Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe siècle

 | 
Marie-Pierre Estienne

Deuxième partie. Castrum et lignages une cellule majeure au sein du terroir

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1La réussite de l’enchâtellement dépend non seulement de l’emprise d’un lignage sur un territoire entre Rhône et Durance mais aussi de ce dialogue entre le seigneur et la population et de la concurrence de la paroisse dans la répartition du peuplement.

2L’étude de la parentèle et des diverses branches familiales au sein de la lignée des Mévouillon, et l’analyse de la constitution de leur domaine permettent de préciser les réseaux structurant de ce territoire (Estienne 1997).

3L’analyse de la genèse et du développement du castrum par la documentation écrite et les données de terrain trouve aussi ses limites dans la difficulté de superposer un vocabulaire varié à une situation précise.

4Les atouts du castrum dans son rôle de polarisation de l’habitat, largement développé dans les chartes de franchises relèvent des contextes économiques et sociaux variés savamment régis par le seigneur, en fonction des ressources des différentes localités et des affinités des populations du bourg castral, développées de façon très précoce par les représentant de la communauté.

5Quelques exemples plus documentés par les textes et les données archéologiques soulignent le rôle important joué par les prieurés séculiers ; nombreux en Baronnies, ils sont souvent issus de vieilles implantations.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par