Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Seconde partie. Les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné

Matériaux et artisans du bâtiment

Texte intégral

1L’analyse des matériaux doit précéder l’étude typologique des réparations et des nouvelles constructions. Les unités de compte comme le setier, la charge et le muid sont présentées au moment de l’analyse des matériaux concernés (chaux, sable). Les autres unités de compte sont la pièce (planche, pièce de charpente), la douzaine (planches), la centaine (clous), le millier (clous, essandoles, tuiles) et le poids (métal). Afin de comparer les coûts des matériaux, il faut s’entendre sur les mesures employées dans chaque texte et qui reposent, pour la longueur, sur la subdivision de la toise delphinale ou canne :

  • La toise delphinale (2,046 m) dont le pied mesure 0,341 mètre – le pied étant la sixième partie de la toise1. Dans les châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (Italie), la toise est plus petite (1,8755 m) car elle ne vaut que 5 pieds et demi2.
  • La canne, synonyme de la toise, varie selon les localités entre 1,87 mètre (Château-Ville-Vieille et Guillestre) et 2,05 mètres (Chorges, Embrun et Saint-Firmin). Elle est divisée en 8 pans ou palmes (0,23 m à 0,26 m). La palme moyenne utilisée pour les calculs est de 0,2435 mètre.
  • 3 ADI, B 3010, f 419 v°, 15 février 1401.
  • 4 ADI, 8 B 662, f 173 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).

2L’aune, unité de mesure des tissus, est mentionnée à une seule reprise dans l’inventaire du mobilier à Château-Queyras pour mesurer des planches3 ! Celles-ci sont plus généralement comptées en fil, dont la surface est de 3 toises carrées (voir glossaire). De même, la coudée est une mesure de longueur utilisée une seule fois, à Upaix4.

  • 5 ADI, B 3, ff 26-27, 20 juin 1376 : « Item que dicta menia a parte montanee eleventur de altitudine (...)

3La valeur de ces mesures est confirmée d’après la comparaison entre les mesures relevées aujourd’hui au château de Saint-Firmin et celles qui ont été fixées lors de la visite du gouverneur en 1376, avant la construction du château. Par exemple, l’épaisseur des murs de l’enceinte varie de 1,08 mètre au sud à 1,45 mètre au nord, soit 4 palmes « du côté de la Séveraisse » à 6 palmes « du côté des montagnes »5.

La charge des matériaux (l’attrait) et l’outillage

  • 6 ADI, 8 B 660, f 359 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) : « Item (...)
  • 7 ADI, 8 B 653, f 36 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).

4En règle générale, le châtelain est le seul responsable des matériaux entreposés dans le château dont il a la garde, comme le rappelle le compte de la châtellenie de Briançon en 1388-13896. C’est également au châtelain qu’incombe la tâche principale de fournir les matériaux nécessaires au chantier quand il passe un prix-fait avec un maître d’œuvre au nom du dauphin. Ainsi, quand le maçon Guiot de Novalhe reconstruit une partie de la muraille du château d’Upaix en 1380, le dauphin approvisionne le chantier en « pierres, chaux, sable et autres matériaux de construction nécessaires »7.

  • 8 ADI, B 2992, f 386, d’après Roman, 1886, p. 17 et Falque-vert, 1997, p. 226.
  • 9 ADI, 8 B 638, f 54 r°, compte de noble Pierre Aynard [12 juin 1363-12 janvier 1364].
  • 10 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417.

5Les charges financières sont quelquefois partagées, d’une part, entre le dauphin et les communautés et d’autre part, entre les différentes communautés d’une châtellenie. Ce mode de répartition est source d’importants litiges dans la châtellenie du Queyras mais, déjà en 1282, en accordant le droit de construire la maison forte d’Abriès, le dauphin concédait aux habitants le droit d’exiger des corvées de bois et de pierres, de transport des matériaux et de main-d’œuvre pour la construction de ladite maison forte8. Plus tard, pour les travaux de fortification effectués par des charpentiers d’Aiguilles à Château-Queyras, tous les matériaux sont à la charge de la communauté du Queyras et la main-d’œuvre à la charge du dauphin (1363-1364)9. Mais en 1371, le coût des matériaux et de leur transport – notamment la chaux – est partagé non sans difficulté entre les différentes communautés du Queyras : Arvieux, Abriès, Aiguilles et Ristolas (cf. infra). Ceci explique sans doute qu’au début du xve siècle, le transport des matériaux soit pris en compte dans les prix-faits sauf si les communautés du Queyras en acceptent le charroi, auquel cas le coût en est déduit du prix-fait global10.

  • 11 Aujourd’hui Molines-en-Queyras. ADI, 8 B 671, f 146 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras.

6Afin de réduire ces coûts de transport, le partage des dépenses sous-entend qu’une répartition logique soit faite entre chaque communauté. Ainsi, d’après les déclarations du châtelain en mai 1398, les communautés de la vallée se répartissent entre elles l’approvisionnement de tous les matériaux mais aussi le coût de la main-d’œuvre. En effet, les pierres, la chaux, le sable et le plâtre sont à la charge des communautés de Ristolas, d’Abriès, d’Aiguilles et d’Arvieux tandis que le bois d’œuvre est fourni par les communautés de Molines et de Saint-Véran et la main-d’œuvre par les habitants de Château-Queyras11. Ce mode de répartition des charges prend donc en considération la localisation des matériaux et de la main-d’œuvre – cette dernière étant fournie par les habitants les plus proches du château.

  • 12 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembr (...)
  • 13 ADI, B 3010, ff 413 v°-414 v°, 14 mai 1402.

7Enfin, en ce qui concerne le partage des charges entre les communautés du Queyras et le dauphin, il est d’usage que les premières paient le salaire des manœuvres et les attraits (bois, chaux, sable, pierres et eau), à l’exception du métal et du salaire des maîtres d’œuvre, financés par le dauphin – comme c’est le cas dans le prix-fait précédent (1398)12. Pourtant, dans un prix-fait établi en 1402, le maçon Jacques de Vercelino doit fournir tous les matériaux nécessaires (bois, plâtre, chaux, sable et pierres), sauf le métal. Cette spécificité s’explique-t-elle parce que le maître d’œuvre du Dauphiné, lors de sa contre-visite du château, a contesté les matériaux employés par l’artisan précédent pour faire un fourneau, ce qui a entraîné la rédaction du nouveau contrat ? En fait, seule l’âme en bois du fourneau est conservée et le nouveau maçon désigné comme expert est tenu responsable de la qualité des matériaux qu’il utilise13.

  • 14 ADI, 8 B 662, f 199 r°, 13 juillet 1390, Réotier.
  • 15 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393 et 4 avril 1396, Briançon.
  • 16 ADI, 8 B 662, f 174 r°, 24 août 1390, Upaix.

8Plus généralement, le partage des frais entre les communautés, le dauphin et éventuellement l’artisan, fait fortement fluctuer le montant des prix-faits. Ainsi, quand la communauté de Réotier accepte de fournir tous les matériaux nécessaires au charpentier pour les réparations qu’il effectue au château en 1390, on constate que le montant du prix-fait est faible (40 florins), vue l’ampleur des réparations qui touchent l’ensemble du château (toitures, maçonneries et enduits…)14. Inversement, à Briançon, comme le maçon Bertrand de Lazer se procure tout l’attrait nécessaire pour édifier trois nouvelles tours, chaque toise lui est payée 5 florins, soit le plus haut prix constaté. De même, pour la construction de la tour et des murailles attenantes à sa maison, un Briançonnais assume la coupe et le transport des arbres du bois de la Pinée ainsi que le transport de la chaux dont le four est construit par les syndics dans le bois de Côte Rouge, et il reçoit 50 florins en contre-partie15. Enfin, quand le maçon assure l’approvisionnement de tous les matériaux nécessaires aux maçonneries du château et du four d’Upaix (1390) – moellons pour le blocage du mortier, pierres de taille, chaux, sable et carreaux de terre cuite – le montant du prix-fait qui atteint 170 florins compense justement ces charges et aucun artisan ne propose une meilleure offre aux enchères16.

  • 17 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).
  • 18 Un même règlement est en usage à Briançon. A.D.I, 8 B 666, f 14 v°, compte de la châtellenie de Br (...)
  • 19 ADI, 8 B 662, f 195 r°/v°, 22 juin ; f 197 r°/v°, 17 juin et f 196 r°/v°, 17 août 1390.

9Une répartition spécifique semble s’imposer dans les seigneuries partagées entre le dauphin et l’archevêque d’Embrun (Terre commune). Ainsi, pour les travaux entrepris après l’incendie de la tour commune de Chorges, le dauphin paie la moitié des matériaux (8 florins et 4 gros / 16 florins et 8 gros) et un peu moins de la moitié de la main-d’œuvre (20 florins / 50 florins)17. De même, un règlement particulier affecte l’approvisionnement du bois et son transport à Embrun : dans les prix-faits établis les 17 et 22 juin au palais delphinal, tous les matériaux sont à la charge du maçon sauf le petit bois dont le châtelain assume également le transport (« de nemoribus brandantibus »)18. Aucun changement n’intervient dans le troisième prix-fait dressé au palais delphinal et pour lequel le notaire n’hésite pas à énumérer tous les matériaux : les pierres, la chaux et le sable, le bois et les planches, les tuiles, 4 000 clous… et même l’eau19 !

  • 20 Ce plan a été fréquemment adopté dans les villes provençales à la fin du xive siècle : à Sisteron (...)

10Finalement, on s’aperçoit qu’aucune règle générale ne s’impose dans la répartition de la charge des matériaux et que ce partage se négocie avec plus ou moins de facilité sur chaque chantier, ce qui n’a rien d’exceptionnel étant donné le nombre de paramètres à prendre en compte : types de travaux, artisans, origine des matériaux et nature du transport. S’il n’existe donc pas de règle générale, notons que la récupération des matériaux (cf. infra) et l’économie d’utilisation que l’on peut faire sur ce genre de dépenses n’est pas négligeable, ce qui explique sans doute le succès d’un type de plan adopté par de nombreuses tours de flanquement construites ex nihilo : la tour ouverte à la gorge20. Or, la Tour de l’Abattoir du rempart nord d’Embrun (voir première partie), la tour T2 du château de Réallon et les trois tours du Mur des Vaudois aux Vigneaux (cf. infra) sont toutes des constructions postérieures à 1370 – hypothèse de travail pour la tour T2 du château de Réallon (Figure 28) – ce qui traduit bien la double nécessité d’économiser les matériaux et de construire rapidement.

  • 21 Par exemple : ADI, 8 B 72, f 184 v°, 21 août 1381 et f 185 v°, 9 mai 1382, Jean Roux, de Saint-Bon (...)
  • 22 AC Gap, BB 2, f 28 r°.
  • 23 AC Gap, BB 2, ff 5 r°-41 v° : transport de 1 000 charges (25 mai 1406, 20 mai 1407, 4 juin 1407), (...)
  • 24 AC Gap, BB 2, f 36 r°, 6 août 1407.
  • 25 ADI, 8 B 649, f 27 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372).
  • 26 À titre de comparaison, en Forez, la location d’un charretier et de son attelage oscille entre 2 g (...)
  • 27 ADI, 8 B 668, f 381 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1395-24 juin 1396).

11Quant au charroi des matériaux, il est confié soit à des artisans, soit à des bouviers, simples paysans qui effectuent ainsi leurs corvées (cf. supra à Château-Queyras), soit occasionnellement aux villageois qui louent leurs services pour le transport des matériaux21. Ainsi à Gap, le transport des pierres qui alimentent le four à chaux de Bonne en avril 1407, est assuré par des Gapençais et des habitants de la vallée du Champsaur (Saint-Julien, Le Noyer, Saint-Bonnet et Saint-Laurent-du-Cros) et de Barcillonnette (ch.-l. cant.), village situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Gap. Le coût de location journalier d’une paire d’ânes dépend évidemment de l’éloignement de ces villageois par rapport à la ville : de 2 gros pour les Gapençais à 3 gros pour les habitants venant de Saint-Julien, de Saint-Bonnet-en-Champsaur ou de Saint-Laurent-du-Cros22. Le Gapençais Jean Julien, parfois assisté par son frère Guillaume, transporte l’essentiel des charges de sable utilisées dans les travaux de la ville, entre 1406 et 140823 et, en août 1407, il assure également le transport des angles des arbalétriers de la Tour du Verger24. Enfin, il arrive que les hommes affectés à la garde d’un château participent également à ses travaux. Ainsi Jacques Alrand, client, travaille pendant sept jours comme manœuvre pour transporter la chaux et les pierres pour la construction de la salle d’audiences du palais delphinal d’Embrun, en 1371-137225. De même que celui des ânes, le coût de la location journalière d’une paire de bœufs varie entre 4 gros (1367-1368, Embrun) et 1 florin (1395-1396, également à Embrun) – ce qui fait du transport des matériaux une charge très importante pour les chantiers du Haut-Dauphiné26. Ainsi, pour les réparations de la salle d’audiences et du consulat d’Embrun (1395-1396), le dauphin et l’archevêque d’Embrun paient 15 florins chacun, uniquement pour le transport du bois par 30 paires de bœufs27.

  • 28 À ce sujet, voir les cas du Dôme de Milan (Braunstein, 1985, p. 91) et de la Bourgogne (Jacquier, (...)
  • 29 ADI, 8 B 624, ff 122 r°-123 v°, 1340 (1334), Embrun.
  • 30 ADI, 8 B 624, f 123 v°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro tribus trabibus positis in falconibus qui (...)
  • 31 ADI, 8 B 655, f 29 r°/v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385]. Soit une dé (...)
  • 32 ADI, B 3126, f 102 r°, 12 novembre 1481, Réotier : « Item plus pro murando chabronos dicte turris (...)

12Enfin, en plus de l’étude du coût des matériaux et de leur transport, la charge des outils utilisés sur les chantiers est un paramètre à bien considérer. Comme cet outillage n’est jamais mentionné ni dans les comptes de châtellenie ni dans les prix-faits, cela laisse supposer que les artisans intervenaient sur les chantiers avec leurs propres outils28. Une seule exception concerne le chantier du palais delphinal d’Embrun où sont comptabilisés tous les matériaux nécessaires ainsi que les quelques outils traditionnels en fer (maillets et masses, coins pour tailler la pierre ou fendre le bois, limes), les appareils et les instruments de chantier (cordes et échelles)29. Comme seuls engins de levage, des systèmes de poulies et de cordes appelés fauconneaux sont employés pour monter les matériaux les plus encombrants lors de la construction du palais delphinal d’Embrun30. L’achat des pièces nécessaires pour assembler ces engins est alors prévu avec celui des autres matériaux. Par exemple, pour les travaux de maçonnerie réalisés sur la terrasse de la tour de Montalquier, en 1384, il faut faire une passerelle en haut de celle-ci. Le châtelain achète une grosse corde pour monter les matériaux à l’aide d’une poulie ainsi que deux auges constituées de planches clouées pour transporter le mortier et les pierres31. Sur la plupart des chantiers, de simples échelles suffisent car les charges à élever sont moins lourdes32.

Le bois d’œuvre et les pièces de bois

  • 33 ADI, 8 B 644, f 39 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : achat de tro (...)
  • 34 À propos des opérations d’abattage, de débardage, de débitage et de séchage, voir Bernardi, 1995, (...)
  • 35 Bernardi, 1995, p. 457. Le cairat désigne une pièce de bois flotté à Gap, d’après Aimès, 1965b, p. (...)
  • 36 ADI, 8 B 624, f 121 r°, 1340 (1334), Embrun, et Bernardi, 1995, p. 137, tableau 25.
  • 37 AC Embrun, DD 122, 1529-1530 : quayrel de sapin, L : 2 ; 2,5 ; 3 ; 3,5 ; 4 ; 4,5 ; 5 ; 5,5 ; 6 et (...)
  • 38 ADI, 8 B 644, f 39 r° et f 41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369). À (...)

13Le bois d’œuvre ou fust est acheté directement aux marchands de bois dans les régions de production, comme à Saint-Julien-en-Beauchêne (cf. infra)33. Ce sont des pièces équarries ou des planches dont la préparation, de l’abattage des arbres jusqu’à la commercialisation du produit fini, échappe totalement à notre documentation34. Le quayrel, terme uniquement usité à Embrun, désigne une « pièce de bois équarrie »35. Sur le chantier de construction du palais delphinal, on utilise 65,5 de ces quayrels de mélèze, longs de 6 cannes (12,30 m), au prix de 16 gros la pièce – tarifs inférieurs aux prix pratiqués à Aix-en-Provence au xve siècle, pour du bois d’importation il est vrai36. Lors de la réfection des chaffaux de la ville d’Embrun au début du xvie siècle, on utilise des quayrels dont la longueur peut atteindre 7 cannes pour les pièces de sapin et jusqu’à 6 cannes pour les lattes de mélèze37. À Upaix, en 1368, les pièces de bois (fusts) sont transformées en planches pour la construction de chaffaux et d’une coursière mais aussi pour aménager les platelages (pontilia) d’un échafaudage. Cet échafaudage sur rang de perches est maintenu avec vingt cordes38.

Figure 28. Photo de la tour T2 du château de Réallon : tour ouverte à la gorge. © N. Nicolas.

  • 39 Roman, 1923, tome 2, p. 104-108, charte n° 164, 10 juin 1265 : « Et quod domus de Villare Roberto (...)
  • 40 Roman, 1923, tome 2, p. 163, charte n° 196, 24 janvier 1282 : « Item quod possint ibi boysayrare e (...)
  • 41 À propos de l’utilisation fréquente du bois vert, voir Chapelot, 1975 ; Chapelot, 1999, p. 194 et (...)

14L’emploi du bois vert et du bois mort – ou bois sec – est évoqué dans plusieurs chartes de l’abbaye de Boscodon. En effet cette abbaye a, depuis le milieu du xiiie siècle, réglementé les usages de ses bois notamment dans la forêt de Montmirail où les habitants du hameau de Villard-Robert sont autorisés à couper du bois mort, en priorité et, à défaut, du bois vert pour des usages domestiques : bois de construction (?) et de chauffage39. Depuis le xiiie siècle, la ville d’Embrun revendique les mêmes droits dans les montagnes proches de l’abbaye pour le bois qu’elle utilise comme matériau et comme combustible, notamment dans les fours à chaux (cf. infra)40. En distinguant le bois vert du bois mort dont elle accorde les autorisations de ramassage au compte-goutte, l’abbaye de Boscodon entend défendre avant tout ses intérêts économiques41.

  • 42 À Château-Dauphin, on refait les planchers des trois étages de la tour avec 428 planches en mélèze (...)
  • 43 Achat de planches en mélèze et en sapin pour réparer des meubles au château de Bois-des-Ayes (8 B (...)
  • 44 ADI, B 3124, f 41 r°, 20 août 1470, Château-Dauphin.
  • 45 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon et B 3126, f 121 r°/v°, 17 juillet 1484, Briançon.
  • 46 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon.
  • 47 ADI, B 4364, pièce, 17 octobre 1418, Château-Queyras.
  • 48 ADI, 8 B 666, f 358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie).

15Pour la période étudiée, les essences sont rarement mentionnées ; cependant, on sait que le mélèze, imputrescible, est très employé à Château-Dauphin (Italie), à Château-Queyras et au palais delphinal d’Embrun, tant pour le gros œuvre (charpentes et toitures) que pour les aménagements intérieurs (planchers)42, y compris pour le mobilier43. De même, on refait une porte à Château-Dauphin (Italie) avec des planches de mélèze épaisses de 3 doigts et renforcées avec des clous (doublées)44. En 1480 et en 1484, toutes les réparations des escaliers de la grande tour, des huisseries des fenêtres et de la coursière du château de Briançon sont réalisées avec des planches de mélèze45, de même que les 64 toises2 de toiture de la grande salle et de deux chambres46. Outre le mélèze, on trouve aussi de l’orme à Château-Queyras au début du xve siècle47. Enfin, notons que le pont-levis situé devant la première porte du château de Bois-des-Ayes (Italie) est rénové avec de bonnes planches de châtaignier, en 139048.

  • 49 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383) ; B 436 (...)

16Comptabilisées le plus souvent à la douzaine, les planches sont achetées et payées par le châtelain. Les fils de planches désignent une surface comprise entre 3 toises2 (12 m2) et 6 cannes2 (24 m2) et comme la largeur des planches n’est jamais mentionnée au moment de l’achat, cela sous-entend que cette dernière est variable puisque seule importe la surface totale couverte. On utilise cette mesure lors de la réfection des hourds de la tour de Montalquier (1382-1383), pour les planchers du palais delphinal d’Embrun (1390) ainsi que pour les lattes refaites dans ce bâtiment (1484). Le prix moyen d’un fil de planches transporté à pied d’œuvre est de 12,5 gros d’après les prix relevés à Montalquier (10 gros, 1382-1383) ainsi qu’à Embrun pour des planches de sapin (12 gros, 1484) et d’autres fils de planches (16 gros) employées pour réparer le toit du palais delphinal en 145849.

17Les écarts de prix sont déterminés par la nature des essences, les dimensions des pièces et les approvisionnements mais on peut proposer, à titre indicatif, quelques coûts :

  • Une poutre (charreria) longue de 7 cannes coûte 4,5 florins à Embrun50. Les poutres en mélèze sont généralement longues de 5 à 6 toises – mesures similaires à celles rencontrées à Aix-en-Provence51. Il paraît totalement exclu que les poutres longues de 12 toises utilisées pour les coursières du château d’Exilles (Italie) soient d’un seul tenant. En effet, la mention à Pertuis (Vaucluse) d’une poutre de Boscodon mesurant 9 cannes de long (18 m) constitue déjà un record52.
  • Une perche (pertica) de mélèze, longue de 3,5 cannes, ne coûte que 6 gros à Embrun53. La perche est une pièce légère souvent fixée aux murs et qui sert de potence pour suspendre les armes comme c’est le cas au château de Briançon où elle mesure 4 toises de long54.
  • Une pièce de bois (pecia) large d’une palme (24,35 cm), longue de 3,5 toises, revient à 3 gros ; une pièce longue de 4 toises, à 3,5 gros et une pièce de 5,5 toises, à 4 gros55. À Chorges, une pièce de bois utilisée pour réparer la tour incendiée revient à 4 gros – ce qui donne une idée de ses dimensions d’après les prix précédents56. Chaque pièce de bois (peciarum mayerie, fustes) achetée par le châtelain d’Upaix à Saint-Julien-en-Beauchêne coûte – sans compter le transport – entre 5 gros (1367-1369) et 6 gros (1363-1365)57. Enfin, on ignore pourquoi le châtelain d’Embrun achète en même temps 48 pièces de « bois de mars (?) » et 144 planches « simples » pour la construction de quatre nouvelles échiffes au palais delphinal (1367-1368). Les 48 premières pièces, quatre fois plus chères que les autres planches, sont acheminées par 48 paires de bœufs, chaque paire en transportant une, ce qui indique le volume de ces pièces non débitées58.
  • 59 Parmi de nombreux exemples : ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie) : « Item (...)
  • 60 ADI, 8 B 624, ff 121 r°-122 r°, 1340 (1334), Embrun et B 4364, pièce, 17 octobre 1418, Château-Que (...)
  • 61 ADI, 8 B 668, f 22 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1395-24 juin 1396).

18Les dimensions et les essences, d’une part, les conditions des prix-faits qui varient (origines de l’approvisionnement, nature du transport), d’autre part, rendent illusoire toute tentative d’établir un prix moyen pour les planches qui sont utilisées pour couvrir (coperire) et pour renforcer (amparare, retablare) les constructions les plus variées59. On note toutefois les ventes suivantes : 12 planches (post) : 1 florin à Embrun ; 12 planches de mélèze et d’orme, longues de 9 pieds : 1 florin également, à Château-Queyras ; enfin 12 planches de mélèze longues de 2 cannes : 8 florins60. Le prix à l’unité oscille donc entre 1 et 8 gros – ce dernier prix se rapportant à une pièce de taille exceptionnelle puisque sur le chantier de Montalquier, en 1395-1396, une grosse planche coûte déjà 3 gros61.

  • 62 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

19Dans les châteaux delphinaux, les constructions en bois qui ont été incendiées par les Provençaux sont rapidement remplacées. C’est le cas des planchers et de l’escalier de la tour commune de Chorges, refaits en 1369. Le coût des 50 pièces de bois nécessaires est dérisoire (16 florins et 8 gros) par rapport au salaire du charpentier qui réalise ces travaux et qui reçoit 50 florins, soit 75 % des dépenses totales. De cela, le dauphin ne prend en charge que 28 florins et 4 gros, soit 42,5 %62.

L’approvisionnement

  • 63 Sclafert, 1926, p.314 et p.678 ; Sclafert, 1959 et Bernardi, 1998c, p.49 : bibliographie complète (...)
  • 64 ADI, 8 B 634, f 20 v°, compte du bailliage des Baronnies de Mévouillon et de Montauban (13 mai 135 (...)

20L’approvisionnement dans les forêts de résineux du Boscodon, dans la vallée de la Durance, et dans les forêts du Bochaine, dans la vallée du Buëch, est attestée avant le xive siècle63. Ainsi, les marchands de bois de Saint-Julien-en-Beauchêne approvisionnent-ils les chantiers de construction jusqu’à Aix-en-Provence. Leur bois est aussi acheté pour les chantiers delphinaux, y compris dans les baronnies de Mévouillon et de Montauban64.

  • 65 ADI, 8 B 640, f 42 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365).
  • 66 ADI, 8 B 644, f 39 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : 36 bœufs (...)
  • 67 ADI, 8 B 655, f 176 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385).

21En 1363, le châtelain d’Upaix se rend à Saint-Julien-en-Beauchêne pour acheter six pièces de bois d’œuvre au prieur de Durbon. Antoine Garcin de Serres, radelier, les achemine de Saint-Julien-en-Beauchêne jusqu’au pont de Châteauneuf-de-Chabre, sur la Méouge. Elles sont ensuite transportées par des bœufs jusqu’au château. Un charpentier taille ces pièces de bois et les transforme en tuyaux qui conduisent les eaux pluviales dans la citerne65. De même en 1368, Jean Fabre, de Saint-Julien, vend 36 pièces de bois (fusts) longues de 5 toises, nécessaires pour construire six chaffaux au château d’Upaix et dont le châtelain surveille personnellement l’acheminement par 36 bœufs66. La production de la vallée du Haut-Buëch compte essentiellement du sapin et il n’est pas étonnant de voir employer un étai en sapin sur le chantier de réparation du four d’Upaix en 1384-1385, même si le texte ne précise pas l’origine exacte de cette pièce de bois67.

  • 68 AC Gap, BB 2, ff 38 r°-40 r°, 1er novembre, 27 novembre et 3 décembre 1407.
  • 69 AC Gap, BB 2, ff 31 r°-39 v°, 29 mai-25 novembre 1407 : achat de 32 chevrons. 1 chevron : 1,5 à 2 (...)
  • 70 En 1561, pour les réparations aux couverts de l’église de Gap, à l’évêché ainsi qu’au château de L (...)
  • 71 Routier, 1981, p. 78, d’après un acte du 4 mars 1382.
  • 72 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon. À propos du domaine forestier et de la protectio (...)

22Entre le 1er novembre et le 3 décembre 1407, Pierre Orsière procède à l’abattage des arbres dans les forêts de Rabou, au plus fort de l’hiver, quand les arbres ont peu de sève68. Ce bois vert est utilisé soit sur le chantier de construction de la Tour du Verger à Gap, soit en complément des chevrons achetés pendant toute l’année à des habitants d’Ancelle pour la Porte Garcine69. Outre les forêts de Rabou et de Rambaud, dans une ceinture proche de Gap, le bois de Poligny en Champsaur constitue une réserve pour les besoins des chantiers des évêques de Gap70. À Briançon, la gestion des bois communaux est assurée par les syndics qui ont interdit aux habitants de ramasser le bois vert comme le bois mort depuis 1287. Les syndics sont particulièrement attachés au bois de la Pinée qui s’étend sur les pentes nord de la ville et qu’ils ont la possibilité de soumettre ou non aux droits de bans71. Cette réserve proche est d’autant plus vitale que le transport du bois dans la ville est une véritable contrainte : à la fin du xve siècle, le coût de la toise2 de couverture en planches de mélèze est très élevé (18 gros) « attendu qu’il est difficile d’accéder au château »72.

  • 73 ADI, 8 B 642, f 58 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (9 décembre 1365-22 avril 1367)
  • 74 Manteyer, 1944, p. 639, d’après ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphi (...)
  • 75 ADI, 8 B 671, ff 30 v°-31 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398).

23D’après les évaluations établies en 1339, c’est dans la vallée du Queyras que le dauphin possède ses principales réserves forestières du Haut-Dauphiné. Parmi ces réserves, les « bois noirs », c’est-à-dire les résineux (mélèzes et pins), peuplent surtout Château-Queyras et Arvieux. Ainsi, pour les réparations de son château en 1365, le châtelain de Château-Dauphin (Italie) fait venir spécialement 300 planches en mélèze de Château-Queyras ce qui représente une dépense de 4,5 florins, auxquels s’ajoutent 3 florins rien que pour le transport73. Cette commande traduit-elle uniquement la pénurie de résineux ou le manque de bois de toutes essences qui affecte la région ? Tout d’abord, il est certain que cette châtellenie est davantage composée de « bois blancs » ou feuillus (chênes, châtaigniers et hêtres) que de résineux. Mais cette carence ne s’arrête pas là puisqu’en 1362, le châtelain de Château-Dauphin doit acheter la maison d’un villageois de Saint-Eusèbe afin d’en récupérer les fustes pour achever les nombreuses réparations défensives qu’il a entreprises au château et pour lesquelles le bois constitue le matériau de base (râtelier, hourd, bretèche et échiffe)74. De même, c’est aux villageois que le châtelain du Valcluson (Italie) achète toutes les planches nécessaires pour réparer les meubles du château de Bois-des-Ayes en 1397-139875.

  • 76 ADI, 7 B 36, f 3 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.
  • 77 ADI, B 4364, pièce, 7 novembre 1419, Château-Queyras : « (...) sapiens vir magister Guillelmus Ric (...)
  • 78 ADI, B 3145, 11 ff, 19 novembre 1373, De domibus derruptis Vapinci in burgo Calqueriis.
  • 79 D’après Valbonnais, 1722, tome 2, p. 190-191, 3 juillet 1331, accord entre l’archevêque Bertrand d (...)

24Ainsi, la récupération du bois représente certainement une source d’approvisionnement non négligeable, comme le montrent les mentions qui sont recensées principalement dans la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) : si le premier cas évoque du bois d’œuvre (cf. supra), le second exemple concerne la vente d’une maison par son propriétaire. Le bois de celle-ci est uniquement utilisé comme combustible dans un four à chaux, sur le chantier de construction d’une tour à La Bâtie-du-Pont (Italie) en 137476. De plus, le bois récupéré est surtout employé pour des constructions temporaires comme cette toiture qui protège la citerne de Château-Queyras, fabriquée avec des planches trouvées au château (1419)77. Dans les villes, on récupère le bois des maisons détruites pour reconstruire les murailles – ce qui soulève des problèmes de juridiction, notamment à Gap (voir première partie)78. À Embrun, l’archevêque et le dauphin se partageaient également les droits sur les matériaux du palais delphinal jusqu’en 1331, date à laquelle le premier cède au dauphin ses droits sur le bois (lignorum)79.

25Matériau de toutes les réparations, le bois est omniprésent dans les châteaux du Haut-Dauphiné où les aménagements en pierres de taille sont rares.

Les charpentiers et les artisans du bois

  • 80 Belmont, 1998, tome 1, p. 38.
  • 81 ADI, 8 B 644, ff 40 r°-43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

26Le charpentier ou chapuis s’approvisionne chez le fustier (cf. infra) et réalise également des travaux de menuiserie ou d’ébénisterie80. Dotés de compétences multiples, les charpentiers suivent des itinéraires parfois surprenants. Ainsi, un certain Jean Aloer, charpentier d’Aiguilles, exerce à Château-Queyras en 1363-1364. Est-ce le même homme qui approvisionne le chantier d’Upaix en plâtre au cours de l’année 1368 ? C’est en tout cas sur ce chantier qu’un second charpentier, Pierre Humbert, vend aussi du plâtre81 ! Tour à tour charpentiers, menuisiers ou tonneliers, ces hommes réparent, transforment et refont les petits et les grands ouvrages du château. En témoignent les longues carrières de deux charpentiers d’Upaix qui ont travaillé ensemble à la fin de leur vie. Le premier, Pierre Gargace, est régulièrement mentionné entre 1363 et 1391 :

  • en 1363-1365, il creuse des canalisations en bois pour collecter les eaux pluviales,
  • en 1367-1369, il construit des chaffaux et répare quelques bâtiments du palais delphinal (salles, caves et portes des chambres),
  • en 1370-1371, il répare une cuve à vin,
  • en 1380-1381 puis en 1384-1385, il répare à nouveau les cuves à vin et les fûts cerclés de bois (circulum) du château,
  • en 1390-1391, il participe à la construction d’un nouveau chaffal et des coursières du palais delphinal ainsi qu’aux réparations des vantaux de portes.

27Le second charpentier, Pierre Horonat, effectue des travaux très diversifiés et de plus grande ampleur, entre 1370 et 1391 :

  • en 1370-1371, il munit 700 carreaux d’arbalètes de leur pointe d’acier,
  • en 1379-1380, il aménage un guichet et installe une nouvelle serrure à la porte de la cave,
  • en 1380-1381, il fait de petites réparations dans l’étable (mangeoires),
  • en 1384-1385, il répare la chapelle Sainte-Catherine (40 florins) et vend des essandoles et des clous pour la toiture de la salle,
  • en août 1390, il participe avec le charpentier Raymond Giraud aux travaux du four et à d’autres bâtiments de service (prix-fait de 70 florins),
  • en 1390-1391, il réalise les mêmes travaux que le charpentier Pierre Gargace (cf. supra).
  • 82 AC Embrun, EE 16, 16 mai 1402 et ADI, B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484, Briançon.
  • 83 G. Salmon, d’après les archives de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère, définit le fustier (...)
  • 84 Belmont, 1998, tome 1, p. 38.
  • 85 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon.

28Les termes de fustier et de lignifabre, en usage à partir du xve siècle82, désignent indifféremment les marchands de bois, les charpentiers et les menuisiers83. D’ailleurs, fustier et chapuis désignent indistinctement un charpentier (Thome de Ast, chapuis, Embrun, 1367-1368 et fustier, Chorges, 1369-1370…). La définition proposée par A. Belmont retient ces trois acceptions puisque le fustier est, selon lui, « une sorte de bûcheron-charpentier, dont le métier consisterait à couper, à équarrir puis à exporter les troncs vers une clientèle lointaine »84. Comme tous les autres artisans, il peut être appelé en tant que témoin sur des chantiers urbains : Pierre Talhabosc, fustier d’Embrun, est l’un des témoins du prix-fait passé entre Bertrand de Lazer, maçon, et Stéphane Voisin, maître d’œuvre du Dauphiné, pour la construction de trois tours à Briançon, en 139385.

  • 86 AC Gap, BB 2, f 28 r°, 28 avril 1407 et f 35 r°, 25 juillet 1407.
  • 87 Rabou, cant. Gap. AC Gap, BB 2, f 33 r°, 13 juin 1407 et f 38 r°, 1er novembre 1407.
  • 88 AC Gap, BB 2, f 8 v°, 27 novembre 1406 et ff 39 v°-40 r°, 27 novembre et 3 décembre 1407.

29Lors des travaux menés sur l’enceinte de Gap en 1407, seuls les fustiers sont mentionnés. En avril, Antoine Jaubert, Raymond Salvat et Guillaume Abonel, étayent le four à chaux de Bonne pendant deux journées. Puis en juillet, Raymond Salvat et Guillaume Abonel installent une poutre faîtière à la Porte Garcine86. Tantôt simples manœuvres, tantôt maîtres d’œuvre, les fustiers ont donc des compétences multiples. Par ailleurs, Raymond Salvat achète lui-même les pièces de charpente dont il a besoin et sous-traite avec un homme pour abattre le bois d’œuvre dans la forêt de Rabou, à 10 kilomètres au nord-ouest de Gap87. Cet homme est certainement Pierre Orsière, forestier qui approvisionnait déjà les chantiers de la ville en poutres et en chevrons, en novembre 140688.

  • 89 ADHA, Ms 377, notes de P. Guillaume d’après source n.p., 23 mai 1389.
  • 90 ADI, B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484.

30Le lignifabre est lui-aussi un charpentier. En 1389, Jean Trovel, de Tallard, conclut un prix-fait avec les syndics de la communauté de Tallard pour recouvrir d’essandoles de mélèze la moitié de la toiture et le clocher de l’église paroissiale Saint-Grégoire89. Comme la communauté de Tallard fournit à cet artisan le bois nécessaire à son travail, cela sous-entend que ce dernier n’est pas marchand de bois. De même, le lignifabre cité à Briançon en 1484 assiste en tant qu’expert le maître d’œuvre delphinal dans sa visite du château où sont ordonnées diverses réparations en bois (escalier, huisseries, toitures et chemin de ronde en mélèze)90.

  • 91 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras et 9 B 30 bis, ff 64 v°-65 r°, 8 août 1418, B (...)
  • 92 ADI, 8 B 647, f 72 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

31Qu’ils soient chapuis, fustiers ou lignifabre, les artisans villageois se déplacent fréquemment, temporairement voire définitivement. Ces déplacements s’opèrent, d’une part, à l’intérieur d’une même région, au sein d’une vallée par exemple et, d’autre part, d’une région à une autre. Ainsi, sur le chantier de Château-Queyras, travaille tout d’abord régulièrement un charpentier originaire d’Arvieux (1382-1398), parfois assisté d’un charpentier de Molines (1384-1385), enfin un dernier charpentier est natif de Briançon (1399-1402 : Jacques de Vercelino). Inversement, un même charpentier peut être appelé sur différents chantiers de la région : c’est le cas d’Antoine Simon « d’Arvieux et charpentier de Ville-Vieille » qui travaille à Château-Queyras en 1417 puis aménage la chambre de l’artillerie du château de Briançon l’année suivante91. Enfin, les déplacements plus lointains ont un caractère plus exceptionnel : Pierre Genson, de Chorges, et ses associés construisent ainsi plusieurs escaliers en bois au château d’Exilles en 137092.

  • 93 Ancelle, cant. Saint-Bonnet-en-Champsaur. AC Gap, BB 2, f 31 r°, 29 mai 1407 (2 x 3 chevrons) ; f (...)

32Les marchands de bois ne sont pas toujours clairement identifiés. Ainsi, tous les chevrons nécessaires à la réfection de la Porte Garcine de Gap (1407) sont fournis par dix habitants d’Ancelle, village situé à quelques kilomètres du col de Manse. Un seul de ces habitants vend des chevrons à plus d’une reprise et aucun d’entre eux ne vend plus de trois chevrons à chaque fois93. Ceci sous-entend que ces hommes ne sont pas des marchands de bois mais seulement des villageois auxquels les syndics de Gap font appel occasionnellement.

La pierre

Nature et emplois

  • 94 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « Et fia (...)
  • 95 ADI, 8 B 624, f 121 v°, 1340 (1334) et 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 ja (...)

33L’emploi de la pierre de taille est limité à quelques escaliers, contreforts ou chaînages d’angle de murailles, éventuellement à une voûte (Briançon, 1393-1394)94. Au palais delphinal d’Embrun, on trouve un escalier avec des contre-marches en pierres de taille et un second escalier du même type construit en 1365 se prolonge par une passerelle en mélèze – dispositif sans doute amovible95.

  • 96 Par exemple, quelques angles de mur, des fenêtres, des armoires, le conduit d’un fourneau du palai (...)
  • 97 ADI, B 3010, f 410 v°, 13 juillet 1399, Château-Queyras : « (...) quod fornellum non fuit perfectu (...)

34Le tuf, roche poreuse formée de concrétions calcaires déposées sur la mousse et les feuilles mortes, est la principale pierre travaillée dans la région. C’est une pierre tendre, facile à tailler et résistante, particulièrement employée pour les encadrements d’ouvertures : fenêtres, portes et ouvertures de tir96. Ainsi, les encadrements des portes et des baies de La Tourronde sont-ils réalisés en grand appareil assemblé à joints vifs : la largeur des blocs varie de 17 à 40 centimètres et la hauteur des assises de 17 à 25 centimètres. De même, la tour de la maison forte de la Bâtie-Saint-Julien à Savines présente d’anciennes ouvertures de tir en tuf taillé (cf. infra). L’emploi du tuf ne semble pourtant pas être approprié à toutes les constructions puisqu’en 1399, le maître d’œuvre delphinal juge que les corbeaux « en pierre de taille [et] en tuf » ne sont pas suffisamment « nobles » pour le fourneau de la grande salle de Château-Queyras et il suggère de les refaire autrement – sans indiquer le matériau adéquat97.

  • 98 Un affleurement de marbre rose dit de Guillestre est donc localisé à Chorges, à proximité de La Bâ (...)
  • 99 ADI, 8 B 662, f 173 r°, 24 août 1390, Upaix.
  • 100 ADI, 7 B 36, f 8 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistro Anth (...)
  • 101 ADI, 8 B 668, f 174 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item (...)
  • 102 Prix-fait entre Martin de la Villette, deux maçons et des tailleurs de pierres, 4 avril 1506, Pico (...)
  • 103 ADI, B 3126, f 120 v°, 17 juillet 1484, Briançon : « Item plus est neccesse facere reparare quatuo (...)

35Outre le tuf, quelques chaînages d’angle sont dressés en blocs de marbre rose de Chorges, comme c’est le cas de la tour de La Bâtie-Vieille (Figure 29)98. De même à Upaix, l’un des chaînages d’angles de la muraille doit être refait en pierres de taille et prendre appui sur un contrefort monté en 139099. C’est seulement sur le chantier de construction de la tour de La Bâtie-du-Pont (Italie, 1374-1379) que les piédroits des ouvertures, portes et balcons, sont intégralement réalisés en marbre – pierre rare pour laquelle on connaît le salaire du maçon qui s’est chargé de l’approvisionnement100. Les arcades de la grande porte et de la poterne du château de Briançon sont dressées en pierres de taille, en 1395-1396101, mais il s’agit là d’une exception car la rénovation de ces linteaux et de ces piédroits en pierres de taille est quasiment inexistante avant la seconde moitié du xve siècle, voire le début du xvie siècle. En effet, seuls les portails de l’enceinte de Rame à Champcella (1488) et du château de Picomtal (1506) sont assemblés en blocs de marbre veiné de blanc et de rose, issu des carrières de Guillestre et de ses environs102. Le co(u)rnuol désigne une pierre dure particulièrement utilisée pour les ébrasements des ouvertures, qu’il ne faut pas confondre avec la cargneule, un calcaire dolomitique ressemblant au tuf par sa couleur jaunâtre et à cause de la présence de vacuoles103.

  • 104 D’après Bats et alii, 1986 (1995), p. 14 et p. 23.
  • 105 D’après Mesqui, 1987, p. 97, bossage rustique : « saillie de la pierre encadrée par un liseré tail (...)
  • 106 À propos de la Tour Brune d’Embrun, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 176-181.

36Seule la Tour Brune d’Embrun est entièrement construite en pierres de taille avec des assises alternées en petit (15 x 20 cm), moyen (25 x 45 cm) et grand appareil (40 x 70 à 80 cm)104. De plus, l’ensemble du parement est animé par un bossage rustique dont le rythme relativement irrégulier trahit davantage une fonction esthétique que défensive (Figure 30)105. L’identité du commanditaire, l’archevêque d’Embrun, et la place de cette tour, au centre du palais archiépiscopal, justifient cette exception106. Tous les autres châteaux du Haut-Dauphiné ne sont pas parementés et sont construits en galets ou en pierres de blocage.

L’approvisionnement

  • 107 C’est une pratique fréquemment attestée en Provence : en 1366, le conseil de Sisteron autorise la (...)
  • 108 Valeur des matériaux : 365 florins / valeur des maisons détruites : 1 871 florins (ADI, B 3145, 19 (...)
  • 109 AC Gap, BB 2, f 38 r°, 5 octobre 1407.
  • 110 ADI, 8 B 655, ff 177 v°-178 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385).

37Sur les chantiers urbains, l’approvisionnement en pierres est souvent à la charge de la communauté. Le réemploi des moellons est une pratique courante bien que rarement mentionnée dans les textes107. La reconstruction d’une partie de la muraille de Gap dans le quartier de Chaussières (voir première partie, 1368-1373) avec les pierres récupérées dans les maisons détruites, représente ainsi une économie non négligeable d’autant que le bois et les tuiles sont également trouvés in situ108. Cette récupération massive expliquerait d’ailleurs qu’à Gap, le premier transport de pierres sur le chantier de la Tour du Verger – dont le prix-fait est passé le 19 juin 1406 – n’intervient pas avant le 5 octobre 1407109. Par ailleurs, sur le chantier d’Upaix (1384-1385), l’approvisionnement est principalement assuré par des hommes qui extraient et transportent les pierres avec leurs animaux mais, sans doute par économie, le châtelain achète également à un villageois les pierres de sa maison ruinée (casale)110.

  • 111 M.-P. Estienne signale que les pierres employées pour la construction du four de Mirabel (Drôme) p (...)
  • 112 ADI, 8 B 655, ff 28 v°-29 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385] : « Item (...)

38Au même moment, la toiture-terrasse de la tour de Montalquier est refaite avec 13,5 cannes2 de pierres de taille achetées spécialement à Saint-Bonnet-en-Champsaur, soit à plus de 25 kilomètres du chantier – ce qui reste exceptionnel111. Le prix de la canne2 (5 florins) contraste fortement avec le coût du transport des pierres (1 florin) constituant le hérisson ou pavement de la tour – les pierres menues (lapidum menutorum) étant simplement ramassées autour du chantier112.

Le liant et l’enduit

  • 113 D’après Palazzo-Bertholon, 2000, p. 193.

39Le mortier est « un mélange composé d’un liant (chaux aérienne ou hydraulique, plâtre, argile…) et d’une charge (sable, gravier, paille, poils d’animaux…), rendu maléable par l’ajout d’une certaine quantité d’eau »113. Les sources consultées nous engagent à présenter d’abord la matière première et, pour chaque matériau transformé (chaux ou plâtre), les emplois dans le bâtiment, soit comme liant, soit comme enduit.

Le mortier de chaux

  • 114 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier : « de bono morterio facto cum calce et arena » e (...)
  • 115 ADI, 7 B 36, f 6 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont (Italie) : « Item solvit Joha (...)
  • 116 ADI, 8 B 662, f 173 v°, 24 août 1390 : « Item visitavit furnum dicti loci et invenit eundem derrup (...)
  • 117 ADI, 8 B 655, ff 28 v°-30 r°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385] et 8 B 6 (...)

40Le mortier ou « ciment » est toujours composé de « chaux, de sable et de pierres »114. Utilisé dans tout type de maçonnerie, le mortier est fabriqué par des manœuvres villageois, directement sur le chantier de construction115. Pour le four d’Upaix, entièrement refait en 1390, toutes les maçonneries sont assemblées avec un mortier traditionnel à l’exception des carreaux de terre cuite de la sole, soumis à la chaleur et donc liés à l’argile116. Des recettes plus spécifiques à base de mâchefer, d’œufs et d’huile, sont minutieusement décrites à Montalquier en 1384 et à Briançon où la voûte de la citerne du château est entièrement maçonnée avec un mortier hydraulique (1393-1394). C’est un mortier hydraulique, sans doute un béton de tuileau, qui doit également être employé dans la citerne de Château-Queyras117.

  • 118 Exactement 12,5 muids et 1 setier de chaux (25 florins) transportés sur le chantier (4,5 florins) (...)
  • 119 D’après Magnier, 1881, p. 166 ; Palazzo-Bertholon, 1998, p. 63-72 et Bernardi, 2000, p. 404. D’aut (...)
  • 120 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383).

41Pour les travaux mis en œuvre à la tour de Montalquier, le mortier est fait à partir de chaux achetée à trois fournisseurs différents, et de sable118. À ces ingrédients de base qui représentent l’essentiel des dépenses (plus de 88 %) sont incorporés 20 livres d’huile (1 florin) et 650 œufs (19,5 gros). Un homme est employé pendant dix jours pour broyer du mâchefer et des tuiles (20 gros). Le transport du mâchefer coûte 3 gros de plus. Le mâchefer, les tuiles et les œufs sont des ingrédients constituant un bon mortier hydrofuge119, employé pour la réfection de la terrasse sommitale de la tour et d’un mur de soutènement situé près d’un torrent, donc spécifiquement pour mettre la tour à l’abri des orages et des inondations (Figure 31). Pourtant, en 1383, c’est la foudre qui avait touché la tour, causant l’incendie des structures en bois120 !

  • 121 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « (...) (...)

42Une recette de mortier hydraulique gras, plus complexe que la précédente, est décrite pour cimenter la citerne de Briançon en 1393-1394. Le mortier est composé de chaux, de sable lisse c’est-à-dire fin, d’œufs, d’éclats de tuiles et de mâchefer broyé, d’huile de lin, de vinaigre ou de mastic (aseto ?) et de farine écrasée, le tout lié avec de l’eau121.

  • 122 ADI, 8 B 654, ff 26 v°-27 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383)  (...)
  • 123 ADI, 8 B 668, f 174 r°/v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Id (...)

43Enfin, un mortier de chaux et de sable finement écrasé et compact, à base de mâchefer, de sable, de tuiles broyées et d’huile est fabriqué pour les revêtements de sol des trois étages de la tour de Saint-Bonnet, en 1382122. À Briançon, outre les trois planchers de la tour du château, les sols de la chambre du guet, de la chambre du châtelain et de la cuisine sont également « cimentés et nivelés » avec un revêtement de mortier de chaux épais d’un demi pied, en 1395-1396123.

Figure 29. Photo des chaînages d’angles du donjon de La Bâtie-Vieille (en cours de restauration, 1997). © N. Nicolas.

Figure 30. Photo de la Tour Brune d’Embrun, depuis le sud. © N. Nicolas.

Figure 31. Coûts de fabrication du mortier hydrofuge de Montalquier (1384).

  • 124 P. Bernardi a fait le même constat à Aix-en-Provence (Bernardi, 1995, p. 291).
  • 125 ADI, 8 B 644, f 41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) et 8 B 655, f (...)
  • 126 ADI, 8 B 657, f 14 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1386-24 juin 1387).
  • 127 ADI, 8 B 666, f 14 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394).

44Le prix du mortier utilisé dans le blocage des murs varie en fonction de la prise en charge ou non des matériaux dans chaque prix-fait, de la nature de ces matériaux et surtout de l’épaisseur des murs124. Ainsi, à Upaix, en 1367, le prix de la canne2 semble faible (7 gros) mais il ne couvre que le travail de deux maçons qui refont 84 cannes de mur au château – les matériaux (pierres, eau, mortier) et la main-d’œuvre supplémentaire étant à la charge du châtelain. De même, si la toise de mur la moins chère (4 gros) est relevée à Château-Queyras en 1384, c’est parce que tous les matériaux sont à la charge des communautés de la vallée et que le châtelain ne rétribue donc que le salaire des maçons (cf. supra)125. Par ailleurs, lorsque le maître d’œuvre expertise une maison achetée à un particulier pour la transformer en prison au palais delphinal d’Embrun (1386), il estime que le bâtiment est sain et que les murs sont très épais (4,5 pieds), ce qui explique qu’il paie l’ancien propriétaire 5 florins par canne126. Le coût de la toise dépend également de la technique mise en œuvre par le maçon lors de la construction : la toise « carrée, creusée, murée et cimentée » de la citerne du château de Briançon est ainsi estimée à 26 florins127 ! Ce tarif tient compte de l’importance des matériaux et des ingrédients que le maçon doit rassembler pour faire le mortier hydraulique (cf. supra) mais il reconnaît aussi le savoir-faire de cet artisan.

  • 128 128 ADI, 8 B 668, f 342 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (24 juin 1395-24 juin 1396) : « (...)
  • 129 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles.
  • 130 ADI, 8 B 653, ff 36 v°-37 r°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : deux (...)
  • 131 Le prix d’une charge de sable de rivière est de 3 patacs (Upaix, 1380-1381, ADI, 8 B 653, f 36 v°  (...)

45On distingue différentes qualités de sable d’après le vocabulaire, du sable fin ou arena au plus grossier appelé sablon. Ce dernier est utilisé pour des constructions rustiques où le mortier admet un sable plus épais comme par exemple dans une mangeoire de l’écurie du château d’Exilles (Italie)128. Notons que l’approvisionnement en sable est une corvée pour les communautés de Salbertrand et d’Oulx (Italie) qui doivent fournir ce matériau pour les travaux de l’étable du château d’Exilles en 1390129. Ce transport est également pris en charge par les syndics de Gap au début du xve siècle et confié à des charretiers (cf. supra). À Upaix, le sable est extrait de la Durance qui passe à une demi-lieue du village dont les habitants sont payés à la charge livrée au château (Figure 32)130. Le sable de carrière, sans doute de meilleure qualité que le sable de rivière, n’est pas mentionné dans nos textes131.

  • 132 Interprétation d’après une citation d’Isidore de Séville dans les Étymologies : « Calcis viva dict (...)
  • 133 ADI, 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 janvier-29 août 1365) : « (...) et p (...)
  • 134 La difficulté repose sur le maintien dans un milieu étanche de la chaux aérienne éteinte, contenan (...)
  • 135 Quelques exemples de prix… 1 charge : 5 pt. (Upaix, 1380-1381, ADI, 8 B 653, f 37 v° ; 1382-1383, (...)
  • 136 Transport d’un setier : 1/2 bar. (Gap, 1407, AC Gap, BB 2, f 34 r°). Transport d’un muid : 4 gr. ( (...)

46Avec le sable, la chaux est le deuxième composant du mortier. Les textes mentionnent quelquefois la « calce calida », que nous comprenons comme chaux éteinte et qui est employée sur les chantiers de construction, et non pas la chaux vive, dite « calce frigida » ou « calce viva » (voir glossaire)132. En effet, la chaux ne peut pas être utilisée sous cette forme et elle doit être éteinte avec de l’eau pour être employée en maçonnerie. Dans les châteaux, on conserve parfois une provision de chaux qu’il faut compléter comme c’est le cas au palais delphinal d’Embrun, en 1365133 : c’est uniquement éteinte que la chaux peut se conserver et, selon Pline l’Ancien, la meilleure chaux est celle qui l’est depuis au moins trois ans134. Sur les chantiers, la chaux est vendue au setier, à la charge ou au muid, prix auquel s’ajoute le transport quand la chaux n’est pas fabriquée sur place, ce qui est le plus fréquent, comme à Montalquier en 1384-1385135. C’est d’ailleurs dans le transport de la chaux que l’on trouve les plus grands écarts de prix, preuve que les gisements regroupant à la fois les carrières de pierre calcaire et le bois de chauffe sont rares136.

  • 137 Rey, 1971, tome 2, p. 101, d’après ADI, 8 B 30, ff 72-80, 15 septembre 1336, Château-Dauphin : « I (...)
  • 138 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.

47La fabrication des fours à chaux (fornellus calcis, furnum chausinale, raffurnum calcis, calcis fodine) intervient avec la réalisation d’un nouveau chantier de maçonneries. Elle est confiée à des maîtres chaufourniers dont l’un est mentionné sur le chantier de Château-Dauphin (Italie) en 1336137. À La Bâtie-du-Pont (Italie), la construction d’une tour supplémentaire au château nécessite l’aménagement de deux fours à chaux (1374-1379) sous la conduite de plusieurs maîtres chaufourniers138. En octobre 1374, les maîtres chaufourniers Stéphane Fornacerii et Jean Biglatore désignent l’emplacement opportun pour le premier four : entre le château de La Bâtie et l’église de Pontechianale. Le terrain choisi est creusé au préalable, sans doute pour que le four soit partiellement enterré. Stéphane Fornacerii suit la construction du four depuis le choix des pierres à calciner et le remplissage du four. Entouré de quelques hommes, il surveille la cuisson du four pendant 9 jours et 9 nuits. Celle-ci terminée, la chaux est transportée à pied d’œuvre à dos de mules :

  • 139 Sur le chantier du Dôme de Milan (1387), la chaux est conservée dans une chapelle désaffectée (Bra (...)

48Le second four est monté sous la direction de trois autres maîtres chaufourniers, eux aussi assistés par des ouvriers (operarii). La méthode suivie est identique à la première – le temps de cuisson n’excède pas 9 jours et 9 nuits dans les deux cas – sauf que les pierres sont charriées par des bœufs, ce qui explique sans doute le salaire relativement élevé des deux ouvriers, payés 6 gros la journée. Après cuisson, la chaux de ce second four est entreposée dans une cabane spécifiquement aménagée à proximité du chantier de construction139. En effet, comme les maîtres chaufourniers sont des artisans spécialisés, ils n’interviennent certainement qu’une seule fois et fabriquent toute la chaux nécessaire au début du chantier – rappelons que la construction de cette tour a duré 5 ans. En octobre 1374, Martin Donadieu, « économe » du chantier doit aller chercher le premier maître chaufournier, Stéphane Fornacerii, originaire d’Acelino (?) ; le deuxième four est réalisé notamment par Jean Dapier de Milan et Balthazar de Ast (d’Asti ?). La chaux est ensuite transportée au pied de la tour, où est fabriqué le mortier (cf. infra).

49Voici le bilan des coûts de construction des deux fours à chaux :

50Premier four Coût

51- Expertise, choix du terrain et des matériaux par 2 maîtres chaufourniers (12 jours x 3 gros) 3 fl.

52- Préparation du terrain 8 fl.

53- Montage des parois du four par 3 maçons pendant 5 jours 5 fl.

54- Transport et montage des pierres dans le four 27 fl., 1,5 gr.

55- Bois (combustible) y compris le transport 33 fl.

56- Salaire du maître chaufournier (29 jours x 4 gros) 9 fl., 8 gr.

57- Salaire du maître chaufournier et des hommes pour la surveillance de la cuisson pendant 9 jours et 9 nuits 34,5 fl.

58- Transport de la chaux sur le chantier et de 500 setiers de sable pour le mortier 44 fl.

59- Main-d’œuvre diverse : sciage du bois, surveillance de la cuisson 19 fl.

60- 7 au 9 octobre 1374 : voyage pour chercher le maître chaufournier à Acelino 1 fl.

61Sous-total 1 184 florins et 3,5 gros

62Second four Coût

63- Choix et transport des pierres, sciage du bois 48 fl.

64- Transport des pierres et du bois par deux hommes (88 jours x 6 gros) 44 fl.

65- Salaire de 3 maîtres chaufourniers et d’ouvriers pour la surveillance de la cuisson pendant 9 jours et 9 nuits 36 fl.

66- Construction d’une cabane pour entreposer la chaux 15 fl.

67Sous-total 2 143 florins

68Total 327 florins et 3,5 gros

  • 140 D’après Bernardi, 1995, p. 169 et Palazzo-Bertholon, 1998, p. 26.
  • 141 ADI, 8 B 654, f 43 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1382-24 juin 1383) : « Et pro II (...)
  • 142 ADHA, Ms 651, notes de P. Guillaume, d’après le Livre Carré d’Embrun, ff 206-209 r°, 20 mars 1381  (...)
  • 143 ADHA, Ms 651, 4 avril 1396, Briançon.

69La construction des fours à chaux sous-entend l’existence sur un même site du combustible, le bois, et de la matière première, la pierre calcaire. La présence de ces deux composants, d’une part, et la localisation du chantier où sera utilisée la chaux, d’autre part, sont les deux paramètres à prendre en compte afin de limiter le transport – même si le coût de ce dernier est forcément réduit puisque la pierre perd au moins 45 % de son poids au cours de la cuisson140. Ainsi, pour les chantiers situés à Upaix, la chaux est fabriquée dans la montagne de Faye (Ventavon) et plus précisément près de Beaujeu, « éloigné d’une grosse lieue… à une lieue et demie » (5,5 km) où les chaufourniers trouvent à la fois la pierre calcaire et le combustible (Figure 32)141. Sans s’éloigner autant de leur ville mais avec l’impérieuse nécessité de produire de la chaux en quantité suffisante, les consuls d’Embrun n’hésitent pas à conclure un accord avec les communautés de Puy-Saint-Eusèbe et Puy-Sanières en mars 1381. En effet, afin de construire deux tours et quatorze bretèches en pierres sur le front nord de la ville, les habitants des deux communautés s’engagent à faire un four à chaux sous le Bois Vézin, à 1 kilomètre au nord-ouest du hameau de Caléyère et en échange de ce travail, ils obtiennent l’autorisation de se refugier temporairement dans la cité en cas de danger142. Enfin, pour bâtir une tour près de la porte supérieure de Briançon, les syndics de la ville s’engagent à construire un four à chaux au bois de Côte Rouge et à fournir 20 muids de chaux au maître d’œuvre des travaux, qui doit en assurer le transport (1396) – charge relativement importante puisque le bois de Côte Rouge ou bois des Rousses (à l’est de Saint-Chaffrey ?) est assez éloigné de la ville143.

  • 144 Roman, 1923, tome 2, p. 162, charte n° 196, 24 janvier 1282 et Roman, 1903, p. 160, 25 mai 1346.
  • 145 Sclafert, 1959, p. 183 d’après AC Embrun, Livre carré, f 30 et ADI, B 3728, pièce, v. 1400, De fac (...)
  • 146 ADI, B 2953, ff 391 v°-392 r°, 16-18 avril 1421, Montorcier.

70On peut se demander si la mise en place de ces fours constitue une menace pour le couvert forestier. Dans le mandement de Crots, près d’Embrun, les Embrunais revendiquent le droit de faire des fours à chaux dans la forêt de Boscodon dès la fin du xiiie siècle malgré un règlement qui interdit leur construction comme celle des fours à plâtre (1346)144. Or, une enquête réalisée en 1402 révèle que des pins ont été récemment coupés pour alimenter deux fours à chaux. En effet, les Embrunais prétendent être autorisés à faire des fours dans les propriétés des coseigneurs de Crots – ce qu’indiquait effectivement la charte concédée en 1346145. Le bois est à ce point coûteux – car nécessaire en grande quantité – que les habitants de Montorcier, pour les travaux du château, en viennent à négocier avec leurs coseigneurs le versement d’une redevance pour le combustible qui alimente le four à chaux qu’ils fabriquent146.

  • 147 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 374-408, d’après ADI, B 3921, f 1 et B 2962, 4 juin 1336, charte (...)
  • 148 Vaillant, 1951, p. 405, d’après la transaction entre l’archevêque Bertrand de Deux et les habitant (...)

71D’après les chartes de libertés delphinales concédées au début du xive siècle, les fours à chaux et les charbonnières menacent l’intégrité du couvert forestier. À ce sujet, la charte accordée par le dauphin Humbert II aux habitants de Bardonnèche (Italie), en 1336, interdit les coupes abusives, l’exploitation du tan, le feu – sous peine d’amende de 60 sous – et donc également la construction des fours à chaux147. Dans les terres de l’archevêque d’Embrun, les usages sont tout autant règlementés puisque les consuls de Guillestre contrôlent l’extraction du bois, de la chaux et du charbon dans leurs communaux (1329), même si la multiplication des procès à ce sujet montre que les communautés y arrivent plus ou moins bien148.

  • 149 Vaillant, 1968, p. 343 et Golaz, 1971, p. 12, d’après ADI, B 3700, f 59, 61 v° et 63 v°.
  • 150 ADI, B 3010, f 281 r°, 22 mai 1371, Transactio de portando calcem ad castrum Cadracii.
  • 151 ADI, B 3010, ff 281 v°-283 r°, 22 mai 1371.
  • 152 En 1398, le problème n’est toujours pas réglé puisque le châtelain certifie que les pierres, la ch (...)

72Rappelons que l’entretien de Château-Queyras est assumé par les différentes communautés de la vallée (Aiguilles, Abriès et Ristolas) depuis 1265149, mais comme les habitants d’Arvieux ne sont pas cités dans cet accord, des litiges surviennent en 1371 avec eux. Lorsque le gouverneur Charles de Bouville ordonne la construction d’une braie derrière le château, les syndics d’Arvieux s’affrontent avec ceux d’Abriès, d’Aiguilles et de Ristolas à propos du transport de la chaux, du sable et des pierres nécessaires150. En effet, d’après les syndics d’Abriès, d’Aiguilles et de Ristolas, les hommes d’Arvieux doivent fabriquer le four et transporter la chaux – alors qu’eux fournissent le sable et les pierres. Or, selon le syndic d’Arvieux, les hommes qu’il représente n’ont à faire que le four – les autres communautés assumant le transport de la chaux jusqu’au château151. À défaut d’établir clairement les responsabilités de chaque communauté, le dauphin concède le transport de la chaux à prix-fait… qui sera payé par les quatre communautés au pro rata du nombre de leurs habitants152 !

  • 153 Voir, à Aix-en-Provence : Fixot, Guyon, Pelletier et Rivet, 1986.
  • 154 ADI, B 3145, f 5 r°, 19 novembre 1373.
  • 155 Le maître du four à chaux se nomme Pierre Masse ou Marseille. AC Gap, BB 2, f 2 v°, 21-25 avril 14 (...)
  • 156 AC Gap, BB 2, f 5 r°, 23 mai 1406 ; f 6 v°, 5 et 15 juillet 1406 et f 12 r°, 27 novembre 1406.

73Certains fours à chaux sont aménagés directement sur les chantiers de construction et, pour des raisons d’hygiène et de sécurité, ils sont installés en dehors des villes, à proximité des remparts153. À Gap, lors de la construction du nouveau rempart au quartier delphinal de Chaussières (1368-1373), un four à chaux est même aménagé dans les ruines d’un casale et fonctionne avec les pierres récupérées in situ154. Plus tard, pour les besoins des chantiers de fortification de la ville, le soin de faire un four à chaux au quartier de Bonne, en dehors des murs de la ville, est confié à Pierre Masse (avril 1406). Les syndics autorisent dans un premier temps le chaufournier à élever une digue maçonnée le long du torrent de Bonne pour protéger le four155. Cette autorisation est accordée par les syndics de la ville un mois avant la construction des nouveaux remparts (23 mai) et de la Tour du Verger (19 juin). Il est convenu que les syndics feront couvrir le four à chaux et les habitants charrieront les pierres pour l’alimenter. Le 15 juillet, le four produit 200 muids de chaux et Pierre Masse se voit interdire toute vente de cette production à l’extérieur de la ville. Le 27 novembre, il s’engage encore à fournir à la ville 50 muids de chaux – seuil au-delà duquel il est autorisé à commercialiser ou à donner la chaux156.

  • 157 AC Gap, BB 2, ff 27 r°-30 r°, 20 avril-17 mai 1407.
  • 158 AC Gap, BB 2, ff 33 v°-37 v°, 29 juin 1407 (11,5 muids) ; 30 juin (9 muids et 9 setiers) ; 6 juill (...)
  • 159 AC Gap, BB 2, f 38 r°, 11 octobre 1407 : « Die XI mensis octobris, Johannes Juliani alias Chaberto (...)

74Le 20 avril 1407, les syndics inspectent le chargement en bois d’un nouveau four pour déterminer s’il peut être allumé et ils font installer deux chevrons munis de crochets pour l’étayer. Ces étais, sans doute destinés à faciliter le chargement du four, brûleront lors de la cuisson. Les 25 et 27 avril, dix-sept hommes sont payés pour le transport, avec leurs ânes, des pierres qu’ils entassent dans le four. Le 28 avril, trois fustiers étayent le four pendant que deux hommes transportent le bois nécessaire à la combustion. Cette dernière opération s’achève avant le 17 mai, date à laquelle un ouvrier est chargé de l’ouverture du four157. À partir du 29 juin et jusqu’au 26 septembre, des charretiers acheminent la chaux vive jusqu’au chantier de la Tour du Verger, située à plus de 600 mètres du four158. Enfin, le 11 octobre, un charretier transporte 200 charges de sable pour faire le lit de pose (jas) du four, sans doute une chape destinée à recouvrir la chaux pour l’éteindre159.

  • 160 1 muid = 16 setiers = 64 émines (Aimès, 1965a, p. 11 et 1965b, p. 127).
  • 161 D’après Bernardi, 1995, p. 170, les productions varient entre 200 et 1 100 émines.
  • 162 AC Gap, BB 2, f 28 v°, 28 avril 1407 (5 florins) ; f 29 r°, 1er mai 1407 (4 florins), 6 mai 1407 ( (...)

75La quantité de chaux vive sortie du four de Bonne est évaluée à 1 844 émines (28,5 muids et 5 setiers)160 – soit une valeur supérieure à celles que relève P. Bernardi à Aix-en-Provence161. Pour l’ensemble de son travail, le chaufournier Pierre Masse reçoit 56 florins, somme qu’il doit partager avec ses associés162. On constate que le délai de fabrication de la chaux est relativement long : 20 avril (première inspection du four), 25 et 27 avril (chargement des pierres), 28 avril (chargement du bois), 17 mai (ouverture du four) et 29 juin (début du transport de la chaux vive).

  • 163 Le four à chaux de Pertuis (Vaucluse, ch.-l. cant) est construit à quelques centaines de mètres de (...)

76Avec l’exemple d’un four à chaux fonctionnant à Pertuis, P. Bernardi remarque que le délai d’un mois était déjà très important (11 juillet au 12 août 1396). L’auteur estime que la cuisson ne dépasse pas 3 jours, de même que la phase de refroidissement, alors que l’on attend plus de 11 jours pour ouvrir le four. Rappelonsqu’à La Bâtie-du-Pont (Italie), la cuisson de la chaux dure 9 jours et 9 nuits. À Gap, on peut raisonnablement penser que le four est ouvert seulement 17 jours après la fin de la cuisson. Quant au premier charroi de chaux, il n’intervient pas avant le 29 juin. Ce laps de temps est consacré à l’acheminement du sable près du chantier de la Tour du Verger et c’est donc seulement après que débute la fabrication du mortier163.

Le plâtre

  • 164 Quelques exemples… 1 charge de plâtre non cuit : 6 d. (Upaix, 1367-1369, ADI, 8 B 644, f 40 v°), s (...)

77Le plâtre, le plus souvent utilisé comme enduit, est également un liant employé dans la construction, y compris pour le gros œuvre. Il est obtenu par cuisson du gypse à faible température (130° à 250 °C), broyé puis réhydraté lors de sa mise en œuvre. Sur les chantiers étudiés, les unités de mesure du plâtre sont le setier et la charge164.

  • 165 D’après Palazzo-Bertholon, 2000, p. 193.
  • 166 ADI, 8 B 662, ff 198 v°-199 r°, 13 juillet 1390, Réotier : « Item reperiit introytum egradarii coq (...)
  • 167 ADI, 8 B 662, f 175 v°, 23 août 1390, Upaix : « Item visitavit castrum dicti loci et invenit celle (...)
  • 168 ADI, 8 B 24, f 78 v°, 12 juin 1339, Château-Queyras : « De super vero ipsa cellaria sunt graneria (...)
  • 169 ADI, B 3010, f 417 v°, 12 juillet 1389, Château-Queyras : « fornellum ipsius camere actari cum gip (...)
  • 170 ADI, 8 B 647, f 70 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item fe (...)

78Le plâtre est d’abord un enduit mural et un revêtement de sol, et sert à régulariser une surface et à protéger un parement165. Ses propriétés ignifuges en font un matériau particulièrement apprécié pour les revêtements des cuisines. Ainsi, plusieurs poutres situées à l’entrée de l’escalier de la cuisine ainsi que dans cette dernière, sont-elles recouvertes de plâtre au château de Réotier, en 1390166. Dans le cellier du château d’Upaix, le plâtre recouvre les nouvelles solives du plancher et isole le fond des coffres à grain (1390)167. Il en est de même à Château-Queyras où le grenier n’est autre qu’une petite pièce carrée de 4,7 mètres de côté (2,5 toises) munie de cloisons en plâtre168. À la fin du xive siècle, le manteau d’un des deux fourneaux situés dans ce même château est réparé avec du plâtre169. Ce revêtement n’est pas employé exclusivement dans les bâtiments annexes : dans la tour du château d’Exilles (Italie), un maçon remplace les poutres, une traverse et les poinçons (?) du plancher avant de les recouvrir de plâtre (1370-1371)170. Dans les châteaux, ces revêtements en plâtre sont fréquemment rénovés.

  • 171 ADI, B 3010, f 416 r°, 15 mai 1388, Château-Queyras : « Item quod teretur camera fornelli de march (...)

79Une variante, le marc, désigne plus particulièrement un revêtement de sol en mortier ou en plâtre en usage dans le Briançonnais. Un seul exemple, dans la chambre du fourneau de Château-Queyras, est clairement attesté en 1388 mais c’est sans doute aussi ce type de revêtement mixte qui doit être fait (margiare) dans une loge du château de Briançon en 1382171.

  • 172 ADI, 8 B 671, f 335 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1397-24 juin 1398) : « It (...)
  • 173 AC Briançon, CC 1, 1352 : « pro calce et gipo ad claudendum IIIIor hostia dicte domus ».
  • 174 D’après Ganet, 1995a, p. 88.

80Le plâtre peut enfin faire office de liant pour des aménagements de second œuvre. Dans la tour de Montalquier, on s’en sert ainsi pour fixer les ferrures et sans doute pour maintenir le chambranle d’une porte (1397-1398), et dans la chambre de l’artillerie du château de Briançon, une potence où sont suspendues les armes est maintenue avec des corbeaux renforcés au plâtre (1418)172. Pour murer temporairement une ouverture, il n’est pas rare de voir le plâtre mêlé à de la chaux173. De même, des escaliers intérieurs maçonnés et recouverts de plâtre ont été mis au jour dans la zone haute du village de Lazer174.

  • 175 ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « Item solvi (...)
  • 176 Pierre Gambe approvisionnait déjà le chantier précédent, d’après ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de (...)
  • 177 ADI, 8 B 644, ff 40 r°-41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : 1 381 (...)
  • 178 ADI, 8 B 644, f 40 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

81Pour les travaux du château d’Upaix, les maçonneries liées à la chaux (cf. supra) et celles liées au plâtre sont mentionnées conjointement, ainsi que les sites d’extraction de la matière première. Ainsi, deux maçons refont au plâtre le mur d’une salle du château en 1363-1365175, et pour la réfection de 84 cannes de rempart, on achète 1591 charges de plâtre à cinq plâtriers : Pierre Humbert, Pierre Gambe176, Simon Fulcon, Jean Aloer et Jean Borel (1368). Parmi ces 1591 charges, 210 contiennent du plâtre non cuit qui est moins cher (6 deniers au lieu de 9)177. Le plâtre est donc livré sous forme d’un produit fini : son charroi depuis la plâtrière (gipperia) nécessite 200 bêtes dont le châtelain paie la nourriture (12 deniers par bête). Comme il reste du plâtre cuit (?), il est rapidement utilisé pour la réfection d’un mur de la chambre du fourneau : celui qui est du côté du rempart précédemment refait178. Ainsi, le plâtre est employé indifféremment comme liant et comme revêtement dans toute maçonnerie intérieure ou extérieure du château d’Upaix (Figure 32).

Figure 32. Les approvisionnements en chaux, en sable et en plâtre à Upaix. © N. Nicolas.

Les maçons

  • 179 ADI, 8 B 649, f 27 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372) : « Item sol (...)
  • 180 L’avis d’A. Belmont est plus nuancé : « Les patronymes cités par les rôles de taille et les révisi (...)
  • 181 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.
  • 182 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon. Voir aussi le cas de Jean Masson des Vigneaux, maçon à Ch (...)

82La distinction terminologique entre les maçons (latomus, murator, massonerius) et les tailleurs de pierres (lapicida, picator lapidum) est sans doute trop restrictive. Une seule fois, le notaire précise qu’un artisan, en l’occurence Bertrand de Lazer est « lapicida et murator » (1393) mais deux années plus tard, il est simplement appelé « maçon ». Cependant, le tailleur de pierres indépendant, celui qui approvisionne les chantiers en matériaux, existe. Ainsi, sur le chantier de la salle d’audiences du palais delphinal d’Embrun (1371-1372), les pierres sont achetées à un maître alors que l’érection du nouveau mur est confiée à un murator179. Afin de mieux les identifier, les surnom et nom de ces artisans peuvent parfois indiquer leur métier180. C’est le cas de Briançon Briançon, dit chapus, qui répare les murailles et une porte de Briançon181. De même, Thomas Masson, maçon d’Embrun, est l’un des témoins du prix-fait passé entre le maçon Bertrand de Lazer et le maître d’œuvre du Dauphiné Stéphane Voisin, pour la construction de trois tours à Briançon en 1393182.

  • 183 26 cannes2 à 1,5 florin, soit 39 florins. ADI, 8 B 653, f 36 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upa (...)
  • 184 ADI, 7 B 36, f 4 v° et f 6 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit mag (...)

83Au château d’Upaix, en 1380, le maçon Guiot de Novalhe doit rechercher les « bonnes fondations » et détruire l’ancien mur avant de le reconstruire : l’épaisseur du nouveau mur varie entre cinq pieds pour les fondations et quatre pieds au sommet du mur183. Ayant les mêmes attributions que le maçon, le maître minator est mentionné à une seule reprise, à La Bâtie-du-Pont (Italie, 1374-1379). Il s’agit davantage d’un terrassier que d’un sapeur chargé de creuser le rocher et de niveler le terrain pour établir les fondations d’une nouvelle tour : répartis en deux équipes de deux hommes, l’une à l’est et l’autre à l’ouest, les minators creusent un fossé long de sept toises (13,10 m) et de quatre pieds (1,36 m) de profondeur184.

  • 185 AC Gap, BB 2, f 34 r°, 6 juillet 1407.
  • 186 ADI, 8 B 662, f 129 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1390-24 juin 1391). Prix-fait (...)
  • 187 A. Belmont a étudié ces « dynasties » d’artisans en Dauphiné, d’après les rôles de taille et les r (...)
  • 188 ADI, 8 B 644, f 39 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

84Comme il a été noté pour les charpentiers, les maçons sont avant tout des hommes qui s’adaptent à la demande, y compris sur les chantiers urbains. Ainsi, à Gap, le maçon Arnaud Agulhon fournit également des chevrons pour la Porte Garcine185. Ceci n’empêche pas aux maçons les plus compétents d’être appelés de chantiers en chantiers. C’est le cas de Guiot de Novalhe, d’abord maçon à Upaix (1380-1383) puis à Serres (1390-1391) où il conclut un contrat non négligeable186. Ce maçon, artisan de la réfection de la muraille à Upaix, avait obtenu en août 1390 un important prix-fait (170 florins) pour des réparations défensives et des travaux d’entretien (four, canalisations…) – sans doute réalisés juste avant son installation à Serres. C’est encore à Upaix – peut-être parce que les textes sont nombreux – que se distinguent des familles d’artisans187. Ainsi, Sandrono Horonat (ou Honorat) doit détruire une partie du four qui s’effrondre en 1368188. Sans doute ce maçon a-t-il un lien de parenté avec Pierre Honorat, charpentier à Upaix dès 1370 (cf. supra).

  • 189 A contrario, la construction d’urgence des murailles de Chambéry (Savoie) en 1391 est confiée aux (...)
  • 190 ADI, 8 B 668, f 176 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « magis (...)
  • 191 ADI, 8 B 666, ff 12 v°-15 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : e (...)
  • 192 ADI, B 4364, pièce, 7 novembre 1419, Château-Queyras. Le fils de Bertrand de Lazer, Jacques, est c (...)
  • 193 ADHA, Ms 1511, 7 mai 1396, Tallard.
  • 194 AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, 19 juin 1406. À propos des migrations temporaires des ouvriers sur le (...)

85En ville comme dans les hautes vallées, le recrutement de maçons étrangers semble être un gage de qualité189. À Briançon, œuvrent ainsi des maçons milanais et lombards190 comme ce Bertrand de Lazer, du diocèse de Côme (Lombardie), cité à deux reprises en novembre 1393. Il obtient successivement les chantiers de la citerne du château après la mise aux enchères du prix-fait ainsi que la construction de trois tours de flanquement sur la muraille de la ville191. Encore mentionné comme expert-témoin pour l’excavation d’une citerne à Château-Queyras, il s’installe définitivement dans la vallée du Queyras après cette date (1419)192. D’une origine encore plus lointaine, le maçon Arnaud Tournefort, natif de Narbonne et résidant à Chorges, obtient le prix-fait de la construction d’une partie de la muraille de Tallard en 1396193. La plupart des autres maçons sont engagés sur des chantiers d’envergure sans pour autant quitter leur ville d’origine comme cela semble être le cas d’Elzéar Granet, maçon de Sisteron et prix-facteur de la Tour du Verger à Gap en 1406194.

Les artisans du métal

  • 195 ADI, 8 B 644, f 43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).
  • 196 Voir par exemple le prix-fait de 30 florins du 28 août 1395 : ADI, B 3010, ff 406 r°-407 r°.
  • 197 En 1397-1398, le métal représente 42,8 % du coût total des travaux du château, d’après ADI, 8 B 67 (...)
  • 198 À propos de la fusine d’Arvieux fondée en 1311, voir Guillaume, 1886 ; Guillaume, 1904, Chabrand, (...)
  • 199 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390 et f 196 v°, 17 août 1390, Embrun.

86L’approvisionnement en métal est souvent à la charge du châtelain dans l’établissement d’un prix-fait global car son coût accroît rapidement le prix des aménagements défensifs, particulièrement si ces derniers sont en bois. Ainsi, la construction de quatre chaffaux à Upaix en 1368 revient à 8 florins, la moitié pour les trois charpentiers qui les ont bâtis, l’autre moitié pour les fournitures en métal195. À Château-Queyras, les fournitures métalliques sont à la charge du châtelain, ce qui explique d’ailleurs le faible montant de certains prix-faits196 et, inversement, les fortes dépenses qui leur sont consacrées dans les comptes de la châtellenie197. La fabrique de fer située près d’Arvieux qui fonctionnait avec deux hauts fourneaux et deux martinets jusqu’au début du xve siècle, facilitait certainement l’approvisionnement des chantiers en métal198. Au contraire, à la suite des visites du palais delphinal d’Embrun en 1390, il est décidé que le fer sera inclus dans chaque prix-fait. Pour celui conclu le 22 juin, et malgré un faible montant (35 florins), le maître d’œuvre achète les pièces de métal qui lui sont nécessaires. Sur ce chantier, l’artisan est choisi pour sa polyvalence – il est d’ailleurs désigné comme maçon et charpentier – et réalise en effet des travaux de maçonnerie et de charpenterie et il fabrique même des meubles. La diversité de ces tâches explique sans doute que l’artisan doit être autonome et inversement, quand le même prix-facteur obtient le prix-fait de construire intégralement l’étable du palais, pour 250 florins, il se charge aussi des ferramenta199.

  • 200 ADI, 8 B 72, ff 184 r°-186 v°, 19 juillet 1381-16 mai 1383.
  • 201 ADI, 8 B 644, ff 29 v°-30 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 (...)
  • 202 ADI, 8 B 644, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).
  • 203 ADI, 8 B 650, f 28 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1373-24 juin 1374) : « Item sol (...)
  • 204 AC Gap, BB 2, f 29 r°, 3mai 1407 : « Die tercia mensis maii, Johannes Doussani, faber habitator Va (...)
  • 205 AC Gap, BB 2, f 30 v°, 28 mai 1407 ; f 31 r°, 29 mai 1407 et f 40 v°, 12 décembre 1407.
  • 206 Néanmoins, quelques uns sont affublés, en plus de leur titre, d’un sobriquet évocateur. C’est le c (...)
  • 207 AC Gap, BB 2, f 35 r°, 26 juillet 1407 : « Die XXVI mensis julii, Petrus Scofferi, peyrolerius de (...)

87Dans la plupart des villes, cohabitent les marchands et les forgerons chez quis’approvisionnent les artisans du bâtiment. À Saint-Bonnet, outre le forgeron Pierre Brun qui fabrique les gonds, les anneaux et les barres en fer pour la tour delphinale, en 1381, un certain Martin Fresche vend 32 livres de fer et 50 broches pour les huisseries de la tour200. À Château-Queyras, les revendeurs de métaux livrent la matière première aux forgerons qui la transforment en clous et en barres pour les réparations (couvertures, coursières…) et les constructions en bois du château (portes, échiffes…) – alors que certains marchands vendent des clous prêts à l’emploi201. Les forgerons fabriquent toutes sortes d’objets métalliques, du clou standard à la pièce unique. Ainsi, les forgerons d’Embrun sont tout aussi capables de livrer des clous, des serrures et des verrous sur le chantier du palais delphinal (1367-1369)202 que des entraves pour les prisonniers (1373-1374)203. De même, les forgerons de Gap approvisionnent les chantiers de la ville en clous et en crochets métalliques et fabriquent des assemblages spécifiques204. En 1407, les syndics de la ville achètent à Antoine Bertrand 31,5 livres de fer pour le contrepoids de la Porte Jaussaude qui est réparé par un autre artisan205. L’approvisionnement en métal et la confection des pièces métalliques sont donc deux opérations confiées à des artisans dont on ne sait pas s’ils sont tous forgerons206. Ainsi, les pommeaux en plomb de la Porte Garcine sont fabriqués par un chaudronnier gapençais avec le plomb acheté à un marchand grossiste207.

  • 208 Quelques exemples de prix… 1 livre de fer : 1/2 gr. (Château-Queyras, 1418, B 4364) à 1 gr. (Brian (...)
  • 209 Manteyer, 1944, p. 639, d’après ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphi (...)
  • 210 AC Gap, BB 2, f 27 r°/v° et f 29 r°, 22 et 25 avril ; 3 mai 1407.
  • 211 AC Gap, BB 2, ff 30 v°-43 r°, 28 mai 1407 au 25 avril 1408.
  • 212 En effet, il faut y ajouter l’achat de 32 nouveaux chevrons et d’une poutre faîtière en mélèze pou (...)

88Quand les réparations sont multiples, le châtelain achète le fer au poids208 pour fabriquer ensuite les clous et les autres pièces métalliques nécessaires, comme c’est le cas à Château-Dauphin (Italie)209. De même, en 1406, les syndics de Gap achètent 26 livres de fer pour fabriquer des crochets et, l’année suivante, ils achètent d’autres crochets manufacturés pour la Tour du Verger210. Dans le même temps, la toiture de la Porte Garcine est rénovée et le dispositif de fermeture de la Porte Jaussaude est réparé. Les fournitures métalliques représentent 36 florins, 5 gros, 2 barbarins et se répartissent comme suit : achat de clous, de fer et de crochets pour fixer les chevrons de la Porte Garcine (25 florins, 54,5 gros et 9 barbarins) ; achat de tôles et de plomb pour fabriquer les pommeaux de cette porte (6 florins et 3 barbarins) ; achat de huit lames de fer pour accrocher la poutre faîtière de cette porte (2,5 gros) et installation d’un contrepoids et d’une barre de soutien à la Porte Jaussaude (6 gros)211. Le montant total des réparations de ces deux portes atteint 41 florins et 4,5 gros212 – dont 88 % sont consacrés aux seules pièces métalliques.

  • 213 ADI, 8 B 624, f 121 r°, 1340 (1334), Embrun.

89Les charpentes et les couvertures nécessitent l’emploi de gros clous comme c’est le cas lors de la construction du palais delphinal d’Embrun où les poutres de la charpente et les essandoles du toit sont clouées avec 48 000 sénèpes à 7 gros les 1 000 (soit 28 florins) ; 1 2000 clous pour fixer les planches (taulatorum), d’une longueur d’une palme (24 cm), au prix de 1,5 florin les 1 000 (soit 18 florins) ; 1 500 clous d’une longueur d’un demi pied (17 cm), au prix de 3 florins les 1 000 (soit 4,5 florins) et enfin 96 autres clous d’une longueur d’une palme (24 cm), au prix de 3 florins – le plus haut prix jamais constaté213.

  • 214 D’après Jenzer, 1994, p. 452.
  • 215 ADI, 8 B 668, f 371 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1395-24 juin 1396) : (...)
  • 216 ADI, B 3126, f 281 r°, 8 avril 1485, Saint-Georges-d’Espéranche (Isère) : « Item plus sont nessese (...)
  • 217 ADI, B 3126, f 311 v°, 30 avril 1485, Les Avenières (Isère) : « Item est neccessarium unum centum (...)

90Au cours du xve siècle, les catégories de clous sont spécifiées, de 2 à 7 milliers – ce terme désignant la longueur des clous214. Les clous de 3 milliers sont utilisés pour fixer les huisseries et, d’après la visite réalisée le 28 août 1395 à Château-Queyras, les artisans emploient des clous de 3 et 4 milliers pour fixer des planches qui bouchent une brèche du donjon215. Les clous de 4 milliers sont également employés par les charpentiers et les couvreurs particulièrement pour clouer les essandoles216. Enfin, au chateau des Avenières (Isère), les tôles de la toiture d’une tour sont fixées avec des clous de 7 milliers217.

  • 218 À Réotier, la livre de maltaillés de 0,5 à 1 pied de long coûte 3/4 de gros, d’après ADI, B 3126, (...)
  • 219 ADI, 8 B 668, f 371 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1395-24 juin 1396).
  • 220 ADI, 8 B 655, f 164 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : (...)

91Ces clous sont vendus à la centaine ou au millier, rarement à la cinquantaine (Gap, 1407) ou au poids218. Le ballot (balle) mentionné dans les comptes de la châtellenie de Château-Queyras en 1395-1396 représente sans doute une quantité plus importante que le millier, au minimum le double, si l’on se base sur le prix du millier de clous à Embrun (3 florins) alors que la balle coûte 6 florins219. À Château-Queyras, les maçons et les charpentiers emploient plusieurs types de clous pour construire six nouvelles échiffes en 1384-1385. Ce sont d’abord 1 800 clous chapellus pour clouer les lattes et les planches (3 gros la centaine soit 4,5 florins) puis 600 grosses tiges en fer (1 florin la centaine soit 6 florins) pour maintenir les planches des échiffes, auxquels s’ajoutent 12 000 sénèpes utilisés pour leur couverture (8 gros le millier soit 8 florins)220.

  • 221 ADI, 8 B 72, f 186 v°, 14 août 1382, Saint-Bonnet : « (...) pro quingentis brochiis implicatis in (...)
  • 222 ADI, 8 B 655, f 164 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).
  • 223 ADI, B 3010, f 406 r°, 28 août 1395 : « (...) fieri due claves de bono meleso, bene ferate cum bon (...)
  • 224 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « Et fia (...)
  • 225 ADI, 8 B 72, f 186 r°, 12 août 1382, Saint-Bonnet : 149 livres de fer (gonds, barres, barreaux et (...)

92Le fer est employé dans la fabrication des clous, des crochets, des pentures, des clés, des outils (coins, pics de carriers…) ainsi que des broches en fer qui servent à fixer les mécanismes des serrures221 et les échiffes222. Les crampons métalliques, anneaux et attaches en fer, sont utilisés pour maintenir les grosses pièces de bois comme celles qui renforcent la tour de Château-Queyras en 1395 et, d’après la visite de 1399, pas moins de 5 quintaux de fer sont nécessaires pour ces pièces223. Dans un seul exemple, celui de la citerne du château de Briançon, on apprend que les pierres de la voûte sont scellées avec des agrafes métalliques (1393-1394) et, afin d’éviter la corrosion du métal au contact de l’eau, les pierres sont recouvertes d’un mortier hydraulique (cf. supra)224. Enfin, notons que la couverture des toits et les pommeaux sont formés de tôles en plomb assemblées et que les ferrures des portes (gonds, barres et anneaux en fer) sont quelquefois scellées au plomb225.

  • 226 ADI, 8 B 640, f 42 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « pro recoll (...)
  • 227 Les fouilles de Lazer (1989-1993) dirigées par I. Ganet n’ont pas été publiées à ce jour. On a étu (...)
  • 228 Bailly-Maître, 2000, p. 203-218. La récupération des objets en fer est une pratique mise en éviden (...)

93Le métal est présent sur tous les chantiers et même si une seule mention écrite le précise, les artisans devaient fréquemment récupérer les anciens clous comme il était d’usage de le faire avec le bois et la pierre226. Or justement, l’étude de ces artisans du métal ne saurait se cantonner aux sources écrites qui mettent en lumière uniquement le sort des villes. En la matière, les fouilles récentes de forges villageoises du Sud de la France, et notamment celle de Lazer, illustrent la diffusion des savoir-faire dans les campagnes227. Dans ce castrum déserté, des pointes de lance, des carreaux d’arbalètes et d’autres objets en fer (couteaux, sonnailles, clés et plaques de serrures), enfouis dans des silos, étaient sans doute destinés à être reforgés dans un atelier de forgeron situé à l’intérieur du village. En plus de cet atelier mis au jour dans le secteur ouest du village – à vocation de stockage et d’artisanat – une forge se trouvait au sud-est, dans la zone basse et à proximité du rempart, à une cinquantaine de mètres de l’atelier précédent228.

L’organisation des chantiers

  • 229 Chapelot, 2001.

94Dans l’ouvrage collectif intitulé Du projet au chantier. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux xive-xvie siècles, publié en 2001 sous la direction d’Odette Chapelot, les auteurs analysent l’organisation des chantiers de construction depuis le projet imaginé jusqu’à sa réalisation finale229. La construction, quel que soit le domaine d’activités (civil, militaire ou religieux) est le fruit d’une confrontation entre le(s) commanditaire(s), les artisans et leurs intermédiaires ou leurs représentants : les officiers des comptes, les maîtres d’œuvre, les experts, les ouvriers, les vendeurs ou les négociants de matériaux… C’est le rôle alloué à chacun de ces hommes que l’on propose d’étudier en Haut-Dauphiné.

Les visites des maîtres d’œuvre et la rédaction des prix-faits

  • 230 À propos de l’ensemble des procédures suivantes, voir Rey, 1971, tome 1, p. 66 et Bernardi, 1995, (...)
  • 231 Rey, 1971, tome 1, p. 67, d’après ADI, B 2816 ; Maignien, 1881, p. 47 et ADI, B 3123, 1366.
  • 232 Chevalier, 1871, p. 30, 30 avril 1398.

95Les maîtres d’œuvre du Dauphiné multiplient leurs visites dans les châteaux delphinaux à partir de 1366230. Humbert Colonel, nommé par le gouverneur Raoul de Louppy en juin 1365, avait déjà visité les ports du Rhône et de l’Isère et ordonné les réparations appropriées alors qu’il était châtelain de Pisançon (Drôme), en novembre 1363. En juillet 1365, il entame ses visites en Graisivaudan puis en Viennois231. Le rôle de ces maîtres d’œuvre est renforcé quand le gouverneur du Dauphiné instaure deux visites annuelles obligatoires dans les châteaux delphinaux à partir de 1398232.

96En Haut-Dauphiné, Stéphane Voisin procède à de nombreuses visites dans les châteaux delphinaux pendant l’année 1390 et suit le cheminement suivant :

  • les 17 et 22 juin, il est au palais delphinal d’Embrun,
  • le 27 juin au château de Bramafan dans la châtellenie de Bardonnèche,
  • le 28 juin au château d’Exilles,
  • le 30 juin aux châteaux de Mentoulles et de Bois-des-Ayes,
  • le 13 juillet au château de Réotier et
  • à nouveau le 17 août, il conclut un prix-fait au palais delphinal d’Embrun.
  • 233 ADI, B 3010, f 417 r° ; 8 B 662, f 129 v° ; ff 195 r°-198 r° ; f 239 r° ; f 300 v° et 8 B 666, ff (...)

97Au cours de cet itinéraire, le maître d’œuvre delphinal ne dresse pas seulement les prix-faits de réparations ; il reçoit également des travaux, comme c’est le cas àChâteau-Queyras le 11 juin. À la fin du mois d’août, Stéphane Voisin quitte la vallée de la Durance pour rejoindre la vallée du Buëch où il poursuit sa visite au château de Serres, le 26 août (Figure 33)233.

  • 234 ADI, 8 B 662, ff 195 r°-197 v°.
  • 235 ADI, B 3126, f 122 v°, 17 juillet 1484, Briançon.

98Au cours des visites, la présence des officiers du dauphin est jugée indispensable alors que la participation des artisans est secondaire et ne paraît même pas dépendre du montant des travaux. Ainsi, lors des trois visites effectuées au palais delphinal d’Embrun, le 17 juin 1390 (prix-fait de 155 florins), le 22 juin 1390 (35 florins) et le 17 août 1390 (250 florins), le juge majeur d’Embrun et le bailli de l’Embrunais et du Gapençais sont toujours requis. Le seul artisan, Arnaud de Scinans, boisselier d’Embrun, assiste seulement au second prix-fait où il expertise sans doute les réparations en bois et le nouveau mobilier. Raoul de Font, châtelain du palais delphinal et le procureur Sanxio Luppi sont uniquement présents le 17 juin234. Quand le maître d’œuvre s’entoure d’experts, généralement de maîtres maçons et de charpentiers, ces derniers sont parfois retenus comme prix-facteurs. C’est le cas de Jean Bonet, charpentier, et de Jean Sésanne, tailleur de pierres, experts désignés àBriançon avec le maître d’œuvre Pierre de L’Église235.

Figure 33. Les visites du maître d’œuvre Stéphane Voisin dans les châteaux delphinaux (1390). © N. Nicolas.

  • 236 L’un d’eux, Mondon Martin, de Château-Queyras, est même cité en 1388 puis en 1402.
  • 237 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418 et B 4361, f 7 v°, 11 août 1411.
  • 238 ADI, B 3010, f 412 v°, 13 juillet 1399 et f 421 r°, 15 février 1401.

99Lors de ses visites à Château-Queyras, le maître d’œuvre delphinal est assisté par le châtelain et par les syndics de toutes les communautés villageoises de la vallée, dès 1388 : le syndic d’Arvieux, le syndic de Château-Queyras, le syndic d’Aiguilles, le syndic d’Abriès, le syndic de Molines et le syndic de Saint-Véran236. Pour la mise aux enchères du prix-fait établi lors de cette première visite, les chapelains d’Arvieux et de Saint-Véran sont présents et, en 1395, même les communautés d’Arvieux et de Ristolas sont représentées. Lors de la contre-visite de 1399, le maître d’œuvre delphinal est non seulement assisté par le bailli du Briançonnais et les syndics mais également par de simples habitants d’Aiguilles, d’Abriès et de Molines – Jean Elisée était néanmoins syndic en 1388 – ainsi que par « plusieurs honnêtes hommes de la châtellenie du Queyras ». C’est aussi pendant cette visite qu’il sollicite Jacques de Vercelino, un maître maçon et charpentier. Albert Albert, vice-châtelain du Queyras à partir de 1417 est cité comme témoin lors de l’inventaire du château réalisé en 1411, sans doute parce qu’il est déjà notaire de Château-Queyras237. Certainement de cette même famille, Jacques Albert, notaire d’Arvieux, est cité comme témoin d’une visite en 1399 et d’un inventaire du mobilier effectué en 1401238. La qualité de notaire confère donc une garantie aux actes auxquels ils participent.

  • 239 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393 et 4 avril 1396, Briançon.
  • 240 ADI, 8 B 662, f 173 v°, 24 août 1390 et f 176 r°, 23 août 1390.

100Les travaux ordonnés par les syndics de Briançon doivent obtenir le consentement des officiers du dauphin. Ainsi, en 1393, le prix-fait pour la construction de trois nouvelles tours est passé à Embrun, en présence d’Antoine Richier, châtelain du palais delphinal d’Embrun et de Jean Garcin, châtelain de Château-Queyras. De même en 1396, un autre prix-fait est conclu en présence de Jean Boisseau, bailli et châtelain, et des syndics. Dans les deux exemples, on requiert les conseils de deux artisans embrunais239. De même, quand Stéphane Voisin conclut deux prix-faits pour des travaux de maçonnerie (170 florins) et de charpenterie (70 florins) au château d’Upaix, les 23 et 24 août 1390, il est assisté par le châtelain, le juge-majeur et le procureur fiscal du bailliage du Gapençais. De plus, pour le premier prix-fait concédé aux charpentiers Pierre Horonat et Raymond Giraud, il est assisté par le maçon Guiot de Novalhe en qualité d’expert et, inversement, le prix-fait obtenu par Guiot de Novalhe est consenti après avis de deux experts : les charpentiers précédemment cités240 !

  • 241 ADI, 8 B 662, f 196 v°, 17 août 1390, Embrun : « (...) injungendo dictus magister operum castellan (...)
  • 242 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles et ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : « (...) (...)
  • 243 ADI, B 3010, f 407 v°, 2 juin 1396, Château-Queyras.
  • 244 ADI, 8 B 662, ff 195 v°-197 v°, 17 juin, 22 juin et 17 août 1390, Embrun : « (...) Rogans et suppl (...)

101La visite effectuée, le prix-fait est établi par le maître d’œuvre delphinal puis il est mis aux enchères pendant trois jours sur une place publique (fori)241 par le châtelain ou par le juge242. Ainsi, à la demande du châtelain du Queyras, Pierre Reynaud, crieur public, effectue les enchères du prix-fait passé en août 1395 pendant trois journées de foire (juin 1396)243. L’adjudication terminée, le châtelain en informe la Chambre des comptes qui confirme généralement sans condition l’adjudication et procède rapidement au paiement du châtelain244.

  • 245 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : « magister Bertrandus de Lazero, diocesis Comensis ». Au (...)
  • 246 ADI, 8 B 666, ff 12 v°-15 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : e (...)

102Suivons de près la carrière de Thomas Masson, d’Embrun, et celle de Bertrand de Lazer, du diocèse de Côme (Italie), tous deux maçons actifs à Briançon à la fin du xive siècle245. Le 3 novembre 1393, le premier d’entre eux obtient le prix-fait d’aménagement de la citerne du château mais, après les enchères, c’est Bertrand de Lazer qui est finalement retenu – la toise de maçonnerie de la citerne baisse en effet de 26 à 25 florins. Au cours du même mois, Bertrand de Lazer est également désigné pour construire les trois tours de flanquement de la ville alors que Thomas Masson est… un des témoins de l’acte notarié246 !

  • 247 ADI, 8 B 668, ff 174 r°-177 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

103Deux ans plus tard, à la suite de la visite du château effectuée par le maître d’œuvre Stéphane Voisin (9 septembre 1395), les travaux sont d’abord concédés à trois maçons : Bertrand de Lazer, Briançon Blanc et Antoine, fils de Raoul Raoul, et chaque tâche est négociée au prix suivant : la toise de pavement maçonné : 10 gros ; la rénovation des arcades de deux portes : 25 florins ; la toise de mur maçonné : 4,5 florins et la toise de mur embouché : 4 gros. Lors des premières enchères, le 23 octobre 1395, le maçon Bertrand de Lazer propose, pour une toise de mur maçonné, 3 florins et 10 gros, et concède également la réfection des deux portes à 21 florins – attendu qu’il « a déjà fait d’autres travaux au château » – et s’engage à achever les travaux avant l’hiver. Comme il n’est pas suivi par les deux premiers maçons, deux autres artisans proposent la toise de pavement maçonné à 6 gros et la toise de mur embouché à seulement 3 gros. Les deux nouveaux maçons, Antoine Barzache, de Briançon, et Jean Tresan, de Coni, promettent de finir les travaux avant la Saint-Jean-Baptiste (24 juin 1396) mais la contre-visite prouve que la baisse consentie par le premier maçon se fait au détriment de la qualité. Ce faisant, cet artisan ne remplit pas les conditions du prix-fait initial même s’il semblait être l’artisan le plus compétitif lors de l’adjudication des travaux247.

  • 248 ADI, B 3010, f 416 r°/v°, 15 mai 1388 et ff 417 v°-418 v°, 12 juillet 1389.
  • 249 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395 et f 407 v°, 2 juin 1396, Château-Queyras.

104La baisse du prix après les enchères ne touche pas que les prix-faits supérieursà 150 florins. À Château-Queyras, le contrat passé en mai 1388 avec le charpentier Pierre Dalmas était de 25 florins mais il est adjugé à 23 florins et 10 gros tournois en juillet 1389… au même Pierre Dalmas248 ! De plus, la baisse accordée par les prix-facteurs est parfois infime : le prix-fait initialement obtenu par Jacques Humbert, de Château-Queyras, en août 1395 (30 florins) est finalement décroché après enchères par Pierre Dalmas pour 29 florins et 8 gros tournois soit un rabais de 4 gros tournois seulement249 ! Cet artisan ne recule devant aucun sacrifice pour obtenir les marchés de Château-Queyras !

105Dans chaque contrat, le prix-facteur doit jurer qu’il s’engage à respecter les délais de réalisation des travaux dont l’échéance est souvent fixée à une fête religieuse (la saint Michel, Toussaint, Noël… : Tableau 14). Parfois, l’achèvement des travaux est seulement suggéré par la date de la contre-visite du maître d’œuvre, notamment à la tour de Saint-Bonnet (1381-1383) et à Upaix (1380). Il est nécessaire de distinguer les procédures de visites – le plus souvent réalisées avec le maître d’œuvre delphinal au cours du printemps et de l’été – et l’achèvement des travaux dont le délai peut courir jusqu’au début de l’hiver même dans les châteaux les plus exposés à la neige (Briançon, Château-Queyras et Embrun).

  • 250 ADI, 7 B 36, f 9 r°, 24 juin 1374 (lettre de Charles de Bouville, gouverneur du Dauphiné, ordonnan (...)
  • 251 De même, les travaux commencés à Prunières en 1376, ne sont toujours pas achevés en 1380 (Roman, 1 (...)

106À Gap, le 19 juin 1406, les prix-facteurs s’accordent pour une réalisation en deux temps : la Tour du Verger doit atteindre la hauteur des coursières des remparts de la ville avant le 29 septembre 1406 (Saint-Michel) et les travaux doivent être entièrement achevés le 24 juin 1407 (Saint-Jean-Baptiste). Ce délai semble court en comparaison avec le chantier de construction d’une tour à Briançon qui dépasse deux années entières (1396-1398), celui d’une tour supplémentaire à La Bâtie-du-Pont (Italie) ou même celui du château de Saint-Firmin, tous deux prévus pour cinq années250. Ceci s’explique sans doute parce qu’à Gap, les syndics participent activement aux travaux. De même, les réparations et les reconstructions des remparts sont très rapidement réalisées (Tallard, Upaix) à l’inverse, paradoxalement, de leur construction qui dépend de la volonté des commanditaires et des exécutants. C’est le cas de la construction de l’enceinte de Guillestre, autorisée par l’archevêque d’Embrun en 1392, et qui n’est toujours pas achevée en 1398251.

Tableau 14. Les délais de réalisation des travaux d’après les prix-faits.

  • 252 ADI, B 3010, f 416 r°/v°, 15 mai 1388 ; f 411 r°, 13 juillet 1399 et f 413 v°, 14 mai 1402.

107Les délais ne dépendent pas uniquement du montant des prix-faits (Embrun, 17 et 22 juin 1390) ou du type de travaux (Upaix, 23 et 24 août 1390), mais plutôt de la volonté du maître d’œuvre et de l’urgence d’achever certains travaux. Ainsi, les quelques travaux défensifs et les rénovations intérieures du château de Réotier ordonnés en juillet 1390 ne représentent qu’un faible coût (40 florins) et sont jugés peu urgents. De plus, les procédures de mise aux enchères et les contre-visites peuvent retarder la réalisation des travaux initialement commandés, par exemple à Château-Queyras. Dans ce château, certains travaux ordonnés par Stéphane Voisin en 1388 ne sont pas réalisés en 1399 ou doivent être refaits dès 1402 comme le constate son successeur, Jacques de Beaujeu252 ! À Château-Queyras, les visites enregistrées pendant la période de 1371 à 1402 sont toutes effectuées entre les mois de mai et d’août alors que les travaux, eux, sont réalisés jusqu’au début de l’automne d’après les délais fixés par Stéphane Voisin :

  • 22 mai 1371, 15 mai 1388 et 12 juillet 1389 : visite dirigée par Stéphane Voisin, maître d’œuvre delphinal (ADI, B 3010, ff 281 r°-283 r° ; f 416 r°/v° ; ff 417 v°-418 v°),
  • 11 juin 1390 : contre-visite dirigée par Stéphane Voisin (f 417 r°),
  • 28 août 1395 : visite dirigée par Stéphane Voisin (ff 406 r°-407 r°),
  • 21 mai 1398 : visite dirigée par Pierre Reynaud, conseiller delphinal et commissaire délégué par le dauphin253 (ADI, 8 B 671, f 143 v°),
  • 11 et 13 juillet 1399 : contre-visite dirigée par Jacques de Beaujeu, maître d’œuvre delphinal, et Jean Boisseau, bailli du Briançonnais (ADI, B 3010, f 408 r° et f 410 r°),
  • 14 mai 1402 : visite et contre-visite dirigée par Jacques de Beaujeu (ADI, B 3010, f 412 v° et f 413 v°).
  • 254 ADI, B 2953, f 399 r°/v°, 2 septembre 1397, Buissard.
  • 255 ADI, 8 B 662, f 174 r°, 24 août 1390, Upaix : amende de 100 francs / prix-fait de 170 florins et f (...)
  • 256 ADI, B 3010, f 407 r°, 28 août 1395, Château-Queyras : « (...) precipiens dictus magister operum c (...)
  • 257 ADI, B 3010, f 408 v° et f 409 v°, 11 juillet 1399.

108Délais de réalisation et paiements des artisans sont à ce point liés que, sur le chantier de réparations de la tour de Buissard, le premier versement est prévu à la Toussaint, le deuxième à Pâques mais le montant de la dernière échéance dépend de la pierre de taille utilisée ; elle est donc comptabilisée après achèvement des travaux (1397)254. En cas de non-respect des délais d’exécution, la plupart des prix-faits prévoient des amendes dont le montant est proportionnel à celui du prix-fait255. Plus rarement, une amende peut s’appliquer au châtelain s’il ne paie pas le prix-facteur ou s’il n’assure pas les approvisionnements dans les délais256. De même, c’est à la suite d’une contre-visite mettant en cause les travaux effectués par le prix-facteur Pierre Dalmas, à Château-Queyras, que ce dernier est interrogé par le maître d’œuvre delphinal : cet artisan et le châtelain sont tous deux passibles d’une amende de 100 francs, en cas de mensonge dans leur déclaration257.

  • 258 Par exemple, à Embrun : ADI, 8 B 662, ff 196 r°-197 v°, 17 juin et 17 août 1390.
  • 259 ADI, 8 B 72, f 184 r°, 19 juillet 1381, Saint-Bonnet-en-Champsaur et f 185 r°, 24 août 1381, quitt (...)
  • 260 D’après Chauvin-Lechaptois, 1977, p.272. ADI, 8 B 668, f 176 v°, 9septembre 1395, Briançon : « Etq (...)
  • 261 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : base de 5 florins / toise.
  • 262 AC Gap, BB 2, f 6 r°, 19 juin 1406.
  • 263 ADI, B 3010, f 411 v°, 13 juillet 1399, Château-Queyras.
  • 264 ADI, B 3010, ff 411 v°-412 r°, 13 juillet 1399, Château-Queyras.
  • 265 ADI, 8 B 653, f 36 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).

109Le paiement s’effectue en trois termes : généralement un tiers à la conclusion du prix-fait, un tiers au milieu des travaux et le dernier tiers à leur réception258 ; plus rarement un quart au début, un quart au milieu du chantier et la moitié restante à la fin259. Si les travaux terminés ne répondent pas au prix-fait initial, le paiement subit alors un « rabat » proportionnel aux travaux non exécutés260. Le fractionnement des échéances sous forme de forfaits est une pratique courante pour les travaux de reconstruction de murailles payés « à la toise ». C’est le cas en 1393 à Briançon où le maçon Bertrand de Lazer reçoit 100 florins au début des travaux et ainsi de suite à chaque fois qu’il achève 20 toises supplémentaires261. Il en est de même à Gap pour la construction de la Tour du Verger où le maçon perçoit 20 florins au début des travaux puis 20 gros par canne de mur qu’il construit – chaque paiement intervenant quand une canne est élevée à mi-hauteur262. Le paiement fractionné s’applique également aux salaires des artisans quand ceux-ci sont rétribués à la journée263 et au paiement de certains matériaux coûteux comme le métal264. Enfin, le paiement des artisans intervient rarement avant la contre-visite. Cependant à Upaix, le maçon Guiot de Novalhe donne quittance de paiement le 22 juillet 1380 alors que la lettre de réception de fin des travaux est datée du 12 septembre 1380265.

  • 266 ADI, B 3010, f 417 r°, 11 juin 1390, Château-Queyras : « Invenit dicta opera et precia facta bene (...)

110Cette contre-visite comprend généralement la réception des travaux et le renoncement des prix-facteurs à tout paiement autre que celui prévu initialement. Cette procédure n’est toutefois pas systématique. Ainsi à Château-Queyras, pour les travaux ordonnés en mai 1388, Stéphane Voisin effectue la contre-visite le 11 juin 1390, assisté des témoins de chaque communauté. Il constate, d’une part, que les travaux sont effectués correctement et, d’autre part, il s’assure que le prix-facteur a été entièrement payé, en présence du bailli du Briançonnais266.

  • 267 ADI, 8 B 72, f 186 v°, 16 mai 1383, Saint-Bonnet-en-Champsaur.
  • 268 ADHA, Ms 651, 14 septembre 1380, Briançon.

111Les contre-visites constatent donc généralement que les travaux ont été faits conformément au contrat initial. Ainsi, en mai 1383, le maître d’œuvre delphinal Stéphane Voisin effectue la contre-visite de diverses réparations (planchers, fenêtres…) ordonnées dans la tour de Saint-Bonnet en juillet 1381. Il déclare que le prix-fait a été correctement exécuté et ajoute que toutes les ferrures étant fixées, il ne peut plus contrôler leur poids qui lui paraît conforme à celui annoncé dans le prix-fait267. De même, quatre maîtres charpentiers et maçons assistés d’un syndic de Briançon inspectent le pont-levis exécuté par Jacques Raoul en 1380 et estiment que le pont est conforme aux clauses du prix-fait tant « pour le mur, le bois que le fer »268.

  • 269 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles.

112La contre-visite permet de juger de la finition des travaux et, quand le paiement du prix-fait est convenu en trois échéances, de régler intégralement lesdites échéances. Ainsi, à Exilles (Italie), les prix-facteurs ne sont payés que 26 florins et 8 gros – soit les deux-tiers du prix-fait de 40 florins – alors que les travaux sont achevés, en attendant que la contre-visite soit effectuée269. Il arrive parfois que la contre-visite soit indispensable pour déterminer les responsabilités de chacun – prix-facteur et châtelain essentiellement – en cas de grave litige. C’est le cas à Château-Queyras pour les travaux concédés à prix-fait par Stéphane Voisin, le 28 août 1395. Au terme de sa contre-visite, Jacques de Beaujeu estime que les travaux sont incomplets et doit interroger le prix-facteur et le châtelain :

  • Pierre Dalmas, le prix-facteur, affirme que le châtelain ne lui a fourni qu’un dixième de la main-d’œuvre et des matériaux nécessaires alors que les communautés ont effectivement remis au châtelain la somme de 40 florins nécessaires à cet effet (6 florins de Château-Queyras ; 10 florins d’Arvieux pour la main-d’œuvre ; 16 florins de Molines et 8 florins de Saint-Véran pour le bois). Les syndics d’Abriès, d’Aiguilles et de Ristolas ont également confié au châtelain 25 florins pour les matériaux – ce dont Pierre Dalmas n’a reçu qu’une partie. De plus, il n’a pas été entièrement payé (29 florins et 8 gros tournois) même s’il a donné quittance pour la totalité au châtelain.
  • Quant au châtelain, il s’en remet aux dépositions des syndics et non à celle de Pierre Dalmas270.
  • 271 ADI, B 3010, ff 410 r°-412 v°, 13 juillet 1399 et ff 412 v°-413 r°, 14 mai 1402.

113La seconde partie de la contre-visite comptabilise les travaux réalisés par Pierre Dalmas à Château-Queyras en 1395 : 4 florins (couverture et fourneau, y compris les lauses et le bois) ; 6 florins (merlons, coursières et escalier en bois) ; 3 florins (pierres de tuf) et 6 florins (pierres, chaux, sable, transport du bois et du tuf), soit au total 19 florins – alors que Pierre Dalmas avait précédemment obtenu le prix-fait pour 29 florins et 8 gros tournois. Le nouveau prix-facteur, Jacques de Vercelino, est alors payé à la journée de travail. À la suite de la contre-visite de Jacques de Beaujeu, le 14 mai 1402, Jacques de Vercelino doit détruire le fourneau réalisé par son prédécesseur Pierre Dalmas et le refaire (20 florins)271 !

  • 272 ADI, 8 B 668, ff 168 r°-177 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

114De même, c’est après le prix-fait litigieux du 9 septembre 1395 (cf. supra) que le maître d’œuvre delphinal Stéphane Voisin vérifie l’exécution des travaux à Briançon. Il trouve 9 toises et demie de mur refait par le maçon Bertrand de Lazer. Or, le mur devait mesurer 2 pieds d’épaisseur (à 3 florins et 10 gros la toise, soit 36 florins et 5 gros) mais comme il n’excède pas un pied et demi, le maître d’œuvre retire un quart du prix (9 florins, 3 sous et 4 deniers) et le maçon ne reçoit finalement que 27 florins et 3,5 gros272.

  • 273 ADI, 8 B 653, ff 37 v°-38 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).
  • 274 ADI, 8 B 662, f 176 v°, 17 août 1395, Upaix.

115Même en dehors de tout litige, la contre-visite assortie d’une enquête doit comparer les déclarations des artisans et des fournisseurs notamment pour ce qui concerne les quantités de matériaux utilisés. C’est le cas à Upaix quand, les 24 et 25 mai 1382, le maître d’œuvre Stéphane Voisin interroge trois témoins pour déterminer combien de charges de sable et de chaux ont été utilisées pour les travaux qu’il a lui-même ordonnés en 1380. Il vérifie encore ces informations en se renseignant auprès du maçon prix-facteur et des fournisseurs de sable273. Stéphane Voisin est toujours très vigilant à Upaix puisque, le 17 août 1395, il réalise à nouveau la contre-visite des travaux qu’il a prescrit en août 1390274.

  • 275 Prudhomme, 1889, p. 562, d’après ADI, B 3232, f 48 v°. En Bourgogne, ces usages sont fixés par une (...)

116Ainsi, depuis 1366, les maîtres d’œuvre du Dauphiné suivent tous les mêmes procédures quand ils dressent un prix-fait : mise aux enchères de celui-ci et paiement de l’artisan en trois échéances après la contre-visite. Et même si les maîtres d’œuvre respectent scrupuleusement ces usages depuis cette date, leurs fonctions sont codifiées dans un registre de la Chambre des comptes seulement sous Charles VII (1422-1461) et Louis XI (1461-1483)275.

La main d’œuvre

  • 276 Prov. Turin, circ. Pignerol, à 10 kilomètres au sud-est de Mentoulles. ADI, 8 B 638, f 18 v°, comp (...)
  • 277 ADI, 8 B 655, f 162 v° et f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 j (...)
  • 278 ADI, 8 B 662, f 195 v°, 22 juin 1390, Embrun ; ff 198 r°-199 r°, 13 juillet 1390, Réotier et ADHA, (...)
  • 279 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480 et B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484. À propos de la polyvalence (...)

117Sur les chantiers urbains comme dans les châteaux, la plupart des artisans sont polyvalents et le recours à des experts est exceptionnel : on ne connaît guère qu’un seul exemple, celui de Mentoulles (Italie), où la mise en défense a été confiée à des artisans venant de Perosa Argentina, en 1362-1364276. Ailleurs, la polyvalence est larègle. À Château-Queyras, Pierre Dalmas, d’Arvieux, et Jacques David, de Molines, sont tous deux à la fois charpentiers et maçons : en 1384, ils construisent six bretèches en bois et refont quelques toises de maçonnerie au château277. Un même artisan peut également être cité soit comme charpentier soit comme maçon sur des chantiers différents. C’est le cas de Thomas Masson, d’Embrun, déclaré charpentier ou maçon à Embrun en juin 1390, charpentier en juillet 1390 à Réotier puis maçon à Briançon en 1393278 ! Est-ce le signe de l’absence de spécialisation des artisans et de leur nécessité, pour travailler, de s’adapter aux chantiers ? Cette polyvalence n’est pas conjoncturelle puisque, par exemple, le maître Jean Bonet de Césanne est témoin de deux prix-faits passés à Briançon, d’abord comme expert-maçon (1480) puis comme charpentier (lignifaber) en 1484279.

  • 280 À propos du rôle des maîtres, voir Gonon, 1973, p. 24 et Bernardi, 1995, p. 27.
  • 281 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembr (...)
  • 282 ADI, 8 B 644, f 29 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 nove (...)

118Le maître charpentier ou maçon est le prix-facteur qui dirige un chantier et commande notamment les hommes (manœuvres, tâcherons, apprentis…) qui travaillent autour de lui280. La différence entre les maîtres et les manœuvres est clairement indiquée à Château-Queyras où les communautés de la vallée supportent le salaire des manœuvres mais pas celui des maîtres281 : quand les charpentiers sont payés 3 gros par jour – 1 gros pour la nourriture et 2 gros pour le salaire – les manœuvres disposent d’un seul gros qui ne correspond qu’à la nourriture – la main-d’œuvre étant fournie gratuitement par la communauté282. Plus tard, les maîtres charpentiers et les maîtres maçons de Château-Queyras sont rémunérés jusqu’à 4 gros par jour. En 1399, Jacques de Vercelino, maçon et charpentier, est même payé 6 gros par jour pour les travaux qu’il dirige à Château-Queyras où il intervient à la fois en tant qu’expert – il ordonne la destruction des fourneaux inachevés – et en tant qu’artisan – il coordonne les nouveaux travaux.

  • 283 A. Belmont ne s’attarde pas sur le travail des femmes dans le bâtiment, en Dauphiné (Belmont, 1998 (...)
  • 284 ADI, 7 B 36, f 8 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistro Anth (...)

119Payés à la journée ou à la tâche, les artisans sont exclusivement des hommes. En effet, les femmes ne sont même pas citées sur les chantiers urbains283 et les enfants ne sont évoqués qu’une seule fois sur le chantier du Pertuis Rostan en 1379. Les manœuvres sont payés 2 gros par jour en moyenne, rarement moins pour leur travail et leur repas (1,5 gros à Upaix, 1367-1369). Pour un même travail, le salaire des manœuvres dépend également de leur origine géographique (Gap, 1407). L’ouvrier est davantage rémunéré que le manœuvre à Château-Queyras en 1418 (3 gros / 2 gros), de même qu’à Exilles (Italie) où ce salaire inclut la nourriture des hommes (1370-1371). En raison de leurs compétences, les maîtres charpentiers, maçons ou chaufourniers reçoivent entre 3 et 4 gros par jour et jusqu’à 5 gros pour un maître maçon de Dragoniere (province de Coni) appelé sur le chantier de La Bâtie-du-Pont en tant qu’expert pour choisir les pierres en marbre des piédroits pour les ouvertures de la nouvelle tour (1374)284. De même, les minators (cf. supra) de ce chantier sont payés 6 gros par jour (Tableau 15).

  • 285 En Forez, d’après Gonon, 1973, p. 29, tâcheron, manœuvre : 1 gr. / jour ; maître-maçon : 2,5 à 3 g (...)
  • 286 1391, d’après ADI, B 4358, pièce ; 1419-1420, d’après Rey, 1971, tome 1, p. 48 et Morin, 1994, p. (...)
  • 287 ADI, 8 B 671, f 146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras.

120Ces paiements à la journée sont ceux observés sur des chantiers urbains proches et dans des régions plus éloignées285. À Grenoble (Isère) par exemple, les salaires des maçons, des charpentiers comme des manœuvres, sont stables entre 1391 (manœuvre : 2 gros ; maçon : 3 gros) et 1419-1420 (manœuvre : 2 gros ; maçon et charpentier : 3 à 4 gros)286. Qu’ils interviennent sur un chantier comme responsable des travaux ou comme conseiller lors d’une expertise, les artisans sont payés sur les mêmes bases. Ainsi, les trois maçons retenus par un conseiller du dauphin à Château-Queyras pour évaluer les travaux du château, et notamment le creusement de la citerne, reçoivent chacun 4 gros par jour en 1398287.

Tableau 15. Les salaires quotidiens des artisans.

  • 288 ADI, 8 B 668, f 22 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1395-24 juin 1396).
  • 289 Baulant, 1971, p. 463-483 et La Roncière, 1982, p. 397.
  • 290 Voir, à ce sujet, quelques précautions méthodologiques avancées par P. Braunstein (Braunstein, 198 (...)

121Enfin, si les artisans ne reçoivent pas de pourboires ni d’étrennes, leur nourriture représente un coût non négligeable qui est intégré dans certains prix-faits. C’est le cas lors des réparations de la tour de Montalquier où l’achat de deux jambons pour les charpentiers revient à 1,5 florin alors que le montant total du prix-fait ne dépasse pas 4 florins288. La documentation recueillie jusqu’à ce jour ne permet pas d’approfondir l’évolution du pouvoir d’achat des artisans mais au moins d’en approcher la réalité dans la seconde moitié du xive siècle (Tableau 16). Ces quelques indications chiffrées ne présagent en rien de la situation des artisans sur l’échelle sociale car la richesse de ces derniers dépend aussi de leur statut et de leurs charges familiales comme cela a été montré à Paris et à Florence289 – sans compter les variations conjoncturelles et structurelles qu’il faudrait intégrer par une pondération : modifications saisonnières (les charpentiers sont mieux payés en hiver, prise en compte ou non des périodes de chômage, durée de la journée de travail…) ; conditions du marché (approvisionnement en matériaux, charge de la nourriture, modes et durée de l’embauche…) et autres variations structurelles (les compétences et l’expérience)290.

Tableau 16. Le pouvoir d’achat des artisans du bâtiment dans la seconde moitié du xive siècle.

  • 291 ADI, 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 janvier-29 août 1365).
  • 292 ADI, B 3702, f 4 v°, 1389, compte des syndics de Château-Queyras.

122Touchés par des écarts de salaires très faibles, les manœuvres et les ouvriers agricoles (laboratores) sont pourtant affectés à des tâches multiples. Au palais delphinal d’Embrun en 1365, neuf ouvriers (hominum laboratorum) assistent huit maçons et six charpentiers pour édifier un grand escalier en pierres ainsi qu’une passerelle entre le haut de cet escalier et une porte291. À Château-Queyras, en 1367, ce sont les syndics qui sont employés comme manœuvres à la journée pour les travaux du château, à la demande du châtelain292.

  • 293 À Aix-en-Provence, l’apprenti et le compagnon sont tous deux désignés famulus jusqu’au xvie siècle (...)
  • 294 AC Gap, BB 2, f 33 r°, 19 juin 1407.
  • 295 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

123Dernière catégorie d’artisan, le famulus désigne un serviteur qui accompagne le maître d’œuvre et le représente notamment lors de la négociation des prix-faits293. En 1407, Guigues Reynaud, de Savournon, se rend à Gap pour recevoir le prix-fait que son maître vient de conclure avec les syndics de Gap pour construire une nouvelle tour294. De même, à Château-Queyras, quand le charpentier Pierre Dalmas d’Arvieux et un famulus réalisent diverses réparations au château en 1397-1398, le châtelain paie 2 gros tournois le famulus et 3 gros tournois le charpentier, soit 5 gros tournois par jour pour les deux295.

124Tantôt associé aux fastidieuses procédures d’expertises sur les chantiers auprès des maîtres d’œuvre delphinaux, tantôt bâtisseur, l’artisan est présent tout au long du processus de la construction, du projet à sa réalisation finale. Maintenant, quelques exemples rencontrés sur les chantiers du Haut-Dauphiné illustreront concrètement le rôle des artisans et des commanditaires autour des projets de mise en défense à la findu Moyen Âge.

Le quotidien des chantiers

  • 296 Les comptes sont parfois organisés selon un ordre thématique (préparation des fondations, achats d (...)
  • 297 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont et AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, (...)
  • 298 AC Guillestre, BB 3, 7 novembre 1397-9 janvier 1398, d’après GUILLAUME, 1884b, p. 22. De l’enceint (...)

125Dans leur comptabilité, les syndics récapitulent, jour après jour, l’ordre des recettes puis des dépenses qui ont été consacrées aux constructions et aux réparations, comme c’est le cas à Gap : cet ordre chronologique facilite la compréhension du déroulement quotidien des chantiers296. Les comptes de construction d’une tour à La Bâtie-du-Pont (châtellenie de Château-Dauphin, Italie, 1374-1379) et d’une nouvelle tour de flanquement édifiée à Gap (1406-1407), permettent ainsi d’établir les coûts, les modes de construction et les délais retenus pour ces deux chantiers aux commanditaires distincts297. La vie des chantiers peut aussi s’éclairer ponctuellement autour d’un procès comme celui qui oppose, en novembre 1397, les consuls de Guillestre à deux artisans soupçonnés d’avoir fabriqué frauduleusement du mortier lié avec de la terre, entraînant la chute de la Tour d’Eygliers, tour de flanquement de l’enceinte de Guillestre (Figure 34). Les deux ouvriers sont d’abord condamnés à payer une amende de 25 florins dont le tiers servira à la remise en état de la tour mais, quelques semaines plus tard, c’est finalement le maître d’œuvre du chantier qui doit verser une amende de 63 florins et demi – l’un des deux ouvriers étant alors innocenté298.

Figure 34. Photo de la Tour d’Eygliers à Guillestre. © N. Nicolas.

  • 299 ADI, 8 B 24, f 74 r°, [1er-30] juin 1339, La Bâtie-du-Pont. La fortification initiale du mandement (...)
  • 300 ADI, 7 B 36, f 8 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit pro uno gross (...)

126Examinons la procédure de construction d’une tour à La Bâtie-du-Pont à partir de 1374. Le château de Pontechianale ou de La Bâtie-du-Pont (Italie) est composé d’un donjon carré haut de 6 toises (11,25 m) entouré d’une enceinte longue de 50 toises (93,50 m) en 1339299. Martin Donadieu, curé de la paroisse du Pont, est chargé par le gouverneur du Dauphiné de surveiller et de gérer la construction d’une tour supplémentaire à La Bâtie-du-Pont. Pendant cinq ans, il est l’économe du chantier et, à ce titre, il achète des cordes pour monter les matériaux (pierres et mortier) sur la tour et des seaux pour porter l’eau nécessaire à la fabrication du mortier300.

  • 301 ADI, 7 B 36, f 4 v° et f 6 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit mag (...)

127Le chantier débute par l’aménagement de deux fours à chaux (cf. supra) – la chaux étant conservée à l’abri dans une cabane. Le transport des matériaux (attrait) à pied d’œuvre est assuré par des bœufs. D’après les recommandations du gouverneur, la nouvelle tour crénelée aura trois niveaux et sera élevée du côté de Château-Dauphin, au-dessus de l’ancien château de La Bâtie-du-Pont. Au préalable, quatre sapeurs-terrassiers (minators) consacrent dix journées à creuser le terrain jusqu’à une épaisseur de 1,40 mètre. La tour doit atteindre 30 pieds (10,20 m) de haut, 20 pieds de large à l’extérieur (6,80 m), 12 pieds à l’intérieur (4,09 m). L’épaisseur du mur sera comprise entre 4 pieds (1,36 m) dans les fondations, 3,5 pieds (1,19 m) du premier au deuxième niveau et, enfin, 3 pieds (1,02 m) au troisième étage. En note, le maître d’œuvre précise, sans l’expliquer, que la tour mesure en fait 36 pieds de haut (12,27 m), 36 pieds de large à l’extérieur (12,27 m) et 25 pieds à l’intérieur (8,50 m), soit près du double des mesures initialement annoncées. Par ailleurs, les murs ont une épaisseur constante de 4 pieds jusqu’au deuxième étage et de 3 pieds au dernier étage, comme prévu. Dans ses dimensions, cette tour est donc assez semblable au donjon qui composait le château jusqu’alors, bien que les murs soient plus épais301. L’ensemble des dépenses se répartit comme suit :

  • Maçonneries de la tour (salaires) 492,5 fl.
  • Fours à chaux y compris salaires des chaufourniers 327 fl. et 3,5 gr.
  • Aménagements intérieurs : planchers, fourneau, escaliers et portes 112,5 fl.
  • Fabrication du mortier 32 fl. et 4 gr.
  • Fournitures métalliques : clous, ferrures 29 fl.
  • Vacations 18 fl. et 10 gr.
  • Transport de l’attrait (sauf chaux) 16 fl. et 7 gr.
  • Fondations de la tour 10 fl. et 9 gr.
  • Honoraires du notaire et d’un clerc 8 fl. et 9 gr.
  • Outillage 3 fl. et 9 gr.

128Total 1 052 florins et 3,5 gros

129L’importance des dépenses consacrées aux salaires s’explique sans doute par le fait que certains artisans, dont les maîtres chaufourniers, ne sont pas originaires de la châtellenie (cf. supra). Un maître maçon, Jean Dapier, du diocèse de Côme (Lombardie) assure l’essentiel de la construction de la tour, d’après le paiement qu’il reçoit (425 florins). Les autres artisans sont des villageois : Agnellus Bonardi est l’un de ces artisans polyvalents, charpentier et maçon originaire du Pont, qui intervient à deux reprises sur le chantier, la première fois pour faire la cabane où est déposée la chaux puis, pour réaliser les aménagements de second œuvre : les planchers des trois étages, un fourneau, trois escaliers et les portes de la tour. C’est un autre maçon, le second maître responsable du chantier, qui achève les maçonneries incluant les escaliers (20 cannes). Enfin, toutes les ouvertures de la tour ont des piédroits en marbre que choisit un maçon venu spécialement de Dragoniere (province de Coni).

Figure 35. Répartition des coûts de construction de la tour de La Bâtie-du-Pont (Italie, 1374-1379).

  • 302 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.

130Près de la moitié des dépenses est consacrée aux maçonneries de la tour et le seul salaire du maître maçon originaire du diocèse de Côme, de l’ordre de 425 florins, représente déjà 40,4 % des dépenses totales. La construction des fours à chaux s’avère être une opération qui requiert des savoir-faire spécialisés et représente donc une dépense colossale, près de 31,1 % du total. Compte tenu des dépenses qui dépassent finalement les 1 000 florins, l’adjonction d’une tour supplémentaire au château de La Bâtie-du-Pont (Italie) constitue une exception dans le paysage fortifié du Haut-Dauphiné, imposée par la nécessité de la défense – la tour de guet protégeant, par sa position supérieure, le donjon principal plus ancien. Les délais de construction de cette tour sont assez importants : 5 ans, sans doute parce qu’ils comprennent également les travaux de second œuvre (aménagements intérieurs) et parce que les dimensions de la tour ont considérablement varié depuis le prix-fait initial (Figure 35)302.

  • 303 AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, 19 juin 1406.

131Le deuxième chantier examiné est celui d’une tour de flanquement élevée sur les remparts de Gap. Ce chantier est réglé par un prix-fait (19 juin 1406) dans lequel sont réparties très exactement les charges entre le maçon Elzéar Granet et les syndics de la ville de Gap : ils se partagent la charge des matériaux mais également le travail pour la construction de la Tour du Verger303. Cette tour flanque le rempart nord de la ville (voir première partie : Figure 20) et sa construction complète le renforcement de cette partie de la muraille déjà réalisé avec les réparations de la Porte Borelle (1376) et de la Porte Garcine (1407) ainsi que la construction de la Tour du Treuil (1406).

  • 304 AC Gap, BB 2, f 5 v°, 19 juin 1406. Voir l’exemple des fondations du Dôme de Milan, d’après Baunst (...)
  • 305 De même, à Briançon, les trois tours élevées en 1393 sont assises sur de bonnes fondations (« tres (...)
  • 306 Sur la plupart des chantiers urbains du bas Moyen Âge, les communautés fournissent en effet les ma (...)

132Les fondations de la Tour du Verger doivent avoir 12 palmes d’épaisseur (2,95 m). Payé sur la base de 20 gros la canne, ce prix sera revu à la hausse si les fondations se révélaient être instables et que le maître maçon soit contraint de construire un massif de maçonnerie au-dessus des fondations304. Du sol à la coursière, le mur ne dépasse pas 9 palmes d’épaisseur (2,20 m) et de la coursière au crénelage, 6 palmes (1,47 m)305. Pour cette construction, le maçon Elzéar Granet, de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), fournit essentiellement les outils (cordes) et la main-d’œuvre, y compris les manœuvres. Le prix-fait précise même qu’il doit fabriquer les auges avec le bois spécialement fourni par les syndics ! Enfin, ceux-ci transportent tous les matériaux sur le chantier : le bois provenant des forêts de Rabou, fief du chapitre Saint-Arnoux de Gap ; les clous et les autres fournitures en métal (ferramenta) comme les crochets ; les charges de chaux, de sable et de pierres. Ils achètent également quatre brancards (civières) pour transporter les lourdes charges comme les pierres, fournissent les pierres de taille nécessaires pour les trois arbalétrières de la tour et sont chargés de creuser les fondations de la tour306 :

  • Transport de la pierre : 100 charges 7 gr.
  • Transport du sable : 3 700 charges 18 fl., 4 gr.
  • Transport de la chaux : 28,5 muids et 5 setiers307 4 fl., 2 bar. et 1/2 gr.
  • Coupe du bois : location d’un homme pour couper du bois à Rabou (1 jour : 8 bar.) et paiement de Pierre Orsière, forestier, pour la coupe du bois de Rabou (4,5 fl.) 4,5 fl., 8 bar.
  • Métal : 26 livres de fer pour les crochets (8 gr., 3 pt.) et 23 livres de crochets (7 gr., 1 ppal.) environ 16 gr.
  • 4 civières 5 gr., 1 bar.
  • Salaire du maçon (base : 20 gros par canne) 76 fl., 9 gr.

133Total 106 florins, 1,5 gros et 1 barbarin

  • 308 AC Gap, BB 2, f 3 r°, 16 mai 1406 : « Item fuit ordinatum in dicto consilio quod hoc facto preconi (...)

134Le montant total des dépenses prises en charge par les syndics s’élève donc à plus de 106 florins dont le salaire du maçon Elzéar Granet représente la charge la plus importante (72,7 %). Le transport des matériaux et particulièrement du sable – dont on ne sait s’il est extrait du torrent de la Luye (à 550 m) ou du ruisseau du Merdarel (à 250 m) – constitue le second poste de dépense (17,4 %). Le coût du transport de la pierre est négligeable (0,6 %) et laisse supposer, d’une part, que des pierres ont été récupérées sur le site et, d’autre part, que la corvée de charroi est maintenue pour les habitants (Figure 36)308.

135Finalement, dans ces deux constructions d’ampleur différente, on peut remarquer que dans les deux cas, c’est la part qui est allouée aux salaires qui domine les dépenses. Avant d’analyser les constructions et les réparations défensives les plus couramment réalisées dans les châteaux, présentons brièvement leur part relative dans les dépenses annuelles de chaque châtellenie.

Figure 36. Répartition des coûts de construction de la Tour du Verger (Gap, 1406-1407).

Notes

1 ADI, 8 B 666, f 14 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394).

2 Château-Dauphin, 1336, ADI, 8 B 30, ff 72-81.

3 ADI, B 3010, f 419 v°, 15 février 1401.

4 ADI, 8 B 662, f 173 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391).

5 ADI, B 3, ff 26-27, 20 juin 1376 : « Item que dicta menia a parte montanee eleventur de altitudine quatuor cannarum inclusis merletis et de grossitudine fiant sex palmorum canne. Item que dicta menia a parte Saveyrachie eleventur in altum de altitudine trium cannarum et de grossitudine quatuor palmorum ». Notes sur la métrologie d’après Aimès, 1965a ; Barnéond, 1839 ; Sclafert, 1926 ; Charbonnier et alii, 1994.

6 ADI, 8 B 660, f 359 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1388-24 juin 1389) : « Item habet respondere de LX modiis calcis que remanserunt in castro Brianczonii quando Leuczonus de Tencino dimisit officium castellanie Brianczonii prout arrestatur in computis dicte castellanie annorum LXXVII, LXXVIII et IIIIxx I ».

7 ADI, 8 B 653, f 36 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).

8 ADI, B 2992, f 386, d’après Roman, 1886, p. 17 et Falque-vert, 1997, p. 226.

9 ADI, 8 B 638, f 54 r°, compte de noble Pierre Aynard [12 juin 1363-12 janvier 1364].

10 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417.

11 Aujourd’hui Molines-en-Queyras. ADI, 8 B 671, f 146 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras.

12 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) ; B 3010, f 416 v°, 15 mai 1388 ; B 3010, f 417 v°, 12 juillet 1389 ; B 3010, f 406 v°, 28 août 1395 et 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

13 ADI, B 3010, ff 413 v°-414 v°, 14 mai 1402.

14 ADI, 8 B 662, f 199 r°, 13 juillet 1390, Réotier.

15 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393 et 4 avril 1396, Briançon.

16 ADI, 8 B 662, f 174 r°, 24 août 1390, Upaix.

17 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

18 Un même règlement est en usage à Briançon. A.D.I, 8 B 666, f 14 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394).

19 ADI, 8 B 662, f 195 r°/v°, 22 juin ; f 197 r°/v°, 17 juin et f 196 r°/v°, 17 août 1390.

20 Ce plan a été fréquemment adopté dans les villes provençales à la fin du xive siècle : à Sisteron (Laplane, 1843), à Pertuis (Sauze, 1994) et à Digne (Démians d’Archimbaud, 1999).

21 Par exemple : ADI, 8 B 72, f 184 v°, 21 août 1381 et f 185 v°, 9 mai 1382, Jean Roux, de Saint-Bonnet, transporte la chaux au chantier de la tour de Saint-Bonnet et vend aussi l’huile, un des ingrédients du mortier.

22 AC Gap, BB 2, f 28 r°.

23 AC Gap, BB 2, ff 5 r°-41 v° : transport de 1 000 charges (25 mai 1406, 20 mai 1407, 4 juin 1407), 400 charges (29 juillet 1407), 300 charges (6 et 20 août), 1 000 charges (15 février et 10 mars 1408).

24 AC Gap, BB 2, f 36 r°, 6 août 1407.

25 ADI, 8 B 649, f 27 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372).

26 À titre de comparaison, en Forez, la location d’un charretier et de son attelage oscille entre 2 gros et 2 gros 1/3 la journée (Gonon, 1973, p. 29, d’après les comptes de la construction du clocher de l’abbaye de Bonlieu, 1302-1305). On relève les mêmes coûts en Bourgogne du sud : location d’un homme avec une charette à deux roues et quatre bœufs : 2 gros / jour (Jacquier, 1994, annexes non paginées, d’après les comptes de Charolles, 1395-1396) ; idem, avec six bœufs : 3,5 gros (idem, 1404-1405) ; location d’un bouvier pour transporter du bois : 1 gros / jour (idem, d’après les comptes du Mont-Saint-Vincent, 1418-1419).

27 ADI, 8 B 668, f 381 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1395-24 juin 1396).

28 À ce sujet, voir les cas du Dôme de Milan (Braunstein, 1985, p. 91) et de la Bourgogne (Jacquier, 1994, p. 130).

29 ADI, 8 B 624, ff 122 r°-123 v°, 1340 (1334), Embrun.

30 ADI, 8 B 624, f 123 v°, 1340 (1334), Embrun : « Item pro tribus trabibus positis in falconibus qui elevaverunt mayeriam grossam : I fl. dy. (...) Item pro croco stascii sive corde quo mediante trahitur atractum in dicto palacio : IIII gr. (...) Item pro scura rote et falconi cum quibus fuit elevatum atrayttum dicti operis : XII fl. ». À propos des engins de levage, voir Royer, 1980 et Jenzer, 1994, p. 429. Lors de son montage, une grue (« arbores falconi seu enginii ») cause de nombreux dégâts sur les murs d’une salle du château de Vizille (Isère, ADI, B 4361, ff 20 r°-21 r°, 16 août 1428 et Rey, 1971, tome 2, p. 275).

31 ADI, 8 B 655, f 29 r°/v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385]. Soit une dépense totale de 6 florins et 2 gros : 1 florin (passerelle), 2 florins et 1 gros (corde), 2 florins et 8 gros (poulie) et 5 gros (auges).

32 ADI, B 3126, f 102 r°, 12 novembre 1481, Réotier : « Item plus pro murando chabronos dicte turris propter ventum et pro scalis fiendis in dicta turri pro portando materias supra dictam turrim valent : VI fl., VI gr. ».

33 ADI, 8 B 644, f 39 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : achat de trois douzaines de fusts, longs de 5 toises (5 florins la douzaine).

34 À propos des opérations d’abattage, de débardage, de débitage et de séchage, voir Bernardi, 1995, p. 130 et Chapelot, 1999, p. 193.

35 Bernardi, 1995, p. 457. Le cairat désigne une pièce de bois flotté à Gap, d’après Aimès, 1965b, p. 34.

36 ADI, 8 B 624, f 121 r°, 1340 (1334), Embrun, et Bernardi, 1995, p. 137, tableau 25.

37 AC Embrun, DD 122, 1529-1530 : quayrel de sapin, L : 2 ; 2,5 ; 3 ; 3,5 ; 4 ; 4,5 ; 5 ; 5,5 ; 6 et 7 cannes ; quayrel de mélèze, L : 1,5 à 4,5 cannes.

38 ADI, 8 B 644, f 39 r° et f 41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369). À Aix-en-Provence, les échafauds (stagerias) sont également liés avec des cordes, d’après Bernardi, 1995, p. 215. À ce sujet, voir aussi Reveyron, 1994 et Collectif, 1996.

39 Roman, 1923, tome 2, p. 104-108, charte n° 164, 10 juin 1265 : « Et quod domus de Villare Roberto seu habitantes in ea possint in dicto nemore capere et habere ligna ad usum dicte domus, pro necessitatibus suis, pro igne scilicet faciendo, seu pro suo chalfagio tantum, accipendo ligna sicca, si sibi comode poterunt invenire sin autem virida ligna capiant minus malum quo poterunt inferendo ». Les habitants de Crots ont les mêmes droits dans la vallée de l’Infernet, d’après Roman, 1923, tome 1, p. 132, charte n° 77, 1198.

40 Roman, 1923, tome 2, p. 163, charte n° 196, 24 janvier 1282 : « Item quod possint ibi boysayrare et lignamina accipere in nemoribus que nunc sunt vel esse poterunt in futurum, ad domifficandum et ad omnes eis neccesaria facienda, virida et sicca ».

41 À propos de l’utilisation fréquente du bois vert, voir Chapelot, 1975 ; Chapelot, 1999, p. 194 et Mille, 1996.

42 À Château-Dauphin, on refait les planchers des trois étages de la tour avec 428 planches en mélèze (ADI, 8 B 30, ff 72-81, 1336). La couverture de la cuisine est faite de 300 planches de mélèze (8 B 642, f 58 r°, 1365-1367). Diverses mentions à Château-Queyras : « due claves de bono meleso… rotam dicti fornelli de bono melezo… bonis trabibus melsi » (B 3010, f 406 r°/v°, 1395). Une passerelle en mélèze est installée entre deux tours en 1395 (B 3010, f 406 r°/v°). Il y a des toitures en mélèze en 1399 (B 3010, ff 410 v°-411 r°). En 1418, la porte de la chambre du donjon est rénovée avec des planches en mélèze (9 B 30 bis, f 171 r°). Enfin, au palais delphinal d’Embrun, tous les passages sont en mélèze : tourelle, escalier et planchers, passerelle (8 B 624, f 122 r°, 1340 (1334) ; 8 B 640, f 65 r°, 1365).

43 Achat de planches en mélèze et en sapin pour réparer des meubles au château de Bois-des-Ayes (8 B 671, f 30 v°, 1397-1398).

44 ADI, B 3124, f 41 r°, 20 août 1470, Château-Dauphin.

45 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480, Briançon et B 3126, f 121 r°/v°, 17 juillet 1484, Briançon.

46 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon.

47 ADI, B 4364, pièce, 17 octobre 1418, Château-Queyras.

48 ADI, 8 B 666, f 358 r°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie).

49 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383) ; B 4365, pièce, 31 janvier 1458, Embrun et B 3126, f 118 v°, 23 juillet 1484, Embrun. Voir AIMÈS, 1965b, p. 87 et Bernardi, 1995, p. 132.

50 ADI, 8 B 624, f 121 r°, 1340 (1334), Embrun.

51 ADI, B 3126, f 102 v°, 12 novembre 1481, Réotier. Voir Bernardi, 1995, p. 132.

52 ADI, 8 B 647, f 72 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371). Voir Bernardi, 1995, p. 132-137.

53 ADI, 8 B 624, f 122 v°, 1340 (1334), Embrun.

54 ADI, 8 B 664, f 23 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item pro una pertica pro tenendo arnesia, raupas, mapas qua fieri fecit in dicto fortalicio et dimisit : IIII gr. » ; 9 B 30 bis, f 65 r°, 8 août 1418, Briançon : « Item fecit unam perticam nemoris longitudinis IIIIor teysiarum affixam muro munitam chavilliis in qua reposita fuerunt alia pavesia » et f 171 v°, 19 juin 1418, Château-Queyras : « (...) et per medium dicti paramantelli posuit unam perticam in qua posita sunt dicta arnesia ».

55 ADI, B 3126, f 50 r°, 13 octobre 1484, La Mure (Isère). À Aix-en-Provence, la longueur de ces pièces oscille entre 6 et 16 m, d’après Bernardi, 1995, p. 132.

56 ADI, 8 B 647, f 91 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370). À Grenoble (Isère), les prix des pièces en épicéa varient entre 3 gros et 2 florins (6 toises et un pied), d’après ADI, B 4358, f 1 r°, 1391, compte de la construction d’une bretèche.

57 ADI, 8 B 644, f 39 r°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) et 8 B 640, f 42 r° (19 juin 1363-24 juin 1365).

58 La pièce de bois de mars : 6 gros et la planche « simple » : 1,5 gros. ADI, 8 B 644, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « Item solvit pro XLVIII peciis fuste de mersen emptis et implicatis in dicto opere, pro qualibet pecia VI gr. et pro charreagio in quo fuerunt XLVIII paria boum, dato cuilibet pari IIII gr., sic pro toto : XL fl. Item pro duodecim duodenis postium emptis et implicatis in dictis operibus – reddit confessionem magistrorum : XVIII fl. ».

59 Parmi de nombreux exemples : ADI, 8 B 666, f 357 v°, 30 juin 1390, Bois-des-Ayes (Italie) : « Item est neccessarium retablare et imparare ac coperire bertrachiam existentem juxta pontem dicte turris (...). Item ordinavit reffici pontem existentem a parte superioris videlicet a parte aque de bonis trabibus et coperiatur de super de bonis postibus a duobus appentis et imparetur a duobus lateribus ».

60 ADI, 8 B 624, ff 121 r°-122 r°, 1340 (1334), Embrun et B 4364, pièce, 17 octobre 1418, Château-Queyras.

61 ADI, 8 B 668, f 22 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1395-24 juin 1396).

62 ADI, 8 B 647, f 91 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

63 Sclafert, 1926, p.314 et p.678 ; Sclafert, 1959 et Bernardi, 1998c, p.49 : bibliographie complète sur ce sujet. Le flottage ou radelage est pratiqué depuis le xiiie siècle sur la Durance, d’après Roman, 1923, tome 1, p. 113, charte n° 60, 1177-1178 (exemption des droits de passage sur terre et sur eau accordée par Guillaume de Forcalquier à l’abbaye de Boscodon) ; Billioud, 1960 et Fouilland, Furestier, 1999, p. 58. Au début du xive siècle, les muletiers et les radeliers de Tallard sont fréquemment cités au péage de Valensole (Baratier et alii, 1969, carte n° 88, d’après ADBdR, B 1981, octobre 1308-octobre 1309).

64 ADI, 8 B 634, f 20 v°, compte du bailliage des Baronnies de Mévouillon et de Montauban (13 mai 1358-13 mars 1360) : « Item solvit et deliberavit Jacobo Terracii de Sancto Juliano pro emptione duodecim filorum et tercio tabularum per eum emptarum a dicto Jacobo ad opus domifficationis castri Medullioni et ductarum per ipsum Jacobum usque ad molendinum domini Tacilis Pelegrini in territorio Aregrandis : IX fl., I gr. ». Les planches sont ensuite acheminées à dos de mules jusqu’au château de Mévouillon (Drôme, cant. Séderon).

65 ADI, 8 B 640, f 42 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365).

66 ADI, 8 B 644, f 39 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : 36 bœufs = 36 sous. Le châtelain passe deux journées à Saint-Julien-en-Beauchêne (18 gros).

67 ADI, 8 B 655, f 176 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385).

68 AC Gap, BB 2, ff 38 r°-40 r°, 1er novembre, 27 novembre et 3 décembre 1407.

69 AC Gap, BB 2, ff 31 r°-39 v°, 29 mai-25 novembre 1407 : achat de 32 chevrons. 1 chevron : 1,5 à 2 gros, 2 barbarins ; 2 chevrons : 2 gros, 2 barbarins à 5 gros, 1 barbarin ; 3 chevrons : 5 gros, 1 barbarin à 6 gros. Au-delà de 3 chevrons, les écarts de prix sont plus importants, 6 chevrons : 13,5 gros ; 9 chevrons : 12 gros.

70 En 1561, pour les réparations aux couverts de l’église de Gap, à l’évêché ainsi qu’au château de La Bâtie (La Bâtie-Neuve ou La Bâtie-Vieille), le bois provient de Rambaud et de Poligny (396 livres et 2 sous) : ADHA, G 911, compte du chanoine Finète depuis le 12 janvier 1554.

71 Routier, 1981, p. 78, d’après un acte du 4 mars 1382.

72 ADI, B 3126, f 121 v°, 17 juillet 1484, Briançon. À propos du domaine forestier et de la protection des bois à Briançon, voir Routier, 1981, p. 77 et Falque-Vert, 1997, p. 107-112.

73 ADI, 8 B 642, f 58 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (9 décembre 1365-22 avril 1367).

74 Manteyer, 1944, p. 639, d’après ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364).

75 ADI, 8 B 671, ff 30 v°-31 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1397-24 juin 1398).

76 ADI, 7 B 36, f 3 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.

77 ADI, B 4364, pièce, 7 novembre 1419, Château-Queyras : « (...) sapiens vir magister Guillelmus Richardi, magister operum dalphinalium dedit, tradidit et concessit ad precium factum ad coperiendum citernam in castro Cadracii (...). Et coperiet dictus Jacobus de postibus existentes in castro ».

78 ADI, B 3145, 11 ff, 19 novembre 1373, De domibus derruptis Vapinci in burgo Calqueriis.

79 D’après Valbonnais, 1722, tome 2, p. 190-191, 3 juillet 1331, accord entre l’archevêque Bertrand de Deux et le dauphin Guigues.

80 Belmont, 1998, tome 1, p. 38.

81 ADI, 8 B 644, ff 40 r°-43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

82 AC Embrun, EE 16, 16 mai 1402 et ADI, B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484, Briançon.

83 G. Salmon, d’après les archives de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère, définit le fustier comme marchand de bois, charpentier ou menuisier (1351-1448). Le lignifabre travaille le bois et réalise « des travaux moins importants » que le charpentier (Salmon, 1974). À Aix-en-Provence, fustiers et lignifabres sont deux termes équivalents (Bernardi, 1995, p. 24).

84 Belmont, 1998, tome 1, p. 38.

85 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon.

86 AC Gap, BB 2, f 28 r°, 28 avril 1407 et f 35 r°, 25 juillet 1407.

87 Rabou, cant. Gap. AC Gap, BB 2, f 33 r°, 13 juin 1407 et f 38 r°, 1er novembre 1407.

88 AC Gap, BB 2, f 8 v°, 27 novembre 1406 et ff 39 v°-40 r°, 27 novembre et 3 décembre 1407.

89 ADHA, Ms 377, notes de P. Guillaume d’après source n.p., 23 mai 1389.

90 ADI, B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484.

91 ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417, Château-Queyras et 9 B 30 bis, ff 64 v°-65 r°, 8 août 1418, Briançon.

92 ADI, 8 B 647, f 72 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

93 Ancelle, cant. Saint-Bonnet-en-Champsaur. AC Gap, BB 2, f 31 r°, 29 mai 1407 (2 x 3 chevrons) ; f 31 v°, 2 juin (3 chevrons) ; f 32 r°, 5 juin (9 chevrons) ; f 32 v°, 12 juin (3 chevrons) et f 33 v°, 19 juin (2 chevrons).

94 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « Et fiat corona de bonis lapidibus de super sizis ».

95 ADI, 8 B 624, f 121 v°, 1340 (1334) et 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 janvier-29 août 1365) : « Primo deducuntur quos solvit pro faciendo fieri quodam magno gradario lapideo per quod intratur in palacio et quodam planchiamento fusteo de trabibus melesinis quod planchiamentum positum est a sumitate dicti gradarii usque ad portam dicti palacii (...) ».

96 Par exemple, quelques angles de mur, des fenêtres, des armoires, le conduit d’un fourneau du palais delphinal d’Embrun, d’après ADI, 8 B 624, ff 121 v°-123 r°, 1340 (1334). Il y a deux fenêtres avec des croisées en tuf au château de Réotier en 1481 (B 3126, f 102 v°).

97 ADI, B 3010, f 410 v°, 13 juillet 1399, Château-Queyras : « (...) quod fornellum non fuit perfectum nec bene inceptum cujus fornelli bocheti sunt altitudinis quolibet quinque pedum cum dimidio de petra talhe seu tiore qui non sunt boni nec condecentes prout decet in aula dicti castri. Et ideo dictus magister operum ordinavit de novo fieri dictum fornellum in defectu cujus erit defectus de bonis bochetis melioribus illis (...) ».

98 Un affleurement de marbre rose dit de Guillestre est donc localisé à Chorges, à proximité de La Bâtie-Vieille, d’après BMG, R 10033, notes manuscrites de Georges de Manteyer, 1907-1909.

99 ADI, 8 B 662, f 173 r°, 24 août 1390, Upaix.

100 ADI, 7 B 36, f 8 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistro Anthonio de Dragonerio, latomo, pro suis stipendiis IIIIor dierum quibus vacavit veniendo de dicto loco Dragonerii et perquirendo lapides marmoreos vel alios sufficientis ad faciendum ostium turris et balconos : XX gr. ».

101 ADI, 8 B 668, f 174 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item reperiit voltam magne porte anterioris dicti castri totaliter destructam et est neccessarium eandem refficere de novo de bonis lapidibus cisis de latitudine et altitudine (barré : alterius posterle) in qua murus est. Item invenit posterllam existentem retro dictum castrum totaliter destructam et est neccessarium ipsam refficere de novo videlicet voutare de bonis lapidibus cissis de latitudine et altitudine alterius posterle ».

102 Prix-fait entre Martin de la Villette, deux maçons et des tailleurs de pierres, 4 avril 1506, Picomtal : « Item, plus me fan hun portal de qornuol (…) » et mention, à Rame, de « mestre Antoni que n’a fach la porto de Ramo en cornulol », d’après Manteyer, 1932, p. 6 et p. 88. G. de Manteyer et M.-P. Mallé (Mallé, 1999, p. 412) voient dans le courniol mentionné dans les textes, le marbre rose dont sont effectivement faites les portes des deux châteaux.

103 ADI, B 3126, f 120 v°, 17 juillet 1484, Briançon : « Item plus est neccesse facere reparare quatuor fenestras sitas in eadem ture de bona rupe dura vocata cornuol (...) ».

104 D’après Bats et alii, 1986 (1995), p. 14 et p. 23.

105 D’après Mesqui, 1987, p. 97, bossage rustique : « saillie de la pierre encadrée par un liseré taillé au ciseau ».

106 À propos de la Tour Brune d’Embrun, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 176-181.

107 C’est une pratique fréquemment attestée en Provence : en 1366, le conseil de Sisteron autorise la récupération des pierres dans un faubourg détruit pour les réemployer aux murailles de la ville (Laplane, 1843, tome 1, p. 515, 18 mai 1366). Voir également le blocage du mur d’enceinte de Pertuis (Vaucluse) construit avec les gravats d’une église abandonnée (Sauze, 1994, p. 145, 1396).

108 Valeur des matériaux : 365 florins / valeur des maisons détruites : 1 871 florins (ADI, B 3145, 19 novembre 1373).

109 AC Gap, BB 2, f 38 r°, 5 octobre 1407.

110 ADI, 8 B 655, ff 177 v°-178 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385).

111 M.-P. Estienne signale que les pierres employées pour la construction du four de Mirabel (Drôme) proviennent d’une carrière située à deux lieues (Estienne, 1999, tome 3, p. 525, d’après ADI, 8 B 691, f 178 r°, 1429).

112 ADI, 8 B 655, ff 28 v°-29 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385] : « Item pro tresdecim cannis et dymidio quadratis de pavimento factis in copertura turris Montisalquerii de lapidibus scizis, apportatis de Sancto Boneto ad racionem V fl. pro qualibet canna habuit Johannes de Novalhia pro manu sua dumtaxat : LXVII fl. dy. (...) Item pro portu lapidum menutorum qui positi fuerunt subtus lapides exscizos dicti pavimenti : I fl. ». En Bourgogne, des hommes ramassent des pierres de blocage ou « pierres menues » qu’ils trouvent autour du château de Charolles, d’après Jacquier, 1994, p. 81 et p. 142, 1395.

113 D’après Palazzo-Bertholon, 2000, p. 193.

114 ADI, 8 B 662, f 198 r°, 13 juillet 1390, Réotier : « de bono morterio facto cum calce et arena » et f 173 v°, 24 août 1390, Upaix : « de bonis lapidibus morterio calcis et arene » ; 8 B 666, f 357 r°, 30 juin 1390, Mentoulles (Italie) : « (...) imbochare murum ejusdem camere ubi fuerunt neccessarie de bono morterio facto cum calce et arena » et B 3010, f 410 r°, 13 juillet 1399, Château-Queyras : « cum bono cemento, calcis et arene et cum lapidibus ».

115 ADI, 7 B 36, f 6 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont (Italie) : « Item solvit Johanni Falconi de Ponte et Johanni Resplandini de Aselio pro precio facto sibi dato de faciendo morterium dicte turris et pro portando aquam et etiam pro portando chaucinam cujusdam domicule supra dictam turrim ut constat instrumento quod reddit signato per U. in universo : XXXII fl., IIII gr. ».

116 ADI, 8 B 662, f 173 v°, 24 août 1390 : « Item visitavit furnum dicti loci et invenit eundem derruptum et defractum et est necessarium eundem refficere totaliter de novo fundamentum, foyerium, crotam et fornellum ac etiam intrablamentum et est neccessarium facere crotam et foerium sive solum dicti furni de bonis quarronis sive maonis cum bono morterio facto de arzila et in arestis dicti furni ac in fundamento qui non sentient calorem, facere de bono morterio calcis et arene ».

117 ADI, 8 B 655, ff 28 v°-30 r°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385] et 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) et 8 B 671, f 144 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras.

118 Exactement 12,5 muids et 1 setier de chaux (25 florins) transportés sur le chantier (4,5 florins) et 500 charges de sable (4 florins et 2 gros).

119 D’après Magnier, 1881, p. 166 ; Palazzo-Bertholon, 1998, p. 63-72 et Bernardi, 2000, p. 404. D’autres recettes de mortier hydrofuge, à base de cire, de poix, de résine, de soufre et d’œufs, existent au Moyen Âge.

120 ADI, 8 B 654, f 25 v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383).

121 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « (...) et cymentare eamdem cyternam de infra circumcirca de bono cymento facto cum calce calida, arena levata, stigulis et magifferri pisatis detrempatis cum aqua, ulivi, oleo cleyres de lines et cum aseto et cum farina folla molendinorum ». Le terme asetum (voir glossaire) pourrait à la fois s’entendre comme vinaigre (une recette de mortier lié avec du vinaigre est mentionnée à Gap, d’après AC Gap, BB 2, f 30 v°, 20 mai 1407 : « Item solvit pro vinagr(i)o precii facti dictarum mille saumatis arene videlicet tres valoys ») ou comme mastic, une colle liée à l’huile de lin. D’après les auteurs antiques (Vitruve) et médiévaux, l’huile est normalement employée avec de l’eau pour éteindre la chaux vive (Palazzo-Bertholon, 1998, p. 63, d’après les Étymologies d’Isidore de Séville). On sait également que l’huile de lin ajoutée au mortier retarde sa prise et, badigeonnée après leur pose, rend étanches les carreaux de terre cuite (Bernardi, 2000, p. 404). M.-P. Estienne signale d’ailleurs une recette de mortier à base de poix et d’huile pour les parois de la citerne d’Ubrieux (Drôme, Buis-les-Baronnies), d’après Estienne, 1999, tome 3, p. 547.

122 ADI, 8 B 654, ff 26 v°-27 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1382-24 juin 1383) ; 8 B 72, f 185 v°, 9 mai 1382, Saint-Bonnet-en-Champsaur : « (...) quatuor fl. auri cum dimidio pro oleo in planchie turris implicato » et f 184 r°, 19 juillet 1381 : « (...) in tribus planchiis turris Sancti Boneti solum de bono cemento calcis et arene bene et perfecte piscatem ».

123 ADI, 8 B 668, f 174 r°/v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Ideo ordinavit dictus magister operum cimentare et pavire dictos tres plancos de bono morterio et aliis materiis pertinentes videlicet de altitudine medii ped. (...) pavire de bono morterio cum calce ».

124 P. Bernardi a fait le même constat à Aix-en-Provence (Bernardi, 1995, p. 291).

125 ADI, 8 B 644, f 41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) et 8 B 655, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).

126 ADI, 8 B 657, f 14 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1386-24 juin 1387).

127 ADI, 8 B 666, f 14 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394).

128 128 ADI, 8 B 668, f 342 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Et primo in stabulo noviter facto et constructo unam mingoriam de calce et sablone (...) ».

129 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles.

130 ADI, 8 B 653, ff 36 v°-37 r°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : deux villageois livrent 900 charges de sable pour l’un, 240 pour l’autre ; ADI, 8 B 654, f 43 v° (24 juin 1382-24 juin 1383) : 662 charges et 8 B 655, f 177 r° (24 juin 1384-24 juin 1385) : 100 charges. Dans ces deux derniers exemples, l’approvisionnement est assuré par Raymond Paul, d’Upaix.

131 Le prix d’une charge de sable de rivière est de 3 patacs (Upaix, 1380-1381, ADI, 8 B 653, f 36 v° ; 1382-1383, 8 B 654, f 43 v° et 1384-1385, 8 B 655, f 177 r°). 100 charges coûtent 10 gros (Montalquier, 1384-1385, ADI, 8 B 655, f 29 r°) et le transport de 100 charges varie entre 4 et 8 gros (Gap, 1406-1408, AC Gap, BB 2, ff 5 r°-41 r°).

132 Interprétation d’après une citation d’Isidore de Séville dans les Étymologies : « Calcis viva dicta quia dura sit tactu frigida, intus occultum continet ignem unde et perfusa aqua statim latens ignis erumpit » (Palazzo-Bertholon, 1998, p. 63).

133 ADI, 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 janvier-29 août 1365) : « (...) et pro calce empta ultra provisionem quam erat in palacio ».

134 La difficulté repose sur le maintien dans un milieu étanche de la chaux aérienne éteinte, contenant moins de 3 % d’impuretés, puisqu’elle « prend » au contact de l’air. Quant à la chaux hydraulique naturelle, contenant de 6 à 20 % d’impuretés, elle ne se conserve pas (d’après Palazzo-Bertholon, 1998, p. 26-43).

135 Quelques exemples de prix… 1 charge : 5 pt. (Upaix, 1380-1381, ADI, 8 B 653, f 37 v° ; 1382-1383, 8 B 654, f 43 v° et 1384-1385, 8 B 655, f 177 r°). 1 setier : 1 gr. (Embrun, 1340 (1334), 8 B 624, f 123 v°). 1 muid : 1 fl., 3 gr. (Upaix, 1380-1381, 8 B 653, f 38 v°) ; 1 fl., 4 gr. (Upaix, 1384-1385, 8 B 655, f 177 r°) ; 1 fl., 8 gr. (Montalquier, 1384-1385, 8 B 655, f 29 r°) et même 2 fl. à Vizille (Isère), d’après B 3123, f 55 v°, 1365.

136 Transport d’un setier : 1/2 bar. (Gap, 1407, AC Gap, BB 2, f 34 r°). Transport d’un muid : 4 gr. (Montalquier, 1384-1385, ADI, 8 B 655, f 29 r°) à 1 fl. (Saint-Bonnet, 1381, ADI, 8 B 72, f 184 v°). Transport de 1,5 muid : 2,5 gr. et de 10 muids : 17 gr. (Gap, 1407, AC Gap, BB 2, f 33 v°).

137 Rey, 1971, tome 2, p. 101, d’après ADI, 8 B 30, ff 72-80, 15 septembre 1336, Château-Dauphin : « Item pro fieri faciendis tribus rafurnis de calce ad faciendum dictum opus, quos rafurnos fieri fecit per Michaelem Brianczonis, magistrum rafurnorum, et plures alios eorum socios : IX l. ».

138 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.

139 Sur le chantier du Dôme de Milan (1387), la chaux est conservée dans une chapelle désaffectée (Braunstein, 1985, p. 89). À l’Isle-sur-la-Sorgue (1363), la chaux est gardée avec les armes dans une maison du village louée par la communauté (Butaud, 2001, tome 2, p. 549).

140 D’après Bernardi, 1995, p. 169 et Palazzo-Bertholon, 1998, p. 26.

141 ADI, 8 B 654, f 43 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1382-24 juin 1383) : « Et pro IIIc XLIX somatis calcis portatis a montanea Faee que distat ab Upaysio una grossa leuca (...) » et 8 B 655, f 177 r° (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item pro octo modiis calcis adductis a territorio Belli Joqui a quo loco distat una leuca cum dymidia (...) ».

142 ADHA, Ms 651, notes de P. Guillaume, d’après le Livre Carré d’Embrun, ff 206-209 r°, 20 mars 1381 : le four doit être achevé avant la Pentecôte (2 juin 1381).

143 ADHA, Ms 651, 4 avril 1396, Briançon.

144 Roman, 1923, tome 2, p. 162, charte n° 196, 24 janvier 1282 et Roman, 1903, p. 160, 25 mai 1346.

145 Sclafert, 1959, p. 183 d’après AC Embrun, Livre carré, f 30 et ADI, B 3728, pièce, v. 1400, De facto calcis.

146 ADI, B 2953, ff 391 v°-392 r°, 16-18 avril 1421, Montorcier.

147 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 374-408, d’après ADI, B 3921, f 1 et B 2962, 4 juin 1336, charte de libertés accordée aux habitants de Bardonnèche, Beaulard et Rochemolles.

148 Vaillant, 1951, p. 405, d’après la transaction entre l’archevêque Bertrand de Deux et les habitants de Guillestre et de Risoul, 12 août 1329.

149 Vaillant, 1968, p. 343 et Golaz, 1971, p. 12, d’après ADI, B 3700, f 59, 61 v° et 63 v°.

150 ADI, B 3010, f 281 r°, 22 mai 1371, Transactio de portando calcem ad castrum Cadracii.

151 ADI, B 3010, ff 281 v°-283 r°, 22 mai 1371.

152 En 1398, le problème n’est toujours pas réglé puisque le châtelain certifie que les pierres, la chaux, le sable et le plâtre sont à la charge des communautés de Ristolas, d’Abriès, d’Aiguilles et d’Arvieux mais il n’évoque pas leur transport (ADI, 8 B 671, f 146 r°, 21 mai 1398, Château-Queyras). Voir également les accords entre les habitants de Ceillac et de Molines-en-Queyras, en 1327, interdisant de faire du charbon et des fours à chaux entre Ruine Blanche et Riou Sec, d’après Tivollier, 1913, p. 287, 25 septembre 1327.

153 Voir, à Aix-en-Provence : Fixot, Guyon, Pelletier et Rivet, 1986.

154 ADI, B 3145, f 5 r°, 19 novembre 1373.

155 Le maître du four à chaux se nomme Pierre Masse ou Marseille. AC Gap, BB 2, f 2 v°, 21-25 avril 1406.

156 AC Gap, BB 2, f 5 r°, 23 mai 1406 ; f 6 v°, 5 et 15 juillet 1406 et f 12 r°, 27 novembre 1406.

157 AC Gap, BB 2, ff 27 r°-30 r°, 20 avril-17 mai 1407.

158 AC Gap, BB 2, ff 33 v°-37 v°, 29 juin 1407 (11,5 muids) ; 30 juin (9 muids et 9 setiers) ; 6 juillet (13setiers) ; 22 juillet (13 muids, 6 setiers et 1 émine) ; 29 juillet (7 muids et 12 setiers) ; 1er août (6,5 muids) ; 6 août (2 muids) ; 14 août (10 muids) ; 30 août (3 muids) ; 8 septembre (6 muids) ; 14 septembre (3 muids) et 26 septembre (3 muids).

159 AC Gap, BB 2, f 38 r°, 11 octobre 1407 : « Die XI mensis octobris, Johannes Juliani alias Chaberto de Vapinci confessus fuit habuisse a supradicto Johanne Thomacii pro ducentis saumatis arene quas adducere debet ad domum Johannis Mathey pro faciendo lo jas calsis furni chausinalis Bonne : XVI gr. s». La chaux aérienne est couverte de sable mouillé pour éviter la prise avec l’air (procédé de l’extinction en fosse, d’après Palazzo-Bertholon, 1998, p. 26).

160 1 muid = 16 setiers = 64 émines (Aimès, 1965a, p. 11 et 1965b, p. 127).

161 D’après Bernardi, 1995, p. 170, les productions varient entre 200 et 1 100 émines.

162 AC Gap, BB 2, f 28 v°, 28 avril 1407 (5 florins) ; f 29 r°, 1er mai 1407 (4 florins), 6 mai 1407 (11 florins) et 7 mai 1407. Romette est aujourd’hui réuni à la commune de Gap.

163 Le four à chaux de Pertuis (Vaucluse, ch.-l. cant) est construit à quelques centaines de mètres de la muraille (Sauze, 1994, p. 145). Pour expliquer le délai qui sépare la fin de la cuisson et le début de l’extraction de la chaux vive, P. Bernardi suppose que les maçons ne sont pas prêts à réceptionner la chaux dès le quatrième jour (Bernardi, 1995, p. 171).

164 Quelques exemples… 1 charge de plâtre non cuit : 6 d. (Upaix, 1367-1369, ADI, 8 B 644, f 40 v°), sinon : 9 d. (Upaix, 1367-1369, 8 B 644, f 40 v°). 1 setier : 1 gr. (Embrun, 1340 (1334), 8 B 624, f 122 r°). 1 charge : 1 gr. (Serres, 1484, B 3126, f 62 v°). 100 charges : 53 gr. (Upaix, 1363-1365, 8 B 640, f 41 v°).

165 D’après Palazzo-Bertholon, 2000, p. 193.

166 ADI, 8 B 662, ff 198 v°-199 r°, 13 juillet 1390, Réotier : « Item reperiit introytum egradarii coquine dicti castri ubi defficiunt duo trabes longitudinis duarum tesiarum cum dymidia et de super crotonare easdem trabes de bono gipo bene et sufficienter et refficere egredarium ibidem existentem et imbochare murum introytus dicte aule granerii et coquine. Item visitavit quoquinam sive foganhiam vocatam foganhiam camerarum et cameras ejusdem et est necessarium easdem refficere desuper in pluribus locis et defficiunt ibidem due trabes longitudinis duarum tesiarum vel circa et de super postare et crotonare bene et sufficienter ».

167 ADI, 8 B 662, f 175 v°, 23 août 1390, Upaix : « Item visitavit castrum dicti loci et invenit cellerium ubi sunt granerii dicti castri derruptum et destructum et sunt necessarii XVIIIto trabes longitudinis dicti cellerii et grossitudinis unius palmi canne et de super crotonari de bono gipo bene et sufficienter. Item visitavit granerios existentes infra dictum cellerium et invenit eos derruptos in pluribus locis et est necessarium eosdem refficere plancum dictorum graneriorum de bono gipo. Item visitavit planqum magne aule et invenit eumdem destructum et derruptum in pluribus locis et est necessarium eumdem crotonari bene et sufficienter ubi fuerit necesse de bono gipo et foyerium fornelli dicte aule refficere bene et condecenter ».

168 ADI, 8 B 24, f 78 v°, 12 juin 1339, Château-Queyras : « De super vero ipsa cellaria sunt graneria gippea pulcra continentis latitudinem : II tesias dymidia ; longitudinem : II tesias dymidia ; altitudinis : II tesias ».

169 ADI, B 3010, f 417 v°, 12 juillet 1389, Château-Queyras : « fornellum ipsius camere actari cum gippo » et f 406 r°, 28 août 1395 : « de super rotam dicti fornelli fiat capa de bono gipo ». Voir également ADI, 8 B 662, f 129 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1390-24 juin 1391) : « unum fornellum de gippo ».

170 ADI, 8 B 647, f 70 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371) : « Item fecit fieri in turri castri Exiliarum ex parte ecclesie Beate Katerine planchamentum altius de plastro et fuerunt in eo posite IIII trabes, unum traverserium et IIII agulhe que fieri fecit per Johannem Escoferii, massonerium, facto precio cum eodem inclusis preciis totius fuste et plaustri juxta consilium proborum – reddit instrumentum precii facti extimatus et quitationis de soluto : IX fl. ».

171 ADI, B 3010, f 416 r°, 15 mai 1388, Château-Queyras : « Item quod teretur camera fornelli de marcho, calce et arena » et 8 B 654, f 9 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1382-24 juin 1383) : « (...) de margiando et paviendo plancum logie dicti castri et faciendo picem gippi a parte anteriori dicti castri in dicta logia (...) ». À propos du marc dans l’architecture du nord des Hautes-Alpes, voir Mallé, 1999, p. 156.

172 ADI, 8 B 671, f 335 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1397-24 juin 1398) : « Item ponit quod solvisse et expensis pro opere necessario constructo in turre Montis Alquerii in camera fustea tam pro postibus, clavis, serralhia, chabronis et porta dicte turris cum gipo in eo posito ac pontino ibidem facto : VI fl. » et 9 B 30 bis, f 65 r°, 8 août 1418, Briançon : « Item fecit et affixit murum cum bochetis firmatis de gippo, aliam perticam longitudinis trium theysiarum cum dymidia in qua custodiuntur coyrassie et bacigneti ».

173 AC Briançon, CC 1, 1352 : « pro calce et gipo ad claudendum IIIIor hostia dicte domus ».

174 D’après Ganet, 1995a, p. 88.

175 ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « Item solvit Petro Gambe pro centum somatis gippi emptis ab eodem pro reparando pariete aule a parte occidentis juxta aliam aulam que cecidit – reddit instrumentum confessionis LXIIII s. reforciatorum valent : IIII fl., V gr. Item solvit Bernardo Giraudi et Michaeli Agulloni, lathomis, pro salario suo et plurium manuoperariorum quia quatuor diebus steterunt in reparando dicto pariete – reddit confessionem dictorum magistrorum : VII fl. ».

176 Pierre Gambe approvisionnait déjà le chantier précédent, d’après ADI, 8 B 640, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365).

177 ADI, 8 B 644, ff 40 r°-41 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) : 1 381 charges à 9 deniers et 210 charges à 6 deniers, soit 57 livres et 9 deniers.

178 ADI, 8 B 644, f 40 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

179 ADI, 8 B 649, f 27 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372) : « Item solvit Johanni Chamboni muratori pro octo cannis parietis seu muris constructis per eum in curtim dicti palatii ad opus dicte curie : VI fl., IIIIor tur. Item solvit et deliberavit magistro Raymundo Brunelli ex causa precii lapidum emptarum ab eodem pro dicta constructione dicte curie : II fl. ».

180 L’avis d’A. Belmont est plus nuancé : « Les patronymes cités par les rôles de taille et les révisions defeux du bas Moyen Âge apportent un indice qui milite en faveur de l’ancienneté du fait artisanal dans les campagnes. En effet, parmi tous les noms de famille que nous avons pu lire, très nombreux étaient ceux qui, comme les Fabri, Escofferii, Tissocti ou autre Moneri se référaient à des métiers artisanaux, sans que leurs porteurs exercent eux-mêmes les métiers en question » (Belmont, 1993, p. 425). Voir également Fossier, 2000a, p. 12 et p. 25.

181 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.

182 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon. Voir aussi le cas de Jean Masson des Vigneaux, maçon à Château-Queyras, d’après ADI, 8 B 655, f 162 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).

183 26 cannes2 à 1,5 florin, soit 39 florins. ADI, 8 B 653, f 36 r°/v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) : « (...) ad precium factum construendum magistro Guioto de Novalhia, lathomo, cum pacto quod ipse magister lathomus peazonem seu fundamentum dicti muri barrii donec bonum inveniat fundamentum perquirere suis sumptibus et dirruere teneatur et quod dictum murum construat et faciat tali modo quod in dicto fundamento ipse murus sit grossitudinis quinque ped. et in summitate quatuor ped. ».

184 ADI, 7 B 36, f 4 v° et f 6 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistris Baudono Hugoneto Bonitardi et Job. Berardi minatoribus pro (barré : fundamento dicte turris) scindendo et cavando ruppem a parte occidentali in longitudine VII tesiarum et largitudinis IIII ped. pro fundamento dicte turris construendo ut constat instrumento quod reddit signato per K. : VIII fl., IX gr. (...). Item solvit Hugoni Brunicardi et Baridono Baridon, minatoribus, pro suis stipendiis duorum dierum quibus steterunt in cavando ruppem in loco in quo factum fuit fundamentum dicte turris a parte orientali ut constat instrumento quod reddit signato per V. pro quolibet et die qualibet VI gr. valent : II fl. ».

185 AC Gap, BB 2, f 34 r°, 6 juillet 1407.

186 ADI, 8 B 662, f 129 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1390-24 juin 1391). Prix-fait de 103 florins et 4 gros (n.p.).

187 A. Belmont a étudié ces « dynasties » d’artisans en Dauphiné, d’après les rôles de taille et les révisions de feux (1367-1476) : Belmont, 1993 et Belmont, 1998.

188 ADI, 8 B 644, f 39 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

189 A contrario, la construction d’urgence des murailles de Chambéry (Savoie) en 1391 est confiée aux habitants de la ville (Brondy, 1976, p. 73). À ce sujet, voir l’exemple d’Aix-en-Provence, d’après Bernardi, 1995, p. 43-58.

190 ADI, 8 B 668, f 176 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396) : « magister Johannes Tresani de Coni, mediolanense, quiquidem massoni ». Deux maçons de Côme travaillent à Upaix en 1368 : ADI, 8 B 644, f 40 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369) ainsi que Jean Dapier, maître maçon du diocèse de Côme à La Bâtie-du-Pont (Italie), ADI, 7 B 36, f 6 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379.

191 ADI, 8 B 666, ff 12 v°-15 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : enchères après la visite du 3 novembre 1393 et ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon.

192 ADI, B 4364, pièce, 7 novembre 1419, Château-Queyras. Le fils de Bertrand de Lazer, Jacques, est cité comme témoin d’un prix-fait à Château-Queyras en 1417 (ADI, B 4364, pièce, 23 juillet 1417). D’autres maçons italiens travaillent à Château-Queyras au début du xve siècle comme Bertrand de Spac, originaire de Milan (ADI, B 4364, pièces, 23 juillet 1417 ; 22 octobre 1418 ; 6-7 et 8 novembre 1419).

193 ADHA, Ms 1511, 7 mai 1396, Tallard.

194 AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, 19 juin 1406. À propos des migrations temporaires des ouvriers sur le chantier de la Chartreuse de Pavie à la fin du xive siècle, voir Braunstein, 1986, p. 126.

195 ADI, 8 B 644, f 43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

196 Voir par exemple le prix-fait de 30 florins du 28 août 1395 : ADI, B 3010, ff 406 r°-407 r°.

197 En 1397-1398, le métal représente 42,8 % du coût total des travaux du château, d’après ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras, 24 juin 1397-24 juin 1398 : « Item pro clavellis, vervellis, barris et magnis tachiis pro rastellis, manjoriis et buffetis in quoquina magna ad complendum predicta et coperta et alia neccessaria in dictis operibus, videlicet : XI fl., VII tur. arg. ».

198 À propos de la fusine d’Arvieux fondée en 1311, voir Guillaume, 1886 ; Guillaume, 1904, Chabrand, 1904 et Manteyer, 1944, p. 780. En 1427, deux nouvelles fabriques de fer sont créées à Château-Queyras.

199 ADI, 8 B 662, f 195 r°, 22 juin 1390 et f 196 v°, 17 août 1390, Embrun.

200 ADI, 8 B 72, ff 184 r°-186 v°, 19 juillet 1381-16 mai 1383.

201 ADI, 8 B 644, ff 29 v°-30 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) : « Item deliberavit Agnello Albi mercatori pro precio VIIc clavorum implicatorum in copertura dicti castri – reddit instrumentum confessionis : XIIII gr. (...) Item solvit et deliberavit Buyssardo Yssoardi pro precio unius quintalis et unius quarteyroni ferri empti ab eodem precio III fl. ex Petro Aymari, fabro, qui dictum ferrum fabricavit in grossis clavellis et barris ac taschiis implicatis in chaffallis seu eschiffis et portis XV gr. et pro IIc clavis habitis a Reymundo Martini implicatis etiam in dictis operibus VI gr., sic pro toto : IIII fl., IX gr. ».

202 ADI, 8 B 644, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

203 ADI, 8 B 650, f 28 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1373-24 juin 1374) : « Item solvit et deliberavit idem castellanus Johanni Sausiet, fabro de Ebreduni, suo nomine ac vice et nomine Johannis Audo, fabri, qui ad requestam dicti castellani fecerunt et fabriquaverunt quatuor ferres seu compedes grossos ad opud pedum et III grilhetos ad opud manuum pro custodiendis et fortius incarcerandis prenominates delates inde imposterum suspenses pro eorum mercede incluso ferre videlicet : VII fl., XI tur. ».

204 AC Gap, BB 2, f 29 r°, 3mai 1407 : « Die tercia mensis maii, Johannes Doussani, faber habitator Vapinci confessus fuit habuisse a dicto Johanne Thomacii pro viginti tribus libris de crochis per eum factis ad opud turris videlicet septem gr. argenti et unam parpalholam » et f 43 r°, 14 avril 1408 : « Die XIIIIta mensis aprilis, Lantelmus Rodulphi faber confessus fuit habuisse a dicto Johanne Thomacii pro confectione octo bendarum ferri per eum factarum et positarum in festro janue Garcine videlicet duos gr. cum dymidio ».

205 AC Gap, BB 2, f 30 v°, 28 mai 1407 ; f 31 r°, 29 mai 1407 et f 40 v°, 12 décembre 1407.

206 Néanmoins, quelques uns sont affublés, en plus de leur titre, d’un sobriquet évocateur. C’est le cas du forgeron d’Embrun Jean Laydeti, dit Sanfer ! (ADI, 8 B 653, f 157 r°, compte du bailliage de l’Embrunais par Pierre Robin, 24 juin 1380-24 juin 1381).

207 AC Gap, BB 2, f 35 r°, 26 juillet 1407 : « Die XXVI mensis julii, Petrus Scofferi, peyrolerius de Vapinci, confessus fuit habuisse a dicto Johanne Thomacii pro faciendo pomellos et pannos plumbi janue Garcine et turris videlicet : I fl. » et f 37 r°, 30 août 1407 : « Dicta die Jacoba, uxor Petri Bajuli, mercatoris, confessa fuit habuisse a supradicto Johanne Thomacii pro centum et una libris plumbi per dictum Johannem a dicto Petro emptis pro pomellis turris et janue Garcine : V fl., III bar. ». À propos du travail du métal, voir l’exemple du chantier du Dôme de Milan en 1387, d’après braunstein, 1985, p. 93.

208 Quelques exemples de prix… 1 livre de fer : 1/2 gr. (Château-Queyras, 1418, B 4364) à 1 gr. (Briançon, 1484, B 3126, f 121 r° ; Montalquier, 1382-1383, 8 B 654, f 25 v°). 1 quintal de fer : 4 fl. (Château-Queyras, 1399, B 3010, f 411 v°) à 6 fl. (Saint-Bonnet, 1381, 8 B 72, f 186 r°). 1 livre de crochets : 1/2 parpaillole (Gap, 1407, AC Gap, BB 2, f 29 r°) à 4 bar. (Gap, 1407, AC Gap, BB 2, f 27 v°).

209 Manteyer, 1944, p. 639, d’après ADI, 8 B 638, f 159 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364) : « Item solvit magistro Petro, fabro de Sancto Euzebio, pro uno quintali cum dimidio ferri et pro ipsis operandis in clavino, taschiis, barris et aliis ferramentis neccessariis in predictis edifficiis : V fl., IIII gr. ».

210 AC Gap, BB 2, f 27 r°/v° et f 29 r°, 22 et 25 avril ; 3 mai 1407.

211 AC Gap, BB 2, ff 30 v°-43 r°, 28 mai 1407 au 25 avril 1408.

212 En effet, il faut y ajouter l’achat de 32 nouveaux chevrons et d’une poutre faîtière en mélèze pour la Porte Garcine (4 florins, 10,5 gros et 3 barbarins) : AC Gap, BB 2, ff 31 r°-39 v°, 29 mai-25 novembre 1407.

213 ADI, 8 B 624, f 121 r°, 1340 (1334), Embrun.

214 D’après Jenzer, 1994, p. 452.

215 ADI, 8 B 668, f 371 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item petit sibi deduci quos solvit pro emptione unius balonus cum dymidio clavelorum de IIIbus et de IIIIor M. precio quolibet balono de VI fl. implicatorum in dicto opere – ut constat per quittationem quam reddit : IX fl. ».

216 ADI, B 3126, f 281 r°, 8 avril 1485, Saint-Georges-d’Espéranche (Isère) : « Item plus sont nesseseres XV millié (sic) de clous de millié quatre pour cloé l’esandole, valent a XX gros le millié : XXV fl. ».

217 ADI, B 3126, f 311 v°, 30 avril 1485, Les Avenières (Isère) : « Item est neccessarium unum centum clavorum de millié sept pro scapiendo dictas tolas valet : I gr. cum dy. ».

218 À Réotier, la livre de maltaillés de 0,5 à 1 pied de long coûte 3/4 de gros, d’après ADI, B 3126, ff 101 r°-102 v°, 1481.

219 ADI, 8 B 668, f 371 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1395-24 juin 1396).

220 ADI, 8 B 655, f 164 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item computat solvisse et deliberasse pro XII milleriis ceneparum seu clavorum emptorum pro coperiendo sex eychiffas de novo factas in dicto castro ad racionem pro quolibet millerio de VIII gr. auri valent : VIII fl. (...) Item plus deliberasse et solvisse pro sex centis grossarum brochiarum emptis pro dictis eychifis faciendis in quibus erant necessarie ad racionem pro quolibet cento unus fl. auri valent : VI fl. (...) Item plus pro XVIIIto centis clavellorum (barré : mal) chapellutorum pro clavellando latas et postes dictarum eychiffarum et circumcirca ad racionem pro quolibet centum de III gr. valent : IIII fl. dy. ».

221 ADI, 8 B 72, f 186 v°, 14 août 1382, Saint-Bonnet : « (...) pro quingentis brochiis implicatis in operibus dicte turris causa in hostiis supra dictis januarum et armariorum serralharum ».

222 ADI, 8 B 655, f 164 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).

223 ADI, B 3010, f 406 r°, 28 août 1395 : « (...) fieri due claves de bono meleso, bene ferate cum bonis anulis feri et cum bonis ligaminibus feri ad retinendum fracturas muri dicte turris (...) » et f 410 r°, 13 juillet 1399.

224 ADI, 8 B 666, f 14 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : « Et fiat corona de bonis lapidibus de super sizis ferratis cum bonis apis ferri (...) ».

225 ADI, 8 B 72, f 186 r°, 12 août 1382, Saint-Bonnet : 149 livres de fer (gonds, barres, barreaux et anneaux) et 24 livres de plomb et 8 B 655, f 29 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [1384-24 juin 1385] : « Item pro sex guoionis et tribus anulis ferri positis ad firmandum portas traparis et porte superioris ipsius turris : I fl. (...) Item pro X libris plumbi implicatis ad firmandum dictos guoionos et anulos ferri : VII gr. dy. ». À propos de l’utilisation de l’étain et du plomb, voir Gonon, 1973, p. 22 ; Cailleaux, 1985, p. 138 ; Benoit, 1985 et Estienne, 1999, tome 3, p. 539. Quelques exemples de prix… 1 livre de plomb : 1/2 gr. (Embrun (1340 (1334), 8 B 624, f 121 v°) ; 1 parpaillole (Saint-Bonnet, 1381, 8 B 72, f 186 r°) à 3/4 gr. (Montalquier, 1384-1385, 8 B 655, f 29 v°).

226 ADI, 8 B 640, f 42 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (19 juin 1363-24 juin 1365) : « pro recolligendo cenepas et mayeriam que ceciderunt de aula ».

227 Les fouilles de Lazer (1989-1993) dirigées par I. Ganet n’ont pas été publiées à ce jour. On a étudié les rapports de fouilles annuels, dactylographiés.

228 Bailly-Maître, 2000, p. 203-218. La récupération des objets en fer est une pratique mise en évidence

dans les fouilles du castrum d’Andone (Charente) par André Debord pour le xe siècle (Debord, Dieudonné-Glad, 1993, p. 117).

229 Chapelot, 2001.

230 À propos de l’ensemble des procédures suivantes, voir Rey, 1971, tome 1, p. 66 et Bernardi, 1995, p. 102.

231 Rey, 1971, tome 1, p. 67, d’après ADI, B 2816 ; Maignien, 1881, p. 47 et ADI, B 3123, 1366.

232 Chevalier, 1871, p. 30, 30 avril 1398.

233 ADI, B 3010, f 417 r° ; 8 B 662, f 129 v° ; ff 195 r°-198 r° ; f 239 r° ; f 300 v° et 8 B 666, ff 356 v°-357 v°.

234 ADI, 8 B 662, ff 195 r°-197 v°.

235 ADI, B 3126, f 122 v°, 17 juillet 1484, Briançon.

236 L’un d’eux, Mondon Martin, de Château-Queyras, est même cité en 1388 puis en 1402.

237 ADI, B 4364, pièce, 24 octobre 1418 et B 4361, f 7 v°, 11 août 1411.

238 ADI, B 3010, f 412 v°, 13 juillet 1399 et f 421 r°, 15 février 1401.

239 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393 et 4 avril 1396, Briançon.

240 ADI, 8 B 662, f 173 v°, 24 août 1390 et f 176 r°, 23 août 1390.

241 ADI, 8 B 662, f 196 v°, 17 août 1390, Embrun : « (...) injungendo dictus magister operum castellano dicti palacii vel ejus locumtenente quatenus dictum precium factum cridari faciat per tres dies fori quod si aliquid reperiatur qui pro minori precio facere vellet (...) » et B 3126, f 108 v°, 22 décembre 1481, Réotier : « (...) in presencia testium infrascriptorum fecisse inquantare premissum opus per tres inquantas in plata Reorterii ».

242 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles et ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : « (...) injungendo dictus magister operum dalphinalium domino judici vel castellano dicti loci Brianzonii quatenus dictum opus seu presfachium cridari faciat in loco de Brianzonio per tres dies fori, quod si aliqua persona sit que velit dictum opus seu presfachium pro minori precio facere et inveniatur ».

243 ADI, B 3010, f 407 v°, 2 juin 1396, Château-Queyras.

244 ADI, 8 B 662, ff 195 v°-197 v°, 17 juin, 22 juin et 17 août 1390, Embrun : « (...) Rogans et supplicans dictus magister operum honorabilibus viris dominis auditoribus camere computorum dalphinalium quatenus eidem castellano qui dictam solutionem faciet, ipsam solucionem in suis computis allocare facta eisdem fide de solutione ».

245 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : « magister Bertrandus de Lazero, diocesis Comensis ». Aucun village de Lazer n’étant connu dans le diocèse de Côme, cet artisan a-t-il adopté le nom du village dans lequel il résidait alors (Lazer, au sud de Gap) ?

246 ADI, 8 B 666, ff 12 v°-15 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1393-24 juin 1394) : enchères après la visite du 3 novembre 1393 et ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon.

247 ADI, 8 B 668, ff 174 r°-177 r°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

248 ADI, B 3010, f 416 r°/v°, 15 mai 1388 et ff 417 v°-418 v°, 12 juillet 1389.

249 ADI, B 3010, f 406 v°, 28 août 1395 et f 407 v°, 2 juin 1396, Château-Queyras.

250 ADI, 7 B 36, f 9 r°, 24 juin 1374 (lettre de Charles de Bouville, gouverneur du Dauphiné, ordonnant la construction de la tour) – 15 novembre 1379 (compte des dépenses par Mathieu Donadieu) et B 3, f 27, visite du 20 juin 1376, Saint-Firmin.

251 De même, les travaux commencés à Prunières en 1376, ne sont toujours pas achevés en 1380 (Roman, 1888b, p. 187 ; Roman, 1889, p. 112 et Roman, 1890, p. 266, d’après ADI, B 3001).

252 ADI, B 3010, f 416 r°/v°, 15 mai 1388 ; f 411 r°, 13 juillet 1399 et f 413 v°, 14 mai 1402.

253 Pierre Reynaud, conseiller delphinal, licencié ès droit, n’est autre que le crieur public chargé de diriger les enchères des travaux du château en 1396, d’après ADI, B 3010, f 407 v°, 2 juin 1396 et 8 B 671, f 143 v°, 21 mai 1398.

254 ADI, B 2953, f 399 r°/v°, 2 septembre 1397, Buissard.

255 ADI, 8 B 662, f 174 r°, 24 août 1390, Upaix : amende de 100 francs / prix-fait de 170 florins et f 176 r°, 23 août 1390 : amende de 50 francs / prix-fait de 70 florins.

256 ADI, B 3010, f 407 r°, 28 août 1395, Château-Queyras : « (...) precipiens dictus magister operum castellano dicti loci ut ejus locumtenenti quatenus summam precii facti superius declaratam dicto nobili Jacobo solvat solutionibus supra statutis nec non atracta debita per communitates eidem provideri faciat ut superius declaratum est et hoc sub pena viginti quinque fr. auri domino nostro dalphino aplicanda (...) » et f 411 v°, 13 juillet 1399, Château-Queyras.

257 ADI, B 3010, f 408 v° et f 409 v°, 11 juillet 1399.

258 Par exemple, à Embrun : ADI, 8 B 662, ff 196 r°-197 v°, 17 juin et 17 août 1390.

259 ADI, 8 B 72, f 184 r°, 19 juillet 1381, Saint-Bonnet-en-Champsaur et f 185 r°, 24 août 1381, quittance de paiement d’Antoine de Novalhe (20 florins).

260 D’après Chauvin-Lechaptois, 1977, p.272. ADI, 8 B 668, f 176 v°, 9septembre 1395, Briançon : « Etquia non fuit repertus nisi de unius pedis cum dy. grossitudine, fuit eidem defalcata quarta pars (…) ».

261 ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon : base de 5 florins / toise.

262 AC Gap, BB 2, f 6 r°, 19 juin 1406.

263 ADI, B 3010, f 411 v°, 13 juillet 1399, Château-Queyras.

264 ADI, B 3010, ff 411 v°-412 r°, 13 juillet 1399, Château-Queyras.

265 ADI, 8 B 653, f 36 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).

266 ADI, B 3010, f 417 r°, 11 juin 1390, Château-Queyras : « Invenit dicta opera et precia facta bene et sufficienter facta et complecta prout supra per eum ordinata fuerunt. Et ideo ipsa opera et precia facta tamque bene probe et sufficienter facta nomine dalphinali (…). Idem magister operum recepit et dictum Petrum Dalmacii de dictis operibus nomine dalphinali quitavit penitus et absolvit in cujus rei testimonium dictus magister operum in presencia nobilis viri et potentis Johannis Boyselli, baylivi Brianconesii (...) ».

267 ADI, 8 B 72, f 186 v°, 16 mai 1383, Saint-Bonnet-en-Champsaur.

268 ADHA, Ms 651, 14 septembre 1380, Briançon.

269 ADI, 8 B 662, f 300 v°, 28 juin 1390, Exilles.

270 ADI, B 3010, ff 408 r°-409 v°, 11 juillet 1399.

271 ADI, B 3010, ff 410 r°-412 v°, 13 juillet 1399 et ff 412 v°-413 r°, 14 mai 1402.

272 ADI, 8 B 668, ff 168 r°-177 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1395-24 juin 1396).

273 ADI, 8 B 653, ff 37 v°-38 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381).

274 ADI, 8 B 662, f 176 v°, 17 août 1395, Upaix.

275 Prudhomme, 1889, p. 562, d’après ADI, B 3232, f 48 v°. En Bourgogne, ces usages sont fixés par une ordonnance en 1407 (Jacquier, 1994, p. 66). En Provence, à Marseille par exemple, le maître d’œuvre est nommé par le conseil de la ville : il rend compte aux syndics et aux Six de la guerre puis reçoit du trésorier l’argent nécessaire pour les travaux (Droguet, 1980, p. 205). En Normandie, P. Lardin a étudié la vie de ces maîtres des œuvres, à la fois concepteurs, entrepreneurs, administrateurs de l’État mais aussi experts (Lardin, 1999a, p. 133-179).

276 Prov. Turin, circ. Pignerol, à 10 kilomètres au sud-est de Mentoulles. ADI, 8 B 638, f 18 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).

277 ADI, 8 B 655, f 162 v° et f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385).

278 ADI, 8 B 662, f 195 v°, 22 juin 1390, Embrun ; ff 198 r°-199 r°, 13 juillet 1390, Réotier et ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393, Briançon.

279 ADI, B 3125, pièce, 25 août 1480 et B 3126, f 120 r°, 17 juillet 1484. À propos de la polyvalence des artisans, voir Jacquier, 1994, p. 96 ; Bernardi, 1995, p. 26 ; Fossier, 2000a, p. 8 et p. 25 et Lardin, 2000, p. 58.

280 À propos du rôle des maîtres, voir Gonon, 1973, p. 24 et Bernardi, 1995, p. 27.

281 ADI, 8 B 644, f 29 v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) et B 3010, f 406 v°, 28 août 1395.

282 ADI, 8 B 644, f 29 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369).

283 A. Belmont ne s’attarde pas sur le travail des femmes dans le bâtiment, en Dauphiné (Belmont, 1998). Pourtant, sur les chantiers d’Avignon, de Marseille et d’Aix-en-Provence, les épouses des maîtres assument quelques tâches administratives ; certaines femmes vendent des matériaux bruts ou sont encore embauchées comme manœuvres (Bernardi, 1993, p. 267 et Bernardi, 1995, p. 31). Les femmes occupent des postes bien spécialisés sur les chantiers milanais (elles cousent un velum !) et sont les plus mal payées de tous les ouvriers (Braunstein, 1986, p. 130). Ailleurs, elles sont souvent employées au transport des matériaux, tâches physiques pour lesquelles elles sont toujours moins payées que les hommes (Baudoux-Jung, 1998, p. 190, Amiens ; Butaud, 2001, tome 2, p. 470, Carpentras ; Loppe, 2001, p. 80, 157 et 166, Castelnaudary).

284 ADI, 7 B 36, f 8 r°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistro Anthonio de Dragonerio, latomo, pro suis stipendiis IIIIor dierum quibus vacavit veniendo de dicto loco Dragonerii et perquirendo lapides marmoreos vel alios sufficientis ad faciendum ostium turris et balconos : XX gr. ».

285 En Forez, d’après Gonon, 1973, p. 29, tâcheron, manœuvre : 1 gr. / jour ; maître-maçon : 2,5 à 3 gr. ; charpentier : 2 gr. 1/3 à 3 gr. ; maçon : 1,5 à 3 gr. En Bourgogne, d’après Jacquier, 1994, p. 103-112, charpentier : 1 à 3 gr. ; maçon : 1 à 2 gr. et manœuvre : 1 à 1,5 gr. / jour.

286 1391, d’après ADI, B 4358, pièce ; 1419-1420, d’après Rey, 1971, tome 1, p. 48 et Morin, 1994, p. 78. À Avignon (1366), d’après Hayez, 1978, p. 212, un manœuvre « occupé à faire du mortier et à décharger les matériaux » reçoit 4 sous (2 gr./jour). À Sisteron (1368), d’après Laplane, 1843, tome 1, p. 164, ouvrier : 2 s. (1 gr.).

287 ADI, 8 B 671, f 146 v°, 21 mai 1398, Château-Queyras.

288 ADI, 8 B 668, f 22 r°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1395-24 juin 1396).

289 Baulant, 1971, p. 463-483 et La Roncière, 1982, p. 397.

290 Voir, à ce sujet, quelques précautions méthodologiques avancées par P. Braunstein (Braunstein, 1986, p. 124).

291 ADI, 8 B 640, f 65 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (28 janvier-29 août 1365).

292 ADI, B 3702, f 4 v°, 1389, compte des syndics de Château-Queyras.

293 À Aix-en-Provence, l’apprenti et le compagnon sont tous deux désignés famulus jusqu’au xvie siècle (Bernardi, 1995, p. 28). Sur les chantiers milanais, le famulus est aussi un apprenti (Braunstein, 1986, p. 128).

294 AC Gap, BB 2, f 33 r°, 19 juin 1407.

295 ADI, 8 B 671, f 143 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1397-24 juin 1398).

296 Les comptes sont parfois organisés selon un ordre thématique (préparation des fondations, achats de bois, salaire des artisans…), d’après Gonon, 1974, p. 256-321 (exemple de Feurs en Forez).

297 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont et AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, 19 juin 1406.

298 AC Guillestre, BB 3, 7 novembre 1397-9 janvier 1398, d’après GUILLAUME, 1884b, p. 22. De l’enceinte édifiée à partir de 1392, seules la Tour d’Eygliers (au nord) et la tour d’angle du Portail (au sud-est) sont conservées mais dans un état très remanié.

299 ADI, 8 B 24, f 74 r°, [1er-30] juin 1339, La Bâtie-du-Pont. La fortification initiale du mandement de Pont est complexe puisqu’un premier château construit en face de Bellin pour défendre le pont (sic : Pont ?) est mentionné en 1228 (d’après Guérin, 1915-1916, p. 126) et que ce château avait une tour inférieure en 1265 (d’après Falque-Vert, 1997, p. 385).

300 ADI, 7 B 36, f 8 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit pro uno grosso fune et pro aliis funibus munitis emptis per eum tam pro tirando lapides et morterium dicte turris quam pro aliis necessariis in dicto edifficio : XXI gr. Item solvit pro precio XII onerriorum cum quibus portabatur aque ad faciendum morterium dicte turris : II fl. ».

301 ADI, 7 B 36, f 4 v° et f 6 v°, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont : « Item solvit magistris Baudono Hugoneto Bonitardi et Job. Berardi minatoribus pro (barré : fundamento dicte turris) scindendo et cavando ruppem a parte occidentali in longitudine VII tesiarum et largitudinis IIII pedum pro fundamento dicte turris construendo ut constat instrumento quod reddit signato per K. : VIII fl., IX gr. (...). Item solvit Hugoni Brunicardi et Baridono Baridon, minatoribus, pro suis stipendiis duorum dierum quibus steterunt in cavando ruppem in loco in quo factum fuit fundamentum dicte turris a parte orientali ut constat instrumento quod reddit signato per V. pro quolibet et die qualibet VI gr. valent : II fl. ».

302 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379, La Bâtie-du-Pont.

303 AC Gap, BB 2, ff 5 v°-6 r°, 19 juin 1406.

304 AC Gap, BB 2, f 5 v°, 19 juin 1406. Voir l’exemple des fondations du Dôme de Milan, d’après Baunstein, 1985, p. 90.

305 De même, à Briançon, les trois tours élevées en 1393 sont assises sur de bonnes fondations (« tres turres bene fundatas ») et l’épaisseur du mur décroît avec les étages : des fondations jusqu’au premier étage (5 pieds) ; à partir du premier étage : 4 pieds, puis du deuxième au troisième étage : 3 pieds (ADHA, Ms 651, 9 novembre 1393).

306 Sur la plupart des chantiers urbains du bas Moyen Âge, les communautés fournissent en effet les matériaux et creusent les fondations (voir l’exemple des villes comtadines, d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 462).

307 1 muid = 16 setiers = 64 émines (Aimès, 1965a, p. 11 et 1965b, p. 127).

308 AC Gap, BB 2, f 3 r°, 16 mai 1406 : « Item fuit ordinatum in dicto consilio quod hoc facto preconizetur quod quilibet civis in eodem loco aportari faciat duas saumatas lapidum ». Cette décision du conseil des syndics est antérieure au prix-fait (19 juin) mais elle est maintenue encore en 1413 (AC Gap, BB 3, f 2 v°, 26 décembre 1413 : « Item fuit actum quod quilibet caput hospicii aportari faciat ad turrim duas saumatas lapidum »). Voir aussi la chronologie des travaux des tours d’Amiens, d’après Baudoux-Jung, 1998, p. 191.

Table des illustrations

Légende Figure 28. Photo de la tour T2 du château de Réallon : tour ouverte à la gorge. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 29. Photo des chaînages d’angles du donjon de La Bâtie-Vieille (en cours de restauration, 1997). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Figure 30. Photo de la Tour Brune d’Embrun, depuis le sud. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Figure 31. Coûts de fabrication du mortier hydrofuge de Montalquier (1384).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 32. Les approvisionnements en chaux, en sable et en plâtre à Upaix. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Légende Figure 33. Les visites du maître d’œuvre Stéphane Voisin dans les châteaux delphinaux (1390). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Tableau 14. Les délais de réalisation des travaux d’après les prix-faits.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Légende Tableau 15. Les salaires quotidiens des artisans.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Tableau 16. Le pouvoir d’achat des artisans du bâtiment dans la seconde moitié du xive siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Figure 34. Photo de la Tour d’Eygliers à Guillestre. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Légende Figure 35. Répartition des coûts de construction de la tour de La Bâtie-du-Pont (Italie, 1374-1379).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 36. Répartition des coûts de construction de la Tour du Verger (Gap, 1406-1407).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1683/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site