« Aérage », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie

Paris, 1885-1902, t. 1, p. 659-660 (extrait p. 660)

1AÉRAGE. […]

II. HYGIÈNE.- On désigne par ce mot ou par celui d’aération le renouvellement de l’air vicié dans un local ou un espace confiné quelconque. Lorsque l’homme, les animaux ou les végétaux ont respiré pendant un certains temps dans un lieu clos, l’air finit par ne plus y être respirable, et il devient nécessaire de le renouveler. De même, dans les endroits où des gaz irrespirables se dégagent, dans les celliers où l’on conserve des fruits par exemple, dans les caves où sont placées des cuves de fermentation, ou encore dans les mines (V. ci-dessus), ce renouvellement de l’air s’impose également. On donne plus spécialement le nom de ventilation à l’étude des appareils et dispositifs imaginés pour renouveler l’air dans les appartements, édifices, navires, usines, etc., c.-à-d. pour remplacer l’air vicié ou chargé de miasmes par de l’air pur et vivifiant (V. VENTILATION).