Version classiqueVersion mobile

San Francisco, à l’ouest d’Éden

 | 
Sophie Vallas
, 
Richard Phelan
, 
Sylvie Mathé
, 
et al.

Cartes et territoires

Et si San Francisco nous était contée. L’histoire de la ville racontée par sa toponymie

Pascale Smorag

Résumé

« Francisco Street Names Tell the Story »

Based on a chronological presentation, the present paper examines the stakes behind the coining of the names of a few San Francisco streets and districts. Naming a place is indeed an efficient way of asserting one’s influence upon that place, be it a region, a natural landmark, a street, an urban development, or a business. The early Spanish explorers and officers who placed the area under their jurisdiction were no exception to the rule, naming their new military outpost and nascent civilian community after their royal heads and explorers. This practice was even truer once the United States won the Southwest over Mexico in the 1840s. With the advent of the Gold Rush, the demographic explosion pushed the city limits further west and south. The economic influence of many fortyniners and businessmen induced the city’s urban planners to honor these benefactors, by bestowing their names upon the new streets. The ravaging effect of the 1906 earthquake and fire would, however, impose a revision of the city’s maps, triggering an interesting controversy on the appropriateness of the nomenclature. The more recent names likewise continue to give an insight into the relationship between the city’s entrepreneurs, politicians, artists, and neighborhood committees. This paper explores the richness of San Francisco’s toponymic blend, with a special focus on the powers at play that gave the city’s streets their names — and secured them.

Texte intégral

  • 1 Dernière date de consultation des ressources en ligne : 13 octobre 2009. Les ouvrages de Carlisle, (...)

1Nommer un lieu est le moyen d’affirmer son antécédence et son influence, voire son contrôle sur ce lieu. Les explorateurs espagnols qui laissèrent leurs empreintes dans la région de San Francisco ne firent pas exception à la règle. Les Américains qui s’emparèrent du Sud-Ouest, aux dépens du Mexique dans les années 1840, s’imposèrent pareillement en nommant les rues de la ville d’après leurs héros militaires. Lorsqu’une fois encore, suite à l’explosion démographique engendrée par la Ruée vers l’or, les frontières urbaines furent repoussées, on appliqua aux quartiers nouvellement créés les noms des entrepreneurs et des politiques les plus influents. On peut donc s’interroger sur ces différentes prises de pouvoir dont témoigne la nomenclature des rues, ainsi que sur les motivations des urbanistes à célébrer les citoyens les plus en vue. Ces raisons apparurent au grand jour lorsqu’en 1909, suite au dévastateur tremblement de terre de 1906, la municipalité entreprit de redessiner et de rebaptiser certains axes, ce qui donna lieu à une intéressante controverse toponymique. Alors que les différentes communautés de San Francisco ont depuis les années soixante trouvé un écho favorable à leurs différences, de nouvelles désignations ont été ajoutées, reflétant la diversité et la complexité des motivations nominatoires. Présentée de manière chronologique, la présente étude se propose par conséquent d’analyser les différents enjeux liés à la dénomination des rues de San Francisco et de les replacer dans un contexte historique plus large. Pour des raisons pratiques, ces noms apparaissent en italique lorsqu’ils font l’objet d’une réflexion toponymique1.

Premières explorations, premières rivalités

  • 2 “Sir Francis Drake : The Famous Voyage : The Circumnavigation of the World, 1577-1580”, The Library (...)
  • 3 “Historic California Posts : Fort Ross”, The California State Military Museum, http://www.militarym (...)
  • 4 Cet ancien cimetière russe sera découvert lors de la Ruée vers l’or.

2En 1542, noyé dans les brumes du Pacifique, le navigateur portugais Juan Cabrillo dépasse, sans l’apercevoir, la baie de San Francisco. La même infortune attend Sir Francis Drake, en 1579, ce qui ne l’empêche pas de proclamer avec panache, et pour plaire à la reine Elizabeth Ire, que toutes les terres le long du Pacifique Nord s’appelleront dorénavant Nova Albion2. Alors que Cabrillo héritera d’une très longue Cabrillo St., ainsi que d’une autoroute, la Cabrillo Hwy (Hwy 1), Drake St., longue de quelques centaines de mètres seulement (Eames, 8, ne reflète en rien les ambitions du vice-amiral anglais. Dès les années 1720, les Russes, habitués de ces côtes, établissent un avant-poste au nord de la baie, Fort Ross (Fort Rossiya3)… et enterrent leurs morts à Russian Hill4. Les Espagnols n’auront de cesse de contrer cette présence en colonisant l’Alta California (Californie actuelle). Don Jose de Galvez, Vistador General d’Espagne que Galvez Ave commémore, envoie en mission de reconnaissance quatre corps expéditionnaires, dont l’un, mené par voie terrestre par Don Gaspar de Portolà, atteint la baie en novembre de 1769. Alors que le sergent José Francisco d’Ortega (Ortega St.) part explorer la baie jusqu’à Punta de los Reyes (Point Reyes), Portolà (Portola Drive/St.) en prend possession au nom du roi, devenant ainsi le premier gouverneur de l’Alta California (Eames, 4-7).

  • 5 Elles seront vingt et une au total.
  • 6 Cette artère devient Junipero Serra Hwy ou Interstate 280.
  • 7 On laissa aux Dominicains le soin de développer les missions de la Baja California.
  • 8 Edward F. O’Day, ed., “The Founding of San Francisco”, Virtual Museum of the City of San Francisco, (...)

3Pour consolider sa colonie américaine, l’Espagne entreprend de construire, à intervalles réguliers le long de la côte, une série de missions. La toute première d’entre elles5 voit le jour en 1769, à San Diego, sous l’égide du père franciscain Junipero Serra (Junipero Serra Boulevard6). Depuis que les Jésuites ont été sommés, en 1767, de quitter la Baja California, les Franciscains ont tout loisir de coloniser l’Alta California7. Sept ans après l’arrivée de Portolà, le père Francisco Palou (Palou Ave), compagnon de Serra, prend ainsi part à la fondation de la Mission Saint François d’Assise située dans l’actuel Mission District, près d’un ruisseau et d’un lac que l’on baptise Arroyo/Laguna de Nuestra Señora de los Dolores ou « Ruisseau/Lagune de Notre Dame des Douleurs8 ». Communément appelé la Mission Dolores (le nom sera transféré à Dolores St.), l’établissement est relié à la baie via Mission St., rue qui se prolonge également vers le sud à travers les marais et les terrains sableux (Carlisle). Si Mission Road prend le nom de El Camino Real Mission Road dans sa partie sud, c’est qu’elle suit l’ancienne piste de mission, ce « chemin royal » qui raccordait San Diego à Sonoma sur 900 kilomètres, reliant entre eux les Presidios, pueblos et missions de l’Alta California.

  • 9 “Presidio of San Francisco”, National Park Service, http://www.nps.gov/prsf/index.htm.
  • 10 “Californians and the Military : José Dario Arguello”, The California State Military Museum, http:/ (...)
  • 11 John Casey, San Francisco Street Names from A to Z, http://www.jdcjr.us/SFStreets.html.

4Pour protéger la mission et sa population civile, le capitaine Juan Bautista d’Anza (Anza St. confie au lieutenant Jose Joaquin Moraga (Moraga St.) la construction d’un Presidio, ou fort, à l’entrée de la baie, sur un promontoire stratégique9. Arguello Blvd, au sud du Presidio, honore Don José Darío Argüello et son fils, Don Luís Antonio Argüello, tous deux commandants du fort. Le fils succédera au poste de gouverneur de Californie (devenue mexicaine10), poste occupé jusqu’en 1822 par Pablo Vicente de Sola (Sola Ave), son dernier gouverneur espagnol (Loewenstein). Alviso St., Grijalva St. et Pacheco St. rendront à leur tour hommage à des membres de l’expédition d’Anza, tout comme Peralta Ave, Bernal Heights Blvd et Valencia St. établies sur les terres d’anciens soldats (Loewenstein). Alors que Taraval St. est nommée d’après un guide indien de l’expédition d’Anza, Sanchez St. immortalise Antonio Sanchez, ancien commandant du Presidio qui combattit les populations indiennes11.

Yerba Buena à l’heure mexicaine

  • 12 « Bien que l’alcalde ait en général été choisi par les regidors (conseillers), il pouvait être nomm (...)

5Après l’indépendance mexicaine de 1821, les établissements de Californie se voient administrés par des alcades (maires) et leurs ayuntamientos (conseils12). En 1834, Francisco de Haro (De Haro St.) devient le premier alcade du pueblo, village établi en bordure de la baie (Eames, 15). Distinct des établissements développés autour de la Mission et du Presidio, le pueblo est avantageusement situé le long d’un ancrage abrité, au milieu de champs de menthe sauvage que les Espagnols appellent hierba buena, « bonne herbe », anglicisé en Yerba Buena (Loewenstein). Quant au Presidio, il est délimité sur sa partie orientale par El Divisadero, nom dérivé soit du verbe divisar « voir de loin », une référence à la Montagne Solitaire (Lone Mountain), offrant une vue panoramique, soit de divisidero, suggérant une division (Carlisle, Loewenstein).

  • 13 Sujet britannique, Richardson adopta par la suite la citoyenneté mexicaine.
  • 14 L’emplacement se trouve dans l’actuelle Chinatown.
  • 15 Cet axe fut redessiné et remplacé par les Grant et Kearny Avenues.
  • 16 William Heath Davis, Seventy-five Years in San Francisco, San Francisco, 1929, http://www.sfgenealo (...)
  • 17 “Howard, William D. M. 1818-1856”, San Mateo-San Francisco County CA Archives — Biographies, http:/ (...)
  • 18 William Heath Davis, op. cit., Chapter 50.
  • 19 La ville de Folsom s’est développée sur son ancienne propriété, ce qui donne une idée de la taille (...)

6Anticipant sur le potentiel de la région, le gendre du Comandante du Presidio, le capitaine britannique13 William A. Richardson, devient le premier colon de Yerba Buena en 183514. La mémoire de cet homme engagé dans le commerce des peaux est célébrée par Richardson Ave ainsi que par la Baie de Richardson, dans le Marin County, où il établit sa résidence en 1841 (l’endroit sera connu comme le Ranch Saucelito (sic), « petit bosquet de saules », nom qui par dysgraphie devient Sausalito). Aux alentours de la Calle de la Fundación15, première rue de Yerba Buena, qui longe sa maison, s’établissent bientôt des négociants américains, parmi lesquels Jacob Primer Leese (Leese St.16), Nathan Spear (Spear St.) et Heath Davis (Davis St.) (Loewenstein). Deux associés, William D.M Howard17 et Henry Mellus18, à leur tour prêtent leurs noms respectifs à des rues parallèles dans le South of Market District. Toutefois, l’accusation de Mellus à l’encontre des malversations d’Howard pousse ce dernier à faire jouer son influence au conseil municipal et a fait changer le nom de Mellus St. au profit de Natoma St., d’après une tribu indienne établie près de l’American River, jetant ainsi à tout jamais le nom de son infortuné associé aux oubliettes (Eames, 18-19). Leidesdorff St. célèbre William A. Leidesdorff, fils d’un marin danois et d’une caribéenne, adopté par un planteur anglais, dont la propriété est achetée, après sa mort, par Joseph L. Folsom (Folsom St.), capitaine américain ayant ensuite fait fortune en Californie (Eames, 25-2619). Côté mexicain, José de Jesús Noé, propriétaire de ranch et dernier alcalde sous domination mexicaine, est commémoré par Noe St., comme le sera Francisco Gurrero (Gurrero St.) (Carlisle), propriétaire foncier hautement respecté pour ses nombreuses fonctions locales avant et après la passation de pouvoirs américaine. Malgré l’investissement de ces hommes et un commerce que l’on sent prometteur, Yerba Buena sombre toujours, au début des années 1840, dans la léthargie. Les arrivées massives d’Américains vont cependant propulser ce pueblo sur le devant de la scène.

Conquête américaine

  • 20 En 1846, il provoqua la Bear Flag Revolt, rébellion américaine contre la domination mexicaine, qui (...)

7En 1845, l’année où le Texas est annexé, James Polk, dont Polk St. honore la mémoire, envoie John Charles Fremont20 explorer la Californie. Dans un élan de patriotisme, Fremont (Fremont St.) baptise en 1846 l’entrée de la baie de San Francisco Chrysopylae, ou Porte d’or, nom suggéré par « la forme de l’entrée de la baie et par son avantage pour le commerce (asiatique inclus) » (Gudde). En l’espace de quelques années, ce potentiel économique va provoquer un flot migratoire sans précédent.

  • 21 Ce nom célèbre aussi d’autres membres de sa famille, propriétaires fonciers ayant occupé des foncti (...)
  • 22 « History Of Pio Pico’s ‘El Ranchito’ », Pio Pico State Historic Park, http://www.piopico.org/Histo (...)

8Dans le camp mexicain, on craint ces afflux de population soutenus par une politique fédérale américaine expansionniste. Les gouverneurs — Jose Castro (1835-36), qui inspirera Castro St. et Castro District, ainsi que son successeur Juan Bautista Alvarado (Alvarado St.) — organisent la résistance (Carlisle21). Le général Pio Pico (Pico Ave), dernier gouverneur mexicain (1845-46), se montre plus frileux, qui en septembre 1846 se rend au Mexique pour lever des troupes… et éviter la capture22. Malheureusement, en dépit de leurs efforts, le 7 juillet 1846, le contre-amiral John Drake Sloat (Sloat Blvd) prend le contrôle de Monterey, et par là même de la Californie. Sa santé fragile le force toutefois à quitter la région. Lui succède alors le contre-amiral Robert F. Stockton (Stockton St.) (Carlisle, Loewenstein). Deux jours après l’assaut de Sloat, le capitaine John B. Montgomery (Montgomery St.) débarque au pueblo avec soixante-dix marins, déclarant à son tour Yerba Buena terre américaine (Eames, 29-31).

  • 23 Voir note 20.
  • 24 Voir aussi « The Vallejo Family : A Military History of Early California », The California State Mi (...)
  • 25 Bartlett fut le premier citoyen américain à servir comme alcade (Loewenstein).
  • 26 “January 30, 1847 : Yerba Buena becomes San Francisco”, The San Francisco History Podcast. Sparklet (...)
  • 27 Tout bien considéré, le nom Yerba Buena fut en usage pendant une dizaine d’années. C’est également (...)
  • 28 “San Francisco History-Yerba Buena”, Victorian San Francisco, http://victorian.squarespace.com/yerb (...)

9En dépit de son arrestation par les partisans de la rébellion du Bear Flag23, le 14 juin 1846, le valeureux général mexicain Mariano de Guadalupe Vallejo (Vallejo St.) accueille les Américains à bras ouverts, convaincu qu’ils placeront la région sous le signe de la prospérité. Cet enthousiasme explique sa participation, tout comme Thomas O. Larkin (Larkin St.), Consul américain de Monterey en 1849 (Loewenstein), à la Convention Constitutionnelle devant aboutir à l’admission de la Californie comme 31e État de l’Union (Carlisle24). Propriétaire foncier extrêmement puissant, Vallejo cède l’une de ses propriétés située de l’autre côté de la baie à Robert Semple, homme énergique à la recherche d’un terrain pour sa nouvelle ville. Vallejo impose toutefois une condition : que la nouvelle ville soit appelée Francisca, en l’honneur sa femme, Francisca Benicia Carrillo. Malheureusement pour lui, dans la crainte que la future ville ne fasse de l’ombre à Yerba Buena, le lieutenant alcade Washington Bartlett25 publie une ordonnance le 30 janvier 1847, déclarant que puisque « le nom local de Yerba Buena, tel qu’il est appliqué à l’établissement ou la ville de San Francisco, est inconnu au-delà du district, […] il est décrété que le nom de San Francisco doit ci-après être utilisé dans toutes les communications officielles et les documents publics, ou les dossiers appartenant à la ville26 ». Arbitraire s’il en est, cette décision officialisera à jamais le nom de San Francisco. Quant à la ville de Semple, elle dut se contenter de Benicia, inspiré du deuxième prénom de la femme de Vallejo, un second choix à l’évidence27. Confirmant la passation de pouvoirs entre Mexicains et Américains, une batterie de canons est transférée du Presidio au Fort Montgomery, à l’intersection de ce qui est aujourd’hui Broadway St. et Battery St. (Carlisle). Il faut toutefois attendre 1856 que, sur acte de la Législature, les trois établissements de Mission Dolores, du Presidio et de Yerba Buena soient incorporés à la ville de San Francisco28.

  • 29 Brown-Martin, Darcy, “An Honestly Crooked Street”, VIA Magazine.com, Le nom est inspiré du district (...)

10Si San Francisco possède désormais un nom officiel, il n’en est rien pour ses rues. L’alcade Bartlett ordonne alors de dresser une nouvelle carte de la ville, engageant le Philadelphien Jasper O’Farrell à cette intention en 1847. L’ingénieur civil s’attèle à la tâche, nommant les rues d’après son mandataire (Bartlett St.) et les premiers colons de Yerba Buena — Liedesdorff, Folsom, Lance, Davis et l’éditeur Elbert Jones. Son projet prévoit des voies assez larges pour répondre aux besoins d’une circulation accrue, ainsi que des rues en courbe pour épouser la verticalité des collines. Ce dernier point sera néanmoins contré par les promoteurs immobiliers qui lui préfèrent un plan en damier, donnant lieu à d’étonnantes rues-escaliers (Eames, 33), ou encore, bien plus tard en 1922, à Lombard St., rue aux huit virages en épingle à cheveux serpentant le long de Russian Hill sur une pente de 27 %29. Prévu comme une parallèle à Mission St., Market St. — nom suggéré par le Philadelphien George Hyde, fonctionnaire municipal, d’après une rue de sa ville natale — est une exception au tracé rectangulaire (Loewenstein).

  • 30 Les terrains étant soumis aux marées, ils faisaient partie intégrante des eaux fédérales. Ils tomba (...)
  • 31 Kearney fut nommé gouverneur en mars 1847, après la reddition de Vallejo.
  • 32 Samuel L. Lupton, “The Making and Naming of the Streets of San Francisco”, San Francisco Genealogy, (...)
  • 33 “San Francisco : Potrero Hill”, SFGate, http://www.sfgate.com/neighborhoods/sf/potrerohill.

11O’Farrell projette également d’élargir des quais et de combler les marécages de Yerba Buena afin de les rendre constructibles et de générer des revenus pour la ville. Le projet est entériné, sous le mandat du nouvel alcade, Edwin Bryant (Bryant St.), par le major général Stephen W. Kearny qui autorise la mise aux enchères de ces water lots30. Ces comblements expliquent la position actuelle de Front St., en retrait de la baie de quelques rues (la plupart du district financier de San Francisco se trouve sur ce terrain comblé). Dans son enthousiasme, O’Farrell décide de remodeler la vieille La Calle de la Fundacion et de lui donner le nom de Kearny St. (Carlisle31). Cet hommage toponymique, tout comme celui envers Sloat, Stockton et Montgomery, confirme le contrôle américain de la région, la bataille des noms ne faisant que confirmer l’engagement sur le terrain. Certains noms seront changés, comme La Plaza qui devient Portsmouth Square, en l’honneur de l’USS Portsmouth, navire du capitaine Montgomery (Carlisle). D’autres seront conservés, tels que Rincon Hill (espagnol pour « coin, recoin »), Laguna St., d’après Washerwomen’s Laguna, fréquentée par de nombreuses blanchisseuses dans les années 185032, Potrero Ave (d’après potrero nuevo, le « nouveau pâturage », terre accordée en 1835 à Francisco de Haro33) et Point Lobos, qui inspirera Lobos St., d’après le terme espagnol lobos, « loups, lions marins », où se prélassent les lions de mer (Loewenstein).

L’attrait de l’or

  • 34 La position de ces bras variait suivant la provenance des bateaux.
  • 35 Ce fut sur sa terre, dans la Sacramento Valley, que James W. Marshall découvrit les premières pépit (...)
  • 36 Jim Heldberg, « James Lick, San Francisco’s Atheist Benefactor », San Francisco Atheists, http://ww (...)

12L’agitation produite par la Ruée vers l’or provoque un afflux démographique considérable vers San Francisco. Dès 1849, l’arrivée des bateaux est indiquée au moyen d’un mât à bras de bois articulés, situé en haut de Loma Alta, la « Haute Colline », rebaptisée Telegraph Hill dès le raccordement du télégraphe en septembre 1853 (Carlisle34). Si le nom de John A. Sutter (Sutter St.), propriétaire du terrain où l’on découvre les premières pépites, atteint une popularité immédiate (Carlisle35), tous ceux qui vont bâtir des fortunes, que ce soit dans le secteur bancaire, immobilier, ou le droit des affaires, partagent bientôt cette gloire, témoin Sharon St., Fair Ave, Cleveland St., Capp St., Fell St., Selby St., Newhall St., Donahue St., Halleck St., Stevenson St., et Mason St., nommée d’après le colonel Richard B. Mason, gouverneur de Californie pendant la Ruée vers l’or (Loewenstein, Carlisle). Débarqué à San Francisco en 1847, à l’âge de 51ans, pour y investir 30000 dollars or, James Lick deviendra l’homme le plus riche de Californie ; l’hommage sera cependant plus tardif (1951), lors de la création du James Lick Freeway36. Hearst Ave célèbre George Hearst, investisseur du Nevada et sénateur fédéral dont le fils, William, construira le fameux empire Hearst. Arrivé en 1846 à la tête d’un groupe de 240 mormons, Samuel Brannan (Brannan St. devient le citoyen le plus influent de la ville pendant la Ruée vers l’or, soutenant les banques, le télégraphe, et l’agriculture locale (Carlisle).

  • 37 Ils ignorèrent malheureusement le terrain accidenté de la ville et continuèrent d’appliquer une gri (...)
  • 38 Selon John Casey Bush Street aurait été baptisée d’après J. P. Bush, jeune homme débarqué d’un bale (...)
  • 39 Conseiller municipal avec pouvoir législatif.

13Afin de faire face à l’expansion démographique, la municipalité nomme une nouvelle équipe de géomètres qui, sous la houlette de leur chef, William M. Eddy, appliquent dès 1859 un plan quadrillé comprenant quatre-vingt-dix blocs supplémentaires à l’ouest de la Rue Larkin, plus connue sous le nom de Western Addition (Eames, 5537). Si O’Farrell St. et Eddy St. honorent les géomètres en chef de San Francisco38, cette association toponymique entre les nouveaux districts et leurs créateurs était un réflexe somme toute assez fréquent. Les supervisors39- A. J. Shrader, qui contribua à la création du Golden Gate Park vers la fin des années 1860- et Munroe Ashbury furent ainsi célébrés par Shrader St. et The Haight-Ashbury (Loewenstein). Haight rend de la même façon hommage à Henry Haight, banquier et philanthrope, supervisor lui aussi, bien que certaines sources créditent l’appellation à d’autres membres de la famille Haight, Fletcher Haight, juge influent, ou Henry H. Haight, futur gouverneur (1867-71) (Loewenstein).

  • 40 Samuel L. Lupton, “The Making and Naming of the Streets of San Francisco”, San Francisco Genealogy, (...)
  • 41 Lupton, op. cit.
  • 42 Dave Schweisguth, “San Francisco Trivia Quiz : A Name In Full”, San Francisco Gazetteer, http://sfg (...)
  • 43 Lupton, op. cit., et Loewenstein.
  • 44 Lupton, op. cit.

14Le mandat de John W. Geary (Geary St. et Geary Blvd, Loewenstein), qui missionne Eddy pour ce nouvel arpentage, marque un changement radical avec le système colonial, passant d’un alcade nommé à un maire élu40. Alors que Bartlett St., Bryant St., Hyde St. (Loewenstein), Townsend St. (Eames, 51), Leavenworth St. (Carlisle), Turk St.41 et Steuart St. (Carlisle) immortalisent d’anciens alcades ou des membres de l’ayuntamiento, Brenham Place célèbre Charles J. Brenham, ancien prospecteur devenu deuxieme, puis quatrième maire de San Francisco42, tout comme Webb St. commémore S.P. Webb, maire en 185443. Post St. salue la mémoire de Gabriel B. Post, membre de l’ayuntamiento en 1849 devenu sénateur d’État44. Hayes St. traverse aujourd’hui Hayes Valley, ancienne propriété de Thomas Hayes, membre du Conseil du Comté, de 1853 à 1856 (Carlisle).

15On décide également de rendre hommage, bien que dans une moindre mesure, aux premiers présidents de la nation, témoin Washington, Jefferson, Jackson, Taylor Fillmore, Lincoln et Pierce Streets, et Grant Ave. Toutefois, à la différence de ce qui peut être observé dans d’autres villes, les rues de San Francisco célèbrent un grand nombre de figures locales. À part certains héros nationaux, comme en témoignent Burke Ave, Fairfax Ave, et Webster St. (Loewenstein), ou des noms de la première heure, tel Samsone St. transféré de Philadelphie par Jean-Jacques Vioget, urbaniste des tout premiers plans de la ville, la plupart des noms relatent une histoire locale. Le développement d’une ville qui était géographiquement éloignée de la vie de la nation, concentrée surtout à l’est du Mississippi, explique très certainement l’ascendant des personnalités locales.

Heures troubles

  • 45 En 1851 Coleman fut procureur dans un procès incriminant deux Australiens, accusés de vol.

16À l’image de nombreuses villes minières, San Francisco est victime de son propre succès, incapable de s’adapter au boom démographique, en proie au crime et à la débauche. L’inefficacité bureaucratique ainsi que l’absence d’une police rémunérée et désarmée face à la corruption rampante encouragent un groupe de malfrats, appelés les Chiens de meute (The Hounds), à racketter les commerçants, à détrousser la population et à vandaliser les maisons privées, y compris les tentes d’immigrants (Eames, 66). Sam Brannan, ancien chef mormon ayant prospéré dans l’immobilier, décide de prendre les choses en main et forme, avec d’autres négociants, parmi lesquels William Coleman (Coleman St.) (Eames, 7245), un « Comité de Vigilance ». Le but proclamé est clair : se débarrasser du crime, de la corruption gouvernementale, et à l’occasion, lutter contre l’immigration, surtout dans le cas de ressortissants irlandais ou d’anciens détenus australiens (Eames, 68).

  • 46 Casey, op. cit.
  • 47 Casey, op. cit. Il devint par ailleurs célèbre pour avoir défendu — avec succès — des blanchisseurs (...)

17Des résidents de longue date, Jacob Leese, William Howard, Henry Mellus et Alfred J. Ellis (Ellis St.46) rejoignent la milice, tout comme Isaac G. Bluxome (Bluxome St.), homme d’affaires populaire qui en 1849 lutte contre les Chiens de meute (Loewenstein), ou Hall McAllister (Mc Allister St.), qui les poursuit en justice47. Toutefois, les objections à l’encontre des Vigilantes et des procès précipités qu’ils mènent vont mettre un terme à leurs activités en 1851. S’ils réapparaissent en 1856, le nouveau maire, James Van Ness, soutenu par le gouverneur, porte la même année un coup fatal à leurs activités. Van Ness Avenue, la plus large artère de San Francisco, rend hommage à cet homme qui, par son ordonnance de 1855, vient de rendre leurs terres aux colons expropriés de la Western Addition (Eames, 77, Loewenstein).

  • 48 Le Pacific Railroad Act fut voté en 1862.
  • 49 Elle est parfois encore surnommée, avec quelque sarcasme, Snob Hill.

18Si l’épisode Vigilante met en évidence le dysfonctionnement de la ville pendant la Ruée vers l’or, il marque aussi la métamorphose de San Francisco en une métropole moderne. Cette transformation est accélérée par la construction du premier chemin de fer transcontinental commencée en 186348. Huntington, Hopkins, et Stanford Streets rendent hommage aux trois des « Quatre Grands » (The Big Four), fondateurs du Central Pacific Railroad, chargés de construire le tronçon Californie-Utah (Loewenstein). Le plus célèbre d’entre eux, Leland Stanford, fondateur de l’une des plus prestigieuses universités américaines (Stanford University), devient gouverneur de Californie, puis membre du Sénat fédéral. Avec leur quatrième associé, Charles Crocker, ils vivent retranchés, loin du bruyant front de mer, sur Nob Hill, nom dérivé de nabab, référence à ses riches résidents (Loewenstein49). Judah St., dans le Sunset District, honore Theodore D. Judah, ingénieur en chef engagé par les Quatre Grands pour le tracé de la nouvelle ligne ferroviaire.

19La ville se remet à peine de l’ère des Vigilantes que le déclenchement de la guerre de Sécession ranime déjà les passions entre les 50000 Californiens défendant la cause yankee, les 30000, celle du Sud et les 50000 ressortissants étrangers (essentiellement irlandais, allemands et britanniques). Bien que démographiquement minoritaires en Californie, les Sudistes y exercent une grande influence, donnant à l’État sa majorité démocrate. Dans le camp des anti-esclavagistes, souvent réunis lors des meetings en faveur de l’Union à… Union Square (Eames, 64), se trouvent cependant Leland Stanford, gouverneur de 1862 à 1863, le colonel Edward D. Baker (Baker St.) et David C. Broderick (Broderick St.), promoteur et actif abolitionniste élu au Sénat d’État en 1850 (Carlisle). Des figures nationales défendant les anti-esclavagistes de Californie, comme Daniel Webster, sénateur du Massachusetts, et Henry Clay, représentant et sénateur du Kentucky, s’y verront aussi à l’honneur, témoin Webster St. et Clay St. (Eames, 54).

20Vers la fin du XIXe siècle, la ville replonge dans la corruption. Succédant en 1896 au maire Adolph Sutro (Sutro Heights Ave) qui peine à assainir la gestion municipale, James Duval Phelan (Phelan Ave), son successeur, réussit à collecter des fonds pour améliorer les écoles et le réseau d’égouts de la ville. Fils d’un prospecteur irlandais devenu millionnaire, Phelan a un plan grandiose pour la ville : la transformer en un Paris de l’Ouest, avec de larges avenues Haussmanniennes bordées de magnifiques bâtiments publics rayonnant à partir de points centraux. À cette fin, il engage un architecte, Daniel Burnham, dont le projet de 1905 s’avère malheureusement trop ambitieux pour être retenu (Loewenstein).

  • 50 “Don’t call that the Richmond !” SFGate, http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/cityinsider/detail?blo (...)
  • 51 http://www.sfgate.com/neighborhoods.

21Pendant la Ruée vers l’or, les quartiers les plus luxueux s’étendent au sud de Market Street sur Rincon Hill — dans une région appelée à dessein Happy Valley — et à South Park, quartier résidentiel de prestige construit en 1855 d’après une place londonienne. Au tournant du siècle, de nouveaux quartiers se développent vers le sud, comme en témoigne le district Excelsior dont le distingué nom latin promet l’excellence, ainsi que vers l’océan Pacifique. Surnommés The Outer Lands, « les Terres éloignées », ou The Great Sand Waste, « le Grand désert de sable », ces dunes et champs de pommes de terre sont rebaptisés Park Presidio, toponyme qui ne rencontrera pas l’adhésion : on lui préfère Richmond, pour la partie située au nord du Golden Gate Park, d’après le nom de l’ancienne propriété australienne de George T. Marsh, marchand d’art50. En 1887, au sud du Golden Gate Park, Aurelius E. Buckingham fait construire un groupe de maisons qu’il appelle Sunset District. Si les familles irlandaises, italiennes et asiatiques, ainsi que des étudiants en médecine de la proche University of California s’installent dans ce quartier, ce n’est pas tant pour l’appel du nom, censé faire oublier le brouillard dense et fréquent des terres côtières, que pour ses bas loyers51.

La controverse de 1909

  • 52 John Freeman, “Street Naming Controversy, 1909”, Encyclopedia of San Francisco, http://www.sfhistor (...)

22Le 18 avril 1906, un tremblement de terre ravageur, estimé à 8.25 sur l’échelle de Richter et provoqué par une fracture de la faille de San Andreas, détruit une grande partie de la ville, à commencer par les water lots, terrains les plus instables où les habitants se trouvent piégés par des incendies dus à des ruptures des conduites de gaz et à des cheminées en flammes. Le général Frederick Funston (Funston Ave) y mène des opérations de secours avec grande intelligence et sang froid (Eames, 85-97). Tandis que les dégâts engendrent de nombreuses pertes humaines, ils permettent à la ville dévastée d’envisager de nouveaux plans urbains. C’est le moment que choisit James Phelan, ancien maire, pour soumettre à nouveau le plan de Burnham. Revu à la baisse, par manque des fonds, il aboutira à la création de larges artères, d’un métro sous Market Street et d’un boulevard de front de mer — le futur Embarcadero, qui se substitue à St. North et East St. South52.

23Sur proposition des Postes américaines, le plan de réaménagement urbain prévoit également une révision de la nomenclature des rues, celle-ci étant fréquente source d’erreurs ; sur les enveloppes, par exemple, Church Ave et Virginia Ave sont souvent confondues avec Church St. et Virginia St., ou Church Blvd et Virginia Blvd. Parfois les rues se prolongent sous d’autres noms, telle DuPont St. devenant Grant Avenue. Mais ceci n’est rien en comparaison d’un triple ensemble de rues aux noms équivoques :

  • Le Mission District, au centre de la ville, comprend des rues allant de la First à la 31st Street.
  • Les quartiers du Richmond et du Sunset sont traversés d’avenues allant de la First à la 49th Avenue.
  • Le Bayview District, au sud-est de San Francisco compte des rues allant de la First à la 54th, auxquelles on ajoute, pour éviter la confusion avec le Mission District, « Avenue, South ».
  • 53 John Freeman, “Spanish Town: Street Names in Western San Francisco” Western Neighborhoods Project, (...)
  • 54 John Freeman, “Street Naming Controversy”, op. cit.
  • 55 Ibid.

24Un comité spécial, nommé en 1909, décide de mettre fin à ce chaos toponymique. Dans le Richmond et le Sunset, il propose de remplacer des rues nord-sud jusque-là numérotées par des noms commémorant des personnages marquants de l’époque espagnole, la First Avenue devenant ainsi Arguello, la Second Avenue, Borcia, la Third Avenue, Coronado, et ainsi de suite jusqu’à la dernière lettre de l’alphabet ; à l’ouest de la 27e Avenue, les rues seraient désignées par des saints. Un semblable quadrillage « à l’espagnole » — avec des lettres de l’alphabet cette fois — serait appliqué aux rues allant d’est en ouest53. Dans le Bayview District, le comité propose les noms d’Américains célèbres, selon une logique alphabétique. Ces choix sont loin de faire l’unanimité : « Certains des noms espagnols suggérés peuvent être un peu difficiles pour la langue américaine54». Ce à quoi il est répondu que « si nous voulons rivaliser avec notre dynamique voisin, Los Angeles, en employant des noms espagnols musicaux que notre histoire nous autorise à adopter », cela aurait un impact positif sur l’industrie touristique55. Malgré le soutien de la presse, les résidents du Richmond et du Sunset, qui jugent la ville vendue aux Espagnols, réclament des noms « qui reflètent la gloire et l’éclat de notre civilisation ». Réunions et pétitions se multiplient. La commission capitule sauf pour First Avenue et 49th Avenue qui deviennent respectivement Arguello et La Playa.

  • 56 John Freeman, “Spanish Town”, op. cit.

25Les résultats pour les rues allant d’est en ouest seront plus variés. Anza, à cause de son importance historique, est adopté à l’unanimité en remplacement de A Street. Custer, « le héros » mort au combat en 1876 lors de la bataille de Little Big Horn contre les tribus dakotas, est envisagé pour la C Street, mais on lui préfère en définitive Cabrillo (Custer sera « transféré » au Bayview). Lawton St., par contre, est retenu en mémoire du général Henry W. Lawton, qui captura le chef Apache Geronimo et venait juste d’être tué au combat. Alors que le Richmond reçoit le nom de trois explorateurs espagnols — Anza, Balboa et Cabrillo — le Sunset obtient quatre noms américains pour ses rues allant de I à L, Lincoln Way remplaçant H Street. Quant à la partie sud du Sunset, zone peu peuplée, l’opposition aux noms « espagnols » — par ailleurs déjà usités par la puissante Parkside Realty Company — a disparu56. La controverse au sujet de « Ville espagnole » étant close, les urbanistes s’attaquent désormais au South San Francisco, quartier en pleine construction plus connu sous le nom de Bayview par sa position face à la baie.

  • 57 John Freeman, “Street Naming Controversy”, op. cit.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid.

26Le père O’Sullivan et le père Ford y mènent une campagne ardente contre le nom du patriotique Thomas Paine proposé pour la Sixteenth Avenue, South., objectant que Paine est « un infidèle et à South San Francisco nous sommes tous de bons chrétiens57 ». Même contestation pour Fitzgerald Ave, « héros d’une œuvre de littérature païenne. » Wallace Ave est pareillement vilipendé, car inspiré « d’un héros écossais — et nous sommes Irlandais ici dans le Sud, pour trois quarts d’entre nous en tout cas58 ». En dépit de leurs protestations, les prêtres n’obtiendront satisfaction que pour trois exceptions : Palou Ave (au lieu de Payne Ave), Bancroft Ave (au lieu de Belfast) et Carroll Ave (au lieu de Cromwell) d’après le seul signataire catholique de la déclaration d’Indépendance. Partout ailleurs, la commission aura décidé de rendre hommage aux pionniers de San Francisco ou aux grands personnages de la nation59. Dans le Bayview comme dans les districts du Richmond et du Sunset, les motifs pragmatiques auront souvent été mis en sourdine pour céder à des expressions d’indignation, de nationalisme et d’esprit partisan. Pourtant, malgré les débats engendrés, la grande majorité de ces noms aura traversé les époques jusqu’à ce jour.

Le vingtième siècle

  • 60 Dave Schweisguth, op. cit.

27Après la Première Guerre mondiale, les promoteurs immobiliers, probablement sous l’influence du Mission Revival, mouvement architectural du début du XXe siècle, décident de faire revivre l’héritage espagnol de la ville, parlant en faveur de noms plus exotiques. D’anciens toponymes sont ressuscités, de nouveaux ajoutés. La Seconde Guerre mondiale ravive ce patriotisme, ce qui sur le plan toponymique se manifeste par une mise au ban des accusés des noms allemands ou japonais. Ainsi, alors que dans d’autres parties du pays certaines villes répondant au nom de Berlin, Germantown, ou Kiel sont rebaptisées, la nomenclature « japonaise » de San Francisco est dénigrée, comme lorsqu’en 1942 la municipalité change le nom de Japan St. en Colin P. Kelly Jr. St., afin d’honorer un capitaine dont le bombardier vient d’être sévèrement endommagé à son retour à la base philippine60. Dans le District Excelsior, où de nombreuses rues ont été baptisées d’après des villes ou des pays européens, Japan St. et Germany St. disparaissent au profit de noms plus consensuels. Toutefois, en 1968, Peace Plaza, située au Japan Center, sera inaugurée afin de symboliser l’amitié retrouvée entre les deux pays.

  • 61 Casey, op. cit.
  • 62 “Walter U. Lum Place”, San Francisco Chronicle, Jan. 15, 1985, p. 3.

28Alors que les années 1950 sont caractérisées par des campagnes agressives destinées à démolir les quartiers de la classe ouvrière, déplaçant ainsi un grand nombre d’Afro-Américains, les années 1960 apportent davantage de respect envers l’héritage ethnique de la ville, tendance qui se poursuit aujourd’hui. South Drive devient Martin Luther King Jr. Drive, Lefty O’Doul St. est rebaptisée Tandang Sora St. d’après un patriote philippin, et Army St. est renommée Cesar Chavez St., bien que, comme John Casey, toponymiste à ses heures, écrive : « Elle restera toujours Army St. pour moi61 ». En 1985, pour la première fois, le Conseil de la ville (Board of Supervisors) décide de rebaptiser Brenham Place (nom transféré à la Seventh St. North), en faveur d’un Américain d’origine chinoise, Walter U. Lum (Walter U. Lum Place), qui a lutté sa vie entière pour défendre les droits de ses semblables62. Lorsque l’on connait l’influence démographique et économique de cette communauté à San Francisco, l’hommage n’est que justice rendue.

  • 63 Bill Morgan, “City Lights Bookstore Tour”, City Lights Booksellers and Publishers, http://www.cityl (...)
  • 64 Names of 12 San Francisco Streets Changed to Honor Authors and Artists, City Lights Books, San Fran (...)

29L’esprit de frontière et la nature rebelle de San Francisco ont alimenté la contre-culture de ce pays. Dans les années 1950, City Lights Books s’affirme comme éditeur de la Beat Generation, un endroit de rencontre pour les « auteurs inventifs de la ville, les artistes et les penseurs des années conservatrices d’après-guerre63 ». Le 25 janvier 1988, le conseil municipal approuve une proposition de City Lights Books de rebaptiser douze rues d’après des auteurs et des artistes célèbres nés ou ayant vécu à San Francisco, tels Jack London St. (anciennement Center St.), Ambrose Bierce St. (ex-Aldrich St.), Dashiell Hammett St.(anciennement Monroe St.) et Bob Kaufman St. (ex Harwoord Alley). La sélection comprend des auteurs, tels Richard H. Dana Place (au bout de Leavenworth Place), Jack Kerouac St. (anciennement Adler Alley), Frank Norris St. (moitié est de Austin St.), Mark Twain Plaza (à l’extrémité de Merchant St.), des poètes comme pour Kenneth Rexroth Place (ex-Tracy Place), un dramaturge, comme William Saroyan Place (anciennement Adler Alley), une danseuse, Isadora Duncan Lane (ex-Adelaide St.), et un sculpteur, Via Bufano St. (anciennement Grover St.)64. Alors qu’ailleurs la ville suit un rythme effréné où les gratte-ciel rivalisent dans les airs, l’initiative de City Lights Books dans cette partie du nord-est de la ville est accueillie avec bonheur par tous ceux qui y voient la victoire d’une résistance culturelle, sorte de répit nécessaire pour cette ville aux prises avec une urbanisation intense.

30Après avoir placé la région sous leur seule juridiction, les conquérants espagnols honorèrent leurs explorateurs et les représentants de la Couronne. Les nouveaux maîtres américains adoptèrent une logique semblable, en appliquant les noms de leurs courageux officiers et, pour des raisons économiques et politiques évidentes, ceux de leurs investisseurs. La Ruée vers l’or ajouta son propre ingrédient à ce mélange toponymique, en encensant les citoyens les plus fortunés, comme ce fut le cas vers la fin du XIXe siècle avec les magnats de l’industrie ferroviaire. Même la controverse de 1909 qui eut lieu dans les quartiers de Richmond, de Sunset et de Bayview rendit sans coup férir un hommage limité au citoyen lambda. Là encore, les témoignages allèrent aux explorateurs, aux figures nationales, aux officiers américains et aux patriotes célèbres.

31Alors que le très résidentiel Russian Hill surplombe le rivage où les pelletiers russes venaient autrefois troquer leurs marchandises, en contrebas, au milieu de la baie, pointe cette île aux prisonniers, « l’Île aux Pélicans » des Espagnols, mélodieusement appelée Alcatraz. Ici comme dans bien d’autres endroits de San Francisco, le nom des rues fait revivre l’histoire de la ville, nourrissant l’imaginaire de ses visiteurs comme de ses résidents. Ici comme dans bien d’autres endroits de la ville, l’héritage multiculturel crée un sentiment d’appartenance dont les habitants de San Francisco sont fiers. Cette diversité ne fut pas un processus lisse, loin de là, comme en témoignent les différentes luttes pour imposer un nom et ensuite le protéger. Pourtant, partout le consensus fut atteint, unissant le pragmatisme au romantisme, la sensibilité ethnique au sentiment nationaliste. Là où le passé et le progrès se mêlèrent, là où le patriotisme et le modernisme s’allièrent, un corpus fascinant et fluide se créait, à l’image de San Francisco, ville en permanent renouvellement.

Bibliographie

Ouvrages cités

Livres et articles

N.B. Les notes de bas de page sans référence renvoient à des dictionnaires.

Carlisle Henry C., San Francisco Street Names; Sketches of the Lives of Pioneers for Whom San Francisco Streets Are Named, San Francisco, American Trust Company, 1954.

Eames David B., San Francisco Street Secrets; The Stories Behind San Francisco Street Names, Baldwin Park, CA, Gem Guides Book Co, 1995.

Gudde Erwin G., California Place-Names, 1949, Berkeley, University of California Press, 4th ed. 1998.

Loewenstein Louis K., Streets of San Francisco; The Origin of Street and Place Names, 1984 Berkeley, Wilderness Press, 4th ed. 1996.

Names of Twelve San Francisco Streets Changed to Honor Authors and Artists, San Francisco, City Lights Books, 1989.

“Walter U. Lum Place”, San Francisco Chronicle, Jan. 15, 1985, p. 3.

Ressources en ligne

Dernière date de consultation : 13 octobre 2009.

“Alcade”, The Handbook of Texas Online, http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/AA/nfa1.html

Brown-Martin Darcy, “An Honestly Crooked Street”, VIA Magazine.com, http://www.viamagazine.com/top_stories/articles/lombard01.asp

“Californians and the Military: José Dario Arguello”, The California State Military Museum,http://www.militarymuseum.org/Arguello.html

Casey John, San Francisco Street Names from A to Z, http://www.jdcjr.us/SFStreets.html

Davis William Heath, Seventy-five Years in San Francisco, San Francisco, 1929, on line at http://www.sfgenealogy.com/sf/history/hb75yidx.htm

“Don’t call that the Richmond!” SFGate, San Francisco Chronicle, http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/cityinsider/detail?blogid=55&entry_id=35128

Freeman John, “Spanish Town: Street Names in Western San Francisco”, Western Neighborhoods Project, http://www.outsidelands.org/street-names.php

—, “Street Naming Controversy - 1909”, Encyclopedia of San Francisco, http://www.sfhistoryencyclopedia.com/articles/s/streetNaming.html

Heldberg Jim, “James Lick, San Francisco’s Atheist Benefactor”, San Francisco Atheists, http://www.godlessgeeks.com/JamesLick.htm

“Historic California Posts: Fort Ross”, The California State Military Museum, http://www.militarymuseum.org/FtRoss.html

“History of Pio Pico’s ‘El Ranchito’”, Pio Pico State Historic Park, http://www.piopico.org/History_of_Pio_Pico_El_Ranchito.htm

“Howard William D. M. 1818 - 1856”, San Mateo-San Francisco County CA Archives - Biographies, http://files.usgwarchives.org/ca/sanmateo/bios/howard971nbs.txt

“January 30, 1847 : Yerba Buena becomes San Francisco”, The San Francisco History Podcast, Sparkletack.com, http://www.sparkletack.com/2009/01/26/san-francisco-timecapsule-012609/

Lupton Samuel L., “The Making and Naming of the Streets of San Francisco”, San Francisco Genealogy, http://www.sfgenealogy.com/sf/history/hgstr.htm

Morgan Bill, “City Lights Bookstore Tour”, City Lights Booksellers and Publishers, http://www.citylights.com/bookstore/?fa=books_tour

“Neighborhoods in San Francisco”, SFGAte, San Francisco Chronicle, http://www.sfgate.com/neighborhoods

O’Day Edward F., ed., “The Founding of San Francisco”, Virtual Museum of the City of San Francisco, http://www.sfmuseum.org/hist6/founding.html

“Pathfinders and Passageways, The Discovery of Canada, Russians in the North Pacific”, Library and Archives Canada, http://epe.lac-bac.gc.ca/100/206/301/lac-bac/explorers/www.collectionscanada.gc.ca/explorers/h24-1740-e.html

“Presidio of San Francisco”, National Park Service, http://www.nps.gov/prsf/index.htm

“San Francisco History - Yerba Buena”, Victorian San Francisco, http://victorian.squarespace.com/yerba-buena

Schweisguth Dave, “San Francisco Trivia Quiz: A Name In Full”, http://sfgazetteer.com/a-name-in-full.html

“Sir Francis Drake: The Famous Voyage : The Circumnavigation of the World, 1577- 1580”, The Library of Congress, http://www.loc.gov/rr/rarebook/catalog/drake/drake-4-famousvoy.html

“The Vallejo Family: A Military History of Early California”, The California State Military Museum, http://www.militarymuseum.org/Vallejo.html

Notes

1 Dernière date de consultation des ressources en ligne : 13 octobre 2009. Les ouvrages de Carlisle, Gudde et Loewenstein sont des dictionnaires et seront donc mentionnés sans référence de page.

2 “Sir Francis Drake : The Famous Voyage : The Circumnavigation of the World, 1577-1580”, The Library of Congress, http://www.loc.gov/rr/rarebook/catalog/drake/drake-4-famousvoy.html

3 “Historic California Posts : Fort Ross”, The California State Military Museum, http://www.militarymuseum.org/FtRoss.html. Pour plus de détails sur les Russes en Amérique, voir “Pathfinders and Passageways, The Discovery of Canada, Russians in the North Pacific”, Library and Archives Canada, http://epe.lac-bac.gc.ca/100/206/301/lac-bac/explorers/www.collectionscanada.gc.ca/explorers/h24-1740-e.html

4 Cet ancien cimetière russe sera découvert lors de la Ruée vers l’or.

5 Elles seront vingt et une au total.

6 Cette artère devient Junipero Serra Hwy ou Interstate 280.

7 On laissa aux Dominicains le soin de développer les missions de la Baja California.

8 Edward F. O’Day, ed., “The Founding of San Francisco”, Virtual Museum of the City of San Francisco, http://www.sfmuseum.org/hist6/founding.html. Malheureusement, les vents froids de la mer ainsi que le brouillard n’attiraient pas les populations indiennes. En 1782, le père Palou décida de déplacer la mission dans un endroit plus prometteur. En 1791, une nouvelle église en adobe fut érigée, qui survécut au tremblement de terre de 1906.

9 “Presidio of San Francisco”, National Park Service, http://www.nps.gov/prsf/index.htm.

10 “Californians and the Military : José Dario Arguello”, The California State Military Museum, http://www.militarymuseum.org/Arguello.html.

11 John Casey, San Francisco Street Names from A to Z, http://www.jdcjr.us/SFStreets.html.

12 « Bien que l’alcalde ait en général été choisi par les regidors (conseillers), il pouvait être nommé par le gouverneur ou élu par le peuple ». Pour de plus amples informations sur le sujet, voir “Alcade”, The Handbook of Texas online, http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/AA/nfa1.html.

13 Sujet britannique, Richardson adopta par la suite la citoyenneté mexicaine.

14 L’emplacement se trouve dans l’actuelle Chinatown.

15 Cet axe fut redessiné et remplacé par les Grant et Kearny Avenues.

16 William Heath Davis, Seventy-five Years in San Francisco, San Francisco, 1929, http://www.sfgenealogy.com/sf/history/hb75yidx.htm, Chapter 6.

17 “Howard, William D. M. 1818-1856”, San Mateo-San Francisco County CA Archives — Biographies, http://files.usgwarchives.org/ca/sanmateo/bios/howard971nbs.txt.

18 William Heath Davis, op. cit., Chapter 50.

19 La ville de Folsom s’est développée sur son ancienne propriété, ce qui donne une idée de la taille de celle-ci et de la richesse de l’homme.

20 En 1846, il provoqua la Bear Flag Revolt, rébellion américaine contre la domination mexicaine, qui donna naissance à la république de Californie.

21 Ce nom célèbre aussi d’autres membres de sa famille, propriétaires fonciers ayant occupé des fonctions politiques élevées.

22 « History Of Pio Pico’s ‘El Ranchito’ », Pio Pico State Historic Park, http://www.piopico.org/History_of_Pio_Pico_El_Ranchito.htm.

23 Voir note 20.

24 Voir aussi « The Vallejo Family : A Military History of Early California », The California State Military Museum, http://www.militarymuseum.org/Vallejo.html.

25 Bartlett fut le premier citoyen américain à servir comme alcade (Loewenstein).

26 “January 30, 1847 : Yerba Buena becomes San Francisco”, The San Francisco History Podcast. Sparkletack.com. http://www.sparkletack.com/2009/01/26/san-francisco-timecapsule-012609.

27 Tout bien considéré, le nom Yerba Buena fut en usage pendant une dizaine d’années. C’est également sous l’influence de Bartlett que se développèrent Washington, Clay et Montgomery Streets (Loewenstein).

28 “San Francisco History-Yerba Buena”, Victorian San Francisco, http://victorian.squarespace.com/yerba-buena.

29 Brown-Martin, Darcy, “An Honestly Crooked Street”, VIA Magazine.com, Le nom est inspiré du district financier londonien, http://www.viamagazine.com/top_stories/articles/lombard01.asp.

30 Les terrains étant soumis aux marées, ils faisaient partie intégrante des eaux fédérales. Ils tombaient de fait sous la juridiction de l’officier fédéral (Eames, 33).

31 Kearney fut nommé gouverneur en mars 1847, après la reddition de Vallejo.

32 Samuel L. Lupton, “The Making and Naming of the Streets of San Francisco”, San Francisco Genealogy, http://www.sfgenealogy.com/sf/history/hgstr.htm.

33 “San Francisco : Potrero Hill”, SFGate, http://www.sfgate.com/neighborhoods/sf/potrerohill.

34 La position de ces bras variait suivant la provenance des bateaux.

35 Ce fut sur sa terre, dans la Sacramento Valley, que James W. Marshall découvrit les premières pépites d’or en 1848. Avant la Ruée vers l’or, Sutter était déjà devenu l’un des hommes les plus entreprenants de Californie, employant jusqu’à mille Indiens sur ses terres. Cet aventurier suisse était connu pour l’hospitalité et le réconfort qu’il offrait à des milliers d’immigrants venus de l’Est, tels ces survivants de l’expédition Donner de 1847. Sa terre fut malheureusement envahie par les squatters et c’est dans la quasi pénurie qu’il s’éteint.

36 Jim Heldberg, « James Lick, San Francisco’s Atheist Benefactor », San Francisco Atheists, http://www.godlessgeeks.com/JamesLick.htm. « Assembly Concurrent Resolution No. 37 — Relative to the naming of the James Lick Memorial Freeway », 1951 Resolution, Chapter 122, p. 4550.

37 Ils ignorèrent malheureusement le terrain accidenté de la ville et continuèrent d’appliquer une grille assez ennuyeuse, comme cela était la coutume à l’Est.

38 Selon John Casey Bush Street aurait été baptisée d’après J. P. Bush, jeune homme débarqué d’un baleinier en 1845. Devenu assistant de Jasper O’Farrell, il fut remercié pour ses services en se voyant attribuer une rue à son nom, son seul paiement. Louis K. Loewenstein, quant à lui, mentionne trois autres étymologies possibles.

39 Conseiller municipal avec pouvoir législatif.

40 Samuel L. Lupton, “The Making and Naming of the Streets of San Francisco”, San Francisco Genealogy, http://www.sfgenealogy.com/sf/history/hgstr.htm. La nouvelle charte municipale entra en vigueur le 1er mai 1850, lorsque l’alcade Geary devint maire. Voir aussi Eames, 51, 59.

41 Lupton, op. cit.

42 Dave Schweisguth, “San Francisco Trivia Quiz : A Name In Full”, San Francisco Gazetteer, http://sfgazetteer.com/a-name-in-full.html.

43 Lupton, op. cit., et Loewenstein.

44 Lupton, op. cit.

45 En 1851 Coleman fut procureur dans un procès incriminant deux Australiens, accusés de vol.

46 Casey, op. cit.

47 Casey, op. cit. Il devint par ailleurs célèbre pour avoir défendu — avec succès — des blanchisseurs chinois.

48 Le Pacific Railroad Act fut voté en 1862.

49 Elle est parfois encore surnommée, avec quelque sarcasme, Snob Hill.

50 “Don’t call that the Richmond !” SFGate, http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/cityinsider/detail?blogid=55&entry_id=35128.

51 http://www.sfgate.com/neighborhoods.

52 John Freeman, “Street Naming Controversy, 1909”, Encyclopedia of San Francisco, http://www.sfhistoryencyclopedia.com/articles/s/streetNaming.html.

53 John Freeman, “Spanish Town: Street Names in Western San Francisco” Western Neighborhoods Project, http://www.outsidelands.org/street-names.php.

54 John Freeman, “Street Naming Controversy”, op. cit.

55 Ibid.

56 John Freeman, “Spanish Town”, op. cit.

57 John Freeman, “Street Naming Controversy”, op. cit.

58 Ibid.

59 Ibid.

60 Dave Schweisguth, op. cit.

61 Casey, op. cit.

62 “Walter U. Lum Place”, San Francisco Chronicle, Jan. 15, 1985, p. 3.

63 Bill Morgan, “City Lights Bookstore Tour”, City Lights Booksellers and Publishers, http://www.citylights.com/bookstore/?fa=books_tour.

64 Names of 12 San Francisco Streets Changed to Honor Authors and Artists, City Lights Books, San Francisco, 1989.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search