Version classiqueVersion mobile

Effets de style au Moyen Âge

 | 
Connochie-Bourgne Chantal
, 
Douchet Sébastien

Le style au péril de la traduction

La légende du purgatoire de saint Patrick. Des tendances de la translatio du latin en vers français

Myriam White-Le Goff

Texte intégral

1La légende du purgatoire de saint Patrick a eu un grand retentissement à travers l’Europe médiévale. Elle relate à la fois la révélation d’une entrée terrestre à l’autre monde faite à saint PatricK, dans une grotte située sur une île du Lough Derg, le Lac Rouge, en Ulster, et le voyage dans l’au-delà, purgatoire et paradis terrestre, d’un chevalier repentant nommé Owein. Le premier texte rapportant cette légende qui nous soit parvenu est l’œuvre latine du moine Henri de Saltrey, le Tractatus de purgatorio sancti Patricii (entre 1173 et 1185). Sa réécriture la moins méconnue est L’Espurgatoire seint Patriz de Marie de France (vers 1190). C’est précisément cette œuvre qui sera au centre de cette réflexion qui se propose d’étudier la translation du latin en ancien français dans les différentes réécritures versifiées françaises de la légende du purgatoire de saint PatricK. À côté de la réécriture de Marie de France, il existe six réécritures versifiées connues de la légende :

  1. le manuscrit British Library, Cotton Domitianus IV, de la fin du xiie siècle ou du début du xiiie siècle1 ;
  2. le manuscrit BNF fr. 1526, d’avant 1243, non édité ;
  3. les manuscrits anonymes de la bibliothèque de Cambridge, Ee. VI. 11, fo 13-37 et de la British Library, Landsdowne, 383, feuillet de garde (fragment), de la deuxième moitié du xiiie siècle2 ;
  4. la version de Berol, conservée dans deux manuscrits de la fin du xiiie siècle : Tours, BM 948, fo 102 verso-119 recto ; Cheltenham, bibl. Phillipps 4156, fo 184a-188d3 ;
  5. le manuscrit BNF fr. 25545, fo 97a-104b, du début du xive siècle4, qui est vraisemblablement une mise en vers de la rédaction en prose française la plus répandue au Moyen Âge ;
  6. les manuscrits British Library, Harley 273, fo 191c-197d et BNF fr. 2198, fo 30a-34d5, de la première moitié du xive siècle.
  • 6 P. De Wilde, Le Purgatoire…, op. cit., en dresse l’inventaire.

2L’Espurgatoire seint Patriz de Marie de France occupe une place particulière dans ce corpus car c’est la réécriture la plus fidèle au texte latin, ce qui permet une comparaison plus précise et plus juste, car plus complète avec la source latine. Qui plus est, certaines versifications, comme celle du ms. BNF fr. 25545, n’ont pas de modèle tout à fait élucidé et il est vraisemblable qu’elles n’aient pas pour source directe l’œuvre latine. Les réécritures en prose qui existent présentent la même difficulté pour l’étude, c’est pourquoi je les ai écartées dans ce travail6. La translatio est double pour les textes qui nous intéressent car leurs auteurs opèrent une « traduction » du latin en français et une transposition de la prose en vers, comme dans un grand nombre d’autres œuvres médiévales. En outre, si la majorité des réécritures versifiées sont en octosyllabes, il existe un cas particulier dans celle d’un certain Berol, rédigée en alexandrins. Cette réécriture particulière fera l’objet d’analyses singulières. De manière générale, la difficulté majeure de ma démarche, du point de vue de la rigueur, est de faire la part entre les phénomènes afférant à la réécriture au sens large, non point seulement à la translation, les phénomènes à proprement parler linguistiques et ceux qu’on qualifierait plus largement de littéraires ou stylistiques. J’exposerai dans cette optique différents procédés, afin d’expliquer dans un premier temps, le travail de translatio qui semble lié à la nature même de la langue vulgaire, notamment à son origine orale, puis les modifications syntaxiques motivées, notamment, par le passage du latin à l’ancien français, et enfin les techniques de réécriture motivées par la versification.

  • 7 « Il faut que ».

3En comparaison avec le latin médiéval, langue écrite et véhicule de culture, la langue vulgaire est d’abord langue orale, dite parfois populaire. Or cette essence proche de l’oralité de l’ancien français permet, par la récurrence de certains traits stylistiques, de renforcer quelques effets de sens du texte latin. Au vers 1855 de L’Espurgatoire de Marie de France, « hastez vus tost aller d’ici », l’impératif accentue le sentiment d’urgence, tout comme dans « or vus hastez », au vers 1891, à la place de la tournure finale latine oportet ut7 (p. 242), plus lourde. Le rythme des aventures est ainsi précipité ; tous les tourments du purgatoire s’abattent sur Owein presque en même temps et il passe de l’un à l’autre de manière frénétique autant qu’alerte. En outre, en mettant en avant le caractère oral de la langue qu’elle utilise, Marie interpelle très volontiers son public, comme avec l’apostrophe « Seignurs », au vers 49, par exemple. De même, elle insère des embrayeurs de discours dans les propos de ses personnages, comme « nel dute pas » au vers 734, lorsque les messagers de Dieu qui accueillent le chevalier à son entrée dans l’autre monde lui expliquent ce qu’il va rencontrer, ou encore « sachez Ke » au vers 1809, lorsque les archevêques s’adressent à Owein et, par delà, à l’ensemble du public. La stylistique s’appuie sur la fonction phatique du langage en vue d’une recherche de la persuasion.

  • 8 L’Espurgatoire seint Patriz, éd. Y. de Pontfarcy, Louvain, Peeters, 1995.

4 Dans la même dynamique, la réécriture en français change aussi parfois les temps verbaux. Ainsi, Y. de Pontfarcy, éditrice de L’Espurgatoire8, fait justement remarquer que dans les vers 905 à 914, le parfait latin est remplacé par le présent historique. Ce dernier rend le passage plus vivant ; il est cohérent avec une tradition de récits narrés à haute voix de la manière la plus vive et alerte possible. On n’écrit pas en français de la même manière qu’en latin, comme nous le rappellent les auteurs des réécritures. Il faut adapter son style à son public, comme l’affirme Marie :

Jo(e), Marie, ai mis, en memoire,
le livre de l’Espurgatoire
en romanz, K’il seit entendables
a laie genz e covenables. (v. 2297-300)

5Le passage du latin au français est également l’occasion d’un travail sur les discours. Marie de France substitue parfois le discours direct au discours indirect ; elle semble percevoir là un moyen d’obtenir un plus grand impact sur le public. En outre, le texte anglo-normand manifeste une plus grande attention aux charnières à établir entre une forme de discours et l’autre et entre discours et récit. Ainsi le vers 715, « al chevaler dist ducement », est-il ajouté par Marie afin d’introduire le discours direct qui va suivre et pour le caractériser à l’aide de l’adverbe « ducement ». De la relative sécheresse du texte religieux, on passe à une œuvre à coloration plus romanesque. Les occurrences du discours direct sont préparées et mises en valeur alors qu’en latin ces charnières sont souvent absentes ou simplement exprimées par des mots de liaison, bien qu’il existe des passages qui fassent exception à cette règle. Ainsi le vers 957, « al chevalier dïent sovent », ne fait-il que reprendre le présent latin de dicunt (p. 162), au milieu de verbes du récit conjugués à des temps du passé, destiné à mettre en valeur l’irruption du discours direct. Dans le témoignage de l’évêque Florencien en faveur de l’idée de la porosité de notre monde et de l’autre, le début du discours direct latin (p. 260) est conservé au discours indirect par Marie aux vers 2083-2084 : « que plusurs i entrerent ja, / dunt unKes nul n’en repaira ». Cela lui permet de mieux mêler les discours entre eux ainsi que de mélanger discours et récit, sans sentiment de rupture, avec un certain souci de naturel. Elle procède de même aux vers 2155-2156, « e lui fist une tel(e) demande / si aporté out point de viande », en débutant au discours indirect la réécriture du latin num quid portas aliquid ad manducandum ? (p. 266). Dès le vers 2157, Marie enchaîne avec le discours direct. Par cette technique, elle crée une manière de transition entre récit et discours tout en facilitant la compréhension. Ce travail s’affine encore aux vers 2243 à 2249, par exemple, car Marie utilise d’abord du discours indirect au vers 2243, « ço qu’il pramist dedenz quinze anz », puis une forme de discours qui ressemble à du discours indirect libre :

or ert li fait aparissanz.
Demain ert li prestre traïz
e par la femme maubailliz
qu’il ad pur sa fille tenue,
quant a sun lit l’av(e) ra eüe
einz mïedi. Ke chascuns l’oie !

6Dans le témoignage de Gilbert, un moine auquel le chevalier Owein a servi d’interprète et avec lequel il a entretenu une relation d’amitié, Marie remplace le discours direct, présent dans le texte de Henri de Saltrey, par du discours indirect, afin de ne pas enchâsser trop d’autres discours dans le discours direct de Gilbert, dans le sens d’une circonscription plus nette des discours, sans doute liée au mode de diffusion du texte, vraisemblablement lu à haute voix.

7Dans la réécriture en alexandrins, l’attention prêtée au discours direct est également grande : au moment où Owein explique ses fautes à un évêque, Bérol choisit de faire parler aussi bien l’évêque que le chevalier au discours direct (v. 121-136), alors que le texte latin proposait le discours indirect pour les propos de l’évêque. De cette façon, l’auteur souligne le caractère égalitaire de la parole échangée et, ainsi, le rôle de conseiller-confident du religieux, en même temps que la répartition du discours en nombre de vers exprime le caractère inébranlable de la décision d’Owein d’entrer au purgatoire de saint Patrick : l’évêque essaie de l’en dissuader (vers 121 à 132), tandis qu’Owein lui oppose sa résolution en quatre vers lapidaires, dans une logique de joute verbale. Les passages au discours direct sont donc des moments privilégiés, mis en valeur dans l’ensemble d’un texte encore proche d’une oralité vivifiante.

  • 9 « Étincelait d’un éclat admirable. »

8Outre les altérations du texte latin en ancien français inspirées par l’oralité sous-jacente à la langue médiévale, le passage d’une langue à l’autre implique également des transformations d’ordre syntaxique. La modification de la syntaxe et de la hiérarchie établie entre les segments syntaxiques est perceptible par des changements de catégorie grammaticale : certains termes passent d’une nature à une autre. Ainsi des substantifs peuvent devenir des verbes dans la traduction du latin en anglo-normand. Aux vers 1305 et 1306, Marie de France emploie deux verbes : « avalout » et « estout », alors que Henri de Saltrey a choisi tantôt le substantif descensione, descente, tantôt le verbe stetit (p. 192), « il se tint debout ». Toutes les actions sont donc placées sur le même plan en ancien français, elles se succèdent sans que celle qui les narre n’établisse une hiérarchie entre elles. Elles sont perçues par le procès qu’elles impliquent et non plus sous une forme nominale. De la même manière, le latin mirabili coruscatione radiabat9 (p. 210) est traduit aux vers 1499-1501 :

li chevaliers s’emerveilla
(e) de la porte K’il esguarda,
pur la clarté K’ele rendeit.

9L’adjectif mirabili devient le verbe « s’emerveilla », ce qui permet en outre à Marie de se replacer du point de vue d’Owein et de donner à percevoir les sentiments du chevalier et son admiration propre. Par ailleurs, le participe présent lugens (p. 240), « en pleurant », est traduit par deux verbes conjugués, au vers 1859 : « li chevalier plure e suspire ». Plus loin, au vers 1901, « il reçut lur beneïçon », un verbe conjugué traduit le participe latin accepta ab eis benedictione (p. 244), « après avoir reçu la bénédiction de leur part ». Le sens est conservé mais la forme est altérée en raison du génie différent des deux langues. En alexandrins, Berol réorganise souvent l’ordre des segments syntaxiques, voire des propositions, par rapport au texte latin. Ce faisant, il semble rechercher un effet accru sur son lecteur. Il en va ainsi au quatrain XCVI par rapport au passage latin :

Ibi de sociis quondam suis quosdam vidit et bene cognovit. […] Hi autem campi non solum cruciatis hominibus sed etiam excruciantibus demonibus erant pleni.(p. 176)
Treytoz fu pleyns li champs de ceaus qui payne traont,
et aussi pleyns des deables qui les tormenz lor font.
Assez y vit de ceaus que conouz ot ou mont,
qui si conpagnon furent, mes or aus torment sunt.

10Berol expose d’abord la vision d’ensemble, ensuite le cas des personnes connues. De la même façon, il produit un effet d’accélération par le contraste qu’il met en lumière entre la situation d’Owein et des autres malheureux du purgatoire, par exemple, au vers 407 de la strophe XCVII, « mes Jhesu reclama : tantost fu delivrez ». Il renforce les effets du texte latin en jouant de la structure de l’alexandrin où les deux hémistiches dessinent un important contraste et mettent en valeur l’efficacité de l’invocation, comme le faisait Marie dans son couplet d’octosyllabes liés par leur rime plate, aux vers 1167 et 1168, « si ad nomé le non Jhesu : / tout erraument delivres fu ».

  • 10 « Toussse taisant. »
  • 11 « Alors qu’ils les méprisait. »
  • 12 « Alors que le chevalier était confiant dans l’aide de Dieu et méprisait leur promesse… »

11Un autre procédé très fréquent dans le travail qu’effectue Marie de France est la transformation de la nature de certaines propositions : elle modifie presque systématiquement la nature de la subordination en passant du latin à l’ancien français. Au vers 713, par exemple, elle fait de l’ablatif absolu latin, tacentibus aliis10 (p. 140), qui ne peut être conservé en ancien français, la proposition indépendante, « tuit se turent ». La langue latine utilise en effet volontiers ce type de construction là où le français préfère souvent une autre subordination et où la versification fait plus de cas de la coordination ou de la juxtaposition de propositions plus courtes et moins complexes. On peut y voir un souci de lisibilité, des contraintes liées à l’oralité ou la difficulté de faire coïncider des segments syntaxiques avec des groupes de huit syllabes. De même, au vers 1029, « il les despit » est une proposition principale alors que le latin utilisait la proposition subordonnée cumque eos contempsisset11 (p. 168). Au vers 1307, « mult s’emerveilla ou il fu », remplace le latin cumque se ab ore putei subtrahens stetisset, ignorans quo verteret (p. 192). Aux vers 1293-1294, « tant s’afïa en Jhesu Crist / que lur conseil e eus despist », Marie utilise des propositions en corrélation là où Henri de Saltrey a choisi les propositions participiales illo autem de Dei adjutorio presumente illorumque promissa contempnente12 (p. 192). Aux vers 1373 et suivants, l’auteur accumule les propositions principales ou indépendantes quand le moine de Saltrey avait recours à des subordonnées. De surcroît, Henri de Saltrey utilise souvent des raisonnements analogiques (« sicut… ita ») qui sont absents chez Marie en raison de l’octosyllabe pour lequel elle semble préférer des phrases brèves sans beaucoup de subordinations. On peut donc parler du passage de la syntaxe à la parataxe comme un aspect du passage du latin à l’octosyllabe français. Ainsi, il est parfois difficile de départager les faits de syntaxe des faits de versification.

  • 13 Cf. l’article de F. Laurent dans le présent volume.
  • 14 P. De Wilde, Le Purgatoire…, op. cit., p. 228-229.
  • 15 Pour plus de détails, Cf. M. White-Le Goff, Changer le monde. Réécritures d’une légende, le purgato (...)
  • 16 « Là, tout était paisible, tout était agréable, tout était aimable. »
  • 17 « Or, il y a quelque temps, il lui fut donné de chercher à obtenir son assentiment et il l’obtint.  (...)

12D’autre part, la réécriture médiévale utilise souvent le procédé rhétorique de l’amplificatio13, qui développe certains passages courts. Sur ce point, la thèse de Peter De Wilde propose une très bonne étude comparative synthétique des structures des versions anglo-normandes14. Dans les réécritures versifiées du Tractatus, l’amplificatio est motivée par des contraintes de versification ou par d’autres impératifs qui ne sont pas d’ordre purement linguistique, qu’elle se propose pour objectif une dilatation temporelle, une caractérisation renforcée, ou encore, qu’elle soit au service d’une logique de la surenchère15. L’amplificatio permet de renforcer les effets du texte source. Ainsi, le moine de Saltrey était déjà sensible au surgissement du pathétique et ne ménageait pas les notations destinées à montrer les souffrances des personnages, avec la répétition de termes comme ejulatu ou fletu dans la narration du troisième tourment, par exemple. Marie de France enchérit sur les moyens employés par Henri de Saltrey pour susciter la pitié du public en renforçant, par exemple, le substantif miseriis lors du quatrième tourment, en l’amplifiant aux vers 1035 et 1036 : « plein de miserie e dolur / e de crïement e de plur ». Le rythme du vers ainsi que la rime doublée de l’accumulation exacerbent l’expression de la souffrance et appellent les lecteurs à ressentir de la compassion. L’attention portée au rythme lors de la réécriture est aussi perceptible aux vers 1661 et 1662, « quant K’il i out, esteit pleisable / e peisable e tut acceptable ». Marie de France reprend dans la structure métrique le groupe ternaire soutenu par les paronomases du texte latin, omnia ibi placata, omnia placita, omnia grata16(p. 224). De même, la réécriture du passage du troisième récit d’un ermite qui relate la tentation d’un homme qui désire charnellement une jeune fille qu’il a recueillie bébé (contigit autem nuper ut ejus assensum peteret et impetravit17, p. 272), est très efficace car la requête et le consentement encadrent le vers, comme s’il s’agissait entre eux d’une relation de cause à effet, renforcée par la parataxe, au vers 2235 : « il la requist, el l’otria ».

13Au vers 398 de L’Espurgatoire, le procédé d’amplificatio semble surtout répondre à des motivations rythmiques car le mot senectute (p. 110), « vieillesse », se dédouble en « ses aages, ne sa veillesce » ; de même pour tetigit (p. 112), « toucha », qui devient « ne mascha / ne ne senti ne n’attucha », aux vers 412 et 413. Dans l’allocution qu’adressent les archevêques au chevalier au paradis terrestre, Marie réécrit de nombreux mots par des groupes binaires, aussi bien pour des raisons métriques que pour accroître l’effet de contraste entre les tonalités dysphorique ou euphorique. En effet, elle accumule des segments syntaxiques qui s’étendent chaque fois sur la totalité de l’octosyllabe et qui apportent une seule information chacun. Tormenta (p. 224), « les tourments », devient « les granz tormenz e les dolurs » au vers 1675, requiem (p. 224), « le repos », « e les deliz e les repos » au vers 1677, patriam (p. 226), « le pays », « icist païs e icist estres » au vers 1689, ejectus est (p. 226), « il est jeté », « getez e si fud eisillez » au vers 1692, miseriam (p. 226), « le malheur », « en miserie,(e) en amerté » au vers 1693, in miseria (p. 228) « en miseire, en cheitiveté » au vers 1710 et requiem (p. 230) « en grant joie e en grant repos » au vers 1748. Plus loin, elle clôt un passage dans lequel il est question de « grace » et de « dulçur » par un vers qui résume l’ensemble au moyen d’un groupe binaire « par sa grace e par sa dulçur » (v. 1814). Ailleurs, deux termes en dépendance syntaxique en latin, delectionis suavitatem (p. 238), « suavité de plaisir », sont traduits par un groupe binaire qui les place sur un pied d’égalité au vers 1827, « si grant joie e si grant delit ». Dans la réécriture en alexandrins, le travail du vers s’appuie davantage sur le rythme ternaire que binaire de l’octosyllabe, ainsi au vers 360, « qui toz les cors lor brulet et confont et jutise », par exemple. De même, les passages comportant des énumérations sont renforcés par le rythme de l’alexandrin, comme au vers 373, « por col et por orelles, por mameles, por lez », dont on trouve l’équivalent dans l’octosyllabe 1075, « e par les mains e par les braz », de Marie de France.

14Une méthode différente reprend la constante de l’ancien français dans la redondance par rythme binaire. Elle consiste à placer des mots de signification proche à la rime, ce qui dédouble de nouveau le texte latin : congregati fuissent (p. 264), « ils avaient été rassemblés », devient « ajusté » (v. 2149) et « assemblé » (v. 2150). L’ amplificatio, sous ses diverses formes, permet par conséquent à l’auteur de la réécriture d’accroître en bien des points l’expressivité du langage. Dans l’œuvre en alexandrins de Berol, le travail sur la rime est renforcé par la forme de la strophe, comme en témoigne celui de la strophe LI, « penitence », « creance », « fiance », « doctance », qui travaille sur les échos des termes et de leurs trois syllabes. L’effet est encore affiné dans les rimes de la strophe LXIV, « croyre », « repayre », « contrayre » et « fayre » : la ruse des démons est mise en lumière par les échos entre les termes de deux syllabes qui encadrent ceux de trois syllabes. Ce travail se double d’une sensibilité à la structure strophique dans la réécriture en alexandrins. Là où Marie cherche l’unité de l’octosyllabe ou du couplet, Berol travaille à l’échelle de la strophe. De fait, l’auteur réécrit toujours en fonction de la cohérence de son quatrain d’alexandrins. Ainsi, il ne développe qu’une idée par strophe et, de la sorte, certains thèmes sont plus longuement abordés qu’en latin. Par exemple, lors de la présentation du chevalier Owein et de ses motivations, la strophe XXVI énonce qu’il est pécheur :

tant ot homes ocis que hom ne les puet nonbrier,
de tolir et d’enbler ne se puet sazeer,
des fieus prist les servizes senz riens gueerdoner :
per iceles ovraignes puet on Dieu corrocier.

15Le quatrain XXVII expose sa prise de conscience :

molt fu cis chivaliers ardiz et conbatanz ;
contra lo Dieu playsir aloyt toz jorz ovrant.
Tant mena cela vie qu’el va apercevant
que contra Dieu estoyt et son comandemant.

16Le XXVIII, son repentir :

contre Dieu ha ovré, ço entent bien et voyt :
ou plus tost que il puet a l’evesque s’en voyt ;
reconouz li a toz les maus que fasoyt,
penitence tel com il convenoyt.

17Par comparaison, ces trois idées s’enchaînent nettement plus rapidement en latin :

quem cum pro peccatis increparet et illum Deum graviter offendisse diceret, miles
graviter indoluit condigna que penitentia Deo satisfacere excogitavit. Cumque episcopus
ei penitentiam secundum quod sibi videbatur, injungere voluisset […] (p. 124)

18D’autre part, le quatrain d’alexandrins met également en œuvre des effets de chute entre les trois premiers vers et le dernier, comme à la strophe CXIII :

molt demena cis pueple et grant cri et grant brayt ;
trop est granz lor tormenz, quar trop est grant lo froyt.
Li chevalier reclame Jhesucrist, cum soloyt :
tantost en l’autre ribe se trove, o il estoyt.

19Berol joue en outre de la répétition de certains termes et, de façon concomitante, de leur place dans le vers. Aux strophes CXXVIII et CXXIX, le mot « ribere/rivere » est mis en valeur dans des positions charnières :

Molt est haute la ribe et la ribere prifonde
de noyr fu et de flamme, dont la ribere habunde,
cum s’ele fust de sopre, est coverte cele unde ;
tel puor ne seroyt trovee en tot lo munde.

20(Le mot est situé deux syllabes avant la rime et dans deux vers qui se suivent).

De deables i voyt plene cele rivere,
qui sur l’eve corroent et avant et arriere.
Molt idueuse puor gitoyt cele rivere ;
li chivalier la sent, mes trot li est amere.

21 (Le mot se trouve à la rime, un vers sur deux ; et les deux strophes se font écho, par delà même des rimes différentes, par un terme récurrent).

22Les contraintes de versification informent donc nettement les modifications syntaxiques et l’organisation des réécritures.

23Mais c’est encore, la surenchère que choisit la narratrice de L’Espurgatoire dans la reprise de la description des plaies d’un moine torturé par des démons, lors du témoignage de Gilbert, l’ami du chevalier Owein. Elle leur confère un aspect propre à marquer l’imagination par les vers 2037, « plaies out parfundes e granz », v. 2045 et 2046, « fu roünde / e desmusuree ». Le vers 2048, « la parfundesce n’atendreit », remplace le latin usque ad manum (p. 254), « jusqu’à la main », en l’intensifiant, suivant l’usage fréquent de la redondance en ancien français. De même, elle associe deux adjectifs de sens proche pour renforcer la fonction expressive de son texte lorsqu’elle parle du métal dans lequel sont plongés les suppliciés lors du septième tourment, au vers 1204, « en cel metal chaut et ardant ». D’autres syntagmes binaires ne semblent également avoir d’autre effet que la redondance, comme « l’out fait ester e meintenu » au vers 1887, « il ne saveit ne n’out apris » au vers 1953, « de lur ordre e de lur covent » au vers 1969, « tut flaelé e debatu », au vers 2035, ou « e quels tormenz e quel ennui », au vers 2053. D’autres modes de répétition visent ainsi à marquer la mémoire du conteur et du lecteur comme celles qui sont inscrites dans les vers 1761 à 1764 :

lur tormenz sunt amenusez
ou del tut en sunt aleggez ;
ou l’om alege lur dolurs,
ou l’om les met enz en menurs.

24L’effet est accentué par l’anaphore de la conjonction de coordination « ou ». La redondance caractéristique de l’ancienne langue est encore accrue par la forme versifiée qui conditionne le mode de la translatio.

  • 18 « Dans les veilles, les jeûnes, les oraisons et les bonnes œuvres. »

25Cette étude peut paraître bien vaine et improductive quand on s’aperçoit qu’on est sans cesse contraint de retourner à son point de départ, qui ne peut d’ailleurs jamais être considéré comme un présupposé : la séparation, le tri entre phénomènes linguistiques et stylistiques. Mais cette aporie, ce nœud littéraire, est d’autant moins démêlable que toute translatio exprime une subjectivité d’écrivant. Toute traduction est interprétation et nécessite des choix. Les seuls traits que l’on a voulu mettre en avant, dans une optique plus linguistique ou objective, sont de ce fait nécessairement un peu descriptifs et peuvent parfois paraître superficiels. Ainsi, le phénomène d’amplificatio qui caractérise les réécritures que nous avons étudiées sert souvent une altération du sens, en même temps qu’il répond à des contraintes de versification. Par exemple, alors que le latin donnait in vigiliis et ieiuniis et orationibus atque bonis operibus18 (p. 98), dans L’Espurgatoire, Marie de France allonge les mortifications de saint Patrick aux vers 277 à 279,

Nuit e jur fud en oreisuns,
en veilles, en affliccïuns,
en jeünes e en tristur,

  • 19 Y. de Pontfarcy, L’Espurgatoire…, op. cit., p. 99.

26non seulement, par souci du rythme de l’octosyllabe, mais aussi parce que cela correspond à une tradition réelle des ascètes irlandais19 auxquelles elle souhaite faire implicitement référence. La réécriture du Tractatus par Marie de France semble donc constituer un raffinement dans la dynamique ébauchée par Henri de Saltrey pour une esthétique des effets, c’est-à-dire pour une prise en compte de la réception et pour une coopération entre public et narrateur qui conférerait au texte une plus grande efficacité. Sur ce plan, sa réécriture exacerbe les traits des autres réécritures versifiées françaises d’une légende dont les narrateurs semblent déjà bien sensibles à ce qu’on baptisera bien plus tard l’horizon d’attente de leurs lecteurs/auditeurs et qui rappellent combien, sans négliger les singularités irréductibles d’une littérature médiévale souvent considérée comme presque primitive, on ne doit pas oublier sa pleine maturité.

Notes

1 P. De Wilde, Le purgatoire de saint Patrice. Édition de la version en vers anglo-normande du manuscrit British Library Cotton Domitianus IV, Thèse, Univ. d’Anvers, 1990-91.

2 Étude sur le Purgatoire de Saint Patrice accompagnée du texte latin d’Utrecht et du texte anglo-normand de Cambridge, éd. C.M. Van der Zanden, Amsterdam, H.J. Paris, 1927.

3 Le Purgatoire de Saint Patrice par Berol, éd. M. Mörner, Lund, P. Lindstedt, 1917.

4 Le Purgatoire de Saint Patrice du Manuscrit de la Bibl. Nat. fonds fr. 25545, éd. M. Mörner, Lund-Leipzig, C.W.K. Glesrup, 1920.

5 Le Purgatoire de Saint Patrice des Ms. Harléien 273 et fonds fr. 2198, éd. J. Vising, Göteborg, W. Zachrisson, 1916.

6 P. De Wilde, Le Purgatoire…, op. cit., en dresse l’inventaire.

7 « Il faut que ».

8 L’Espurgatoire seint Patriz, éd. Y. de Pontfarcy, Louvain, Peeters, 1995.

9 « Étincelait d’un éclat admirable. »

10 « Toussse taisant. »

11 « Alors qu’ils les méprisait. »

12 « Alors que le chevalier était confiant dans l’aide de Dieu et méprisait leur promesse… »

13 Cf. l’article de F. Laurent dans le présent volume.

14 P. De Wilde, Le Purgatoire…, op. cit., p. 228-229.

15 Pour plus de détails, Cf. M. White-Le Goff, Changer le monde. Réécritures d’une légende, le purgatoire de saint Patrick, Paris, Champion, 2006.

16 « Là, tout était paisible, tout était agréable, tout était aimable. »

17 « Or, il y a quelque temps, il lui fut donné de chercher à obtenir son assentiment et il l’obtint. »

18 « Dans les veilles, les jeûnes, les oraisons et les bonnes œuvres. »

19 Y. de Pontfarcy, L’Espurgatoire…, op. cit., p. 99.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search