Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 En cela, la comparaison avec la situation de la Bourgogne du Sud a été déterminante au cours de no (...)

1Le « fait de guerre » en Haut-Dauphiné se résume principalement à un conflit local – la guerre menée par Galéas de Saluces dans la châtellenie de Château-Dauphin en novembre 1362 – et à l’incursion de routiers entre 1360 et 1400 : d’abord les routiers provençaux, en 1368-1369, puis les bandes armées qui traversent la région de manière récurrente. C’est justement la teneur de ces deux formes de guerre – l’une déclarée, l’autre plus larvée – que nous avons souhaité étudier dans une région qui, bien que située aux marges du Dauphiné, devenue simple province du royaume de France en 1349, reste la clé du passage entre Provence et Piémont. Dans ces circonstances perturbées, le dauphin doit défendre sa frontière avec la Provence et, en même temps, il cherche à asseoir son autorité au cœur de cette région, principalement dans les villes de Gap et d’Embrun1.

  • 2 Butaud, 2001, tome 1, p. 84. L’auteur reconnaît également que « le Comtat n’accueillit que peu de (...)

2Après avoir reconnu les cheminements des routiers le long de l’axe de la vallée de la Durance, il restait à établir quels désordres économiques et sociaux ils avaientcausés dans les villes, les villages et les hameaux de la région. À ce sujet, l’incertitude du nombre même de leurs victimes traduit bien le manque d’informations qui entoure leur passage. En ce sens, la rumeur, le bruit de la guerre, est tout aussi néfaste que la guerre elle-même, comme l’a récemment étudié G. Butaud dans le comtat Venaissin où, comme en Haut-Dauphiné, les routiers n’ont souvent fait que traverser la région2.

  • 3 Voir à ce sujet, Butaud, 2001, tome 2, p. 503-520.

3Les réponses apportées par les autorités delphinales, par l’évêque de Gap, par l’archevêque d’Embrun et, autant que possible, par les habitants touchés par ces épisodes guerriers, sont de trois ordres : la levée de chevauchées delphinales dans les régions concernées ; le renforcement des garnisons dans les châteaux, les villes et les passages clés, et la mise en défense des châteaux (travaux). Les deux premières solutions sont des réponses humaines dont les messagers et les espions ne sont pas les acteurs les moins actifs, particulièrement pendant l’hiver 1368-1369. En matière d’information, l’action de ces quelques hommes dévoués n’atteint jamais cependant la précision de ceux qui, dans le Comtat par exemple, exercèrent des missions de collecte d’informations et d’espionnage (courriers et messagers pontificaux, espions, bayetas ou guetteurs soldés par les communautés)3. Quant à la dernière solution qui repose sur la volonté des commanditaires et le savoir-faire des artisans, elle répond aux impératifs de la mise en défense matérielle.

  • 4 Exactement 1 126 florins et 7 gros, d’après ADI, B 4358, ff 1 r°-4 r°, septembre 1369.
  • 5 AC Briançon, CC 3, ff 1 r°-6 v°, 1368.
  • 6 Butaud, 2001, tome 2, p. 584 et tome 3, p. 753-793.

4L’examen de la levée des chevauchées en Haut-Dauphiné a montré qu’étaient principalement appelés des écuyers et des clients. La nature de ces hommes d’armes et leur origine déterminent les coûts de chaque chevauchée : alors que la grande chevauchée dirigée par le capitaine Rodolphe de Commiers, du 1er décembre 1368 au 8 février 1369, rassemble 133 hommes d’armes, essentiellement des écuyers, elle revient à plus de 1 100 florins4. Quelques mois auparavant, du 2 mars au 16 novembre 1368, les quelque 164 clients engagés dans les bailliages du Briançonnais et de l’Embrunais (87 au Bois-des-Ayes, à Château-Dauphin, à Château-Queyras et à Embrun ; 77 au Pertuis Rostan) ne reçoivent globalement que 104 florins5. Dans le premier cas, la dépense est prise en charge par Humbert Granet, trésorier des guerres delphinales, alors que dans le second, les clients sont payés par les syndics de Briançon. Or, au cours de la seconde moitié du xive siècle, la défense repose essentiellement sur la mobilisation de ces clients, hommes d’armes recrutés localement : ces « combattants de second ordre » comme les a appelés B. Demotz en Savoie, sont tout autant actifs dans les rangs des armées qu’au sein des garnisons de châteaux et même pour garder temporairement les pas. Leur présence massive a sans doute rendu inutile le recrutement des mercenaires étrangers appelés au même moment dans la plupart des armées, par exemple au sein des troupes comtadines6.

  • 7 À titre de comparaison, 1 500 lances et 3 000 hommes d’armes sont engagés en Languedoc face aux Co (...)

5Si l’on ignore tout du nombre de personnes blessées ou même tuées par les routiers, cette question ne se pose même pas du côté des hommes d’armes et des routiers puisqu’ils ont rarement dû se rencontrer dans la région. En effet, c’est seulement à la fin de l’année 1368 que l’offensive dirigée par le gouverneur du Dauphiné contre les routiers prend effet, alors que ceux-ci sont attestés dans les bailliages du Gapençais et de l’Embrunais dès le mois d’août 1368 : et encore, on ne totalise qu’un millier d’hommes participant à la chevauchée entre le 2 mars 1368 et le 8 février 13697.

6Le renforcement de la garnison dans les châteaux, dans les villes et dans les pas constitue le second type de défense mis en place dans la région. Dans la plupart des châtellenies, la prise en charge des soldes de la garnison avec le salaire du châtelain traduit la volonté de pérenniser les postes des gardes, même quand ils sont restreints, comme c’est le cas des garnisons du château de Briançon et de la tour de Montalquier. Ces gardes, portiers et guetteurs sont essentiellement des jeunes hommes du village ; ce sont parfois les mêmes artisans qui travaillent ou travailleront au château, comme c’est le cas à Upaix.

  • 8 ADI, 9 B 6, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368 ; 9 B 7, compte du (...)
  • 9 Han, 1977, p. 186, d’après AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376 : « (...) et proviso ibidem de armoru (...)

7On s’est ensuite demandé si la structuration de la chevauchée et de la garnison était plus significative que la fortification des châteaux. Un premier élément de réponse est apporté par l’analyse des comptes des trésoriers delphinaux, entre 1368 et 1376. En effet, alors que le trésorier Adam Chanteprime engage, en 1367 et 1368, 1 300 florins pour « fait de guerre » et près de 369 florins pour les ouvrages, son successeur Jean de Cérisy ne dépense pas moins de 10 403 florins pour le premier poste, seulement au cours des mois de novembre et décembre 1368 et, dans le même temps, il n’enregistre aucune dépense pour les ouvrages8. C’est dire que les hommes, bien que peu nombreux et peu expérimentés – voir le procès mettant en cause les capitaines d’Embrun au début du xve siècle – représentent la première force vive responsable de la défense et les charges de cette chaîne humaine sont donc pluslourdes que les frais de fortification des châteaux. À titre d’exemple, l’étude du coût de construction du Mur des Vaudois – et du Pertuis Rostan – et de la charge de la garde de cette défense linéaire a montré que le second poste de dépense était plus important. La défense repose donc avant tout sur les hommes : c’est même une condition émise par le gouverneur Charles de Bouville quand il ordonne la construction des nouvelles fortifications dans la région, en 13769.

  • 10 Environ 60 % contre 6,5 % au début du xive siècle, d’après les dépenses des receveurs du comte de (...)
  • 11 Exemples cités par Coulet, Stouff, 1987, p. 42.
  • 12 Droguet, 1980, p. 208.
  • 13 Défense active : 962 florins (garnison et armement), 53 florins (ravitaillement) et 53 florins (me (...)

8Et il en est ainsi en Haut-Dauphiné comme en Savoie : les dépenses de guerre (paiement des soldats, missions d’espionnage et frais de messagerie) dépassent toujours celles des travaux de défense10. En cela, la situation diffère légèrement dans les villages provençaux et comtadins eux aussi confrontés à la guerre : le village de Saint-Saturnin-d’Apt (Vaucluse), par exemple, « supporte des frais considérables pour ses remparts [alors que] les frais de guet sont pour leur part très modestes ». Il en est de même en 1389 quand les syndics de Vachères (Alpes-de-Haute-Provence) « réclament à l’un des coseigneurs du village 50 florins comme contribution pour la garde des remparts [et] 80 florins pour les réparations faites à ces remparts »11. Il reste qu’en Provence comme en Haut-Dauphiné, la défense active est primordiale, comme l’ont montré A. Droguet à Marseille à la fin du xive siècle12 et E. Sauze à Pertuis (Vaucluse) pour l’exercice 1396-139713.

  • 14 ADI, 8 B 629, f 185 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (17 juin 1343-1er janvier 1345 (...)
  • 15 Bur, 1999, p. 138.
  • 16 1316 : 446 livres et 3 sous ; 1318 : 740 livres, 1 sou et 3 deniers ; 1319 : 70 livres et 5 sous e (...)
  • 17 P. Braunstein identifie également le coût de la main-d’œuvre comme le plus important au chantier d (...)
  • 18 Au sujet de la stabilité des salaires des artisans aux xive et xve siècles, voir l’exemple de la B (...)

9On a constaté qu’en Haut-Dauphiné les sommes allouées aux travaux étaient dérisoires, déjà avant 1350 : moins de 0,8 % des dépenses justifiées par le châtelain à Château-Queyras, en 134314 ! Après 1350, elles sont toujours minoritaires en valeur mais si elles représentent une goutte d’eau dans la comptabilité delphinale, l’impact de l’effort de fortification ne doit pourtant pas être minimisé. En effet, alors que M. Bur déclare que « mis à part les princes des fleurs de lys, il est pratiquement impossible de se faire une idée des sommes investies par les autres grands seigneurs dans la construction ou l’entretien de leurs châteaux »15, on peut avancer quelques chiffres pour les constructions réalisées en Haut-Dauphiné au cours du xive siècle : l’édification du palais delphinal d’Embrun (1316-1320) s’élève à 1 277 livres, 6 sous et 9 deniers, soit plus de 1 700 florins16. De même, on connaît le coût de construction du château de Bramafan, dans la châtellenie de Bardonnèche (Italie, 1333), de l’ordre de 330 livres. L’étude de la construction de ce château a montré que les charges de la main-d’œuvre étaient prépondérantes (228 livres et 13 oboles) puisqu’elles représentaient près de 70 % des dépenses totales – bien plus que le coût des matériaux, par exemple17 ! À ce sujet, la très forte stabilité des salaires des artisans entre 1360 et 1400, indique bien que l’offre et la demande sont restées équilibrées, preuve supplémentaire du manque d’activité dans le bâtiment, malgré les nécessités de fortifier18.

  • 19 Voir l’exemple de Strasbourg au xive siècle, d’après Rapp, 2000, p. 600.
  • 20 Dans les villes comtadines, au contraire, la guerre a focalisé l’attention sur les enceintes colle (...)

10De même qu’un décalage chronologique avait été observé entre l’arrivée des routiers, l’accroissement de la garnison et enfin la levée des premières chevauchées, la réalisation des premières réparations est plutôt tardive. Ainsi, les travaux principaux ont lieu sur l’enceinte d’Embrun entre 1371 et 1381, longtemps après le passage des Provençaux – cette situation n’ayant d’ailleurs rien d’exceptionnel19. Cependant, dans cette ville comme à Gap ou à Briançon, les travaux consentis sur les enceintes collectives évoquent davantage un agrégat de réparations mineures qu’une vaste campagne de restructuration20. Malgré le retard enregistré, les réparations sont bien ordonnées dans les châteaux les plus menacés : le château de Laye par exemple, pillé le 3 avril 1369, est partiellement réparé après 1376. Fort heureusement, dès lors que les réparations sont mises en œuvre, il ne semble pas qu’un seul des chantiers étudiés ait été interrompu à cause de la guerre, même temporairement.

  • 21 Dans ces bastides aussi, c’est la garnison qui importe, avant la sophistication des constructions, (...)
  • 22 Demotz, 1981, p. 132.
  • 23 23 F. Gébelin a même parlé, pour la période de la guerre de Cent Ans, de « retour aux formules rom (...)

11Parmi les réparations défensives, on a relevé la place majeure des structures en bois dont sont faits quantités d’échiffes, de bretèches, de loges, de coursières et de chaffaux. Ce sont les attributs des bastides élevées en Savoie au début du xive siècle sur la frontière avec le Dauphiné21 mais, ordinairement installés en temps d’insécurité puis démontés pour ne pas les laisser pourrir22, ces aménagements sont restés en permanence dans les châteaux du Haut-Dauphiné. Et même au xve siècle, les réparations ne sont pas relayées par de nouvelles constructions, phénomène que symbolise parfaitement l’inadaptation des embrasures de tir ou la persistance du donjon roman23.

  • 24 Chalmin-Sirot, 1996, p. 135. L’auteur conclut même que « le château comtal constitue bien unmodèle (...)

12On a ensuite établi que les travaux défensifs étaient plus importants que les travaux de confort et d’habitabilité dans les châteaux du Haut-Dauphiné. Or, cette proportion est justement inversée dans les palais princiers des comtes de Genève et de Savoie24, ce qui renforce l’intérêt que renferment les châteaux delphinaux pourl’architecture militaire du bas Moyen Âge. Les seules dépenses nouvelles enregistrées dans ces châteaux touchent les équipements secondaires révélés au cours des visites effectuées par les maîtres d’œuvre après 1380 : les aménagements hydrauliques par exemple (citernes, puits, canaux, gouttières), ou les rénovations intérieures (chauffoirs, cheminées, fenêtres, murs et planchers) prennent alors une place prépondérante dans l’ordre des préoccupations des maîtres d’œuvre. Mais, comme les travaux défensifs avaient été mis en œuvre hâtivement après 1360, l’entretien courant est inexistant et tous les aménagements de confort ne se décident, au coup par coup, qu’à partir de 1380. Est-il utile de rappeler à ce propos que le dauphin ne séjourna jamais dans ses châteaux où devaient seulement résider en permanence quelques fonctionnaires (le châtelain, le vice-châtelain ou le lieutenant) et la garnison ? Ainsi, seul le gouverneur Raoul de Louppy se rendit à Embrun, au palais delphinal, puis à Château-Queyras au moment de la guerre des Provençaux.

13Finalement, après 1360, le passage des routiers, même répété, ne provoque pas de modification profonde du réseau fortifié du Haut-Dauphiné. Les constructions ex nihilo sont peu nombreuses (voir les châteaux de Saint-Firmin et de Réallon) mais très coûteuses : elles engloutissent la plus grande partie des budgets alloués aux travaux (constructions et réparations confondues). Ainsi, le prix de la construction de la tour de La Bâtie-du-Pont (1374-1379) dépasse à lui seul toutes les réparations enregistrées dans la châtellenie de Château-Dauphin au cours de la seconde moitié du xive siècle : 109,5 florins contre plus de 1 052 florins !

  • 25 En 1368 puis en 1390, d’après Démians d’Archimbaud, Fixot, 1977, p. 22 et Démians d’Archimbaud, 19 (...)
  • 26 Au sujet du déclin puis de la désertion des villages après la répétition des épisodes militaires, (...)
  • 27 À propos de l’abandon de ce village, voir Ganet, 1995a.
  • 28 Faut-il rappeler la difficulté qu’il y a à reconnaître l’habitat des bourgs castraux lors des pros (...)

14Le seul fait de guerre n’entraîne pas non plus de changement significatif dans la structure de l’habitat, pas même la réoccupation temporaire des villages de hauteur comme cela a pourtant été le cas en Provence25, ni la désertion brutale de certains villages jugés trop exposés26. Ainsi, l’abandon du village perché de Lazer, au sud de Gap, n’est pas uniquement provoqué par l’occupation des routiers du mois de novembre 1391 au mois de mai 1392, mais il résulte certainement de la conjugaison de plusieurs facteurs liés aux conditions de vie (problème de l’approvisionnement en eau, éloignement des terres cultivables…)27. C’est dire que les sources écrites se cantonnent le plus souvent à recenser les seuls facteurs conjoncturels susceptibles de provoquer des changements réversibles dans l’occupation du sol (refuge temporaire dans une enceinte, suppression de constructions parasites autour de l’enceinte…) – modifications qui n’ont pas été suivies de conséquences marquantes sur l’habitat28.

15Au bout du compte, c’est la défense des hommes par les hommes qui prime en Haut-Dauphiné et, de quelque type qu’elle soit, sa réussite passe inévitablement par l’union de tous. Comment interpréter autrement l’action des communautés du bailliage de Briançon où la chevauchée comme les frais de fortification sont partagés entre chacune d’entre elles ? Ainsi en est-il de la construction de la tour de La Bâtie-du-Pont (Italie, 1374-1379) pour laquelle les contributions sont réparties entre les syndics du Queyras (300 florins) et les syndics de Césanne, du Valcluson, de Bardonnèche, d’Oulx, de Salbertrand, d’Exilles et de Pont (500 florins), c’est-à-dire entre les communautés du bailliage, même les plus éloignées.

Notes

1 En cela, la comparaison avec la situation de la Bourgogne du Sud a été déterminante au cours de notre étude (Jacquier, 1994 et Jacquier, 2000b).

2 Butaud, 2001, tome 1, p. 84. L’auteur reconnaît également que « le Comtat n’accueillit que peu de garnisons ennemies » (Butaud, 2001, tome 1, p. 157 et tome 2, p. 627).

3 Voir à ce sujet, Butaud, 2001, tome 2, p. 503-520.

4 Exactement 1 126 florins et 7 gros, d’après ADI, B 4358, ff 1 r°-4 r°, septembre 1369.

5 AC Briançon, CC 3, ff 1 r°-6 v°, 1368.

6 Butaud, 2001, tome 2, p. 584 et tome 3, p. 753-793.

7 À titre de comparaison, 1 500 lances et 3 000 hommes d’armes sont engagés en Languedoc face aux Compagnies, en 1361, d’après Contamine, 1972, p. 67.

8 ADI, 9 B 6, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368 ; 9 B 7, compte du trésorier Jean de Cérisy, 8 novembre-11 décembre 1368. Les « deniers paiés pour fait de guerre » excluent les frais de messagerie, qui doivent donc être ajoutés.

9 Han, 1977, p. 186, d’après AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376 : « (...) et proviso ibidem de armorum hominum stabilita decenti, ingressus Brianczonesii erit dictis societatibus quomodolibet interdictus (...) ».

10 Environ 60 % contre 6,5 % au début du xive siècle, d’après les dépenses des receveurs du comte de Savoie : guilleré, 1998, p. 65.

11 Exemples cités par Coulet, Stouff, 1987, p. 42.

12 Droguet, 1980, p. 208.

13 Défense active : 962 florins (garnison et armement), 53 florins (ravitaillement) et 53 florins (messagerie), soit 55,8 % des dépenses alors que les travaux de fortification (483 florins) représentent 25,25 %, soit 1551 florins liés à la guerre (81 %), d’après Sauze, 1994, p. 146.

14 ADI, 8 B 629, f 185 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (17 juin 1343-1er janvier 1345). Travaux : 4 sous et 18 deniers. Total des dépenses de la châtellenie : 35 livres et 2 deniers.

15 Bur, 1999, p. 138.

16 1316 : 446 livres et 3 sous ; 1318 : 740 livres, 1 sou et 3 deniers ; 1319 : 70 livres et 5 sous et 1320 : 20 livres, 17 sous et 6 deniers.

17 P. Braunstein identifie également le coût de la main-d’œuvre comme le plus important au chantier du Dôme de Milan en 1390 (Braunstein, 1985, p. 96 : 47 %). D. Cailleaux parvient à la même conclusion pour le chantier des Célestins de Sens de 1477 à 1482 (Cailleaux, 1985, p. 153 : 51,47 %). Voir également Jacquier, 1994, p. 173.

18 Au sujet de la stabilité des salaires des artisans aux xive et xve siècles, voir l’exemple de la Bourgogne, d’après Jacquier, 1994, p. 131.

19 Voir l’exemple de Strasbourg au xive siècle, d’après Rapp, 2000, p. 600.

20 Dans les villes comtadines, au contraire, la guerre a focalisé l’attention sur les enceintes collectives, parfois au détriment des châteaux et même « l’urgence des travaux n’empêcha [donc] pas la qualité d’ensemble des constructions, qui eurent une influence stylistique durable » (Butaud, 2001, tome 2, p. 447, p. 453, p. 459 et p. 500).

21 Dans ces bastides aussi, c’est la garnison qui importe, avant la sophistication des constructions, d’après Guilleré, 1998, p. 74.

22 Demotz, 1981, p. 132.

23 23 F. Gébelin a même parlé, pour la période de la guerre de Cent Ans, de « retour aux formules romanes » (Gébelin, 1962, p. 60).

24 Chalmin-Sirot, 1996, p. 135. L’auteur conclut même que « le château comtal constitue bien unmodèle pour tout le milieu seigneurial qui cherchera à l’imiter tout au long du Moyen Âge et [qu’]il est assez amusant de constater que ce dernier, si souvent présenté comme un édifice symbole de l’architecture militaire, est générateur d’innovations techniques davantage dans le domaine du confort et de l’habitat que dans celui de la défense » (Chalmin-Sirot, 2001, p. 122).

25 En 1368 puis en 1390, d’après Démians d’Archimbaud, Fixot, 1977, p. 22 et Démians d’Archimbaud, 1980, p. 20-24.

26 Au sujet du déclin puis de la désertion des villages après la répétition des épisodes militaires, voir Coulet, 1973b, p. 1464, pour la Provence, et Butaud, 2001, tome 2, p. 654-670, pour le comtat Venaissin.

27 À propos de l’abandon de ce village, voir Ganet, 1995a.

28 Faut-il rappeler la difficulté qu’il y a à reconnaître l’habitat des bourgs castraux lors des prospections pédestres où les ramassages de surface sont souvent décevants ? Il ne faut certainement pas s’arrêter aux résultats de ces ramassages, comme D. Istria l’a montré dans les castra du nord de la Corse où l’état de conservation des maisons fouillées demeure exceptionnel – avec des élévations jusqu’à 4 mètres (Istria, 2000, p. 305-322). Voir, au sujet des maisons médiévales, les derniers résultats rassemblés dans la série Castrum 6 (Bazzana, Hubert, 2000).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site