Version classiqueVersion mobile

Effets de style au Moyen Âge

 | 
Connochie-Bourgne Chantal
, 
Douchet Sébastien

Remplois et détournements stylistiques

Styles de Gautier d’Arras : héritage épique et écriture du personnage dans Ille et Galeron

Vanessa Obry

Texte intégral

  • 1 On considère qu’Eracle et Ille et Galeron ont tous deux été composés entre 1176 et 1184.
  • 2 Gautier d’Arras, Eracle, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Mo (...)
  • 3 Le texte de référence pour les passages cités dans cet article est l’édition du manuscrit P (BnF, f (...)
  • 4 On peut lire un résumé du débat critique autour de ces parentés littéraires dans l’ouvrage de C. Pi (...)
  • 5 « Por le pere, qui fu si preus, / le het Oiaus o ses neveus : / mais ne li mostroit tant ne quant./ (...)

1Les deux romans composés par Gautier d’Arras dans le dernier quart du xiie siècle constituent un ensemble hétérogène1. Si l’on peut opposer les exploits miraculeux d’Eracle2 aux aventures toutes terrestres du héros d’Ille et Galeron3, la diversité d’inspiration au sein de chacun des textes est tout aussi évidente. La critique a souvent souligné ce qu’Ille et Galeron, dont l’histoire fait écho au lai d’Eliduc de Marie de France, devait non seulement à l’univers du lai breton mais aussi à la tradition épique4. Les épisodes de combat émaillent en effet le parcours du héros, qui acquiert un statut de plus en plus prestigieux à chaque bataille remportée. Présenté en fin de prologue comme « Ille le fil Eliduc » (v. 133), le personnage reçoit comme seul héritage de son père des ennemis, Hoial et ses proches, qui ne cessent de lui tendre des embuscades5. Ayant fait ses preuves contre ces premiers rivaux, Ille épouse Galeron, la fille du duc Conain, et devient futur duc de Bretagne. Peu après, suite à une blessure à l’œil dans un tournoi, il s’enfuit incognito à Rome où il affronte les Grecs qui assaillent un empereur déjà affaibli. Les succès remportés permettent à Ille d’acquérir le titre de sénéchal puis, après son second mariage avec Ganor, celui d’empereur de Rome. Des récits de bataille, qui se distinguent nettement des passages qui les entourent, illustrent ce versant politique et guerrier des aventures.

  • 6 Les études de l’art formulaire dans la chanson de geste sont nombreuses ; on se reportera à l’ouvra (...)
  • 7 On peut parler, avec Francis Corblin, de « chaîne de référence » pour désigner « une suite d’expres (...)

2Les implications en termes de style de l’hétérogénéité thématique évoquée ci-dessus sont importantes et j’ai choisi dans cette étude d’observer plus précisément l’empreinte dans Ille et Galeron de la chanson de geste et de l’une de ses marques stylistiques : l’usage de la formule6. L’écriture qui se fait formulaire infléchit notamment la façon dont le personnage principal, héros des batailles, est désigné dans les scènes de combat. La formule héritée s’introduit dans le réseau d’expressions présentes tout au long du texte et qui constituent les moyens de la référence au personnage7. Il s’agira ainsi de confronter une lecture en termes d’héritages thématiques et stylistiques à une analyse d’un système linguistique construit au fil de l’œuvre. Un trait de style emprunté, réservé à des passages bien délimités, peut se trouver réinvesti pour devenir la manifestation d’une écriture singulière, un effet de style porteur d’un sens.

Morceaux guerriers : le rythme du combat

Scènes de bataille et procédés épiques

  • 8 On distingue une première bataille suite au piège tendu par Hoial à Ille, s’étendant du vers 357 (s (...)
  • 9 Sur l’élargissement des enjeux politiques des aventures dans les deux romans de Gautier d’Arras, on (...)

3Les récits de batailles se répartissent en diptyques : deux passages mettent Ille aux prises avec Hoial et ses compagnons, deux autres avec les Grecs et leur empereur. Encadrées par des préparatifs ou des annonces de combat d’une part et par l’évocation des honneurs reçus par les vainqueurs d’autre part, les batailles se répondent aussi par leur construction selon une alternance entre combats singuliers et mêlées générales. Ces quatre passages occupent en tout presque un tiers du roman8. Si les scènes romaines sont amplifiées par rapport aux premières altercations bretonnes, c’est que l’enjeu s’est élargi, passant des affaires privées qui engagent le héros et ses ennemis personnels aux affaires politiques qui mettent en cause le duché de Bretagne puis l’empire romain9. Mais cet élargissement ne masque pas une structure répétitive bipolaire, la récurrence des épisodes guerriers venant s’ajouter à la bipartition géographique entre les aventures bretonnes et françaises d’une part, romaines de l’autre, d’un héros qui aime et épouse deux femmes, Galeron et Ganor.

4On reconnaît dans ces épisodes similaires des procédés de la chanson de geste. Les lances baissées, écus fendus, hauberts rompus et démaillés sont évoqués à chaque nouvel estor :

Il nen a pas el mon tant sort
qui bien n’oïst a l’assanler
la tiere bondir et tranbler.
Al parvenir ces lances baissent
et ces escus fendent et quassent
ces haubers rompent et desmallent.
Cist se defendent, cist assalent.
Li nostre et cil sont tot commun
. X. contre . II. et .V. contre .I. (v. 1027-1035)

  • 10 Voir notamment l’analyse de G. Kleiber, « Sur le démonstratif de notoriété en ancien français », Re (...)
  • 11 Sur la dimension fondamentale de la répétition et de l’« esthétique de l’écho » dans la chanson de (...)
  • 12 Voir N. Andrieux-Reix, « Lors veïssiez, histoire d’une marque de diction », Linx, 32, 1995, p. 133- (...)
  • 13 On les trouve par exemple dans cet extrait tiré du premier affrontement entre Romains et Grecs : «  (...)

5Ce passage extrait du second conflit entre Ille et Hoial est représentatif des emprunts thématiques à la bataille épique. On peut relever également l’emploi récurrent de ce qu’il est d’usage d’appeler le démonstratif épique – ou démonstratif de notoriété10 – et la présence insistante d’un conteur qui prend parti pour « li nostre », incarnés tout à tour par les Français et les Romains. Le rythme qui caractérise l’évocation de la bataille est celui de l’écho11. Les formules de la chanson de geste qui donnent à voir et à entendre les coups sont employées à plusieurs reprises : « i veïssiés12 » (v. 2549), « la oïssiés » (v. 422), « atant es vos » (v. 296613). Les récits d’affrontements sont marqués par le goût du dénombrement, de l’énumération et du retour de vers similaires. Les batailles sont des « merveilles » dont la description hyperbolique trouve dans la répétition un procédé privilégié.

Répétitions : le cas des noms

6Parmi ces phénomènes stylistiques relevant de la répétition, on peut s’arrêter sur les mises en série de noms propres. La reprise du nom d’un ennemi à l’initiale ou à la césure de plusieurs vers mime le danger et l’ardeur du combat :

Agars le gaite, Agars l’espie,
Agars het bel durement sa vie ;
trop li vait pres, trop s’i amort. (v. 2723-2725)

7Par ailleurs, les successions de combats singuliers sont à plusieurs reprises l’occasion d’énumérer des noms, comme dans la chanson de geste :

Et de cel poindre abat Maurin :
cil doi furent germain cousin.
Gerins del Mans fiert Gadifer,
parmi l’escu li met son fer,
l’auberc li ront et li desment
si que par tere mort l’estent.
Et Lanselins, cil de Poitiers,
d’un poindre ocist .ii. chevaliers.
Ponces de Nantes la garnie
i ocist Lot de Commenie.
Paris de Resne la cité
s’a deux Grijois aquité. (v. 5891-5902)

  • 14 Wace’s Roman de Brut. A History of the British, éd. et trad. anglaise J. Weiss, Exeter, University (...)
  • 15 Rappelons que Ponce est le nom d’un Thébain dans le Roman de Thèbes : « Un chevalier qu’ad non Punc (...)
  • 16 Sur la Coménie, royaume situé entre l’empire grec et la Russie, voir la note d’Yves Lefèvre dans l’ (...)
  • 17 Voir par exemple à la laisse VIII de la Chanson de Roland (éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003, v. 107 (...)
  • 18 Je dois cette remarque à une suggestion de J.-P. Martin lors du colloque « Effets de style au Moyen (...)
  • 19 Ibid., vol. 1.

8L’affrontement de deux camps est rendu par une double liste de noms issus à diverses matières et que le roman n’exploitera pas par la suite. L’onomastique mêle les origines bretonnes, l’univers du roman antique et celui de la chanson de geste, en exploitant les effets de sens rendus possibles par ces héritages. Agar porte le nom d’un ennemi parfait, faisant écho au personnage biblique, roi des Amalécites exécuté par Samuel (Sm, 15, 7-33), évoqué aussi dans le Roman de Brut de Wace14. Les noms Ponces et Paris, tous deux empruntés au roman antique15, changent d’aire géographique grâce aux expansions « de Nantes la garnie » et « de Resne la cité » ; ils peuvent de cette façon être portés par des personnages alliés aux Bretons dans le combat. Dans un mouvement inverse, Lot, dont le nom apparaît chez Wace et sera repris dans les romans arthuriens postérieurs, se trouve à la tête d’un royaume proche de la Grèce, la Coménie, et devient un chevalier grec ennemi d’Ille dans le texte de Gautier16. Les emprunts onomastiques à la chanson de geste sont largement exploités également. Si Gérin apparaît chez Wace, il est aussi et surtout l’un des douze pairs tués à Roncevaux dans la Chanson de Roland17 : cela explique sans doute que son nom se trouve ici attribué à un chevalier breton. On peut en revanche s’étonner de ce que Lanselin, qui sera dans les chansons du xiiie siècle un guerrier païen, soit ici du côté des Bretons18 ; l’inversion des valeurs explique sans doute l’insistance, une nouvelle fois, sur l’appartenance – voire le transfert – géographique (« cil de Poitiers »). Les ennemis quant à eux portent des noms attendus : Gadifer est un roi sarrasin qui apparaît dès le xiie siècle dans plusieurs chansons de geste et Maurin est son compagnon dans le Moniage Rainouart19. L’héritage épique ainsi modulé contribue à la construction des personnages et à l’élaboration d’un style apte à rendre compte du rythme de la bataille.

  • 20 Pour les passages cités ci-dessus, on relève 114 occurrences du nom propre « Ille » (247 dans l’ens (...)
  • 21 Sur le lien privilégié entre le genre épique et la prolifération du nom propre, en opposition au ge (...)

9La représentation d’Ille, héros vainqueur des batailles, est influencée par ce rythme de l’écriture et par le style formulaire qui gagne le roman. Si l’on observe la façon dont il est désigné dans ces passages, en la comparant avec l’ensemble du texte, un certain nombre de particularités apparaissent, et c’est là encore le rôle du nom propre qui est le plus remarquable. Alors que les passages délimités auparavant occupent un tiers du roman, on y relève près de la moitié des occurrences du nom de notre personnage. À l’inverse, la proportion de substantifs qui le désignent tend à être moins grande20. Les scènes de combat sont ainsi scandées par le nom de leur héros, tandis que le reste du roman semble ménager plus d’effets de variation dans la désignation du personnage21. Cette fréquence du nom propre est d’autant plus visible que les occurrences sont très souvent concentrées au sein même des batailles. Réinvestissant le topos du panorama épique, le texte évoque de cette manière les dames qui observent d’une fenêtre les combattants :

Les puceles qui sont as estres
ont mout esgardé des fenestres
com Illes vait, com Ille vient
com belement il se contient. (v. 2841-2844)

10Dans certains exemples, le nom propre est repris d’une proposition à l’autre là où l’on attendrait plutôt un pronom anaphorique. On lit ainsi à propos d’Hoial :

Ille het mout de fine mort
s’Illes het lui, n’a mie tort. (v. 678-679)

11La répétition apparaît également lorsque les vainqueurs de retour du combat retrouvent les dames qui les ont observés :

Illes au castel s’en revient ;
maint salu rent, ce li convient,
qu’Ille saluent .M. puceles,
. M. dames et .M. damoiseles. (v. 3051-3054)

12Le changement de type de proposition et de fonction – de sujet à objet – peut être un facteur de reprise du nom, plutôt que de poursuite de la chaîne anaphorique. Mais ici, l’infléchissement grammatical se double d’un changement de point de vue et la répétition du nom propre pour évoquer le salut des demoiselles rappelle que rendre hommage au combattant vainqueur, c’est aussi citer son nom, voire le répéter.

13L’exemple le plus marquant de scansion des vers et des hémistiches par le nom propre apparaît dès la première bataille :

Illes les plaisse, Illes les fiert
Illes les destruist et requiert,
Illes lor perce lor escus,
Illes les fait tous irascus,
Illes lor fausse lor haubers,
Illes les fait chocier envers.
Il i fist plus en mains de tens
que je ne di, si com je pens,
c’uns clers n’escriroit en un jor
par grant loisir ni par laissor. (v. 742-751)

  • 22 Rappelons que ces remarquesssont d’ordre phonétique et non graphique : dans le manuscrit W, la grap (...)

14Associée aux motifs épiques relevés ci-dessus et au topos de l’impossible description, la répétition du nom propre revêt une fonction hyperbolique, évoquant par mimétisme la réitération des exploits. L’occurrence du pronom personnel il à la fin de cette énumération peut retenir l’attention. Le pronom semble reprendre, par un renvoi anaphorique cette fois, l’ensemble des Ille apparus précédemment comme sujet des différentes actions que le verbe faire vient résumer (« Il i fist plus en mains de tens »). Le pronom signe la fin de l’hyperbole, mais il est aussi un prolongement du nom propre en ce qu’il lui fait écho phonétiquement. Ce phénomène accentue l’omniprésence du nom du personnage, tout en rappelant la fragilité d’un tel nom qui, à de nombreuses reprises, au cas régime et suivi d’une voyelle, n’occupe plus qu’une syllabe dans le vers. La répétition dans le combat pourrait ainsi avoir pour fonction de donner à entendre plus fortement un nom qui n’est pas toujours audible22.

15Parmi ces procédés de répétition du nom, on peut s’attarder plus précisément sur un type d’expression, juxtaposant au nom propre un substantif ou un adjectif substantivé, dont l’archétype pour notre personnage est « Ille li preus » :

Li estors est griés et pesans.
Or ne se prise .ii. besans
Ille, li preus, qui tant a fait,
s’il as Grifons ne muet un plait. (v. 2345-2348)

Illes li preus, Illes li dus : de l’effet chanson de geste au style

Analyse d’une formule

  • 23 Th. Venckeleer, Rollant li proz. Contribution à l’histoire de quelques qualifications laudatives en (...)
  • 24 On peut se reporter, sur le rôle des expansions du nom dans l’onomastique médiévale et la formation (...)
  • 25 Ibid., p. 29.

16Adjoindre au nom propre un terme portant un sème mélioratif (« Ille li preus ») ou dépréciatif (« Hoial li fel ») revient à le doter d’une épithète de nature. Ce type d’expression, considéré par Theo VencKeleer23 comme un archétype des formules comportant des termes axiologiques en ancien français, n’est bien entendu pas limité au genre épique ; force est du moins de constater qu’il essaime considérablement dans le roman et plus largement dans l’onomastique médiévale24. Cette expansion qualifiant le nom propre relève formellement de l’apposition, et se trouve en concurrence avec des formulations du type « Ille, le fils Eliduc » ; mais elle s’en distingue par un plus grand figement, une relative désémantisation de son second membre, qui ne garde pour l’essentiel qu’un sème positif ou négatif. Ainsi l’apposition devient un surnom qui a tendance à s’intégrer au nom propre25 et c’est de ce figement que naît la formule.

  • 26 Pour Ille, on relève « Illes, li preus (v. 1022, 1596, 1643, 2067, 2347, 2523, 3851), « Illes li be (...)
  • 27 Ainsi, « Illes li preux » (v. 1022) devient « Ylles li ber » dans W, « Illes li preus, li bien apri (...)

17La fréquence de ce tour retient l’attention : face aux trois occurrences seulement pour le héros de son autre roman Eracle, Gautier l’emploie une trentaine de fois dans Ille et Galeron, pour évoquer « Hoiaus li fel », « Brun le preu », « Ganor la bele », mais avant tout en expansion du nom d’Ille26. Ses variations sont assez peu nombreuses : les termes associés au personnage principal sont li preus, nettement dominant, li ber, li bon, li bel, li jens, li biax et li bien apris. Le nombre d’expansions est modulable également, allant jusqu’à trois, comme dans l’exemple « Ille, li bon, li bel, li preu ». Le caractère formulaire de l’expression et la désémantisation de son second membre apparaissent dans les variantes entre les deux manuscrits du roman, puisque les expansions sont interchangeables : Ille li ber, Ille li preu et Ille li bials prennent la place les uns des autres à plusieurs reprises27. C’est donc une structure avec ses variations qui constitue la formule et non une expansion attachée de manière privilégiée, comme un surnom inamovible, au personnage.

Contextes : combats et renommée

  • 28 C’est par exemple « Illes, li preus, li bien apris » (v. 1563) qui déjoue une embuscade. Le personn (...)

18Par delà toutes les considérations sur l’origine de l’expression, celle-ci semble reçue et intégrée à Ille et Galeron d’abord comme une formule épique. C’est ce dont témoigne l’observation des contextes de son apparition : un lien privilégié aux scènes de combats évoquées précédemment se fait jour. Les occurrences sont présentes au début ou à la clôture des batailles, comme lors de l’évocation des exploits du personnage, mais aussi à l’occasion de simples allusions à des combats, même lorsque le roman ne prend pas la peine d’en rapporter en détail les événements28. Que la bataille soit amplement racontée, ou que l’on ne fasse qu’évoquer rapidement des coups échangés, la thématique du combat dans lequel Ille est mêlé appelle la formule. Dans ce contexte, et appliquée à d’autres personnages, elle campe des ennemis dignes du rang du héros et des alliés valeureux. « Hoiaus li fors, li fel, li fiers » (v. 566) ne manquera pas d’affronter « Ille li bon, li bel, li preu », allié à « Brun le preu » (v. 638). En cela, la formule peut sans doute être rattachée aux procédés épiques employés dans ces mêmes passages.

  • 29 « Illes li preus, li jens, li biax, en son demaine a dos castiax, et dos li ot par tere mis Hoiaus (...)

19En dehors de ces contextes strictement guerriers, l’expression apparaît au moment de l’explication des causes des conflits29 ou, plus souvent, pour souligner les hommages rendus à Ille :

Engrant sont tuit de porkacier
k’Illes, li ber, ait la corone. (v. 6544-6545)

20Ces honneurs sont les nouvelles fonctions que l’on cherche à attribuer au récent vainqueur, mais aussi tous les discours de louanges qui sont tenus sur lui :

Illes li ber l’[le cœur de Ganor] enporte o lui
Que vous diroie de celui ?
Mais mout l’onore tote Rome,
a lui nen aiment il tant home,
ne roi ne conte ne baron. (v. 3460-3464)

  • 30 « Li estors est griés et pesans. Or ne se prise .ii. besans Ille, li preus, qui tant a fait, s’il a (...)

21La formule est ainsi employée de manière tout à fait privilégiée lorsque la réputation du personnage est en jeu, que ce soit ou non en situation de guerre. La renommée due aux combats antérieurs peut être rappelée de manière opportune quand Ille assène un coup30. Mais elle est également citée de manière paradoxale, alors que tous ignorent la valeur du personnage arrivé incognito à Rome :

d’Ille le preu, qui tant a fait
ne tient nus hom gaires de plait. (v. 2067-2068)

22En combattant, Ille corrige alors une réputation erronée :

Ensus se trait Illes li ber
de cex qui le suelent gaber. (v. 2117-2118)

23Des honneurs du combattant à sa réputation et aux discours qui sont tenus sur lui, il n’y a qu’un pas. Aussi, toutes les occurrences qui n’entrent pas dans des contextes de récit de bataille, des causes ou des conséquences de celles-ci, présentent une affinité avec le discours rapporté. On les trouve en discours direct, lorsque les habitants de Bretagne annoncent aux messagers romains qu’ils croient Ille mort :

[…] mors est li dus,
Illes li preus, et Elidus. (v. 3851-3852)

24Ces passages répondent aux évocations de « Ganor la bele » (v. 4844) dans les monologues d’Ille, ou encore à cette mention de la réputation du héros :

D’Ille, le preu, le bel, le jent,
parolent en bien tout gent. (v. 1573-1574)

  • 31 Les occurrences relevées dans Eracle sont : « Mirïados, li ges, li biaus » (v. 281), « Mirïados li (...)
  • 32 Respectivement aux vers 4620 et 5536, dans des paroles attribuées à l’impératrice puis à un sarrazi (...)
  • 33 Dans Eracle, parmi les occurrences de l’expression appliquée à d’autres personnages, deux seulement (...)

25Il est par ailleurs intéressant de remarquer que cette même familiarité avec le discours rapporté est présente pour les quelques occurrences de la formule que l’on peut relever dans Eracle31. Les expressions « Eracles, li preus qui ne ment » et « Eracles li preus et li sages » sont attestées dans des passages en discours direct32. La seule occurrence de l’expansion appliquée au héros et qui se trouve en récit témoigne d’un figement nettement moins important puisqu’il s’agit d’Eracles li senés (v. 130733).

26Un nouvel élément contextuel semble conditionner l’emploi de la formule : elle est non seulement une marque stylistique héritée de l’épique qui contribue à la dimension formulaire de certains passages du roman, mais aussi une parole rapportée qui met en jeu la renommée du personnage. En relation avec différentes formes d’oralité, de la formule épique au discours direct, et avec l’évolution de la valeur du héros et de sa reconnaissance, ce trait de style qui s’affiche comme emprunté se trouve réintégré à la logique propre du roman.

« Ille li dus », le fils d’Eliduc : effets de sens

  • 34 L’occurrence du vers 2117 de l’édition de référence est la première dans le manuscrit P seulement.

27Malgré le figement de l’expression et l’interchangeabilité des constituants de son second membre, certaines variations sont signifiantes. Ainsi, la forme « Illes li ber » est employée exclusivement, dans l’un des manuscrits du moins, après le mariage du héros avec Galeron34, en écho avec une autre qualification du héros : « Ille, le baron Galeron » (v. 2329). Les modifications de la formule tendent ainsi à tenir compte de la progression du roman et de l’évolution du personnage, même si, pour le mot ber/baron, c’est le sème mélioratif qui prime sur le sens d’époux dans les scènes de combat.

28Le cas d’« Ille li duc » est plus problématique. L’expression n’est présente sous cette forme qu’à trois reprises, mais la difficulté tient à l’identification de son degré de figement. S’agit-il d’une apposition qui informe sur le statut du personnage au même titre que « Ille, ses neveus », ou « Galeron, seror le duc », ou d’une expansion valorisante comme celles qui ont été étudiées précédemment ? L’enjeu dépasse la question de la catégorisation grammaticale… A priori, le substantif « duc » n’est pas susceptible d’un emploi comme adjectif et ne semble pas revêtir d’autre sens que son acception politique ou du moins liée à un pouvoir. Les dictionnaires ne donnent pas d’exemple d’un glissement vers un sens mélioratif comme cela peut être le cas pour le mot baron. De fait, Ille a bien reçu le statut de duc de Bretagne quand il est désigné par l’expression « Illes li dus » ; de même, quand on parle d’« Illes li dus » au moment où l’on propose au héros la charge d’empereur, il s’agit de mettre en valeur le changement de statut politique, du duc à l’empereur. En revanche, lorsque Ganor, enlevée, s’adresse à ses ravisseurs en espérant être délivrée par « Illes li dus » (v. 6203) ou lorsque le narrateur évoque les tourments amoureux d’« Illes li dus » (v. 5656), il s’agit moins de rappeler un statut politique que la valeur du guerrier et de l’amant.

29Si l’on considère ainsi que l’expression se fige en expansion de nom propre, même de manière minimale, l’intérêt est de constater qu’elle est alors la dernière occurrence de notre formule dans le roman et fait ainsi écho, au terme de toutes les aventures, à la première nomination du personnage à la fin du prologue :

car a s’onor voeil faire .i. lai
de Galeron, seror le duc
et d’Ille, le fil Eliduc. (v. 131-133)

30La proximité entre « Ille li dus » et « Ille le fil Eliduc » était déjà perceptible dans ces vers :

[…] Mors est li dus,
Illes li preus, et Elidus. (v. 3851-3852)

31Ce rapprochement est phonétique, mais aussi symbolique : le fils de celui dont on dit qu’il ne possédait quasiment rien se voit doté d’un important pouvoir. « Illes li dus » semble ainsi être la dernière variante d’une formule qui, en allongeant le nom qui tendait à se confondre avec le pronom, lui a donné corps pour mettre en valeur les exploits du héros. La formule expérimente différentes variations, à mesure que le personnage fait ses preuves et qu’il affronte les ennemis précisément légués par son père. Le point d’aboutissement ressemble à un nouveau nom, qui lui appartient en propre, mais qui porte le souvenir du nom du père, Eliduc, celui dont Ille reproduit par ailleurs les aventures racontées dans le lai d’Eliduc de Marie de France.

32Rappelons pour conclure les paroles prononcées par le héros pour expliquer pourquoi il préférait rentrer en Bretagne, dans sa terre natale, plutôt que de se faire entretenir par le roi de France :

Mix voel esprover ma proece
et vivre u morir a honeur
que on me claint a tort signeur. (v. 294-296)

33Ille souhaitait faire ses preuves par les armes avant de se voir attribuer des titres – ou des noms – qu’il ne méritait pas. Une fois vainqueur des différents combats, il s’est construit un renom, puis un nom audible : la réputation méritée du héros se loge derrière la formule et la construction d’un sens accompagne l’effet rythmique. La formule épique héritée a permis de créer un nom propre pour désigner le personnage, de construire sa singularité en s’appuyant sur ses exploits. Par conséquent, le trait de style n’est plus seulement constitutif d’un « effet chanson de geste » dans les scènes de bataille, mais il se trouve investi d’un sens pour le destin du héros. Le récit est passé par l’épique pour composer des aventures et un personnage ; le style peut ainsi apparaître comme la recherche de l’expression juste, méritée, que l’on trouve parmi les paroles empruntées.

Notes

1 On considère qu’Eracle et Ille et Galeron ont tous deux été composés entre 1176 et 1184.

2 Gautier d’Arras, Eracle, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Moyen Âge », 1976.

3 Le texte de référence pour les passages cités dans cet article est l’édition du manuscrit P (BnF, fr 375) publié par Y. Lefèvre, Paris, Champion, coll. « Classiques français du Moyen Âge », 1999 (1re éd. 1988). Pour les variantes du second manuscrit conservé du texte, W (Wollaton Hall), j’ai consulté l’édition de F.A.G. Cowper, Paris, Société des Anciens Textes français, 1956.

4 On peut lire un résumé du débat critique autour de ces parentés littéraires dans l’ouvrage de C. Pierreville, Gautier d’Arras. L’autre chrétien, Paris, Champion, 2001, chapitre I : « L’intertextualité dans l’œuvre de Gautier d’Arras ».

5 « Por le pere, qui fu si preus, / le het Oiaus o ses neveus : / mais ne li mostroit tant ne quant./ Or le violt mostrer son enfant./ De tote pars li corent seure ;/ si l’ont destruit en mout poi d’eure » (v. 151-154).

6 Les études de l’art formulaire dans la chanson de geste sont nombreuses ; on se reportera à l’ouvrage fondateur de J. Rychner, La chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1955.

7 On peut parler, avec Francis Corblin, de « chaîne de référence » pour désigner « une suite d’expressions d’un texte entre lesquelles l’interprétation établit une identité de référence » (Les formes de reprise dans le discours. Anaphores et chaînes de référence, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995, p. 27).

8 On distingue une première bataille suite au piège tendu par Hoial à Ille, s’étendant du vers 357 (sortie de la ville par les futurs combattants) au vers 831 (expressions de joie après la victoire) ; un second affrontement contre ces mêmes ennemis occupe les vers 974 à 1179 (de la sortie de la ville également à l’évocation des honneurs rendus aux vainqueurs). Puis deux batailles opposent les Romains aux « Grecs » menés par l’empereur de Constantinople, aux vers 2062 à 3066 (du début du combat au retour à Rome) et 5747 à 6110 (du début du combat au désarmement des combattants). Ces passages ainsi délimités occupent respectivement 475, 206, 1005 et 364 vers, soit 2050 sur les 6768 du roman dans l’édition d’Yves Lefèvre.

9 Sur l’élargissement des enjeux politiques des aventures dans les deux romans de Gautier d’Arras, on peut consulter l’article de F. Wolfzettel, « La recherche de l’universel. Pour une nouvelle lecture des romans de Gautier d’Arras », Cahiers de Civilisation Médiévale 33, 1990, p. 113-131.

10 Voir notamment l’analyse de G. Kleiber, « Sur le démonstratif de notoriété en ancien français », Revue québécoise de linguistique, 19/1, 1991, p. 11-32.

11 Sur la dimension fondamentale de la répétition et de l’« esthétique de l’écho » dans la chanson de geste, on peut renvoyer à l’ouvrage d’E.A. Heinemann, L’Art métrique de la chanson de geste. Essai sur la musicalité du récit, Genève, Droz, 1993.

12 Voir N. Andrieux-Reix, « Lors veïssiez, histoire d’une marque de diction », Linx, 32, 1995, p. 133-145. La fonction de la formule dans notre texte reste majoritairement celle que Nelly Andrieux-Reix définit comme caractéristique de l’épique : la bataille devient l’objet d’une hypothétique perception visuelle et auditive.

13 On les trouve par exemple dans cet extrait tiré du premier affrontement entre Romains et Grecs : « Illoeques ot fausé et sout/ tant maint auberc menu mallié, / et maint pignon entretaillé/ i veïssiés ens el san taindre./ Tex .C. i veïssiés estaindre/ qui sont keïs en le grant presse, / qu’il n’i quisent onques confesse » (v. 2546-2552).

14 Wace’s Roman de Brut. A History of the British, éd. et trad. anglaise J. Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999, p. 198, v. 7854.

15 Rappelons que Ponce est le nom d’un Thébain dans le Roman de Thèbes : « Un chevalier qu’ad non Punce/a Polinicen tost le nunce » (éd. et trad. F. Mora-Lebrun, Paris Librairie générale française, coll. « Lettres gothiques », 1995, v. 10385-10386).

16 Sur la Coménie, royaume situé entre l’empire grec et la Russie, voir la note d’Yves Lefèvre dans l’édition d’Ille et Galeron, op. cit., p. 240.

17 Voir par exemple à la laisse VIII de la Chanson de Roland (éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003, v. 107) : « E si i furent e Gerin et Gerers ». Lorenzo Renzi attribue le nom Gérin à l’héritage breton uniquement (« Le décor celtisant dans Ille et Galeron de Gautier d’Arras », Cahiers de Civilisation Médiévale 10, 1967, p. 39-44.), mais cette affirmation nous semble devoir être nuancée.

18 Je dois cette remarque à une suggestion de J.-P. Martin lors du colloque « Effets de style au Moyen Âge » (Aix-en-Provence, mai 2008). Pour une liste des textes où ce nom apparaît, on se reportera à l’ouvrage d’A. Moisan, Répertoire des noms propres de personne et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, Genève, Droz, 1986, vol. 1, Les textes français.

19 Ibid., vol. 1.

20 Pour les passages cités ci-dessus, on relève 114 occurrences du nom propre « Ille » (247 dans l’ensemble du texte) et 73 occurrences de noms communs, toutes fonctions confondues, référant au personnage ou le qualifiant (322 dans l’ensemble du texte).

21 Sur le lien privilégié entre le genre épique et la prolifération du nom propre, en opposition au genre romanesque, on peut lire l’article de D. James-Raoul, « L’anonymat définitif des personnages et l’avènement du roman : l’apport de Chrétien de Troyes », Façonner son personnage au Moyen Âge, dir. Ch. Connochie-Bourgne, Aix-en-Provence, PUP, 2007, coll. « Senefianc» no53, p. 135-144.

22 Rappelons que ces remarquesssont d’ordre phonétique et non graphique : dans le manuscrit W, la graphie du nom « Ille » est majoritairement « Ylle ».

23 Th. Venckeleer, Rollant li proz. Contribution à l’histoire de quelques qualifications laudatives en français du Moyen Âge, Lille, 1975.

24 On peut se reporter, sur le rôle des expansions du nom dans l’onomastique médiévale et la formation de l’onomastique moderne, à la synthèse élaborée par F. Plet-Nicolas dans La création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Champion, 2007, p. 62-69.

25 Ibid., p. 29.

26 Pour Ille, on relève « Illes, li preus (v. 1022, 1596, 1643, 2067, 2347, 2523, 3851), « Illes li ber » (v. 2117, 3461, 4030, 4484, 5064, 6065, 6453, 6545), « Ille, li bon, li bel, li preu » (v. 371), « Illes, li preus, li jens, li biax » (v. 834), « Ille, le preu, le bel, le jent » (v. 1573, 3065), « Illes li preus, li bien apris » (v. 1563), « Illes, li preus, li afaitiés » (v. 1585). Les autres occurrencesssont « Hoiaus, li fors, li fel, li fiers » (v. 566), « Brun le preu » (v. 638), « Hoiaus li fel » (v. 837), « Ganor la belle » (v. 3380, 4844, 6288), et « Ganor, la bien faite, la bele » (v. 5080).

27 Ainsi, « Illes li preux » (v. 1022) devient « Ylles li ber » dans W, « Illes li preus, li bien apris » (v. 1563) devient « Ylles, li bials, li bien apris », « Illes, le preu, le bel, le jent » devient « Ylle, le biel, le preu, le gent », « Illes li preus » (v. 2347) devient « Ylles, li ber », « Ganor, la bien faite, la bele » (v. 5080) devient « Ganor la cortoise, la bele » etc.

28 C’est par exemple « Illes, li preus, li bien apris » (v. 1563) qui déjoue une embuscade. Le personnage est « Illes li preus » dans le tournoi, « Ille li ber » lorsqu’on rappelle son opposition à ses anciens ennemis ou quand il sauve Ganor prise en otage.

29 « Illes li preus, li jens, li biax, en son demaine a dos castiax, et dos li ot par tere mis Hoiaus li fel, ses anemis ; et s’en i avoit encore un qu’il et Hoiax orent commun, por cui la guerre commença » (v. 834-840).

30 « Li estors est griés et pesans. Or ne se prise .ii. besans Ille, li preus, qui tant a fait, s’il as Grifons ne muet un plait » (v. 2345-2348).

31 Les occurrences relevées dans Eracle sont : « Mirïados, li ges, li biaus » (v. 281), « Mirïados li sages » (v. 293), « Eracles li senés » (v. 1307), « Paridès, li dous, li biaus » (v. 3803), « Eracles, li preus qui ne ment » (v. 4620), « Cordroés, li fel, li fiers » (v. 5338), « Eracles li preus et li sages » (v. 5536), « Cordroés li mal senés » (v. 5678).

32 Respectivement aux vers 4620 et 5536, dans des paroles attribuées à l’impératrice puis à un sarrazin.

33 Dans Eracle, parmi les occurrences de l’expression appliquée à d’autres personnages, deux seulement ne relèvent pas du discours direct (v. 281 et 3803). Toutefois, l’exploitation de la formule est nettement moins poussée dans ce texte, où l’influence épique ne se fait par ailleurs pas autant sentir que dans Ille et Galeron et où le héros ne fait passses preuves en s’assurant une réputation par les armes.

34 L’occurrence du vers 2117 de l’édition de référence est la première dans le manuscrit P seulement.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search