Version classiqueVersion mobile

Effets de style au Moyen Âge

 | 
Connochie-Bourgne Chantal
, 
Douchet Sébastien

Styles voyageurs

Les chinoiseries à l’époque timouride, mode ou effets de style ?

Anna Caiozzo

Texte intégral

  • 1 Abréviations : BL : British Library ; BM : British Museum ; TSM : Topkapi Saray Museum, MMA : Metro (...)
  • 2 M. Rossabi, « The Mongols and their Legacy », dans The Legacy of Genghis Khan, Courtly Art and Cult (...)

1Lorsqu’au début du xiiie siècle les Mongols déferlent sur le monde musulman, les Turcs SaljouKides installés depuis 1038 ont déjà développé des formes d’art originales1. Après trois décennies de ravages et de conquêtes, les Mongols se sédentarisent enfin dans le nord de l’Iran puis en IraK, et participent à l’émergence de nouvelles formes artistiques dont certaines issues d’apports stylistiques extrême-orientaux. Par ailleurs, d’autres descendants de Gengis Khân guidés par Khubilaï Khân (1260-1294) soumettent les Song en Chine et fondent la dynastie des Yuan (1271-13682).

Les chinoiseries ou l’héritage artistique des Mongols

La multiplication des contacts entre Mongols et Yuan

  • 3 Ibid., p. 22
  • 4 A. K. Swynford Lambton, Continuity and Change in Medieval Persia : Aspects of Administrative, Econo (...)
  • 5 The Lecacy, op. cit., p. 23, fig. 20, Lampas aux griffons, Chine, Yuan (1271-1368), Mongolie intéri (...)
  • 6 Ibid., fig. 23, Tête de dragon, Chine, Yuan, Arthur M. Sackler Gallery, Smithonian Institution, Was (...)
  • 7 Ibid., p. 71, cat. 17, The Cleveland Museum of Art : Jarre à vin, Chine, Yuan, John L. Severance Fu (...)

2Une fois installés en Chine, les Yuan mettent en place une politique commerciale dynamique3 en améliorant le statut des artisans chinois, et se montrent d’actifs commanditaires de toutes leurs productions4. La qualité est en outre contrôlée : textiles5, métaux ou jades taillés6, mais aussi porcelaines7, ivoires, etc. Jusqu’à l’islamisation officielle de la cour sous Ghazân (1295-1304), Mongols et Yuan entretiennent des liens étroits (diplomatiques et matrimoniaux). Durant cette courte période d’une quarantaine année marquée par la tolérance religieuse, la circulation des personnes (artistes, administrateurs, commerçants) et des marchandises s’effectue dans les deux sens assez librement. Ainsi des communautés permanentes de marchands iraniens venant de Tabriz, Ispahan, BouKhara, s’installent même à Quanzhou au xive siècle.

3C’est ainsi qu’un grand nombre de pièces chinoises atteignent les capitales musulmanes en échange de denrées animales ou d’épices.

Les textiles, vecteurs de nouveaux motifs décoratifs

  • 8 T. T. Allsen, Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, New York, 2001, p. 41-46.
  • 9 The Legacy, op. cit., p. 181, fig. 214 : Album Louhui jijin ce, Song du nord, XIIe siècle, Taipei, (...)
  • 10 Ibid., p. 183, fig. 216, L’accueil du printemps, Broderies, Yuan, New York, MMA, The Dillon Fund Gi (...)

4Comme l’explique Linda Komaroff, ce sont les textiles massivement importés de Chine (soieries) et présents de choix de la part des Yuan, qui servirent les transferts culturels sous forme de modèles stylistiques et thématiques8. On peut observer sur diverses pièces, une tapisserie de la dynastie Song9 ou une broderie d’époque Yuan entre autres, une grande variété de motifs décoratifs qui purent inspirer les artistes persans : bestiaire chinois où dominent dragons et phénix, végétaux (lotus), pagodes, nuages10, etc.

  • 11 Ibid., p. 64, fig. 58, Textiles aux lions et griffons, The Cleveland Museum of Art, J. H. Wade Fund (...)
  • 12 A. R. Wardwell, « Panni Tartarici », Islamic Art, III, p. 98-99.
  • 13 Ibid., p. 100.
  • 14 A. E. Wardwell, « Indeginious Elements in Central Asian Silks Designs of the Mongol Period, and the (...)

5Les productions locales tissées à Bagdad, Shiraz, Tabriz, Nichapour, SamarKand, etc. offrent aux xiiie et xive siècles la confirmation d’une influence chinoise patente par la présence de thèmes nouveaux : lions ailés à crinières bouclées, dragons, lotus, phénix11, traités de façon innovante (inscriptions en arabe, associations surprenantes d’animaux12). Une rappropriation certaine du bestiaire chinois a déjà lieu, y compris sous forme d’hybridation (dragon et phénix, oiseau et dragon13, etc.), sans compter les styles régionaux (Asie centrale) où de grands sujets allient thèmes chinois et ceux issus de l’art des steppes14.

  • 15 The Legacy, op. cit., p. 72, fig. 76, p. 176, fig. 206 : tissus en soie, Berlin, Kunstgewerbemuseum (...)

6De façon générale, ces contacts permettent, tant côté chinois que côté oriental musulman, l’apparition de styles hybrides ne permettant plus d’identifier au seul regard l’origine d’une pièce textile15 !

Diffusion et transpostion des thèmes sinisants : céramiques et arts du livre

  • 16 S. A. Melikian-Chirvani, « Le Livre des Rois : Miroir du destin », Studia iranica, 17, 1988, p. 7-4 (...)
  • 17 The Legacy, op. cit., p. 97
  • 18 E. Naumann, R. Naumann, « Ein Kösk im Sommerpalast des Abaqa Chan auf den Tacht-i Suleiman und sein (...)
  • 19 T. T. Allsen, Commodity and Exchange in the Mongol Empire : A Cultural History of Islamic Textiles, (...)
  • 20 The Legacy, op. cit., p. 96 et fig. 95, p. 93 ; fig. 97, p. 94 ; fig. 101, p. 95 ; fig. 120, p. 102 (...)
  • 21 G. Curatola, « The Viar Dragon », Sultaniyye III, Venise, 9, 1982, p. 71-88.

7Installés en Azerbaïdjan, les Mongols se font bâtir de splendides palais conciliant dans leurs décors les traditions de l’Iran préislamique et celles, entre autres, des bestiaires chinois. Les carreaux de céramiques de TaKht-i Sulaymân sont décorés de vers persans de l’épopée iranienne, le Shâh Nâmeh16 et d’animaux traités à la chinoise17 (lion, cerf et poney) ou mythiques18 (dragons et phénix). Ces derniers, symboles de souveraineté et de bonne fortune dans le monde chinois19, furent adoptés par les Yuan et confisqués à leur profit20. D’ailleurs, il semblerait que des prototypes impériaux furent envoyés en modèles comme l’atteste le dragon à cinq griffes21.

  • 22 B. Gray, The Illustrations to the « World History of Rashîd al-Din, Edinburgh, University Press, 19 (...)
  • 23 Ibid., p. 76-77.
  • 24 D. Donovan, « The Evolution of the Throne in Early Persian Painting : The Evidence of the Edinburgh (...)

8Par ailleurs, les Mongols deviennent d’ardents commissionnaires de manuscrits illustrés, tant à Shiraz sous les Indjous (1325-1357) puis sous les Mouzzafarides (1357-1401), qu’à Tabriz, la capitale, où un certain nombre d’œuvres furent enluminées : Grand Shâh Nâmeh, peintures des Albums Diez, et l’Histoire universelle de Rashîd al-dîn peinte vers 1314. Cette dernière, commanditée par Ghazân puis Öljeitü, devait promouvoir l’histoire du monde et la rattacher à celle des Mongols. Des groupes d’artistes de différentes origines furent affectés à des décors et à des sujets précis, car ce compendium inaugure un style particulier dans lequel se conjuguent des influences byzantines et surtout chinoises, tant dans les techniques picturales (lavis) que dans les thèmes ou les ornements22. Certaines miniatures (Montagnes de l’Inde, Montagnes entre Inde et Tibet) semblent directement issues de modèles chinois23. Certains éléments mobiliers, tels les trônes ornés de dragons célestes, sont aussi représentatifs de cette influence24.

  • 25 The Legacy, op. cit., p. 80, fig. 84, Scène de trône, Iran, Tabriz, début xive siècle, Berlin, Staa (...)
  • 26 Ibid., p. 155, fig. 182, bouquet d’arbre, Cambridge, Harvard University Art Museum, Bequest of Abby (...)

9Les albums Diez de Berlin confirment ce goût pour les peintures délavées et les contrastes de couleurs (entre tons bruns, rouges et noirs25) ; quant au Grand Shâh Nâmeh mongol de 1330, il reproduit toutes les formes caractéristiques des décors « à la chinoise » dans l’ornementation des troncs d’arbre, rochers, vagues ou nuages26.

Le renouveau timouride

10Mais au cours du xive siècle, les liens entre la Chine et l’Iran se distendent : les Ming triomphent des Yuan, et les Mongols eux-mêmes sont progressivement éliminés d’Azerbaïdjan et de Bagdad par Timur Leng (Tamerlan). Ce dernier, issu d’une modeste tribu turque d’Asie centrale, s’empare du pouvoir en 1371 à BalKh. Il conquiert en vingt ans les Khanats mongols, le nord de la Syrie, et il bat en 1402 le sultan ottoman Beyâzît. Timur projetait en outre (à la veille sa mort) de s’emparer de la Chine, idée abandonnée par ses héritiers au profit de relations plus fructueuses.

Guerre, diplomatie, commerce : des facteurs essentiels

11Sous les Timourides, trois sources expliquent le renouveau de thèmes chinois dans l’art princier : la victoire sur la Horde d’or, les ambassades fréquentes jusqu’en 1450 et l’existence de courants commerciaux via le TurKestan chinois.

  • 27 T. Lenz, G. Lowry, Timur and the Princely Vision, Los Angeles, 1989, fig. 30, p. 105, Zafar Nâmeh, (...)

12En 1391, en soumettant le dernier Khan de la ligné de BerKé, ToKtamish, Timur confisque un trésor considérable en objets précieux d’inspiration chinoise27. En outre, à SamarKand, il tient captifs tous les artistes razziés au Proche-Orient, certains venant des cours jalayrides et connaisseurs des techniques picturales dites « à la chinoise ».

  • 28 Y. Crowe, « Some Timurid Designs and their Far Eastern Connections », dans Timurid Art and Culture, (...)
  • 29 « Ghiyathuddin Naqqash : Report to Mirza Baysunghur on the Timurid Legation to the Ming Court at Pe (...)
  • 30 Ghiyathuddin Naqqash Report, op. cit., p 279-297 et p. 288.
  • 31 M. Rossabi, « The Silk Trade in China and Central Asia », dans J. C. Y Watt, A. E. Wardwell, When S (...)

13En 1405, peu avant de disparaître, Timur projette la conquête de la Chine, projet abandonné par son fils Shâh RuKh qui préfère quant à lui, normaliser les relations avec l’empereur Yong-Le (m. 1424). Dès 1412, une ambassade chinoise atteint Hérat menée par l’ambassadeur Zhen Zheng qui y revint entre 1416 et avril 1417 porteur de présents constitués de textiles (soie, brocards), porcelaines et objets d’argent28. En décembre 1420, une délégation timouride à laquelle participe le peintre Ghiyyâth al-dîn Naqqâsh parvient à PéKin : il décrit émerveillé les fresques observées dans les temples bouddhistes du TurKestan chinois traversé par l’ambassade29, et les palais chinois dont celui de PéKin où le dais surmontant le trône de l’empereur décoré de dragons, de phénix et d’autres animaux fabuleux, le fascine30. Il y aurait eu ainsi, durant vingt ans, près de soixante seize missions échangées entre PéKin et Hérat31.

  • 32 B. Gray, « The Chinoiseries Elements in the Paintings in the Istanbul Albums », Islamic Art, III, p (...)
  • 33 Y. Crowe, Some Timurid Designs, op. cit., p. 168-178.
  • 34 Scène de cortège, Tabriz (?), Iran, 1470-1490, Istanbul, TSM, H2153, fol. 130ro , fig. 217, The Tur (...)

14De plus, en 1420, Tabriz, ancienne capitale des IlKhânides tombe aux mains du prince Baysunghur permettant sans doute la razzia d’albums de dessins et l’acquisition de modèles et de techniques acquises au xive siècle32. Des courants commerciaux mineurs continuèrent en outre de fonctionner tout au long du xve siècle entre les mondes musulman et extrême-oriental33 comme l’attestent certaines miniatures turKmènes de la fin du xve siècle offrant le spectacle du transport de ces précieux objets convoités des princes : les porcelaines blanc-bleu34.

L’engouement princier pour les chinoiseries au xve siecle

15Au cours du xve siècle, sous l’impulsion des princes timourides, les arts mineurs en général, et les arts du livre en particulier, connaissent un remarquable essor, révélant le goût prononcé de l’aristocratie timouride pour les « chinoiseries ».

  • 35 Lisbonne, Foundation Gulbenkian, Anthologie d’Iskandar, Shiraz, 1410, fol. 47, dans B. Gray, La pei (...)
  • 36 Ruy Gonzáles de Clavijo, La route de Samarkand au temps de Tamerlan, Relation du voyage de l’ambass (...)

16Les tissus chinois sont toujours appréciés, comme le montre l’Anthologie de Lisbonne où les personnages arborent de magnifiques manteaux bruns marrons brodés de motifs zoomorphes en or (dragons, ours, singes35). Selon l’ambassadeur castillan Clavijo, l’un des petit-fils de Timur portait une robe brodée de roues ou de cercles en fils d’or « à la chinoise36 ».

  • 37 Ulugh Beg fit venir à Samarkand en 1425 un monumental bloc de néphrite noire pour orner le tombeau (...)
  • 38 Plaque de jade sculptée, Iran ou Asie centrale Dublin, The Chester Beatty Library, no 29, dans T. L (...)
  • 39 Tasse de jade, Chine ou Asie centrale, inscrite au nom d’Ulugh Beg, 1420-49 (?), Londres, The Trust (...)
  • 40 T. Lentz, Timur, op. cit., jarre blanc bleue, ill. fig. 125, Chine, Ming, période Xuande (1426-35), (...)
  • 41 Zafar Nâmeh, Shiraz, 1436, Cambridge, University Art Museum, Arthur M. Sackler Museum, Harvard, 196 (...)
  • 42 Anthologie, 1434-40, Hérat, Cambridge, Harvard University Art Museum Art, Arthur M. Sackler Gallery (...)
  • 43 Cleveland, Museum of Art, No 56.10 et 45.169, Shâh Nâmeh, Shiraz, 1444, B. Gray, La peinture, op. c (...)
  • 44 Istanbul, TSM, H 781, Khamsa, Nizami, Hérat, 1445-46, copiée pour Ismât al-Dunya, illustrée par Khw (...)
  • 45 Anthologie, Londres, BL, Add. 27261, Shiraz, 1410-11, fol. 362vo -363ro , T. Lentz, Timur, op. cit. (...)

17Certains princes possèdent des objets personnels chinois, sinon de facture chinoise, tels les jades d’Ulugh Beg37. En effet, l’origine de certaines pièces est difficile à établir car beaucoup d’entre elles étaient gravées, « à la chinoise » en Asie centrale même38, alors que d’autres étaient importées39. En outre, les porcelaines blanc-bleu exercent une fascination particulière sur la cour timouride. Clavijo note l’existence de ces pièces dont certaines issues de la razzia du palais de Tughluq Khan à Delhi en 139840, d’autres de présents chinois, d’autres encore achetées. Ces vaisselles décorées de dragons (jarres, coupes, vases) sont peintes dans la plupart des scènes de cour, tels le Zafar Nâmeh d’‘Alî Yazdî de 143641, l’Anthologie de 143442, le Shâh Nâmeh de 144443. Mais le goût de la porcelaine semble dépasser l’usage de la vaisselle de cour pour devenir l’un des éléments de l’esthétique timouride car, selon Babûr, le prince Ulugh Beg aurait fait élever à SamarKand, dans l’un de ses jardins, un pavillon entier en porcelaine chinoise, le Chini khâna en grande partie issu de pièces importées de Chine. Par ailleurs, dans les miniatures timourides, les panneaux de céramiques des palais montrent un goût certain pour le blanc-bleu et les thèmes exotiques44, et l’on peut observer leur transposition sur d’autres type de supports tels les tentes et pavillons princiers45.

La diffusion d’un style : les albums de modèles

  • 46 Islamic Art I traite des problèmes de datation et d’attribution des peintures.
  • 47 W. Watson, « Chinese Style in the Paintings of the Istanbul Albums », Islamic Art, I, 1981, p. 69-8 (...)
  • 48 Ibid., scènes mythologiques sont d’inspiration des fresques de Yong-lê-gong, le dieu de la mer, fig (...)
  • 49 Ibid., p. 71, p. 172.
  • 50 Ibid., fig. 105 à 109, école de Tourfan, Dames sur un banc, H. 2153, fol 150vo , fol 148ro , fol 42 (...)

18Outre les objets rapportés et les artistes razziés par Timur, il semblerait que les arts du livre aient bénéficié de modèles conservés dans des albums tels les fameux albums « Siyah Qalam », cotés Hazine 2152 à 2160 conservés à la bibliothèque de TopKapi Sarayi à Istanbul. Constitués à l’époque timouride ou turKmène46, intéressants à plus d’un titre, ils regroupent du matériel d’époques très variées (du xive siècle à la fin du xve siècles) et de nombreuses miniatures, dont certaines encore énigmatiques. Les miniatures issues de styles très différents ont été classées par les historiens d’art47, certaines provenant de modèles religieux ou mythologiques48 chinois d’époques Tang et Ming, souvent issues de modèles antérieurs copiés dans les cours Ouighours49, peintures qui servirent de modèles à leur tour et furent ensuite diffusées en Asie centrale, d’autres, de peintures imitées à l’époque Yuan dont les copies purent servir de modèles à certains dessins de ces albums50.

  • 51 W. M. Thackston, Album Prefaces and Other Documents on the History of Calligraphers and Painters, S (...)
  • 52 Folio d’album, Istanbul, TSM, H 2152, fol. 86r, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 53, p. 164 ; Nuage (...)
  • 53 Modèle de dragon, Encre sur papier, Iran, 1450-1500, Istanbul, TSM, H 2153, fol 133ro , The Turks, (...)
  • 54 Album, Guerrier combattant un dragon, Hérat, 1425, Berlin, Staatsbibliothek, Preussischer Kulturbes (...)
  • 55 Album de modèles, Istanbul, TSM, H 2152, fol 86ro , T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 53, p. 164, et (...)
  • 56 Vaisselle, Chine, xive siècle, Istanbul, TSM, 15/7035, The Turks, op. cit., fig. 181, p. 230.

19Par ailleurs, l’une des innovations des ateliers timourides rapportées par l’Arzadasht de Ja’far Tabrizî, bibliothécaire de Baysunghur, fut la multiplication des albums de prototypes circulant de cour en cour, pérennisant les modèles de Shiraz à Hérat51 et collectionnant certaines scènes, le bestiaire et les éléments de décors52 : ainsi des dragons53, aux traits spécifiques (corps très allongé, gueule énorme développant une sorte de trompe mobile54) ou des animaux nouveaux tels le qilin inhabituel dans l’art ilKhanide55 quoique déjà visible dans les céramiques Yuan56.

Les chinoiseries timourides : style ou mutation des goûts ?

Le style chinois dans les arts du livre

  • 57 Jacquette, décor intérieur, Attar, Sitta, Istanbul, Ahmet III 3059, Hérat, 1438, T. Lentz, Timur, o (...)
  • 58 B. Gray, The Chinoiseries, op. cit., p. 85-89.

20Les chinoiseries sont omniprésentes dans les miniatures timourides tant au niveau des miniatures que de l’illustration des marges ou des reliures57. Shiraz et Hérat, capitale des Timourides, en furent les centres actifs avant la conquête Aqqoyunlu et leur installation à Tabriz58.

  • 59 On peut visionner ces miniatures à la cote « arabe 5036 » sur la base de données Mandragore des mau (...)

21Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple significatif, la copie du Livre des étoiles fixes d’Abd al-Rahmân al-Sûfî conservées à Paris59, réalisée probablement à Hérat vers 1440 pour le prince Ulugh Beg, représente quarante deux constellations du ciel des fixes sur le modèle fixé au xie siècle par l’astronome lui-même ; on peut y observer l’adaptation des décors voire de certaines figures au goût chinois. La technique du lavis est adoptée pour cette chaque miniature décorée de couleurs pâles dans les bruns-rosés, et certains objets de style chinois introduits comme en témoigne la représentation d’une coupe blanc-bleu, utilisée pour figurer la constellation de la Couronne boréale (fol. 45), ou celle de « la Coupe » (fol. 228) située dans l’hémisphère sud. De la même façon, les dragons Yuan (d’essence Tang) sont peints en lieu et place des habituels serpents de la constellation de l’Hydre (fol. 224v-225 ; 225v-226) et de celle d’Ophiochus (fol. 81v-82). D’autre part, la constellation de la Baleine (fol. 187v-188) a pour traits ceux d’un animal fabuleux chinois : le qilin !

  • 60 B. Gray, « Some Chinoiserie Drawings and their Origins », Forschungen zur Kunst asiens : in Memoria (...)
  • 61 Shâh Nâmeh, Ibrâhîm Sultân, Shiraz, 1435, Oxford, Bodleian Library, Ouseley Add. 176, fo. 3ro, B. G (...)
  • 62 Diwân de Sultân Ahmad, Washington Freer Gallery of Art, No 32.35, Junayd, Bagdad, 1405, B. Gray, La (...)

22Les décors à la chinoise sont fréquents, mais visiblement remises au goût du jour : rochers brodés, nuages et vagues travaillés en boucles, ailes des animaux, contours des gueules qui paraissent animés de flammes, lavis de couleur ; tous ces traits hérités des ateliers jalayrides visibles dans certains manuscrits issus de l’école de Shiraz (anthologies de Londres, d’Istanbul, destinées à IsKandar Sultân60, Shâh Nâmeh d’Ibrâhîm Sultân61, Diwân de Sultân Ahmad62).

La production de chinoiseries

  • 63 Shîrîn et sesssuivantes, Khamsa, Nizâmî, Hérat, 1494, fol 39vo , Londres, BL, Add. 6810 ; bol et co (...)

23Comme le souligne Ernst Grube, dans les miniatures d’époque timouride, telles les anthologies d’IsKandar Sultân, il est difficile de savoir si les miniaturistes représentent des objets chinois ou des imitations timourides d’objets chinois63. Ces derniers étaient désormais totalement intégrés à la vie de cour ; et pour cause : certains princes avides de « chinoiseries » font exécuter des objets de luxe de cette facture en grande quantité.

  • 64 Chandelier, Copenhague, Tasse en jade, Londres, BM, Jarre, Lisbonne, voir E. J. Grube, « Notes on D (...)
  • 65 Coffre en bois au nom d’Ulugh Beg, Istanbul, TSM, 2/1846, ill. The Turks, op. cit., p. 235 et E. J. (...)
  • 66 Anthologie, Iskandar Sultân, Shiraz, 1410-11, Londres, BL, ms. Add. 27261, consultable sur la base (...)

24Les arts mineurs offrent cependant parmi les thèmes sinisants, une dominante de lotus, phénix et dragons, sortes d’invariants. Le dragon en particulier est un thème récurrent accommodé sur tous les supports par l’artisanat local : chandeliers à anses de dragons, tasses en jade64, objets de bois sculpté tel le coffre d’Ulugh Beg conservé au TopKapi Saray Museum65. Ces dragons revêtent les traits donnés par l’école de Shiraz, fin xive siècle, début xve siècle, comme le montre l’Anthologie d’IsKandar Sultân du British Museum66.

  • 67 Koweït, al-Homaizi, Bol, Iran ou Asie centrale, xve siècle, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 130, p. (...)
  • 68 E. J. Grube, Notes, op. cit., p. 180-181.
  • 69 Jarre en porcelaine, dynastie Ming, Chine, Londres, BM, E.B. Havell, 1950.0403.1, The Turks, op. ci (...)
  • 70 Ibid., p. 232, jarres, 186 à 189, Istanbul, Turk ve Islam Müzesi, Iran ou Asie centrale, 2/2149, 28 (...)

25Par ailleurs, les Timourides, grands amateurs de porcelaines, développèrent des centres de fabrication des « blanc-bleu » décorés de dragons et de phénix d’une facture visuelle très voisine des pièces chinoises67, tels ces petits bols issus de modèles créés à Nichapour, puis réalisés en Asie centrale au début du xve siècle68. Quant aux jarres chinoises en porcelaine d’époque Ming décorées d’anses à tête de dragons69, elles servent d’inspiration à toute une série de jarres en métal de forme voisine, à panse ventrue et col plus étroit fabriquées en Asie centrale à partir de 144070.

Mutation des imaginaires ?

26Toutefois, dépassant le simple penchant pour des formes particulière, les chinoiseries ne furent-elles pas promues à un rang bien supérieur : celui de composantes permanentes de l’imaginaire timouride ? Deux éléments peuvent incliner en ce sens : la constitution d’un style syncrétique et original et le détournement du bestiaire.

  • 71 L’Étrange et le Merveilleux en terres d’islam, Paris, RMN, 2001, « Arbres des waq-wâq et rinceaux a (...)
  • 72 Londres, BL, Anthologie, Or. 8193, Yazd, 1431, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 26.
  • 73 Baltimore, John Hopkins University, Milton S. Einsenhower Library, John Work Garett Collection, Zaf (...)

27Si les dragons font désormais partie des thèmes de prédilection des objets d’art timourides, un autre thème, importé de Chine au viiie siècle, triomphe comme élément décoratif dans les arts mineurs : le waq-waq. Ce dernier dérive de l’arbre à têtes d’enfants, appartenant à une légende chinoise importée par les Arabes après la batailles de Talas en 751 ; il devint un arbre à fruits zoomorphes décorant à la fois les métaux, les manuscrits, les tissus, etc. Il orne en guirlande les marges71 ou l’espace central des poèmes à l’image de l’Anthologie de Yazd (1431), combinant têtes d’aigles, d’anges, de dragons, de renards et de poissons72, et réapparaît parfois de façon marginale sur d’autres supports, tel le parasol de Timur dans le Zafar Nâmeh de la Garett Collection73.

28Quant au phénix, introduit au xiiie siècle et décorant massivement les objets ilKhânides, on le voit prêter ses traits d’oiseau fabuleux à un tout autre oiseau mystérieux et hautement symbolique : le sîmurgh. Son importance est à la fois liée à son rôle dans le Shâh Nâmeh comme oiseau sauveur, mais aussi à la mystique musulmane qui assura, via Attâr, sa promotion comme avatar de l’esprit saint. Ainsi, le symbole chinois du pouvoir trouva-t-il sa consécration dans celui de l’âme universelle.

  • 74 Hâfiz, Diwân, peint pour Shâh Mirza, 1533, Cambridge Collection privée, B. Gray, La peinture, op. c (...)

29Ainsi, issus des productions spécifiquement chinoises appréciées des milieux aristocratiques du monde musulman, les éléments de style chinois apparus au xiiie siècle étaient encore visibles jusqu’à l’époque séfévide74, signe non pas d’un engouement passager mais de l’intégration durable d’éléments issus d’une autre culture. Les chinoiseries de provenance diverses dans le temps et dans l’espace culminent au xve siècle sous les Timourides d’Hérat. Elles traduisent à la fois l’acculturation des nouvelles dynasties aux goûts de leurs prédécesseurs, les Mongols dont ils revendiquent la filiation, mais aussi un phénomène de mode, tout en signalant que certains éléments des décors dits « à la chinoise » relèvent désormais de thématiques propres à l’imaginaire oriental.

Notes

1 Abréviations : BL : British Library ; BM : British Museum ; TSM : Topkapi Saray Museum, MMA : Metropolitan Museum of Art. Les miniatures des Shâh nâmeh sont consultable sur le site http://shahnama.caret.cam.ac.uk. The Art of the Saljûq in Iran and Anatolia, éd. R. Hillenbrand, Proceedings of a Symposium Held in Edinburgh in 1982, Magda Publishers, 1994.

2 M. Rossabi, « The Mongols and their Legacy », dans The Legacy of Genghis Khan, Courtly Art and Culture in Western Asia, 1256-1353, éd. L. Komaroff, S. Carboni, MMA, New York, Yale University Press, 2003, p. 17-19.

3 Ibid., p. 22

4 A. K. Swynford Lambton, Continuity and Change in Medieval Persia : Aspects of Administrative, Economic, and Social History, Eleventh-Fourteenth Century, Columbia Lectures on Iranian Studies, 2, Albany, New York, Biblioteca Persica, 1988, p. 271-96.

5 The Lecacy, op. cit., p. 23, fig. 20, Lampas aux griffons, Chine, Yuan (1271-1368), Mongolie intérieure, Hohhot.

6 Ibid., fig. 23, Tête de dragon, Chine, Yuan, Arthur M. Sackler Gallery, Smithonian Institution, Washington D.C., Arthur Sackler Gift, S1987.819.

7 Ibid., p. 71, cat. 17, The Cleveland Museum of Art : Jarre à vin, Chine, Yuan, John L. Severance Fund, 1962.154. cat. 18 et Coupe, Chine Dynastie Yuan, John L. Severance and Greta Millikin Collection (1964.169).

8 T. T. Allsen, Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, New York, 2001, p. 41-46.

9 The Legacy, op. cit., p. 181, fig. 214 : Album Louhui jijin ce, Song du nord, XIIe siècle, Taipei, Musée national.

10 Ibid., p. 183, fig. 216, L’accueil du printemps, Broderies, Yuan, New York, MMA, The Dillon Fund Gift, 1981.410.

11 Ibid., p. 64, fig. 58, Textiles aux lions et griffons, The Cleveland Museum of Art, J. H. Wade Fund (1989.50).

12 A. R. Wardwell, « Panni Tartarici », Islamic Art, III, p. 98-99.

13 Ibid., p. 100.

14 A. E. Wardwell, « Indeginious Elements in Central Asian Silks Designs of the Mongol Period, and their Impact in Italian Gothic Silk », Bulletin du CIETA, 77, 2000, p. 86-98.

15 The Legacy, op. cit., p. 72, fig. 76, p. 176, fig. 206 : tissus en soie, Berlin, Kunstgewerbemuseum, 00.53 Iran, xiiie siècle, et, Chine, Yuan, The Cleveland Museum of Art, Edward L. Witthemore Fund, 1995.73.

16 S. A. Melikian-Chirvani, « Le Livre des Rois : Miroir du destin », Studia iranica, 17, 1988, p. 7-46 et « Le Livre des Rois : Miroir du destin II. Takht-i Soleymân et la symbolique du Shâh Nâmeh », Studia iranica, 20, 1991, p. 33-148.

17 The Legacy, op. cit., p. 97

18 E. Naumann, R. Naumann, « Ein Kösk im Sommerpalast des Abaqa Chan auf den Tacht-i Suleiman und seine Dekoration », in Forschungen zur Kunst asiens : In Memoriam Kurt Erdmann, 1964, p. 35- 65 et Takht-i Suleiman : Ausgrabung des Deutschen Archäologischen Instituts in Iran, Munich, Prähistorische Staatssammlung, 1976. The Legacy, op. cit., fig. 59, p. 65 ; fig. 120, p. 102, fig. 97 ; p. 95, fig. 101 ; fig. 95, p. 93.

19 T. T. Allsen, Commodity and Exchange in the Mongol Empire : A Cultural History of Islamic Textiles, Cambridge Studies in Islamic Civilization, Cambridge New York, 1997, p. 107-108.

20 The Legacy, op. cit., p. 96 et fig. 95, p. 93 ; fig. 97, p. 94 ; fig. 101, p. 95 ; fig. 120, p. 102 ; fig. 100, p. 95 ; fig. 102, p. 95 ; fig. 106, p. 97.

21 G. Curatola, « The Viar Dragon », Sultaniyye III, Venise, 9, 1982, p. 71-88.

22 B. Gray, The Illustrations to the « World History of Rashîd al-Din, Edinburgh, University Press, 1976 et S. S. Blair, A Compendium of chronicles, Rashid al-Din’s illustrated history of the world, vol. xxvii Collection of Islamic Art, éd. J. Raby, The Nasser Khalili, Oxford, The Nour Foundation – Oxford University Press, 1995

23 Ibid., p. 76-77.

24 D. Donovan, « The Evolution of the Throne in Early Persian Painting : The Evidence of the Edinburgh Manuscript Jâmi’ al-tawârîkh », Persica, 1988-1989, p 1-76.

25 The Legacy, op. cit., p. 80, fig. 84, Scène de trône, Iran, Tabriz, début xive siècle, Berlin, Staatsbibliothek, Preussischer Kulturbesitz, Orientabteilung, Diez A, fol. 70, S. 22. Ibid., fig. 122, p. 106 et Diez 1 fol. 71, S.55 : à noter outre les lavis, les fleurs de lotus et les laques des meubles.

26 Ibid., p. 155, fig. 182, bouquet d’arbre, Cambridge, Harvard University Art Museum, Bequest of Abby Aldrich Rockefeller, 1960.190 ; et Gift of Edward W. Forbes, 1958.288, rochers, Ibid., p. 159, Angleterre, Keir Collection, PP3 et les montagnes, ibid., p. 160, nuages, Ibid., p. 156, Worcester, Worcester Art Museum, Jerome Wheeelock Fund, nuages, Ibid., p. 161, Cleveland, The Cleveland Museum of Art, Grace Rayney Rogers Fund (1943.658). The Legacy, op. cit., p. 155-167.

27 T. Lenz, G. Lowry, Timur and the Princely Vision, Los Angeles, 1989, fig. 30, p. 105, Zafar Nâmeh, ‘Alî Yadî, Shiraz, 1436, folio 293v, Cambridge, Harvard University, Fogg Art Museum, 1960.198.

28 Y. Crowe, « Some Timurid Designs and their Far Eastern Connections », dans Timurid Art and Culture, Iran and Central Asia in the the Fifteenth Century, éd. L. Golombek, M. Subtelny, Leyde, Brill, 1992, p. 167-169.

29 « Ghiyathuddin Naqqash : Report to Mirza Baysunghur on the Timurid Legation to the Ming Court at Peking », in W. Thackston, A Century of Princes : Sources on Timurid History and Art, Cambridge, Aga Khan Program for Islamic Architecture, 1989, p. 285-287.

30 Ghiyathuddin Naqqash Report, op. cit., p 279-297 et p. 288.

31 M. Rossabi, « The Silk Trade in China and Central Asia », dans J. C. Y Watt, A. E. Wardwell, When Silk was Gold : Central Asian and Textiles, Exhibition of Cleveland Museum of Art, MMA, New York, 1997, p. 7-19.

32 B. Gray, « The Chinoiseries Elements in the Paintings in the Istanbul Albums », Islamic Art, III, p. 85-86.

33 Y. Crowe, Some Timurid Designs, op. cit., p. 168-178.

34 Scène de cortège, Tabriz (?), Iran, 1470-1490, Istanbul, TSM, H2153, fol. 130ro , fig. 217, The Turks, p. 252 et B. Gray, The Chinoiseries, op. cit., p. 87-88.

35 Lisbonne, Foundation Gulbenkian, Anthologie d’Iskandar, Shiraz, 1410, fol. 47, dans B. Gray, La peinture persane, Genève, 1977, p 77.

36 Ruy Gonzáles de Clavijo, La route de Samarkand au temps de Tamerlan, Relation du voyage de l’ambassade de Castille à la cour de Timour Beg, 1403-1406, éd. L. Kehren, Paris Imprimerie nationale, 1990, p. 231.

37 Ulugh Beg fit venir à Samarkand en 1425 un monumental bloc de néphrite noire pour orner le tombeau de son grand-père le Gûr-i Amîr, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 3, p. 28.

38 Plaque de jade sculptée, Iran ou Asie centrale Dublin, The Chester Beatty Library, no 29, dans T. Lentz, Timur, fig. 123, p. 224 et diverses pièces gravées en jade, fig. 127 : sceau pour Miranshâh ibn Timur, Iran, vers 1408, Chrysolite, Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage, SA-8481, fig. 128 : Sceau, Hérat, 1457, Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage, SA-136-50. Jarre à vin en jade noir, Iran ou Asie centrale, Londres, The Trustees of the British Museum, 1945-10-17-257, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 126, p. 225.

39 Tasse de jade, Chine ou Asie centrale, inscrite au nom d’Ulugh Beg, 1420-49 (?), Londres, The Trustees of the British Museum, OA 1959-11-20.1 (36), T. Lentz, op. cit., Timur, fig. 124, p. 224.

40 T. Lentz, Timur, op. cit., jarre blanc bleue, ill. fig. 125, Chine, Ming, période Xuande (1426-35), Londres, The Trustees of the British Museum, Gift E.B. Havell, OA 1950.4-3.1 (57).

41 Zafar Nâmeh, Shiraz, 1436, Cambridge, University Art Museum, Arthur M. Sackler Museum, Harvard, 1960.198, dans The Turks, fig. 168, p. 218.

42 Anthologie, 1434-40, Hérat, Cambridge, Harvard University Art Museum Art, Arthur M. Sackler Gallery, 1939.225, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 45, p. 130.

43 Cleveland, Museum of Art, No 56.10 et 45.169, Shâh Nâmeh, Shiraz, 1444, B. Gray, La peinture, op. cit., p. 162-163.

44 Istanbul, TSM, H 781, Khamsa, Nizami, Hérat, 1445-46, copiée pour Ismât al-Dunya, illustrée par Khwaja ‘Alî al-Tabrizî, fol. 111vo , et fol. 62ro , T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 32, p. 219, et fig. 32, p. 108.

45 Anthologie, Londres, BL, Add. 27261, Shiraz, 1410-11, fol. 362vo -363ro , T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 35, p. 118.

46 Islamic Art I traite des problèmes de datation et d’attribution des peintures.

47 W. Watson, « Chinese Style in the Paintings of the Istanbul Albums », Islamic Art, I, 1981, p. 69-84.

48 Ibid., scènes mythologiques sont d’inspiration des fresques de Yong-lê-gong, le dieu de la mer, fig. 95, H. 2154, fol 136ro , fig. 96, H. 2160, fol 61vo , fig. 97, H. 2154, fol 95ro , fig. 98, H. 2154, fol 74vo .

49 Ibid., p. 71, p. 172.

50 Ibid., fig. 105 à 109, école de Tourfan, Dames sur un banc, H. 2153, fol 150vo , fol 148ro , fol 42ro, fol 146vo Ibid., fig. 174 et 175, type théâtral : Hazine 2153, fol 15ro et H. 2160, fol 75vo ; Ibid., types de personnes âgées, fig. 256 277 283 308 316 317. Les figures féminines ont été étudiées par Nancy Steinhardt, « Chinese Ladies in the Istanbul Albums », Islamic Art, I, 1981, p. 77-84.

51 W. M. Thackston, Album Prefaces and Other Documents on the History of Calligraphers and Painters, Supplement to Muqarnas, 10, Leyde, Brill, 2001, et texte publié dans T. Lentz, Timur, op. cit., p. 364- 365.

52 Folio d’album, Istanbul, TSM, H 2152, fol. 86r, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 53, p. 164 ; Nuage et flore, Iran, 1400-1450, encre sur papier, Berlin, Staatsbibliothek, Preussischer Kulturbesitz, Orientabteilung : Diez Album, f. 73.S.67, #3 ; Ibid., cat. 90 ; Album, Iran, 1400-1450, Diez Album, f. 73.S.49, #1, Ibid. cat. 91 ; Médaillon lobé, Diez Album, f. 73.S.71, #8, Ibid., cat. 92 ; Dessin aux phénix, Iran, 1400-1450, Diez Album, f. 73.S.63, #2, Ibid., cat. 93, p. 192-193.

53 Modèle de dragon, Encre sur papier, Iran, 1450-1500, Istanbul, TSM, H 2153, fol 133ro , The Turks, op. cit., fig. 183, p. 231.

54 Album, Guerrier combattant un dragon, Hérat, 1425, Berlin, Staatsbibliothek, Preussischer Kulturbesitz, Orientabteilung, Diez Album, f. 70.S.24, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 82, p. 184

55 Album de modèles, Istanbul, TSM, H 2152, fol 86ro , T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 53, p. 164, et Albums de modèles, nuages et créatures fantastiques, Berlin, Staatsbibliothek, Preussischer Kulturbesitz, Orientabteilung, Diez Album, f. 73.S.54, #1, Iran, 1400-1450, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 96, p. 194.

56 Vaisselle, Chine, xive siècle, Istanbul, TSM, 15/7035, The Turks, op. cit., fig. 181, p. 230.

57 Jacquette, décor intérieur, Attar, Sitta, Istanbul, Ahmet III 3059, Hérat, 1438, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 40, p. 191.

58 B. Gray, The Chinoiseries, op. cit., p. 85-89.

59 On peut visionner ces miniatures à la cote « arabe 5036 » sur la base de données Mandragore des maucritS de la BnF. (http://mandragore.bnf.fr).

60 B. Gray, « Some Chinoiserie Drawings and their Origins », Forschungen zur Kunst asiens : in Memoriam Kurt Erdmann, 1964, 1969, p. 159-171 et p. 169 et B. Gray, The Chinoiseries, op. cit., p. 87.

61 Shâh Nâmeh, Ibrâhîm Sultân, Shiraz, 1435, Oxford, Bodleian Library, Ouseley Add. 176, fo. 3ro, B. Gray, La peinture, op. cit., p. 100. B. Gray, The Chinoiseries, op. cit., p. 87

62 Diwân de Sultân Ahmad, Washington Freer Gallery of Art, No 32.35, Junayd, Bagdad, 1405, B. Gray, La peinture, op. cit., p. 49.

63 Shîrîn et sesssuivantes, Khamsa, Nizâmî, Hérat, 1494, fol 39vo , Londres, BL, Add. 6810 ; bol et coupe blanc bleu, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 140, p. 277, et Bustân, Sa‘adî, Hérat, 1488, fo 1vo et 2r, Le Caire, General Egyptian Book Organization, Adad Farsi 908, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 146, p. 260-61.

64 Chandelier, Copenhague, Tasse en jade, Londres, BM, Jarre, Lisbonne, voir E. J. Grube, « Notes on Décorative Arts in Timurid Period », Islamic Art III, p. 177-178.

65 Coffre en bois au nom d’Ulugh Beg, Istanbul, TSM, 2/1846, ill. The Turks, op. cit., p. 235 et E. J. Grube, « Notes », op. cit., p. 179.

66 Anthologie, Iskandar Sultân, Shiraz, 1410-11, Londres, BL, ms. Add. 27261, consultable sur la base iconographique en ligne de la British Library, Images Online.

67 Koweït, al-Homaizi, Bol, Iran ou Asie centrale, xve siècle, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 130, p. 228 et New York, MMA, V. Everit Macy, 1932, 32.33, Bol au dragon, Iran ou Asie centrale, xve siècle, fig. 131, p. 229.

68 E. J. Grube, Notes, op. cit., p. 180-181.

69 Jarre en porcelaine, dynastie Ming, Chine, Londres, BM, E.B. Havell, 1950.0403.1, The Turks, op. cit., fig. 185, p. 231.

70 Ibid., p. 232, jarres, 186 à 189, Istanbul, Turk ve Islam Müzesi, Iran ou Asie centrale, 2/2149, 289, 2961, 29.

71 L’Étrange et le Merveilleux en terres d’islam, Paris, RMN, 2001, « Arbres des waq-wâq et rinceaux animés », p. 165-175. Profusion de décors waq-waq sur différentsssupports et jusqu’à des périodes récentes.

72 Londres, BL, Anthologie, Or. 8193, Yazd, 1431, T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 26.

73 Baltimore, John Hopkins University, Milton S. Einsenhower Library, John Work Garett Collection, Zafar Nâmeh, Hérat, calligraphié en 1467-68, enluminé vers 1480, fo. 82v-83ro .T. Lentz, Timur, op. cit., fig. 147, p. 265.

74 Hâfiz, Diwân, peint pour Shâh Mirza, 1533, Cambridge Collection privée, B. Gray, La peinture, op. cit., p. 137 (nuages, porcelaine).

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search