Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

Les privilèges militaires au xive siècle

Texte intégral

Chevauchée, ost, réquisitions et service de garnison

  • 1 Sur ces définitions, voir Carolus-Barré, 1978, p. 73-93.

1On compte trois services (auxilia, servitum debitum) dus par tout vassal à son seigneur : le service de garde (estage, gayta), la chevauchée ou cavalcade (cavalcata) qui consiste en une aide armée dans les fiefs et arrières-fiefs du seigneur. Le service de garde pèse uniquement sur les hommes qui composent la châtellenie. Le service d’ost est une aide armée qui s’exécute à l’extérieur du domaine du seigneur, généralement pendant 40 jours. Les hommes d’armes reçoivent alors des gages et, au-delà de 40 jours, le paiement est à la charge du seigneur qui convoque les hommes1.

  • 2 Manteyer, 1944, p. 376, compte du bailli de Briançon (26 juillet 1319 et 24 juin 1321). C’est au si (...)
  • 3 Le château de Voiron, résidence habituelle des comtes de Savoie au xiiie siècle, est pris par le Da (...)
  • 4 Manteyer, 1944, p. 405, compte de la châtellenie d’Upaix (17 janvier-2 octobre 1321) : 255 livres, (...)

2En fait, si le service d’ost n’est pas mentionné en Dauphiné, la réalité estdifférente et les hommes peuvent y être convoqués. À Embrun (1311 et 1314) et à Chorges (1326), l’ost se cache sous le service de chevauchée comtale puisque les hommes sont appelés sans limite temporelle ni spatiale. Il en est de même pour la chevauchée menée au château de La Perrière et à Vienne (1319-1321)2. Enfin, les châtellenies du Champsaur et du Gapençais participent activement aux chevauchées engagées à Moirans et à Voiron (Isère), sur la frontière delphino-savoyarde3. À Upaix, le coût de cette chevauchée dépasse 255 livres alors que les hommes des châtellenies du Champsaur et de Montorcier sont astreints à payer près de 800 livres4.

  • 5 Falque-Vert, 1997, p. 227, d’après ADI, B 3700, f 63 v°.
  • 6 ADI, 8 B 644, f 6 r°, compte de la châtellenie de Saint-Martin-de-Queyrières (15 octobre 1366-14 fé (...)

3Les incidences de la guerre extérieure se font ressentir sur l’organisation de la garde à l’intérieur de la châtellenie. Ainsi, à Château-Queyras en 1265, en cas de chevauchée générale où les hommes seraient appelés hors du mandement, la garde du castrum serait confiée aux habitants du hameau proche de Souliers, à 4 kilomètres au nord-ouest de Château-Queyras5. Par ailleurs, le service de chevauchée peut être invoqué pour assurer une garde supplémentaire à caractère exceptionnel. C’est le cas dans la cité d’Embrun pendant quinze jours, certainement durant le siège de la ville au mois d’octobre 1368, quand cinq damoiseaux reçoivent des gages de 43 florins « pro stippendiis »6.

  • 7 Au xviie siècle, le charnage désigne une provision de viande (Mallé, 1999, p. 410).
  • 8 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 360 et Vaillant, 1951, p. 428.
  • 9 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 588.
  • 10 Vaillant, 1951, p. 430.
  • 11 Denifle, 1900, p. 182 et Roman, 1890, p. 259.

4En plus des trois services précédents (garde, chevauchée et ost), il est rarement fait état du droit de réquisition, le charnagium7 Dans la grande charte du Briançonnais (29 mai 1343), l’article 24 indique que les bêtes des voyageurs comme celles des marchands ne peuvent pas être réquisitionnées par les officiers, même pour les chevauchées delphinales8. Ce droit de réquisition ne peut plus être levé en Dauphiné puisque les « victuailles » exigées en temps de guerre sont à la charge du dauphin (article 27 du Statut delphinal de 1349). Enfin, ce statut abolit également le droit de garnison (stabilita) dans son article 199. De fait, ce droit avait déjà été supprimé à Gap en 1300, mais rétabli à Embrun entre 1311 et 131910. Dans les Baronnies, le dauphin exigeait encore que les vassaux du prieur de Saint-André-de-Rosans paient son écuyer, le capitaine Jean de Montigny, qui était venu renforcer la garnison du prieuré après les attaques des Provençaux en 136811.

Évolution générale du service de chevauchée

  • 12 Falque-Vert, 1997, p. 226.

5H. Falque-Vert précise que les armées du Haut-Dauphiné « au xiiie siècle, se composaient sans doute plus de paysans que de nobles, de plus de fantassins à pied que de cavaliers »12. À cette date, tous les hommes de la châtellenie du Queyras sont tenus de participer aux chevauchées comtales, y compris les paysans (rustici). De même, la situation du Briançonnais, à la frontière des possessions des seigneurs de Luserne, explique que le dauphin ait accepté la participation des paysans au service de chevauchée. En 1265, les châtelains de Château-Queyras pouvaient conserver 5 sous sur les paysans prisonniers et 20 sous sur les chevaliers, preuve que les armées adverses se composaient de la même manière.

  • 13 Chomel, 1967, p. 330 et Vaillant, 1968, p. 321, d’après ADI, B 3700, f 13 r°, 1265, Vallouise.
  • 14 Vaillant, 1968, p. 321, d’après ADI, B 3700, f 54 v°, 1265, Molines.
  • 15 Vaillant, 1951, p. 411, d’après charte du 13 décembre 1311 ; Vaillant, 1968, p. 324 et Giordanengo, (...)
  • 16 Vaillant, 1951, p. 44, 71, 78 et 410-412 : chartes concédées en 1210 (Embrun), en 1326 (Chorges) et (...)
  • 17 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 355 ; Vaillant, 1951, p. 412, d’après la grande charte du Brianço (...)

6D’après les reconnaissances delphinales établies au xiiie siècle, les nobles des mandements de la Vallouise et du Queyras doivent eux aussi se rendre aux chevauchées13 pour lesquelles leurs frais sont pris en compte notamment au cas où ils seraient amenés à s’éloigner trop longtemps14. Au début du xive siècle, le recours au service personnel des nobles est assoupli puisqu’ils doivent seulement un tribut en nature : un roncin pour le Queyras (1311)15. Plus au sud, les privilèges des nobles sont bien affirmés, particulièrement en Gapençais et en Embrunais. Ainsi à Embrun en 1210, les frais des nobles armés et montés sont pris en charge par le dauphin. En 1326 à Chorges, puis en 1336 à Bardonnèche (Italie), le dauphin accorde également une solde aux nobles dont il réclame le service personnel16. À partir de 1343, tous les paysans (franchi) et les nobles du Briançonnais au-delà du contingent de 500 hommes qui participent aux chevauchées delphinales, reçoivent une solde compensatrice et, en 1349, le premier article du Statut delphinal approuve le paiement des gages des barons et des nobles engagés pour la cavalcade17.

  • 18 Rey, 1971, p. 76, d’après Arch. Vatic., coll. 380, f 100.
  • 19 Vaillant, 1951, p. 420, d’après charte du 4 juin 1336.

7L’importance de la chevauchée est variable selon la localisation des communautés par rapport aux frontières delphinales. Ainsi, les communautés briançonnaises refusent de se rendre dans les châtellenies éloignées, si bien que les hommes de Château-Dauphin (Italie) qui paient la taille de la cavalcade en temps de paix suivent, en temps de guerre, les chevauchées uniquement à Briançon18. Cependant, les hommes de ces communautés frontalières sont tenus de suivre les chevauchées qui ont lieu dans les bailliages proches, comme c’est le cas à Bardonnèche (Italie) où les habitants doivent participer, à leurs frais, aux chevauchées delphinales en Gapençais, Embrunais et Briançonnais, à partir de 133619.

  • 20 François Chaix, châtelain de Briançon, Odon de Calme, Jacques Luce et Jean Estive effectuent cette (...)
  • 21 D’après Falque-Vert, 1997, p. 443, les contributions en clients sont les suivantes : Briançonnais : (...)

8Les clients astreints au service de chevauchée dans les différents bailliages sont majoritairement des fantassins armés d’arbalètes. Les clients retenus pour la chevauchée à l’extérieur du bailliage de Briançonnais sont pour moitié des arbalétriers, donc des piétons, et pour moitié des lanciers, c’est-à-dire des cavaliers. Le salaire d’un gros par jour est à la charge des communautés du bailliage, sauf au-delà du seuil de 500 hommes, où la solde réduite des combattants (1/2 gros par jour) est payée par le dauphin d’après l’article 10 de la charte du Briançonnais. Dans ce bailliage, le châtelain examine le nombre de feux par châtellenie et répartit alors le nombre de clients que doit fournir chaque châtellenie. Il est assisté par des hommes habitués à faire cette distribution (« pro excartonamento clientum »)20 et par les syndics de chaque communauté. Au terme de la répartition, les 45 clients restant à escartonner dans la confédération des vallées ne peuvent être que les hommes de Bardonnèche, d’Exilles et de Chaumont (Italie) – ces dernières communautés n’ayant pas encore adhéré à la charte du Briançonnais en 134321.

  • 22 Vaillant, 1951, p. 414, d’après la charte concédée en 1210 : « pro cavalcatis non teneantur respond (...)
  • 23 Roman, 1890, p. 143 ; AC Embrun, EE 3, 1301 : « quod quilibet homo de Ebreduno debeat ire in cavalc (...)

9À Embrun, le règlement de la chevauchée est tributaire des libertés antérieures et, en 1210, le dauphin ne peut exiger que les chevauchées dues auparavant au comte de Forcalquier22. D’ailleurs, encore en 1301, les Embrunais refusent de se rendre à la chevauchée de Sainte-Jalle (Drôme) et en 1312, ils soutiennent ne devoir participer qu’à une seule chevauchée par an – contrairement à ce qu’exige d’eux le dauphin Guigues VIII. Finalement un accord est conclu entre le bailli de l’Embrunais et les consuls : la chevauchée, véritable service d’ost, est levée seulement pendant un mois, une fois par an23.

  • 24 AC Briançon, CC 3, f 1 r° et 2 v°, 1368.
  • 25 AC Briançon, CC 3, f 3 r°/v°, 1368 et Bresc, 1972, lettre n° 447, p. 661.

10Les tentatives pour se soustraire au service de chevauchée sont nombreuses comme l’illustrent les clients de Briançon. En 1368, ils tentent d’échapper partiellement à ce service qui les éloigne de leur ville. Ces clients, soldats mercenaires pouvant être au service du dauphin, des nobles ou des communautés urbaines, sont des fantassins uniquement armés de lances en Dauphiné. Dans un premier temps, ils obtiennent une faveur du bailli du Briançonnais – ils l’achètent 3,5 florins ! – car, estimant que leur présence n’est pas opportune au Bois-des-Ayes (Italie), ils ne font qu’un aller-retour dans ce lieu, du 2 au 4 mars 136824. Plus tard, malgré une demande de l’archevêque au gouverneur du Dauphiné, ils refusent de renforcer la garnison d’Embrun, et s’arrêtent à Saint-Crépin, village situé hors du bailliage et donc exclu de leurs obligations militaires. Les Briançonnais déjà casernés à Embrun depuis le 2 septembre quittent la ville le 17. Malgré cela, le bailli Artaud d’Arces ordonne au châtelain de Briançon d’envoyer à nouveau des clients à compter du 22, soit quelques jours avant le25 Enfin, les syndics de Briançon négocient avec le châtelain de Château-Queyras et obtiennent satisfaction puisque seulement cinq clients y sont requis, du 17 au 28 septembre 1368.

  • 26 ADHA, AC Embrun, EE 15.

11Au-delà d’un refus temporaire de participer à certaines chevauchées, les communautés discutent les modalités d’exercice de la chevauchée partagée entre les hommes de chaque bailliage. Ainsi, le 9 septembre 1373, le roi Charles V fait état d’une plainte des habitants d’Embrun qui, depuis dix ans, étaient régulièrement sollicités pour ce service même quand il n’y avait pas de guerre. S’il est entendu que les Embrunais doivent fournir cent hommes armés, leur intervention n’est pas systématique selon qu’il s’agit d’une chevauchée menée en Provence et en Lombardie ou dans le Viennois et les vallées dauphinoises. Près des frontières entre la Provence et la Lombardie, les clients du Gapençais doivent intervenir sans l’aide des Embrunais alors que dans le Viennois et les autres vallées, les Embrunais ne doivent pas s’éloigner de leur ville jusqu’à ce que les Briançonnais arrivent à Embrun. Après le départ des Briançonnais et des Gapençais, les Embrunais doivent les suivre26.

  • 27 De tels actes d’insoumission sont déjà d’actualité au xiiie et au début du xive siècles. Voir le ca (...)
  • 28 Vaillant, 1951, p. 417, d’après ADI, B 3001, f 243.
  • 29 Manteyer, 1944, p. 553, d’après ADI, 8 B 638, f 42 r°, compte de la châtellenie de Réotier (30 mars (...)
  • 30 Manteyer, 1944, p. 561, d’après ADI, 8 B 638, f 49 r°, compte des recettes du Briançonnais (1er jui (...)

12Par ailleurs, l’augmentation de la fréquence du service de chevauchée à partir de septembre 1368 s’accompagne du refus de certaines communautés d’y participer27. Alors que les Embrunais ont la possibilité de racheter ce service, ils préfèrent se rendre aux chevauchées delphinales plutôt que payer la redevance exigée, la petitio, et obtiennent même sa suppression en 125828. Pourtant, au xive siècle, les habitants remettent de plus en plus souvent en cause la nécessité de certaines convocations. Ainsi, une partie des hommes de Réotier préfère payer 10 florins plutôt que de se rendre à Château-Dauphin (Italie) entre 1362 et 136429. Il en est de même pour les hommes des châtellenies de Crots, des Orres, de Baratier, de Briançon, de la Vallouise et du Valcluson (150 florins) qui ne se sont pas rendus à une chevauchée en 136330.

Les chevauchées en Haut-Dauphiné (1362-1369)

  • 31 ADI, 8 B 638, ff 78 v°-79 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364).

13Dans un premier temps, entre 1361 et 1364, les conflits sont très localisés, tout d’abord dans la vallée de la moyenne Durance, autour d’Upaix, où les premiers routiers remontent la vallée sous escorte pour rejoindre le Piémont. Là, en novembre 1362, les hommes d’armes du marquis Galéas de Saluces mènent une guerre privée dans la châtellenie dauphinoise la plus orientale : Château-Dauphin. Ces deux conflits contemporains impliquent des routiers « indépendants » et des hommes d’armes à la solde de Galéas de Saluces. Leurs motivations sont pourtant bien différentes puisque les premiers sont attirés par l’argent alors que les seconds entendent contrôler certaines terres dauphinoises. Notons que le châtelain de Bardonnèche (Italie) doit porter secours, pendant 14 jours, aux hommes du Valcluson face aux compagnies de routiers (3,5 florins) dont c’est la seule mention à cette date31.

  • 32 Manteyer, 1944, p. 511, d’après ADI, 8 B 638, f 66 r°/v°, 2 septembre 1362.
  • 33 ADI, 8 B 638, ff 66 v°-67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364).

14La première menace atteint donc la vallée de la Durance en avril 1361, quand le châtelain d’Upaix, Humbert Boniface, déclare avoir servi le dauphin pendant 40 jours avec le capitaine Pierre de Mévouillon – chevauchée pour laquelle il n’est pas encore payé en septembre 1362 (12 florins). Cette chevauchée les mena à Nyons, Orpierre, Serres et jusqu’au château d’Exilles pour y repousser les Anglais32. Le gouverneur demande alors au trésorier du Dauphiné de payer le salaire du châtelain et ceux de quatre clients, d’un garde et d’un chien qui, pendant deux mois, ont assuré la garde du château alors que les compagnies d’Anglais traversaient la région pour rejoindre le Piémont en compagnie du marquis de Montferrat (101,5 florins)33.

  • 34 ADI, 8 B 638, f 19 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) ; f 21 (...)

15Les comptes de châtellenies mentionnent également des interventions en Piémont où les hommes de Galéas de Saluces ont attaqué les places de Château-Dauphin et de La Bâtie-du-Pont en novembre 1362. Le châtelain du Valcluson mène tout d’abord une armée pour venir en aide aux habitants de La Bâtie-du-Pont(10 florins). À la demande des capitaines du Briançonnais, le châtelain de Césanne dirige une chevauchée pendant sept jours à Château-Queyras puis il visite les castra du Briançonnais afin de dresser l’inventaire des armes (4 florins et 4,5 gros). Enfin, le châtelain de Bardonnèche participe également à la chevauchée de Château-Dauphin où il est appelé à deux reprises, pendant 18 jours au total (5,5 florins). Deux hommes supplémentaires assistent à la défense de La Bâtie-du-Pont : Louis de Bardonnèche, pendant six jours (1,5 florin) et Henri de Cornillon pendant sept jours (1 florin et 9 gros), chacun avec deux roncins34.

  • 35 ADI, 8 B 638, ff 155 r°-160 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 sept (...)

16C’est évidemment dans le compte de la châtellenie de Château-Dauphin que le poids financier de la guerre se fait le plus sentir. En effet, du 24 février 1362 au 5 septembre 1364, plus de 95 % des dépenses sont liées à cette guerre, et pas seulement à cause des chevauchées. Le coût des gardes supplémentaires, des espions et des frais d’ambassade à Embrun – pour conclure un accord de paix (944 florins et 2 gros soit 92,9 % du total des dépenses de la châtellenie) surpassent cependant les frais de réparations du château qui paraissent dérisoires (22 florins et 10 gros, soit 2,3 %)35.

  • 36 ADI, 8 B 638, ff 163 r°-164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 sept (...)

17Les frais de guerre se font également lourdement sentir dans les comptes de la châtellenie de Château-Queyras. Outre le salaire de deux gardes supplémentaires envoyés par les capitaines à Château-Queyras à la fin de l’année 1362 (14 florins et 4 gros), les messagers (6 florins), les frais engagés pour visiter La Bâtie-du-Pont après son occupation par Galéas de Saluces (10 florins), le salaire du châtelain reste une des dépenses les plus importantes. La fonction militaire de Jacques de Gumin, châtelain de Château-Queyras et de Château-Dauphin, est clairement indiquée dans les comptes puisqu’il doit garder les fortifications des deux châtellenies (240 florins). Au total, 270 florins et 4 gros sont consacrés à ces frais, soit 84,4 % du total des dépenses36.

  • 37 18 clients du 2-4, 7-29 mars 1368 au Bois-des-Ayes ; 16 du 2-8 septembre à Château-Dauphin ; 5 du 1 (...)
  • 38 AC Briançon, CC 3, ff 1 r°-2 v° : « Primo sequitur de expensis factis per dictos sindicos ratione c (...)

18Après avoir vu les premières avancées des routiers et les entreprises de Galéas de Saluces en 1362, nous allons examiner le déploiement des hommes dans les régions les plus septentrionales (Briançonnais, Queyras et Embrunais) et suivre plusieurs expéditions dans les vallées du Champsaur et du Gapençais et enfin dansles baronnies de Mévouillon et de Montauban. À partir du 2 mars 1368, la ville de Briançon envoie 164 clients protéger la région briançonnaise, d’une part au Bois-des-Ayes et à Château-Dauphin (Italie) et, d’autre part à Château-Queyras et à Embrun37. Ces clients sont astreints au service de la chevauchée comme l’indique le début du compte38. Du 7 au 29 mars 1368, sept clients doivent repousser une expédition au château de Bois-des-Ayes (14 florins et 5 gros). D’autres clients interviennent à partir du 14 septembre à Embrun où ils ne restent que pendant de courtes périodes : 14 clients les 14 et 15 ; 15 clients du 16 au 24 et 19 clients du 22 au 29. Même en comptant les frais de transport des armes (4 florins) et les frais annexes (22 gros), l’ensemble de la dépense consentie par la ville de Briançon ne dépasse pas 24,5 florins pour cette expédition à Embrun, soit moins d’un quart de l’ensemble des dépenses.

  • 39 ADI, 8 B 644, ff 29 v°-30 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 n (...)

19De plus, 16 clients de Briançon sont présents à Château-Dauphin du 2 au 8 septembre (11 florins et 22 sous) mais, le 28 août 1368, les Provençaux présents à Saint-Paul-sur-Ubaye font craindre une intrusion à Château-Queyras par le col de Vars. Plusieurs messagers sont alors envoyés de Château-Queyras à Briançon, Embrun et même jusqu’à Exilles et Bardonnèche pour demander du secours (3 florins et 2 gros) alors que la ville de Briançon ne dépêche que cinq clients à Château-Queyras, seulement du 17 au 28 septembre (5 florins)39.

  • 40 Coût de la chevauchée pour Briançon (104 florins) : Pertuis Rostan (32,3 %), Bois-des-Ayes (25,4 %) (...)
  • 41 ADI, 8 B 380, ff 151 r°/v°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

20Du 1er novembre au 16 décembre 1368, le chevalier Artaud d’Arces, nouveau capitaine du Briançonnais, doit défendre la région face aux Provençaux qui, après avoir assiégé Embrun et franchi le Pertuis Rostan, menacent d’occuper la région. En octobre et novembre, ce passage est protégé par 77 clients ce qui représente à la fois l’effectif maximum accordé par la ville de Briançon ainsi que la dépense la plus importante – environ un tiers du total40. À cela s’ajoutent cinq hommes armés de la châtellenie de Réaumont (Isère) – dont Artaud d’Arces est encore le châtelain – chacun avec 2 chevaux : ils défendent efficacement la région puisqu’aucun pillage n’est mentionné en Briançonnais lors du passage des Provençaux (112,5 florins)41.

  • 42 Réaumont, Isère, cant. Rives. ADI, 8 B 380, f 151 r°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juil (...)
  • 43 Le 28 septembre 1368, deux hommes d’armes de la châtellenie de Pisançon (Drôme, Chatuzange-le-Goube (...)
  • 44 Lacroix, 1879, p. 184 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 14. Le châtelain d’Azieu (Rhône) passe 20 jo (...)
  • 45 Manteyer, 1944, p. 745, d’après ADI, 8 B 380, f 169 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 jui (...)
  • 46 ADI, 8 B 380, f 151 r°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

21Dans la vallée du Champsaur, Pierre Claret de Cornillon, issu également de Réaumont (Isère), dirige environ 34 piétons pendant 2 mois et demi – certainement à la fin de l’année 136842. Les hommes d’armes sont d’abord arrêtés à Grenoble et à La Mure43 puis à Corps où le bailli du Graisivaudan installe une garnison le 2 octobre 136844. Puis ils traversent rapidement la vallée du Champsaur : seuls 5 arbalétriers issus de la châtellenie de Moirans s’installent en Champsaur pendant 19 jours – du moins sont-ils attestés à Saint-Bonnet45. Comme pour la présence des hommes de Réaumont en Briançonnais, la participation de ceux de la châtellenie de Moirans s’explique parce que leur châtelain, Jean de Bérard, est le capitaine de la chevauchée menée dans cette vallée46.

  • 47 ADI, 8 B 380, ff 168 r°-169 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

22Dans la vallée du Haut-Buëch, le gouverneur fait garder le col de la Croix-Haute par 12 hommes durant le mois de septembre 1368. Le châtelain de Moirans (Isère), son frère et deux hommes d’armes renforcent également la garnison présente près de ce col, à Gap, à Saint-Bonnet et à Jarjayes, du 20 septembre au 30 novembre 1368 (140 florins). S’y ajoutent un homme d’arme (32 sous et 6 deniers), un porte-bannière, 6 arbalétriers, 33 clients (23 livres, 4 sous et 6 deniers) présents dans ces mêmes lieux pendant huit jours sous les ordres de Jean Lauson, représentant du châtelain, lui-même à la tête de deux chevaux (2 florins et 8 gros). 11 arbalétriers et 13 clients supplémentaires accompagnent ce dernier pour une chevauchée de 14 jours en Gapençais (27 livres, 16 sous et 6 deniers) où ils sont secondés par 9 arbalétriers et 22 clients supplémentaires pendant 10 jours (23 livres et 19 sous)47. Au total, ce sont 4 hommes d’armes, 37 arbalétriers, 74 clients, le châtelain et le vice-châtelain de Moirans, châtellenie située au nord-ouest de Grenoble, qui ont défendu le Gapençais depuis le col de la Croix-Haute et la vallée du Champsaur pendant l’automne 1368.

  • 48 À Pisançon : 5 fl. et 7 gr. (1 homme d’arme pour conduire les clients de Pisançon à Gap). Dépensest (...)
  • 49 À Réaumont : 37 fl. pour les piétons conduits en Champsaur par Pierre Claret de Cornillon et 112,5 (...)

23Que ce soit pour la défense du Briançonnais, du Champsaur ou du Gapençais, on le voit, les chevauchées sont levées dans des châtellenies assez éloignées. En effet, des hommes de Morestel, de Pisançon, de Réaumont et de Moirans participent, dans des proportions variables, à la défense de la région à la fin de l’année 1368. Pour les deux premières châtellenies citées, le coût de cette chevauchée est négligeable : moins de 6 % du total des dépenses de la châtellenie de Pisançon ; 19 % à Morestel48. Par contre, l’intervention des châtelains de Réaumont et de Moirans, respectivement capitaines en Briançonnais et en Champsaur, explique le poids de la chevauchée dans le budget de leur châtellenie : plus de 47 % à Réaumont et 63,5 % à Moirans49.

  • 50 Buis-les-Baronnies, Drôme, ch.-l. cant. ADI, 8 B 380, f 149 v°, compte de la châtellenie de Réaumon (...)
  • 51 Manteyer, 1944, p. 753, d’après ADI, 8 B 380, f 211 r°/v°, compte de la châtellenie d’Albon (5 mai (...)

24Le chevalier Artaud d’Arces, châtelain de Réaumont (Isère), intervient aussi dans les Baronnies où il se rend du 24 avril au 24 mai 1369. Alors même qu’un accord de paix avait été conclu entre Raymond d’Agout, sénéchal de Provence, et Raoul de Louppy, gouverneur du Dauphiné, le 13 avril 1369, il doit verser une rançon aux Bretons afin qu’ils libèrent la ville du Buis (36 florins)50. Certainement durant la même période, le châtelain d’Albon (Drôme) doit lui aussi se rendre pour une chevauchée au Buis où il conduit, pendant 11 jours, les clients du Viennois, à lademande du gouverneur du Dauphiné (7 florins et 4 gros). À cette occasion, il passe à Chabeuil (Drôme) après avoir descendu la vallée du Rhône, puis à Serves (Drôme) afin d’empêcher les troupes du duc d’Anjou de pénétrer en Dauphiné (2 florins), enfin à Romans pour établir un traité de paix entre les seigneurs de Vinay et d’Anjou51.

25À la suite des premières rumeurs qui circulent sur la présence de routiers en mars 1368, la ville de Briançon anticipe leur venue au Bois-des-Ayes (Italie), à Château-Dauphin (Italie) et à Château-Queyras. On note aussi un effectif assez important, malgré des réticences, des clients présents à Embrun avant le siège de la ville. Après la prise de cette dernière, les hommes sont immédiatement reportés au Pertuis Rostan où le gouverneur souhaite arrêter l’intrusion des Provençaux. D’ailleurs, seuls cinq hommes d’armes sont envoyés dans le bailliage du Briançonnais jusqu’à la mi-décembre 1368. Autour de Gap où les informations sont plus confuses, les rassemblements de routiers n’interviennent pas avant la mi-septembre et les grandes chevauchées ne s’y déploient réellement qu’au cours de l’hiver 1368-1369 (Figure 7). La venue de ces hommes d’armes n’est suivie d’aucun combat direct avec les routiers et le théâtre des opérations militaires – si elles ont eu lieu en Haut-Dauphiné – échappe totalement à notre documentation.

Figure 7. Carte de la grande chevauchée, mars 1368-février 1369. © N. Nicolas.

Le service de guet et de garde

  • 52 Fornier, 1892, tome 3, p. 271, d’après AC Guillestre, AA 1, 12 août 1329, article 16 : « Item conve (...)
  • 53 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361, grande charte du Briançonnais, article 26.
  • 54 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 588, article 28.
  • 55 Contamine, 1972, p. 231.

26Le droit de garde (gayta, excubia, scubia) désigne la garde ordinaire dans les châteaux delphinaux et les villes mais, en cas d’urgence, un service extraordinaire (eschargayta) est requis. La garde de nuit (sercha, zercha) est également organisée à Guillestre et Risoul (1329) ainsi qu’à Châteauroux où l’archevêque d’Embrun nomme quatre gardes en 133252. Dès 1343, le droit de garde au château est supprimé à Briançon puisqu’il ne rapporte rien au dauphin : la garde est toujours assurée par les habitants de la châtellenie mais les salaires des gardes sont assumés par le dauphin53. Le Statut delphinal accordé en 1349 généralise cette pratique en abolissant tout droit de garde dans les châteaux et les villes du Dauphiné54. Dans les faits, l’ordonnance de Charles VI maintient ce service de guet et de garde dans les villes et les châteaux des frontières du royaume, encore en 139655.

Le service de garde des châteaux

  • 56 ADHA, E 285, f 7 v° : « homines de Cayreria debere debent (sic) tamen manutenire turrim de Cayreria (...)
  • 57 ADI, 8 B 633, f 20 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (20 janvier 1356-24 juin 1357) et B (...)
  • 58 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accendit (...)
  • 59 AC Guillestre, FF 3, 28 août 1380 : « infra primam portam dicte domus, ante cameram porterii ».

27Malgré la suppression du droit de garde en 1349, l’intrusion des compagnies de routiers en Dauphiné entraîne un renforcement de la garde dans les châteaux delphinaux. Auparavant, la garde des châteaux était occasionnelle, comme à la tour de Queyrières en 126556. Désormais, les gardes, les guetteurs et les portiers donnent l’alerte depuis un poste de surveillance fixe : une tour57, une bretèche58 ou une guérite59.

28À Château-Dauphin (Italie), la garde est renforcée dès 1359 et des effectifs supplémentaires sont constamment sollicités à partir du 7 novembre 1362 (Figure 8). Pendant quelques jours, 28 clients sont même appelés pour renforcer la garnison quand les hommes de Galéas de Saluces occupent la châtellenie (18 au 23 novembre). Bien que le 20 décembre 1362, le gouverneur ait ordonné au châtelain de réduire la garnison à 4 nobles et 7 clients, cet effectif est maintenu jusqu’au 9 janvier 1364. Après une période calme, le service de garde se systématise en novembre 1367 et, jusqu’au 4 mai 1369, 4 nobles et 6 clients gardent le château. Puis, entre 1379 et 1398, la solde de la garnison, composée du châtelain, d’un noble, d’un portier et d’un guetteur, est mentionnée chaque année dans les comptes de la châtellenie (80 florins). Dans cette même châtellenie, Goyet Gay est à la tête de la garnison de La Bâtie-du-Pont depuis avril 1363 et, à partir de juillet 1365, ce capitaine dirige au moins 7 clients jusqu’en septembre 1367. Dès lors, comme à Château-Dauphin, la « garde habituelle » composée de 2 nobles et de 4 clientsdemeure au château jusqu’au 4 mai 1369. À partir de juin 1384, le châtelain tient constamment avec lui 3 à 4 gardes dont les soldes sont systématiquement portées dans les comptes de la châtellenie.

  • 60 Falque-Vert, 1997, p. 227.
  • 61 Vaillant, 1967, p. 343 ; Golaz, 1971, p. 12 ; Falque-Vert, 1984, p. 20 et Falque-Vert, 1997, p. 227 (...)
  • 62 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361, grande charte du Briançonnais, article 26.

29Quant aux villageois de Château-Queyras, « la présence, en théorie apaisante et sécurisante d’un castrum, se paie à coup de services effectifs et de redevances versées à la parerie des nobles-challains » au xiiie siècle60. Alors que l’entretien du château revient à l’ensemble des habitants de la châtellenie (Aiguilles, Abriès et Ristolas – f. infra), la garde de nuit (zercha) est assurée par les seuls habitants de Château-Queyras qui doivent fournir deux gardes de Pâques à la Toussaint. De plus, les challains peuvent prélever 13 deniers par feu pour mobiliser la garde extraordinaire (eschirgayta). Enfin, en cas de chevauchée, le service de garde revient aux habitants de Souliers, hameau situé à 4 kilomètres au nord-ouest de Château-Queyras61. En 1343, le service de garde reste dû par les habitants de Château-Queyras sauf s’ils l’achètent par une rente annuelle62.

  • 63 ADI, B 4364, 13 juin 1418, Château-Queyras.
  • 64 ADI, B 4364, 7 novembre 1419, quittance de paiement de Jacques Garcin.
  • 65 ADI, 8 B 638, f 163 r° (28 novembre 1362-10 janvier 1363) ; 8 B 644, ff 31 r°-32 v° (7 septembre 13 (...)

30L’intrusion des hommes de Galéas de Saluces a eu des conséquences jusqu’à Château-Queyras où un garde supplémentaire assiste le châtelain au cours de l’hiver 1362. En 1368 et 1369, 4 nobles et 6 clients sont présents au château puis, en 1388, les effectifs sont réduits à un guetteur et un garde. Notons qu’en 1418, le service de garde repose sur une organisation différenciée entre temps de paix et temps de guerre. Dans le premier cas, six hommes sont retenus, chaque nuit, aux frais de la communauté mais, en cas de nécessité, ce sont douze hommes (6 arbalétriers et 6 brigands) qui sont requis, nuit et jour63. De plus, un garde doit être posté au château, nuit et jour, pour donner l’alerte64. Dans cette châtellenie, l’alourdissement du service de garde diurne et nocturne est manifeste au xve siècle, témoignant du rôle de ce château pour la défense de la vallée65.

  • 66 Cette tour est également désignée « tour supérieure ». Manteyer, 1944, p. 439, d’après ADI, 8 B 633 (...)
  • 67 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 395, d’après ADI, B 3921, f 1 ; B 2962, 4 juin 1336, charte de li (...)
  • 68 ADI, B 3331, 92 ff, 12 avril-9 septembre 1333, compte de la construction du château de Bramafan : m (...)
  • 69 ADI, 8 B 645, f 7 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (11 août 1368-mai 1369).
  • 70 Pendant 21 jours (n.p.) puis du 5 avril au 11 mai 1360, alors que le comte de Savoie et les saquema (...)

31Dans l’escarton d’Oulx (Italie), le service de garde est organisé depuis plus longtemps puisque le garde de la tour « commune » de la châtellenie de Bardonnèche – dont le dauphin Humbert II possède seulement un quart – est cité dès 1355 (Figure 8)66. Mais c’est depuis le château de Bramafan, construit en 1333, que sont appelés les habitants en cas de nécessité67. Élevé sur les vestiges d’un château qui appartenait à la famille de Bardonnèche et dont le dauphin acquiert les parts avant 1340, ce château est composé de deux tours crénelées hautes de 9 toises (18,50 m), d’un logis (deux salles, une chambre de l’armurerie, une chambre du massif…) etd’une citerne. Édifié sous la direction du bailli du Briançonnais, il devient le chef-lieu de la châtellenie de Bardonnèche68. En 1368, le châtelain de Bardonnèche précise qu’il est alors le gardien de ces deux châteaux69. À partir de février 1362, le châtelain d’Exilles est assisté par 4 clients et 2 guetteurs qui interviennent également dans la châtellenie d’Oulx à partir de 1370. Le pont-levis du château d’Exilles, gardé occasionnellement avant 136270, a ensuite son garde attitré : Guionet Pelliceri, portier de nuit du 15 octobre 1362 au 15 juillet 1363, et chargé de la garde diurne pendant 123 jours durant cette même période ; il est encore affecté à la surveillance du pont, de nuit comme de jour, en 1371.

  • 71 Vaillant, 1968, p. 345, d’après ADI, B 3699, 1260 : « Ante tamen quam marescalus inciperet hedifica (...)
  • 72 ADI, 8 B 638, ff 18 v°-19 r° (15 janvier-19 avril 1362 ; 6 janvier-18 avril 1362 et 25 avril 1363-1 (...)

32Plus à l’est, dans la châtellenie du Valcluson, les châteaux de Mentoulles et de Bois-des-Ayes assurent la protection de la frontière du Dauphiné (Figure 8). Le château de Bois-des-Ayes, aujourd’hui Château-du-Bois, édifié avant 1260 par le maréchal Obert Auruce, est le poste de défense placé le plus en avant71. Pourtant, malgré la situation de cette châtellenie, seuls quelques clients supplémentaires intègrent la garnison de ce château en 1362-1363 ; puis pendant l’hiver 1393, les deux châteaux de Mentoulles et de Bois-des-Ayes sont à nouveau renforcés à cause de la guerre à laquelle se livrent Amédée d’Achaïe et le marquis de Saluces72.

  • 73 ADI, 8 B 647, f 89 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

33Comme en Briançonnais, la garde des autres châteaux delphinaux est renforcée au moment où les routiers sont les plus présents. Ainsi, la garde du palais delphinal d’Embrun est assurée par six clients et, après le siège d’octobre 1368, la garde reste une priorité même si elle devient difficile à supporter financièrement. Ainsi, entre le 8 août 1369 et le 24 juin 1370, étaient initialement prévus huit hommes – 6 nobles écuyers et 2 clients. Cependant, les Auditeurs des comptes refusent de payer la solde de ces hommes et déclarent que la présence de deux nobles – en plus du châtelain et du portier – suffit amplement, d’autant que le château de La Bâtie-Neuve est déjà gardé par six hommes. Ainsi, seuls les deux nobles sont payés pendant 10 mois et demi sur les comptes du bailli d’Embrun (157,5 florins)73. La raison invoquée par les Auditeurs des comptes est pourtant peu recevable attendu que le château de La Bâtie-Neuve est tout de même situé à plus de 20 kilomètres du palais delphinal.

  • 74 ADI, 8 B 650, f 28 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1373-24 juin 1374).

34Le château de Réotier est gardé par trois hommes qui assurent en alternance les charges de portier et de guetteur en 1370. Puis, en 1373, le gouverneur du Dauphiné prévoit qu’un archer ou guetteur soit affecté en permanence au palais delphinal d’Embrun et au château de Réotier74. Entre 1391 et 1398, le portier Pierre Charnier assume cette charge à Embrun alors que deux gardes sont requis à Réotier – dont Antoine Brun présent entre 1393 et 1398.

  • 75 ADI, 8 B 647, f 5 v°, compte de la châtellenie de Queyrières.

35En dehors de ces châteaux delphinaux, quelques clients sont occasionnellement convoqués comme c’est le cas des deux clients envoyés au château de Queyrières par le bailli du Briançonnais, du 2 décembre 1369 au 25 mars 137075. Dans cette châtellenie de Saint-Martin-de-Queyrières et dans la châtellenie voisine de la Vallouise, on ignore si les soldes des gardes sont ensuite comptabilisées avec celles des châtelains – ces derniers étant par ailleurs peu rémunérés (cf. infra). Il est plus vraisemblable d’estimer que la véritable défense des vallées de la Vallouise et de la Durance s’effectue plus en aval, vers Les Vigneaux (Mur des Vaudois).

  • 76 Un long conflit oppose le dauphin et le vicomte de Tallard sur la juridiction de Saint-Jean-de-Chas (...)

36Dans la région gapençaise, la protection du territoire de Montalquier est stratégique par sa position aux portes de la ville de Gap. Ainsi, la surveillance dans cette châtellenie est assurée avant la construction de la tour en 1338. Cependant, c’est seulement entre 1379 et 1398 que le coût de la garde de la tour est compris dans le salaire du châtelain : année après année, c’est la seule dépense fixe de la châtellenie et c’est aussi la plus importante. Ponctuellement, du 27 mars au 26 avril 1398, le châtelain s’entoure de dix hommes supplémentaires pour contenir les « hommes d’armes du vicomte de Tallard »76.

  • 77 Cette année-là (1370-1371), le portier Antoine Laurent n’est autre qu’un des clients déjà engagé au (...)
  • 78 Dépenses totales de la châtellenie : 2 224,5 florins (ADI, 8 B 644, ff 37 v°-46 v°, compte de la ch (...)
  • 79 ADI, 8 B 647, f 112 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1370-24 juin 1371) : « Item tenui (...)

37Plus au sud, la garde du château delphinal d’Upaix est d’abord confiée aux châtelains. L’un d’eux, Guillaume Esmin, châtelain en 1357, est encore présent dans la garnison du château en 1370-137177. Puis la présence de 5 hommes (4 clients, 1 guetteur) s’avère nécessaire, certainement pendant le passage des hommes du marquis Jean de Montferrat dans la vallée de la Durance, en avril 1361. En 1368, le coût de la guerre est particulièrement important dans cette châtellenie tant en valeur absolue qu’en valeur relative puisque près de 95 % des dépenses sont liées à la garde et aux frais de messagerie78. En effet, du 20 juin 1368 au 26 mai 1369, on remarque une forte mobilisation des nobles – alors même que l’accord de paix entre les Provençaux et les Dauphinois a été signé le 13 avril 1369. C’est même durant cette dernière période (15 mars-26 avril 1369) que la présence des nobles a été la plus significative : ils sont plus d’une vingtaine et c’est sans compter qu’ils sont assistés par six clients du 11 avril 1368 au 12 mai 1369 ! Il est vrai que le château d’Upaix est particulièrement menacé du fait de sa proximité avec la Provence (Figure 9)79.

Figure 8. Carte des châteaux briançonnais. © N. Nicolas.

Figure 9. Carte des garnisons des châteaux delphinaux, avril 1368-août 1369. © N. Nicolas.

  • 80 ADI, 8 B 671, f 244 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398).

38À la suite du passage des hommes de Raymond de Turenne (1388-1389), la garde du château est renforcée pendant 4 mois (2 gardes) puis, pendant l’occupation du castrum de Lazer par les hommes de Guillaume de Camisard, six hommes armés gardent le château : les trois hommes présents de jour comme de nuit sont assistés par trois habitants du village chaque nuit (27 novembre 1391-30 juin 1392). Enfin, de juillet à novembre 1393, la garde est assurée par trois gardes armés présents de jour comme de nuit ainsi que trois gardes supplémentaires pendant la nuit. Après le 1er novembre 1393, peut-être en raison de l’hiver, le gouverneur réduit cet effectif à deux hommes : un garde de jour comme de nuit et un garde nocturne. Jean Esmin, prieur de Trescléoux et représentant du châtelain, est le seul garde présent pendant toute cette période, c’est-à-dire pendant une année (1er juillet 1393-30 juin 1394). Ce dispositif est reconduit au cours de la période suivante : le prieur est accompagné d’un garde de nuit en temps normal (24 juin 1395-24 juin 1396) et cinq gardes supplémentaires sont requis en cas d’attaque des routiers. Le même service exceptionnel, mais ramené à quatre gardes, est renouvelé en 1397-1398, toujours en cas de guerre80.

  • 81 ADI, 8 B 660, f 296 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1388-24 juin 1389).
  • 82 Il s’agit d’Antoine Laurent, accompagné de Pierre Gambe, tous deux clients avant 1364. Ce dernier p (...)

39Qui sont donc ces gardes dont les noms sont quelquefois énumérés par les châtelains ? Parmi eux, on note la présence de deux religieux dans la garnison de Château-Dauphin (Italie), en novembre 1362, puis de deux notaires à La Bâtie-du-Pont. L’un d’eux, Guigues Puy, d’Oulx, est d’abord garde à Château-Dauphin (1384-1385 ; 1388-1389) puis à La Bâtie-du-Pont (1390-1392 ; 1393-1394). De même, Jean Bermond, de Saint-Chaffrey est successivement garde dans ces deux châteaux : à La Bâtie-du-Pont (1388-1389 puis 1397-1398) et, entre temps, à Château-Dauphin (1395-1396). Autre détail fourni par les textes, c’est le neveu du châtelain d’Upaix qui monte la garde au château pendant quatre mois durant lesquels Raymond de Turenne est attendu dans la région81. Dans ce même château, un jeune garde recruté à deux reprises, une fois avant 1364 puis en 1370-1371 en tant que portier, est ensuite désigné comme charpentier dans ce même village où il participe aux travaux du château en 1380-1381 puis en 1384-138582.

  • 83 Ce dernier est encore mentionné en 1416-1417 : ADI, 8 B 682, f 86 v°, compte de la châtellenie de R (...)
  • 84 Noble Jean de Névache : 1388-1389, 1390-1392, 1393-1394, 1395-1396, 1397-1398 ; Antoine Fabre, de N (...)

40En effet, il semble que les villages proches – exceptionnellement les villages situés dans les limites du bailliage – fournissent l’essentiel des effectifs : Antoine Fabre, de Chorges, portier du palais delphinal d’Embrun (1371-1372 ; 1373-1375) ; Jean Martin, Louis Gache et Pons Béchard, d’Upaix, gardes au château d’Upaix (1391-1392 ; 1393 et 1395) ; Guigues Garnier, de Réotier, garde au château de Réotier (1397-1398)83. Enfin, dans la châtellenie de Château-Dauphin (Italie), de nombreux gardes sont originaires de Névache, au nord de Briançon84.

La garde des villes

  • 85 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361 ; tome 2, p. 152 ; Vaillant, 1951, p. 432, lettre de Henri, r (...)
  • 86 Vaillant, 1951, p. 433, d’après AC Briançon, EE 2, f 88, 23 juin 1371.

41La garde des villes est organisée conjointement avec la surveillance des châteaux delphinaux comme le suggèrent les usages de la ville d’Embrun et les règlements précis de la ville de Briançon. Dans cette dernière, le règlement de 1324 stipule que le château doit être surveillé de jour comme de nuit et que les gardes doivent communiquer et alerter ceux du bourg. En temps de paix, les habitants peuvent être dispensés de ce service en payant un impôt (gaytaria). En 1343, la grande charte du Briançonnais règlemente le service de garde extraordinaire en interdisant aux officiers delphinaux de contraindre les Briançonnais à garder les châteaux delphinaux et les prisonniers qui y sont enfermés, sauf en cas de crime grave. Le châtelain doit alors en informer le bailli et les juges delphinaux et nomme ensuite les personnes les plus disponibles et compétentes85. Quant au service de guet, il peut être suspendu en temps de paix mais devient systématique en période de guerre86.

  • 87 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.
  • 88 ADI, 8 B 671, f 324 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1397-24 juin 1398).
  • 89 Guillaume, 1879, p. 20-23 et Routier, 1981, p. 81, 13 octobre 1395 : « (...) ladicte ville de Brien (...)

42Comme dans les châteaux delphinaux, les clients assurent la double fonction de soldat et de garde de la ville. Ainsi, en 1368, le châtelain François Chaix exige qu’une partie des clients ne soit pas envoyée à la chevauchée pour garder la ville et le château de Briançon87. À partir de 1382, la garde de la ville incombe au châtelain, assisté d’un seul guetteur : en cas de menace, le gouverneur mobilise deux gardes supplémentaires au château comme c’est le cas entre 1393 et 1398, pour prévenir l’intrusion de troupes massées en Piémont88. Comme l’avait suggéré le châtelain François Chaix quelques années auparavant, Charles VI exempte en 1395 les habitants de tout service militaire hors de la ville – par exemple au Pertuis Rostan – attendu que la défense de la ville est primordiale89.

  • 90 En juillet 1357, face aux bandes d’Arnaud de Cervole, le pape Innocent VI engage 400 « piétons armé (...)
  • 91 Bourrilly, 1926, p. 167, d’après ADBdR, B 1524.
  • 92 Hébert, 1979a, p. 9 : registre contenant le nombre d’hommes de pied (144) et d’hommes d’armes (29) (...)
  • 93 Contamine, 1972, p. 23, d’après Du Cange, définition de brigantae.
  • 94 ADI, 8 B 644, f 68 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368). Frédéri (...)
  • 95 ADI, 8 B 638, f 53 r°, compte de noble Pierre Aynard, capitaine du Briançonnais (12 juin 1363-12 ja (...)
  • 96 D’après Roman, 1888a, p. 30-33, 12 octobre 1424 : liste des 110 hommes d’armes dont 14 capitaines à (...)

43En plus des clients, les mercenaires ou brigands sont sollicités pour assurer la défense des villes provençales à partir de 135790. Plus tard, le 11 mars 1368, Louis de Trian paie encore quatre capitaines italiens et cinquante brigands pour la défense d’Aix-en-Provence (200 florins)91. Ces brigands, combattants soldés, constituent même l’essentiel de l’armée provençale en 1374, d’après le rôle de la montre étudié par M. Hébert (plus de 60 %)92. Mercenaires originaires de Provence et de Lombardie, les brigands sont mentionnés en Dauphiné dès 134593 et, en octobre 1368, vingt-sept brigands sont recrutés pour renforcer la garnison du palais delphinal pendant le siège de la ville d’Embrun, sous les ordres du capitaine Frédéric de Colonna94. Dans cette ville, deux capitaines assuraient ce rôle à la fin du xive siècle alors qu’à Briançon, seul le capitaine Jean Alamand est mentionné, en novembre 139895. Ce faible effectif différencie pourtant les villes des châteaux dans lesquels la charge de capitaine n’est pas instituée avant 142496.

  • 97 AC Embrun, EE 16, pièce, 16 mai 1402.

44L’exemple de la ville d’Embrun illustre la charge que représente la défense active. Au début du xve siècle, les mesures de défense pèsent sur les habitants d’Embrun qui refusent de garder la cité menacée par les bandes armées du comte d’Armagnac97. À vrai dire, comme les habitants doivent défendre à la fois la ville et le col de Vars en fournissant cent hommes armés, ils se retranchent tantôt devant l’une, tantôt devant l’autre obligation pour se décharger de leur devoir de garde.

  • 98 On a donc identifié à Embrun deux types de capitaines : le capitaine responsable d’une garnison pen (...)

45Lors d’un procès, le règlement de la garde de la ville déposé par Isnard Garin, procurateur de l’université d’Embrun, Guillaume Abrivat et Jean Henri, capitaines de la ville, est soumis à 32 témoins qui en discutent les principaux articles (19 au total). Selon ce règlement, le procurateur et les deux capitaines organisent la garde de jour comme de nuit, affectent les gardes aux secteurs de la ville les plus sensibles et diminuent ou augmentent les effectifs en fonction des dangers (article 2)98. À la suite de sept grandes vagues de mortalité qui ont touché la région après 1360, tous les hommes valides de la ville ont disparu et la garde doit être confiée à des sexagénaires ou à de jeunes hommes. Par ailleurs, s’il faut envoyer 100 hommes armés au col de Vars, la ville d’Embrun serait mise en péril par ce manque d’hommes (article 3). Le procurateur et les capitaines affirment qu’ils ont rapidement fourni les effectifs demandés (article 14) même s’il est impossible, pour les raisons démographiques énoncées et à cause des difficultés financières, de trouver des hommes aptes à faire la guerre (article 15). Enfin, ils se défendent en avouant qu’il est difficile de faire appliquer ces dispositions puisqu’elles sont inconnues de la plupart des hommes de la ville (articles 16 et 17) !

  • 99 AC Embrun, 1 FF 82, ff 27 v°-30 r°, règlement de la garde de la ville déposé par Isnard Garin, proc (...)

46Des habitants interrogés – un notaire, deux juges, trois drapiers, dix chapelains… – la majorité reconnaît que la mortalité a durement touché la ville (5e, 7e, 12e, 13e, 19e et 26e témoin). Un seul d’entre eux prétend que la levée des hommes d’armes est contraire aux libertés et coutumes de la ville. Il ajoute pourtant que les habitants n’ont jamais désobéi aux officiers (5e témoin). C’est le capitaine qui organise la défense de la ville, de jour comme de nuit (3e témoin) et, à ce titre, il perçoit une amende de 5 sous par homme qui n’effectuerait pas son tour de garde (18e témoin). Enfin, les témoins prétendent que les hommes du comte d’Armagnac sont absents de l’Embrunais (2e et 5e témoin) et qu’ils stationnent même « au-delà » des montagnes (2e, 3e et 12e témoin). Ainsi, toute levée d’hommes hors de la ville la mettrait immédiatement en péril (5e et 12e témoin)99.

  • 100 ADI, B 3728, v. 1400, article 17, f 3 v° : « Item dicant ut supra quod dum quidam latibiculi existe (...)

47La rédaction de ce procès est contemporaine de celle d’un mémoire dans lequel les Embrunais déclarent avoir envoyé Guillaume Abrivat et Jean Henri – les deux capitaines cités dans le procès – à la tête de 300 piétons pour chasser des brigands qui avaient installé leur repaire au château de Pontis (Alpes-de-Haute-Provence) d’où ils attaquaient les voyageurs venant du Dauphiné100. Cette corrélation des faits expliquerait le nouveau refus des habitants de quitter la ville.

  • 101 ADHA, E Savines 41, 8 juin 1277.
  • 102 Songeons par exemple qu’une ville comme Carpentras (936 feux en 1380, contre 285 seulement à Embrun (...)

48Ce type de règlement urbain n’est pas limité à la cité embrunaise puisqu’en 1277, une charte communale prononcée par le juge de la cour commune d’Embrun stipule que les consuls de Chorges sont responsables de la garde et de l’entretien des remparts de la villa (articles 22 à 24). Les consuls y assurent les mêmes charges que les capitaines et le procurateur à Embrun puisqu’ils détiennent les clés de la ville, organisent la garde et ordonnent les travaux nécessaires aux fortifications. En outre, ils peuvent condamner tout manquement à ces deux dernières obligations en imposant des amendes de 12 deniers (1 sou)101. Mais en fin de compte, la convocation des habitants pour le guet dans les villes a laissé peu de traces, même en temps de guerre et ce, malgré les obligations reconnues par les Embrunais dans le procès précédemment étudié102.

La garde des « pas » et des cols

  • 103 Lettre au cardinal Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 374, p. 558, 18 juillet 1368 et lettre au cardi (...)
  • 104 .AC Embrun, 1 FF 82, ff 12 v°-13 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 13898.
  • 105 Chevalier, 1871, p. 30, 13 mars 1400.

49L’archevêque d’Embrun Pierre Ameilh est le premier à reconnaître l’intérêt de fortifier les castra constituant les « passages clés » de son diocèse103. Ainsi, les cols et les barrières naturelles de la Croix-Haute, de Vars, du Pertuis Rostan, du Queyras et du Briançonnais font l’objet d’une attention particulière dès le mois de septembre 1368. Encore en 1398, le gouverneur du Dauphiné Jacques de Montmaur demande au châtelain d’Embrun et au bailli de protéger les pas et d’approvisionner les forts104. Parallèlement, il engage tous les baillis et les châtelains à faire garder les passages pour empêcher les troupes du comte de Savoie de pénétrer en Dauphiné105.

  • 106 ADI, 8 B 642, f 13 v°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 f (...)
  • 107 ADI, 8 B 647, f 71 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

50Outre la garde des cols, la surveillance des ponts et des passages est primordiale. Le bailli de l’Embrunais et du Briançonnais poste ainsi deux clients pendant 15 jours au pont de Saint-Clément, près d’Embrun, craignant des représailles des hommes de l’archevêque d’Embrun106. Dans la vallée de Suse (Italie), les habitants d’Exilles et le dauphin se partagent la surveillance d’un point particulier dans une montagne proche : le Serre Deytentura – et seulement en cas de nécessité107.

  • 108 AC Briançon, CC 3, f 4 v°.
  • 109 ADHA, E 285, f 13 v°, 1265, Puy-Saint-André et Guillaume 1888b, p. 7, n° 35, 1307.
  • 110 Baratier et alii, 1969, carte n° 48 et Han, 1977, p. 187. Au xiiie siècle, le Pertuis Rostan désign (...)

51Nous allons observer comment s’organise la garde de quelques passages clés du Briançonnais, situés à des altitudes diverses : le Pertuis Rostan (1166 m) dans la vallée de la Durance, et deux cols situés en montagne, le Pas du Chaï (2660 m) et le col de Vars (2108 m). La faille du Pertuis Rostan est creusée dans la barre rocheuse qui s’étend entre le Serre des Fourches et le ravin du Riou Faure, entre les communes de l’Argentière-la-Bessée et Saint-Martin-de-Queyrières (Figure 10). Le défilé, large de 6 m et profond de 15 m, était protégé par un corps de garde, construction moderne encore visible en 1892 (Figure 11), et par une porte aménagée par les clients eux-mêmes en 1368108. Le Pertuis Rostan, également désigné Foramen Rostagni109, marque la frontière entre le comté de Forcalquier et le Dauphiné au xiie siècle, jusqu’à la donation d’une partie du comté au dauphin en 1202110.

  • 111 ADI, 8 B 644, f 50 v°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (18 août 1368-15 mai 1369).
  • 112 AC Briançon, CC 3, ff 4 v°-6 v° : 33 fl., 7 gr. et 12 d. Cet effectif s’ajoute aux 87 autres client (...)
  • 113 AC Briançon, CC 4, pièce, 1369.

52Avec Lancelot Richard, châtelain du Valcluson (1366-1367), spécialement député pour expertiser les « passages frontaliers », le châtelain de Bardonnèche rassemble des hommes au passage du Pertuis Rostan111. En effet, à la suite de leur visite, la ville de Briançon y envoie des clients du 7 octobre au 20 novembre 1368112. Durant cette période, les capitaines Guigues Chaix et Lancelot Richard dirigent les 77 clients qui, en rotation, assurent la garde de la manière suivante : du 7 au 9 octobre 1368 (6 clients) ; du 15 au 22 octobre (17 clients) ; du 25 au 31 octobre (16 clients) ; du 12 au 16 novembre (18 clients) et – certainement du 17 au 20 novembre – avec une rotation de 20 clients supplémentaires. Les dépenses pour cette mission qui comprennent également les frais de construction de la porte du Pertuis Rostan ainsi que le transport des armes ne dépassent pourtant pas 34 florins. En 1369, un seul client est présent pendant 9 jours au Pertuis Rostan113.

  • 114 BMG, R 80, tome 71, ff 288 r°-295 v°, 3 avril-5 juin 1376 ; 28 avril 1376, d’après Han, 1977, p. 18 (...)
  • 115 Voici les noms des chevaliers qui ont déjà participé aux grandes chevauchées de l’année 1368 : Pier (...)

53Du 3 avril au 5 juin 1376, quelque 108 écuyers et 7 chevaliers-bannerets se relaient pour garder le passage du Pertuis Rostan, à la demande du gouverneur Charles de Bouville114. Les écuyers sont seulement accompagnés par trois des seigneurs concernés par cette levée d’hommes dont le rôle est de surveiller, à cheval, le Pertuis Rostan et l’ensemble des murailles qui barrent l’entrée en Briançonnais. Neuf des seigneurs mentionnés ont déjà participé aux grandes chevauchées de l’année 1368. On note ainsi la présence de Rodolphe de Commiers, capitaine de la chevauchée dirigée en Gapençais pendant l’hiver 1368-1369115.

Figure 10. Le Pertuis Rostan, le Barri et le Mur des Vaudois. © N. Nicolas.

Figure 11. Photo de la porte du Pertuis Rostan en 1892 (ADHA, Z Guillemin 8511).

  • 116 Valbonnais, 1722, tome 1, p. 218 et Dussert, 1915, p. 101 : Entraigues (Isère, col d’Ornon, cant. L (...)
  • 117 ADI, B 4358, pièce, 16 janvier 1391.

54Lors de l’assemblée des États à Vienne, le 5 mars 1388, Enguerrand d’Eudin, gouverneur du Dauphiné, décide d’assembler des gens de guerre pour faire face aux incursions des compagnies d’Anglais. En cas d’attaque, 400 lances et 200 arbalétriers seront mobilisés pour protéger le Pertuis Rostan, la barrière d’Entraigues et la Combe d’Avane (cf. supra)116. Dès janvier 1391, le gouverneur sollicite Jean Boisseau, bailli du Briançonnais, pour envoyer pendant un mois cinq hommes d’armes dans chaque passage dangereux du Briançonnais afin de barrer la route aux troupes du comte d’Armagnac et de Raymond de Turenne117.

55À la fin du mois de mars, l’arrivée de ces troupes paraît inévitable et le roi accorde à son

« chier et féal cousin le comte d’Armaingnac passage par le Pont Saint-Esperit pour mener hors de nostre royaume plusieurs Anglois et autre gens de compaigne qui occupoient plusieurs forteresses en nostre royaume et aussi plusieurs Bretons queil entent mener par nostre Dauphiné au service de l’Église ».

56Le conseiller Jean d’Estouteville et le chambellan Lermitte de La Faye sont chargés de faire appliquer plusieurs règles de conduite dans les villes traversées en Briançonnais. Ainsi, les troupes

  • 118 ADI, B 4358, pièce, 31 mars 1391.

« ne prendront ne assailleront aucunes forteresses en nostredit Dauphiné, ne pilleront, ne roberont, ne efforceront femmes ne autres excès n’y feront, mais tendront leur droit chemin oultre les mons sans séjourner en une ville que un jour ou deux parce que l’on leur baillera vivres et autres choses nécessaires des villes où ils seront par juste et raisonnable pris »118.

  • 119 ADI, B 4358, quittances de paiement, 27 juin 1391 : Pierre Jourdan, Guido Beolat, Michel Passet, Ja (...)
  • 120 ADI, B 4358, pièce, 3 juillet 1391. Le sire d’Achaïe était intervenu dans la conclusion du traité d (...)
  • 121 ADI, B 4358, quittances de paiement, 31 juillet 1391 : chaque noble est payé sur la base de 15 fran (...)

57Du 13 mai au 13 juin 1391, ce sont 10 hommes d’armes et 15 arbalétriers qui surveillent les accès du Pertuis Rostan. La provenance et le type de combattant, notamment huit arbalétriers du Valcluson (Italie), explique la solde que chacun d’eux reçoit : 12 florins pour un mois de garde119. Par leur présence de nuit comme de jour, ces hommes doivent interdire le passage du Pertuis Rostan à Amédée de Savoie, prince d’Achaïe, et à Guillaume de Layre qui, à la tête de 1200 chevaux, s’apprêtent à quitter Gap pour rejoindre le Piémont120. On fait alors appel aux nobles Jean Agni, des Vigneaux, Hugonet et Justet de Bardonnèche ainsi qu’à Pierre de Névache qui, du 5 au 28 juillet, surveillent l’accès avec le bailli Jean Boisseau121.

  • 122 ADI, 8 B 671, ff 25 r°-26 v°, compte des syndics de Césanne, 1398 et B 3010, f 415 r°, 14 mai 1402, (...)
  • 123 Sur les injonctions du bailli qu’ils rencontrent à plusieurs reprises à Briançon et au Pertuis Rost (...)

58Enfin, à la suite des préconisations du bailli du Briançonnais, le passage est à nouveau gardé par 52 clients pendant les mois d’octobre et novembre 1398. Comme tous les clients, ils sont retenus pendant de courtes périodes, de 4 à 39 journées au maximum. Si les soldes de ces clients sont à la charge des syndics, rien ne prouve – àl’inverse des arbalétriers précédents – qu’ils soient originaires de Césanne (Italie). À titre d’exemple, Jean Charbonel qui assure la garde du passage pendant 9 journées n’est autre que le témoin « de Briançon » cité lors d’une visite à Château-Queyras en 1402122. Alors qu’en 1368, les comptes mentionnaient la période durant laquelle chaque client restait au Pertuis Rostan, en 1398 les syndics de Césanne comptabilisent uniquement le nombre de journées pour chaque client et il est donc impossible de savoir combien de clients séjournaient au Pertuis Rostan en même temps123.

59Ainsi, de 1368 à 1398, la garde du Pertuis Rostan est assumée par la ville de Briançon mais également par les châtellenies les plus orientales du bailliage, celles du Valcluson et d’Oulx (communautés de Bardonnèche et de Césanne), preuve que le Pertuis Rostan est bien considéré comme la clé d’entrée en Briançonnais. D’abord confiée à des fantassins – 77 clients – puis aux 108 écuyers engagés en 1376, l’efficacité de la surveillance est sans doute renforcée par la mobilité de ces soldats. En 1391, la faiblesse des effectifs rend illusoire la garde du Pertuis Rostan car, d’une part, seuls 5 hommes d’armes sont requis – alors que l’assemblée des États prévoyait 400 lances et 200 arbalétriers en 1388 ! D’autre part, en juin et juillet, une trentaine d’hommes seulement – dont la moité d’arbalétriers – est censée protéger le passage face aux 1200 écuyers attendus. Enfin, un dernier sursaut est enregistré en 1398 avec l’envoi de nouveaux clients mais, comme le révélaient déjà les montres de l’année 1368, le manque de chevaliers à la tête de ces hommes d’armes permet de douter de la fiabilité de la riposte, le cas échéant.

  • 124 Manteyer, 1944, p. 559, d’après ADI, 8 B 638, f 48 r°, compte de la châtellenie de la Vallouise (26 (...)
  • 125 ADI, 8 B 647, f 71 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).
  • 126 Tivollier, 1913, p. 327, d’après ADI, B 2995, f 435.
  • 127 IGN 3637 OT : x = 960,55 ; y = 3281,20 et z = 2660. Le Pas du Gros n’a pas été identifié.

60Dans l’escarton d’Oulx, seul le passage d’Exilles a été gardé par François Chaix, châtelain de la Vallouise, pendant 8 jours entre 1363 et 1364124. Le châtelain d’Exilles envoie également un vigile à la montagne de Sels, au Serre Deytentura, pendant la nuit, en cas de nécessité125. Craignant le passage des hommes du comte d’Armagnac, le bailli du Briançonnais fait garder temporairement le Pas du Gros et le Pas du Chaï situés en Queyras, du 4 mai au 4 juin 1391, par Albert Blanc, porte-drapeau et 13 de ses hommes (65 florins)126. Le Pas du Chaï, à 2660 mètres d’altitude, permet de relier par un sentier escarpé les deux villages de Molines et d’Aiguilles, séparés par la crête de Batailler127.

  • 128 AC Embrun, 1 FF 82, ff 2 r°-3 v° et ff 11 r°-12 r°, 4 décembre 1398, procès contre Isnard Garin, pr (...)
  • 129 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 511, 26 janvier 1419.

61Enfin, que se passe-t-il du côté du col de Vars qui permet de relier le haut-Embrunais à la vallée de l’Ubaye ? En 1398, suivant les directives du gouverneur du Dauphiné, le châtelain du palais delphinal d’Embrun ordonne au procurateur de la ville d’envoyer 100 hommes armés au col de Vars pour arrêter les hommes du comte d’Armagnac encore présents en Piémont. Les Embrunais, Gapençais et Briançonnais doivent s’unir avec les hommes du Val de Stura (Piémont) et de l’Ubaye (valle Montium, Sancti Pauli). Or, selon Pierre Étienne, juge commun de la ville, les Embrunais se sont arrêtés à Guillestre, en attendant les ordres. Le procès des officiers de la ville dégage ces derniers de toute responsabilité dans les négligences relevées dans l’organisation de la garde et les témoignages des citoyens d’Embrun, arguant que les hommes du comte d’Armagnac sont tantôt présents, tantôt absents de la région, soulignent leur refus de quitter Embrun pour aller au col de Vars, mettant ainsi la ville en péril (cf. supra)128. Ce procès traduit surtout l’épuisement des hommes après 40 années de troubles. D’ailleurs, au même moment, les Briançonnais adressent une supplique au dauphin Charles VII afin que le bailli cesse de les convoquer inutilement pour surveiller les passages129.

  • 130 Sauret, 1860, pièce n° 9, p. 503, d’après Cartulaire de l’Église d’Embrun. Description de l’itinéra (...)

62Quel peut-être l’intérêt de surveiller de tels passages ? Le Pas du Chaï, du fait de sa localisation et de son altitude, et le Pertuis Rostan, ne sont gardés qu’à la fin du printemps et au début de l’été : du 4 mai au 4 juin 1391, pour le premier ; du 13 mai au 13 juin 1391 puis du 5 au 28 juillet, pour le second. Plus fréquenté, le chemin entre le col de Vars et Saint-Paul-sur-Ubaye est utilisé par l’archevêque d’EmbrunGuillaume de Mandagot quand il effectue ses visites pastorales en Ubaye, en 1296. À la fin du xve siècle, une voie carrossable y est ouverte par les armées de François Ier130.

  • 131 Martin, 2000, p. 291-303.

63Quelle que soit sa situation géographique, le pas s’attache toujours à la défense d’une frontière, matérialisée par une fortification ou non. L’efficacité de sa surveillance repose avant tout sur les hommes – phénomène mis en évidence le long de la frontière nord du Royaume de Sicile par J.-M. Martin, avec la création du corps des « custodes passuum », les gardes des pas, dès la fin du xiiie siècle131.

La fonction du châtelain

  • 132 À ce sujet, voir Lemonde, 2002, p. 266-273.
  • 133 ADI, 8 B 638, f 19 r°/v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).
  • 134 Manteyer, 1944, p. 577, d’après ADI, 8 B 638, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septemb (...)
  • 135 Chevalier, 1874, p. 218, 10 janvier 1392.

64Avec la guerre qui s’installe dans la région, les offices de châtelains, autrefois affermés, sont définitivement gagés à partir de 1372132. Dès lors, comme le châtelain est le premier officier du dauphin responsable de la sécurité (municio) dans sa châtellenie, son salaire varie en fonction des risques qu’il encourt (Tableau 5). Ainsi, le châtelain du Valcluson est payé 50 florins entre le 7 janvier 1362 et le 7 janvier 1363, à cause des sociétés présentes aux limites de la châtellenie, mais son salaire est rabaissé à 40 florins du 7 janvier 1363 au 20 avril 1364 puisque les sociétés disparaissent133. La solde du châtelain d’Upaix subit également des variations entre 1360 et 1364, de 20 à 25 florins, selon que sa châtellenie est considérée par les Auditeurs des comptes comme menacée ou calme134. De fait, les dangers que pourraient rencontrer les officiers delphinaux en période de guerre doivent être indemnisés par des soldes revues à la hausse135.

  • 136 Le 2 septembre 1362, le gouverneur du Dauphiné ordonne au trésorier de payer les gages qu’Humbert B (...)
  • 137 ADI, 8 B 638, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 13 (...)
  • 138 ADI, 8 B 642, f 69 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (15 avril 1366-16 septembre 1367). A. (...)
  • 139 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 f (...)
  • 140 Au milieu du xve siècle, les soldes annuelles des officiers savoyards oscillent en moyenne entre 25 (...)

65Pendant les périodes troublées, le versement des soldes subit de nombreux retards comme le constate à ses dépens le châtelain d’Upaix mentionné ci-dessus136. Par ailleurs, la fonction militaire du châtelain devient prépondérante, surtout quand il est responsable de plusieurs châtellenies, comme Jacques de Gumin, le châtelain de Château-Queyras et de Château-Dauphin (Italie) du 24 février 1362 au 24 août 1364, qui reçoit 100 florins par an137. De même, le gouverneur du Dauphiné accorde à Lancelot Richard, châtelain du Valcluson, une augmentation de 20 florins par an – en plus des 45 florins de solde annuelle – « pour la garde des deux châteaux de Mentoulles et de Bois-des-Ayes qui sont à la frontière de la terre du prince de Piémont » (20 avril 1364-20 septembre 1367)138. À la même période, le bailli de l’Embrunais doit assumer le paiement des soldes de deux clients supplémentaires requis au château de Bois-des-Ayes (Italie) car le châtelain refuse de les payer. Le bailli s’étonne que seuls le représentant du châtelain et un serviteur soient présents au château ce qui est pourtant normal puisque le châtelain n’est autre que celui du Valcluson précédemment cité139. D’ailleurs, l’emploi de deux clients supplémentaires est conforme aux effectifs présents au château en 1362 (cf. supra)140.

Tableau 5. Soldes annuelles des châtelains et des baillis au xive siècle.

  • 141 Peyrins, Drôme, cant. Romans-sur-Isère. Manteyer, 1944, p. 731, d’après ADI, 8 B 380, f 86 r°, comp (...)
  • 142 ADI, 8 B 655, f 176 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385) et 8 B 660, f (...)
  • 143 Chevalier, 1871, p. 28, lettre du gouverneur, 17 juillet 1392 ; Chevalier, 1874, p. 215-219 et ADI, (...)

66Pour assurer la sécurité du château, le châtelain s’entoure, après accord du gouverneur, des gardes ou des clients nécessaires. Exceptionnellement, il peut faire appel à des gardes provenant d’autres châtellenies. C’est le cas à Upaix, du 23 septembre au 11 décembre 1368, lorsque quatre hommes de la châtellenie de Peyrins (Drôme) viennent renforcer la garnison. Considérant la distance qui sépare ces deux châtellenies, la solde des gardes inclut le paiement de leur retour à Peyrins, soit 4 journées. Didier de Brive, le châtelain, est présent parmi ces quatre hommes – preuve qu’il ne réside pas continuellement dans sa châtellenie141. Or, les Auditeurs des comptes ne manquent pas de stipuler aux châtelains leur obligation de rester continuellement dans leur châtellenie : au châtelain d’Upaix en 1384-1385 ; au châtelain de Château-Queyras en 1388-1389142. En juillet 1392, une ordonnance du gouverneur du Dauphiné entérine le devoir pour les châtelains delphinaux de résider avec leur famille dans les châteaux commis à leur garde – astreinte qui est toujours d’actualité pour le vice-châtelain de Château-Queyras en 1418143.

  • 144 ADI, 8 B 638, f 21 v°, compte de la châtellenie de Césanne (8 novembre 1362-20 avril 1364).
  • 145 ADI, 9 B 30 bis, f 66 r°.
  • 146 Rey, 1949, p. 48.

67En plus de la fonction de garde qui lui est confiée, le châtelain accompagne les capitaines dans leurs missions d’expertises des châteaux. Ainsi, au moment des invasions de Galéas de Saluces, le châtelain de Césanne seconde le capitaine du Briançonnais quand il visite les châteaux du Briançonnais, rendant compte de leur état et du nombre d’armes qu’ils contiennent144. De plus, il négocie l’achat d’armes en dehors de sa châtellenie. En 1418, Claude Motet, vice-châtelain de Briançon et châtelain de Bardonnèche, voyage pendant 47 jours, de Grenoble à Pignerol (26 jours) puis de Briançon à Pignerol (5 jours), afin de suivre le convoi des armes. Enfin, il se rend lui-même à Thonon (Haute-Savoie) pour acheter les arbalètes (16 jours)145. Assurément, les châtelains « ne se cantonnaient pas seulement dans des opérations de finance… ils assumaient des fonctions militaires dans leurs châteaux fortifiés »146.

La solde des gardes

  • 147 ADI, 8 B 638, f 79 v°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364) ; 8 B 644 (...)
  • 148 ADI, 8 B 633, f 20 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (20 janvier 1356-24 juin 1357).
  • 149 ADI, 8 B 647, f 105 v°, compte de la châtellenie de Réotier (17 juillet 1370-24 juin 1371).

68Le service de garde ordinaire donne lieu au paiement de forfaits, moins rémunérateurs que le paiement à la journée, et correspondant généralement à une année de présence. Ainsi, le garde de la tour commune de Bardonnèche (Italie) ne reçoit que 5 florins par an à partir de 1362147 alors que Jean Rafanel, guetteur à la même tour, était payé le double, soit 10 gros par mois pour seulement 6 mois de garde [20 janvier 1356-24 juin 1357]148. À Réotier, afin de maintenir la présence de deux gardes, un guetteur et un portier pendant une année complète [1370-1371], trois hommes se sont relayés et sont payés sur la base de 10 florins149.

  • 150 ADI, 8 B 652, f 43 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [24 juin 1380- ?] : 60 florins / an  (...)
  • 151 ADI, 8 B 652, ff 70 r°/v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1379-24 juin 1380) (...)
  • 152 ADI, 8 B 655, f 143 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1384-24 juin 1385) : (...)

69L’application de soldes forfaitaires est instaurée à partir de 1380 à Montalquier, en 1382 à Briançon puis en 1391 à Embrun150. Dans ces deux dernières châtellenies, les gardes reçoivent 24 florins par an, soit 2 florins par mois. Cependant, à Montalquier et à Briançon, la rémunération globale des gardes inclut également la solde du châtelain. Il en est de même à Château-Dauphin (Italie) où, de 1379 à 1391, le salaire du châtelain et de la garnison du château (1 noble, 1 portier et 1 guetteur) est commun151. Enfin, que la garnison de La Bâtie-du-Pont soit composée de trois ou de quatre gardes, la rémunération annuelle globale ne varie pas (60 florins), à l’inverse de la solde mensuelle des gardes qui oscille entre 15 et 20 gros. Pour le châtelain, le forfait est donc un système souple qui s’adapte chaque année à l’évolution des besoins152.

  • 153 Le service de garde extraordinaire est requis avant 1368 au palais delphinal d’Embrun : 2 clients e (...)
  • 154 ADI, 8 B 655, ff 243 v°-244 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1384-24 juin 1385) : 1 (...)
  • 155 ADI, 8 B 634, f 8 r°, compte du bailliage du Gapençais / châtellenie de Serres (29 mars 1359-20 mai (...)

70En plus du service de garde habituel, peut être requis un service de garde extraordinaire confié à des clients et à des nobles issus ou non des châtellenies delphinales concernées153. À partir de 1368, l’appel à ce service est fréquent, y compris pour de courtes durées154 : il est beaucoup mieux rétribué que le service ordinaire. Le montant des soldes est régulièrement discuté entre le capitaine de la garnison et le châtelain, parfois même avec les Auditeurs des comptes. Ainsi, le capitaine Bardouin de Bardonnèche prévoyait un salaire quotidien de 2 gros par client engagé du 18 au 23 novembre 1362 à Château-Dauphin (Italie) mais lechâtelain Jacques de Gumin n’accepte de rembourser que leur nourriture (1 gros). À ce sujet, les clients reçoivent rarement une contribution en argent et en nature même si l’achat de vin et de céréales pour ces derniers est fréquent155.

71Si la solde quotidienne des clients varie au maximum entre un demi gros (Serres, 1er mai-25 août 1369) et 2 gros, notamment pour les arbalétriers (Embrun, 27 août-12 décembre 1368 ; Réotier, 18 août 1368-26 janvier 1369), les écarts sont faibles et demeurent exceptionnels, la majorité des clients recevant une solde qui oscille autour d’un gros par jour. On remarque aussi que les clients et les gardes du palais delphinal d’Embrun bénéficient d’une solde toujours supérieure à un gros par jour, sauf à partir de 1394. Il en est de même pour les dix gardes envoyés à Montalquier afin de défendre la châtellenie menacée par les « hommes d’armes du vicomte de Tallard » en 1398 (cf. supra).

  • 156 ADI, 8 B 644, f 31 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novem (...)

72À Château-Queyras, Château-Dauphin et La Bâtie-du-Pont (Italie), les soldes des clients et des nobles sont fixes. Et quand, en 1368, le châtelain de Château-Queyras et de Château-Dauphin sollicite le paiement d’une solde quotidienne de 3 gros pour les nobles et de 2 gros pour les clients, les Auditeurs des comptes refusent et appliquent les mêmes soldes qu’au « temps de la guerre faite par Galéas de Saluces » en 1363, soit seulement 2 gros par noble et 1 gros par client156.

73La solde des nobles est soumise à des écarts plus importants, de 2 gros (Château-Queyras, 28 novembre 1362-10 janvier 1363 ; Exilles, 19 avril-19 juin 1363 ; La Bâtie-du-Pont, Château-Dauphin et Château-Queyras, 15 octobre 1368-4 mai 1369) ; 3 gros (palais delphinal d’Embrun, 1369-1372 ; Upaix, 1368-1371 et Exilles, 1371) à 6 gros par jour (Upaix, 20 juin 1368-30 novembre 1369). Cette dernière solde, élevée, est exceptionnelle puisqu’elle s’applique aussi aux cinq hommes d’armes de la châtellenie de Réaumont (Isère) qui se rendent en Briançonnais du 1er novembre au 16 décembre 1368. De même, les soldes relevées à Upaix, du 23 septembre au 11 décembre 1368, concernent des hommes venus de la châtellenie de Peyrins (Drôme). Encore sont-ils payés pour deux mois seulement alors qu’ils sont restés 18 jours de plus, dont les 4 journées nécessaires pour retourner à Peyrins. Ainsi, seuls les nobles provenant de châtellenies éloignées ou intervenant pendant l’année la plus critique – 1368 – sont payés à hauteur de 6 gros par jour. C’est seulement en 1391 que la solde quotidienne des nobles atteint 7,5 gros pour la garde du Pertuis Rostan.

74Enfin, la solde des gardes de nuit s’établit entre un demi gros (Réotier, 1356-1359 ; Exilles, 1370-1371) et trois-quart de gros (Upaix, 1391-1392), relevé également dans la châtellenie d’Exilles où un homme, Guionet Pelliceri « ferme le pont [levis] la nuit et l’ouvre le matin » et assure donc pendant 272 nuits la garde du château d’Exilles (15 octobre 1362-15 juillet 1363). Durant la même période, Guionet Pelliceri est astreint à 123 journées de garde et reçoit 2 gros par jour. Mieux rétribué pendant la journée, cet homme a gardé le château de nuit, continuellement, et de jour – avec ou sans interruption pendant 123 journées – soit pratiquement un jour sur deux. Encore employé comme garde de jour et de nuit au pont-levis, il reçoit également 2 gros « par jour » en 1371.

  • 157 Manteyer, 1944, p. 576, d’après ADI, 8 B 638, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septemb (...)
  • 158 Voir l’exemple de Bramafan : « duobus cornibus, uno fusteo et alio terreo » (1362-1364, ADI, 8 B 63 (...)

75Ponctuellement, les gardes peuvent être sollicités de jour comme de nuit : à Exilles (1371), à Réotier (1391-1396 puis 1397-1398), au Bois-des-Ayes et à Mentoulles (1393-1394) ainsi qu’à Upaix. Dans ce dernier exemple seulement, comme ils doivent seconder les gardiens de la prison où sont détenus les hommes de Guillaume de Camisard (1391-1392), leur solde dépasse 2,5 gros mais habituellement leur salaire est inférieur à l’addition des soldes d’une journée et d’une nuit. Parfois accompagnés d’un chien157, les gardes des châteaux delphinaux donnent l’alerte avec des trompes d’appel dont le prix moyen est de 5 gros. En bois, en terre et plus rarement en étain, ces trompes sont achetées très régulièrement dans la châtellenie de Bardonnèche, pour la tour supérieure du château et pour la tour de Bramafan158.

Étude des hommes de guerre

Les espions et les messagers

  • 159 Lemonde, 2000, tome 1, p. 231. Voir leur rôle dans les villes alsaciennes au xve siècle (RAPP, 2000 (...)
  • 160 Roman, 1890, p. 246, d’après ADI, B 2962 et 8 B 642, f 68 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (...)

76Rarement mobilisés au début du xive siècle, les espions jouent un rôle considérable en recherchant les informations les plus récentes sur la situation des parties adverses en période de guerre159. Les dépenses de messagerie sont inexistantes avant 1368, date à laquelle elles deviennent cruciales pour préparer les accords de paix. Dès lors, des missions sont confiées à quelques hommes, messagers et espions dont les comptes des châtellenies ont parfois conservé la trace. Ces messagers sont certainement de simples villageois car la charge de messager officiel est uniquement mentionnée dans la vallée du Queyras où elle est détenue par un certain Gervais Fournel : celui-ci est d’ailleurs cité dans une seule mission auprès du bailli de l’Embrunais et du Briançonnais (1366-1367)160.

  • 161 ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360) : « (...) t (...)
  • 162 ADI, 8 B 638, f 163 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre (...)
  • 163 ADI, 8 B 638, f 62 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (10 février 1362-8 mai 1364).
  • 164 ADI, 8 B 647, f 72 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

77Avec l’approche des premières compagnies en Piémont, des espions sont engagés à Exilles en 1360 (13 gros) et en Valcluson en 1362 (6 florins)161. Par ailleurs, de nombreuses missions d’espionnage et de messagerie sont engagées depuis les châtellenies de Château-Dauphin et de Château-Queyras, immédiatement touchées par les expéditions de Galéas de Saluces. Ainsi, des messagers de Château-Queyras sont envoyés à deux reprises dans la châtellenie de Château-Dauphin et, à cette occasion, ils apportent des vivres aux hommes de La Bâtie-du-Pont qui s’étaient réfugiés à Molines, par crainte des hommes de Galéas de Saluces (6 florins)162. Sur l’injonction des capitaines du Briançonnais, des espions de la châtellenie d’Exilles sillonnent également le marquisat de Saluces et le Piémont (10 florins)163. Encore en 1370, espions et messagers informent le gouverneur et le capitaine du Briançonnais de l’avancée des routiers en Piémont (33 florins)164.

  • 165 Manteyer, 1944, p. 557, d’après ADI, 8 B 638, f 45 v°, compte des émoluments du sceau et des décret (...)
  • 166 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368).

78Les ambassadeurs occupent un rôle majeur, d’abord dans les négociations de paix, mais aussi dans l’organisation militaire. Ainsi, en 1362, des messagers sont dépêchés en Briançonnais pour lever une chevauchée requise à La Bâtie-du-Pont, alors occupée par les hommes de Galéas de Saluces (2 florins et 7 gros)165. Agissant dans l’urgence, les messagers de Réotier sont envoyés à Briançon pour demander de l’aide alors que les Provençaux sont à Embrun, à Guillestre, à Saint-Crépin et même aux frontières de la châtellenie de Réotier (18 gros)166.

  • 167 ADI, 8 B 671, ff 21 r°-22 r°, compte des syndics de Césanne, 1398.

79En cas de nécessité, les syndics des communautés briançonnaises assument le rôle de messager quand ils se rendent à Briançon pour rencontrer les officiers du dauphin. Ainsi, en mai 1398, le bailli du Briançonnais préconise aux syndics de Césanne (Italie) de faire appliquer une vieille mesure – rassembler les hommes et leurs biens dans les forteresses – pour assurer la défense de la région (2 florins et 10,5 gros)167. Cette mesure se manifeste concrètement par la prise en charge par les syndics de Césanne des soldes des clients qui sont envoyés au Pertuis Rostan pendant les mois d’octobre et de novembre 1398.

  • 168 ADI, 8 B 638, f 160 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 13 (...)
  • 169 AC Briançon, CC 3, 1368-1369.

80Quelle que soit l’origine des messagers, l’imprécision des intitulés des missions ne fait que refléter la polyvalence de la tâche qui leur incombe. Et bien que regroupant des missions variées telles que l’espionnage, la messagerie ou l’escorte des officiers, les dépenses inhérentes à ces interventions ponctuelles restent dérisoires. Ainsi, à Château-Dauphin (Italie), elles ne représentent qu’un faible pourcentage des dépenses engagées par le châtelain entre 1362 et 1364, à peine 2,6 % (26,5 florins/1017 florins et 1 gros)168. Aussi, en 1368, les syndics de Briançon n’hésitent pas à recruter un homme, Guigues Chaix, pour espionner l’avancée des routiers (2 florins)169.

  • 170 Une seule mention à Exilles avant 1368. ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exille (...)
  • 171 ADI, 8 B 644, f 30 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre (...)
  • 172 ADI, 8 B 649, f 28 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372).
  • 173 ADI, 8 B 653, f 30 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1380-24 juin 1381) : 2 (...)
  • 174 ADI, 8 B 652, f 64 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1379-24 juin 1380) : 2 florins (...)

81Des missions plus lointaines sont confiées aux messagers qui rapportent aux officiers du dauphin quelques rares nouvelles sur l’état des châteaux170. En retour, le gouverneur transmet ses ordres dont la diffusion est lente et l’application sur le terrain d’autant plus retardée. Ainsi, le 30 août 1368, Pons Albert de Château-Queyras s’achemine à Grenoble pour faire un rapport au gouverneur qui lui confie une ordonnance spécifiant l’urgence de munir les châteaux en hommes, en nourriture et en armes suffisantes (4 florins)171. Or, c’est seulement trois ans plus tard qu’un messager d’Embrun diffuse cette ordonnance dans les bailliages du Gapençais et de l’Embrunais172 ! Plus efficaces, les messagers du dauphin se rendent à Avignon pour s’informer de l’avancée des routiers en 1380173 et, comme ces derniers atteignent le Piémont au mois de septembre, des espions les suivent jusqu’à Carmagnole (province de Turin)174.

  • 175 Environ 372 florins (soit 48,7 % des dépenses totales, ADI, 8 B 644, f 68 r°/v°, 11 février 1367-8d (...)
  • 176 ADI, 8 B 644, ff 68 r°- 69 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

82Les missions d’espionnage se multiplient dans le bailliage de l’Embrunais où l’évolution de ces dépenses, en baisse constante après 1368, traduit les avancées cahotiques des routiers175. Dès le printemps de l’année 1368, le bailli de l’Embrunais fait une expertise des châteaux de son bailliage et du marquisat de Césanne. Du 2 mars au 4 avril 1368, Jean Galon, châtelain d’Embrun et bailli de l’Embrunais, visite les châteaux de Mentoulles, d’Exilles et de Bois-des-Ayes, assisté par six nobles armés parmi lesquels sont cités Albert de Rousset, Pierre Babot, Aynard Charosce, Jean Guelisii et Fasio de Prunières (55 florins). Puis, du 21 août au 6 décembre 1368, ce bailli est accompagné de cinq hommes – notamment Albert de Rousset – pour inspecter les châteaux de Réotier, de Chorges et de Savines (315 florins). Au même moment, des messagers (nunciis) sont requis dans ces derniers châteaux situés aux frontières du bailliage de l’Embrunais (43 sous et 2 deniers)176.

  • 177 ADI, 8 B 647, f 91 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) et 8 B 650, f (...)
  • 178 Y compris à Upaix d’où les messagers apportent des lettres au gouverneur et au Conseil delphinal en (...)
  • 179 ADI, 8 B 647, ff 91 v°-92 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

83Des espions sont envoyés en Lombardie et en Provence pour connaître l’avancée des routiers qui menacent d’entrer en Dauphiné (37 florins et 8 gros)177. Parallèlement, les négociations de paix requièrent la présence de nombreux émissaires et de messagers qui, entre Sisteron et Grenoble, rendent compte de l’état d’avancement des tractations178. À deux reprises, le bailli de l’Embrunais intervient en personne : d’abord à Sisteron pour négocier avec les Provençaux, puis à Embrun pour obtenir la suspension de l’excommunication qui pèse sur la ville (10 francs). Quant aux messagers, ils sont envoyés au Conseil delphinal, à Grenoble, pour exposer les positions de l’archevêque sur la fortification de la ville d’Embrun (« super facto ville ») et transmettent les nouvelles rapportées par les espions en Lombardie. Perceval d’Avalon, assisté de deux messagers, est ainsi chargé de communiquer les nouvelles sur les Provençaux auprès du Conseil delphinal (12 florins et 9 gros)179.

  • 180 ADI, 8 B 647, ff 90 r°-92 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) et f 10 (...)
  • 181 Destinataire inconnu, BRESC, 1972, lettre n° 439, p. 637, v. 14 octobre 1369.

84D’Embrun, les missions de messagerie et d’espionnage sont confiées à Tachon Gilbert, garde du palais delphinal depuis août 1369. Ce noble est d’abord envoyé à Crémieu (Isère) pour informer le gouverneur sur les entrevues entre Amédée de La Motte et le bailli au sujet de la paix avec les Provençaux (5 florins). Aussi, il se rend à Sisteron pour apporter des lettres du gouverneur au sénéchal de Provence. Enfin, après une mission d’espionnage en Provence, en décembre 1370, il rencontre le gouverneur à Grenoble en juin 1371 (6,50 florins)180. D’autres messagers, moins chanceux que Tachon Gilbert, sont arrêtés en chemin par les Provençaux181.

Les hommes d’armes (1368-1369)

  • 182 Mollat du Jourdin, 1992, p. 113.

« Le conflit se prolongeant au-delà des délais coutumiers du service féodal et la conduite des opérations exigeant de plus en plus une certaine technique, la guerre allait se muer d’art aristocratique en métier et les gens de guerre en professionnels, les hommes d’armes »182.

Soldes et catégories de combattants

  • 183 Dans le comtat Venaissin, par exemple, seule la montre de l’armée levée en 1358 est conservée (d’ap (...)
  • 184 Charpin-Feugerolles, 1881 et ADI, B 4358, pièce.

85Les rôles de montres sont rarement conservés183 et ce seul fait confirme l’intérêt manifesté pour ceux établis en Dauphiné, dont l’un est publié184, et qui recensent l’ensemble des soldats présents depuis la montre de La Mure le 8 juillet 1368 jusqu’au 8 février 1369, soit pendant les 7 mois que dure la grande chevauchée. Ces résultats sont synthétisés dans les tableaux et les graphiques qui suivent.

Tableau 6. Les catégories de combattants du 8 juillet au 31 novembre 1368.

Note a : Sont exclus de ce tableau les 164 clients recrutés par la ville de Briançon en 1368.
Note b : Dont 4 chevaliers.
Note c : Un châtelain, un porte-enseigne et un capitaine.
Note d : Dont un porte-trompette et un fantassin.

  • 185 D’après Contamine, 1972, p. 533 et, dans le duché de Bourgogne en 1368, d’après Rauzier, 1996, p. 6 (...)
  • 186 En Savoie, les clients présents en 1324 dans la châtellenie des Allymes (Ambérieu-en-Bugey, Ain, ch (...)
  • 187 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1352.
  • 188 Vaillant, 1951, p. 422.
  • 189 Contamine, 1994a, p. 161-168. À propos de l’armement, voir Finó, 1977, p. 258.

86On constate la suprématie des écuyers (armiger, scutifer) engagés dans la défense de la région entre juillet et novembre 1368, ce qui est tout à fait conforme aux effectifs présents dans le reste du royaume au cours des campagnes contre les routiers185. La deuxième catégorie la plus représentée est celle des clients (clientes), des fantassins originaires de la région (cf. supra), armés de lances et qui sont souvent convoqués sur de courtes distances, pour une durée et une fréquence de service faibles186. Ils peuvent être sollicités pour escorter des convois comme c’est le cas en 1352 lorsque 21 clients accompagnent le bailli du Briançonnais pour transporter des lances à Saint-Crépin187. Notons aussi que 164 clients sont appelés par les syndics de Briançon pour défendre le Briançonnais, au nom du service de la chevauchée delphinale (cf. supra). La mission des piétons (pedites) ne diffère de celle des clients que par la limitation de leur service qui ne peut excéder 30 jours pour les piétons gapençais188. Étrangement, les arbalétriers ne sont pas mentionnés dans les deux rôles de montres étudiés. Cependant, les clients de la châtellenie de Moirans sont accompagnés d’arbalétriers (37) quand ils participent aux chevauchées en 1368-1369. Les seuls gens de trait sont donc représentés par quelques archers. Enfin, peu nombreux en 1368, les chapeaux de fer font partie des fantassins les mieux protégés puisqu’ils sont munis d’armes offensives (hache, masse, épée)189.

  • 190 Contamine, 1972, p. 626.
  • 191 AC Briançon, CC 3, f 1 r° (Bois des Ayes), f 2 v° (Queyras), f 4 r° (Embrun) et f 5 v° (Pertuis Ros (...)

87Les gages journaliers des clients oscillent entre 12 et 18 deniers, soit de 1 à 1,5 florin par mois en 1355190. En 1368, les clients de Briançon chargés de la garde du Pertuis Rostan ne reçoivent que 16 deniers par jour (4 gros pour 5 jours) alors que ceux envoyés en garnison à Embrun sont payés davantage, de 30 à 45 deniers par jour (1 à 1,5 florin pour 8 jours). En fait, les gages sont plus élevés quand le client est recruté pour une courte durée, comme le suggèrent les soldes de ceux envoyés au Bois-des-Ayes (Italie) et dans la châtellenie du Queyras en 1368191. Cependant, il est surprenant de constater que les clients recrutés par la ville de Briançon en 1368 et ceux employés 30 ans plus tard au Pertuis Rostan reçoivent exactement la même solde mensuelle (3 florins et 9 gros).

  • 192 ADI, B 4358, ff 1 r°-4 r°, septembre 1369. Le total des dépenses justifiées par le capitaine attein (...)
  • 193 Thomé de Maisonneuve, 1930, p. 107, 8 juillet 1368, chevalier : 20 florins ; homme d’arme : 10 flor (...)
  • 194 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15, 20 juin 1369, archer et chapeau de fer : 7,5 florins.

88D’après les comptes établis par le capitaine Rodolphe de Commiers qui mena les hommes d’armes du Gapençais et de l’Embrunais du 1er décembre 1368 au 8 février 1369, on connaît les soldes mensuelles (stippendia) des autres combattants192. Globalement, leur solde oscille entre 6 florins pour les brigands (brigandus), 7,5 florins pour les chapeaux de fer (capellus ferri), 15 florins pour les écuyers (scutiffer) et 20 florins pour les chevaliers (militis). Ces soldes sont en accord avec celles établies par le gouverneur du Dauphiné en juillet 1368193 et en 1369 (Tableau 7)194.

89La première dépense justifiée par le capitaine Rodolphe de Commiers concerne une mission qu’il a menée, avec 51 hommes armés (une lance) et un chapeau de fer, aux frontières du Gapençais, du 1er au 15 décembre 1368. Pour l’ensemble de cette mission, 406 florins et 3 gros sont dépensés, vraisemblablement selon la répartition suivante. D’une part, pour les 4 chevaliers (Rodolphe de Commiers, Ozasèche Flotte, Falcon de Murinais et Raynaud Allemand), la solde est de 40 florins et, d’autre part, les 48 hommes armés, vraisemblablement des écuyers, reçoivent une solde semi-mensuelle de 7,5 florins, soit 360 florins au total. Enfin, le chapeau de fer est payé 3 florins et 9 gros. Ce total annoncé (403 florins et 9 gros) est inférieur au total réel (406 florins et 3 gros) et cette différence (2,5 florins) représente sans doute l’indemnité reçue par les 4 hommes d’armes qui ont remplacé Rodolphe, Lancelot et Alegret de Commiers, ainsi que Jean d’Allevard qui ne sont pas restés en garnison à Gap.

Tableau 7. Évolution des soldes mensuelles des combattants.

Note a : En gras : les soldes des combattants en Dauphiné.
Note b : Contamine, 1972, p. 628, d’après BMG, R 80, tome 71, ff 288 r°-295 v°, 3 avril-5 juin 1376 : Pertuis Rostan.
Note c : 1 florin soit 12 deniers / jour (Manteyer, 1944, p. 44, d’après ADI, 8 B 380, f 168 v°, compte de la châtellenie de Moirans, 24 juin 1368-24 juin 1369) ; 1,5 florin à 3 florins et 9 gros (AC Briançon, CC 3) ; 5 florins (ADI, 8 B 644, f 13 v°, compte de la châtellenie de Réotier, 24 juin 1367-24 juin 1368 et f 68 v°, compte de la châtellenie d’Embrun, 11 février 1367-8 décembre 1368).
Note d : ADI, 8 B 671, f 26 r°, compte des syndics de Césanne, 1398.
Note e : ADI, B 4398, f 214. Les soldats engagés avec un, deux ou trois chevaux ne sont pas mentionnés dans la région considérée sauf dans les Baronnies : ADI, 8 B 634, f 20 v°, compte du bailliage des Baronnies de Mévouillon et de Montauban, 13 mai 1358-13 mars 1360.
Note f : ADI, 8 B 380, f 168 r°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369) : châtelain et hommes d’armes à cheval : 15 fl. / mois / homme et 8 B 380, f 151 r°/v°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369) : hommes d’armes avec 2 chevaux chacun : 15 fl. / mois / homme.
Note g Solde en 1345 d’après Du Cange, définition de brigantae.
Note h : Contamine, 1972, p. 628, d’après ADI, B 4358.
Note i : Contamine, 1972, p. 626, d’après le service du roi de France.
Note j : 2 florins et 3 gros soit 18 deniers / jour (Manteyer, 1944, p. 44, d’après ADI, 8 B 380, f 168 v°, compte de la châtellenie de Moirans, 24 juin 1368-24 juin 1369) à 6 florins (ADI, 8 B 644, f 13 v°, compte de la châtellenie de Réotier, 24 juin 1367-24 juin 1368).
Note k : ADI, B 4358, pièce, 27 juin 1391.
Note l : Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15, 20 juin 1369.

  • 195 En fait, le compte donné par le capitaine fait état de quatorze hommes mais la somme dépensée (95 f (...)

90Du 16 au 31 décembre 1368, Rodolphe de Commiers mène une chevauchée avec douze écuyers195. Le 17 décembre 1368, seize hommes d’armes (14 écuyers, 1 chevalier et 1 chapeau de fer) quittent Gap pour rejoindre Serres où leur service prend effet le 1er janvier. Neuf hommes de la première mission partent effectivement de Gap et sept hommes d’armes nouveaux sont recrutés. La dépense se répartit comme suit : un chevalier (10 florins), un chapeau de fer (3 florins et 9 gros) et quatorze écuyers (105 florins), soit 118 florins et 9 gros, conformément à la somme que déclare avoir reçu Rodolphe de Commiers.

91Du 1er au 31 janvier 1369, ce sont trente écuyers qui ont servi dans le Gapençais ou le Serrois : ils reçoivent donc 450 florins (30 x 15 florins). Enfin, du 1er au 8 février 1369, le capitaine dirige treize écuyers et un chevalier dans la région du Gapençais (57 florins et 4 gros). Cette dépense se répartit ainsi : solde des treize écuyers pendant 8 jours (42 florins et 3 gros), solde du chevalier (5 florins) et du capitaine Rodolphe de Commiers (10 florins ?).

  • 196 Chevalier, Maignien, 1886, p. 8, 11 et 56.

92Comme le montre le rôle des hommes de ce capitaine, les soldes des mêmes combattants varient au cours d’une courte période. Durant toute la période étudiée (2 mars 1368 au 8 février 1369), les soldes de tous les combattants sont revues à la hausse avec la guerre. Les écuyers, les combattants les plus nombreux (44,6 %), voient leur solde ainsi multipliée au moins par deux. Quant aux clients, leurs soldes sont soumises à de forts écarts qui s’accentuent encore avec la guerre. Enfin, bien que minoritaires (6,7 %), les chevaliers subissent les mêmes écarts de salaires. Par exemple, alors que le chevalier Aymar Allemand reçoit 70 florins, Guy Coppier est gratifié d’une solde de 120 florins en novembre 1368. Dans les deux cas, ces soldes dépassent largement celles couramment pratiquées en Dauphiné et traduisent la reconnaissance du dauphin pour le dévouement antérieur de ces deux chevaliers. En effet, Aymar Allemand, châtelain de Vizille depuis 1364, avait accompagné le gouverneur à Lyon pour négocier le départ des routiers de la ville d’Anse (Rhône) en février 1365 et Guy Coppier, capitaine de la ville de Romans en 1363, châtelain de La Tour-du-Pin (1364-1365) et bailli du Viennois et Valentinois, avait été nommé vice-gérant du Dauphiné en l’absence du gouverneur en avril 1366196.

  • 197 1368-1369, AC Briançon, CC 3, f 6 v° (Pertuis Rostan) et f 7 r° (Briançon). Guigues Chaix est aussi (...)
  • 198 ADI, 8 B 638, f 53 r°, compte de noble Pierre Aynard, capitaine du Briançonnais (12 juin 1363-12 ja (...)
  • 199 Durvin, 1978, p. 369 et Fournier, 1978, p. 230, 14 mai 1358, États généraux de Compiègne.

93Quant aux soldes des capitaines, si celle de Rodolphe de Commiers n’est pas spécifiée, Guigues Chaix, capitaine au Pertuis Rostan pendant 23 jours d’octobre à novembre 1368, reçoit quotiennement 4 deniers par client qu’il dirige, soit 5 florins et 12 deniers197. Pierre Aynard, capitaine du Briançonnais du 12 juin 1363 au 12 janvier 1364, est payé 45 florins par mois – soit 315 florins au total – à condition de résider continuellement dans la région et de tenir avec lui deux nobles armés prêts à intervenir. En son absence, il doit être représenté par deux nobles supplémentaires : son salaire est donc partagé avec deux, voire quatre autres hommes. La solde du second capitaine de l’Embrunais, Pierre de Freynet, est identique198. Dans ces deux derniers exemples, le montant des soldes des capitaines est justifié par le rôle qui leur a été assigné par une ordonnance de 1358. En effet, cette dernière stipule qu’ils doivent s’assurer que les hommes se retirent dans les forteresses avec leurs biens et leurs vivres199.

Durée et fréquence de participation des hommes d’armes

94Sur l’ensemble de la période du 2 mars 1368 au 8 février 1369, les hommes d’armes ne sont pas présents de manière continue. Pendant les mois d’avril, mai, juin et août 1368, le service de chevauchée ne s’exerce pas dans les châtellenies dauphinoises étudiées. Mais, pour le reste de la période, la participation récurrente de certains hommes d’armes est un outil de promotion. Ainsi, Barthélemy de La Maladière, Berlion Talavel, Henri de Vallin et Jean de Virieu, simples écuyers en juillet 1368, participent à la chevauchée de novembre 1368 en tant que chevaliers.

95Certains écuyers sont déjà expérimentés et sont affectés à diverses missions. Ainsi, Goyet Gay, présent à la montre de Serres le 25 juillet 1368, sert également pour la chevauchée en Gapençais et en Embrunais durant le mois de janvier et jusqu’au 8 février 1369. Or, le 28 avril 1363, il était nommé capitaine de La Bâtie-du-Pont (Italie) par Pierre Aynard et Pierre de Freynet, capitaines du Briançonnais et de l’Embrunais. Il est donc responsable de la garde :

    • 200 Ou son oncle, d’après ADI, 8 B 638, f 50 r°, compte du Briançonnais (1er juillet 1363-8 mai 1364).

    du 28 avril au 28 septembre 1363, avec un écuyer – dont Aymar Gay, son père200 – en alternance avec deux autres hommes,

    • 201 ADI, 8 B 640, f 19 r°/v°, compte de Goyet Gay, capitaine de La Bâtie-du-Pont, 30 juin 1365.
    • 202 ADI, 8 B 638, f 50 r°, compte du Briançonnais (1er juillet 1363-8 mai 1364).

    du 28 septembre 1363 au 30 juin 1365, il assure la garde avec d’autres hommes dont le nombre n’est pas précisé201, sauf d’octobre à décembre 1363 où trois clients et deux archers l’assistent202,

  • du 1er juillet 1365 au 20 janvier 1366, Goyet Gay est entouré de sept clients,

    • 203 ADI, 8 B 642, ff 70 r°-72 r°, compte de Goyet Gay, capitaine de La Bâtie-du-Pont (20 janvier 1366-7 (...)

    du 21 janvier 1366 au 7 septembre 1367, il commande treize hommes en alternance203.

96Quelques clients restent continuellement à La Bâtie-du-Pont pendant ces deux dernières périodes. Parmi eux, Aymar Gay s’absente seulement pendant deux mois de la garnison mais Isoard Maynard est présent sans interrruption. Tous les autres restent au moins pendant deux mois consécutifs.

97Parmi les hommes d’armes ayant servi le plus longtemps pendant les chevauchées de 1368-1369, seuls l’écuyer Guillaume de Bozerie, engagé du 6 novembre 1368 au 8 février 1369, et le client Antoine Estève, présent au Pertuis Rostan en octobre et novembre 1368, sont restés sans interruption au même poste. Les autres – 17 en tout, requis à la chevauchée plus de trois fois au cours de la période – tous des écuyers, ne restent en place que pour de courtes périodes : François Duliet, du 16 décembre 1368 au 8 février 1369 ; Guillaume Grinde, du 6 novembre au 15 décembre 1368 puis du 1er janvier au 8 février 1369 ; Leuson de Tencin, en juillet 1368, puis du 1er janvier au 8 février 1369. Plus rares encore sont les clients attachés à la garde d’un même lieu. Ainsi, seul Pierre Rodolphe est enregistré au cours des trois montres passées à Embrun à l’automne 1368. Quant à la durée maximale de présence cumulée, elle est de 3 mois et 2 jours pour un écuyer (Guillaume de Bozerie) alors que les clients, comme il a été dit plus haut, sont sollicités pour des périodes ne dépassant pas 5 semaines (Antoine Estève ; Antoine Tolosan : 3 semaines et 3 jours).

Étude anthroponymique

  • 204 Contamine, 1972, p. 80.

98L’énumération des noms, du nombre et de la qualité des combattants est assez rare pour être signalée et étudiée. En effet, sur les 1 007 hommes d’armes ayant participé aux chevauchées, 781 sont connus par leur nom ou leur surnom, soit 77,5 %. Ce nombre atteint même 97,5 % pour les clients, ce qui est normal puisque leurs rôles sont tenus par les syndics de Briançon. Ces désignations sont originales puisque généralement le chef de montre « est le seul dont le nom apparaisse en propre dans les comptes qui, après l’avoir désigné, se contentent d’indiquer anonymement le nombre et la qualité des combattants dont il dispose »204.

  • 205 Contamine, 1972, p. 80.

99Les chapeaux de fer, minoritaires, ne sont pas identifiés autrement que par un nom simple (« le nommé Tranquillin », « le nommé Arnaud », « le nommé Philippe »…) ou par un sobriquet (« la bastard de Vaux-Travers »). D’après leurs patronymes, les chevaliers, les écuyers et les archers sont essentiellement originaires des châtellenies du Haut-Dauphiné. Ceci confirme le fait que d’une manière générale « au témoignage des comptes des trésoriers des guerres, les hommes réunis dans une même montre avaient fréquemment une origine géographique ou féodale commune »205.

  • 206 Guillaume de Veynes, dit le Forestier, combat les anglais sous Charles V. Il est tué en 1424 à la b (...)
  • 207 Hébert, 1979a, p. 18, n. 33.

100Quelques patronymes se réfèrent à un lieu d’origine ou d’habitation, comme Pierre de Gap, écuyer, damoiseau qui participe à la chevauchée menée en Champsaur (juillet 1368) ou Forestier de Veynes, combattant en décembre 1368 et dont la descendance semble avoir suivi la même voie206. Il est certain qu’au xive siècle, les patronymes étant déjà héréditaires, ceux accolés d’un nom de lieu doivent être pour la plupart sans aucun rapport avec le lieu de résidence des hommes qui les portent. Pourtant, dans l’exemple précis des rôles de montres et compte tenu de leur mobilité, les combattants tiennent probablement à déclarer leur lieu de résidence habituel207.

  • 208 Miribel-lès-Échelles (Isère, cant. Saint-Laurent-du-Pont). ADI, 8 B 644, f 43 r°, compte de la chât (...)
  • 209 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 58 et Thomé de maisonneuve, 1938-1 (...)

101Suivons la carrière du chevalier Artaud d’Arces, châtelain. Avec son pèreMorard d’Arces, il avait accompagné le gouverneur du Dauphiné aux Échelles pour suivre les négociations sur les frontières du Dauphiné et de la Savoie, en août 1366. Après cette première mission d’ambassadeur, il devient châtelain de Réaumont (Isère) puis d’Upaix, d’où il dirige alors une mission d’espionnage en Rosanais208. Nommé bailli et capitaine du Briançonnais, il doit défendre cette région face aux Provençaux du 1er novembre au 16 décembre 1368 : sa solde est alors de 434 florins. En tant que bailli du Gapençais, de l’Embrunais, du Briançonnais et du Champsaur, il convoque les consuls du Briançonnais à Césanne (Italie) pour organiser la défense du pays (3 mars 1368) et prépare le traité de paix avec le sénéchal de Provence, Foulques d’Agout, durant l’hiver 1368-1369209. Ses deux frères, Louis et François, participent également aux chevauchées en tant qu’écuyers.

  • 210 Chevalier, Maignien, 1886, p. 52 et p. 57 ; ADI, B 3980. Amédée de La Motte et Didier de Sassenage, (...)

102Ainsi, la plupart des chevaliers ont déjà secondé le gouverneur du Dauphiné, que ce soit par leur participation à des actions de guerre ou à des ambassades officielles. Guillaume Artaud, père de Jacques Artaud (futur évêque de Gap), accompagne le gouverneur à Montélimar pour préparer la défense du Dauphiné en novembre 1363. Aymar Allemand (châtelain de Vizille, 1364-1367), Didier de Sassenage, François de Beaumont et Alegret de Boenc ont négocié le retrait des routiers de la ville d’Anse (Rhône) en février 1365. Quant au chevalier Amédée de La Motte, conseiller du dauphin, il a suivi l’ambassade chargée de déterminer lesfrontières entre le Dauphiné et la Savoie aux Échelles, en août 1366210.

  • 211 Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 556, 764 et 806 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 28 et Lemonde, 2 (...)
  • 212 Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 667 ; Lacroix, 1879, p. 188 ; Roman, 1889, p. 106 ; Denifle, 189 (...)

103Quelques chevaliers ont déjà livré combat aux routiers ou, suite à la grande chevauchée de 1368-1369, ils y contribueront encore. Ainsi, le chevalier Guichard de La Poype, appelé en novembre 1368, avait été fait prisonnier à la bataille de Poitiers en 1356. De même, Humbert de Loras avait pris part aux négociations entre le dauphin et le marquis de Saluces en mars 1362. Jean de Virieu et Henri de Vallin, tous deux commis à la garde de Serres en juillet 1368, repoussent encore les routiers bretons en 1375211. De même, Rodolphe de Saint-Geoirs, capitaine du château de Serres depuis juin 1368, est le lieutenant de Pierre de Saint-Geoirs. Ce dernier, maréchal des armées de Dauphiné depuis 1362, organise la montre des soldats réunis à Grenoble le 6 novembre 1368. La personnalité de ce chevalier est ambiguë puisqu’il est accusé d’avoir soutenu le duc d’Anjou et attaqué les Provençaux au début de l’année 1368. En 1372, accompagné de chevaliers dauphinois, il passe au service du pape pour mener la guerre en Lombardie212.

104Outre ces quelques faits marquants, certaines familles s’illustrent lors de la grande chevauchée (juillet 1368-8 février 1369) par une participation active. C’est le cas des Allemand qui ont donné trois chevaliers (Aymar, Guigues et Raynaud), deux écuyers (Humbert et Jean) et un archer (Pierre) ; les Argoud (participation de trois écuyers : Aymar, Jacques et Telmon) ; les Bérard, avec cinq écuyers (Amblard, Guillaume, Jean, Lieuson et Thomas) et un chevalier (Jancelme) ; les Grinde, avec cinq écuyers (Bérard, Guillaume, Jean, Pierre et Roudin) et un homme d’arme (Hugues), et enfin les Varces, avec au moins deux écuyers (Guigues et Guillaume).

105De plus, la famille de Commiers compte deux chevaliers, dont Rodolphe, capitaine de la chevauchée menée en Gapençais et Embrunais durant l’hiver 1368-1369. Il avait déjà servi en juillet 1368, accompagné de l’écuyer Hugues de Commiers, à La Mure, puis de François, Guigues et Hugues, à Serres. De même que les chevaliers Rodet et Rodolphe de Commiers, les écuyers Guigues, Hugues et Lancelot de Commiers ne participent qu’à la grande chevauchée du mois de novembre 1368. Alegret de Commiers n’est présent que pendant 15 jours, du 1er au 15 décembre. Quant à Jean de Commiers, archer, il opère également du 1er au 15 décembre, toujours sous la conduite du capitaine Rodolphe de Commiers.

  • 213 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15 et Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 12.
  • 214 Mémoire autographe à Charles V, Bresc, 1972, n° 445, 21 novembre 1369, p. 650-653, articles g, h, j (...)

106L’action de ce capitaine qui est aussi lieutenant du gouverneur213 est fortement controversée puisque l’archevêque Pierre Ameilh l’accuse d’avoir extorqué 50 florins aux Embrunais pour « la mise en défense de la patrie et des passages ». En fait, Rodolphe de Commiers aurait détourné cette somme au profit de sa famille. À Embrun et à Gap, il a emprisonné et rançonné plusieurs hommes. Il est même accusé d’avoir commandité des pillages, et abusé des réquisitions de nourriture et d’argent, sous prétexte de « temps de guerre »214.

  • 215 Contamine, 1994a, p. 280.
  • 216 Prudhomme, 1919, p. 104, d’après ADI, B 4030.

107De tels abus sont fréquents dans le royaume et Charles V tente d’y mettre un terme par une ordonnance datée du 13 janvier 1374, définissant clairement les responsabilités des capitaines215. Ces dérives ne touchent pas seulement les capitaines puisque même les écuyers Hugues et Guigues de Commiers sont mis en cause en janvier 1369 dans des affaires de vols et autres méfaits, certainement commis durant la chevauchée du mois de novembre 1368216.

  • 217 Maignien, 1881, p. 43 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 5 et 43 (n° 91).

108La famille de Morges est également représentée dans les deux grandes catégories d’hommes d’armes, les chevaliers et les écuyers. Le chevalier Guigues de Morges, ainsi que les écuyers Guigues, Guy et Louis, sont tous présents à la montre faite à La Mure le 8 juillet 1368. S’agit-il de Guy de Morges, lieutenant du gouverneur, qui avait été nommé châtelain et capitaine du château de Lhers après sa reddition le 25 août 1362217 ? Comme dans les familles précédentes, les écuyers et les chevaliers d’un même lignage s’illustrent souvent ensemble. Jean de Bérenger, chevalier, et Pierre de Bérenger, écuyer, servent à La Mure puis dans le Champsaur pendant le mois de juillet 1368. De même, Falcon et Humbert de Murinais, respectivement chevalier et écuyer, sont tous deux engagés dans la grande chevauchée du Gapençais, du 1er au 15 décembre 1368, puis du 1er au 15 janvier 1369. Falcon de Murinais était aussi le capitaine de Serres d’après le compte établi par le capitaine Rodolphe de Commiers.

Notes

1 Sur ces définitions, voir Carolus-Barré, 1978, p. 73-93.

2 Manteyer, 1944, p. 376, compte du bailli de Briançon (26 juillet 1319 et 24 juin 1321). C’est au siège du château de La Perrière que le Dauphin Guigues VIII est tué en 1333 (Colardelle, Moyne et Verdel, 2000).

3 Le château de Voiron, résidence habituelle des comtes de Savoie au xiiie siècle, est pris par le Dauphin en 1321. En 1354, Amédée VI de Savoie reprend à nouveau le château, juste avant la signature du traité de Paris (1355). Le comte de Savoie cède alors définitivement le château au dauphin (Rey, 1971, tome 2, p. 300).

4 Manteyer, 1944, p. 405, compte de la châtellenie d’Upaix (17 janvier-2 octobre 1321) : 255 livres, 13 sous et 11 deniers et p. 409, compte de la châtellenie du Champsaur (2 mars-3 octobre 1321). La somme de 799 livres, 15 sous et 1 denier se répartit ainsi : 607 livres, 9 sous et 1 denier (chevauchée), 177 livres et 6 sous (achat de traits) et 15 livres accordées à Rolerius de Moirans.

5 Falque-Vert, 1997, p. 227, d’après ADI, B 3700, f 63 v°.

6 ADI, 8 B 644, f 6 r°, compte de la châtellenie de Saint-Martin-de-Queyrières (15 octobre 1366-14 février 1369).

7 Au xviie siècle, le charnage désigne une provision de viande (Mallé, 1999, p. 410).

8 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 360 et Vaillant, 1951, p. 428.

9 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 588.

10 Vaillant, 1951, p. 430.

11 Denifle, 1900, p. 182 et Roman, 1890, p. 259.

12 Falque-Vert, 1997, p. 226.

13 Chomel, 1967, p. 330 et Vaillant, 1968, p. 321, d’après ADI, B 3700, f 13 r°, 1265, Vallouise.

14 Vaillant, 1968, p. 321, d’après ADI, B 3700, f 54 v°, 1265, Molines.

15 Vaillant, 1951, p. 411, d’après charte du 13 décembre 1311 ; Vaillant, 1968, p. 324 et Giordanengo, 1969, p. 56.

16 Vaillant, 1951, p. 44, 71, 78 et 410-412 : chartes concédées en 1210 (Embrun), en 1326 (Chorges) et en 1336 (Bardonnèche).

17 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 355 ; Vaillant, 1951, p. 412, d’après la grande charte du Briançonnais, article 10 ; Valbonnais, 1722, tome 2, p. 586 et Mourier, Viallet, 1991, p. 60.

18 Rey, 1971, p. 76, d’après Arch. Vatic., coll. 380, f 100.

19 Vaillant, 1951, p. 420, d’après charte du 4 juin 1336.

20 François Chaix, châtelain de Briançon, Odon de Calme, Jacques Luce et Jean Estive effectuent cette répartition à Briançon, en 1353-1354 puis en 1368-1369 (AC Briançon, CC 1, pièce 2 et CC 3).

21 D’après Falque-Vert, 1997, p. 443, les contributions en clients sont les suivantes : Briançonnais : 144 ; Château-Queyras et Queyrières : 132 ; Valcluson : 58 ; Vallouise : 46 ; Césanne : 45 ; Briançonnais (autres) : 45 ; Oulx : 30 – moitié arbalétriers, moitié lanciers.

22 Vaillant, 1951, p. 414, d’après la charte concédée en 1210 : « pro cavalcatis non teneantur respondere Dalphino et successoribus quecumque tamen in vita dicti Guillelmi comitis Forcalcariensis facta fuissent antea pro cavalcatis ».

23 Roman, 1890, p. 143 ; AC Embrun, EE 3, 1301 : « quod quilibet homo de Ebreduno debeat ire in cavalcatis et sequi baillivum versus Sanctam Jallam infra certam diem et sub pena corporis » et EE 7-8, 30 juillet 1312.

24 AC Briançon, CC 3, f 1 r° et 2 v°, 1368.

25 AC Briançon, CC 3, f 3 r°/v°, 1368 et Bresc, 1972, lettre n° 447, p. 661.

26 ADHA, AC Embrun, EE 15.

27 De tels actes d’insoumission sont déjà d’actualité au xiiie et au début du xive siècles. Voir le cas des hommes de la châtellenie de Briançon qui refusent de se rendre à Voiron en 1321. Une enquête est diligentée contre eux et contre ceux qui, cantonnés à Grenoble, ont déserté (Prudhomme, 1884-1919, tome 4, p. 293, d’après ADI, B 4442, f 38). Voir d’autres exemples d’après Lemonde, 2000, tome 1, p. 228.

28 Vaillant, 1951, p. 417, d’après ADI, B 3001, f 243.

29 Manteyer, 1944, p. 553, d’après ADI, 8 B 638, f 42 r°, compte de la châtellenie de Réotier (30 mars 1362-7 mai 1364).

30 Manteyer, 1944, p. 561, d’après ADI, 8 B 638, f 49 r°, compte des recettes du Briançonnais (1er juillet 1363-8 mai 1364). La chevauchée est sans doute celle menée en septembre 1363 contre Galéas de Saluces.

31 ADI, 8 B 638, ff 78 v°-79 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364).

32 Manteyer, 1944, p. 511, d’après ADI, 8 B 638, f 66 r°/v°, 2 septembre 1362.

33 ADI, 8 B 638, ff 66 v°-67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364).

34 ADI, 8 B 638, f 19 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) ; f 21 v°, compte de la châtellenie de Césanne (8 novembre 1362-20 avril 1364) et ff 78 v°-79 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364).

35 ADI, 8 B 638, ff 155 r°-160 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364).

36 ADI, 8 B 638, ff 163 r°-164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 1364).

37 18 clients du 2-4, 7-29 mars 1368 au Bois-des-Ayes ; 16 du 2-8 septembre à Château-Dauphin ; 5 du 17-28 septembre à Château-Queyras ; 48 les 14-15, 16-24 et 22-29 septembre à Embrun ; 77 du 7-9, 15-23, 25-31 octobre et 12-16 novembre au Pertuis-Rostan.

38 AC Briançon, CC 3, ff 1 r°-2 v° : « Primo sequitur de expensis factis per dictos sindicos ratione cavalgatarum et clientum dicte universitatis (...). Quod omnes sindici mandarent omnes clientes quibus tenerentur servire domino nostro dalphino pro securssu faciendo in partibus Cadracii terra dalphinale ».

39 ADI, 8 B 644, ff 29 v°-30 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369) et AC Briançon, CC 3, f 2 v°.

40 Coût de la chevauchée pour Briançon (104 florins) : Pertuis Rostan (32,3 %), Bois-des-Ayes (25,4 %), Embrun (23,6 %), Château-Dauphin (12,8 %) et Château-Queyras (6 %).

41 ADI, 8 B 380, ff 151 r°/v°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

42 Réaumont, Isère, cant. Rives. ADI, 8 B 380, f 151 r°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

43 Le 28 septembre 1368, deux hommes d’armes de la châtellenie de Pisançon (Drôme, Chatuzange-le-Goubet, cant. Bourg-de-Péage) se rendent à Grenoble et à La Mure. ADI, 8 B 380, f 119 r°, compte de la châtellenie de Pisançon (20 avril 1368-25 mai 1369).

44 Lacroix, 1879, p. 184 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 14. Le châtelain d’Azieu (Rhône) passe 20 jours à Corps durant le mois de septembre ainsi que le châtelain de la Tour-du-Pin (Isère) et son écuyer, pendant 12 jours. Manteyer, 1944, p. 735, d’après ADI, 8 B 380, ff 122-125, compte de la châtellenie d’Azieu (22 septembre 1367-26 mai 1369) et ff 125-135, compte de la châtellenie de la Tour-du-Pin (7 septembre 1368-27 mai 1369).

45 Manteyer, 1944, p. 745, d’après ADI, 8 B 380, f 169 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

46 ADI, 8 B 380, f 151 r°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

47 ADI, 8 B 380, ff 168 r°-169 v°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

48 À Pisançon : 5 fl. et 7 gr. (1 homme d’arme pour conduire les clients de Pisançon à Gap). Dépensestotales de la châtellenie : 94 fl., 10 gr., 3 qrt. À Morestel : 28 fl. et 4 gr. (2 damoiseaux et 1 archer accompagnent le gouverneur en Gapençais) pendant 12 jours [24 juin 1368-24 mai 1369]. Dépenses totales de la châtellenie : 148 fl., 9 gr.

49 À Réaumont : 37 fl. pour les piétons conduits en Champsaur par Pierre Claret de Cornillon et 112,5 fl. pour 5 hommes d’armes intervenant en Briançonnais. Dépenses totales de la châtellenie : 314 fl., 2 gr.

50 Buis-les-Baronnies, Drôme, ch.-l. cant. ADI, 8 B 380, f 149 v°, compte de la châtellenie de Réaumont (23 juillet 1367-10 juillet 1369).

51 Manteyer, 1944, p. 753, d’après ADI, 8 B 380, f 211 r°/v°, compte de la châtellenie d’Albon (5 mai 1368-24 juin 1369).

52 Fornier, 1892, tome 3, p. 271, d’après AC Guillestre, AA 1, 12 août 1329, article 16 : « Item conventum extitit inter partes easdem quod champerii dictorum locorum teneantur facere sercham qualibet nocte, cum duobus vel tribus hominibus dictorum locorum, vel quot precipiunt, auctoritate qua supra, dicti consules mandatis per champerios vel furnerios dictorum locorum » et p. 294, d’après AC Châteauroux, AA 1, 20 octobre 1332, article 9 : « Item quod de quatuor consulibus, quatuor serchiis et quatuor champeriis qui in loco Castri Rodulphi, annis singulis, eliguntur, unus consul, unus champerius ac unus de quatuor serchiis, pro parte de hominibus ipsorum nobilium, ut consuetum extitit, eligantur (...). Sercha autem seu custos de nocte et champerius in manibus bajuli archiepiscopi solum jurare debeant, secundum formam consuetam, officium fideliter excercere ».

53 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361, grande charte du Briançonnais, article 26.

54 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 588, article 28.

55 Contamine, 1972, p. 231.

56 ADHA, E 285, f 7 v° : « homines de Cayreria debere debent (sic) tamen manutenire turrim de Cayreria et tempore necessitatis debent pro posse suo custodire et ad raydam omnes convenire ».

57 ADI, 8 B 633, f 20 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (20 janvier 1356-24 juin 1357) et B 4364, pièce, 13 juin 1418, Château-Queyras : « Item precepit et in mandatis dedit nobili Alberto Alberti, vicecastellano dicti loci Cadracii, quatinus sub pena bonorum et corporis faciat personalem residenciam in dicto castro cum tota sua familia et uno bono famulo et faciat seu fieri faciat scubiam, gaytum, eschargaytum et retrogaytum et habeat unam gaytam tubicinantem et cornantem in turri dicti castri (...) ».

58 ADI, 8 B 666, f 356 v°, 30 juin 1390, Mentoulles : « Et primo reperiit egredarium per quod accenditur ad bertrachiam in qua guayta dicti castri tubitur (...) ».

59 AC Guillestre, FF 3, 28 août 1380 : « infra primam portam dicte domus, ante cameram porterii ».

60 Falque-Vert, 1997, p. 227.

61 Vaillant, 1967, p. 343 ; Golaz, 1971, p. 12 ; Falque-Vert, 1984, p. 20 et Falque-Vert, 1997, p. 227, d’après ADI, B 3700, ff 59 r°-63 v°.

62 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361, grande charte du Briançonnais, article 26.

63 ADI, B 4364, 13 juin 1418, Château-Queyras.

64 ADI, B 4364, 7 novembre 1419, quittance de paiement de Jacques Garcin.

65 ADI, 8 B 638, f 163 r° (28 novembre 1362-10 janvier 1363) ; 8 B 644, ff 31 r°-32 v° (7 septembre 1368-4 mai 1369) et 8 B 660, f 2 v° (4 juin 1388-12 juillet 1389).

66 Cette tour est également désignée « tour supérieure ». Manteyer, 1944, p. 439, d’après ADI, 8 B 633, f 20 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (20 janvier 1356-24 juin 1357) : « Item solvit pro stipendiis Johannis alias Rafanelli quem mandato domini ei facto de custodiendo castro et mandato Raynaudi de Morgiis bayllivi tenuit pro gaytando in turri communi in qua dominus habet quartam partem (...) » et 8 B 655, f 151 v° (12 septembre 1384-24 juin 1385) : « Item solvit Johanni Terracii pro custodia turris castri superioris Bardoneschie pro parte domini contingente (...) ».

67 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 395, d’après ADI, B 3921, f 1 ; B 2962, 4 juin 1336, charte de libertés accordée aux habitants de Bardonnèche, Beaulard et Rochemolles par le dauphin Humbert II : « XIII. Capitulum de convocandi gentes ad sonum campanae. Item dedit et concessit dictis hominibus licenciam et libertatem se convocandi et congregandi ad sonum campanae vel tubarum castri de Bramafam (...) » et B 3331, 92 ff, 12 avril-9 septembre 1333, compte de la construction du château de Bramafan.

68 ADI, B 3331, 92 ff, 12 avril-9 septembre 1333, compte de la construction du château de Bramafan : main-d’œuvre (228 livres et 13 oboles) ; outils, ferrures et autres vacations (16 livres et 10 deniers) ;chaux (73 livres, 14 sous et 2 deniers) ; nourriture (11 livres, 7 sous et 6 deniers), soit 330 livres. À propos du rôle politique de ce château, voir Lemonde, 2000, tome 1, p. 249.

69 ADI, 8 B 645, f 7 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (11 août 1368-mai 1369).

70 Pendant 21 jours (n.p.) puis du 5 avril au 11 mai 1360, alors que le comte de Savoie et les saquemains envahissent le Piémont : ADI, 8 B 634, f 37 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357- 11 mai 1360).

71 Vaillant, 1968, p. 345, d’après ADI, B 3699, 1260 : « Ante tamen quam marescalus inciperet hedificare (...) castrum Nemoris Ayarum, dominus nichil capiebat, vel ipse marescalus pro eo in hominibus mortuis (...) » et Falque-Vert, 1997, p. 440.

72 ADI, 8 B 638, ff 18 v°-19 r° (15 janvier-19 avril 1362 ; 6 janvier-18 avril 1362 et 25 avril 1363-15 septembre 1363) ; 8 B 666, f 356 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1393-24 juin 1394) : 5 clients, jour et nuit, du 29 octobre 1393 au 30 avril 1394. Notons que lors de cette guerre, les hommes du comte d’Armagnac alors présents en Piémont sont soldés par Amédée d’Achaïe, d’après Butaud, 2001, tome 1, p. 175.

73 ADI, 8 B 647, f 89 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

74 ADI, 8 B 650, f 28 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1373-24 juin 1374).

75 ADI, 8 B 647, f 5 v°, compte de la châtellenie de Queyrières.

76 Un long conflit oppose le dauphin et le vicomte de Tallard sur la juridiction de Saint-Jean-de-Chassagne et de Montalquier, deux châtellenies limitrophes situées aux portes de Gap, d’après Taillas, 1868 (1994), p. 18 et ADHA, Ms 1511, notes de Clément Amat, f 5, mars 1338. En 1398, un nouveau pennon aux armes du dauphin est arboré pendant la foire de Saint-Martin à Montalquier : ADI, 8 B 671, f 335 r°/v°, compte de la châtellenie de Montalquier (24 juin 1397-24 juin 1398).

77 Cette année-là (1370-1371), le portier Antoine Laurent n’est autre qu’un des clients déjà engagé auparavant [1360-1364].

78 Dépenses totales de la châtellenie : 2 224,5 florins (ADI, 8 B 644, ff 37 v°-46 v°, compte de la châtellenie d’Upaix, 24 juin 1367-24 juin 1369).

79 ADI, 8 B 647, f 112 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1370-24 juin 1371) : « Item tenuit in custodia dicti castri de Upaysio quia ipsum castrum est limitrofum terre Provincie (...) ».

80 ADI, 8 B 671, f 244 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398).

81 ADI, 8 B 660, f 296 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1388-24 juin 1389).

82 Il s’agit d’Antoine Laurent, accompagné de Pierre Gambe, tous deux clients avant 1364. Ce dernier participe également aux réparations du château en 1384-1385 : ADI, 8 B 653, f 38 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1380-24 juin 1381) et 8 B 655, ff 176 v°-177 r° (24 juin 1384-24 juin 1385).

83 Ce dernier est encore mentionné en 1416-1417 : ADI, 8 B 682, f 86 v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1416-24 juin 1417).

84 Noble Jean de Névache : 1388-1389, 1390-1392, 1393-1394, 1395-1396, 1397-1398 ; Antoine Fabre, de Névache : 1388-1389 ; Barthélemy Rabinelli, de Névache : 1390-1391, 1397-1398 ; Jean Guigoni, de Névache : 1391-1392 et Jacques Garagon, de Névache : 1393-1394.

85 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 361 ; tome 2, p. 152 ; Vaillant, 1951, p. 432, lettre de Henri, régent du Dauphin, 15 décembre 1324 et grande charte du Briançonnais, article 28.

86 Vaillant, 1951, p. 433, d’après AC Briançon, EE 2, f 88, 23 juin 1371.

87 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.

88 ADI, 8 B 671, f 324 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1397-24 juin 1398).

89 Guillaume, 1879, p. 20-23 et Routier, 1981, p. 81, 13 octobre 1395 : « (...) ladicte ville de Brienson est la clef et chief de tout nostre bailliage de Briensonoys et est lieu moult notable, situé en pays de frontière, c’est assavoir de Savoye, de Lombardie, de Prouvence et de plusieurs autres pays, et est icelle ville le propre passage dudit pays de Lombardie ».

90 En juillet 1357, face aux bandes d’Arnaud de Cervole, le pape Innocent VI engage 400 « piétons armés appelés brigands » dont le paiement des soldes lui incombe par moitié – l’autre moitié étant à la charge de la ville d’Avignon (d’après Denifle, 1899, p. 197).

91 Bourrilly, 1926, p. 167, d’après ADBdR, B 1524.

92 Hébert, 1979a, p. 9 : registre contenant le nombre d’hommes de pied (144) et d’hommes d’armes (29) envoyés par les communautés de Provence au titre de la cavalcade ainsi que le nombre d’hommes de pied (104) et d’hommes d’armes (160) soldés par le sénéchal. Il s’agit d’une estimation puisque le rôle est incomplet.

93 Contamine, 1972, p. 23, d’après Du Cange, définition de brigantae.

94 ADI, 8 B 644, f 68 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368). Frédéric de Colonna remplace Raymond Giraud qui avait été élu à la tête de 24 hommes armés le 5 septembre 1368. Accusé d’hérésie, ce dernier est arrêté, emprisonné et poursuivi pendant plus de cinq ans (Bresc, 1972, p. LXX).

95 ADI, 8 B 638, f 53 r°, compte de noble Pierre Aynard, capitaine du Briançonnais (12 juin 1363-12 janvier 1364) et f 54 r°, compte de noble Pierre de Freynet, capitaine de l’Embrunais ; 8 B 644, ff 68 v°-69 r°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) ; AC Embrun, 1 FF 82 [16 octobre 1398-21 février 1402] et ADI, 8 B 671, f 23 v°, compte des syndics de Césanne, 1398.

96 D’après Roman, 1888a, p. 30-33, 12 octobre 1424 : liste des 110 hommes d’armes dont 14 capitaines à la tête des châteaux delphinaux du Dauphiné (Allevard, Anthon, Avalon, Bellecombe, La Buissière, Crémieu, Fallavier, Heyrieux, Miribel-les-Echelles, Pipet, Pont-de-Beauvoisin – Les Avenières – Dolomieu, Saint-Symphorien-d’Ozon, La Tour-du-Pin et Voiron). On note que la charge de capitaine de châteaux, d’abord exceptionnelle, se généralise et se pérennise en Bourgogne dès la fin des années 1360, d’après Schnerb, 1998, p. 123-131.

97 AC Embrun, EE 16, pièce, 16 mai 1402.

98 On a donc identifié à Embrun deux types de capitaines : le capitaine responsable d’une garnison pendant une courte période (cf. supra : le capitaine Fréderic de Colonna et 27 brigands, pendant le siège d’octobre 1368) et le capitaine nommé avec l’accord des habitants, et qui organise la garde et la mise en défense de la ville – comme les deux capitaines évoqués dans ce procès (butaud, 2001, tome 2, p. 399-401).

99 AC Embrun, 1 FF 82, ff 27 v°-30 r°, règlement de la garde de la ville déposé par Isnard Garin, procurateur de l’université d’Embrun, Guillaume Abrivat et Jean Henri, capitaines de la ville (avant le 21 février 1402) et ff 40 r°-61 r° : dépositions des témoins.

100 ADI, B 3728, v. 1400, article 17, f 3 v° : « Item dicant ut supra quod dum quidam latibiculi existebant jamdiu in castro de Ponticio qui depredabantur quoscumque transeuntes maxime illos de patria Dalphinali civitas Ebreduni sola misit nobiles Guillelmum Abrivati et Johannem Henrici associatos de IIIc peditibus qui obsederunt dictum castrum et tandem dei gratia in virtute bellandi idem castrum ceperunt sumptibus civitatis ad magnum commodum et honorem patrie dalphinalis ». Y a-t-il eu amalgame entre ces fantassins et les 300 lances (900 à 1 500 hommes) à la tête desquels le comte de Savoie Amédée VII aurait occupé la vallée de Barcelonnette et attaqué le castrum de Pontis avant le 1er août 1388 (Laplane, 1843, tome 1, p. 183 et p. 550) ?

101 ADHA, E Savines 41, 8 juin 1277.

102 Songeons par exemple qu’une ville comme Carpentras (936 feux en 1380, contre 285 seulement à Embrun intra-muros en 1390) mobilise au moins 69 guetteurs – y compris le capitaine – en janvier 1391, d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 428, p. 513 et Montpied, 1983, p. 10.

103 Lettre au cardinal Guy de Boulogne, Bresc, 1972, n° 374, p. 558, 18 juillet 1368 et lettre au cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, n° 375, p. 560, 18 juillet 1368

104 .AC Embrun, 1 FF 82, ff 12 v°-13 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 13898.

105 Chevalier, 1871, p. 30, 13 mars 1400.

106 ADI, 8 B 642, f 13 v°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367).

107 ADI, 8 B 647, f 71 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

108 AC Briançon, CC 3, f 4 v°.

109 ADHA, E 285, f 13 v°, 1265, Puy-Saint-André et Guillaume 1888b, p. 7, n° 35, 1307.

110 Baratier et alii, 1969, carte n° 48 et Han, 1977, p. 187. Au xiiie siècle, le Pertuis Rostan désigne la frontière nord du comté d’Embrun et, de ce fait, la limite pour la levée de la chevauchée delphinale (Estienne, Nicolas, 1999, p. 152).

111 ADI, 8 B 644, f 50 v°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (18 août 1368-15 mai 1369).

112 AC Briançon, CC 3, ff 4 v°-6 v° : 33 fl., 7 gr. et 12 d. Cet effectif s’ajoute aux 87 autres clients qui sont envoyés au Bois-des-Ayes, à Château-Dauphin, à Château-Queyras et à Embrun, en 1368.

113 AC Briançon, CC 4, pièce, 1369.

114 BMG, R 80, tome 71, ff 288 r°-295 v°, 3 avril-5 juin 1376 ; 28 avril 1376, d’après Han, 1977, p. 186. Coût : 1 175,5 fl.

115 Voici les noms des chevaliers qui ont déjà participé aux grandes chevauchées de l’année 1368 : Pierre Aynard, La Mure, 8 juillet ; Jean de Virieu, Serres, 25 juillet ; Frepppet de Bocsozel ; le seigneur de Bressieu ; le seigneur de Maubec ; le seigneur de Sassenage ; le seigneur de Clermont et François de Beaumont, du 6 au 31 novembre.

116 Valbonnais, 1722, tome 1, p. 218 et Dussert, 1915, p. 101 : Entraigues (Isère, col d’Ornon, cant. Le Bourg d’Oisans) et Combe d’Avane (Isère, commune Saint-Baudille-et-Pipet, cant. Mens).

117 ADI, B 4358, pièce, 16 janvier 1391.

118 ADI, B 4358, pièce, 31 mars 1391.

119 ADI, B 4358, quittances de paiement, 27 juin 1391 : Pierre Jourdan, Guido Beolat, Michel Passet, Jacques Beliard, Guillaume Papon, Jean Charrier, Jean Rucher et Jean Garcin. Coût : plus de 96 fl.

120 ADI, B 4358, pièce, 3 juillet 1391. Le sire d’Achaïe était intervenu dans la conclusion du traité de paix entre le Pape et Raymond de Turenne en 1390 (ADI, B 3771, pièce).

121 ADI, B 4358, quittances de paiement, 31 juillet 1391 : chaque noble est payé sur la base de 15 francs (18 florins, 9 gros) par mois soit 11,5 francs. Jean Agni des Vigneaux, coseigneur de Saint-Martin de Queyrières et de Vallouise ; Hugonet de Bardonnèche, coseigneur de Névache (Roman, 1890, p. 278-280). Coût : 46 francs.

122 ADI, 8 B 671, ff 25 r°-26 v°, compte des syndics de Césanne, 1398 et B 3010, f 415 r°, 14 mai 1402, Château-Queyras. Coût : 88,5 fl.

123 Sur les injonctions du bailli qu’ils rencontrent à plusieurs reprises à Briançon et au Pertuis Rostan, les syndics de Césanne organisent les remplacements des clients pendant la semaine du 22 au 27 octobre. ADI, 8 B 671, ff 22 v°-26 v°, compte des syndics de Césanne, 1398 : séjours des syndics à Briançon et au Pertuis Rostan, les 9, 10, 14 et 19 octobre (2 florins et 1 gros) puis du 22 au 27 octobre (1 florin et 7,5 gros).

124 Manteyer, 1944, p. 559, d’après ADI, 8 B 638, f 48 r°, compte de la châtellenie de la Vallouise (26 juin 1363-8 mai 1364).

125 ADI, 8 B 647, f 71 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

126 Tivollier, 1913, p. 327, d’après ADI, B 2995, f 435.

127 IGN 3637 OT : x = 960,55 ; y = 3281,20 et z = 2660. Le Pas du Gros n’a pas été identifié.

128 AC Embrun, 1 FF 82, ff 2 r°-3 v° et ff 11 r°-12 r°, 4 décembre 1398, procès contre Isnard Garin, procurateur de l’université d’Embrun, Guillaume Abrivat et Jean Henri, capitaines.

129 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 511, 26 janvier 1419.

130 Sauret, 1860, pièce n° 9, p. 503, d’après Cartulaire de l’Église d’Embrun. Description de l’itinéraire du col de Vars, d’après Anonyme, 1887, p. 233.

131 Martin, 2000, p. 291-303.

132 À ce sujet, voir Lemonde, 2002, p. 266-273.

133 ADI, 8 B 638, f 19 r°/v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364).

134 Manteyer, 1944, p. 577, d’après ADI, 8 B 638, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364) : « (...) dictam taxationem fecit ad XXV florenos castrum predictum propter societates et pericula que tunc eminebant solerciori custodia indigebant quam postea indiguerit nec adhuc indigeat, cum ille societates elongate sint et bona tranquilitas actore deo intervenerit et adhuc sit inter subditos Dalphinatus et Provinciales, idcirco dicti auditores moderando dictum salarium, taxaverunt ad XX florenos (...) ».

135 Chevalier, 1874, p. 218, 10 janvier 1392.

136 Le 2 septembre 1362, le gouverneur du Dauphiné ordonne au trésorier de payer les gages qu’Humbert Boniface n’a pas reçu depuis deux ans (Manteyer, 1944, p. 511, d’après ADI, 8 B 638, f 66 r°/v°).

137 ADI, 8 B 638, f 164 r°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 1364).

138 ADI, 8 B 642, f 69 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (15 avril 1366-16 septembre 1367). A. Lemonde a relevé une différence entre les salaires moyens perçus dans les châtellenies exposées, c’est-à-dire situées à proximité des frontières, et les autres (Lemonde, 2000, tome 1, p. 183).

139 ADI, 8 B 642, f 14 r°, compte du bailliage de l’Embrunais et du Briançonnais (22 novembre 1365-11 février 1367).

140 Au milieu du xve siècle, les soldes annuelles des officiers savoyards oscillent en moyenne entre 25 florins pour les châtelains, et 50 florins pour les baillis, d’après Castelnuovo, 1993, p. 15.

141 Peyrins, Drôme, cant. Romans-sur-Isère. Manteyer, 1944, p. 731, d’après ADI, 8 B 380, f 86 r°, compte de la châtellenie de Peyrins (23 septembre-11 décembre 1368) : cette dépense constitue près de 50 % des dépenses totales annuelles de la châtellenie (130 florins / 260 florins, 11,5 gros).

142 ADI, 8 B 655, f 176 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1384-24 juin 1385) et 8 B 660, f 2 v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (24 juin 1388-24 juin 1389).

143 Chevalier, 1871, p. 28, lettre du gouverneur, 17 juillet 1392 ; Chevalier, 1874, p. 215-219 et ADI, B 4364, pièce, 13 juin 1418, Château-Queyras : « Item precepit et in mandatis dedit nobili Alberto Alberti, vicecastellano dicti loci Cadracii, quatinus sub pena bonorum et corporis faciat personalem residenciam in dicto castro cum tota sua familia et uno bono famulo (...) ». Dans la châtellenie de Vizille (Isère) aussi, « dès la fin du xive siècle, le châtelain ne fait plus résidence permanente. Il est remplacé par le vice-châtelain » (Micanel, 1947, p. 34).

144 ADI, 8 B 638, f 21 v°, compte de la châtellenie de Césanne (8 novembre 1362-20 avril 1364).

145 ADI, 9 B 30 bis, f 66 r°.

146 Rey, 1949, p. 48.

147 ADI, 8 B 638, f 79 v°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (22 mars 1362-4 juin 1364) ; 8 B 644, ff 50 v°-51 r° (18 août 1368-15 mai 1369) ; 8 B 652, f 86 r° (24 juin 1379-24 juin 1380) et 8 B 655, f 151 v° (12 septembre 1384-24 juin 1385).

148 ADI, 8 B 633, f 20 r°, compte de la châtellenie de Bardonnèche (20 janvier 1356-24 juin 1357).

149 ADI, 8 B 647, f 105 v°, compte de la châtellenie de Réotier (17 juillet 1370-24 juin 1371).

150 ADI, 8 B 652, f 43 v°, compte de la châtellenie de Montalquier [24 juin 1380- ?] : 60 florins / an ; 8 B 654, f 9 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1382-24 juin 1383) et 8 B 664, f 212 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1391-24 juin 1392).

151 ADI, 8 B 652, ff 70 r°/v°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1379-24 juin 1380) : 80 florins/an ; 8 B 653, f 29 v° (24 juin 1380-24 juin 1381) ; 8 B 655, f 143 r° (24 juin 1384-24 juin 1385) ; 8 B 660, f 14 r° (24 juin 1388-24 juin 1389) et 8 B 662, f 145 r° (24 juin 1390-24 juin 1391). Voir aussi la solde du châtelain de Bardonnèche et de sa garnison (2 clients, 1 guetteur), 65 florins/an d’après ADI, 8 B 653, f 8 v°, comptes de la châtellenie de Bardonnèche (13 août 1355-20 janvier 1356) et 8 B 633, f 20 r° (20 janvier 1356-24 juin 1357).

152 ADI, 8 B 655, f 143 r°, comptes de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1384-24 juin 1385) : 3 gardes ; 8 B 660, f 14 v° (23 juin 1388-26 juin 1389) et 8 B 672, f 256 r° (24 juin 1397-24 juin 1398) : 4 gardes.

153 Le service de garde extraordinaire est requis avant 1368 au palais delphinal d’Embrun : 2 clients et 1 garde du 6 janvier au 24 juin 1320 (ADI, 8 B 14, f 74 v°) ; 6 clients pendant 8 jours [17 janvier 1342-13 mars 1343], chaque client reçoit 1 gros par jour (ADI, 8 B 629, f 234 r°).

154 ADI, 8 B 655, ff 243 v°-244 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1384-24 juin 1385) : 1 guetteur pendant 11 jours.

155 ADI, 8 B 634, f 8 r°, compte du bailliage du Gapençais / châtellenie de Serres (29 mars 1359-20 mai 1360) : « (...) pro quolibet I fl. pro mense et unam somatam vini et duos sestarios annone » ; 8 B 634, f 158 v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1356-10 septembre 1359) : « Item pro VI sestariis vini positis in munitione dicti palatii tempore dicte guerre (...) : II fl. » et 8 B 644, f 42 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

156 ADI, 8 B 644, f 31 r°/v°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369).

157 Manteyer, 1944, p. 576, d’après ADI, 8 B 638, f 67 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364) : « Item pro expensis unius canis quem tenuit ibidem pro dicto tempore : XVIII gr. ».

158 Voir l’exemple de Bramafan : « duobus cornibus, uno fusteo et alio terreo » (1362-1364, ADI, 8 B 638, f 79 v°) ; « duorum cornuum terre emptorum pro tubicinando in turri de Bramafani » (1379-1380, 8 B 652, f 86 r°, 1 florin) ; « uno cornu ad opus castri de Bramafani pro tubicinando » (1384-1385, 8 B 655, f 152 v°, 6 gros) ; « IIbus cornibus terre pro gayta castri de Bramaffan » (1391-1392, 8 B 664, f 222 v°, 1 florin).

159 Lemonde, 2000, tome 1, p. 231. Voir leur rôle dans les villes alsaciennes au xve siècle (RAPP, 2000, p. 602).

160 Roman, 1890, p. 246, d’après ADI, B 2962 et 8 B 642, f 68 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (15 avril 1366-16 septembre 1367).

161 ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360) : « (...) tempore quo comes Sabaudie cum saquemandis erat in Pedemontium » et 8 B 638, f 18 v°, compte de la châtellenie du Valcluson (7 janvier 1362-20 avril 1364) : « Item pro salario et victu plurium exploratorum missorum in partibus Pedemontis ad sciendum statum societatum existencium in illis partibus (...) ».

162 ADI, 8 B 638, f 163 r°/v°, compte de la châtellenie de Château-Queyras (16 février 1362-5 septembre 1364).

163 ADI, 8 B 638, f 62 r°, compte de la châtellenie d’Exilles (10 février 1362-8 mai 1364).

164 ADI, 8 B 647, f 72 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

165 Manteyer, 1944, p. 557, d’après ADI, 8 B 638, f 45 v°, compte des émoluments du sceau et des décrets de la cour majeure du Briançonnais (23 mars 1362-17 avril 1364).

166 ADI, 8 B 644, f 13 r°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1367-24 juin 1368).

167 ADI, 8 B 671, ff 21 r°-22 r°, compte des syndics de Césanne, 1398.

168 ADI, 8 B 638, f 160 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364) : messagers au Marquisat de Saluces et en Briançonnais (7,50 florins) ; escorte du châtelain à Embrun pour une entrevue avec le gouverneur (4 florins) et autres frais d’espionnage, à la demande des capitaines du Briançonnais (15 florins).

169 AC Briançon, CC 3, 1368-1369.

170 Une seule mention à Exilles avant 1368. ADI, 8 B 634, f 37 r°/v°, compte de la châtellenie d’Exilles (14 juin 1357-11 mai 1360) : « Item pro nunciis mittendis apud Brianczonum et deinde Grationopolim, Romanis et Buxum ad significandum dominis de consilio bayllivo et judici, fracturam muri castri dicti loci que evenerat – reddit particulas : III fl. ».

171 ADI, 8 B 644, f 30 r°, compte des châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (6 novembre 1367-4 mai 1369). Parti pendant 10 jours avec un roncin, il reçoit 4 gros par jour, soit 40 gros (3 florins et 4 gros). Non seulement, cet homme est largement payé pour cette mission mais en plus, sa solde est surévaluée.

172 ADI, 8 B 649, f 28 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1371-24 juin 1372).

173 ADI, 8 B 653, f 30 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1380-24 juin 1381) : 2 florins, 4 gros et 3 quarts.

174 ADI, 8 B 652, f 64 v°, compte de la châtellenie de Briançon (24 juin 1379-24 juin 1380) : 2 florins. Les habitants de Carmagnole chassent la garnison de ce château à plusieurs reprises bien qu’il soit en Dauphiné depuis l’acte d’hommage de Frédéric II de Saluces (ADI, B 3855, pièce 169, 6 décembre 1412).

175 Environ 372 florins (soit 48,7 % des dépenses totales, ADI, 8 B 644, f 68 r°/v°, 11 février 1367-8décembre 1368) ; 96florins et 1 gros (soit 28 %, 8 B 647, ff 89 v°-91 r°, 8août 1369-24juin 1370) ; 24,50 florins (soit 10 %, 8 B 647, ff 100 r°-101 r°, 24 juin 1370-24 juin 1371) ; 17 florins (soit 7,4 %, 8 B 649, ff 26 r°-29 r°, 24 juin 1371-24 juin 1372) ; 8 florins (soit 11,4 %, 8 B 650, ff 27 v°-28 v°, 24 juin 1373-24 juin 1374).

176 ADI, 8 B 644, ff 68 r°- 69 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

177 ADI, 8 B 647, f 91 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) et 8 B 650, f 27 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1373-24 juin 1374).

178 Y compris à Upaix d’où les messagers apportent des lettres au gouverneur et au Conseil delphinal en 1368 (26 florins et 2 gros) : ADI, 8 B 644, f 42 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369). En 1370, Guillaume Eymin, d’Embrun, rencontre le bailli à Upaix : 8 B 647, f 91 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

179 ADI, 8 B 647, ff 91 v°-92 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370).

180 ADI, 8 B 647, ff 90 r°-92 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370) et f 100 r°/v°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1370-24 juin 1371). Le noble Tachon Gilbert de Saint-Pierre d’Allevard (Isère, cant. Allevard) est témoin d’un prix-fait conclu à Château-Queyras le 12 juillet 1389 (ADI, B 3010, f 418 v°) : s’agit-il du même homme ?

181 Destinataire inconnu, BRESC, 1972, lettre n° 439, p. 637, v. 14 octobre 1369.

182 Mollat du Jourdin, 1992, p. 113.

183 Dans le comtat Venaissin, par exemple, seule la montre de l’armée levée en 1358 est conservée (d’après Butaud, 2001, tome 2, p. 593).

184 Charpin-Feugerolles, 1881 et ADI, B 4358, pièce.

185 D’après Contamine, 1972, p. 533 et, dans le duché de Bourgogne en 1368, d’après Rauzier, 1996, p. 641.

186 En Savoie, les clients présents en 1324 dans la châtellenie des Allymes (Ambérieu-en-Bugey, Ain, ch.-l. cant.) sont de simples « hommes d’armes, voire des mercenaires » (Cattin, 1977, p. 16). Ce sont des « paysans-soldats » qui servent localement, parfois même des « soldats de métier, équipés et entraînés au combat à pied, quoique d’origine non aristocratique » (d’après Demotz, 1981, p. 131 ; Demotz, 1991, p. 258 et Carrier, Couteaux et fol, 1998, p. 40).

187 AC Briançon, CC 1, pièce 2, 1352.

188 Vaillant, 1951, p. 422.

189 Contamine, 1994a, p. 161-168. À propos de l’armement, voir Finó, 1977, p. 258.

190 Contamine, 1972, p. 626.

191 AC Briançon, CC 3, f 1 r° (Bois des Ayes), f 2 v° (Queyras), f 4 r° (Embrun) et f 5 v° (Pertuis Rostan).

192 ADI, B 4358, ff 1 r°-4 r°, septembre 1369. Le total des dépenses justifiées par le capitaine atteint la somme de 1 126 florins et 7 gros alors que les recettes s’élèvent à 1 414 florins et 4 gros, soit un solde positif de 287 florins et 9 gros.

193 Thomé de Maisonneuve, 1930, p. 107, 8 juillet 1368, chevalier : 20 florins ; homme d’arme : 10 florins ; fantassin ou gens de pied : 7 florins. Ces soldes sont sujettes à des variations selon les sources : 15 florins pour les hommes d’armes (Lacroix, 1879, p. 182) et pour les chevaliers (Charpin-Feugerolles, 1881, p. 10).

194 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15, 20 juin 1369, archer et chapeau de fer : 7,5 florins.

195 En fait, le compte donné par le capitaine fait état de quatorze hommes mais la somme dépensée (95 florins) ne correspond ni au paiement de douze écuyers (90 florins), ni au paiement de quatorze (105 florins).

196 Chevalier, Maignien, 1886, p. 8, 11 et 56.

197 1368-1369, AC Briançon, CC 3, f 6 v° (Pertuis Rostan) et f 7 r° (Briançon). Guigues Chaix est aussi engagé par la communauté de Briançon pour espionner l’avancée des routiers.

198 ADI, 8 B 638, f 53 r°, compte de noble Pierre Aynard, capitaine du Briançonnais (12 juin 1363-12 janvier 1364) et Manteyer, 1944, p. 516, d’après ADI, 8 B 638, f 54 r°.

199 Durvin, 1978, p. 369 et Fournier, 1978, p. 230, 14 mai 1358, États généraux de Compiègne.

200 Ou son oncle, d’après ADI, 8 B 638, f 50 r°, compte du Briançonnais (1er juillet 1363-8 mai 1364).

201 ADI, 8 B 640, f 19 r°/v°, compte de Goyet Gay, capitaine de La Bâtie-du-Pont, 30 juin 1365.

202 ADI, 8 B 638, f 50 r°, compte du Briançonnais (1er juillet 1363-8 mai 1364).

203 ADI, 8 B 642, ff 70 r°-72 r°, compte de Goyet Gay, capitaine de La Bâtie-du-Pont (20 janvier 1366-7 septembre 1367). Parmi ces hommes, Amédée Gay, garde du 22 avril au 7 septembre 1367, est ensuite mentionné pendant la chevauchée du Gapençais (1er-15 décembre 1368; janvier-8 février 1369).

204 Contamine, 1972, p. 80.

205 Contamine, 1972, p. 80.

206 Guillaume de Veynes, dit le Forestier, combat les anglais sous Charles V. Il est tué en 1424 à la bataille de Verneuil d’après Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 788.

207 Hébert, 1979a, p. 18, n. 33.

208 Miribel-lès-Échelles (Isère, cant. Saint-Laurent-du-Pont). ADI, 8 B 644, f 43 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

209 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 58 et Thomé de maisonneuve, 1938-1939, p.3.

210 Chevalier, Maignien, 1886, p. 52 et p. 57 ; ADI, B 3980. Amédée de La Motte et Didier de Sassenage, chevaliers et conseillers du dauphin, reçoivent une solde quotidienne d’un florin (ADI, 9 B 7, f 42 v°, 8 novembre-11 décembre 1368).

211 Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 556, 764 et 806 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 28 et Lemonde, 2002, p. 256.

212 Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 667 ; Lacroix, 1879, p. 188 ; Roman, 1889, p. 106 ; Denifle, 1899, p. 515 et Bresc, 1972, p. 556.

213 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 15 et Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 12.

214 Mémoire autographe à Charles V, Bresc, 1972, n° 445, 21 novembre 1369, p. 650-653, articles g, h, j, k, l.

215 Contamine, 1994a, p. 280.

216 Prudhomme, 1919, p. 104, d’après ADI, B 4030.

217 Maignien, 1881, p. 43 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 5 et 43 (n° 91).

Table des illustrations

Légende Figure 7. Carte de la grande chevauchée, mars 1368-février 1369. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Figure 8. Carte des châteaux briançonnais. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Figure 9. Carte des garnisons des châteaux delphinaux, avril 1368-août 1369. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Figure 10. Le Pertuis Rostan, le Barri et le Mur des Vaudois. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 11. Photo de la porte du Pertuis Rostan en 1892 (ADHA, Z Guillemin 8511).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Tableau 5. Soldes annuelles des châtelains et des baillis au xive siècle.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Tableau 6. Les catégories de combattants du 8 juillet au 31 novembre 1368.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Tableau 7. Évolution des soldes mensuelles des combattants.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site