Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Hommes, espaces, réseaux et acteurs Circulation et acteurs

Lluis Sirvent (vers 1387-1444), homme d’affaires, ambassadeur et promoteur de lignes de grand commerce barcelonais

Lluis Sirvent (circa 1387-1444) from Barcelona: a businessman, ambassador and developer of major trade routes

Damien Coulon
Traduction de Clément Authié

Résumé

Cet article analyse le parcours à la fois exemplaire et original de l’homme d’affaires barcelonais Lluís Sirvent au cours de la première moitié du xve siècle. Sa réussite et ses liens avec le pouvoir royal l’avaient en particulier conduit à remplir à deux reprises le rôle d’ambassadeur auprès des sultans mamlûks d’Égypte et de Syrie en 1429-1430 et 1441. Il présenta surtout un projet d’utilisation régulière des galées de la Generalitat de Catalogne à des fins marchandes vers les destinations les plus lointaines du commerce de Barcelone, soit vers le Levant, la Flandre et l’Angleterre, s’inspirant sans doute de l’exemple vénitien. Ce projet bien connu, mais dont la portée reste débattue, permit finalement d’effectuer une quinzaine de trajets entre ces destinations de 1434 à 1447, un total plus important que ce qui a jusqu’ici été rapporté et qui mérite d’être remis en valeur. Toutefois, l’utilisation des galées, bâtiments de combat à l’origine, s’intégrait aussi au contexte de conflit de longue durée que menait le roi Alphonse V pour dominer le royaume de Naples, les navires pouvant ainsi rapidement retrouver leur vocation initiale au profit du souverain. Cependant, Ll. Sirvent ne fut pas qu’un simple sujet au service de son monarque : sa formation initiale au sein de la compagnie toscane Datini, puis sa spécialisation dans les affaires financières et le commandement de navires, confèrent à son parcours des caractères atypiques. Enfin, ses contacts étroits et personnels avec les marchands musulmans, qui témoignent de réseaux de relations dépassant les limites religieuses, le démarquent des autres négociants catalans et révèlent un profil individuel original.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Texte original : « E de aço surten dues coses : la una es manera de poder principar semblant viatge (...)

Et de tout ceci, il résulte deux choses : l’une est qu’il est possible de commencer à effectuer de tels voyages [vers le Levant, puis vers la Flandre] l’année qui vient pour commercer les dites épices et l’autre est qu’il relève du bien public et du profit de tous de pouvoir s’activer et faire des affaires très sûrement1.

1Ainsi s’exprimait Lluis Sirvent après avoir présenté et détaillé un ambitieux projet d’utilisation à des fins marchandes des galères dont disposait la Generalitat – la représentation permanente des États provinciaux – de Catalogne en février 1433.

  • 2 Voir en particulier le bilan qu’en ont tiré Mario Del Treppo dans I mercanti catalani e l’espansion (...)

2L’homme qui s’adressait ainsi aux députés des Corts de Catalogne ne pouvait être qu’un homme d’affaires expérimenté s’appuyant sur un réseau de contacts étendu parmi les marchands et disposant aussi de solides relations au sein des institutions politiques du Principat de Catalogne. Pourtant, en dépit de cette élogieuse présentation, le nom de Lluis Sirvent n’est guère passé à la postérité même en Catalogne, sans doute parce que le projet qu’il présentait avec conviction en 1433 est généralement tenu pour une brève expérience sans lendemain2.

  • 3 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1988, p. 64 ; vo (...)

3Cependant, à y regarder de plus près, le personnage de Lluis Sirvent ne mérite pas d’être relégué aux oubliettes de l’histoire, d’abord parce que sa biographie résume à elle seule bien des réalités marchandes à Barcelone, également très représentatives du milieu des affaires dans les autres grands ports de Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge. Il est certes souvent aisé de reconstituer la carrière de puissants négociants de cette époque qui nous a légué une abondante documentation relative à leurs activités. De fait, le propre des hommes d’affaires est de s’intéresser à une multiplicité d’opérations, par souci de diversifier leur négoce, de ne pas tout concentrer dans un même domaine ; mais aussi parce qu’une seule branche n’aurait pu absorber toutes leurs activités3.

  • 4 Voir en particulier les stimulants travaux d’Aaron J. Gourevitch, La naissance de l’individu dans l (...)

4Toutefois, au-delà de son cas emblématique, cet influent marchand présente des traits tout à fait originaux qui le démarquent des autres, en particulier un souci d’innovation dans ses pratiques et ses objectifs commerciaux. Or, cette facette du personnage mérite d’autant plus d’être mise en lumière, que le processus d’individuation qui a fait l’objet de recherches récentes en histoire médiévale, est généralement étudié parmi les milieux intellectuels, voire clercs ou nobles, délaissant celui des hommes d’affaires pourtant prometteur pour cette thématique4.

5À travers le portrait proposé, nous pourrons constater que le projet d’utilisation des galées de la Generalitat de Catalogne présenté par Lluis Sirvent, mérite lui aussi un réexamen critique.

Les années de formation 1404-1422

Les origines et les premières opérations

  • 5 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona (AHPB), 51/13, (notaire A.Lledó), f° 34 r et 35 r.
    Plusieu (...)
  • 6 AHPB, 106/36, (notaire A.Brocard), f° 61 r° et 69 v°.

6Le premier document retrouvé dans lequel apparaît Lluis Sirvent, une commende de janvier 1404, précise qu’il n’a alors que 17 ans, ce qui permet de situer son année de naissance en 13875. Par ailleurs, son testament6 et divers autres documents précisent à l’occasion son origine familiale : il est en fait fils d’un protonotaire du roi d’Aragon à la chancellerie de Barcelone, un milieu que l’on peut qualifier d’aisé, mais qui est étranger au monde des affaires – c’est déjà une première originalité.

  • 7 Voir en particulier Claude Carrère, Barcelone centre économique à l’époque des difficultés 1380- 14 (...)
  • 8 Mario Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit. et Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce (...)

7En cette fin de xive siècle, Barcelone commence à se relever de la dure crise du milieu du siècle qui a éprouvé son économie, mais sans doute moins longtemps que l’historiographie traditionnelle ne s’est efforcée de le souligner7. L’analyse présentée par M. Del Treppo de façon encore isolée au début des années 1970, puis les recherches ultérieures, montrent qu’en fait, c’est précisément à partir des années 1370-1380 que l’on distingue une nette phase de récupération, en particulier sur le plan du grand commerce8. En résumé, au cours de ces années, le niveau d’activités de la décennie 1330-1340 commence à être rattrapé, puis bientôt dépassé au tournant du siècle, du moins dans le domaine du négoce au long cours vers le Levant et la Flandre, qui en constituaient les deux principaux pôles et extrémités. Ainsi la capitale catalane se trouvait-elle en mesure de concurrencer directement les autres grands ports, en particulier ceux de Venise et surtout de Gênes, sa grande rivale en Méditerranée occidentale.

8Lluis Sirvent est donc né au cours d’une période favorable de nouvelle expansion assez durable. Les premières opérations qui nous le font connaître sont des commendes, qui lui permettent d’emporter, d’abord 172 livres de Barcelone en trois contrats à destination de Rhodes et d’Alexandrie en 1404, puis 434 livres en deux contrats pour Alexandrie en 1407. Cette dernière somme, sans être exceptionnelle, est tout de même nettement supérieure à la moyenne des commendes barcelonaises destinées au Levant, située autour de 120 livres. On peut aussi noter que l’une d’elles est confiée par un membre d’une grande famille patricienne de Barcelone, Lluis Miquel de Gualbes. Notre jeune marchand est donc plutôt bien entouré pour ses premières expériences de trafic au long cours.

  • 9 AHPB, 58/171 (B. Nadal), f° 51 r 3.

9L’année suivante – 1408 –, Lluis Sirvent s’intéresse toujours au négoce avec Alexandrie, mais cette fois, c’est lui qui confie une commende pour le grand port égyptien – investie en huile et en miel pour un montant de 125 livres9. Ce changement de rôle, de preneur à bailleur de fonds, mérite d’être souligné, puisque s’il n’a certes rien d’exceptionnel dans la carrière d’un marchand, il intervient ici très rapidement. Dans la plupart des autres cas connus, cette transition n’apparaît souvent qu’après plusieurs voyages et des années d’expérience à sillonner les mers et fréquenter les marchés plus ou moins lointains.

Un agent de la succursale barcelonaise de la compagnie Datini à Alexandrie en 1410

  • 10 Sur la compagnie Datini, voir principalement, Federigo Melis, Aspetti della vita economica medieval (...)
  • 11 http://datini.archiviodistato.prato.it/
  • 12 Voir Damien Coulon, « Perpiñán en las relaciones de gran comercio con el Levante mediterráneo en la (...)

10Nous retrouvons toutefois Lluis Sirvent à Alexandrie en avril 1410, assumant la fonction très originale de correspondant de la succursale barcelonaise de la compagnie Datini. Cette puissante compagnie toscane, fondée par étapes par l’homme d’affaires Francesco di Marco à la fin du xive siècle, reposait en effet sur différentes agences très autonomes les unes des autres et réparties dans les principaux centres économiques de Méditerranée occidentale, ce qui schématiquement évitait que la faillite de l’une n’entraîne l’effondrement de l’ensemble10. La récente mise en ligne par l’Archivio di Stato di Prato des très nombreuses lettres envoyées par les différents agents au service de la compagnie – on en compte plus de 150 000 ! – et la remarquable conception du site11 permettent de constater que les missives écrites depuis l’Égypte et la Syrie et parvenues jusqu’à nous sont en fait très peu nombreuses, à la différence de celles qui furent rédigées dans les ports occidentaux. Seules quatre d’entre elles ont été conservées, trois écrites à Alexandrie et une seule à Damas. Il peut paraître surprenant dans un premier temps de constater que sur ces quatre lettres, deux furent écrites par des Catalans – dont Lluis Sirvent – et que l’ensemble fut adressé aux succursales valencienne (la seule lettre de Damas) et barcelonaise de la compagnie (les trois lettres d’Alexandrie), et non vers la Toscane ou le reste de l’Italie. Mais en fait, compte tenu de cette logique d’autonomie des différentes succursales, les marchands catalans – et vénitiens – constituaient les principaux informateurs de la compagnie sur les marchés du Levant, grâce à leur fréquentation assidue des ports de Méditerranée orientale12.

  • 13 Voir Joan Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410) », H (...)

11Il n’est donc pas si incongru de retrouver Lluis Sirvent parmi les auteurs des lettres envoyées d’Alexandrie et conservées dans le fonds Datini de Prato. Sa missive, datée du 1er avril 1410 constitue à ce jour l’un des rares témoignages épistolaires de marchand catalan rédigés hors de la couronne d’Aragon, avec celle de son collègue perpignanais – Pere Salvayre – expédiée depuis le même port quelques mois plus tard. Lluis Sirvent y détaille classiquement l’état du marché, qu’il trouve particulièrement déprimé, en raison de la politique de monopoles imposée aux marchands par le sultan Faradj (1399-1412)13. Mais il ne reste visiblement que quelques mois, voire quelques semaines sur place, tout comme ses collègues rattachés à la même compagnie d’ailleurs – il est remplacé en novembre 1410 par Pere Salvayre alors qu’il était arrivé à Alexandrie à la fin du mois de décembre 1409. Cette expérience originale l’a néanmoins mis en contact avec l’un des plus puissants réseaux commerciaux de son époque et avec une forme d’organisation marchande qui lui permettent de dépasser le cadre des opérations traditionnellement menées à bien par des Catalans.

La spécialisation dans les affaires financières

  • 14 AHPB, 51/32 (A.Lledó), f° 36 r2, 36 r 3, 37 r 3 et 76 r (cf. J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia (...)

12Pendant les années qui suivent, Lluis Sirvent continue de se livrer aux échanges commerciaux, en particulier avec le Levant, par le biais des traditionnels contrats de commende, toujours en tant que bailleur de fonds. On peut, en effet, en relever près d’une dizaine au cours des années 1410-1420, pour des montants plutôt limités et concernant des marchandises habituelles – principalement des draps de laine catalans14.

  • 15 En octobre 1411, Ll. Sirvent confie en huit contrats, l’équivalent en livres de Barcelone de 673 be (...)
  • 16 AHPB, 106/6 (A. Brocard), f° 10 v-11 r 1 et 11 r 2.

13Cependant, Lluis Sirvent s’intéresse bien davantage au cours de ces années aux opérations financières, principalement des changes maritimes, mais également des assurances. Le même échantillon de minutiers notariés permet en effet de relever qu’il finança une vingtaine de ces contrats, soit le double des commendes précédemment évoquées, ce qui est très inhabituel. Les monnaies utilisées sont toujours en rapport avec des destinations orientales : des ducats de Venise et des dinars d’Alexandrie – appelés besants d’or d’Alexandrie dans les sources catalanes. Bien que les sommes engagées restent peu élevées en moyenne, leur accumulation finit par constituer des montants non négligeables, atteignant près de 1000 livres de Barcelone par exemple en 141115. On notera enfin que par un système d’opérations financières doubles, Lluis Sirvent a même recours à des réassurances en 141916.

  • 17 Ibid., f°41r et 47r.

14Or, cette prédilection pour les affaires financières distingue nettement Lluis Sirvent des autres marchands catalans, en particulier ceux qui s’intéressent au Levant et sans doute faut-il y voir la preuve d’une spécialisation tout à fait originale dans ce domaine. Mais on peut cependant douter de la rentabilité de ces opérations financières en constatant qu’à partir des années 1420, elles paraissent beaucoup moins nombreuses, tandis que Lluis Sirvent s’engage en 1419 dans plusieurs conflits avec d’anciens partenaires, pour tenter de recouvrer ses créances17.

  • 18 Voir le tableau généalogique de la famille Sirvent dans C. Batlle, La crisis social y economica..., (...)
  • 19 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., appendice I, années 1404, 140 (...)

15À cette date, il s’est sans doute déjà marié avec Elionor, la fille du marchand de Barcelone Guillem Saragossa18. Or, les fils de celui-ci, Miquel et Pere sont bien connus pour avoir patronné à de nombreuses reprises des navires, en particulier vers le Levant19. Cette alliance matrimoniale a manifestement entraîné des conséquences déterminantes pour la carrière de Lluis Sirvent, qui connaît un tournant décisif au début des années 1420.

Lluis Sirvent patron de navire, 1422-1444

Les expériences des années 1420

  • 20 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., appendice I : 1419, 1422-1426
  • 21 ACA, RP, MR, 2910/1, f° 9 r et AHPB, 106/11 (A. Brocard), f° 66 v.
  • 22 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants..., op. cit., p. 369. La Generalitat disposai (...)

16À partir de 1422 – peut-être même dès 1419 – Lluis Sirvent apparaît assez régulièrement en tant que patron de différents navires qui généralement se rendent au Levant20. Mais là encore, il se distingue de ses collègues par le fait qu’il n’est pas propriétaire de son embarcation, pas même partiellement semble-t-il. Si cette situation n’est certes pas exceptionnelle, elle n’est cependant pas la règle à Barcelone. Ainsi, commande-t-il chaque année une galée à destination de l’Egypte ou de la Syrie entre 1422 et 1425 ; mais nous savons que la première appartenait à son beau-frère Pere Saragossa21, tandis que la dernière, utilisée au moins en 1424 et 1425, était propriété de la Generalitat de Catalogne22, sans que nous sachions précisément comment cette fonction lui a été attribuée.

17Ce type de navire n’était pas le plus couramment utilisé pour le trafic commercial : les nefs ou coques, de forme arrondie, permettaient en effet de transporter davantage de biens, malgré leur relative lenteur. Tandis que les galées, bâtiments de guerre à l’origine, présentaient des caractéristiques inverses – profil allongé, rapidité, mais de capacité de transport plus limitée ; en outre, comme elles pouvaient être mues à la rame, elles nécessitaient une chiourme nombreuse qui renchérissait leur coût de transport. Mais cette main d’œuvre pouvait aussi assurer la défense du navire, qui du coup se révélait adapté pour le transport de marchandises onéreuses, telles que les épices, ce qui explique leur présence sporadique dans le trafic de Barcelone avec le Levant. Lluis Sirvent aurait donc opté une fois de plus pour une sorte de nouvelle niche d’activité, qui lui permettait de se rattacher cette fois à l’élite des transporteurs marins.

  • 23 Cl. Carrère, Barcelone centre économique..., op. cit., I, p. 265 ; cette auteure a ainsi relevé que (...)

18Claude Carrère avait déjà noté que lui et son frère Jofre, qui patronne également une embarcation – une nef – à destination de la Sicile et de Chypre en 1426, « passent leur vie au milieu des embruns sans jamais posséder un navire », tout en relevant de rares et modestes exceptions23 qui ne remettent pas en cause ce profil paradoxal. En effet, les autres patrons de navires étaient généralement les principaux propriétaires de leur propre embarcation ou d’autres bâtiments.

Le projet de prêt des galées de la Généralité, 1433

  • 24 La ligne de Flandre fut établie dès 1315 et celle d’Alexandrie à partir de 1345 ; cf. Alberto Tenen (...)
  • 25 D. Stöckly, Le système de l’incanto..., op. cit., p. 166 et Bernard Doumerc, « Le trafic commercial (...)
  • 26 M. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967. De leur côté, les Nar (...)

19C’est en tout cas fort de cette brève expérience de navigation à la tête d’une galée de la Generalitat, qu’aux Corts de Catalogne – la réunion des Etats provinciaux – tenues à Barcelone en février 1433, Lluis Sirvent présente un projet à la fois original et manifestement influencé par les pratiques en vigueur dans d’autres grands ports étrangers, notamment à Venise. Rappelons en effet que les Vénitiens étaient progressivement parvenus à déployer tout un réseau de lignes de galées, les fameuses mude, vers les principales destinations commerciales à partir du début du xive siècle24. La ligne dite d’Aigues Mortes, qui se prolongeait en fait jusqu’à Barcelone, Valence et Majorque, était devenue régulière dès 1412 et elle était même la seule de tout le réseau vénitien à compter deux convois annuels entre 1420 et 143925. À partir du milieu des années 1420, les Florentins organisèrent à leur tour un convoi de deux galées destinées à la Flandre et l’Angleterre via la Couronne d’Aragon, qui ne connut pas la même régularité, mais qui atteste de leur recours à ce type de bâtiments pour tenter d’établir leurs propres lignes de navigation26.

20C’est donc dans ce contexte que Lluis Sirvent proposa aux députés des Corts de Catalogne d’affecter l’une des trois galées de la Generalitat à des trajets doubles, vers le Levant, puis, après une escale à Barcelone, vers la Flandre. Il précisa alors que la Generalitat y trouverait un intérêt grâce aux droits d’entrée et de sortie qu’elle prélèverait lors de ces voyages commerciaux, qui, affirmait-il, dépasseraient largement le coût de fonctionnement des navires. Afin de mieux convaincre les députés présents aux Corts, il joignit à sa demande un budget assez détaillé des opérations, que résume le tableau ci-dessous (les sommes sont exprimées en livres de Barcelone).

Gain commercial total Taxes de la
Generalitat
Frais de fonctionnement
Barcel.-Flandre 70 000 1500 350
Flandre-Barcel. 100 000 3550 350
Barcel.-Levant 80 000 1500 350
Levant-Barcel. 100 000 625 350
Totaux 350 000 7175 1400
  • 27 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y principado de Cataluña, Real Academia de Hi (...)

21Selon ces données, la Generalitat pouvait ainsi gagner 5775 livres par double trajet, qui s’étalerait, selon les estimations de Lluis Sirvent sur une vingtaine de mois – à raison de dix mois par voyage, vers le Levant ou vers la Flandre et retour. Comme les différentes marchandises exportées ou importées n’étaient pas taxées au même niveau, Lluis Sirvent les détaille grossièrement afin de mieux fixer les revenus de la Generalitat, fournissant ainsi de précieuses indications sur les cargaisons et des ordres de grandeur. Entre Barcelone et la Flandre, elles se composent évidemment surtout d’épices, parmi lesquelles le seul safran – provenant en fait de Catalogne – atteindrait une valeur de 20 000 livres. Au retour de Flandre, le fret serait constitué pour moitié de draps de laine, et pour moitié de toiles, cuirs, étain et autres biens non précisés. Vers le Levant, la galée emporterait surtout des draps de laine catalans, du corail, du chanvre et d’autres denrées. Enfin au retour vers Barcelone, la cargaison se composerait d’épices, de drogues, de sucres et autres marchandises27.

  • 28 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique..., op. cit., t. ii, p. 778.
  • 29 M. Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit., p. 127-128.
  • 30 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants..., op. cit., p. 253-254.
  • 31 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 154-156. La borne chronologique (...)

22Convenons-en, le projet présenté par Lluis Sirvent n’est pas foncièrement novateur puisqu’il s’inspire largement de l’expérience vénitienne. Mais cet homme d’affaires est tout de même le premier, d’après les documents qui nous sont parvenus, à le formuler et à tenter de le mettre en pratique dans le cadre des institutions de la couronne d’Aragon. Pourtant, en dépit de cette originalité, les différents historiens qui ont commenté ce projet se sont plutôt efforcés d’en montrer les limites. Claude Carrère avait certes estimé qu’il s’était révélé « tellement commode qu’on le pratiqua de façon systématique » ; mais elle intégrait ce jugement dans son analyse globale de déclin économique de Barcelone et de la Catalogne qui l’amenait à conclure in fine que « la location des galées de la Généralité n’avait pas contribué à atténuer la crise des constructions navales »28. Si Mario Del Treppo, lui, n’envisageait pas la même période dans une perspective de déclin, il ne put cependant apprécier toute la portée du projet de Lluis Sirvent, car n’étant pas parvenu à retrouver tous les navires affrétés dans ce cadre, il en avait déduit que seuls huit doubles voyages vers la Flandre et le Levant avaient eu lieu entre 1436 et 1444, et jugeait ainsi le succès de l’expérience très circonscrit dans le temps29. De leur côté, Arcadi Garcia i Sanz et Nuria Coll i Julià parvinrent à identifier les galées de la Generalitat effectivement utilisées, mais paradoxalement, ils s’efforcèrent de réduire la portée de cette expérience. Ils rejetèrent en effet vigoureusement toute intention de créer des lignes régulières dans le dessein de Lluis Sirvent, au motif qu’il n’y faisait pas explicitement allusion. Sur leur lancée, ils affirmèrent que son projet restait limité à un seul voyage double et « que le concept de ligne de navigation, et plus encore celui de ligne régulière est un concept moderne [...] inapplicable à la navigation marchande » des derniers siècles du Moyen Âge, qu’ils qualifiaient donc d’« anachronisme »30. En outre, leur méthode consistant à suivre les parcours des navires, galée par galée, vers toutes leurs destinations successives, indépendamment du projet de Lluis Sirvent, conduit à en perdre de vue la réalisation. Enfin, si j’ai de mon côté déjà tenté de mettre en valeur ce projet – en l’approchant sous le seul angle des voyages vers le Levant –, le terme chronologique que je m’étais assigné dans ma thèse ne m’avait pas non plus permis de vérifier jusqu’à quelle date sa réalisation fut menée, ni combien de doubles voyages avaient effectivement été réalisés, ce qui m’avait également conduit à en minorer la portée31.

  • 32 Voir également les arguments déjà présentés dans D. Coulon, ibid.
  • 33 D. Stöckly, « Le système de l’incanto des galées du marché de Venise : un exemple de réseau mis en (...)

23Avant de tenter de répondre plus longuement à ces dernières questions, il importe de revenir sur les arguments avancés par A. Garcia et N. Coll32. Il est certes bien évident que les expressions de « lignes régulières » ou de « réseaux de lignes » sont effectivement récentes ; il n’empêche que leur existence concrète dès la fin du Moyen Âge peut tout de même être vérifiée, comme l’ont bien montré tous les travaux relatifs aux mude vénitiennes – même si ce réseau de lignes a manifestement pris corps de façon empirique33 – et comme nous le verrons dans le cas du projet lancé par Lluis Sirvent. Enfin, il faut souligner que l’abandon des doubles voyages à bord des galées de la Generalitat après une première et unique expérience, selon l’interprétation d’A. Garcia et de N. Coll, serait contradictoire avec le profit que cette institution pouvait en tirer et que Lluis Sirvent s’est précisément efforcé de démontrer ; compte tenu de l’habitude déjà solidement ancrée chez les marchands catalans d’affréter plusieurs navires privés par an vers le Levant ou la Flandre, ce profit ne pouvait que constituer un revenu pour la Generalitat, dans la longue durée. Tel devait être logiquement le sens des propos tenus par lluis Sirvent pour convaincre les députés des Corts et les engager à long terme.

Les doubles voyages vers la Flandre et le Levant

  • 34 Voir le tableau des doubles voyages en annexe. Ermengau Grimau était en fait parti de Collioure et (...)
  • 35 Voir en particulier les années 1438-1439 : après les dix mois de voyage en Flandre entre août 1438  (...)
  • 36 À partir de 1436 et jusqu’en 1444, Lluis Sirvent patronne systématiquement la galée Santa Maria-San (...)

24Lluis Sirvent sut manifestement persuader les députés et dès le mois de juin 1433, il patronnait la galée St Menat de la Generalitat à destination de la Flandre et de l’Angleterre ; toutefois, l’année suivante, il repartait vers la même destination – et non vers le Levant – et c’est finalement un autre patron de galée – Ermengau Grimau de Perpignan – qui effectua le premier double voyage, d’abord à Rhodes, puis en Flandre en 1434-143534. À partir de 1435, cette formule des doubles voyages connaît visiblement un franc succès, puisque ce n’est plus seulement une galée, mais deux qui appareillent pour le Levant, puis pour l’Angleterre et la Flandre. Cependant, entre 1439 et 1441, le système témoigne d’un emballement des départs de galées de la Generalitat vers l’Orient : on en compte désormais nettement plus que vers la Flandre. Toutefois, les voyages retrouvent à nouveau un équilibre entre les deux destinations entre 1442 et 1447, et l’on constate que Lluis Sirvent y prend toujours une part active35. Il effectue ainsi pas moins de sept voyages à la tête de l’un de ces bâtiments, quatre vers la Flandre, puis trois vers Alexandrie entre 1433 et 144436.

  • 37 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique…, op. cit., t. ii, p. 778 ; Jacqueline Guiral-Hadziiossif (...)
  • 38 Voir Georg Christ, « Passagers clandestins ? Le rôle moteur des galères vénitiennes et la concurren (...)
  • 39 Plusieurs galées relevées par M. Del Treppo n’appartenaient en fait pas à la Generalitat – elles ne (...)

25Le succès des voyages doubles est en tout cas indéniable : on n’en compte finalement pas huit, mais au moins quatorze sur des galées de la Generalitat qui peuvent être relevés entre 1434 et 1447. Le système est en outre immédiatement imité à Perpignan-Collioure – avec Ermengau Grimau –, en référence explicite au projet de Lluis Sirvent, puis à Valence et Majorque37. Enfin, l’effet d’entraînement gagne également les galées privées qui interviennent aussi dans ce trafic depuis Barcelone. Comme à Venise du reste38, leurs propriétaires entendaient profiter des contacts et des circuits établis pour proposer des services de navigation assouplis et souvent réduits à un seul voyage vers la Flandre ou le Levant39.

  • 40 Les rares exemples précis de valeurs totales de cargaisons transportées vers le Levant ne s’élèvent (...)

26Mais ce système de voyages programmés semble avoir atteint là son apogée, car à la fin des années 1440, les galées disparaissent quasiment du trafic vers ces destinations. Comme l’ont déjà fait remarquer d’autres historiens, sans doute le profit à tirer de ces doubles voyages n’a-t-il pas été aussi important que celui qui avait été évalué par Lluis Sirvent. Bien que nous ne disposions qu’exceptionnellement de comptes précis et complets de voyages commerciaux, il paraît en effet évident qu’il a gonflé les chiffres des gains à réaliser pour mieux convaincre les députés aux Corts40 ; par ailleurs bien souvent, les voyages ont dépassé les dix mois et les coûts de fonctionnement des galées se sont donc révélés supérieurs à ceux qui avaient été annoncés. Bien que ces doubles voyages aient tout de même dû apporter de substantiels bénéfices à leurs promoteurs, sans quoi ils n’auraient pas remporté un tel succès, d’autres logiques expliquent donc aussi le recours privilégié aux galées, puis leur abandon.

  • 41 Ce contexe guerrier directement à l’origine de l’utilisation des galées n’a bien sûr pas échappé à (...)
  • 42 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 175. Certes, le contexte de gue (...)
  • 43 Voir la liste des types de navires utilisés dans D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient (...)

27Le contexte de guerre prolongée a sans doute en effet joué un rôle déterminant : les années où les hommes d’affaires et les armateurs ont principalement recours aux galées sont en effet marquées par le redoublement du conflit que mène le roi d’Aragon Alphonse le Magnanime pour s’emparer du royaume de Naples, après la défaite navale de Ponza et son humiliante captivité par les Génois en 1435 ; or c’est aussi peu après la conquête de Naples en 1442, que le rôle des galées décroît. Compte tenu de leur double vocation à la fois militaire et marchande, ces bâtiments étaient en définitive les plus adaptés à cette situation de conflit41. On peut même soupçonner le souverain d’avoir en fait appuyé la demande de Lluis Sirvent aux Corts de 1433, voire de l’avoir suscitée. Un contact avait effectivement déjà été établi entre les deux hommes quelques années plus tôt pour négocier un traité avec le sultan mamlûk d’Égypte – voir infra. En outre, certains épisodes montrent que la guerre pouvait effectivement détourner les galées de leurs fonctions marchandes : c’est ainsi qu’en 1436, juste après la défaite de Ponza, aucun navire n’appareilla vers le Levant, par exemple42. Et l’on sait en outre que le monarque devait constamment et âprement négocier auprès des diverses institutions politiques l’aide et les ressources qui devaient lui permettre de réaliser son ambitieux programme de conquêtes. Le recours préférentiel aux galées, qui s’affirme une première fois sous le règne du Magnanime entre 1423 et 1425, puis plus durablement entre 1435 et 144543, non seulement à Barcelone, mais aussi à Valence et Majorque, est ainsi le reflet d’une militarisation croissante dans le contexte de la conquête du royaume de Naples.

Offices publics, missions diplomatiques et mort de Lluis Sirvent

28Comme il vient d’être esquissé, Lluis Sirvent s’était également vu confier d’importantes missions diplomatiques et charges publiques qui complètent et couronnent en un certain sens sa carrière déjà bien remplie.

Les offices publics (1427-1436)

  • 44 Llibre del Consolat del Mar, éd. Germà Colon et Arcadi Garcia i Sanz, vol. IV, Barcelone, Fundacio (...)

29En effet, malgré ses activités de navigation très prenantes, Lluis Sirvent a trouvé le temps d’exercer certains offices publics et non des moindres. En 1427, puis en 1435-1436, il fut notamment élu consul de la mer à Barcelone44. Rappelons que ce magistrat rendait la justice en première instance dans les différends de nature maritime ou marchande qui étaient en fait assez fréquents. Cette fonction requérait donc une certaine expérience que Lluis Sirvent possédait effectivement tant en matière de négoce que de navigation.

  • 45 Voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique..., op. cit., t. ii, p. 782 n.5

30Plus anecdotique, mais non dénué d’intérêt, il fut désigné comme « expert » en novembre 1440, soit quatre mois après le retour de l’un de ses voyages à Alexandrie, pour évaluer les dégâts causés par une tempête sur le môle de pierre et de bois qui était alors en construction au large de la plage de Barcelone, qui ne disposait pas encore de port, et dont les autorités hésitaient à reprendre les travaux45.

  • 46 Un collège de cinq Conseillers, dont la fonction était annuelle, dirigeait la ville de Barcelone.
  • 47 Jofre Sirvent fut Conseiller en 1451-1452, voir C. Batlle, La crisis social y economica..., op. cit (...)

31On pourra relever que ces charges publiques, dotées tout de même d’une autorité certaine, peuvent faire pâle figure en comparaison avec celle de Conseiller de la ville46 qu’exerça un peu plus tard son frère Jofre, qui fut aussi bailli royal de Barcelone47. Nous saisissons, précisément là, la nuance de profil entre les deux frères, qui schématiquement s’adonnèrent aux mêmes activités, mais l’un davantage investi dans les responsabilités urbaines et l’autre dans les affaires ou les projets de navigation au long cours. On notera en tout cas que ces fonctions étaient très complémentaires et que les deux frères eurent sans doute ainsi plus d’une fois l’occasion de s’épauler mutuellement. Mais il serait à l’évidence hâtif de déduire de cette comparaison que Lluis était plus éloigné des cercles de pouvoir que son frère Jofre.

Les ambassades auprès des Mamlûks (1429-1430 et 1441)

32En effet, si le projet présenté et finalement validé par les Corts de Barcelone en 1433 constitua un des sommets dans la carrière de Lluis Sirvent, il avait en fait été précédé de peu par une mission d’ambassade auprès des Mamlûks d’Égypte et de Syrie, destinée à négocier un vaste traité avec eux et qui lui fut confiée par le roi lui-même.

  • 48 Sur tous ces événements, voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 5 (...)
  • 49 Avant d’être officiellement investi de cette responsabilité, Lluís Sirvent avait dû franchir plusie (...)

33Les relations diplomatiques s’étaient effectivement très dégradées entre les sultans mamlûks et le roi Alphonse le Magnanime à la suite d’une série d’exactions et de représailles qui avaient opposé les marchands catalans et leur consul en Égypte aux autorités mamlûkes. Le consulat d’Alexandrie était ainsi resté vacant pendant près d’une quinzaine d’années à partir de 1416, tandis que les marchandises catalanes étaient officiellement interdites dans le sultanat. Pour mettre fin à ce conflit surtout commercial, sans doute sous la pression des marchands catalans, Alphonse le Magnanime avait décidé de négocier un nouveau traité entre les deux États. Après quelques avatars liés notamment en 1426 à l’expédition du sultan Barsbây dans l’île de Chypre restée chrétienne, les négociations avaient finalement pu commencer en 1429, en terrain neutre, à Rhodes, alors dominée par les chevaliers de l’ordre de St Jean de Jérusalem48. Or l’un des deux ambassadeurs du roi n’était autre que Lluis Sirvent, que son expérience du commerce dans la région et peut-être aussi les anciens réseaux tissés par son père, protonotaire des rois Pierre IV et Jean Ier, paraissaient désigner comme l’homme de la situation49. De fait, comme à l’habitude lors des ambassades royales, Lluis Sirvent n’était pas seul à remplir cette fonction – de même le sultan Barsbây avait-il envoyé plusieurs ambassadeurs – de façon à ce qu’ils pussent se contrôler mutuellement. Or, l’autre délégué, Rafael Ferrer, lui aussi marchand citoyen de Barcelone, était en revanche presque totalement inexpérimenté dans cette région et sans doute devait-il à ses seules accointances avec le pouvoir royal, cette mission d’importance.

  • 50 Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, éd. Maximiliano A., Alarcón (...)

34Au bout de plusieurs mois, les négociations finirent par déboucher sur un vaste traité commercial en 1430, qui reprenait en fait de nombreuses dispositions antérieurement décidées et appliquées entre les marchands des deux États, et qui n’ont pas lieu d’être détaillées ici50. Même si une nouvelle brouille ne tarda pas à opposer à nouveau les deux souverains, principalement en raison de la reprise par Barsbây en 1432 de la politique des monopoles auxquels se livraient les sultans – que Lluis Sirvent avait précisément dénoncée en 1410 –, il pouvait tout de même se flatter d’avoir mené à bien avec son homologue Raffael Ferrer les longues négociations et d’être parvenu à imposer – du moins momentanément – ce vaste traité commercial.

  • 51 Ll. Sirvent remplit donc les fonctions d’ambassadeur tout en assurant celles de patron de la galée (...)
  • 52 Voir Constantin Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416- 1458), (...)

35En raison sans doute de ses bons services à cette occasion, mais aussi de nouveaux voyages à Alexandrie, notamment en 1439-1440, Lluis Sirvent fut une nouvelle fois désigné comme ambassadeur d’Alphonse V auprès du successeur de Barsbây, le nouveau sultan Djaqmaq en 144151. Toutefois, sans doute en raison du caractère excessif des exigences du roi, ces nouvelles négociations n’aboutirent pas52.

  • 53 Voir ACA, CR, Reg. 2795, f°110r, 4 février 1446. Signalé par M. Del Treppo, I mercanti catalani..., (...)

36Lluis Sirvent put cependant profiter des voyages du début des années 1440 pour signer un très gros contrat de fourniture d’épices, qu’il devait, avec d’autres associés, acheminer d’Alexandrie pour le compte de l’ordre des Hospitaliers à Rhodes et dont il escomptait un bénéfice considérable se chiffrant à plusieurs milliers de ducats. Cependant, cet accord ne put finalement être honoré, engendrant un conflit durable avec les marchands d’Alexandrie et nécessitant l’intervention du roi Alphonse V lui-même en février 144653. Mais à cette date, Lluis Sirvent était déjà mort depuis plus d’un an et son décès n’était d’ailleurs peut-être pas étranger à l’échec final du contrat.

Épilogue

  • 54 Voir infra le tableau en annexe et C. Marinescu, La politique orientale..., op. cit., p. 93. Sur un (...)
  • 55 Voir C. Marinescu, La politique orientale..., op. cit., p. 115-116 ; A. Garcia et N. Coll, Galeres (...)

37Avant de conclure, la fin tragique de Lluis Sirvent, presque digne d’un héros d’aventure, mérite d’être contée. Au retour de son dernier voyage à Alexandrie entamé en août 1443, la galée Santa Maria Sant Miquel qu’il commandait avec son frère Jofre s’était longuement arrêtée à Rhodes où les menaces d’attaque du sultan mamlûk Djaqmaq se précisaient ; elle y avait été rejointe par quatre autres galées appartenant à la couronne d’Aragon – dont celle de la Generalitat de Catalogne, que patronnait Ferrer Bertran et qui était partie de Barcelone en janvier 144454. Grâce à la facilité de conversion de ces navires en bâtiments de combat évoquée précédemment, ceux-ci avaient été engagés par le Grand Maître des Hospitaliers Jean de Lastic pour défendre le port de Rhodes lors du siège mis par le sultan entre le 12 août et le 18 septembre et avaient contribué à le tenir en échec. Après le départ des Mamlûks, Lluis et Jofre Sirvent avaient eux aussi repris la mer pour rentrer à Barcelone, emmenant à bord de leur galée le lieutenant du Grand Maître, Joan de Vilagut, qui était chargé de rapporter de nouveaux fonds pour assurer la défense de Rhodes. Mais le vaisseau essuya une violente tempête en octobre sans doute au large de la Sicile, et sombra corps et biens. Au cours du naufrage périrent Lluis Sirvent, l’un de ses fils, deux de ses neveux, Joan de Vilagut, ainsi que 370 personnes qui se trouvaient à bord ; seul Jofre, qui ne s’y trouvait peut-être pas, survécut au désastre55.

Conclusion

  • 56 L’expérience d’utilisation des galées de la Generalitat à Perpignan-Collioure ne semble en revanche (...)

38Au-delà d’une vie bien remplie, permettant de saisir nombre de réalités marchandes en Méditerranée à la fin du Moyen Âge, le parcours que l’on parvient à reconstituer grâce aux nombreuses sources relatives à Lluis Sirvent est bien celui d’un homme d’affaires aux options originales. Il parfait tout d’abord sa formation dans le cadre d’une compagnie d’origine étrangère, puis s’intéresse davantage aux changes et aux assurances qu’au négoce proprement dit. Il privilégie ensuite délibérément une carrière de patron de navire au long cours sans abandonner les affaires. Il se fait enfin le promoteur d’un projet commercial de grande envergure, probablement soutenu par le roi, inspiré par des expériences italiennes, mais qui reste original en Catalogne. Car ce programme constitue en définitive le seul exemple de fonctionnement de lignes combinées presque régulières de navires, lié à une institution catalane. Comme le faisait certes déjà remarquer Mario Del Treppo, sa durée reste assez circonscrite dans le temps et elle est bien loin d’égaler celle des mude vénitiennes. Mais grâce aux efforts de Lluis Sirvent et au contexte de lutte pour la conquête, puis la défense du royaume de Naples, l’expérience dura tout de même près d’une quinzaine d’années56.

  • 57 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 596.

39Ce parcours hors des sentiers battus s’explique par une attention apparemment constante aux innovations extérieures, une curiosité évidente et de grandes capacités d’adaptation. Un épisode le confirme d’ailleurs clairement : en février 1426, un marchand syrien débarquait à Barcelone de façon tout à fait inattendue, puisque les échanges à travers la Méditerranée étaient dominés depuis plus de deux siècles par les chrétiens et que de fait, on ne trouve pas d’autre exemple de négociant syrien ou égyptien à Barcelone dans la très riche documentation des archives catalanes – dans un acte de chancellerie, le roi s’étonnait d’ailleurs que ce marchand syrien ait pu parvenir à Barcelone sans sauf-conduit. Or, il était arrivé à bord de la galée St Menat de la Generalitat, commandée par Lluis Sirvent. On sait que les deux hommes étaient ensuite restés en contact, puisque au moment du départ d’Abû Bakr, le marchand syrien, au début du mois d’août suivant, Lluis Sirvent acquitta pour lui la taxe grevant les exportations vers l’Égypte et la Syrie – le droit des arsenaux –57. Tout porte ainsi à croire que Luis Sirvent avait convaincu ce marchand syrien de se rendre à Barcelone pour y faire des affaires et il y était sans doute parvenu grâce à des liens sans doute personnels. L’épisode confirme donc, de la part de Lluis Sirvent, un sens particulier du contact et de la collaboration avec des marchands étrangers, quelle que fût leur origine, à des fins évidemment commerciales, mais qui prouve tout de même, comme ses efforts d’innovation, une certaine ouverture d’esprit. Ces traits de personnalité originaux, témoignant d’une individualité sans doute bien affirmée, expliquent au moins autant les succès de Lluis Sirvent que sa fortune et les liens de sa famille avec les différentes formes de pouvoir, à l’échelon municipal, de la Generalitat et même royal.

  • 58 Cl. Carrère suggère que Ll.Sirvent, de même que Pere de Muntros, autre marchand très actif avec leq (...)
  • 59 C. Batlle, La crisis social y economica..., op. cit., t. i, p. 346 n. 70.

40Enfin, cette attitude d’ouverture et ce penchant marqué pour les innovations rapprochent évidemment Lluis Sirvent de la Busca – la paille –, le parti réformateur qui devait se créer aux environs de 1450 à Barcelone et s’affronter ensuite violemment au parti oligarchique et conservateur de la Biga – la poutre –. Lluis Sirvent n’était évidemment plus là pour participer aux projets et aux conflits de la Busca58. Mais on sait que son frère Jofre, avec lequel il avait souvent collaboré comme nous l’avons vu, fut l’un des membres actifs de ce parti, occupant même à deux reprises la charge de conseiller de la ville alors que la Busca était parvenue au pouvoir et tentait d’appliquer un programme de réforme et d’innovations économiques59. Ce prolongement ne doit évidemment rien au hasard.

Voyages réalisés par des galées de la Generalitat entre 1433 et 1447

Voyages réalisés par des galées de la Generalitat entre 1433 et 1447

Abréviat ions Sources : ACA : Archives de la Couronne d’Aragon (C : Cancilleria ; RP : Real Patrimonio) AHPB : Arxiu Històric de Protocols de Barcelona AOM : Archives de l’Ordre de Malte ASV : Archivio di Stato di Venezia

Bibliographie

Bibliographie

Ainaud Joan, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410) », Homenaje a Jaime Vicens Vives, Barcelone, Universitat de Barcelona, 1965-1967, 2 vol., t. i, p. 329-335.

Alarcón y Santón Maximiliano A. et García de Linares Ramón, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Madrid, Imprenta de Estanislao Maestre, 1940.

Arnaldi Girolamo, Cracco Giorgio et Tenenti Alberto, La formazione dello stato patrizio, t iii de la Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della Serenissima, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1997.

Batlle Gallart, Carme, La crisis social y economica de Barcelona a mediados del siglo xv, CSIC, 1973, 2 vol.

Bonneaud Pierre, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, Millau, 2004.

Bonneaud Pierre, « Les Hospitaliers catalans en Méditerranée au cours du xve siècle », Les ordres militaires et la mer, Michel Balard éd., Paris, Publications du CTHS, 2009.

Braudel Fernand, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1985.

Carrère Claude, Barcelone centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, Paris-La Haye, éd. Mouton, 1969, 2 vol.

Christ Georg, « Passagers clandestins ? Le rôle moteur des galères vénitiennes et la concurrence des navires ronds à Alexandrie au début du xve siècle », dans Coulon D., Picard Chr. et Valérian D., Espaces et Réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, vol. ii, La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2010, p. 275-290.

Coll i Julià Núria, « Aspectos del corso catalán y del comercio internacional en el siglo xv », Estudios de Historia Moderna, n° 4, 1954, p. 159-186.

Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y principado de Cataluña, Real Academia de Historia, XVII, Madrid, 1913.

Coulon Damien, Barcelone et le grand commerce d’Orient, Madrid-Barcelone, Casa de Velázquez-Institut Europeu de la Mediterrània, 2004.

Coulon Damien, « Négocier avec les sultans de Méditerranée orientale à la fin du Moyen Age. Un domaine privilégié pour les hommes d’affaires ? », dans Ferrer i Mallol M. T., Moeglin J.-M., Péquignot S. et Sanchez Martinez M., Negociar en la Edad Media / Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, 2005, p. 503-526.

Coulon Damien, « Perpiñán en las relaciones de gran comercio con el Levante mediterráneo en la baja Edad Media », dans Cifuentes Comamala L l. et Salicrú i Lluch R., La presencia catalana a l’espai de trobada de la Mediterrània medieval, (Congrés Internacional Interdisciplinari, Barcelona, maig de 2009), à paraître.

Coulon Damien, Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches soutenu à l’Université de Paris I, le 25 novembre 2011 (à paraître).

Del Treppo Mario, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo xv, 2e éd., Naples, L’Arte Tipografica Napoli, 1972.

Doumerc Bernard, « Le trafic commercial de Venise au xve siècle. Le convoi d’Aigues Mortes », 110e Congrès National des Sociétés Savantes, Histoire Médiévale, Montpellier, 1985, t. ii, p. 179-195.

Garcia i Sanz Arcadi et Coll i Julià Nuria, Galeres mercants catalanes dels segles xiv i xv, Barcelona, Fundació Noguera, 1994.

Gourevitch Aaron J., La naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, 1997.

Guiral-Hadziiossif Jacqueline, Valence, Port méditerranéen au xve siècle, 1410-1525, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

Llibre del Consolat del Mar, éd. Colon Germà et Garcia i Sanz Arcadi, vol. iv, Barcelone, Fundació Noguera, 1987.

Macaire Pierre, Majorque et le commerce international 1400-1450, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 1986.

Madurell i Marimon Josep Maria, et Garcia i Sanz Arcadi, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, Barcelone, Colegio Notarial de Barcelona, 1973.

Mallett Michael E., The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, Clarendon Press, 1967.

Marinescu, Constantin, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1994.

Melis Federigo, Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’Archivio Datini di Prato, Sienne-Florence, Monte dei Paschi, 1962.

Mollat Michel, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, Aubier, 1988.

Nigro Giampiero, Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante, Florence, Firenze University Press, Fondazione Datini, 2010.

Schmitt Jean-Claude, « Individuation et saisie du monde », Histoire du monde au xve siècle, Patrick Boucheron éd., Paris, Fayard, 2009, p. 769-790.

Stöckly Doris, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise, Fin xiiie-mil. xve siècle, Leyde, New York, Cologne, Brill, 1995.

Stöckly Doris, « Le système de l’incanto des galées du marché de Venise : un exemple de réseau mis en place par un Etat », dans Coulon Damien, Picard Christophe et Valérian Dominique, Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, vol. ii, La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2010, p. 23-44.

Tenenti Alberto et Vivanti Corrado, « Le film d’un grand système de navigation : les galères marchandes vénitiennes xive-xvie siècle », Annales ESC, n° 16, 1961, p. 83-86 et planches hors texte.

Notes

1 Texte original : « E de aço surten dues coses : la una es manera de poder principar semblant viatge matex l.any subseguent per raho de les dites species e l.altre es be publich e manera gran a la gent de trestejar e fer affers prou segurament. » Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y principado de Cataluña, Real Academia de Historia, XVII, Madrid, 1913, p. 418.

2 Voir en particulier le bilan qu’en ont tiré Mario Del Treppo dans I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo xv, 2e éd., Naples, 1972, p. 127 et Arcadi Garcia i Sanz et Nuria Coll i Julià, Galeres mercants catalanes dels segles xiv i xv, Barcelona, Fundació Noguera, 1994, p. 253-254.

3 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1988, p. 64 ; voir également p. 63 : « le marchand de haut vol n’est pour ainsi dire jamais limité à une seule activité : il est marchand, bien sûr, mais jamais dans une seule branche, et il est tout aussi bien selon les occasions, armateur, assureur, prêteur, emprunteur, financier, banquier ».

4 Voir en particulier les stimulants travaux d’Aaron J. Gourevitch, La naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, 1997, qui ne traite des marchands que dans son chapitre VII « Chevaliers et bourgeois », aux p. 228 à 239. Pourtant, comme le fait remarquer Jean-Claude Schmitt, les chefs de familles marchandes se distinguent en tant qu’auteurs de livres de raison – en particulier en Toscane et en Allemagne –, forme d’« écriture mémorielle » qui contribue à l’affirmation d’un processus d’individuation ; « Individuation et saisie du monde », dans Boucheron Patrick, Histoire du monde au xve siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 772. Dans le même article, J. Cl. Schmitt souligne également l’importance de l’apparition des premiers portraits individuels, parmi lesquels on peut précisément ajouter l’exemple emblématique des Époux Arnolfini issus du milieu marchand florentin peints par Jan van Eyck dès 1434. Sur le thème de l’affirmation de l’individu marchand à la fin du Moyen Âge, voir en outre D. Coulon, Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge. Mémoire d’habilitation à diriger des recherches soutenu à l’université de Paris I, le 25 novembre 2011, à paraître.

5 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona (AHPB), 51/13, (notaire A.Lledó), f° 34 r et 35 r.
Plusieurs autres contrats, dans lesquels Ll.Sirvent est encore amené à préciser son âge en ce début de carrière, confirment cette année de naissance ; voir Josep Maria Madurell i Marimon et Arcadi Garcia i Sanz, Comandas comerciales barcelonesas de la Baja Edad Media, Barcelone, Colegio Notarial de Barcelona, 1973, doc. 174 (août 1407) ; AHPB, 106/1 (A. Brocard), f° 30 r 1 (octobre 1411).

6 AHPB, 106/36, (notaire A.Brocard), f° 61 r° et 69 v°.

7 Voir en particulier Claude Carrère, Barcelone centre économique à l’époque des difficultés 1380- 1462, Paris-La Haye, éd. Mouton, 1969, 2 vol., et Carme Batlle Gallart : La crisis social y economica de Barcelona a mediados del siglo xv, CSIC, 1973, 2 vol. Ces travaux, qui s’appuient notamment sur ceux de Jaume Vicens Vives et de Pierre Vilar, insistent particulièrement sur la gravité et la durée de la crise à Barcelone et en Catalogne, à partir du milieu du xive siècle et jusqu’au-delà de la guerre civile des années 1462-1472.

8 Mario Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit. et Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, Madrid-Barcelone, Casa de Velázquez-Institut Europeu de la Mediterrània, 2004.

9 AHPB, 58/171 (B. Nadal), f° 51 r 3.

10 Sur la compagnie Datini, voir principalement, Federigo Melis, Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’Archivio Datini di Prato, Sienne-Florence, 1962 et Giampiero Nigro éd., Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante, Florence, Firenze University Press, Fondazione Datini, 2010.

11 http://datini.archiviodistato.prato.it/

12 Voir Damien Coulon, « Perpiñán en las relaciones de gran comercio con el Levante mediterráneo en la baja Edad Media », dans La presencia catalana a l’espai de trobada de la Mediterrània medieval, (Congrés Internacional Interdisciplinari, Barcelona, maig de 2009), à paraître et Idem, Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan..., op. cit.

13 Voir Joan Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410) », Homenaje a Jaime Vicens Vives, Barcelone, 1965, t. i, appendice III, p. 334.

14 AHPB, 51/32 (A.Lledó), f° 36 r2, 36 r 3, 37 r 3 et 76 r (cf. J. M. Madurell i Marimon et A. Garcia i Sanz, Comandas comerciales, n° 200) ; 106/1 (A. Brocard), f° 40 r 1 (1411) ; 106/6 (A. Brocard), op. cit., f° 10 v-11 r (référence à trois commendes pour Jaffa en 1419) ; et 106/11 (A. Brocard), f° 92 v (1423).

15 En octobre 1411, Ll. Sirvent confie en huit contrats, l’équivalent en livres de Barcelone de 673 besants d’or et 410 ducats de Venise (soit près de 1000 livres de Barcelone au total) à changer sur les places d’Alexandrie et de Beyrouth. Entre septembre et décembre 1415, six nouveaux contrats l’amènent à avancer quelque 376 ducats et 60 besants d’or, toujours à destination du Levant ; cf. AHPB, 106/1 (Brocard), f° 30 v, 33 v-34 r, 37 v 2, 38 r, 39 v, 40 r, 42 r, et 43 r (1411) ; 106/3 f° 4 r, 16 r et 60 r-v (1415) ; Archives de la Couronne d’Aragon (ACA) ; RP MR, Reg. 2910/1, f° 1 r 3 (change de 100 ducats à destination d’Alexandrie ; août 1419) ; AHPB, 106/4 (Brocard), f° 85 v (1417) ; 106/6, 28 r 3 et 34 v (1419) ; 106/8, f° 24 r (1421) ; 113/25 (B.Pi), f° 35 v-36 r (1425) ; 150/3 (B.Masons), f° 25 r-v (1428), etc.

16 AHPB, 106/6 (A. Brocard), f° 10 v-11 r 1 et 11 r 2.

17 Ibid., f°41r et 47r.

18 Voir le tableau généalogique de la famille Sirvent dans C. Batlle, La crisis social y economica..., op. cit., t. ii, planches hors texte.

19 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., appendice I, années 1404, 1409, 1417-1421 et 1428. Dès 1401, un certain Antoni Saragossa et son fils Pere patronnent aussi un navire à destination d’Alexandrie (ibid.) ; s’agit-il d’autres membres de la même famille ou le prénom Antoni qui figure dans les registres des archives diocésaines de Barcelone – à l’origine de cette indication – est-il erroné ? Toujours est-il que la concentration des départs de navires patronnés par les frères Miquel et Pere Saragossa au moment même où Lluis Sirvent, leur beau-frère opte pour la même carrière ne doit sans doute rien au hasard. De son côté, Cl. Carrère avait relevé que Pere Saragossa avait fait construire en 1417 la nef qu’il conduisit à Alexandrie en 1420 et qui atteignait une valeur de 5500 livres de Barcelone ; voir Barcelone, centre économique..., op. cit., t. i, p. 263 n.5.

20 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., appendice I : 1419, 1422-1426.

21 ACA, RP, MR, 2910/1, f° 9 r et AHPB, 106/11 (A. Brocard), f° 66 v.

22 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants..., op. cit., p. 369. La Generalitat disposait de galères de combat pour faire face à une éventuelle attaque maritime, mais ces navires pouvaient être reconvertis en bâtiments commerciaux, prenant alors dans l’historiographie le nom de galées.

23 Cl. Carrère, Barcelone centre économique..., op. cit., I, p. 265 ; cette auteure a ainsi relevé que Lluis Sirvent avait acheté trois quarts d’une part (appelée setzena) de nef pour la somme modique somme de 67,5 livres en 1423. Il possédait en outre une setzena, soit 375 livres, dans la galée St Llorenç partant pour Tunis en 1437 et une demie setzena, soit 200 livres dans la galée de la Generalitat St Guillem-St Narcis destinée à la Sicile la même année ; il était toujours propriétaire de celle-ci en janvier 1439, cf. A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants..., op. cit., p. 312, 364 n. 25, 366 et 389 n. 11.

24 La ligne de Flandre fut établie dès 1315 et celle d’Alexandrie à partir de 1345 ; cf. Alberto Tenenti et C. Vivanti, « Le film d’un grand système de navigation : les galères marchandes vénitiennes xive-xvie siècle », Annales ESC, 16, 1961, p. 83-86 et carte hors texte ; Doris Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise, Fin xiiie-mil. xve siècle, Leyde, New York Cologne, Brill, 1995, p. 2 et Storia di Venezia, t. iii, p. 587-588.

25 D. Stöckly, Le système de l’incanto..., op. cit., p. 166 et Bernard Doumerc, « Le trafic commercial de Venise au xve siècle. Le convoi d’Aignes Mortes », 110e Congrès National des Sociétés Savantes, Histoire Médiévale, Montpellier, 1985, t. II, p. 179-195.

26 M. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967. De leur côté, les Narbonnais avaient envoyé la galée de leur cité vers Alexandrie en 1432, avec à son bord un certain Jacques Cœur qui effectuait là son premier voyage vers le Levant ; Michel Mollat, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, Aubier, 1988, p. 19.

27 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y principado de Cataluña, Real Academia de Historia, XVII, Madrid, 1913, p. 416-418.

28 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique..., op. cit., t. ii, p. 778.

29 M. Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit., p. 127-128.

30 A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants..., op. cit., p. 253-254.

31 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 154-156. La borne chronologique des années 1430 m’amenait ainsi à comparer le projet de Ll. Sirvent, avec l’expérience fondée sur l’utilisation beaucoup plus brève des galées de la ville entre 1395 et 1397, et à conclure à un succès « très mitigé », ainsi qu’à « une utilisation très irrégulière » des galées dans le temps long.

32 Voir également les arguments déjà présentés dans D. Coulon, ibid.

33 D. Stöckly, « Le système de l’incanto des galées du marché de Venise : un exemple de réseau mis en place par un État », dans Coulon Damien, Picard Christophe et Valérian Dominique, Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, vol. ii, La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2010, p. 23-44.

34 Voir le tableau des doubles voyages en annexe. Ermengau Grimau était en fait parti de Collioure et non de Barcelone pour ce premier double voyage de 1434-1435.

35 Voir en particulier les années 1438-1439 : après les dix mois de voyage en Flandre entre août 1438 et juin 1439, il ne reste que quatre mois à Barcelone, avant de repartir pour Rhodes et Alexandrie pendant neuf mois, entre fin octobre 1439 et fin juillet 1440.

36 À partir de 1436 et jusqu’en 1444, Lluis Sirvent patronne systématiquement la galée Santa Maria-Sant Miquel, pour un total de cinq voyages à destination de la Flandre ou du Levant. Un autre patron prend également une part active à ces doubles voyages, Joan Riba : entre 1442 et 1447, il commande la galée Sant Guillem-Sant Narcis à six reprises, dont cinq fois vers la Flandre et l’Angleterre.

37 Cl. Carrère, Barcelone, centre économique…, op. cit., t. ii, p. 778 ; Jacqueline Guiral-Hadziiossif, Valence, Port méditerranéen au xve siècle, 1410-1525, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 33 et 181 ; Pierre Macaire, Majorque et le commerce international 1400-1450, Lille, 1986, p. 354 et A. Garcia i Sanz et N. Coll i Julià, Galeres mercants…, op. cit., p. 250.

38 Voir Georg Christ, « Passagers clandestins ? Le rôle moteur des galères vénitiennes et la concurrence des navires ronds à Alexandrie au début du xve siècle », dans Coulon D., Picard Chr. et Valérian D., Espaces et Réseaux..., op. cit., vol. ii, p. 275-290.

39 Plusieurs galées relevées par M. Del Treppo n’appartenaient en fait pas à la Generalitat – elles ne sont du moins pas mentionnées dans la liste des voyages très détaillée établie par A. Garcia et N. Coll – : celles qui furent patronnées vers la Flandre et l’Angleterre à la fin de 1436 par Francesc Casasaja et Jofre Sirvent ; celle de Joan Llull qui appareille pour la Flandre en 1436, puis le Levant l’année suivante ; de nouveau celle de Fr. Casasaja à destination de la Flandre au début de 1442 ; celle de Pere de Prexana revenue de Flandre en mai de la même année ; M. Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit., p. 127-128. Voir en outre le cas de trois galées grosses patronnées en 1440 par Bernat Castelló de Perpignan, Bartomeu de Lobera et le convers Joan Bertran, à destination de Rhodes et d’Alexandrie ; AHPB, 106/35 (A. Brocard), f°41v-46r. Sur l’utilisation des galées privées, voir A. Garcia et N. Coll, Galeres mercants..., op. cit., chap. 12, p. 255-285.

40 Les rares exemples précis de valeurs totales de cargaisons transportées vers le Levant ne s’élèvent qu’à 13 600 livres pour une nef partie en 1415 et à peine 8000 livres de Barcelone pour une galée – de tonnage inférieur – en 1407 ; voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 310-311. Il s’agit là certes d’exemples relevés grâce à des données fiscales exceptionnellement conservées, près d’un quart de siècle avant le projet de Ll. Sirvent ; des quantités supérieures ont donc sans doute été commercialisées, mais elles restent probablement très en deçà des 80 000 livres de gain escomptées par Ll.Sirvent dans son projet.

41 Ce contexe guerrier directement à l’origine de l’utilisation des galées n’a bien sûr pas échappé à A. Garcia et N. Coll, dans Galeres mercants..., op. cit., p. 215-216 ; il y est toutefois présenté de façon générale, sans associer particulièrement l’expérience des années 1433-1447 lancée par Ll. Sirvent, au contexte de la conquête du royaume de Naples par Alphonse le Magnanime – et ce, bien que l’échantillon de primes d’assurances pour des transport à bord de galées qu’ils présentent dans le même passage, soit centré de façon révélatrice sur les années 1436-1446 ; ibid., p. 214-215.

42 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 175. Certes, le contexte de guerre peut simplement avoir dissuadé les patrons de navire de prendre le large ; mais tel a sans doute plus volontiers été le sort des nefs, dans les moments de conflit les plus aigus, tandis que les galées au contraire pouvaient être temporairement réquisitionnées pour participer à l’effort guerrier.

43 Voir la liste des types de navires utilisés dans D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., appendice I, p. 770-797. La liste des navires utilisés, d’après le minutier de commandes du notaire Antoni Brocard, couvrant les années 1435-1446 (AHPB 106/35), montre bien l’utilisation croissante des galées, quelles que soient les destinations.

44 Llibre del Consolat del Mar, éd. Germà Colon et Arcadi Garcia i Sanz, vol. IV, Barcelone, Fundacio Noguera, 1987, doc. 26, pp. 52-55 et Cl. Carrère, Barcelone, centre économique…, op. cit., t. ii, p. 783 n. 1.

45 Voir Cl. Carrère, Barcelone, centre économique..., op. cit., t. ii, p. 782 n.5

46 Un collège de cinq Conseillers, dont la fonction était annuelle, dirigeait la ville de Barcelone.

47 Jofre Sirvent fut Conseiller en 1451-1452, voir C. Batlle, La crisis social y economica..., op. cit., t. i, p. 346 n. 70.

48 Sur tous ces événements, voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 54-58.

49 Avant d’être officiellement investi de cette responsabilité, Lluís Sirvent avait dû franchir plusieurs étapes de sélection : les Conseillers de la ville de Barcelone et les consuls de la mer avaient dans un premier temps choisi quatre personnes parmi lesquelles le roi en retint deux – dont Ll. Sirvent – en février 1429 pour défendre en son nom les intérêts des marchands catalans ; ACA, CR, Reg. 2578, fol.46v (8 février 1429) et Damien Coulon, « Négocier avec les sultans de Méditerranée orientale à la fin du Moyen Âge. Un domaine privilégié pour les hommes d’affaires ? », dans Ferrer i Mallol. M. T., Moeglin J-M, Péquignot S. et Sanchez Martinez M., Negociar en la Edad Media / Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, 2005, p. 503-526 (p. 515).

50 Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, éd. Maximiliano A., Alarcón y Santón et Ramón García de Linares, Madrid, 1940, doc. 153 et D. Coulon, Négocier avec les sultans de Méditerranée orientale..., op. cit., p. 519-522.

51 Ll. Sirvent remplit donc les fonctions d’ambassadeur tout en assurant celles de patron de la galée de la Generalitat Santa Maria Sant Miquel entre le 21 juillet 1441 et le 14 août 1442 ; les négociations expliquent sans doute la durée de ce voyage, dépassant plus d’une année.

52 Voir Constantin Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416- 1458), Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1994, p. 11 ; D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orientop. cit., p. 60 et idem, Négocier avec les sultans de Méditerranée orientale..., op. cit., p. 516.

53 Voir ACA, CR, Reg. 2795, f°110r, 4 février 1446. Signalé par M. Del Treppo, I mercanti catalani..., op. cit., p. 86 et P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, Millau, 2004, p. 153. Le « contrat » établi avec les marchands d’Alexandrie, curieusement mentionné sans référence précise ni date, stipulait que Ll.Sirvent, son fils Pere, son frère Jofre et Miquel Ros devaient emporter des épices d’Alexandrie pour 9000 ducats, afin de les revendre 14 000 ducats à Rhodes. Après un début d’exécution, les marchands alexandrins, selon la plainte du roi, se refusèrent à remplir leurs engagements, malgré les réclamations adressées sur place à Alexandrie par les procureurs des négociants catalans, Lluis Ferrer et Francesc Jussà, qui furent finalement molestés et jetés en prison. À titre d’hypothèse, le brusque revirement des marchands alexandrins pourrait s’expliquer par l’aide apportée, après la signature du contrat, par Ll. Sirvent aux Hospitaliers de Rhodes lors du siège d’août-septembre 1444 par le sultan mamlûk Djaqmaq (cf. infra) et pourrait donc être interprété comme une mesure de représailles de la part de celui-ci. Voir également les prolongements de cette affaire non résolue dans N. Coll i Julià, « Aspectos del corso catalán y del comercio internacional en el siglo xv », Estudios de Historia Moderna, n° 4, 1954, doc. I, 28 mai 1446.

54 Voir infra le tableau en annexe et C. Marinescu, La politique orientale..., op. cit., p. 93. Sur un total de huit galères engagées par le Grand Maître des Hospitaliers, cinq provenaient de la couronne d’Aragon : une commandée par le Sicilien Angelo de Soni ; deux autres par les Valenciens Jaume de Vilaragut et Gracià de Monsoriu ; et les deux dernières, appartenant à la Generalitat de Catalogne, commandées par Ferrer Bertran et les frères Lluis et Jofre Sirvent ; (contrairement à ce qu’indique C. Marinescu, Vilaragut et Monsoriu étaient Valenciens et non Catalans, voir Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans en Méditerranée au cours du xve siècle », dans Balard Michel, Les ordres militaires et la mer, Paris, Publications du CTHS, 2009 (CD-Rom), p. 95 et J. Guiral, Valence port méditerranéen..., op. cit., p. 181).

55 Voir C. Marinescu, La politique orientale..., op. cit., p. 115-116 ; A. Garcia et N. Coll, Galeres mercants..., op. cit., p. 417 ; P. Bonneaud, Les Hospitaliers catalans..., op. cit., p. 95 et D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 200. C. Marinescu, s’appuyant sur un document des Archives de la Couronne d’Aragon (Cancilleria, Reg.2653 f° 61 r), indique que le naufrage eut lieu au large de Malte (« apud mare punicum ») ; toutefois, le testament de Lluis Sirvent, ouvert en présence de Jofre, précise qu’il s’était produit « in maribus gulfri del Detret », donc sans doute dans les parages du détroit de Messine ; cf. D. Coulon, ibid. (références du testament : AHPB, 106/36 (A. Brocard), f° 61 r-63 v, cité par A. Garcia et N. Coll, Galeres mercants..., op. cit., p. 415 n.15). Cl. Carrère, de son côté, a sans doute mal lu et interprété le sens de ce terme « Detret » et situe le sinistre dans les eaux de Crète (Barcelone, centre économique..., op. cit., p. 265 n. 2 ; mais elle n’indique pas sur quel document elle se fonde).

56 L’expérience d’utilisation des galées de la Generalitat à Perpignan-Collioure ne semble en revanche pas avoir dépassé un seul double-voyage vers la Flandre et le Levant (voir le tableau en annexe). À Valence toutefois, l’utilisation de galères « de mercaderia » se poursuivit au-delà des années 1440 ; cf. J. Guiral, Valence, port méditerranéen..., op. cit., p. 181.

57 Voir D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient..., op. cit., p. 596.

58 Cl. Carrère suggère que Ll.Sirvent, de même que Pere de Muntros, autre marchand très actif avec lequel il collabore parfois, pourraient être les auteurs de mémoires anonymes destinés à promouvoir les réformes à Barcelone ; cf. Barcelone, centre économique..., op. cit., t. ii, p. 783 n. 1.

59 C. Batlle, La crisis social y economica..., op. cit., t. i, p. 346 n. 70.

Table des illustrations

Titre Voyages réalisés par des galées de la Generalitat entre 1433 et 1447
Crédits Abréviat ions Sources : ACA : Archives de la Couronne d’Aragon (C : Cancilleria ; RP : Real Patrimonio) AHPB : Arxiu Històric de Protocols de Barcelona AOM : Archives de l’Ordre de Malte ASV : Archivio di Stato di Venezia
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 511k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search