Version classiqueVersion mobile

Les Juifs d’Algérie

 | 
Joëlle Allouche-Benayoun
, 
Geneviève Dermenjian

Regard de cinéaste

La judéophobie musulmane en Algérie avant, pendant, et après la période française

Jean-Pierre Lledo

Texte intégral

  • 1 Les Juifs vivent sous la menace de massacres, comme celui de 1805 : le consul de France Dubois-Thai (...)
  • 2 Paris, PUF, 2010. L’ouvrage couvre la période du xiie au début du xxe siècle.
  • 3 Paris, Éd. Tallandier, 2012.

1J’ai été invité à présenter la troisième partie de mon dernier film Algérie, histoires à ne pas dire, consacrée à la mémoire des rapports entre Musulmans et Juifs. J’ai dit lors du débat qu’il me semblait y avoir un déséquilibre dans l’historiographie consacrée à la judéophobie en Algérie à l’époque coloniale, puisqu’elle concernait le plus souvent celle des Pieds-noirs chrétiens, et très rarement celle des Musulmans. Je vais tenter de montrer ici que la judéophobie d’origine musulmane n’a rien à envier à l’autre, bien au contraire. Elle fut surtout plus longue. À partir de la conquête islamique, le sort des Juifs de toute l’Afrique du Nord, ressembla à celui des Juifs du Moyen-Orient : persécutés1 ou tolérés, courtisés dans les moments de grâce ou le plus souvent pourchassés, mais toujours humiliés, infériorisés, dhimmisés. Pour cette longue histoire, les travaux fondés sur des milliers de documents d’archives, L’Exil au Maghreb, de Paul B. Fenton (université de Paris-Sorbonne) et David B. Littman (Trinity College2), et Juifs en pays arabes. Le grand déracinement (1850-19753), de Georges Bensoussan, sont encore bien solitaires.

2En ce qui me concerne, n’étant pas historien, je me contenterai de traiter la période historique la plus récente, avant, pendant, mais aussi après la guerre d’Algérie (dite de libération ou d’indépendance en Algérie).

  • 4 Ech-Chourouk el Youmi, quotidien national arabophone qui a le plus grand tirage en Algérie, plus de (...)

3Pour une entrée en matière dans la judéophobie contemporaine en Algérie, citons le premier roman en arabe, sorti en mai 2011, Derb Lihoud (Quartier juif), dont le sous-titre L’histoire de deux enfants sacrifiés selon le rite talmudique donne déjà idée. Son auteur, Said Kessal, journaliste d’Ech-Chourouk el Youmi4, tient même à nous assurer que : « C’est un roman, même si les événements qui se sont déroulés à El-Malah sont authentiques et ont laissé des traces chez la communauté musulmane ».

4Et de nous donner aussitôt le détail de ces événements :

Entre les années 1953 et 1954 c’est-à-dire à l’orée du déclenchement de la lutte armée, la ville (d’Oranie), El-Malah (ex-Rio de Salado) a été secouée par un tragique événement où deux enfants, Mohamed et sa sœur Mériem, furent sacrifiés sur l’autel du rite talmudique attribué aux sionistes. Un double meurtre rituel d’une cruauté, apparu donc comme un thème d’accusation non pas contre les juifs mais contre les sionistes d’Algérie, cette communauté jouissait d’un État discrétionnaire (Citation textuelle).

Et comme si tout cela n’était pas assez clair :

Le choix de Derb Lihoud comme titre n’est pas fortuit, puisque dans presque toutes nos cités existaient des quartiers juifs. J’ai mis presque deux ans pour jeter mon dévolu sur ce titre parmi les six autres. J’ai voulu, à travers ces témoignages, mettre en évidence le rêve du grand projet que l’État d’Israël veut concrétiser au détriment du sang et de la richesse des Algériens dans la mesure où les juifs d’Algérie avaient à cette époque la mainmise sur le commerce et l’argent.

  • 5 http://etudescoloniales.canalblog/archives/2011/05/25/212311.html

Ce roman bénéficia d’une grande publicité dans toute la presse algérienne. Y compris dans celle qui se dit démocrate, comme ici dans le quotidien francophone Liberté (édition du 17 mai 2011), lequel censura ma réaction « En finir avec tous les délires5 ».

5Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais m’élever contre le cliché qui consiste à stigmatiser l’ensemble des Pieds-noirs en les assimilant tous à des racistes, voire à des « colons », ou même à des « colonisateurs ». Si une telle vision est tout à fait en accord avec la manœuvre qui tend à minimiser la judéophobie musulmane, elle est historiquement inexacte. Une très grande partie de l’intelligentsia européenne (non-juive) a été plutôt bienveillante vis-à-vis des Arabes, d’Albert Camus à Jean-Pierre Millecam, en passant par Jean Pélégri, Jules Roy, Jean Sénac, sans parler des artistes-peintres, de Sauveur Galliéro à Louis Bénisti, Jean de Maisonseul, Louis Nallard et Maria Manton, etc… Quant aux « masses laborieuses », elles se reconnurent plutôt dans les syndicats d’obédience communiste (CGTU puis CGT) et dans le parti communiste algérien (d’abord section du PCF, puis parti indépendant à partir de 1936), favorables depuis leurs créations à l’idée d’une Algérie autonome, voire indépendante, mais aussi et surtout pluriethnique.

6Dynamique qui certes s’inversa au sein de la population européenne et juive, dès le moment où le Front de Libération Nationale (FLN) prit la direction du mouvement indépendantiste en l’entraînant tout à fait consciemment dans une direction de ségrégation ethnique, fondée sur une violence sélective au faciès, ciblant les petites gens d’origine non-musulmane, dont le but immédiat était de créer « un fossé communautaire », et à plus long terme la fuite, si possible avant même l’avènement de l’indépendance.

7Et de ce terrorisme-là du FLN, les Juifs ne furent pas épargnés. Loin de là. Chacune des sept années de la guerre, les Juifs furent ciblés en tant que Juifs. Quelques exemples.

  • 6 http://www.herodote.net/1er_novembre_1954-evenement-19541101.php
    http://encyclopedie-afn.org/Hist (...)

81954. 1er novembre, premier jour « de la guerre de libération ». La première victime du FLN est un Juif : Georges-Samuel Azoulay, chauffeur de taxi de 28 ans à Oran, assassiné par ses « clients », à la fin de sa course de nuit, à 0 h 206.

  • 7 La plus grande partie des exactions qui suivent ont été citées par Richard Ayoun dans divers articl (...)
  • 8 J.-P. Lledo, Film Algérie, Histoires à ne pas dire, 2008.
  • 9 Maurice Villard, Les Massacres du 8 mai 1945, Sétif (Algérie), Éd. des Hauts Plateaux de Sétif, 200 (...)
  • 10 Roger Vétillard, Le 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. Un tournant dans la guerre d’Algérie ?(...)

91955. Juillet, le rabbin de Batna est agressé7 ; 20 août entre midi et 16 h, dans le Nord-Constantinois, Philippeville étant l’épicentre, on massacre aux cris de « Djihad fi Sabil Illah » (Djihad pour la cause de Dieu8), comme lors de l’insurrection nationaliste du 8 mai 1945, et l’on appelle à tuer les « Infidèles », Chrétiens et Juifs, indistinctement : « Nkatlou Nsara, Nkatlou Yahoud9 ». De retour de la plage, à midi, sur la route de Philippeville vers Saint Charles (17 km), la voiture des Benchetrit est arrêtée, ses cinq occupants égorgés et achevés à coups de hache en quelques minutes : la mère, Marcelle, née Mezguich, 35 ans, le garçon de 11 ans, et les deux fillettes, 3 ans et 5 ans. Le père, Émile Haïm, huissier de justice à El Arrouch, est émasculé, puis étouffé avec sa propre chair. Les frères Bittoun de Constantine, Gilbert 31 ans et Élie 32 ans, disparaissent à Saint Charles où ils exerçaient ce jour-là comme fripiers : leurs corps n’ont jamais été retrouvés. À Constantine, de nombreux Juifs sont visés notamment dans le quartier juif. Blessés, la plupart en réchappent : le rabbin Ruben Doukhan, Adèle Halimi, Pierre Halimi, Meyer Guedj, André Kabbouche, Hania El Haniel, Fortunée et Lucien Samak. Mais succombent Mardochée Adda, 47 ans, boucher et Maurice Zilberstein, 51 ans, chirurgien-dentiste10.

  • 11 Témoignage de sa fille, Paule Atlan. L’Opération Torch était le nom de code du débarquement anglo-a (...)
  • 12 Témoignage du Tlemcénien Marcel Elhaïk.

101956. À Alger, Émile Atlan, est assassiné devant son magasin de la rue Bab Azoun. Il était l’un des principaux initiateurs de l’Opération Torch à Alger, ce mouvement de résistants, composé en grande partie de jeunes Juifs d’Algérie, qui permit aux Américains, le 8 novembre 1942, de débarquer dans la région d’Alger pratiquement sans combattre11. À Constantine, grenades contre des cafés juifs, notamment rue des Cigognes, le 19 mai 1956. Idem à Tlemcen : Jacob Choukroun, doyen de la communauté, est tué au Café Chinois, près de la Mairie12. Par contre, Charbit le patron juif d’un magasin parvient à rejeter la grenade. Orléansville, 2 juin, la synagogue prend feu suite au jet d’une grenade. Nédroma, novembre, une bombe explose au domicile du rabbin Isaac Aziza : tué avec trois autres personnes de sa famille.

111957. Nédroma encore, attentats en janvier, sept morts dont trois enfants ; Médéa, mars, le grand rabbin Jacob Chékroun est tué près de la synagogue ; Constantine, mai, grenades jetées dans le quartier juif, notamment le 2 mai au marché Négrier ; Alger, août, la station d’essence Lévy explose ; dans la basse Casbah, David Chiche arrosé d’essence dans la rue, est immolé ; Oran, le Dr Cohen, notre médecin de famille est tué ; très populaire dans le quartier arabe de la ville nouvelle, le FLN dira que c’était une erreur…

  • 13 Fête des Cabanes, 4 jours après Yom Kippour (mois de Tichri, septembre-octobre).

121958 et 1959, grenades dans les synagogues, dans les villes du Sud, à Boghari, lors de l’office de la fête de Soukkot13, faisant un mort et onze blessés, et à Bou Saada, la veille de Kippour : la petite fille du rabbin est tuée.

  • 14 Information juive, Alger, décembre 1960.

131960, décembre, manifestations dirigées par le FLN dans plusieurs villes d’Algérie. La grande synagogue de la Casbah d’Alger prise d’assaut est saccagée aux cris de Mort aux Juifs, des croix gammées sont dessinées sur les murs, les Rouleaux de la Loi profanés, et le drapeau indépendantiste vert-blanc-rouge substitué en leur lieu et place14.

  • 15 Premier jour de l’année juive (mois de Tichri).
  • 16 Mylène Sultan, Les Juifs d’Algérie et la Guerre 1954-1962, Nanterre, Mémoire de Maîtrise, universit (...)

141961, Constantine, 22 juin, le grand musicien Raymond Leyris est assassiné en plein jour, au marché Souk El Asser de la place Négrier ; Oran, le cimetière juif est profané le jour de la nouvelle année juive ; Henri Choukroun, coiffeur ambulant, est tué d’un coup de poignard dans le dos, le 11 septembre, jour de Rosh Hachana15, alors qu’il se rend à la synagogue avec ses enfants16.

151962, Janvier, attentats dans les quartiers juifs d’Oran et de Mostaganem ; le 26 janvier à Constantine est assassiné Edmond Baruch Sirat, le frère du futur grand rabbin de France, René Samuel Sirat ; février, un lycéen de 13 ans et un enseignant sont tués à Mostaganem ; Constantine, le Consistoire est attaqué en février ; mars, Alger, après la signature des Accords d’Évian et du cessez le feu des 18 et 19 Mars, les enfants Amram âgés de 2 et 6 ans, sont égorgés par la femme de ménage musulmane qui les gardait ; mai, Constantine, grenade au marché du quartier juif, place Négrier.

16Ces attentats et assassinats sont généralement commis de préférence le samedi, ou lors des fêtes juives, si possible près de la synagogue, et pour qu’il n’y ait aucun doute, parfois carrément à l’intérieur du temple. On ne néglige pas pour autant ces autres porte-drapeaux communautaires que peuvent être les musiciens, tel le fameux Lucky Starway dont le nom civil était Lucien Séror, explosé avec tout son orchestre et des jeunes danseurs (9 morts, 85 blessés), le 9 juin 1957 dans le dancing de la Corniche à Alger fréquenté surtout par la jeunesse juive de Bab El Oued. Ou plus encore, nous l’avons déjà évoqué, Raymond Leyris, le célèbre musicien juif de malouf, une musique judéo-arabo-andalouse, assassiné à Constantine, le 22 juin 1961, donc une année avant l’indépendance, précipitant ainsi l’exode des derniers hésitants. Assassinat que le FLN n’a toujours pas revendiqué…

  • 17 Jean-Jacques Jordi, Silence d’État, Paris, éd. Soteca, 2011.
  • 18 ALN : Armée de libération nationale.

17L’apothéose est le massacre de très grande ampleur du 5 juillet 1962 à Oran, le jour même de la célébration de l’Indépendance, 700 morts et disparus officiellement recensés, selon la dernière recherche de Jean-Jacques Jordi17. Et si la logistique mise en œuvre implique une organisation et l’implication de l’ALN (de Boumediene) et du FLN local18, on ne saurait occulter la collaboration active de la foule déchaînée, encouragée à « finir le travail ». Ce massacre peut être considéré comme un message à ceux qui n’étaient pas encore partis, autant qu’à ceux qui, enfuis par panique, auraient eu l’idée de revenir… C’était à Oran que vivait le plus grand nombre de Juifs et leurs quartiers furent particulièrement ciblés. Plus d’une centaine de Yahoud périrent ce jour-là. Viviane Ezagouri qui avec son fiancé, échappa miraculeusement au lynchage de la foule, est depuis longtemps une militante active pour que cesse l’occultation de ce qui fut la journée la plus meurtrière de toute la guerre d’Algérie. Elle est aussi toujours en quête de son père, Joseph Pinto, disparu ce jour-là.

  • 19 Articles et livre précités.
  • 20 Cf. son témoignage Lettre à Zohra D., Paris, Flammarion, 2012, et http://dalgerie-djezair.viabloga. (...)

18Il n’est pas question ici de dresser la liste exhaustive des Juifs assassinés par le FLN durant la guerre d’indépendance, travail que le regretté historien Richard Ayoun avait commencé à faire19. Et je ne m’étendrai pas non plus sur ces Juifs, tels Georges Arbib et Daniel Timsit, qui allèrent jusqu’à initier les tueurs du FLN à la fabrication de bombes aussitôt projetées contre les leurs. Le 30 septembre 1956, la veille de la rentrée scolaire, les grands glaciers d’Alger sont remplis de jeunes enfants. Trois d’entre eux explosent au même moment. Au Milk Bar, Danielle Michel-Chich, petite juive de 5 ans, y laisse sa jambe20 et Nicole Guiraud, petite pied-noire de 10 ans, son bras.

  • 21 Note des éditrices : cf. dans cet ouvrage les articles d’Ethan Katz et de Geneviève Dermenjian.
  • 22 Denis Cohen-Tannoudji, Les Enfants d’Yishmaël, Paris, Éd. Hermann, 2010.
  • 23 Robert Attal, Les émeutes de Constantine, Paris, Éd. Romillat, 2002.

19 Mais ce ciblage des Juifs durant la « guerre de libération » ne pouvait pas ne pas rappeler aux contemporains le souvenir tout aussi affreux du pogrom du 5 août 1934 à Constantine21. 25 personnes assassinées, égorgées, voire découpées. 500 blessés. Le quartier juif dévasté. 325 magasins pillés, plus de 30 appartements saccagés et 4 immeubles incendiés. Des foules musulmanes déchaînées, stimulées par les youyous frénétiques des femmes. Ce dont a récemment témoigné, pour sa propre famille très durement éprouvée (plusieurs morts), Denis Cohen-Tannoudji22, et plus anciennement l’instituteur Robert Attal23, dont le propre père périt à ce moment.

  • 24 http://les-souvenirs-de-claude.e-monsite.com/pages/vi-alger-et-l-exode/20-aout-1955.html Témoignag (...)

20Les témoignages sont innombrables. Roland Halimi qui avait 11 ans à l’époque de la tragédie : « les émeutiers se sont servis de lessiveuses comme billots. Toute ma famille a été égorgée ». Caché dans une chatière du grenier, l’enfant voit, devant lui, se faire égorger ses sœurs 6 ans et 8 ans, son père Alphonse et sa mère Fortunée. « Pendant son affreux martyre, j’entendais mon père hurler d’une voix terrible le Chema Israël24. »

  • 25 Paul Leslie, Les Juifs de Constantine, http://sefarad.org/lm/028/leslie.html

21Peut-on alors parler, comme certains historiens, d’affrontements sanglants entre Juifs et Musulmans alors qu’une foule armée d’armes blanches se jette sur de pauvres malheureux sans autre défense que la solidité de leurs portes et de leurs serrures ? Les mots « pogrom », « farhoud », « tuerie », « massacre », voire « lynchage collectif » ne sont-ils pas plus appropriés ? Surtout lorsque, comme le rapporte l’auteur du reportage paru dans le Times du 8 août 1934, les violences du 5 août ne se produisirent pas sans préméditation de la part de meneurs « evidently working on a preconcerted plan25 ». Surtout aussi lorsque l’on sait que la chasse sanglante aux Juifs a une dimension régionale (Hamma, Mila, Bizot, Jemmapes, Aïn Beïda).

  • 26 Yves-Claude Aouate, Constantine 1934 : un pogrom classique, 1982, document 8 pages. books. google.f (...)

22Pratiquant le double discours, le Dr Bendjelloun, homme politique considéré comme modéré et le cheïkh Ben Badis, chef des Oulémas, ont semble-t-il, eux-mêmes présidé aux préparatifs, le premier notamment aux rassemblements aux Pins de Mansourah, à l’entrée de la ville, et le second à la Mosquée. Sur sa lancée, Bendjelloun appelle au boycott des commerçants juifs, et quelques mois plus tard, le 1er février 1935, dans le département de Constantine, une émeute antijuive, où l’on crie « Vive Ben Djelloul ! Vive Hitler ! », éclate à Sétif, tandis qu’à Bône, quelques jours plus tard, le pogrom est évité de justesse26, ce climat de violences antijuives se poursuivant jusqu’aux élections de 1936.

  • 27 Paul Leslie, op. cit.

23 « Tout le monde doit admettre que si les Arabes ont un peu usé de leur force un jour de colère, les Juifs ont démesurément usé de la leur pendant des décades », dixit Lamine Lamoudi, secrétaire général de l’Association des Oulemas. Et dans El Oumma, l’organe de l’Étoile Nord-Africaine de Messali Hadj, on peut lire en septembre 1934 que « la lutte contre les juifs, alliés du colonialisme, est la lutte contre l’impérialisme27 ».

  • 28 Mohamed Harbi, Les Archives de la révolution algérienne, Paris, Éd. Jeune Afrique, 1981.

241934, 1945, 1954 à 1962, sont des dates marquantes. Elles dessinent parfaitement les contours de la stratégie ethnique d’épuration des nationalistes qui, hormis les contestataires kabyles, se veulent arabo-musulmans. Avouée après l’indépendance, on peut en retrouver la trace dans les Archives du FLN publiées par Mohamed Harbi28. On peut y lire par exemple que les militants du FLN au Maroc désemparés par la bienveillance des différents appels du GPRA et du FLN aux Juifs et aux Européens d’Algérie, sont ainsi rassurés en 1961 par un des grands dirigeants de la révolution algérienne, Lakhdar Ben Tobbal : « Ces textes sont purement tactiques. Il n’est pas question qu’après l’indépendance des Juifs ou des Européens soient membres d’un gouvernement algérien. »

  • 29 La vidéo du débat avait été mise en ligne sur internet : http://www.manifeste.org, dans la rubrique (...)

25Mohamed Harbi, homme politique algérien contestataire après le coup d’état de Boumediene, devenu historien dans les années 70, est le seul à avoir osé parler de nettoyage ethnique. Ceci suite à un débat autour de mon film Algérie, histoires à ne pas dire, en 2008 à Paris29. Alors que je défendais l’idée qu’il s’était agi d’une véritable stratégie, laquelle avait été menée avec esprit de suite jusqu’au résultat final : la fin d’une présence juive bimillénaire, et d’une population chrétienne implantée depuis un siècle et demi, il en réduisait toutefois la responsabilité à seulement quelques chefs du FLN.

26Par contre, je continuerai à me demander ce qui de la « dhimmitude » ou du syndrome de Stockholm pousse bon nombre de Juifs d’Algérie (comme de façon plus générale du monde arabe) au déni d’une réalité pourtant dépourvue de toute ambivalence : l’Algérie indépendante à l’instar du reste du monde arabe a été vidée de ses Juifs. Ce déni prend le plus souvent l’allure d’une auto-accusation – en acceptant de devenir Français avec le décret Crémieux de 1870, les Juifs se seraient désolidarisés volontairement de leurs frères indigènes, – ou bien d’une accusation du colonisateur lui-même : la France aurait réussi à les diviser pour mieux régner.

27Ainsi Pierre Freha, dans une interview accordée à un quotidien algérien pour la promotion de son roman La conquête de l’oued, peut tranquillement s’exclamer :

  • 30 El Watan, édition du 25 juin 2009.

Ah oui, diviser pour mieux régner ! C’est le travail de tout colonisateur. Avec le décret Crémieux de 1870, on a séparé des communautés. Le décret Crémieux est arrivé après certaines étapes. Je n’ai pas trouvé dans les documents auxquels j’ai pu accéder d’éléments indiquant qu’il y avait des problèmes entre les communautés juive et musulmane en Algérie30.

Comment reconduire le cliché nationaliste de la trahison des Juifs ayant accepté le décret Crémieux de 1870, quand on sait que même les Juifs des Territoires du Sud, parmi les plus vieilles tribus juives d’Afrique du Nord, qui n’étaient français que depuis 1961, durent quitter l’Algérie aussi précipitamment que les autres ? Et que leurs voisins juifs marocains à qui la France refusa l’équivalent de ce décret, furent justement victimes de pogroms à répétitions, du temps même du protectorat français ?

28L’auteur blanchit les pouvoirs fondés sur l’islam avant la colonisation, puis pendant la « guerre de libération » (appelée rappelons-le, djihad menée par des moudjahidines), enfin après la fin de la colonisation. Freha ne poursuit-il pas : « Dès l’âge de neuf ans, j’ai senti de manière confuse que l’État français était responsable du fait que mon enfance avait été bousillée. »

  • 31 En qui certains virent un démocrate parce qu’il tenta de s’opposer en 1962 à la prise du pouvoir pa (...)

29Ces intellectuels juifs prêts à se repentir d’une faute imaginaire, ignoreraient-ils les multiples déclarations des chefs du nationalisme, disant tous, chacun à sa manière, ce que par exemple le deuxième et dernier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) Ben Khedda31, explicita sans la moindre ambiguïté dans son livre La fin de la guerre d’Algérie (Casbah, Éd. 1998) :

En refusant notamment la nationalité algérienne automatique pour un million d’Européens, nous avions prévenu le danger d’une Algérie bicéphale.

Ou alors la déclaration d’un des négociateurs des Accords d’Évian, Réda Malek, considéré comme un moderne et un « progressiste » :

  • 32 Réda Malek, Les Accords d’Evian, Paris, Seuil, 1990 et Alger, Dahlab, 1995 (p. 309 et 310).

Les Français postulaient la nationalité algérienne globale pour tous les Européens, ce qui représentait un danger évident pour l’unité du futur État… Le caractère arabo-musulman de l’Algérie est sauvegardé32.

  • 33 Témoignage d’André Beckouche, étudiant communiste juif constantinois, à Paris à cette époque, recue (...)
  • 34 Ibid.

Le même Réda Malek n’avait-il pas, déjà en 1955, déclaré dans une assemblée d’étudiants algériens à Paris que « L’Algérie n’est pas un manteau d’Arlequin33 ». Et un autre dirigeant nationaliste, Bélaïd Abdeslam, devenu comme le précédent, premier ministre après l’indépendance, n’avait-il pas déjà prévenu, à la même époque, devant ces mêmes étudiants algériens de Paris : « Avec un million d’Européens, l’Algérie serait ingouvernable34. »

  • 35 Lettre aux Israélites d’Algérie, Quelque part en Algérie, le 1er octobre 1956, Congrès de la Soumma (...)

30Ne devrait-on pas reconnaître que les dirigeants du FLN ont tenu un double langage ? Puisqu’au même moment où le FLN pratiquait sur le terrain, le terrorisme le plus abject à l’encontre de civils ciblés uniquement en fonction de leurs origines ethniques35, il s’adressait aux Juifs « fils de notre patrie », ou aux Pied-noirs en leur reconnaissant la qualité d’« Algériens quelles que soient leurs origines », dans un certain nombre de Lettres dont les véritables destinataires ne pouvaient être que l’Organisation des Nations unies (ONU) et la gauche laïque européenne, et ce à des fins de séduction et de propagande.

31Notons qu’Aït Ahmed, fut le seul dirigeant de premier plan du FLN à tenir un tout autre discours :

  • 36 Propos accordés à Francis Rugas, dans la revue Les Français d’Afrique du Nord, mai 1987, http://arm (...)

Il y a eu envers les Pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens36.

Mais quand on sait qu’il a été en totale rupture avec ses compagnons, à la tête d’une rébellion dès l’indépendance, puis en exil, enfin dans l’opposition politique en tant que chef kabyle, ceci n’explique-t-il pas cela ?

32Cinquante années de recul n’est-ce pas suffisant pour enfin faire le point sur la stratégie du FLN à l’encontre des populations non-musulmanes ? Ce FLN qui a fait de la « guerre de libération » indéniablement aussi une « guerre d’épuration » ?

Je me rappelle en particulier une discussion qui a été d’une violence extrême avec Abane Ramdane… Je lui ai parlé du sort qui serait fait à la population « pieds-noirs ». Je lui ai dit : « Vous n’allez pas mettre tous ces gens à la porte comme ça ». Il m’a répondu : « S’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à s’en aller ».

  • 37 Jean-Marie Domenach, La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Éd. Complexe, 19 (...)

se rappelle Jean-Marie Domenach, alors directeur de la Revue Esprit37. Et, soulignons-le, Abane Ramdane est considéré comme la tête politique la plus brillante, et la plus laïque des dirigeants indépendantistes, égorgé en 1957 par les siens pour ces raisons. Quant à Jean Daniel, directeur du Nouvel Observateur, voici ce qu’il rapporte de ce que lui auraient confié deux autres dirigeants indépendantistes Boumendjel et Benyahia, en 1960 :

  • 38 Propos recueillis auprès de ces deux grands dirigeants de la révolution algérienne, considérés comm (...)

Il ne faut pas mentir à Jean… la revanche sera longue, violente et elle exclut tout avenir pour les non-musulmans. Nous n’empêcherons pas cette révolution arabo-islamique de s’exprimer puisque nous la jugeons juste et bienfaitrice38.

En vérité, je connais parfaitement les mécanismes du déni, de l’intérieur, de ces Juifs aveugles et sourds, puisque moi-même, je les avais bien avant eux pratiqués. Aux deux seules différences que moi j’avais vécu en Algérie jusqu’en 1993, à une époque où le net n’existait pas, et qu’il m’avait fallu être contraint à l’exil par l’islamisme pour commencer à faire un travail de retour critique sur moi-même. Longue analyse où chacun de mes films représenta une sorte de séance, d’étape, qui me permirent de comprendre que mon aveuglement à propos de l’histoire des deux communautés auxquelles j’appartenais – pied-noire par mon père et juive par ma mère – et cette censure de ma propre identité, avaient justement été les deux subterfuges de mon inconscient pour me permettre d’aller au bout de ce rêve d’une Algérie multiethnique. Rêve qui avait déjà été celui de mon père, et que je m’entêtais à vouloir faire renaître de ses cendres, entreprise qui aurait dû paraître depuis fort longtemps vaine et illusoire au marxiste que j’étais, qui ne jurait que par le principe de réalité !

33Mais pour que je commence à interroger ce pathétique infantilisme – j’avais quand même déjà 46 ans en 1993 – il ne fallut pas moins que la promesse de la mort par les islamistes. Partis à la chasse de tous les intellectuels qui se rebiffaient, et de tous les démocrates qui défendaient courageusement leurs convictions, ils n’oublièrent pas en chemin ces Juifs et ces Pied-noirs qui avaient eu l’outrecuidance de souiller leur nationalité arabo-musulmane, certes non octroyée automatiquement par l’État puisque le Code de la Nationalité est fondé sur des critères ethno-religieux, mais quémandée et obtenue (très difficilement dans mon cas) en vertu de leur engagement indépendantiste, ou de celui de leurs parents…

34Refusant de décamper illico presto, de nombreux artistes et intellectuels furent assassinés dans les rues d’Alger ou d’ailleurs, tout au long des années 90. Quant aux autres, ironie du sort, ils se retrouvèrent nez à nez, un brin coupables malgré tout, avec ceux qui les avaient précédés trois décennies plus tôt, Juifs et Pieds-noirs, et qui eux aussi se disaient en exil…

  • 39 Note des éditrices : 18 novembre 2012, « Les Juifs d’Algérie : du dhimmi au citoyen français, une h (...)

35 Algérie, histoires à ne pas dire, mon dernier film dont la troisième partie concernant les Juifs a été projetée pendant le colloque sur les Juifs d’Algérie39 comme illustration de la judéophobie musulmane en Algérie, fut pour moi le point d’orgue de ce que, dans le langage des soixante-huitards, on aurait appelé une rupture épistémologique.

36Pour la première fois, j’osai interroger des Algériens musulmans, témoins actifs ou passifs de la « guerre de libération », à propos d’événements qui étaient restés jusque-là, indicibles et tabous : le massacre de civils non-musulmans le 20 août 1955 dans la région de Philippeville (à l’est du pays), l’utilisation terroriste des bombes à Alger, l’assassinat du musicien et chanteur juif Raymond Leyris à Constantine et le massacre final du 5 Juillet 1962 à Oran, le jour même choisi pour célébrer la nouvelle indépendance. Je fis donc l’expérience que si les Algériens s’étaient tus jusque-là, c’était tout simplement parce que personne n’était allé vers eux pour leur poser les questions qui brûlent, pour les écouter et les enregistrer.

37Et d’ailleurs même les murs parlaient.

38Il suffisait pour s’en convaincre tout simplement d’ouvrir ses yeux, et de ne pas refuser à notre cerveau de traiter l’information : sur le mur d’une artère du centre-ville de Constantine, cinq immenses portraits de Maîtres du malouf se dressent, parmi lesquels manque celui de… Raymond Leyris, qui était et est toujours considéré par les jeunes mélomanes comme un des plus grands.

39Pour ma part, ce qui m’a le plus ébranlé en faisant cette partie constantinoise du film, ce ne fut pas tellement d’entendre un ancien moudjahid (combattant), violoniste aussi, dire que « Raymond ne valait même pas la balle qui l’avait tué », ni même que « s’il l’avait fallu, pour la révolution, on aurait assassiné Mozart et même Beethoven », tellement cette violence paroxystique révulsait, mais plutôt d’entendre le propriétaire du plus vieux hammam de Constantine, le hammam Deggoudj, où aimait se rendre Raymond, nous expliquer tranquillement, et sans aucune gêne, que les Arabes n’y allaient pas les mêmes jours que les Juifs… « à cause de leur odeur ». J’avais toujours pensé que l’imaginaire révélait un peuple infiniment mieux que les idéologies qui le traversaient, et là je fus servi.

  • 40 Témoignages recueillis par l’auteur au moment où il préparait son film, en 2005. Les concernés préf (...)

40Affectueusement appelé par ses « fans » Cheikh Raymond, le musicien-chanteur est une figure sur laquelle s’est acharnée tout particulièrement l’autorité culturelle de l’époque, incarnée par la ministre de la culture Khalida Toumi. En juillet 2005, elle exige de l’organisateur d’une exposition-photos sur Constantine, Abdesslem Ben Badis, qu’il en retire une seule… celle du chanteur juif. Et le 4 janvier 2008, elle récidive en priant le metteur en scène d’un spectacle-concert de musique andalouse qui avait prévu de projeter les photos des grands Maîtres, d’en retirer une seule… celle de ce même chanteur juif40.

  • 41 Interview au quotidien arabophone Ech-Chourouq El-Youmi, 10 février 2008.

41Pourquoi cet entêtement à vouloir effacer la mémoire d’un artiste que la censure dans toutes les radios algériennes depuis l’indépendance, n’a pas encore réussi à faire oublier ? Sinon pour tenter d’extirper de la terre d’Algérie même sa mémoire juive ? Et n’est-ce pas ainsi qu’il faut comprendre cette ministre lorsqu’elle déclare publiquement vouloir « déjudaïser la musique andalouse41 » ?

  • 42 Mohamed Benchicou, « Une polémique tartuffe sur un film tortueux », 15 et 24 janvier 2008, Soir d’A (...)

42Le film fini, je tentai de le présenter aussitôt en juin 2007 dans plusieurs villes d’Algérie, Alger, Constantine, Oran. Conformément à mes appréhensions, les projections, bien que programmées et annoncées, furent interdites par les autorités de ces trois villes. Quelques mois plus tard en janvier 2008, je tentai une deuxième et dernière fois d’organiser une projection publique dans le cadre du seul ciné-club d’Alger. Dès la parution de l’information dans la presse nationale, l’interdit fut signifié à l’exploitant, un ancien cinéaste. Bien qu’exploitant privé, il n’eut pas le cran de s’y opposer. Je m’étais imaginé par contre que les intellectuels prendraient leurs plumes au moins pour défendre la liberté d’expression, c’est-à-dire en fait leur propre liberté. Ils la prirent, mais pour se faire les scribes imprécateurs d’une ministre de la culture42 qui venait de se distinguer, comme on vient de le voir, sans aucune réplique de leur part.

  • 43 Le directeur de la Cinémathèque de Béjaïa (ex-Bougie) me dit qu’en 1990, dans les réunions précédan (...)
  • 44 Taos ou L’extraordinaire destin d’une juive Kabyle, roman de Djibril Daho, Paris, Éd. Franco-Berbèr (...)
  • 45 Dans le nouveau gouvernement formé après l’élection du Président Bouteflika, en avril 2014, Nouria (...)

43Résultat de tout ce qui précède : aujourd’hui, hormis les probables descendants de Juifs convertis de force à l’islam, et ils sembleraient nombreux notamment chez les Berbères de Kabylie43, des Aurès et du Sahara, qui espèrent des temps plus propices pour partir en quête de leurs racines juives44, ou les enfants de mères ou de grand-mères juives qui préfèrent en attendant de meilleurs jours dissimuler leur ascendance45, il n’y a quasiment plus de Juifs en Algérie.

44Prosper Chetrit, dit Hajj Messaoud, a été appelé « le dernier juif d’Oran ». À sa mort, en mars 2010 à Oran, des Juifs d’Algérie résidant en France durent se rendre à Oran pour réciter le kaddish sur sa tombe : il n’y avait même plus dix Juifs à Oran, la ville qui en avait compté le plus avant l’indépendance.

45Témoignant de la fin de sa vie algérienne en 1964 à Médéa, on peut lire sous la plume de Marc Bonan :

  • 46 Carol et Michaël Iancu (textes rassemblés par), Les Juifs d’Algérie, de l’enracinement à l’exil, da (...)

Je suis le dernier Juif de la ville. Il m’incombe alors de récupérer les rouleaux sacrés de la grande synagogue transformée en fabrique de bougies par un voisin. Je les enterre dans le cimetière, là où reposent mes grands-parents et les Rabbis46.

Et c’est une profonde amertume que l’on peut ressentir dans les propos de l’ancien grand rabbin de France, René-Samuel Sirat :

  • 47 Note des éditrices : cf. l’article de R.-S. Sirat dans cet ouvrage.

Quand je pense qu’aujourd’hui la seule présence juive – qui est attestée depuis les siècles qui précèdent l’ère chrétienne et qui a brusquement été interrompue en 1962 – est celle des cimetières juifs, hélas abandonnés, dans tout ce grand pays où les Juifs ont vécu… Un des grands regrets de ma vie est de n’avoir jamais pu me recueillir auprès de la tombe de mon frère Baruch Edmond, assassiné le 26 janvier 1962 à Constantine. Depuis le jour de son enterrement, plus personne n’a jamais récité le kaddish sur sa tombe47

Dans cette Algérie désormais Judenrein, comme la qualifie le grand rabbin, les Juifs ne sont toujours pas les bienvenus. Leur disparition n’a pas eu pour effet celle de la judéophobie : au contraire même, celle-ci se porte gaillardement.

46En 1999, la réaction de l’establishment politique, toutes tendances politiques mêlées (y compris communistes) fait reculer le Président de la République algérienne Bouteflika qui, dès le début de son premier mandat, avait eu l’audace d’inviter le chanteur Enrico Macias. Ce dernier adulé par les Algériens, draine sur son nom paradoxalement aussi, toutes les haines anti-juives. Ainsi est-il souvent présenté comme ayant été un tueur arrosant de sa mitraillette les Arabes de Constantine. On lui associe même, avant qu’il ne soit assassiné par le FLN, son beau-père, Raymond Leyris, en chef de commando !

472005 est une grande cuvée. En mars, 2000 Juifs de Constantine, ne pouvant retourner dans leur ville, décident de se revoir à Jérusalem. Aussitôt la presse algérienne entre en transe. Enrico Macias et Benjamin Stora, qui s’y étaient rendus, sont particulièrement stigmatisés.

48Quelques exemples pris dans la presse :

  • 48 C’est nous qui soulignons.

Jeudi 12 mai 2005
Le Quotidien d’Oran (en français) :
(À la Une)
ILS RÉCLAMENT LA COMPENSATION DES BIENS QU’ILS ONT LAISSÉS
Les Juifs d’Algérie demandent 144 millions de dollars48 […] Ils se présentent aujourd’hui, endossant le credo du lobby juif international, comme des victimes de spoliations et de persécutions. Avaient, entre autres, participé à cette rencontre, l’historien Benjamin Stora et le chanteur Enrico Macias qui a donné un concert exceptionnel. Samedi 14 mai, le quotidien, publie le démenti de B. Stora « Il n’a jamais été question pendant ces deux jours de cette histoire délirante de compensation de 144 millions de dollars. » ; mais la campagne anti-juive ira en s’intensifiant… et l’historien n’en dira plus rien publiquement.

14 mai 2005
Le Courrier d’Algérie (en français) :
Des lobbies montent au créneau pour rappeler des contre-vérités, espérant dans la foulée tirer quelques dividendes du passé. Les juifs d’Algérie réclament des dédommagements en millions de dollars pour les biens immobiliers qu’ils auraient laissés en 1962.

Deux mois plus tard, en mai, une centaine de Juifs tlemcéniens ont la mauvaise idée de revenir dans leur ville natale à l’initiative de leur association La Fraternelle. Tous les journaux, dits « indépendants », les arabophones encore plus que les francophones, se font les vecteurs d’hystéries toutes plus virulentes et délirantes les unes que les autres.

  • 49 C’est nous qui traduisons.

49On peut alors lire49 :

  • 50 Vendu à 100 000 exemplaires. Lectorat : professeurs, magistrats, intellectuels hostiles à la France

19 mai 2005
Ech-Chorouk El-Youmi50 (en arabe) :
250 juifs « à la conquête » de Tlemcen dimanche. Il pourrait y avoir des Israéliens parmi eux. Au nom de la tolérance et de l’humanisme, les juifs ont donc le droit d’entrer à Tlemcen comme en pays conquis, en sécurité, dans l’état d’esprit de preneurs de butins. Sawt Al-Ahrar (FLN, en arabe) :
On ne fait que parcimonieusement état du fait que les juifs ont fait le choix de la France et non de l’Algérie, les faits établissent que les juifs ont trahi l’Algérie et l’ont livrée aux colonisateurs, qu’ils ont porté les armes contre la révolution et ont choisi d’être français.

21-22 mai 2005
Ech-Chorouk El-Youmi (en arabe) :
J’ai bien compris que ce peuple élabore un plan pour mettre la main sur la moitié des dépôts de l’Algérie dans les banques américaines, lesquelles sont précisément dominées par les juifs !
El Bilad (Frères musulmans, en arabe) :
Il en résulte que toute reconnaissance, estime ou intérêt manifesté à leur égard consiste à approuver le fait qu’ils ont colonisé et asservi des milliers d’Algériens.

  • 51 OAS, Organisation de l’armée secrète. Constituée le 11 Février 1961, elle devient opérationnelle ap (...)

23 mai 2005
Ech -Chorouk El-Youmi :
La rue algérienne refuse la visite des juifs à Tlemcen. L’histoire des juifs est un tissu de pages noires… Ils sont connus depuis la préhistoire pour être des maîtres-chanteurs. Ce chantage s’est manifesté de façon patente après la fin de la Deuxième guerre mondiale quand la propagande sioniste a inventé les fours crématoires et l’holocauste. Pendant la révolution, ils ont constitué des cellules terroristes dirigées contre le FLN et se sont tenus aux côtés de l’OAS51 en pratiquant le terrorisme après le cessez-le-feu. Il résulte de tout ceci que la situation des juifs en Algérie ne diffère en rien de celle des collaborateurs qui ont porté les armes contre leurs frères.

24 mai 2005
El Bilad :
L’autorisation qui leur a été donnée d’entrer à Tlemcen constitue un crime historique.
Ech-Chorouk El-Youmi :
Je me suis tourné vers un groupe d’enfants qui regardaient innocemment l’accueil réservé aux juifs et leur ai demandé s’ils savaient qui étaient ces gens. Une fillette m’a répondu : « Ce sont les juifs qui tuent nos frères en Palestine ».
Sawt Al-Ahrar (FLN)
Les juifs sont des experts de l’extorsion de fonds depuis des siècles.

26 mai 2005
Ech-Chorouk El-Youmi :
Le temps de « l’enjuivation » ! La façon provocante et plus qu’officielle avec laquelle les juifs ont été reçus à Tlemcen indique qu’il existe des musulmans, issus de notre sang, qui sont encore davantage enjuivés que les juifs eux-mêmes. Exactement de la même manière que certains individus sataniques surenchérissent sur le satanisme de Satan ! Les juifs d’Algérie, dont la plupart s’étaient ralliés à l’ennemi et aux gangs de l’OAS, ont égorgé ce peuple et lui ont infligé toutes sortes d’outrages, n’ont absolument pas honte de ce qu’ils ont fait… Qu’Allah les maudisse tous !

  • 52 Ce qu’on appellera « la guerre de Gaza ».

Quatre années plus tard, décembre 2008-janvier 2009, la riposte d’Israël au Hamas52, suscitera en Algérie comme dans l’ensemble du monde arabe le même délire judéophobe.

  • 53 Lhoussain Azergui et Claude Moniquet, Les medias et la « rue arabe » face à la crise de Gaza, ESISC (...)
  • 54 Le Juif, ou Israël, comme « cancer » est particulièrement récurrent dans le monde arabe. Ainsi Ahme (...)

50Dès le 5 janvier 2009, l’imam algérien Chamseddine Bourouba rend publique une fatwa autorisant les musulmans, où qu’ils se trouvent, à « tuer des juifs, car tout juif est une cible légitime que les musulmans doivent abattre53 ». Cette fatwa est la troisième circulant en Afrique du Nord et dans la communauté nord-africaine en France et en Europe, appelant à tuer des Juifs. Le quotidien arabophone à très grand tirage Ech-Chorouk El-Youmi diagnostique : « Israël est un cancer54 qu’il faut extirper », et rappelle aussi que « Dieu a révélé dans le Coran que les musulmans finiront par tuer tous les juifs. »

51 En mars 2009, grâce à l’Internet, j’interpellai mes pairs, plus d’une centaine d’artistes et d’intellectuels algériens, en les exhortant à sortir de leur silence, qui ne pouvait être que complice. Pour toute réponse, je reçus celle de Bachir Hadjadj, lauréat du Prix Séligman 2008 pour son livre autobiographique Les Voleurs de Rêves : « Je ne sais pas pour qui tu roules. »

52Ma dernière illusion disparut. J’étais enfin sorti d’Égypte.

53Enfin pas tout à fait, car il fallait encore arriver en Terre d’Israël, ce que je raconterai dans le prochain film actuellement en préparation, Alger-Jérusalem, voyage dans un tabou.

Notes

1 Les Juifs vivent sous la menace de massacres, comme celui de 1805 : le consul de France Dubois-Thainville sauve la vie de 200 Juifs en les abritant dans son consulat. Cf. André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, Éd. Hachette, Paris, 1985. En 1805, le chef de la Nation juive d’Alger, Naphtali Busnach, est tué alors que des émeutes ravagent les quartiers juifs : Gotthard Deutsch et Isaac Broydé, Busnach Naphtali in Jewish Encyclopedia. En 1815, c’est le grand rabbin d’Alger, Isaac Aboulker qui est décapité lors d’une émeute (« Algeria » [archive], American Jewish Committee).

2 Paris, PUF, 2010. L’ouvrage couvre la période du xiie au début du xxe siècle.

3 Paris, Éd. Tallandier, 2012.

4 Ech-Chourouk el Youmi, quotidien national arabophone qui a le plus grand tirage en Algérie, plus de 400 000 lecteurs.

5 http://etudescoloniales.canalblog/archives/2011/05/25/212311.html

6 http://www.herodote.net/1er_novembre_1954-evenement-19541101.php
http://encyclopedie-afn.org/Histoires_Ain_Sefra_-_Ville

7 La plus grande partie des exactions qui suivent ont été citées par Richard Ayoun dans divers articles, comme : « De l’émancipation à l’exode brutal des Juifs d’Algérie », dans Shmuel Trigano, dir., La fin du judaïsme en terres d’Islam, Paris, Denoël, 2009 (p. 219-226), ainsi que dans le livre écrit avec Bernard Cohen, Juifs d’Algérie, 2000 ans d’histoire, Paris, Éd. Lattes, 1982 et Alger, Éd. Rahma, 1994 (p. 171 et 177) où il s’appuie sur Henri Chemouilli, dans Évidences, sept.-oct. 1962, et W. Rabi, « Kaddish pour le judaïsme algérien », dans Menorah, octobre 1963. Cf. aussi les articles de Richard Ayoun, dans Archives Juives.

8 J.-P. Lledo, Film Algérie, Histoires à ne pas dire, 2008.

9 Maurice Villard, Les Massacres du 8 mai 1945, Sétif (Algérie), Éd. des Hauts Plateaux de Sétif, 2005 ; Roger Vétillard, Sétif, Guelma, mai 1945. Massacres en Algérie, Paris, Éd. de Paris, 2011 ; J.-P. Lledo, Grand-Père a tué deux colons, scénario et DVD, Allemagne, Éd. Atlantis, 2011.

10 Roger Vétillard, Le 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. Un tournant dans la guerre d’Algérie ? Paris, Éd. Riveneuve, 2012 (p. 59 et Annexe 1). Et Témoignage de Claude (née) Sicsic, http://les-souvenirs-de-claude.e-monsite.com/pages/vi-alger-et-l-exode/20-aout-1955.html

11 Témoignage de sa fille, Paule Atlan. L’Opération Torch était le nom de code du débarquement anglo-américain sur les côtes du Maghreb, de Casablanca à Alger.

12 Témoignage du Tlemcénien Marcel Elhaïk.

13 Fête des Cabanes, 4 jours après Yom Kippour (mois de Tichri, septembre-octobre).

14 Information juive, Alger, décembre 1960.

15 Premier jour de l’année juive (mois de Tichri).

16 Mylène Sultan, Les Juifs d’Algérie et la Guerre 1954-1962, Nanterre, Mémoire de Maîtrise, université Paris X Nanterre, 1984-1985, 191 p. (p. 112). Cité par Richard Ayoun (http://ensweb3.ens-lsh.fr/colloques/france-algerie/communication.php3?id_article=215)

17 Jean-Jacques Jordi, Silence d’État, Paris, éd. Soteca, 2011.

18 ALN : Armée de libération nationale.

19 Articles et livre précités.

20 Cf. son témoignage Lettre à Zohra D., Paris, Flammarion, 2012, et http://dalgerie-djezair.viabloga.com/news/lettre-ouverte-de-nicole-guiraud-a-danielle-michel-chich

21 Note des éditrices : cf. dans cet ouvrage les articles d’Ethan Katz et de Geneviève Dermenjian.

22 Denis Cohen-Tannoudji, Les Enfants d’Yishmaël, Paris, Éd. Hermann, 2010.

23 Robert Attal, Les émeutes de Constantine, Paris, Éd. Romillat, 2002.

24 http://les-souvenirs-de-claude.e-monsite.com/pages/vi-alger-et-l-exode/20-aout-1955.html Témoignage recueilli lors du 50e anniversaire du massacre de Constantine (Claude Sicsic).

25 Paul Leslie, Les Juifs de Constantine, http://sefarad.org/lm/028/leslie.html

26 Yves-Claude Aouate, Constantine 1934 : un pogrom classique, 1982, document 8 pages. books. google.fr/books/about/Constantine_1934_un_pogrome_classique.html?

27 Paul Leslie, op. cit.

28 Mohamed Harbi, Les Archives de la révolution algérienne, Paris, Éd. Jeune Afrique, 1981.

29 La vidéo du débat avait été mise en ligne sur internet : http://www.manifeste.org, dans la rubrique « Rencontres-débats filmés ». Celle-ci a depuis été supprimée…

30 El Watan, édition du 25 juin 2009.

31 En qui certains virent un démocrate parce qu’il tenta de s’opposer en 1962 à la prise du pouvoir par l’armée de Boumediene qui s’était allié conjoncturellement à Ben Bella. Il s’affirmera islamiste dans les années 1990.

32 Réda Malek, Les Accords d’Evian, Paris, Seuil, 1990 et Alger, Dahlab, 1995 (p. 309 et 310).

33 Témoignage d’André Beckouche, étudiant communiste juif constantinois, à Paris à cette époque, recueilli par la cinéaste Brigitte Stora en 2008, et confirmé directement par lui-même à J.-P. Lledo.

34 Ibid.

35 Lettre aux Israélites d’Algérie, Quelque part en Algérie, le 1er octobre 1956, Congrès de la Soummam ; Appel du 17 février 1960 de Tunis, aux Européens d’Algérie, dans André Mandouze, La révolution algérienne par les textes, Paris, Maspero, 1961.

36 Propos accordés à Francis Rugas, dans la revue Les Français d’Afrique du Nord, mai 1987, http://armeniantrends.blogspot.fr/2012/12/hocine-ait-ahmed.html

37 Jean-Marie Domenach, La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Éd. Complexe, 1991.

38 Propos recueillis auprès de ces deux grands dirigeants de la révolution algérienne, considérés comme des modérés, durant un voyage en avion vers Melun où ils devaient continuer à négocier avec le gouvernement gaulliste, les futurs Accords d’Évian. Un des buts proclamés de ces accords était de protéger les populations non-musulmanes désireuses de rester en Algérie après l’indépendance. Cf. Cet étranger qui me ressemble. Entretiens avec Jean Daniel, Paris, Grasset, 2004 (p. 15 et 16).

39 Note des éditrices : 18 novembre 2012, « Les Juifs d’Algérie : du dhimmi au citoyen français, une histoire de ruptures », CNRS (GSRL-Paris) et Institut d’études juives Élie Wiesel (Paris). Cet ouvrage est en partie le recueil des communications qui y ont été faites.

40 Témoignages recueillis par l’auteur au moment où il préparait son film, en 2005. Les concernés préférèrent ne pas en faire une affaire publique.

41 Interview au quotidien arabophone Ech-Chourouq El-Youmi, 10 février 2008.

42 Mohamed Benchicou, « Une polémique tartuffe sur un film tortueux », 15 et 24 janvier 2008, Soir d’Algérie. Ce journaliste qui fut le directeur du quotidien francophone Le Matin, se fit accrocher par le quotidien Le Monde, pour avoir stigmatisé les origines juives de Ghazi Hidoussi, ministre de l’économie du gouvernement Hamrouche en 1990. Ce que lui rappelle l’auteur du film dans ses réponses des 21 et 31 janvier 2008, toujours dans Soir d’Algérie qui les accepta. Par contre, les réponses de l’auteur à ses détracteurs suivants furent censurées, notamment celles à Benamar Mediene, sociologue, « Quelle histoire veut raconter Lledo », Soir d’Algérie, 6 avril 2008, et à Djamel Labidi, politologue, dans Le Quotidien d’Oran, 19 avril 2008, « Histoires à ne pas dire, ou la façon de ne pas dire l’Histoire ».

43 Le directeur de la Cinémathèque de Béjaïa (ex-Bougie) me dit qu’en 1990, dans les réunions précédant les élections communales où le FIS allait conquérir la quasi-totalité des mairies des grandes villes, il osa lancer face aux islamistes du FIS : « Et alors, moi je suis Juif ! » Il me dit que ce n’était pas une provocation de sa part, et que nombreux étaient les jeunes qui s’interrogeaient sur leurs noms, sur les noms de leurs villages et de leurs marchés. En 1992, à Timimoun, une ville-oasis du Sahara, des vieux accompagnèrent mon fils vers un petit cimetière à l’écart et lui dirent : « on a vécu musulmans, mais on veut mourir juifs ».

44 Taos ou L’extraordinaire destin d’une juive Kabyle, roman de Djibril Daho, Paris, Éd. Franco-Berbères, avril 2014.

45 Dans le nouveau gouvernement formé après l’élection du Président Bouteflika, en avril 2014, Nouria Benghebrit Remaoun, la ministre de l’éducation nationale, a fait scandale pour cette raison.

46 Carol et Michaël Iancu (textes rassemblés par), Les Juifs d’Algérie, de l’enracinement à l’exil, dans Tsafon, Revue d’études juives du Nord, n° 6 hors série, octobre 2013.

47 Note des éditrices : cf. l’article de R.-S. Sirat dans cet ouvrage.

48 C’est nous qui soulignons.

49 C’est nous qui traduisons.

50 Vendu à 100 000 exemplaires. Lectorat : professeurs, magistrats, intellectuels hostiles à la France.

51 OAS, Organisation de l’armée secrète. Constituée le 11 Février 1961, elle devient opérationnelle après l’échec du putsch des généraux du 21 avril 1961 à Alger. Son but est d’enrayer les négociations en vue de l’indépendance que de Gaulle a entamées avec le seul FLN, autoproclamé seul représentant du peuple algérien. Elle renforce son action, tant en Algérie qu’en Métropole après la signature le 18 mars 1962 des Accords d’Évian qui excluent de la nationalité algérienne automatique la population non-musulmane. Composée essentiellement de Chrétiens, mais aussi de Juifs et même de Musulmans, elle recourt à la lutte armée contre les structures gouvernementales et militaires françaises et riposte par le contre-terrorisme au terrorisme du FLN. En effet, après le cessez le feu de mars 1962, le FLN recourt à une nouvelle forme de terrorisme : l’enlèvement massif de non-musulmans. 3 098 personnes sont ainsi enlevées du 17 avril 1962 à la fin octobre de la même année. (Ce chiffre est donné en 1964 au Sénat, par Jean de Broglie, Secrétaire d’état aux Affaires algériennes). Après une vaine tentative de compromis avec le FLN, menée par sa branche algéroise en juin 1962, l’OAS se dissout aussitôt après le référendum d’autodétermination organisé le 1er juillet 1962.

52 Ce qu’on appellera « la guerre de Gaza ».

53 Lhoussain Azergui et Claude Moniquet, Les medias et la « rue arabe » face à la crise de Gaza, ESISC 2009, http://www.esisc.org/publications/analyses/les-medias-et-la-rue-arabe-face-a-la-crise-de-gaza

54 Le Juif, ou Israël, comme « cancer » est particulièrement récurrent dans le monde arabe. Ainsi Ahmed Ben Bella, premier président de la république d’Algérie après l’indépendance, dira-t-il : « Israël est un véritable cancer greffé sur le monde arabe… Ce que nous voulons nous autres Arabes, c’est être et nous ne pouvons être que si l’autre n’est pas… Un jour ou l’autre (les Arabes) auront la bombe atomique, et c’est inévitable… », Politique internationale, été 1982. Intitulée « Tous contre Israël », cette interview a été réalisée par André Soussan.

Auteur

Réalisateur de cinéma

© Presses universitaires de Provence, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search