Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des racines

 | 
Laurence Américi
, 
Xavier Daumalin
, 
Olivier Raveux
, 
et al.

Entre identité et mémoire : les hommes et les institutions comme passeurs de cultures

Piero Gobetti entre industrie, Réforme et modernisation en Europe du Sud

Éric Vial

Texte intégral

  • 1 Sur sa vie, cf. Michel Cassac, Piero Gobetti (1901-1926) ou l’intègre liberté. Au-delà du mythe, th (...)
  • 2 Prometeo Filodemo [Lelio Basso], « L’antistato », La Rivoluzione liberale, 2 I 1925. Cf. Bernard Br (...)

1Piero Gobetti1 a été historien ou agitateur de questions historiques autour de l’unité italienne, de ses racines et de ses limites, traducteur du catholique moderniste Lucien Laberthonnière et de l’écrivain Leonid Andreïev, critique théâtral pour L’Ordine nuovo d’Antonio Gramsci. Comme éditeur, il a publié le leader démocrate-chrétien don Luigi Sturzo, le libéral Francesco Saverio Nitti – seul ancien président du conseil parti en exil par antifascisme, le socialiste dissident Gaetano Salvemini, Curzio Malaparte alors tout à fait fasciste, ou encore Ossi di seppia, le premier et le plus célèbre recueil de poèmes d’Eugenio Montale, prix Nobel de littérature un demi siècle plus tard. Les trois revues qu’il a créées et animées témoignent de la même ouverture mais aussi de sa pugnacité dans l’affirmation de ses convictions, à travers ses propres articles politiques et ses commentaires sur ceux d’autrui – parmi lesquels on compte le premier texte où apparaît le mot « totalitaire2 ». Ses positions se condensent dans l’apparent oxymore qu’est La Rivoluzione liberale, titre de sa principale revue, qui renvoie au Risorgimento et à l’unité nationale, mais aussi à un libéralisme fondé sur la modernité industrielle, sur le refus de l’unanimisme et sur la nécessité de la libre opposition des points de vue, du conflit, de la lutte des classes, sous le triple patronage de Ford, Luther et Marx. Au nom de ce libéralisme spécifique, il a incarné l’opposition intransigeante au fascisme, jusqu’à le payer de sa vie, au moins indirectement, à moins de 25 ans, en février 1926, terrassé quinze jours après son arrivée en exil à Paris par une bronchite s’ajoutant à une insuffisance cardiaque, aux conséquences d’une agression subie un an et demi plus tôt, et à son épuisement après qu’il ait brûlé sa vie dans le travail.

  • 3 Cf. Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 90 sq.
  • 4 La Repubblica., 15 XI 2008, 31 III, 24 IX 2009, 22 II 2010 ; id. (Turin), 26 V 2008 ; L’Unità, 14 I (...)
  • 5 La Repubblica, 11 IX 2008, L’Unità, 30 III, 9 IX 2008, 27 IV, 6, 27 V 2009 ; Il Giornale, 15 XII 20 (...)
  • 6 La Repubblica, 6 X 2008, 7 VII, 6 IX 2009, 19 V 2010 ; id. (Naples), 18 I 2008 ; id. (Gênes), 23 II (...)
  • 7 Il Giornale, 6 VI 2010 ; La Stampa, 12 IX 2009 ; La Repubblica, 27 II, 27 VI 2009 ; id. (Turin), 8  (...)
  • 8 La Stampa, 24 VIII 2009 ; La Repubblica (Bologne), 18 III 2009 ; id. (Turin), 13 II 2009 ; L’Unità, (...)
  • 9 Il Giornale, 10 V 2010 ; La Repubblica, 23 II 2009 ; Il Corriere della Sera, 22 II 2009.
  • 10 La Repubblica, 10 XII 2008 11 III, 9 VI, 8 IX, 7 XII 2009, 9 I, 21 III 2010 ; id. (Turin), 16 IX 20 (...)
  • 11 Opere complete di Piero Gobetti, 3 volumes, Scritti politici, Scritti storici, letterari e filosofi (...)
  • 12 Il Corriere della Sera, 8 X 1999 – on les trouve pourtant à la bibliothèque de l’Université de Prov (...)
  • 13 Robert Paris, « L’Italia fuori d’Italia », in Coll., Storia d’Italia IV-1 Dall’Unità a oggi, Turin, (...)
  • 14 Piero Gobetti, On Liberal Revolution, New Haven, Yale University Press, 2000 ; Id., La Révolution l (...)

2Sa trajectoire météoritique, son extraordinaire activité et son destin émouvant en font un symbole, mais au-delà, sa pensée a continué de faire l’objet de débats et de polémiques en Italie, jusque dans les principaux quotidiens, surtout après le bouleversement du paysage politique en 19923. Même si les polémiques semblent un peu apaisées, il reste largement cité, pour sa définition du fascisme comme « autobiographie de la nation4 » ou en tant que victime de ce dernier5, incarnation de Turin dans des autoreprésentations locales ou sous des regards extérieurs6, modèle d’éditeur ou de critique théâtral7, référence pour la gauche8 mais aussi pour les lointains héritiers de Mussolini autour de Giancarlo Fini9, etc.10. Ceci ne signifie pas qu’il soit lu, et les trois tomes de ses œuvres complètes11 sont presque introuvables12. Hors d’Italie, il n’y a guère à s’interroger sur sa notoriété : il est à peine connu, un peu en Amérique latine à travers le Péruvien José Carlos Mariàtegui, qui l’a rencontré à Turin13, ou, avec des traductions récentes, dans le monde anglo-saxon et en France14.

3Si ce quasi inconnu hors de son pays peut nous intéresser ici, c’est par la vertu de deux mots, deux noms déjà cités, « industrie » et « Luther » (entendu comme symbole du protestantisme), auquel il faut ajouter l’idée d’une modernisation spécifique à un pays méditerranéen du fait de l’impossibilité de reproduire à l’identique le chemin emprunté par l’Angleterre.

L’industrie, les patrons, les ouvriers

  • 15 Cf. Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 12 ; Id., « Turin, l’usine et la ville », in Phili (...)

4La fascination de Gobetti pour l’industrie naît paradoxalement de son enracinement. Il se veut l’incarnation du stéréotype du Piémontais (précision, sérieux, austérité) et surtout, Turin, sa ville natale, est la ville industrielle par excellence : Fiat y est passée de 3 500 ouvriers en 1914 à plus de 40 000 en 1918 et plus d’un habitant sur treize y travaille sans compter les satellites, sous-traitants, etc. La ville, où les faubourgs ouvriers étaient septentrionaux, a vu sa structure bouleversée par la construction, au sud, d’une usine ultramoderne, le lingotto, inaugurée en 1923 mais fonctionnant dès 191715. À la réalité matérielle s’ajoute un investissement affectif car l’ancienne capitale qui a fait l’unité du pays a perdu son rang après 1860 au profit de Florence puis de Rome, et le dernier écho de son rôle, la prédominance du Piémontais Giovanni Giolitti (que Gobetti déteste par ailleurs) dans les gouvernements entre 1900 et 1914, a été balayé avec l’entrée en guerre malgré un retour au pouvoir en 1920-1921 : Turin ne peut plus se targuer que d’être une capitale industrielle, mais elle s’en fait d’autant moins faute.

  • 16 Piero Gobetti., Carteggio 1918-1922, Turin, Einaudi, 2003, p. 158.
  • 17 Cf. par ex. Ersilia Alessandrone, « Gobetti editore (Appunti) », in Piero Gobetti e il suo tempo, T (...)
  • 18 Luigi Einaudi, Un principe mercante : studio sulla espansione coloniale italiana. Torino, Bocca, 19 (...)
  • 19 Piero Gobetti, ibid., p. 164 sq. ; Piero et Ada Gobetti, Nella tua breve esistenza. Lettere 1918-19 (...)
  • 20 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 176 sq.
  • 21 Piero Gobetti, ibid., p. 141-144.

5À l’esprit de clocher, s’ajoute un libéralisme fort peu révolutionnaire : fils de boutiquiers, Gobetti affiche son intention de subvenir au plus tôt à ses besoins, de fonder très vite une famille, de la nourrir par son labeur indépendant16, et même si la réalité est plus complexe, son activité d’éditeur, à la fois patron et factotum, veillant à ses intérêts et à ceux de ses auteurs17, va dans ce sens. Son culte de l’entreprise est renforcé par l’enseignement de l’économiste Luigi Einaudi, qui s’est fait connaître en 1900 avec l’étude d’un « prince marchand », patron du textile lombard implanté en Amérique latine18. Il se manifeste aussi dans l’éloge d’un soyeux du Val Pellice, Edoardo Giretti, pour lequel Gobetti fait campagne lors des législatives de 191919, dans celui de Henry Ford20, qu’il idéalise, ignorant en particulier ses délires antisémites, tout comme Gramsci par exemple, ou dans celui de Fiat, « premier exemple italien d’industrie moderne », dans sa description du lingotto et dans le portrait de Giovanni Agnelli21.

  • 22 Cf. par ex. Nicola Tranfaglia, Carlo Rosselli dall’interventismo a Giustizia e Libertà, Bari, Later (...)
  • 23 Piero Gobetti, Carteggio…, op. cit., p. 43, 123.
  • 24 Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 735-736, 385-387 ; Piero Gobetti, Carteggio…, op. cit., p. 160.

6Mais les admirations de Gobetti incluent aussi le monde ouvrier. Son goût pour la confrontation des idées l’a mis en contact dès fin 1918 avec les jeunes socialistes turinois réunis autour de L’Ordine nuovo de Gramsci, en qui il reconnaît des références semblables aux siennes (Sorel et Machiavel, l’activisme culturel de Giuseppe Prezzolini, l’idéalisme de Benedetto Croce, la critique de la direction socialiste et le « concrétisme » salveminien)22 ; dans une lettre de mars 1919, il note que « nous nous querellons souvent, mais ce sont des gens sincères et actifs ». D’où son intérêt pour les conseils d’usine : l’idée de « mettre l’ouvrier en condition de contrôler et d’orienter son industrie, son usine23 » et la constitution d’une nouvelle élite locale entrent bien dans sa vision du monde. Enfin, son adhésion même aux mythes conservateurs l’a porté à détester le réformisme d’avant-guerre et à juger illégitimes les améliorations de la condition matérielle des salariés, au nom d’un aristocratisme juvénile fort abstrait, fondé sur l’austérité et l’ostentation du désintéressement ; or il assiste à des phénomènes radicaux d’une tout autre nature, où les revendications ne sont plus matérielles, et il s’enthousiasme d’abord pour la grève dite des « aiguilles », en avril 1920, née du refus de l’heure légale imposée chez Fiat sans consultation des représentants élus des ouvriers, ensuite pour le mouvement d’occupation des usines et de prise en mains de la production, en septembre. Il suit « avec sympathie les efforts des ouvriers qui construisent réellement un monde nouveau », et son élitisme s’émerveille même de ce que le mouvement soit le fait d’une « minorité héroïque24 ». On retrouve son admiration initiale pour la révolution russe, liée à une illusion sur la réalité de soviets supposés permettre l’expression de tous dans un schéma plus libéral que démocratique puisque chacun y pèserait en fonction de l’activité, du temps, du talent investis.

  • 25 Piero Gobetti, Scritti…, op. cit., p. 292-293, 1013-1017.
  • 26 Sur cette idée chez Gobetti et ses racines chez Machiavel, Montesquieu, Alfieri, cf. Serge Audier, (...)
  • 27 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 393-396.
  • 28 Piero Gobetti, Libéralisme, op. cit., p. 145, 157-158.

7Si l’opinion de Gobetti change sur la dite révolution russe dont il ne parle plus guère ensuite, comme sur les communistes turinois dont il note l’involution étatiste et bureaucratique25, il ne renie pas son intérêt pour le monde ouvrier. Si à partir de l’affaire Matteotti, il découvre au socialisme réformiste des vertus qu’il lui déniait auparavant, cette évolution n’est pas de nature à modifier sa double admiration pour un patronat dynamique et pour le mouvement ouvrier, se renforçant l’un l’autre dans un conflit sans fin, bénéfique à l’un comme à l’autre26, même si elle implique qu’il élargisse son appel de l’été 1922 à « préparer une triple aristocratie : les techniciens et les ouvriers guidés par une minorité révolutionnaire ; les capitaines d’industrie ; les princes marchands (commerçants et émigrants)27 ». Enfin, une autre dimension éthique est apparue, le travail en usine rejoignant à la fois le stéréotype piémontais déjà évoqué et la recherche d’une harmonie entre responsabilité individuelle et solidarité : les ouvriers de Fiat « possèdent la dignité du travail, l’habitude du sacrifice et de la fatigue. Silence, précision, présence permanente ; une mentalité nouvelle se trempe dans ce rythme de vie : le sens de la tolérance et de l’interdépendance en constitue le fond sévère », et l’usine « donne une vision exacte de la coexistence des intérêts sociaux : la solidarité du travail. L’individu s’habitue à se sentir partie d’un processus productif, indispensable et en même temps insuffisant. Voilà la plus parfaite école d’orgueil et d’humilité28. »

Un protestantisme sans transcendance

  • 29 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 923.
  • 30 Cf. Giorgio Spini, « L’Eco in Italia della Riforma mancata », in Alberto Cabella et Oscar Mazzoleni (...)
  • 31 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 189.
  • 32 Piero Gobetti, ibid., p. 923, 767, 935 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 21.
  • 33 Piero Gobetti, ibid., p. 31.
  • 34 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 766, 923, 446-547.
  • 35 Piero Gobetti, Scritti di critica…, op. cit., p. 77 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 552 ; Id. (...)
  • 36 Robert Paris, « Piero Gobetti et l’absence de Réforme protestante en Italie », in Alberto Cabella e (...)

8Sa fascination pour l’industrie rejoint ainsi la dimension religieuse de sa pensée, et le protestantisme qu’il lui associe en notant par exemple que « Luther a quelques titres de précurseur face à l’humilité moderne du taylorisme29. » Ce même protestantisme est un élément non moins important de son discours, mais cette fois, ses racines ne sont pas à chercher dans une proximité concrète, alors même qu’à Turin il est tout proche des vallées vaudoises30. Pour Gobetti, cette proximité est d’abord abstraite, désincarnée, imaginée sans doute à partir d’un mélange entre les polémiques catholiques et des théories historiques plus ou moins passées dans le domaine public au début du xxe siècle, le tout renforcé par l’attachement au stéréotype piémontais déjà évoqué. Le vif sentiment d’une spécificité turinoise et l’attachement à la tradition cavourienne amènent de plus à regarder hors d’Italie, du côté de Genève et surtout de Londres, parangon de la modernité industrielle ; Gobetti leur oppose un catholicisme rural et arriéré, « qui arme les foules inconscientes des paysans pour détruire la civilisation31 », qui a eu partie liée avec l’absolutisme et l’éclatement politique de l’Italie avant la Révolution libérale du Risorgimento et en reste profondément marqué32, et qui s’appuie sur une charité condamnée au non de la responsabilité individuelle, car « les plèbes continuent de vivre autour des couvents et des institutions charitables, toutes catholiques ; et elles restent catholiques par instinct, par éducation et par intérêt33 ». Les plaisanteries traditionnelles sur les longues figures protestantes sont plutôt un compliment pour lui, qui privilégie le sérieux et la rigueur. Surtout, le reproche fait aux Réformés d’avoir déchiré la tunique sans couture que devrait être l’Église ne saurait l’effrayer, bien au contraire. En effet, pour lui le consensus et l’unanimisme sont mortifères, seul le conflit peut être fructueux, or l’Église désavoue « la dialectique, les doutes, la concurrence des idées […] comme dangereux et inutiles à la clarté » et prône un « tranquille esprit de conciliation » aux antipodes de « la libre discussion ». Marx revu par Einaudi et l’idée d’une éternelle lutte de classes faisant avancer le monde sont effectivement aux antipodes des « idéologies d’amour et de collaboration de classe34 » qu’il rejette. D’une certaine façon, et s’il a pu aussi construire un catholicisme-repoussoir à partir de son libéralisme, on peut se demander s’il ne s’est construit ex nihilo un protestantisme par rejet du catholicisme et sur la base des condamnations de ce dernier. Gobetti a sans doute ajouté à ces ingrédients une sorte de romantisme adolescent privilégiant l’exceptionnalité et l’hérésie, terme récurrent chez lui, aussi bien à propos de théâtre que des ouvriers de Fiat face au fascisme ou du modernisme catholique35. Il est d’autre part tributaire des idées de Max Weber connues de seconde main en particulier à travers les articles d’un des collaborateurs de La Rivoluzione Liberale, Giovanni Ansaldo, et de celles, plus journalistiques dès l’origine, d’Alfredo Oriani et de Mario Missiroli sur les effets de l’absence de Réforme protestante en Italie, dont le manque de conscience civique36.

  • 37 Cf. Giovanni Rota, Giuseppe Gangale. Filosofia e protestantismo, Turin, Claudiana, 2003.
  • 38 Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 35, 40, 41, 115-116, 131, Ada et Piero Gobetti, op. c (...)
  • 39 Ada et Piero Gobetti, ibid., p. 224 ; Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 115.
  • 40 Piero Gobetti, ibid., p. 128.
  • 41 Piero Gobetti, ibid., p. 115 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 190.
  • 42 Piero Gobetti, ibid., p. 345, 385, 845 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 21 ; Ada et Piero Gobe (...)
  • 43 Ada e Piero Gobetti, ibid., p. 301-302 ; Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 674, 346, 92 (...)
  • 44 Cf. par ex. Il Giornale, 20 X 2008, 11 X 2009.
  • 45 Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 376.
  • 46 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 158.

9Ce protestantisme particulier, relevant du bricolage individuel, se trouve ensuite renforcé par les contacts avec Giuseppe Gangale, animateur de la revue néo-protestante Conscientia, qui publie Gobetti et est publié par lui37. Il s’appuie aussi sur des appels à l’Évangile et au Christ contre l’orthodoxie et la tradition d’une Église hiérarchique38. Mais il constitue une position morale et non pas métaphysique. En effet, même s’il lui est arrivé de tonner contre un athéisme français imaginé sur la base des représentations du conservatisme italien d’avant 191539, l’insistance de Gobetti sur la religiosité de ne doit pas induire en erreur ; il la sépare de toute religion, sinon celle « de la liberté » inspirée de Vittorio Alfieri, une de ses grandes admirations et sujets d’études historiques40. Il affirme ainsi qu’il « n’y a rien d’éternel dans le christianisme sinon la religiosité, l’attitude formelle de l’esprit alors qu’en sont caducs les développements et les préceptes moraux des Évangiles », et que « le divin n’existe plus parce que l’homme s’est fait dieu41 », de même qu’il s’affiche volontiers comme totalement détaché des références chrétiennes42. Il insiste aussi sur l’immanentisme, y compris, malgré d’évidentes nuances, chez les catholiques modernistes, explique aussi que les idéaux transcendants impliquent une rupture entre théorie et pratique et que la modernité de Machiavel tient dans sa conception de l’État affranchi de toute transcendance43. Même si la référence au protestantisme irrite encore, plus de huit décennies plus tard, la droite catholique italienne44, il ne s’agit de religion que lato sensu, ou de religion civique reliant les hommes, comme lorsque, au moment de l’occupation des usines, Gobetti écrit que sa « place serait nécessairement du côté qui a le plus de religiosité et de volonté de sacrifice45 ». Il le précise plus tard, en invoquant le rôle des Anglais et des Américains dans la victoire de 1918, ce qui l’inscrit dans l’héritage de l’interventionnisme patriotique de 1915 et, dans le même temps, en opposition au nationalisme italocentriste, ainsi qu’en écrivant que « la guerre a montré combien les démocraties du travail ainsi alimentées sont les plus batailleuses, les plus jalouses dans la défense de leur vie nationale, les plus capables d’esprit de sacrifice : et qui a lu Calvin n’avait pas besoin de cette démonstration. Les religions de l’individualisme ont toujours été héroïques46 ».

  • 47 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 229, 236.

10Il s’agit bien de rechercher une fusion entre l’individualisme et la dévotion à la communauté, constituant « à côté de l’autonomie […] la garantie de l’autonomie » qui a manqué à l’Italie au temps des Communes et a empêché ces dernières de préparer « une civilisation morale et nationale, contrairement à la Réforme47 ». La convergence est totale avec les vertus morales prêtées au travail d’usine.

Une voie vers la modernité

  • 48 Piero Gobetti, ibid., p. 824, 924, 547 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 133.
  • 49 Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, rééd., Milan, Feltrinelli, 1970 par ex., p (...)
  • 50 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 230 par ex.
  • 51 N.s. [Piero Gobetti], « Commento a un preludio », La Rivoluzione Liberale, 13 V 1924.
  • 52 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 156.
  • 53 Piero Gobetti, ibid., p. 159 : « En Italie, le protestantisme doit se battre contre l’économie para (...)

11Si Gobetti déplore l’absence de Réforme protestante en Italie, cause « de son immaturité idéale et politique », il tient aussi pour vaine toute tentative de l’y introduire, de « généraliser l’expérience anglo-saxonne ». « Proposer le modèle des nations protestantes modernes » serait une « exigence hérétique d’historiens » à laquelle « les catholiques auraient raison [d’]opposer les instincts de la race ». Il note que « le fait politique a prévalu sur les faits religieux dans le fonctionnement de la vie sociale », donc « on ne saurait remédier à l’absence de Réforme en Italie par un tardif phénomène d’imitation » qui serait « une illusion et un anachronisme »48. Il en recherche un équivalent politique, adapté à la réalité nationale : « Il s’agit plutôt de prolonger nos dons instinctifs qui nous portent vers une Réforme (ou révolution) plutôt politique que morale. » Ce pourrait être Machiavel, réhabilité depuis quelques décennies par Francesco De Sanctis, référence en histoire littéraire, et qui le tenait pour le Luther d’une Italie trop cultivée pour se rallier au « barbare » frère Martin49. Mais s’il le voit d’abord ainsi50, il serait encore plus anachronique que la Réforme : « trop de siècles et trop d’idées nous séparent de lui. La démocratie moderne présuppose la révolution protestante, les grandes monarchies absolues », or il « ignore la première » et « n’a qu’un pressentiment des grands États modernes, son expérience reste encore liée à la cité-État ». Reste que si des références dépassées ne peuvent mener à la modernité, elles permettent de s’en approcher. Après avoir écarté Machiavel, Gobetti précise que « pourtant, les Italiens d’aujourd’hui peuvent encore apprendre quelque chose du secrétaire florentin. Il y a chez [lui] une foi dans les forces populaires, une conscience du peuple comme fondement de l’État51 ». De même, il souligne le besoin de la Réforme, « comme noviciat de liberté, de sérieux moral, d’éducation moderne », ajoutant que la revue « Conscientia aussi a une fonction évidente et productive, car elle reprend les traditions laïques nationales, éclaire tous les efforts historiques pour faire pénétrer en Italie les idées de tolérance, de libre examen, de moralité productrice, de liberté politique »52. En pratique, il fusionne principes libéraux et découverte du monde ouvrier dans une lecture politique d’un protestantisme à ancrer dans la réalité italienne, contre le fascisme mais aussi contre les archaïsmes qui sous-tendent ce dernier53.

  • 54 Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 33-34, 94. Cf. aussi par ex. Il Corriere della Sera, 1 (...)
  • 55 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 194.

12Reste alors à trouver un modèle extérieur qui ne semble pas hors de portée de l’Italie. Contrairement à ce qu’affirment ceux qui lui imputent à crime sa lecture idéalisée de la révolution d’octobre54, s’il en admire effectivement les leaders, il a vite posé que les différences étaient bien trop grandes, à commencer par l’existence ou non d’un État libéral, et, à l’automne 1920, il a cette sentence définitive : « Lénine est le plus grand des hommes d’État de l’heure actuelle, mais une révolution italienne qui s’inspirerait de lui serait condamnée au plus criant échec55. »

  • 56 Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 673 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 233 ; Ada e (...)
  • 57 Ersilia Alessandrone Perona, « La cultura francese nelle riviste e nelle iniziative editoriali di P (...)
  • 58 La Rivoluzione Liberale, 5 III, 6 IV 1922.
  • 59 La Rivoluzione Liberale, 18 VI, 20 IX, 28 12 1922.
  • 60 La Rivoluzione Liberale, 21 V 1922, 29 V, 17 VII, 28 VIII 1923.
  • 61 Ersilia Alessandrone Perona, « La cultura… », art. cit., p. 121.
  • 62 Cf. par ex. La Rivoluzione liberale, 11 IX 1923, 11 XI 1924.
  • 63 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 681-682.
  • 64 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181 ; Id., Scritti politici…, op. cit., p. 817.
  • 65 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 190.
  • 66 Cf. Giorgio Lombardi, « Costituzione e diritto costituzionale nel pensiero di Piero Gobetti », in C (...)
  • 67 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 817-818.
  • 68 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181.

13La France, elle, n’apparaît pas au départ comme un modèle plausible. Gobetti provient d’une tradition gallophobe, d’Alfieri à Croce. Malgré sa maîtrise de la langue, et l’influence de Michelet et de Sorel sur lui, la culture française lui est étrangère, entre condescendance56 et ignorance57, et le pays est presque absent de sa première revue, Energie nove. Dans La Rivoluzione liberale, qui publie pourtant des textes français sans traduction, le ton est hostile en 1922-1923, entre étrillages de Romain Rolland et Henri Barbusse58, compte rendu des persécutions subies par Joseph Caillaux, insistance sur le nationalisme français par généralisation à partir de Léon Daudet ou de Maurice Barrès59, condamnation de la « paix carthaginoise » de Versailles et d’un impérialisme vu comme une fatalité géopolitique, ou comme enraciné depuis Louis XIV60, etc. Mais tout change en 1923, quand l’occupation de la Ruhr incite Gobetti à s’intéresser davantage au pays voisin – il envisage un numéro spécial, s’abonne à la Nouvelle revue française61. Ce n’est plus le nationalisme, mais sa critique par les Français, qui est en exergue62 et, surtout, les élections de 1924 sont suivies avec attention. Sont déjà tombées les préventions de Gobetti envers Sturzo et le catholicisme politique, parce que celui-ci introduit parmi les masses catholiques la politique, donc le choix, donc une forme d’hérésie ; suivent celles envers le socialisme réformiste, en partie en réaction face à l’assassinat de Giacomo Matteotti. Dans le même mouvement, la France devient un modèle possible, voire le seul pour l’Italie, ce qui se traduit par un éloge du Cartel des gauches63, mais aussi de la majorité sortante comme « fascisme atténué d’un pays sérieux », et de Raymond Poincaré comme un Mussolini interprétant les aspirations du pays au lieu de s’en faire le « dompteur64 ». Si Gobetti insiste aussi sur la spécificité de la France, qualifiée par exemple de « patrie historique et internationale de toutes les libertés et de toutes les démocraties65 », il insiste plus, au moins implicitement, sur ses ressemblances avec l’Italie, parlant d’une « constitution désuète » comme le statuto de 184866, ou de « La France petite-bourgeoise, économiquement arriérée, immobile autour d’un équilibre sans rien de capitaliste ». Si les structures sociales sont différentes d’un pays à l’autre, l’important est que des archaïsmes n’empêchent pas l’évolution qu’il espère : « la France […] a réalisé la révolution libérale dans toute la mesure possible pour un pays de petite propriété rurale et d’agriculture moyenne-bourgeoise67 ». L’Italie pourrait donc elle aussi « fournir une classe dirigeante capable de guider dans le raffinement politique le passage de la petite propriété agricole à la grande démocratie moderne ». Il en arrive à l’idée qu’en France « l’expérience d’une Réforme sans calvinisme a parfaitement réussi, au sens où l’État Nation s’est créé à travers des siècles d’histoire et où toute influence politique du clergé a été brisée68 » : il tient sinon un modèle à dupliquer, du moins la preuve que ses rêves sont viables.

14La pensée de Gobetti est kaléidoscopique, morcelée en des centaines d’articles souvent brefs. Elle est aussi mouvante, parce qu’il la construit, qu’il est très jeune, que sa courte vie correspond à un temps de bouleversements, en particulier dans son pays : en témoigne la mutation de son jugement sur le socialisme réformiste, le catholicisme politique ou la France républicaine. Mais des constantes sont manifestes, à commencer par celles qui réunissent ses visions de l’usine et du protestantisme : construction d’une morale exigeante, laïcité et immanence plus faciles à associer à une religion très minoritaire, refus de l’unanimisme mortifère au nom de la fécondité de l’affrontement ou de la séparation, aspiration à la modernité matérialisée par l’Europe du Nord-Ouest. Il ancrerait bien le Piémont à celle-ci, contre le reste du pays, mais c’est sa région qui a fait l’unité nationale, d’où la nécessité de trouver un succédané acceptable pour toute la péninsule. Ce dernier pourrait avoir existé en Italie même, mais Machiavel est trop loin dans le temps, et est resté trop isolé. Malgré les captations d’héritage communistes, recopiées par les détracteurs de Gobetti, et même s’il a pu voir dans les commissions ouvrières de Fiat les soviets d’une Petrograd subalpine, ce ne peut être la Russie de Lénine, parce qu’il la regarde de Turin et non de la ruralité romagnole, et qu’il est sensible à l’avance de son propre pays, entre Fiat magnifiée et l’État libéral déjà construit. Il finit par se tourner vers la France, renversant les préventions de son conservatisme originel, en un choix rappelant, malgré la primogéniture de l’Angleterre, que le modèle de développement de celle-ci, ici politique et non pas économique, n’est pas le seul possible, en particulier pour l’Europe des Suds. Tous thèmes qui entreront peut-être en résonance avec d’autres, ici, dans un volume conçu en hommage à Gérard Chastagnaret.

Notes

1 Sur sa vie, cf. Michel Cassac, Piero Gobetti (1901-1926) ou l’intègre liberté. Au-delà du mythe, thèse, Paris-Sorbonne, 1995 ; Cesare Pianciola, Piero Gobetti. Biografia per immagini, Cavallermaggiore, Gribaudo, 2001 ; Éric Vial, « Piero Gobetti, entre libéralisme et révolution », in Piero Gobetti, Libéralisme et révolution antifasciste, Paris, Rue d’Ulm, 2010, p. 9-102.

2 Prometeo Filodemo [Lelio Basso], « L’antistato », La Rivoluzione liberale, 2 I 1925. Cf. Bernard Bruneteau, Le Totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat 1930-1942, Paris, Cerf, 2010, p. 38.

3 Cf. Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 90 sq.

4 La Repubblica., 15 XI 2008, 31 III, 24 IX 2009, 22 II 2010 ; id. (Turin), 26 V 2008 ; L’Unità, 14 III, 2 VI 2009, 7 IV 2010 ; Il Corriere della Sera, 24 VII 2008, 2 I 2010 ; L’Espresso, 29 I 2010.

5 La Repubblica, 11 IX 2008, L’Unità, 30 III, 9 IX 2008, 27 IV, 6, 27 V 2009 ; Il Giornale, 15 XII 2009, 11 II 2010.

6 La Repubblica, 6 X 2008, 7 VII, 6 IX 2009, 19 V 2010 ; id. (Naples), 18 I 2008 ; id. (Gênes), 23 III 2009 ; Id. (Turin), 2 III 2008, 7 II, 27 III 2009, 8 V, 10 VI 2010 ; La Stampa, 19 IX 2009.

7 Il Giornale, 6 VI 2010 ; La Stampa, 12 IX 2009 ; La Repubblica, 27 II, 27 VI 2009 ; id. (Turin), 8 VIII 2009.

8 La Stampa, 24 VIII 2009 ; La Repubblica (Bologne), 18 III 2009 ; id. (Turin), 13 II 2009 ; L’Unità, 8 IX 2009 ; pour le parti radical, La Repubblica, 12 II 2008 ; Il Giornale, 9 III 2010 ; L’Unità, 7 III 2010.

9 Il Giornale, 10 V 2010 ; La Repubblica, 23 II 2009 ; Il Corriere della Sera, 22 II 2009.

10 La Repubblica, 10 XII 2008 11 III, 9 VI, 8 IX, 7 XII 2009, 9 I, 21 III 2010 ; id. (Turin), 16 IX 2009 ; La Stampa, 19 8 2008, 3 IV 2009, 1 III, 24 V 2010 ; id. (Vercelli), 25 III 2010 ; id. (Asti), 10 XII 2009 ; L’Unità, 23 XII 2008, 8, 9 I, 24 IV, 30 IX, 6 XII 2009, 11 I 2010 ; L’Avanti !, 17 I 2007 ; Il Corriere della Sera, 10, 14 I, 26 III, 1 V 2009, 7 II 2010 ; Il Giornale, 14 III 2009, 6 II, 8 III 2010.

11 Opere complete di Piero Gobetti, 3 volumes, Scritti politici, Scritti storici, letterari e filosofici, Scritti di critica teatrale, Turin, Einaudi, 1969, 1969, 1974.

12 Il Corriere della Sera, 8 X 1999 – on les trouve pourtant à la bibliothèque de l’Université de Provence. Et on trouve aisément en Italie son essai, réaménagement de divers articles : Piero Gobetti, La Rivoluzione liberale, en part. Turin, Einaudi, 1993.

13 Robert Paris, « L’Italia fuori d’Italia », in Coll., Storia d’Italia IV-1 Dall’Unità a oggi, Turin, Einaudi, 1975, p. 723, 725, 749, 758 ; Id., « José Carlos Mariàtegui : une bibliographie, quelques problèmes », Annales ESC, 1966, p. 195.

14 Piero Gobetti, On Liberal Revolution, New Haven, Yale University Press, 2000 ; Id., La Révolution libérale, Paris, Alia, 1999 ; Id., Libéralisme…, op. cit. avec p. 12-14 une liste de travaux l’étudiant ou le mentionnant (les références aux textes traduits dans ce dernier volume remplacent dans le présent article celles en italien).

15 Cf. Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 12 ; Id., « Turin, l’usine et la ville », in Philippe Chassaigne, Jean-Marc Largeaud, Villes en guerre, Paris, Colin, 2004, p. 247-256.

16 Piero Gobetti., Carteggio 1918-1922, Turin, Einaudi, 2003, p. 158.

17 Cf. par ex. Ersilia Alessandrone, « Gobetti editore (Appunti) », in Piero Gobetti e il suo tempo, Turin, Centro Studi Piero Gobetti, 1976, p. 48.

18 Luigi Einaudi, Un principe mercante : studio sulla espansione coloniale italiana. Torino, Bocca, 1900 ; cf. Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 107.

19 Piero Gobetti, ibid., p. 164 sq. ; Piero et Ada Gobetti, Nella tua breve esistenza. Lettere 1918-1926, Turin, Einaudi, 1991, p. 133, 151.

20 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 176 sq.

21 Piero Gobetti, ibid., p. 141-144.

22 Cf. par ex. Nicola Tranfaglia, Carlo Rosselli dall’interventismo a Giustizia e Libertà, Bari, Laterza, 1968, p. 81 sq.

23 Piero Gobetti, Carteggio…, op. cit., p. 43, 123.

24 Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 735-736, 385-387 ; Piero Gobetti, Carteggio…, op. cit., p. 160.

25 Piero Gobetti, Scritti…, op. cit., p. 292-293, 1013-1017.

26 Sur cette idée chez Gobetti et ses racines chez Machiavel, Montesquieu, Alfieri, cf. Serge Audier, Machiavel, conflit et liberté, Paris, Vrin, 2005, p. 29, 121, 287-288.

27 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 393-396.

28 Piero Gobetti, Libéralisme, op. cit., p. 145, 157-158.

29 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 923.

30 Cf. Giorgio Spini, « L’Eco in Italia della Riforma mancata », in Alberto Cabella et Oscar Mazzoleni, Gobetti tra Riforma e rivoluzione, Milan, Angeli, 1999.

31 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 189.

32 Piero Gobetti, ibid., p. 923, 767, 935 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 21.

33 Piero Gobetti, ibid., p. 31.

34 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 766, 923, 446-547.

35 Piero Gobetti, Scritti di critica…, op. cit., p. 77 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 552 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 685.

36 Robert Paris, « Piero Gobetti et l’absence de Réforme protestante en Italie », in Alberto Cabella et Oscar Mazzoleni, op. cit., p. 25 sq.

37 Cf. Giovanni Rota, Giuseppe Gangale. Filosofia e protestantismo, Turin, Claudiana, 2003.

38 Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 35, 40, 41, 115-116, 131, Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 244.

39 Ada et Piero Gobetti, ibid., p. 224 ; Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 115.

40 Piero Gobetti, ibid., p. 128.

41 Piero Gobetti, ibid., p. 115 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 190.

42 Piero Gobetti, ibid., p. 345, 385, 845 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 21 ; Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 307-308.

43 Ada e Piero Gobetti, ibid., p. 301-302 ; Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 674, 346, 923.

44 Cf. par ex. Il Giornale, 20 X 2008, 11 X 2009.

45 Ada et Piero Gobetti, op. cit., p. 376.

46 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 158.

47 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 229, 236.

48 Piero Gobetti, ibid., p. 824, 924, 547 ; Id., Scritti storici…, op. cit., p. 133.

49 Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, rééd., Milan, Feltrinelli, 1970 par ex., p. 432 sq.

50 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 230 par ex.

51 N.s. [Piero Gobetti], « Commento a un preludio », La Rivoluzione Liberale, 13 V 1924.

52 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 156.

53 Piero Gobetti, ibid., p. 159 : « En Italie, le protestantisme doit se battre contre l’économie parasitaire et l’unanimisme petit bourgeois, il doit chercher les cadres de l’hérésie et de la révolution démocratique parmi les ouvriers habitués à la libre lutte et à la morale du travail. Ainsi, il ne constituera pas une idéologie d’importation, mais le mythe authentique d’une Italie éduquée à la dignité et de citoyens capables de se sacrifier pour la vie de la nation car aptes à se gouverner sans dictateur ni théocratie. »

54 Éric Vial, « Piero Gobetti… », art. cit., p. 33-34, 94. Cf. aussi par ex. Il Corriere della Sera, 17 X 2009.

55 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 194.

56 Piero Gobetti, Scritti storici…, op. cit., p. 673 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 233 ; Ada et Pietro Gobetti, op. cit., p. 302, 371.

57 Ersilia Alessandrone Perona, « La cultura francese nelle riviste e nelle iniziative editoriali di Piero Gobetti », in Coll., Piero Gobetti e la Francia, e la Francia. Atti del colloquio italo-francese 25-27 febbraio 1983, Milan, Angeli, 1985, p. 117.

58 La Rivoluzione Liberale, 5 III, 6 IV 1922.

59 La Rivoluzione Liberale, 18 VI, 20 IX, 28 12 1922.

60 La Rivoluzione Liberale, 21 V 1922, 29 V, 17 VII, 28 VIII 1923.

61 Ersilia Alessandrone Perona, « La cultura… », art. cit., p. 121.

62 Cf. par ex. La Rivoluzione liberale, 11 IX 1923, 11 XI 1924.

63 Piero Gobetti, Scritti politici, op. cit., p. 681-682.

64 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181 ; Id., Scritti politici…, op. cit., p. 817.

65 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 190.

66 Cf. Giorgio Lombardi, « Costituzione e diritto costituzionale nel pensiero di Piero Gobetti », in Coll., Gobetti e la Francia… op. cit., p. 222-226.

67 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181 ; Id., Scritti politici, op. cit., p. 817-818.

68 Piero Gobetti, Libéralisme…, op. cit., p. 181.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search