Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Introduction

Texte intégral

  • 1 Mise à jour des sources écrites de la guerre de Cent Ans par Favier, 1996, p. 615-627 et C. Gaier, (...)
  • 2 Au terme de son étude sur Les hommes et la montagne en Dauphiné, H. Falque-Vert identifie les crit (...)
  • 3 D’après Giordanengo, 1969, p. 57.
  • 4 Chomel, 1999b, p. 82-84 et Lemonde, 2000, tome 1, p. 232. Voir aussi L. Ripart, Les fondements idé (...)

1Observer le phénomène guerrier dans une région excentrée qui subit les conséquences de conflits entrecoupés de trêves au cours de la seconde moitié du xive siècle : tel est l’objectif du présent travail1. Cette région, laissant à l’ouest les Préalpes, comprend le reste du Haut-Dauphiné autour des villes de Briançon, d’Embrun et de Gap2. Tout au long des pages qui suivent, les termes d’insécurité et de guerre seront employés parfois l’un pour l’autre, même si la guerre privée – par exemple celle que provoque Galéas de Saluces dans la châtellenie de Château-Dauphin (Italie) en 1362 – n’a rien de commun avec les pillages des routiers, principalement dans la vallée de la Durance. À ce sujet, remarquons d’emblée que l’article 44 du Statut delphinal de 1349 reconnaît aux nobles le droit de faire la guerre privée, considéré comme étant une « bonne coutume »3 – ce qui constitue une différence fondamentale avec la Savoie voisine où les comtes ont toujours cherché à s’interposer en cas de guerre naissante entre les nobles4. La confusion entre guerre et insécurité est un fait historique causé par la guerre elle-même qui, présente aux portes du Dauphiné, a peu à peu engendré un climat d’insécurité dans toute la région.

  • 5 D’après P. Contamine, « les Compagnies trouvèrent leur origine dans la trêve de Brétigny et [que], (...)
  • 6 Denifle, 1899, p. 444, bulle du 25 mai 1363, d’après Reg. Aven. Urban V, n° 245, f 168 ; Caron, 19 (...)
  • 7 D’après Denifle, 1899, p. 181.
  • 8 ADI, 9 B 8, f 16 r°, compte du trésorier Bernard de Montlhéry (3 février 1369-24 juin 1370).
  • 9 Denifle, 1897, acte n° 852, p. 400. Au sujet de l’obstacle de la montagne, voir l’exemple du Canta (...)

2En effet, les routiers, capitaines et simples soldats, licenciés pendant les trêves, se liguèrent pour piller les provinces françaises, à la recherche de vivres et d’argent5. Leur expérience de la guerre ne trompa pas Urbain V qui, en mai 1363, demanda maladroitement aux capitaines des compagnies de l’aider dans sa croisade en Terre-Sainte6. À partir de 1368, les routiers traversent le Dauphiné : le plus souvent présents en Piémont ou en Provence, ils passent à plusieurs reprises par la vallée de la Durance et ce, jusqu’à la fin du xive siècle. J’étudierai particulièrement le cas des Provençaux qui écument la vallée de la Durance où ils sont signalés des Baronnies au Briançonnais et du Gapençais au Champsaur, à partir de juillet 1368. Au cours de cette période, l’archevêque d’Embrun Pierre Ameilh rencontre de nombreuses difficultés pour organiser la défense de ses sujets qui, peu préparés à la guerre, fuient dans les montagnes, dans les bois et parfois même dans des souterrains7. Plus au nord, les Provençaux n’atteignent pas le Briançonnais à l’exception des châtellenies d’Exilles et d’Oulx (Italie) où sont mentionnés les « gaiges de certaine quantité de gens d’armes et de pié qu’il [châtelain] avoit tenuz avec lui à la garde des diz chasteaux pour occasion de la guerre des prouvençaux »8. Ces routiers ont-ils été repoussés efficacement et arrêtés au passage du Pertuis Rostan que les syndics de Briançon font garder à partir du 7 octobre 1368, soit quelques jours avant le siège d’Embrun ? Ont-ils plus simplement abandonné l’idée d’attaquer des villages dans cette région sans doute moins riche que la basse vallée de la Durance ? Ces hommes écument la plaine et s’aventurent donc rarement dans les hautes vallées comme celles des Orres, de Crévoux et de Réallon : seule l’abbaye de Boscodon, pourtant « située entre les montagnes et les rochers »9, ou l’abbaye de Bertaud, auraient subi des attaques. N’oublions pas que le passage des routiers est uniquement attesté par les récits épistolaires de l’archevêque d’Embrun ou les réactions des officiers delphinaux qui ignorent le plus souvent l’identité et jusqu’au nombre des attaquants.

3Durant la seconde période, entre 1372 et 1392, les bandes armées ne viennent pas du Midi comme en 1368 mais de la Lombardie et du Piémont : la menace est alors plus sensible dans les massifs du Briançonnais. Pourtant, contrairement à ce qui se passe en 1368 et 1369, la localisation des pillages est plus incertaine. Devant une meilleure structuration de la défense (garde des cols, par exemple), la guerre change également de visage : alors que les Provençaux pillent et incendient les fonds de vallées, à partir de 1372 les bandes armées s’organisent autour d’un chef et, dès lors, occupent le terrain en rançonnant les villages (occupation du castrum de Lazer en 1391, par exemple). Cette guerre lente use la population chez qui une peur chronique s’installe pour longtemps.

  • 10 Dans son étude sur le financement de la guerre en Savoie sous le règne d’Amédée V (1285-1323), C. (...)
  • 11 G. Butaud, Guerre et vie publique en comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), thèse d’ (...)
  • 12 D’après Guilleré, 1998, p. 64. Voir également Y. Illes, Les incidences de la guerre entre la Savoi (...)

4Quelles sont les conséquences de ces conflits protéiformes en Haut-Dauphiné ? Les désordres économiques (crise agricole, baisse des redevances en nature, des cens et des péages) l’emportent-ils sur la création de nouvelles richesses (fabricationd’armes et artisanat du bâtiment) ? À ce sujet, Pierre Charbonnier attribue à l’organisation de la défense du château des conséquences financières positives avec la perception de redevances seigneuriales, d’abord en nature puis en argent, comme le service de guet nocturne ou le cens payé sur les loges installées dans la basse-cour du château10. Récemment, Germain Butaud a analysé l’enchaînement des raids de routiers dans le comtat Venaissin – avec leur cortège de pillages et de demandes de rançons – et la réponse parfois démesurée des autorités dans la mobilisation des soldats. Les innombrables rumeurs qui entourent ces événements, sont suivies de la grande inspection des fortifications de la Provence – et de leur mise en défense – en juillet 140811. Notons enfin qu’en Savoie, 92 % des dépenses de la châtellenie de Montmélian sont absorbées par les frais de la guerre menée contre le dauphin en 1286-128712. En Haut-Dauphiné, les conséquences se mesurent également en termes de dépenses comme le montrent les difficultés économiques rencontrées dans le diocèse d’Embrun. Ces dépenses sont également engendrées par les levées de chevauchées, l’organisation du service de garde et les travaux mis en œuvre dans les châteaux delphinaux et dans les villes.

  • 13 L’étude de l’armée delphinale a suscité peu de travaux universitaires récents. Voir J. Beling, Gue (...)
  • 14 À ce sujet, voir Belmont, 1993, p. 435.
  • 15 À propos de l’exploitation des comptes de châtellenies en Savoie, voir bruchet, 1901 et 1908 ; Les (...)
  • 16 Guerres et fortifications en Provence, Actes des 4e journées d’histoire de l’espace provençal, Mou (...)

5Bon nombre de questions trouveront leurs réponses dans les sources écrites, essentiellement les comptes de châtellenies qui font état de la présence des routiers, de la levée des chevauchées, du renforcement des garnisons et de l’achat d’armes : dans la première partie consacrée aux « faits de guerre en Haut-Dauphiné », c’est l’élément humain qui prédominera13. Viendra ensuite le temps d’étudier le rôle des fortifications de la région et l’importance des réparations que les hommes y engagent : les aménagements défensifs l’emportent-ils sur les dépenses d’entretien courant ? et sur les aménagements de confort ? Ce sera l’objet de la seconde partie intitulée « les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné ». Finalement, il faudra répondre à ce paradoxe : pourquoi les prix-faits passés entre 1390 et 1430 sont-ils si abondants alors que la période est rendue instable par la guerre, les épidémies et les disettes14 ? L’analyse détaillée des comptes de châtellenies et des prix-faits nourrira l’étude technique de ces constructions tout en éclairant la condition sociale des artisans du bâtiment15. La question récurrente du rôle de laguerre dans les villages et les villes au bas Moyen Âge, objet de ce travail en Haut-Dauphiné, est également au coeur des préoccupations de deux publications récentes, l’une consacrée à la Provence et l’autre au nord du royaume : ces recherches s’enrichiront l’une l’autre16.

Notes

1 Mise à jour des sources écrites de la guerre de Cent Ans par Favier, 1996, p. 615-627 et C. Gaier, « Bibliographie. De quelques tendances actuelles de l’historiographie militaire médiévale », Le Moyen Âge, 1998, tome 104, fascicule n° 2, p. 291-303.

2 Au terme de son étude sur Les hommes et la montagne en Dauphiné, H. Falque-Vert identifie les critères communs du Haut-Dauphiné : la prééminence de la petite exploitation paysanne, l’importance de l’activité pastorale, de la transhumance et donc la grande mobilité des hommes ; enfin, la pauvreté de la noblesse (Falque-Vert, 1997, p. 439). En 1698, l’intendant Bouchu inclut dans le Haut-Dauphiné la Mateysine, le Champsaur, l’Oisans, le Diois, le Gapençais, l’Embrunais et le Briançonnais (BMG, U 908).

3 D’après Giordanengo, 1969, p. 57.

4 Chomel, 1999b, p. 82-84 et Lemonde, 2000, tome 1, p. 232. Voir aussi L. Ripart, Les fondements idéologiques du pouvoir des premiers comtes de Savoie (de la fin du xe siècle au début du xiiie siècle), thèse de doctorat, Nice, 1999 et Demotz, 2000, p. 200.

5 D’après P. Contamine, « les Compagnies trouvèrent leur origine dans la trêve de Brétigny et [que], par la suite, chaque interruption des hostilités provoqua leur réapparition ou la recrudescence de leurs activités » (Contamine, 1975, p. 374).s

6 Denifle, 1899, p. 444, bulle du 25 mai 1363, d’après Reg. Aven. Urban V, n° 245, f 168 ; Caron, 1994, p. 116. À propos de la réaction du pape Urbain V, voir Contamine, 1975, p. 382 et Butaud, 2001, tome 1, p. 52.

7 D’après Denifle, 1899, p. 181.

8 ADI, 9 B 8, f 16 r°, compte du trésorier Bernard de Montlhéry (3 février 1369-24 juin 1370).

9 Denifle, 1897, acte n° 852, p. 400. Au sujet de l’obstacle de la montagne, voir l’exemple du Cantal où « le relief [a gêné] toute action contre quelques hommes déterminés et armés, enfermés dans les forteresses de cette zone » (Teyssot, 1996, p. 53). D’une manière plus générale, voir Roulet, 1988.

10 Dans son étude sur le financement de la guerre en Savoie sous le règne d’Amédée V (1285-1323), C. Guilleré évoque les conséquences « positives » de la guerre sur l’économie locale (Guilleré, 1998, p. 79). À ce sujet, voir aussi Schnerb, 1993, p. 71 et Charbonnier, 1995, p. 104.

11 G. Butaud, Guerre et vie publique en comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), thèse d’histoire médiévale, Université de Nice, dir. M. Zerner, 2001. Les visites des châteaux de Provence ont été partiellement publiées (Lieutaud, 1890). En Bourgogne, J. Rauzier a traité la question de la guerre comme une partie intégrante des finances dans le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384). Au sujet des finances de guerre, voir Ménabréa, 1850 ; Blondel, 1935 et Blondel, 1956 ; Jacquier, 1994 ; Carrier, Couteaux et Fol, 1998 ; Rauzier, 1996.

12 D’après Guilleré, 1998, p. 64. Voir également Y. Illes, Les incidences de la guerre entre la Savoie et le Dauphiné sur l’économie d’une châtellenie, Université-Lyon II, 1992 (d’après Guilleré, Gaulin, 1992, p. 56).

13 L’étude de l’armée delphinale a suscité peu de travaux universitaires récents. Voir J. Beling, Guerre et gens de guerre en Dauphiné, xive siècle-xve siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, dir. P. Paravy, Grenoble II, 2000, 158 p. Voir aussi Soldats et armées en Savoie, Actes du 28e Congrès des sociétés savantes de Savoie (Saint-Jean-de-Maurienne, 1980), Montmélian, 1981, 279 p.

14 À ce sujet, voir Belmont, 1993, p. 435.

15 À propos de l’exploitation des comptes de châtellenies en Savoie, voir bruchet, 1901 et 1908 ; Lescuyer-Mondésert, 1978 ; Cattin, 1990, Cattin, 1992, Cattin 1993 et Cattin, 1995 ; Guilleré, Gaulin, 1992.

16 Guerres et fortifications en Provence, Actes des 4e journées d’histoire de l’espace provençal, Mouans-Sartoux (21-22 mars 1987), Mouans-Sartoux, 1995, 229 p. ; A. Salamagne et R. Le Jan (dir.), Le château médiéval et la guerre dans l’Europe du Nord-Ouest. Mutations et adaptations, Actes du colloque de Valenciennes (juin 1995), extrait de Revue du Nord, Collection Art et Archéologie n° 5, 1998, 182 p. Par ailleurs, les fortifications du Languedoc pendant la guerre de Cent Ans font actuellement l’objet de travaux universitaires (Loppe, 2001).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site