Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Réécrire saint Martin de Tours dans la tradition arthurienne

p. 29-42


Texte intégral

1La Vie de saint Martin de Wauchier de Denain est le premier dossier complet consacré au saint en français et, parmi ses traductions, il se distingue par sa qualité littéraire, Wauchier cherchant à rivaliser avec son grand modèle latin, Sulpice Sévère1. Du point de vue philologique, ce texte est l’un de ceux qui permirent à Paul Meyer, au commencement du vingtième siècle, d’identifier Wauchier de Denain en tant qu’auteur/traducteur ; néanmoins, bien qu’elle ait révélé l’existence de Wauchier, la Vie de saint Martin n’a été ni étudiée ni éditée2.

2Ce texte ouvre la collection de vies de saints en prose intitulée Li seinz Confessor composée par Wauchier au début du treizième siècle3. Cet auteur a compilé deux vastes recueils hagiographiques ; pour ce faire il a choisi des vitae latines dans divers manuscrits et les a traduites en prose française. Son premier recueil s’intitulait Les Vies des saints Pères et le second, Les Vies des Confesseurs. Il a placé la Vie de Martin au commencement de ce dernier recueil qu’il a adressé, comme le premier, au frère du comte de Flandres et de Hainaut, Philippe de Namur4. En retravaillant les textes latins, Wauchier a pris soin de rendre ce matériau édifiant plus accessible et plus approprié à une audience laïque, particulièrement à des auditeurs appartenant à la classe chevaleresque.

3Le texte de la Vie de Martin de Wauchier est la première traduction française de la Vita Martini de Sulpice Sévère5, l’un des pionniers de l’hagiographie latine. Sévère a écrit la Vita Martini dans le sud de la Gaule à la fin du quatrième siècle, juste après que Jérôme eut publié ses trois vies fameuses de trois pères du désert (Paul l’ermite, Hilarion et Malchus) – que d’ailleurs Wauchier avait choisi d’inclure dans son premier recueil6. La Vita Martini ne fut pas seulement la première biographie d’un saint occidental ; elle devait aussi servir de modèle littéraire important pour les futurs auteurs d’hagiographie en latin. Le saint lui-même connut une popularité rapide et durable dans le domaine des Francs, puisque quelque temps après sa mort, à l’époque de Clovis, Martin allait devenir une figure majeure dans le panthéon français, et même le protecteur spécial de la France et de ses rois7.

4 Prenons une vue globale de la vita latine : Sévère commence par une épître dédicatoire et une préface où il expose son projet littéraire dans une sorte d’ars poetica de la prose d’édification. Dans l’épître, il justifie la simplicité de son langage et de son style en expliquant qu’elle est adaptée à ce sujet hagiographique, tandis que, dans la préface, il définit son rôle comme biographe de Martin ainsi que l’intention de son travail.

5Jacques Fontaine, l’éminent savant martinien, a montré comment Sévère divise la vie en trois panneaux qu’il compare à un triptyque8. La première section principale décrit le développement de la vocation religieuse de Martin en partant de l’enfance, en passant par sa carrière militaire, et en se terminant par son élection en tant qu’évêque de Tours. La seconde section principale dépeint la bataille spirituelle que livre Martin contre Satan quand il lutte contre le paganisme et l’hérésie. Cette bataille le mène de la campagne gauloise à trois cités impériales, notamment au palais de l’empereur à Trèves, et finalement à son monastère de Marmoutier près de Tours. La section finale du récit présente un portrait spirituel de Martin en pasteur, en moine, et en confesseur persécuté par ses ennemis.

6La contemporanéité de Sévère avec son sujet explique deux traits notables de son œuvre hagiographique : d’une part, l’auteur a rencontré Martin et s’est entretenu avec le saint ainsi qu’avec des personnes de sa connaissance, des témoins de ses miracles et des malades qu’il a guéris. D’autre part, Sévère a publié la vita avant la mort de Martin. C’est ce qui explique que nous trouvons la Vita Martini toujours accompagnée d’un épilogue qui la complète et qui est formé de trois lettres de Sévère qui contiennent l’éloge du saint, la scène de sa mort et sa triomphale pompe funèbre.

7Revenons au traducteur français, Wauchier de Denain. Voici la liste complète des sources que Wauchier a utilisées pour ses récits martiniens :

  • La vie et les miracles de Martin et la translation de ses reliques sont traduits de la Vita beati Martini et des Epistolae I et III de Sulpice Sévère (BHL 5610 et 5611, 5613) ; du Livre I chapitre 48 (al. 43) de l’Historia Francorum, et du Livre I chapitres 4, 5, 6 du De Virtutibus sancti Martini de Grégoire de Tours (BHL 5619-23)9.
  • Suivent les Dialogi sur Martin écrits par Sulpice Sévère (BHL 5614-16).
  • La série de Wauchier se termine par la vie de saint Brice traduite du Livre II chapitre 1 de l’Historia Francorum de Grégoire de Tours (BHL 1452), qui est en fait la vie suivante dans sa série des Saints Confesseurs.

8On peut d’abord constater que ces textes ne se limitent pas à la seule vita de Sévère. Qui plus est, l’ordre et le contenu spécifique de ces textes montrent que le traducteur français n’est pas allé chercher ici et là les différentes parties de l’histoire de Martin et qu’il ne les a donc pas rassemblées lui-même, puisque cette séquence suit en fait l’ordre d’un recueil latin très particulier de matériaux martiniens que les chercheurs connaissent sous le nom de Martinellus10. Ce recueil est une version augmentée de la Vita Martini complétée par d’autres récits empruntés non seulement à Sévère, mais aussi à Grégoire de Tours. Les textes de Grégoire apportent des matériaux qui manquent chez Sévère et qui concernent notamment les événements survenus autour de la mort de Martin, la translation de ses reliques et l’élection de son successeur, saint Brice. Ce dossier plus complet de la vie de Martin a été rassemblé et diffusé par les moines de Tours dès le début du neuvième siècle et il se distingue de la tradition italienne plus connue de la Vita Martini, qui se trouve dans des éditions fondées sur le manuscrit de Vérone daté de 51711.

9Trois manuscrits en prose française du légendier C contiennent la séquence entière, et nous avons choisi le Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 412, pour les transcriptions que nous allons reproduire ici. Regardons les rubriques du recueil des Seint Confessor de Wauchier dans ce manuscrit12 :

1. De seint Martin (f. 103a-105d),
Miracles de seint Martin (f. 105d-113c),
Ci comence la translation del cors seint Martin evesque (f. 113c-114a),
Ci coumence li dialogues que Postumiens et Gallus distrent de seint Martin et des moines d’Egypte si com Severus le raconte qi les oï parler (f. 114a-127b).
2. Ci comence la vie de mon signeur seint Brice (f. 127b-128b).
3. Ici coumence la vie de seint Gile (f. 128b-131b).
4. Ci coumence la vie seint Marcel de Lymoges le beneoit evesque (f. 131b-142a).
5. Ci comence la vie mon signeur seint Nicholas le beneoit confessor Nostre Signeur Jesucrist (f. 142a-143b),
Ci comencent les miracles seint Nicholas le beneoit confessor (f. 143b-150d),
Ici coumence la translation seint Nicholas le confessor beneoit Nostre Signour
Jesucrist (f. 150d-153c),
De ses miracles qe Nostre Sires fist por lui puis q’il fu aportez a la cité de Bar
(f. 153c-157a).
6. Ci comence la vie de seint Jerosme (f. 157a-158c).
7. Ci coumence la vie mon signeur seint Beneoit de Mont Cassin confessor Nostre Signeur Jesucrist (f. 158c-167c).
8. Ici coumence la vie mon signeur seint Alexis (f. 167c-170c).

10On constate que le recueil de Wauchier comporte les vies de deux confesseurs principaux : Martin, qui est le premier récit et de loin le plus long, et Nicolas, dont Wauchier modèle en fait la structure sur celle de Martin, comme le montre l’examen des rubriques qui révèlent dès l’abord l’ampleur et la complexité relatives de ces deux vies par rapport à celles des autres saints du même recueil.

11L’examen des rubriques des textes français consacrés à Martin permet d’établir que, sans du tout réordonner la séquence des textes du Martinellus, Wauchier la divise de manière différente et originale en quatre sections principales, sans égard pour l’auteur de la source : la Vie elle-même, les Miracles, la Translation du corps de Martin et les Dialogues. Tous les récits que Wauchier a trouvés dans le Martinellus latin se retrouvent dans le même ordre, mais Wauchier met l’ensemble des récits martiniens sous l’autorité de Sévère, omettant de nommer Grégoire de Tours.

12Dans cet ensemble martinien, la section la plus atypique est sans doute celle des Dialogues, dont il faut dire quelques mots. Avec sa traduction des Dialogi de Sévère, Wauchier nous a donné l’un des premiers récits dialogués en prose française.13 Les Dialogi présentent une conversation ou plutôt un débat sur les mérites respectifs des Pères du désert et de Martin. La mise en scène crée une séquence narrative intéressante, car il y a en fait deux récits : le premier est fait par Postumien, un voyageur et un ascète venu d’Orient qui raconte à Sulpice Sévère et à Gallus, disciple de Martin, ce qu’il a vu chez les Pères du désert. Ce récit constitue le premier livre des Dialogi. Après avoir terminé son récit, Postumien demande à Sévère de compléter la Vita Martini en lui racontant d’autres événements de la vie du saint. Pour satisfaire à cette requête, Sévère fait appel à Gallus, un témoin oculaire qui a passé ses années de formation avec Martin, et il lui demande de raconter ce qu’il sait. Gallus accepte et son récit devient le sujet des deux livres suivants. Cet artifice littéraire permet à Sévère de consigner les épisodes qu’il n’avait pas intégrés dans la Vita elle-même et, par ce biais, de la compléter.

13Dans les Dialogi, le personnage « occidental » de Gallus intervient en s’opposant au personnage de Postumien, le premier exaltant les vertus de saint Martin et le second celles des Pères du désert. Ce schéma littéraire qui informe les Dialogi offrait à Wauchier une sorte de programme pour former en diptyque deux recueils, l’un consacré aux saints Pères et l’autre à un ensemble de saints occidentaux, les Confesseurs, dans lequel la figure principale demeure celle de Martin14.

14Il existe un passage dans les Dialogues qui sert de charnière entre les récits de Postumien et de Gallus, c’est-à-dire entre les vies des Pères du désert et Martin. Ce passage peut expliquer la « conjointure » que constitue la séquence Vies des pères / Vie de saint Martin chez Wauchier et, par conséquent, la présence de cette Vie de saint Martin au début de son second recueil. Voici les paroles de Postumien à Sévère, telles que Wauchier les traduit :

Or vous ai je ces choses contees et dites de miracles et de vertuz qe Nostre Sires fait por ses serz en Egypte ; et ce vos en sousfisse. Mais por ce qe je vos ai conté ce q’il vos plot a oïr ; ou plus, ce quic, qe je ne vos deüsse dire, je ce proi, Severe, qe tu me racontes de ton Martin, qi arcevesqes fu de Tors, aucune chose ; car je desirre mout ses fais a oïr et a entendre. (f. 118c)

15Ce passage présente une claire ordonnance des sujets et annonce un changement d’instance narrative par le passage d’un conteur à un autre. Cette procédure, qui, dans ce cas, est issue simplement de la traduction des Dialogi, se retrouve chez Wauchier plus généralement quand il veut marquer les transitions d’une autorité à une autre dans l’ordonnance de ses récits.

16Plus loin, dans le même échange de propos, on voit comment s’opère le passage d’une instance narrative à l’autre :

Severus respondi a Postumien et si dist : « Tu deveroies mielz demander, si com je cuic solonc droiture, ce qe tu me vieues conter et dire a celui qi tout adés fu ses deciples. Car li deciples seit mius les oevres de son mestre qe nus autres ; et ce est Gallus qi ensamble o lui fu trés s’enfance. Et por ce qe je ai le livre fait, qi ja est racontés et leüs par pluiseurs terres, si com tu meïmes le racontes, por ce est il drois q’il avant vos raconte l’estoire, car si come je ai dit devant, il le doit feire ; et si ne li doit mie grever ne anuier de raconter les feis de seint Martin ne les examples. » Lors respondi Gaulus et si dist : « Encore ne soie je mie si dignes de raconter si grant oevre, li example d’obedience qe Postumiens nos raconte me constreint a ce qe je ne refuse mie ce qe vos me rovez et proiés qe je die. Mes je me criem molt qe mes paroles ne soient mie si bien assises, com les pluisors qe vos avez oïes. Mes, nonporqant, je vos conterai ce qe je en aurai veü, a la plus bele maniere qe je porai et saurai. » Dont dist Postumiens : « Galle, di et parole seurement, car je rejehis et croi qe se tu estoies mus et sanz parole, et tu de seint Martin parler voloies et ses fez raconter, qe tu ta parole raveroies ; aussint comme Zacharie le rot por demostrer le non seint Jehan Baptiste. Mes or commence heitiement et si nos raconte ce qe tu en sez et veis ; car nos avons auqes de tens gasté en autres paroles, et la nuiz aproche qi nos semont qe tu de conter ne targes mie. » (f. 119b-c)

17Sévère, interpelé par Postumien, renonce à raconter et passe la parole à Gallus, tandis qu’il reste lui-même le simple rédacteur qui consigne les témoignages des disciples directs des saints15. La comparaison entre les Pères égyptiens et Martin est donc mise en scène par Sévère à l’intérieur même des Dialogues, comme le montre l’échange que l’on vient de citer, dans lequel Gallus ne commence son récit que pour suivre l’exemple donné par Postumien qui vient de raconter les faits et gestes des Pères du désert. La thématique de la comparaison que Wauchier trouve explicitement dans les Dialogi de Sévère lui permet de relier ensemble le recueil des Pères et le recueil des Confesseurs, créé par Wauchier lui-même. C’est justement parce qu’il crée un nouveau recueil (à savoir Les saints Confesseurs) qu’il ne trouve pas déjà constitué dans la tradition, qu’il éprouve le besoin d’aller chercher dans cette tradition même (chez Sulpice Sévère) une « conjointure » qui lui permette de rattacher le fruit de son innovation à un recueil plus ancien qu’il ne fait que reprendre (à savoir celui des Pères).

18Si Wauchier laisse ces Dialogues à proximité de la jonction de ses deux grands recueils, c’est à dessein. La charnière entre les deux groupes est représentée, dans les Dialogues, par le passage de l’exposé de Postumien sur les Pères à celui de Gallus sur Martin. Le dialogue entre Postumien et Gallus prend, à certains moments, la forme d’un débat, qui confronte deux modèles d’ascétisme, l’oriental et l’occidental. Cette partition entre Orient et Occident offre à Wauchier un modèle qui donne sens à la division géographique qui partage ses deux recueils et peut les faire considérer ensemble comme l’œuvre cohérente du véritable historien qu’est Wauchier.

19Sulpice Sévère a écrit la Vita Martini pour faire concurrence aux vies des Pères du désert. S’inspirant de lui, Wauchier a décidé d’adjoindre Martin aux Vies des Pères. Mais à la différence de Sévère, Wauchier, qui est animé par un dessein d’historien, ne vise pas la mise en concurrence de Martin avec les Orientaux, mais un but de complétude de l’histoire sainte ; c’est pourquoi, à l’intérieur du second recueil, il fait des ajouts au Martinellus afin de composer le second panneau de son diptyque, Li seint Confessor. Et du point de vue de la structure totale des deux recueils français, faire suivre les Pères par Martin c’est encore compléter l’histoire de l’ascétisme entre Orient et Occident. Par conséquent, bien que les deux recueils dans leur état complet ne se trouvent jamais associés dans un même manuscrit, du point de vue littéraire ils forment une sorte d’œuvre complète composée de blocs soignement agencés et équilibrés par le traducteur16.

20 Tout en s’inspirant de sa source latine avec une grande fidélité, le traducteur français transforme Martin en un « saint chevalier17 ». Prenons l’exemple des années de jeunesse du saint, quand il fut contraint à une carrière militaire. Dans le texte de Sévère, Martin est l’exemplum d’une unique vertu principale : la constance ; en cela son personnage est conforme au héros romain traditionnel qui possède, comme une qualité innée, une force particulière qui se révèle dans chaque épisode de sa vie18. Son aspiration à la vie ascétique se fait jour dès l’âge de douze ans, et Sévère donne des exemples visant à démontrer que la vie de Martin est un combat constant en vue d’atteindre la solitude et la sainteté du désert. Dans ce combat, le premier obstacle est son père qui fait enchaîner Martin âgé de quinze ans afin de l’envoyer de force accomplir son service militaire. Sévère prend grand soin de montrer clairement que Martin répugne à cette carrière. La jeune recrue, cependant, tire le meilleur parti d’une situation défavorable à l’idéal chrétien, en s’abaissant à servir son propre esclave pendant son service militaire. Finalement, au sommet de sa carrière, alors qu’il était l’un des gardes personnels de l’empereur, il s’expose au martyre en refusant de servir à la veille d’une bataille cruciale. Pour prouver qu’il n’agit pas ainsi sous le coup de la peur, il déclare qu’il se tiendra en face de l’ennemi et qu’il traversera les lignes protégé uniquement par le signe de la croix. Les épisodes militaires de la vie de Martin sont présentés par Sévère de manière à démontrer sans l’ombre d’un doute que Martin était un objecteur de conscience, destiné au service du Christ et non à celui de César.

21Sévère insiste à de nombreuses reprises sur la constance de Martin dans sa vocation, alors qu’il est confronté à une pression écrasante ; ce faisant, Sévère, qui était avocat de profession, introduit une dimension apologétique dans la présentation du personnage, parce qu’il entend répondre à ceux qui critiquaient un évêque controversé pour avoir été officier de carrière19.

22Le combat intérieur et extérieur de Martin est totalement évacué de la version française de Wauchier. Dans le contexte de la littérature chevaleresque de ce début du treizième siècle, un objecteur de conscience pouvait être accusé de recreantise. On pourrait évoquer de nombreux exemples, dans des textes arthuriens, de chevaliers qui ne combattent pas, ainsi dans Erec et Enide de Chrétien de Troyes20.

23Wauchier réécrit largement la scène dramatique de l’arrestation de Martin suscitée par son père :

Et adonc vint li bang de par les empereors qe li viel home, qi les enfanz avoient, chevaliers les feïssent. Adonc avoit seinz Martins . XV. anz, si s’en ala a la court por estre chevaliers, et ensemble o soi un serjant qi le servoit tant seulement. Et lors fu il adoubez et chevaliers . III. anz devant ce qil fust baptiziés. Et la demora il a la court grant piece, si douz et si debonaires et si humles a totes genz qil n’avoit en lui vice ne malvestié, ne nule folie. (f. 103c).

Sed cum edictum esset a regibus ut ueteranorum filii ad militiam scriberentur, prodente patre qui felicibus eius actibus inuidebat, cum esset annorum quindecim, captus et catenatus sacramentis militaribus inplicatus est, uno tantum seruo comite contentus, cui tamen uersa uice dominus seruiebat, adeo ut plerumque ei et calciamenta ipse detraheret et ipse detergeret, cibum una caperent, hic tamen saepius ministraret. Triennium fere ante baptismum in armis fuit, integer tamen ab his uitiis quibus illud hominum genus inplicari solet. (Extrait du chapitre II, 1, 5-6 de la Vita Sancti Martini)21

24La comparaison avec le texte latin révèle que Wauchier supprime l’élément dramatique de la contrainte du service militaire : il n’y a ni arrestation ni chaînes. Quant au geste christique d’ôter les chaussures à son esclave et de les nettoyer, il disparaît également.

25Chez Wauchier, un jeune noble part à la cour pour devenir chevalier, et le serviteur sert le chevalier adoubé. Il n’y a rien de remarquable dans la manière dont Wauchier écrit cette scène qui rappelle maint roman de chevalerie. Quelle vertu Martin, le jeune chevalier parfait, illustre-t-il donc ? La justification que Sévère donne de la carrière militaire de Martin n’est plus nécessaire. Wauchier remplace la constance par la charité. En tant que chevalier, sa vertu première doit être sa générosité, qui se traduit dans sa largesse. La fameuse scène emblématique de Martin, celle qui sert d’enluminure à la première lettre du texte français, représente un chevalier sur sa monture coupant par moitié son manteau pour le donner à un mendiant22. Par rapport au latin, Wauchier fait précéder cette scène fameuse d’un court ajout qui lui permet de placer toute l’aventure dans un contexte français. On y voit Martin en compagnie de chevaliers qui voyagent à travers la France :

Aprés ce q’il fu chevaliers devenuz, s’en vint il ensamble .I. prevost l’empereor en France, tant q’il vint a la cite d’Amiens. La sejorna li prevoz et li chevalier ne sai combien. (f. 103c)

26Puis, nous sommes ramenés au texte traduit du latin et nous lisons la première « aventure » de Martin qui commence par ces mots : « Tant qu’il / avint q’il chevauchierent un jor par la cité par molt grant froidure » (f. 103c-d).

27Les termes employés par Wauchier sont caractéristiques de la narration chevaleresque : au lieu de voir, comme dans le latin, un soldat romain confronté seul à seul à un pauvre hère, le lecteur de Wauchier voit un groupe de chevaliers au milieu desquels se distingue le héros qui s’apprête à accomplir son premier « fait d’armes » :

Lors prist li seinz chevaliers l’espee q’il avoit chainte, si en trencha son mantel par mi, si en dona l’une moitié au povre et l’autre partie rafubla et mist entor soi. (f. 103d, c’est nous qui soulignons)

28Même s’il respecte la chronologie, Wauchier a mis en valeur cette « charité de saint Martin » en faisant de cette scène l’épisode formateur de la carrière du jeune chevalier : pour résumer, Martin, qui est de haute naissance, se rend à la cour, y reçoit ses armes et rencontre sa première aventure. À l’occasion de celle-ci, il reçoit pour la première fois son surnom de « li seinz chevaliers » et c’est l’acte même de couper son manteau en deux qui lui vaut cette qualification. On peut songer ici à Yvain qui sauve le lion en coupant le bout de sa queue. Cet acte de générosité désintéressée contribue, sur le plan symbolique, à définir son identité qu’il s’efforcera de réaliser à travers le reste du récit. Les aventures et les combats de Martin, comme ceux d’Yvain, doivent les rendre dignes de cette scène primordiale emblématique.

29La mission de Martin devient claire, de même que l’intention de Wauchier quand il traduit la Vie : Martin doit servir de frontispice au recueil des confesseurs pour donner au lecteur le premier exemple de charité. Plus particulièrement, Wauchier vise un public précis, les seigneurs de son temps et leur avarice dévorante.

30Quelques pages plus loin, Wauchier donne une description du mode de vie ascétique de Martin. Dans le texte latin, Sévère présente cet épisode comme un autre exemple de la constance dont fait preuve Martin dans son désir d’atteindre la sainteté du désert au milieu même des sollicitations du monde. Loin de s’attacher à peindre cet aspect antique du personnage, Wauchier oriente son récit en fonction d’une intention différente : une critique cinglante de l’avarice. Il insère dans cet épisode le plus long passage de son cru, c’est-à-dire un texte qui n’est pas traduit du latin :

Car qi son signeur voit bien faire legierement i puet example prendre. Et qant li sires qi les autres doit governer / n’entent s’a mal non fere, li autre s’avoient par autel maniere a tele oevre et a tel costume. Ce puet l’en veoir sovent en cel tens d’ore, plus qe l’en ne feïst adonqes. Car par les seignors qi poesté ont et signorie empire li siecles et va a honte. (f. 105c-d)

31 Il insiste immédiatement sur ce point en faisant une longue tirade en vers dont voici les quatre premiers :

Car chascuns veut trestot avoir,
Et chascuns tient a grant savoir
Que la ou doit doner souvent
Doinst a chascun pou ou noient. (f. 105d)

32Le « beneoiz chevaliers seinz Martins », qui donne spontanément ce qu’il a, est devenu un exemple de charité qui s’oppose à l’avarice du temps. Philippe de Namur, le maître des chevaliers, à qui la traduction est dédiée, est admonesté et incité à prendre à cœur l’exemple de Martin et à servir lui-même d’exemple de charité chevaleresque.

33La création des premiers cycles en prose française, tels que le Lancelot en prose (vers 1215), va de pair avec l’élaboration d’une nouvelle figure héroïque qui est propre à ces récits en prose, le saint chevalier, tel le personnage de Galaad. À travers sa traduction de la Vita Martini (vers 1212), par laquelle s’ouvre son recueil Li seinz Confesseur, Wauchier est l’un des plus remarquables et prolifiques précurseurs des grands cycles en prose du treizième siècle. En fait, il transforme le récit latin pour créer un récit présentant une forme d’idéal chevaleresque sous le signe de la vertu cardinale de charité. Ce faisant, il transforme le miles Christi de Sulpice Sévère en reprenant le modèle littéraire du chevalier errant en quête d’aventures, mais en même temps, il transforme cette figure littéraire, puisque le personnage du saint chevalier devient un exemplum de charité et de générosité que Wauchier présente, comme en un miroir, au prince Philippe de Namur23.

34L’examen du travail de traducteur de Wauchier a permis d’assister à la naissance de cette « matière de France » hagiographique dont le héros est le saint chevalier. Comme on l’a vu, cette naissance est le produit d’une transformation littéraire qui a lieu dans le processus même de traduction et de réécriture des textes. Dans ce processus, La Vie de saint Martin permet à Wauchier de mettre en exergue la vertu de charité, ce qui va orienter dans un nouveau sens moral la séquence des vies qui constituent le recueil entier des Saints Confesseurs.

Annexe

Annexes

Texte 1 : Vie de saint Martin, épisode de la charité de saint Martin, « le saint chevalier » (ms. Paris BnF fr. 412, f. 103c).

Aprés ce q’il fu chevaliers devenuz, s’en vint il ensamble .I. prevost l’empereor en France, tant q’il vint a la cité d’Amiens. La sejorna li prevoz et li chevalier ne sai combien, tant qu’il [f. 103 d] avint q’il chevauchierent un jor par la cité par molt grant froidure. Qant il parvindrent a la porte, il troverent un povre home nuz et besoigneuz, qi lor comença a proier et a rover q’il li feïssent bien por Deu. Mes trestuit le trespasserent qe nul bien ne li firent. Qant ce vit seinz Martins, qi venoit derrieres, qe tuit cil qi devant lui passoient n’avoient fait au povre home nul bien ne misericorde, il se pensa qe Nostre Sires li avoit gardé por ce q’il li feïst bien et donast aucune chose. Mes il n’avoit ne or ne argent, n’autre rien q’il li peüst doner qe son mantel q’il avoit afublé. Et la froidure estoit granz a desmesure, car totes ses autres choses avoit donees as povres et departies. Lors prist li seinz chevaliers l’espee q’il avoit chainte, si en trencha son mantel par mi, si en dona l’une moitié au povre et l’autre partie rafubla et mist entor soi. Dont le commencierent a escharnir cil qi environ lui estoient por ce qe l’afubleüre ert laide de ce q’ele estoit trenchié. Et li pluiseur qi preudome erent se pleinstrent et gemirent dedenz lor cuers de ce qe onqes n’avoient si grant bien fait, com il li avoient veü faire, ne n’avoient onqes povres revestuz, qe bien peüssent avoir fait sanz eus desnuer.

Texte 2 : Vie de saint Martin, la générosité exemplaire de saint Martin (ms. Paris BnF fr. 412, f. 105c).

Et qele citez fust ce qi ne covoitast a avoir evesqe des clers mon signeur seint Martin, qi en son mostier estoient ? Mon essient, qe ce ne fust ne citez ne eglisse ou l’en eüst talent de bien fere tel vie com il menoient cil qi ensamble mon signeur seint Martin estoient en compaignie, com je voz ai dite, et tout par l’example de lor bon pere. Car qi son signeur voit bien faire legierement i puet example prendre. Et qant li sires qi les autres doit governer [f. 105 d] n’entent s’a mal non fere, li autre s’avoient par autel maniere a tele oevre et a tel costume. Ce puet l’en veoir sovent en cel tens d’ore, plus qe l’en ne feïst adonqes. Car par les seignors qi poesté ont et signorie empire li siecles et va a honte.

Car chascuns veut trestot avoir,

Et chascuns tient a grant savoir

Que la ou doit doner souvent

Doinst a chascun pou ou noient.

Mes je vous di que mal esploite

Qui tout a retenir couvoite.

Car mout couvient en la fin

Qui souvendroit de seint Martin,

Et qui ses voies en sivroit.

Ja certes avers ne serroit,

Ne n’auroit en lui felonie,

Ne mauvestie ne vilonie.

Si en devroit bien sovenir

A tous ceus qui cuident morir.

Mes autres ne le dient mie

Qi la mort tienent a folie,

Ne qui ne cuident ja finir,

Ne de cest siecle departir.

A ce ne pensoient mie li deciple seint Martin, ainz cremoient la mort et doutoient. Et por ce sosfroient il en cest siecle le travail et les griez peines, q’il peüssent avoir empries ceste seculer vie la glorieuse vie qi toz tens duerra, ne ja ne prendra fin. Et ce estoit par l’exemple de seint Martin lor bon pere et lor bon pasteur. Por ce qe je vos voel raconter et dire les hauz miracles qe seinz Martins fist en l’eveschie de Tors, ne vos voel je mie trespasser qe je ne vos die comment il destruist le mostier ou meintes foles genz feisoient lor orissons et avoient lor creance.

Image

Figure 1 : Incipit de la Vie de saint Martin, Martin en « saint chevalier » partageant son manteau (Londres, British Library, ms. Royal 20 D VI, f. 99 a).

Image

Figure 2 : Incipit des Dialogues, Gallus et Postumien dialoguant (Londres, British Library, ms. Royal 20 D VI, f. 112 a).

Notes de bas de page

1 La Vie et les Dialogues traduits par Wauchier se trouvent intégralement dans les trois manuscrits du légendier C : Paris, BnF fr. 412 (daté de 1285), f. 103a-127b ; Paris BnF fr. 411 (xive siècle), f. 138c-149a ; Londres, British Library Royal 20 D VI (deuxième moitié du xiiie siècle), f. 99a-127a, voir la description de l’ensemble de ce légendier dans Paul Meyer, « Légendes hagiographiques en français », Histoire littéraire de la France, t. XXXIII, p. 411-416.

2 Dans son étude intitulée « Versions en vers et en prose des Vies des Pères », Paul Meyer fait état de sa découverte des textes de Wauchier : quoique son objet principal soit les Vies des Pères, il signale la présence de vies de saints occidentaux, Martin, Brice, Jérôme et Benoît, et il publie le prologue de la Vie de Martin, quelques passages intéressants de cette vie, les passages en vers et l’épilogue corrompu en vers dont il propose une restitution (Histoire littéraire de la France, t. XXXIII, p. 278-88). Pour compléter ces renseignements, voir notre édition de la Vie de Nicolas, où nous faisons état de notre découverte du recueil des Saints Confesseurs dont la Vie de Martin constitue la première section (Wauchier de Denain, La Vie mon signeur seint Nicholas le beneoit confessor, éd. John Jay Thompson, Textes Littéraires Français DVIII, Droz, Genève, 1999, p. 25-27).

3 Meyer date le travail de Wauchier des alentours de l’année 1212, date de la mort de Philippe de Namur, « Versions… », art. cit., p. 260.

4 Wauchier mentionne ce prince comme le commanditaire du recueil des Saints Pères dans la préface à la Vie de Paul l’ermite (De mon seignor saint Pol) (Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, ms. 473, f. 1b, et Paris, BnF, ms. nouvelles acquisitions françaises 23686, f. 80v, cités dans Meyer, « Versions… », art. cit., p. 260-261). Le même commanditaire se trouve mentionné dans le recueil des Saints Confesseurs à la fin de la traduction des Dialogues de Sulpice Sévère (voir Meyer, « Versions… », art. cit., p. 286). Philippe assurait la tutelle sur les territoires de la famille depuis que le comte Baudouin était parti pour la Quatrième croisade. C’est le même Baudouin qui devait peu de temps après devenir empereur de Constantinople.

5 On trouvera les références aux recueils contenant les autres versions en prose française de la Vie de Martin dans trois études de Paul Meyer : « Notice sur un légendier français du xiiie siècle, classé selon l’ordre de l’année liturgique », Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale et autres bibliothèques, vol. XXXVI, t. I (1899), p. 35 et p. 63 ; « Notice du manuscrit mediceo-palatin 141 de la Laurentienne (vies des saints) », Romania XXXIII, 1904, p. 3-5 et p. 37 ; à compléter par « Légendes… », art. cit., p. 446-55. Une version tardive traduite des Legenda aurea se trouve dans Jean de Vignay, éd. Brenda Dunn-Lardeau, La Légende dorée, Textes de la Renaissance XIX, Champion, Paris, 1997, p. 1053-1068. Vers le milieu du treizième siècle, l’auteur Péan Gatineau, dans sa Vie de Martin en vers, achèvera la transformation de Martin en chevalier et fera précéder la scène de la charité de Martin par l’arbre généalogique chevaleresque du jeune soldat, faisant de lui le rejeton de la famille royale de Hongrie dépossédée de ses terres par l’empereur de Rome (Péan Gatineau, Das altfranzösische Martinsleben, éd. Werner Söderhjelm, Wentzel Hagelstam, Helsingfors, 1899), v. 1-205.

6 Sur cette période particulièrement féconde des lettres latines chrétiennes, voir l’introduction de Jacques Fontaine dans Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. Jacques Fontaine, 3 tomes, Sources chrétiennes 133-135, Paris, Éditions du Cerf, 1967-9, réimpression 2004, p. 17-58. C’est d’après cette édition que nous citerons les passages en latin de la Vita Martini ; pour les Dialogi nous citerons également l’édition de Jacques Fontaine : Sulpice Sévère, Gallus. Dialogues sur les « vertus » de saint Martin, Sources chrétiennes 510, Paris, Éditions du Cerf, 2006.

7 C’est seulement à partir du début du viie siècle qu’un culte spécial au manteau, appelé « capa » ou « capella » de saint Martin est attesté. En temps de guerre, cette relique insigne assurait la victoire des Français dans les combats, et en temps de paix elle était conservée comme un trophée dans l’oratoire de la résidence itinérante des rois mérovingiens et carolingiens (voir Johannes Van den Bosch, Capa, Basilica, Monasterium et le culte de saint Martin de Tours, étude lexicologique et sémasiologique, Latinitas Christianorum Primaeva XIII, Nijmegen, 1959, p. 22-34).

8 Voir Jacques Fontaine, Vie de saint Martin, op. cit., t. I, p. 84-96.

9 Pour les textes de Grégoire de Tours figurant dans le Martinellus (voir infra), voir Grégoire de Tours, Gregorii Turonensis opera, pars I Historia Francorum (p. 55-56 et p. 58-60), pars II Miracula et opera minora (p. 590-592), éd. Wilhelm Arndt et Bruno Krusch, dans Scriptores rerum merovingicarum, t. I, Monumenta Germaniae historica, Hanovre, 1884-5. La numérotation de la Bibliotheca hagiographica latina (BHL) permet aux spécialistes de repérer les nombreuses vies (et même, si le cas se présente, à l’intérieur de chaque version, des épisodes déterminés) qui peuvent exister même pour un saint unique : voir Socii Bollandiani, éd., Bibliotheca hagiographica latina, antiquae et mediae aetatis, dans Subsidia hagiographica VI, Bruxelles, 1898-1901 ; Henricus Fros, éd., Bibliotheca hagiographica latina, antiquae et mediae aetatis, novum supplementum, dans Subsidia hagiographica LXX, Bruxelles, 1986.

10 Sur ce libellus, voir Wilhelmus Levison, « Conspectus codicum hagiographicorum », Passiones vitaeque sanctorum aevi merovingici cum supplemento et appendice, dans Scriptorum rerum merovingicarum, t. VII, Monumenta Germaniae historica, Hanover et Leipzig, 1920, p. 529-30 ; Martin Hellmann, « Die Auszeichnung der Textstruktur in einer biographischen Sammeledition der Karolingerzeit am Beispiel des “Weissenburger Martinellus” », dans Scripturus vitam. Lateinische Biographie von der Antike bis in die Gegenwart. Festgabe für Walter Berschin zum 65. Geburtstag, éd. Dorothea Walz, Heidelberg, Mattes Verlag, 2002, p. 243-262.

11 Sur la tradition manuscrite et éditoriale de la Vita Martini, voir Jacques Fontaine, Vie de saint Martin, op. cit., t. I, p. 211-225.

12 Voir l’introduction de notre édition de la Vie de Nicolas, p. 23-24.

13 Voir Brian Woledge, Répertoire des plus anciens textes en prose française depuis 842 jusqu’aux premières années du xiiie siècle, Publications romanes et françaises LXXIX, Genève, Droz, 1964, p. 69-71.

14 Voir l’enluminure du manuscrit de Londres (British Library Royal 20 D VI, f. 112a), reproduite infra (figure 2) où l’on remarque que les deux interlocuteurs tiennent un livre – particularité qui n’est pas présente dans le texte –, comme si le fruit de leur dialogue était déjà consigné par écrit.

15 Wauchier insiste sur ce dispositif narratif particulier (et sur le rôle de Sévère dans ce dispositif) dans le passage rubriqué où sont représentés les deux conteurs, Postumien et Gallus, et qui forme l’incipit des Dialogues (voir supra, figure 2) : « Ci comence li dialogues que Postumiens et Gallus distrent de seint Martin et des moines d’Egypte, si come Severus le raconte qui les oï parler et qui i fu » (Londres, BL royal 20 D VI, f. 112a). Les quatre derniers mots manquent dans notre manuscrit de base, Paris, BnF 412, f. 114a.

16 Malheureusement, la jonction qui aurait explicité le passage des Pères aux Confesseurs et qui devait se trouver à la fin de sa traduction des Verba seniorum, est perdue tout comme la plus grande partie de ce récit (voir la description du manuscrit Carpentras 473, dans Paul Meyer, « Versions… », art. cit., p. 276-278).

17 Voir l’enluminure du manuscrit de Londres (British Library Royal 20 D. VI, f. 99a), reproduite infra (figure 1).

18 Voir Jacques Fontaine, Vie de saint Martin, op.cit., t. I, p. 63 et p. 142-148.

19 Voir Jacques Fontaine, « Sulpice Sévère a-t-il travesti Saint Martin de Tours en martyr militaire ? », dans Analecta Bollandiana, t. LXXXI (1963), p. 38-9.

20 Erec et Enide, v. 2552-2587, dans Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, éd. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, 1994. Sur l’origine du terme « recreant », voir Glyn Sheridan Burgess, Contribution à l’étude du vocabulaire pré-courtois, Publications romanes et françaises CX, Genève, Droz, 1970, p. 144-145.

21 Nous citons par commodité le texte édité par Jacques Fontaine, d’après un manuscrit de Vérone qui représente la famille italienne de la vita, bien que Wauchier ait utilisé, comme nous l’avons montré plus haut, un Martinellus, c’est-à-dire le dossier martinien composé en France au neuvième siècle qui comportait la version de la vita diffusée au nord des Alpes. Dans le catalogue de la bibliothèque du monastère de Saint-Amand-en-Pévèle (appelé l’index major), où se trouve un manuscrit traduit par Wauchier, le manuscrit Valenciennes 512 (voir notre introduction à la Vie de Nicolas de Wauchier, p. 39-62), sont présents également deux Martinelli, dont l’un, qui date du dixième siècle, se trouve aujourd’hui sous la cote Valenciennes 518. On peut donc le considérer à bon droit comme une approximation du Martinellus que Wauchier a traduit. Néanmoins, son ordonnance ne correspond pas exactement au dossier martinien de Wauchier. Sur la transmission des textes latins de la Vita Martini, voir Jacques Fontaine, Vie de saint Martin, op. cit., t. I, p. 223-224.

22 Voir l’analyse par Jacques Fontaine de cette scène emblématique dans le contexte de la Vita Martini, dans « Le partage du manteau dans la Vita Martini de Sulpice Sévère », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, t. LXIII, 1997 (XVIe centenaire de la mort de Saint Martin, colloque universitaire, 22-25 octobre 1997), p. 27-38.

23 Pour une étude sur la lecture des vitae en tant que modèles de vie, voir Ineke Van’t Spijker, « Model Reading : Saints’ Lives and Literature of Religious Formation in the Eleventh and Twelfth Centuries », « Scribere sanctorum gesta ». Recueil d’études d’hagiographie médiévale offert à Guy Philippart, éd. Étienne Renard et al., Hagiologia, t. III, Turnhout, Brepols, 2005, p. 135-156.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.