatif aux conditions de consultation des Archives Coloniales, en date du 27 janvier 1913, publié au B.O.C., page 1783, dit que, en principe, les documents antérieurs à 1848 peuvent seuls être communiqués, sauf les documents réservés, et que les documents postérieurs à 1848 ne pourront l’être qu’à titre exceptionnel, sous les conditions déterminées par le Ministre pour chaque cas, suivant les documents en cause, et après avis favorable de la Commission supérieure des Archives et de la Bibliothèque.
Il importe donc qu’avant la réunion de cette Commission, je sois renseigné autant que possible sur la personnalité de M. NGUYEN VAN HUYEN et sur les raisons qu’il pourrait y avoir éventuellement de proposer au Ministre une exception en sa faveur ou, au contraire, d’appliquer simplement le règlement (ANOM, Indochine nouveau fond, Fonds gouvernement général, dossier 136).

Le dossier conservé aux Archives nationales d’outre-mer ne contient plus les deux pièces jointes à cette note. On sait seulement que sa demande est refusée par les deux ministères, officiellement par le fait que seuls les documents antérieurs à 1848 peuvent être consultés. Cependant, la cause véritable est ailleurs. Le chef du 3e Bureau de la Direction des affaires politiques du ministère des Colonies, dans sa note du 23 novembre 1929 pour son collègue archiviste, précise :

[qu’il] partage entièrement l’avis du Département de la Marine sur les inconvénients que pourrait avoir pour la colonisation française la communication d’une documentation considérable dont certaines pièces pourraient être interprétées d’une façon tendancieuse.
J’estime donc, que, s’en tenant strictement à la réglementation en vigueur, il y a lieu de refuser à M. NGUYEN VAN HUYEN l’autorisation sollicitée (idem).

  • 8 Grâce à Marcel Mauss, il a obtenu une bourse pour aller travailler dans des musées étrangers dans l (...)

Ce refus catégorique explique sans doute la décision de Nguyễn Văn Huyên de s’orienter vers les nouvelles disciplines universitaires. Il a suivi les enseignements de Vendryes en philosophie du langage, les cours de Fauconnet et Marcel Mauss en sociologie, ceux de Demangeon en géographie, ceux de Jean Przyluski sur les langues et les civilisations indochinoises, mais aussi les cours du linguiste Antoine Meillet et des sinologues Henri Maspéro et Marcel Granet. L’influence de Marcel Mauss est perceptible comme on le verra, notamment dans l’idée du « fait social total » et du « don »8. Parmi ces professeurs, l’orientaliste Jean Przyluski et le philosophe Lucien Lévy-Bruhl l’ont sans doute le plus marqué.

  • 9 Cette correspondance ne se trouve pas dans les archives familiales de Nguyễn Văn Huyên. Au moment d (...)
  • 10 C’est-à-dire libérée des présupposés évolutionnistes. Selon Jean Duvigneau, il faut reconnaître dan (...)

18Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939) a été sûrement le maître à penser de Nguyễn Văn Huyên. Grâce à l’article nécrologique que ce dernier publie en 1939, on sait qu’à son retour en Indochine en 1935, il garde un contact suivi avec le philosophe9. Notre propos ici n’est pas de considérer l’œuvre de Lévy-Bruhl, mais la compréhension de ses idées par un jeune intellectuel issu d’un peuple colonisé. Nguyễn Văn Huyên semble trouver une chose essentielle dans l’enseignement de Lévy-Bruhl. En posant comme fondamentalement différente la mentalité des non-Occidentaux, le philosophe français reconnaît l’existence d’une pensée autre qu’occidentale. C’est la raison pour laquelle La morale et la science des mœurs est considéré comme un ouvrage particulièrement important inaugurant « une science des faits sociaux qu’on doit distinguer de la morale théorique » (Nguyễn Văn Huyên 1939, 347, souligné dans le texte original). Cette reconnaissance de la pluralité de sociétés représente une « conquête fondamentale », car « pour les philosophes, jusqu’à Lévy Bruhl, il était entendu que la mentalité humaine n’a qu’une seule forme, que le sauvage raisonne, en moins bien, comme le civilisé » (idem). Il est acquis que les mœurs varient avec les pays et les époques, ce qui remet en cause l’idée dominante d’une évolution linéaire et unique de l’humanité dont l’Europe se trouve au stade d’évolution supposée être le plus élevé. « Grâce à Lucien Lévy Bruhl, on conçoit devant ces sociétés venues tard à la civilisation occidentale, la pratique d’une morale qui ne soit pas uniquement le reflet de la morale méditerranéenne » (ibid., 351). C’est sans doute en se référant à cette idée de l’égalité des peuples que Nguyễn Văn Huyên affirme que les recherches de Lévy-Bruhl sur la mentalité primitive constituent « une sociologie distincte de l’École de Durkheim » (ibid., 347)10.

19Pour Nguyễn Văn Huyên, Lucien Lévy-Bruhl est aussi et surtout un grand humaniste animé par un idéal de justice sociale :

Mais ce grand penseur a un autre titre de gloire qui nous le rend immortel. Non seulement il a donné à la philosophie contemporaine une pensée pleine d’originalité et d’audace, mais il a su pendant toute sa vie mettre au service des hommes, sans aucune distinction de race, sa bonté naturelle, son dévouement enthousiaste et inlassable. Tout en poursuivant cette œuvre de création intellectuelle, il a donné au monde, jusqu’aux derniers jours de sa vie, les preuves de son désintéressement et de son attachement à toutes les causes généreuses. J’ai peu connu d’âmes plus simples et plus naturelles. Je le vois toujours avec un air rêveur et absorbé, les yeux pétillants d’intelligence et de sensibilité. Il s’intéressait à tout et à tous. Il a également vécu pour un idéal social. Il croyait que la condition des hommes devait être dès aujourd’hui améliorée, et, avec le temps, transformée. Il n’a jamais fait de « politique » et pourtant son action sociale a été des plus salutaires (ibid., 352).

20Ce n’est pas un hasard s’il souligne ainsi un aspect souvent méconnu de l’Institut d’ethnologie créé en décembre 1925. En effet, il n’est pas seulement chargé de former des ethnologues professionnels, mais aussi de donner des instructions à tous ceux qui vivent aux colonies. Un des objectifs de ce célèbre Institut est précisément de « mettre les résultats de cette science au service de notre politique indigène toutes les fois qu’on le lui demandera » (Lévy-Bruhl 1926, 206). La création et l’enseignement de l’Institut d’ethnologie contribuent donc, dans l’esprit de ses fondateurs, à faire progresser l’idée qu’il faut connaître et accepter l’Autre, ce qui n’est pas une évidence dans un empire colonial.

21Quant à Jean Przyluski (1883-1944), il s’agit d’une personnalité complexe dont le parcours est étroitement lié à la colonisation. Diplômé de l’École coloniale et administrateur des Services civils de l’Indochine, réputé pour son érudition et sa connaissance du terrain, il est envoyé en 1912 dans le sud de la Chine avec la mission d’organiser un réseau du service de renseignements. En 1916, il est placé à la disposition du ministère de la Guerre au contrôle des Indochinois, venus en nombre pour défendre la France. À partir de mars 1920, il organise la surveillance de Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, et du mouvement communiste anti-colonial (Morlat 1995). Le savoir et le pouvoir cohabitent jusqu’au début des années 1920. En 1923, il obtient sa titularisation en tant que professeur de la chaire de « Langue annamite et de grammaire comparée des langues de l’Indochine » à l’École des Langues Orientales. En 1931 il est entré au Collège de France pour occuper la chaire d’histoire et de philologie indochinoise. Auteur de plusieurs travaux publiés dans le BEFEO sur la langue et la vie religieuse des « Annamites », Jean Przyluski est considéré à juste titre comme l’un des pionniers des études vietnamiennes (Lévy 1948).

  • 11 Chez l’éditeur Paul Guethner, Jean Przyluski a créé et dirigé une collection au titre suggestif d’A (...)

22Aux Langues’O, Jean Przyluski travaillait avec Nguyễn Văn Huyên comme répétiteur pendant l’année 1931-1932. Il semble qu’il « montrait une prédilection marquée pour ses élèves indochinois » en signe de reconnaissance pour l’Indochine, « le pays qui avait favorisé sa réussite » (Lévy 1948, 53). Il joue un rôle essentiel dans le travail de son doctorant sur les chants alternés dont le point de départ est une recherche pour comprendre l’origine de la poésie et de l’inspiration poétique (Przyluski 1934, 802). Mais son influence sur Nguyễn Văn Huyên se signale surtout, à travers les deux thèses, dans l’hypothèse d’une ancienne civilisation pré-chinoise et pré-indienne dans la région de l’Asie du Sud-Est, voire de l’Asie-Pacifique11. Jean Przyluski n’est sans doute pas le seul, mais probablement celui qui a fait le plus pour donner à Nguyễn Văn Huyên une ouverture sur la région et les bases d’un dialogue fécond avec l’orientalisme occidental.

23Après neuf ans d’études dans les universités françaises, le retour en Indochine permet à Nguyễn Văn Huyên de confronter ses idées à la réalité de la recherche scientifique.

Mariage de Nguyễn Văn Huyên et Vi Kim Ngọc le 12 avril 1936

© collection privée

Nguyễn Văn Huyên et Vi Kim Ngọc, photo de mariage

© collection privée

Vi Kim Ngoc et leurs trois filles en avril 1944

© collection privée

Notes

1 Jusqu’en 1995, l’année 1908 était retenue comme sa date de naissance officielle. Le premier colloque a été organisé en 1993 à l’occasion du 85e anniversaire, suivi d’un autre en 1995 à l’occasion du 90e anniversaire de la vraie date de sa naissance.

2 Par exemple, Nguyễn Minh Hiển, ministre de l’Éducation et de la Formation, dans son discours au colloque de 1998 (archives familiales), et Hữu Ngọc, une figure de l’intelligentsia vietnamienne et son ancien élève au lycée du Protectorat dans un article daté de 1999.

3 Il fallait démontrer sa loyauté envers la France, notamment en fournissant le preuve de ne pas avoir été au procès du lettré patriote Phan Bội Châu qui a eu lieu en 1925. Les deux frères, présents à ce procès comme beaucoup d’autres jeunes lycéens, ont dû recourir à un témoin consentant.

4 ANOM, Indochine, Fonds gouvernement général, dossiers 65295 et 65296.

5 ANOM, Indochine, Fonds gouvernement général, dossiers 65295, procès-verbal de la 2e séance plénière du décembre 1941, p. 3.

6 Vi Kim Ngọc rejoindra la résistance antifrançaise en accompagnant son mari dans le maquis. Elle sera, en 1946-1954, infirmière au Département de parasitologie de l’École de Médecine et collaboratrice du docteur Đặng Văn Ngữ (1910-1967), père du réalisateur reconnu Đặng Nhật Minh.

7 Nguyễn Kim Nữ Hạnh née le 20 mars 1937, Nguyễn Bích Hà née le 19 juillet 1940, Nguyễn Kim Nữ Hiếu née le 6 décembre 1942 et Nguyễn Văn Huy né le 3 août 1945.

8 Grâce à Marcel Mauss, il a obtenu une bourse pour aller travailler dans des musées étrangers dans le cadre de sa thèse sur les habitations sur pilotis (Nguyễn Văn Huyên 1934, xxi).

9 Cette correspondance ne se trouve pas dans les archives familiales de Nguyễn Văn Huyên. Au moment de la rédaction de notre thèse, les archives de Lucien Lévy-Bruhl au Collège de France étaient en cours de transfert à l’IMEC et pas consultables. Le voyage en Indochine en 1919-1920, au retour de Harvard où il était professeur, pourrait expliquer la sensibilité de Lucien Lévy-Bruhl vis-à-vis de l’Indochine (Duvigneau 1973, 104). La qualité de ses relations avec ses élèves est d’ailleurs bien connue (Mauss 1939, 408-411).

10 C’est-à-dire libérée des présupposés évolutionnistes. Selon Jean Duvigneau, il faut reconnaître dans l’œuvre de Lévy-Bruhl l’idée d’« une mentalité primitive, égale mais différente de notre esprit qui prétend faussement à l’universalité » (Duvigneau 1973, 109). Il souligne l’importance de cette reconnaissance de la différence dont « le thème de la variabilité et du relativisme des idéaux et des croyances, thème d’autant plus important qu’il s’oppose à la fois à l’absolutisme des religions et des philosophies, mais aussi au dogmatisme laïque de la fin du siècle, celui qui justifiait la pénétration coloniale par la nécessité d’apporter l’école, la science, l’hygiène et par conséquent, la civilisation à des sociétés restées « barbares » (ibid., 101). Jean Duvigneau a notamment reconnu que l’apport « le plus important de tout, et le moins aperçu, a été sans doute l’anti-évolutionnisme » et souligne que « Lévy-Bruhl oppose à cette confortable vision [de l’évolutionnisme] la diversité des types et des formes, une idée très vive de la discontinuité dans la durée » (ibid., 102).

11 Chez l’éditeur Paul Guethner, Jean Przyluski a créé et dirigé une collection au titre suggestif d’Austro-Asiatica. Après les études de Matsumoto sur la mythologie japonaise et sur le lien entre les langues japonaise et austro-asiatique en 1928, les thèses de Nguyễn Văn Huyên constituent les 3e et 4e volumes de cette collection.

Table des illustrations

Légende Mariage de Nguyễn Văn Huyên et Vi Kim Ngọc le 12 avril 1936
Crédits © collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/22149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Nguyễn Văn Huyên et Vi Kim Ngọc, photo de mariage
Crédits © collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/22149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Vi Kim Ngoc et leurs trois filles en avril 1944
Crédits © collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/22149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search