Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

Bilan de l’organisation de la garde et de la défense active

Texte intégral

  • 1 Comparer, par exemple, avec les modestes garnisons requises dans des châteaux aux fonctions pourta (...)
  • 2 Dans les Baronnies, les garnisons sont limitées à six gardes pour une durée maximale de 15 mois et (...)
  • 3 Cependant, cela n’a rien de commun avec « l’office de portier du château [qui] paraît inféodé à un (...)

1Dans les châteaux delphinaux, la garde incombe principalement aux clients et aux nobles auxquels on n’hésite pas à faire appel massivement en cas de nécessité, pendant de courtes périodes, par exemple à Château-Dauphin (Italie) du 18 au 23 novembre 1362 (28 clients) quand les hommes de Galéas de Saluces occupent la châtellenie. Dans chaque château, la mobilisation des hommes est rapide, réversible, et, somme toute, les effectifs réquisitionnés pour le guet sont relativement importants à partir de 13601. Mais, comme si les Dauphinois avaient prévu l’échec des négociations de paix et la poursuite des attaques, on regroupait encore 15 nobles à Upaix du 15 mars au 26 avril 1369 (Figure 9)2. Dans ce château, c’est au cours de la dernière décennie du xive siècle qu’une organisation de la garde reposant sur une différenciation entre temps de paix et temps de guerre est mise en place. Et pour être davantage efficace, les gardes sont « fidélisés » : Louis Gache occupe toujours son poste de garde nocturne tandis que François Silve est présent de jour comme de nuit (1391-1398)3.

  • 4 P. Cattin mentionne une femme « guetteur » aux Allymes (Ambérieu-en-Bugey, Ain, ch.-l. cant.) en 1 (...)
  • 5 Les 25 brigands – dont certains sont originaires des provinces de Coni, de Turin et de Pignerol – (...)

2Dans ces châteaux, les clients et les guetteurs sont principalement des hommes jeunes originaires du village – jamais des femmes4 – et la garde du Pertuis Rostan repose aussi sur la présence de clients du bailliage, entre 1368 et 1398. La rémunération de ces hommes est faible et seuls les clients armés – les arbalétriers – sont payés le double. Rarement mentionnés, ces derniers rejoignent ainsi le niveau de vie des brigands employés dans les villes ou des gardiens des prisons delphinales – soit l’équivalent du salaire d’un manœuvre dans le bâtiment à la même période (voir seconde partie)5.

  • 6 AC Gap, AA 5, 21 juillet 1382, bulle du pape Clément VII confirmant la charte conclue entre l’évêq (...)
  • 7 Commission des Six de la guerre à Marseille (1350) et à Tarascon (1373) ; commission des Dix de la (...)
  • 8 AC Guillestre, FF 5, 26 mai 1408 : cas de Châteauroux et de Saint-Crépin.

3Si la présence des compagnies de routiers à partir de 1368 ne provoque aucune modification profonde dans l’organisation de la garde des villes d’Embrun et de Briançon, à Gap cette organisation n’est fixée qu’après leur passage. En effet, c’est seulement en 1378 que l’évêque de Gap autorise les habitants à nommer librement les syndics, gardiens des armes communes et des clés de la ville. En échange de cette autonomie, les Gapençais sont astreints à garder la ville moyennant une faible amende en cas de refus (1 parpaillole)6. Dans ces trois villes, la défense urbaine repose donc uniquement sur les syndics et les capitaines alors que les communautés provençales sont, dès 1350, représentées par des commissions permanentes7. Au début du xve siècle, alors que dans la plupart des villages le service de garde n’est maintenu qu’en cas de guerre8, il reste actif à Embrun mais également à Guillestre où la garde des murailles et des tours est assurée jour et nuit.

  • 9 La formule est empruntée à E. Sauze qui l’a appliquée à Pertuis (Vaucluse) pour l’exercice 1396-13 (...)

4En plus de l’analyse du guet et de la garde, l’implication des hommes dans la défense du Haut-Dauphiné peut se mesurer par un rapport : le total des dépenses de défense active c’est-à-dire les dépenses de garde et de guet, les achats d’armes, les frais de messagerie et de ravitaillement par rapport aux dépenses totales de la châtellenie9. Ce pourcentage pourra être comparé aux autres dépenses liées à la guerre que sont les travaux de fortification (voir seconde partie). Les comptes des châtellenies de Château-Dauphin et de Château-Queyras, bien documentés entre 1357 et 1400, fournissent un bon exemple (Tableau 10).

  • 10 ADI, 8 B 644, ff 23 v°-33 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin par (...)

5La défense active est fortement liée aux nécessités conjoncturelles : ainsi, elle représente plus de 90 % des dépenses consenties à Château-Dauphin en 1362-1364, 1379-1380, 1384-1385 et 1390-1391, au plus fort de la guerre (Galéas de Saluces, Raymond de Turenne et comte d’Armagnac). Dans cette châtellenie, cette tendance s’inverse en 1365-1367 (5,6 % seulement) alors que toute menace extérieure est écartée. Notons enfin que, quelle que soit l’année retenue, les frais de fortification sont dérisoires puisqu’ils sont toujours inférieurs à 4 % (voir seconde partie). Dans ces deux châtellenies, c’est en 1367-1369 que les frais de défense active sont les plus importants : 97,5 % comprenant 7 florins et 2 gros de frais de messagerie, 31 florins d’achat d’armes et surtout 996 florins de frais de garde, soit près de 94 % rien que pour ce dernier poste. Si l’on y ajoute le coût des travaux dans les deux châteaux (27 florins et 1 gros, soit 2,5 %), 100 % des dépenses sont donc absorbées par la guerre. C’est également au cours de cette période que le record des dépenses est atteint avec 1 061 florins et 3 gros10. Il faut dire que le montant des dépenses n’avait jamais dépassé les 1 000 florins pour l’ensemble de la période étudiée (1360-1400), sauf en 1362-1364 dans la châtellenie de Château-Dauphin (1 017 florins et 1 gros).

  • 11 Guilleré, 1998, p. 59 et p. 74. C. Guilleré reconnaît dans l’historiographie du fait de guerre, le (...)

6De tels écarts dans les dépenses, fortement affectées par les événements, justifient le sommaire d’histoire événementielle que nous avons ébauché dans cette première partie. Dans une région jusqu’ici insuffisamment étudiée et à la documentation disparate, rien du quotidien des hommes ne serait parvenu jusqu’à nous sans la lecture fastidieuse et répétitive des comptes de châtellenies. Cette remarque n’exclut pas d’ailleurs que même dans une région mieux documentée comme la Savoie, les chercheurs aient plaisir à constater que « les comptes nous renseignent [alors] de façon précise et vivante et permettent presque d’écrire une véritable chronique des événements militaires vécus par les hommes de la châtellenie »11.

Tableau 10. Bilan de la défense active à Château-Dauphin et à Château-Queyras (1357-1398).

Notes

1 Comparer, par exemple, avec les modestes garnisons requises dans des châteaux aux fonctions pourtant bien différentes, en Haute-Auvergne (Phalip, 1993, p. 160-163), et dans les forteresses royales des Corbières (Bayrou, 1983, p. 53).

2 Dans les Baronnies, les garnisons sont limitées à six gardes pour une durée maximale de 15 mois et 17 jours, d’après Estienne, 1999, p. 315.

3 Cependant, cela n’a rien de commun avec « l’office de portier du château [qui] paraît inféodé à un guerrier d’élite » dès le début du xiiie siècle, en Savoie (d’après Demotz, 1981, p. 131).

4 P. Cattin mentionne une femme « guetteur » aux Allymes (Ambérieu-en-Bugey, Ain, ch.-l. cant.) en 1322 (Cattin, 1977, p. 15). À Mévouillon (Drôme, cant. Séderon), en 1431, les gardes du château sont de jeunes agriculteurs (Estienne, 1999, p. 316).

5 Les 25 brigands – dont certains sont originaires des provinces de Coni, de Turin et de Pignerol – employés à Sisteron reçoivent également une solde quotidienne de 2 gros (Laplane 1843, tome 1, p. 520, 9 juin 1368). De même, les deux gardiens de la prison delphinale d’Upaix où sont enfermés les hommes de Guillaume de Camisard sont payés 2 gros par jour pour 5 mois de surveillance (ADI, 8 B 664, f 22 r°, compte de la châtellenie d’Upaix, 24 juin 1391-24 juin 1392).

6 AC Gap, AA 5, 21 juillet 1382, bulle du pape Clément VII confirmant la charte conclue entre l’évêque de Gap et les consuls le 7 mai 1378 (article 12).

7 Commission des Six de la guerre à Marseille (1350) et à Tarascon (1373) ; commission des Dix de la guerre à Draguignan (1371) ; 4 recteurs des fortifications et de la guerre à Sisteron (1357), d’après Hébert, 1979b, p. 113-121.

8 AC Guillestre, FF 5, 26 mai 1408 : cas de Châteauroux et de Saint-Crépin.

9 La formule est empruntée à E. Sauze qui l’a appliquée à Pertuis (Vaucluse) pour l’exercice 1396-1397. La défense active (962 florins pour la garnison et l’armement, 53 florins pour le ravitaillement et 53 florins pour la messagerie, soit 55,8 %) et les travaux de fortification (483 florins, soit 25,25 %) représentent 1 551 florins, soit 81 % des dépenses liées à la guerre (total des dépenses : 1 915 florins), d’après Sauze, 1994, p. 146. On peut établir le même constat à Carpentras (Vaucluse) pour l’exercice 1394-1395, et voir que la part de la défense active est également prépondérante : 71 %, soit environ 2 570 livres consacrées au siège de la forteresse de Châteauneuf-de-Mazenc (53,3 %), 580 livres de tailles pour la défense des frontières (12,1 %), 138 livres de frais de messagerie et d’éclaireurs (2,9 %) et 127 livres pour les gages des guetteurs (2,7 %). Au cours de cet exercice, les travaux de fortification de la ville ne représentent que 309 livres (6,4 %) et, finalement, 77,4 % des dépenses sont liées à la guerre (total des dépenses : 4823 livres), d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 605.

10 ADI, 8 B 644, ff 23 v°-33 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin par Pierre Galon, châtelain (6 novembre 1367-4 mai 1369).

11 Guilleré, 1998, p. 59 et p. 74. C. Guilleré reconnaît dans l’historiographie du fait de guerre, le courant de l’histoire événementielle ou « histoire-bataille » dont F. Lot est le principal artisan (Lot, 1946), celui de l’histoire des techniques (armement, castellologie) et enfin la tendance à l’histoire socio-économique qui étudie également les conséquences politiques. Voir l’analyse des dépenses militaires dans la châtellenie comtale d’Allinges-Thonon (Haute-Savoie) : Constant, 1972, p. 231.

Table des illustrations

Légende Tableau 10. Bilan de la défense active à Château-Dauphin et à Château-Queyras (1357-1398).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site