Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Résumés

Texte intégral

1La céramique est un matériau couramment utilisé dans le quotidien médiéval où elle apparaît comme produit de première nécessité, notamment pour la cuisine. En contexte archéologique, elle est omniprésente et relevée en quantité du fait de ses qualités de conservation. Ainsi peut-on travailler sur de grandes et longues séries qui éclairent les modes de production, d’approvisionnement et d’utilisation de ces objets tout au long du Moyen Âge. Cette communication vise à montrer l’importance de cette source matérielle pour l’histoire des échanges en Méditerranée durant l’ensemble de la période, le discours étant essentiellement construit à partir des artéfacts mis au jour en France méridionale. Les échanges commerciaux sont évidemment renseignés au premier chef mais la céramique traduit également d’autres types de transferts : techniques, sociaux et culturels.

2Grâce aux découvertes archéologiques, nous savons qu’en Méditerranée, au Moyen Âge, la céramique circulait parfois fort loin de ses centres de fabrication. Ce que nous ignorons souvent, ce sont les modalités de cette circulation. Ces dernières sont parfois renseignées par des sources écrites mais, pour l’Empire byzantin, l’apport des textes sur la question du commerce de la vaisselle est très limité. Une cartographie des découvertes, établie sur la base d’un dépouillement bibliographique minutieux, permet de dessiner un tableau de la répartition des principaux types de vaisselle de table, produits et commercialisés, entre le viie et le xve siècle, dans l’Empire et hors ses frontières. Pour appréhender le marché de la vaisselle et afin de dégager des modèles de diffusion et de consommation, les données archéologiques sont ensuite mises en perspective avec des données géographiques, géopolitiques et économiques. Ces confrontations mettent en évidence les aires de distribution des productions contemporaines en termes de complémentarité et de concurrence et contribuent à l’étude des flux de circulation de ces produits sur de longues distances, à l’échelle de la Méditerranée mais aussi, comme nous le verrons pour Pergame et Nicée, à des échelles régionale et macro-régionale plus réduites.

3L’étude de la monnaie – d’après les trouvailles et d’après les documents écrits – est l’une des voies qui permettent d’approcher l’étude du commerce pendant le haut Moyen Âge. Du point de vue monétaire, comme dans le domaine politique, l’Italie du Sud est à la convergence des trois zones monétaires méditerranéennes (Byzance, Islâm, Occident latin). Avant l’arrivée des Normands, la monnaie impériale circule surtout en Pouille, la monnaie musulmane de la Calabre à Naples, la monnaie occidentale à Gaète. Au milieu du xie siècle, les troubles en Afrique du Nord arrêtent l’afflux de monnaie musulmane et le départ des autorités byzantines tarit l’afflux de monnaie impériale. D’où une pénurie, que ne peuvent entièrement combler les monnaies royales normandes, qui s’inspirent des frappes orientales ; au xiie siècle, le denier de Provins conquiert de larges zones.

4Grâce à un corpus documentaire conservé dans l’Archivio di Stato di Pisa, composé de traités de paix et de commerce, d’instructions pour les ambassadeurs et de lettres échangées entre souverains et hommes d’affaires, il est possible d’étudier les modalités des relations diplomatiques et commerciales entre la Commune de Pise et les États du Maghreb pendant les xiie-xive siècles. L’originalité de ce fonds documentaire réside dans le fait qu’il nous offre plusieurs versions, en arabe, en latin, voire en italien, des lettres et des accords négociés entre les deux parties. Une première étape de ces relations est marquée par des accords verbaux, confirmés par des lettres échangées entre les deux pouvoirs. À partir de la fin du xiie siècle, les modalités de négociation et de rédaction des accords changent et aboutissent à la mise par écrit de traités en bonne et due forme. Cette nouvelle phase, signe d’un renforcement des relations diplomatiques et d’un échange régulier d’ambassadeurs, est marquée également par la croissance des activités commerciales, traduite, entre autres, par l’échange d’une correspondance entre marchands pisans et maghrébins, qui permet d’appréhender, non seulement les acteurs de ces relations, mais aussi les liens personnels étroits entre les hommes des deux rives de la Méditerranée.

5La conquête musulmane du Maghreb entraîne un déplacement des centres de gravité politiques et économiques vers les régions intérieures, à l’écart de la mer, devenue désormais une frontière face à l’ennemi chrétien. La Méditerranée avait cessé, dès avant l’expansion musulmane, d’être un lieu d’échanges actifs, et la rupture de l’unité politique entre le nord et le sud contribue à prolonger cet état de faiblesse du commerce maritime et des ports. Ce n’est que progressivement, entre le ixe et le xie siècle surtout, que les littoraux sont intégrés à l’espace de domination des pouvoirs musulmans et aux réseaux d’échanges. Ce processus se déploie sous l’action à la fois des pouvoirs politiques, qui construisent leur domination sur l’ensemble du territoire maghrébin en l’étendant aux régions littorales, et des marchands, notamment andalous, qui à partir du ixe siècle développent des réseaux de commerce et de navigation connectant la péninsule Ibérique, le Maghreb et l’Orient. On assiste alors à une double intégration de ces espaces littoraux : à l’échelle du Maghreb d’abord, avec la mise en place d’un réseau dense d’axes de circulation reliant les ports aux régions intérieures et aux principaux pôles politiques et économiques, mais aussi à l’échelle de la Méditerranée, dans le cadre de réseaux d’échanges internes au monde islamique qui profitent de la construction d’un espace économique unifié et dynamique.

6Le phénomène colonial se caractérise par trois éléments : une domination politique, une domination économique, une domination culturelle de la puissance colonisatrice sur les pays conquis. Au Moyen Âge, la colonisation est surtout le fait des deux républiques maritimes italiennes, Gênes et Venise, dont on rappelle les étapes de leur expansion outre-mer. Celle-ci s’accompagne d’intenses mouvements migratoires, d’abord à l’occasion des croisades, puis en liaison avec l’essor des comptoirs établis en Orient (Crète, Tana, Péra, Caffa et Chio). L’émigration italienne revêt trois aspects : départs individuels, recrutement d’une main d’œuvre par des hommes d’affaires, flux migratoires organisés par les autorités des deux métropoles concernées, Gênes et Venise. Leur politique outre-mer annonce les caractères spécifiques de la colonisation moderne.

7L’auteur étudie les réseaux commerciaux dans l’empire byzantin et la colonisation de l’espace par les Occidentaux sous le règne d’Andronic II (1282-1328). Elle montre que l’ensemble des traités existants avec les Mamluks, les Génois et les Vénitiens sont issus des initiatives diplomatiques du règne de Michel VIII lors de la reconquête de Constantinople et qu’ils étaient en vigueur sous son successeur. Le trafic des esclaves de Crimée jusqu’en Égypte était fondamental pour les Mamluks. L’ouverture de la mer Noire aux Génois a entrainé des rivalités avec Venise en particulier pour la maîtrise des Détroits. Pour les relations de Byzance avec les Occidentaux, la question sensible restait le commerce du blé qui était un monopole impérial, que les privilèges concédés à ceux-là risquaient d’anéantir. L’empire à force de concessions finit par abandonner sa souveraineté économique et politique avec la colonisation de l’espace et des réseaux commerciaux. Enfin, l’auteur réserve une place particulière au bouleversement de la société par le régime des naturalisations qui permetait aux sujets de l’empire d’acquérir les droits et les privilèges des citoyens vénitiens et génois dans l’empire. Cet article révèle les liens étroits entre le politique et le commerce qui furent concrérisés par des échanges multiples d’ambassades pendant toute la période. En conclusion, on peut dire que les acteurs de cette époque ne virent que très tardivement et partiellement la menace turque qui pesait sur Byzance.

8Depuis plus d’un siècle, les historiens se sont intéressés aux modes de fonctionnement des associations commerciales de la fin du Moyen Âge, tout particulièrement en Italie où la documentation était à la fois plus riche et diversifiée. Les premiers chercheurs, empreints de culture juridique, ont surtout distingué les formes des contrats. Dans les années 1930 est apparue une histoire des entreprises exploitant les comptabilités d’agence pour étudier flux de personnel et modalités et niveaux de rémunération. Au sein d’une histoire économique qui a évolué dans ses notions et d’une histoire sociale quantitative, des recherches récentes ont analysé la diversité des liens entre les acteurs à partir des formes d’association et de la récurrence des transactions. Les correspondances entretenues à différents titres par les marchands n’ont encore été exploitées que marginalement dans ces approches. Celles de l’Archivio Datini mettent en évidence la dimension clientélaire des rapports au détriment du contrat ; il documente le fonctionnement des agences comme pôles de financements et de ressources humaines, qui se prolongent en réseaux ramifiés. Un exemple de leur fonctionnement peut se lire dans le recrutements d’apprentis et de salariés. L’analyse met en lumière la valeur de ressource attribuée aux postes et des profils d’emploi où les compétences des candidats sont contrebalancées par une appréciation morale.

9Les Battosi de Lucques, qui dirigent une compagnie fondée au milieu du xiiie siècle, deviennent les principaux banquiers de la monarchie angevine au début du règne de Charles II (1285-1309) et le restent jusqu’au milieu des années 1290. Ils fournissent à la couronne de nombreux services financiers dont l’un des plus importants est le transfert de fonds de part et d’autre des Alpes. La compagnie dispose pour cela d’un réseau d’agents et d’associés solidement implanté à Gênes, dans le royaume de Sicile, le comté de Provence et le royaume de France. Grâce à lui, les Battosi transfèrent aisément et rapidement d’importantes sommes pour le compte de la monarchie et fournissent ainsi au souverain, partout où il en a besoin, les fonds nécessaires à sa politique de reconquête des territoires perdus après la révolte des Vêpres siciliennes (1282). Ces opérations ne sont généralement pas facturées, les marchands lucquois étant rémunérés par d’autres biais. Ils bénéficient notamment de la protection royale et du statut de principaux banquiers de la couronne, ce qui leur assure dons, titres, privilèges et une nombreuse clientèle dans les territoires angevins.

10Cet article analyse le parcours à la fois exemplaire et original de l’homme d’affaires barcelonais Lluís Sirvent au cours de la première moitié du xve siècle. Sa réussite et ses liens avec le pouvoir royal l’avaient en particulier conduit à remplir à deux reprises le rôle d’ambassadeur auprès des sultans mamlûks d’Égypte et de Syrie en 1429-1430 et 1441. Il présenta surtout un projet d’utilisation régulière des galées de la Generalitat de Catalogne à des fins marchandes vers les destinations les plus lointaines du commerce de Barcelone, soit vers le Levant, la Flandre et l’Angleterre, s’inspirant sans doute de l’exemple vénitien. Ce projet bien connu, mais dont la portée reste débattue, permit finalement d’effectuer une quinzaine de trajets entre ces destinations de 1434 à 1447, un total plus important que ce qui a jusqu’ici été rapporté et qui mérite d’être remis en valeur. Toutefois, l’utilisation des galées, bâtiments de combat à l’origine, s’intégrait aussi au contexte de conflit de longue durée que menait le roi Alphonse V pour dominer le royaume de Naples, les navires pouvant ainsi rapidement retrouver leur vocation initiale au profit du souverain. Cependant, Ll. Sirvent ne fut pas qu’un simple sujet au service de son monarque : sa formation initiale au sein de la compagnie toscane Datini, puis sa spécialisation dans les affaires financières et le commandement de navires, confèrent à son parcours des caractères atypiques. Enfin, ses contacts étroits et personnels avec les marchands musulmans, qui témoignent de réseaux de relations dépassant les limites religieuses, le démarquent des autres négociants catalans et révèlent un profil individuel original.

11Si la Méditerranée médiévale est souvent considérée par définition comme un espace d’échanges culturels, la place qu’y occupent les contacts diplomatiques mérite attention. À lire les textes, force est de constater combien ce type de contact officiel entre cours ne débouche guère sur de tels échanges. Au contraire même, nombre d’aspects témoignent de la volonté de maintenir le partenaire diplomatique à distance, permettant ainsi de déprécier, voire de nier, sa culture. De fait, la nourriture, le vêtement, la culture intellectuelle comme le système pileux de l’Autre peuvent être tournés en dérision, transformés en objet de mépris ou de profond rejet. Un tel constat doit cependant être pleinement nuancé, pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que certains témoignages ne doivent pas être présentés sans connaissance du contexte diplomatique précis qui entoure la venue d’une délégation. Un contexte de tension entre cours n’est guère propice aux échanges culturels. Ensuite, il ne faut en aucun cas esquiver la question de la mise en rédaction des rencontres officielles. Pour les auteurs émanant du camp d’un souverain, les ambassades envoyées par ce dernier témoignent nécessairement de la supériorité de celui-ci par rapport aux princes étrangers, et, inversement, si ce souverain accueille des délégations étrangères, il est de bon ton de les présenter dans une position d’infériorité, voire d’humiliation. En ce sens la culture de l’Autre, fût-il ambassadeur, est dépréciée. Enfin, et sans même lire entre les lignes, de multiples exemples dans les textes démontrent que des échanges culturels (matériels comme intellectuels) s’établissent par la voie diplomatique – quels que soient les partenaires avec qui les Byzantins traitent – et que ce canal officiel paraît même une voie privilégiée pour ce type d’échange.

12Les auteurs médiévaux mis en valeur à l’heure actuelle ne sont pas forcément ceux qui ont connu un grand succès au Moyen-Âge. Pour appréhender l’ampleur de ce succès, il convient de mettre en œuvre plusieurs pistes de recherche, illustrées ici à partir de l’exemple du Devisement du monde de Marco Polo. La première consiste à étudier la tradition textuelle et en particulier les différentes traductions qui ont pu être faites de l’œuvre considérée. L’étude de la tradition manuscrite de chacune de ces versions aide à situer et à dater leur élaboration. Une analyse des manuscrits subsistants – de leur datation, de leur origine, de leur contexte de production, de leur circulation – apporte d’importants éléments sur la diffusion du texte et son (/ses) public(s). La prise en compte des inventaires et des catalogues de bibliothèques anciennes complète utilement les données fournies par les manuscrits pour dresser un tableau aussi fiable que possible de la diffusion d’un texte médiéval.

13Les peintures ont été réintégrées récemment dans l’étude plus générale du commerce européen, notamment en direction des pays méditerranéens, et le cas des retables, des œuvres de dévotion plus intimistes et des portraits flamands du xve siècle, a intéressé par son prestige et sa diffusion lointaine et omniprésente. On évoque ici les caractéristiques de leur production qui les rendaient aptes à l’exportation vers la péninsule ibérique, les facteurs attractifs pour les peintres flamands tentés par l’émigration, tels que l’ancienneté des réseaux marchands, l’accueil favorable des cours aux nouveautés artistiques, une législation propice aux importations et installations. Cette histoire de la pénétration de l’ars nova flamande dans les régions d’Espagne a pu être précisée dans certains cas, même si des données quantitatives n’ont pas pu encore être fournies et la provenance de la plupart des œuvres être retracée. Peintures originales ou copies, dont certaines demandées expressément par les souverains, dérivations et imitations par les peintres ibériques, donations royales à des fondations religieuses de prestige, reprises de thèmes et de schémas de composition par les peintres ibériques, adaptation simplifiée et mêlée d’archaïsmes de la technique mixte associant l’huile à des mediums maigres, ont pu connaître un succès auprès des élites, nobles et prélats, confesseurs royaux et inquisiteurs, parce qu’elles ont coïncidé avec la reprise en main de la péninsule reconquise au catholicisme et qu’elles illustraient magistralement par leur réalisme détaillé les ouvrages de direction et de méditation spirituelle qui se multipliaient parallèlement. À la présence dans les royaumes ibériques en cours d’unification de nombre d’œuvres de Rogier van der Weyden, Dirck Bouts, Hans Memling répondirent sur place des œuvres peintes par des Flamands comme Juan de Flandes et les déclinaisons personnelles de peintres actifs en Catalogne et Aragon (Luis Dalmau, Jaume Huguet, Bartolome Bermejo) ou en Castille comme Pedro Berruguete ou Fernando Gallego. Des cours aux églises de campagne, cette réception enthousiaste mais qui transforme ses références et les plie à l’idéologie spécifique des commanditaires, explique que les histoires de l’art espagnol aient consacré traditionnellement un chapitre à une phase stylistique d’un demi-siècle baptisée « hispano-flamande », sans toutefois en explorer bien les phénomènes sur les plans social et économique.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search