Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

L’état de guerre

Texte intégral

La région du Haut-Dauphiné

1Les vallées alpines ponctuées de quelques pôles urbains – Gap, Embrun et Briançon – assemblées sous le titre de Haut-Dauphiné, constituent le cadre de cette étude (Figure 1). Le bassin du Gapençais, très ouvert, est traversé par un sillon qui s’étend du col Saint-Jean de Montclar à la cluse de La Saulce. Ce sillon est constitué de schistes argileux et de marnes jurassiques, couramment appelées « terres noires », qui sont des roches tendres. Il a été façonné par le trop plein glaciaire durancien debordant le dôme de Remollon, mais le cours de la Durance fluviale n’y est jamais passé, si bien que cette auge évasée n’est entaillée que transversalement de ravins entre La Rochette et La Bâtie-Neuve. Les massifs calcaires de Charance, du Puy-de-Manse et de Chabrières, tous situés au nord de Gap, n’ont pas entravé l’implantation humaine. Passés les seuils du col de Manse et du col Bayard, la vallée du Champsaur se partage entre haute et moyenne montagne. Dans le haut Champsaur, le Drac Blanc (Champoléon) et le Drac Noir (Orcières), s’unissent juste avant Saint-Jean-Saint-Nicolas, l’ancienne châtellenie delphinale de Montorcier.

  • 1 Roman, 1890, p. 314, 1427 et ADI, B 3729, pièce, 1411-1419.

2Plus à l’est, la région embrunaise est constituée par une nappe de charriage dite « flysch à Helminthoïdes » (calcaire friable) qui s’étire de Guillestre à l’ensemble du Val de Durance entre Saint-Clément, Châteauroux, Réallon, Vars, Crévoux et les Orres. Depuis Champcella, les falaises de calcaire blanc et rouge (« marbre de Guillestre ») s’étendent jusqu’à L’Argentière-la-Bessée. Le cours de la Durance, aujourd’hui canalisée en amont d’Embrun par le barrage de Serre-Ponçon (achevé en 1961), s’établit en moyenne à 900 mètres d’altitude, avec de très faibles variations, notamment au-dessus du verrou de L’Argentière-la-Bessée. L’accès à la vallée du Queyras, depuis Guillestre, est particulièrement difficile puisque le chemin franchit à plusieurs reprises le torrent du Guil qui emporte régulièrement ses ponts en bois. Au xve siècle, on dénombre entre 8 et 15 ponts qui enjambent le Guil dans la combe du Veyer, entre Guillestre et Château-Queyras1.

  • 2 Voir Merceron, 1885 et Anonyme, 1887. Dès l’Antiquité, une petite agglomération occupait le plateau (...)

3Le passage des glaciers würmiens se reconnaît à ses dépôts morainiques, ses verrous et le dessin des vallées. Témoin de l’activité interglaciaire, le magnifique roc d’Embrun (70 mètres de haut) est constitué d’alluvions cimentées. Le façonnement post-glaciaire des hautes vallées de Crévoux et de Réallon a élaboré un relief peu accidenté. Au nord, le glacier principal de la Gyronde, nourri par le massif du Pelvoux, transfluait vers la vallée du Fournel par le col de la Pousterle. Quant aux verrous glaciaires, ils ont été utilisés à profit : ils servent d’assise au Mur des Vaudois (Les Vigneaux) et au fort de Château-Queyras (Château-Ville-Vieille). De Briançon à Guillestre, les crêtes calcaires dominent les grands cirques glaciaires tandis que les gorges du Guil se faufilent dans les nappes briançonnaises à roches dures (calcaire et grès quartzites). Le passage vers le Piémont par la vallée de la Doire Ripaire s’effectue au col du Montgenèvre, le plus bas des cols alpins (1854 mètres) : d’après les récits de l’expédition de Charles VIII en Italie (1494), ce col était alors accessible presque toute l’année2.

  • 3 Sur cette rive, le pont qui franchissait le torrent de Réallon a été mis au jour à la fin du xixe s (...)

4Les vallées de la Durance et du Drac sont les deux principales voies ouvertes dans les massifs du Haut-Dauphiné. Entre Embrun et Savines, notons que la voie médiévale passait en rive droite, au hameau de La Chapelle, aujourd’hui noyé sous la retenue de Serre-Ponçon3. Suite à des inondations qui coupèrent cette voie, en 1358, le passage fut transféré en rive gauche, depuis le pont de la Clapière jusqu’au pont de Savines, en passant par le village de Crots. Cette modification du tracé de la route aura son importance pour comprendre l’itinéraire emprunté par les Provençaux en 1368.

  • 4 En 1343, les marchands briançonnais obtiennent la liberté d’emprunter les routes qu’ils veulent pou (...)
  • 5 AC Gap, AA 1, f 14, 16 octobre 1317.
  • 6 Encore au xve siècle, le roi Charles VII doit prendre des mesures pour que la route de l’Avance soi (...)
  • 7 La publication de cet itinéraire fait suite à la proclamation des indulgences par le pape Clément V (...)

5Avec l’installation de la cour des papes à Avignon, en 1309, le trafic s’est considérablement accru entre le Briançonnais et le comtat Venaissin, assurant à la vallée de la Durance un essor économique sans précédent. Le trafic est alors contrôlé par d’importants péages à Gap, à Serres et à Orpierre, aux portes des Baronnies4. Mais, au cours du xive siècle, la voie qui traverse la vallée de l’Avance, entre Chorges et Tallard, prive les évêques de revenus importants au péage de Gap. Cette route est alors coupée, à hauteur du village de Lettret, situé en terre épiscopale. En 1317, l’évêque Bertrand de Lincel accorda aux habitants de Gap le droit de « faire passer dans leur ville le chemin qui passe par Lettret et son terroir, et à cet effet leur donna permission de rompre ledit chemin de Lettret de façon que les gens à pied ni à cheval ni puissent plus passer (...) »5. Comme preuve de l’inefficacité de cette mesure, le dauphin Humbert II était contraint, en 1336, d’astreindre tous les contrevenants à payer une amende de 100 florins6. De même, d’après l’itinéraire parcouru par les pèlerins allant à Rome en 1350 (jubilé), il fallait six jours pour rallier Avignon à Suse avec des étapes en soirée à Carpentras, Sèderon, Tallard, Embrun, Briançon et Suse – ce qui confirme le passage par la vallée de l’Avance et non par Gap7. À partir de 1368, cette route de l’Avance attire le déploiement des routiers autour de Tallard et, de là, favorise leur intrusion en Embrunais.

Figure 1. Le Dauphiné et le Haut-Dauphiné au xive siècle. © N. Nicolas.

  • 8 À ce sujet, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 20 et Estienne, 1999.
  • 9 Barruol, 1969, p. 340 et Humbert, 1972, p. 99.
  • 10 D’après Février, 1975-1976, p. 293-299 et Artru-Delacoux des Roseaux, 1981, p. 164.

6Le Haut-Dauphiné regroupe au moins deux diocèses, celui de Gap et celui d’Embrun : le diocèse de Gap s’étend, au nord, jusqu’au Pont-Haut, près de La Mure (Isère), et s’étire au sud-ouest jusqu’à La Roche-sur-le-Buis, près de Buis-les-Baronnies (Drôme). Cette extension vers le sud-ouest est le fait d’une grande famille seigneuriale : les Mévouillon-Montauban8. Quant au diocèse d’Embrun, il comprend les paroisses de Briançon, de l’Embrunais, du Queyras et de l’Ubaye, depuis 10439. Notons enfin qu’en Briançonnais, les paroisses de la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) dépendent d’un troisième diocèse, celui de Turin, alors que les escartons d’Oulx et de Pragelas se rattachent à la prévôté d’Oulx (Figure 2)10.

Figure 2. Les diocèses de Gap, d’Embrun et de Turin (partiel). © N. Nicolas.

Le transport du Dauphiné à la couronne de France (1349)

  • 11 Édition du Probus (Chomel, 1967), d’après ADI, B 2662, 1250 ; B 3699, 1260 et B 3700, 1265. À propo (...)

7Dans la région du Haut-Dauphiné, le dauphin a imposé la pax dalphinalia depuis le début du xiiie siècle en assujettissant les seigneurs locaux, facilement en Briançonnais, avec davantage de difficultés dans les Baronnies, le Gapençais et l’Embrunais. Dans les hautes vallées briançonnaises, les reconnaissances delphinales établies entre 1250 et 1267 montrent comment le dauphin domestiqua peu à peu la noblesse en lui supprimant une partie de ses attributions. Le Probus, « déclarations faites par les habitants, de bonne foi, et sans titre justificatif », a été publié par V. Chomel et a largement nourri la thèse d’H. Falque-Vert consacrée aux Hommes et [à] la montagne en Dauphiné au xiiie siècle. L’auteur souligne comment, au xive siècle, l’escartonnement de 500 hommes d’armes ou clients requis au service de la chevauchée hors du bailliage, permettra d’intégrer les universités d’Exilles, de Chaumont et de Bardonnèche – jusqu’alors réticentes à l’adhésion à la confédération des vallées11.

  • 12 Faure, 1907 et Falque-vert, 1997, p. 449.
  • 13 Liste des communautés des escartons de Briançon, du Queyras, d’Oulx, du Valcluson et de Château- Da (...)

8Après l’échec de la vente du Briançonnais et du Champsaur au pape Benoit XII, en 133912, le dauphin Humbert II accorda une charte de libertés sans précédent aux 37 communautés constituant le grand Escarton de Briançon – moyennant le paiement immédiat de 12 000 florins et d’une rente annuelle de 4 000 florins13. Par cette concession, le dauphin gagnait un revenu conséquent tandis que les communautés obtenaient la faculté de s’administrer en prélevant elles-mêmes les redevances qu’elles versaient autrefois au dauphin. Cet affranchissement coûtera cher au dauphin avec qui

  • 14 Chomel, 1967, p. 352.

« les chaslains des hautes vallées du Briançonnais ne se sentirent [pas] insérés dans le réseau de relations vassaliques procédant d’un chef incontesté qui aurait pu donner au Dauphiné l’armature et la cohérence qui lui feront défaut jusqu’au dernier jour de son indépendance »14.

9Cet acte qui reconnaissait des particularismes au Briançonnais marquait aussi la perte d’influence des vallées alpines devant la vallée rhodanienne – le Bas-Dauphiné – et, dans une moindre mesure, devant les vallées embrunaises et gapençaises incontestablement plus riches.

  • 15 Dans les faits, c’est seulement en 1232 que Béatrice vend à son père Guigues André les terres qu’el (...)
  • 16 Vaillant, 1942, p. 2.
  • 17 Vaillant, 1951, p. 234 et 1968, p. 312.

10Rappelons qu’avant 1202, le Gapençais, le Champsaur et l’Embrunais étaient situés dans le comté de Forcalquier. Avec le mariage de Béatrice de Claustral, petite fille du comte de Forcalquier Guillaume IV, et du dauphin Guigues André, les terres comprises dans l’ancien comté de Forcalquier, depuis Sisteron jusqu’à l’évêché de Gap et l’archevêché d’Embrun, sont alors concédées au dauphin15. Mais les affrontements constants entre les officiers de l’archevêque et ceux du dauphinsymbolisent la difficulté de ce dernier à asseoir sa légitimité. À Embrun, l’édification du palais delphinal à quelques mètres du palais archiépiscopal, mais hors de la ville, en témoigne : avortée en 1265, la construction reprend seulement après 1316. Le dauphin rencontrait les mêmes difficultés dans les châtellenies gravitant autour de la ville, face à l’archevêque « dont le temporel s’étend à la plus grande partie du diocèse »16. Même dans la toute nouvelle châtellenie de Réotier, le dauphin se heurtait aux nobles et aux coseigneurs – aux Orres, la seigneurie était partagée en 24 parts ! – qui refusaient la tutelle dans de nombreux domaines (voir aussi l’exemple de Savines dès 1350)17.

  • 18 Vaillant, 1942, p. 40.

11En Gapençais où il se heurtait « à une féodalité plus forte que dans le reste de ses domaines »18, le dauphin profitait des rivalités entre les seigneurs et, en concédant d’importantes chartes de libertés aux localités les plus riches, il en assurait l’essor économique et, en quelque sorte, la soumission. Ce développement économique est symbolisé par la création de la ville franche de Montalquier aux portes de la ville de Gap, en 1338.

  • 19 En 1339, la densité de feux au km2 (5,06) est plus forte qu’en Briançonnais (3,18) et équivalente a (...)

12Plus au nord, dans la vallée du Champsaur, seule la ville de Saint-Bonnet, chef-lieu de châtellenie, attirait l’intérêt du dauphin. Mais, trop éloignée de Grenoble et sans doute trop proche de Gap, la vallée du Champsaur n’était pas épargnée par le morcellement de la seigneurie, tant laïque qu’ecclésiastique. Ce démembrement compliquera le partage du coût des fortifications collectives entre les communautés et les coseigneurs qui ne parviennent pas à s’entendre, dans la seconde moitié du xive siècle (Buissard, Saint-Firmin). Gageons que l’individualisme de ces coseigneurs explique, d’une part, la multiplication des maisons fortes au xve siècle – notamment dans la châtellenie de Montorcier (aujourd’hui commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas) – et, d’autre part, la dispersion de l’habitat qui caractérise cette vallée, au demeurant très peuplée au milieu du xive siècle19.

  • 20 Fournier, 1978, p. 252 : exemple de La Couvertoirade (Aveyron) en 1439.
  • 21 ADHA, G 1114, f 23 r°, 1321, livre terrier de La Bâtie-Vieille et Guillaume, 1888b, p. 19, n° 94, 1 (...)
  • 22 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 396, d’après ADI, B 3921, f 1, charte de libertés des habitants d (...)

13Outre cette dispersion de l’occupation, le développement des maisons extra-muros est caractéristique, malgré certaines mesures incitatives, comme l’exonération des redevances qui doit favoriser l’installation des forains à l’intérieur des villages fortifiés20. Tant en Briançonnais (à L’Argentière-la-Bessée, par exemple) qu’en Gapençais (à La Bâtie-Vieille, par exemple) et qu’en Champsaur, des maisons sont construites en dehors des murailles, avant 135021. Par ailleurs, attestant de la mobilité de l’habitat, une charte fait état de maisons démontables, en bois, que les habitants de Bardonnèche (Italie) peuvent librement transporter d’une seigneurie à une autre, depuis 133622.

  • 23 L’annexion des Baronnies a « été facilitée par l’appui de seigneuries secondaires et de branches ca (...)

14Finalement, et malgré l’annexion des baronnies de Mévouillon et de Montauban en 1317, le sort du Dauphiné est scellé. En effet, les mêmes causes – l’endettement – produisant les mêmes effets, Humbert II est à son tour contraint de vendre sa principauté au fils aîné du roi de France : c’est le transport du Dauphiné à la couronne de France en 134923. Au même moment, le Statut delphinal promulgué le 14 mars 1349 fixe les devoirs des sujets, mais surtout confirme leurs libertés et leurs franchises, particulièrement celles des nobles qui peuvent mener des guerres privées, construire des maisons fortes et même obtenir le remboursement de leurs frais de chevauchées (cf. infra).

De la surveillance des frontières

  • 24 La « clusa », du latin claudere (fermer), désigne un verrou montagneux, un passage étroit, un défil (...)

15Dans cette région où le relief constitue un paramètre inévitable, tour à tour atout puis inconvénient, le modèle des fortifications privilégié est celui de cluse. Le rôle de Saint-Firmin ou de Château-Queyras, situés en aval de chaque vallée, se résume principalement à la protection de l’accès aux villages et hameaux que chaque vallée dessert24. Une autre particularité, d’ailleurs consécutive à la définition qui précède, tient à l’échec ou à l’absence d’enchâtellement. Comme le soulignaient M. Colardelle et J.-P. Moyne dans une récente publication sur l’arc alpin,

  • 25 Colardelle, Moyne, 2002, p. 416.

« l’incastellamento, bien identifié en Italie et dans une moindre mesure en Provence, ne peut être considéré comme un phénomène absolument général. La tendance, dans les Alpes et en particulier celles du Nord, est, plutôt qu’à la fortification des villages – sauf lorsqu’il s’agit de véritables bourgs castraux – à la juxtaposition, d’ailleurs souvent non contiguë, de châteaux et de villages ouverts »25.

  • 26 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 587.
  • 27 Falque-Vert, 1997, p. 226 ; ADI, B 2992, f 386, d’après Roman, 1886, p. 17.
  • 28 Verdun (Baratier) et La Bâtie-Saint-Julien (Savines).
  • 29 D’après Roman, 1890, p. 349.
  • 30 30 ADHA, Ms 171, Inventaire Marcellier, f 489 r° : maisons fortes de Louis de Montorcier, de Pierre (...)

16Dans ce paysage relativement lâche, l’étude des maisons fortes est soumise aux maigres résultats des analyses architecturales. Par l’article 15 du Statut delphinal de 1349, Humbert II reconnaît à tous ses sujets le droit de construire des maisons fortes, sauf près des frontières26. La construction de la maison forte d’Abriès à la fin du xiiie siècle, lors de l’extension du conflit delphino-savoyard, échappe à cette règle : elle en est même le contre-exemple. Abriès est en effet situé sur la frontière qui sépare le Dauphiné de Luserne et des vallées de Saint-Martin, terres savoyardes. En 1282, Humbert Ier accorde donc aux habitants le droit de fortifier leur cité et supprime la taille, moyennant une rente annuelle de 37 livres27. Les tours carrées, caractéristiques architecturales communes des maisons fortes, sont dépourvues d’organes défensifs majeurs – fossés, ouvertures de tir ou aménagements sommitaux28. Comme ces maisons fortes sont encore habitées aux xve et xvie siècles, cela laisse supposer qu’elles ont résisté au passage des routiers et qu’elles ont, après cela, été fortement remaniées. Ainsi, le juge majeur du Briançonnais possède La Tour de Beauregard, à Crots, encore en 148429 et les coseigneurs de Jarjayes reconnaissent détenir trois maisons fortes dans le village en 154030.

  • 31 C’est le cas des maisons fortes de Bourgogne (Guilbert, 1986, p. 184), de Franche-Comté (Pegeot, 19 (...)
  • 32 Commune et cant. Ribiers. Laplane, 1843, tome 1, p. 171 et p. 310, décembre 1368.
  • 33 ADI, B 2945, 21 août 1374, f 459 v° : « Ipse dominus prior vigore contentorum in dicto instrumento (...)

17À partir du xive siècle, le maintien de l’interdiction de construire des maisons fortes près des frontières permet d’éviter qu’elles ne tombent aux mains des routiers, ce qui est fréquent pendant la guerre de Cent Ans31. Afin de prévenir l’occupation de la bastide Saint-Etienne, située près de Sisteron, le Conseil delphinal ordonne ainsi sa destruction pendant l’hiver 136832. Mais les villageois entendent également se réfugier dans les maisons fortes. En 1374, le prieur Bernard de Gravollières, coseigneur de Saint-Firmin envisage de construire une maison forte dans cette paroisse. Deux années seulement avant la construction du fort de Saint-Firmin il reconnaissait implicitement que Corps était trop éloigné pour que les habitants s’y réfugient. Ses sujets étant peu nombreux à Saint-Firmin, le prieur prévoyait de les accueillir tous dans cette maison forte dont la construction est restée à l’état de projet33.

  • 34 Roman, 1890, p. 309, d’après ADI, B 2953, f 393 v°, 16-18 avril 1421.
  • 35 Sept coseigneurs sont mentionnés à Montorcier au xive siècle : Roman, 1887 (1993), p. 77 ; BMG, R 8 (...)

18La parcellisation de la seigneurie a favorisé le développement des maisons fortes et, en permettant le refuge des habitants dans ces dernières, les a dissuadés de financer les travaux. Ainsi, en 1421, les hommes d’Artaud de Montorcier refusent de contribuer aux réparations du château de Montorcier sous prétexte que leur seigneur détient une maison forte dans la paroisse d’Orcières dans laquelle ils se réfugient habituellement34. Comme partout, les maisons fortes répondent à la volonté des coseigneurs de commander un terroir ou de le mettre en valeur et, à ce titre, le dauphin doit lui-même conserver une « maison fortifiée » dans le mandement de Montorcier, près de son château delphinal35.

  • 36 À propos du château et de la frontière, voir Collectif, 1992, notamment J.-M. Pesez, « Châteaux et (...)
  • 37 Vaillant, 1951, p. 461.

19L’implantation de ceux-ci répond aux impératifs de surveillance des frontières du Dauphiné et à la volonté d’asseoir dans les diocèses de Gap et d’Embrun de puissantes châtellenies36. La création des châtellenies de Montalquier (1271) et de Réotier traduit le dessein qu’ont les dauphins de s’établir dans les circonscriptions ecclésiastiques de Gap et d’Embrun, notamment autour de Guillestre « où l’action delphinale est à peu près nulle » avant le xiiie siècle37. Le château de Réotier commandant un accès important au croisement des vallées de la Durance et du Guil, et le château de Montalquier, aux portes de la ville de Gap, sont de ce fait régulièrement entretenus aux xive et xve siècles.

  • 38 Valbonnais, 1722, tome 1, p. 303 et tome 2, p. 257, 1334 : sentence contre François de Bardonnèche (...)
  • 39 ADI, 8 B 30, ff 72-84, 1336, d’après Rey, 1971, tome 1, p. 19 et tome 2, p. 78. À propos de l’acqui (...)
  • 40 Séjour de Jean II en 1310 et d’Humbert II en 1334, d’après Tivollier, Isnel, 1938 (1977), tome 1, p (...)

20Plus au nord, Humbert II entreprend la reconstruction de Château-Dauphin (Italie) en 1336, afin de protéger la frontière du Briançonnais en Piémont. Ce château doit se substituer aux places fortes d’Exilles et d’Oulx que le chevalier François de Bardonnèche a livré au comte de Savoie en 132738. Avant d’entreprendre la reconstruction du château, le châtelain de Bellin et de Château-Dauphin achète les terres privées où sont déjà construits des bâtiments39. À l’arrière, Château-Queyras complète le système défensif de Château-Dauphin dont il faut rappeler que le châtelain est commun au xive siècle : Château-Queyras est aussi un château résidentiel majeur où les dauphins séjournent régulièrement40.

  • 41 D’après Demotz, 1987, p. 35. Le château de Suse est conforté par la bastide de Peladru à Gravère.
  • 42 Demotz, 1987, p. 45 ; Bautier, 1990, p. 19 et Hildesheimer, 1990, p. 27.

21Comme toutes les frontières, celles du Dauphiné sont mouvantes au cours des xiiie et xive siècles. Alors que les comtes de Savoie amorçent peu à peu une ouverture vers la Méditerranée, dont l’aboutissement est la sécession de la viguerie de Nice en 1388, la frontière delphino-provençale est stabilisée dès 1202. Depuis 1294, les villes de Turin et de Pignerol sont l’apanage d’une branche vassale des comtes de Savoie, les princes d’Achaïe. Le château delphinal d’Exilles, dans la vallée de la Doire Ripaire, fait face aux châteaux savoyards de Turin et de Suse41. Mais cela n’empêche pas l’extension de l’État savoyard qui se poursuit au cours du second quart du xive siècle avec la soumission des villes et des châteaux de Bielle (province), de Santhia et de San Germano (province de Verceil), de Verrua Savoia (province de Turin) ainsi que de Chieri, au sud-est de Turin. En 1382, Louis Ier d’Anjou cède au comte Amédée VI ses droits sur les villes de Coni, de Mondovi, d’Alba (province de Coni) et d’Asti (province). Cette cession prépare l’extension finale au cours de laquelle, en 1388, le comte Rouge Amédée VII obtient les vigueries de Nice, de la Tinée et du Val de Lantosque, le comté de Vintimille et la baillie de Barcelonnette42.

  • 43 Hildesheimer, 1990, p. 27 et ADI, B 3855, pièce 193 : recensement des hommages rendus par les marqu (...)
  • 44 ADI, 8 B 666, f 356 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1393-24 juin 1394).

22C’est dans cette dernière vallée que le comte de Savoie rencontre la plus vive opposition, notamment face au marquis de Saluces qui en revendique lui aussi la suzeraineté. Certes, Thomas II de Saluces a soumis son marquisat au dauphin Humbert II en 1343 mais il est peu à peu cerné par l’extension du comté de Savoie. Comme « l’hostilité tenace des marquis de Saluces [et de Montferrat] entretenait un état d’insécurité à peu près permanent »43, les comtes de Savoie espèrent eux aussi recueillir leur hommage. Cette double « convoitise » attise les prétentions du marquis de Saluces sur la vallée de l’Ubaye et c’est seulement en 1385 que le comte de Savoie obtient la soumission des habitants de Jausiers, de Tournoux, de Saint-Paul et de Larche. Encore après cette date, les retombées de la guerre entre le prince d’Achaïe et le marquis de Saluces se font sentir jusque dans la châtellenie du Valcluson où le dauphin doit renforcer la garnison dans ses châteaux de Bois-des-Ayes et de Mentoulles (Italie)44.

  • 45 ADI, B 3709, 1383 et B 3707, 1420 : enquête au sujet de la querelle entre les habitants de Sampeyre (...)
  • 46 Alpes-de-Haute-Provence, cant. Le Lauzet-Ubaye. Une lance est constituée de 3 à 5 hommes. Laplane, (...)
  • 47 Pazmandy, 1998, p. 84. À titre de comparaison, les « dépenses pour faits de guerre en Dauphiné » s’ (...)

23Dans le même temps, la frontière avec le Dauphiné est l’objet d’attaques, une première fois en novembre 1362 puis, en 1383, les officiers et les sujets du marquis de Saluces sont encore accusés d’exactions dans la châtellenie de Château-Dauphin. C’est seulement en 1422 que le dauphin reconnaît la frontière avec le marquisat, quelque part entre Sampeyre et Château-Dauphin45. À l’exception du passage de 300 lances du comte de Savoie dans la vallée de l’Ubaye et de la prise du castrum de Pontis en 138846, l’accroissement territorial du comté de Savoie est donc « une victoire diplomatique plus que militaire »47. En se faisant accompagner de cavaliers armés jusqu’à Nice, Amédée VII obtient rapidement la signature du pacte de dédition, en septembre 1388 – cette « démonstration de force » étant néanmoins très coûteuse (10 854 florins) !

  • 48 ADI, B 3010, f 774 v°, 12 avril 1508 : « Et inde dictis juramentis ut supra per me receptis, illico (...)

24La nouvelle frontière entre le Dauphiné et la Savoie n’entraîne pas une vague de fortifications puisque le château de Vars, situé dans le diocèse d’Embrun – à moins d’une lieue et demie de la Savoie – est totalement détruit en 1508. Or, les témoins interrogés cette année-là affirment avoir toujours vu le château de Vars dans cet état et que le prédécesseur de l’archevêque Rostain d’Ancédune n’y avait pas non plus commandité de travaux. On peut donc estimer qu’aucune réparation n’avait été engagée dans ce château au moins depuis le milieu du xve siècle48.

  • 49 Foulques d’Agout, sénéchal de Provence, prévoit des travaux à Barcelonnette dès 1376 (Denifle, 1900 (...)
  • 50 Lieutaud, 1890, p. 444, d’après ADBdR, B 193, f 21 r°, 18 juillet 1408.
  • 51 Les mandements de Sauze et de Bréziers, seigneuries de l’archevêque d’Embrun, sont également situés (...)

25Après 1388, on observe un renforcement des défenses des châteaux situés sur la nouvelle frontière de la Provence et de la Savoie (Figure 3). Face aux châteaux acquis par le comte de Savoie depuis 1385 (Saint-Paul, Tournoux, Le Châtelard, Jausiers, Meyronnes et Larche)49, Elzéar Autric, viguier d’Aix, et Guillem Crispin, procureur royal et châtelain du Puy-Sainte-Réparade, visitent les châteaux provençaux situés le long de la frontière. En 1408, la réparation des murailles et l’adjonction de coursières, de bretèches et de fossés au château de Pontis s’accompagne d’un renforcement de la garde et de l’obligation pour les hommes de se retirer, avec leurs biens, dans le château50. De même, comme le vicomté de Tallard reste sous la suzeraineté provençale jusqu’en 1513, Antoine de Tarente, vicomte de Tallard, doit assurer la réparation des châteaux comme des villes et prendre toutes les précautions d’usage afin de protéger son vicomté – ravitaillement des châteaux et renforcement des garnisons51.

  • 52 Demotz, 1974 et Demotz, 1987, p. 35. À propos de la frontière, ligne de défense et symbole des conf (...)

26Malgré ce regain de protection, les frontières entre le Dauphiné, la Savoie et la Provence ne soulèvent pas autant de conflits que la frontière delphino-savoyarde où le comte de Savoie Amédée V aménage des bastides en avant des places fortes et des châteaux. Parmi elles, celle de Gironville (Ain) élevée en 1324 par le comte Edouard, comporte quatre tours en bois qui complètent une ligne de 3 kilomètres de retranchements fossoyés entre Ambronay et la rive gauche de l’Ain52. Ce type de fortification en terre et en bois n’a pas d’équivalent en Haut-Dauphiné où la seule défense linéaire de cette envergure est la construction maçonnée appelée le mur des Vaudois.

Figure 3. La mise en défense de la nouvelle frontière avec la Savoie en Haute-Provence (1385-1408). © N. Nicolas.

Un contexte défavorable : le déclin démographique et la crise agricole

  • 53 Arch. Vat., collectoria 380, voir Faure, 1907.
  • 54 ADI, B 2707 (1383) et B 2709-2710 (Grésivaudan, 1392-1394), voir Fierro, 1971 et 1978.
  • 55 ADI, B 2733-2739, voir Sibut, 1977-1978, p. 54 : Jarjayes (43 feux en 1429), La Roche-des-Arnauds ( (...)
  • 56 ADI, B 2705 (Grésivaudan, 1367) : Ancelle, Aubessagne, Chabottes, Chabottonnes, Champoléon, Charbil (...)
  • 57 ADI, B 3730, 1456, Réotier : liste des habitants morts depuis 10 ans, des émigrés et des excommunié (...)

27À défaut de pouvoir mesurer les conséquences directes du passage des routiers sur la population (accroissement de la mortalité ?), la connaissance de l’évolution du nombre de feux au cours du xive siècle signalera les régions les plus fragilisées lors des incursions de routiers. Tout d’abord, l’enquête effectuée en 1339 lors du projetde cession du Dauphiné à l’Église romaine par le dauphin Humbert II, fournit des estimations des feux du marquisat de Césanne, du Briançonnais et du Champsaur53. Pour la seconde moitié du xive siècle, trois enquêtes sont réalisées en 1367, en 1383 puis en 1393-139454. La première enquête est importante car elle est menée juste avant le passage des Provençaux tandis que les deux enquêtes suivantes donnent un état des lieux après une décennie perturbée – années 1370 à 1380 – et font le point après le passage des compagnies du comte d’Armagnac et de Raymond de Turenne. Malheureusement, la documentation occulte le Gapençais et l’Embrunais, deux comtés exclus du projet de cession du Dauphiné de 1339 et pour lesquels les recensements de feux sont lacunaires jusqu’aux révisions du xve siècle55. De même, l’enquête effectuée en 1367 ne touche que partiellement la région étudiée puisqu’on y trouve seulement les villages du Champsaur. De plus, elle précède de peu l’incursion des Provençaux56. D’autres révisions de feux complètent les données recueillies pour les communautés embrunaises et briançonnaises : tardives, elles constituent parfois les seules informations démographiques connues57.

  • 58 Au sujet des épidémies de peste, voir Biraben, 1975-1976, tome 1, p. 105, p. 378 et Contamine, Bomp (...)

28Cependant, une évolution générale se dessine aisément entre ces deux périodes – le déclin du nombre de feux dans toutes les localités – ponctuée par des crises et des reprises consécutives aux épidémies de peste des années 1348, 1360-1361, 1375 et 138258. Globalement, les localités de plus de 300 feux présentent la plus forte chute démographique mais aussi les plus fortes amplitudes : - 45,4 % à Corps et - 90,8 % en Vallouise. Cette vallée enregistre la baisse la plus importante qu’amplifie encore la désertion du village voisin de Saint-Martin-de-Queyrières (- 80,8 %). Toutes les localités moyennes du Champsaur et du Briançonnais accusent la même crise démographique. La chute est supérieure à 65 % dans le Piémont à l’exception de Mentoulles (- 55,6 %) – cette dernière étant peuplée de près de 300 feux en 1339. Ce sont les petites localités de moins de 150 feux qui résistent le mieux à la crise en enregistrant « seulement » une baisse de 61,6 %. Pourtant, quelle que soit la taille des localités, cette baisse est toujours supérieure à 50 % sauf au Montgenèvre (- 21,5 %) et à Corps (- 45,4 %, Tableau 1). Dans ce dernier bourg, le déclin démographique reste fort à la fin du xive siècle et explique les difficultés des habitants pour organiser leur refuge.

Tableau 1. Évolution démographique dans les localités du Haut-Dauphiné (1339-1383).

  • 59 Paravy, 1993, p. 27, d’après ADI, B 3745, ff 17 v°-19 r°, enquête du 17 juin 1360.

29Au-delà de ces chiffres bruts, un regard sur les feux en 1348 puis en 1360, donc quelques années seulement avant le passage des premières compagnies de routiers, suggère comment l’épidémie de peste a décimé les villages haut-alpins. Nous empruntons à P. Paravy les exemples de deux villages, Ancelle et Saint-Léger (aujourd’hui Saint-Léger-les-Mélèzes), tous deux situés dans la vallée du Champsaur. Ces deux villages comptent 358 feux en 1348 et seulement 138 en 1360, soit une baisse de 61,5 % – effectif auquel il faut ajouter 41 nouveaux feux entre les deux dates. La conclusion est édifiante puisqu’en douze ans, la population de ces deux villages a été divisée par deux59.

  • 60 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379. Coût des travaux : 1 080 florins et 9,5 gros.

30La confrontation de ces effectifs avec la dimension des châteaux et des enceintes refuges, indiquerait quel est le degré de protection des habitants. Mais, dans de nombreux cas, on ne peut évaluer ni l’emprise du château, ni la population villageoise au xive siècle, que ce soit dans les fiefs de l’archevêque d’Embrun (Châteauroux, par exemple) ou dans ceux du dauphin (Réotier, par exemple). De plus, la mise en parallèle de ces deux données traduit parfois des discordances inexpliquées comme à Saint-Martin-de-Queyrières où le périmètre de l’enceinte du château apparaît démesuré (137 m pour 43 feux en 1383) par rapport, par exemple, à la situation contemporaine de Château-Dauphin (138 m pour 121 feux en 1383). Au-delà de ces incohérences, le rapprochement de ces deux informations permet de mieux comprendre les conflits qui ont opposé certaines communautés pour financer les réparations des châteaux (exemples : Montorcier, Laye) et la construction des enceintes fortifiées (exemples : Saint-Firmin, Guillestre) après 1368. Cependant, dans le bailliage du Briançonnais, la construction d’une nouvelle tour à La Bâtie-du-Pont (Italie) n’est nullement interrompue par l’évolution démographique de cette communauté dont le nombre de feux a chuté de près de 80 % entre 1339 et 1383. Cette évolution démographique défavorable, a priori en contradiction avec la construction d’une tour (1374-1379), s’explique par un mode de financement partagé entre l’ensemble des communautés du Briançonnais : les dépenses (800 florins) sont réparties entre les syndics du Queyras (300 florins) et les syndics de Césanne, du Valcluson, de Bardonnèche, d’Oulx, de Salbertrand, d’Exilles et de Pontechianale (500 florins)60.

  • 61 ADI, 8 B 638, f 156 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 13 (...)

31Les conséquences des épidémies de peste évoquées ci-dessus sont exacerbées par la crise agricole déjà latente en 1360. Certes, l’achat de la grande charte par les communautés briançonnaises (12 000 florins) en 1343 avait traduit un contexte économique momentanément plus favorable. Mais la crise agricole qui était déjà perceptible en 1360 s’accentue encore pendant l’été 1368. La baisse des recettes est amplifiée par la désorganisation administrative sous-jacente dans les comptes de châtellenies. Ainsi, à Château-Dauphin (Italie), l’absence d’officier public comme le bannier ou le crieur public, empêche tout simplement la perception des redevances en 1362-136361.

  • 62 Bresc, 1972, lettre n° 437, p. 635, v. 14 octobre 1369.
  • 63 ADI, 8 B 642, f 2 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367) : « De (...)
  • 64 ADI, 8 B 664, f 190 v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item re (...)
  • 65 ADI, 8 B 639, f 6 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) : « Item de firma montanearum de Bu (...)
  • 66 ADI, 8 B 639, f 13 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) : « Item de montanea de Lausareto (...)
  • 67 ADI, 8 B 639, f 18 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) ; 8 B 642, f 5 r° (22 novembre 136 (...)

32C’est dans le bailliage de l’Embrunais que la crise agricole est la plus forte et c’est dans cette même région, on le verra, que les pillages perpétrés par les routiers provençaux sont les plus importants. Cette crise est liée au premier départ de la papauté, celui d’Urbain V qui, souhaitant rétablir le Saint-Siège à Rome, quitte Avignon en avril 1367 jusqu’en septembre 1370. Ce départ provoque, d’une part, une chute du trafic par le Montgenèvre et, d’autre part, prive la région embrunaise d’importants débouchés pour les productions de viande et de fromage. De plus, le passage des Provençaux à la fin de l’été 1368 empêche l’organisation des moissons et des vendanges62. Les conséquences se mesurent dans tous les villages, même dans ceux qui n’ont pas été visités par les routiers. Ainsi, à Saint-Apollinaire, les terres ne sont pas cultivées pendant près de vingt-cinq années (1365-1390)63. Dans la châtellenie de Réotier, la tâche du blé ne rapporte rien, encore en 139164. En l’absence des troupeaux provençaux, les montagnes de Crots et des Orres ne sont plus affermées65 et les péages, notamment celui du col de la Rousse (à Crots), ordinairement emprunté par les troupeaux, ne sont plus perçus66. La pénurie de bêtes explique l’absence de redevances en nature, notamment en fromages, dans la châtellenie des Orres67.

  • 68 Laplane, 1843, tome 1, p. 73 et Denifle, 1900, p. 186.

33La crise agricole et le déclin démographique amorcés avec l’épidémie de peste de 1348 vont, en fragilisant les hommes, accentuer les effets de la venue des Provençaux vingt ans plus tard. Malgré cela, ni l’archevêque d’Embrun ni le dauphin ne prennent de mesures coercitives afin de limiter l’inflation du prix des grains et seul le sénéchal de Provence autorise les officiers de la cour royale à réquisitionner les blés pour les distribuer aux habitants68.

Quarante années de guerre larvée : premières alertes en Provence et aux portes du Dauphiné

34C’est en Provence et dans le comtat Venaissin que se déploient les premiers raids de routiers auxquels répondent assez rapidement les autorités, faisant tour à tour des hommes d’armes les adversaires des routiers et parfois leurs alliés dans le pillage de la région.

  • 69 Denifle, 1899, p. 395, n° 1 ; Labande, 1901, p. 84 ; Bourrilly, 1926, p. 161 et Hayez, 1978, p. 196 (...)
  • 70 Denifle, 1899, p. 198, 1er août 1357.
  • 71 Laplane, 1843, tome 1, p. 139-153. À propos d’Arnaud de Cervole, voir A. Chérest, L’Archiprêtre, ép (...)
  • 72 ADI, 8 B 634, f 20 r°/v°, compte du bailliage des Baronnies de Mévouillon et de Montauban (13 mai 1 (...)

35La première compagnie de routiers, dite Grande Compagnie, emmenée par Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, fait irruption en Provence au cours de l’été 1357 et entraîne les premières mesures de mise en défense. À Avignon, le pape Innocent VI pourvoit activement à la défense de la ville et fait creuser les fossés etaménager des barricades en bois depuis le mois d’août 1357 (2 500 florins). À partir de 1359, est dressée une nouvelle enceinte maçonnée qui protège la ville dont l’emprise avait depuis longtemps débordé de la muraille des xiie et xiiie siècles. Ces travaux s’étalent jusqu’en 1371 et coûtent plus de 36 300 florins69. Parallèlement, le pape équipe en armes suffisantes les brigands qui gardent la ville et ordonne même la levée de 150 cavaliers prêts à défendre le comtat Venaissin70. Plus au nord, à la frontière de la Provence et du Dauphiné, Sisteron est menacée à deux reprises par les hommes d’Arnaud de Cervole, en 1356 puis en mars 135871. C’est également dans cette ville que courent les premières rumeurs : en avril 1346, le conseil de la ville dénonce déjà une attaque par les Dauphinois et, en juillet 1357, une nouvelle rumeur circule selon laquelle la ville de Serres aurait été prise. Proches de là, les premières levées de soldats ont lieu effectivement au printemps de l’année 1357 alors qu’à Serres, le renforcement de la garnison n’intervient pas avant le mois de novembre72.

  • 73 Laplane, 1899, p. 203 et Butaud, 2001, tome 1, p. 32. Lagnes et Cabrières-d’Avignon (Vaucluse, cant (...)
  • 74 Denifle, 1899, p. 208, 23 octobre 1358.
  • 75 Contamine, 1975, p. 378.
  • 76 Denifle, 1899, p. 398 ; Labande, 1901, p. 146-151 et Butaud, 2001, tome 1, p. 46.

36Les craintes d’invasion par les hommes d’Arnaud de Cervole se doublent, pour le pape Innocent VI, d’une peur de voir les sujets du dauphin pénétrer en Provence et, malgré les interdictions prononcées par ce dernier, quelques nobles atteignenteffectivement le Comtat et la Provence qu’ils pillent et rançonnent en août 1357. À la fin de cette année, des « ribauds » occupent Lagnes et Cabrières, dans le Comtat, mais ces castra sont rapidement repris par le capitaine Juan Fernandez de Heredia, à la tête de 650 hommes d’armes73. En octobre 1358, les communautés provençales achètent le départ des bandes d’Arnaud de Cervole contre 1 000 florins – somme avancée par Innocent VI74. Au terme d’un accord conclu en mars 1361, ce dernier obtient également le départ de la Grande Compagnie d’Avignon, moyennant le paiement de 14 500 florins75. En avril, les Compagnies suivent alors le marquis Jean de Montferrat, en guerre contre le duc de Milan Jean Galéas Visconti, et rejoignent le Piémont. Quant aux derniers routiers, ils se répandent sur le Bas-Languedoc76.

  • 77 Dès 1357, les « Tard-Venus » emmenés par Seguin de Badefol sillonnent la région lyonnaise où, renon (...)
  • 78 À propos des routiers en Bourgogne, voir Jacquier, 1994, p. 31 et Rauzier, 1996, p. 8.
  • 79 Butaud, 2001, tome 1, p. 39-44. Selon l’auteur, les routiers savaient que « le sénéchal de Beaucair (...)
  • 80 Labande, 1901, p. 79-87.
  • 81 Maignien, 1881, p. 38 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 17.

37Pendant le même temps, d’autres routiers venus de la région lyonnaise77, de la Bourgogne78 et du Languedoc, occupent la ville de Pont-Saint-Esprit (Gard) qu’ils prennent le 28 décembre 1360. Malgré le renforcement de la garnison de la ville, le travail de reconnaissance sur le terrain effectué par des émissaires et la possibilité pour les habitants de se réfugier dans l’église paroissiale fortifiée, la ville doit se racheter pour la somme de 6 000 florins79. Face à ces dépenses nouvelles, les habitants du Comtat obtiennent une réduction des redevances dues à la Chambre apostolique qui perd ainsi plus de 2 100 florins au cours de l’année 136380. Après la bataille de Brignais, le gouverneur du Dauphiné fait garder tous les passages stratégiques du Rhône et active la mise en défense de la ville de Romans (Drôme). Dans cette ville, les chanoines doivent payer 1 000 florins pour l’érection de 2 000 toises de muraille – travaux financés par un nouvel impôt indirect sur la vente du vin, en février 136281.

  • 82 À propos du paiement des décimes par les bénéficiers et les rémissions accordées à certains d’entre (...)
  • 83 30 novembre 1363 (réunion à Avignon) et 23 janvier 1364 (adhésion du comte de Savoie), d’après Duha (...)
  • 84 Maignien, 1881, p. 47 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 52, n° 112 ; Denifle, 1899, p. 441 ; Dussert, (...)
  • 85 Maignien, 1881, p. 40 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 20 : première entrevue le 29 avril 1362, à M (...)

38En 1363, le pape Urbain V doit renoncer à percevoir les arrérages d’une décime dans le diocèse de Gap, « propter guerras »82. Aussi, tente-t-il de sceller une alliance contre les routiers entre le gouverneur du Dauphiné, Raoul de Louppy, le sénéchal de Provence, Foulques d’Agout, le comte de Savoie, Amédée, l’évêque de Valence, Louis de Poitiers et le comte de Valentinois et de Diois, Aymar de Poitiers83. Au terme de cet accord, les différentes parties s’engagent à lutter contre les compagnies d’Anglais, les Gascons et les Bretons alors présents dans le royaume et dans le duché de Bourgogne d’où ils menacent de pénétrer en Dauphiné. Le traité, valable deux ans, est alors porté à la connaissance du juge du Gapençais et des Baronnies, à l’évêque de Gap ainsi qu’au vicaire de l’archevêque d’Embrun84. Chaque partenaire (Dauphiné, Provence et Savoie) devra fournir 320 hommes de pied (balistariis) et autant de cavaliers (armatis equitibus), mais seulement la moitié de chaque catégorie pour le Valentinois et le Comtat, soit un peu plus de 2 500 hommes : c’est beaucoup plus important que les effectifs prévus un an auparavant entre le gouverneur du Dauphiné et le comte de Savoie. Au terme d’un accord conclu en juillet 1362 à Chambéry, chaque partie s’engageait à mettre à disposition, en cas de menace, seulement 100 cavaliers armés et quelque 50 fantassins85.

  • 86 Meizel, 1927, p. 111, 17 décembre 1361.
  • 87 Denifle, 1899, p. 443, d’après Reg. Vat., n° 251, f 193 b : « Eos ad castrum Ciguerii… quod de feud (...)
  • 88 Rey, 1971, tome 2, p. 79, d’après Valbonnais, 1722, tome 1, p. 330 et tome 2, p. 480 ; ADI, B 3855, (...)
  • 89 La Castellata désigne la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) d’après Allais, 1891.
  • 90 Beaucroissant, Isère, cant. Rives. Le marquis de Saluces revend ce château à Pierre de Saint-Geoirs (...)
  • 91 Maignien, 1881, p. 45 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 45 (n° 94, 96 et 100).

39Voyons maintenant quelles sont les mentions concrètes de routiers dans la vallée de la Durance. En décembre 1361, le pape Innocent VI informait les habitants de Gap et d’Embrun des dangers des routiers en les exhortant à prendre les armes86. Le 24 mai 1364, Urbain V déclare à l’évêque de Gap que des ecclésiastiques anglais et italiens venant d’Avignon ont été fait prisonniers dans son château de Sigoyer pour être rançonnés87. Il s’agit de la première demande de rançon mais également de la première attaque circonstanciée dans le diocèse de Gap. Plus au nord, dans les marches du Briançonnais, Thomas II de Saluces a soumis son marquisat au dauphin Humbert II en 134388 mais le frère de Frédéric II de Saluces, Galéas, entend récupérer les droits sur la Castellata89 : en novembre 1362, ses hommes attaquent Saint-Eusèbe (village détruit en 1391 par l’effondrement de la montagne Ouglietta) et Bellin et assiègent La Bâtie-du-Pont. Avec le traité de paix conclu à Moirans (Isère) en mars 1363, Galéas et Frédéric II abandonnent au dauphin leurs droits sur les châtellenies de Chaudanes (Caldane), Bellin, Pontechianale, Château-Dauphin et Saint-Eusèbe et acceptent en échange le château et le mandement de Beaucroissant situé en Viennois90. Du 24 août au 13 septembre 1363, le gouverneur se rend à Embrun afin de poursuivre ces négociations qui l’emmèneront également à Château-Queyras et à Château-Dauphin, en compagnie de 3 chevaliers et 11 écuyers (107 florins). Le gouverneur doit recevoir l’hommage du marquis de Saluces et prendre possession des terres conquises : Saint-Eusèbe, Laval de Velins et une partie de la châtellenie de Château-Dauphin91.

Le passage des nobles provençaux en août 1368

  • 92 Bourrilly, 1926, p. 73, 12 juin 1368 et p. 175, 1er août 1368. Au sujet des origines du conflit ent (...)

40Lorsque les bandes armées de Du Guesclin sont signalées en Provence, en mars 1368, les Provençaux sont immédiatement convaincus que les Dauphinois en sont les alliés et ils arrêtent alors tous les voyageurs arrivant du Dauphiné. Dans le même temps, le gouverneur du Dauphiné craint que les troupes du duc d’Anjou, après avoir traversé le Comtat et la Provence, ne pénètrent en Dauphiné. C’est seulement en juin 1368 que le sénéchal Raimond d’Agout envoie à Sisteron des hommes d’armes dirigés par Guiran de Simiane, Brémond de La Voulte et Foulques d’Agout. Mais, le 1er août, ils sont attaqués par des routiers à Céreste (Alpes-de-Haute-Provence, cant. Reillanne). Parmi les 160 hommes à cheval et les 300 hommes à pied, 40 sont capturés – notamment Guiran de Simiane, Brémond de La Voulte, Foulques d’Agout, Louis Roux et Pons de Serres92.

  • 93 Le texte cité en référence est publié par chevalier, 1874, p. 181.
  • 94 Cette « contribution de guerre » (Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13) ou « rançon » (Roman, 188 (...)
  • 95 ADI, B 3007, f 310 r°, compte de Jean de Cérisy. Erreur dans Lacroix, 1879, p. 184 : 2000 florins. (...)

41Persuadée de la complicité des gens du Dauphiné, une compagnie de nobles provençaux, réunie sous le patronage de saint Georges, écume la vallée de la Durance de la fin du mois d’août jusqu’au siège de la ville d’Embrun en octobre 1368. D’abord signalés au prieuré de Ribiers, à quelques kilomètres au nord de Sisteron, les Provençaux remontent la vallée de la Durance et dévastent le bailliage de l’Embrunais, ravageant autant les fiefs du dauphin que ceux de l’archevêque d’Embrun (Figure 4). Un texte daté de 1369, intitulé « querele contra Provinciales »93, résume l’ensemble des déprédations causées par ces hommes à qui avait été promise la somme de 6 000 florins pour ne pas envahir et piller la région94. D’après ce texte, les Provençaux ont incendié plusieurs lieux du Dauphiné en 1368 et 1369, causant ainsi des pertes évaluées à plus de 200 000 florins95.

  • 96 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 403, p. 596, v. 7 décembre 1368 : « Propter quod irritat d (...)
  • 97 Lettre au frère Mineur François Borrel, délégué de l’archevêque à Aix-en-Provence, Bresc, 1972, n° (...)
  • 98 Bresc, 1972, lettre n° 390, p. 579, 27 août 1368.
  • 99 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368.
  • 100 Lettre aux cardinaux Marc de Viterbe, Nicolas de Besse, Guillaume Sudre et Pierre Roger de Beaufort (...)

42Du 27 août au 17 septembre 1368, de nombreux villages sont incendiés autour d’Embrun. La compagnie de saint Georges est rendue responsable de l’incendie de Chorges et des prieurés alentours le 27 août puis à nouveau le 17 septembre 1368. Tout ce qui n’a pas pu être emporté par les pillards est brûlé avec les maisons et le village ne pourra pas, selon l’archevêque, être entièrement réparé avant cent ans ! Les routiers occupent l’Embrunais pendant vingt jours et préparent des expéditions étendues jusqu’à « deux journées en long et une journée en large » sauf dans les « forteresses »96. Ces hommes gravitent autour de la cité embrunaise : après La Chapelle de Savines et Chorges (27 août), ils sont signalés à Ubaye le 28 et 30 août, puis à Rochebrune et aux Puys le 30 août (Puy-Saint-Eusèbe ou Puy-Sanières ?)97. Pourtant Louis Gravi, capitaine royal de la cour de Seyne, avait interdit aux Provençaux de sortir des limites de la Provence pour attaquer le Dauphiné, sous peine de 100 marcs d’argent98. Devant la résistance de la ville d’Embrun, assiégée le 18 octobre, les compagnies détruisent les faubourgs99. Le couvent des Franciscains, situé près de la Porte Saint-Esprit, est le premier touché et, jusqu’en 1378, les frères Mineurs diront leurs offices dans l’église Saint-Marcellin, située intra muros100.

  • 101 Pierre Bonnabel est juge majeur de l’Embrunais d’après Roman, 1887 (1993), p. 25, consul d’Embrun e (...)
  • 102 D’après Roman, 1889, p. 108 et Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13, il s’agit de Georges Athénul (...)
  • 103 Roman, 1889, p. 108 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13 et ADI, B 3007, ff 309 r°-317 r°, comp (...)
  • 104 Bresc, 1972, lettre n° 447, p. 661, 21 novembre 1369 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 14 et Ch (...)
  • 105 Lettre à Jacques Artaud de Montauban, Bresc, 1972, n° 422, p. 615, 15 avril 1369.
  • 106 Denifle, 1900, p. 180.

43Lors des négociations engagées entre Artaud d’Arces, Guy de Morges et le sénéchal de Provence, Raymond d’Agout, durant l’hiver 1368, ce dernier prend plusieurs otages, parmi lesquels figurent Pierre Bonnabel101, Guigues de Savines, coseigneur de Savines, Georges de Prunières102 et Raymond de Laye103, coseigneur de Laye en Champsaur. Le 13 avril 1369, le traité de paix conclu entre le sénéchal de Provence, Raymond d’Agout, et le gouverneur du Dauphiné, Raoul de Louppy, impose à l’archevêque d’Embrun de remettre 4 000 florins aux Provençaux104. Malgré ce traité, des Provençaux venus du Rosanais occupent encore la région de Tallard en avril 1369. L’archevêque d’Embrun refuse pourtant l’aide des hommes d’armes que lui propose l’évêque de Gap, Jacques Artaud de Montauban, prétextant que les hommes de son diocèse sont alors prêts à se défendre105. En mai 1369, les Provençaux font une incursion jusqu’à la chartreuse de Bertaud, pourtant très éloignée des axes de circulation – et alors habitée par seulement 11 moniales106.

  • 107 ADI, 8 B 633, f 54 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357) ; ADI, 8 B 633 (...)
  • 108 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 12 ; Denifle, 1897, acte n° 853, p. 401, 27 septembre 1419. En (...)
  • 109 C’est seulement en 1391 que le gouverneur Jacques de Montmaur accorde au précepteur du prieuré Sain (...)
  • 110 Octobre 1368, d’après Amat, Gattefossé, Dautier, 1974, p. 37 ; 1369, d’après Denifle, 1900, p. 181.
  • 111 Denifle, 1897, acte n° 852, p. 400, 8 décembre 1427. En 1392, suite au passage des troupes du vicom (...)
  • 112 Denifle, 1899, p. 525 et Denifle, 1900, p. 183. C’est au moins la quatrième bulle d’excommunication (...)

44Les abbayes et les prieurés constituent des proies faciles pour les routiers malgré le droit de sauvegarde qui les protège (Tableau 2 ; Figure 4). Ce droit est accordé aux hommes ne relevant pas directement de la seigneurie delphinale mais qui payent pour cela une redevance au dauphin. Les prieurés d’Antonaves (cant. Ribiers), de Lagrand et Saint-Cyrice (cant. Orpierre), de Jarjayes enfin (cant. Tallard), ont bénéficié de cette sauvegarde107. En octobre 1368, les prieurés de Saint-André-d’Embrun et de Sainte-Croix de Châteauroux sont les premiers sites touchés, au moment du siège de la ville d’Embrun108. C’est à la même date que le prieuré du Saint-Sépulcre de Chorges109 et l’abbaye de Boscodon auraient été incendiés110. Pour cette dernière, brûlée au moins à deux reprises entre 1368 et 1427, le premier incendie surviendrait avant 1377 : d’ailleurs, même si aucune charte n’y fait référence, le fait qu’aucun acte ne soit enregistré à l’abbaye entre le 24 octobre 1364 et le 7 mai 1371 est déjàun indice. À cause de la guerre et des crimes, de nombreux moines ont quitté l’abbaye et à la suite des deux incendies, il est impossible de réparer les bâtiments111. Encore le 23 octobre 1369, le pape Urbain V menace les sociétés d’excommunication si elles ne quittent pas le Dauphiné avant un mois112.

  • 113 Bresc, 1972, lettres n° 389, p. 576, 3 septembre 1368 : « in reditu secum duxerunt totum avere homi (...)
  • 114 Bresc, 1972, lettre n° 389, p. 576, 3 septembre 1368. Au sujet des effectifs de routiers, voir la s (...)

45Finalement, malgré l’abondance des mentions de Provençaux, tenus responsables des pillages, de la capture des hommes ou bien encore des violences perpétrées contre les femmes113, il est rarement fait état de leur effectif moyen et encore moins du nombre de leurs victimes. La seule allusion au nombre de routiers est évoquée par l’archevêque Pierre Ameilh qui précise qu’en août 1368, les habitants de Valernes (Alpes-de-Haute-Provence) qui avaient participé aux pillages étaient au nombre de 25 cavaliers et de 200 piétons – ce qui lui paraissait exceptionnel114 !

Tableau 2. Bilan des pillages, avril 1367-août 1369.

Note a : ADI, 9 B 6, f 75 r°, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368 ; Paravy, 1993, p. 40 et Racinet, 1996, p. 93.
Note b : Bresc, 1972, lettres n° 401, p. 593 et n° 447, p. 661 : Pierre Ameilh situe l’attaque de ces villages après le départ des soldats de Briançon, qui avaient refusé de renforcer la garde d’Embrun. Il avait été obligé de rappeler des hommes de ses châteaux, réduisant ainsi leur garnison : « dictus archiepiscopus venire faceret illos de terra sua et castris suis que propter hoc remanserunt male munita et per inimicorum discursum multum dampnificata fuerunt preter dampna que dictus archiepiscopus prius passus fuerat in destructione villarum de Caturicis, de Montegardino, de Spinatiis et aliis circumvicinis in terra communi sibi et Excellencie Dalfinali (...) ».
Note c : Bresc, 1972, lettre n° 401, p. 593.
Note d : Octobre 1368, d’après Amat, Gattefossé, Dautier, 1974, p. 37.
Note e : Roman, 1889, p. 107 et Denifle, 1900, p. 177.
Note f : D’après Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13, ce sont les châteaux des seigneurs pris en otage durant l’hiver 1368 ; Roman, 1892, p. 70 : pillage du château de Laye le 3 avril 1369.

Figure 4. Géographie féodale de l’Embrunais. © N. Nicolas.

Figure 5. Carte du passage des routiers provençaux, avril 1367-août 1369. © N. Nicolas.

L’action du gouverneur Raoul de Louppy

  • 115 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4.

« Raoul de Louppy, quelques années auparavant, a été à la tête des mouvements qui tendaient à délivrer le Lyonnais des routiers de Seguin de Badefol, et maintenant il s’oppose énergiquement au passage des Compagnies à travers son gouvernement dont il met en défense les places et passages de la frontière (...) ».115

  • 116 Pendant les États généraux de Compiègne, le 14 mai 1358, l’ordonnance de Charles V stipule que les (...)
  • 117 Laplane, 1843, tome 1, p. 162 et février 1964, p. 145.
  • 118 Maignien, 1881, p. 36.
  • 119 À ce sujet, voir Lemonde, 2000, tome 2, p. 434.

46Suivant les ordonnances générales prises dans le royaume116, c’est en 1367 quel’Assemblée des États de Provence réunie à Sisteron préconisa l’abandon et la destruction des villages sans défense. Les habitants des campagnes furent alors invités à se retirer dans les lieux fortifiés les plus proches117. En Provence, le passage des routiers fut donc suivi d’une réaction défensive immédiate. En Dauphiné, Raoul de Louppy, issu d’une famille du comté de Bar, est nommé successeur du gouverneur Guillaume de Vergy le 7 octobre 1361118. Avant d’intervenir en mars 1368 dans le Haut-Dauphiné, il doit déjà mettre en œuvre une défense efficace notamment sur les rives du Rhône, menacées par l’intrusion de la Grande Compagnie venue de Bourgogne. De l’affaire du siège de Brignais, en 1362, aux délimitations des frontières entre le Dauphiné et la Savoie, en 1366, le gouverneur fait ses premières « armes » dans l’apprentissage de la défense119.

  • 120 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4, d’après ADI, B 3746. Les gages annuels du gouverneur Raoul d (...)
  • 121 Lacroix, 1879, p. 182 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 9, d’après ADI, 9 B 6, f 75 r°, compte du tr (...)
  • 122 ADI, 9 B 6, f 75 r°, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368.
  • 123 ADI, 9 B 6, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368 ; 9 B 7, compte du (...)

47Dès que les bandes armées de Du Guesclin sont signalées en Provence, en mars 1368, le Conseil delphinal ordonne de réparer rapidement tous les ouvrages fortifiés de la frontière sud de la province et de compléter les moyens de défense des villes et des bourgs. Cette mise en défense doit être effective avant le 18 juillet selon le gouverneur Raoul de Louppy qui réitère la nécessité de fortifier la province depuis les baronnies de Mévouillon et de Montauban jusqu’au comté de Gapençais120. Ainsi, après l’attaque des châteaux de Sainte-Jalle (Drôme) et d’Upaix, le gouverneur envoie des hommes d’armes dans ces deux régions et demande au trésorier du Dauphiné la somme de 900 florins d’or121. S’y ajoutent ensuite 400 florins pour les gens d’armes requis dans les châteaux d’Upaix, de Serres et de Saint-Bonnet-en-Champsaur122. La multiplication des dépenses de guerre est attestée par les comptes des trésoriers successifs. Ainsi, quand Adam Chanteprime engage, en 1367 et 1368, 1 300 florins pour « fait de guerre », son successeur dépense 10 403 florins pour ce même poste, soit huit fois plus pour les seuls mois de novembre et de décembre 1368123 !

  • 124 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 403, p. 595, v. 7 décembre 1368 et mémoire autographe dest (...)
  • 125 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368.
  • 126 Lettre au cardinal Gilles Aycelin de Montaigut, Bresc, 1972, n° 364, p. 545, 14 mai 1368.

48Dans le diocèse d’Embrun, très touché par les compagnies de routiers, la position de l’archevêque d’Embrun est pourtant tempérée par le fait que son diocèse est placé de part et d’autre de la frontière entre la Provence et le Dauphiné, ce qui explique que Pierre Ameilh ait cherché rapidement la conclusion d’un accord de paix124. L’archevêque possède même quelques castra en Provence (Rochebrune, Le Sauze, Bréziers et Beaufort) dont il fait fortifier certains (Bréziers et Le Sauze, aujourd’hui Le Sauze-du-Lac)125. Mais ce sont surtout les châteaux situés aux portes de la ville d’Embrun qu’il souhaite mettre en défense : Châteauroux (aujourd’hui Châteauroux-les-Alpes), Crévoux, Guillestre, Risoul, Saint-Clément (aujourd’hui Saint-Clément-sur-Durance), Saint-Crépin et Vars126.

  • 127 Le personnel subalterne participant aux chevauchées du comte de Savoie regroupe également, en plus (...)

49Quant aux combattants déployés dans la région, les rôles de montres enregistrent 1007 chevaliers, fantassins, clients, archers, écuyers et autres hommes d’armes qui interviennent à La Mure (Isère), à Corps (Isère) et à Serres, ainsi que dans les régions du Champsaur, des Baronnies, du Trièves, du Gapençais, de l’Embrunais (y compris la garde du Pertuis Rostan), du Briançonnais (y compris dans les châtellenies de Château-Dauphin et de Bois-des-Ayes) et du Queyras, du 2 mars 1368 au 8 février 1369127.

50C’est d’abord au Bois-des-Ayes (Italie) que la ville de Briançon envoie 18 clients pour garder la région. Puis, le 8 juillet 1368, le gouverneur fait la montre de 9 chevaliers, 38 écuyers et 22 hommes d’armes à La Mure. Parmi eux figurent les chevaliers Guigues Allemand, coseigneur de Corps, Rodolphe de Commiers etDidier de Sassenage, bailli du Graisivaudan. À compter du 25 juillet, la garnison de Serres est renforcée par 19 écuyers, dont 4 chevaliers : Rodet et Rodolphe de Commiers, Jean de Virieu et Rodolphe de Saint-Geoirs. Ce dernier n’est autre que le capitaine du château de Serres depuis le mois de juin 1368. Pour la garde générale du pays, 13 écuyers et 53 clients d’Allevard (Isère) sont également recrutés par le gouverneur. S’y ajoutent 29 écuyers (armigeri) dont les chevaliers Jean de Bérenger et Guigues Allemand, 2 fantassins et un archer chargés de défendre la vallée du Champsaur (Tableau 3).

  • 128 Lacroix, 1879, p. 183, Maignien, 1881, p. 57 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 11-14. Le porte-ensei (...)

51À partir du mois de septembre, la défense s’intensifie aux frontières du Dauphiné : au sud dans le Trièves, à l’est, à Château-Dauphin et à Château-Queyras ainsi qu’à l’intérieur de la province, à Embrun et au Pertuis Rostan. Les clients, majoritaires, sont au nombre de 140 au col de Lus-la-Croix-Haute, dans le Trièves – ils étaient seulement 5 hommes d’armes dans cette région au mois de juillet. Ils sont dirigés par le châtelain Ismidon Brun, le porte-enseigne Jean Monier, le capitaine Pierre de Darne et les chevaliers Lantelme de Bardonnèche et Humbert du Taut128. Aux confins du Briançonnais, la défense s’organise d’une part à Château-Dauphin et à Château-Queyras (21 clients) et d’autre part à Embrun (48 clients) puis au Pertuis Rostan (77 clients). Jusqu’au 6 novembre, le col de Lus-la-Croix-Haute est encoresous la surveillance de 13 hommes d’armes et de 5 écuyers. À Corps, 7 écuyers sont envoyés par le bailli du Graisivaudan.

Tableau 3. Les catégories de combattants du 2 mars 1368 au 8 février 1369.

Note a : Dont 4 chevaliers.
Note b : Un châtelain, un porte-enseigne et un capitaine.
Note c : 26 gens d’armes (dont un porte-trompette et un fantassin) et 23 chapeaux de fer.
Note d : Jean de Commiers, archer, est compté avec les remplaçants. Il n’est donc pas comptabilisé.

  • 129 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 16-21 et Lemonde, 2000, tome 2, p. 606.

52Le 6 novembre 1368, une nouvelle montre est réalisée à Grenoble par le maréchal des armées, Pierre de Saint-Geoirs, assisté de ses deux lieutenants, Rodolphe de Saint-Geoirs et François de Boenc. Durant tout le mois de novembre, 226 écuyers, 20 archers, 49 hommes d’armes et 47 chevaliers se relaient pour des durées variables129. Leur zone d’intervention n’est pas clairement identifiée mais tout laisse à penser, puisque la montre a lieu à Grenoble, qu’ils participent bien à la défense du Haut-Dauphiné. C’est durant ce mois de novembre que sont rassemblés le plus de combattants (342), dont une forte proportion d’écuyers (66 %) et de chevaliers – le maximum présent au cours de l’ensemble de la période (70 %, soit 47 / 67).

53Le capitaine Rodolphe de Commiers dirige la chevauchée menée en Gapençais et en Embrunais durant l’hiver 1368-1369. D’un effectif faible, à peine 133 hommes, soit 13,2 % du total des combattants recensés sur l’ensemble de la période, cette chevauchée est presque exclusivement constituée d’écuyers.

Présence récurrente des routiers en Haut-Dauphiné (1370-1400)

L’attaque des villages, des abbayes et des prieurés

  • 130 Denifle, 1899, p. 581, d’après Reg. Vat., n° 263, f 48 et p. 673 ; Micanel, 1947, p. 134 et Amargie (...)

54Des routiers revenant de Lombardie sont signalés en Dauphiné dès le mois de mai 1371 et certains d’entre eux occupent encore le Valentinois en 1374. Quant aux mercenaires bretons présents dans le comtat Venaissin depuis 1374 – signalés à Avignon en 1374, à Pont-Saint-Esprit et à Carpentras en 1375 – ils décident de suivre le cardinal Robert de Genève vers l’Italie où ils arrivent en février 1377. Une partie d’entre eux a sans doute choisi de remonter la riche vallée du Rhône pour rejoindre l’Italie, « faisant de nombreux désastres » à Grenoble en juillet 1375130.

  • 131 Guillaume, 1888a, p. XLI.
  • 132 Les seigneurs de La Roche-des-Arnauds sont sous la suzeraineté directe des comtes de Valentinois, d (...)
  • 133 En 1317, Arnaud VI Flotte fait abattre frauduleusement des arbres dans les forêts de Bertaud, d’apr (...)
  • 134 Denifle, 1899, p. 524 ; Denifle, 1900, p. 182 et lettre au cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, Bresc(...)
  • 135 Mémoire à Charles V, Bresc, 1972, n° 445, p. 653, article d, 21 novembre 1369.

55Dans le diocèse de Gap, la chartreuse de Bertaud est incendiée en 1376 pour une raison indéterminée et, en 1379, le pape Clément VII lui accorde la somme de 300 florins pour la reconstruction des bâtiments131. À plusieurs reprises, des différends avaient opposé cette abbaye aux seigneurs de La Roche-des-Arnauds, ceux-ci échappant à la suzeraineté du dauphin jusqu’au début du xve siècle132. Tenus responsables des pillages commis à la chartreuse de Bertaud en 1317 et à Rabou, terre du chapitre de Gap (1390)133, les Flotte ont donc pu jouer un rôle dans son incendie à la fin du xive siècle. Dans le diocèse d’Embrun, le prieuré bénédictin Saint-Michel de la Couche (Prunières, cant. Chorges) est incendié en 1372 et on juge alors inutile de le réparer. Durant l’été 1368, l’archevêque d’Embrun constatait que les bâtiments du prieuré étaient en mauvais état même si la clôture avait été réparéeen 1367 pour la somme de 25 florins. À cette date, le prieuré n’est habité que par le prieur, un chapelain et un clerc134. Après le passage des Provençaux, le prieur ne peut y demeurer en sécurité et malgré l’envoi de brigands par le bailli, le prieuré est incendié par « six ou sept ribauds »135.

  • 136 Chevalier, 1897, tome 1, p. 394 et ADI, 8 B 660, f 296 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 jui (...)
  • 137 ADI, 8 B 664, f 135 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1391-24 juin 1392). À propos de (...)
  • 138 Les villageois d’Antonaves sont sous la protection delphinale depuis 1351, d’après Roman, 1887 (199 (...)
  • 139 ADI, B 3138, 8e pièce, 10 ff, 6 février 1391 : « Commission donnée par le gouverneur du Dauphiné au (...)

56C’est suite à la révocation de l’aliénation de ses territoires et devant le refus du pape Clément VII de le soutenir que Raymond de Turenne entre en guerre contre lui et ses alliés, le comte de Provence, le comte de Valentinois et l’évêque de Valence136. Franchissant le Rhône une première fois en décembre 1388, puis en novembre 1390 à la tête de 600 hommes d’armes, il traverse les Baronnies et la vallée du Buëch, pillant les villages d’Antonaves, de Montmaur, de Serres et de Saléon, ainsi que les prieurés de Ribiers et de Lagrand137 et ce, malgré les mesures de protection qui les entourent138. Dans la plupart des cas, ces dispositifs de sauvegarde s’exercent bien après le passage des Provençaux – le prieuré Saint-Sépulcre de Chorges est incendié en octobre 1368 – et n’empêchent nullement les pillages – Antonaves est attaqué par les hommes de Raymond de Turenne. Aussi, après avoir occupé pendant plus d’une dizaine d’années la Provence, le souvenir du passage des hommes de Raymond de Turenne sera bien ancré dans les mémoires, encore au milieu du xve siècle139.

  • 140 ADI, 8 B 664, f 212 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1391-24 juin 1392) : « (...) me (...)
  • 141 ADI, 8 B 671, f 244 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398) : « (...) cust (...)

57De son côté, le comte Jean III d’Armagnac obtient l’accord du roi pour traverser les Alpes où il entend défendre le duché de Milan dont la suzeraineté a été usurpée par Jean Galéas Visconti (février 1391) mais, après la défaite d’Alexandrie (Italie) en juillet 1391, ses hommes reviennent par la vallée de la Durance afin de rejoindre les bandes du vicomte de Turenne en Provence140. Dans leur sillage, des gens d’armes sont encore rassemblés dans le vicomté de Tallard d’août 1397 jusqu’en avril 1398, d’après les comptes de la châtellenie d’Upaix141.

  • 142 Vers 1391, Chevalier, 1874, p. 214, d’après Guy Allard, BMG, Documents manuscrits, tome XV, ff 12-1 (...)

58Qu’advient-il du château de La Roche-des-Arnauds, possession la plus orientale du comte de Valentinois et Diois, et cible des hommes de Raymond de Turenne ? En 1385, un arrêt du Conseil delphinal enjoint à Arnaud Flotte et à ses sujets de payer leur part du subside accordé au dauphin, bien qu’ils relèvent de la suzeraineté du comte de Valentinois. Mais, devant leurs refus, le château est saisi par le dauphin en janvier 1386. Comme le château est toujours sous la suzeraineté du comte de Valentinois, le village est occupé par les hommes de Raymond de Turenne en 1391142. De plus, d’autres bandes armées regroupées autour du capitaine Guillaume de Camisard prennent et occupent le château de Lazer (cant. Laragne-Montéglin) du 20 novembre 1391 au mois de mai 1392.

  • 143 Clausonne, commune du Saix, cant. Veynes. Denifle, 1897, acte n° 885, p. 420, 6 mars 1451.
  • 144 Saint-Symphorien de Vilhosc, Alpes-de-Haute-Provence, dépendance de la prévôté de Chardavon. Denifl (...)

59Hormis ces attaques dirigées contre les villages où ils installent leur repaire, les routiers s’en prennent essentiellement aux prieurés et aux abbayes. Même l’abbaye Notre-Dame de Clausonne, pourtant « construite loin de toute habitation », est visitée par les hommes de Raymond de Turenne en 1390. En 1451, ne demeurent que cinq moines et l’abbé, mais l’état de l’abbaye – pourtant en cours de réparation – est davantage imputable aux négligences des abbés et à une mauvaise administration qu’à la guerre elle-même143. Plus au sud, toujours dans le diocèse de Gap, le prieuré augustinien de Saint-Symphorien de Vilhosc, situé sur la rive droite de la Durance, subit également les conséquences des guerres de 1389 et les revenus du prieuré sont quasiment réduits à néant144.

  • 145 Butaud, 2001, tome 1, p. 146, d’après LAPLANE, 1843, tome 1, p. 222.

60Ainsi, de 1389 à 1399, la pression des hommes de Raymond de Turenne se fait douloureusement ressentir aux confins du Dauphiné et de la Provence. Là, Sisteron figure parmi les villes les plus menacées, et son conseil relâche seulement les mesures de mise en défense le 30 juin 1399 en suspendant toutes les ordonnances qui régissaient la garde de la ville depuis… le 30 juin 1368 (Figure 6)145.

De nouvelles mesures de défense

  • 146 Chevalier, 1871, p. 23, 9 décembre 1374.
  • 147 Roman, 1890, p. 259.
  • 148 Roman, 1890, p. 266. Rappelons qu’en 1372, Charles V demandait au trésorier du Dauphiné : « que les (...)
  • 149 ADI, B 3, 20 juin 1376.

61À partir de 1370, le dauphin doit rappeler à ses sujets leurs obligations – particulièrement aux nobles. Ainsi, une ordonnance du gouverneur Charles de Bouville oblige les nobles à contribuer aux réparations des châteaux delphinaux146. En juin 1371, les syndics du Briançonnais octroient 3 000 florins au gouverneur, somme nécessaire pour fortifier la région face aux Anglais et aux Provençaux147. En 1376, le bailli du Briançonnais reçoit l’ordre de faire garder les principaux forts et d’en renforcer les défenses. Le gouverneur Charles de Bouville entreprend alors plusieurs visites de terrain, notamment en Champsaur où il ordonne la fortification du château de Montorcier et enjoint aux habitants de participer à cette charge148. À Saint-Firmin, il décide de l’emplacement du futur château qui servira de refuge aux habitants de la paroisse149.

Figure 6. Carte du passage des routiers, 1357-1398. © N. Nicolas.

  • 150 En 1357, Enguerrand d’Eudin, alors sénéchal de Beaucaire, avait repoussé les bandes d’Arnaud de Cer (...)
  • 151 Les 4 chevaliers sont comptabilisés avec les 401 lanciers et les 203 arbalétriers, soit 604 hommes (...)
  • 152 ADI, B 3256, pièce parchemin, article 12.

62Outre la mise en défense des châteaux et des villes, le gouverneur du Dauphiné prévoit l’assemblée d’hommes d’armes supplémentaires. Le 5 mars 1388, Enguerrand d’Eudin150 convoque à Vienne les prélats et les seigneurs bannerets, nobles et châtelains, pour préparer la défense de la province. Si les compagnies pénètrent en Dauphiné, le gouverneur rassemblera 400 lances, 200 arbalétriers et 4 chevaliers (article 1)151 et il faudra garder le passage du Pertuis Rostan, à l’entrée du Briançonnais, les barrières d’Entraigues (Isère, actuel col d’Ornon, entre l’Oisans et le Valbonnais) et de la combe d’Avane (Isère, commune Saint-Baudille-et-Pipet, cant. Mens). Ceux qui garderont les pas verront leur contribution réduite en fonction du temps qu’ils auront consacré à cette charge152. Chaque baron et chevalier banneret du Dauphiné participe à la constitution d’une armée composée de lanciers et d’arbalétriers (Tableau 4).

Tableau 4. Contribution des barons et des bannerets en lanciers et arbalétriers, définie lors de l’assemblée des États de Vienne, 5 mars 1388.

Note a : les erreurs dans la comptabilisation des lanciers et des arbalétriers sont mentionnées entre parenthèses et rectifiées dans les totaux.

63Les bailliages les plus sollicités sont ceux du Viennois et Valentinois et du Graisivaudan, et on compte autant d’hommes d’armes dans le bailliage du Gapençais que dans celui de la Terre de la Tour. Cependant les bailliages du Brianconnais, de l’Embrunais et du Gapençais réunis ne contribuent même pas à 20 % du total. Parmi eux, Hugonet de Bardonnèche, Pierre, coseigneur de Névache et Leuson de Tencin, tous trois chevaliers bannerets du Briançonnais, ne fournissent qu’un lancier et un arbalétrier chacun, soit même pas 1 % de l’effectif total !

  • 153 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, visite du château d’Exilles (Italie).

64On constate qu’en raison de la position frontalière du Briançonnais avec la Savoie qui poursuit son extension vers Barcelonnette, les chevaliers bannerets du Briançonnais sont peu sollicités lors de l’assemblée de Vienne. Par contre, encore en 1390, le conseil delphinal ordonne au bailli du Briançonnais de fortifier les châteaux et les villes de son bailliage153. Ceci confirme que :

  • 154 Vaillant, 1951, p. 232.

« les chevauchées semblent considérablement réduites lorsque la localité est située à la frontière du domaine delphinal et doit se défendre en cas d’invasion ennemie : c’est le cas de La Buissière et d’Avalon à la frontière delphino-savoyarde, et des localités situées en Briançonnais italien. Par contre les fortifications et la défense y occupent une plus grande place »154.

  • 155 ADI, B 3257, pièce papier
  • 156 ADI, B 3258, pièce, 19 octobre 1392.

65À nouveau, le gouverneur Jacques de Montmaur convoque les États à Grenoble « pour adviser, traicter et acorder sur la provision, thuission et deffence dudit pais », le 15 juillet 1391. Comme en 1388, une levée de gens d’armes est prévue en cas de menace (article 1). L’ensemble de ce dispositif d’urgence est confirmé lors d’unenouvelle assemblée des États tenue le 26 janvier 1392 à Grenoble155. Enfin, lors d’une énième réunion des États prévue le 28 octobre 1392, sont convoqués quinze nobles, six prélats et les consuls des communautés. Pierre de Névache, bailli du Briançonnais, et le châtelain de l’Oisans envoient un consul par châtellenie. Le juge commun de l’Embrunais est représenté par un syndic ainsi que les châtelains du Champsaur, de Serres, du Buis (Drôme), de Veynes, de Saint-Marcellin (Isère), de La Côte-Saint-André (Isère) et de Grenoble156.

  • 157 ADI, B 3258, pièce, 30 octobre 1392.
  • 158 Le Statut delphinal, concédé en mars 1349 à Romans, supprime les droits de péage, de gabelle et de (...)
  • 159 159 Chevalier, 1874, p. 215-219, « Memorialia tradita dominis refformatoribus super statu patrie Da (...)

66Cette semonce des nobles prescrit que tous les « barons, vassaux et nobles » du Dauphiné, armés et à cheval, doivent se rassembler à Grenoble le 12 novembre 1392 pour une chevauchée dirigée contre les gens du comte Raymond de Turenne présents en Gapençais157. Toutes les dispositions sont alors prises pour financer ces chevauchées puisqu’en 1392 le gouverneur Jacques de Montmaur modifie les Statuts du Dauphiné établis en 1349158. Désormais, toutes les redevances delphinales sont réservées « à la mise en défense des châteaux delphinaux » et à « l’envoi des gens d’armes pour visiter et pourvoir à la défense de la patrie »159.

  • 160 160 ADI, B 3259, pièces papier, 3 septembre et 11 décembre 1405.

67Au début du xve siècle, le passage des compagnies de routiers n’est toujours pas maîtrisé et les mesures de mise en défense préconisées par Charles VI en 1405 reprennent toutes celles prévues auparavant, à savoir l’interdiction aux gens d’armes de s’assembler ou demeurer dans les villes, les châteaux, les ponts, les ports et les passages du Dauphiné ; la garde des chemins, ports et passage du Dauphiné ; enfin, le renforcement de la garnison des châteaux en cas de besoin160.

Qui sont ces routiers ?

  • 161 Denifle, 1899, p. 376.

« Ceux qui en France s’étaient réjouis de la paix, ne tardèrent pas à être cruellement déçus. Le traité de Brétigny n’était que le commencement de nouveaux malheurs qui s’abattirent sur la France sans lui laisser le moindre temps de panser ses blessures (...). L’ennemi changea de nom, et ce fut tout ; il s’appela les Compagnies »161.

  • 162 Contamine, 1975, p. 367. À propos des compagnies de routiers, voir Contamine, 1972, p. 84 ; Mollat (...)
  • 163 Ce nom apparaît en 1357 dans la correspondance du pape Innocent VI, d’après Butaud, 2001, tome 1, p (...)
  • 164 ADI, B 3259, pièce, 3 septembre 1405 : « gentes armigere diversarum nationum… gens d’armes…gens de (...)
  • 165 ADI, B 3258, pièce, 30 octobre 1392. En Dauphiné, ce terme désigne habituellement une escorte.
  • 166 Denifle, 1899, p. 377, n. 1, d’après Reg. Vat. Urban V, n° 248, f 177 : « Dudum cum in regno Franci (...)
  • 167 ADI, 8 B 668, f 367 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1395-24 juin 1396) : « (...) prop (...)

68Dans le style de guerre que mènent les hommes réunis en compagnies, « les mobiles économiques élémentaires éclipsent les intentions politiques »162. Ces compagnies sont le plus souvent désignées sous le terme de societates163 (le terme social définit l’individu) ou plus simplement de gentes armigerae164, exceptionnellement de comitiva165. Le nom routier qui désigne des « gens de guerre », provient du bas latin rupta, bande ou troupe. Le routier, combattant appartenant à une unité, ou route, n’est pas exactement un pillard, du moins pas avant le traité de Brétigny, en 1360. Cette suspension d’armes pousse alors les hommes d’armes sans solde à se fédérer en compagnie, combattant souvent pour leur propre compte, parfois dans des armées régulières. En 1365, le pape Urbain V établit lui-même la relation de causalité entre l’installation de la paix et l’apparition des compagnies, ce qui explique d’ailleurs la réussite de ces hommes d’armes rompus à l’exercice de la guerre166. Les châtelains de la région reconnaissent plus tardivement ce lien de causalité entre la fin de la guerre et l’intrusion des routiers167.

  • 168 Denifle, 1899, p. 407 ; Finó, 1977, p. 270 ; Favier, 1996, p. 305 et Lemonde, 2000, tome 2, p. 602. (...)

69Le licenciement des hommes d’armes est partout suivi des mêmes effets : l’arrivée massive des bandes de routiers, réunies ou non autour d’un chef, est constatée en Provence (en 1357 puis en 1368), en Bourgogne et en Lyonnais. L’échec des troupes royales de Jacques de Bourbon, tenues en respect par quelque 10 000 routiers devant le château de Brignais (Rhône), le 6 avril 1362, marquait la victoire des méthodes adoptées par les bandes de routiers168. Ces derniers visitaient d’abord les régions riches puis écumaient avec plus ou moins de succès les zones moins favorisées dont le Haut-Dauphiné fait partie.

  • 169 Les Tuchins rassemblent des pauvres, des laboureurs ou bien encore des criminels : ils n’apparaisse (...)
  • 170 Laplane, 1843, tome 1, p. 156. Le nom de « Tard-Venus » est employé uniquement dans la région lyonn (...)
  • 171 Denifle, 1899, p. 209, n. 1, d’après Arch. Vat., Instrum. miscell. an. 1358.
  • 172 Labande, 1901, p. 92, d’après ADV, C 128, f 38 r°.
  • 173 ADI, 8 B 634, f 158 r°, compte de la châtellenie de Réotier, 24 juin 1356-10 septembre 1359 : « (.. (...)
  • 174 ADI, 8 B 638, f 66 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364) : « (...) te (...)
  • 175 Laplane, 1843, tome 1, p. 512.
  • 176 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 11 et Bresc, 1972, lettre n° 401, p. 593, décembre 1368.
  • 177 Manteyer, 1944, p. 744, d’après ADI, 8 B 380, f 168 r°, compte de la châtellenie de Moirans (24 jui (...)
  • 178 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.
  • 179 ADHA, Ms 651, notes de P. Guillaume, 1371.

70Parfois surnommés brabançons, linfards, malandrins, cotterels, tuchins169 ces hommes sont le plus souvent désignés selon la provenance géographique que leurs contemporains leur attribuent : Provençaux, Anglais ou Bretons170. Le pape Innocent VI évoque « la Grande Compagnie de gens d’armes » d’Arnaud de Cervole en octobre 1358171 et, en décembre 1360, c’est une compagnie d’Anglais qui occupe Pont-Saint-Esprit172. Des Gascons sont même cités ponctuellement à Réotier avant 1360173. En avril 1361, les hommes qui s’approchent de la châtellenie d’Upaix sont désignés comme des Anglais. Partis de Nyons, ils suivent le marquis de Montferrat à travers les Baronnies, le Gapençais, l’Embrunais puis le Briançonnais, sous l’escorte du châtelain d’Upaix et du capitaine Pierre de Mévouillon174. En décembre 1364, le pape Urbain V évoque les « sociétés » pour désigner les hommes qui s’approchent de Sisteron175. Mais en 1368, la compagnie de Provençaux à laquelle se mêlent des Anglais adopte le nom de compagnie de saint Georges, en référence au saint patron de l’Angleterre176. Ces « Provençaux et leurs aides, les Anglais et d’autres hommes, font la guerre au Dauphiné »177. Trop rapidement nommés Anglais, alors même que ces hommes étaient issus de diverses régions, ils sont simplement appelés « sociétés dépravées »178 par les syndics de Briançon et qualifiés d’« ennemis anglais et d’autres pays »179 par le gouverneur Jacques de Vienne.

  • 180 Lettre à Bernard de Saint-Étienne, Bresc, 1972, n° 373, p. 556, 18 juillet 1368 : « societatibus, b (...)
  • 181 Lettre aux consuls de Barcelonnette et de Saint-Paul-sur-Ubaye, Bresc, 1972, n° 387, p. 574, 29 aoû (...)
  • 182 Lettres au frère Mineur François Borrel, d’après Bresc, 1972, n° 389, p. 576, 3 septembre 1368 : « (...)
  • 183 Bresc, 1972, n° 383, p. 567, août 1368.
  • 184 Bresc, 1972, n° 394, p. 583, 9 septembre 1368.
  • 185 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368 : « societas nobilium Provincia (...)

71L’archevêque d’Embrun ignore l’identité réelle de ces routiers désignés sous plusieurs noms180. Dans un premier temps, il accuse les habitants de Barcelonnette et Saint-Paul-sur-Ubaye181 puis il prétend que les agresseurs sont des habitants de Valernes et non de Barcelonnette ou de Seyne puisque ces deux dernières localités provençales sont situées dans le diocèse d’Embrun182. Souvent teintée de partialité, la désignation des agresseurs par l’archevêque d’Embrun évolue donc avec les événements. En août 1368, dans un projet de lettre au gouverneur Raoul de Louppy, Pierre Ameilh oppose clairement les dangers passés, causés par les Sociétés (« quando prope nos venerunt Societates »), à la guerre actuellement menée par les Provençaux (« de periculo guerre Provincialium »)183. Plus tard, dans une lettre adressée au même gouverneur, il incrimine clairement les Provençaux (« Provinciales omni die discurrunt per partes istas et supra loca Dalphinatus »)184. Enfin, après la conclusion d’un accord de paix entre les deux parties, il n’accuse plus les Provençaux mais les Sociétés (« gentes Societatis ») qui ont quitté le Rosanais et se dirigent vers Tallard185.

  • 186 Lettre de Raoul de Louppy à l’archevêque d’Embrun, Bresc, 1972, n° 382, p. 567, 8 août 1368.
  • 187 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).
  • 188 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).
  • 189 ADI, 8 B 647, f 89 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370), f 91 r°/v°, f (...)
  • 190 ADI, B 3007, f 316 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369 : « Item eodem die fuit c (...)

72Les appréciations données dans le même temps par le gouverneur du Dauphiné sont beaucoup plus évasives puisque Raoul de Louppy ne fait allusion qu’aux « ennemis » et aux « Sociétés »186. À partir du 20 juin 1368, le bailli du Gapençais renforce la garde à Upaix « du temps de la présence dans la province des sociétés d’Anglais et de Gascons »187. Les « sociétés d’Anglais et de Provençaux » sont attestées entre le 21 août et le 6 décembre 1368 en Embrunais188. Enfin, de nombreux espions du bailliage d’Embrun sont envoyés en Lombardie, en Piémont et en Provence pour connaître l’avancée des compagnies, les « dispenses » (1369-1371)189. Seul le trésorier du Dauphiné Jean de Cérisy mentionne en septembre 1369 l’identité de l’homme qui a rançonné un habitant de Saint-André-d’Embrun : un Aixois190.

  • 191 Han, 1977, p. 132, d’après AC Briançon, EE 14, lettre du gouverneur Charles de Bouville, 28 avril 1 (...)
  • 192 ADI, 8 B 652, f 8 r°, compte de la baronnie de Mévouillon et de Montauban (24 juin 1379-24 juin 138 (...)
  • 193 Chevalier, 1874, p. 206, 15 février 1388.
  • 194 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, Exilles (Italie) : « (...) quia gentes armorum in partibus re (...)
  • 195 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391) : « (...) metu (...)
  • 196 AC Embrun, 1 FF 82, f 12 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 1398 et ADI, 8 B (...)

73En 1376 sont à nouveau mentionnées les « sociétés armées », aux portes du Briançonnais191, puis les « sociétés de Bretons » qui s’acheminent vers la Lombardie en 1379 et en septembre 1380192. Les « Anglais et leurs complices de diverses nations » menacent le Dauphiné en 1388193 et sont encore signalés près du Rhône en 1390194. Les compagnies du comte d’Armagnac et de Raymond de Turenne qui s’étaient rendues en Lombardie en 1391 rejoignent le Dauphiné à plusieurs occasions et, en 1398, elles reviennent définitivement en Dauphiné par la vallée de l’Ubaye et le col de Vars195. En fait, déjà en septembre 1395, les principaux capitaines des hommes d’armes (Guillaume Gassier, Jean le François et Hugues de Marmanhac) se désignaient comme étant des Armagnacs, par référence à ce chef alors décédé196.

Notes

1 Roman, 1890, p. 314, 1427 et ADI, B 3729, pièce, 1411-1419.

2 Voir Merceron, 1885 et Anonyme, 1887. Dès l’Antiquité, une petite agglomération occupait le plateau du Montgenèvre ; le col, fréquenté depuis l’âge du fer, est traversé par la voie cottienne aménagée au ier siècle avant notre ère (Prieur, 1971, p. 113 et Ganet, 1995b, p. 130).

3 Sur cette rive, le pont qui franchissait le torrent de Réallon a été mis au jour à la fin du xixe siècle, d’après ADHA, Ms 367, notes de Benoni Blanc.

4 En 1343, les marchands briançonnais obtiennent la liberté d’emprunter les routes qu’ils veulent pourse rendre en Avignon. À propos de cette route, voir Sclafert, 1929b et Falque-vert, 1997, p. 444.

5 AC Gap, AA 1, f 14, 16 octobre 1317.

6 Encore au xve siècle, le roi Charles VII doit prendre des mesures pour que la route de l’Avance soitabandonnée au profit de la route de Serres à Gap. À propos de cette route, voir Roman, 1890, p. 292 ; Sclafert, 1926, p. 497 et Vaillant, 1951, p. 91.

7 La publication de cet itinéraire fait suite à la proclamation des indulgences par le pape Clément VI, en 1348 (cité par Lecoq, 1991, p. 216). En 1391, le duc Philippe le Hardi parcourt Suse-Briançon, soit 55 kilomètres, en une journée (d’après Dubois, 1976, p. 81).

8 À ce sujet, voir Estienne, Nicolas, 1999, p. 20 et Estienne, 1999.

9 Barruol, 1969, p. 340 et Humbert, 1972, p. 99.

10 D’après Février, 1975-1976, p. 293-299 et Artru-Delacoux des Roseaux, 1981, p. 164.

11 Édition du Probus (Chomel, 1967), d’après ADI, B 2662, 1250 ; B 3699, 1260 et B 3700, 1265. À propos de cette source, voir Falque-vert, 1997, p. 10 et p. 443-448.

12 Faure, 1907 et Falque-vert, 1997, p. 449.

13 Liste des communautés des escartons de Briançon, du Queyras, d’Oulx, du Valcluson et de Château- Dauphin : Falque-Vert, 1997, p. 441.

14 Chomel, 1967, p. 352.

15 Dans les faits, c’est seulement en 1232 que Béatrice vend à son père Guigues André les terres qu’elle possède en propre en Embrunais et en Gapençais, contre 100 000 sous tournois.

16 Vaillant, 1942, p. 2.

17 Vaillant, 1951, p. 234 et 1968, p. 312.

18 Vaillant, 1942, p. 40.

19 En 1339, la densité de feux au km2 (5,06) est plus forte qu’en Briançonnais (3,18) et équivalente au Grésivaudan (5,37) d’après Fierro, 1978, p. 359. Au sujet des maisons fortes et des « manoirs » du Champsaur, voir Mallé, 1983 et Mallé, 1992. Sur la dispersion de l’habitat en montagne, voir Pesez, 1999, p. 34.

20 Fournier, 1978, p. 252 : exemple de La Couvertoirade (Aveyron) en 1439.

21 ADHA, G 1114, f 23 r°, 1321, livre terrier de La Bâtie-Vieille et Guillaume, 1888b, p. 19, n° 94, 1329.

22 Fauché-Prunelle, 1857, tome 1, p. 396, d’après ADI, B 3921, f 1, charte de libertés des habitants de Bardonnèche, 4 juin 1336 : « XIX. Capitulum de mutando domos ligneas. Item pactum extitit quod homines praedicti possint et valeant, pro libito voluntatis, mutare et ducere domos ligneas de feudo in feudum, absque licencia domini domus praedictae ».

23 L’annexion des Baronnies a « été facilitée par l’appui de seigneuries secondaires et de branches cadettes des Mévouillon mais aussi par une politique d’endettement menée par les derniers membres de cette lignée » (Estienne, 1999, p. 170). À propos du transport du Dauphiné, voir Falque-Vert, 1997, p. 448 ; Chomel, 1999a ; Chomel, 1999b, p. 74 et Lemonde, 2002.

24 La « clusa », du latin claudere (fermer), désigne un verrou montagneux, un passage étroit, un défilé situé à l’entrée d’une vallée où se négocie le passage (Duparc, 1951, p. 5-31 ; Collectif, 1971, p. 233 et Lecoq, 1991, p. 206).

25 Colardelle, Moyne, 2002, p. 416.

26 Valbonnais, 1722, tome 2, p. 587.

27 Falque-Vert, 1997, p. 226 ; ADI, B 2992, f 386, d’après Roman, 1886, p. 17.

28 Verdun (Baratier) et La Bâtie-Saint-Julien (Savines).

29 D’après Roman, 1890, p. 349.

30 30 ADHA, Ms 171, Inventaire Marcellier, f 489 r° : maisons fortes de Louis de Montorcier, de Pierre de Saint-Germain et de Jean Flotte.

31 C’est le cas des maisons fortes de Bourgogne (Guilbert, 1986, p. 184), de Franche-Comté (Pegeot, 1986, p. 247) et de l’Auvergne (Fournier, Charbonnier, 1986, p. 277), tantôt occupées par les routiers, tantôt détruites par ces derniers, rarement détruites par les seigneurs eux-mêmes. Voir aussi Bur, 1999, p. 95-99.

32 Commune et cant. Ribiers. Laplane, 1843, tome 1, p. 171 et p. 310, décembre 1368.

33 ADI, B 2945, 21 août 1374, f 459 v° : « Ipse dominus prior vigore contentorum in dicto instrumento infra dictam parrochiam domum fortem potest edificare infra quam homines et persone dicte parrochie cum pauci sint suum poterunt tempore necessitatis habere tutum refugium quam domum juxta formam ipsius compositionis paratus est construere loco et tempore opportunis (…) ».

34 Roman, 1890, p. 309, d’après ADI, B 2953, f 393 v°, 16-18 avril 1421.

35 Sept coseigneurs sont mentionnés à Montorcier au xive siècle : Roman, 1887 (1993), p. 77 ; BMG, R 80, tome 4, f 287 r°[1445-1449] et ADI, B 3754, s.d. : « Item habebat bonam domum fortalicii juxta turrim de Monteorserio in qua turri dominus habet duas partes et dicti nobiles tertiam partem ».

36 À propos du château et de la frontière, voir Collectif, 1992, notamment J.-M. Pesez, « Châteaux et défense de la frontière », p. 335.

37 Vaillant, 1951, p. 461.

38 Valbonnais, 1722, tome 1, p. 303 et tome 2, p. 257, 1334 : sentence contre François de Bardonnèche dont le dauphin confisque les biens et le condamne au bannissement perpétuel ; Chevalier, 1913-1928, tome 5, n° 26911 et n° 26914, 20-21 juin 1334 : hommages liges rendus au dauphin Humbert par les habitants de Bellin jadis hommes de François de Bardonnèche, condamnés comme rebelles, d’après ADI, B 2962, ff 507-508 ; Vaillant, 1968, p. 316 et Lemonde, 2000, tome 1, p. 242-246.

39 ADI, 8 B 30, ff 72-84, 1336, d’après Rey, 1971, tome 1, p. 19 et tome 2, p. 78. À propos de l’acquisition des droits à Château-Dauphin depuis 1230 (Vaillant, 1968, p. 303 et Falque-vert, 1997, p. 384 et p. 440).

40 Séjour de Jean II en 1310 et d’Humbert II en 1334, d’après Tivollier, Isnel, 1938 (1977), tome 1, p. 53. Le 3 septembre 1363, cérémonie d’hommage des habitants de Château-Dauphin et de La Bâtie-du-Pont à Château-Queyras (Guérin, 1915-1916, p. 123 et REY, 1971, tome 2, p. 79, d’après ADI, B 2624, f 60).

41 D’après Demotz, 1987, p. 35. Le château de Suse est conforté par la bastide de Peladru à Gravère.

42 Demotz, 1987, p. 45 ; Bautier, 1990, p. 19 et Hildesheimer, 1990, p. 27.

43 Hildesheimer, 1990, p. 27 et ADI, B 3855, pièce 193 : recensement des hommages rendus par les marquis de Saluces aux comtes de Savoie entre 1330 et 1447.

44 ADI, 8 B 666, f 356 r°, compte de la châtellenie du Valcluson (24 juin 1393-24 juin 1394).

45 ADI, B 3709, 1383 et B 3707, 1420 : enquête au sujet de la querelle entre les habitants de Sampeyre et les sujets delphinaux de Château-Dauphin ; B 3710 et B 4496, 1422 : plans des terres contestées entre le marquisat de Saluces et Château-Dauphin ; B 3855, pièces 179, [2 juin-31 août 1422] et 180.

46 Alpes-de-Haute-Provence, cant. Le Lauzet-Ubaye. Une lance est constituée de 3 à 5 hommes. Laplane, 1843, tome 1, p. 183, d’après AC Sisteron, Livre Vert, f 88.

47 Pazmandy, 1998, p. 84. À titre de comparaison, les « dépenses pour faits de guerre en Dauphiné » s’élèvent seulement à 10 403 florins en novembre et décembre 1368 : ADI, 9 B 7, compte du trésorier Jean de Cérisy, 8 novembre-11 décembre 1368.

48 ADI, B 3010, f 774 v°, 12 avril 1508 : « Et inde dictis juramentis ut supra per me receptis, illico accessi ad dictum castrum Varcii, dictis probis mecum assistensibus, quod situm est in eminenti altiori et forti loco supra in summitate cujusdem rupis et supra iter quo itur de loco Guillestre et patria Ebredunesii ad Sanctum Paulum et terram novam in comitatu Nicie et non est nisi una leuca cum dymidia de illo loco Varcii usque ad dictam terram novam et Sanctum Paulum, juridictionis Sabaudie (...). Interrogati dicti probi si nunquam viderint aut fuerint fieri aliquas reparationes in dicto castro per dominum archiepiscopum Ebredunensi modernum aut suos predeccessores, dicunt quod non sed semper ipsum viderunt disruptum ».

49 Foulques d’Agout, sénéchal de Provence, prévoit des travaux à Barcelonnette dès 1376 (Denifle, 1900, p. 185).

50 Lieutaud, 1890, p. 444, d’après ADBdR, B 193, f 21 r°, 18 juillet 1408.

51 Les mandements de Sauze et de Bréziers, seigneuries de l’archevêque d’Embrun, sont également situés en Provence jusqu’en 1458 (Roman, 1902, p. 6 et Poindron, 1968, p. 218. Lieutaud, 1890, p. 242, d’après ADBdR, B 193, f 16 r°/v°, 15 juillet 1408 : « (…) pro faciendo reparari et refortifficari castra, loca et villas presentis vicecomitatis atque reduci victualia et dicta fortalicia muniri de arnesiis et aliis necessariis (…). Et in ipsis locis bonam custodiam diurnam et nocturnam ordinet et ordinari faciat et dicta fortalicia atque castra muniri tam de victualibus, arnesiis et aliis necessariis prout supra dicti domini comissarii eidem notifficaverunt ex parte dicti domini senescalli »).

52 Demotz, 1974 et Demotz, 1987, p. 35. À propos de la frontière, ligne de défense et symbole des confins d’une juridiction, voir Demotz, 1979, p. 108-112. Les comptes de construction de cette bastide sont publiés : Cattin, 1979 et 1982-1983, ainsi que son étude archéologique : Poisson, 1985 et 1986.

53 Arch. Vat., collectoria 380, voir Faure, 1907.

54 ADI, B 2707 (1383) et B 2709-2710 (Grésivaudan, 1392-1394), voir Fierro, 1971 et 1978.

55 ADI, B 2733-2739, voir Sibut, 1977-1978, p. 54 : Jarjayes (43 feux en 1429), La Roche-des-Arnauds (68 feux en 1431), Sigoyer (52 feux en 1430), Upaix (88 feux en 1431).

56 ADI, B 2705 (Grésivaudan, 1367) : Ancelle, Aubessagne, Chabottes, Chabottonnes, Champoléon, Charbillac, Corps, Les Costes, Les Infournas, La Motte-en-Champsaur, Romette, Saint-Bonnet-en-Champsaur, Saint-Eusèbe, Saint-Firmin, Saint-Léger et Saint-Michel-de-Chaillol.

57 ADI, B 3730, 1456, Réotier : liste des habitants morts depuis 10 ans, des émigrés et des excommuniés.

58 Au sujet des épidémies de peste, voir Biraben, 1975-1976, tome 1, p. 105, p. 378 et Contamine, Bompaire, Lebecq et Sarrazin, 1997, p. 331. Voir également les particularités de la démographie du Dauphiné, d’après Paravy, 1982, p. 5-23.

59 Paravy, 1993, p. 27, d’après ADI, B 3745, ff 17 v°-19 r°, enquête du 17 juin 1360.

60 ADI, 7 B 36, 12 ff, 24 juin 1374-15 novembre 1379. Coût des travaux : 1 080 florins et 9,5 gros.

61 ADI, 8 B 638, f 156 v°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 février 1362-5 septembre 1364).

62 Bresc, 1972, lettre n° 437, p. 635, v. 14 octobre 1369.

63 ADI, 8 B 642, f 2 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367) : « De taschiis Sancti Apolinaris non computat quia asseruit quod nichil recepit quia terre non cultivantur » ; 8 B 649, f 3 r° (24 juin 1371-24 juin 1372) ; 8 B 651, folio isolé (24 juin 1379-24 juin 1380) ; 8 B 653, f 152 r° (24 juin 1380-24 juin 1381) ; 8 B 655, f 83 v° (24 juin 1384-24 juin 1385) ; 8 B 657, f 7 v° (24 juin 1386-24 juin 1387) et 8 B 661, f 240 v° (24 juin 1389-24 juin 1390).

64 ADI, 8 B 664, f 190 v°, compte de la châtellenie de Réotier (24 juin 1391-24 juin 1392) : « Item recepit de annona taschiarum ut in computo precedenti quia non fuerunt venditis ad incantum propter passagium domini comitis Armagniaci ut asseruit suo juramento : XXXVI sestarii ».

65 ADI, 8 B 639, f 6 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) : « Item de firma montanearum de Buyschassio, Malcore, de Chausseris et de Lausa non computat quia non fuerunt animalia et nichil recepit » ; 8 B 661, f 243 r° (24 juin 1389-24 juin 1390).

66 ADI, 8 B 639, f 13 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) : « Item de montanea de Lausareto et passagio de Rossa non computat quia asseruit quod nichil recepit quia non fuerunt ibi animalia » ; 8 B 642, f 5 v° ; 8 B 644, ff 62 v°-64 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (22 novembre 1365-11 février 1367) et compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368) : « De guidagio averis non computat quia asseruit quod animalia provincialium non fuerunt in montibus. De exitu montanee de Verduno non computat quia non fuerunt animalia extranea » ; 8 B 652, ff 31 r°-32 r°, comptes du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1380-15 mai 1381) : « De guidagio averis provincialium non computat quia nichil recepit eo quia non fuerunt animalia dicte anno. De montanea de Lausareto et passagio de Rossa non computat quia nichil recepit » et 8 B 664, f 208 v° (24 juin 1391-24 juin 1392).

67 ADI, 8 B 639, f 18 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (1364) ; 8 B 642, f 5 r° (22 novembre 1365-11 février 1367) : « De caseis cellagiorum montanearum de Orreis non computat quia non fuerunt animalia in montibus » ; 8 B 664, f 204 r° (24 juin 1391-24 juin 1392).

68 Laplane, 1843, tome 1, p. 73 et Denifle, 1900, p. 186.

69 Denifle, 1899, p. 395, n° 1 ; Labande, 1901, p. 84 ; Bourrilly, 1926, p. 161 et Hayez, 1978, p. 196-203. Au sujet des routiers en Provence et dans le Comtat, voir Butaud, 2001, tome 1, p. 15-371.

70 Denifle, 1899, p. 198, 1er août 1357.

71 Laplane, 1843, tome 1, p. 139-153. À propos d’Arnaud de Cervole, voir A. Chérest, L’Archiprêtre, épisodes de la guerre de Cent Ans au xive siècle, 1879 ; Denifle, 1899, p. 188-211 et butaud, 2001, tome 1, p. 27-30.

72 ADI, 8 B 634, f 20 r°/v°, compte du bailliage des Baronnies de Mévouillon et de Montauban (13 mai 1358-13 mars 1360) : 10 hommes avec un, deux ou trois chevaux, chargés de défendre les Baronnies du 22 février au 22 juin 1357 (360 florins) et ff 121 v°-123 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1358-24 juin 1359) : 3 clients, 1 guetteur et 1 portier (9 novembre 1357-28 juillet 1358) avec 1 client supplémentaire (29 juillet 1358-24 juin 1359) : 123 florins et 9 gros – sans compter le chien qui seconde ces hommes (6 florins, 4,5 gros) ! Laplane, 1843, tome 1, p. 126 ; p. 143 et Lemonde, 2000, tome 2, p. 599.

73 Laplane, 1899, p. 203 et Butaud, 2001, tome 1, p. 32. Lagnes et Cabrières-d’Avignon (Vaucluse, cant. L’Isle-sur-la-Sorgue).

74 Denifle, 1899, p. 208, 23 octobre 1358.

75 Contamine, 1975, p. 378.

76 Denifle, 1899, p. 398 ; Labande, 1901, p. 146-151 et Butaud, 2001, tome 1, p. 46.

77 Dès 1357, les « Tard-Venus » emmenés par Seguin de Badefol sillonnent la région lyonnaise où, renonçant à attaquer Lyon, ils se rabattent sur la ville d’Anse (Rhône) qui leur sert de repaire, en novembre 1364. En janvier 1365, le pape Urbain V accorde même des indulgences à tous ceux qui combattraient ces hommes mais c’est seulement en septembre 1365 que la ville est libérée, moyennant le paiement de 40 000 petits florins (Denifle, 1899, p. 424-428 ; Labande, 1901, p. 79 ; Feuillet, Guilhot, 1985, p. 14 et p. 68 ; Favier, 1996, p. 304).

78 À propos des routiers en Bourgogne, voir Jacquier, 1994, p. 31 et Rauzier, 1996, p. 8.

79 Butaud, 2001, tome 1, p. 39-44. Selon l’auteur, les routiers savaient que « le sénéchal de Beaucaire était [alors] à Pont-Saint-Esprit pour y recevoir le premier versement fait par les sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Nîmes pour la rançon du roi Jean. La prise de Pont-Saint-Esprit était donc l’occasion de faire main basse sur une somme considérable ».

80 Labande, 1901, p. 79-87.

81 Maignien, 1881, p. 38 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 17.

82 À propos du paiement des décimes par les bénéficiers et les rémissions accordées à certains d’entre eux dans les diocèses de Gap et d’Embrun, entre 1363 et 1390, voir Paravy, 1993, p. 39.

83 30 novembre 1363 (réunion à Avignon) et 23 janvier 1364 (adhésion du comte de Savoie), d’après Duhamel, 1880, p. 102-109.

84 Maignien, 1881, p. 47 ; Chevalier, Maignien, 1886, p. 52, n° 112 ; Denifle, 1899, p. 441 ; Dussert, 1915, p. 50 et Butaud, 2001, tome 1, p. 53.

85 Maignien, 1881, p. 40 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 20 : première entrevue le 29 avril 1362, à Montrigaud ; seconde entrevue le 13 mai 1362, à Saint-Genis.

86 Meizel, 1927, p. 111, 17 décembre 1361.

87 Denifle, 1899, p. 443, d’après Reg. Vat., n° 251, f 193 b : « Eos ad castrum Ciguerii… quod de feudo tuo fore dicitur fecerunt perduci » et Denifle, 1900, p. 170. Il s’agit du château de Sigoyer-Malpoil (Ciguerii, Alpes-de-Haute-Provence, cant. La Motte-du-Caire) concédé par le comte de Provence en 1271 – à ne pas confondre avec Sigoyer (Cigoerio, Hautes-Alpes, cant. Tallard), également situé dans le diocèse de Gap.

88 Rey, 1971, tome 2, p. 79, d’après Valbonnais, 1722, tome 1, p. 330 et tome 2, p. 480 ; ADI, B 3855, pièces 99 et 125, 31 octobre 1343, hommage pour les terres de Saluces, Verzuelo, Carde, Busca, Dragoniere, Valmaggiore, Rochebrune, Cairaso, Chateaugrand, Valgrana, Monterosso, Bernezzo, Cherasco, Vignolo, Melle, Boccio, Frassino, Sampeyre, Santfront, Paesana, Barge, Revello, Martiniana, Racconigi et Carmagnole. À propos de la mouvance du marquisat de Saluces : ADI, B 3855.

89 La Castellata désigne la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) d’après Allais, 1891.

90 Beaucroissant, Isère, cant. Rives. Le marquis de Saluces revend ce château à Pierre de Saint-Geoirs en 1367, pour 4 200 florins (Rivoire de la Bâtie, 1867-1969, p. 667 et p. 751 ; Guérin, 1915-1916, p. 126 ; ADI, B 3709 et B 3855, pièces 114 et 121).

91 Maignien, 1881, p. 45 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 45 (n° 94, 96 et 100).

92 Bourrilly, 1926, p. 73, 12 juin 1368 et p. 175, 1er août 1368. Au sujet des origines du conflit entre les Dauphinois et les Provençaux, voir Roman, 1889, p. 105 ; Denifle, 1899, p. 515 et Dussert, 1915, p. 69.

93 Le texte cité en référence est publié par chevalier, 1874, p. 181.

94 Cette « contribution de guerre » (Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13) ou « rançon » (Roman, 1889, p. 107), devait être payée par l’Embrunais, le Briançonnais et le Champsaur.

95 ADI, B 3007, f 310 r°, compte de Jean de Cérisy. Erreur dans Lacroix, 1879, p. 184 : 2000 florins. D’après Chevalier, 1874, p. 181 ; Roman, 1889, p. 111 ; Denifle, 1899, p. 524 et Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 14 : 200 000 florins.

96 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 403, p. 596, v. 7 décembre 1368 : « Propter quod irritat domini Provinciales congregaverunt vel ex se fecerunt quandam Societatem sancti Georgii et discurrentes per Dalphinatum per modum Societatis, tandem die dominica post festum sancte Crucis invaserunt villam de Caturicis et expugnatam personis et bonis omnibus spoliaverunt et quod portare non poterant nequiter concremaverunt cum domibus omnibus et ecclesiis et prioratu Sancti Victoris taliter quod villa illa non poterit reparari de centum annis. Rursus vero adunati potentius intraverunt profundius Dalphinatum, et in XX diebus discurrerunt et desolaverunt Dalphinatum plus quam per duas dietas in longum et quam per unam in latum, totumque comitatum Ebredunensem, exceptis fortalitiis, depredaverunt, quamplura igne cremantes etiam ante civitatem ».

97 Lettre au frère Mineur François Borrel, délégué de l’archevêque à Aix-en-Provence, Bresc, 1972, n° 389, p. 576, 3 septembre 1368.

98 Bresc, 1972, lettre n° 390, p. 579, 27 août 1368.

99 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368.

100 Lettre aux cardinaux Marc de Viterbe, Nicolas de Besse, Guillaume Sudre et Pierre Roger de Beaufort, Bresc, 1972, n° 407, p. 599, 7 décembre 1368 et Playoust, 1987, p. 97.

101 Pierre Bonnabel est juge majeur de l’Embrunais d’après Roman, 1887 (1993), p. 25, consul d’Embrun en 1366 (Roman, 1889, p. 108) et coseigneur de Châteauroux (Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13).

102 D’après Roman, 1889, p. 108 et Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13, il s’agit de Georges Athénulphe, seigneur de Prunières.

103 Roman, 1889, p. 108 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 13 et ADI, B 3007, ff 309 r°-317 r°, compte du trésorier Jean de Cérisy.

104 Bresc, 1972, lettre n° 447, p. 661, 21 novembre 1369 ; Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 14 et Chevalier, Maignien, 1886, p. 13.

105 Lettre à Jacques Artaud de Montauban, Bresc, 1972, n° 422, p. 615, 15 avril 1369.

106 Denifle, 1900, p. 180.

107 ADI, 8 B 633, f 54 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357) ; ADI, 8 B 633, f 51 r°, bailliage du Gapençais (24 juin 1356-24 juin 1357) ; ADI, 8 B 633, f 54 v°, châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357) ; ADI, 8 B 633, f 119 v°, châtellenies de Montalquier, Chassagne et Gap (24 juin 1356-24 juin 1357).

108 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 12 ; Denifle, 1897, acte n° 853, p. 401, 27 septembre 1419. En 1419, le prieuré Sainte-Croix de Châteauroux – ancienne abbaye unie à l’abbaye de Boscodon en 1293 – est ruiné. Malgré des pieuses donations, il ne peut être réparé avant le terme imposé par les donateurs.

109 C’est seulement en 1391 que le gouverneur Jacques de Montmaur accorde au précepteur du prieuré Saint-Sépulcre de Chorges, la sauvegarde delphinale moyennant le paiement d’une rente annuelle d’un demi florin, d’après Roman, 1923, p. 97, charte n° 278, 17 août 1391.

110 Octobre 1368, d’après Amat, Gattefossé, Dautier, 1974, p. 37 ; 1369, d’après Denifle, 1900, p. 181.

111 Denifle, 1897, acte n° 852, p. 400, 8 décembre 1427. En 1392, suite au passage des troupes du vicomte de Turenne vers la Lombardie, seuls quatre moines, l’abbé et le prieur demeurent à l’abbaye de Boscodon (Amat, Gattefossé, Dautier, 1974, p. 39).

112 Denifle, 1899, p. 525 et Denifle, 1900, p. 183. C’est au moins la quatrième bulle d’excommunication du pape Urbain V contre les compagnies, d’après Autrand, 1998, p. 325.

113 Bresc, 1972, lettres n° 389, p. 576, 3 septembre 1368 : « in reditu secum duxerunt totum avere hominum de Valice (sic : Salice) et pastores posuerunt ad redemptionem » ; n° 403, p. 595, v. 7 décembre 1368 : « Nam bona mobilia cum domibus et messibus pro magna parte combusta fuerunt, vindemie recolligi non potuerunt, animalia omnia rapta, infiniti homines captivati, mulieres vituperate (...) » et n° 410, p. 602, 8 décembre 1368.

114 Bresc, 1972, lettre n° 389, p. 576, 3 septembre 1368. Au sujet des effectifs de routiers, voir la situation dans les villes alsaciennes au xve siècle, d’après Rapp, 2000, p. 598. « Réunies, les Compagnies, vers 1367-1369, auraient pu fournir plus de 2 000 hommes d’armes (...) », d’après Contamine, 1975, p. 389. Enfin, dans le comtat Venaissin, 200 piétons sont repérés à Lacoste endécembre 1394. À propos du signalement précis de ces troupes par les espions et les messagers, voir Butaud, 2001, tome 1, p. 148 et tome 2, p. 507.

115 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4.

116 Pendant les États généraux de Compiègne, le 14 mai 1358, l’ordonnance de Charles V stipule que les baillis doivent visiter et ordonner la remise en état des châteaux, maisons fortes et forteresses du royaume et que toute construction dont la garnison serait insuffisante serait rasée. Ces obligations sont renouvelées par une ordonnance du 19 juillet 1367 (Durvin, 1978, p. 369 et Fournier, 1978, p. 230).

117 Laplane, 1843, tome 1, p. 162 et février 1964, p. 145.

118 Maignien, 1881, p. 36.

119 À ce sujet, voir Lemonde, 2000, tome 2, p. 434.

120 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 4, d’après ADI, B 3746. Les gages annuels du gouverneur Raoul de Louppy s’élèvent alors à 3 000 florins : ADI, 9 B 7, f 41 r°, 8 novembre-11 décembre 1368.

121 Lacroix, 1879, p. 182 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 9, d’après ADI, 9 B 6, f 75 r°, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368.

122 ADI, 9 B 6, f 75 r°, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368.

123 ADI, 9 B 6, compte du trésorier Adam Chanteprime, 26 avril 1367-9 novembre 1368 ; 9 B 7, compte du trésorier Jean de Cérisy, 8 novembre-11 décembre 1368. Les « deniers paiés pour fait de guerre » excluent les frais de messagerie, qui doivent donc être ajoutés.

124 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 403, p. 595, v. 7 décembre 1368 et mémoire autographe destiné au roi Charles V, Bresc, 1972, n° 447, p. 661, 21 novembre 1369.

125 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368.

126 Lettre au cardinal Gilles Aycelin de Montaigut, Bresc, 1972, n° 364, p. 545, 14 mai 1368.

127 Le personnel subalterne participant aux chevauchées du comte de Savoie regroupe également, en plus des clients et des arbalétriers, cette catégorie indéfinie des « hommes en armes », d’après Guilleré, Gaulin, 1992, p. 77.

128 Lacroix, 1879, p. 183, Maignien, 1881, p. 57 et Charpin-Feugerolles, 1881, p. 11-14. Le porte-enseigne est-il Jean Monier de Voiron, client présent du 25 février au 20 août 1371 à Exilles (Italie) ? ADI, 8 B 647, f 71 v°, compte de la châtellenie d’Exilles (26 avril 1370-20 août 1371).

129 Charpin-Feugerolles, 1881, p. 16-21 et Lemonde, 2000, tome 2, p. 606.

130 Denifle, 1899, p. 581, d’après Reg. Vat., n° 263, f 48 et p. 673 ; Micanel, 1947, p. 134 et Amargier, 1980, p. 167.

131 Guillaume, 1888a, p. XLI.

132 Les seigneurs de La Roche-des-Arnauds sont sous la suzeraineté directe des comtes de Valentinois, d’après Roman, 1890, p. 227 et p. 236 (litige à propos des droits de pâture en 1348).

133 En 1317, Arnaud VI Flotte fait abattre frauduleusement des arbres dans les forêts de Bertaud, d’après Guillaume, 1888a, p. XXXI et chartes n° 194 à n° 197. En 1394, Arnaud VIII Flotte est condamné à payer 300 florins pour avoir envahi Rabou, fief du chapitre de Gap (ROMAN, 1890, p. 285, récit des pillages à Rabou et à Chaudun, d’après ADHA, G 1725-1726).

134 Denifle, 1899, p. 524 ; Denifle, 1900, p. 182 et lettre au cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, Bresc, 1972, n° 376, p. 560, 18 juillet 1368.

135 Mémoire à Charles V, Bresc, 1972, n° 445, p. 653, article d, 21 novembre 1369.

136 Chevalier, 1897, tome 1, p. 394 et ADI, 8 B 660, f 296 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1388-24 juin 1389). Au sujet du passage de Raymond de Turenne, voir Laplane, 1843, tome 1, p. 190 ; Paravy, 1974, p. 214 et Butaud, 2001, tome 1, p. 120-146.

137 ADI, 8 B 664, f 135 v°, compte de la châtellenie de Serres (24 juin 1391-24 juin 1392). À propos des prieurés de Lagrand et de Ribiers, voir Denifle, 1897, acte n° 887, p. 420 ; Roman, 1892, p. 71 ; Paravy, 1993, p. 36-40 et Racinet, 1996, p. 93-97.

138 Les villageois d’Antonaves sont sous la protection delphinale depuis 1351, d’après Roman, 1887 (1993), p. 145 et ADI, 8 B 633, f 54 v°, comptes de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1356-24 juin 1357).

139 ADI, B 3138, 8e pièce, 10 ff, 6 février 1391 : « Commission donnée par le gouverneur du Dauphiné au bailli du Viennois et de la terre de la Tour, pour informer des violences et rapines commises par les gens d’armes du Pape, du comte d’Armagnac, du comte de Valentinois et du comte Raymond de Turenne dans les terres du Dauphiné ».

140 ADI, 8 B 664, f 212 r°, compte du bailliage de l’Embrunais (24 juin 1391-24 juin 1392) : « (...) metu gentium armigerarum domini comitis Armagnaci quos duxit in partibus Lumbardie et gentium domini Raymundi de Thorana et domini de Perchico et domini Guillelmi de Leyra (...) ». Voir Laplane, 1843, tome 1, p. 192 ; Chevalier, 1897, tome 1, p. 397 ; Paravy, 1974, p. 214 ; Contamine, 1975, p. 367 et butaud, 2001, tome 1, p. 134 ; p. 166-170.

141 ADI, 8 B 671, f 244 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1397-24 juin 1398) : « (...) custodes in custodia fortalicii de Upasio tenuit ut supra (en marge : propter gentes armorum quo tunc existebant in vicecomitatu Talardi) a die tertia mensis augusti anni currentis domini millesimo IIIc nonagesimo septimo usque diem tertiam mensis aprilis successive (...) ». Selon les sources, les hommes du comte d’Armagnac sont mentionnés dans les environs de Tallard et des Mées (Alpes-de-Haute-Provence, ch.-l. cant.) avant le 8 octobre 1392, puis de nouveau à Tallard, en 1395, d’après Butaud, 2001, tome 1, p. 73.

142 Vers 1391, Chevalier, 1874, p. 214, d’après Guy Allard, BMG, Documents manuscrits, tome XV, ff 12-13 : « Ce sont les lieux que tient ledit conte [de Valentinois] en fié de monsieur le daulphin : (...) le chastel de la Roche Arnault en Gapencois (...) ». Voir Roman, 1890, p. 276 et Estienne, 1999, p. 161

143 Clausonne, commune du Saix, cant. Veynes. Denifle, 1897, acte n° 885, p. 420, 6 mars 1451.

144 Saint-Symphorien de Vilhosc, Alpes-de-Haute-Provence, dépendance de la prévôté de Chardavon. Denifle, 1897, acte n° 889, p. 422, 23 mars 1419 : « propter guerrarum clades et mortalitates, quae a 30 annis citra acriter in provincia Provinciae et partibus adjacentibus viguerunt, fructus quasi ad nihilum sunt redacti (sic) ».

145 Butaud, 2001, tome 1, p. 146, d’après LAPLANE, 1843, tome 1, p. 222.

146 Chevalier, 1871, p. 23, 9 décembre 1374.

147 Roman, 1890, p. 259.

148 Roman, 1890, p. 266. Rappelons qu’en 1372, Charles V demandait au trésorier du Dauphiné : « que les réparations et fortifications neccessaires en noz chasteaux, maisons et autres édifices estans en notre dit Dauphiné, vous faites fere sanz delay et difficulté… selont l’ordenance de notre ame et feal conseiller le gouverneur de notre dit Dauphiné » (ADI, B 3121, pièce, 6 juin 1372).

149 ADI, B 3, 20 juin 1376.

150 En 1357, Enguerrand d’Eudin, alors sénéchal de Beaucaire, avait repoussé les bandes d’Arnaud de Cervole (Mourier, Viallet, 1991, p. 16).

151 Les 4 chevaliers sont comptabilisés avec les 401 lanciers et les 203 arbalétriers, soit 604 hommes d’armes.

152 ADI, B 3256, pièce parchemin, article 12.

153 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, visite du château d’Exilles (Italie).

154 Vaillant, 1951, p. 232.

155 ADI, B 3257, pièce papier

156 ADI, B 3258, pièce, 19 octobre 1392.

157 ADI, B 3258, pièce, 30 octobre 1392.

158 Le Statut delphinal, concédé en mars 1349 à Romans, supprime les droits de péage, de gabelle et de pontonnage ainsi que les tailles (Valbonnais, 1722, tome 2, p. 586-592 et Dussert, 1915, p. 24).

159 159 Chevalier, 1874, p. 215-219, « Memorialia tradita dominis refformatoribus super statu patrie Dalphinatus », 10 janvier 1392, chapitre 1.

160 160 ADI, B 3259, pièces papier, 3 septembre et 11 décembre 1405.

161 Denifle, 1899, p. 376.

162 Contamine, 1975, p. 367. À propos des compagnies de routiers, voir Contamine, 1972, p. 84 ; Mollat du Jourdin, 1992, p. 113 ; Caron, 1994, p. 115-118 et Favier, 1996, p. 301.

163 Ce nom apparaît en 1357 dans la correspondance du pape Innocent VI, d’après Butaud, 2001, tome 1, p. 37. 164 ADI, B 3259, pièce, 3 septembre 1405 : « gentes armigere diversarum nationum… gens d’armes… gens de compaigne ».

164 ADI, B 3259, pièce, 3 septembre 1405 : « gentes armigere diversarum nationum… gens d’armes…gens de compaigne ».

165 ADI, B 3258, pièce, 30 octobre 1392. En Dauphiné, ce terme désigne habituellement une escorte.

166 Denifle, 1899, p. 377, n. 1, d’après Reg. Vat. Urban V, n° 248, f 177 : « Dudum cum in regno Francie fuisset pax reformata, et multe gentes armigere, appellate comitive, de diversis nationibus in multis agminibus congregate in eodem regno multis temporibus hostiliter remansissent, ac dampna et mala commisissent innumera » et Favier, 1996, p. 303.

167 ADI, 8 B 668, f 367 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1395-24 juin 1396) : « (...) propter pericula gentium armorum discurrentium per patriam propter guerras vigentis in patriis circumvicinis (...) ».

168 Denifle, 1899, p. 407 ; Finó, 1977, p. 270 ; Favier, 1996, p. 305 et Lemonde, 2000, tome 2, p. 602. Voir les récits de cette bataille d’après Froissart, Mathieu Villani et le Thalamus parvus, dans Chérest, 1879, p. 156-185.

169 Les Tuchins rassemblent des pauvres, des laboureurs ou bien encore des criminels : ils n’apparaissent pas avant 1382 dans le Midi (Denifle, 1899, p. 378 et p. 419) et menacent Chambéry en 1387 (Brondy, 1976, p. 74).

170 Laplane, 1843, tome 1, p. 156. Le nom de « Tard-Venus » est employé uniquement dans la région lyonnaise d’après les Chroniques de Froissart (Denifle, 1899, p. 379). À propos du vocabulaire utilisé pour désigner les routiers, voir Contamine, 1975, p. 370.

171 Denifle, 1899, p. 209, n. 1, d’après Arch. Vat., Instrum. miscell. an. 1358.

172 Labande, 1901, p. 92, d’après ADV, C 128, f 38 r°.

173 ADI, 8 B 634, f 158 r°, compte de la châtellenie de Réotier, 24 juin 1356-10 septembre 1359 : « (...) tempore quo vascones erant in provincia ».

174 ADI, 8 B 638, f 66 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (18 septembre 1360-9 mai 1364) : « (...) tempore quo multi Anglici transibant per partes illas cum marquione Montis Ferrati et multe alie societates Anglicorum dicebantur appropinquasse terras illas (...) ». Pierre de Mévouillon et Didier de Sassenage sont capitaines à Serres d’après ADI, 8 B 634, f 8 r°, compte du bailliage du Gapençais (29 mars 1359-20 mai 1360).

175 Laplane, 1843, tome 1, p. 512.

176 Thomé de Maisonneuve, 1938-1939, p. 11 et Bresc, 1972, lettre n° 401, p. 593, décembre 1368.

177 Manteyer, 1944, p. 744, d’après ADI, 8 B 380, f 168 r°, compte de la châtellenie de Moirans (24 juin 1368-24 juin 1369).

178 AC Briançon, CC 3, f 7 r°, 1368-1369.

179 ADHA, Ms 651, notes de P. Guillaume, 1371.

180 Lettre à Bernard de Saint-Étienne, Bresc, 1972, n° 373, p. 556, 18 juillet 1368 : « societatibus, britones » et lettre au cardinal Gui de Boulogne, n° 374, p. 558, 18 juillet 1368 : « provinciales, britones ».

181 Lettre aux consuls de Barcelonnette et de Saint-Paul-sur-Ubaye, Bresc, 1972, n° 387, p. 574, 29 août 1368.

182 Lettres au frère Mineur François Borrel, d’après Bresc, 1972, n° 389, p. 576, 3 septembre 1368 : « (...) illi de Valerna erant potentiores quia erant in universo circa XXV equites et ducenti pedites (...) Sed valde gaudendum est quia illi de Barciloneta et de Sedena non fuerunt conscii nec culpabiles in premissis » ; lettres aux consuls de Barcelonnette et de Seyne, Bresc, 1972, n° 392, 4 septembre 1368 et n° 393, 8 septembre 1368.

183 Bresc, 1972, n° 383, p. 567, août 1368.

184 Bresc, 1972, n° 394, p. 583, 9 septembre 1368.

185 Lettre au pape Urbain V, Bresc, 1972, n° 401, p. 592, décembre 1368 : « societas nobilium Provincialium que dicitur Sancti Georgii » ; lettre au même, n° 403, p. 595, v. 7 décembre 1368 : « invasores Provincie, Britones, societatem sancti Georgii » ; lettre au cardinal Androin de la Roche, n° 411, p. 604, 8 décembre 1368 : « domini provinciales » ; lettre à Amédée de la Motte, n° 420, p. 613, 8 avril 1369 « Societas Provincialium et Anglicorum » et lettre à Jacques Artaud de Montauban, n° 422, p. 615, 15 avril 1369 : « gentes Societatis ».

186 Lettre de Raoul de Louppy à l’archevêque d’Embrun, Bresc, 1972, n° 382, p. 567, 8 août 1368.

187 ADI, 8 B 644, f 41 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1367-24 juin 1369).

188 ADI, 8 B 644, f 67 v°, compte de la châtellenie d’Embrun (11 février 1367-8 décembre 1368).

189 ADI, 8 B 647, f 89 v°, compte du bailliage de l’Embrunais (8 août 1369-24 juin 1370), f 91 r°/v°, f 105 v°, compte de la châtellenie de Réotier (17 juillet 1370-24 juin 1371) : « tempore quo erant societates in Lumbardia et Pedibus montium » et f 112 r°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1370-24 juin 1371) : « inimicorum tam de Provincia quam dispenserii et aliarum societatum que sunt in Lumbardia ». Les dispensarii désignent les bandes armées (d’après Dussert, 1915, p. 72).

190 ADI, B 3007, f 316 v°, compte du trésorier Jean de Cérisy, septembre 1369 : « Item eodem die fuit captus Petrus Botini de Sancto Andrea predicto per quodam vocatum Petrus Got de Aquis ».

191 Han, 1977, p. 132, d’après AC Briançon, EE 14, lettre du gouverneur Charles de Bouville, 28 avril 1376.

192 ADI, 8 B 652, f 8 r°, compte de la baronnie de Mévouillon et de Montauban (24 juin 1379-24 juin 1380) et 8 B 653, f 30 r°, compte de la châtellenie de Château-Dauphin (24 juin 1380-24 juin 1381).

193 Chevalier, 1874, p. 206, 15 février 1388.

194 ADI, 8 B 662, f 301 r°, 28 juin 1390, Exilles (Italie) : « (...) quia gentes armorum in partibus regni prope flumen Rodani existentes ad partes imperii transibant (...) ».

195 ADI, 8 B 662, f 171 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1390-24 juin 1391) : « (...) metu armigerorum comitis Armagnacii existentes et discurrentibus circumquaque ».

196 AC Embrun, 1 FF 82, f 12 v°, lettre du gouverneur Jacques de Montmaur, 16 octobre 1398 et ADI, 8 B 668, f 367 v°, compte de la châtellenie d’Upaix (24 juin 1395-24 juin 1396) : « Item computat quod de mense septembris in anno de quo computat Guillelmus Gassie, Johannis le Franceis et Hugominis de Marmignac capitanei gentium armorum vulgariter appellatorum Armeigniacorum venientes de Pedemontium intraverunt Dalphinatum (...) ». À propos de l’origine et de la carrière de ces trois capitaines, voir Butaud, 2001, tome 1, p. 172-183.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le Dauphiné et le Haut-Dauphiné au xive siècle. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Figure 2. Les diocèses de Gap, d’Embrun et de Turin (partiel). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 3. La mise en défense de la nouvelle frontière avec la Savoie en Haute-Provence (1385-1408). © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Tableau 1. Évolution démographique dans les localités du Haut-Dauphiné (1339-1383).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Tableau 2. Bilan des pillages, avril 1367-août 1369.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Figure 4. Géographie féodale de l’Embrunais. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Figure 5. Carte du passage des routiers provençaux, avril 1367-août 1369. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Tableau 3. Les catégories de combattants du 2 mars 1368 au 8 février 1369.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Figure 6. Carte du passage des routiers, 1357-1398. © N. Nicolas.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Tableau 4. Contribution des barons et des bannerets en lanciers et arbalétriers, définie lors de l’assemblée des États de Vienne, 5 mars 1388.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1676/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par