Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

Des moyens dérisoires

Testo integrale

1L’incertitude qui plane sur les effectifs exacts des routiers est due à la méconnaissance des hommes qui leur ont fait face et, de même que l’identité des routiers est changeante d’après les récits des témoins, ces derniers se perdent dans les estimations du nombre de routiers. Quelle est l’attitude des habitants pendant plusieurs décennies de guerre et de quels moyens disposent-ils pour riposter ? Leur condition sociale et matérielle diffère-t-elle vraiment de celle des attaquants ?

L’équipement des soldats

  • 1 Falque-vert, 1997, p.114, d’après ADI, B 3699, f 10 v°, f 45 r°/v° ; B 3700, f 63 v°et B 2992, f38 (...)
  • 2 ADI, 8 B 644, f 30 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novemb (...)
  • 3 AC Briançon, CC 3, f 6 v°, 1368.

2La circulation des armes dans les hautes vallées briançonnaises est attestée dans la seconde moitié du xiiie siècle. En effet, le péage du marché d’Abriès mentionne, déjà en 1265, davantage les arcs, les arbalètes, les lances, les casques et les boucliers que l’outillage agricole1. De cet armement avant tout défensif conservé au château, le châtelain doit en remettre tous les éléments à son successeur2. Il est vrai que les armes sont à ce point rares et précieuses que la ville de Briançon n’hésite pas à envoyer un syndic au Pertuis Rostan afin de surveiller et limiter les armes qu’emportent les clients en 13683.

  • 4 Voir à ce sujet les remarques sur la « militarisation » des habitants de Manosque (Alpes-de-Haute- (...)
  • 5 ADI, B 3755, août 1302-février 1303, mémoire sur la ville de Gap par l’évêque Gaucher de Forcalqui (...)
  • 6 ADI, B 3746, article 22, v. 1368 : mémoire sur les entreprises de l’évêque de Gap et de ses offici (...)
  • 7 À Tarascon (Bouches-du-Rhône), chaque habitant possède une arme pour assurer son tour de garde et (...)

3En ville, l’équipement des habitants doit être suffisant mais, en même temps, le port d’armes est scrupuleusement réglementé4. Quelques bourgeois de Gap sont condamnés au début du xive siècle pour des abus, mais c’est surtout l’armement des officiers du dauphin, de l’évêque et de l’archevêque qui provoque des tensions5. Ainsi, même si l’évêque de Gap entreprend la démolition d’une partie du quartier delphinal de Chaussières avec l’autorisation du gouverneur Raoul de Louppy (cf. supra), en 1368, il craint une rébellion et interdit aux officiers delphinaux de porter des armes dans la ville6. À Briançon, le règlement de 1324 ne précise pas si les gardes sont armés7. Et qu’en est-il des châteaux et des villages : tous les hommes – châtelains, gardes et villageois – sont-ils bien armés ?

4La typologie des armes défensives et offensives tient compte des indications de C. Gaier, à l’exception de la répartition entre « armes portatives individuelles » et « armes collectives » :

  • armes défensives (armure et bouclier),
  • armes offensives à main :
  • épée, dague, couteau, glaive,
  • de choc (hache, massue, fléau),
  • d’hast (lance, fauchard, guisarme, pertuisane, hallebarde, vouge…),
  • armes offensives de jet individuelles (arbalète, arc, fronde, javelot) et collectives (baliste, tour, mantelet, mangonneau, trébuchet) ; armes offensives à feu portatives (couleuvrine, haquebute) et « collectives-fixes » (canons)8

Les armes défensives

  • 9 ADI, 8 B 30, f 81 r°, 15 septembre 1336 : 11 paires de plates couvertes de futaine, 3 haubergeons, (...)
  • 10 Fauché-prunelle, 1857, tome 1, p. 354, d’après la grande charte du Briançonnais, 1343, article 10  (...)
  • 11 ADI, 8 B 642, ff 12 v°-13 r°, compte des bailliages du Briançonnais et de l’Embrunais (22 novembre (...)

5Dès la construction de Château-Dauphin en 1336, le dauphin prévoit un équipement complet pour au moins 12 hommes de la garnison9. Les gardes des châteaux delphinaux, mais aussi les clients, doivent disposer d’un équipement de base. Ainsi, en 1343, tous les soldats requis pour la chevauchée hors du bailliage du Briançonnais doivent être équipés d’armures : ce sont justement celles qu’achètent les syndics de Briançon dès 134410. Plus tard, devant la recrudescence des conflits qui opposent les sujets du dauphin aux officiers de l’archevêque d’Embrun (cf. supra), le bailli de l’Embrunais doit équiper les deux gardes du château de Réotier (1366)11.

  • 12 1389, ADI, B 4360, f 4 r°/v° ; 1401, B 3010, ff 419 r°-421 r° ; 1411, B 4361, f 7 r°/v°et 1414, B (...)
  • 13 ADI, B 4364, pièce, 13 juin 1418 ; 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418 et f 175 r°/v°, 14 j (...)

6D’après les inventaires mobiliers, on ne décèle qu’une négligeable évolution quantitative des armes défensives et leur vieillissement est manifeste entre la fin du xive siècle et le premier quart du xve siècle. Ainsi, les quatre inventaires dressés à Château-Queyras entre 1389 et 1414 ne font état que de boucliers qui pallient difficilement l’absence d’armures complètes : « deux pavois et trois targes presque découvertes » sont mentionnés en 1389 dans la grande chambre du château. S’y ajoute seulement, en 1401, un « mauvais » écu. En 1411, les armes, usées, sont recensées dans une galerie du château et, en 1414, le châtelain trouve toujours les mêmes boucliers : trois pavois et trois targes « de peu de valeur » – l’écu étant comptabilisé avec les pavois12. C’est seulement en 1418 que les armures (12 pavois, 12 cuirasses et 12 bassinets) indispensables à l’équipement des 12 gardes requis au château sont achetées. Le vice-châtelain de Château-Queyras compte même des pièces supplémentaires – 8 cuirasses couvertes de peaux neuves, 8 bassinets à visière et 8 targes – qu’il recense encore au château en 142313.

  • 14 AC Guillestre, FF 4, 21 mai et 8 juin 1384.
  • 15 ADI, B 4360, f 9 r°, 28 novembre 1390 : inventaire des armes effectué par Antoine Richier, coseign (...)
  • 16 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411.
  • 17 ADI, 9 B 30 bis, f 60 r°, ff 62 v°-63 r° [8 août-15 décembre 1418] et ff 60 v°-65 v°, 8 août 1418  (...)

7Les pièces d’armures sont souvent les seules armes présentes dans les châteaux, comme le déplore, en 1384, le juge archiépiscopal d’Embrun quand il déclare détenir seulement 5 ou 6 bassinets au château de Guillestre14. À la rareté s’ajoute l’état de vétusté de la plupart des armures trouvées dans les châteaux. En 1390, le châtelain du palais delphinal d’Embrun inventorie une armure de maille « antique et mauvaise » et deux écus « incomplets ». De plus, ces pièces sont dépareillées et ne représentent finalement que peu d’équipements complets15 : au château de Mentoulles (Italie), le châtelain compte 10 cuirasses, 8 cervelières, 12 pavois et 1 seul ceinturon en 141116. À Bramafan (Italie), c’est seulement en 1418 que l’on trouve 9 cuirasses – dont 5 sont à réparer –, 8 salades – dont 4 à visière – et 8 boucliers – 4 rondaches et 4 targes. La même année, on achète également 16 cuirasses, 16 casques et quelque 15 boucliers au château de Briançon17.

Les armes offensives

  • 18 ADI, 8 B 30, f 81 r°, 15 septembre 1336 : « XLVI inter lanceas et chavarinas et venabula, XXXVII j (...)
  • 19 Fauché-Prunelle, 1857, tome 2, p. 150, 20 juin 1340.

8Dès la construction de Château-Dauphin (Italie) en 1336, des armes d’hast – épieux, lances et guisarmes – sont déposées au château18. En 1340, quand le châtelain du Valcluson convoque à la chevauchée les sujets du dauphin – nobles, cavaliers, fantassins et clients – tous doivent être munis d’outils agricoles (cognées, faux, haches et faucilles) qu’ils utiliseront également comme armes à main19. Jusqu’en 1423, les armes de choc et d’hast sont les seules armes à main mentionnées dans les châteaux delphinaux du Briançonnais. On continue de s’armer de lances au début du xve siècle (Briançon et Château-Queyras, 1418) mais, à cette date, elles sont trop lourdes pour être utilisées comme armes de jet. Même les lances courtes dont s’arment les piétons ont des effets jugés négligeables sur les armures de plus en plus résistantes. Seules les armes de choc comme les haches parviennent à transpercer les plates dont sont équipés les soldats (Briançon et Château-Queyras, 1418 ; Château-Dauphin, 1423).

  • 20 Finó, 1977, p. 142. ADI, 8 B 642, f 13 r°, compte des bailliages du Briançonnais et de l’Embrunais (...)
  • 21 À propos de la fabrication et l’utilisation de l’arc : Gay, 1887, p. 48 et Daimé, 1998, p. 61.

9Les armes de jet à propulsion musculaire sont rarement citées dans les inventaires. Parmi celles-ci, le javelot est utilisé uniquement pour la chasse depuis le milieu du xiie siècle. Notons que le bailli de l’Embrunais achète néanmoins 6 javelots pour le château de Réotier en 136520. On ne trouve guère dans les châteaux delphinaux que des armes de jet à ressort, comme les arcs et surtout les arbalètes. En Dauphiné, les archers restent minoritaires parmi les soldats engagés en 1368 (20 archers seulement du 6 au 31 novembre) et, pour défendre les places fortes, ils sont également moins nombreux que les arbalétriers. De plus, les inventaires des châteaux delphinaux ne révèlent jamais l’achat d’arc – arme pourtant avantageuse tant par son poids que par sa fabrication21 – alors que l’arbalète, arme précise et puissante, est constamment mentionnée dans les inventaires de la seconde moitié du xive siècle et concurrence encore l’arc et les armes à feu au xve siècle. Par ailleurs, les analyses monumentales des châteaux delphinaux confirment l’existence exclusive d’arbalétrières et non d’archères (voir seconde partie).

  • 22 2 000 carreaux, 12 garrots et 2 tours à Château-Dauphin (ADI, 8 B 30, f 81 r°, 1336) ; 12 arbalète (...)
  • 23 Arbalète simple : 1344, AC Briançon, CC 1, f 3 v°. Arbalète à 2 pieds : 1362-1364, Mentoulles (Ita (...)
  • 24 En 1417, achat de 4 caisses de viretons, 4 tours en fer et 6 arbalètes d’acier à Serres (ADI, 9 B (...)
  • 25 En 1380-1381, achat de 20 caisses de viretons ou carreaux, soit 10000 pièces, au palais delphinal (...)

10L’arbalète, bien que lente à recharger, peut aisément être employée à la défense des places fortes et tous les châteaux delphinaux en sont équipés avant 136822. Au cours de la seconde moitié du xive siècle, les châtelains et les baillis multiplient les achats d’arbalètes dont les prix varient en fonction du matériau et de la complexité du système de recharge. Ainsi, provenant de Pignerol, une arbalète simple coûte 6 gros alors qu’une arbalète à deux pieds revient à 3,5 florins. Le baudrier coûte 18 gros et le tiribaudrier oscille entre 4,5 gros et 1 florin, en 1418. Enfin, le tour pour tendre les grosses arbalètes coûte entre 1 et 3 florins23. L’arbalète en acier est mentionnée à partir de 1417 mais son usage reste occasionnel24. Les projectiles – carreaux, traits et garrots – sont achetés en grande quantité, le plus souvent par caisses de 500 pièces – les 100 unités coûtant en moyenne 15 gros25.

  • 26 ADI, B 4360, f 9 r°, 28 novembre 1390. Voir aussi le château de Bois-des-Ayes (Italie) en 1411 : 5 (...)
  • 27 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411. Il est assez fréquent de conserver ensemble des viretons « ferré (...)

11Bien que toujours nombreuses, les armes offensives sont dans le même état que les armes défensives précédemment évoquées. Ainsi, l’inventaire du palais delphinal d’Embrun effectué en 1390, recense 21 caisses de viretons et 8 arbalètes à pied mais aussi 2 grosses arbalètes à tour « sans cordes » et 3 baudriers d’arbalètes dont « un seul est complet »26. La situation est encore plus préoccupante au château de Mentoulles (Italie) où toutes les arbalètes sont incomplètes d’après l’inventaire de 1411 : une grosse arbalète avec une « mauvaise » corde ; 8 arbalètes sans noix, sans cordes dont une n’a plus de clé. De plus, le châtelain constate que dans les trois caisses de viretons, plusieurs pièces sont démunies de leur pointe de fer – il compte cependant quelques fers à part qui s’ajustent peut-être sur ces viretons27.

  • 28 À propos des arbalètes à tour ou balistes, machines de guerre à ressort qui, bandées avec un treui (...)
  • 29 4 bombardelles de fer projetant des pierres de 5, 6, 7 et 10 livres ; 7 sacs de poudre composés de (...)
  • 30 ADI, 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418 et f 175 r°/v°, 14 juillet 1423 : 2 bombardes neuv (...)

12Après 1400, les armes à feu et les grosses arbalètes à tour sont utilisées conjointement, sans que les premières ne concurrencent véritablement les secondes28. En 1418, le vice-châtelain de Briançon achète ainsi 4 bombardelles, des armes semi-portatives qui projettent des pierres de 5 à 10 livres, mais il acquiert surtout 18 arbalètes – 9 grosses à tour et 9 petites arbalètes dont 8 à pied –, 9 baudriers et 2 tours29. La même année, le vice-châtelain de Château-Queyras inventorie deux grosses bombardes – l’une jetant des pierres de 16 livres, l’autre de 8 livres – et 5 mesures de salpêtre30.

  • 31 ADI, B 4363, pièce et 9 B 30 bis, f 193 v°, 18 juillet 1420, délivrance de l’artillerie faite par (...)
  • 32 ADI, B 4363, pièce, 27 février 1423. À propos des armes à feu et des canonnières dans les châteaux (...)

13Les canons, bien que montés sur affût pour accroître leur mobilité, sont des pièces encombrantes et difficiles à manipuler. On n’en compte d’ailleurs aucun exemplaire dans les châteaux delphinaux étudiés : les seuls canons inventoriés par Julien Bonjean, maître de l’artillerie à Grenoble, sont ceux livrés au château de Vizille (Isère) en 142031. Néanmoins, en 1423, le gouverneur du Dauphiné ordonne à Julien Bonjean d’envoyer également à Château-Dauphin et à La Bâtie-du-Pont (Italie) 3 canons à main32. Quant aux armes à feu légères (crapauds, veuglaires et couleuvrines), elles n’apparaissent pas avant 1458 comme le confirment toutes les analyses effectuées dans les châteaux du Dauphiné.

  • 33 Vitrolles, cant. Barcillonnette. ADBdR, B 181, ff 108 r°-110 r°, 1377-1378.
  • 34 ADI, B 4360, f 10 r°, 29 novembre 1391 et 8 B 664, f 23 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 j (...)

14La situation des châteaux delphinaux est similaire aux constatations qualitatives et quantitatives opérées dans les châteaux provençaux. Là aussi, les armes sont rares, incomplètes et souvent en mauvais état. Ainsi, au château de Vitrolles situé dans le comté de Provence, on ne compte que 4 guisarmes en fer, un pavois, une « mauvaise » cervelière et 4 cuirasses « de peu de valeur », en 137733. L’absence d’armes alors même que le contexte est extrêmement défavorable, ne cesse d’étonner. Comment expliquer que seule une paire d’entraves soit trouvée au château d’Upaix lors de l’emprisonnement des hommes de Guillaume de Camisard en 1391 et que la seule mesure exceptionnelle réside dans le renforcement de la serrure de cette prison avec des chaînes34 ?

  • 35 Selon E. Viollet-le-Duc, la barbute est mentionnée « dès le xive siècle… [et] ne semble guère avoi (...)
  • 36 ADHA, AC Marquisat de Savines, E 22, 19 mars 1361 : l’une des deux selles (« unam cellam de guerra (...)

15Les inventaires précédents ne concernent que les châteaux delphinaux et il est difficile de connaître l’équipement de la petite seigneurie locale. Deux textes illustrent une situation contradictoire : le premier est un inventaire des biens mobiliers de Guillaume d’Embrun, coseigneur de Savines et de Crots, réalisé en 1361. Le notaire y inventorie pêle-mêle des armures (7 plates, 11 casques « anciens », 2 cervelières, 1 barbute « ancienne »35, 18 écus), des armes de choc (2 masses de guerre, 3 haches), des armes d’hast (19 lances ferrées dites « gayards », 4 guisarmes) et des armes de jet (13 arbalètes, des flèches, des carreaux, 2 tours). Complétant cet armement déjà très diversifié et en relativement bon état, Guillaume d’Embrun possède aussi des équipements pour ses chevaux (2 selles dont une grande pour les joutes, une protection de maille pour cheval) – protections qui ne sont jamais citées dans les châteaux delphinaux36.

  • 37 ADI, B 3007, f 311 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy (septembre 1369).
  • 38 L’épieu est utilisé pour la chasse du gros gibier, d’après Sauze, 1984, p. 44.
  • 39 ADI, B 3007, f 313 r°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369 : « (...) et Johannem Ta (...)

16Le deuxième texte, le compte des dépenses établi en septembre 1369 par le trésorier Jean de Cérisy, montre que les seigneurs et les villageois possèdent effectivement des armes dont la rareté explique la convoitise qu’elles suscitent. En effet, quand les Provençaux écument la vallée du Champsaur pendant l’hiver 1368, ils volent tout l’équipement personnel du coseigneur François de Laye : un bassinet, un chapeau de fer, une cotte de fer, un gantelet, deux pourpoints et ses vêtements37. Ils dérobent également les boucliers, les lances et les épées des villageois et emportent tout ce qui peut servir d’arme à main : les épieux38, les couteaux et plus étonnant encore, les outils agricoles (pic, houe, haches), une plane et même des tenailles ! Ne tuant aucun villageois, ils attaquent néanmoins l’un d’eux si violemment qu’il en perd « la raison, le pouvoir et la parole »39. L’essentiel des armes que récupèrent les Provençaux est donc constitué d’outils et d’armes de chasse.

  • 40 ADI, B 4349, pièce, 13 juillet 1385, enquête auprès de 12 habitants d’Aiguilles, 6 de Ristolas, 10 (...)

17L’enquête réalisée auprès des paysans de la châtellenie du Queyras qui, sur ordre du bailli du Briançonnais Artaud d’Arces, avaient pillé les biens des Vaudois de Pragelas (Italie) au cours de l’automne 1384, confirme la nature des armes des villageois puisque ce sont essentiellement des armes défensives (cervelières et boucliers) et des armes à main (épées, lances et fers de lances)40.

La fabrication et le transport des armes

  • 41 ADI, B 4363, Les Avenières (Isère), 5 octobre 1418.
  • 42 Au sujet des centres d’approvisionnement, voir Nicolas, 2003.

18Les comptes de Julien Bonjean, maître de l’artillerie « commis à la garde de l’artillerie dudit pais » en 141841, énumèrent, jour après jour, les recettes et les dépenses consenties pour la défense du Dauphiné et pour lesquelles il précise le nom et le métier de ses fournisseurs. Faisant tantôt appel à des artisans spécialisés comme les maîtres bombardiers, tantôt à des artisans plus traditionnels comme les charpentiers, le circuit de fabrication des armes est relativement bien organisé en Dauphiné. Quant aux circuits d’approvisionnement – le Gapençais, la ville d’Avignon, la région lombarde, le Piémont, la Ligurie et même la Savoie – ils attestent de la vigueur des échanges42.

  • 43 ADI, 9 B 30 bis, f 7 v°, Baronnies, 1417 : achat de 100 carreaux à un serrurier d’Avignon et f 52 (...)
  • 44 ADI, 9 B 30 bis, f 53 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A J (...)
  • 45 ADI, 8 B 647, f 112 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1370-24 juin 1371) : « Item solv (...)
  • 46 ADI, 9 B 30 bis, ff 2-44, 1417, compte de Didier Isoard, châtelain de Mirabel et f 52 r°, 1418, co (...)
  • 47 ADI, 9 B 30 bis, f 170 r°, 1418, Château-Queyras : achat de 6 haches à maître O. Pichier, forgeron (...)
  • 48 On observe les mêmes prix à Marseille en 1410 : 16 florins le millier de pointes de viretons, d’ap (...)
  • 49 ADI, 9 B 30 bis, ff 52 v°-53 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419)  (...)
  • 50 ADI, 9 B 30 bis, f 53 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A G (...)

19Les serruriers fabriquent les carreaux d’arbalètes, les tours en fer ou en bois pour tendre les arbalètes43 mais, comme ces tours sont des pièces volumineuses, ils sont aussi conçus par des charpentiers44. De même, les fustiers fabriquent les caisses de bois nécessaires pour ranger et transporter les carreaux. Les charpentiers réalisent aussi des tâches plus spécialisées comme la préparation des pointes des carreaux d’arbalètes45. Les forgerons fournissent les arbalètes d’acier alors que les arbalétriers fabriquent les pièces les plus techniques des armes comme les arbriers ou les différents modèles d’arbalètes (arbalètes à girelle, arbalètes à jambe)46. Les forgerons fabriquent également les haches et les bombardelles47. Les artilleurs préparent les bois des viretons qu’ils sont également chargés de fabriquer à partir de baguettes ou verges en bois. La fabrication des viretons, projectiles de l’arbalète, compte trois grandes phases : la fabrication des fers elle-même est coûteuse (20 florins le millier)48. Elle est suivie de l’empennage des fers (15 florins le millier). En 1418, ces deux opérations sont confiées à deux maîtres ouvriers et à un compagnon49. Enfin, l’extrémité des fers de viretons est aiguisée sur une meule en pierre : à Château-Dauphin (Italie), l’on trouve une meule pour aiguiser le fer et les épées, en 133650.

  • 51 Au château de Vaucluse (Fontaine-de-Vaucluse, cant. L’Isle-sur-la-Sorgue), on trouve « une petite (...)
  • 52 Aujourd’hui Le Bourg-d’Oisans (Isère, ch.-l. cant.) : ADI, B 4363, f 10 r°, 17 août 1418.
  • 53 ADI, 9 B 30 bis, f 48 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419).

20La fabrication des armes – armes de trait ou armes à feu – et des armures, relève de l’artisanat et une partie de la manutention incombe sans doute aux gardes51 En 1418, 60 bois de lances sont achetés à un pêcheur de Saint-Laurent du Lac (Isère) ; ils sont ensuite « parés » [montés] et ferrés52. La préparation d’un baudrier, avec ses crocs et ses courroies, revient à 4 gros et demi, également en 141853.

  • 54 ADI, 9 B 30 bis, f 49 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) et B 43 (...)
  • 55 ADI, B 4363, f 7 v° et f 9 v°, compte de Julien Bonjean, 24 juillet-9 août 1418 et 9 B 30 bis, f 1 (...)
  • 56 ADI, 9 B 30 bis, f 65 v°, 1418.
  • 57 ADI, B 4363, ff 8 v°-9 r°, compte de Julien Bonjean, 26 juillet 1418 et 9 B 30 bis, f 200 r°, dépe (...)
  • 58 ADI, 9 B 30 bis, f 46 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A J (...)
  • 59 ADI, B 4363, ff 11 v°-12 r°, compte de Julien Bonjean, 2 novembre 1418 : « Solvit dictus Julianus (...)

21Les armes à feu exigent une préparation technique encore plus coûteuse qui est assurée par les maîtres bombardiers. L’un d’eux, Jean Riboust, conçoit 26 bombardes et 83 canons pour le château de La Côte-Saint-André (Isère) en 1418 et 1419 – travail pour lequel il ne reçoit pas moins de 600 livres54. Pour essayer ces bombardes, Julien Bonjean commande à Raynaud Rostaing, maçon ou « maître des pierres des bombardes », 12 pierres au prix de 25 deniers l’unité, soit 10 gros55. Une fois livrés au château, les canons sont montés sur des affûts. À Briançon, deux bombardelles sont ainsi enchâssées sur des chevalets d’une toise de long56. La poudre est fabriquée avecdu charbon, du soufre et du salpêtre. À Grenoble, en 1418, Julien Bonjean achète des perches de saule qui serviront à faire le charbon. La poudre est broyée et passée dans un tamis par les ouvriers de Pierre Coc, apothicaire, et en présence de Guillaume Brachet, maître des bombardes57. Des épiciers grenoblois vendent également le salpêtre et le soufre au détail58. Tributaire d’une technique encore hésitante, le maître des bombardes doit souvent essayer lui-même ses canons. Ainsi, le maître Jean Fouressier doit-il les essayer de nuit : méthodiquement, il cale les pierres dans les canons avec de l’étoupe, fabrique de la poudre et emploie du charbon pour « échauffer le fer »59.

  • 60 ADI, 9 B 30 bis, f 48 v° et f 50 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 14 (...)
  • 61 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1353-1354 et 1354-1355 ; ADI, 9 B 30 bis, f 171 r°, Château-Queyras, 1 (...)

22Le transport des armes nécessite une protection supplémentaire : caisses en bois pour les carreaux d’arbalètes, coffres, enveloppes en peaux ou en toile, fagots de paille pour emballer les armes fragiles comme les arbalètes ou dangereuses comme les haches. Les couvertures en peaux qui recouvrent les arbalètes les protègent également des projectiles enflammés60. Pour faciliter le transport, on confectionne des ballots de toile liés avec des cordes qui sont acheminés par les clients lors de la chevauchée61.

  • 62 AC Briançon, CC 3, f 1 r°/v°, 1368. Sur le chemin de Briançon au Bois-des-Ayes, une bête – la seul (...)
  • 63 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355.
  • 64 AC Briançon, CC 3, f 2 v° (Château-Queyras), ff 3 r°-4 r° (Embrun) et f 6 v° (Pertuis Rostan), 136 (...)

23Les clients chargés du convoyage des armes sont rémunérés pour cela. L’un d’eux, Guillaume Chaix, participe à la première chevauchée au Bois-des-Ayes (Italie), du 2 au 4 mars 1368, puis il accompagne pendant 4 jours la seconde chevauchée où il n’est payé que pour acheminer les armes (7 au 29 mars)62. Déjà en 1354, cet homme était spécialement affecté au transport des armes lors de la chevauchée de Villar-d’Arêne63. À chaque intervention des clients présents à Embrun à partir du 14 septembre 1368, les armes sont transportées par des mules ou chevaux de somme (saumerius). Ces frais, à cause de la distance qui sépare Briançon d’Embrun, représentent 16 % du total des dépenses (4 florins). De même, le transport des armes par un cheval de somme, de Briançon à Château-Queyras, représente 16 % du total des dépenses (1 florin), lors de la même chevauchée menée par les clients de Briançon64.

24Enfin, entre octobre et novembre 1368, alors que le passage du Pertuis Rostan est gardé pendant plusieurs semaines, les armes sont entreposées au château de Saint-Martin-de-Queyrières. Mais il semble que pendant les quelques jours d’interruption de la garde du passage, le syndics de Briançon aient – à plusieurs reprises – ramené les armes au château de Briançon. Cette mesure de sécurité paraît excessive mais elle est en fait peu coûteuse (1 florin soit 3 % du total des dépenses). Il reste cependant difficile d’évaluer la part du coût du transport car, si les distances sont connues, la quantité de charges d’armes n’est jamais indiquée.

  • 65 AC Briançon, CC 1, f 4 r° : « Item expensis factis per dictos sindicos eundo Pinayrolium ad recipi (...)
  • 66 ADI, 9 B 30 bis, f 62 r°/v°, 8 août 1418.

25Les syndics n’hésitent pas, quand la destination n’est pas trop éloignée, à chercher les armes eux-mêmes. C’est le cas en 1344, quand les syndics de la ville de Briançon se rendent à Pignerol (Italie) pendant 7 jours puis, de retour à Briançon, font bénir les nouvelles armes65. Le transport s’effectue par étapes et, en 1418, le châtelain de Briançon suit plusieurs chargements d’armes. Un charretier transporte deux caisses remplies de dix-huit arbalètes, de Thonon (Haute-Savoie) à Genève. Puis, ce chargement est acheminé de Genève à Briançon par Barthélemy Clapon, marchand de Vizille. Michel Armand, muletier de Ponte Navachie, livre quatre bombardelles, dix-huit haches et neuf baudriers, de Grenoble à Briançon66.

  • 67 ADI, 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418.

26Toujours en 1418, à Château-Queyras, la charge du transport, des péages et des vacations du vice-châtelain s’ajoute au seul coût des armes (152 florins et 8 gros) que ce dernier achète en Piémont. Ces frais imputés au transport se répartissent ainsi : 16 gros pour le transport des lances de Saint-Front à Château-Queyras ; 8 florins pour le transport et le péage des targes, des bassinets, des cuirasses, du salpêtre et des haches, de Pignerol à Château-Queyras, avec 3 mules pendant 4 jours ; 2 florins pour le transport des arbalètes de Chieri à Château-Queyras ; 16 gros pour le transport des bombardes et des haches de Luserne à Château-Queyras ; enfin 60 florins pour les vacations du vice-châtelain et du notaire qui sont allés en Piémont du 29 octobre au 5 décembre 1418, avec deux chevaux, pour acheter les armes (Pignerol, Ville-Franche, Saint-Front et Chieri). S’y ajoute un déplacement en septembre 1419 pour payer et transporter les armes restantes. Le coût du tra67. Encore en 1418, la nécessité de munir les châteaux du Briançonnais est telle que les frais de transport, bien que majeurs, sont supportés par les officiers du dauphin qui doivent s’approvisionner pour cela hors des châtellenies, en Piémont, en Savoie et à Grenoble.

  • 68 ADI, B 4361, f 8 v°, 31 mai 1411.
  • 69 ADI, B 4363, f 6 v°, compte de Julien Bonjean, 21 juillet 1418 et f 14 r°, 1419 : « Item quia mure (...)

27Une fois acquises et acheminées dans les châteaux, les armes doivent être conservées dans des lieux salubres, protégés de l’humidité. Au château de Bois-des-Ayes (Italie), le garde du château déclare qu’une inondation a entraîné la détérioration de nombreux biens mobiliers, notamment de tous les viretons68. Pour assurer la conservation optimale des armes et surtout de la poudre, la chambre de l’artillerie de Grenoble et les châteaux delphinaux sont désinfectés. Outre le nettoyage de la chambre de l’artillerie, en 1418, Julien Bonjean entreprend une opération de dératisation radicale : les perches et les cordes avec lesquelles sont accrochées les arbalètes et les cuirasses sont recouvertes d’une solution à base de genièvre et l’on prépare de la mort-aux-rats avec de la graisse, du fromage et de la poix69.

  • 70 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390 : « in camera armorum ».
  • 71 ADI, 9 B 30 bis, ff 64 v°-65 v°, 1418.
  • 72 ADI, 9 B 30 bis, f 171 r°/v°, 1422.

28Des pièces sont spécialement affectées au rangement des armes dans les châteaux de Bramafan (Italie)70, de Briançon et de Château-Queyras. À Briançon, une pièce est aménagée dans la grande tour du château pour disposer les armes neuves. Un charpentier y réalise de nombreuses installations afin de suspendre les arbalètes sur des crochets, ainsi que les lances, les pavois, les cuirasses et les bassinets – râtelier et potences (6 florins et 4 gros)71. Les armes achetées par le châtelain Albert Albert sont entreposées dans la grande tour à Château-Queyras. Afin d’éviter la prolifération des rats, la porte de la chambre est refaite et doublée avec des planches en mélèze et les armes sont maintenues au sec dans une nouvelle armoire en bois72 mais, là encore, le coût de ces aménagements est insignifiant (5 florins).

  • 73 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1352 : « Item pro attandis dictis armaturis et pro uno alberjonamento (...)
  • 74 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355.
  • 75 AC Briançon, CC 3, f 4 r°, 1368.

29La faiblesse numérique des armes offensives recensées dans les différents inventaires est confirmée par le soin avec lequel les hommes les entretiennent et lesréparent. À Briançon, en 1352 et 1353, ces réparations – certainement mineures puisque cela ne coûte même pas deux florins – sont confiées au même habitant de Briançon, le fils d’André Jaumier. En 1354, il répare encore des armures, des gantelets, des manches et des bassinets, pour les clients qui se rendent à une chevauchée jusqu’à Villar-d’Arêne73. Les vêtements (pourpoints) sont également entretenus et recousus avec de la toile74. Lors de la chevauchée des clients de la ville de Briançon à Embrun, à partir du 14 septembre 1368, les armes sont réparées sur place par un maître [d’armes ?] mais ce sont, là encore, des réparations mineures75.

  • 76 ADI, 8 B 642, f 14 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365- (...)
  • 77 ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « It (...)

30Comme la plupart des réparations doivent se résumer à de l’entretien courant, ces opérations sont confiées aux ouvriers déjà présents sur les chantiers. En effet, Aymar de Salle qui participe à quelques travaux au château de Bois-des-Ayes (construction d’une tourelle de guet, de palissades…), répare également les cinq arbalètes entreposées au château entre 1365 et 136776. A contrario, on n’hésite pas à engager un expert de Perosa Argentina (prov. Turin, circ. Pignerol, à 10 kilomètres au sud-est de Mentoulles) pour réparer les arbalètes du château de Mentoulles (Italie) en 136277 – sans doute par souci de conserver le plus longtemps possible ces quelques armes.

  • 78 ADI, 9 B 30 bis, ff 62 v°-63 r° [8 août-15 décembre 1418].

31En 1418, et malgré l’achat de nouvelles armes, on répare encore les armes de trait et les armures. Au château de Bramafan (Italie), un maître d’armes doit refaire la couverture d’une cuirasse et les bords de quatre autres (3 florins et demi) et il rénove quatre vieilles arbalètes, toutes munies de noix et de cordes (4 florins)78.

Les montures

  • 79 Chomel, 1962, p. 22.
  • 80 Manteyer, 1944, p. 405, compte de la châtellenie d’Upaix (17 janvier-2 octobre 1321) : roncin (15 (...)
  • 81 ADI, B 3007, f 311 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.
  • 82 Chomel, 1962, p. 18.
  • 83 ADI, 8 B 668, f 367 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1395-24 juin 1396). Sur la carri (...)

32Les armées dauphinoises se composent surtout « gens de pied cheminant derrière un petit groupe de cavaliers »79 montés sur des chevaux de bataille rapides, les coursiers, mais également sur les roncins y compris lors de chevauchée80, alors que le transport des armes est assuré par les bêtes de somme, chevaux et mules. En 1368, la petite seigneurie locale possède rarement des chevaux de bataille : on compte seulement trois roncins volés aux coseigneurs Raymond et François de Laye par les Provençaux lorsqu’ils écument la vallée du Champsaur81. À cette rareté s’ajoute une qualité médiocre d’animaux « rustiques issus du terroir, incapables de satisfaire un cavalier exigeant », comme le révèlent les montres passées à Grenoble le 5 novembre 136882. Les hommes d’armes dauphinois comme les routiers détiennent peu de chevaux, sauf quelques exemples de convois conduits par des capitaines de renom : en 1391, le chevalier Guillaume de Layre traverse la région pour rejoindre le Piémont à la tête de 1 200 chevaux et en mars 1396, le capitaine Jean le François abandonne le Valentinois pour écumer la vallée de la Durance avec 700 chevaux. Vraisemblablement, il se rendait dans la région de Chieri (Italie) où il est au service du prince d’Achaïe à partir de janvier 1397. Quant à Guillaume de Layre, il combattit Raymond de Turenne en 1389 et devint gouverneur du Dauphiné en avril 140783.

  • 84 Chomel, 1962, p. 6 ; Contamine, 1972, p. 103. En Bourgogne, l’indemnisation des chevaux d’après la (...)
  • 85 Manteyer, 1944, p. 747, d’après ADI, 8 B 380, ff 186-201, compte de la châtellenie de Pinet (9 mai (...)
  • 86 86 ADI, 8 B 644, f 43 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).
  • 87 Chomel, 1962, p. 12.
  • 88 Schnerb, 1993, p. 73.

33Les chevaux tués pendant la guerre sont en principe intégralement remboursés par le dauphin mais dans la pratique, ce droit de restaur est souvent remplacé par des indemnités compensatoires84. L’établissement de ce droit de restaur fournit des indications précises sur le prix des montures utilisées. Ainsi, quand noble Sybourd de Vérieu, de la châtellenie de Pinet (Isère), perd son cheval lors de la chevauchée vers La Motte-du-Caire (Alpes-de-Haute-Provence), le châtelain lui doit 25 florins85. De même, le roncin d’Aynard d’Arces, fils du châtelain d’Upaix, tué également en 1368, est estimé à 40 florins par Jaquet de Casal, par ailleurs garde au château du 17 au 29 juillet 136886. Ces estimations sont comparables à celles relevées par V. Chomel dans les montres passées à Grenoble en 1368 : 125 chevaux sur 155 valent alors moins de 40 florins et ce prix oscille le plus souvent entre 15 et 25 florins87. Il serait pourtant nécessaire de disposer de davantage de références en Haut-Dauphiné pour les rapprocher de celles relevées en Bourgogne où le prix moyen d’un coursier est de 127 florins en 1360, celui d’un cheval est de 45 florins et enfin, celui d’un roncin atteint 23 florins88.

  • 89 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4.
  • 90 Salch, 1979 (1987), p. 76. Le château de Miribel (Ain, cant. Montluel) est assiégé parce que le se (...)
  • 91 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355 et ADI, 8 B 632, f 10 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (...)
  • 92 AC Briançon, CC 3, f 1 r°, 2 mars-8 septembre 1368.
  • 93 AC Briançon, CC 3, f 3 r°, 14-29 septembre 1368 et CC 1, pièce 2, 1353-1354.
  • 94 D’après Chomel, 1962, p. 9. P. Contamine cite néanmoins 98 nobiles dont 10 disposent de 3 chevaux (...)

34Les bêtes de somme sont fréquemment mentionnées pour le transport des armes des Briançonnais quand ils sont appelés à la chevauchée89. C’est le cas en 1348 pour les vingt-huit clients de Briançon qui se rendent à la chevauchée de Miribel avec quatre chevaux90. En 1354, les vingt-deux clients de Briançon qui rejoignent Villar-d’Arêne ne sont accompagnés que de quatre mules. Ils sont rejoints par huit nobles du bailliage de l’Embrunais – Aynard de Rame, Guillaume d’Embrun, Guigues et Odon de Savines, Georges de Prunières, Antoine Abrivat, Jean et Mathieu de Baratier – tous armés et montés. Après une halte à Saint-Bonnet, ces hommes atteignent Corps (Isère) où ils ne restent que sept jours91. De même, en 1368, les muletiers conduisent leurs bêtes chargées des balles d’armes à la chevauchée de Bois-des-Ayes (Italie)92. Pour la chevauchée menée à Embrun, Pierre Queyras, des Alberts assure un convoi d’armes avec trois mules. Cet habitant de Briançon, déjà mentionné en 1353, était alors affecté à la préparation et à l’emballage des armes93. Ces données confirment non seulement la faiblesse numérique des montures destinées aux combattants mais aussi la pauvreté du cheptel, notamment en Queyras où les chevaux sont absents94.

  • 95 ADI, 8 B 638, ff 78 v°-79 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364).
  • 96 ADI, 8 B 638, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364).
  • 97 ADI, 8 B 644, f 68 r°/v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

35Les « cavaliers-châtelains » quittent leurs châtellenies à chaque injonction du bailli et disposent de chevaux et de roncins pour les conduire aux chevauchées, y compris hors du Dauphiné. Ainsi, le châtelain de Bardonnèche entreprend plusieurs voyages entre 1362 et 1364 : à Lhers (3 chevaux), à Château-Dauphin (2 chevaux) puis en Valcluson (2 chevaux). S’y ajoutent les ambassades confiées à des émissaires comme Baudoin Oudrini qui se rend à Lhers (2 chevaux) puis à Château-Dauphin (1 roncin), ou Ludovic de Bardonnèche et Henri de Cornillon partis à La Bâtie-du-Pont chacun avec 2 roncins95. De même en 1361, Humbert Boniface, châtelain d’Upaix et le capitaine Pierre de Mévouillon escortent les hommes du marquis Jean de Montferrat, de Nyons à Exilles, avec seulement deux chevaux96. Plus exceptionnellement, le châtelain d’Embrun s’entoure de six nobles armés et montés à cheval pour visiter les châteaux situés en Piémont (Exilles, Mentoulles et Bois-des-Ayes), sur les frontières du Dauphiné, au cours d’un voyage qui les retient pendant 30 jours (2 mars-4 avril 1368)97.

  • 98 ADI, 8 B 642, f 58 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (9 décembre 1365-22 avril 1367) (...)
  • 99 Cattin, 1977, p. 19 et Rauzier, 1996, p. 395. Les Dauphinois achètent à Avignon des coursiers de l (...)
  • 100 ADI, 8 B 638, f 48 r°, compte de la châtellenie de Vallouise (26 juin 1363-8 mai 1364).

36Afin de régler un litige avec les officiers de l’archevêque d’Embrun, entre 1366 et 1367, le bailli réunit à Briançon Jacques de Gumin, châtelain de Château-Dauphin, assisté de 3 écuyers et Lancelot Richard, châtelain du Valcluson, avec 3 chevaux et 2 hommes d’armes montés chacun sur leur roncin98. Ce dernier, très utilisé par les « ambassadeurs », est un cheval intermédiaire entre le destrier ou cheval de bataille et le coursier, cheval très léger99. Quand il est affecté à la garde du pas d’Exilles, où il ne reste que huit jours, le châtelain de la Vallouise voyage en effet avec deux roncins100.

  • 101 ADI, 8 B 380, f 119 r°, compte de la châtellenie de Pisançon (20 avril 1368-25 mai 1369) ; f 169 r (...)
  • 102 ADI, 8 B 380, f 168 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

37Le montant des soldes des hommes d’armes tient compte de la détention de chevaux ou de roncins et ce, quel que soit le titre des hommes d’armes qui les montent. Ainsi, le vice-châtelain de Moirans (Isère) et un homme d’arme de Pisançon (Drôme) participent à la chevauchée autour de Gap avec un ou deux chevaux et reçoivent tous deux une solde mensuelle de 10 à 10,5 florins – solde qui peut aller jusqu’à 15 florins pour des hommes d’armes présents avec deux chevaux101 alors qu’au même moment et pour la même chevauchée, un simple homme d’arme qui ne possède qu’un roncin ne reçoit que 4,5 florins102.

Des châteaux assiégés ?

  • 103 Manteyer, 1944, p. 646, d’après ADI, 8 B 638, f 165 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyra (...)
  • 104 AC Embrun, 1 FF 82, ff 12 v°-13 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 1398 : « (...)

38Le ravitaillement en nourriture des châteaux en prévision de sièges est suffisamment rare pour montrer l’absence de craintes à ce sujet. Ainsi, des vivres sont entreposées à Château-Dauphin (Italie) seulement à cause de l’occupation de La Bâtie-du-Pont par les hommes de Galéas de Saluces, en 1362103. De même, faisant écho aux recommandations du gouverneur du Dauphiné de 1398, le vice-châtelain de Château-Queyras achète 50 setiers de blé à Châteauroux en 1418104.

  • 105 À propos de l’échalade, voir Miquel, 1989, p. 36 ; Salamagne, 1998b, p. 48 et Jacquier, 2000b, p. (...)
  • 106 ADI, B 3726, pièce, 20 octobre 1372, sentence de l’abbé de Saint-Michel-de-Cluse, conservateur des (...)

39L’échalade reste la pratique la plus courante pour attaquer les forteresses comme l’indiquent les travaux entrepris dans les châteaux delphinaux afin de les empêcher : la construction de râteliers en bois, le crénelage ou, plus simplement, les pierres conservées en haut des murailles des châteaux de Mentoulles (Italie) et d’Upaix, constituent les principales parades à cette attaque (voir seconde partie)105 Ces procédés ont été suffisants et seul Châteauroux, fief de l’archevêque d’Embrun, a faitl’objet d’une tentative de prise par échalade qui s’est soldée par un échec. À l’aube du 7 octobre 1372, Artaud d’Arces, bailli de l’Embrunais et du Gapençais, avec Pierre Galon, chevalier, châtelain du Queyras et de Château-Dauphin, Pierre Robin, châtelain du palais delphinal d’Embrun, Louis de Valserres et Humbert de Furmeyer, tentent de s’emparer de Châteauroux par échalade en employant « la force et la ruse ». Agissant sur ordre du Conseil delphinal à la suite des conflits qui opposent le dauphin et l’archevêque d’Embrun sur leur juridiction dans le bailliage de l’Embrunais, les hommes emportent le bétail du castrum puis se dirigent vers le bourg et le château de Guillestre qu’ils occupent dans la même journée, faisant cette fois de nombreux otages parmi les clercs et les laïques106.

  • 107 Miquel, 1989, p. 36.

40Cet exemple, bien que n’étant pas provoqué par une attaque des routiers, est néanmoins le seul récit connu dans la seconde moitié du xive siècle. Il met en avant une technique simple : l’attaque par surprise et par ruse qui « offre l’avantage de pouvoir être effectuée par une troupe réduite, sans matériel de siège, si ce n’est quelques échelles ou cordes munies de grappins »107.

  • 108 Mourier, Viallet, 1991, p. 101, d’après ADI, B 4503 et Collectif, 1989b, p. 39.

41Les récits de siège sont aussi rares en Haut-Dauphiné, hormis celui du château de Pellafol (Isère, Vieux-Pellafol, Châteauvieux). En 1426, Mathieu de Foix, gouverneur du Dauphiné ordonne aux châtelains de La Mure, du Trièves, de Beaumont, de Corps et du Champsaur de reprendre le château de Pellafol à Guillaume de Montorcier qui s’en était emparé abusivement. Le château de Pellafol, avec ceuxde Corps, de Beaufin et d’Ambel, contrôlait les voies du Champsaur. À ce titre, c’est une possession delphinale au xiiie siècle, détenue en fief par la famille de Montorcier depuis 1303. Refusant de prêter l’hommage au dauphin, Guillaume de Montorcier est sous le coup d’une procédure criminelle en 1419. Banni, il tente de reprendre en 1426 ses terres et son château par les armes. Après un siège de cinq jours (28 octobre-1er novembre), mobilisant quelque 600 fantassins armés d’arcs et d’arbalètes, le château est repris. L’attaque réelle du château n’aura duré qu’un jour (le jeudi), limitée par un manque de munitions. Alors que les hommes d’armes du dauphin tentent d’ouvrir la porte du château à coups de haches, les assiégés répondent par des jets de pierres et de lances, faisant en tout trois blessés. Dans la nuit du vendredi, Guillaume de Montorcier s’enfuit du château. On procède alors à l’inventaire du château où les armes, quelques balistes et catapultes, sont aussi nombreuses que les ustensiles de cuisine ! Le château est démoli le 7 décembre 1426108.

  • 109 À Tarascon (Bouches-du-Rhône), les troupes du duc d’Anjou assiègent la ville et le château avec 18 (...)

42Les récits précédents relatent deux procédés mis en œuvre par le dauphin, d’une part contre les hommes de l’archevêque d’Embrun (échalade du château de Châteauroux) et, d’autre part, contre un seigneur rebelle (siège du château de Pellafol), mais aucune chronique ne se rapporte directement aux actions des routiers. Cela traduit le paradoxe qui ressort de l’analyse des sièges dans les châteaux médiévaux, à savoir que les assiégeants sont souvent présents en surnombre, avec des engins d’attaques très sophistiqués, alors qu’ils mettent le plus souvent fin à un siège par la ruse, la trahison, voire la reddition des assiégés109. Pas assez nombreux pour assiéger les châteaux et encore moins armés, les routiers ont cependant occupé temporairement quelques châteaux, dont Lazer et Guillestre qu’ils n’ont quitté qu’après paiement de rançons.

La réaction des victimes et les conséquences de la guerre

  • 110 C’est sous ce titre que J. Teyssot a étudié les conséquences économiques et sociales des guerres s (...)
  • 111 Bresc, 1972, lettre n° 389, p. 576, 3 septembre 1368.
  • 112 ADI, 8 B 642, f 90 v°, compte de la châtellenie de Buis-les-Baronnies, 1366 : « Item deducuntur qu (...)
  • 113 Laplane, 1843, tome 1, p. 211, 31 octobre 1392.

43Le rapt, le rançonnement, l’incendie, le sac et le pillage sont les principaux maux dont sont victimes les agressés alors même que les agresseurs ne sont pas les seuls « à qui profite la guerre »110. En Haut-Dauphiné, les sources précisent rarement le sort qui est fait aux routiers quand ces derniers sont pris… ce qui laisserait croire que peu d’entre eux ont été finalement arrêtés. En effet, quelques hommes seulement ont été emprisonnés, notamment les muletiers provençaux, mais l’archevêque d’Embrun Pierre Ameilh assure que ces hommes n’ont pas été retenus longtemps111. De plus, les comptes de châtellenies étudiés ne font pas état de leur condamnation et ce n’est qu’en 1366 – donc avant les mentions des premiers routiers provençaux – qu’apparaît l’arrestation d’un Provençal à La Roche-des-Arnauds112. Preuve de cette relative confiance, les syndics des villes de Gap, de Briançon et d’Embrun n’ont jamais pris aucune mesure visant à exclure les étrangers – à l’inverse du conseil de Sisteron qui soupçonne tout étranger présent en ses murs « par crainte de la guerre » en 1392113.

  • 114 Lettre à Raoul de Louppy, Bresc, 1972, n° 398, p. 589, 6 octobre 1368.
  • 115 Lettre au Conseil delphinal, Bresc, 1972, n° 399, p. 590, 6 octobre 1368 : « (...) inimici discurr (...)
  • 116 AC Embrun, 1 FF 82, article 3, avant le 21 février 1402.
  • 117 Lettres à Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 402, p. 593, v. 7 décembre 1368 et n° 439, p. 637, v. 1 (...)
  • 118 ADI, 8 B 655, f 86 r°, comptes du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1384-24 juin 1385). Déjà en 13 (...)
  • 119 ADHA, E Savines 26, 1379 ; E Savines 39, 1405 et E Savines 57, 1429. C’est dans ce hameau que se t (...)
  • 120 La superficie du castrum est de 8 000 m2. ADHA, E Savines 27, v. 1380 : une maison « extra menia S (...)

44La réaction des victimes, elle, ne transparaît qu’à travers la correspondance de l’archevêque Pierre Ameilh qui ne peut que constater l’inexpérience de la plupart des hommes. En effet, à l’automne 1368, l’archevêque assure ne pas pouvoir quitter Embrun, prétendant que la garde ne peut pas être organisée car tous ses hommes sont casernés dans ses castra114. Quant aux Embrunais, ils ne sont pas préparés à la guerre et préfèrent se réfugier dans les montagnes ou dans des « cachettes » improvisées plutôt que dans les châteaux et les forteresses115. Si les hommes refusent de se rassembler dans des lieux sûrs, c’est surtout qu’ils ne souhaitent pas abandonner leurs maisons et leurs terres – d’autant plus que l’accroissement de la mortalité n’a pas cessé depuis 1348. En effet, sept grands pics de mortalité sont relevés dans l’Embrunais entre 1360 et 1402116. Selon l’archevêque d’Embrun, certains villages ont même été désertés après le passage des Provençaux, parfois pendant plus d’un an117. L’appauvrissement général de la région consécutif à la guerre – ou à la rumeur de guerre – se prolonge jusqu’à la fin du xive siècle. Ainsi, le hameau de Montmirail, situé entre les mandements de Crots et de Savines, ne compte plus que deux à trois personnes à partir de 1384118. La relation de causalité entre le fait guerrier et cette désertion n’est pas assurée mais nul doute que celle-ci ait été inéluctable puisque le mandement de Montmirail disparaît avant 1480. Inversement, le hameau de La Chapelle à Savines, pourtant dévasté le 27 août 1368, est encore habité en 1379, ainsi que le hameau de Chérines119. À La Paroisse, l’enceinte villageoise commandée par une petite tour de guet (5 x 3 m) a sans doute découragé l’intrusion des Provençaux. En dehors des murailles de ce castrum, des maisons sont toujours habitées en 1380 (Figures 21 et 22)120.

Figure 21. Le village de La Paroisse et les hameaux de Savines. © N. Nicolas.

Figure 22. Plan du hameau de La Paroisse. © N. Nicolas.

Les rançons, les otages et les représailles

  • 121 Contamine, Bompaire, Lebecq et Sarrazin, 1997, p. 344 ; Autrand, 1998, p. 309 et Contamine, 1998, (...)
  • 122 Définition de Veydarier, 1996, p. 178.
  • 123 Lettres au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 593, décembre 1368 : « villam quoque de Guilhest (...)
  • 124 Lettre au frère François Borrel, Bresc, 1972, n° 429, p. 627, 5 juillet 1369.

45Les compagnies de routiers qui traversent les campagnes à la recherche de butins, rançonnent les seigneurs et les paysans en échange d’une trêve, toujours fragile121. Ce traité, également désigné pâtis, est « extorqué[e] par un agresseur, réel ou potentiel, à une communauté qu’il tient sous la menace de ses armes »122. Pour échapper à un incendie, les habitants de Guillestre et de Châteauroux doivent ainsi livrer des otages pendant l’hiver 1368, vraisemblablement parce qu’ils n’ont pas assez d’argent à remettre aux Provençaux123. D’ailleurs, ils refusent de rembourser la rançon de 2 000 florins remise par l’archevêque d’Embrun à un certain Pons Bérard, à Vars en 1369124.

  • 125 ADI, B 3007, f 312 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.

46Lors des négociations engagées entre le Dauphiné et la Provence pendant l’hiver 1368, le sénéchal de Provence fait prisonniers Pierre Bonnabel, coseigneur de Châteauroux, Guigues de Savines, coseigneur de Savines, Georges de Prunières et Raymond de Laye, coseigneur de Laye en Champsaur. Malgré les demandes de rançons, des représailles sont exercées contre leurs hommes et leurs propriétés. Ainsi, « ils [les Provençaux] enlèvent à Saint-Laurent [du-Cros], deux hommes parce qu’ils étaient des hommes de Raymond de Laye, pour qui ils exigent 200 florins »125.

  • 126 1 800 florins, d’après Roman, 1889, p.109 ; 3 000florins, d’après ADI, B 3007, f 310 r°.
  • 127 Lettre à Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 410, p. 602, 8 décembre 1368 et lettre au sénéchal de Pr (...)
  • 128 ADI, B 3007, ff 309 r°-317 r°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.
  • 129 À Trets (Bouches-du-Rhône), le montant des rançons enregistrées en 1383-1384 ne dépasse pas 33 flo (...)

47D’après le compte établi par le trésorier Jean de Cérisy, les pertes sont évaluées à 3 148 florins et 8 gros126, somme à laquelle s’ajoutent 1 000 florins de rançons exigées pour la libération des seigneurs otages, soit au total plus de 4 000 florins. Cette somme correspond sans doute à la rançon prélevée sur les otages pris dans les villes de l’archevêque par la compagnie de saint Georges127. À Bertaud, les Provençaux incendient une grange d’une valeur de 500 florins et ils enlèvent douze paires de bœufs, deux mules, un roncin, de la laine, des ruches et du foin. Chez les villageois du Champsaur, à Saint-André d’Embrun et à Savines, ils emportent du bétail (vaches, veaux, bœufs, ânes, roncins, brebis, chèvres, poules et volailles), des vêtements et du linge de maison (draps, chausses, chemises, ceinture, nappes, pièces de toiles, couettes et couvertures), des chaussures, de la vaisselle (vases, chaudrons, pots et marmites) ainsi que des armes (cf. supra) et plus rarement de la nourriture (fèves, sel, porc salé, fromage, froment et avoine) et de l’argent128. Ainsi, selon une pratique courante, tous les habitants du Haut-Dauphiné sont rançonnés, des simples villageois aux seigneurs, sans oublier les officiers publics (un notaire) et même des religieuses129.

  • 130 À propos du rôle des capitaines, voir Contamine, 1984, p. 53 et Favier, 1996, p. 301.

48En 1368, les Provençaux sont peu organisés et ils ne restent pas longtemps sur les lieux qu’ils attaquent. Ils emportent les armes, les montures et la nourriture dont ils ont besoin pour continuer leur « route » et préfèrent brûler tout ce qu’ils ne peuvent pas prendre. Après 1390, l’occupation des villages est facilitée par la présence d’un ou de plusieurs capitaines à la tête des routiers. Ainsi, quand le capitaine Guillaume de Camisard occupe le château de Lazer pendant près de 6 mois (20 novembre 1391-mai 1392), il l’utilise comme repaire pour le pillage du reste de la région130.

  • 131 ADI, 8 B 664, ff 21 v°-22 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392).
  • 132 Guillaume de Mévouillon, seigneur de Ribiers et baron d’Arzeliers, écuyer du duc d’Anjou (1382) pu (...)
  • 133 Laplane, 1843, tome 1, p. 200-204 ; Chevalier, 1874, p. 216, « Memorialia tradita dominis refforma (...)

49Le 27 décembre 1391, le châtelain d’Upaix, accompagné de 30 cavaliers armés et de 100 fantassins, escorte les hommes de Guillaume de Camisard qu’il a fait prisonniers à Ventavon. Il les conduit dans les prisons delphinales d’Upaix où ils sont retenus jusqu’au 27 mai 1392 et gardés spécialement par deux hommes (48 florins et demi)131. Le 27 avril 1392, Guillaume de Mévouillon offre 1 250 florins pour la libération de Lazer132. Le 20 mai 1392, le chef Jean de Veteri, resté à Lazer, accorde une trêve moyennant un ravitaillement offert à ses hommes et, après avoir reçu une rançon de 1 000 francs, il se retire de Lazer, restituant ainsi le castrum à l’évêque de Gap133.

  • 134 Laplane, 1843, tome 1, p. 213-217. Cette pratique se généralise à la fin du xvie siècle : en 1573, (...)

50Autour de Sisteron aussi, les châteaux ne sont libérés par les bandes armées qu’après le paiement d’une rançon et l’obtention de sauf-conduits pour quitter la région. Quand, en novembre 1392, les hommes de Rigaut de Montomat prennent le château de Brianson par échalade, le conseil de guerre de Sisteron installe devant le château des bombardes, des trabucs, des balistes et des échelles pour tenir le siège. Quelques semaines après avoir élevé deux redoutes – chacune gardée par 100 fantassins – le départ des hommes est acheté pour 800 florins, en avril 1393. Finalement, pour mettre un terme à toute occupation, le château de Brianson (Alpes-de-Haute-Provence, commune Authon, cant. Sisteron) est incendié par ses défenseurs en 1394134.

Les remises d’imposition

  • 135 v. 1er novembre 1362, Manteyer, 1944, p. 513 et p. 517, d’après ADI, 8 B 638, ff 168 r°-169 r° et (...)
  • 136 ADI, 8 B 638, f 160 v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre (...)

51On ne connaît que l’exemple des châtellenies briançonnaises qui, touchées à partir de 1362 par les troupes du marquis Galéas de Saluces, obtiennent temporairement la suppression de certaines impositions. Pendant 4 ans, à compter du 7 mai 1363, le gouverneur du Dauphiné exonère les habitants de Château-Dauphin, de Bellin, de Saint-Eusèbe et de La Bâtie-du-Pont de toutes tailles comtales, à cause des incendies perpétrés par Galéas de Saluces à la Toussaint 1362 – soit 40,5 florins pour deux années, en 1366 et 1367. Les habitants du Pont, les plus touchés par la guerre, bénéficient également d’une exonération du droit de chevauchée pendant 5 ans – soit quelque 45 florins en 1366 et 1367. Le châtelain stipule que ce délai est accordé aux habitants pour qu’ils puissent rapidement reconstruire leurs maisons incendiées135. Enfin, le gouverneur supprime le droit de fournage dû par les habitants de Saint-Eusèbe, à compter du 20 décembre 1362 et ce, pendant 10 ans – soit 6 florins en 1366 et 1367136.

  • 137 Roman, 1890, p. 260, d’après ADI, B 2947.
  • 138 ADI, 8 B 655, f 163 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385). H (...)

52En 1368, le passage des Provençaux et des compagnies de routiers ne donne lieu à aucune remise d’impositions dans les châtellenies delphinales. Seuls les habitants du village de Champoléon, dans la vallée du Champsaur, touchés par les guerres et les inondations, demandent à être exonérés de toutes charges, en 1372137. Par ailleurs, les habitants du Queyras payent encore la taille comtale puisqu’en 1384, le vice-châtelain du Queyras fait copier les registres de la taille due par les sept paroisses de la châtellenie et pour lesquelles il souhaite connaître « le véritable nombre de feux »138.

Les désordres économiques

  • 139 Dans le duché de Bourgogne, les destructions « préventives » de ces bâtiments se multiplient en 13 (...)
  • 140 Manteyer, 1944, p. 635, d’après ADI, 8 B 638, ff 155 v°-156 r°, compte de la châtellenie de Châtea (...)
  • 141 À propos de ces deux mines, voir Ancel à paraître et Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994.

53C’est seulement dans la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) que sont évoquées les destructions des installations artisanales comme les moulins et les paroirs139. La guerre menée contre le marquis de Saluces entraîne la baisse continue et régulière de la production du minerai de fer à Château-Dauphin et à Bellin. En 1362, le forage de cette mine ne donne plus que quinze charges de minerai, difficilement transportées à dos de mulets aux fonderies d’Arvieux, dans la gorge du Queyras140. Pourtant, si l’on sait que la production de fer de cette vallée n’est en rien comparable aux exploitations de plomb argentifère de L’Argentière-la-Bessée ou de Brandes-en-Oisans (Huez, Isère), le travail du fer n’est pas sans effet sur la circulation locale des marchandises141. Le péage du marché d’Abriès ne mentionne-t-il pas, déjà en 1265, la vente de lances, de casques et de boucliers (cf. supra) ?

  • 142 Lettre au cardinal Gilles Aycelin de Montaigut, Bresc, 1972, n° 372, p. 554, 18 juillet 1368.
  • 143 Bresc, 1972, lettres n° 394, p. 584, 9 septembre 1368 et n° 399, p. 590, 6 octobre 1368.
  • 144 Lettre à Raoul de Louppy, Bresc, 1972, n° 425, p. 619, 29 mai 1369.
  • 145 Bresc, 1972, lettre n° 439, p. 637, v. 14 octobre 1369.

54Plus bas dans la vallée de la Durance, l’occupation des routes entravedurablement tout échange commercial et, en général, tout déplacement. À plusieurs reprises, l’archevêque d’Embrun Pierre Ameilh évoque les routes coupées jusqu’à Avignon par les compagnies de routiers142. Dès le mois de septembre 1368, l’archevêque renonce même à se rendre à Grenoble où il est attendu pour régler l’affaire des limites du Dauphiné et de la Savoie143. Même après la signature d’un accord de paix, en mai 1369, il déclare au gouverneur du Dauphiné que la route est coupée par les compagnies à la hauteur de Tallard d’où, jusqu’en août 1369, elles empêchent les hommes de sortir des forteresses144. Et comme le diocèse d’Embrun s’étend sur la Provence et le Dauphiné, l’impossibilité d’aller de l’une à l’autre province s’en trouve accrue145.

  • 146 ADI, 8 B 642, f 6 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367).
  • 147 Roman, 1889, p. 106 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 10, d’après ADBdR, B 5, 25 juillet 1368  (...)

55Les entraves mises en place par les compagnies entraînent le ralentissement des activités commerciales comme le souligne l’absence de taxes perçues sur les foires et les marchés146. Et malgré les assurances du gouverneur du Dauphiné qui informe que la liberté de circulation sera garantie aux marchands et aux voyageurs, l’archevêque d’Embrun fait arrêter plusieurs muletiers « suspects », Piémontais ou Provençaux, près de Châteauroux147.

Note

1 Falque-vert, 1997, p.114, d’après ADI, B 3699, f 10 v°, f 45 r°/v° ; B 3700, f 63 v°et B 2992, f382 : « Pour quelqu’un portant des arcs ou arbalètes ou lances ou casques, à partir de la douzaine et au-delà : un de ces produits. Pour les boucliers : rien ».

2 ADI, 8 B 644, f 30 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) : « reddat dicta arneysia quando dimittet dicta castra ».

3 AC Briançon, CC 3, f 6 v°, 1368.

4 Voir à ce sujet les remarques sur la « militarisation » des habitants de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) au xive siècle, d’après Hébert, 1991, p. 224.

5 ADI, B 3755, août 1302-février 1303, mémoire sur la ville de Gap par l’évêque Gaucher de Forcalquier (1463) : « Item quod Vapincenses, continuantes in suis inobedienciis et rebellionibus, venientes contra mandata prefati Gaufridi episcopi et suorum officialium, de anno MCCCII, quoddam die sabbati post festum Assumptionis, spretis preconisationibus factis mandato Curie et ex parte ipsius domini Episcopi de non portandis armis receperunt arma sua temeritate solita, discurrendo territorium dicte civitatis ».

6 ADI, B 3746, article 22, v. 1368 : mémoire sur les entreprises de l’évêque de Gap et de ses officiers au préjudice de la juridiction delphinale.

7 À Tarascon (Bouches-du-Rhône), chaque habitant possède une arme pour assurer son tour de garde et la communauté détient quelques bombardes, d’après Hébert, 1979b, p. 172. De même à Sisteron en 1357, d’après Laplane, 1843, tome 1, p. 142.

8 D’après Gaier, 1979, p. 19.

9 ADI, 8 B 30, f 81 r°, 15 septembre 1336 : 11 paires de plates couvertes de futaine, 3 haubergeons, 2 armets de fer, 5 chapeaux de fer, 2 bassinets à visière, 13 cervelières, 4 paires de gantelets de fer sans bracelet et 4 paires avec bracelet, 20 écus aux armes seigneuriales, 12 pourpoints de futaine et 12 gorgerins de maille.

10 Fauché-prunelle, 1857, tome 1, p. 354, d’après la grande charte du Briançonnais, 1343, article 10 : « (...) et omnes de dicto numero cum propointis, gorgeriis, bacignetis alberjonatis, chirothecis ferreis, platis seu alberjonis mallie competentibus, ense, cutello et aliis necessariis (...) » ; AC Briançon, CC 1, pièce 1, ff 3 v°-4 r°, 1344 : achat de 6 pourpoints, 16 paires de cuirasses métalliques, 16 paires d’avant-bras, 22 paires de gantelets de fer, 22 bassinets haubergeons, 22 gorgerins, 11 penons et 12 pavois.

11 ADI, 8 B 642, ff 12 v°-13 r°, compte des bailliages du Briançonnais et de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367) : 2 haubergeons, 2 chapeaux de fer, 2 paires de gantelets, 2 gorgerins, 2 bassinets-haubergeons et 2 armures.

12 1389, ADI, B 4360, f 4 r°/v° ; 1401, B 3010, ff 419 r°-421 r° ; 1411, B 4361, f 7 r°/v°et 1414, B 4361, f 9 r°. Dans l’exemple des deux pavois, le qualificatif de « mauvais » désigne l’usure normale des armes (1411) alors que la mention de « mauvais » écu (1401) caractérise sans doute une pièce de médiocre qualité.

13 ADI, B 4364, pièce, 13 juin 1418 ; 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418 et f 175 r°/v°, 14 juillet 1423 : 8 cuirasses neuves, 8 armets noirs, vernis à neuf et 8 targes neuves.

14 AC Guillestre, FF 4, 21 mai et 8 juin 1384.

15 ADI, B 4360, f 9 r°, 28 novembre 1390 : inventaire des armes effectué par Antoine Richier, coseigneur de Montgardin, châtelain du palais delphinal, bailli de l’Embrunais et du Gapençais : 9 cuirasses, 6 bracelets, 2 paires de gantelets, 1 casque avec visière, 3 cervelières, 1 armure de maille « antique et mauvaise », 4 gorgerins « antiques », 2 pansières, 2 écus « incomplets » et 1 targe.

16 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411.

17 ADI, 9 B 30 bis, f 60 r°, ff 62 v°-63 r° [8 août-15 décembre 1418] et ff 60 v°-65 v°, 8 août 1418 : 16 cuirasses, 16 bassinets à visière et 15 boucliers (5 targes, 5 rondaches et 5 pavois).

18 ADI, 8 B 30, f 81 r°, 15 septembre 1336 : « XLVI inter lanceas et chavarinas et venabula, XXXVII jiserme ».

19 Fauché-Prunelle, 1857, tome 2, p. 150, 20 juin 1340.

20 Finó, 1977, p. 142. ADI, 8 B 642, f 13 r°, compte des bailliages du Briançonnais et de l’Embrunais, 22 novembre 1365-11 février 1367.

21 À propos de la fabrication et l’utilisation de l’arc : Gay, 1887, p. 48 et Daimé, 1998, p. 61.

22 2 000 carreaux, 12 garrots et 2 tours à Château-Dauphin (ADI, 8 B 30, f 81 r°, 1336) ; 12 arbalètes, cordes et noix d’arbalètes, 6 courroies de baudriers à Briançon (AC Briançon, CC 1, pièce 1, ff 3 v°-4 r°, 1344) ; 10 arbalètes à Mentoulles (ADI, 8 B 638, f 18 r°, 1362-1364) ; 7 arbalètes en bois et 1 250 viretons à Réotier (ADI, 8 B 642, ff 12 v°-13 r°, 1365-1367).

23 Arbalète simple : 1344, AC Briançon, CC 1, f 3 v°. Arbalète à 2 pieds : 1362-1364, Mentoulles (Italie), ADI, 8 B 638, f 18 r°. Baudrier : 1418, Grenoble, ADI, 9 B 30 bis, f 50 r°. Tiribaudrier : 1418, ADI, B 4363, f 10 r° ; 9 B 30 bis, f 196 r° (Grenoble) ; 9 B 30 bis, f 62 r° (Briançon). Tours : 1370-1371, Oulx, ADI, 8 B 647, f 74 v° ; 1418, Briançon, ADI, 9 B 30 bis, f 62 r° ; 1418-1419, Grenoble, ADI, 9 B 30 bis, ff 50 r°-53 v° et ADI, B 4363, f 17 v°.

24 En 1417, achat de 4 caisses de viretons, 4 tours en fer et 6 arbalètes d’acier à Serres (ADI, 9 B 30 bis, f 25 r°, 27 octobre 1417) mais, encore en 1418, le vice-châtelain de Château-Queyras inventorie 8 arbalètes dont 4 à girelle, 1 à tour et 3 à pied (ADI, 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418).

25 En 1380-1381, achat de 20 caisses de viretons ou carreaux, soit 10000 pièces, au palais delphinal d’Embrun (ADI, 8 B 653, f 157 r°/v°, 24 juin 1380-24 juin 1381). En 1418, achat de 6 caisses de viretons à Château-Queyras (ADI, B 4364, 13 juin 1418, pièce). 100 carreaux d’Avignon ou 100 carreaux ferrés à grosse tête : 14 à 16 gr. (1417, Baronnies, ADI, 9 B 30 bis, f 7 v°). 500 carreaux de Gênes (transport inclus) : 7 fl. (1367-1369, Château-Dauphin, 8 B 644, f 30 v°). 500 carreaux de Lombardie : 7 fl., 3 gr. (1380-1381, Embrun, ADI, 8 B 653, f 157 r°/v°).

26 ADI, B 4360, f 9 r°, 28 novembre 1390. Voir aussi le château de Bois-des-Ayes (Italie) en 1411 : 5 arbalètes dont 3 sans noix, 1 sans clef, toutes avec « de mauvaises cordes » (ADI, B 4361, f 8 v°, 31 mai 1411).

27 ADI, B 4361, f 8 r°, 30 mai 1411. Il est assez fréquent de conserver ensemble des viretons « ferrés » et d’autres « déferrés » (Duprat, 1913, p. 149, Châteaurenard, 1427 : « Item une caisse de viretons ferrez et deferrez »).

28 À propos des arbalètes à tour ou balistes, machines de guerre à ressort qui, bandées avec un treuil, projettent des traits à plus de 50 mètres, voir Viollet-le-Duc, 1858-1875, tome 5, p. 241 et Finó, 1973, p. 26.

29 4 bombardelles de fer projetant des pierres de 5, 6, 7 et 10 livres ; 7 sacs de poudre composés de salpêtre et de soufre (ADI, 9 B 30 bis, ff 60 v°-65 v°, 8 août 1418).

30 ADI, 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418 et f 175 r°/v°, 14 juillet 1423 : 2 bombardes neuves enfer et 5 mesures de salpêtre. À comparer avec les prix, à Marseille (1410) pour 3 bombardes de 6, 12 et 18 livres (40 florins), les pierres (prix variés selon la taille) et la poudre (à 15 florins le quintal, d’après Droguet, 1980, p. 205).

31 ADI, B 4363, pièce et 9 B 30 bis, f 193 v°, 18 juillet 1420, délivrance de l’artillerie faite par Julien Bonjean au château de Vizille : 6 cuirasses, 6 armets, 6 arbalètes, 4 caisses de traits et 4 canons ; ADI, B 4363, pièce, 16 janvier 1420, inventaire des armes reçues par Julien Bonjean : 4 canons.

32 ADI, B 4363, pièce, 27 février 1423. À propos des armes à feu et des canonnières dans les châteaux delphinaux, voir Ducret, 1995, p. 74-76 et Bonnabel, 1996, p. 126-129.

33 Vitrolles, cant. Barcillonnette. ADBdR, B 181, ff 108 r°-110 r°, 1377-1378.

34 ADI, B 4360, f 10 r°, 29 novembre 1391 et 8 B 664, f 23 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item petit magis sibi deduci pro IIbus ceris cum catenis ferreis et clavibus quas fieri fecit et poni in janua magna fortalicii et infra unam aliam in janua carceris, solvit pro ipsis videlicet : II fl. ».

35 Selon E. Viollet-le-Duc, la barbute est mentionnée « dès le xive siècle… [et] ne semble guère avoir été usité qu’en Italie » (Bernage, 1998, tome 2, p. 244), on s’étonne alors de voir une barbute ancienne, à Crots, en 1361.

36 ADHA, AC Marquisat de Savines, E 22, 19 mars 1361 : l’une des deux selles (« unam cellam de guerra ») est trouvée dans la maison d’Embrun.

37 ADI, B 3007, f 311 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy (septembre 1369).

38 L’épieu est utilisé pour la chasse du gros gibier, d’après Sauze, 1984, p. 44.

39 ADI, B 3007, f 313 r°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369 : « (...) et Johannem Tacili, vulneraverunt acriter ad eo quod perdidit amestionem, potestatem et loquelam ». Vol de boucliers : scutum (f 311 r° et f 312 r°), bocherium (f 312 r°) ; lance appartenant à Giraud Mande, homme-lige de Raymond de Laye (f 313 v° et f 315 v° : 4 mentions) ; épées (f 312 r° et f 315 v°) ; épieux (f 312 r°) ; couteaux (f 314 r° et f 315 v°) ; pic, houe, hache (f 311 r° et f 312 r°/v°) ; plane et tenailles (f 314 r°).

40 ADI, B 4349, pièce, 13 juillet 1385, enquête auprès de 12 habitants d’Aiguilles, 6 de Ristolas, 10 d’Abriès, 19 de Molines, 10 de Saint-Véran, 18 de Château-Queyras et 18 d’Arvieux, f 1 v° : « unam cerveleriam », f 2 r° : « unam cerveleriam… unum parvum ferum lancee… unam cerveleriam… unam parvam lancam », f 2 v° : « unam cerveleriam », f 7 r° : « unam lancam » et f 8 r° : « unum scutum, unam cerveleriam, unum gladium lateralem ». À propos de cette enquête et de la répression des Vaudois en Dauphiné au xive siècle, voir Paravy, 1993, p. 958.

41 ADI, B 4363, Les Avenières (Isère), 5 octobre 1418.

42 Au sujet des centres d’approvisionnement, voir Nicolas, 2003.

43 ADI, 9 B 30 bis, f 7 v°, Baronnies, 1417 : achat de 100 carreaux à un serrurier d’Avignon et f 52 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : achat de « XII machicolz de boix atendre arbalestres » à Hennequin Durlande, serrurier de Lyon.

44 ADI, 9 B 30 bis, f 53 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A Jehan Mondin, chapuis demourant à Grenoble, pour un tour de bois à tendre grosses arbalestres, acheté de lui le VIIIe jour d’octobre mil CCCC XVIII, porté à Taint par devers monseigneur l’arcevesque de Reims pour le fait de l’armée de Languedoc, XII gros valent : 15 s. » et B 4363, f 17 r°/v°, 1419, compte de Julien Bonjean : « Magistro Mondino, carpentatori, pro sex turnis fusteis ad visetam pro tendendo grossas balistas pro quibus solvit eidem magistro ex pacto super hoc facto inter ipsos ad racionem duorum florenorum cum dymidio pro qualibet turno : XV fl. ».

45 ADI, 8 B 647, f 112 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1370-24 juin 1371) : « Item solvit Petro Oronati, carpentatori, qui ad precium factum fecit flachonos et inflechatavit VIIc carellos : II fl. ».

46 ADI, 9 B 30 bis, ff 2-44, 1417, compte de Didier Isoard, châtelain de Mirabel et f 52 r°, 1418, compte du trésorier Jean de La Barre.

47 ADI, 9 B 30 bis, f 170 r°, 1418, Château-Queyras : achat de 6 haches à maître O. Pichier, forgeron de Venasque et ff 60 v°-61 r°, 1418, Briançon : achat de 4 bombardelles de fer à J. Raspail, forgeron de Grenoble.

48 On observe les mêmes prix à Marseille en 1410 : 16 florins le millier de pointes de viretons, d’après Droguet, 1980, p. 206.

49 ADI, 9 B 30 bis, ff 52 v°-53 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A Jean Bourrel, maistre ouvrier, de faire fers de viretons pour deux milliers de fers de viretons : 30 l. ; A Jean de Milan, maistre ouvrier, de fere fustz de viretons pour deux milliers de fustz de viretons empennez : 22 l., 10 s. ; A Jean sur le Jars, compagnon de Bourrel, pour viretons : 6 l., 15 s. ».

50 ADI, 9 B 30 bis, f 53 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A Guillaume Maigny, serrailler, pour la vente et delivrance d’une sienne meule de pierre pour esmouldre les dessuz diz fers de viretons : 31 s. » et 8 B 30, f 81 r°, 15 septembre 1336, Château-Dauphin.

51 Au château de Vaucluse (Fontaine-de-Vaucluse, cant. L’Isle-sur-la-Sorgue), on trouve « une petite plane pour faire des viretons » en 1414, d’après Labande, 1912, p. 61.

52 Aujourd’hui Le Bourg-d’Oisans (Isère, ch.-l. cant.) : ADI, B 4363, f 10 r°, 17 août 1418.

53 ADI, 9 B 30 bis, f 48 v°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419).

54 ADI, 9 B 30 bis, f 49 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) et B 4363, f 8 v° et f 17 v°, compte de Julien Bonjean.

55 ADI, B 4363, f 7 v° et f 9 v°, compte de Julien Bonjean, 24 juillet-9 août 1418 et 9 B 30 bis, f 199 v° et f 201 r°, dépenses de l’artillerie faite à Grenoble par Julien Bonjean.

56 ADI, 9 B 30 bis, f 65 v°, 1418.

57 ADI, B 4363, ff 8 v°-9 r°, compte de Julien Bonjean, 26 juillet 1418 et 9 B 30 bis, f 200 r°, dépenses de l’artillerie faite à Grenoble par Julien Bonjean.

58 ADI, 9 B 30 bis, f 46 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « A Jame Saunier, espicier demourant a Grenoble pour IIII livres de salpetre achetées de lui le XIIIe jour de juing M CCCC XVIII pour fere pouldre a essaier bombardes… A Jehan Sarrebourse autre espicier de Grenoble pour une livre de soulfre achetée de lui ledit jour pour ledit fait ».

59 ADI, B 4363, ff 11 v°-12 r°, compte de Julien Bonjean, 2 novembre 1418 : « Solvit dictus Julianus pro perticis de salice emptis per magistrum Johannem Fouresserii de Foreysio magistrum bombardarum pro componendo pulverem bombardarum ad exprobandum viginti bombardas emptas ab ipso per dictum dominum thesaurarium ad opus dicti domini nostri dalphini videlicet duos liardos. Solvit pro estopis emptis per dictum magistrum bombardarum ad fulciendum et firmandum lapides infra dictas bombardas videlicet unum liardum. Item pro carbone empto ad componendum ignem pro prohici faciendo dictas bombardas solvit unum gr. Item quia maior pars dictarum bombardarum fuit exprobata de nocte, ideo emit ad unum liardum candelaria pro illuminando et videndo » et 9 B 30 bis, f 203 r°/v°, dépenses de l’artillerie faite à Grenoble par Julien Bonjean : « Item pour charbon à échauffer le fer pour fere traire les dites 20 bombardes. Item par ce qu’il fut de neccessité de fere traire XVIII des dessusdites bombardes de nuit, pour chandelles : 1 l. ».

60 ADI, 9 B 30 bis, f 48 v° et f 50 r°, compte du trésorier Jean de La Barre (1er mai 1418-10 juin 1419) : « IIIXII de peaulx de corduan pour fere couvertures aux arbalestres : 6l., 15 s.» ; B 4363, f 11 r°, f 13 r° et f 15 r°, 1418-1419, compte de Julien Bonjean : « Solvit pro uno rogato feni empto pro trossellando proxime dictas octo balistas videlicet duos liardos : II l. (...). Julianus emit a Francisco Benedeti, escofferio, VIXII pellium pro componendo copertas balistarum existentes in camere dicte artillerie cui propterea solvit VIII fl. cum dymidio (...). Emit plus a Petro Nicolay, de Sancto Nazario, tres duodenas coreorum ad actum supra proxime dictum, que corea sunt tam de cordanis quam de vitullis pro quibus solvit idem Julianus dicto Petro Nicolay ad racionem duorum fl. cum dymidio pro qualibet duodena videlicet novem fl. (...). Pro palea per eum empta pro imballando sex balistas et duodecim achias que tunc misse fuerunt ad castrum Pipeti Vienne : I parpaillolam ».

61 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1353-1354 et 1354-1355 ; ADI, 9 B 30 bis, f 171 r°, Château-Queyras, 19 juin 1418.

62 AC Briançon, CC 3, f 1 r°/v°, 1368. Sur le chemin de Briançon au Bois-des-Ayes, une bête – la seule apparemment – est victime d’un accident ; un habitant de Bellin vient en aide à Guillaume Chaix pour rechercher les armes tombées au fond d’un lac !

63 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355.

64 AC Briançon, CC 3, f 2 v° (Château-Queyras), ff 3 r°-4 r° (Embrun) et f 6 v° (Pertuis Rostan), 1368.

65 AC Briançon, CC 1, f 4 r° : « Item expensis factis per dictos sindicos eundo Pinayrolium ad recipiendum armaturas per eos emptas et emendo eas que defficiebant et steterunt VII diebus : duos fl. Item pro benedictione dictarum armaturarum emptarum a Francisco Platinerie in domo brocherie ad partem Ville Briancone, X s., VIII den. valent IIII turon. argenti ». À propos de la bénédiction des chevaux en Dauphiné, voir Chomel, 1962, p. 21.

66 ADI, 9 B 30 bis, f 62 r°/v°, 8 août 1418.

67 ADI, 9 B 30 bis, ff 168 r°-174 r°, 19 juin 1418.

68 ADI, B 4361, f 8 v°, 31 mai 1411.

69 ADI, B 4363, f 6 v°, compte de Julien Bonjean, 21 juillet 1418 et f 14 r°, 1419 : « Item quia mures descendebant per cordas cum quibus erant suspense coyracie et ipsas dampnifficabant, ideo misit quesitum idem Julianus unum onus junisperii ad obviandum predictos : I gr. Item emit de spongia pro assando cum pinguedine et inde ponendo in dicta camera dicte artillerie, ad hoc ut mures ipsam comederent et inde morirent, qui dicti mures valde dampnifficabant pro tunc paveysios, targonos et rondellas : II l. Item emit unam libram cum dimidia casey et dimidiam librae picis seu pegie pro gratusiando et piscando ac simul miscendo ad hoc ut mures hoc comedentes inde morirent : V qrts. ».

70 ADI, 8 B 662, f 239 r°, 27 juin 1390 : « in camera armorum ».

71 ADI, 9 B 30 bis, ff 64 v°-65 v°, 1418.

72 ADI, 9 B 30 bis, f 171 r°/v°, 1422.

73 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1352 : « Item pro attandis dictis armaturis et pro uno alberjonamento cervellerie habuit filius Andree Jaumari : I fl., II s. » ; 1353-1354 : « Item dederunt filio Andree Jaumari pro attare arnesia inter duas vices scilicet in prima : IIII tur. Item in secunda vice : V tur. dym. » et 1354-1355 : « Item solverunt Jaymono Jaumari causa abtandi platas, cirotheca, mangias et bacin[et]os : XX s., IIIIor d. ».

74 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355.

75 AC Briançon, CC 3, f 4 r°, 1368.

76 ADI, 8 B 642, f 14 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367).

77 ADI, 8 B 638, f 18 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « Item pro mittendo quesitum Johannem Matthey de Peyrosa pro aptandis septem balistis castri et pro IIIIor libris fili pro faciendis cordis dictarum balistarum et oleo pro ipsis ungendis, salario et victu dicti magistri : III fl., V gr. ».

78 ADI, 9 B 30 bis, ff 62 v°-63 r° [8 août-15 décembre 1418].

79 Chomel, 1962, p. 22.

80 Manteyer, 1944, p. 405, compte de la châtellenie d’Upaix (17 janvier-2 octobre 1321) : roncin (15 à 26 livres), cheval (40 à 43 livres), coursier (25 livres) ; p. 409, compte de la châtellenie du Champsaur (2 mars-3 octobre 1321) : cheval (25 et 70 livres) et ADI, 8 B 608, f 13 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1306-24 juin 1307) : roncin (30 livres).

81 ADI, B 3007, f 311 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.

82 Chomel, 1962, p. 18.

83 ADI, 8 B 668, f 367 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1395-24 juin 1396). Sur la carrière de Guillaume de Layre et de Jean le François, voir Butaud, 2001, tome 1, p. 183 et tome 3, p. 771.

84 Chomel, 1962, p. 6 ; Contamine, 1972, p. 103. En Bourgogne, l’indemnisation des chevaux d’après la prisée est remplacée par un forfait à partir de 1365 (Schnerb, 1993, p. 86).

85 Manteyer, 1944, p. 747, d’après ADI, 8 B 380, ff 186-201, compte de la châtellenie de Pinet (9 mai 1368-30 août 1369).

86 86 ADI, 8 B 644, f 43 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

87 Chomel, 1962, p. 12.

88 Schnerb, 1993, p. 73.

89 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4.

90 Salch, 1979 (1987), p. 76. Le château de Miribel (Ain, cant. Montluel) est assiégé parce que le seigneur Guichard de Beaujeu avait reconnu la suzeraineté du dauphin – à l’exception d’une tour carrée (1327). Le bailli du Briançonnais et quatre hommes armés s’y rendent pendant 30 jours, assistés par vingt-huit clients de Briançon qui participent au siège pendant trente trois jours. S’ajoutent à eux le bailli Jean de Fucigni, Amédée Chapel, Lantelme d’Avançon et Guillaume de Valserres, du bailliage de l’Embrunais, assistés par quatorze nobles à cheval, quatre porte-trompettes et deux chevaliers bannerets : Manteyer, 1944, p. 458, compte de la châtellenie de Briançon (4 avril 1346-4 mars 1350) ; AC Briançon, CC 1, pièce 1, f 27 et ADI, 8 B 631, f 80 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (1er novembre 1347-15 octobre 1348).

91 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1354-1355 et ADI, 8 B 632, f 10 r°, compte du bailliage de l’Embrunais par Aymon de Saint-Pierre (4 août 1352-12 août 1355).

92 AC Briançon, CC 3, f 1 r°, 2 mars-8 septembre 1368.

93 AC Briançon, CC 3, f 3 r°, 14-29 septembre 1368 et CC 1, pièce 2, 1353-1354.

94 D’après Chomel, 1962, p. 9. P. Contamine cite néanmoins 98 nobiles dont 10 disposent de 3 chevaux chacun, 52 de 2 chevaux et 36 d’un seul cheval, servant en Dauphiné en 1353 (Contamine, 1972, p. 17, d’après ADI, B 4358).

95 ADI, 8 B 638, ff 78 v°-79 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364).

96 ADI, 8 B 638, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364).

97 ADI, 8 B 644, f 68 r°/v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

98 ADI, 8 B 642, f 58 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (9 décembre 1365-22 avril 1367) et ff 68 v°-69 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (15 avril 1366-16 septembre 1367).

99 Cattin, 1977, p. 19 et Rauzier, 1996, p. 395. Les Dauphinois achètent à Avignon des coursiers de la vallée du Pô ou de la Péninsule ibérique, d’après Chomel, 1962, p. 20 et Contamine, 1972, p. 18.

100 ADI, 8 B 638, f 48 r°, compte de la châtellenie de Vallouise (26 juin 1363-8 mai 1364).

101 ADI, 8 B 380, f 119 r°, compte de la châtellenie de Pisançon (20 avril 1368-25 mai 1369) ; f 169 r°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369) et f 151 r°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

102 ADI, 8 B 380, f 168 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

103 Manteyer, 1944, p. 646, d’après ADI, 8 B 638, f 165 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 1364).

104 AC Embrun, 1 FF 82, ff 12 v°-13 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 1398 : « (...) in casu tamen eminentis periculis etiam cum penarum formidabilium impositionibus et ad loca opportuna ducendum victualia quecumque infra fortalicia retrahi faciendo que pro transitu hujusmodum resistendo eis (...) » ; ADI, B 4364, pièce, 13 juin 1418, Château-Queyras : « Item quod in dicto castro provideat [castellanus sive vicecastellanus] de bladis, vino, carneribus, agnis et aliis victualibus in dicto castro neccessariis taliter quod deffectu bone provisionis nullum sinistrum evenire possit (...) » et 9 B 30 bis, f 170 v°, 19 juin 1418.

105 À propos de l’échalade, voir Miquel, 1989, p. 36 ; Salamagne, 1998b, p. 48 et Jacquier, 2000b, p. 159. L’échalade constitue également la pratique la plus courante pour attaquer les châteaux du Comtat (Butaud, 2001, tome 2, p. 625).

106 ADI, B 3726, pièce, 20 octobre 1372, sentence de l’abbé de Saint-Michel-de-Cluse, conservateur des privilèges de l’archevêque d’Embrun, provoquant l’excommunication des accusés. Les consuls d’Embrun paieront 1 250 florins d’or pour la levée définitive de l’excommunication (AC Embrun, 1 FF 62, 19 mai 1383).

107 Miquel, 1989, p. 36.

108 Mourier, Viallet, 1991, p. 101, d’après ADI, B 4503 et Collectif, 1989b, p. 39.

109 À Tarascon (Bouches-du-Rhône), les troupes du duc d’Anjou assiègent la ville et le château avec 18 « engins » ou trébuchets en mai 1368 (Bourrilly, 1926, p. 170 et Butaud, 2001, tome 1, p. 59). À propos du surnombre des assiégeants, voir Ménabréa, 1850, p. 191 (exemple du château de la Corbière assiégé par le comte de Savoie en 1321) ; Higounet-Nadal, 1992, p. 100-103 (1105 assiégeants pour 100 assiégés au château de Montignac en Périgord, 1398) et Phalip, 1993, p. 159-162 (Auvergne).

110 C’est sous ce titre que J. Teyssot a étudié les conséquences économiques et sociales des guerres sur les agresseurs et les agressés dans les villes d’Auvergne (Teyssot, 1996, p. 53).

111 Bresc, 1972, lettre n° 389, p. 576, 3 septembre 1368.

112 ADI, 8 B 642, f 90 v°, compte de la châtellenie de Buis-les-Baronnies, 1366 : « Item deducuntur quos solvit carnacerio qui suppendit Giraudum Simondi, provincialem : VI fl. Et pro expensis servientum qui iverunt eum quesitum apud Ruppem Arnaudorum et ipsum adduxerunt : II fl. Et pro erectione et constructione furcarum : II fl., sic pro toto : X fl. ».

113 Laplane, 1843, tome 1, p. 211, 31 octobre 1392.

114 Lettre à Raoul de Louppy, Bresc, 1972, n° 398, p. 589, 6 octobre 1368.

115 Lettre au Conseil delphinal, Bresc, 1972, n° 399, p. 590, 6 octobre 1368 : « (...) inimici discurrunt et faciunt predam, et populus iste non consuetus ad guerram, dispersus hinc inde per montes et latibula, contempnens monitiones et mandata peritiorum, disserpuntur et dilacerantur ut oves. (...) Ymmo nec possumus exire civitatem istam, quia gentem nostram et familiam et alios quos habere potuimus divisimus per castra nostra » et lettre à l’évêque de Genève, Bresc, 1972, n° 400, p. 591, 6 octobre 1368.

116 AC Embrun, 1 FF 82, article 3, avant le 21 février 1402.

117 Lettres à Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 402, p. 593, v. 7 décembre 1368 et n° 439, p. 637, v. 14 octobre 1369.

118 ADI, 8 B 655, f 86 r°, comptes du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1384-24 juin 1385). Déjà en 1380, on ne perçoit plus de droits de mutation à Montmirail et à Crots : 8 B 652, f 32 r° (24 juin 1380-15 mai 1381) et 8 B 655, f 85 v° (24 juin 1384-24 juin 1385) : « Item de laudimiis et venditionibus non computat quia nichil recepit et etiam propter mortalitatem nulle facte fuerunt venditiones » ; Roman, 1887 (1993), p. 28.

119 ADHA, E Savines 26, 1379 ; E Savines 39, 1405 et E Savines 57, 1429. C’est dans ce hameau que se trouvaient l’hôpital et la chapelle Sainte-Marie-Madeleine depuis le xive siècle, d’après Roman, 1887 (1993), p. 34 et Roman, 1888b, p. 87 ; ADHA, E Savines 25, 1376 : « De Charinis, foresto de Sabina ».

120 La superficie du castrum est de 8 000 m2. ADHA, E Savines 27, v. 1380 : une maison « extra menia Sabine, juxta rivum Bessati, apud Ospitalem ».

121 Contamine, Bompaire, Lebecq et Sarrazin, 1997, p. 344 ; Autrand, 1998, p. 309 et Contamine, 1998, p. 199.

122 Définition de Veydarier, 1996, p. 178.

123 Lettres au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 593, décembre 1368 : « villam quoque de Guilhestre et alias circumvicinas depredantes, ne comburerentur habuerunt redimere homines qui erant in fortalitiis maximis pecuniarum quantitatibus et datis obsidibus quos nunc liberare non possunt » et n° 403, p. 595, v. 7 décembre 1368.

124 Lettre au frère François Borrel, Bresc, 1972, n° 429, p. 627, 5 juillet 1369.

125 ADI, B 3007, f 312 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.

126 1 800 florins, d’après Roman, 1889, p.109 ; 3 000florins, d’après ADI, B 3007, f 310 r°.

127 Lettre à Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 410, p. 602, 8 décembre 1368 et lettre au sénéchal de Provence, Bresc, 1972, n° 418, p. 611, 26 février 1369.

128 ADI, B 3007, ff 309 r°-317 r°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369.

129 À Trets (Bouches-du-Rhône), le montant des rançons enregistrées en 1383-1384 ne dépasse pas 33 florins, d’après Menkès, 1973, p. 472. Dans le Comtat, il oscille généralement entre 8 et 50 florins, d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 630.

130 À propos du rôle des capitaines, voir Contamine, 1984, p. 53 et Favier, 1996, p. 301.

131 ADI, 8 B 664, ff 21 v°-22 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1391-24 juin 1392).

132 Guillaume de Mévouillon, seigneur de Ribiers et baron d’Arzeliers, écuyer du duc d’Anjou (1382) puis sénéchal de Beaucaire, participe aux sièges de Pont-Saint-Esprit, d’Aigues-Mortes, de Béziers et de Sommières (1420-1421), d’après Maignien, 1897, p. 10.

133 Laplane, 1843, tome 1, p. 200-204 ; Chevalier, 1874, p. 216, « Memorialia tradita dominis refformatoribus super statu patrie Dalphinatus », 10 janvier 1392 et Roman, 1892, p. 71.

134 Laplane, 1843, tome 1, p. 213-217. Cette pratique se généralise à la fin du xvie siècle : en 1573, l’archevêque d’Embrun Guillaume d’Avançon ordonne le démantèlement de ses châteaux de Châteauroux, de Réallon, de Vars et de Crévoux.

135 v. 1er novembre 1362, Manteyer, 1944, p. 513 et p. 517, d’après ADI, 8 B 638, ff 168 r°-169 r° et p. 645-647, d’après ADI, 8 B 638, ff 164 r°-165 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 1364).

136 ADI, 8 B 638, f 160 v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364) et ADI, 8 B 642, f 59 r°/v° (9 décembre 1365-22 avril 1367).

137 Roman, 1890, p. 260, d’après ADI, B 2947.

138 ADI, 8 B 655, f 163 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1384-24 juin 1385). H. Falque-Vert précise pourtant que la taille comtale n’est plus levée en Briançonnais (Falque-Vert, 1997, p. 443).

139 Dans le duché de Bourgogne, les destructions « préventives » de ces bâtiments se multiplient en 1367 (Contamine, Bompaire, Lebecq et Sarrazin, 1997, p. 344). À propos de ces pillages, voir le récit de la prise du château de La Perrière en 1333 (Colardelle, Moyne et Verdel, 2000).

140 Manteyer, 1944, p. 635, d’après ADI, 8 B 638, ff 155 v°-156 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364). À propos de la fusine du Queyras (Arvieux), voir Manteyer, 1944, p. 780 et Falque-Vert, 1997, p. 138-140.

141 À propos de ces deux mines, voir Ancel à paraître et Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994.

142 Lettre au cardinal Gilles Aycelin de Montaigut, Bresc, 1972, n° 372, p. 554, 18 juillet 1368.

143 Bresc, 1972, lettres n° 394, p. 584, 9 septembre 1368 et n° 399, p. 590, 6 octobre 1368.

144 Lettre à Raoul de Louppy, Bresc, 1972, n° 425, p. 619, 29 mai 1369.

145 Bresc, 1972, lettre n° 439, p. 637, v. 14 octobre 1369.

146 ADI, 8 B 642, f 6 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367).

147 Roman, 1889, p. 106 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 10, d’après ADBdR, B 5, 25 juillet 1368 ; Bresc, 1972, lettres n° 415, p. 607, janvier 1369 et n° 427, p. 622, 15 juin 1369.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 21. Le village de La Paroisse et les hameaux de Savines. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1679/img-1.jpg
File image/jpeg, 286k
Legenda Figure 22. Plan du hameau de La Paroisse. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1679/img-2.jpg
File image/jpeg, 378k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site