Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Seconde partie. Les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné

Les constructions et les réparations défensives

Texte intégral

  • 1 Manteyer, 1944, p. 729-730, d’après ADI, 8 B 380, ff 65-78, 2 janvier 1366-24 juin 1368.
  • 2 Un exemple parmi d’autres : « Item solvit Johanni Bertrandi carpentatori pro recoperiendis tectis (...)

1Les travaux ordonnés à partir de 1357 ne représentent pas des dépenses importantes, ni en valeur absolue, ni en valeur relative : jamais plus de 9 % dans la châtellenie de Château-Dauphin et seulement 1,5 % à Château-Queyras, entre 1357 et 1398 (voir première partie : bilan de la défense active). Ceci n’a rien à voir, par exemple, avec la somme de 700 florins que le gouverneur du Dauphiné décide de consacrer à la mise en défense du château de Crémieu (Isère) en 1366-13681. S’il est possible d’établir la typologie de ces travaux (défense, aménagement intérieur et extérieur), il est par contre difficile de connaître les coûts de chacun d’entre eux. En effet, ne sont comptabilisés que des coûts globaux qui totalisent tous les travaux dans un même château et qui mélangent même souvent les travaux, les achats de mobilier et d’armes2. Enfin, les réparations dites de confort sont tout aussi vitales que les réparations défensives mais, d’après les sondages effectués dans les comptes des châtellenies, les deux catégories sont quasiment inexistantes dans les châteaux delphinaux avant 1350.

  • 3 Plainte de l’évêque de Gap à propos d’une ville franche établie par le dauphin près de Gap, d’aprè (...)
  • 4 ADI, 8 B 655, f 28 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].
  • 5 Estienne, Nicolas, 1999, p. 212. Notons que l’accès entre le troisième étage et la terrasse de la (...)
  • 6 ADI, 8 B 654, f 25 v°, comptes de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383) ; 8 B6 (...)
  • 7 Roman, 1888b, p. 107, d’après ADI, B 2996 et B 3763, 11 septembre 1558, pièce.

2Dans l’analyse typologique qui suit, n’oublions pas que les travaux sont réalisés dans des châteaux qui, pour la plupart, sont des constructions récentes. Le donjon de Montalquier (La Tourronde, Gap) a été construit par le dauphin à partir de 1338, malgré les plaintes de l’évêque de Gap auprès du sénéchal de Provence, mais il n’est toujours pas achevé à la fin du xive siècle3. Erigé à l’entrée de la ville de Gap, ce donjon circulaire est aujourd’hui haut d’un peu moins de 8 mètres. D’un diamètre extérieur de 13 mètres, ses murs sont épais de 2,50 mètres ce qui laisse place à un escalier intra-mural réparé en 1384 (Figures 37 et 38)4. C’est donc l’emplacement de cet escalier qui explique l’épaisseur des murs du donjon – épaisseur seulement dépassée à l’étage inférieur du donjon circulaire de La Roche-des-Arnauds (3,10 m : Figure 39) – alors que les murs des donjons de plan quadrangulaire ne dépassent jamais 2 mètres5. Dans ce récent donjon de La Tourronde, les premières réparations sont consécutives à un accident (la foudre en 1383) mais tous les autres travaux sont directement attachés à l’achèvement de sa construction : charpente (1396) ; aménagements divers dans l’une des chambres (1398) et, déjà en 1413, la couverture du donjon nécessite des réparations6. J. Roman déclare même « qu’en 1480, elle [la tour] était encore inachevée », ce qui pose le problème de son habitabilité pendant ces quelques décennies. La tour ronde de Montalquier est toujours « non parfaite » au xvie siècle7.

  • 8 Haute-Savoie, cant. Thonon-les-Bains. Constant, 1972 ; Poisson j.-m., sirot e., « Le bois dans les (...)
  • 9 Voir le détail des dépenses, d’après Feuillet, Guilhot, 1985, p. 14, p. 57 et p. 83-85.

3Dans ce chapitre nous essaierons enfin de savoir s’il existe en Haut-Dauphiné des défenses adaptées comme le sont les aménagements en bois qui ont été largement développés en Savoie. Ainsi, au début du xive siècle, alors que le château d’Allinges-Vieux est aux mains du dauphin, et que celui d’Allinges-Neuf est détenu par le comte de Savoie, l’essentiel de la défense du Château-Neuf repose sur l’aménagement rapide de constructions en bois par plus de soixante charpentiers employés par le comte de Savoie (1314)8 ! L’examen d’un exemple pris en Dauphiné, celui du château d’Anse (Rhône), montre que la mise en défense intervient après la prise de la ville par les bandes armées de Seguin de Badefol, le 5 novembre 1364 (voir première partie), malgré les aménagements défensifs qui avaient été mis en œuvre depuis 1359 sur ses remparts (construction de chaffaux et de bretèches, aménagement de levées de terre). Le compte des réparations du château d’Anse fait état des dépenses suivantes en 1365-1366 : travaux de charpenterie (177 florins et 4 gros), travaux de maçonnerie (108 florins et 5 gros), reconstruction partielle d’une tour (95 florins et 10 gros) et réparation des toitures du château (11 florins et 8,5 gros), soit au total 393 florins et 3,5 gros. On s’aperçoit que la reconstruction de la tour comporte uniquement le remplacement de pièces en bois par un charpentier, présent pendant 70 journées et, avec les travaux de charpenterie du château, la somme de 273 florins et 2 gros est donc consacrée aux réparations en bois, soit près de 70 % des dépenses totales ! Comme l’ensemble de ces aménagements nécessitent le recrutement de quelques maçons et surtout de nombreux charpentiers et manœuvres – plus de 250 hommes – on constate que c’est leur salaire qui représente finalement la dépense majeure, bien avant la fourniture et le transport des matériaux9. À la lumière de ces informations statistiques sur les types et les coûts des réparations dans les châteaux de Savoie et de Dauphiné, nous étudierons successivement les nouvelles constructions et les réparations afin de déterminer la place de la pierre et du bois dans la défense des châteaux du Haut-Dauphiné. Puis nous présenterons quelques points forts du château comme le sont les défenses sommitales et la porte. Enfin, nous nous interrogerons sur le rôle des embrasures de tir qui constituent, en l’absence aujourd’hui de tout aménagement en bois, les seuls vestiges défensifs encore visibles en négatif dans les murs des châteaux.

Figure 37. Coupe et plan du donjon de La Tourronde. © Relevés Inventaire Général – N. Pégand, 1994.

Figure 38. Photo de l’escalier intra-mural du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.

Figure 39. Photo du donjon de La Roche-des-Arnauds. © N. Nicolas.

Les maçonneries

  • 10 ADI, 8 B 647, f 90 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) : « Item solv (...)

4La plupart des travaux ne sont pas détaillés dans les comptes des châtellenies qui mentionnent seulement les sommes allouées aux courtines des châteaux, comme au palais delphinal d’Embrun en 1369-137010, et les réparations consacrées aux donjons. La réfection des murailles est une opération qui recouvre bien des nuances et deux objectifs différents. Dans un cas, la muraille est seulement refaite telle qu’elle était initialement (exemple : fermeture des brèches) ou telle qu’elle aurait dû être (exemple : condamnation des ouvertures intempestives). Dans l’autre, la muraille est modifiée (surélevée, crénelée ou munie de contreforts). Enfin, avec la construction du château de Saint-Firmin dans la seconde moitié du xive siècle, on verra que le donjon conserve un rôle majeur dans la mise en œuvre de la défense.

Les constructions et les réparations des maçonneries

5Les châteaux delphinaux sont rarement complétés par des tours construites ex-nihilo : seul le château de La Bâtie-du-Pont (Italie) est renforcé par l’adjonction d’une tour élevée entre 1374 et 1379 (cf. supra). Cette exception est néanmoins de taille puisqu’elle est consécutive au passage des routiers dans la région.

  • 11 ADI, B 3010, f 406 r°, 28 août 1395, Château-Queyras.

6Le donjon symbolise les fonctions défensives du château, tant par ses dimensions (épaisseur des murs, hauteur) que par ses aménagements (défenses sommitales, embrasures de tir). Pourtant, dans le donjon de Château-Queyras, les travaux entrepris à la fin du xive siècle s’éternisent et montrent même que c’est une construction très fragilisée. Ce donjon à trois étages est accessible par des escaliers dont l’un d’entre eux doit être refait en 139511. De plus, il doit être renforcé par des maçonneries en 1398 : à l’extérieur par un contrefort et à l’intérieur par deux voûtes aménagées au rez-du-chaussée. Le contrefort dépasse 6,50 mètres de haut (3,5 cannes) et s’étend de chaque côté du donjon entre 1,95 et 2,92 mètres (8-12 palmes). Aussi, les murs dont l’épaisseur ne dépasse pas 0,85 mètre initialement doivent-ils être consolidés à la base, là où les fondations n’ont pas été faites correctement, d’une part à l’extérieur (contrefort épais de 4 palmes soit 0,974 m) et, d’autre part à l’intérieur (pilier des voûtes épais de 3,5 palmes soit 0,85 m). Ce double dispositif vise également à protéger le premier étage où sera installée la nouvelle prison.

  • 12 ADI, 8 B 671, ff 144 v°-145 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Idem visitando magnam turrim dict (...)

7Or, en 1395, le maître d’œuvre delphinal prévoyait déjà de boucher une brèche décelée dans ce donjon avec quelques planches de mélèze maintenues avec des attaches métalliques. Malheureusement, le nouveau maître d’œuvre constate en 1399 que ces travaux n’ont pas été réalisés et il ordonne à nouveau de poser à l’intérieur et à l’extérieur de la tour quatre renforts en mélèze, toujours accrochés avec des anneaux et des clous. Cette fois-ci, pour renforcer la cohésion de l’ensemble, les planches doivent être embouchées avec des pierres et du mortier. Le coût des matériaux – 10 florins pour les 4 pièces de bois et 20 florins pour les 5 quintaux de fer – ajouté à la difficulté de trouver des planches de cette dimension (L : 5 toises soit 9,35 m), explique sans doute que les travaux soient suspendus. Encore en 1417, il est nécessaire d’installer quatre planches pour murer les brèches du mur de la grande salle située dans la tour12 !

  • 13 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) et (...)
  • 14 ADI, 8 B 662, f 196 r°, 17 août 1390, Embrun et 8 B 624, f 122 v°, 1334 (1340).
  • 15 ADI, 8 B 655, f 29 r°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].
  • 16 ADI, B 3754, v. 1445-1449 et 8 B 629, f 43 v°, compte de la châtellenie de Saint-Jean-de-Chassagne (...)

8Dans ce château, les travaux ne se concentrent pas uniquement sur le donjon, mais l’analyse de ces réparations se heurte souvent à l’imprécision des textes. Ainsi, des maçons doivent réaliser 16 toises de maçonnerie à Château-Queyras sans que l’on sache s’il s’agit des murailles ou de l’entretien général des bâtiments du château et, encore au début du xve siècle, les murailles et les bâtiments du château sont criblés de brèches qu’il faut sans cesse reboucher13. De même, les textes ne distinguent pas toujours, d’une part, les nouvelles constructions des rénovations et, d’autre part, le coût de chaque type de travaux. Ainsi, en 1390, la partie supérieure de la courtine du palais delphinal d’Embrun doit être faite sur près de 103 mètres (50 cannes). Or, plus de 59 mètres (29 cannes) de cette courtine avaient déjà été réalisés avant 1340, ce qui signifie que la courtine entière dépasse au moins 162 mètres, dimension tout à fait similaire à celles des châteaux delphinaux (cf. supra)14. De même, en 1384, la somme de 11 florins est consacrée à la fois à la réfection de deux angles de la tour de Montalquier et à celle d’un mur de soutènement situé à sa base15. Notons d’ailleurs que la mention des angles de la tour se rapporte sans équivoque à un donjon carré attesté dans cette châtellenie en plus de La Tourronde : non localisée, cette tour carrée est tellement ruinée qu’il est impossible d’y enfermer des prisonniers au milieu du xve siècle16. À cette exception près, tous les travaux mentionnés dans le compte en 1384 peuvent être attribués à La Tourronde.

  • 17 Par exemple : ADI, 8 B 633, f 55 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357)  (...)
  • 18 ADI, 8 B 644, f 40 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item fecit (...)
  • 19 ADI, 8 B 653, ff 36 r°-37 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « It (...)
  • 20 ADI, 8 B 653, f 37 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « Item et q (...)

9L’exemple du château d’Upaix associe plusieurs réparations bien définies qui affectent la muraille du château, entre 1368 et 1390, et qui s’ajoutent aux menus travaux déjà enregistrés quelques années auparavant17. En 1367-1369, deux maçons refont 84 cannes du rempart, à l’est et à l’ouest du village18. À nouveau, une partie du rempart étant détruite, le maçon Guiot de Novalhe réalise 26 cannes2 de mur « à pierres, à chaux et à sable » en 1380-1381, travaux pour lesquels il reçoit 40 florins en 138219. En plus de ces travaux de réfection, les angles du rempart et la base de certains bâtiments du château sont renforcés par de nouvelles maçonneries. D’une part, un contrefort haut de 3 cannes (H : 6,15 m) est bâti près d’une salle du château en 1380-1381. D’autre part, en 1390, il est nécessaire de consolider un angle de la muraille du château qui menace de s’effondrer. Il est alors maintenu à la base par un contrefort en pierres de taille (L : 2,45 m x l : 2,20 m ; H : 8,20 m), lui-même surmonté par l’angle du mur refait avec des pierres de taille maçonnées (H : 4,10 m)20.

  • 21 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit levare murum existentem int (...)
  • 22 ADI, 8 B 653, f 37 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « acuam in p (...)
  • 23 Au château de La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.), le maître d’œuvre Antoine Richard doit sollici (...)
  • 24 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon.

10Après les simples rénovations ou reconstructions, les modifications touchant les murailles sont essentiellement de trois types : l’adjonction d’un crénelage, la surélévation des maçonneries et le renforcement de la base des murs. Les deux premières constructions sont parfois réalisées conjointement : c’est le cas au château de Bois-des-Ayes (Italie), en 1390, quand le mur qui jouxte la grande tour est surélevé d’une toise et protégé par des merlons munis de parapets21. L’aménagement de contreforts à la base de bâtiments civils est connu d’après les textes à la fin du xive siècle22. De même, le rempart nord du château de Saint-Firmin est partiellement taluté (Figures 40 et 41) et on note la présence d’un tel talus, plus discret, au pied du donjon de La Tourronde, dès le deuxième tiers du xive siècle (Figure 42). Le glacis caractérise enfin un renforcement de la base d’un mur par un massif de maçonnerie incliné : c’est une construction monumentale coûteuse qui demeure tout à fait exceptionnelle23. En effet, encore à la fin du xve siècle, une partie seulement de la muraille du château de Briançon est talutée24.

  • 25 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.
  • 26 AC Gap, BB 3, f 13 v°, 4 novembre 1414 : « Item fuit ordinatum quod dicti domini sindici compelli (...)
  • 27 ADI, 8 B 634, f 158 r°/v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1356-10 septembre 1359) : (...)
  • 28 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418, Château-Queyras : « Item causa deruendi latrinam sale predict (...)
  • 29 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon : « Item ordinavit murari latrinas existentis in prima (...)
  • 30 Rey, 1971, tome 2, p. 280 et Mesqui, Faucherre, 1992, p. 49 et p. 55.

11Outre les maçonneries bouchées ou rebouchées afin de les renforcer, il n’est pas rare de murer définitivement certaines ouvertures devenues dangereuses. Il est vrai que l’habitude d’ouvrir intempestivement des portes et des fenêtres dans les murailles est une pratique tenace puisqu’à Briançon, en 1368, les syndics font boucher toutes celles qui avaient été ouvertes au rez-de-chaussée des maisons dont le contour constitue rien moins que la base de la muraille25. Il en est de même à Gap, en 1414 et à Tallard encore en 151126. Dans les châteaux aussi, la condamnation des ouvertures est une opération courante, rapidement mise en œuvre et, puisqu’elle est effectuée par des maçons, probablement pérenne27. Les portes et les fenêtres ne sont pas les seules ouvertures dangereuses et l’on n’hésite pas à murer définitivement les latrines exposées comme c’est le cas dans la salle à Château-Queyras en 1418. C’est sans doute également à la fermeture des latrines par lesquelles « quiconque pouvait s’introduire dans le palais », que s’affaire un charpentier à Embrun en 1391-139228. Cette mesure doit empêcher à quiconque de monter dans les châteaux, comme dans l’exemple précédent, et aux détenus d’emprunter les latrines pour sortir des prisons. On ne rencontre ces dispositifs que tardivement et encore seulement à Briançon en Haut-Dauphiné29. Dangereuses dans certains cas, les latrines peuvent également être utiles au renforcement de la défense. Ainsi, la disposition et la forme des latrines se prêtent particulièrement à leur transformation ponctuelle en bretèche – procédé rarement évoqué en Dauphiné (cf. infra)30.

12On le voit, la remise en état des murailles est une préoccupation majeure à partir de 1368 et la multiplication des interventions pour refaire quelques toises de mur çà et là révèle le manque d’entretien dont souffrent la plupart des châteaux à la fin du xive siècle.

La construction du château de Saint-Firmin

  • 31 ADI, B 3, f 24, 20 juin 1376, Saint-Firmin : « (...) quoddam molare situatum prope villam Sancti F (...)

13Le château de Saint-Firmin, situé à l’entrée de la vallée du Valgaudemar, est aménagé au sud-ouest du village sur un éperon défendu naturellement par une falaise qui domine la vallée du Drac (Figure 43). Sa construction débute en 1376 et il est sans doute établi à l’emplacement d’un château plus ancien qu’évoquent les habitants en désignant la colline du Chastellet au-dessus du village de Saint-Firmin et de la rivière de la Séveraisse31. En effet, comme les seigneurs de Saint-Firmin assuraient la sauvegarde des habitants de La Chapelle-en-Valgaudemar et de Saint-Firmin – d’après une charte confirmée en 1354 (voir première partie) – ces derniers trouvaient sans doute déjà refuge dans ce premier château.

Figures 40 et 41. Photos du rempart taluté du château de Saint-Firmin, côté nord. © N. Nicolas.

Figure 42. Photo de la base talutée du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.

  • 32 ADI, B 3, f 27, 20 juin 1376 : « Item que super dictum molare fiat a parte Sancti Firmini una turr (...)
  • 33 ADI, B 3, ff 26-27, 20 juin 1376 : « Et primo quod dictum molare menibus circondetur quorum menium (...)
  • 34 ADI, B 3, f°27, 20 juin 1376 : « Item que subtus dictam turim a parte Saveraychie fiat porta dicti (...)

14Le projet du château défini lors de la visite du gouverneur a été suivi à la lettre, que ce soit dans son plan ou dans ses dimensions (Figures 44 et 45). En effet, il est d’abord constitué d’un donjon approximativement carré (9,70 x 9,90 m) dont l’épaisseur des murs à la base est de 1,90 mètre, soit environ une canne. Fait exceptionnel, les niveaux supérieurs du donjon sont conservés puisque la hauteur actuelle, estimée à 15 mètres, devait atteindre 7 cannes d’après la visite32. Contre ce donjon est aménagée une enceinte elliptique qui prend appui contre son angle nord-ouest et son côté sud. Dans cette enceinte longue de 50 à 60 cannes et haute de 3 à 4 cannes d’après la visite, l’épaisseur des murs varie selon la topographie : de 1,08 mètre au sud à 1,45 mètre au nord, soit environ 4 palmes « du côté de la Séveraisse », à 6 palmes « du côté des montagnes »33. L’accès au château s’effectue, à l’ouest, par une simple poterne, et à l’est, par une porte en plein cintre dont la tracedu système de fermeture intra-mural est conservée. À côté de la poterne, une tourelle ronde (diamètre inférieur à 4 mètres ; H : 4,50 m) seulement accessible par une porte placée en hauteur, est évidée et totalement aveugle vers l’extérieur des remparts : ces quelques caractéristiques affichent la fonction défensive de la tour (Figure 46)34.

Figure 43. Carte de situation du château de Saint-Firmin. © N. Nicolas.

  • 35 ADI, B 3, f°27, 20 juin 1376 : « Item que in dicta turri fiant tres vel quatuor planchi firmitati (...)

15Le donjon possède trois niveaux planchéiés aménagés sur des retraits dans le mur35. De l’analyse des ouvertures (portes, meurtrières et baies), deux périodes d’aménagements se dégagent :

  • Appartenant à la première période d’utilisation du donjon, deux jours à ébrasement triangulaire simple sont percés dans le mur ouest et dans le mur sud. C’est également au sud qu’une porte couverte par un arc surbaissé est aménagée en hauteur, à deux mètres du sol environnant (H : 1,80 m x l : 1 m).
  • La porte du rez-de-chaussée du côté sud (l : 1,27 m), les deux fenêtres à croisées et à coussièges avec allèges moulurées (2e et 3e étages), le jour rectangulaire (3e étage) sont des ouvertures modernes (xve-xvie siècles), toutes réalisées en pierres de taille, de même que les piédroits de la cheminée monumentale qui subsistent au 3e étage (Figure 47).

16La courtine a été élevée entre ces deux phases clairement identifiées : en effet, dans l’angle nord-ouest du donjon, un coup de sabre montre que les deux constructions ne sont pas liées. De l’autre côté, la courtine est adossée au flanc sud du donjon dont elle bouche partiellement le jour-archère (Figure 48). Aussi, quel que soit le rôle attribué à cette ouverture, son utilisation rationnelle est totalement remise en cause par la présence de l’enceinte. De plus, avec l’emploi massif de pierres de calage entre chaque bloc, la courtine apparaît comme une construction beaucoup moins soignée que le donjon – cette différence entre la mise en œuvre du donjon et celle de la courtine étant plus nettement visible depuis la restauration des parements du donjon au printemps 2001.

  • 36 À l’exception d’une mention du « fortalicium » en 1371, signalée par J. Roman (Roman, 1888b, p. 85 (...)

17En conclusion, il est fort probable que le donjon de Saint-Firmin ait d’abord fonctionné seul, comme celui de Réallon en Embrunais, même si ces deux donjons se différencient par la taille de l’enceinte qui les protège (Saint-Firmin : 550 m2 ; Réallon : 2 500 m2). Si les archives sont muettes jusqu’au xvie siècle36, l’analyse architecturale prouve que le fort de Réallon a été édifié en deux phases. Ce château est composé d’une tour carrée (Figure 49 : T1 : environ 12 x 12 m) et d’une enceinte rectangulaire (34 x 72 m) prenant appui sur les murs sud et est de la tour précédente. Cette enceinte est flanquée d’une tourelle semi-circulaire, au nord (T2). Le château est bordé, à l’est, par le ravin des Champas qui lui offre une protection naturelle supplémentaire. Il est en partie construit sur une terrasse, au moins pour la tour T1, la tourelle T2 et le mur d’enceinte nord, alors que le reste de la courtine, au sud, occupe une pente régulière mais soutenue. Le château est donc élevé sur un terrain propice, mais qui ne semble pas aménagé, et cette assise offerte par la rupture de pente lui permet de commander les différents accès.

  • 37 D’après Mesqui, 1979, p. 99.

18L’épaisseur des murs du donjon T1 est constante (1,40-1,50 m). Dans ce donjon haut de 14 mètres, constitué d’un rez-de-chaussée et de deux étages, un troisième étage hypothétique est mentionné sur les plans dressés au début du xxe siècle. Il existe encore mais le rez-de-chaussée est aujourd’hui enterré, donnant l’impressionqu’il n’y a que deux étages au-dessus. À l’origine, la surface du rez-de-chaussée était donc de 72,25 m2. L’accès s’effectue par une porte percée dans le mur sud, à environ deux mètres du sol. C’est une porte rectangulaire (H : 1,50 m x l : 0,80 m) surmontée d’un linteau monolithique. Une brèche est ouverte dans le mur nord, au rez-de-chaussée, peut-être à l’emplacement d’une ouverture plus ancienne (archère ?). À l’est, une seconde ouverture est placée plus bas que le seuil de la porte précédemment décrite. Les autres percements sont parcimonieux : un jour est aménagé dans le mur sud, au deuxième étage, au-dessus de la porte principale. De faible hauteur (moins de 60 centimètres), malgré un ébrasement interne triangulaire, il peut difficilement être qualifié d’archère, tout juste de « meurtrière d’éclairage »37. Malgré sa position à 1,60 mètre du plancher, c’est la seule ouverture valable pour le tir. Les trois étages étaientplanchéiés et reposaient sur des retraits aménagés dans l’épaisseur du mur. À cette élévation correspond une réduction de l’épaisseur du mur : 1,95 m au rez-de-chaussée enterré ; 1,50 m au premier étage (niveau de sol actuel), 1,20 m au deuxième étage et seulement 85 cm au troisième étage : cette réduction de l’épaisseur induit donc un agrandissement de la surface habitable.

19L’enceinte rectangulaire est bâtie selon les mêmes principes que le donjon qui en occupe l’angle nord-ouest. Les murs M2 et M3, en contrebas du donjon, sont épaisde 1,40 mètre. À l’intérieur, il subsiste quelques vestiges du mur de soutènement qui contrebute la terrasse supérieure, au point de rupture de la pente. Seul l’angle oriental de l’enceinte demeure au sol : le tracé de ce mur est lacunaire (longueur maximale : 8 m). Il est ici mêlé au rocher du substrat mais il n’est pas sûr que le tracé ait été judicieusement rectiligne car les rochers et le ravin du Champas constituent des obstacles réels. Le mur M1 (L : 38,60 m), aveugle, est construit en calcaire local non parementé. La cohésion du mur est assurée par l’emploi de petites pierres qui bouchent les interstices entre les gros blocs. Ce mode de construction est en tout point semblable à la mise en œuvre du donjon T1. Ce mur M1 n’est pas lié au donjon mais posé contre lui (Figure 49 : points 28 et 76). Enfin, le mur M2 (ép. : 1-1,20 m ;

  • 38 ADHA, fol pièce 267, 1914.

20H : 2 m) est arasé à 40 centimètres au pied du donjon. Les deux constructions n’ont jamais été liées puisqu’aucun arrachement de maçonnerie pénétrante ne couvre les parements de la tour T1. Sur un plan levé au début du xxe siècle par Joseph Vollaire, une porte est percée dans ce mur à l’endroit où le mur est aujourd’hui arasé38. La dimension de cette ouverture indiquerait plutôt une poterne placée sous la protection du donjon.

  • 39 Voir la reconstitution de ce type de tour pour le château de Tournel (Lozère), d’après Téaldi, 198 (...)

21La tour T2, ouverte à la gorge, cantonne le mur d’enceinte nord entre M1 et M1’. En saillie de 3,90 mètres vers l’extérieur, elle adopte à l’intérieur un plan semi-circulaire légèrement outrepassé. Chaque niveau de cette tour est percé d’archères à ébrasement triangulaire simple (trois par niveau, d’une largeur moyenne de 80 centimètres). D’un niveau à l’autre, elles sont légèrement décalées pour éviter d’affaiblir le mur sur une même ligne verticale. Ces archères présentent toutes les mêmes caractéristiques : elles sont dépourvues de plongée, couvertes d’un linteau monolithique ou d’un arc surbaissé (cas de deux archères par niveau), constitué de pierres posées sur chant. Sous les archères du premier niveau sont visibles des trous de boulins qui signalent peut-être l’existence d’une coursière en bois aménagée pour la surveillance et le tir. Vers l’extérieur, le raccord de l’enceinte avec la tour (Figure 49 : à l’aplomb du point 123) montre qu’au-delà de 2,05 mètres, le mur M1 a été surélevé. Il est en effet accolé à la tour T2 sans pénétration des maçonneries. La courtine était donc pratiquement deux fois plus élevée à l’origine et la tour semi-circulaire commandait cette courtine39.

  • 40 ADI, B 3, ff 27-28, 20 juin 1376, Saint-Firmin.
  • 41 41 ADI, B 3727, ff 30 v°-31 v°, 16 janvier 1357, procès entre le dauphin et les coseigneurs de Sav (...)

22Les résultats des analyses monumentales qui précèdent traduisent-ils les artifices de la construction ou mettent-ils en évidence des structures distinctes à Saint-Firmin et à Réallon : les donjons, d’abord, puis les enceintes élevées plus tardivement ? La rupture qui a été constatée entre le donjon de Saint-Firmin – construit après juin 1376 – et l’enceinte, est sans doute imputable au problème de financement qui provoque un procès entre Pierre d’Ambel et Bernard de Gravollières, prieur de Saint-Michel-de-Connexe et de Saint-Firmin, en juin 1377 (voir première partie). En fait, les habitants ont disposé d’un délai de cinq ans pour construire le fort car, au-delà de ce délai, ils pouvaient être contraints de payer les murailles de Corps (Isère), situé à une lieue40. Quant au château de Réallon, il n’est pas signalé dans l’accord sur le refuge des habitants du mandement de Savines (1357, voir première partie), comme si l’enceinte avait été construite aux frais de la communauté avec l’accord des coseigneurs, précisément après le passage des Provençaux en 136841.

Figure 44. Plan du château de Saint-Firmin. © Inventaire Général – S. Meyer, 1971.

Figure 45. Coupe du château de Saint-Firmin. © Inventaire Général – S. Meyer, 1971.

Figure 46. Photo de la tourelle située à l’ouest du château. © N. Nicolas.

Figure 47. Photo du parement ouest du donjon depuis l’intérieur. © N. Nicolas.

Figure 48. Photo du jour-archère, parement sud du donjon, avec le mur de la courtine, à droite. © N. Nicolas.

Figure 49. Plan du château de Réallon. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA, 1996.

L’aménagement d’une enceinte-refuge (Les Orres)

  • 42 À propos de ces loges, voir Charbonnier, 1996, p. 232. Au château de Montaillou (Ariège), « les pa (...)

23Les villageois peuvent se réfugier dans la basse-cour du château seigneurial comme c’est le cas au château de Guillestre où les habitants occupent temporairement des cabanes ou loges, encore en 1384 (voir première partie)42. Les habitants de Saint-Firmin et de Réallon se réfugient sans doute également dans les castra décrits précédemment, après 1368. Enfin, le Fort des Orres constitue peut-être une de ces enceintes refuges construites dans la seconde moitié du xive siècle, après le passage des Provençaux (Figure 50).

Figure 50. Carte de situation du Château et du Fort des Orres. © N. Nicolas.

24Le Fort est une enceinte polygonale dont ne subsistent que deux murs, heureusement conservés dans leur élévation d’origine (environ 5,50 m). En tenant compte de la disparition des murs nord et sud de l’enceinte, on peut évaluer la surface emmurée à 2 064 m2. Cet enclos ainsi délimité fait aujourd’hui office de clôture pour le bétail. Un chemin de ronde crénelé est aménagé dans l’épaisseur du mur. Cette construction, non appareillée, est homogène et ne comporte qu’une seule phase de travaux. Les murs sont totalement aveugles mais ils sont quadrillés par les assises des trous de boulins dont la plupart, surtout dans les parties supérieures, n’ont pas été rebouchés. Compte tenu de l’épaisseur du mur (1,50 m), les boulins des échafaudages ont pu le traverser de part en part et cette systématisation de la mise en œuvre accréditerait l’hypothèse d’une construction élevée rapidement et dont la seule défense active est organisée depuis le chemin de ronde, protégé par un parapet crénelé (Figures 51 et 52).

  • 43 D’après Journot, 1993, p. 307.
  • 44 ADI, B 3122, f 60 r°, 18 mai 1417, Crémieu (Isère, ch.-l. cant.).
  • 45 ADHA, F 2237, [1543-1621].
  • 46 ADI, B 3730, pièce papier, 1487, f 34 r°/v° : « Item dixerunt et confessi fuerunt quod dicti condo (...)

25Or, des enclos de ce type sont destinés à protéger les troupeaux pendant les guerres de Religion : le Castelas de Montpeyroux (Hérault) est une construction semblable au Fort des Orres, avec un mur écran, des corps de garde installés en travers du chemin de ronde et de courtes ouvertures pour armes à feu percées dans les remparts. Cette enceinte, datée du xvie siècle, est construite avec les matériaux du castrum médiéval (xiiie siècle)43. Il est donc courant de protéger les troupeaux des villageois dans l’enceinte castrale, gardée « en temps de guerre et de dangers éminents » : cette pratique est même attestée en Dauphiné au début du xve siècle au château de Crémieu44. Or, les villageois des Orres avaient construit des maisons, des casale, des caves et des celliers dans le Fort, comme le relève un cadastre rédigé depuis le milieu du xvie siècle45. De plus, le Fort des Orres et le Château sont déjà désignés dans un terrier rédigé à la fin du xve siècle, comme servant de refuge aux habitants et à leurs biens, en cas de guerre46.

  • 47 D’après Reveyron, 1994, p. 95.

26Le Château, totalement isolé de la vallée de la Durance (altitude : 1 610 m), est construit à l’entrée du vallon de Vachères, vallon qui permet de relier occasionnellement la vallée de l’Ubaye par le col des Orres (2614 m). Ce château est composé d’une tour quadrangulaire, partiellement conservée (Figure 53 : T1), elle-même reliée à une petite enceinte polygonale, cantonnée par deux tours situées au nord-ouest (T2) et au nord-est (T3). Deux coups de sabre scindent la tour T1 des murs de la courtine (M4 et M6), mais ils ne descendent pas jusqu’au sol : au-dessous de 1,60 mètre (S1) et de 2 mètres (S2), les maçonneries sont liées, ce qui atteste la contemporanéité des constructions. Enfin, les murs M4 et M6 présentent des rangées de trous de boulins qui ont, pour la plupart, été bouchés à l’extérieur : le mur M4 (H : 5 m) est pratiquement aveugle à l’extérieur alors qu’à l’intérieur, au moins cinq assises de trous de boulins sont conservées. Outre les traces de boulins des échafaudages, certains peuvent également avoir reçu les poutres de construction en appentis, cabanes ou loges des villageois (Figure 54)47.

Figure 51. Plan du Fort des Orres. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.

Figure 52. Photo du mur M2 (intérieur), depuis le sud-est. © N. Nicolas.

Figure 53. Plan du Château des Orres. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.

Figure 54. Photo du Château des Orres, détail du mur M4. © N. Nicolas.

  • 48 Ce château est décrit en 1425, d’après Inventaire Marcellier, Ms 170, f 258 r°, n° 707, terrier av (...)
  • 49 Voir les exemples du Rouergue médiéval, d’après Miquel, 1981, tome 2, p. 148-152, et du village de (...)

27En conclusion, il n’est donc pas exclu que le Fort des Orres ait été aménagé dans la seconde moitié du xive siècle, à la suite du passage répété des routiers, remplaçant ou complétant le Château, aux dimensions devenues trop exiguës (670 m2 contre 2064m2 au Fort)48. En plus de son agrandissement, cette nouvelle construction également attribuée à l’ensemble des coseigneurs des Orres, est élevée près de l’église paroissiale, dans une situation moins isolée que celle du Château : cette localisation le distingue pourtant des réduits villageois traditionnels car, généralement, les forts sont constitués par la fortification d’une partie seulement du village49.

  • 50 D’après Viglino Davico, 1978, p. 207-220. À propos des enceintes-refuges en Italie, voir les trava (...)

28Notons que ce type d’aménagement collectif est rare au regard des nombreuses enceintes-refuges (ricetti) situées dans le comté de Savoie, en Piémont, et qui sont organisées selon un schéma pré-conçu tant dans leur plan d’ensemble (parcelles, rues, fossés) que par les cellules standardisées qui les occupent (une cave surmontée d’une grange avec une galerie en bois). En accueillant temporairement la population, on sait que ces refuges ont empêché les attaques des bandes armées au début du xve siècle. C’est le cas du refuge de Candelo (province de Biella) mentionné depuis 137450.

Les constructions en bois

  • 51 À Avignon, par exemple, les bretèches et les parapets en bois complètent les murailles de la ville (...)
  • 52 ADI, 8 B 634, f 37 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360).

29Les aménagements en bois ne caractérisent pas seulement les réparations des châteaux de montagne, et les villes connaissent les mêmes constructions à la même période51. L’utilisation de renforts en bois constitue un procédé de substitution destiné à protéger les constructions maçonnées défectueuses. C’est le cas à Exilles (Italie) avant 1360 quand le châtelain décide de boucher une brèche du château avec quelques planches (fuste)52. À Château-Queyras aussi, l’emploi de tels renforts en bois semble être facile à mettre en œuvre, même si elle se révèle être insuffisante (cf. supra).

  • 53 Lescuyer-Mondésert, 1978, p. 170 ; Poisson, 1986, p. 257 et Cattin, 1990, p. 30.
  • 54 Voir le pont de Pont-d’Ain (Ain, ch.-l. cant.) en 1322-1323, d’après Cattin, 1992, p. 122.
  • 55 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-1 (...)
  • 56 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : (...)
  • 57 ADI, 8 B 634, f 146 v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 136 (...)
  • 58 « Chaffallis seu eschiffis » (Château-Queyras, 1367-1369, ADI, 8 B 644, f 30 r°). Dans les comptes (...)

30Les structures défensives en bois sont souvent désignées avec des termes synonymes (mueta, échiffe, bretèche…). Le chaffal, par exemple, est une tourelle d’observation mobile destinée soit à protéger une place forte depuis l’intérieur, soit au contraire à l’attaquer en facilitant l’accès au sommet des murs53. Ce terme qualifie aussi une construction défensive en bois qui surmonte généralement une porte ou un pont54. Or, le nom mueta, employé à deux reprises au château de Bois-des-Ayes (Italie) en 1365-1367, n’est autre qu’un synonyme de chaffal. En effet, un garde de ce château doit construire une mueta à proximité d’une tour : longue de 8,20 mètres (4 toises) et haute de 3,07 mètres (1,5 toises), elle est dressée en même temps qu’une palissade en bois dont elle constitue une excroissance. Une seconde mueta située au-dessus de la porte et du pont-levis du château est quant à elle rénovée55. De même, comme l’échiffe désigne toute construction sommitale à vocation défensive, les échiffes et les bretèches sont souvent assimilées : dans un même compte, le châtelain de Château-Queyras mentionne six « bretèches » en bois qu’il nomme ensuite « échiffes » (1384-1385)56. Enfin, les bretèches en bois sont appelées deffensa ou ampara à Château-Dauphin (Italie) et à Mentoulles (Italie)57. Dans certains textes, chaffal et échiffe sont même des synonymes58 !

  • 59 Blieck, 1998, p. 201.
  • 60 ADHA, Ms 651, 20 mars 1381, Embrun : « quatuordecim verdesquas lapideas barbacanatas ».
  • 61 AC Guillestre, FF 4, 21 mai 1384.
  • 62 Han, 1977, p. 186, d’après AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376 : « (…) passus Pertusii Rostagnii, qu (...)

31Si plusieurs termes peuvent désigner une même réalité architecturale, un nom peut avoir plusieurs acceptions. C’est le cas des barbacanes qui désignent d’abord des constructions maçonnées mais aussi des mantelets, c’est-à-dire des « volets en bois obturant les ouvertures et permettant de tirer à l’abri »59. En 1381, les quatorze bretèches maçonnées construites sur le front nord de l’enceinte d’Embrun sont équipées de ces mantelets (voir première partie)60, comme les tours du château de Guillestre, d’abord surélevées puis munies de « barbacanes » en 138461. De même, dans l’exemple du Mur des Vaudois (Les Vigneaux) construit en 1376, le nom « verdesca » doit-il se comprendre comme « guérite » ou comme « bretèche » ? Dans le premier cas, cette construction désigne certainement les trois tours ouvertes à la gorge et maçonnées ; dans le second, il s’agirait d’une construction sommitale en bois aujourd’hui disparue : la bretèche62.

Les échiffes

  • 63 Fournier, 1973, figure n° 270.
  • 64 ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1 (...)
  • 65 ADI, 8 B 654, f 7 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1382-24 juin 1383).
  • 66 ADI, 8 B 655, f 243 v°, comptes de la châtellenie de Réotier (24 juin 1384-24 juin 1385) et 8 B 65 (...)

32Les échiffes sont des constructions en bois, le plus souvent aménagées en encorbellement sur les murailles ou sur les portes et les fenêtres qu’elles protègent. Les échiffes de la muraille de Saint-Pourçain (Auvergne) sont ainsi représentées dans l’Armorial de Guillaume Revel63. On en trouve également à proximité des bâtiments résidentiels comme c’est le cas de l’échiffe construite à Château-Dauphin (Italie) entre la chapelle castrale et la cuisine (1362)64. Au château de Réotier, la construction de deux échiffes est évaluée à 5 florins, soit seulement 2,5 florins par échiffe (1382-1383) – ce coût comprenant uniquement celui des planches et de leur sciage65. Dans ce même château, un maître (charpentier ?) répare l’une de ces échiffes en 1385 (4 gros) mais en 1386, le châtelain mentionne à nouveau le paiement de 4 gros « pour une échiffe » – sans doute pour une réparation similaire66. Mais il est difficile, notamment dans cet exemple, de faire la part entre les réparations et les nouvelles constructions et, finalement, de connaître la durée de vie des constructions en bois.

  • 67 ADI, 8 B 644, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « Pri (...)
  • 68 ADI, 8 B 644, f 29 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 nove (...)
  • 69 Viollet-le-Duc, 1858-1875, tome 5, p. 331. En Bourgogne, il faut 4 à 5 journées à un charpentier e (...)

33En 1368, « à cause de la guerre », le châtelain d’Embrun concède la construction de quatre « échiffes avec barbacanes » à des charpentiers. Ces échiffes, fixées au sommet de la courtine du palais delphinal, coûtent 86 florins – soit 21,5 florins par échiffe. C’est le prix du bois (42 florins) et de son transport (16 florins) qui représentent la plus importante dépense (67,4 %), loin devant la main-d’œuvre (28 florins soit 32,6 %). Les échiffes, hautes d’une toise chacune, nécessitent l’emploi de 48 grosses pièces de bois et de 144 planches. Elles traversent l’épaisseur de la courtine du palais et sont protégées par des barbacanes ou mantelets, sortes de huchettes en bois67. La même année, cinq charpentiers sont chargés de construire huit échiffes à Château-Queyras avec 216 planches neuves (18 douzaines)68. 27 planches ou poutres sont donc nécessaires pour chacune de ces échiffes en bois qui sont, par définition, des constructions provisoires qui doivent être rapidement construites69. Il faut en effet une journée et demie seulement aux cinq charpentiers précédents pour en construire une. Cependant, leur mise en œuvre nécessite un solide savoir-faire puisque les manœuvres employés sur les chantiers sont toujours encadrés par des maîtres-charpentiers, voire par des maîtres-maçons à Château-Queyras (1384-1385). Ce sont certainement les dimensions des échiffes, très variables, qui entraînent les écarts rencontrés entre le prix d’une échiffe à Embrun, 21,5 florins en 1367-1368, et celui d’une à Réotier, 2,5 florins en 1382-1383.

  • 70 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit reffici quamdam logiam exis (...)

34Ces échiffes servent sans doute de postes de garde, comme les guérites et les loges d’où les gardes surveillent les châteaux. Ces constructions coiffent quelquefois les angles des murailles comme celle qui doit être réparée au château de Bois-des-Ayes (Italie) ou celle qui est refaite au château de Mentoulles (Italie), en 139070.

Les coursières

  • 71 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin (Italie) : « corseria super qua fiet garda ». (...)
  • 72 E. Viollet-le-Duc distinguait la coursière et la foresia dans son article « hourd » (Viollet-le-Du (...)
  • 73 ADI, 8 B 24, f 78 r°, 12 juin 1339, Château-Queyras : « (...) quedam turris quadrata ad tertia sol (...)

35Les gardes se déplacent aussi le long des courtines du château sur les coursières, chemins de ronde constituant la partie des hourds tournée vers l’intérieur des murailles71, alors qu’à l’extérieur, cette partie est appelée foresia72. À Château-Queyras comme à Château-Dauphin (Italie), les maîtres d’œuvre parlent couramment de foresia dont sont équipés les donjons : celui de Château-Queyras dès 1339 et celui qui est aménagé à Château-Dauphin (Italie) « pour la fortification et la défense » du donjon, en 1362-136473. Les trous disposés en quinconce au sommet du donjon de Saint-Firmin indiquent sans doute les traces de poutres d’un hourd protégé par un parapet maçonné (Figure 55). Ainsi, des hourds en bois sont encore construits dans les châteaux au cours de la seconde moitié du xive siècle même si, à cette période, on enregistre surtout leurs réparations.

Figure 55. Photo du couronnement du donjon de Saint-Firmin. © N. Nicolas.

  • 74 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, château de Bramafan : « Item de faciendo corserias et ambula (...)
  • 75 ADI, 8 B 662, f 287 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391) ; 8 B 24, (...)

36À Bramafan (Italie, châtellenie de Bardonnèche), coursières et chemins de ronde (sic) sont installés entre la chambre de l’armurerie et la chambre du massif, en 139074. Au château de Briançon, c’est également en 1390 que sept maçons et charpentiers sont chargés de refaire 76 toises (155,50 m) de la coursière du château parce que l’ancienne est « pourrie », au prix d’un florin la toise. D’après la visite de 1339, l’enceinte du château mesure 120 toises (245,60 m) : c’est dire que près des deux tiers du périmètre du château étaient ceinturés par une coursière. Celle-ci est encore en construction en 1392, date à laquelle sont comptabilisés les salaires de trois des charpentiers précédents75.

  • 76 ADI, 8 B 647, f 72 r°, comptes de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) et 8 B 662 (...)
  • 77 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon.

37Les coursières rénovées au château d’Exilles (Italie) en 1390 sont accessibles par deux nouveaux escaliers qui complètent ceux en bois déjà aménagés en 1370-1371. La durée de vie de ces coursières est courte puisque celles élevées dans ce château en 1370-1371 sont refaites dès 139076. Il est vrai aussi que toutes les coursières ne sont pas refaites à chaque fois. Aussi, les mentions de réparations partielles sont fréquentes, y compris pour des coûts importants comme c’est le cas au château de Briançon à la fin du xve siècle : 80 florins pour diverses interventions comprenant également la réparation de deux escaliers donnant accès à ces coursières77.

  • 78 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383).
  • 79 ADI, 8 B 634, f 146 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 1360 (...)

38La plupart des réparations touchant aux coursières sont donc consécutives à l’usure normale des planches. Un seul exemple de réparation est dû à la foudre qui a causé l’incendie de la partie externe des hourds (foresia) de la tour de Montalquier en 1382. Dans cet exemple, le coût de la main-d’œuvre (12 florins et demi) représente plus de la moitié des dépenses autrement réparties entre l’achat et le transport du bois (8 florins et 9 gros) et celui du métal (3 florins)78. Par ailleurs, l’entretien courant consistant à changer au moins les socles des coursières est mentionné une seule fois à Château-Dauphin (Italie) et encore, il ne s’agit que d’un seul support à remplacer, avant 136079 !

  • 80 ADI, B 3122, f 34 r°, 11 juillet 1417, Bellecombe (Isère, cant. Le Touvet).
  • 81 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin (Italie) : « (...) et quod coperiatur ipsa cor (...)
  • 82 Fournier, 1978, p. 234.
  • 83 ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « (. (...)
  • 84 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item pro c (...)

39Afin de protéger la muraille, les coursières sont quelquefois couvertes et, dans ce cas, leur hauteur doit suffire au passage d’un homme debout80. La seule mention d’une coursière couverte de lauses est tardive (1470) mais elle suggère que ces aménagements en bois sont encore rénovés et même élevés dans la seconde moitié du xve siècle. Ce ne sont donc ni des constructions temporaires, ni des structures légères81. En effet, leur mise en place est souvent associée à la surélévation des courtines : ce double dispositif assure une meilleure défense des abords en facilitant la circulation entre les tours de flanquement et en limitant ainsi toute tentative d’échalade – type d’attaque le plus répandu dans ces châteaux d’après les procédés qui sont mentionnés pour y parer82. Au château de Mentoulles (Italie), on amasse ainsi des pierres sur les coursières83 et des claies sont même aménagées à cet effet au château d’Upaix, en 136884.

  • 85 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).

40Cependant, comme pour tous les travaux mentionnés dans les comptes des châtellenies, il est rarement possible d’évaluer le montant des dépenses allouées seulement aux coursières car elles sont comptabilisées avec d’autres réparations en bois, sans compter que les textes ne déterminent pas toujours la part des réparations partielles et celle des constructions nouvelles. Ainsi, les coursières du château d’Upaix sont-elles « faites et réparées » en même temps que d’autres travaux dont le montant total atteint 15 florins (1390-1391)85.

La protection du crénelage

  • 86 Rey, 1971, tome 2, p. 102, d’après ADI, 8 B 30, ff 72-81, 15 septembre 1336, Château-Dauphin et 8 (...)
  • 87 ADI, 8 B 624, f 123 v°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro octo postibus positis in una lecteria et (...)
  • 88 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon et AC Gap, BB 2, f 5 v°, 19 juin 1406.
  • 89 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier et 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (...)

41Aménagement défensif de première importance, le crénelage coiffe tous les murs des organes défensifs, des donjons aux enceintes urbaines : l’enceinte entourant le palais de Château-Dauphin (Italie) est crénelée dès sa construction (1336), de même que la tour carrée de Bardonnèche (Italie), dès 133986. Les merlons du palais delphinal d’Embrun sont pourvus de sièges planchéiés dès son édification87. Enfin, les tours de flanquement des enceintes de Gap et de Briançon dressées à la fin du xive et au début du xve siècle sont toujours crénelées et munies de bons parapets88. Ces derniers ne sont autres que des murets construits et réparés au même moment que les créneaux aux châteaux de Réotier et de Bois-des-Ayes (Italie) en 139089. La Tour d’Eygliers, tour de flanquement de la nouvelle enceinte de Guillestre édifiée à la fin du xive siècle (1392-1397) est également munie de créneaux.

  • 90 ADI, 8 B 655, f 28 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].
  • 91 ADI, B 2953, f 399 r°/v°, 2 septembre 1397, Buissard. Cette manière de compter est courante :« aut (...)

42Toutes sortes de réparations et d’aménagements des créneaux sont mis en œuvre à partir de 1360 mais il est exceptionnel que le crénelage soit entièrement voire même seulement partiellement refait avec des pierres de taille comme à la tour de Montalquier (1384)90. De même, c’est bien le crénelage de la tour de Buissard en Champsaur qui est refait en 1397 puisque la rémunération du maître d’œuvre dépend de la pierre de taille qu’il aura utilisée, la mesure étant effectuée sur la construction terminée en comptant « le vide comme le plein »91.

  • 92 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item solvi (...)
  • 93 Procédé décrit à Langres (Haute-Marne) en 1356, d’après Wilsdorf-Csolin, 1998, p. 175.

43Un bon crénelage est donc essentiel dans l’aménagement de la défense sommitale en prévenant les attaques par échalade (voir première partie). Le procédé qui consiste à garnir les créneaux de branches d’épineux renforce plus ou moins efficacement le crénelage construit en dur. Encore en usage au début du xve siècle, cet artifice est employé à Upaix en 1368 avec l’adjonction entre les créneaux de branches d’aubépines et d’autres épineux92. Cet aménagement léger est une variante d’une technique plus complexe qui conduisait, à l’origine, à « boucher certains créneaux, avec du mortier recouvert de pierres et de hérissons d’épines »93.

  • 94 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368) : « Primo d (...)
  • 95 Enlart, 1929-1932, tome 1, p. 216 : « Dans le Midi, on a généralement couvert les colombiers circu (...)
  • 96 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier.

44Les créneaux sont également protégés par des parabandes en bois comme c’est le cas au château de Réotier en 1367-1368 : après que les maçons ont muré les créneaux d’un mur reliant le donjon aux autres bâtiments du château, des charpentiers installent des parabandes94. Dans l’architecture rurale, ces parabandes désignent des toits à un seul rampant qui dépassent de la crête du mur des colombiers et qui protégent les oiseaux du mistral et, dans l’architecture urbaine, le chevêtre des escaliers est quelquefois doublé de parabandes, c’est-à-dire de garde-corps95. Ainsi, à Réotier, cet aménagement désigne sans doute un hourd installé au sommet du mur après que ce dernier ait été surélevé (7,5 florins) – aménagement tout à faittemporaire puisque remplacé en 1390. À cette date, les merlons et le parapet sont refaits à l’emplacement des anciens sur le mur près de la tour – le parapet faisant office de chemin de ronde96. Des parabandes sont également installées sur un pont-levis du palais delphinal d’Embrun (cf. infra).

  • 97 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395, Château-Queyras : « Et reficere unum egredarium ab hostio dic (...)
  • 98 ADI, 8 B 662, f 130 r°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1390-24 juin 1391).
  • 99 ADI, B 3122, f 157 r°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) et mantelli qui erant (...)
  • 100 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, Exilles.
  • 101 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.

45Afin d’en améliorer l’efficacité, les créneaux sont parfois protégés par des barbacanes ou des mantelets qui ne sont autres que des volets généralement installés en cas de danger97, sauf au château de Serres où les mantelets ont pour seul rôle d’empêcher que le vent ne s’engouffre au travers des créneaux et ne renverse les toitures des maisons98 ! Ces volets sont de deux types parfois posés en alternance, avec charnières basses ou avec charnières latérales. Certains sont aménagés en paliers afin de surveiller la base des murailles par l’intermédiaire d’une croisée et de viser sans que le tireur soit à découvert99. Montés sur des créneaux le long des murailles du château d’Exilles (1390), les volets ne sont ouverts qu’en cas de nécessité100. Ainsi, ceux installés sur le crénelage d’une tour à Château-Queyras sont-ils munis d’un verrou en 1417101.

  • 102 ADI, B 3122, f 155 v°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item quod merleti existentes (...)

46Partiellement refaits ou complétés par des branchages et des volets, tous les aménagements défensifs sont donc envisagés pour le crénelage à l’exception de la réduction de la largeur des merlons même si ce type de transformation ultime existe en Dauphiné102.

47Après avoir étudié les maçonneries du donjon et de l’enceinte puis les constructions en bois qui en constituent les aménagements sommitaux (échiffe, coursière et protections du crénelage), nous allons analyser l’environnement proche du château et la protection de ses accès, depuis les fossés jusqu’aux portes. Enfin, nous reviendrons sur les instruments de défense active que sont les embrasures de tir et nous déterminerons leur fonction dans les châteaux au cours de la seconde moitié du xive siècle.

L’environnement du château et les accès

  • 103 ADI, B 3122, f 26 v°, 27 juin 1417, La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.).
  • 104 ADI, 8 B 668, f 159 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1395-24 juin 1396) : (...)

48Au début du xve siècle, la défense des fossés et des portes du château est élaborée en même temps quand sont aménagés, dans les châteaux delphinaux, les ravelins et les tourniquets en bois (tours) près des nouveaux et des anciens fossés, alors débarassés des constructions et des arbres qui les parasitaient103. Auparavant, aucune conception d’ensemble ne prévaut dans la défense de l’environnement des châteaux, et l’aménagement de simples chemins d’accès aux châteaux en taillant la roche est mentionné uniquement à Château-Dauphin (Italie) et seulement en 1395-1396104.

  • 105 ADI, 8 B 647, f 72 r°, comptes de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item f (...)
  • 106 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, château de Bramafan : « Item de faciendo unum hostium in cam (...)
  • 107 D’après P. Cattin, au château de Luisandre (Ain, Saint-Rambert-en-Bugey, ch.-l. cant.), en 1312-13 (...)
  • 108 Un seul exemple à Serres, avant 1360. ADI, 8 B 634, f 122 r°, compte de la châtellenie de Serres ( (...)
  • 109 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras : « Item visitavit dictus magister gradus per (...)
  • 110 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accendi (...)

49La communication entre les différentes parties du château est la clé de ladéfense. À ce titre, la construction de nouveaux escaliers en bois et en pierre est déterminante au château d’Exilles (Italie). En 1370-1371, quatre nouveaux escaliers longs de trois à cinq toises sont élevés : les trois premiers, en bois, facilitent les accès à la tourelle du château et aux nouvelles coursières. Le dernier escalier, en pierre, est sans doute un escalier rampant aménagé le long du rempart. Ces travaux sont complétés en 1390 par l’adjonction de deux escaliers supplémentaires qui mènent aux coursières de l’enceinte (receptum), elles-mêmes refaites105. De même, en 1390, un cheminement est organisé au château de Bramafan (Italie, châtellenie de Bardonnèche) entre l’armurerie, la chambre et la tour du massif par l’adjonction de portes ouvrant sur des escaliers couverts et reliés entre eux par les nouveaux chemins de ronde106. Notons que parfois, quelques bonnes échelles réparties le long des murs suffisent à accroître la mobilité des défenseurs107, de même que l’adjonction de passages couverts en bois entre le sommet des maisons et le donjon108. Comme tous les aménagements en bois du château, les escaliers et leurs supports (corbeaux) sont fragiles et font souvent l’objet de réparations, notamment dans le donjon de Château-Queyras en 1417109. À Mentoulles (Italie), les vingt marches de l’escalier donnant accès à une bretèche sont pourries et refaites en 1390110.

Entre les fossés et les murailles

  • 111 ADHA, Ms 651, 22 novembre 1390, Briançon : « in operibus clausurarum menium, fossatorum, vallatoru (...)
  • 112 ADI, B 3145, f 4 v°, 19 novembre 1373.
  • 113 ADI, B 3728, pièce, ff 6 v°-7 r°, v. 1400, articles 44 et 48 : « Item dicunt ut supra quod antiqui (...)

50Les châteaux delphinaux et les villes de Gap, d’Embrun et de Briançon sont entourés de fossés appelés fossatum ou vallatum (voir glossaire)111. Au sud de la ville de Gap, dans le quartier de Chaussières, les fossés longent l’ancien rempart où ils pourraient, après 1368, être complétés par un talus (terrallium)112. Au début du xve siècle, les consuls d’Embrun prétendent disposer du droit de louer et d’alberger les places qui s’étendent jusqu’à 14 toises depuis les remparts, pour aménager à leur gré les fossés (valla) de la ville. Conséquence de ce droit, le dauphin doit empêcher le capitaine de la ville de lever une taxe et lui suggérer d’appeler seulement un homme sur deux feux, pendant la saison des moissons, afin d’entretenir les fossés de la ville (1455)113.

  • 114 ADI, 8 B 624, ff 134 r°-135 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1339-24 juin (...)

51À Château-Dauphin (Italie), dès la construction du château en 1336, un gros rocher est entaillé afin d’aménager un talus et un fossé (terrayllio) creusé en glacis au pied du donjon114. On ne trouve pas des fossés uniquement dans les châteaux delphinaux : le donjon de La Roche-des-Arnauds est protégé, à l’est, par un fosséd’une longueur voisine de 60 mètres qui barre tout accès au site. De même, la tour de La Bâtie-Vieille profite d’un relief avantageux au sud alors qu’au nord, le relief plus doux est compensé par le creusement d’un petit fossé (Figure 56). Par contre, les remaniements récents aux abords du château de La Bâtie-Neuve interdisent de se prononcer sur la présence ou non d’un fossé autour de ce château construit en plaine.

Figure 56. Plan topographique du donjon de La Bâtie-Vieille. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.

  • 115 Le donjon de Tallard est acquis par Arnaud de Trians (v. 1280-1341), d’origine gascone et neveu du (...)

52Enfin, le bourg de Tallard était partiellement défendu par un fossé situé au pied des remparts, au nord-est et au nord-ouest. Le château qui domine le bourg, au sud, est également muni d’un profond fossé. Ce château est édifié en deux phases : le donjon (Figure 57 : E) est enserré dans une enceinte triangulaire flanquée par trois tours circulaires fortement remaniées à la suite des aménagements consécutifs à la nouvelle distribution du château de la Renaissance (Figure 57 : C, D et F). Au xvie siècle, le château est agrandi autour de cette cour triangulaire : un châtelet d’entrée est construit au nord (Figure 57 : A et B) ainsi que la chapelle Saint-Jean-Baptiste. À cette chapelle est accolée, au sud, l’aile des gardes et le grand logis, lui-même juxtaposé à l’ancienne cour dont il reproduit la direction générale. De même, le long fossé (40 x 10 m) qui longe ce logis est assez éloigné du château initial et, même s’il en conserve l’orientation, il serait hasardeux de conclure que ce fossé et le donjon primitif sont contemporains (Figure 58)115.

Figure 57. Plan du château de Tallard. Joseph Vollaire, 1915, ADHA, folio A pièce 261.

Figure 58. « Veue du chasteau de Tallart en Dauphiné » en 1597. J.-P. Leclerc, ADHA, F 3016.

  • 116 ADI, 8 B 644, f 41 r°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) et 8 B 662, f (...)

53Quant aux terrassiers, l’un d’entre eux est mentionné au château d’Upaix où il aménage un terreau au pied du chaffal qui protège la tour, en 1368. Ce terreau, ouvrage qui comprend un fossé et un talus, est large de 9 cannes (18,5 m) et coûte 8 florins. En 1390-1391, les habitants de Lazer se réfugient dans les fossés creusés derrière le château d’Upaix, à cause de l’occupation de leur castrum et ils doivent, moyennant cette autorisation, les curer et les entretenir116.

  • 117 Parmi les rares châteaux fossoyés du Dauphiné, celui de Saint-Georges-d’Espéranche (Isère, cant. H (...)

54La présence de fossés est rare dans les châteaux du Haut-Dauphiné (Upaix, Château-Dauphin), ce qui confirme les observations effectuées dans tous les châteaux du Dauphiné. Cependant, cette tendance est facilement compensée par le choix des sites (buttes naturelles, vallons utilisés comme fossés), d’une part, et par les aménagements qui précèdent les murailles, d’autre part117. Le meilleur exemple de cette utilisation optimale de la topographie – pas seulement du relief – est donnée par le Mur des Vaudois (Les Vigneaux, voir première partie) et ses défenses complémentaires : la tour du Châtelet (alt. : 1085 m ; disparue) sur une colline défendue à l’ouest par le torrent de la Gyronde et au nord par un petit fossé, et le Pertuis Rostan, lui-même aménagé dans une faille.

  • 118 ADI, B 3122, f 92 v°, 19 février 1418, La Côte-Saint-André (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) et circ (...)
  • 119 AC Briançon, CC 3, f 7 r°/v°, 1368-1369.
  • 120 D’après Guillaume, 1884b, p. 12, 12 juillet 1360.
  • 121 ADHA, F 2167, copie de Joseph Roman et Ms 170, Inventaire Marcellier, f 165 v°, acte n° 502, d’apr (...)

55Entre les fossés et les murailles du château, existent des protections supplémentaires dont les principales sont les palissades et les râteliers en bois. Les palissades en bois constituent des procédés légers de défense qui complètent les murailles maçonnées, en avant de ces dernières118. Elles se dressent aussi bien devant les constructions urbaines, par exemple devant une maison de Briançon119, que devant les murailles des châteaux delphinaux. Au xive siècle, les murailles d’Embrun sont précédées voire remplacées par des palissades ou palanques et par des barrières, construites pour les unes et réparées pour les autres en 1360120. Parmi celles-ci, les barrières qui avaient été dressées (plastarium seu clausuram… palicia) entre la ville et le palais delphinal, visaient à exclure ce dernier de la ville. En 1366, les habitants s’engagent auprès du dauphin à faire un nouveau mur entre la muraille et le palais delphinal qui sera cette fois-ci rattaché aux remparts. Il est certain que les premières défenses ne pouvaient être que des palissades en bois, mobiles121.

  • 122 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-1 (...)
  • 123 ADI, 8 B 671, f 245 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398).

56Quant aux deux palissades érigées au château de Bois-des-Ayes (Italie) en 1365-1367, l’une au pied d’une tourelle, l’autre devant la première porte du château, elles atteignent la hauteur de 2 toises – soit une élévation inférieure à celle des remparts maçonnés122. Pourtant, la construction d’une palissade pallie quelquefois l’absence de rempart comme c’est le cas au château d’Upaix où une palissade est dressée à la place du mur effondré sur une longueur de 8 à 9 cannes (1397-1398). Ce procédé s’avère plus rapide à mettre en œuvre et meilleur marché qu’un mur entièrement maçonné puisque le prix de la canne ne dépasse pas 5,5 gros123.

  • 124 ADI, B 3122, f 67 r°, 28 mai 1417, La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) de bonis cleis f (...)
  • 125 ADI, B 3122, f 158 r°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item quod omnes arbores que (...)
  • 126 ADI, 8 B 638, f 159 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre (...)
  • 127 ADI, 8 B 664, f 21 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item petit (...)
  • 128 ADI, B 3122, f 167 v°, 18 mars 1418, Quirieu (Bouvesse-Quirieu, Isère, cant. Morestel) : « Item qu (...)

57Dressées encore au xve siècle, les palissades sont alors des structures mixtes quelquefois renforcées de pierres124 ou qui résultent simplement du nettoyage des arbres qui s’accumulent dans les fossés du château et qui sont taillés en forme de haie125. Une partie de ces palissades, également appelée râtelier, désigne un dispositif visant à limiter les accès au château et, par conséquent, la prise par échalade (voir première partie). On trouve trois mentions de ces râteliers entre 1362 et 1392 : àChâteau-Dauphin (Italie), on élève des râteliers en bois en 1362 puis en 1368. À cette date, quatre râteliers de 5 toises de long (10,25 m) sont dressés autour du château. Il s’agit d’installations légères et peu coûteuses : tout juste 14 gros pour les quatre râteliers126. Puis, en 1391-1392, deux habitants d’Upaix confectionnent des râteliers avec des buissons et les installent autour du château. Cette fois, le montant des travaux (4 florins) semble indiquer que les villageois ont posé une douzaine de ces râteliers. Ce travail ne requiert pas de compétence particulière puisque les deux personnes qui les installent sont également chargées de garder le château pendant cinq mois127. Les râteliers peuvent être chargés de pierres quand ils sont aménagés au sommet des murailles, autour des créneaux128.

  • 129 Définition d’après Finó, 1977, p. 171 et Fournier, 1978, p. 236.
  • 130 ADI, B 3010, f 281 r°, 22 mai 1371, Château-Queyras.

58Enfin, les braies qui désignent les murs dressés sur l’escarpe des fossés ont la même fonction que les râteliers dont ils ne constituent qu’un aboutissement maçonné129. Les râteliers et les braies, puis les ravelins et les boulevards (cf. infra) qui se généralisent au début du xve siècle, empêchent les accès au pied des murailles. Les seules braies aménagées dans un château du Haut-Dauphiné sont celles dont le gouverneur ordonne lui-même l’édification à Château-Queyras en 1371130.

Du pont-levis à la porte

  • 131 ADI, 8 B 30, ff 72-80, 15 septembre 1336, Château-Dauphin.
  • 132 ADI, 8 B 640, f 20 v°, 6 février 1366, La Bâtie-du-Pont.
  • 133 ADI, 8 B 638, f 18 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).
  • 134 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit reffici pontem exis (...)

59Présent dans les châteaux delphinaux comme dans les palais urbains, le pont-levis assure la protection des portes cochères et des portes piétonnes. Dès sa construction en 1336, le donjon de Château-Dauphin (Italie) est muni d’un pont-levis qui isole la porte d’entrée131. Dans la même châtellenie, à La Bâtie-du-Pont (Italie), la porte du château est doublement fortifiée par un chaffal en bois (cf. infra) et par un pont-levis palissadé et entièrement protégé par un chemin de ronde (57 florins, 8 gros et demi) en 1366132. Après les destructions infligées par les routiers, l’effort de fortification passe donc prioritairement par l’aménagement de nouveaux ponts-levis comme celui qui est construit au château de Bois-des-Ayes (Italie) avant 1364133. Quel que soit l’emplacement de ce dernier, il est certain que l’enceinte du château est munie d’au moins deux ponts-levis en 1390. L’un, dit supérieur, est réparé avec des poutres et renforcé latéralement avec des planches et comme l’autre, situé devant la première porte du château, est entièrement pourri au moment de la visite, quelques planches, deux chevalets et deux barres latérales sont achetés pour le refaire134.

  • 135 ADHA, Ms 651, 14 septembre 1380, Briançon.
  • 136 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun : « Item quod pons introitus palacii fiat de novo et (...)

60Dans les villes du Haut-Dauphiné, seules les portes principales sont concernéespar ces aménagements tardifs. À Briançon, c’est seulement en 1380 que le charpentier et maçon Jacques Raoul, de Briançon, élève un pont-levis devant la porte supérieure de la ville, c’est-à-dire du côté de Montgenèvre (29 florins et 20 gros tournois)135. Notons que le palais delphinal d’Embrun est lui-aussi précédé d’un pont-levis qui est renforcé avec des parabandes – des planches – en 1390136.

  • 137 À l’origine, le terme désigne les claies en paille qui renforcent les échiffes et non les échiffes (...)
  • 138 ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, comptes de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360) : « Item (...)
  • 139 ADI, 8 B 647, f 72 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item fe (...)

61Enfin, les réparations enregistrées autour des ponts-levis sont loin d’être mineures d’après les interventions qui se succèdent, par exemple, au pont-levis du château d’Exilles (Italie) entre 1360 et 1371. Avant 1360, deux hommes réparent les claies, sortes d’échiffes constituées de planches clouées (4 florins et 3 gros)137. Deux ans plus tard, deux charpentiers doivent fixer les planches du pont-levis avec des clous et des crochets (1,5 florin) puis avec des chevilles métalliques (1 florin)138. En 1370-1371, de nouvelles claies sont installées sur le pont-levis et leur coût (8 florins et 9 gros) incite à ne pas les considérer comme des constructions secondaires. En effet, si les matériaux employés ne sont pas onéreux, leur mise en œuvre nécessite la présence de nombreuses personnes139.

62Ainsi, tous les châteaux briançonnais situés sur la frontière orientale du Dauphiné sont munis de ponts-levis : Château-Dauphin (1336), Exilles (avant 1360), Bois-des-Ayes (avant 1364) et La Bâtie-du-Pont (1366). Quant aux châteaux et aux villes de la moyenne vallée de la Durance, ils sont dépourvus de ponts-levis même si des fossés entourent généralement au moins les donjons principaux (cf. supra).

Les réparations de la porte

  • 140 ADI, B 3010, ff 419 r°-421 r°, 15 février 1401. Ces visites se multiplient au début du xve siècle  (...)

63Toutes les ouvertures du château font l’objet d’une attention particulière au début du xve siècle, comme le révèlent par exemple les inventaires du mobilier réalisés à Château-Queyras, notamment celui de 1401 : dans cet inventaire, toutes les serrures des portes du château sont auscultées une à une (cf. infra)140. Des simples réparations des serrures ou des vantaux à l’aménagement de constructions complémentaires maçonnées ou en bois (guichet, chaffal, barbacane et ravelin, bretèche), tous les degrés de protection sont envisagés pour les portes dont la première défense réside dans leur localisation.

  • 141 Mentoulles : ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril (...)

64Ainsi, les portes sont aménagées au moins au premier étage des donjons(Réallon, Saint-Firmin, La Bâtie-Vieille et La Bâtie-Neuve). À l’extérieur de la tour de Saint-Clément, sous le seuil de l’arcade en plein cintre, deux trous signalent sans doute l’emplacement d’un plancher destiné à faciliter l’accès à la tour, ou d’un avant-corps en bois lui-même accessible par une échelle ou un escalier rampant (Figure 59). Tous les châteaux delphinaux sont pourvus de poternes qui sont utilisées en cas de danger pour quitter discrètement le château sans être vu : Mentoulles (Italie), Embrun, Briançon, Saint-Firmin (Figure 60) et Upaix, entre autres141. Quant aux portes situées dans les enceintes principales des châteaux, seules des installations récentes sont conservées comme le châtelet d’entrée du château de Rame, à Champcella : les deux tours qui flanquaient la porte ont été aménagées tardivement (1488) dans ce château situé en plaine (Figure 61).

  • 142 AC Briançon, CC 3, f 7 v°, 1368-1369 ; ADI, 8 B 654, f 9 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (...)
  • 143 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

65Les réparations de portes sont inévitables et les plus fréquentes se limitent aux changements de serrures et de clés : on enregistre ainsi de nombreuses mentions de ces menues réparations au château de Briançon entre 1368 et 1389. En 1368, le seuil d’une porte inférieure et le moraillon de sa serrure sont réparés. En 1382, le châtelain n’hésite pas à confier la réparation d’une clé cassée à un forgeron de la ville. La clé de la prison du château est faite cette année-là, puis en 1386, le châtelain commande une autre clé pour la nouvelle prison. Une autre porte du château et sa serrure sont également réparées en 1384, puis en 1386. Enfin, la porte de la loge du guetteur est munie d’une serrure et d’une clé en 1389. Le montant de l’ensemble de ces réparations ne dépasse pas 2 florins et demi au cours d’une vingtaine d’années et c’est seulement en 1395 que d’importants travaux sont entrepris au château de Briançon. Cette année-là, le maçon Bertrand de Lazer refait les arcs de la porte principale du château et d’une poterne située en arrière de ce dernier et, comme il les assemble avec des pierres de taille, les travaux atteignent la somme de 21 florins142. Notons enfin que dans la plupart des châteaux, les travaux se bornent aux réparations des serrures et non pas à leur remplacement143 !

Figure 59. Photo de la porte de la tour de Saint-Clément-sur-Durance. © N. Nicolas.

Figure 60. Photo de la poterne du château de Saint-Firmin (l : 92,5 cm). © N. Nicolas.

Figure 61. Plan du château et de l’enceinte de Rame à Champcella. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.

  • 144 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368) : « (...) f (...)
  • 145 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles.
  • 146 ADI, 8 B 654, f 7 r°, comptes de la châtellenie de Réotier (24 juin 1382-24 juin 1383) : « Item so (...)
  • 147 ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « Item solvi (...)

66Les changements de vantaux en bois donnent souvent l’occasion de remplacer les ferrures de ces portes (barres de fer, serrures, verrous, pentures, gonds, clous des planches doublées…), comme c’est le cas aux châteaux de Réotier et d’Upaix en 1368144. En 1390, la porte de la prison du château de Mentoulles (Italie) est équipée de protections supplémentaires : rien moins qu’une serrure, une barre, un verrou et des planches145 ! À Briançon, les châtelains enregistrent fréquemment de petites réparations mais ils en détaillent rarement la nature et la localisation146. Par ailleurs, ces travaux ne demandent pas de compétences spécifiques et ils sont très rarement confiés à des maçons147. Les réparations des ferrures de portes sont donc très courantes mais également peu coûteuses, sauf à les comptabiliser pendant une longue période.

  • 148 ADI, 8 B 642, f 14 v°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-1 (...)
  • 149 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item est neccessarium refficere ar (...)

67Mettant en œuvre des moyens plus importants, la réfection conjointe des portes et des ponts-levis n’est envisagée aux châteaux de Bois-des-Ayes (Italie) et de Bramafan (Italie) qu’à partir de 1390. Dans ce dernier château, l’aménagement de nouveaux escaliers s’accompagne évidemment de l’adjonction de nouvelles portes dans l’armurerie et la tour du massif (cf. supra). Au château de Bois-des-Ayes, une seule mention de réparation est recensée avant 1390148 et, cette année-là, tous les travaux sur les portes sont consécutifs au pourrissement normal des éléments en bois. Après avoir refait les piédroits de la porte de la tour du château, cette dernière est précédée par un pont amparé avec de nouvelles planches. Un second pont situé au-dessus – certainement une passerelle – est même couvert d’un appentis. Devant la première porte de la tour, on installe les douze marches qui manquent. Après la rénovation des portes de l’écurie, il faut également refaire le pont-levis situé devant la première porte du château. Comme il est entièrement pourri, de nombreuses planches sont remplacées et deux chevalets sont mis en place149.

  • 150 ADI, B 3126, f 90 r°, 28 juin 1484, Corps (Isère) : « Item plus est neccesse duplicare portam a pa (...)
  • 151 ADI, 8 B 624, f 122 r°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro II ostiis uno ultimo dicti palacii et ali (...)

68Rappelons que la condamnation temporaire voire définitive des ouvertures est également envisagée pour améliorer la défense des châteaux (cf. supra) et, faisant écho à une même préoccupation de défense, les vantaux des portes sont quelquefois doublés, c’est-à-dire renforcés avec de gros clous150. Ce procédé courant en Dauphiné est peu connu dans les châteaux du Haut-Dauphiné où les exemples, bien que touchant deux sites majeurs, le palais delphinal d’Embrun et la chambre de l’artillerie de Château-Queyras, sont pour le premier antérieur et pour le second légèrement postérieur à la période étudiée151.

  • 152 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, Bramafan.
  • 153 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « Ite (...)

69À l’opposé de ces mesures de précaution, il est rare d’agrandir les portes des châteaux et quand c’est le cas, d’importantes restrictions y sont apportées. Ainsi, au château de Bramafan (Italie, châtellenie de Bardonnèche), on aménage une porte double dans l’une des chambres basses mais elle est munie de serrures et de verrous, en 1390152. De même, au palais delphinal d’Embrun, la grande porte et son guichet sont couverts de peaux de bœuf afin de les ignifuger, en 1367-1368. Or, quelques années plus tard, les ébrasements de la porte de ce palais sont encore agrandis afin d’y loger une porte double, puis cette dernière est à nouveau réduite par l’adjonction, au centre, d’une « petite poterne » – c’est-à-dire une porte cochère153. Dans ce palais, les aménagements réalisés en 1390 ne font donc que reproduire la situation antérieure, le guichet étant seulement remplacé par une poterne. Aussi, la volonté de réaliser de grandes ouvertures, sans doute plus pratiques dans les niveaux inférieurs des châteaux, est tempérée par les impératifs de la défense.

  • 154 ADI, 8 B 644, f 29 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembr (...)
  • 155 ADI, 8 B 652, f 75 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1379-24 juin 1380).

70Seuls des guichets sont ouverts dans les vantaux des portes principales : ils permettent aux guetteurs de surveiller les abords du château et de contrôler ses accès.À Château-Queyras, des charpentiers aménagent un guichet dans l’une des deux nouvelles portes – celle qui est double – qu’ils viennent de réaliser au château, en 1367-1369154. La confection d’un tel guichet (1 florin) est également confiée à un charpentier au château d’Upaix, en 1379-1380155.

  • 156 La mise en défense de la ville de Langres (Haute-Marne) en 1356 fait la part belle à ces travaux, (...)

71Les réparations précédentes sont peu coûteuses mais comme elles sont mentionnées dans tous les châteaux dès 1368, c’est dire qu’elles représentent une priorité pour leur défense et même pour leur conservation. Comme dans les châteaux, de nombreux moyens s’offrent aux autorités urbaines pour organiser leur défense – des simples restrictions des entrées à la fermeture définitive de certaines portes. La plupart de ces moyens qui reposent essentiellement sur des travaux ont été évoqués dans les villes du Haut-Dauphiné (voir première partie : à Gap, à Embrun et à Briançon) mais, quel que soit leur degré de complexité, ils n’empêchent pas les attaques par surprise et par ruse156. Ces moyens, des constructions annexes (chaffal, bretèche, barbacane et ravelin) aux dispositifs internes de surveillance, sont d’ailleurs communs aux châteaux et aux villes.

Les constructions défensives autour de la porte

72Le chaffal, la bretèche, la barbacane et le ravelin sont des aménagements disposés devant ou sur la porte. Après avoir analysé les principales acceptions de chacun de ces noms (cf. supra), voyons quelles sont les principales réalisations rencontrées dans les châteaux.

  • 157 ADI, 8 B 640, f 20 v°, 6 février 1366, La Bâtie-du-Pont.
  • 158 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.
  • 159 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368). Le cha (...)
  • 160 AC Embrun, DD 122, 1529-1530.
  • 161 ADI, B 3122, f 92 r°, 19 février 1418, La Côte-Saint-André (Isère, ch.-l. cant.) : « Et a dicta tu (...)

73Le chaffal désigne une structure en bois qui surmonte la porte et ce n’est pas par hasard si le capitaine de La Bâtie-du-Pont (Italie) veille à la construction simultanée d’une porte et d’un chaffal dans ce château, en 1366157. Construction légère et amovible, le chaffal repose sur des consoles en bois comme pour ceux construits en 1417, le premier sur la chapelle castrale, le second dans un angle de mur, près de la salle, à Château-Queyras158. Le chaffal aménagé en 1368 entre une maison du palais delphinal d’Embrun et la courtine, atteint deux toises de haut (4,10 m) ce qui en fait un ouvrage relativement important159. Les chaffaux ne protègent donc pas que les portes : ils sont aussi construits sur les murailles des châteaux, une partie de ces derniers (par exemple, sur une tour) ou encore l’enceinte d’une ville. Les murailles d’Embrun sont ainsi protégées par des chaffaux en mélèze qui sont encore réparés au début du xvie siècle160. Sans doute sont-ils disposés le long des murailles en alternance avec les bretèches et les échiffes, entre les portes et les tours de flanquement161.

  • 162 ADI, 8 B 644, ff 39 r°-43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).
  • 163 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).
  • 164 ADI, 8 B 634, f 8 v°, compte du bailliage du Gapençais (29 mars 1359-20 mai 1360).

74C’est au château d’Upaix que le recours à ce type de construction est le plus massif, en 1368 comme après 1380. C’est « à cause des anglais présents dans la province » que le gouverneur du Dauphiné ordonne tout d’abord l’édification de dix chaffaux en bois, en 1368. Fabriqués avec trois douzaines de pièces de bois achetées à Saint-Julien-en-Beauchêne, les six premiers chaffaux complètent également l’aménagement d’une nouvelle palissade (15 florins). La même année, la construction de quatre chaffaux supplémentaires, de la coursière et des échafaudages est confiée à des charpentiers (8 florins)162. Puis, en 1390, afin d’en améliorer la défense, un nouveau chaffal est dressé derrière le donjon d’Upaix, en même temps que la construction et la réparation d’une partie de la coursière du château163. Le coût moyen des chaffaux oscille entre 2 et 3 florins à Upaix (1368) et jusqu’à 5 florins à Serres (1359-1360)164.

  • 165 AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376, d’après HAN, 1977, p. 186 : « passus Pertusii Rostagnii, qui cl (...)

75On a constaté avec l’exemple précédent que le chaffal ne constitue qu’une partie d’un dispositif d’ensemble visant à renforcer les défenses sommitales des murailles (coursières) et qu’il n’est jamais aménagé seul. C’est également le cas de l’ensemble fortifié du Pertuis Rostan qui inclut à la fois le Mur des Vaudois construit en 1376 et la porte – ou pas – du Pertuis Rostan fortifiée en 1368. Le premier n’est autre qu’une muraille en pierres avec des aménagements complémentaires : les bretèches et les chaffaux165. Dans cet exemple, les chaffaux peuvent désigner les hourds, remplacés ultérieurement par un chemin de ronde maçonné et un parapet crénelé – ce sont les vestiges actuels. Mais, comme le mur n’est traversé d’aucun trou de boulin, il a pu être élevé grâce à un échafaudage indépendant également désigné sous ce terme de chaffal. En l’absence de précision complémentaire, ces deux hypothèses de travail restent donc valables et, quelle que soit la solution retenue, les deux plaident en faveur d’une muraille élevée précipitamment, ce que les analyses monumentales ont déjà prouvé (voir première partie).

  • 166 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie).
  • 167 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accendi (...)
  • 168 ADI, 8 B 634, ff 146 v°-147 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 j (...)

76Aménagement défensif en pierres ou en bois, la bretèche surmonte généralement une porte ou ses abords, par exemple un pont-levis166. Au château de Mentoulles (Italie), le guet est même assuré depuis une bretèche, preuve que cette dernière désigne également une sorte de tour167. À Château-Dauphin (Italie), avant 1360, les charpentiers dressent cinq passerelles, « deux sur la porte et trois sur la tour » et fabriquent trois échelles, une civière et des claies (12,5 florins)168. Ces aménagements servent certainement à poser une bretèche sur la porte de la tour mais aussi à y transporter les matériaux.

  • 169 ADI, 8 B 655, f 164 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385)
  • 170 ADI, B 3010, f 414 r°, 14 mai 1402, Château-Queyras.
  • 171 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras : « Item ordinavit dictus magister turrim rot (...)

77Quant au coût de ces installations, à Château-Queyras, la construction de six bretèches en bois revient à 62 florins pour la main-d’œuvre et 18,5 florins pour les matériaux – notamment les ferrures – en 1384-1385. Ainsi, le prix global d’une bretèche atteint 13 florins et 2,5 gros – prix qui semble élevé mais qui s’explique aussi parce que la bretèche est couverte, c’est-à-dire charpentée et munie de lattes, de pannes et de chevrons169. Les réparations de ces constructions en bois sont fréquentes et, en 1402, on remplace deux corbeaux et une croisée en mélèze sur la bretèche surmontant la première porte du château (3 florins)170. Cette bretèche, même réparée, sert de modèle à une nouvelle bretèche circulaire aménagée en 1417 sur une tour ronde située également à l’entrée du château et jugée alors trop basse. Les dimensions des bretèches sont rarement indiquées et tout porte à croire que leur taille varie en fonction des constructions qu’elles coiffent. En 1417, une autre bretèche dressée à Château-Queyras sur un contrefort, derrière la salle du château, mesure tout de même 10 pieds de large (3,41 m)171.

  • 172 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item reperiit bertrachiam existentem de super (...)
  • 173 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.
  • 174 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin.

78Signe de leur fragilité et, paradoxalement, de la volonté de pérenniser ces constructions en bois, les trois bretèches qui surmontent la cuisine et une chambre basse du château de Mentoulles (Italie) sont planchéiées et renforcées (amparer) en 1390, comme elles l’avaient déjà été en 1362-1364172. De même, on rénove encore celles qui sont élevées à proximité des communs, en l’occurence les trois bretèches situées entre la cuisine et le grenier de Château-Queyras, en 1417173. Au cours de la seconde moitié du xve siècle, les dimensions des bretèches s’amplifient : maintenue avec des corbeaux en pierres de taille, équipée de deux arbalétrières et de deux ouvertures pour surveiller les abords de la porte, la bretèche décrite à Château-Dauphin (Italie) en 1470 est également qualifiée de « barbacane »174. Le châtelet d’entrée du château de Tallard, construit au début du xvie siècle, est également protégé par une bretèche maçonnée (Figure 62).

  • 175 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369 : « Item solverunt in domo Augnessie Bellere pro expensis fac (...)
  • 176 AC Briançon, CC 3, f 4 v°, 7 octobre-20 novembre 1368 : « (...) pro faciendo fieri portam dicti Fo (...)

79Enfin, le terme tornafol, rencontré à deux reprises en Briançonnais, désigne une porte dérobée ou aménagée dans une palissade en bois. C’est aussi une défense avancée du même type que la barbacane : il en existe une devant une maison de Briançon175 et au Pertuis Rostan, en 1368. Là, en plus de l’installation des vantaux de la porte, les clients doivent dresser devant elle des barbacanes en bois ou tornaffols (3 florins pour la main-d’œuvre et 16 gros pour le bois)176.

  • 177 D’après Finó, 1977, p. 170.
  • 178 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembr (...)

80D’autres dispositifs, en dur cette fois-ci, les ravelins et les barbacanes, traduisent la nécessité de renforcer les abords du château à la fin du xive siècle. La barbacane est une construction peu élevée, semi-cylindrique, ouverte à la gorge et aménagée face à l’entrée du château. En terre et en bois ou même maçonnée, la barbacane est quelquefois munie d’une porte à bascule, montée sur des charnières horizontales, mais elle n’est jamais complètement fermée afin d’empêcher le repli des assiégeants à l’intérieur177. On peut considérer que le mur élevé devant la porte de Château-Queyras, en 1367-1369, n’est autre qu’une espèce de barbacane178.

Figure 62. Photo de la bretèche (restaurée) du châtelet d’entrée du château de Tallard. © N. Nicolas.

  • 179 Par exemple à La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.) d’après ADI, B 3122, f 26 v°, 27 juin 1417.
  • 180 AC Gap, BB 3, f 15 v°, 17 février 1415 : « Die XVIIta mensis febroari fuit in consilio ordinatum q (...)
  • 181 Requin, 1912, p.241, d’après ADV, fonds Pons, n°414, [1411-1426] : « Item, in castro Bastide veter (...)

81Au début du xve siècle, les barbacanes maçonnées remplacent les anciennes bretèches alors que les ravelins, des barbacanes améliorées pouvant atteindre jusqu’à cinq toises de long179, sont aménagés le long de l’enceinte de Gap dès la seconde moitié du xive siècle, et précisément devant les portes des châteaux delphinaux dès 1390180. Les seuls vestiges attribuables à un ravelin sont ceux repérés devant la porte du château de La Bâtie-Vieille : ce ravelin aurait été construit au cours de l’épiscopat de Laugier Sapor, donc avant 1426 (Figure 63 ; Tableau 13)181.

Figure 63. Le ravelin devant la porte du château de La Bâtie-Vieille. © V. Perrot, ADHA, Fol pièce 266, 1910.

  • 182 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item visitavit dictus magister operum receptu (...)
  • 183 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418, Château-Queyras.

82À part ces quelques traces attribuées à un ravelin, les textes évoquent indirectement ces nouvelles constructions, comme les barbacanes, en les décrivant maladroitement. Le mur épais de 52 centimètres (1,5 pied) et haut de 1,36 mètre (4 pieds) qui est construit devant la porte principale du château de Mentoulles (Italie), elle-même réparée en 1390, ne peut être qu’un ravelin182. Enfin, à Château-Queyras, les dispositifs déjà importants qui touchent les abords du château – notamment la porte et le rempart – sont encore complétés par un ravelin installé à l’intérieur même du château, devant la porte d’une salle, en 1418183.

Les embrasures de tir

Les meurtrières et les arbalétrières

83Dans tous les châteaux de la région, il est particulièrement difficile de distinguer les simples jours des véritables meurtrières. Dans les deux cas, ces ouvertures se distinguent par la qualité de leur appareil comme dans la tour de La Paroisse de Savines. La face sud de cette tour en galets est en effet munie d’une petite ouverture en tuf taillé d’une hauteur maximale de 50 centimètres, pratiquement enterrée et faiblement ébrasée (largeur minimale : 0,80 m) : est-ce une meurtrière ou un simple jour (Figure 65) ?

  • 184 D’après Mesqui, 1979, p. 98 et Bonnabel, 1996, p. 116-121.
  • 185 A. Salamagne soutient que ces embrasures sont avant tout des « organes fonctionnels de défense » ((...)

84La difficulté pour identifier ces ouvertures est encore accrue par les remaniements successifs qui ont touché les constructions. Ainsi, dans la maison forte de La Bâtie-Saint-Julien, à Savines, une ouverture à ébrasement triangulaire située au rez-de-chaussée de la tour a été coupée par l’aménagement d’une porte (Figure 66). Il est donc utile de garder toujours à l’esprit la fonction mixte que peuvent avoir ces ouvertures, d’ailleurs baptisées « meurtrières d’éclairage » par J. Mesqui, et qui ont en commun la recherche d’évidement minimum du mur tout en assurant la résistance aux projectiles extérieurs et un éclairage suffisant de l’intérieur184. Ceci étant, la présence de seize ouvertures dans la tour de Saint-Clément n’élimine pas les angles morts, sans compter la difficulté pour quelques hommes de riposter efficacement depuis ces nombreuses ouvertures pratiquées à tous les étages (Figure 64). Cependant, il n’y a pas lieu de s’interroger davantage sur le fonctionnalisme de ces embrasures de tirs ou sur leur rôle symbolique – le corpus étudié ne permettant pas de proposer des analyses aussi pointues185.

  • 186 D’après Mesqui, 1979, p. 115.
  • 187 AC Gap, BB 2, f 6 r°, 19 juin 1406, Gap et f 41 r°, 12 février 1408. Voir également les ouvertures (...)
  • 188 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin.

85Notons que les archères ne sont jamais mentionnées dans les textes à l’inverse des arbalétrières (voir glossaire), de même que les arcs sont absents des inventaires mobiliers (voir première partie). En effet, comme les arbalètes ne peuvent pas être employées pour le tir plongeant, les embrasures de tir ayant un sol plat trahissent l’utilisation privilégiée de cette arme186. Trois arbalétrières en pierres de taille sont ainsi aménagées dans la Tour du Verger de Gap en 1406 et les syndics de la ville achètent à nouveau vingt-cinq pierres de taille pour les arbalétrières d’une seconde tour construite en 1408187. Enfin, le crénelage des murailles de Château-Dauphin (Italie) est animé par deux arbalétrières placées aux endroits les plus utiles pour la défense, encore en 1470188. Les arbalétrières sont donc les principales embrasures de tir dans les tours de flanquement des villes comme dans les châteaux du Haut-Dauphiné et ce, jusqu’à la fin du xve siècle.

  • 189 Toutes les mesures sont données à l’intérieur des constructions, tant pour la hauteur (H) que pour (...)
  • 190 P. Sailhan définit l’archère « défilée » grâce à son emmarchement, la hauteur du défilement (haute (...)

86Les dimensions des archères et des arbalétrières des châteaux du Haut-Dauphiné sont relativement homogènes d’après les relevés effectués dans les donjons isolés et les tours de flanquement, y compris dans les villes (Tableau 17)189. Des caractéristiques communes ont été relevées au Mur des Vaudois des Vigneaux (Figure 67), à la Tour Brune et à la Tour de l’Abattoir d’Embrun (Figures 68 et 69), au Château des Orres, à la tour de flanquement T2 du château de Réallon (Figure 70) et au donjon de Saint-Clément : le sol plat ; l’ébrasement triangulaire simple « en sifflet » ; la faible ouverture (1,70 m maximum pour l’archère défilée de la Tour Brune d’Embrun190) et la faible hauteur de la fente de tir.

Figure 64. Coupe ouest-est du donjon de Saint-Clément-sur-Durance. © Inventaire Général, 1971, S. Meyer / J.-Y. Lossy.

  • 191 Estienne, Nicolas, 1999, p. 176-181.
  • 192 Château de Quirieu (Bouvesse-Quirieu, Isère, cant. Morestel), deux archères dont une en croix, H : (...)

87Les arbalétrières situées dans le Mur des Vaudois, dans la Tour de l’Abattoir d’Embrun comme dans la tour de flanquement T2 du château de Réallon, sont similaires. Or, elles sont toutes aménagées dans des tours rondes ouvertes à la gorge qui – à l’exception du château de Réallon dont la datation est incertaine – sont parfaitement datées : 1376 pour le Mur des Vaudois, 1381 pour la Tour de l’Abattoir d’Embrun. Ces arbalétrières datées de la seconde moitié xive siècle sont parfaitement identiques à celles observées dans la Tour Brune d’Embrun, datée du début du xiiie siècle191. Il ne s’agit pas d’un particularisme local puisque les dimensions des archères sont également constantes dans les châteaux voisins du Grésivaudan, même au-delà du xive siècle192. Pour les archères comme les arbalétrières, le faible angle de tir de ces ouvertures sommitales suffit à se défendre contre les attaques qui se limitent à l’échalade (voir première partie) : leur inefficacité dans la défense de la base des murs est donc négligeable.

  • 193 Voir les récents débats entre A. Salamagne et J. Mesqui concernant les embrasures de tir des forti (...)

88Ainsi, les arbalétrières présentes dans les châteaux du Haut-Dauphiné ne peuvent en aucun cas servir de critère de datation, alors même que l’utilisation de la typologie de toutes les embrasures de tir (archères, arbalétrières et canonnières) en matière de datation est aujourd’hui la question principale qui partage les spécialistes193.

Tableau 17. Les dimensions des meurtrières et des arbalétrières.

Figure 65. Photo d’une ouverture de la tour de La Paroisse de Savines. © N. Nicolas.

Figure 66. Photo d’une ouverture remaniée dans la maison forte de La Bâtie-Saint-Julien à Savines. © N. Nicolas.

Figure 67. Photo d’une arbalétrière du Mur des Vaudois aux Vigneaux. © N. Nicolas.

Figure 68. Photo d’une arbalétrière de la Tour Brune d’Embrun. © N. Nicolas.

Figure 69. Photo de la fente d’une arbalétrière de la Tour de l’Abattoir d’Embrun. © N. Nicolas.

Figure 70. Photo d’une arbalétrière de la tour T2 du château de Réallon. © N. Nicolas.

Les canonnières

  • 194 D’après Mesqui, 1979, p. 119.
  • 195 ADI, B 3122, f 156 v°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item in archeria que est jux (...)
  • 196 Le château est composé d’un corps de logis dont la façade, récemment restaurée, est animée de fenê (...)

89C’est au début du xve siècle qu’apparaissent les premières canonnières ou bombardières – les deux termes étant usités simultanément. Ces ouvertures pour armes à feu sont d’abord simplement aménagées en taillant un orifice circulaire à la base de la fente des anciennes arbalétrières194 afin de tirer des boulets de pierres avec les canons195. Mais en Haut-Dauphiné, les exemplaires de ces ouvertures sont rares et mal documentés. Ainsi, au château de Rousset, en Gapençais, elles sont situées à la base d’une tour circulaire aménagée en pigeonnier : ce sont deux ouvertures en croix avec un orifice circulaire au-dessous, faisant état d’un remaniement postérieur au xive siècle – ce dont témoignent également les autres ouvertures du château196. Celles-ci ont d’ailleurs été remaniées puisque l’une des archères-canonnières surmonte une porte avec linteau en accolade (Figure 71).

  • 197 Description complète de ce château, dans Estienne, Nicolas, 1999, p. 166.

90De même, au château Saint-Jean dans la châtellenie de Montorcier (commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas), plusieurs embrasures pour armes à feu animent aussi bien le rez-de-chaussée que l’étage d’une tour ronde également transformée en pigeonnier197. Elles sont de deux types : l’un avec deux pierres de taille posées l’une sur l’autre, chacune étant pourvue d’une encoche semi-circulaire formant un orifice circulaire pour les armes de petit calibre ; dans l’autre type, l’orifice est simplement pratiqué à la base des deux pierres (H : 0,60 m, Figure 72). Dans cet exemple, le style homogène des embrasures laisse supposer que ce ne sont pas des archères retouchées pour l’usage des armes à feu mais bien des canonnières qui datent au plus tôt du second quart du xve siècle. Du reste, les fenêtres à croisées de la façade du corps de logis attenant à la tour, plaident en la faveur d’une construction plus récente encore – comme au château de Rousset.

91Ainsi, les deux seuls exemples d’archères-canonnières et de canonnières sont recensés dans des châteaux dont la construction est dépourvue de tout contexte historique assuré. Ce problème de datation des ouvertures pour armes à feu est encore compliqué par le fait que, d’après les textes, des canonnières sont aménagées en même temps que des archères jusqu’à la fin du xve siècle. Seule une archère-canonnière repérée au château de Tallard (Figure 57 : D et Figure 73) présente un dispositif en rame qui, comme d’autres aménagements similaires (bêche et étrier), visent à améliorer le champ de tir des archères. Ces procédés se multiplient dans la seconde moitié du xiiie et deviennent courants au xive siècle. La transformation de cette archère en canonnière ne peut pas être antérieure à l’extrême fin du xive siècle : or, les routiers Provençaux ont longtemps séjourné à Tallard d’où ils bloquaient toutes les communications vers Embrun en 1368 et 1369. C’est, en Haut-Dauphiné, la seule embrasure de tir attribuable à cette période.

  • 198 Les premières bombardelles sont mentionnées en 1418 (voir première partie). À ce sujet, voir Conta (...)
  • 199 Typologie d’après Sailhan, 1991, p. 66. E. Chalmin-Sirot a fait les mêmes constatations dans les c (...)

92Comme on l’a vu dans la première partie, l’absence de progrès notable en matière d’armement jusqu’en 1450 explique une répercussion tardive sur l’architecture militaire, et le passage répété des compagnies de routiers au cours de la seconde moitié du xive siècle n’a rien changé aux dispositifs de tirs conçus sur les mêmes modèles depuis le xiiie siècle198. C’est une preuve supplémentaire qui montre que la période est peu propice aux « nouveautés » : les aménagements liés à l’artillerie n’apparaissent pas avant le début du xvie siècle et encore, uniquement dans des châteaux de plaine comme celui de Tallard où la base du mur de l’aile des gardes, tourné vers le bourg, est rythmé par neuf canonnières à la française (Figure 74)199.

Figure 71. Photo d’une archère-canonnière du château de Rousset. © N. Nicolas.

Figure 72. Photo des canonnières de la tour du château Saint-Jean (Saint-Jean-Saint-Nicolas, ancienne châtellenie de Montorcier). © N. Nicolas.

Figure 73. Photo de l’archère-rame de la tour D du château de Tallard. © N. Nicolas.

Figure 74. Photo des canonnières de l’aile des gardes du château de Tallard. © N. Nicolas.

Notes

1 Manteyer, 1944, p. 729-730, d’après ADI, 8 B 380, ff 65-78, 2 janvier 1366-24 juin 1368.

2 Un exemple parmi d’autres : « Item solvit Johanni Bertrandi carpentatori pro recoperiendis tectis castri palacii, coquine in quibus posuit decem trentanerios postium de melese et pro aptando planchimentum de super stabulum et pro preparando aque d[uc]arum [in quo posuit] octo vel novem tesias canalium que opera fuerunt examinata et visa per probos viros juxta ordinacionem domini gubernatoris – reddit instrumentum confessionis dictorum proborum et etiam de solutione facta dicto Johanni : VII fl. » (ADI, 8 B 642, f 58 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin, 9 décembre 1365-22 avril 1367).

3 Plainte de l’évêque de Gap à propos d’une ville franche établie par le dauphin près de Gap, d’après ADBdR, B 473, 28 juillet 1338.

4 ADI, 8 B 655, f 28 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].

5 Estienne, Nicolas, 1999, p. 212. Notons que l’accès entre le troisième étage et la terrasse de la Tour Brune d’Embrun s’effectue également par un escalier droit intra-mural (l : 60 cm) aménagé dans le mur sud d’une épaisseur pourtant réduite (1,80 m).

6 ADI, 8 B 654, f 25 v°, comptes de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383) ; 8 B668, f 22 r° (24 juin 1395-24 juin 1396) ; 8 B 671, f 335 r° (24 juin 1397-24 juin 1398) et 8 B 680, f 7 v° (1413) : « copertudo turrim dalphinalem Montisalquerii ».

7 Roman, 1888b, p. 107, d’après ADI, B 2996 et B 3763, 11 septembre 1558, pièce.

8 Haute-Savoie, cant. Thonon-les-Bains. Constant, 1972 ; Poisson j.-m., sirot e., « Le bois dans les châteaux et maisons nobles de Savoie d’après les comptes de châtellenie », Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge. Actes du colloque de Lons-le-Saunier (23-25 octobre 1997) : à paraître.

9 Voir le détail des dépenses, d’après Feuillet, Guilhot, 1985, p. 14, p. 57 et p. 83-85.

10 ADI, 8 B 647, f 90 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) : « Item solvit Johanni Chamboni latomo pro reparatione cujusdam muri positi juxta palacium dalphinalem – reddit confessionem de soluto et testifficationem judicis de opere facto – qui murus est a parte orientali in angulo dicti palacii et levatus dessuper meniis dicti palacii, inclusis calce et omnibus ibidem implicatis : VI fl. ».

11 ADI, B 3010, f 406 r°, 28 août 1395, Château-Queyras.

12 ADI, 8 B 671, ff 144 v°-145 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras : « Idem visitando magnam turrim dicti castri reperiit ipsam in casi ruyne et fractam in duabus parietibus quia non fuerat fundata rationabiliter quia habet muros sutiles secundum altitudinem ipsius turris (...) » ; B 3010, f 406 r°, 28 août 1395 ; f 410 r°, 13 juillet 1399 ; f 414 r°, 14 mai 1402 et B 4364, pièce, 23 juillet 1417 : « Item visitavit dictus magister magnam aulam dicti castri quam reperiit fendutam a parte ecclesie dicti loci et est murus ab illa parte in periculo deruynandi quequidem aula continet undecim teyssias dalphinales longitudinis. Idcirco dictus magister ordinavit in dicta aula poni quatuor claves fusteas quamlibet longitudinis quinque teyssiarum dalphinalium et unius pedis altitudinis et unius spanni grossitudinis ».

13 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) et B 4364, pièce, 24 octobre 1418.

14 ADI, 8 B 662, f 196 r°, 17 août 1390, Embrun et 8 B 624, f 122 v°, 1334 (1340).

15 ADI, 8 B 655, f 29 r°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].

16 ADI, B 3754, v. 1445-1449 et 8 B 629, f 43 v°, compte de la châtellenie de Saint-Jean-de-Chassagne (7 mars 1342-23 décembre 1343).

17 Par exemple : ADI, 8 B 633, f 55 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357) : « Item eidem pro reparando turrim et menia fortalicii dicti loci : III fl. ».

18 ADI, 8 B 644, f 40 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item fecit fieri ad precium factum de mandato domini Bertrandi de Castello, militis, bayllivi Vapincesii et Baroniarum Medullionis et Montis Albani, presentis in ipso precio facto de refficiendis muris fortalicii de Upaysio versus fulcones a parte occidentali et a parte orientali supra ortum a parte orientali per magistrum Bertrandum de Comis et Jacobum de Comis, lathomos, dando eis pro qualibet teysia quadrata latitudinis sex palmorum scanne (sic : canne) septem gr. pro eorum operagio et ultra predicta debebat eis provideri expensis domini de lapidibus, aqua, morterio et manuoperariis in quo muro sunt quinquaginta scanne (sic : canne) quadrate in una parte et in alia parte XXXIIII scanne (sic : canne) quadrate adcendunt ad racionem qua supra : XLIX fl. ».

19 ADI, 8 B 653, ff 36 r°-37 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « Item cum mandato domini gubernatoris discretus vir Stephanus Vicini magister operum dalphinalium visitavit castrum Upaysii valde neccessariis ad reparandum, ordinavit quod ibidem reffici et de novo construi quendam parietem seu pannum muri barrii dicti castri omne dirruptum et destructum ipsumque murum dederit ad precium factum construendum magistro Guioto de Novalhia, lathomo (...) » et 8 B 654, f 43 v° (24 juin 1382-24 juin 1383) : « Item petit sibi deduci quos solvit Guioto de Novallia, lathomo, pro labore suo impenuoso in reparatione muri dicti fortifficationis de mandato domini gubernatoris : XL fl. ».

20 ADI, 8 B 653, f 37 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « Item et quandam acuam in pede aule viridis incohatam latitudinis a quolibet transgulari duarum cannarum et altitudinis trium cannarum bene constructam » et 8 B 662, f 173 r°, 24 août 1390 : « Et primo visitavit quandam arestam existentem a parte ville et invenit eandem defractam a pede usque ad summitatem taliter et per modum quod si de remedio ibidem non provideretur dicta aresta et murus aule viridis minantur ruinam. Ideo dictus magister operum ordinavit ibidem fieri unam accuam de subtus ante domum heredes Guillelmi Humberti clerici, bene fundatam usque ad bonum fundamentum de longitudine decem palmorum et de latitudine novem palmorum et de altitudine a pede usque ad summitatem quatuor cannarum vel de altitudine usque ad arestam factam de lapidibus sizis et fiat dicta accua taliter et per modum quod murus dicte accue comprehendat et ligetur cum alio muro et quod aresta supradicta facta de lapidibus sizis habeat suum sustenementum super dicta accua et fiat aresta dicte accue a parte ville de bonis lapidibus sizis videlicet a terra usque ad summitatem fracturas vero liget de bonis lapidibus a pede usque ad summitatem intus et extra, et in summitate muretur dicta aresta de novo usque ad summam duarum cannarum ».

21 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit levare murum existentem inter magnam turrim et murum dicti castri de altitudinis unius teysie et de grossitudinis dicti muri qua nunc est et de super facere antepectora et merletos ut decet ».

22 ADI, 8 B 653, f 37 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « acuam in pede aule » et 8 B 662, f 173 r°, 24 août 1390, Upaix.

23 Au château de La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.), le maître d’œuvre Antoine Richard doit solliciter l’accord de la Chambre des comptes avant de construire un glacis dont le coût est estimé à 187,5 florins (ADI, B 3126, ff 289 v°-290 r°, 9 avril 1485).

24 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon.

25 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.

26 AC Gap, BB 3, f 13 v°, 4 novembre 1414 : « Item fuit ordinatum quod dicti domini sindici compelli faciant dominum Anthonium Restelli ad claudendum foramen per eum factum in menio antiquo juxta ortum suum » et ADHA, F 2249, document n° 3, pièce n° 25, notes de Clément Amat, 22 mai 1511 : « Que les murailles des barris seront en l’état et réparées en l’état qu’elles sont, que personne ne pourra s’y appuyer ou y bâtir sans la permission dudit seigneur ».

27 ADI, 8 B 634, f 158 r°/v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1356-10 septembre 1359) : « Item de precepto domini Nicondi de Glaude, vicesgerentis tunc domini Vignayci capitanei in illis partibus tempore quo vascones erant in provincia, muniri fecit palatium domini et quasdam portas ibidem murari pro quibus solvit prout per particulas quas reddit unacum precepto et littera testimoniales vicejudicis Ebreduni declaratur moneta reducta ad fl. : VIII fl., V gr. » et 8 B 647, f 90 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) : « (...) pro salario et expensis duorum latomorum qui muraverunt portam dicti palacii : IIII fl., IIII gr. ».

28 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418, Château-Queyras : « Item causa deruendi latrinam sale predicte dicti castri et eam murandi de muro novo et claudendi » et 8 B 664, f 212 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1391-24 juin 1392).

29 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon : « Item ordinavit murari latrinas existentis in prima camera que est de super crotonas ex eo quia detempti ibidem possent exire per dictas latrinas et remurare bochetos qui sunt in eadem latrinas in summitate dicte turris et a parte dictarum latrinarum que latrine reddentur repparate inclusis lapidibus et calce pro sexdecim fl. ». Voir aussi à Lille (Nord), d’après Blieck, 1998, p. 208 et en Alsace, d’après Metz, 1992, p. 143.

30 Rey, 1971, tome 2, p. 280 et Mesqui, Faucherre, 1992, p. 49 et p. 55.

31 ADI, B 3, f 24, 20 juin 1376, Saint-Firmin : « (...) quoddam molare situatum prope villam Sancti Firmini predictam vocatum molare de castellario de super et juxta ripperiam Saveraychie pro dicto fortalicio ibidem construendo (...) ».

32 ADI, B 3, f 27, 20 juin 1376 : « Item que super dictum molare fiat a parte Sancti Firmini una turris pro majori parte extra et foris dictos muros, cujus muri fiant de grossitudine unius canne et de altitudine septem cannarum ».

33 ADI, B 3, ff 26-27, 20 juin 1376 : « Et primo quod dictum molare menibus circondetur quorum menium ambitus de quinquaginta ad sexaginta cannas existat. Item que dicta menia a parte montanee eleventur de altitudine quatuor cannarum inclusis merletis et de grossitudine fiant sex palmorum canne. Item que dicta menia a parte Saveyrachie eleventur in altum de altitudine trium cannarum et de grossitudine quatuor palmorum ».

34 ADI, B 3, f°27, 20 juin 1376 : « Item que subtus dictam turim a parte Saveraychie fiat porta dicti fortalicii de lapidibus quadratis per quam possit ingredi infra fortalicium predictum (…). Item que in alio latere dicti molaris, a parte inferiori versus Corvum fiat alia turis vacua tamen a parte interiori tante altitudinis et grossitudinis que sufficiat ad deffensionem menium illius partis ».

35 ADI, B 3, f°27, 20 juin 1376 : « Item que in dicta turri fiant tres vel quatuor planchi firmitati in retractis dicti muri ».

36 À l’exception d’une mention du « fortalicium » en 1371, signalée par J. Roman (Roman, 1888b, p. 85, d’après ADI, « De facto Sabine », cette source n’a pas été retrouvée) et ADHA, E Savines 151, 1532 : « un château avec son fort clos de murailles appartenant au dauphin ».

37 D’après Mesqui, 1979, p. 99.

38 ADHA, fol pièce 267, 1914.

39 Voir la reconstitution de ce type de tour pour le château de Tournel (Lozère), d’après Téaldi, 1980, p. 94.

40 ADI, B 3, ff 27-28, 20 juin 1376, Saint-Firmin.

41 41 ADI, B 3727, ff 30 v°-31 v°, 16 janvier 1357, procès entre le dauphin et les coseigneurs de Savines.

42 À propos de ces loges, voir Charbonnier, 1996, p. 232. Au château de Montaillou (Ariège), « les paysans des environs recevaient l’ordre d’y [basse-cour] construire des cabanes ou loges légères, provisoires mais bien approvisionnées ; un enclos pour le bétail était également aménagé à l’abri des murailles » (Baylé, 1971, p. 116 et Fournier, 1978, p. 236). La loge désigne également un poste de garde ou une galerie.

43 D’après Journot, 1993, p. 307.

44 ADI, B 3122, f 60 r°, 18 mai 1417, Crémieu (Isère, ch.-l. cant.).

45 ADHA, F 2237, [1543-1621].

46 ADI, B 3730, pièce papier, 1487, f 34 r°/v° : « Item dixerunt et confessi fuerunt quod dicti condomini habent castrum suum cum turri cadrata in Serro Arenerii circundatum menibus et clausura muri facta per ipsos homines et ipsorum predecessores et ipsi homines aliud receptum seu castrum fecerunt fieri versus montaneam Vacheriarum pro retracta et custodia ipsorum tempore periculi et guerre in quibus locis et castris se et bona sua retrahunt et retrahere possunt et debent et in quibus castris et receptis dicti condomini habent omne dominium superioritate et majori dominio dicto domino nostro dalphino ut supra semper salvis ».

47 D’après Reveyron, 1994, p. 95.

48 Ce château est décrit en 1425, d’après Inventaire Marcellier, Ms 170, f 258 r°, n° 707, terrier avec actes de reconnaissances dans lesquels 74 habitants déclarent que « les dits coseigneurs avaient audit lieu leur chasteau et tour quarrée clos de murailles ». S’agit-il du castellum rendable au comte déjà mentionné dans l’acte de donation du territoire, en 1127 ? (Chevalier, 1913-1928, tome 1, p. 577, n° 3392 ; Giordanengo, 1988, p. 36 et Fornier, 1892, p. 205). Au sujet du Château et du Fort des Orres, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 184-190.

49 Voir les exemples du Rouergue médiéval, d’après Miquel, 1981, tome 2, p. 148-152, et du village de Velleron, dans le comtat Venaissin. En 1376, une partie de ce village est fortifiée (fortia) : elle doit accueillir les forains dont les maisons sont alors rasées, d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 441.

50 D’après Viglino Davico, 1978, p. 207-220. À propos des enceintes-refuges en Italie, voir les travaux d’A. Settia (notamment Settia, 1976).

51 À Avignon, par exemple, les bretèches et les parapets en bois complètent les murailles de la ville (Hayez, 1978, p. 215). Voir aussi les villes de Langres (Haute-Marne), d’après Wilsdorf-Colin, 1998, p. 176 et d’Amiens (Somme), d’après Baudoux-Jung, 1998.

52 ADI, 8 B 634, f 37 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360).

53 Lescuyer-Mondésert, 1978, p. 170 ; Poisson, 1986, p. 257 et Cattin, 1990, p. 30.

54 Voir le pont de Pont-d’Ain (Ain, ch.-l. cant.) en 1322-1323, d’après Cattin, 1992, p. 122.

55 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367) : « Item tradidit magis dictus bayllivus dicto Martino Guay et Eymerico de Sala, qui ad precium factum debent facere seu fieri facere in dicto castro unam muetam fusteam juxta turrim massiciam a parte aque, longitudinis quatuor teysiarum et altitudinis unius teysie et dimidie et coperire de postibus et de subtus dictam muetam, facere unum palicium trium teysiarum longitudinis et altitudinis duarum teysiarum (...). Item debent refficere aliam muetam que est supra portam et pontem (...) ».

56 ADI, 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item solvit et deliberavit Petro Dalmasii lathomo carpentatori nomine sue et Jacobi Davidi etiam lathomi et carpentatori pro precio facto sibi dato per Stephanum Visini magistrum operum dalphinalium pro faciendo in dicto castro Quadracii sex bertachias fusteas copertas et planchiatas ».

57 ADI, 8 B 634, f 146 v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 1360) : « (...) pro una deffensa facta de super portam » ; 8 B 638, f 159 v° (24 février 1362-5 septembre 1364) : « Item unam amparam fusteam supra portam longitudinis panni muri » et f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « uno M. clavorum pro aptandis amparamentis dicti castri (...) ».

58 « Chaffallis seu eschiffis » (Château-Queyras, 1367-1369, ADI, 8 B 644, f 30 r°). Dans les comptes de la construction de Château-Gaillard (Ain), P. Cattin traduit « chafallis seu echifis » par « les échafauds ou échiffes » dans un texte de 1345-1346 (Cattin, 1990, p. 32).

59 Blieck, 1998, p. 201.

60 ADHA, Ms 651, 20 mars 1381, Embrun : « quatuordecim verdesquas lapideas barbacanatas ».

61 AC Guillestre, FF 4, 21 mai 1384.

62 Han, 1977, p. 186, d’après AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376 : « (…) passus Pertusii Rostagnii, qui clavis dicitur Brianczonesii, de muro sico fortificetur in congerie lapidum glomerosa, et de verdesquis et cadefalcis in numero competenti (...) ».

63 Fournier, 1973, figure n° 270.

64 ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364).

65 ADI, 8 B 654, f 7 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1382-24 juin 1383).

66 ADI, 8 B 655, f 243 v°, comptes de la châtellenie de Réotier (24 juin 1384-24 juin 1385) et 8 B 657, f 276 v° (24 juin 1386-24 juin 1387).

67 ADI, 8 B 644, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « Primo solvit et deliberavit Thome de Ast chapusio et Johanni Fache, pro ipsis et aliis chapusiis et manuoperibus qui construxerunt supra palacium quatuor eschiffas cum barbaquanis de novo constructis propter guerram, qualibet duarum tesiarum in quolibet quadro altitudinis unius teysie repinalis, inclusis manuoperariis qui perforaverunt murum – reddit confessionem : XXVIII fl. Item solvit pro XLVIII peciis fuste de mersen emptis et implicatis in dicto opere, pro qualibet pecia VI gr. et pro charreagio in quo fuerunt XLVIII paria boum, dato cuilibet pari IIII gr., sic pro toto : XL fl. Item pro duodecim duodenis postium emptis et implicatis in dictis operibus : XVIII fl. ».

68 ADI, 8 B 644, f 29 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) : « Primo solvit et deliberavit Johanni Aloerii, carpentatori pro se et quatuor aliis carpentatoribus pro eorum salario XII dierum quibus steterunt in fortifficatione dicti castri Quadracii in quo fecerunt octo eschiffas (...). De XVIIIXII postium novis et pluribus trabibus implicatis in dicto opere non computat nec non de pluribus manuoperariis quia communitas dicte castellanie tenetur solvere omnia exceptis ferramentis et salario magistrorum operariorum ».

69 Viollet-le-Duc, 1858-1875, tome 5, p. 331. En Bourgogne, il faut 4 à 5 journées à un charpentier et à ses valets pour construire une échiffe au château de Charolles, en 1360 (Jacquier, 1994, p. 124 et p. 255).

70 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit reffici quamdam logiam existentem in angularo muri dicti castri a parte viridarii » et f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item est neccessarium remenare logiam de altitudinis unius ped. et ponere de subtus in pede ».

71 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin (Italie) : « corseria super qua fiet garda ». Voir Poisson J.-M., Sirot E., « Le bois dans les châteaux et maisons nobles de Savoie et de Bresse d’après les comptes de châtellenie », Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge. Actes du colloque de Lons-le-Saunier (23-25 octobre 1997) : à paraître.

72 E. Viollet-le-Duc distinguait la coursière et la foresia dans son article « hourd » (Viollet-le-Duc, 1858-1875).

73 ADI, 8 B 24, f 78 r°, 12 juin 1339, Château-Queyras : « (...) quedam turris quadrata ad tertia soleria optime coperta ad foresiam » et 8 B 638, f 159 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364) : « Item fecit fieri dictus castellanus ex ordinacione dictorum capitaneorum in Castro Dalphino pro fortifficatione et deffensione ejusdem circumcirca dictum castrum rastellos de fusta ad finem quod non posset eschalari. Item unam foresiam supra turrim ».

74 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, château de Bramafan : « Item de faciendo corserias et ambulatoria dicti castri ab angulo camere armorum usque ad angulum camere de mansicio subtus copertum dicte aule et camerarum ».

75 ADI, 8 B 662, f 287 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1390-24 juin 1391) ; 8 B 24, f 64 r°, 28 mai 1339, Briançon et 8 B 664, f 226 r°/v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1391-24 juin 1392).

76 ADI, 8 B 647, f 72 r°, comptes de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) et 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390.

77 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon.

78 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383).

79 ADI, 8 B 634, f 146 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 1360).

80 ADI, B 3122, f 34 r°, 11 juillet 1417, Bellecombe (Isère, cant. Le Touvet).

81 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin (Italie) : « (...) et quod coperiatur ipsa corseria de grossis lapidibus seu lausis (...) ».

82 Fournier, 1978, p. 234.

83 ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « (...) pro salario certorum hominum qui magnam quantitatem lapidum posuerunt in deffensionem dicti castri (...) ». Au château de Montaillou (Ariège), « la basse-cour était limitée par des courtines qu’il fallait surmonter d’un chemin de ronde provisoire en bois, où l’on mettrait un approvisionnement de pierres à déverser sur l’ennemi » (Baylé, 1971, p. 115) et l’on transporte des « pierres et des cailloux dans la bastide [de Gironville] pour la défendre en cas de besoin » (Cattin, 1979, p. 15).

84 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item pro cledis factis et positis in corseriis murorum dicti fortalicii supra quas cledas et corserias ponuntur lapides ad deffensionem dicti fortalicii et per eas possunt ire homines deffensores circumcirca ad deffendendum tam pro adducendo dictas cledas seu corserias quam pro ponendo et allocando easdem : X gr. ».

85 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).

86 Rey, 1971, tome 2, p. 102, d’après ADI, 8 B 30, ff 72-81, 15 septembre 1336, Château-Dauphin et 8 B 24, f 86 v°, [1er-30] juin 1339, Bardonnèche.

87 ADI, 8 B 624, f 123 v°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro octo postibus positis in una lecteria et in sedibus merletorum : VIII gr. ».

88 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon et AC Gap, BB 2, f 5 v°, 19 juin 1406.

89 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier et 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes(Italie). À propos des parapets, voir Baudoux-Jung, 1998, p. 187, note n° 24.

90 ADI, 8 B 655, f 28 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385].

91 ADI, B 2953, f 399 r°/v°, 2 septembre 1397, Buissard. Cette manière de compter est courante :« autant sera taxé le vuyde que le pleyn entre lesdicts merles », d’après ADI, B 3126, Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère, ch.-l. cant.), 1485.

92 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item solvit pro ramis spinarum albepinarum et aliarum arborum positis infra fortalicium inter merletos murorum dicti fortalicii tam pro illis qui ciderunt dictos ramos quam pro illis qui ipsos posuerunt et ligaverunt inter dictos merletos – ne in ipsis scale possint appodiari : IIII gr. dymidio ». À propos de ce type de protection, voir Collin, 1978, p. 159 et Jacquier, 2000b, p. 159.

93 Procédé décrit à Langres (Haute-Marne) en 1356, d’après Wilsdorf-Csolin, 1998, p. 175.

94 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368) : « Primo deducuntur quos solvit et deliberavit Lantelmo Praerii, Martino Bonafosii, Berteno Tosquani et Johanni Poncii carpentatoribus et lathomis, qui fecerunt de postibus novis magnam portam castri et muraverunt inter merletos de altitudine merletorum et fecerunt parabandes, in quibus steterunt quilibet ipsorum sex diebus capiendo quilibet III gr. valent : VII fl. dy. ».

95 Enlart, 1929-1932, tome 1, p. 216 : « Dans le Midi, on a généralement couvert les colombiers circulaires ou carrés d’un toit à un seul rampant que dépasse la crête du mur ; ce rebord, qu’Olivier de Serres appelle parabande, ménage aux pigeons un abri contre le mistral ». Sournia, Vayssettes, 1991, p. 72.

96 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier.

97 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395, Château-Queyras : « Et reficere unum egredarium ab hostio dicte parve turis [capelle Sancti Nicolay] usque ad dictum pontem seu ambulatorium et de super dictum murum facere tres merletos cum duabus huicis seu aperturis ».

98 ADI, 8 B 662, f 130 r°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1390-24 juin 1391).

99 ADI, B 3122, f 157 r°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) et mantelli qui erant a parte recepti ponantur ad echamellum ad finem ut possit videri ad pedem muri et sint cruciati in medio » ; f 165 r°, 18 mars 1418, Quirieu (Bouvesse-Quirieu, Isère, cant. Morestel) : « Et in tribus in quibus sunt gironi sint archerie croysiate pro trahendo ad balistam sine apperiendo mantellum » et ADBdR, B 193, f 19 v°, 1408, Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence, ch.-l. cant.) : « mantelletos necessarios ad propugnacula ».

100 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, Exilles.

101 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.

102 ADI, B 3122, f 155 v°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item quod merleti existentes circa dictum castrum quia sunt nimius lati, reducantur ad duos ped. cum dimidium latitudinis et quod (barré : reffici) reparentur et imbochientur ».

103 ADI, B 3122, f 26 v°, 27 juin 1417, La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.).

104 ADI, 8 B 668, f 159 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item pro quodam itinere per quod ascenditur ad locum Castri Dalphini nec non pro ruppe dicti itineris cisa per Marcellinum Fabri de Castro Rodulpho et Johannem Fabri de Cerveria – ut constat per confessionem quam reddit : VI fl. ».

105 ADI, 8 B 647, f 72 r°, comptes de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item fecit fieri in dicto fortalicio unum gradarium a parte capelle Beate Katerine et aliud per quod ascenditur supra tornellam castri quodlibet de quinque teisiis. Item quoddam aliud gradarium de tribus teisiis quo ascenditur supra corserias (...) et gradarium lapideum in dicto muro antiquo (...) » et 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390 : « (...) in recepto dicti castri Exiliarum duo egraderia ad ascendendum supra corserias dicti recepti (...) ».

106 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, château de Bramafan : « Item de faciendo unum hostium in camera armorum dicti castri ad exiendum per egradarium ibidem fiendum quod ascendat ad magnam turrim rotundam et quod egradarium sit copertum de bonis materiis et postibus sicut decet (...). Item de faciendo unum hostium movens de camera manssicii ad ascendendum per egradarium ad turrim mansiciam et facere dictum egradarium copertum bene et sufficienter ».

107 D’après P. Cattin, au château de Luisandre (Ain, Saint-Rambert-en-Bugey, ch.-l. cant.), en 1312-1314, on achète 18 échelles longues de 5 toises pouvant accueillir trois hommes de front ! (Cattin, 1980-1981, p. 9).

108 Un seul exemple à Serres, avant 1360. ADI, 8 B 634, f 122 r°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1358-24 juin 1359).

109 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras : « Item visitavit dictus magister gradus per quo ascenditur infra dictam turrim quos reperiit deruptos et in ruynam existentes unde ordinavit dictus magister ipsos gradus de novo refficere de tribus peciis fusteis quamlibet longitudinis duarum teyssiarum cum dimidia. Item ordinavit refficere bochetos qui portant ipsos gradus ».

110 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accenditur ad bertrachiam in qua guayta dicti castri tubitur totaliter deruptum et pudrifatum et est necessarium eumdem refficere totaliter et de novo et sunt ibidem neccessarie tres planchie longitudinis trium teysiarum cum dymidia et grossitudinis unius palme canne. Item sunt neccessarie in eodem viginti scalona ».

111 ADHA, Ms 651, 22 novembre 1390, Briançon : « in operibus clausurarum menium, fossatorum, vallatorum ».

112 ADI, B 3145, f 4 v°, 19 novembre 1373.

113 ADI, B 3728, pièce, ff 6 v°-7 r°, v. 1400, articles 44 et 48 : « Item dicunt ut supra quod antiquitas pro construendo valla civitatis que tendebant a domo Petri Tholosani ultra ubi sunt modo orti sicut designant due cives que adhuc instant usque ad domum archiepiscopalem emerunt sindici civitatis plateas circumquaquem civitatem a XIIII thesiis inclusive ab extra menia dicte civitatis. (...) Item quod de predictis plateis sindici nomine universitatis sunt in vera et paciffica possessione locandi et albergandi dictas plateas » et AC Embrun, EE 19, 23 juin 1455.

114 ADI, 8 B 624, ff 134 r°-135 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1339-24 juin 1340).

115 Le donjon de Tallard est acquis par Arnaud de Trians (v. 1280-1341), d’origine gascone et neveu du pape Jean XXII, bien que « la salle du fort » soit mentionnée dès 1300. En 1322, Arnaud de Trians échange cette seigneurie avec les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem contre ses terres du royaume de Naples qu’il tenait du roi Robert d’Anjou depuis 1313. Le donjon de plan carré, élevé au centre d’une cour, correspond à un plan classique adopté au début du xive siècle en Gascogne (voir par exemple le château de Roquetaillade en Gironde). Bernardin de Clermont-Tonnerre entreprend la construction de la chapelle funéraire et de la salle des gardes avant 1522 et, en 1527, plusieurs hommages sont passés « dans la chambre de l’évêque » [Gabriel de Clermont]. Pour la description détaillée et la datation du château, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 92-97. Pour la biographie d’Arnaud de Trians, voir Claude, 2000, p. 142.

116 ADI, 8 B 644, f 41 r°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) et 8 B 662, f 171 v° (24 juin 1390-24 juin 1391).

117 Parmi les rares châteaux fossoyés du Dauphiné, celui de Saint-Georges-d’Espéranche (Isère, cant. Heyrieux) est situé en plaine : Rey, 1971, tome 1, p. 95 et tome 2, p. 222 ; Reynaud, 1992, p. 74. Voir aussi Mazard, 1990, p. 85, d’après ADI, B 3120, visite des châteaux delphinaux du Grésivaudan, 1339.

118 ADI, B 3122, f 92 v°, 19 février 1418, La Côte-Saint-André (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) et circumcirca dictam villam extra menia ad dimidiam teysiam prope muros fiat palissium de bonis palis fusteis bonum et sufficiens ad deffencionem ».

119 AC Briançon, CC 3, f 7 r°/v°, 1368-1369.

120 D’après Guillaume, 1884b, p. 12, 12 juillet 1360.

121 ADHA, F 2167, copie de Joseph Roman et Ms 170, Inventaire Marcellier, f 165 v°, acte n° 502, d’après AC Embrun, EE 17 (texte déchiré), 28 octobre 1366.

122 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367), Bois-des-Ayes : « (...) facere unum palicium trium teysiarum longitudinis et altitudinis duarum teysiarum. Item in introitu prime porte facere alium palicium longitudinis quinque teysiarum et altitudinis duarum teysiarum ».

123 ADI, 8 B 671, f 245 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398).

124 ADI, B 3122, f 67 r°, 28 mai 1417, La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.) : « (...) de bonis cleis fusteis cleallari et lapidibus muniri (...) ».

125 ADI, B 3122, f 158 r°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item quod omnes arbores que sunt circa castrum a magno muro castri inferius descendendo per duas thesias scindantur et tollantur et alia nemora que sunt circa castrum scindantur et mundentur ad duas thesias prope murum et residuum dicti nemoris ayetur ».

126 ADI, 8 B 638, f 159 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364) : « Item fecit fieri dictus castellanus ex ordinacione dictorum capitaneorum in Castro Dalphino pro fortifficatione et deffensione ejusdem circumcirca dictum castrum rastellos de fusta ad finem quod non posset eschalari » et 8 B 644, f 30 v° (6 novembre 1367-4 mai 1369) : « Item solvit pro factura quatuor rastellorum quolibet quinque teysiarum positorum circumcirca fortalicium Castri Dalphini : XIIII gr. ».

127 ADI, 8 B 664, f 21 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item petit sibi magis deduci quos solvit pro faciendo rastellarum boyssonarum et cargarum fortalicium Upasii circumquaque Poncio Bechardi et Ludovico Gache quibus dedit ad precium factum de precepto domini bayllivi precio : IIIIor fl. ».

128 ADI, B 3122, f 167 v°, 18 mars 1418, Quirieu (Bouvesse-Quirieu, Isère, cant. Morestel) : « Item quod rastelli circumcirca dictum castrum renoventur et espinentur ac onerentur lapidibus » et f 128 r°, 26 février 1418, ville d’Albon (Drôme, cant. Saint-Vallier) : « Item quod ratellentur merleti et muri circumcirca ».

129 Définition d’après Finó, 1977, p. 171 et Fournier, 1978, p. 236.

130 ADI, B 3010, f 281 r°, 22 mai 1371, Château-Queyras.

131 ADI, 8 B 30, ff 72-80, 15 septembre 1336, Château-Dauphin.

132 ADI, 8 B 640, f 20 v°, 6 février 1366, La Bâtie-du-Pont.

133 ADI, 8 B 638, f 18 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).

134 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item ordinavit reffici pontem existentem a parte superiori videlicet a parte aque de bonis trabibus et coperiatur de super de bonis postibus a duobus appentis et imparetur a duobus lateribus (...). Item visitavit pontem anteriorem existentem ante primam portam dicti castri et invenit eumdem totaliter putrefactum et est neccessarium eumdem facere et refficere de novo et defficiunt in dicto ponte sex planchie de longitudinis alterius pontis antiqui cum duobus chavaletis et de super plantare cum bonis postibus castaneti de grossitudinis trium digitorum et ponantur due barre ab utraque parte dicti pontis ».

135 ADHA, Ms 651, 14 septembre 1380, Briançon.

136 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun : « Item quod pons introitus palacii fiat de novo et quod parabandetur a parte anteriori de bonis postibus ».

137 À l’origine, le terme désigne les claies en paille qui renforcent les échiffes et non les échiffes elles-mêmes. Voir à Pont-d’Ain (Ain, ch.-l. cant.) en 1307-1308 et en 1339, d’après Cattin, 1992, p. 60 et Cattin, 1993, p. 114.

138 ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, comptes de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360) : « Item solvit pro reparatione clede pontis dicti loci (...) et pro clavellis ferreis ibidem implicatis : I fl. Item pro duobus magistris positis in reparatione clede pontis quia pontem debent reparare (...) inclusis ferrolio et clavellis in cleda positis : III fl., III gr. » ; 8 B 638, f 61 v° (10 février 1362-8 mai 1364) : « Item solvit duobus carpentatoribus qui aptaverunt clavem pontis levatorii ubi steterunt per tres dies et pro crochiis et clavellis ibidem implicatis : XVIII gr. » et 8 B 642, f 14 v°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367) : « Item in reparando ponte levatorio de Exiliis et ponendo ibidem quatuor chavilliis ferreis : I fl. ».

139 ADI, 8 B 647, f 72 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item fecit fieri cledas pontis levatorii Exiliarum quia communitas tenetur facere pontem et manutenere in quo opere steterunt XXIIII ( ?) operarii dando per diem cuilibet incluso cibo III gr. et pro clave et sera dicte clede quorum omnium reddit particulas et nomina magistrorum et confessionem de soluto que constituerunt : VIII fl., IX gr. ».

140 ADI, B 3010, ff 419 r°-421 r°, 15 février 1401. Ces visites se multiplient au début du xve siècle : voir les inventaires des châteaux de La Mure et de Vizille (Isère, ch.-l. cant.) en 1411, d’après ADI, B 4361, ff 2 v°-4 v°.

141 Mentoulles : ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) ; 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun ; 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391) et 8 B 668, f 174 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

142 AC Briançon, CC 3, f 7 v°, 1368-1369 ; ADI, 8 B 654, f 9 r°, comptes de la châtellenie de Briançon (24 juin 1382-24 juin 1383) ; 8 B 655, f 234 r° (24 juin 1384-24 juin 1385) ; 8 B 657, f 270 v° (24 juin 1386-24 juin 1387) ; 8 B 661, f 112 r° (24 juin 1389-24 juin 1390) et 8 B 668, f 174 v°, 9 septembre 1395, Briançon : « Item reperiit voltam magne porte anteriori dicti castri totaliter destructam et est neccessarium eandem refficere de novo de bonis lapidibus cisis de latitudine et altitudine (barré : alterius posterle) in qua nunc est. Item invenit posterllam existentem retro dictum castrum totaliter destructam et est neccessarium ipsam refficere de novo videlicet voutare de bonis lapidibus cissis de latitudine et altitudine alterius posterle ».

143 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

144 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368) : « (...) fecerunt de postibus novis magnam portam castri (...). Item pro clavellis et goyfonibus implicatis in dicta porta, prout dicti magistri testifficant suis juramentis, XV parpallolias valent : IX gr. » et f 41 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : « Item solvit pro sarralliis et clavibus positis in magna janua et in cameris et capella et posterla et pro goyfonibus positis in dicta capella quia nulle sere erant in dictis edifficiis : II fl. ».

145 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles.

146 ADI, 8 B 654, f 7 r°, comptes de la châtellenie de Réotier (24 juin 1382-24 juin 1383) : « Item solvit causa aptandi januam dicti castri : V gr. dy. » ; 8 B 655, f 243 v° (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item pro aptando portam aule castri et pro una sera in dicta porta : III gr. » et 8 B 657, f 276 v° (24 juin 1386-24 juin 1387) : « Item pro reparatione porte anterioris dicti castri et pro sera : IV gr. ».

147 ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « Item solvit et deliberavit Michaeli Johannis et Michaeli Agulloni, lathomis, pro reparatione portalis donjoni de Upaysio quod minabatur ruynam (...) : II fl., I gr. ».

148 ADI, 8 B 642, f 14 v°, compte des bailliages de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367) : « (...) et pro prima porta dicti castri etiam aptanda ».

149 ADI, 8 B 666, ff 357 v°-358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes : « Item est neccessarium refficere arestas hostii dicte turris et facere pontem existentem ante dictum hostium et defficiunt ibi tres trabes longitudinis duarum teysiarum cum dymidia et ultra et plantare et amparare ab utroque latere de bonis postibus (...). Item ordinavit reffici pontem existentem a parte superiori videlicet a parte aque de bonis trabibus et coperiatur de super de bonis postibus a duobus appentis et imparetur a duobus lateribus (...). Item est neccessarium facere primum hostium turris et defficiunt ibidem duodecim scaloni et tres planchie longitudinis duarum teysiarum. Item est neccessarium recoperire stabulum dicti castri et ponere duo lindaria de super hostium deretro stabulum. Item visitavit pontem anteriorem existentem ante primam portam dicti castri et invenit eumdem totaliter putrefactum et est neccessarium eumdem facere et refficere de novo et defficiunt in dicto ponte sex planchie de longitudinis alterius pontis antiqui cum duobus chavaletis et de super plantare cum bonis postibus castaneti de grossitudinis trium digitorum et ponantur due barre ab utraque parte dicti pontis ».

150 ADI, B 3126, f 90 r°, 28 juin 1484, Corps (Isère) : « Item plus est neccesse duplicare portam a parte interiori de bonis potestibus (sic) refforsalis de papulo sive pibol et costabit dicta duplicatura inclusis postibus clavellis de tribus milhiers et manu magistri : XIII gr. ».

151 ADI, 8 B 624, f 122 r°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro II ostiis uno ultimo dicti palacii et alio facto in tornella in quibus intraverunt VIIIto postes quia sunt duplicia cum clavis palmatis » et 9 B 30 bis, f 171 r°, 19 juin 1418, Château-Queyras : « Primo fecit de novo de bonis postibus melezi portam esedre dicte camere et ipsam duplic[uit] et clavellavit ac barris ferreis, clavis, cardinibus et aliis necessariis muniverit ».

152 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390, Bramafan.

153 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « Item solvit Jacobo Martuelli de Ebreduno pro precio quinque pellium seu coriorum boum clavellatarum et positarum in magna porta et guicheto magne porte palacii pro tuiciori custodia dicte porte – reddit confessionem : V fl. » et 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390, Embrun : « Item quod porta reducta dicti palacii alargetur de uno pede cum dimidio et ibidem fiat porta duplex de (barré : bonis) grossis postibus et fiat in medio una parva posterla et quod ipse magister teneatur emere suis sumptibus barras ferri competenter, confonos (sic) etiam et clavem ».

154 ADI, 8 B 644, f 29 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369).

155 ADI, 8 B 652, f 75 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1379-24 juin 1380).

156 La mise en défense de la ville de Langres (Haute-Marne) en 1356 fait la part belle à ces travaux, d’après Wilsdorf-Colin, 1998, p. 174. Les possibilités d’attaquer les portes sont infinies, d’après Miquel, 1989, p. 36-39.

157 ADI, 8 B 640, f 20 v°, 6 février 1366, La Bâtie-du-Pont.

158 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.

159 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368). Le chaffal surmontant deux merlons du château de Voiron (Isère) mesure une toise de haut et deux toises de large (ADI, B 3122, f 157 v°, 15 mars 1418) et celui dressé entre deux tours de la ville de Grenoble (Isère), mesure sept pieds de haut (B 3122, f 188 v°, 28 avril 1418).

160 AC Embrun, DD 122, 1529-1530.

161 ADI, B 3122, f 92 r°, 19 février 1418, La Côte-Saint-André (Isère, ch.-l. cant.) : « Et a dicta turri cornerii fiant etiam chaffalli in locis competentibus de sex in sex theysiis ultra bertrachias et eschiffas ordinatas per dictum bayllivum sic faciendo usque ad portam Brissiaci ».

162 ADI, 8 B 644, ff 39 r°-43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

163 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).

164 ADI, 8 B 634, f 8 v°, compte du bailliage du Gapençais (29 mars 1359-20 mai 1360).

165 AC Briançon, EE 14, 28 avril 1376, d’après HAN, 1977, p. 186 : « passus Pertusii Rostagnii, qui clavis dicitur Brianczonesii, de muro sico fortificetur in congerie lapidum glomerosa, et de verdesquis et cadefalcis in numero competenti (...) ».

166 ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie).

167 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accenditur ad bertrachiam in qua guayta dicti castri tubitur (...) ».

168 ADI, 8 B 634, ff 146 v°-147 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (28 novembre 1357-24 juin 1360).

169 ADI, 8 B 655, f 164 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).

170 ADI, B 3010, f 414 r°, 14 mai 1402, Château-Queyras.

171 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras : « Item ordinavit dictus magister turrim rotondam supra portam introitus dicti castri existentem, quam reperiit nimis bassam, unde ordinavit dictus magister supra eamdem fieri unam bertrachiam rotondandam (sic) que capiat angulare muri ibidem existentem et quod dicta bertrachia fiat ad similitudinem bertrachie que est supra portam primi recepti dicti castri (...). Item ordinavit dictus magister supra magnam acuam retro dictam aulam existentem fieri unam bertrachiam fusteam decem pedum latitudinis cum aliis neccessariis scelicet panseriis copertura, chivronis et pomelli ».

172 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item reperiit bertrachiam existentem de super dictam cameram male imparatam et est neccessarium eamdem imparare et trablare bene et sufficienter (...). Item reperiit bertrachiam existentem de super coquinam totaliter deruptam et deypannatam et est neccessarium eamdem retablare et imparare bene et sufficienter » et 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).

173 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras.

174 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin.

175 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369 : « Item solverunt in domo Augnessie Bellere pro expensis factis per homines infrascriptos videlicet ex causa faciendi palium et tornaffol qui est ante domum Johannis Rodulphi (...) ».

176 AC Briançon, CC 3, f 4 v°, 7 octobre-20 novembre 1368 : « (...) pro faciendo fieri portam dicti Foramini Rostagni et aliquos tornaffos ubi essent necessarii et eisdem solverunt ut sequitur qui clientes exteterunt (barré : octo) tribus diebus ».

177 D’après Finó, 1977, p. 170.

178 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) : « Item solvit pro victu Petri Davidis, Guillelmi Tiherii, Bondoni Borrelli, Guillelmi Borrelli et Bondoni Molinerii, VIIIto dierum quibus steterunt in dicto castro murando et faciendo unum murum ante portam dicti castri, computando pro quolibet per diem pro dicto cibo I gr., adcendit : III fl., IIII gr. – reddit confessionem. De salario ipsorum non computat quia nichil solvit ».

179 Par exemple à La Tour-du-Pin (Isère, ch.-l. cant.) d’après ADI, B 3122, f 26 v°, 27 juin 1417.

180 AC Gap, BB 3, f 15 v°, 17 février 1415 : « Die XVIIta mensis febroari fuit in consilio ordinatum quod domini Petrus Taterii et Stephanus Ysoardi reparari faciant cursores presentis [civitatis], portaliaque et revellinos et pontes levadissos ». Les ravelins de la ville sont cités en 1378, d’après AC Gap, AA 5, 21 juillet 1382 : bulle du pape Clément VII confirmant la charte conclue entre l’évêque de Gap et les consuls le 7 mai 1378, article 57.

181 Requin, 1912, p.241, d’après ADV, fonds Pons, n°414, [1411-1426] : « Item, in castro Bastide veteri, feci levari turrim et mellotari, cum nunquam habuisset complementum et revellinum ante portam ut in alio castro ».

182 ADI, 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Item visitavit dictus magister operum receptum portalis dicti castri ubi sunt fiendi circa XVI teysie muri altitudinis quatuor ped. et grossitudinis unius ped. cum dymidio. Item est neccessarium refficere portam revellini dicti castri et de subtus lindare, actare bene et sufficienter ».

183 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418, Château-Queyras.

184 D’après Mesqui, 1979, p. 98 et Bonnabel, 1996, p. 116-121.

185 A. Salamagne soutient que ces embrasures sont avant tout des « organes fonctionnels de défense » (Salamagne, 2001a, p. 77-80).

186 D’après Mesqui, 1979, p. 115.

187 AC Gap, BB 2, f 6 r°, 19 juin 1406, Gap et f 41 r°, 12 février 1408. Voir également les ouvertures de tir de la ville d’Amiens (Somme) au xve siècle, d’après Baudoux-Jung, 1998, p. 188.

188 ADI, B 3124, f 40 v°, 20 août 1470, Château-Dauphin.

189 Toutes les mesures sont données à l’intérieur des constructions, tant pour la hauteur (H) que pour la largeur de l’ébrasement interne (l).

190 P. Sailhan définit l’archère « défilée » grâce à son emmarchement, la hauteur du défilement (hauteur de l’emmarchement) étant supérieure à celle de la fente de tir : « le tireur doit monter jusqu’à l’ouverture pour tirer, puis il redescend, ce qui le met à l’abri des coups d’embrasure ». Or, à la Tour Brune, il n’y a que deux marches ce qui rend difficile l’accès en hauteur, la fente de tir atteignant 1,40 m (l : 20 cm) pour une hauteur totale de 3,20 m (Sailhan, 1991, p. 65).

191 Estienne, Nicolas, 1999, p. 176-181.

192 Château de Quirieu (Bouvesse-Quirieu, Isère, cant. Morestel), deux archères dont une en croix, H : 4-5 pieds ; l : 3 doigts (ADI, B 3122, ff 164 r°-165 v°, 1418) ; château de Voiron (Isère, ch.-l. cant.), deux archères en croix, H : 4 pieds ; l : 3 doigts (B 3122, f 156 r°/v°) et en 1498, trois archères, H : 3,5 pieds (B 3130, pièce).

193 Voir les récents débats entre A. Salamagne et J. Mesqui concernant les embrasures de tir des fortifications royales de Carcassonne : Salamagne, 1998a et b, Salamagne, 1999, Mesqui, 1979 et Mesqui, 2000.

194 D’après Mesqui, 1979, p. 119.

195 ADI, B 3122, f 156 v°, 15 mars 1418, Voiron (Isère, ch.-l. cant.) : « Item in archeria que est juxta conductum aque a parte oriente in angulo galarie, fiat unum pertusium rotundum pro trahendo unum cannonum dimidii pedis (…). Et in qualibet fenestra, una archeria quatuor pedum altitudinis, trium digitorum latitudinis croysiata in medio et in qualibet una cannoneria dimidii pedis rotunditatis pro jaciendo lapidis ponderantes III libras ».

196 Le château est composé d’un corps de logis dont la façade, récemment restaurée, est animée de fenêtres à croisées et à traverses simples. Ce corps de logis est flanqué, au sud, d’une tour circulaire où sont percées les deux archères-canonnières.

197 Description complète de ce château, dans Estienne, Nicolas, 1999, p. 166.

198 Les premières bombardelles sont mentionnées en 1418 (voir première partie). À ce sujet, voir Contamine, 1986, p. 144 et Mesqui, 1986a, p. 118.

199 Typologie d’après Sailhan, 1991, p. 66. E. Chalmin-Sirot a fait les mêmes constatations dans les châteaux savoyards (Chalmin-Sirot, 1996, p. 138).

Table des illustrations

Légende Figure 37. Coupe et plan du donjon de La Tourronde. © Relevés Inventaire Général – N. Pégand, 1994.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Figure 38. Photo de l’escalier intra-mural du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Figure 39. Photo du donjon de La Roche-des-Arnauds. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Légende Figures 40 et 41. Photos du rempart taluté du château de Saint-Firmin, côté nord. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Légende Figure 42. Photo de la base talutée du donjon de La Tourronde. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Figure 43. Carte de situation du château de Saint-Firmin. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende Figure 44. Plan du château de Saint-Firmin. © Inventaire Général – S. Meyer, 1971.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Figure 45. Coupe du château de Saint-Firmin. © Inventaire Général – S. Meyer, 1971.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Figure 46. Photo de la tourelle située à l’ouest du château. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Figure 47. Photo du parement ouest du donjon depuis l’intérieur. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 48. Photo du jour-archère, parement sud du donjon, avec le mur de la courtine, à droite. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Figure 49. Plan du château de Réallon. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA, 1996.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Figure 50. Carte de situation du Château et du Fort des Orres. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Figure 51. Plan du Fort des Orres. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Figure 52. Photo du mur M2 (intérieur), depuis le sud-est. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Figure 53. Plan du Château des Orres. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende Figure 54. Photo du Château des Orres, détail du mur M4. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende Figure 55. Photo du couronnement du donjon de Saint-Firmin. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Légende Figure 56. Plan topographique du donjon de La Bâtie-Vieille. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Légende Figure 57. Plan du château de Tallard. Joseph Vollaire, 1915, ADHA, folio A pièce 261.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Figure 58. « Veue du chasteau de Tallart en Dauphiné » en 1597. J.-P. Leclerc, ADHA, F 3016.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Légende Figure 59. Photo de la porte de la tour de Saint-Clément-sur-Durance. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 929k
Légende Figure 60. Photo de la poterne du château de Saint-Firmin (l : 92,5 cm). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Figure 61. Plan du château et de l’enceinte de Rame à Champcella. © Document G. Lemaire, N. Nicolas, DRAC PACA-SRA.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 62. Photo de la bretèche (restaurée) du châtelet d’entrée du château de Tallard. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 63. Le ravelin devant la porte du château de La Bâtie-Vieille. © V. Perrot, ADHA, Fol pièce 266, 1910.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Légende Figure 64. Coupe ouest-est du donjon de Saint-Clément-sur-Durance. © Inventaire Général, 1971, S. Meyer / J.-Y. Lossy.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Tableau 17. Les dimensions des meurtrières et des arbalétrières.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Légende Figure 65. Photo d’une ouverture de la tour de La Paroisse de Savines. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Légende Figure 66. Photo d’une ouverture remaniée dans la maison forte de La Bâtie-Saint-Julien à Savines. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende Figure 67. Photo d’une arbalétrière du Mur des Vaudois aux Vigneaux. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Figure 68. Photo d’une arbalétrière de la Tour Brune d’Embrun. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende Figure 69. Photo de la fente d’une arbalétrière de la Tour de l’Abattoir d’Embrun. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Figure 70. Photo d’une arbalétrière de la tour T2 du château de Réallon. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 71. Photo d’une archère-canonnière du château de Rousset. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Figure 72. Photo des canonnières de la tour du château Saint-Jean (Saint-Jean-Saint-Nicolas, ancienne châtellenie de Montorcier). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Figure 73. Photo de l’archère-rame de la tour D du château de Tallard. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Légende Figure 74. Photo des canonnières de l’aile des gardes du château de Tallard. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1684/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 748k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site