Version classiqueVersion mobile

Image et voyage

 | 
Sylvie Requemora-Gros
, 
Loic P. Guyon

Aux origines arabes de l’image viatique

L’univers enchanté du voyageur dans les cosmographies illustrées de l’Orient médiéval

Anna Caiozzo

Texte intégral

1Dans le monde oriental médiéval, la cosmographie est une représentation du monde qui relève du registre pseudo-scientifique des encyclopédies dont la vocation est d’instruire le lecteur cultivé sur les merveilles des mondes célestes et terrestres, et de le faire ainsi voyager par des bribes de récits rapportés par les voyageurs, navigateurs et autres conteurs. Les exemplaires illustrés offrent la dimension du rêve, et la vision « imaginée » des contrées évoquées par l’auteur en raison de l’étrangeté de leurs habitants ou de leurs curiosités naturelles (faune, flore, éléments du relief).

  • 1 Maria Kowalewska, « Remark on the Unidentified Cosmography, Tuhfat al-Ghara’ib », Folia Orientalia, (...)

2En effet, les deux principales cosmographies médiévales s’intitulent ’Ajâ’ib al-makhlûqât wa gharâ’ib al-mawjûdât, littéralement Étrangetés de l’existence et curiosités des choses créées ; il en existe une troisième, anonyme, Tuhfât al-gharâ’ib, ou Cadeau des curiosités1, qui est pour l’essentiel une compilation des deux autres.

  • 2 Paul Kunitzsch, « The Astronomer Abū-l-Husayn al-Sūfī », The Arabs and the Stars, Texts and Traditi (...)
  • 3 Živa Vesel, Les encyclopédies persanes, Essai de typologie et de classification, Paris, IFRI, 1986.
  • 4 L’Abrégé des Merveilles, trad. B. Carra de Vaux, Paris, Sindbad, 1984.
  • 5 Ibn al-Faqîh, Abrégé du Livre des pays, trad. H. Massé, Damas, 1973.
  • 6 Relation de la Chine et de l’Inde, ’Ahbâr as-sîn wa l’Hind, éd. J. Sauvaget, Paris, Les Belles Lett (...)
  • 7 Mas’ûdî, Mûruj al-Dhanab wa Macadin al-Jawhar, les Prairies d’Or, trad. Barbier du Meynard et Pavet (...)
  • 8 Motahhar ibn Tâhir el-Maqdisî, Le livre de la création et de l’histoire, trad. C. Huart, Paris, Edi (...)

3Toutefois, la cosmographie s’ancre également dans le réel et, soucieux de présenter toutes les connaissances de son temps, le cosmographe oriental intègre dans son œuvre des textes de natures parfois très différentes qui concourent à donner à l’ensemble un caractère baroque et merveilleux : textes scientifiques2 ou pseudo-scientifiques3, légendes, récits de toutes provenances, en particulier issus de la littérature des merveilles née au xe siècle et dont l’Abrégé des merveilles4 ou le Livre des pays d’ibn al-Faqîh al-Hamadhânî5, s’inspirent eux-mêmes de récits de voyages. Les plus célèbres évoquent le voyage dans les mers orientales et dans l’Océan indien6. La cosmographie puise aussi dans le réservoir des mythes et légendes des mondes iranien et arabe transmis par des contes tels Sindbad le marin ou les Mille et une nuits, et dans le registre de l’épopée persane, écrite ou orale, ou des encyclopédies, de Mas’ûdî7 ou de Maqdisî8 entre autres.

  • 9 Tûsî Salmânî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât wa gharâ’ib al-Mawjûdât, Paris, BnF., sup. persan 332, Bagdad, 1 (...)
  • 10 Taraneh Fotouhi, « Les illustrations d’un manuscrit persan de la Bibliothèque nationale : Le Livre (...)
  • 11 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 4, 42v°, 46v°, 51v°, 137, 147, etc.
  • 12 Guy Ducatez, « La Tuhfa al-Albāb d’Abū Hāmid al-Andalusī al-Ġarnātī », Revue des Études Islamiques, (...)
  • 13 Qazwînî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât wa gharâ’ib al-Mawjûdât, Kosmographie, éd. F. Wüstenfeld, Göttingen, (...)
  • 14 Voir la copie de Qazwînî, British Library, ms or. 12220, Herât, xvie siècle, sur British Library Im (...)

4La première cosmographie est l’œuvre, à la fin xiie siècle, du Persan Tûsî Salmânî. Visiblement peu connue et diffusée, nous n’en possédons pour l’époque médiévale qu’un seul manuscrit, illustré sous Ahmad Jalayr prince mongol de Bagdad9. Exceptionnel à plus d’un titre10, il met en scène le regard du voyageur anonyme, ou celui de personnages célèbres, sur les merveilles du monde11. En Occident, à la même époque, le grenadin Abû Hamîd al-Gharnatî offrait au monde oriental, dans la Tuhfat al-albâb12, Le cadeaux des cœurs, un exemple frappant du merveilleux vécu. Enfin, la plus célèbre cosmographie illustrée fut écrite en Irak à la fin du xiiie siècle par Qazwînî, un lettré persan au service du roi mongol Hülagü. L’auteur synthétisa de nombreuses sources (dont Gharnatî), afin de composer une œuvre intitulée Merveilles de la création et étrangetés de l’existence, qui eut une longue postérité dans le monde arabe, persan, turc puis moghol, du xive au xviiie siècle13. Cette œuvre, via ses versions arabes et persanes, relate les merveilles des cieux (anges, planètes, constellations) et des terres (peuples curieux, zoologie, botanique, minéralogie). Les versions persanes proposent des variantes du texte et de l’image fort intéressantes, dont les génies, les talismans, et certaines curiosités naturelles ou techniques14.

  • 15 Cette cosmographie mongole datée du premier quart du xive siècle se situe entre celle de 1280 et ce (...)
  • 16 C’est l’objet du colloque L’étrange et le merveilleux dans l’islam médiéval, éd. M. Arkoun, J. Le G (...)
  • 17 John B. Friedman, The Monstrous Races in Medieval Art and Thought, Harvard, Harvard University Pres (...)

5La plus ancienne copie illustrée de Qazwînî, conservée à Munich (codex arab 464, Irak, 1280), celle de la Süleymaniyye (Yeni Cami 81315) et la version de Tûsî Salmânî en persan (Paris, BnF, sup. persan 332, Bagdad, 1388) présentent leurs miniatures comme de petits spectacles, dans des vignettes assez larges qui associent parfois le voyageur aux merveilles qu’il croise ; les recensions de Qazwînî en persan (Tuhfât) optent en revanche pour de petites vignettes thématiques. Parfois naïves, parfois élaborées, les images traduisent la rencontre de l’homme musulman avec l’insolite, le ’ajîb (inexplicable) et le gharîb (la curiosité naturelle ou créée)16 qu’il soit animalier, botanique, ou minéral, ou caractérise un lieu, un monument particulier, voire des êtres humains étranges, les races monstrueuses bien connues depuis l’Antiquité17. Car toutes ces œuvres proposent à leurs lecteurs un édifiant voyage : la découverte du monde prétendument accessible à l’homme musulman.

6Les images exposent trois types de déplacements : ceux du marchand et du diplomate les emportant du centre vers la périphérie exposant merveilles et dangers divers ; ceux du pèlerin sur des lieux de mémoire ou sur des sites préislamiques ; ceux des princes enfin, qui relèvent d’avantage d’une quête personnelle voire initiatique.

  • 18 Navigation sur l’Euphrate et en mer d’Oman, Harîrî, Maqâmât, Paris, BnF, arabe 5847, Irak, xiiie si (...)
  • 19 Ibid, f° 9v° : caravanes de commerçants et pèlerins.
  • 20 Ibid, f° 121 : l’exploration des îles.
  • 21 Planisphère d’Idrîsî, Oxford, Bodleain Library, Pococke 375, Le Caire, 1553. Paris, BnF, sup. pers. (...)
  • 22 Sana’i (m. 1131), Dîwân, Herat, 1525, dans Sheela R. Canby, Princes, Poets and Paladins, Londres, B (...)

7Si la plupart des cosmographies ne représentent pas les moyens de déplacement employés, ces derniers sont néanmoins figurés dans divers autres corpus de littérature arabe tels les Mâqâmât (Séances) de Harîrî, ou persane tel le Livre des rois (Shâh Nâmeh) de Firdawsî où l’on découvre à la fois la navigation des commerçants18, les caravanes des pèlerins19 et le déplacement des héros par voie maritime ou terrestre20. Voyager est une entreprise hasardeuse et soumise à un ensemble de contraintes naturelles et climatiques comme le montrent les planisphères du xiiie au xvie siècle21. Sur mer, les navigateurs sont soumis aux tempêtes et typhons tropicaux envoyés par les dîvs22 et, au-delà de la mer Méditerranée ou de l’Océan indien, les navires atteignent cet océan environnant, al-bahr al-muhît, ou mer des ténèbres, bahr al-zulamât, qui abrite les lieux d’immortalité et les cauchemars des hommes.

  • 23 Franz Cumont, « La plus ancienne géographie astrologique », Klio, IX, 1909, p. 263-273.
  • 24 Voir A. Shapur Shahbazi, art « Haft Keshvar », in http://www.iranica.com/articles/haft. Les keshvar (...)
  • 25 Voir les astres régissant les régions géographiques dans le kitâb al-bulhân d’Oxford, Bodleian Libr (...)

8Pourtant, loin d’être anarchique ou désordonné, le monde mystérieux et parfois angoissant que le voyageur traverse au cours de ses pérégrinations est organisé par les astres eux-mêmes, selon un déterminisme géographique particulier défini depuis l’Antiquité23. Chacune des sept planètes régit l’une des régions du monde influençant son climat, les qualités et défauts de ses habitants, ses richesses et particularités. La tutelle des climats sur le monde est idéologiquement orientée dans le monde iranien selon la conception en zones circulaires en keshvars24, parfois en régions perpendiculaires tels des parallèles25. Ainsi, le voyageur se déplace-t-il du ixe au xve siècle dans un milieu rendu intelligible par des siècles de théories astro-géographiques.

Voyages et curiosités

Les peuples étranges et mystérieux

9Le voyageur, qui s’aventure pour des raisons le plus souvent commerciales dans les territoires lointains, observe un grand nombre de peuples étranges décrits par les marins, et dont les miniatures retracent la grande diversité physique et culturelle.

  • 26 Tûsî Salmânî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât, Paris, BnF, sup. persan 332, f° 194v°.
  • 27 Ibid., f° 196 et 196v°.
  • 28 Ibid., f° 202v°.
  • 29 Qazwînî, Berlin, Staatsbibliothek, Oriental Fol 318, Berlin, calligraphié en Inde en janvier 1695 p (...)
  • 30 Nizâmî, Khamsa, Berlin, Staatsbibliothek, Oriental Quart 166, f° 303, Paris, BnF, sup. persan 2051, (...)

10Tûsî Salmânî révèle au lecteur l’image de ceux vivant à la périphérie de l’islam aux zones de contacts, repérés pour leurs pratiques culturelles étonnantes : Tibétains adorant un enfant ou Bulgares de la Volga se baignant nus avec leur progéniture (Planche n° 526). Les peuples khazars ou turcs de Sibérie suscitent le même étonnement pour leur organisation sociale fondée sur la lutte des chefs et la place donnée aux femmes couvertes de bijoux27. D’autres peuples sont signalés pour leurs pratiques culinaires : lotophages bien connus depuis l’Antiquité28 ou ichtyophages29. Les anthropophages sont décrits avec effroi ; ceux des îles Andaman ou Nicobar connus depuis le xe siècle, et réputés pour dévorer leurs proies humaines encore vivantes30.

  • 31 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 197.
  • 32 Ibid., f° 195v ; Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 54, 55.

11Les particularités physiques de certaines peuplades sont soulignées : hommes tachetés des îles d’Indonésie offrant des produits rares aux commerçants31, ou peuples arboricoles de Java et Sumatra, dites îles Ramnî32, qui vivent dans les arbres, ailés tels des oiseaux, le corps peint de différentes couleurs.

  • 33 Anna Caiozzo, « Les monstres dans les cosmographies en persan », Monstre et imaginaire social, éd. (...)
  • 34 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 58.
  • 35 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 258v°et sup. pers. 332, f° 202, 203.
  • 36 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 193v°.v°
  • 37 Paris, BnF, persan 2051, f° 52v°et sup. persan 1781, f° 57.
  • 38 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 259, Natalia L. Tornesello, « From Reality to Legend, Historical S (...)

12Parmi les réminiscences des races monstrueuses33, on compte les blemmyes34, situés en Indonésie, dans les îles, voire aux confins du monde, et les panotii35, composante comme les géants, des peuples de Gog et Magog36. D’autres peuples relèvent de l’imaginaire du monde musulman : bartâ’il de l’île d’Agan, au visage rond comme un bouclier et aux cheveux comme des crins de chevaux habitant une île peuplée de créatures démoniaques37 ; nâsnâs du Yémen, des créatures bien connues des légendes arabes médiévales qui seraient selon Mas’ûdî des demi-humains dotés de la parole38.

  • 39 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 232v°.
  • 40 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 66.
  • 41 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 46v°

13Cette « sous-humanité », dont l’existence n’est jamais contestée, est perçue comme proche de l’homme, mais dangereuse dans son essence. Toutefois, les plus étranges sont les hybrides des mers dont les hommes marins et leurs chevaux marins de la mer Caspienne39, le poisson vieux juif qui sort sur les bords de la Méditerranée le vendredi soir40 et les bœufs de la mer observés par le roi Kay Khusraw41.

  • 42 Ibid, f° 204v°
  • 43 Ibid, f° 220v°.
  • 44 Gabriel Ferrand, op. cit., p. 301 et p. 306
  • 45 Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 58v, Paris, BnF, sup. persan 332, f° 218.

14D’autres hybrides à face animale cette fois, sont redoutés pour leurs pratiques anthropophages : peuples tachetés d’Afrique à défenses de sanglier42, homme-cheval43. Les plus célèbres demeurent les cynocéphales présents tant en Occident qu’en Orient (dans les îles Sagsar ou Zanzibar44), eux aussi dénombrés parmi les peuples de Gog et Magog45.

  • 46 Richard Ettinghausen, « The Dance with Zoomorphic Masks and Other Forms of Entertainment seen in Is (...)

15Toutes ces peuplades offrent un panel bien diversifié de la condition hybride qui semble fasciner le voyageur et qui trouve de façon anthropologique des justifications dans la méconnaissance des pratiques sociales ou culturelles des peuples46.

La nature et ses merveilles

  • 47 Relation de la Chine et de l’Inde, op. cit., p. 1.
  • 48 Ibid., la panoplie des poissons étranges, p. 1-3, p. 10. Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 58vo-60v° (...)
  • 49 Guy Ducatez, op. cit., p. 209.
  • 50 Ibid., p. 211.

16Les descriptifs des cosmographies recoupent ceux des récits (Sulaymân le marchand ou Buzurq le navigateur), relatifs aux créatures marines aux étonnantes propriétés, depuis la tortue que l’on prend pour une île47, aux grandes variétés de poissons qui effraient les navigateurs par leur agressivité (serpents et dragons marins), leur taille (poisson phare) ou leurs attributs (scie), ou qui les émerveillent48 (volants, à tête de lapin, torpille, veau marin, etc.). Les animaux terrestres les plus reproduits sont la girafe, le rhinocéros (karkadan49) – qui alimenta le mythe de la licorne en Orient –, le zèbre, que l’on appelle « âne rayé » et le célèbre crocodile du Nil (tamsâh al-kabîr50) !

  • 51 Anna Caiozzo, « Autour des dragons célestes : Astronomie, astrologie, magie et imaginaire en Orient (...)
  • 52 Richard Ettinghausen, The Unicorn, Occasional Papers, Washington, Freer Gallery of Art : Studies in (...)
  • 53 L’Anqâ sauvant un voyageur échoué sur une île, dans la cosmographie de Qazwînî, Londres, B.L., Or. (...)
  • 54 Paris, BnF, sup. persan 2051, 1480, Shiraz, f° 260v.

Les animaux fantastiques troublent et effraient : dragons51, chat ailé de Java, licorne52 ou l’anqâ, un oiseau fabuleux à face humaine, sauveur malgré lui des naufragés53, corbeau récitant des vers, ou renard ailé54, tous renvoient le plus souvent à d’anciens mythes régionaux.

  • 55 Wâq-Wâq, Livre des choses rares, Oxford, Bodl. L., ms Arab., Env. 90, xie siècle, Égypte (?), xiiie(...)
  • 56 Qazwînî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât, Turquie, 1685, Paris, BnF, sup. turc 1063, f° 17vv°.°
  • 57 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 20v etf° 21v°.
  • 58 Le roman d’Alexandre, Pseudo-Callisthène, éd. G. Bounoure, B. Serret, Paris, Les Belles Lettres, p. (...)
  • 59 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 156v°.

17Outre la faune, les cosmographies traitent encore de botanique de manière scientifique ou imaginaire, tels l’arbre wâq-wâq55 ou la mandragore dans des versions plus tardives56. Les arbres merveilleux57 sont des espèces apparentés à l’arbre du Soleil et de la Lune qu’Iskandar interrogea en Inde lors de sa quête58, et relèvent du monde de la magie, de la divination, des présages alors que d’autres variétés de plantes, tel le poivre de Zanzibar, demeurent dans le seul champ de l’exotique59.

  • 60 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 50, 168v°et sup. persan 2051, f° 81v°.
  • 61 Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 103v°
  • 62 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 81v et sup. pers. 332, f° 50r°.

18La nature, quant à elle, offre parfois le spectacle d’un véritable enchantement : celui des sources à forme de mouton60, ou de lion (Planche n° 6), du berger fossilisé et de son troupeau61. Certaines de ces formes ont une signification précise tels les lions affrontés de la cosmographie de Tûsî Salmânî qui ont aussi valeur de présage selon que l’eau coule ou non de la gueule de l’un d’entre eux62.

  • 63 Bernrd O’Kane, « Rock faces and rock figures in Persian painting », Islamic Art, 4 / 1990-1991, p.  (...)

19Au-delà des sujets précis et identifiés, les rochers et montagnes à formes zoomorphes sont donc appréhendés comme de possibles entités vivantes et agissantes, souvent effrayantes, en somme une nature guettant et épiant le voyageur, voire se manifestant à lui sous forme de signes. Cette conception relative à une nature enchantée révèle à la fois l’omniprésence du merveilleux dans la conception du monde de l’homme oriental médiéval, et un goût particulier de l’anamorphose comme technique d’ornement des paysages63.

Croyances et les lieux symboliques

Les lieux hantés

  • 64 Joseph Henninger, « Beliefs in Spirit among the Pre-islamic Arabs » in E. Savage-Smith, Magic and D (...)
  • 65 Voir Mahmoud Omidsalar, art. « Dîv », in Encyclopaedia iranica, http://www.iranica.com/articles/div
  • 66 Berlin, Staatsbibliothek, Oriental f° 318, Inde, 1695, f° 293.
  • 67 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 200v°.
  • 68 Ibid, f° 228v° ; Berlin, Staatsbibliothek, oriental f° 318, f° 293.
  • 69 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 194 ; Berlin, Staatsbibliothek, Oriental f° 318, Inde, f° 293.

20Le voyageur oriental est exposé à d’autres dangers moins perceptibles, les entités qui hantent certains espaces redoutés (ruines, déserts, montagnes). Jinns du monde arabe et dîvs iraniens, issus des croyances préislamiques, sont des esprits des lieux dans le premier cas64 et des anciennes divinités dans le second65, globalement perçus comme des êtres malfaisants pour l’homme. Le voyageur sera ainsi, au gré des rencontre, dévorés par le dilhât66, sodomisé par le ghâddar, provoquant sa mort immédiate, vampirisé par le davalpây67, enlevé par la ghûl, femme ogresse à pieds d’âne ou de chameau68, ou séduit par la Silhât69.

Merveilles des pays

21Néanmoins, le voyage offre aussi des plaisirs visuels ; Gharnatî est surpris par les vestiges du passé, ces « merveilles » de l’Égypte ou d’ailleurs, monuments remarquables par leur taille, leur beauté et dont beaucoup, hormis les lieux de pèlerinage, demeurent inintelligibles.

  • 70 Le cadeau des cœurs, Gharnâtî, Paris, arabe 2168, xvie siècle, f°v°.
  • 71 Paris, BnF, sup. persan 332,v°.7v°
  • 72 Ibid., f° 42v°.
  • 73 Paris, BnF, arabe 2168, xvie siècle, f° 16v, 17. Guy Ducatez, op. cit., p. 180.
  • 74 Paris, BnF, arabe 6877, 869H. / 1465, f° 9v, 10. Gabriel. Ferrand, « Les Monuments de l’Égypte au x (...)

22Les curiosités des pays sont des monuments gigantesques, prouesses humaines telles que la statue d’Hercule à Cadix70 ou le bas-relief du roi Khusraw Parvîz sur son cheval Shabdîz à Tâq-i Bostân attribué au sculpteur Farhâd71, ou encore la digue du roi Kay Khusraw sur la Caspienne72, voire la tour d’’yn Shams, que seuls les manuscrits de la Tuhfât al-albab représententde façon très schématique73. Les pyramides d’Égypte, merveilles suprêmes, ne sont jamais représentées dans les miniatures orientales, exception faite des copies tardives de Gharnatî74.

Et autres monuments remarquables

  • 75 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 177, 177v°.v°
  • 76 Ibid, f° 30v°.
  • 77 Ibid, f° 19.
  • 78 Ibid, f° 130v°

23Un certain nombre de monuments religieux préislamiques étonnent par leur ancienneté ou leur présence : les tombeaux dont celui de Gayûmarth, premier homme et premier roi d’Iran (Planche no7), celui de Tahmûrath, l’un de ses successeurs75. De la même façon, un certain nombre de temples du feu sont présents dans la cosmographie de Tûsî Salmânî en persan76, lieux de mémoire pour les communautés zoroastriennes. En Afghanistan, le voyageur peut visiter les fameux bouddhas de Bamiyân77, certes ici très schématisés et, en Égypte, un ancien temple du dieu Sérapis, représenté par deux bœufs et un curieux monument à coupole (Planche n° 878).

  • 79 Ibid, f° 80v°.
  • 80 bid, f° 140v°.
  • 81 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 79. Qisâs al-anbiya, BnF, or., persan 54, f° 173v.
  • 82 Le monastère de l’antéchrist, Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 73vo, Le dejjâl, Berlin, St (...)

24Les sites musulmans sont rares : la mosquée de Samarra signalée pour son minaret bien qu’en ruines79 ; la mosquée al-Aqsâ de Jérusalem, gardée par les anges, l’un des centres du monde80, celui où le prophète Muhammad effectua le Mir’âj, mais aussi le lieu de résurrection des morts au jour dernier. Ces lieux tout à fait exceptionnels sont liés à l’eschatologie comme le rappellent encore la vision des sept dormants d’Éphèse, ahl al-qahf81, témoignant de cette attente eschatologique que le monde islamique rend présent à chaque stade de son imaginaire, comme la visite du Khurasan où se trouverait le monastère de l’antéchrist82, ou encore les risques de la mer environnante, ou océan des ténèbres, qui abrite le trône d’Iblîs.

  • 83 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 17v°..
  • 84 Oxford, Bodleian Library, oriental 133, xive siècle, f° 43v.
  • 85 Ibid, f° 37.

25Le voyageur musulman peut également visiter des hauts lieux de la chrétienté telles les tombes de Pierre et Paul sises à Rome83 et, dans cette même ville, le fameux monastère des étourneaux où un oiseau d’airain canalise le flux des oiseaux au moment de la récolte des olives84. En al-Andalûs cette fois, on peut également voir une merveille bien connue en Occident, l’église des corbeaux85.

26Tous ces lieux témoignent non de la foi du pèlerin mais de son intérêt pour les curiosités du monde et des autres religions, démontrant un souci certain d’ouverture sur la merveille dans toute sa dimension culturelle ou religieuse.

Le héros et le prince ou la dimension mystique du voyage

27Le dernier type de voyage, mais aussi d’images, demeure centré sur les faits princiers qui parfois émaillent le récit. Les grandes personnalités de la littérature et de l’histoire, prophètes conquérants, rois et héros apparaissent dans des épisodes liés à des faits curieux reliés à la magie ou à l’altérité monstrueuse.

  • 86 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 51v.
  • 87 Oxford, Bodleian Library, oriental 133, xive siècle, f° 49v°.v°
  • 88 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 137.
  • 89 Guy Ducatez, op. cit., p. 173-172.

28Le conquérant Mûsa ibn Nusayr, en découvrant l’Espagne, remarque combien les lieux sont marqués par la présence du roi Salomon : il libère malencontreusement des génies retenus prisonniers au fond d’un lac86 et découvre la possible présence de Khâdir, cet étrange prophète de l’islam, symbole de vie éternelle qui lui seul avait découvert la fontaine de vie en guidant Iskandar. Puis, il contemple une cité enchantée, Madîna al-Baht, une ville de cuivre édifiée par Salomon, inaccessible aux êtres humains87, et gardée par des archers enchantés88. Un peu plus loin, il lit sur des dalles blanches le nom des prophètes et des rois du passé, et la statue d’un homme tenant une plaque en cuivre lui indique de ne pas poursuivre plus avant l’exploration en raison des fourmis géantes89. Le voyage de l’émir est donc placé sous le sceau de l’eschatologie, de la magie et de la vie éternelle comme promesse de rémunération pour son action.

  • 90 Ibid., p. 177.
  • 91 Ibid, p. 178.

29Les lieux marqués par Alexandre en Occident sont décrits par Gharnatî, en particulier au confluent de la mer Méditerranée et de l’océan Atlantique, la statue de Cadix qu’il érigea pour naviguer sûrement sur l’océan, un gigantesque talisman90, sorte de pendant au phare d’Alexandrie91.

  • 92 Paris, BnF sup. persan 332, f° 2v°.v°.
  • 93 Ibid,fv°.7v°
  • 94 Ibid, f° 179.
  • 95 Ibid, f° 208.
  • 96 Ibid, f° 92.
  • 97 Ibid, f° 60.

30Dans la cosmographie de Tûsî Salmânî, Alexandre le Grand découvre son propre destin. En effet, chaque hybride marque une étape de sa « fin » : cynocéphales92, géant de Babylone93, roi à tête de sanglier94, bébé à tête de lion95 et oiseaux parlant grec96. Ces êtres curieux, sortes de monstra lui révèlent le sens de sa quête alors qu’il rêve de richesses et de gloire. Sa rencontre avec l’ange Jibrâ’îl, au pied du mont Qâf, axe du monde, omphalos par excellence et lieu d’accès au divin, lui annonce sa fin prochaine97.

31Au terme de ce voyage en « images », le lecteur peut apprécier la portée de l’œuvre des cosmographes et surtout de celle des miniaturistes qui donnent vie aux êtres et aux terres accessibles aux humains, dans une dimension qui demeure celle du merveilleux. Toutefois, l’une des ambitions du voyage « cosmographique » doit être soulignée : il transporte le héros d’un instant vers des espaces-temps particuliers où le présent côtoie sans cesse le futur, souvent eschatologique ; le passé, quant à lui, demeure vivace dans sa dimension de mémoire des cultes et des monuments anciens. Le tour du monde du voyageur est par ailleurs remarquablement valorisé dans sa dimension mystique car, outre les peuples rencontrés (eschatologiques ou parfaits), les lieux visités sont reliés au divin : ainsi, au cours de son entreprise périlleuse, l’homme musulman peut s’égarer, être dévoré ou séduit par les merveilles, mais aussi recevoir des signes, être informé de son destin particulier et de celui des hommes, et enfin expérimenter en certains lieux des moments d’éternité.

Notes

1 Maria Kowalewska, « Remark on the Unidentified Cosmography, Tuhfat al-Ghara’ib », Folia Orientalia, n° 9, 1967, p. 11-18.

2 Paul Kunitzsch, « The Astronomer Abū-l-Husayn al-Sūfī », The Arabs and the Stars, Texts and Traditions on the Fixed Stars and their Influence in Medieval Europe, Northampton, 1989, p. 60.

3 Živa Vesel, Les encyclopédies persanes, Essai de typologie et de classification, Paris, IFRI, 1986.

4 L’Abrégé des Merveilles, trad. B. Carra de Vaux, Paris, Sindbad, 1984.

5 Ibn al-Faqîh, Abrégé du Livre des pays, trad. H. Massé, Damas, 1973.

6 Relation de la Chine et de l’Inde, ’Ahbâr as-sîn wa l’Hind, éd. J. Sauvaget, Paris, Les Belles Lettres, 1948, Jean Sauvaget, p. xix-xxi réfute l’hypothèse du récit d’un seul homme, le marchand Sulaymân au profit d’un compendium d’anecdotes issues de personnes différentes. Livre des merveilles de l’Inde, Mémorial Jean Sauvaget, Damas, 1954.

7 Mas’ûdî, Mûruj al-Dhanab wa Macadin al-Jawhar, les Prairies d’Or, trad. Barbier du Meynard et Pavet de Courteille, revue et corrigée par Ch. Pellat, Paris, Imprimerie Nationale, CNRS, 4 vol., 1962- 1965-1971-1984.

8 Motahhar ibn Tâhir el-Maqdisî, Le livre de la création et de l’histoire, trad. C. Huart, Paris, Edition des Langues Orientales, Leroux, 1899-1919.

9 Tûsî Salmânî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât wa gharâ’ib al-Mawjûdât, Paris, BnF., sup. persan 332, Bagdad, 1388, dans Francis Richard, Splendeurs persanes, Manuscrits du xiie au xviie siècle, Galerie Mazarine, 27 novembre 1997-1er mars 1998, Paris, 1997,n° 33, p. 71.

10 Taraneh Fotouhi, « Les illustrations d’un manuscrit persan de la Bibliothèque nationale : Le Livre des Merveilles de la Création », Histoire de l’art, 4/ 1988, p. 41-52. Karin Rührdanz, « An Ottoman Illustrated Version of Muhammad al-Tusî’s Aja’ib al-Makhluqat », in Society and Culture in the Early Modern Middle East : Studies on Iran in the Safavid Period, éd. Andrew J. Newman, University of Edinburgh, Leyde, Brill, 1998, p. 33-51.

11 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 4, 42v°, 46v°, 51v°, 137, 147, etc.

12 Guy Ducatez, « La Tuhfa al-Albāb d’Abū Hāmid al-Andalusī al-Ġarnātī », Revue des Études Islamiques, 1985, p. 141-241 et ibn Abī al-Rabī’ Abū Hāmid al-Ġarnatī, Tuhfat al-albāb : El regalo de los espiritus, éd. Ana Ramos, Madrid, 1990.

13 Qazwînî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât wa gharâ’ib al-Mawjûdât, Kosmographie, éd. F. Wüstenfeld, Göttingen, Verlag der Dieterichschen Buchhandslung, 1848-1849 et éd. Dâr al-Sharaq al-Arabî, Beyrouth, Shâria’ Sûrya (s.d.). Syrinx Von Hees, Enzyklopädie als Spiegel des Weltbildes, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2002.

14 Voir la copie de Qazwînî, British Library, ms or. 12220, Herât, xvie siècle, sur British Library Images Online.

15 Cette cosmographie mongole datée du premier quart du xive siècle se situe entre celle de 1280 et celle de 1388. Mais surtout elle explique l’origine de certaines miniatures du Sarre Qazwînî.

16 C’est l’objet du colloque L’étrange et le merveilleux dans l’islam médiéval, éd. M. Arkoun, J. Le Goff, T. Fahd, M. Rodinson, Édition J. A., Paris, 1978.

17 John B. Friedman, The Monstrous Races in Medieval Art and Thought, Harvard, Harvard University Press, 1981.

18 Navigation sur l’Euphrate et en mer d’Oman, Harîrî, Maqâmât, Paris, BnF, arabe 5847, Irak, xiiie siècle, f° 61 et f° 119v°.

19 Ibid, f° 9v° : caravanes de commerçants et pèlerins.

20 Ibid, f° 121 : l’exploration des îles.

21 Planisphère d’Idrîsî, Oxford, Bodleain Library, Pococke 375, Le Caire, 1553. Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 58.

22 Sana’i (m. 1131), Dîwân, Herat, 1525, dans Sheela R. Canby, Princes, Poets and Paladins, Londres, British Museum, 1998, pl. 22, p. 45.

23 Franz Cumont, « La plus ancienne géographie astrologique », Klio, IX, 1909, p. 263-273.

24 Voir A. Shapur Shahbazi, art « Haft Keshvar », in http://www.iranica.com/articles/haft. Les keshvars dans une cosmographie turque, Qazwînî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât, Or. 2562, Berlin, Staatsbibliothek, or. f° 2562, f° 50r°, Turquie, 1114 H. / 1703, f° 50 v°.

25 Voir les astres régissant les régions géographiques dans le kitâb al-bulhân d’Oxford, Bodleian Library, oriental 133, xive siècle, f° 47r°, 47v°, 48r°, 48v°, 49r°.

26 Tûsî Salmânî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât, Paris, BnF, sup. persan 332, f° 194v°.

27 Ibid., f° 196 et 196v°.

28 Ibid., f° 202v°.

29 Qazwînî, Berlin, Staatsbibliothek, Oriental Fol 318, Berlin, calligraphié en Inde en janvier 1695 pour Jawhar Khân ibn Bahâdûr Khân sous le règne du roi Awrangzîb (1658-1707), f° 91.

30 Nizâmî, Khamsa, Berlin, Staatsbibliothek, Oriental Quart 166, f° 303, Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 50v°et sup. pers. 332, f° 193.

31 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 197.

32 Ibid., f° 195v ; Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 54, 55.

33 Anna Caiozzo, « Les monstres dans les cosmographies en persan », Monstre et imaginaire social, éd. A. Caiozzo, A.-E. Demartini, Creaphis, 2008, p. 47-54.

34 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 58.

35 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 258v°et sup. pers. 332, f° 202, 203.

36 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 193v°.v°

37 Paris, BnF, persan 2051, f° 52v°et sup. persan 1781, f° 57.

38 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 259, Natalia L. Tornesello, « From Reality to Legend, Historical Sources of Hellenistic and Islamic Teratology », Studia iranica, 31, 2002, p 163-192.

39 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 232v°.

40 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 66.

41 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 46v°

42 Ibid, f° 204v°

43 Ibid, f° 220v°.

44 Gabriel Ferrand, op. cit., p. 301 et p. 306

45 Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 58v, Paris, BnF, sup. persan 332, f° 218.

46 Richard Ettinghausen, « The Dance with Zoomorphic Masks and Other Forms of Entertainment seen in Islamic Art », Arabic and Islamic Studies in Honor of H. A. B. Gibb, 1965, p. 211-224.

47 Relation de la Chine et de l’Inde, op. cit., p. 1.

48 Ibid., la panoplie des poissons étranges, p. 1-3, p. 10. Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 58vo-60v°: poisson et monstre de la mer de Chine ; f° 62v°: poisson de la mer de Chine ; f° 65v°: poulpe de l’Océan indien ; f° 65v°: crabe de la mer d’Occident ; f° 66 : poisson de la mer d’Occident ; f° 67v°: buffle marin de la mer d’Occident ; f° 68 : crocodile de la mer d’Occident ; f° 68v°: dragon de la mer d’Occident ; f° 69v° : dauphin de la mer d’Occident monté par un homme ; f° 70 : crabe de la mer d’Occident ; f° 72 : cheval marin de la mer d’Occident.

49 Guy Ducatez, op. cit., p. 209.

50 Ibid., p. 211.

51 Anna Caiozzo, « Autour des dragons célestes : Astronomie, astrologie, magie et imaginaire en Orient médieval », in Good Dragons are Rare, An Inquiry into Literary Dragons East and West, Francfort, Peter Lang, 2009, p. 419-439.

52 Richard Ettinghausen, The Unicorn, Occasional Papers, Washington, Freer Gallery of Art : Studies in Muslim Iconography, 1950, vol. 1, n° 3.

53 L’Anqâ sauvant un voyageur échoué sur une île, dans la cosmographie de Qazwînî, Londres, B.L., Or. 12220, 1503, Herat, 72v°.Voir Claude Allibert, « Le monde austronésien et la civilisation du bambou : une plume qui pèse lourd : l’oiseau Rokh des auteurs arabes », Taloha 11, Antananarivo, 1992, p. 167- 181.

54 Paris, BnF, sup. persan 2051, 1480, Shiraz, f° 260v.

55 Wâq-Wâq, Livre des choses rares, Oxford, Bodl. L., ms Arab., Env. 90, xie siècle, Égypte (?), xiiie - début xive siècle, f° 27r. L’Étrange et le Merveilleux en terres d’islam, Paris, RMN, 2001, « Arbres des waq-wâq et rinceaux animés », p. 165-175. Claude Allibert, « Wakwak : végétal, minéral ou humain ? Reconsidération du problème », Études Océan Indien, Inalco, 1991, 12, p. 172-189

56 Qazwînî, ’Ajâ’ib al-Makhlûqât, Turquie, 1685, Paris, BnF, sup. turc 1063, f° 17vv°.°

57 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 20v etf° 21v°.

58 Le roman d’Alexandre, Pseudo-Callisthène, éd. G. Bounoure, B. Serret, Paris, Les Belles Lettres, p. 97 et Firdawsî, éd. J. Mohl, Le livre des rois, vol. 2, Paris, 1876, p. 229.

59 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 156v°.

60 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 50, 168v°et sup. persan 2051, f° 81v°.

61 Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 103v°

62 Paris, BnF, sup. persan 2051, f° 81v et sup. pers. 332, f° 50r°.

63 Bernrd O’Kane, « Rock faces and rock figures in Persian painting », Islamic Art, 4 / 1990-1991, p. 219- 246.

64 Joseph Henninger, « Beliefs in Spirit among the Pre-islamic Arabs » in E. Savage-Smith, Magic and Divination in Early Islam, Oxford, 2002, p. 1-53.

65 Voir Mahmoud Omidsalar, art. « Dîv », in Encyclopaedia iranica, http://www.iranica.com/articles/div.

66 Berlin, Staatsbibliothek, Oriental f° 318, Inde, 1695, f° 293.

67 Paris, BnF, sup. pers. 332, f° 200v°.

68 Ibid, f° 228v° ; Berlin, Staatsbibliothek, oriental f° 318, f° 293.

69 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 194 ; Berlin, Staatsbibliothek, Oriental f° 318, Inde, f° 293.

70 Le cadeau des cœurs, Gharnâtî, Paris, arabe 2168, xvie siècle, f°v°.

71 Paris, BnF, sup. persan 332,v°.7v°

72 Ibid., f° 42v°.

73 Paris, BnF, arabe 2168, xvie siècle, f° 16v, 17. Guy Ducatez, op. cit., p. 180.

74 Paris, BnF, arabe 6877, 869H. / 1465, f° 9v, 10. Gabriel. Ferrand, « Les Monuments de l’Égypte au xiie siècle d’après Abû Hamid al-Andalusi », in Mélanges Maspéro, III, Le Caire, 1935-1940, MIFAO, p. 57-66. Saleh K. Hamarneh, « The Ancient Monuments of Alexandria according to Acounts by Medieval Arab Authors (IX-XV century) », Acta orientalia, XXIII, 1970, p. 82-84.

75 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 177, 177v°.v°

76 Ibid, f° 30v°.

77 Ibid, f° 19.

78 Ibid, f° 130v°

79 Ibid, f° 80v°.

80 bid, f° 140v°.

81 Paris, BnF, sup. persan 1781, f° 79. Qisâs al-anbiya, BnF, or., persan 54, f° 173v.

82 Le monastère de l’antéchrist, Londres, B.L., Or. 12220, Herat, 1503, f° 73vo, Le dejjâl, Berlin, Staatsbibliothek, Oriental f° 318, f° 97.

83 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 17v°..

84 Oxford, Bodleian Library, oriental 133, xive siècle, f° 43v.

85 Ibid, f° 37.

86 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 51v.

87 Oxford, Bodleian Library, oriental 133, xive siècle, f° 49v°.v°

88 Paris, BnF, sup. persan 332, f° 137.

89 Guy Ducatez, op. cit., p. 173-172.

90 Ibid., p. 177.

91 Ibid, p. 178.

92 Paris, BnF sup. persan 332, f° 2v°.v°.

93 Ibid,fv°.7v°

94 Ibid, f° 179.

95 Ibid, f° 208.

96 Ibid, f° 92.

97 Ibid, f° 60.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search