Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Seconde partie. Les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné

Des châteaux aménagés ?

Texte intégral

Les châteaux rénovés

  • 1 Metz, 1992. Au sujet de l’hygiène au château, voir Mesqui, Faucherre, 1992, p. 45-73.

1L’importance des réparations défensives ne doit pas occulter le fait qu’au cours de cette période, de nombreux aménagements ont amélioré le confort des châteaux. B. Metz, dans une étude sur les châteaux alsaciens, regroupe sous cette notion de confort l’amélioration de l’approvisionnement en eau, l’aménagement des latrines, les questions de chauffage et d’éclairage1. Comme B. Metz, M. Bur recense, parmi les améliorations,

  • 2 Bur, 1999, p. 109.

« la simplification de la communication… un éclairage assuré par de grandes verrières… une isolation plus efficace… un chauffage procuré par de grandes cheminées murales… des cuisines équipées d’éviers et de potagers… des latrines en encorbellement (...) »2.

2Or, la plupart de ces caractéristiques prétendent autant apporter le « bien-être » aux résidents permanents du château qu’en améliorer la défense : la question des communications – escaliers et galeries continues – en est le meilleur exemple et explique pourquoi ce sujet a été traité plus haut. D’autres préoccupations, comme celles de l’éclairage, impliquent une ouverture des murs et peut-être un affaiblissement de ceux-ci : cette question sera traitée ici avec les problèmes de chauffage.

  • 3 ADI, 8 B 671, f 143 v°, 9 juillet 1397, Château-Queyras : « (...) ordinavit fieri in castro Cadraci (...)
  • 4 ADI, 8 B 662, f 284 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1390-24 juin 1391) : « (...)
  • 5 En 1414, les portes de la première et de la seconde enceinte sont citées, laissant sous-entendre qu (...)
  • 6 ADI, 8 B 24, ff 78 r°-83 r°, 12 juin 1339.
  • 7 ADI, 8 B 24, ff 78 v°-79 r°, 12 juin 1339, Château-Queyras ; 8 B 644, f 29 r°, compte des châtellen (...)

3Le dauphin précise que la défense des châteaux dépend étroitement des installations dites de « commodité ». C’est en ce sens qu’en juillet 1397, le gouverneur Jacques de Montmaur déclare vouloir améliorer la protection du site frontalier de Château-Queyras en y aménageant une nouvelle citerne et des prisons qui font également défaut dans le donjon3. Auparavant, les tentatives d’évasion des prisonniers n’étaient pas rares4. Quels étaient donc les principaux aménagements intérieurs et les spécificités de ce château ? C’est dans le donjon principal que prennent place les pièces résidentielles sans que l’organisation interne des chambres et de la salle ne soit connue. Une prison est également aménagée au premier étage du donjon en 1397 ; elle sera achevée en 1414. Dans la cour du château, protégée par deux ou trois enceintes successives (receptum)5, sont installés les bâtiments de service : le cellier et les greniers, la citerne dont la construction débute en 1397 et, dans l’une des tourelles de flanquement de la plus grande enceinte se trouve l’une des chapelles castrales. Si la première cuisine du château se trouve dans cette enceinte avec les autres bâtiments de service, la seconde est accessible depuis la grande salle dont elle constitue une annexe6. Enfin, deux galeries coiffant les étages des celliers et des greniers du château font office de granges : partiellement fermées avec des balustres en bois, les parois intérieures de ces galeries sont blanchies à la chaux en 1339. D’après leurs dimensions, ce sont des constructions monumentales d’une hauteur de 2 toises (3,74 m), d’une largeur de 2,5 toises (4,67 m) et d’une longueur qui varie entre 7,5 et 11 toises (14 à 20,60 m). Ces galeries sont aérées et munies d’avant-toits afin de protéger les récoltes de foin, mais les armes du château y sont également entreposées en 14117.

  • 8 Guilleré, 1998, p. 65 et p. 72.

4Dans quelle mesure les réparations d’entretien et de confort, concourent-elles aussi à l’amélioration de la défense pérenne des châteaux ? Et d’abord, les textes assurent-ils une stricte séparation entre les dépenses pour les travaux défensifs et celles pour les travaux d’entretien courant, dans les châteaux du Dauphiné ? Cette scission n’existe pas en Savoie où dans son étude sur le financement de la guerre sous le règne d’Amédée V (1285-1323), C. Guilleré étudie globalement les dépenses pour les « travaux de défense [qui] concernent la construction ou l’entretien des châteaux comtaux »8. Dans les châteaux du Haut-Dauphiné, les dépenses d’entretien courant concernent aussi bien l’aménagement de locaux annexes (caves, écuries, four…) que leur réparation, notamment pour les bâtiments anciens qui ont été négligés, comme les prisons. De même, la réfection des enduits et des planchers, les petites réparations d’installations intérieures et l’achat de mobilier sont autant de rénovations qui, même si elles représentent un faible coût cumulé, améliorent peu à peu le sentiment de sécurité de ceux qui résident dans les châteaux.

  • 9 ADI, 8 B 666, ff 356 v°-357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod (...)
  • 10 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « (...) quia dicta garita est putreff (...)
  • 11 ADI, 8 B 668, f 174 r°, 9 septembre 1395, Briançon : « Stephanus Vicini magister operum dalphinaliu (...)

5C’est le manque d’entretien régulier des constructions défensives et des aménagements de confort qui rend nécessaire les travaux, au moment de la guerre pour les premières, et avant que les châteaux ne tombent irréversiblement en ruines, pour les seconds. Ainsi, au château de Mentoulles (Italie), le maître d’œuvre Stéphane Voisin constate, d’une part, que tous les aménagements en bois du château sont pourris et doivent être refaits en raison des infiltrations d’eau, en 13909. D’autre part, de nombreuses parois intérieures et extérieures des bâtiments résidentiels comme de service doivent être refaites à neuf. Le maître d’œuvre remarque que les aménagements soumis aux intempéries – une guérite et un pont-levis – sont également touchés par la pourriture au château de Bois-des-Ayes (Italie)10. Enfin, les structures en bois sont évidemment soumises à un risque encore plus sérieux d’incendie, ce qui entraîne des rénovations totales comme au donjon de Briançon où le maître d’œuvre envisage de remplacer les planchers en bois par des revêtements cimentés en 139511.

6Dans un premier temps, nous examinerons les constructions annexes qui évoquent la vie quotidienne au château puis les rénovations intérieures et extérieures les plus caractéristiques. Ces dernières informations, ajoutées aux analyses des travaux défensifs effectuées précédemment, serviront de base à la rédaction d’une typologie récapitulative des travaux (cf. infra).

Les constructions annexes

  • 12 D’après Valbonnais, 1722, tome 2, p. 188, 30 juillet 1321 et ADI, 8 B 657, f 14 v°, compte du baill (...)
  • 13 ADI, 8 B 657, f 270 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1386-24 juin 1387).

7Outre l’exemple de Château-Queyras déjà évoqué, les châteaux delphinaux sont équipés de nouvelles prisons construites à la fin du xive siècle. La prison du palais delphinal d’Embrun est aménagée en 1386 même si une prison commune au dauphinet à l’archevêque existait depuis 1321. À la demande du châtelain, la nouvelle prison est installée dans une propriété achetée à un particulier sans doute parce que les murs de cette maison sont très épais (4,5 pieds soit 1,54 m) et qu’une seule fenêtre ferrée y sera ouverte (2 florins). Le coût de cette prison repose donc principalement sur l’achat de la maison (8 cannes à 5 florins soit 40 florins)12. La même année, le châtelain de Briançon achète une clé pour la serrure de la nouvelle prison du château13.

  • 14 ADI, 8 B 655, f 177 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item tradi (...)
  • 15 ADI, 8 B 668, f 350 r°, compte de la châtellenie de la Vallouise (24 juin 1395-24 juin 1396) : « It (...)

8Ni local défensif, ni espace de commodité, encore moins de confort, la prison est un bâtiment annexe d’un caractère bien particulier. Et même quand le château en est dépourvu, le châtelain veille à faire réparer minutieusement les entraves destinées aux prisonniers14. Sans doute à cause de la répression contre les Vaudois, le châtelain de la Vallouise achète fréquemment des entraves et des menottes tant pour les hommes que pour les femmes15. Voyons enfin le sort qui est réservé aux bâtiments domestiques dans ce contexte de guerre.

Les bâtiments domestiques

  • 16 D’après ADI, 8 B 24, ff 64 r°-66 r°, 28 mai 1339 et les visites postérieures.

9Au château de Briançon, l’espace résidentiel et les bâtiments de service sont bien distincts. L’espace résidentiel, privé et certainement réservé au dauphin, comprend la grande salle et trois chambres. Ce corps de logis est isolé par une enceinte (vintenum mureum), longue de 72 mètres et haute de 6,14 mètres. La faible épaisseur de ce rempart (0,70 m) suggère qu’il s’agit d’une barrière symbolique plus que défensive. L’espace utilitaire regroupe plusieurs annexes qui sont elles-mêmes réparties autour de la deuxième salle chauffée du château. D’un côté, se trouvent les celliers et les « chambres » ; le grenier et l’étable sont près du portail. De l’autre côté de la salle sont rassemblés le cellier, d’autres « chambres », la cuisine carrée et le four16.

  • 17 ADI, 8 B 20, f 58 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (18 juin 1326-25 novembre 1327) : « Item pr (...)
  • 18 ADI, 8 B 662, f 175 r°/v°, 23 août 1390 et f 173 v°, 24 août 1390, Upaix : « Item visitavit furnum (...)

10Les bâtiments de la vie domestique (étables, caves et fours) nécessitent un entretien régulier afin que les dégradations continuelles ne soient pas irréversibles. C’est le cas du four du château d’Upaix où, malgré quelques réparations en 1326, en 1349 et en 1363, le châtelain ordonne la destruction d’un mur qui menace de s’effondrer en 1368 et le remplacement de quelques pièces de la toiture, en 1384-138517. Plus tard, en 1390, ce four d’un diamètre de 4,40 mètres (18 palmes) est entièrement refait à neuf par deux charpentiers : muni d’une façade en pignon, d’une nouvelle charpente couverte de lattes et de 3 000 tuiles, ce four prend alors des allures de petite maison (domus). Outre cette réfection, les deux charpentiers rénovent plusieurs sols en plâtre dans le cellier – y compris le fond des coffres à grain – et dans la grande salle élevée sur l’étable et le fenil du château. Ces multiples petites interventions sur les bâtiments domestiques d’Upaix coûtent 70 florins18.

  • 19 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : « (...)
  • 20 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).
  • 21 ADI, 8 B 653, f 37 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « Item deducu (...)
  • 22 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun : « Item refficiatur presepe seu cupria que est in fun (...)
  • 23 ADI, 8 B 671, f 31 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398) : 3 livres (...)

11Signe d’une grande négligence, le gros œuvre de ces bâtiments domestiques est à refaire comme le révèlent les visites des maîtres d’œuvre, principalement dans les étables, les granges et les fenils19. La grange principale de Château-Queyras est totalement rénovée en 1397-1398, et les travaux touchent aux rénovations intérieures courantes (refaire le sol, les râteliers et les mangeoires) mais également au gros œuvre (toiture). Le charpentier responsable des travaux doit même boucher les fenêtres et d’autres ouvertures de la grange et, certainement pour faciliter les accès au bâtiment, ouvrir de nouvelles portes20. Dans les étables aussi, il faut sans cesse réparer les mangeoires et les râteliers en bois pour le fourrage des bêtes21. Au palais delphinal d’Embrun, on refait ainsi les mangeoires de l’ancienne étable et on en installe d’autres pour les chevaux dans la nouvelle étable (20,50 x 7 m) dont la construction est également ordonnée en 139022. Enfin, pas moins de 24 planches sont nécessaires pour refaire les portes des étables du château de Mentoulles (Italie) en 1397-139823.

  • 24 ADI, 8 B 647, f 90 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) : « Item solvi (...)

12Dans les autres bâtiments domestiques (caves, cuisines et même poulaillers), les réparations sont diverses, depuis la réfection des escaliers des caves du palais delphinal d’Embrun (1369-1370) à la réparation de l’escalier qui monte de la cuisine à la grande salle du château de Réotier (1390) et jusqu’au poulailler du château de Mentoulles (Italie) qui est surélevé et muni d’une nouvelle toiture (1390)24.

13Loin d’être anecdotiques, les réparations enregistrées dans les bâtiments de service ne sauraient se limiter à la seule analyse, châtellenie par châtellenie, des comptes que le châtelain recense avec plus ou moins de détails au cours de la seconde moitié du xive siècle. Alors que les travaux défensifs sont énoncés au moment où les routiers sont signalés dans la châtellenie selon une relation de causalité toujours claire, la connaissance affinée des locaux annexes demanderait sans doute l’analyse méthodique des comptes antérieurs à 1360 et postérieurs à 1400.

La gestion de l’eau

  • 25 ADI, 8 B 655, f 234 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item (...)
  • 26 ADI, 8 B 640, f 42 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) et 8 B 668, f (...)
  • 27 L’eau qui est acheminée par ce moyen n’est peut-être utilisée qu’au cours du chantier. Rey, 1971, t (...)
  • 28 ADI, 8 B 634, ff 146 v°-147 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 j (...)

14Dans les châteaux delphinaux, le coût des réparations d’adductions d’eau est très variable, sans doute parce que les textes ne distinguent pas rigoureusement les réparations des simples travaux d’entretien. De plus, la fréquente répétition de dépenses identiques indique qu’il existe un entretien permanent des canalisations d’eau25. Ainsi, la citerne du château d’Upaix est nettoyée et curée en 1363 puis en 1395 : gageons qu’entre ces deux dates, la citerne n’est sans doute pas restée sans entretien26. À Château-Dauphin (Italie), la citerne n’est pas encore achevée en 1336 et son remplissage temporaire nécessite le creusement de canaux afin de détourner l’eau venant d’une montagne située vers Bellin27. Ce n’est que longtemps après qu’un charpentier installe neuf nouveaux tuyaux et répare les anciens conduits pour l’acheminement de l’eau de source dans deux bassins, les bachas (1357-1367)28.

  • 29 ADI, 8 B 660, f 359 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) et 8 B 66 (...)

15Le site de Château-Dauphin demeure une exception puisque les châteaux de Briançon et de Château-Queyras sont dépourvus de citerne jusqu’à la fin du xive siècle. À Briançon, c’est en 1393 que le maître d’œuvre du Dauphiné déclare que le puits du château est insuffisant à l’approvisionnement en eau potable et le gouverneur stipule que la citerne doit être aménagée près du grenier, c’est-à-dire dans un espace réservé aux bâtiments de service. Cette citerne carrée (2 x 2 toises), profonde de 2,5 toises (5,12 m), voûtée et équipée d’un siphon (borna), est cimentée avec un mortier hydraulique et alimentée par l’eau de ruissellement récupérée dans des canalisations en bois que le maçon doit également installer (50 toises)29.

  • 30 ADI, 8 B 671, f 146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Petit sibi magis deduci quos solvit predic (...)
  • 31 ADI, 8 B 671, f 143 r°/v°, 9 juillet 1397 et ff 143 v°-146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Et (...)

16De même, la construction d’une citerne à Château-Queyras est seulement envisagée en 1397 par le gouverneur Jacques de Montmaur qui requiert les avis d’un conseiller, Pierre Reynaud, du châtelain et de trois maçons présents sur le terrain pendant cinq jours30. Aménagée dans la cour du château, la citerne sera creusée et taillée par le feu, selon un procédé bien connu pour l’extraction du minerai. Ses caractéristiques sont en tout point similaires à la citerne de Briançon : profonde de 3,5 cannes (6,55 m) et large de 2,5 cannes (4,68 m), la citerne quadrangulaire pourra contenir jusqu’à 3 000 setiers d’eau et, pour protéger son contenu, elle sera voûtée et cimentée. Le coût de cette construction dépasse 80 florins, notamment à cause du bois nécessaire en grande quantité pour brûler et déliter le rocher (40 florins)31.

  • 32 ADI, 8 B 671, ff 145 v°-146 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « (...) dimitendo dictam citernam eo (...)

17De plus, comme il n’y a pas de source au château, la citerne est alimentée uniquement par les eaux pluviales. Afin de collecter cette eau, on élève les murs des deux bâtiments les plus proches de la citerne, à savoir un mur de la chapelle et un mur de la chambre du châtelain, de près de 2 cannes (3,74 m) et, une fois ces murs surélevés, une nouvelle toiture est réalisée entre la chambre du châtelain et la chapelle ; elle est munie de gouttières elles-mêmes reliées à des tuyaux collecteurs (30 florins). Finalement, ce sont plus de 50 cannes que le maçon doit faire : 26 cannes pour la citerne – voûte comprise – et 25 cannes pour les deux murs précédents. Le coût de la citerne est alors doublé (160 florins) et le maçon Bertrand de Subina renonce à la creuser à cause de la dureté du rocher qu’il ne peut tailler à moins d’y mettre le feu32. Comme la citerne située près de la porte n’est toujours pas achevée en 1419, le maître d’œuvre du Dauphiné stipule que le prix-fait est à nouveau concédé à Bertrand de Lazer ainsi qu’à un maçon supplémentaire, Ambroise Michel, de Saint-Véran. Les deux maçons doivent alors poursuivre le creusement du rocher jusqu’à 7 pieds (2,38 m) de profondeur – à moins qu’il ne s’agisse de la profondeur définitive de la citerne ? – et le montant du prix-fait accuse une faible augmentation de 5 florins (165 florins au total).

  • 33 ADI, B 4364, pièces, 7 novembre 1419 et 12 décembre 1419 (55 florins) ; 25 mars 1420 (55 florins) e (...)

18Finalement, la citerne commandée en 1397 n’est achevée qu’en 1420 d’après les échéances de paiement du maçon de Saint-Véran qui reçoit le premier tiers le 12 décembre 1419, le deuxième tiers le 25 mars 1420 et enfin le dernier tiers le 5 août33. Ce retard ne paraît nullement anecdotique et symbolise les difficultés rencontrées par les maçons pour creuser la roche avec une technique certes banale – la taille par le feu – mais sans doute difficile à mettre en œuvre sur le terrain, d’une part, à cause de la quantité de bois qu’elle nécessite et, d’autre part, à cause du froid et de la neige qui ont dû régulièrement entraver le chantier car si la roche est ramollie par le feu, le volume de matériau à dégager reste considérable.

  • 34 ADI, 8 B 640, f 42 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365).
  • 35 ADI, 8 B 634, f 8 r°, compte du bailliage du Gapençais et de la châtellenie de Serres (29 mars 1359 (...)

19À Upaix, dans un contexte plus méridional, les canalisations creusées dans des troncs servent à récupérer les eaux pluviales pour les collecter dans une citerne en 136334. Dans ce château, l’essentiel des travaux mis en œuvre entre 1363 et 1365, juste après le premier passage des routiers, n’a donc rien à voir avec la mise en défense – à l’exception de la réparation de la porte du donjon par deux maçons (2 florins et 1 gros). Les travaux d’adduction d’eau (10,5 florins) et les réparations du four (8 florins) ne peuvent donc pas être qualifiés de réparations secondaires, d’une part, à cause de leur coût et, d’autre part, parce qu’elles concourent à la sauvegarde des habitants qui, par la présence d’un four en état de marche, d’une citerne correctement alimentée ou d’un moulin, conservent leur autonomie en cas de guerre35.

  • 36 ADI, 8 B 662, f 173 r°/v°, 24 août 1390, Upaix.
  • 37 ADI, 8 B 662, f 239 r°/v°, 27 juin 1390 : le prix-fait global est de 73 florins, 9 gros et 2 tiers.
  • 38 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395, Château-Queyras.
  • 39 ADI, 7 B 36, f 1 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Ita tamen quod copertura s (...)

20Les aménagements sanitaires prennent parfois un caractère monumental et pour preuve, l’important prix-fait (170 florins) concédé au maçon Guiot de Novalhe en 1390 concerne essentiellement l’installation des canalisations en pierres de taille (L : 19,45 m) et des gargouilles (L : 0,70 m) qui dirigent les eaux pluviales de la grande salle à la citerne d’Upaix36. Des installations similaires sont prévues au château de Bramafan (Italie, châtellenie de Bardonnèche) en 1390. Afin de canaliser les eaux pluviales vers la citerne du château et d’éviter leur ruissellement le long des murs extérieurs, ces derniers sont rehaussés d’environ 2 toises alors que les murs intérieurs sont abaissés d’une canne. Ainsi, toutes les toitures des bâtiments ont une seule pente orientée vers l’intérieur37. À Château-Queyras, on a recours à une parade similaire lorsqu’un contrefort doit être abaissé et couvert de lauses à la hauteur du toit de la grande salle afin que les eaux ne ruissellent plus le long des murs de cette dernière (1395)38. Dans un souci de protéger l’ensemble des parties sommitales des nouveaux bâtiments, la tour de La Bâtie-du-Pont (Italie) est pourvue de gouttières installées au pied du parapet du crénelage dès sa construction en 1374-137939.

  • 40 ADI, 8 B 666, ff 356 v°-357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles et 8 B 668, f 174 v°, compte de la châtell (...)
  • 41 ADI, 8 B 660, f 359 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) : « Item i (...)
  • 42 D’après Ganet, 1995a, p. 89. Dans les Baronnies, les châteaux sont équipés de citernes bâties, voût (...)

21Enfin, il ne suffit pas de collecter et de stocker l’eau, encore faut-il évacuer les eaux usées. Un trou est aménagé à cet effet à la base du mur d’une salle du château de Mentoulles (Italie) ainsi que dans les cuisines du château de Briançon en 1395-139640. Dans ce château, on note également l’existence exceptionnelle d’un puits dont une paroi est maçonnée en 1388-138941. La gestion de l’eau, cruciale dans les châteaux du nord de la région (Briançon, Château-Dauphin, Château-Queyras), a donné lieu à des solutions mixtes. Dans les sites plus méridionaux comme celui de Lazer où le village, construit sur une colline de gypse, est dépourvu de sources, l’eau pluviale est conservée dans deux citernes maçonnées à l’ouest du village – alors que les installations hydrauliques du château, au point le plus haut du site, ont disparu42.

L’intérieur des châteaux

Le mobilier des châteaux delphinaux

  • 43 ADI, B 4361, f 4 r°/v°, 9 mars 1411.
  • 44 Voir aussi en Savoie : Guilleré, Gaulin, 1992, p. 76 et plus généralement : Lorcin, 1992, p. 15-19.
  • 45 ADI, B 4360, f 4 r°/v°, 12 juillet 1389 ; B 3010, ff 419 r°-421 r°, 15 février 1401 ; B 4361, f 7 r (...)

22Le châtelain doit remettre tous les équipements du château, propriété delphinale, à son successeur : c’est à cette occasion que sont dressés la plupart des inventaires étudiés ici. L’inventaire du château de La Mure (Isère) est réalisé spécialement par le châtelain qui, en prenant sa fonction le 9 mars 1411, s’engage solennellement à restituer toutes les pièces inventoriées à son départ43. Chaque passation de pouvoir entre les châtelains est ponctuée par la réalisation d’un inventaire et ceci explique la fréquence des inventaires enregistrés à Château-Queyras44 : à l’entrée en fonction de Jean Garcin en 1389 ; à celle de Guy de Sassenage en 1401 ; à celle de Jean Gras en 1411 et à celle de Guillaume de Fosse en 141445 (cf. infra).

  • 46 Allevard, ch.-l. cant. et La Buissière, cant. Le Touvet. ADI, 8 B 56, f 52 v°, compte de la châtell (...)
  • 47 En 1560, l’évêque de Gap Gabriel de Clermont, alors en voyage à Brives, annonce son départ le 18 se (...)

23Dans certains cas, notamment pour les hôtes de marque, on fait transporter les meubles nécessaires. Ainsi, en 1365, pour la venue de l’empereur Charles IV, un lit est spécialement acheminé du château d’Allevard à La Buissière (Isère) – il ne servira qu’à cette occasion puisqu’il est ensuite ramené au château d’Allevard46. Cette pratique est encore attestée au xvie siècle quand les seigneurs, au gré de leurs voyages, font meubler les résidences vers lesquelles ils se rendent47.

  • 48 ADI, B 4360, f 6 r°, 8 octobre 1389, inventaire du château de Briançon par Jean Boisseau, bailli.
  • 49 ADI, B 4361, f 8 v°, 31 mai 1411, Bois-des-Ayes.
  • 50 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411, Mentoulles.

24La rareté du mobilier laisserait supposer que tout n’est pas comptabilisé dans les inventaires. Pourtant, le caractère hétéroclite des objets prouve au contraire qu’ils sont relativement complets. En 1389, le châtelain de Briançon ne recense-t-il pas un moulin à poivre, trois tables, un banc, un mauvais coffre, deux châlits et cinq clés du château48 ? De même, dans le château de Bois-des-Ayes (Italie), en mai 1411, le châtelain trouve pêle-mêle des armes, quelques meubles (une table, deux tréteaux, deux bancs, un dressoir, un coffre) et des outils (une corde, une enclume et une pelle). Le garde du château ajoute que l’inondation de la rivière de Chisone, survenue trois années auparavant, a causé la perte de quelques meubles et de tous les viretons49. Le châtelain de Mentoulles (Italie) déclare avoir fait transporter une arbalète au château de Bois-des-Ayes avant le passage des bandes armées qui ont rejoint la France, alors que les inondations ont également détruit une partie du mobilier de son château. Dans ce dernier, l’ameublement est pourtant plus homogène et l’inventaire fait également état de quelques ustensiles de cuisine (trois tables, six tréteaux, sept bancs, un châlit, trois coffres, un coffret, une poêle, un mortier, une crémaillère, un tonneau et deux pétrins)50.

  • 51 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390 : 8 florins.
  • 52 Fournier, 1982, p. 15. À propos de la vaisselle en Provence : Stouff, 1970, p. 267-271 et Démians d (...)
  • 53 D’après Guillaume, 1912a.
  • 54 Hautes-Alpes, cant. Barcillonnette, d’après sclafert, 1928, p. 150.
  • 55 Barnel, Bresc, 1993, p. 15.

25Si les vêtements ne sont jamais cités dans les inventaires, l’achat de linge de maison et de vêtements liturgiques est quelquefois évoqué. Ainsi, en 1390, le châtelain d’Exilles remplace les vieux vêtements sacerdotaux (chasuble, étole, manipule) de la chapelle castrale Sainte-Catherine51. De même, alors que la vaisselle sans aucune valeur marchande est peu mentionnée – c’est le cas de la vaisselle enbois dont l’emploi au Moyen Âge est pourtant loin d’être anecdotique, que ce soit en Provence ou en Dauphiné52 – la vaisselle en étain, en bronze, en cuivre, voire en fer, est davantage présente statistiquement. Ainsi, en 1450, l’inventaire des biens d’un noble de La Salle les Alpes ne mentionne pas moins de 18 pièces de vaisselle en étain ou en bronze (chaudrons, pichets, plat, écuelles, cuillère et vases), deux marmites en cuivre, deux cuillères en fer et seulement trois écuelles en bois53. Les pièces en argent, extrêmement rares, sont aussi les plus convoitées : ainsi, en 1490, une bande de pillards emporte toute la vaisselle en argent du château de Vitrolles54. Notons enfin que l’absence de vaisselle en bois dans les inventaires s’explique parce que ce matériau est périssable et non recyclable alors que le textile, le cuivre ou le fer, susceptibles d’être réemployés, acquièrent une valeur supplémentaire55.

  • 56 ADI, 8 B 662, ff 287 v°-288 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391). L (...)
  • 57 ADI, 8 B 662, f 195 r°, visite du palais delphinal d’Embrun, 22 juin 1390.
  • 58 ADI, B 4360, f 9 r°, inventaire du palais delphinal d’Embrun, 28 novembre 1390 : une cloche, un châ (...)
  • 59 ADI, 8 B 668, f 342 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item dua (...)

26La commande de nouveaux meubles est tellement exceptionnelle que l’on doit la mentionner. C’est seulement en 1390 que le prix-fait des travaux à exécuter au château de Briançon inclut la réalisation de meubles (deux bancs, quatre tréteaux et deux châlits) par des charpentiers qui réparent aussi à cette occasion tous les bancs de la salle du château avec des planches neuves56. La même année, lors de sa visite d’inspection du palais delphinal d’Embrun, le maître d’œuvre Stéphane Voisin ordonne de monter des tables, des bancs, des tréteaux, des châlits et même des tonneaux dans la tour57. Toutes ces pièces en bois sont pourtant omises dans l’inventaire réalisé quelques mois après58. Dans chacun des châteaux delphinaux, le châtelain doit posséder un mobilier minimum comprenant des châlits, des tables et des bancs. Année après année, il achète également des tréteaux, des coffres de rangement et des dressoirs pour équiper les chambres, les salles et les cuisines59.

  • 60 ADI, B 4360, f 10 r°, 29 novembre 1391, inventaire du château d’Upaix : « unam archam de nuce » et (...)
  • 61 ADI, 8 B 671, ff 30 v°-31 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398).
  • 62 ADI, 8 B 664, f 23 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392). L’inventaire d (...)

27Alors que le mélèze est très utilisé dans la construction, cette essence n’est pas mentionnée pour le mobilier domestique et les comptes indiquent seulement que certains coffres sont en noyer, y compris en haute montagne60. Cependant, les seuls travaux enregistrés au Bois-des-Ayes (Italie) en 1397-1398 indiquent que deux charpentiers ont réparé les meubles du château (deux tables, un dressoir, un coffre et deux bancs) avec des planches en mélèze et en sapin – preuve que ces deux essences sont bien utilisées en charpenterie comme en menuiserie61. En plus de ce type de réparations faites avec des planches, d’autres travaux sont consécutifs à de nouveaux aménagements du château. C’est le cas au château d’Upaix où leur coût cumulé ne dépasse pourtant pas 3 florins en 1391 : changement de la serrure d’un coffre en noyer ; achat d’un seau et d’une corde pour le puits, d’un grand châlit, de deux tréteaux et de deux bancs « parce qu’il n’y en a pas au château » ; enfin, installation d’une potence pour y suspendre les armes et d’autres « marchandises »62.

28Voyons plus particulièrement l’exemple du mobilier de Château-Queyras. Chaque inventaire débute par la vérification des serrures et des clefs des portes principales du château (Tableaux 18 et 19). L’inventaire de 1401 fait état de nouveaux meubles (bancs, bancs-coffre, chaises, châlits…) dont certains ne sont déjà plus mentionnés en 1411 (bancs-coffre, tables et tréteaux). Ceci révèle davantage l’imprécision des inventaires qu’une évolution numérique réelle. Sinon, comment expliquer le fait que le mobilier liturgique de la chapelle Saint-Nicolas (image de sainte Marie, croix, nappe d’autel, chaise) ne soit plus mentionné en 1414 ? Inversement, les dénominations évoluent parfois pour désigner un même meuble qu’il faut bien se garder de comptabiliser deux fois : c’est le cas d’un banc inventorié dans une chambre près de la chapelle, dit « banc neuf pour le fourneau » en 1401 puis « banc de cheminée » en 1411.

29En 1414, on ne comptabilise plus que les clefs du château : deux clefs aux portes de la première et de la seconde enceinte, la clef de la prison, la clef de la cave et deux clefs ouvrant des salles du château. Sont ensuite inventoriés, pêle-mêle, les armures (trois targes, trois pavois de peu de valeur) auxquelles on peut ajouter les deux paires d’entraves et les menottes, puis les éléments du mobilier (quatorze tréteaux, cinq châlits, trois escabeaux, un coffre avec serrure et clef, ferré). On remarque l’apparition dans l’inventaire du mobilier de conservation et de préparation des denrées alimentaires – jusque là omis des inventaires (un pétrin de peu de valeur, deux tonneaux, un coffre à grain de peu de valeur, contenant trente setiers, et un vieux coffre de peu de valeur).

  • 63 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).
  • 64 À propos des origines du meuble queyrassin, voir : Belmont, 1998, tome 1, p. 149.

30Parmi les lacunes des inventaires de ce château, on note l’absence de mention des essences de bois du mobilier. Malgré cela, l’existence de quatre inventaires réalisés au cours d’une longue période de 25 ans permet de constater que le mobilier ne cesse de se détériorer comme en attestent les qualificatifs de « mauvais… usé… de peu de valeur ». Ce n’est pourtant pas dû à un défaut d’entretien imputable au châtelain si l’on en croit par exemple le renouvellement de quelques meubles fondamentaux (châlits, bancs) qu’effectue le châtelain Jean Garcin, en 1397-1398, et dont il confie l’exécution au charpentier travaillant au château63. On peut s’étonner des variations dans le nombre de certaines pièces entre les inventaires successifs. Ainsi, le nombre de tréteaux ne cesse de fluctuer (6 pièces en 1389, 16 en 1401, 6 en 1411 et 14 en 1414) sans jamais être en rapport avec le nombre de tables ! Inversement, il est surprenant, voire inquiétant que les armures (3 écus et pavois, 3 targes) constituent le seul type d’armes que possèdent les châtelains successifs pendant plus de 25 ans (voir première partie). Loin du folklore dans lequel il est aujourd’hui cantonné, le meuble queyrassin apparaît d’une étonnante banalité à la lumière des textes médiévaux64.

  • 65 Dans les châteaux des Baronnies, le mobilier est tout aussi désuet et dépareillé au xive siècle, d’ (...)
  • 66 L’existence d’un inventaire à jour du mobilier conservé dans les prisons de Vallouise est évoqué en (...)
  • 67 ADI, 8 B 653, f 157 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1380-24 juin 1381).

31Rareté, médiocrité, hétérogénéité du mobilier : tels sont les qualificatifs inlassablement répétés pour désigner le mobilier des châteaux du Haut-Dauphiné65. La valeur indéniable des inventaires est toutefois réduite à la nécessité de comparer plusieurs inventaires dressés dans un même château pour analyser et comparer la teneur des informations de chacun. L’absence de mobilier dans les châteaux de Montalquier, de Queyrières ou de Réotier est seulement imputable à la nature des sources, c’est-à-dire à la rareté des inventaires dressés au cours des xive et xve siècles dans ces châteaux66. Au sein de cette relative pauvreté, une place à part doit tout de même être réservée au palais delphinal d’Embrun dont les aménagements secondaires sont particulièrement nombreux : en 1380, le châtelain achète à un marchand de Romans (Drôme) une cloche pour l’installer dans la salle des audiences où elle rythmera les heures. Que dire de cette « somptueuse » dépense qui dépasse, pose comprise, la coquette somme de 22 florins67 ?

Tableau 18. Évolution du mobilier de Château-Queyras (1389-1411).

Tableau 19. Bilan du mobilier de Château-Queyras (1389-1414).

Note a : En 1414, l’écu est vraisemblablement comptabilisé avec les pavois.

Rénovations et aménagements de confort

  • 68 ADI, 8 B 662, f 288 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391) et 8 B 66 (...)
  • 69 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

32Les rénovations intérieures et les aménagements de confort ne seront étudiés ici qu’en tant qu’éléments secondaires susceptibles de procurer un sentiment de défense. Or, la présence d’aménagements inflammables liés à des installations pourtant indispensables peut nuire à la défense du château. Ainsi, à Briançon, le châtelain déclare que, comme les trois planchers « n’étaient pas cimentés, la tour a été incendiée », en 1395-1396 : 60 toises du revêtement au mortier de chaux, épais d’un demi-pied (17 cm), sont alors refaits dans la tour, 39,5 toises et 2 pieds dans la chambre du guet et la chambre du châtelain – dont une partie avait d’ailleurs été remplacée en 1390 – 15 toises et 2 pieds dans la cuisine, soit au total 114,5 toises et 4 pieds au prix de 6 gros la toise (57 florins et 7 gros)68. C’est également à la suite de l’incendie de la tour commune de Chorges, survenu en 1368, que les deux planchers de celle-ci sont remplacés69.

  • 70 ADI, 8 B 662, f 198 v°, 13 juillet 1390, Réotier.

33De même, à partir de 1360, nombre des fenêtres ne sont mentionnées que lorsqu’elles sont condamnées ou réduites, exceptionnellement quand elles sont refaites comme dans la salle basse servant de cave au château de Réotier en 139070. Mais aujourd’hui, les seules ouvertures visibles dans les châteaux de la région évoquent davantage des jours que des baies, sans doute parce qu’elles ne sont conservées que dans les niveaux inférieurs. L’escalier intra-mural du donjon de La Tourronde est ainsi animé par un jour large de 60 centimètres seulement (Figure 38). Dans ce donjon, seul un soupirail donne le jour au rez-de-chaussée (Figure 76). Enfin, c’est seulement au premier étage qu’une grande ouverture en plein cintre est équipée de coussièges (Figure 77), mais ces deux ouvertures sont tout de même situées au nord !

  • 71 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun.

34Dans tous les cas, les impératifs de la défense ne peuvent s’accommoder de larges ouvertures et les quelques larges baies sont disposées dans les étages comme l’indique la visite effectuée au palais delphinal d’Embrun en 1390 : une seule fenêtre rectangulaire, large de 4 pieds (1,37 m) et haute de 4,5 pieds (1,54 m), est ainsi aménagée au sommet71. La taille de cette ouverture est tout à fait similaire à celle observée au troisième étage de la Tour Brune d’Embrun, vestige du palais archiépiscopal : à cet étage, une curieuse fenêtre en plein cintre, à tympan aveugle (l : 1,75 m) et fermée par des barreaux de pierre, est conservée à l’ouest (Figure 30).

Figure 75. Photo d’un jour d’aération muré, rez-de-chaussée du donjon de Saint-Clément-sur-Durance. © N. Nicolas.

Figure 76. Photo du soupirail du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.

Figure 77. Photo de la baie aménagée à l’étage du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.

Notes

1 Metz, 1992. Au sujet de l’hygiène au château, voir Mesqui, Faucherre, 1992, p. 45-73.

2 Bur, 1999, p. 109.

3 ADI, 8 B 671, f 143 v°, 9 juillet 1397, Château-Queyras : « (...) ordinavit fieri in castro Cadracii quod est limitroffum et pro tuciori custodia dicti castri et ut melius possit custodiri adversus quoscumque inimicos, videlicet unam citernam cum ibi non sit puteus nec alia aqua. Idem reparari quamdam turrim que minatur ruynam et in dicta turri fieri quosdam carceres ad custodiam rerum ».

4 ADI, 8 B 662, f 284 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1390-24 juin 1391) : « Item solvit pro reparando quosdam magnos ferros quos fregit Jacobus Columbi qui erat detentus et incarceratus : V gr. dy. ».

5 En 1414, les portes de la première et de la seconde enceinte sont citées, laissant sous-entendre qu’il y a encore au moins une enceinte. Les inventaires de 1389 et de 1401 font d’ailleurs état de la « troisième porte du château ».

6 ADI, 8 B 24, ff 78 r°-83 r°, 12 juin 1339.

7 ADI, 8 B 24, ff 78 v°-79 r°, 12 juin 1339, Château-Queyras ; 8 B 644, f 29 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) et B 4361, f 7 r°, 11 août 1411.

8 Guilleré, 1998, p. 65 et p. 72.

9 ADI, 8 B 666, ff 356 v°-357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accenditur ad bertrachiam in qua guayta dicti castri tubitur totaliter deruptum et pudrifatum. Item est neccessarium coperire quatuor quatuor (sic) trabes existentes de super dictam aulam ex eo quia pluvia dampnifficat dictas trabes ».

10 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « (...) quia dicta garita est putreffacta (...). Item visitavit pontem anteriorem existentem ante primam portam dicti castri et invenit eumdem totaliter putrefactum (...) ».

11 ADI, 8 B 668, f 174 r°, 9 septembre 1395, Briançon : « Stephanus Vicini magister operum dalphinalium accessit personaliter ad locum castri Brianczonii causa visitandi edifficia et visitando invenit tres plancos magne turris dicti castri et est neccessarium eosdem cimentare ad evictandum periculis ignis et aliorum scandalorum et diu est quod dicti planchi non erant cimentati fuit dicta turris combusta ».

12 D’après Valbonnais, 1722, tome 2, p. 188, 30 juillet 1321 et ADI, 8 B 657, f 14 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1386-24 juin 1387).

13 ADI, 8 B 657, f 270 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1386-24 juin 1387).

14 ADI, 8 B 655, f 177 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item tradidit et deliberavit Michaeli Cramerii, fabro, pro confectione unius sere sive sarralhe posite in camera subterna cum clave nec non et quorumdam compedum ferreorum videlicet octo gr. » et 8 B 662, f 284 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1390-24 juin 1391).

15 ADI, 8 B 668, f 350 r°, compte de la châtellenie de la Vallouise (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item petit sibi computari et alocari pro tribus pariis ferreys et tribus pariis grilhorum tam hominium quam mulierum cum ibidem non fuerunt alii carceres quibus aliquis valeat et possit detineri et arrestari : XX gr. ».

16 D’après ADI, 8 B 24, ff 64 r°-66 r°, 28 mai 1339 et les visites postérieures.

17 ADI, 8 B 20, f 58 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (18 juin 1326-25 novembre 1327) : « Item pro furno reficiendo apud Upasium : IIII l. » ; 8 B 631, f 57 r°/v° (10 octobre 1346-24 juin 1349) : « Item pro fusta empta pro reparatione tecti furni et pro operagio : III s., IIII d. (...). Item pro maheria empta pro reparatione furni et terracie ejusdem et pro salario magistrorum : IIII s., III d. » ; 8 B 640, ff 41 r°-42 r° (19 juin 1363-24 juin 1365) : réparation de la bouche du four (environ 8 florins) ; 8 B 644, f 39 v° (24 juin 1367-24 juin 1369) : 8 sous et 8 B 655, f 177 r° (24 juin 1384-24 juin 1385) : 14 gros.

18 ADI, 8 B 662, f 175 r°/v°, 23 août 1390 et f 173 v°, 24 août 1390, Upaix : « Item visitavit furnum dicti loci et invenit eumdem derruptum et defractum et est necessarium eumdem refficere totaliter de novo fundamentum, foyerium, crotam et fornellum ac etiam intrablamentum et est neccessarium facere crotam et foerium sive solum dicti furni de bonis quarronis sive maonis cum bono morterio facto de arzila et in arestis dicti furni ac in fundamento qui non sentient calorem, facere de bono morterio calcis et arene bene et condecenter et sit dictus furnus de latitudine circumcirca videlicet infra dictum furnum decem et octo palmorum et de altitudine condecenti ».

19 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item eisdem lathomis pro (barré : viginti) XVI teysiis muri factis in dicto castro ex ordinatione dicti magistri operum datis ad precium factum precio qualibet teysia quatuor gr. ut constat copia et instrumento predictis et pro reparando stabulas dicti castri pro omnibus : V fl., IIII gr. » ; 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles (Italie) : « (...) stabulum existentem juxta stabulum fenerie totaliter dirruptum et neccesse ipsum refficere totaliter de novo » et 8 B 666, f 358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie) : « Item est neccessarium recoperire stabulum dicti castri et ponere duo lindaria de super hostium deretro stabulum ».

20 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

21 ADI, 8 B 653, f 37 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « Item deducuntur eidem quos solvit Petro Honorati chapusio pro reparando stabulum et minjorias castri – reddit litteram de soluto : XIIII gr. parv. ».

22 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun : « Item refficiatur presepe seu cupria que est in fundo dicti palacii quod est derupta et fiat rastellum longitudinis dicti stabuli » et f 196 r°/v°, 17 août 1390.

23 ADI, 8 B 671, f 31 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398) : 3 livres et 4 sous.

24 ADI, 8 B 647, f 90 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) : « Item solvit pro reffectione egradarii facti in introitu penorum et pro sera in hostio dicti gradarii posita, clavellis (...) » ; 8 B 662, f 198 v°, 13 juillet 1390, Réotier : « Item est necessarium refficere egradarium dicte quoquine assendentem super magnam aulam » et 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item reperiit infra dictum castrum gallinerium discopertum et defficiunt ibidem tres duodene postium et levare dictum gallinerium de altitudinis dimidii teysie et coperire eumdem, planchire de bonis postibus juvestitis et hostia facere bene et sufficienter ».

25 ADI, 8 B 655, f 234 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item pro faciendo canales sale dicti castri curare et reparare : IIII gr. » et 8 B 657, f 270 v° (24 juin 1386-24 juin 1387) : « Item pro curando canales aule dicti castri : IIII gr. dy. ».

26 ADI, 8 B 640, f 42 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) et 8 B 668, f 368 r° (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item asseruit solvisse Johanni Martini qui de precepto suo ad precium factum nundavit et curavit citernam predicti castri XX gr. curribiles valent : XVIII gr. ». Jean Martin, d’Upaix, est aussi garde de nuit au château.

27 L’eau qui est acheminée par ce moyen n’est peut-être utilisée qu’au cours du chantier. Rey, 1971, tome 2, p. 101, d’après ADI, 8 B 30, ff 72-80, 15 septembre 1336, Château-Dauphin.

28 ADI, 8 B 634, ff 146 v°-147 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 1360) : « (...) IX canalibus pro aqua ducenda infra castrum (...) et duabus bachaciis ad recolligendum aquam fontis (...). Item solvit pro aptandis et ligandis dolcis castri in duobus annis » et 8 B 642, f 58 r°/v° (9 décembre 1365-22 avril 1367) : « Item solvit Johanni Bertrandi carpentatori (...) pro preparando aque ducarum in quo posuit octo vel novem tesias canalium (...) ».

29 ADI, 8 B 660, f 359 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) et 8 B 666, ff 12 v°-15 r° (24 juin 1393-24 juin 1394).

30 ADI, 8 B 671, f 146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Petit sibi magis deduci quos solvit predicto domino Petro Reynaudi comissario superius nominato qui ad dictum locum Cadracii accessit cum tribus equis et totidem personis et cum tribus lathomis (...) : X scuta auri. Et pro dictis tribus lathomis videlicet pro quolibet IIIIor gr. pro qualibet die, dictorum quinque dierum pro toto : V fl. ».

31 ADI, 8 B 671, f 143 r°/v°, 9 juillet 1397 et ff 143 v°-146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Et opportet ibidem pro duricia ruppis ponere ignem pro ipsa frangenda cavanda plusque IIIIxx fl. supra dicta (...). Et pro dicta citerna ad precium factum tradita VIIIxx fl. de quibus detrahi deberentur XL fl. vel circa pro lignis et manuobris necessariis pro comburendo ruppem et extrahendo seu removendo lapides a loco in quo fiet dictam ruppis (...) ».

32 ADI, 8 B 671, ff 145 v°-146 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « (...) dimitendo dictam citernam eo quia docet magister ipsam facientem seu cavantem, habere octies viginti fl. quia ruppis est epessura et dura et frangere bene non posset quia opportet ibidem propter duricia ruppis ponere ignem pro ipsa frangenda et cavanda (...) ».

33 ADI, B 4364, pièces, 7 novembre 1419 et 12 décembre 1419 (55 florins) ; 25 mars 1420 (55 florins) et 5 août 1420 (55 florins), Château-Queyras.

34 ADI, 8 B 640, f 42 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365).

35 ADI, 8 B 634, f 8 r°, compte du bailliage du Gapençais et de la châtellenie de Serres (29 mars 1359-20 mai 1360) : « Item solvit pro constructione unius furni et unius molendini constructorum in dicto castro : VI fl., II gr. ».

36 ADI, 8 B 662, f 173 r°/v°, 24 août 1390, Upaix.

37 ADI, 8 B 662, f 239 r°/v°, 27 juin 1390 : le prix-fait global est de 73 florins, 9 gros et 2 tiers.

38 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395, Château-Queyras.

39 ADI, 7 B 36, f 1 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Ita tamen quod copertura sit intra muros et quod stillicidium veniat supra muros subtus merletos et les avanpies ».

40 ADI, 8 B 666, ff 356 v°-357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles et 8 B 668, f 174 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

41 ADI, 8 B 660, f 359 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) : « Item in dicto computo super quadam solutione facta Johanni Athenulphi de Brianczonio et Jordano Jordani ascendente VI fl., VI gr. pro precio facto eidem Jordano dato per magistrum operum pro muro fa[ciendo] in puteo dicti loci (...) ».

42 D’après Ganet, 1995a, p. 89. Dans les Baronnies, les châteaux sont équipés de citernes bâties, voûtées et enduites de béton de tuileau mais elles sont rarement creusées dans la roche, d’après Estienne, 1999, p. 454.

43 ADI, B 4361, f 4 r°/v°, 9 mars 1411.

44 Voir aussi en Savoie : Guilleré, Gaulin, 1992, p. 76 et plus généralement : Lorcin, 1992, p. 15-19.

45 ADI, B 4360, f 4 r°/v°, 12 juillet 1389 ; B 3010, ff 419 r°-421 r°, 15 février 1401 ; B 4361, f 7 r°/v°, 11 août 1411 et f 9 r°, 14 novembre 1414.

46 Allevard, ch.-l. cant. et La Buissière, cant. Le Touvet. ADI, 8 B 56, f 52 v°, compte de la châtellenie d’Avallon (10 juin-7 novembre 1365).

47 En 1560, l’évêque de Gap Gabriel de Clermont, alors en voyage à Brives, annonce son départ le 18 septembre et son arrivée à Gap, prévue pour la saint Michel. L’évêque ordonne alors aux chanoines de préparer le palais épiscopal avant son arrivée, en faisant transporter du mobilier du château deLa Bâtie-Neuve (ADHA, G 911, pièce). À propos de cette pratique dans la Bresse, voir Lescuyer, Poisson, 1992, p. 25 ; en Savoie, voir Sirot-Chalmin, 1990, p. 57 et Raemy, 1992.

48 ADI, B 4360, f 6 r°, 8 octobre 1389, inventaire du château de Briançon par Jean Boisseau, bailli.

49 ADI, B 4361, f 8 v°, 31 mai 1411, Bois-des-Ayes.

50 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411, Mentoulles.

51 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390 : 8 florins.

52 Fournier, 1982, p. 15. À propos de la vaisselle en Provence : Stouff, 1970, p. 267-271 et Démians d’Archimbaud, 1982, p. 107 ; en Dauphiné : Colardelle, Verdel, 1993, p. 238-246 et Faure-Boucharlat et alii, 1996.

53 D’après Guillaume, 1912a.

54 Hautes-Alpes, cant. Barcillonnette, d’après sclafert, 1928, p. 150.

55 Barnel, Bresc, 1993, p. 15.

56 ADI, 8 B 662, ff 287 v°-288 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391). Les deux châlits sont commandés pour la « chambre du seigneur dauphin [et pour] la chambre du châtelain ».

57 ADI, 8 B 662, f 195 r°, visite du palais delphinal d’Embrun, 22 juin 1390.

58 ADI, B 4360, f 9 r°, inventaire du palais delphinal d’Embrun, 28 novembre 1390 : une cloche, un châlit et une selle !

59 ADI, 8 B 668, f 342 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item duas tabulas de longitudine duarum theysiarum qualibet tabula. Idem duos bancos, quatuor ascendos, unum buffetum duplicem extimat. ad : IIII fl. Idem unam archam de postibus nucis neccessariis in dicta archa extimat. ad : III fl. Idem in quoquina dicti castri videlicet unam talam (sic : tabulam), unum bancum, duos ascendos, unum dressorium extimat. ad : II fl. Idem in camera alta et etiam in camera turris videlicet quatuor fourmas congiarum extimat. ad : IIII fl. ».

60 ADI, B 4360, f 10 r°, 29 novembre 1391, inventaire du château d’Upaix : « unam archam de nuce » et 8 B 668, f 342 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Idem unam archam de postibus nucis ». De même, dans les inventaires dressés en 1491 au palais épiscopal de Gap et au château de La Bâtie-Neuve, les meubles sont soit en sapin (83 % à Gap, 90 % à La Bâtie-Neuve), soit en noyer (17 % à Gap, 10 % à La Bâtie-Neuve), d’après Nicolas, 1998, p. 82.

61 ADI, 8 B 671, ff 30 v°-31 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398).

62 ADI, 8 B 664, f 23 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392). L’inventaire dressé au même moment fait état de deux petites cuves à vin, de trois tonneaux, d’une paire d’entraves, d’une crémaillère et du coffre en noyer (ADI, B 4360, f 10 r°, 29 novembre 1391).

63 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

64 À propos des origines du meuble queyrassin, voir : Belmont, 1998, tome 1, p. 149.

65 Dans les châteaux des Baronnies, le mobilier est tout aussi désuet et dépareillé au xive siècle, d’après Estienne, 1999, p. 492-496. Pour d’autres comparaisons, voir par exemple les châteaux du comte du Périgord, vassal direct de la Couronne de France, d’après Higounet-Nadal, 1992, p. 103.

66 L’existence d’un inventaire à jour du mobilier conservé dans les prisons de Vallouise est évoqué en note marginale d’après ADI, 8 B 668, f 350 r°, compte de la châtellenie de Vallouise (24 juin 1395-24 juin 1396).

67 ADI, 8 B 653, f 157 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1380-24 juin 1381).

68 ADI, 8 B 662, f 288 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391) et 8 B 668, f 174 r° (24 juin 1395-24 juin 1396) : « (...) invenit tres plancos magne turris dicti castri et est neccessarium eosdem cimentare ad evictandum periculis ignis et aliorum scandalorum et diu est quod dicti planchi non erant cimentati fuit dicta turris combusta. Ideo ordinavit dictus magister operum cimentare et pavire dictos tres plancos de bono morterio et aliis materiis pertinentes videlicet de altitudine medii pedis (...). Item visitavit cameram gaite et cameram castellani dicti castri et gardarobam ejusdem camere et est neccessarium easdem pavire de bono morterio cum calce videlicet de grossitudine dimidii pedis. Item est neccessarium pavire coquinam de bona materia ».

69 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

70 ADI, 8 B 662, f 198 v°, 13 juillet 1390, Réotier.

71 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun.

Table des illustrations

Légende Tableau 18. Évolution du mobilier de Château-Queyras (1389-1411).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau 19. Bilan du mobilier de Château-Queyras (1389-1414).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Figure 75. Photo d’un jour d’aération muré, rez-de-chaussée du donjon de Saint-Clément-sur-Durance. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Figure 76. Photo du soupirail du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Figure 77. Photo de la baie aménagée à l’étage du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1685/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 839k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site