Versione classicaVersione mobile

Jean Genet du roman au théâtre

 | 
Marie-Claude Hubert
, 
Michel Bertrand

Une œuvre en perpétuel remaniement

Des paravents ou des écrans

Évolution des mises en scène des Paravents

Odette Aslan

Abstract

Les Paravents : un texte où Genet a multiplié le nombre de lieux, de personnages, pour lequel il a manifesté de nombreuses exigences et rêvé d’une cérémonie, d’une offrande aux Morts. Les Paravents posent des problèmes au niveau de la distribution et du style de jeu, de la scénographie (nombre des paravents et des plates-formes mobiles). Et le contexte algérien de la pièce, éditée en 1961, est diversement interprété. Le texte, traduit, transposé, tronqué, a donné lieu à des options tantôt plus politiques, tantôt plus poétiques. Les scénographies et l’installation des paravents sont à chaque fois singulières, marquées par leur époque, avec des distributions et des jeux d’acteur extrêmement différents. On essaie de montrer comment différents metteurs en scène et scénographes ont résolu ces problèmes, depuis la création mondiale à Berlin en 1961 (Hans Lietzau) à la création en français par Roger Blin en 1966 et à la réalisation de Patrice Chéreau en 1983. On évoque l’expérimentation de Peter Brook à Londres en 1964, la mise en scène de Marcel Maréchal à Marseille en 1991, la transposition de Peter Sellars à Los Angeles en 1998, et la version de Frédéric Fisbach à Brest en 2002, qui mêle des acteurs et des marionnettes et remplace les paravents par un écran.

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

Au milieu des années cinquante (le FLN vient à peine d’émerger), Genet ébauche un manuscrit à partir de l’histoire d’un maçon algérien à qui on avait volé toutes ses économies et n’avait pu acheter en mariage que la fille la plus laide du village. L’Algérie n’est qu’une toile de fond, Genet affirme que sa pièce n’est pas militante. Il critique autant les combattants arabes que les français. Et ses colons portent des noms anglais ou hollandais. S’il y a eu autant de manifestations contre le spectacle, c’est surtout à cause de la scène « des pets ». Blin a dû couper le spectacle (quatre heures) par un entracte obligé mais le texte est construit en une seule partie qui va crescendo, avec des décors de plus en plus complexes et l’arrivée vers le but ultime, la mort. Genet développe le passage dans le domaine des morts, où toute haine a disparu. L’attention détournée par l’anecdote et le contexte algérien, on ne prend peut-être pas assez garde à la dédicace des Paravents : « À un jeune m...

Autore

CNRS. Arts du spectacle

© Presses universitaires de Provence, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search