Version classiqueVersion mobile

Effets de style au Moyen Âge

 | 
Connochie-Bourgne Chantal
, 
Douchet Sébastien

Discours de la méthode stylistique

Les fragments français du cycle Post-Vulgate et la Suite du Roman de Merlin à l’épreuve du style

Hélène Bouget

Texte intégral

  • 1 La Version Post-Vulgate de la Queste del Saint Graal et de la Mort Artu, Troisième partie du roman (...)
  • 2 La Post-Vulgate présente, dans sa troisième partie, « une version remaniée de la Queste del Saint G (...)
  • 3 Le cycle aurait comporté une Estoire del Saint Graal proche de la Vulgate, une mise en prose du Mer (...)
  • 4 Cf. Juan Vivas, La Quête du Saint Graal et la Mort d’Arthur (version castillane traduite par V. Ser (...)

1Le cycle arthurien de la Post-Vulgate, hypothétiquement composé vers 1240, n’est attesté dans aucun manuscrit complet et ne repose aujourd’hui que sur la reconstitution de fragments manuscrits français et galaïco-portugais. Selon Fanni Bogdanow, à qui nous devons cette minutieuse tentative1, les Demandas ibériques, versions portugaise (fin du xiiie s.) et castillane (un peu plus tardive) de la Queste del Saint Graal et de la Mort Artu seraient les ultimes témoins d’une version française désormais disparue2. Il faudrait en fait considérer ce cycle virtuel comme une réécriture abrégée et transformée du cycle de la Vulgate du Lancelot-Graal3 et de la première version (dite brève) du Tristan en prose4. Ne sont aujourd’hui conservés dans des manuscrits français que la Suite du Roman de Merlin, quelques épisodes du Lancelot (La Folie Lancelot) et des fragments divers de la Queste – parfois très proches de la Queste tristanienne – et de la Mort Artu.

  • 5 Cf. notre article « Haine, conflits et lignages maudits dans le cycle de la Post-Vulgate », Lignes (...)

2Il est donc difficile, sur ces bases composites et incomplètes, d’envisager pleinement l’existence de ce roman virtuel. Bien que la Suite du Roman de Merlin (SRM) ouvre des pistes narratives vers des épisodes absents de la Queste Vulgate et livre, par la voix de l’auteur, des indices quant à la composition du projet romanesque, elle ne peut à elle seule valider l’hypothèse du cycle Post-Vulgate. Confrontée en revanche aux autres fragments français et à la version portugaise dans la reconstitution de F. Bogdanow, il semble bien qu’une unité thématique et idéologique se dégage de l’ensemble : tout semble mis en œuvre dès le début pour écrire une chronique des morts et des destructions annoncées5 où le Graal, circonscrit à un espace textuel restreint, laisse passer le pessimisme avant la recherche herméneutique.

3Se pose alors la question d’une éventuelle concordance stylistique entre les différents manuscrits français qui pourrait contribuer à l’hypothèse de l’unité thématique et donc de l’existence du cycle. Nous observerons en ce sens quelques traits liés à l’expression du poids de la destinée à travers la syntaxe de la prophétie et du discours proleptique et l’analyse lexicologique de termes récurrents : aventure, fortune et mescheance.

  • 6 Dans l’édition de Gilles Roussineau (éd. cit.).

4La SRM, éditée d’après le manuscrit Huth (Londres, British Library, Additionnal 38117) pour les § 1-443 et le manuscrit BNF. fr. 112 à partir du § 4446, peut se lire comme une série d’annonces sur la quête du Graal et l’avenir du royaume arthurien. On observe d’un côté de nombreuses prolepses narratives placées sous la responsabilité de la voix auctoriale, de l’autre des prophéties formulées par Merlin ou des personnages-relais. Or dans les deux manuscrits de cette première partie du cycle, la formulation des prolepses et des prophéties reste syntaxiquement marquée par des traits récurrents qui renforcent le côté paralysant des annonces et contribuent à figer le devenir de l’univers arthurien dans une atmosphère de fin du monde.

5L’un des facteurs-clé de cet effet réside dans le télescopage du discours des origines avec celui du discours proleptique. Les anticipations de la voix auctoriale sont paradoxalement ancrées dans le passé, dans la mesure où le temps du futur, caractéristique de la prophétie, y est rarement employé :

§ 2, l. 7-12 : Li rois vit la dame de grant biauté plainne, si l’ama moult durement et le fist demourer en sa court . II. mois entiers, et tant qu’en chelui terme il gut a li et engenra en li Mordrec, par cui tant grant mal furent puis fait en la terre de Logres et en tout le monde.

6 Le passage du passé simple employé comme temps du récit à la tournure passive « furent puis fait », où le même temps s’entend, d’une certaine manière, comme un futur du passé, se fait avec une extrême fluidité. Le temps de la narration présente et de la narration anticipée se confondent d’emblée, comme si l’avenir, déjà connu et écrit, ne pouvait se dérouler qu’entre ces lignes. L’exemple suivant fonctionne sur le même principe :

§ 3, l. 1-4 : Adont conut li freres carneument sa serour et porta la dame chelui qui puissedi le traist a mort et mist a destruction et a martyre la terre, dont vous porrés oïr viers la fin dou livre.

7La prolepse narrative liée à la conception néfaste de Mordred s’unit à la narration des faits passés, tandis que l’unique futur « porrés » porte sur l’acte de lecture et non sur le cours des événements racontés. Ailleurs, le récit de la mort de Pellinor cède la place à l’annonce de la vengeance de Gauvain et au futur conflit des lignages qui atteindra son point de non retour dans la Queste Post-Vulgate :

§ 150, l. 27-38 : Et il furent desconfi et li rois Pellinor ochist le roi Loth d’OrKanie. Et tout si fil, quant il vinrent a chevalerie haute, vaurent vengier la honte de lour pere et de tout lour parenté, dont Gavains, li aisnés fis, ochist puis Pellinor et Lamorat et Drian. Et Agloval ochist il en la queste del Saint Graal, si comme messires Robiers de Boron le devisera apertement en son livre. Mais se Percheval li gentius chevaliers, qui freres estoit Agloval, seuust la mort Agloval a chelui point que elle avint, il eust Agloval vengiet sans faille, a che qu’il amoit Agloval plus que nus freres amast autre.

8Les frontières temporelles sont irrémédiablement brouillées en raison du nivellement énonciatif et narratif des deux moments de la narration : la coordination « et » placée en tête de phrase fonctionne dans les deux cas comme un embrayeur de la narration et un signe de la succession chronologique des faits soulignée par l’emploi du passé simple. La reprise enfin du verbe ocire au même temps, à la même personne, dans une structure syntaxique comparable favorise l’alignement des temps futurs sur ceux des origines. Dans tous les cas, l’auteur-narrateur témoigne d’une vision surplombante qui lui permet de transformer ce qui est encore à l’état de possible romanesque en irréel du passé exprimé par le subjonctif imparfait. Les prolepses s’enchaînent selon une organisation temporelle et narrative identique à celle des événements orientés vers le passé : l’avenir est bloqué et le maître du jeu ne se réserve même pas à ce stade du récit la possibilité d’une réorientation romanesque.

9Quant aux prophéties elles diffusent de manière polyphonique des messages récurrents qui renforcent leur caractère inéluctable. D’un point de vue syntaxique, elles présentent, dans les deux manuscrits de base, des traits communs qui contribuent au pessimisme ambiant. La prophétie de Merlin sur les conséquences de l’inceste d’Arthur reprend ainsi en des termes quasi-identiques, mais sur le mode du futur, la prolepse qui précède peu avant :

§ 11, l. 12-16 : « Artus, tu as fait si tres grant desloiauté que tu as geu carnelement a ta serour germaine que tes peres engenra et ta mere porta, si as engenré un fil qui iert teuls coume Diex set bien, car par lui verra moult de grant mal en terre. »

  • 7 Sur la syntaxe prédicative des prophéties de Merlin et leur caractère inéluctable, cf. Corinne Deno (...)

10 Surtout, la plupart des prophéties liées au royaume de Logres reposent sur des structures attributives ou prédicatives fermes7 qui, renforcées par le temps futur, l’usage des intensifs et le lexique récurrent de la dévastation, ne laissent guère d’issue possible. La première prophétie de Merlin sur la destruction du royaume illustre particulièrement le phénomène :

§ 15, l. 9-14 : « Sachiés que vous tornerés a dolour et a essil par un chevalier qui est engenrés, mais il n’est encore pas nés. Et tous chis roiaumes en seradestruis, et li preudomme et li boin chevalier dou roiame de Logres en serontdetrenchiet et ochis, et li païs en remanra orphenins des boins chevaliers que tu i verras a ton tans. »

§ 2, l. 1-2 : « Ensi remanra ceste terre deserte par les oevres de chelui pecheour. »

11Le discours au futur se fonde essentiellement sur des verbes attributifs ou semi-attributifs, ce qui renforce leur caractère prédicatif à teneur hautement pessimiste, chaque attribut relevant des sèmes /douleur/, /destruction/, /mort/. L’énumération verbale et propositionnelle, marquée par le « et » anaphorique à valeur conclusive souligne encore le catastrophisme des propos.

12En fait, cette première prophétie de Merlin a une fonction programmatique car les suivantes, qu’elles concernent les aventures du royaume de Logres, le Coup Douloureux de Balaain, la mort des héros ou les aventures du Graal, ne feront que reprendre sur le mode de la variation le style et la teneur de celle-ci. On retrouve ainsi en plusieurs endroits, outre la structure prédicative et attributive des propositions au futur – par l’intermédiaire essentiellement des verbes estre et torner a – de multiples reprises lexicales et syntaxiques soulignant toutes la gravité et l’inéluctabilité des annonces :

§ 41, l. 24-25 : « Et che sera li grignours dolours que a vos tans aviegne el roiame de Logres ». (Prophétie de Merlin sur la mort d’Arthur)

§ 116, l. 5-27 : « Tu ne seras mie lens, fait Merlins, comme tu fus chi quant tu ferras le Dolereus Cop par coi . III. roiame en seront a povreté et en essil . Xxii. ans. Et saces que onques si dolereus ne si lais ne fu fais par un homme ne n’iert comme chis cops sera, car toutes dolours et toutes miseres en averront. […] Et se tu savoies comme ceste dolours sera grans et comme elle sera chierement comparee, tu diroies que uns seuls hom ne fist onques si grant dolour en terre comme tu i meteras. » (Merlin à Balaain)

§ 154, l. 18-19 : Et lors commencheront les dolours et les tempestes par toute la Grant Bretaigne. (Prophétie de Merlin sur sa propre mort)

§ 179, l. 19-32 : « Je vous loc, fait Merlins, en droit conseil que vous retornés et que vous laissiés ceste queste. Car certes, se vous a chief le menés, vous ferrés un caup dont si grans duels averra el roiame de Logres et grans maleurtés que onques gringnor dolour n’avint ne gringnour pestilence par le cop de l’espee qui fut n’a gaires fais entre le roi Lambor et le roi Urlan qu’i averra par le cop de la Lanche Vencheresse. Ne de chelui mesfait n’avras tu pooir de l’amender, ne tu ne hom qui ore soit, ains en sera chis roiames tornés a dolour et a destruction, et avoec che maint autre. Et durra chis essiex jusques a tant qu’il verra avant qui metra a fin les aventures de la Grant Bretaigne. Et tu meismes, qui feras si grant dolour avenir, se tu vais cele part ou tu bees aler, en morras a grant dolour » (Merlin à Balaain)

13Les variations autour des mots dolour / dolereus / duel, systématiquement alliées à une tournure intensive, superlative ou comparative, contribuent à l’interchangeabilité des prophéties qui, appliquées à une mort ou à un facteur de destruction, se confondent finalement toutes. Tout est cause de grant ou de gringnor dolour, et l’important n’est pas que le thème propositionnel, Arthur ou son royaume, torne a dolour, a essil ou a destruction, mais bien le prédicat auquel la structure semi-attributive confère une valeur résultative. Chaque prophétie s’achève enfin sur une formule d’attestation similaire : « ensi comme je vous ai dit / devisé », où la locution comparative introduit un énoncé quasi-tautologique : la prophétie se réalisera parce que l’on affirme qu’elle se réalisera.

14D’ailleurs, la prophétie des demoiselles de la Roche aux Pucelles sur la mort de Gauvain et la fin du royaume, contenue dans le deuxième manuscrit de base, se présente en certains points comme une réécriture des précédentes :

§ 496, l. 83-102 : « Je dy, fait la dame, de Gauvain que ly homs estranges qu’il avra plus amé li donra la plaie mortel, et ce lui adviendra par son orgueil. Et lors decharront moult li preudommes de la Grant Bretaigne et a neant yront les proeces, car le pere de la Table Ronde recevra mort a cellui temps par la main de son filz. Et lors devendra orphelins de son bon pere le royaume de Logres ne ja puis ne sera en si grant honneur comme il est orendroit ne en si grant pouoir, car adont commenceront a voler les . II. filz du dragon et pourprendront le plus de ceste terre et mectront dessous leurs esles. […] Et aprés cellui temps regneront les mauvais hoirs de pis en pis, si que le royaume de la Grant Bretaigne, que Dieu a orendroit si essaulcee, plorera et regretera les preudhommes qui a cestui temps regneront, car alors seront en ceste terre toutes proesces tournees a neant. »

15Outre la structure prédicative inhérente à ce récit au futur, régi comme précédemment par des connecteurs temporels qui l’orientent immanquablement vers un avenir tout tracé, on retrouve les mêmes tournures attributives et semi-attributives et le même lexique, à travers notamment l’image du royaume orphelin. On y observe aussi un trait commun aux autres prophéties, quel que soit le manuscrit de référence : l’usage des intensifs, des indéfinis à valeur totalisante, des superlatifs et de la locution conjonctive à valeur consécutive qui, combinés, renforcent le caractère inéluctable de la catastrophe annoncée. Les fragments français de la Queste et de la Mort Artu Post-Vulgate n’anticipent pas sur le devenir arthurien dans la mesure où ils relatent l’accomplissement des prophéties de la SRM, du moins pour la plupart d’entre elles. On y retrouve toutefois, de part en part, les mêmes prolepses auctoriales, formulées comme au début du cycle, sur le mode d’un passé déjà accompli, de même que dans le BNF fr. 112, les formules d’attestation tautologiques se maintiennent d’un endroit à l’autre du cycle.

16Les manuscrits BNF fr. 112 et Oxford Rawlinson D 874 contiennent également dans la partie de la Queste plusieurs récits rétrospectifs comme celui de la fontaine de la Vierge ou de la naissance de la Beste Glatissant qui auraient pu, d’un point de vue chronologique, se trouver dans la SRM, voire dans un récit antérieur puisque la quête de la Beste Glatissant est déjà commencée au début de la SRM. Or chacun de ces récits s’achève sur la prophétie d’un protagoniste. La demoiselle que son frère, tenté par le diable, a voulu violer près de la fontaine annonce ainsi que, désormais, tout chevalier non vierge y restera paralysé jusqu’a tant que le Bon Chevalier revendra, qui mectra a fin les bonnes aventures du royaume de Logres (§ 326, p. 438, BNF fr. 112). La mention de la venue prochaine de Galaad et, corrélativement, de la fin des aventures inscrit la prédiction dans la lignée de celles de la SRM où toute prophétie, quel que soit le champ concerné, suscite une ouverture temporelle qui ne durera immanquablement que jusqu’a tant que le Bon Chevalier revendra. Nombreuses sont ainsi les prophéties de la Suite qui, toujours dans le ms. 112, se terminent sur la même indication temporelle où la locution jusqu’a tant concentre à la fois l’expression d’un discours des origines et d’anticipation :

§ 480, l. 31-36 : « Sur cest perron puet l’en veoir avenir des merveilles du Saint Graal grant partie. » Aprés redisoient : « Ja nul ne demourra cy pour veoir de ces merveilles qui n’y soit mort ou mehaignés ou navrés a tout le moins jusqu’à tant que le Bon Chevalier y vendra qui mectra a fin les aventures. » (Inscription du Perron du Cerf)

§ 509, l. 69-77 : « Ce sont, fait elle, des aventures du Saint Graal, qui ainsi aviennent plus merveilleusement en ung lieu que en autre. Si ne remaindront ja qu’elles n’aviengnent ainsi ne pour vous ne pour autre jusqu’a tant que le Bon Chevalier qui les merveilles du royaume de Logres devra mener a fin viendra. » (Une demoiselle à propos du Perron du Cerf)

17Au sein d’un même manuscrit, le temps des prophéties et celui de leur accomplissement se télescopent donc par le jeu du récit rétrospectif au futur mais aussi par la reprise syntaxique et lexicale de marques temporelles qui se font mutuellement écho et brouillent les repères : passé, présent et futur se rejoignent dans l’accomplissement d’un destin, des merveilles les plus anecdotiques aux événements majeurs.

18Dans le manuscrit d’Oxford, le frère faussement accusé d’inceste par sa sœur annonce, avant de mourir dévoré par les chiens, la naissance de la Beste Glatissant et les malheurs qu’elle provoquera :

§ 608, p. 364 : « Celle beste fera domage a maint preudome, ne ja ne cessera grantment de mal faire devant que li bons chevalier qui sera apellez Galahaz ausint con je sui, la sivra. Et par celui et par sa venue morra la doloreuse porteure de ton ventre. »

19D’un Galaad à l’autre, l’histoire forme un cycle dont les deux extrémités se rejoignent : le discours au futur se fond dans l’exposé des origines passées. La doloreuse porteure de la demoiselle participe lexicalement des diverses dolours annoncées dans la SRM, soit dans un temps plus proche de cette naissance que le contexte narratif où elle est rapportée. Bien plus, la malédiction prophétique formulée ici, « Et por ce que tu as chiens as livree ma char, avra celle beste chiens en son ventre » renforce par le parallélisme de construction le lien de cause à effet entre le passé et l’avenir qui verrouille ainsi toute possibilité de fuite. D’ailleurs, cette structure n’est pas sans rappeler l’obscure prophétie sur la mort de Pellinor dans la partie Huth de la SRM :

§ 307, l. 63-65 : « Rois Pellinor, tout aussi coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che sera pour coi tu morras plus tost. »

20La relation de causalité est ici remplacée par la locution comparative, mais le parallélisme syntaxique produit le même effet de réciprocité et d’inéluctabilité : d’un bout à l’autre du cycle, les morts et les dolours se superposent à travers le discours prophétique et l’avenir du royaume se réduit ligne après ligne à une combinatoire de catastrophes inévitables.

21Du point de vue du vocabulaire, on observe également de nombreuses concordances entre les différents manuscrits et parties du cycle dans l’emploi des thèmes lexicaux de l’aventure, de la mescheance et de fortune. Les trois termes s’y trouvent fréquemment associés et semblent parfois employés de façon interchangeable. De plus, les principaux sens qui leur sont donnés dès les manuscrits Huth et BNF fr. 112 de la SRM se retrouvent dans les fragments qui composent la Queste française, voire, pour la Mort Artu, semblent converger avec le texte portugais. Les thèmes de la fatalité et du malheur, propres à la reconstitution du cycle, s’expriment particulièrement à travers l’usage de ce lexique où aventure, mescheance et fortune s’emploient de façon plus systématique que dans la Queste et la Mort Artu de la Vulgate.

22Dans les manuscrits Huth, BNF fr. 112, Oxford et BNF fr. 343 pour la Queste, le manuscrit Bodmer de Genève (105) pour la Mort Artu, le mot aventure est systématiquement associé à la notion de hasard mais aussi au risque, au péril ou à la fortune. En ce sens, l’aventure, plus que Dieu ou la volonté humaine, dirige toute l’histoire du royaume arthurien. On observe par exemple de multiples occurrences où le mot aventure occupe la fonction de sujet de la proposition et se présente comme le facteur régissant de l’ensemble des événements. Les phrases du type « aventure apporta » sont légion d’un bout à l’autre du récit. Elles sont peut-être idiomatiques, mais leur fréquence d’emploi les rend en réalité signifiantes : la récurrence et l’absence de variation révèlent, en soi, un choix d’expression.

23Plusieurs fragments manuscrits jouent par ailleurs d’un procédé de reprise du mot aventure lié à la destinée d’Arthur et du royaume de Logres. Dans la partie Huth de la SRM, Merlin s’adresse en ces termes à Arthur :

§ 278, l. 1-21 : « Rois Artus aventureus, ki fu concheus par miervelles et fus norris par aventure tel que chis qui te norrissoit ne savoit qui tu estoies, et quant tu venis jovenes enfes entre tes houmes liges qui ne te connissoient, Nostre Sires te connut bien et t’esleva par sa grasce dessus eus tous et t’en fist signeur ensi coume tu le devoies estre, et ensi fus engenrés par aventure et par aventure rechus tu ta couronne, car ensi plaisoit a Nostre Signeur, et saiches que tantes aventures et si mervilleuses ne te sont pas avenues pour noient, ains sont senefiances et commenchement de chou qui devoit avenir en ton ostel et en ta subjection et en maint autre lieu. Et pour chou di jou que tu dois estre apielés rois aventureus et tes roiames li roiaumes aventureus. Et saches que tout aussi que aventure te douna la couroune, aussi le te taurra elle. Toutes ces paroles que t’ai dites ne set nus hom morteus aussi bien comme je les sai, mais ore te dirai pour coi je le t’ai dit. Voirs est que je t’ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours, mais en quelque lieu que tu soies, en ton ostel en venra le reclaim. Et se meteront en painne et en travail li chevalier de ta court pour cerKier les aventures, et maint autre chevalier, a cui il mesKerra souvent. »

24Les répétitions et variations autour des termes aventure / aventureux / avenir génèrent d’abord un effet de saturation du sens dans la mesure où l’aventure apparaît à la fois comme la cause de la qualification aventureus du roi et du royaume, mais aussi comme la conséquence de cet état de fait et de tout ce qui doit avenir, c’est-à-dire de tout ce qui doit arriver par aventure, par hasard. Associé aux jeux de sonorités produits par les reprises lexicales, l’ensemble suscite également un effet tautologique : tout se ramène à l’aventure, qu’elle soit synonyme de ’’hasard’’ de ’’sort’’, de ’’volonté divine’’ ou, associée à la merveille et à la quête, qu’elle prenne le sens d’événement inattendu et extraordinaire, mêlant le danger et le plaisir de la découverte. On retrouve ensuite cet effet à la fois sémantique, sonore et syntaxique dans la partie du manuscrit d’Oxford consacrée à la Queste, au moment de la défaite du roi Marc contre Arthur :

§ 473, p. 128 : « Beneoit soit Dex qui de si bel nos a secoruz. Voirement est cist roiaumes a droit apellez li Roiaumes Aventureux, car nulles si granz merveilles ne si granz aventuires n’avienent en nul leu com il fait ci. Et de ceste aventuire par quoi Dex nos a secorruz et ostez de honte et de peril de mort, le devrion nos mercier et aorer touz les jors de nostre vie. »

25Enfin, la partie Mort Artu française du manuscrit Bodmer présente une véritable reprise partielle de la prophétie de Merlin dans le Huth :

§ 683, p. 475 : « Vraiement, c’est le Roy Aventureux dont nul home mortel ne savra la fin. Et bien me dist verité, car tout ainsi qu’il vint au royaume de Logres par aventure, par aventure s’en est il allé. »

26Bien plus, les versions espagnole et portugaise donnent dans la scène de la mort du roi un passage similaire où l’on retrouve le jeu polyphonique et polysémique sur aventure / aventureus :

  • 8 Irène Freire-Nunes observe que dans la Demanda, ventura se traduit à la fois par « Aventure » et «  (...)
  • 9 Traduction de F. Bogdanow : « Girflet, je ne suis plus le roi Arthur que l’on appelait le roi avent (...)

Demanda portugaise, § 672, p. 457-458 : « Girflet, eu nom soo rey Artur, o que soyam chamar Rey Aventuroso polas bõas andaças que avia. Mas quem m’agora chamar perm eu direyto nome, chamar-m-a e mizquinho. Esto me ffez ventura8, qui xi me tornou madrasta e enmiga. Et Nosso Senhor, a que praz que viva en doo e en tristeza esse pouco que ey de viver, e bem mo mostra : que asi como el quis e foy poderosso de me erguer per muy fremossas aventuras e sen meu merecimento, bem assi é poderoso de me dirribar per aventuras feas e mas, per meu mericimento e perm eu pecado9 ».

27 Bien qu’associée de temps à autre à Dieu ou à la fortune dans des expressions qui, elles aussi, transcendent la diversité des manuscrits, l’aventure prévaut dans toutes les situations. On remarque ainsi un certain nombre de propositions où apparaissent les coordinations « Dieu et aventure », « fortune et aventure », voire « fortune / aventure et mescheance » :

SRM, § 354, l. 33-38 : Et si tost coume il durent asseoir, on trouva lour non escris, mais ensi i tournoit Aventure et Fortune, qui maistresse estoit de cele table. (Instauration de la Table Ronde, ms. Huth)

SRM, § 419, l. 34-35 : Et se Diex et aventure ne m’eust aidiet, il m’eust mort. (Ms. Huth)

QPV, § 95, p. 125 : Mes Dieu et aventure me amena sy a point que je le rescoux et l’ay vengié. Ms. B.N. fr. 112.

QPV, § 133, p. 173 : Sire, honnis nous a fortune et mescheance qui cy te sorvint souddainement. (Ms. B.N. fr. 112)

QPV, § 540, p. 243 : […] nul chevalier estrange qui le [château de Corbenic] queist ne le trouvast, se aventuire ne l’i amenast et cheance. (Ms. d’Oxford)

QPV, § 598, p. 336 : La ou il chevauchoit a tel angoisse com je vous devis, il li avint ensint com aventuire et mescheance i ouvroient qu’il encontra monseignor Gauvain et Agravain. (Ms. d’Oxford)

QPV, § 609, p. 367 : […] li rois Chamaalis […] issi hors et desconfist en champ la crestienté, ensint com fortune et aventuire s’acordoient a lui.(Ms. d’Oxford)

  • 10 Jean Frappier, Étude sur la Mort le Roi Artu, Genève, Droz, 1972, p. 261.

28Sont mis sur le même plan une puissance occulte liée à l’idée du déterminisme historique et métaphysique ou, selon un point de vue plus orthodoxe, une déléguée de la Providence, le hasard à connotation périlleuse et la volonté divine. Dans son Étude sur la Mort Le Roi Artu, Jean Frappier note que dans la Vulgate « le mot fortune et son synonyme aventure, employés tous deux comme noms communs, signifient dans la Queste : hasard conforme à la volonté de Dieu10 ». Or ici les termes aventure, fortune et mescheance sont plus fréquemment employés et, coordonnés entre eux, véhiculent davantage l’idée de hasard ou de prédestination que de volonté divine à proprement parler : tout autant que le Graal perd de son aura mystique dans ce cycle, Dieu semble en retrait de l’humanité qui se débat entre les affres de la volonté individuelle et du destin.

29Lexicalement et sémantiquement, aventure, fortune et mescheance envahissent d’ailleurs l’ensemble des textes : qu’il s’agisse, comme on l’a montré, du royaume arthurien ou d’un autre événement, tout se lit et se manifeste à travers le prisme de l’aventure. C’est elle qui permet dans la SRM (Huth) à Mordred d’échapper au naufrage car ensi aloit l’aventure. C’est encore elle qui apporte Excalibur à Arthur, moult lié de chou que aventure li avoit envoiié si riche chose, tandis que les enfants livrés à la mer se trouvent el conduit de Nostre Signour et el gardement de Fortune. Alliée à la mescheance, Fortune est encore responsable du malheur de Balaain qui voit apertement que Fortune li est plus contraire et plus anemie que a nul autre houme.

30En réalité, tout d’un bout à l’autre du cycle ne semble qu’aventure hasardeuse, fâcheuse et mescheante. Le Graal lui-même et ses satellites, notamment la lance et le château de Corbenic sont invariablement soumis à la contingence de l’aventure, bien plus – lexicalement du moins – qu’à la volonté divine. La Queste Vulgate associe en effet davantage le Graal à une merveille qu’à une aventure, tandis que dans la Post-Vulgate, de la SRM à la Queste, l’objet est constamment associé à l’aventure voire défini comme tel. Il fait en sorte partie des contingences auxquelles est soumise l’histoire du monde arthurien, au même titre que la royauté aventureuse d’Arthur ou la sauvegarde de Mordred. Les multiples énigmes liées au Graal amorcées dans les manuscrits Huth et BNF fr. 112 sont invariablement présentées comme des aventures du Graal. Il en va ainsi de la Beste Glatissant, du Coup Douloureux et du Perron du Cerf, tour à tour renvoyé aux merveilles et aux aventures du Graal. Dans la partie du manuscrit d’Oxford consacrée à la Queste, Corbenic est fréquemment nommé le Palais Aventureux, comme dans le Lancelot en prose mais pas dans la Queste Vulgate (éd. Pauphilet) où l’expression n’apparaît guère, tandis que dans le manuscrit d’Oxford le texte insiste à plusieurs reprises sur cette dénomination. Ce ne sont donc ni Dieu ni la Grâce qui guident les élus vers ce lieu, mais l’aventure. Intervient ensuite dans le même manuscrit l’épisode de la Fontaine Aventureuse (§ 574), lieu dont la qualification fait écho à Corbenic et aux nombreuses mentions du roi et du royaume aventureux. La lance qui saigne est elle-même nommée « la Lance Aventureuse » (§ 589). Outre le caractère profane de l’arme et du lieu ainsi suscité, l’application systématique de l’adjectif aventureux à l’ensemble des objets et des événements du royaume de Logres contribue au nivellement du Graal à l’échelle du reste.

  • 11 La version post-Vulgate, op. cit., t. IV/1, p. 317.

31Dans l’ensemble des manuscrits, Galaad est enfin présenté comme le chevalier querrant les aventuires del roiaume de Logres (Oxford). Il apparaît ainsi moins comme l’élu du Graal et de la Grâce qu’un chevalier aventureux qui, au même titre qu’Arthur, contribue à l’accomplissement d’une destinée collective. Ailleurs, (§ 374, ms. d’Oxford) Galaad est encore présenté comme « li tres bons chevalier qui les aventuires doit mener a fin ». F. Bogdanow note que seul le manuscrit tristanien BNF fr. 772 précise le complément du nom « les aventures [del roiaume de Logres] », tandis que les autres manuscrits (Oxford, BNF fr. 343 et 112) ne le donnent pas11. Elle s’étonne justement du fait qu’on ne dise habituellement pas « les aventures » tout court, sauf si, pensons-nous, le récit cyclique est justement soumis à un changement de tonalité où il faut prendre aventures au sens de ce qui, né du hasard, arrive et entraîne, parfois, la mescheance.

32Un autre trait lexical et sémantique propre aux textes est en effet l’association du Graal à la fois à l’aventure et à la mescheance. Dans la SRM, les aventures du Graal ne sont liées ni aux hautesces, ni aux secrets ni aux repostailles divines comme dans la Queste Vulgate, mais sont intégrées aux champ lexical de la dolour et de la destruction. Au Perron du Cerf, Le Morholt associe lui aussi dans son discours quête ou aventure du Graal et mescheance :

SRM, § 484, l. 33-35 : « Onques mais de tel mescheance n’oÿ parler a nul homme du monde, fait le chevalier, mes nul ne s’en doit esmerveiller, car ce sont des aventures du Saint Graal. » (BN fr. 112)

SRM, § 486, l. 48-50 : « Je suis le Morholt, le chaitis qui par les aventures du Saint Graal ay perdu ma compaignie. » (BN fr. 112)

33Comme l’aventure, la mescheance règne en maître de la SRM à la Mort Artu. La continuité lexicale et thématique est assurée par la reprise des termes mescheant / mescheance qui, dans le manuscrit Huth, forment un leitmotiv autour de la figure de Balaain. Or au début de la Queste Post-Vulgate, dans le BN fr. 112, la mescheance s’applique à tous les personnages, aux pires comme aux meilleurs. Follement éprise de Galaad, la fille du roi Brutus se suicide ainsi de désespoir. Les commentaires achoppent alors sur ce thème lexical : « Ha ! Dieu, com cy a grant mescheance et grant mesaventure ! », s’exclame ainsi le père (BN fr. 112). Chaque chevalier est soumis, à un moment où l’autre de son parcours à la mescheance qui transforme le hasard de l’aventure en mesaventure. Dans le manuscrit d’Oxford, deux chevaliers s’affrontent encore en combat fratricide près d’une fontaine par mesaventure et par mescheance, exactement comme Balaain et Balaan dans le Huth.

  • 12 Op. cit., p. 265.

34Quantitativement, mescheance et aventure l’emportent sur fortune dans l’énoncé des agents des morts et des malheurs. Ce terme apparaît moins, effaçant peut-être la Providence des causes des catastrophes, au profit d’un hasard à connotation tragique – malgré l’anachronisme que représente cette notion pour le Moyen Âge – dont les péchés humains décuplent les effets. L’une des différences fondamentales entre la Mort Artu Vulgate et la version Post-Vulgate représentée dans les Demandas et le manuscrit Bodmer est la disparition de la roue de Fortune qui, dans la Vulgate, représente le destin d’Arthur. Fortune y est personnifiée à travers cette allégorie qui s’inscrit de façon conventionnelle dans la tradition poétique et rhétorique des auteurs médiévaux. De ce fait, comme l’analyse Jean Frappier : « la personnification de Fortune et l’allégorie de la roue n’en restent pas moins des artifices incapables de créer une atmosphère de drame12 ». La disparition de la figure de style de l’allégorie et, à ce moment précis du texte, du vocable même de Fortune nuance profondément le sens de la mort imminente du roi et de la destruction du royaume de Logres. Le concept philosophico-théologique lié à la Providence et à l’intervention divine disparaît au profit d’un effet dramatique et tragique avant la lettre.

35Les analyses proposées ne suffisent sans doute pas à elles seules à déterminer l’unité stylistique de fragments aussi épars. Une telle approche pose nécessairement la question des automatismes et des motifs lexicaux, lesquels rendent délicate la question du style de l’œuvre médiévale. Ce qui relève, peut-être, d’une écriture automatique, c’est-à-dire d’une absence de choix et donc, a priori, de volonté explicite de susciter un effet stylistique, peut aussi se lire comme un choix en creux, un réflexe signifiant qui, répété et démultiplié, favorise alors une réception particulière. S’il reste bien aventureux de conclure fermement à l’existence d’un style « Post-Vulgate », il semble toutefois que les convergences établies sont réelles et concordent surtout avec la particularité thématique des manuscrits.

Notes

1 La Version Post-Vulgate de la Queste del Saint Graal et de la Mort Artu, Troisième partie du roman du Graal, éd. Fanni Bogdanow, Paris, S.A.T.F, 4 vol., t. I : 1991, t. II : 1991, t. III : 2000, t. IV/vol. 1 : 1991, t. IV/vol. 2 : 2001.

2 La Post-Vulgate présente, dans sa troisième partie, « une version remaniée de la Queste del Saint Graal suivie d’une rédaction abrégée et revue de la Mort le roi artu, qui est représentée aujourd’hui dans son intégralité par les traductions ibériques – la version portugaise, A Demanda do Santo Graal (D), et la version espagnole, La Demanda del Sancto Grial – et plus particulièrement en français par nombre de manuscrits incomplets », F. Bogdanow, « Un nouvel examen des rapports entre la Queste Post-Vulgate et la Queste incorporée dans la deuxième version du Tristan en prose », Romania Cxviii, 2000, p. 2. Sur ce point, voir également l’avant-propos de La Version Post-Vulgate de la Queste del Saint Graal et de la Mort Artu, op. cit., t. I, p. 1-26. La version Post-Vulgate est contenue dans certains manuscrits français donnant une version remaniée de la Queste del Saint Graal. A ce propos, F. Bogdanow précise : « À l’exception des fragments de Bologne, les témoins qui subsistent de la version française de la Queste et de la Mort Artu P-v se retrouvent tousssoit combinés avec des morceaux de la Vulgate (comme dans les mss. Bodleian D 874, B.N. fr. 343, 112, 116, et Bodmer 105), Soit incorporés dans les manuscrits de la deuxième version du Tristan en prose (ms. B.N. fr. 772 etc.) ou dans certains manuscrits de Guiron le Courtois (Turin L-I-9) ou encore de la compilation de Rusticien de Pise (mss. B.N. fr. 340, 355, 1463, Pierpont Morgan M 916, Staastsbibliothek, Preussicher Kulturbesitz, Berlin, ms. Hamilton 581), ibid., p. 98.

3 Le cycle aurait comporté une Estoire del Saint Graal proche de la Vulgate, une mise en prose du Merlin de Robert de Boron, une Suite du Merlin fort différente de la Suite historique de la Vulgate, connue sous l’appellation de la Suite-Huth ou Suite du Roman de Merlin (Merlin. Roman en prose du xiiie siècle, éd. Gaston Paris et Jacob Ulrich, Paris, SATF., 2 vol., 1886 : édition du Merlin et de la Suite-Huth, t. I, p. 147-280 et t. II, p. 1-254 ; La Suite du Roman de Merlin, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, T.L.F., 2 vol., 1996), quelques épisodes du Lancelot dits La Folie Lancelot (La Folie Lancelot. A hitherto unidentified portion of the « Suite du Merlin » contained in mss BN fr. 112 and 12599, éd. Fanni Bogdanow, Tübingen, Niemeyer, 1965) ménageant enfin une transition vers une version remaniée de la Queste del Saint Graal et de la Mort Artu.

4 Cf. Juan Vivas, La Quête du Saint Graal et la Mort d’Arthur (version castillane traduite par V. Serverat et Ph.Walter), Grenoble, Université Stendhal, ELLUG, 2006, avant-propos de Ph.Walter p. 6-7.

5 Cf. notre article « Haine, conflits et lignages maudits dans le cycle de la Post-Vulgate », Lignes et lignages dans la littérature arthurienne, actes du 3e colloque arthurien de Rennes (13-14 oct. 2005), dir. Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 219-230.

6 Dans l’édition de Gilles Roussineau (éd. cit.).

7 Sur la syntaxe prédicative des prophéties de Merlin et leur caractère inéluctable, cf. Corinne Denoyelle : « Aspect et pouvoir de la parole dans la Suite du Roman de Merlin », Méthodes !, 2006, p. 28-29.

8 Irène Freire-Nunes observe que dans la Demanda, ventura se traduit à la fois par « Aventure » et « fortune », Le Graal ibérique dans ses rapports avec la littérature française, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997, cité par Ph. Walter, La Quête du Saint Graal et la Mort d’Arthur, op. cit., p. 7.

9 Traduction de F. Bogdanow : « Girflet, je ne suis plus le roi Arthur que l’on appelait le roi aventureux à cause de la bonne fortune dont il jouissait. Le seul nom qui me convienne maintenant est celui de misérable et de mescheant. Et Notre Seigneur qui veut que j’use en douleur et en tristesse le peu de vie qui me reste, me fait comprendre que tout comme autrefois il a voulu m’élever sans que je le méritasse, il a maintenant le pouvoir de m’abaisser à cause de mon péché », La version Post-Vulgate, t. IV/2, op. cit. p. 457.
Demanda version castillane, trad. V. Serverat et Ph. Walter : « Girflet, je ne suis plus le roi Arthur, celui qu’on appelait volontiers Roi Bienheureux à cause de la bonne fortune que Dieu me dispensait. Maintenant, quiconque voudrait m’appeler par mon nom véritable, c’est Roi malheureux et chétif qu’il devrait m’appeler, car Dieu me comble de malheurs. Tout cela vient de la fortune qui m’est contraire, comme une ennemie personnelle. Le Seigneur permet, Lui, que je passe dans la douleur et la tristesse le peu de temps qu’il me reste à vivre. Dieu veut m’apprendre de la sorte que, tout comme IL me dispensa son aide puissante dans bien des aventures où mon mérite n’était pour rien, IL peut tout aussi bien m’abattre par des mésaventures déplorables que j’ai bien méritées à cause de mes péchés », Juan Vivas, La Quête du Saint Graal et la Mort d’Arthur, op. cit., ch. 427, p. 380.

10 Jean Frappier, Étude sur la Mort le Roi Artu, Genève, Droz, 1972, p. 261.

11 La version post-Vulgate, op. cit., t. IV/1, p. 317.

12 Op. cit., p. 265.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search