Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe siècle

 | 
Marie-Pierre Estienne

Avant-propos

Texte intégral

1« Les Baronnies, un fragment de paradis », ouvrage publié en 1985 par P. Ollivier-Elliot, invitait le promeneur à parcourir cette région de moyennes montagnes tapies au nord du célèbre mont Ventoux ; cette fresque poétique de cette région des Préalpes attira mon attention sur l’appellation de Baronnies et sur la géographie politique d’une entité territoriale puisant ses racines au Moyen Age.

  • 1 L’histoire politique et sociale de la lignée des Mévouillon largement développée dans le mémoire d (...)

2L’analyse de l’enchâtellement en Baronnies, s’inscrit ici dans une réflexion à échelle nationale et européenne (dans les pays du pourtour nord-méditerranéen) menée depuis bientôt trente ans ; une recherche, qui au gré des rencontres (Flaran 1, 1979, table ronde de la Maison de l’Orient, 1983), des confrontations et de la multiplication des études de cas régionaux, évoluèrent très rapidement vers l’acceptation d’une interrelation entre le château et le terroir ; elle excluait l’analyse du château pour lui-même, reléguant l’étude des formes monumentales et de l’histoire des seigneuries à l’arrière plan1. Manifestation de l’implantation du système féodal au profit d’une aristocratie laïque (Bloch 1939), le château devient également l’acteur de la structuration des terroirs, participant à l’histoire sociale et économique.

  • 2 Fouilles programmées aux prieurés de Saint-André de Rosans (J. Ulysse, Y. Esquieu, 1983-1994), de (...)
  • 3 Rapport de fouilles rédigé par I. Ganet, (Service Régional PACA, 1989, 1990, 1991).

3Si dans les Baronnies, les zones funéraires (Colardelle 1983) et les édifices religieux se sont prêtés à des analyses archéologiques approfondies2, seule une fouille de sauvetage menée à la fin des années quatre-vingt, aux marges orientales des Baronnies, sur le site castral de Lazer (La Platrière, Hautes-Alpes), a permis d’appréhender une partie d’un bourg castral relevant de l’autorité de l’évêque de Gap3. Cette dynamique de recherche sur « l’archéologie des villages désertés » continuait en quelque sorte les expériences tentées dans les Baronnies, dans les années 60-70, à Condorcet par J.-M. Pesez et J. Chapelot (EHSS), et les fouilles archéologiques menées à Rougiers (Var) sous la direction de G. Démians d’Archimbaud mon directeur de thèse à laquelle je dois l’ouverture de mon sujet, sur une dynamique plus large que la simple étude généalogique et architecturale préalablement envisagée.

4Tout au plus Les Baronnies bénéficiaient jusque-là, de recherches sur le plan géographique, effectuées notamment par l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble (Blanchard 1945), sans doute engendrées par le profil très particulier et caractéristique de ce relief préalpins.

  • 4 Estienne Marie-Pierre, Les Baronnies au Moyen Age, femmes, hommes, châteaux, églises, villages, Ma (...)

5Au cours de ma recherche, certaines données (résumée de l’histoire de la lignée et quelques unes des 130 monographies), ont pu être éditées dans le cadre de publications régionales ou départementales sous la direction de Guy Barruol, directeur de recherche au CNRS, ou en collaboration avec les archives départementales des Hautes-Alpes4. Ces ouvrages, outils de sensibilisation locale au patrimoine, sont également une manière de rendre hommage aux habitants de cette région qui m’ont si souvent aidée dans mes prospections.

6Cette étude n’aurait été possible sans le concours des propriétaires privés des châteaux et de la collaboration étroite de membres du service d’archéologie départemental du Vaucluse (topographie, identification de matériel) ainsi que du Service de l’Inventaire du Patrimoine (région Provence-Alpes-Côte-d’Azur), et des Service Régionaux de l’Archéologie respectifs des deux régions concernées (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes).

7Mon rattachement dans les années 90 au groupe de recherche GDR H 17 animé par J.-M. Poisson (Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales) m’offrit l’opportunité de présenter la tour de Verclause dans le cadre d’un colloque intitulé « Le bois dans le château de pierre » tenu à Lons-le-Saunier en octobre 1997. Par leur intermédiaire, le conseil général de la Drôme a financé une étude dendrochronologique sur le site de Verclause.

8Enfin, ma gratitude s’adresse tout particulièrement à mon ou plutôt mes directeurs de thèse tout particulièrement sensibilisés à la question du castrum et de l’enchâtellement : Mlle Gabrielle Démians d’Archimbaud, professeur émérite e t M. Michel Fixot, professeur à l’université de Provence (Laboratoire d’Archéologie Médiévale).

9Ne disposant que de quelques études historiques et de très rares travaux archéologiques concernant cette région, j’ai dû recourir à la consultation directe de nombreuses sources, pour la plupart non publiées, afin d’acquérir un certain recul par rapport à d’anciens articles de revues locales. Le recours aux sources et fonds d’archives permettait non seulement de pallier l’insuffisance des publications de seconde-main, mais offrait aussi la possibilité d’avoir un regard neuf et critique sur la question. La situation géographique et l’histoire de cette zone comprise entre Dauphiné et Provence, entre le massif des Alpes et la vallée rhodanienne, explique la dispersion des archives dans six centres départementaux et quatre bibliothèques municipales. Pour le xiie siècle, 176 actes de la série B consultés aux Archives Départementale s de l’Isère (Grenoble), ont été retenus et 89 actes aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (Marseille). Il s’agit principalement d’hommages, de serments de fidélité, de testaments et de dénombrements. Parallèlement, la consultation des archives de la Communauté (série E), conservées aux Archives Départementales de la Drôme (Valence), a permis de préciser les relations entre les habitants des castra et les seigneurs. Par ailleurs, l’étude de comptes de châtellenies et de livres de réparation conservés aux Archives Départementales de l’Isère, a complété l’analyse du bâti. Cette documentation des xive et xve siècles apporte un éclairage sur les éléments architectoniques, sur la nature et la provenance des matériaux.

10Conjointement à la consultation des sources, de nombreuses prospections archéologiques thématiques sur le terrain, l’étude de la microtoponymie proposée par la cartographie xixe siècle, ou par des terriers, la constitution de relevés et quelques interventions de sondages archéologiques, permettent d’appréhender la structuration et l’occupation de ce territoire malgré un relief escarpé et une végétation dense de maquis.

A Françoise, Elena et Philippe…

Doc. 1 : Carte de situation géographique des Baronnies

Doc. 1 : Carte de situation géographique des Baronnies

Doc. 2 : Carte géographique des Baronnies

Doc. 2 : Carte géographique des Baronnies

Notes

1 L’histoire politique et sociale de la lignée des Mévouillon largement développée dans le mémoire de thèse n’a pas été retenue dans cette publication pour des raisons techniques (Estienne 1997, 1999).

2 Fouilles programmées aux prieurés de Saint-André de Rosans (J. Ulysse, Y. Esquieu, 1983-1994), de Sainte-Luce (R. Gras), de Montbrison-sur-Lez (J.-C. Mege).

3 Rapport de fouilles rédigé par I. Ganet, (Service Régional PACA, 1989, 1990, 1991).

4 Estienne Marie-Pierre, Les Baronnies au Moyen Age, femmes, hommes, châteaux, églises, villages, Mane, Alpes de Lumière n° 123, 1997, 167 p. (ouvrage collectif, sous la direction de Guy Barruol, directeur de recherche au CNRS).
Estienne Marie-Pierre, Nicolas Nathalie, Châteaux médiévaux des Hautes-Alpes, 1999, Gap, 224 p. (Les Cahiers du Patrimoine Haut-Alpin, n° 1).

Table des illustrations

Titre Doc. 1 : Carte de situation géographique des Baronnies
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Doc. 2 : Carte géographique des Baronnies
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par