Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe siècle

 | 
Marie-Pierre Estienne

Première partie. Les Baronnies du Xe siècle à 1150, lignages et structuration du terroir

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Contemporainement aux luttes entre Bourguignons et légitimistes (entre Narbonnais et partisans d’un roi carolingien), les évêques de Sisteron, de Carpentras, et de Vénasque, comme ceux de Fréjus, Digne, Vence, Antibes, Nice, Senez et les Glandevès furent absents à l’élection du roi Boson tenue à Mantaille en 879. Leur absence peut aussi s’expliquer par l’interruption des listes épiscopales en cette période de troubles. En revanche les partisans bourguignons comme l’archevêque d’Arles (Rostaing) et d’Embrun (Arbert) ou l’évêque d’Avignon (Ratfrid) y participèrent, (Poly 1976 : 10­23). Cette absence révélait une résistance de la part de certains grands de Provence, les Bourguignons cherchant à éliminer leurs adversaires ; rappelons à ce sujet l’exil d’Imbert, évêque de Vaison et Anfos, évêque de Vénasque auprès des Raimondins, (Poly 1987 : 71).

2Au milieu du Xe siècle, l’avènement d’Hugues d’Arles, chef du "parti" Bourguignon après la mort de Louis de Provence, dit Louis l’Aveugle, permet d’appréhender quelque peu le territoire des Baronnies antérieurement au champ chronologique retenu par notre étude. L’alliance entre Guilelmides et Raimondins, corroborée par la cession de la Gothie par Guillaume à Raimond en 919, « permettait aux deux associés de contenir efficacement sur le front oriental les ambitions des Robertiens et d’Hugues d’Arles » (Laurenson-Rosaz 1987 : 74). Hugues d’Arles avait pour parent l’illustre archevêque Manassès, futur archevêque de Milan de famille franque. Il devient marquis de Provence en 911 ; « ... trois grands domaines passeront dans le patrimoine d’Hugues d’Arles » (Fréjus, Embrun et une zone située à la limite des diocèses de Vaison et d’Orange, Poly 1976 : 23). Hugues devient roi de Lombardie et cède en 933 au roi Rodolphe (II), tout ce qu’il avait "en deçà" des Alpes, excepté un certain nombre de domaines qu’il transmit plus tardivement, au milieu du siècle, à sa nièce Berthe, épouse de Boson.

3La plupart des biens acquis par Berthe se situent dans une région à cheval sur les diocèses de Vaison et de Gap, zone correspondant en grande partie, à partir du Xe siècle, aux Baronnies. « De plus, dans le Viennois comme dans les comtés provençaux de Gap, de Riez, de Fréjus, de Vaison, d’Apt, d’Orange et de Die, Hugues conservait également de vastes domaines dont il garda la propriété jusqu’à sa mort » en 947 (Vaissette et al. 1840-46 : 347 ; Poupardin 1907 : 68 ; De Manteyer 1939 : 5­238). Ces domaines sont encore très marqués par les structures politiques et administratives de l’époque carolingienne et par les entités ecclésiastiques de l’antiquité tardive. L’émergence d’une lignée, les Mévouillon au début du XIe siècle, dans un contexte de privatisation des domaines, processus largement amorcé en Provence, dès le début du Xe siècle, permet d’approcher les origines de cette lignée dont la genèse est éclairée par l’étude de la parentèle et par les évènements politiques des IXe et Xe siècles.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par