Version classiqueVersion mobile

Fantasmagories du Moyen Âge

 | 
Élodie Burle-Errecade
, 
Valérie Naudet

Le Moyen Âge pour tous les réunir - Fantasy

Limites du médiévalisme : l’exemple de la courtoisie chez Tolkien (Le Seigneur des Anneaux et Les Lais du Beleriand)

Vincent Ferré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour Michèle Gally

Il convient, pour ouvrir ce volume sur les fantasmagories médiévales, de réfléchir à notre démarche même, aux limites du « médiévalisme ». Arrêtons-nous, tout d’abord, sur ce terme qui n’a pas encore cours officiellement en français, mais est importé et calqué de l’anglais où il est utilisé couramment. Une recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale n’obtient ainsi comme réponse qu’un renvoi à l’entrée médiévisme ; et sur internet, un moteur propose, parmi les premières références... ce propre texte et un autre publié ici1. C’est dire la nouveauté du terme en France. Les travaux précurseurs de Michèle Gally évoquent plutôt les « traces médiévales » du Moyen Âge à l’époque moderne, et avancent l’image des rémanences pour « [inviter] à penser la matière médiévale comme ce qui demeure quand ce qui l’a produit – onde, vision – a disparu »2. L’expression de modernités médiévales a également rencontré un certain succès3, mais j’espère montrer l’intérêt du te...

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search