Version classiqueVersion mobile

Jean Genet du roman au théâtre

 | 
Marie-Claude Hubert
, 
Michel Bertrand

Une présence auctoriale constamment affirmée

« Il faut à la fois y croire et refuser d’y croire »

La didascalie et ses débords dans le théâtre de Jean Genet

Benoît Barut

Résumé

Il y a bien plus que des indications pour la scène dans les didascalies de Genet. Assurément, son texte de régie dessine le portrait d’un dramaturge très impliqué dans le spectacle. Mais, d’un autre côté, il met en œuvre une parole plus diverse qui n’aspire pas à une pure et totale transcodification. Le débord didascalique – déformations, enrichissements, déplacements, décalages ou trouées du texte de régie – y est, au contraire, maximal.

Les didascalies ne se tiennent plus sagement dans les interstices du dialogue : elles gagnent en largeur, en ampleur avant de gagner en épaisseur. La promotion du texte de régie est d’abord d’ordre spatial – les didascalies finissent par former un texte à part (préambules, commentaires, œuvres autonomes) – et dans ces nouveaux espaces se situent les didascalies les plus intéressantes justement parce qu’elles s’hybrident. À côté du devenir scénique émerge un « devenir-essai », où le simulacre, à chaque pas, double immanquablement la théorie. Plus souvent qu’à son tour, le texte de régie n’est plus un texte d’appui mais un sol mouvant propre à mettre le lecteur et le metteur en scène en porte à faux. Texte compensatoire, il devient le lieu d’un rêve scénique et pas seulement d’un vœu scénique ; rêve d’une scène admettant la contradiction, réconciliant l’inconciliable.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contrairement à nombre de ses confrères, Genet a déjà vu d’éminents universitaires se pencher sur son texte de régie, tant il est imposant, incontournable1. Conséquemment, beaucoup a été dit sur ses indications scéniques et sur ses didascalies. La nuance n’est pas mince : les indications scéniques sont explicitement des informations situées dans le texte − dans ou, le plus souvent, en marge du dialogue − et visant à préciser la forme que le spectacle pourrait ou devrait prendre. Quant aux didascalies, elles correspondent à l’ensemble du texte situé en marge du dialogue, non-destiné à être oralisé lors de la représentation, le plus souvent tourné vers la scène mais pas nécessairement. La distinction entre indications scéniques et parole didascalique est salutaire car, chez Genet, le dit scénique se double d’un dire plus polymorphe. Certes, le texte de régie − abondant, précis, déployant une vision très complète de la représentation souhaitée, parfois agrémentée de détails repris aux ...

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search