Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Deuxième section

Les poèmes à forme fixe

Texte intégral

  • 1 Rémond de Saint-Mard, p. 252 ; Marmontel, El. de Litt., T. I, p. 288.

1Tous ces poèmes, qui avaient fleuri au Moyen Âge avec honneur, sont plongés dans un profond sommeil, si même ils n'ont pas complètement disparu. Quelques-uns se survivent très difficilement ; d'autres sont morts pour toujours et c'est à peine si leur nom émerge encore, parce qu'ils ont été catalogués par le P. Mourgues. Il est très rare qu'une voix s'élève en leur faveur. Marmontel a pris la défense de la Ballade ; on peut citer aussi le plaidoyer de Rémond de Saint-Mard, qui lui-même limite au Sonnet et au Rondeau ses tentatives de sauvetage : « Seriez-vous de ces gens, écrit-il en s'adressant à un correspondant1, qui n'estiment un ouvrage que par sa noblesse et par son importance ? Je suis plus difficile que vous ; la dignité de la matière ne me séduit point, et il y a tel sonnet, même tel rondeau que j'aimerais mieux avoir faits que quatre tragédies et deux ouvrages de raisonnement, parce qu'il ne faut pas bien du talent pour faire de mauvaises tragédies et pour enchaîner ensemble quelques raisonnements médiocres ; mais quel goût, quelle délicatesse ne faut-il pas pour faire de petits morceaux de poësie tournés d'une certaine façon ? »

  • 2 Abbé Joannet, T. II, p. 179.
  • 3 Demandre, T. II, p. 383.

2Beaucoup de critiques ne citent quelques-uns de ces poèmes que pour être complets et s'en débarrassent par quelques phrases sommaires. L'abbé Joannet les considère comme des exercices qui pourraient avoir leur utilité : « Quoique les pièces de poësie, dont je me propose de vous donner des règles dans ce chapitre, ayent bien perdu du prix qu'elles avaient chez nos peres, j'ai crû cependant devoir vous en donner quelque idée, afin que vous n'eussiez rien à désirer dans cette poëtique à l'égard des ouvrages qui ne sont pas de longue haleine. D'ailleurs ces petits poëmes, par leur difficulté, exercent l'esprit et lui facilitent la découverte de la rime »2. Si Demandre consent à en parler, c'est par respect pour le passé, et afin que ses lecteurs aient au moins une idée de ce qui plaisait à leurs ancêtres : « Nous avons en françois plusieurs sortes particulieres de pieces de vers composées de strophes, que nous renvoyons chacune à leur article. Nous ne dirons que peu de chose de celles qui ne sont plus en usage. Nous n'en parlerions même pas, si nous ne pensions que l'on a toujours une sorte de satisfaction à prendre une connoissance générale de ce qui flattoit nos peres, lors même que notre goût ne s'accorde pas avec le leur »3. Mais ces scrupules ne le rendront pas plus exact dans ses définitions, et ses curiosités d'antiquaire ne le pousseront pas à faire des recherches très approfondies. Nombreux sont les métriciens qui passent sous silence les poèmes à forme fixe. Généralement ceux qui les mentionnent ne manquent pas de signaler le juste discrédit dans lequel ils sont tombés et prennent soin d'exposer les griefs que les lettrés nourrissent à leur endroit. On en prendra connaissance chemin faisant ; dès maintenant il est possible de dire que ces critiques se résument toutes dans cette phrase que Sabatier de Castres a écrite à propos des Bouts-rimés : « On peut, sans injustice, les ranger dans la classe de ces sortes d'amusemens d'esprit dont le plus grand succès ne sçauroit jamais réparer la moindre partie du tems qu'on a perdu à les composer ».

I. LE LAI ET LE VIRELAI

3Ils sont presque totalement tombés dans l'oubli. On chercherait vainement le nom du Lai chez le P. Buffier, Rémond de Saint-Mard, dans La Poétique françoise à l'Usage des Dames, dans l'Encyclopédie, dans le Dictionnaire de l'abbé Féraud, chez Restaut, de Wailly et Domairon. D'autres auteurs lui consacrent quelques lignes, mais se contentent presque toujours de répéter les erreurs mises en circulation depuis déjà plusieurs siècles. La définition la plus exacte se rencontre dans le Dictionnaire de Trévoux où le rédacteur de l'article consacré à ce poème connaît encore l'existence du grand Lai primitif, que mentionne également Sabatier de Castres : « Il y avoit deux sortes de Lays, le grand et le petit. Le grand Lay étoit un poëme composé de douze couplets de vers de différente mesure, sur deux rimes. Le petit Lay étoit un poëme de seize ou de vingt vers, divisé en quatre couplets, presque toujours sur deux rimes. Ces Lays étoient la poësie lyrique de nos vieux poëtes françois ; et parce qu'il y avoit un vers plus petit que les autres qui finissoit chaque couplet, ils appelloient arbre fourchu cette sorte de poëme. A. Chartier a fait de grands Lays, et Molinet en a composé de petits. On s'en servait particulièrement en sujets grâves ou tristes, et on prétend qu'ils ont été faits sur le patron des vers trochaïques des tragédies grecques et latines ». Pourtant l'auteur de cet article ignore que le couplet pouvait aussi être construit sur trois rimes ; il passe très rapidement sur le grand Lay et de toute évidence ne pense qu'au petit Lay, qu'il ramène, comme jadis le P. Mourgues, à l'Arbre fourchu. Il n'a donc pas poussé très loin son information.

4Celle des autres critiques est encore bien loin de valoir la sienne. Visiblement, tous ont hâte de se débarrasser du Lai, qui figure dans des nomenclatures anciennes, dont certains métriciens ont parlé en termes souvent obscurs, et sur lesquels eux-mêmes manquent de renseignements précis. Pour en finir plus rapidement, ils se copient sans vergogne. Deux exemples reparaissent avec persistance dans les traités de versification. Le premier, emprunté au P. Mourgues, est reproduit par le Dictionnaire de Trévoux, par F.M.A.D.M.D.B.D., qui a fait paraître en 1747 le Traité des Belles-Lettres sur la Poësie françoise, et par l'abbé Joannet. Le voici :

Sur l'appui du monde,
Que faut-il qu'on fonde
D'espoir ? Cette mer profonde,
En débris féconde,
Fait voir
Calme au matin l'onde,
Et l'orage y gronde
Le soir.

5J'ignore l'origine de l'autre, qu'on trouve dans le Traité de versification française qui précède le Dictionnaire des Rimes de Richelet, dans l'édition qu'en a publiée l'abbé Berthelin en 1751. Il a été donné dans la suite par Sabatier de Castres et par Domergue :

La grandeur humaine
Est une ombre vaine
Qui fuit.
Une âme mondaine
A perte d'haleine
La suit,
Et, pour cette rime,
Trop souvent se gêne
Sans fruit.

  • 4 Sabatier de Castres, au mot ”Lai”.
  • 5 Abbé Joannet, T. II, p. 180.

6C'est d'après ces deux exemples, les seuls qu'on connaisse désormais, que le xviiie siècle forge la définition courante du Lai, en y mêlant ce qu'il a pu recueillir chez les métriciens de l'époque classique, qui eux-mêmes, par indifférence, ne s'étaient pas livrés à des recherches approfondies. Le Traité des Belles-Lettres déclare il est vrai que dans ce poème le nombre des vers n'est pas fixe, ce que disent également l'abbé Berthelin et Demandre. Mais Sabatier de Castres4 ne lui accorde pas plus de douze vers répartis en couplets, sans doute par un souvenir de la division quadripartite qui y régnait autrefois, et bien que le texte qu'il transcrit se borne à neuf vers. L'œil fixé sur ce texte, il prononce que la dimension de chaque couplet ne peut excéder trois vers de mesure brève, dont le troisième est encore plus court que les deux autres. Il montre ainsi qu'il n'a pas lu Sebillet, qui avait cité un exemple d'Alain Chartier où les couplets avaient chacun quatre vers. Il ajoute que le Lai ne s'écrit que sur deux rimes, dont l'une est réservée aux petits vers, et que cette construction lui a mérité le nom d'« Arbre fourchu », ce que les autres critiques répètent avec conviction. Voici au surplus ce qu'écrit au sujet de cette forme l'abbé Berthelin, moins strict que l'abbé Joannet, Demandre et Sabatier de Castres : « Le Lay est un poëme composé de couplets dont le nombre n'est pas fixe, non plus que celui des vers qu'il renferme, qui ne sont pas grands, mais parmi lesquels il y en a quelques-uns plus petits que les autres : ceux-ci finissant le couplet, et laissant un espace vuide, parce qu'ils n'en peuvent pas remplir autant que les plus longs, ont attiré au Lay le nom d'Arbre fourchu : il n'y entroit que deux rimes différentes ». L'abbé Joannet, suivi en cela par Sabatier de Castres, déclare que le Lai, bien qu'il soit passé de mode, « peut fort bien trouver sa place dans les airs des Opéras, des Cantates et dans les Chansons »5. Cette indication est le signe d'une complète déchéance.

  • 6 Demandre, T. I, p. 484.
  • 7 Le Dictionnaire de Trévoux, au motVirelay, le dit lui aussi d'une manière très nette : « Ce nom (...)

7Dans les traités de poétique ou de versification, le Virelai n'est pas séparé du Lai, en vertu de la quasi-similitude de leurs noms et de la fausse étymologie qu'on connaît déjà, selon laquelle le Virelai est un Lai qui ”vire”. Ce sont les mêmes auteurs qui parlent d'eux ou qui les passent sous silence ; on les considère comme étroitement apparentés. Si l'on met à part l'abbé Berthelin, qui est bref, mais confus et obscur, les autres critiques reproduisent avec servilité ce qu'a écrit le P. Mourgues et le copient effrontément. On connaît déjà la définition du Virelai donnée par celui-ci. On pourra la comparer avec celle de Demandre qui la transcrit presque mot pour mot : « Le Virelai, dit-il6, demandoit un effort merveilleux. Voici en quoi il consistoit : après avoir conduit pendant quelque temps le Lai sur une rime dominante,... il falloit le faire tourner ou virer sur l'autre rime, qui devenoit dominante à son tour... Il est encore une autre espece de Virelai sur laquelle les rimeurs s'escrimoient parfois pour s'amuser. Ici on n'emploie que deux rimes, dont la première doit dominer dans toute la pièce, l'autre ne venant que de temps en temps, pour faire un peu de variété. Ainsi la regle de ne mettre jamais plus de deux rimes masculines ou feminines de suite gêneroit le caractere plaisant et familier du Virelai et en détruiroit l'esprit. Le premier vers ou les deux premiers vers se répetent dans la suite, ou tous deux, ou séparément, par maniere de refrain, et autant de fois qu'ils tombent à propos, et forment le Virelai. Les vers de sept syllabes y viennent le mieux de tous. On se sert aussi de ceux de huit syllabes. On pourroit également employer ceux de dix. Pour les alexandrins, ils sont trop majestueux. Mais il faut que tous ceux de la piece soient d'une même mesure ». C'est dans les mêmes termes que s'exprime également Sabatier de Castres. Tous les métriciens, avec le P. Mourgues, abandonnent définitivement le Virelai ditancien, qui, à les en croire, avait viré sur deux rimes tour à tour dominantes, au bénéfice du Virelai qu'ils appellentnouveau, construit sur deux rimes dont l'une, toujours la même, l'emporte de beaucoup en fréquence sur l'autre7.

  • 8 Cf. xvie-xviiie s., T. III, p. 136.

8Leurs divergences se bornent à quelques détails. L'hétérométrie n'est admise que par Sabatier de Castres et par l'abbé Joannet, qui tolèrent dans chaque pièce quelques vers d'une mesure plus brève que celle des autres, qui sont eux-mêmes des mètres courts, afin de « désennuyer de la monotonie inséparable de cet ouvrage, qui donne beaucoup de peine au poëte sans procurer toujours un plaisir égal au lecteur »8. L'abbé Joannet prend soin de préciser que, si le Lai et le Virelai appartiennent à la même famille et ne roulent l'un et l'autre que sur deux rimes, celui-ci est beaucoup plus difficile à composer que celui-là, parce qu'il peut atteindre et même dépasser deux cents vers et que le versificateur le plus habile a bien de la peine à trouver ce grand nombre de rimes, toutes de même timbre, dont il a besoin. Pour éviter un effort qu'ils jugent superflu, les critiques se contentent, comme Demandre, de transcrire l'exemple donné par le P. Mourgues :

Adieu vous dis, triste lyre,
C'est trop apprêter à rire...

9On connaît déjà cette pièce8. Cependant l'abbé Joannet lui préfère un autre poème-type, dont il ne nomme pas l'auteur, et que lui emprunte Sabatier de Castres. Ce Virelai, intitulé Le Cuisinier du Parnasse à M*** sur sa Palinodie, est écrit en heptasyllabes, dont la suite est coupée une seule fois par deux vers de quatre ; il commence par un refrain de deux vers :

Enfin vous voulez la paix :
J'en suis content, je vous la jure

10Mais ce refrain n'est pas repris avec régularité, soit par moitié, soit dans son entier ; quelquefois il se limite à quelques mots, ce qui prouve que la notion fausse du Virelai, telle qu'on la trouve chez le P. Mourgues, commence elle-même à s'obscurcir et s'affaiblit encore quelque peu. Voici un fragment de cette pièce ; l'alternance n'y est pas observée, et l'on y remarque des successions de rimes à terminaison identique, qui ne sont d'ailleurs pas dénuées d'un certain pittoresque :

Je fais bien voir que je sçais
Venger en brave une injure.
Ma valeur en ses accès
Fait aux ennemis défaits
Même quartier à peu près
Qu'en un jour maigre aux brochets.
Qu'en un jour gras aux poulets,
Quand pour de dévots banquets,
Troussé jusqu'à la ceinture,
Le glaive à la main, je vais
De dindonneaux, de cochets,
Faire une déconfiture.
En vain d'un tendre murmure,
En leur façon, les pauvrets
Disent : nous voulons la paix ;
Je ne dis point : je vous la jure.
Je m'étais fait une armure
Hors de péril d'entamure,
D'ouverture, de fracture,
Qui vous aurait, je m'assure,
Donné de la tablature.
J'aurois fait voler chenets,
Léchefrites, grils, soufflets,
Poëles, chaudrons et balets,
Sans oublier les cotrets
Qui font taire les caquets.
A vous parler sans figure,
Vous alliez voir des sonnets,
Des quatrains, des triolets.
Des balades et des lais,
Des chansons à vingt couplets,
Vous peindre d'après nature ;
Vous auriez vu les essais
De ma veine en vers français.

11Le P. du Cerceau, dans son Recueil de Poësies diverses, a donné, sous le titre de Virelai manqué, une pièce qui se compose de neuf strophes d'inégale longueur, suivies d'uneapostille, c'est-à-dire d'un envoi ou conclusion. Ce vers :

Il ne faut répondre de rien,

12encadre la première strophe, tandis que dans les autres il ne sert que de refrain final. Chaque couplet comporte un nombre de vers différent. Ainsi qu'on peut le constater, ce poème ne ressemble pas lui non plus à l'exemple qu'avait proposé le P. Mourgues. Le P. du Cerceau avoue d'ailleurs qu'il connaît fort mal les règles du genre, et il ne paraît pas qu'il ait en grande envie de les approfondir :

Un virelay, j'y suis novice,
Je n'en sçay pas même les loix ;
Je marche en poëte timide,
Qui, sans méthode et sans autre art,
N'a que le seul refrain pour guide.

  • 9 Fontenelle, T. III, p. 170.
  • 10 Voici une pièce charmante, qui n'est pas d'un caractère très accusé, mais dans laquelle il faut pe (...)

13Les virelais se font de plus en plus rares à mesure que les années s'écoulent. C'est un de ces poèmes, comme dit Fontenelle9, « qui ne peuvent avoir aucun commerce avec la raison, quelque peine qu'on y puisse prendre ». L'abbé Berthelin signale que Régnier-Desmarais en a composé six, imprimés parmi ses œuvres10. L'abbé Charnel d'Autrain, dans son gros recueil où il a réuni des sonnets, des rondeaux, des épigrammes, des énigmes et des logogriphes, n'en a cité aucun.

II. LE RONDEAU ET LE TRIOLET

14Presque tous les métriciens du xviiie siècle parlent encore du Rondeau, tel qu'on le connaissait à l'époque classique, bien qu'ils n'en donnent pas toujours les règles avec une parfaite exactitude. Indépendamment du Triolet, que nous examinerons plus loin, ils mentionnent le Rondeau quatrain, le Rondeau redoublé, et le Rondeau cinquain, ce dernier surtout, car très souvent ils négligent les deux autres.

  • 11 Abbé Joannet, T. II, p. 172 ; Beauzée, dans l'Encyclopédie, au motRondeau.

15Le Rondeau quatrain, que l'on continue d'appeler Rondeau simple, est catalogué par le Dictionnaire de Trévoux, par le Traité des Belles-Lettres sur la Poësie françoise, par l'abbé Joannet, par Demandre et par Beauzée dans l'Encyclopédie, quelquefois avec un exemple, tandis que Restaut, de Wailly et d'autres auteurs n'en disent rien. C'est une forme périmée, dont on s'accorde à constater qu'elle a beaucoup vieilli. « Il est fort peu en usage aujourd'hui », déclare l'abbé Joannet, ce que confirme de son côté Beauzée : « On ne fait plus de ces rondeaux simples ; mais, comme la structure n'en est pas si difficile que celle des deux autres espèces, ils peuvent aisément revenir à la mode »11. Le pronostic de Beauzée ne s'est jamais réalisé. Cette variété paraît si peu importante qu'on la décrit d'une manière très sommaire. Les échantillons qu'on en cite datent tous du xviie siècle.

16Le Rondeau redoublé figure dans les nomenclatures du Dictionnaire de Trévoux, du Traité des Belles-Lettres, de la Poëtique françoise à l'Usage des Dames, de l'abbé Joannet, de l'abbé Mallet, de Demandre et de Beauzée. Au contraire Restaut, de Wailly et Domairon n'en parlent pas, et cela signifie bien évidemment qu'il tombe de plus en plus dans l'oubli. Il semble bien que les poètes l'aient complètement abandonné. Les auteurs qui le nomment encore, lorsqu'ils veulent faire connaître en quoi il consiste, transcrivent celui qui a été composé par le P. Mourgues, le seul peut-être qu'ils aient lu.

  • 12 Domairon, p. 49.

17Le seul Rondeau qui survive encore est celui qu'avait conservé le xviie siècle, le Rondeau cinquain, généralement appelé Rondeau double, en attendant qu'il devienne plus tard le Rondeau nouveau. Mais il ne mène qu'une existence assez précaire, malgré l'attention que lui accordent certains métriciens. La meilleure définition est celle qu'en a donnée Domairon : « La naiveté fait le principal caractère du Rondeau. Mais cette naïveté n'exclut pas la délicatesse, la finesse même, pourvu qu'elles ne s'y trouvent pas aux dépens de l'aimable simplicité. Ce petit poème, particulièrement propre à des sujets badins, est composé de treize vers de dix ou de huit syllabes qui roulent sur deux rimes, dont huit sont féminines et cinq masculines, ou huit masculines et cinq féminines. De quelque manière qu'on dispose ces rimes, il s'en rencontre en quelque endroit trois féminines ou masculines de suite. Il doit y avoir, après le cinquième vers, un repos ou un sens complet. Le premier hémistiche, ou les premiers mots du rondeau doivent se retrouver à la suite du huitième et du treizième vers pour servir de refrain. Il est essentiel que ce refrain, qui dans les vers de dix syllabes, est de quatre, et qui, dans ceux de huit, est de trois, soit lié avec la pensée qui précède et qu'il termine le sens naturellement »12.

  • 13 Voltaire est lui aussi l'auteur d'un Rondeau double irrégulier, sans rentre-ment après le second c (...)
  • 14 Bruzen de la Martinière, préf., p. XVII ; abbé Batteux, T. IV, p. 222 ; Voltaire, Dict. phil., au (...)
  • 15 Le P. Buffier, Abrégé, p. 520.
  • 16 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 211.
  • 17 Abbé Joannet, T. II, p. 166.
  • 18 Voltaire, Encyclopédie, au motÉpigramme.

18Ce Rondeau double est encore cultivé par un certain nombre de poètes. J.-B. Rousseau en a écrit quatre, il en existe de Piron et même de Voltaire ; on en rencontre ça et là dans les journaux de littérature. Cependant il se fait de plus en plus rare, et des signes évidents montrent qu'il est destiné à mourir. Malgré les définitions qu'en donnent divers métriciens, on ne se préoccupe pas toujours d'en respecter les règles : l'abbé Charnel d'Antrain en a récolté trois qui sont respectivement de 1724, de 1731 et de 1755 ; mais le second ne présente que deux vers au lieu de trois en son second couplet13. En outre, bien que J.-B. Rousseau l'ait employé une fois pour célébrer une action héroïque, qui était la prise de Lérida en 1708, il semble qu'il ne puisse convenir qu'à des sujets légers. Bruzen de la Martinière, l'abbé Batteux et Voltaire14 le considèrent en effet comme une variété de l'Épigramme, à peine bon quand on veut mettre en vers, selon le mot du P. Buffier15, « des badineries ou des riens ». On hésite même sur le nom qu'il doit porter, car l'abbé Mallet16, par opposition au Rondeau redoublé, l'appelle Rondeau simple, sans savoir que cette désignation s'attache déjà au Rondeau quatrain. Ce dernier critique laisse entendre que tous ces poèmes ne méritent pas qu'on s'y attache bien longtemps : « Ces sortes de pieces ne sont plus gueres d'usage, et d'ailleurs nous ne nous proposons pas d'expliquer les régies de leur méchanisme ». L'abbé Joannet17 découvre leur origine dans « la stérilité de notre langue ». Mais la condamnation la plus dure est celle que laisse tomber Voltaire : « Peut-être ces Rondeaux, dont le mérite est de répéter à la fin de deux couplets les mots qui commencent ce petit poëme, sont une invention gothique et puérile... Les Grecs et les Romains n'ont jamais avili la dignité de leurs langues harmonieuses par ces niaiseries difficiles »18.

  • 19 Domairon, p. 51.

19Le Triolet survit lui aussi, mais dans des conditions tout aussi peu brillantes. On en découvre encore quelques-uns au xviiie siècle, chez des poètes comme Piron, Sauron, Davesne, l'abbé Mangeant, dans des journaux littéraires comme l'Almanach des Muses. H. Jacoubet en a signalé un encore en 1786, dans les Variétés littéraires et historiques de l'abbé Coupé. Divers critiques, l'abbé Batteux, Demandre, le chevalier de Jaucourt, l'édition de 1734 du Dictionnaire de Richelet, démêlent parfaitement que c'est une espèce de Rondeau, mais sans pouvoir dire que, sous le nom de Rondeau sengle, il avait fourni au Moyen Âge une carrière éclatante. D'autres au contraire, comme Sabatier de Castres, ne disent rien de cette parenté. Restaut, le P. Buffier, de Wailly ne parlent même pas du Triolet. Ceux qui en donnent les règles le font avec beaucoup de négligence et d'obscurité, bien qu'ils en citent des exemples corrects. Voici la définition de Domairon, qui indique peu clairement la place du dernier refrain : « Le Triolet est une espèce de Rondeau, qui n'a sur deux rimes que cinq vers, dont les deux premiers présentent un sens achevé. Le premier doit être répété après le troisième, en formant un sens naturel avec ce qui le précède. Il en est de même des deux premiers, qu'on répète après le cinquième. La beauté de ce petit genre de poésie consiste dans l'application heureuse qu'on fait des deux premiers vers, et de leur liaison avec celui qui les précède »19. Mais la régularité ne semble pas toujours indispensable aux poètes, puisque Voltaire a décoré du nom de Triolet la pièce suivante, adressée à Titon du Tillet, où les lois du genre ne sont pas respectées :

  • 20 Voltaire, T. XIV, p. 290.

Dépêchez-vous, Monsieur Titon.
Enrichissez votre Hélicon.
Placez-y sur un piédestal
Saint-Didier, Danchet et Nadal,
Qu'on voie, armés du même archet,
Nadal, Saint-Didier et Danchet,
Et couverts du même laurier,
Danchet, Nadal et Saint-Didier.20

20Certains auteurs se sont servis de cette forme pour exprimer des pensées galantes et tendres. On doit à Bonnard le charmant poème que voici :

Grondez-moi, si vous le pouvez,
Mais je vous aime à la folie ;
Maintenant que vous le savez,
Grondez-moi si vous le pouvez.
A la beauté que vous avez,
Unir raison, grâce et saillie !...
Grondez-moi, si vous le pouvez,
Mais je vous aime à la folie.

21Cependant la perle du genre est un autre triolet de Jacques de Ranchin, composé à la fin du xviie siècle ou au début du xviiie, que citent comme un parfait modèle Rémond de Saint-Mard et Jaucourt :

Le premier jour du mois de mai
Fut le plus heureux de ma vie.
Le beau dessein que je formai,
Le premier jour du mois de mai !
Je vous vis et je vous aimai.
Si ce dessein vous plut, Sylvie
Le premier jour du mois de mai
Fut le plus heureux de ma vie.

  • 21 Abbé Joannet, T. II, p. 172 ; Demandre, T. II, p. 490.

22Mais l'inspiration plaisante, déjà très répandue à l'époque classique, devient très vite dominante. L'abbé Joannet fait remarquer que cette variété du Rondeau convient à la raillerie. Demandre partage la même opinion : « Le caractère du Triolet est essentiellement plaisant et badin ; on n'en peut guère faire pour louer, ni sur des sujets graves ; mais ils sont très propres à bien rendre un trait de raillerie un peu satirique »21. Sabatier indique que le Triolet se chante ; il est donc d'avis qu'il peut être mis en musique, et que c'est là un de ses emplois.

  • 22 F.M.A.D.M.D.B.D., p. 67.
  • 23 Abbé Mallet, Poètes,. I, p. 214. Sabatier de Castres présente lui aussi la même observation.

23Comme tous les rondeaux, il s'accommode d'un style simple et naturel, sans figures ambitieuses et sans grandiloquence. Tous ces poèmes ont en effet beaucoup de caractères qui leurs sont communs, comme il est vrai que leur grâce réside dans l'art avec lequel le poète amène le refrain, qui doit venir pour ainsi dire de lui-même après les vers dont il est précédé. Tous sont écrits sur deux rimes. Tous sont isométriques, abstraction faite des rentrements dans les formes qui en exigent. Tous admettent les mêmes mètres. Il va de soi que l'alexandrin en est exclu. L'octosyllabe y fait bonne figure. Mais il est préférable d'avoir recours au décasyllabe, qui réunit tous les suffrages, parce qu'il paraît s'accorder merveilleusement avec le style que réclame le genre. Ce style est voisin de celui de la prose ; il peut même descendre jusqu'au familier et au burlesque, par une liberté que lui tolère expressément le Traité de Belles-Lettres sur la poésie françoise22 ; dans la pratique il s'orne volontiers des élégances marotiques, signe irréfutable qu'il s'agit bien là d'un genre de plus en plus démodé. Seul le décasyllabe, pense-t-on, possède la souplesse nécessaire pour que le poète puisse s'exprimer avec le laisser-aller qu'on attend de lui. Marot et J.-B. Rousseau, notent certains critiques, ont toujours préféré cette espèce de vers, parce qu'ils l'ont crue plus simple, plus naïve et en quelque manière moins éloignée de la prose : « En effet, dit l'abbé Mallet23, par ses deux hémistiches inégaux, elle tient dans notre langue la place que le vers ïambe occupoit chez les Anciens, et regagne par l'harmonie, sur le vers alexandrin, ce qu'elle semble perdre du côté de la majesté. D'ailleurs ce vers permet des repos, des enjambements, des inversions qui deviennent fautes dans tous nos autres vers ».

III. LE CHANT ROYAL ET LA BALLADE

  • 24 On consultera : F.M.A.D.M.D.B.D., p. 71 ; le Dictionnaire de Trévoux, au mot Chant royal ; l'abb (...)

24Le Chant royal n'est plus qu'une pièce de musée, que mentionnent quelques très rares métriciens, peut-être uniquement parce qu'il figure encore dans les nomenclatures de leurs prédécesseurs du xviie siècle. Faut-il croire, comme le prétend le Traité des Belles-Lettres en 1747, qu'à cette date l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse ne l'ait pas encore supprimé de ses concours comme l'a fait la Confrérie de l'Immaculée Conception de Rouen dès 1733 ? Ou bien cette affirmation repose-t-elle sur ce qu'en a écrit le P. Mourgues ? C'est visiblement dans son ouvrage qu'ont puisé leurs renseignements la plupart des auteurs qui se risquent à parler du Chant royal24. La formule dont il s'est servi : « c'est un fort beau reste de l'ancienne poésie », se retrouve en effet sous leur plume, et l'abbé Joannet a reproduit son exemple. Les définitions sont généralement assez sommaires, sauf celle de Demandre, qui paraît remonter à une autre source, car Demandre a consulté beaucoup de livres, et il lui arrive même de citer Gracien du Pont. Il donne les caractéristiques de ce poème : cinq strophes de onze vers, avec refrain, et suivies d'un envoi de cinq ou de sept vers, semblables pour les rimes à un pareil nombre de vers pris à la fin des couplets précédents, avec le même refrain ; les rimes du premier couplet règlent celles des autres et doivent reparaître dans le même ordre. Demandre déconseille le décasyllabe et recommande l'alexandrin, car il s'agit d'un genre sérieux et noble, qui doit présenter sous tous ses aspects, dans sa versification comme dans son style, un air de grandeur. Il souhaiterait que chaque strophe fût coupée de repos de sens à la fin du quatrième vers et du septième. Mais il ne sait plus pourquoi le mot Prince ou le mot Princesse doit prendre place au début de l'envoi : « Cet envoi, dit-il, commençoit presque toujours par le mot Prince, pour la raison que cette pièce, étant regardée comme ce qu'il y avoit de plus majestueux parmi les petits poëmes, il paroissoit qu'on ne pouvoit convenablement l'adresser qu'aux rois, et c'est encore la cause pour laquelle on l'appeloit Chant royal ». Sabatier de Castres manifeste la même ignorance, mais il est sensible à la grâce du refrain, qui doit être bien amené et tomber d'une manière naturelle, après une forte suspension de sens. Cependant le ton en somme fort respectueux sur lequel on décrit les règles de ce poème n'a rien changé à son art, définitivement scellé depuis très longtemps, et n'a pas réveillé l'intérêt que d'autres générations avaient anciennement nourri à son égard.

  • 25 Je renvoie aux ouvrages suivants : abbé Mallet, Poëtes, T. I, p. 216 ; Poétique françoise a l'Usag (...)

25L'ancienne Ballade française, dont la véritable nature est obscurcie à la fin du xviie siècle par un poème d'un tout autre genre, qui est imité des littératures septentrionales, mais qui porte le même nom, appartient à la même famille que le Chant Royal, avec des dimensions plus réduites, ce que font remarquer l'abbé Joannet et Demandre, à la suite de Sebillet. Divers critiques, pas très nombreux, la décrivent25, mais avec beaucoup d'inexactitude et d'imprécision, de telle sorte qu'il faudrait mettre toutes leurs définitions bout à bout, en les corrigeant l'une par l'autre, pour avoir une idée convenable du genre. D'ailleurs le type de notre Ballade actuelle, inspiré de l'exemple de Villon, et qui s'est imposé au xixe siècle, n'a pas encore triomphé, et beaucoup de règles sont présentées comme encore flottantes.

26Le plus souvent les critiques négligent de nous dire le nombre de strophes que la ballade doit avoir : La Poëtique françoise à l'Usage des Dames lui en assigne « trois ou quatre », Demandre, Marmontel, l'abbé Berthelin et l'abbé Joannet trois seulement ; mais l'abbé Mallet garde le silence sur cette question. Le nombre des vers que peut comprendre chaque strophe varie selon les auteurs. L'abbé Mallet accorde huit vers à chaque couplet, l'abbé Joannet huit, neuf ou dix, Demandre huit ou dix, Marmontel huit, dix ou douze, Sabatier quatre, six, huit, dix ou douze, au choix du poète ; Piron s'est servi de neuvains et d'octosyllabes. Quant aux mètres dont on peut faire usage, les métriciens sont d'avis que, lorsque le sujet traité est sérieux et noble, les vers à recommander sont l'octosyllabe ou même, selon Sabatier, l'alexandrin, mais que, lorsqu'il s'agit de développer un thème plaisant, il faut avoir recours au décasyllabe, qui entraîne avec lui l'emploi du style marotique ; en ce qui concerne l'alexandrin, Marmontel le déconseille expressément : « Nos anciens poètes, comme Villon et Marot, n'y ont employé que les vers de dix et de huit syllabes ; celui de douze n'étoit guère en usage, et sa gravité sembleroit déplacée dans un poëme qui doit garder la naïveté du vieux temps ». La Ballade, tout comme le Chant Royal, est strictement isométrique. Comme lui encore, il comporte un envoi sur la dimension duquel on ne s'entend pas : la Poëtique françoise à l'Usage des Dames se contente de dire qu'il doit avoir moins de vers que la strophe ; l'abbé Mallet lui en concède trois ou quatre, sans autre explication, Sabatier quatre, cinq, six ou sept ; seuls l'abbé Berthelin, l'abbé Joannet, Demandre et Marmontel précisent qu'il doit être de la moitié du couplet, c'est-à-dire de quatre ou cinq vers, suivant que ce couplet est un huitain ou un dizain. L'abbé Joannet ajoute que le mot Prince (ou Princesse), par lequel on le fait souvent débuter, n'y est pas indispensable. L'abbé Mallet ne mentionne pas les règles qui concernent les rimes, qu'il qualifie seulement de « redoublées » ; la Poëtique françoise à l'Usage des Dames, Demandre et Marmontel sont seuls à indiquer que celles-ci doivent reparaître à la même place dans toutes les strophes, sans signaler, à l'exception de Marmontel, que l'envoi doit reproduire la disposition qu'elles ont dans les derniers vers du couplet. On ne dit pas toujours que le même vers doit revenir à la fin de chaque strophe ainsi que de l'envoi, et qu'il constitue un refrain obligatoire.

27Si les métriciens manifestent une telle indécision et présentent entre eux des divergences parfois très importantes, c'est là un signe indiscutable que la Ballade ne rencontre plus que l'indifférence des lettrés. Elle est en effet bien déchue de son ancienne dignité. Sauf dans des cas extrêmement peu fréquents, elle a cessé d'être une des formes dont on se sert pour exprimer des pensées graves : « On sent assez, déclare l'abbé Mallet, que ces sortes d'ouvrages sont de pur amusement, et qu'on ne doit jamais les entreprendre s'ils ne roulent sur des sujets susceptibles de badinage et d'enjouement ». Dans ces conditions, pourquoi irait-on s'astreindre à en écrire, et, quand on le fait, à observer rigoureusement des prescriptions aussi difficiles ? On en compose encore quelquefois, mais très rarement, et sans y apporter un très grand souci de correction. Il y en a une dans les Poësies diverses de J.-B. Rousseau, en huitains de décasyllabes, sur des rimes ababbcbc, avec un refrain et un envoi de cinq vers qui commence par le mot Dame, sur des rimes bbcbc. La Ballade à M. Robert, secrétaire du Roi, de Piron, est en neuvains d'octosyllabes, mais très irrégulière. Elle possède un refrain et un envoi de quatre vers qui ne commence pas par le mot Prince. Les rimes ne présentent pas la même disposition dans les diverses strophes : elles sont abbababba dans la première, ababbbaba dans la seconde, bababaaba dans la troisième, et baba dans l'envoi. Aussi la Ballade disparaît-elle progressivement, mais avec une très grande rapidité. Les sociétés littéraires de province ne l'oublient pas tout à fait, bien que la Confrérie de l'Immaculée Conception de Rouen, en 1732, lui ait fait subir le même sort qu'au Chant Royal. Demandre nous apprend qu'au début de la Guerre de sept ans les Jeux Floraux la maintenaient encore à leur programme. Il cite l'une des pièces présentées à ce concours ; elle est en alexandrins, le sujet en était un éloge de la Vierge protectrice et le refrain en avait été donné :

Triomphez, confondez l'ennemi de la paix.

28C'est, au xviiie siècle, l'exemple le plus récent que je connaisse.

29Marmontel, avec beaucoup de libéralisme, selon sa coutume, a pris la défense de la Ballade : « Ce petit poëme, note-t-il, a de la grâce et de la régularité dans sa forme, et, quand le refrain en est heureusement amené à la fin des couplets, il leur donne un ton très piquant ». Il a fait remarquer qu'il aurait fallu la conserver, à une époque où l'on considérait la difficulté vaincue comme l'un des mérites les plus certains de la poésie : « La régularité sévère de ces petites pièces de poësie en a fait abandonner le genre, et c'est ce qui auroit dû le rendre intéressant. Le sentiment de la difficulté vaincue entre plus qu'on ne pense dans le plaisir que nous font les arts... C'est ce qui doit nous faire regretter ces petits poëmes qui, dans leur forme prescrite, avoient de l'élégance et de la grâce, et dans lesquels la facilité unie à la contrainte étoit un objet de surprise, et par conséquent un plaisir de plus ». Mais sa protestation est restée vaine, et lui-même est obligé de constater que la Ballade a passé de mode depuis Mme Deshoulières. L'abbé Féraud, dans son Dictionnaire critique, enregistre son acte de décès, ce que fait également Sabatier de Castres, Restaut n'en parle plus, ni de Wailly, ni Domairon. Mais c'est l'abbé Mallet qui expose le plus complètement les griefs des gens de goût : la répétition des mêmes rimes n'a pas autant de grâce qu'on se le figurait autrefois ; elle dégénère en monotonie, tandis que la variété n'est jamais plus nécessaire que dans les petits ouvrages ; les règles, qui sont d'une minutie gênante, font dériver l'attention vers le mécanisme du poème, aux dépens de l'intérêt littéraire, qui seul devrait retenir le lecteur, les curiosités de la forme masquent la pauvreté du fond.

IV. LE SONNET

30On sait déjà qu'un certain nombre de critiques du xvie siècle, Sebillet et J. Peletier du Mans lui avaient découvert des liens de parenté avec l'Épigramme, parce que ces deux genres devaient présenter dans leur dernier vers une pensée particulièrement brillante. Cette confusion, que n'avaient jamais faite les Italiens, et que n'avaient commise ni Saint-Gelais, ni Marot, ni Du Bellay, s'était effacée pendant très longtemps, puis, avec Colletet, elle avait reparu au xviie siècle, alors qu'on aurait pu la croire abolie pour toujours. On la retrouve au xviiie siècle chez Bruzen de la Martinière, le P. Buffier, l'abbé Batteux, Domairon, et même chez Voltaire, qui a imprimé ses sonnets dans le recueil de ses Épigrammes : la cause en est dans l'existence de ce trait final, commun théoriquement à l'un et à l'autre de ces poèmes, et dont Domairon fait une obligation pour le Sonnet.

  • 26 Ginguené (Histoire littéraire d'Italie, 1811, T. I, p. 416) attribue au sonnet une origine sicilie (...)

31Au sujet de celui-ci, on continue de s'en tenir aux idées qu'a exprimées Boileau. On le cite quand on décrit le Rondeau ou la Ballade, et l'on adopte ses jugements ; on le cite encore à propos du Sonnet, et on le suit de plus près encore, sauf sur deux points où il rencontre des contradicteurs. On sait que, adoptant une théorie assez répandue avant lui, il a attribué à cette forme une origine française. Mais Ginguené, d'une manière fort juste, a restitué aux Italiens l'honneur de l'avoir créée26. D'autre part son affirmation :

Un sonnet sans défaut vaut seul un long poème,

32semble à certains beaucoup trop favorable et soulève les protestations de quelques critiques. L'abbé Mallet fait ressortir qu'il n'est pas besoin d'un effort prodigieux pour composer des pièces aussi courtes, car le mécanisme en est tout de même assez simple. L'abbé Joannet, tout en reconnaissant les difficultés qu'elles présentent, se refuse à admettre qu'elles puissent soutenir la comparaison avec La Henriade, Le Poème de la Grâce, Rhadamiste et Zénobie, ou l'Ode à la Fortune, et en sortir à leur avantage ; Sabatier de Castres rappelle que l'Ode, la Tragédie, l'Épopée sont parsemées d'obstacles elles aussi, et qu'il est encore bien moins aisé d'en venir à bout, qu'il suffit d'un peu d'esprit pour aligner quatorze vers, mais qu'il faut déployer du génie pour mener à bien des œuvres de longue haleine.

  • 27 Abbé Joannet, T. II, p. 190.
  • 28 Domairon, p. 48.

33Ces réserves mises à part, Boileau est approuvé par tous les critiques, qui transcrivent en prose ce qu'il a dit en vers, et qui parfois le délaient. « Le Sonnet, déclare l'abbé Joannet27, est un petit poème que l'on regarde communément, et avec raison, comme un des plus difficiles à exécuter. On y exige une perfection à laquelle il n'est pas encore de poëte qui ait pu atteindre. Expressions nobles et pleines de justesse, qui réunissent la précision à l'harmonie, rimes riches et heureuses, vers sonores et pleins de force, nul terme stérile pour le sens, aucune répétition de mots, pas le moindre écart du sujet ; tout doit y être exact, poli, châtié ; on veut y trouver la noblesse et la majesté de l'ode, le ton fin et subtil de l'épigramme, l'air élégant et délicat du madrigal. Il n'est pas permis d'être auteur médiocre en ce genre et on s'est accordé si universellement sur ce point que, d'une foule prodigieuse de sonnets, il en est peu qui ayent fait de la réputation à leur auteur ». Voici maintenant ce qu'a écrit Domairon : « Tout doit être exact, poli, châtié dans ce petit ouvrage. On n'y souffre ni le moindre écart du sujet, ni un vers faible ou négligé, ni une expression impropre ou superflue, ni la répétition du même mot. La précision et la justesse des pensées, l'élégance des expressions, l'harmonie des vers, la richesse des rimes n'y doivent laisser rien à désirer : en un mot, tout doit y être d'une beauté achevée. Aussi n'y a-t-il aucun poëte qui ait atteint à ce degré de perfection qu'on exige dans ce petit poëme ; et ce qu'a dit Boileau il y a plus d'un siècle, nous pouvons le répéter aujourd'hui, qu'un sonnet sans défaut est un heureux phénix qui est encore à trouver »28. Ces remarques, plus ou moins étendues, mais toujours les mêmes, qu'on retrouve chez Hardion comme chez l'abbé Batteux et chez Restaut, s'expliquent parce qu'elles remontent à une source commune, qui est L'Art poétique du législateur du Parnasse.

  • 29 Bruzen de la Martinière, T. II, p. 237.
  • 30 Abbé Charuel, p. 341.

34Le Sonnet, selon les théoriciens du xviiie siècle, est isométrique et s'écrit généralement en alexandrins, car le plus souvent les sujets en sont nobles. Cependant, si l'inspiration s'y fait plus légère, on peut se servir, selon l'abbé Joannet et Domairon, de l'octosyllabe, auquel J.–B. Rousseau a eu quatre fois recours. Le décasyllabe est également admis, et c'est de lui que Voltaire fait usage. Ce poème s'écrit sur cinq rimes, deux pour les quatrains, trois pour les tercets : chaque quatrain et chaque tercet doivent présenter un sens séparé. Les rimes des deux quatrains se succèdent habituellement dans un ordre identique, selon le schéma ABBA - ABBA, le seul approuvé sans réserve par Bruzen de la Martinière29, qui pourtant admet aussi, mais sans grand enthousiasme, la disposition italienne ABAB -ABAB, de date plus ancienne, employée par J.-B. Rousseau et par Des-forges-Maillard, et dont on trouve des exemples dans le recueil de l'abbé Charnel. Mais, bien que le Dictionnaire de Trévoux et d'autres critiques condamnent les sonnets libertins de Malherbe, les pièces irrégulières ne sont pas rares ; une combinaison non symétrique, ABAB - BABA, se rencontre dans le recueil de l'abbé Charuel30 ; Voltaire a construit les quatrains d'un de ses sonnets sur quatre rimes ABBA - CDCD, sans correspondance exacte de l'un à l'autre.

35À leur tour, les rimes des tercets méritent un bref examen. Si nous les désignons par les mêmes lettres, étant bien entendu qu'elles sont différentes des homophonies qui terminent les quatrains, nous pouvons constater que les schémas AAB - CBC et AAB - CCB sont les plus répandus. Tous les deux avaient été très employés au xvie siècle ainsi qu'au xviie. Ils restent en honneur au xviiie et sont mis sur un pied d'égalité par l'abbé Berthelin. Le second est la forme préférée de J.-B. Rousseau et a été aussi utilisé par Voltaire. Cependant l'abbé Mallet considère que la première combinaison seule est correcte et rejette l'autre comme irrégulière ; mais il semble bien que son interdiction n'ait été suivie d'aucun résultat.

  • 31 Bruzen de la Martinière, T. II, p. 238-239.

36Une question qui a préoccupé l'époque postclassique a été de savoir si le Sonnet devait se terminer par une rime masculine ou pouvait finir sur une rime féminine. En désignant la première par la lettre M, et la seconde par le lettre F, Bruzen de la Martinière31 a dressé le tableau de quatre constructions possibles, qui sont les suivantes :

I – FMMF – FMMF – MMF – MFM.
II – MFFM – MFFM – FFM – FMF.
III – FMFM – FMFM – FFM – FFM.
IV – MFMF – MFMF – MMF – MFM.

  • 32 Abbé Mallet, Poëtes, T. I, p. 198.

37On pourrait en imaginer d'autres, mais il s'en tient à celles-ci. Comme d'autres métriciens, il pense que le Sonnet doit finir par une rime d'un sexe différent que celui de la rime par laquelle il a commencé, en d'autres termes que, s'il débute par F, il doit se terminer par M, ou inversement. Voici ses remarques à propos de ces diverses combinaisons : « La première... est la plus usitée... La seconde, qui est la même, excepté que l'une commence par une féminine, et l'autre par une masculine, a aussi ses partisans... La troisième et la quatrième sont les moins usitées... Il y a néanmoins une raison qui engage à préférer la première... C'est que chaque quatrain et le premier tercet finissent par un vers féminin qui semble laisser quelque chose à désirer, et le dernier finit par un vers masculin qui donne un repos plein et absolu, ce qui est une beauté. Et quoique la quatrième ait le même avantage, elle n'a pas celui du son agréable que fait à l'oreille le redoublement de la rime dans le quatrième et le cinquième vers ». Quant à l'abbé Mallet, il ne manifeste aucune préférence pour la rime masculine ou la rime féminine : « Le Sonnet, dit-il seulement32, doit toujours finir par une rime différente de celle par laquelle il a commencé, en sorte que si le premier vers est masculin, le dernier doit être féminin, et celui-ci masculin lorsque l'autre est féminin ».

38Comme Voiture a écrit un Rondeau pour expliquer quelles étaient les règles de ce poème, il s'est aussi trouvé quelqu'un pour en faire autant à propos du Sonnet. De Wailly a cité ce poème, que je transcris à mon tour :

Doris, qui fait qu'aux vers quelquefois je me plais,
Me demande un Sonet, et je m'en désespère.
Quatorze vers, grand Dieu ! le moyen de les faire ?
En voilà cependant déjà quatre de faits.
Je ne pouvais d'abord trouver de rime, mais
En fesant on aprend à se tirer d'afaire.
Poursuivons : les quatrains ne m'étoneront guère,
Si du premier tercet je puis faire les frais.
Je comence au hasard, et si je ne m'abuse,
Je n'ai pas comencé sans l'aveu de ma muse
Puisqu'en si peu de temps je m'en tire si net.
J'entame le second, et ma joie est extrême,
Car des vers comandés j'achève le treizième.
Comptez s'ils sont quatorze, et voilà le Sonet.

39L'auteur de cette pièce est beaucoup moins habile que ne l'avait été Voiture et sa définition manque de précision. Il est permis de penser que celle de Boileau est bien plus satisfaisante, bien qu'il ait été lui aussi gêné par la forme versifiée de son Art poëtique. De quel poète est cet exemple ? De Wailly ne nous le dit pas. Date-t-il du xviie ou du xviiie siècle ? Peu importe. Il est certain du moins qu'il a été composé par un homme qui s'intéressait encore à cette forme de plus en plus délaissée.

40Le Sonnet, au temps de sa splendeur, avait été l'objet de toute espèce de modifications ou d'altérations qui attestaient la prodigieuse estime dans laquelle il était tenu. De ces variétés presque infinies il ne subsiste plus que de très rares rimes en écho, quelques acrostiches, et un certain nombre de bouts rimes. Voici un sonnet dont l'acrostiche forme les mots Louis de Bourbon. Il a été écrit pour glorifier Louis XIV, après la victoire remportée à Marseille en 1693 par Cotinat :

Le bruit de ta grandeur, dont n'approche personne, sonne :
On sait le triste état où sont tes ennemis mis.
Voudroient-ils s'élever, bien qu'ils soient terrassés assez ?
Ils connaîtront toujours la victoire immortelle telle.
Superbes allies, vous suivez les exemples amples
D'Alger et des Génois, implorant d'un pardon don.
En vain toute l'Europe oppose ses efforts forts.
Bataillons sont forcés, et villes entreprises prises.
O que par tant d'exploits vous serez embellis, Lis !
Votre gloire en tout lieu, du combat de Marseille aille
Rendant la ligne entière, après mille combats bats !
Belge, tu marcheras pareille à la Savoie voie :
On te voit tout tremblant sous un tel souverain, Rhin.
Nous te verrons aussi sous un roi si célèbre, Ebre.

  • 33 Sabatier de Castres, au mot ”Acrostiche” et au motEcho. Une autre variété de l'écho consiste à (...)

41Ces vers, d'une parfaite médiocrité, ont leur équivalent dans un autre sonnet en écho, imprimé par le Dictionnaire de Trévoux en 1734 et dont les initiales de chaque vers donnent l'acrostiche Le Prince Eugène. Mais Fontenelle et Sabatier de Castres condamnent l'acrostiche, qui d'ailleurs n'est pas lié à la forme du Sonnet. « C'étoit affecter d'imposer de nouvelles entraves, dit ce dernier auteur, à l'imagination resserrée par la contrainte de la mesure et de la rime, et chercher un mérite imaginaire dans des difficultés qu'on regarde aujourd'hui comme puériles et d'un mauvais goût : Stultus est labor ineptiarum ». Il s'exprime d'une façon tout aussi dure à propos de l'Écho : « Ce qui m'étonne, c'est que de pareilles inepties aient plu à des auteurs au-dessus du commun. M. l'abbé Banier cite comme une pièce d'une naïveté charmante le dialogue, composé par Joachim du Bellay, entre un amant qui interroge l'Écho, et cette nymphe qui lui répond... Ces sortes de jeux de mots ne purent se soutenir contre le bon goût du siècle de Louis XIV, et l'on n'en fait plus depuis »33.

  • 34 M. Jasinski, p. 156-160.
  • 35 Fontenelle, T. III, p. 171.

42Les Bouts-Rimés, qui sont le plus souvent prévus pour des pièces en forme de sonnet, ne sont pas appréciés d'une manière plus favorable. Ils continuent d'exister pendant un certain temps encore, mais sans conserver la grande vogue dont ils avaient joui précédemment. On en rencontre dans le Mercure de France, où ils ne font guère figure que de jeux de société dont le succès s'affaiblit de plus en plus. Ce journal n'en publie que cinq entre 1770 et 1792. Il y en a seulement deux dans l'Almanach des Muses, l'un en 1781, l'autre en 178434. Depuis longtemps ce genre a cessé de plaire, car le recueil de l'abbé Charnel, outre deux compliments en vers qui datent de 1719, ne donne que cinq sonnets écrits sur des rimes imposées d'avance en 1725, 1730, 1731, 1732, 1733 et 1734. Fontenelle, qui rejette l'acrostiche, s'y montre également hostile35. L'abbé Joannet en parle avec un dédain qu'il ne cherche pas à dissimuler : « Il n'y eut point de termes baroques, d'expressions bizarres, de mots dont les idées se heurtassent, qu'on ne se fît plaisir de ramasser pour fournir des rimes à remplir, et l'on vit nos poëtes se ronger les ongles pendant un mois pour enfanter des pièces qui souvent n'étoient pas dignes de vivre plus d'un jour ».

  • 36 M. Jasinski, p. 179 sq.
  • 37 Le P. Buffier, Abrégé, p. 515.
  • 38 Sautereau de Marsy, Annales poëtiques, T. III, préf. de l'article sur Melin de Saint-Gelais.

43La même désaffection s'étend au Sonnet proprement dit, au Sonnet nu et débarrassé de toutes ces difficultés parasites. Il était déjà moribond depuis longtemps ; maintenant il achève de mourir. M. Jasinski a fait l'histoire de son agonie36. On n'en compose plus qu'un petit nombre ; La Motte et Fontenelle nous en ont laissé plusieurs, et l'un de ceux qu'avait écrits ce dernier poète lui valut, nous dit le P. Buffier37, des applaudissements. Il y en a deux de Voltaire, dont un très irrégulier, cinq de J.-B. Rousseau, quelques-uns de Desforges-Maillard, d'autres encore dans le recueil de l'abbé Charuel d'Antrain. Le Sonnet survit dans les concours des Jeux Floraux jusqu'en 1788. Mais, à Rouen, la Confrérie de l'Immaculée Conception le supprime de ses programmes à partir de 1769 ; elle en couronne pourtant encore un en 1774, mais à titre tout à fait exceptionnel, « tant à cause de son mérite que relativement à la personne respectable qui en a été l'objet ». A Caen, il n'apparaît qu'une fois de 1755 à 1767, puis on l'exhume de nouveau en 1774 pour l'abandonner définitivement en 1781. Son rôle se réduit de plus en plus à celui d'un divertissement réservé à des provinciaux. Les critiques se désintéressent de lui et s'accordent généralement pour dire qu'il n'est plus à la mode. D'abord oublié dans l'Encyclopédie, il n'a trouvé place que dans le Supplément, en un article qu'a signé Beauzée. À quoi bon s'occuper d'une forme surannée, dont les difficultés ne sont qu'un jeu frivole et qui détourne les lecteurs de la justesse de la pensée pour faire dériver leur attention sur l'habileté technique que réclament des règles aussi minutieuses ? Sautereau de Marsy prononce à son égard une sentence sans appel : « Nous ne voyons aucun mérite inhérent au Sonnet. Cela est si vrai qu'un auditeur, s'il n'est averti, ne le distingue jamais de tout autre genre de poésie. En un mot, un bon sonnet est un certain nombre de vers qui seroient tout aussi bons s'ils ne formoient pas un sonnet »38.

V. LES AUTRES POÈMES À FORME FIXE

  • 39 Domergue, p. 310.

44Il n'en reste guère que trois, la Villanelle, la Sextine et la Glose. Sauf erreur, il n'existe qu'une seule mention de la Villanelle au xviiie siècle. Elle est due à l'abbé Berthelin. C'est, dit-il, « une chanson de bergers ». Il en donne comme modèle celle qu'a composée Passerat ; « ce petit poème, ajoute-t-il, est partagé par tercets, tous sur deux rimes en elle et en oi, et les mêmes se trouvant ensemble à la fin de la pièce, font un quatrain au lieu d'un tercet. On trouve encore des Villanelles dont les couplets sont de six vers ». Personne ne parle ni de la Sextine, ni de la Glose. C'est bien ici le cas de reproduire le jugement d'ensemble que Domergue39 a porté sur toutes ces formes de poésie : « La difficulté mécanique de ces pièces a sans doute contribué à leur chute. Tout y est déterminé, le nombre de vers, la nature des rimes, le retour périodique des refrains. C'est bien assez de l'esclavage qu'imposent les règles de la versification, sans l'aggraver par des conditions plus dures encore.

Notes

1 Rémond de Saint-Mard, p. 252 ; Marmontel, El. de Litt., T. I, p. 288.

2 Abbé Joannet, T. II, p. 179.

3 Demandre, T. II, p. 383.

4 Sabatier de Castres, au mot ”Lai”.

5 Abbé Joannet, T. II, p. 180.

6 Demandre, T. I, p. 484.

7 Le Dictionnaire de Trévoux, au motVirelay, le dit lui aussi d'une manière très nette : « Ce nom de Virelay vient de virer, qui signifioit autrefois tourner. Après avoir conduit quelque temps le Lay sur une rime dominante, on le faisoit virer ou tourner sur l'autre rime, qui devenoit dominante à son tour. Le Virelay moderne est quelque peu différent de l'ancien. Il tourne sur deux rimes seulement, dont l'une doit dominer dans toute la piece, l'autre ne vient que de tems en tems pour faire un peu de variété ».

8 Cf. xvie-xviiie s., T. III, p. 136.

9 Fontenelle, T. III, p. 170.

10 Voici une pièce charmante, qui n'est pas d'un caractère très accusé, mais dans laquelle il faut peut-être voir une dégénérescence du virelai. Elle est de Sénier :
MORALITÉ
Jouissons, bergère,
Jouissons du temps !
Sa course légère
Entraîne les ans.
Après leur printemps,
Tout n'est que chimère,
Que douleur amère,
Que regrets cuisants.
Jouissons, bergère,
Jouissons du temps
Ce lieu solitaire
Est propre au mystère
Des amours contents.
Le soleil éclaire
Moins qu'à l'ordinaire.
Ses feux complaisants
Forcent à se taire
Ta pudeur austère.
Jouissons du temps,
Jouissons, bergère !

11 Abbé Joannet, T. II, p. 172 ; Beauzée, dans l'Encyclopédie, au motRondeau.

12 Domairon, p. 49.

13 Voltaire est lui aussi l'auteur d'un Rondeau double irrégulier, sans rentre-ment après le second couplet.

14 Bruzen de la Martinière, préf., p. XVII ; abbé Batteux, T. IV, p. 222 ; Voltaire, Dict. phil., au motÉpigramme, T. XXXIX, p. 134.

15 Le P. Buffier, Abrégé, p. 520.

16 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 211.

17 Abbé Joannet, T. II, p. 166.

18 Voltaire, Encyclopédie, au motÉpigramme.

19 Domairon, p. 51.

20 Voltaire, T. XIV, p. 290.

21 Abbé Joannet, T. II, p. 172 ; Demandre, T. II, p. 490.

22 F.M.A.D.M.D.B.D., p. 67.

23 Abbé Mallet, Poètes,. I, p. 214. Sabatier de Castres présente lui aussi la même observation.

24 On consultera : F.M.A.D.M.D.B.D., p. 71 ; le Dictionnaire de Trévoux, au mot Chant royal ; l'abbé Berthelin, l'abbé Joannet, T. II, p. 173 ; Demandre, T. I, p. 183 ; Sabatier de Castres, au motChant royal.

25 Je renvoie aux ouvrages suivants : abbé Mallet, Poëtes, T. I, p. 216 ; Poétique françoise a l'Usage des Dames, T. II, p. 357 ; abbé Joannet, T. II, p. 177 ; abbé Berthelin, en tête du Dictionnaire des Rimes, de P. Richelet, 1751 ; Demandre, T. I, p. 159 ; Marmontel, El. de Lit., au motBallade, T. I, p. 288 sq. ; abbé Féraud, Dict. critique.

26 Ginguené (Histoire littéraire d'Italie, 1811, T. I, p. 416) attribue au sonnet une origine sicilienne. Puis il ajoute : « Les plus anciens poètes siciliens ou italiens avaient d'abord donné ce titre à une espèce particulière de poésie qui varia selon leur caprice. Les uns y employaient deux quatrains suivis de deux tercets, les autres, sous le nom de sonnets doubles, doppii ou rinterzati, mettaient deux strophes de six vers, ou une seule de douze, et ensuite deux autres de six, de cinq, ou de quatre. Il paraît constant que ce fut Guittone d'Arezzo qui leur donna des formes plus fixes, et qui enchaîna par des lois plus sévères la liberté dont les poètes avaient joui jusqu'alors. C'est à lui, et non pas aux rimeurs français qu'Apollon dicta ces rigoureuses lois, que Boileau, en se trompant sur ce point de fait, a exprimées en si beaux vers ».

27 Abbé Joannet, T. II, p. 190.

28 Domairon, p. 48.

29 Bruzen de la Martinière, T. II, p. 237.

30 Abbé Charuel, p. 341.

31 Bruzen de la Martinière, T. II, p. 238-239.

32 Abbé Mallet, Poëtes, T. I, p. 198.

33 Sabatier de Castres, au mot ”Acrostiche” et au motEcho. Une autre variété de l'écho consiste à le placer au-dessous du vers avec lequel il rime. Jaucourt (Encyclopédie, au mot ”Echo”) en donne un exemple, évoque le souvenir de Du Bellay, mais s'exprime aussi dédaigneusement que Sabatier de Castres : « Si ces sortes de jeux de mots faisoient sous les règnes de François Ier et d'Henri II les délices de la cour et le mérite des ouvrages d'esprit des successeurs de Ronsard, ils ne peuvent se soutenir contre le bon goût d'un siècle éclairé ».

34 M. Jasinski, p. 156-160.

35 Fontenelle, T. III, p. 171.

36 M. Jasinski, p. 179 sq.

37 Le P. Buffier, Abrégé, p. 515.

38 Sautereau de Marsy, Annales poëtiques, T. III, préf. de l'article sur Melin de Saint-Gelais.

39 Domergue, p. 310.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540