Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Hommes, espaces, réseaux et acteurs Circulation et acteurs

Les Battosi : banquiers et fidèles soutiens de Charles II d’Anjou

The Battosi of Lucca: a family of bankers, faithful supporters of Charles II of Naples

François Bérenger
Traduction de Clément Authié

Résumé

Les Battosi de Lucques, qui dirigent une compagnie fondée au milieu du xiiie siècle, deviennent les principaux banquiers de la monarchie angevine au début du règne de Charles II (1285-1309) et le restent jusqu’au milieu des années 1290. Ils fournissent à la couronne de nombreux services financiers dont l’un des plus importants est le transfert de fonds de part et d’autre des Alpes. La compagnie dispose pour cela d’un réseau d’agents et d’associés solidement implanté à Gênes, dans le royaume de Sicile, le comté de Provence et le royaume de France. Grâce à lui, les Battosi transfèrent aisément et rapidement d’importantes sommes pour le compte de la monarchie et fournissent ainsi au souverain, partout où il en a besoin, les fonds nécessaires à sa politique de reconquête des territoires perdus après la révolte des Vêpres siciliennes (1282). Ces opérations ne sont généralement pas facturées, les marchands lucquois étant rémunérés par d’autres biais. Ils bénéficient notamment de la protection royale et du statut de principaux banquiers de la couronne, ce qui leur assure dons, titres, privilèges et une nombreuse clientèle dans les territoires angevins.

Texte intégral

  • 1 Émile G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, PUF, 1954, p. 145-175.
  • 2 Ignazio Del Punta, Mercanti e banchieri lucchesi nel Duecento, Pise, Plus, 2004, p. 250-251.

1Après la révolte des Vêpres siciliennes (30 mars 1282), la monarchie angevine se trouve rapidement dans une situation critique. Le siège de Messine, mené durant l’été par Charles Ier, ne donne rien. Pendant ce temps, les insurgés obtiennent l’aide de Pierre III d’Aragon qui, le 4 septembre, est acclamé roi à Palerme. Dès l’automne, les troupes siculo-aragonaises débarquent en Calabre et font subir de graves revers aux forces angevines. Le plus important survient le 5 juin 1284 lorsque la flotte siculo-catalane, commandée par l’amiral Ruggero di Lauria, réussit à battre la flotte angevine dans la baie de Naples et à s’emparer de Charles de Salerne, fils aîné et héritier de Charles Ier, qui dirigeait le royaume pendant l’absence de son père. La situation empire après la mort du vieux monarque, le 7 janvier 1285. Le prince héritier n’est libéré qu’en octobre 1288. Couronné par le pape à Rieti, le 29 mai 1289, le nouveau souverain trouve son royaume dans un état catastrophique : l’ennemi est aux portes de Salerne et mène de fréquents raids sur les côtes campaniennes. Pour rétablir la situation, Charles II a besoin d’argent pour équiper de nouvelles flottes et payer ses troupes, mais également pour mener une diplomatie active qui lui permette d’arriver à un accord avec l’Aragon qui lui soit plus favorable que le traité de Canfranc (4 octobre 1288), qu’il avait été obligé de signer pour obtenir sa libération1. Il s’adresse alors principalement aux Battosi, une compagnie lucquoise qu’il avait déjà sollicitée avec succès en 1283, lorsqu’il était vicaire du royaume2. Ces banquiers lui apportent un soutien indéfectible tout au long de la première partie de son règne, avant de s’effacer au profit des compagnies florentines.

  • 3 I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degl (...)
  • 4 Comme certains régestes et certaines éditions d’actes comportent des erreurs, il faut croiser, quan (...)

2Pour analyser cette collaboration, relativement brève mais très exclusive, et dégager l’intérêt qu’y trouve chacune des parties, nous concentrerons notre étude sur l’une de leurs activités les plus importantes pour la couronne : les transferts de fonds de part et d’autre des Alpes. Les sources dont nous disposons pour traiter un tel sujet sont presque exclusivement administratives, les archives de la compagnie n’ayant pas été conservées. Malheureusement, celles de la monarchie angevine ont, elles aussi, fait l’objet de nombreuses destructions au cours des siècles. La dernière et la plus importante date de la seconde Guerre Mondiale : le 30 septembre 1943, un détachement allemand mit le feu au dépôt où étaient entreposées les Archives d’État de Naples ; rien ne put être sauvé. Après cette tragédie, les archivistes napolitains décidèrent d’éditer ce qui pouvait encore l’être à partir de copies et de photographies d’actes, d’éditions de textes, de régestes et de notes d’érudit. L’entreprise de reconstruction est conduite depuis 1944 par les services de l’Ufficio della Ricostruzione Angioina, rattachés à la section diplomatique de l’Archivio di Stato de Naples. Depuis 1950, quarante-neuf volumes ont été édités, qui couvrent tout le règne de Charles Ier, ainsi que les premières années de celui de son fils Charles II3. C’est donc souvent à partir de simples résumés d’actes de la chancellerie angevine, comportant parfois des erreurs de transcription, que nous allons étudier les diverses opérations financières réalisées par les membres de la compagnie des Battosi, ce qui nous interdira d’en connaître certains détails et, par conséquent, certaines caractéristiques4.

La compagnie des Battosi

  • 5 Les trois frères se présentent dans un acte daté du 6 juillet 1286 comme associés de Lazario Buggia (...)
  • 6 Il s’agit d’une opération de change. Archivio Capitolare di Lucca, serie LL, reg. 25, fol. 48 [Luis (...)
  • 7 Ignazio Del Punta, Mercanti…, op. cit., p. 221-222.
  • 8 Ignazio Del Punta, ibid., p. 261-265.

3Comme les archives de la compagnie n’ont pas été conservées, nous ne connaissons presque rien sur son organisation interne, ainsi que ses débuts et sa fin. Elle s’est constituée autour des trois fils de Battoso di Orlandino (Custore, Orlando et Giovanni) qui se sont associés avec d’autres marchands lucquois5. La première attestation d’une opération financière impliquant les frères Battosi date du 9 mars 12506. La compagnie existe déjà au début de l’année 1253, mais nous n’avons aucune information sur la date exacte de sa création7. Nous manquons également de renseignements sur les circonstances qui ont conduit à sa disparition. Il n’y a vraisemblablement pas eu de banqueroute et plusieurs éléments ont, semble-t-il, contribué à la fin de la compagnie. Le plus important est la mort successive des trois frères Battosi entre 1295 et 1302. À la même époque, le volume des affaires semble diminuer, ce qui a peut-être conduit au départ de beaucoup d’associés. Cependant, des membres de la famille des Battosi continuent à conclure des affaires dans les premières années du xive siècle : les héritiers des trois frères ont vraisemblablement refondé la compagnie sur des bases nouvelles. Par ailleurs, la monarchie angevine leur doit encore d’importantes sommes comme l’atteste un acte de 13138.

  • 9 Ignazio Del Punta, ibid., p. 222-235.

4Dans la seconde moitié du xiiie siècle, la compagnie est présente à Gênes, en France – surtout aux foires de Champagne –, en Provence, en Italie du Sud et même à Ancône. Elle y pratique les activités les plus rémunératrices du lieu : à Gênes, il s’agit principalement du commerce de la soie ; aux foires de Champagne, des opérations de change ; en Provence, du commerce du sel9.

  • 10 RA 4, fol. 173, daté du 28 février 1268 [RCA 1, 269, p. 165].
  • 11 Ignazio Del Punta, Mercanti…, op. cit., p. 244-249.

5Les premiers rapports attestés entre les Battosi et la monarchie angevine remontent au début de l’année 126810. Comme d’autres compagnies lucquoises qui soutiennent la cause guelfe, ils prêtent de l’argent à Charles Ier pour permettre le bon fonctionnement de son royaume dans les premiers temps qui suivent la conquête et obtiennent en échange des sauf-conduits ainsi que la liberté de circuler et de commercer dans le royaume. Les sommes sont remboursées petit à petit, mais le total des dettes reste encore modeste11.

  • 12 Ignazio Del Punta, ibid., p. 217.

6Les Battosi n’accèdent véritablement au rang de banquiers du roi qu’après les Vêpres Siciliennes (30 avril 1282). Au début du règne de Charles II, ils deviennent les principaux partenaires financiers de la royauté, reprenant le rôle tenu pendant vingt ans par les Bonsignori de Sienne, et conservent cette place jusque dans les années 1294-1296. Après cette date, les Florentins sont les partenaires presque exclusifs de la monarchie angevine12. Durant cette période, la compagnie accomplit pour le compte du souverain de nombreux services financiers, que l’on peut répartir en cinq grandes catégories : les prêts, les garanties de prêts, les transferts d’argent, le règlement de certaines dépenses et la perception de taxes.

  • 13 Après 1294, le nombre de prêts accordés par les Battosi diminue de manière drastique, les compagnie (...)
  • 14 Andreas Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreic (...)
  • 15 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978, p. 138.

7Le premier point est crucial pour Charles II qui a besoin de fonds importants pour mener à bien ses projets de stabilisation du royaume et de reconquête des territoires révoltés. La monarchie angevine a, certes, toujours eu une grande capacité d’emprunt, notamment grâce au soutien de la papauté. Néanmoins, les Lucquois se révèlent particulièrement fidèles à sa cause et lui accordent des prêts conséquents même lorsqu’elle apparaît nettement affaiblie et son existence menacée. Selon une liste établie par Andreas Kiesewetter, les Battosi ont prêté aux Angevins entre le 16 octobre 1289 et le début de l’année 129413, plus de 60 000 onces (soit 300 000 florins)14. Pour mieux comprendre l’importance de l’engagement financier de la compagnie vis-à-vis de Charles II, il faut rappeler qu’à la même époque, le roi de France tire chaque année de son domaine un revenu qui oscille entre 400 et 600 000 livres tournois (soit entre 160 et 240 000 onces)15.

  • 16 RA 52, fol. 172, daté du 12 novembre 1289 [RCA 35, 110, p. 45].
  • 17 RA 50, fol. 400 v° et 416-416 v°, datés du 26 août 1290 [RCA 33, 121 et 168, p. 106-107 et 127].

8Les Lucquois ne se contentent pas de prêter de l’argent au souverain angevin : parfois, ils se portent caution pour lui lorsque ce dernier emprunte à d’autres banquiers. Ainsi, garantissent-ils un prêt de 10 000 livres de gros tournois que Charles II obtient de Bernard Bisons, un marchand de Narbonne, en novembre 128916. Ils font de même en août 1290 pour les 6 000 livres de dettes contractées par les souverains angevins auprès de la maison du Temple de Paris17.

  • 18 RA 58, fol. 305-306 v° et RA 59, fol. 195-196 v°, datés du 1er juin 1292 [RCA 38, 641, p. 188-189].

9En dehors des prêts, ils assurent également les transferts d’argent – que nous étudierons en détail plus avant – et le règlement de certaines dépenses. Il s’agit, la plupart du temps, de payer les fournisseurs du roi et de ses proches. L’aide des Battosi se révèle particulièrement précieuse durant les quatre années et demie (septembre 1289-avril 1294) que le roi passe loin de son royaume pour conduire les négociations qui mènent à la signature du traité de La Jonquera, le 14 décembre 1293. Ainsi, en février 1292, Bertolino Pantassi, un des membres de la compagnie établi à Paris, verse-t-il 3 250 livres 14 sous 3 deniers de petits tournois à Pierre Marcel, marchand parisien, pour prix de divers objets que ce dernier a livrés à l’Hôtel du roi18.

  • 19 RA 71, fol. 366 v°, daté du 23 février 1294 [RCA 49, 230, p. 132-134]. Le représentant des Battosi (...)

10Enfin, les Battosi se voient confier la perception de taxes. Cependant, contrairement aux compagnies florentines, ils semblent s’être peu impliqués dans cette dernière activité. Tout au plus, gèrent-ils pendant quatre ans (1293-1296) la gabelle de Nice que le roi leur a accordée pour rembourser une partie de ses dettes19.

  • 20 Il œuvre régulièrement au début des années 1290 avec Matteo d’Atri (de Adria), trésorier de la Cham (...)
  • 21 Francesco Paolo Luiso, op. cit., p. 76. En effet, plusieurs prêts sont contractés à Tarascon. RA 57 (...)
  • 22 RA 52, fol. 193, daté du 12 janvier 1290 [RCA 35, 184, p. 77-78] ; RA 52, fol. 147 v°, daté du 1er (...)

11L’un des principaux atouts de la compagnie aux yeux des Angevins est son important réseau d’agents et d’associés. Elle est notamment bien implantée dans le comté de Provence ainsi que dans le royaume de France, ce qui s’avère précieux pour Charles II lors de ses nombreux séjours dans ces régions entre septembre 1289 et avril 1294. Au cours de cette période, le souverain semble être constamment en contact avec Rustico Romagnoli et Gerardo Battosi, à tel point que ce dernier fait parfois figure de trésorier-bis de la Chambre20. Francesco Paolo Luiso émet l’hypothèse que les deux hommes sont les directeurs d’une succursale de la compagnie, peut-être établie à Tarascon21. Les Battosi dépêchent également en Anjou, pendant plus d’un an, deux de leurs représentants (Vermiglietto Pettinati et Guillelmo Pontassi) lorsque le roi leur assigne l’argent des revenus des comtés d’Anjou et du Maine pour rembourser une dette22.

  • 23 RA 48, fol. 170, daté du 16 mai 1284 [RCA 27/1, 710, p. 357-358]. La Ruga Scalensium se trouve entr (...)
  • 24 RA 52, fol. 205, daté du 20 février 1290 [RCA 33, 53, p. 26-27] ; RA 52, fol. 158, daté du 16 mars (...)

12La compagnie est aussi très présente dans le royaume. En 1284, elle achète à Giacomo Rufolo quelques boutiques situées dans la « Ruga Scalensie », l’une des rues marchandes les plus actives de Naples23. Les années suivantes, ses agents sont présents aussi bien dans la capitale que dans les provinces. Les mandements royaux évoquent souvent les « mercatoribus nostris de societate Bachosorum de Luca Neapoli commorantibus »24. Parfois, les noms sont précisés, ce qui permet d’établir une liste des principaux représentants de la compagnie dans le royaume entre 1289 et 1295 :

  • 25 RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 1290 [Cadier I, 1046] ; RA 54, fol. 179 v°, daté du 21 décembre (...)
  • 26 RA 63, fol. 209, daté du 25 juillet 1294 [Cadier III, 157] ; RA 66, fol. 169, daté du 4 novembre 12 (...)
  • 27 RA 58, fol. 262 v°, daté du 27 mai 1292 [Cadier II, 572] ; RA 16, fol. 114, daté d’août 1292 [RCA 4 (...)
  • 28 RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 1290 [Cadier I, 1046] ; RA 65, fol. 74 v°, daté du 10 octobre 12 (...)
  • 29 RA 52, fol. 10, daté du 27 septembre 1289 [RCA 32, 108, p. 150] ; RA 54, fol. 179 v°, daté du 21 dé (...)
  • 30 RA 58, fol. 256, daté du 10 décembre 1291 [Cadier II, 938].

Francesco Battosi25.
Gerardo Battosi26.
Brunetto Burlamacchi27. Lencio Boiamonti28.
Lencio detto Russo29.
Giovanni Anicardi30.

Les transferts d’argent

  • 31 Sur les avantages et le fonctionnement des transferts de fonds effectués par les compagnies italien (...)

13Grâce à leur réseau d’agents solidement implanté en France et en Italie, les Battosi peuvent aisément effectuer des transferts d’argent entre les différents territoires angevins et procurer au roi les fonds dont il a besoin pour mener à bien sa politique partout où il se trouve, avec célérité, en toute sécurité et à faible coût31. Ce service est donc très apprécié du souverain et il lui est essentiel pour pouvoir mener à bien les négociations qu’il conduit avec la France et l’Aragon entre 1288 et 1295.

14Le mode opératoire est presque toujours le même et suit une procédure classique pour l’époque : un mandement royal enjoint à un officier ou à une autorité extérieure (évêque, etc.) de remettre le produit d’un impôt ou une somme d’argent à un représentant de la compagnie. Le destinataire final est la plupart du temps spécifié. Lorsque le représentant de la societas Battosorum délivre la somme mentionnée au destinataire (le trésorier de la Chambre, etc.), ce dernier lui remet une apodixe, c’est-à-dire un reçu. Parfois, l’argent est versé en présence de Charles II.

  • 32 RA 56, fol. 36, daté du 13 novembre 1292 [RCA 38, 40, p. 13].

15Ces transferts qui s’élèvent à plusieurs milliers d’onces ne nécessitent presque jamais de transports de numéraire sur de longues distances : les jeux d’écriture dans la comptabilité ainsi que les accords entre marchands permettent de les éviter. Néanmoins, il est impossible de s’affranchir complètement de ce type d’opérations et l’argent circule, notamment sur les routes du royaume. Ainsi, un mandement de Charles Martel daté du 13 novembre 1292 nous apprend-t-il que le maître des pas de Terre de Labour a confisqué à un marchand du nom de Nicola, appartenant à la compagnie des Battosi, deux coffres contenant 500 onces en gros tournois d’argent. Cet argent avait été recueilli à Naples par Pierre Bodin d’Angers, maître rational, pour les dépenses de l’hôtel de la reine. Aussi, le prince ordonne-t-il au maître des pas de restituer immédiatement les coffres au marchand32.

  • 33 RA 95, fol. 107, daté du 17 novembre 1298 [Cadier III, 1679] ; RA 95, fol. 173 v°, daté du 23 décem (...)

16La technique utilisée pour ces transferts permet également de réduire les délais. Malheureusement, il est difficile d’établir le temps écoulé entre la remise de la somme et son versement à partir des sources dont nous disposons. Cependant, nous pouvons nous en faire une idée en étudiant le cas d’une opération effectuée à la même époque par une autre compagnie toscane : les Bardi. Le 17 novembre 1298, le roi écrit de Naples aux autorités de Pistoia pour leur rappeler la promesse qu’elles lui ont faite d’une aide pour la flotte de 2 000 florins et les prier de remettre cette somme aux marchands de la societas Bardorum. Le 23 décembre, il leur écrit de nouveau pour leur accuser réception des 2 000 florins qu’il a reçus par l’intermédiaire de Giovanni Ugolini, représentant de ladite compagnie à Naples33. Il a donc fallu un mois pour régler l’affaire. Si on prend en compte le temps nécessaire pour relier les deux cités par courrier, le transfert est immédiat et l’argent n’a pas été immobilisé par les Bardi, ce qui pourrait pourtant être une source de profits. Comme Charles II tient à disposer rapidement de l’argent que ses officiers versent aux Battosi, il est presque certain que la compagnie a tout fait pour que les délais soient également réduits au minimum.

  • 34 Sur ce sujet, voir Jean-Marie Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de S (...)
  • 35 RA 52, fol. 10, daté du 27 septembre 1289 [RCA 32, 108, p. 150].

17Les fonds qui lui sont remis proviennent de sources diverses. La plus importante est bien évidemment le produit des taxes et impôts que l’État angevin prélève sur ses sujets34. Entre 1289 et 1295, Charles II confie presque exclusivement aux Battosi les opérations les plus importantes. Dès septembre 1289, à peine de retour dans son royaume après quatre ans de captivité, il charge un de leurs agents, le marchand Russo, de recevoir l’argent que Charles Martel et les justiciers des Abruzzes doivent lui verser, et de le lui envoyer en tout lieu où il sera35.

  • 36 RA 52, fol. 158, daté du 16 mars 1290 [RCA 35, 222, p. 92] ; RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 129 (...)
  • 37 La subventio generalis, ou aide générale, est l’impôt direct pesant sur toutes les communautés du r (...)
  • 38 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) », Archiv für Diplomatik, (...)
  • 39 RA 58, fol. 256, daté du 10 décembre 1291 [Cadier II, 938].

18Les années suivantes, les mandements se succèdent, ordonnant aux officiers royaux de remettre l’argent dont ils disposent aux représentants de la compagnie pour qu’ils fassent parvenir ces fonds au souverain36. En décembre 1291, par exemple, le justicier des Abruzzes reçoit ordre de verser à Francisco Battosi et Giovanni Anicardi 1 000 onces tirées du produit de la subventio generalis37 qu’il est en train de lever dans sa province. Les deux marchands doivent ensuite transmettre cette somme à la Chambre, donc au roi, qui séjourne à l’époque à Aix-en-Provence38. Pour être sûr que le justicier rassemble au plus vite les 1 000 onces, la lettre précise qu’il lui est interdit de dépenser quoi que ce soit de l’argent provenant de l’aide générale avant d’avoir fait ce paiement39.

  • 40 RA 52, fol. 184, daté du 18 octobre 1289 [RCA 35, 57, p. 19-20]. Cependant, les Battosi ne sont pas (...)
  • 41 Le 7 mars 1290, Rustico Romagnoli verse à Narbonne 1142 livres 16 sous et 8 deniers de petits tourn (...)

19En octobre 1289, Charles II charge également les Battosi du transfert d’une partie du produit de la décime de Provence que la papauté lui a concédée40. Les sommes prélevées par les collecteurs de l’Église sont remises aux agents de la compagnie qui doivent ensuite les délivrer en un lieu décidé par le souverain. Ainsi, entre 1290 et 1292, les Lucquois versent-ils plusieurs milliers de livres aux trésoriers royaux qui suivent Charles II dans ses déplacements à travers le royaume de France et le comté de Provence41.

  • 42 Les Battosi se voient confier 10 000 livres de petits tournois en juillet 1291 et 3 000 livres en s (...)
  • 43 RA 61, fol. 195, daté du 2 février 1293 [RCA 44/1, 589, p. 255-256].
  • 44 RA 91, fol. 2, daté du 9 septembre 1297 [Cadier III, 1308] ; RA 91, fol. 119 v° et 131, datés du 29 (...)
  • 45 RA 95, fol. 175 v°, daté du 18 décembre 1298 [Cadier III, 1679].

20Enfin, le roi confie souvent aux Battosi le transfert des aides que lui fournissent ses alliés. En 1291 et 1292, il s’agit des fonds que le roi Philippe le Bel envoie à son cousin pour contribuer à la réparation de la flotte angevine42. En 1293, les représentants de la compagnie établis à Plaisance sont chargés de recevoir l’aide demandée aux villes de Lombardie pour financer la prochaine campagne contre la Sicile43. Quatre ans plus tard, le roi donne procuration aux Battosi pour recevoir de certaines communes de Lombardie (Brescia, etc.) et de Toscane (Lucques, Florence, Pistoia, Sienne et Prato) les subsides promis pour la flotte qui doit opérer contre l’île rebelle44. Les contributions sont récupérées plus ou moins facilement au cours de l’année 1298 et transférées à Naples45.

La rémunération des transferts

  • 46 Sur la question de la rémunération des transferts de fonds effectués par les compagnies commerciale (...)
  • 47 Ces données proviennent d’une apodixe délivrée par le roi à Rustico Romagnoli. RA 61, fol. 219, dat (...)
  • 48 RA 61, fol. 209 v°, daté du 13 juin 1293 [RCA 44/1, 712, p. 315-316].

21Lorsqu’on étudie les actes angevins, il semble que les Battosi ne tirent aucun profit de ces transferts de fonds car ils remettent, la plupart du temps, exactement la somme qu’ils ont reçue et il n’est presque jamais fait mention d’une quelconque commission46. Ainsi, lorsqu’en septembre 1292 les représentants de la compagnie reçoivent à Nîmes 3 000 livres de petits tournois que le roi de France envoie à son cousin comme aide pour la réparation des galères, délivrent-ils par la suite 400 livres à Pierre de Limoges, auditeur des comptes de Provence, et 2 600 livres à la Chambre, sans rien garder pour eux47. Il en va de même quand plusieurs compagnies italiennes interviennent dans l’opération : le 13 juin 1293, les Battosi versent au souverain 1 500 livres de petits tournois pour le compte des Peruzzi de Florence. Cette somme correspond aux 600 onces que Matteo d’Atri, trésorier royal, a remises quelque temps plus tôt à Lapo Chiariti, un membre de la societas Peruciorum, à Barletta48. Comme à l’époque, une once d’or vaut 2,5 livres tournois, les Toscans n’ont donc prélevé aucune commission pour ce transfert.

  • 49 RA 58, fol. 313 et RA 59, fol. 155, datés du 8 décembre 1291 [RCA 39, 5, p. 8].
  • 50 RA 58, fol. 313 v° et RA 59, fol. 155, datés du 23 octobre 1291 [RCA 39, 6, p. 9].
  • 51 Dans une apodixe pour les comptes de la Chambre royale portant sur la période juin 1289-mars 1290, (...)
  • 52 En 1298, les Bardi effectuent deux transferts de Naples à Nîmes pour le compte de la Cour, l’un de  (...)
  • 53 Apodixe adressée à Godefroy, évêque de Gap, collecteur des décimes de Provence. RA 59, fol. 158 v°, (...)
  • 54 Apodixe pour les comptes de l’hôtel royal. RA 59, fol. 160-160 v°, datée du 23 juin 1292 [RCA 39, 2 (...)

22Pour certaines opérations, les Battosi facturent le change. Il se pourrait alors que derrière cette commission se cache une rémunération pour le transfert effectué. Il n’en est rien : les tarifs adoptés sont conformes à ce qui se pratique à l’époque. Prenons le cas de la décime de Provence. En janvier 1291, Rustico Romagnoli délivre à Adam de Toucy, chancelier du royaume et trésorier royal, 2 897 livres 13 sous 9 deniers de petits tournois qui correspondent, une fois les frais de change déduits (« deducto cambio »), aux 2 488 livres 7 sous de coronats et 568 livres 8 sous 9 deniers de viennois que l’évêque de Gap, collecteur de la dite décime, a confiés aux agents des Battosi49. À cette date, 5 livres de viennois valent 4 livres de petits tournois50 ; coronats et petits tournois ont la même valeur51. Si l’on convertit les espèces remises par l’évêque, on obtient un total de 2 942 livres 15 sous 7,2 deniers de petits tournois. Les Battosi ont donc gardé pour eux un peu plus de 45 livres, soit 1,5 % de la somme transférée, ce qui correspond aux taux de change pratiqués par les compagnies toscanes dans les années 129052. Ce n’est pas le seul exemple. En 1292, l’évêque de Gap remet aux Battosi 2 603 livres 15 sous 4 deniers de coronats et 699 livres 15 sous 4 deniers de viennois. Le 10 mai 1292, Rustico Romagnoli verse l’argent à Aix entre les mains des trésoriers de la Chambre53. Si l’on convertit cet argent en petits tournois, on obtient 3 163 livres 11 sous 7,2 deniers. Or, dans les comptes de l’hôtel royal pour la période allant de septembre 1291 à mai 1292, il est mentionné un seul versement se rapportant aux décimes de Provence qui s’élève à 3 117 livres 5 sous de petits tournois54. Les Battosi ont donc pris, une fois encore, une commission de 1,5 % qui rémunère le change pratiqué et non le transport (portagio).

  • 55 RA 91, fol. 2, daté du 9 septembre 1297 [Cadier III, 1308] ; RA 91, fol. 119 v° et 131, datés du 29 (...)

23Cependant, il est évident que les Lucquois trouvent leur intérêt dans ces opérations. Il existe donc d’autres formes de rémunération de leurs services. Tout d’abord, la compagnie fait dans certains cas l’économie des frais et des risques d’un transfert de fonds de même importance en sens inverse. Par exemple, lorsqu’en 1298 ses agents récupèrent auprès des communes de Toscane l’aide que ces dernières ont promise à Charles II pour armer la flotte qui doit opérer contre la Sicile, les espèces récoltées prennent vraisemblablement la route de Lucques et sont versées dans les caisses de la maison-mère55. Ainsi, cette opération lui permet-elle de rapatrier sans risque une partie des bénéfices réalisés dans sa succursale de Naples.

  • 56 Par exemple, Charles II qualifie régulièrement dans les actes Rustico Romagnoli de « mercator noste (...)
  • 57 RA 52, fol. 85 v°, daté du 7 novembre 1289 [RCA 35, 67, p. 24-25] ; RA 90, fol. 300, daté du 1er(...)

24Ensuite, les Battosi jouissent du statut envié de principaux banquiers des Angevins56. Aussi, les membres du haut clergé et de la noblesse, désireux d’imiter le souverain et mis en confiance par une telle renommée, s’adressent-ils à eux, si bien que ces derniers se constituent une clientèle privée dans tout le royaume57. Il faut dire que la compagnie présente un certain nombre d’avantages : elle dispose d’agents un peu partout dans le royaume et en Provence, de liquidités (l’argent versé par les officiers royaux) et de nombreux contacts dans l’administration royale, ce qui est toujours utile pour régler plus rapidement certaines affaires.

  • 58 Il justifie ces mesures par les grands services que lui ont rendus les marchands de la compagnie. R (...)
  • 59 RA 52, fol. 145, daté du 1er avril 1290 [RCA 35, 265, p. 107].

25Elle bénéficie surtout de la protection royale, qui ne lui fait jamais défaut. Le souverain a, en effet, tout intérêt à ce que la compagnie soit la plus solide possible, compte tenu des nombreux services qu’elle lui rend. Aussi, la protèget-il dans ses États contre les clients indélicats ou récalcitrants. En décembre 1298, il donne instruction à tous les officiers du royaume d’obliger les débiteurs des Battosi à payer leurs dettes58. De même, comme son père avant lui, veille-t-il à ce que ses agents n’importunent pas les membres de la compagnie. En avril 1290, par exemple, il ordonne au vicaire de Marseille de restituer à Vanni Battosi les 42 sous tournois qu’on avait exigés de lui parce que, passant par cette ville pour les affaires du roi, il avait été trouvé porteur d’une épée59.

  • 60 Les membres de la compagnie sont très souvent qualifiés de familiers dans les actes angevins comme, (...)
  • 61 Sur l’usage et la composition du baudrier, voir Philip Ditchfield, La culture matérielle médiévale  (...)
  • 62 RA 61, fol. 174, daté du 13 janvier 1293 [RCA 44/1, 439, p. 176-177 ; Cadier II, 1017].
  • 63 RA 5, fol. 231, daté du 24 février 1270 [RCA 3, 840, p. 263].

26Le roi accorde également toute une série de faveurs aux membres de la compagnie, qui leur permettent de s’élever socialement. Premièrement, il octroie à plusieurs d’entre eux le titre de familier, ce qui est le signe de leur relation personnelle avec le souverain et les distingue des autres marchands en affaires avec la Cour60. Deuxièmement, il leur concède des privilèges dans les territoires angevins. En janvier 1293, suite à la requête de Rustico Romagnoli, il accorde à Ranieri Botriochi, cabellarius civitatis Nicie, ou à tout autre membre de la compagnie qui gère la gabelle de Nice, le droit d’avoir un baudrier (cingulum) aux armes de la Cour et trois sergents armés61. Néanmoins, ces marques de l’autorité royale sont liées à la fonction : le représentant des Battosi ne peut donc les conserver lorsqu’il quitte son poste62. La faveur royale peut également s’exprimer à Lucques, le siège de la compagnie, lorsque les Angevins gouvernent la région. Ainsi, en 1270, Charles Ier écrit-il à son vicaire pour qu’il autorise les Battosi à construire un pont de bois au-dessus d’une rue afin de relier entre elles deux de leurs maisons63.

  • 64 RA 58, fol. 305-306 v° et RA 59, fol. 195-196 v°, datés du 1er juin 1292 [RCA 38, 641, p. 190].
  • 65 RA 68, fol. 71 v°, daté du 9 mars 1294 [RCA 47, 517, p. 181] ; RA 63, fol. 189, daté du 9 mars 1294 (...)

27Enfin, Charles II fait à plusieurs reprises des dons importants aux Battosi. Le 13 mars 1292, il leur octroie 2 000 livres de petits tournois et, le 25 mai, 3 000 livres de petits tournois « propter multa, grata et accepta servitia, que ab eis nos recepisse, recolimus, postquam regni nostri Sicilie suscepimus… gratiose donavimus ». Mais ces sommes ne leur sont pas versées immédiatement : elles se rajoutent à la longue liste de dettes de la monarchie angevine auprès de la compagnie64. Sa générosité peut être encore plus importante. Ainsi, lors d’un séjour à Lucques en mars 1294, leur donne-t-il 10 000 livres de petits tournois pour récompenser leurs services passés, présents et futurs (« considerantes actente grandia, grata et accepta servicia que mercatores de societate Baccusorum de Luca et ipsa societas nostro culmini prestiterunt, assidue prestant et prestare poterunt in futurum »)65. Compte tenu de l’importance des sommes attribuées, on peut légitimement supposer que ces dons constituent un moyen détourné de rémunérer les services rendus par la compagnie.

Conclusion

28Les Battosi ont donc trouvé leur intérêt dans cette collaboration étroite avec le pouvoir angevin. Ils l’ont toujours fidèlement soutenu dans une période pourtant difficile pour la monarchie et ont ainsi gagné leur place de principaux banquiers de la couronne. Le fléchissement rapide de leurs affaires avec les Angevins à partir des années 1294-1296 et leur remplacement progressif par les compagnies florentines paraissent d’autant plus étonnants.

  • 66 À la fin de l’année 1297, Jacques II dépêche en Provence Guillem Llull, citoyen de Barcelone, pour (...)
  • 67 Par exemple, il écrit en octobre 1298 aux Bardi pour leur demander un prêt de 10 000 onces, garanti (...)

29Pour expliquer ce retournement de situation, il faut évoquer, d’un côté, les difficultés internes de la compagnie à la fin des années 1290 (disparition des trois frères fondateurs, baisse générale du volume de leurs affaires, etc.) et, de l’autre, les changements géopolitiques intervenus en 1295, suite à la signature du traité d’Anagni. Charles II a dès lors un nouvel allié de poids contre la Sicile, le roi Jacques II d’Aragon, mais cet allié lui coûte cher. En effet, il s’est engagé à fournir au souverain aragonais de très importants subsides pour équiper sa flotte et payer son armée66. Par conséquent, il doit emprunter, une fois de plus, de fortes sommes et s’adresse pour cela aux grandes compagnies florentines tels les Bardi, les Battosi n’ayant sûrement plus la capacité financière pour fournir les fonds nécessaires67. En outre, Charles II est très lié à la papauté dans cette affaire : elle garantit une partie des prêts qu’il contracte et fournit, elle aussi, des subsides à l’Aragon. Or, le pape Boniface VIII (24 décembre 1294-11 octobre 1303) et la Curie romaine font généralement appel aux banquiers florentins. Il est donc logique, pour des raisons pratiques, que le souverain angevin ait recours aux mêmes banquiers.

  • 68 Il n’est de retour en Provence qu’en mars 1297, pour un séjour d’un peu plus d’un an. Andreas Kiese (...)
  • 69 Ignazio Del Punta, op. cit., p. 263-264.

30À cela, il faut ajouter que la collaboration privilégiée qui s’est établie entre les Battosi et Charles II dans les premières années de son règne est également le fruit du contexte politique particulier de cette période. Entre octobre 1289 et le début de l’année 1294, le roi séjourne en France et en Provence pour mieux conduire ses négociations avec l’Aragon et trouver de nouveaux alliés. Grâce à leur réseau, les Battosi peuvent lui assurer le transfert des subsides dont il a besoin. Mais après 1294, le roi s’établit pour longtemps dans son royaume68. Cependant, il ne faut pas minorer le lien privilégié qui s’est tissé depuis 1282 entre le souverain et les représentants des Battosi qui vivent dans son entourage. Ce lien fort qui transparaît dans les actes, notamment avec la présence constante de Gerardo Battosi et de Rustico Romagnoli, ne semble pas s’être noué – en tout cas à ce niveau – avec les représentants des Bardi, des Peruzzi ou des Acciaiuoli. Ceci explique sûrement pourquoi les Angevins n’abandonnent pas les Battosi quand ceux-ci voient leurs biens confisqués et sont contraints à l’exil après la prise de Lucques, en juin 1314, par les troupes d’Uguccione della Faggiuola. Le roi Robert, sur les instances du pape Jean XXII, les accueille dans son royaume où ils demeurent de nombreuses années, sans retrouver pour autant la position qui avait été celle de leurs parents69.

Bibliographie

Bibliographie

Sources

Davidsohn Robert, Forschungen zu Geschichte von Florenz, t. iii, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1901.

Morelli Serena, Le carte di Léon Cadier alla Bibliothèque nationale de France. Contributo alla ricostruzione della cancelleria angioina, Rome, École française de Rome, 2005.

I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, 49 vol., Napoli, Arte Tipografica, 1950-2007.

Études et travaux

Coulet Noël, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au xive siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, École Française de Rome, 1992.

Del Punta Ignazio, Mercanti e banchieri lucchesi nel Duecento, Pise, Plus, 2004.

Ditchfield Philip, La culture matérielle médiévale : l’Italie méridionale byzantine et normande, Rome, École française de Rome, 2007.

Favier Jean, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978.

Kiesewetter Andreas, « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) », Archiv für Diplomatik, n° 43, 1997, p. 85-283.

Kiesewetter Andreas, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreich Neapel, die Grafschaft Provence und der Mittelmeerraum zu Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, Matthiesen, 1999.

Léonard Émile G., Les Angevins de Naples, Paris, PUF, 1954.

Luiso Francesco Paolo, « Mercatanti lucchesi dell’epoca di Dante. I. La compagnia dei Battosi alla Corte angioina », Bollettino storico lucchese, n° 8, 1936, p. 61-102.

Martin Jean-Marie, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du xiiie siècle », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, École française de Rome, 1998, p. 601-648.

Péquignot Stéphane, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, Casa de Velázquez, 2009.

Renouard Yves, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, E. de Boccard, 1941.

Schadekhans, « Die Familiaren der sizilischen und aragonischen Könige im 12. und 13. Jahrhundert », Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, n° 26, 1971, p. 201-348.

Spufford Peter, Handbook of Medieval Exchange, Londres, Royal Historical Society, 1986.

Venturini Alain, « La gabelle du sel de Nice (xiiie-xive siècles) », Recherches régionales, Côte d’Azur et contrées limitrophes, n° 3, 1983, p. 203-221.

Venturini Alain, « La gabelle du sel des comtes de Provence, des origines sous Charles Ier d’Anjou jusqu’à la fin du règne de Jeanne Ière : état de la question », dans Hocquet Jean-Claude (dir.), Le roi, le marchand et le sel, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1987, p. 105-116.

Notes

1 Émile G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, PUF, 1954, p. 145-175.

2 Ignazio Del Punta, Mercanti e banchieri lucchesi nel Duecento, Pise, Plus, 2004, p. 250-251.

3 I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, 49 vol., Napoli, Arte Tipografica, 1950-2007. Ce titre sera désormais abrégé sous la forme RCA.

4 Comme certains régestes et certaines éditions d’actes comportent des erreurs, il faut croiser, quand cela est possible, les différentes copies disponibles d’un document disparu. L’abréviation RA désignera les registres angevins tels qu’ils étaient avant leur destruction en 1943. Après chaque mention d’un acte tiré d’un de ces anciens registres, nous indiquerons entre crochets les références des ouvrages ou sources manuscrites dans lesquels nous avons trouvé le résumé ou le texte intégral de cet acte. Nous utiliserons également pour cela un système d’abréviations dont voici la liste : Cadier I = Fiches Cadier conservées à la BNF (NAF 10830), 1re rangée ; Cadier II = Ibid., 2e rangée ; Cadier III = Fiches Cadier conservées à la BNF (NAF 10831), 3e rangée ; Cadier IV = Ibid., 4e rangée ; Davidsohn = Robert Davidsohn, Forschungen zu Geschichte von Florenz, t. iii, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1901 ; Del Punta = Ignazio Del Punta, op. cit. ; Luiso = Francesco Paolo Luiso, « Mercatanti lucchesi dell’epoca di Dante. I. La compagnia dei Battosi alla Corte angioina », Bollettino storico lucchese, n° 8, 1936, p. 61-102 ; Morelli = Serena Morelli, Le carte di Léon Cadier alla Bibliothèque nationale de France. Contributo alla ricostruzione della cancelleria angioina, Rome, École française de Rome, 2005.

5 Les trois frères se présentent dans un acte daté du 6 juillet 1286 comme associés de Lazario Buggianese Bandini et des frères Botriochi. Archivio di Stato di Lucca, Diplomatico, S. Maria Cortelandini [Luiso, p. 83-84].

6 Il s’agit d’une opération de change. Archivio Capitolare di Lucca, serie LL, reg. 25, fol. 48 [Luiso, p. 91-93].

7 Ignazio Del Punta, Mercanti…, op. cit., p. 221-222.

8 Ignazio Del Punta, ibid., p. 261-265.

9 Ignazio Del Punta, ibid., p. 222-235.

10 RA 4, fol. 173, daté du 28 février 1268 [RCA 1, 269, p. 165].

11 Ignazio Del Punta, Mercanti…, op. cit., p. 244-249.

12 Ignazio Del Punta, ibid., p. 217.

13 Après 1294, le nombre de prêts accordés par les Battosi diminue de manière drastique, les compagnies florentines prenant rapidement la relève.

14 Andreas Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreich Neapel, die Grafschaft Provence und der Mittelmeerraum zu Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, Matthiesen, 1999, p. 548-549. L’once est la monnaie de compte du royaume de Sicile : 1 once = 30 tarins = 600 grains.

15 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978, p. 138.

16 RA 52, fol. 172, daté du 12 novembre 1289 [RCA 35, 110, p. 45].

17 RA 50, fol. 400 v° et 416-416 v°, datés du 26 août 1290 [RCA 33, 121 et 168, p. 106-107 et 127].

18 RA 58, fol. 305-306 v° et RA 59, fol. 195-196 v°, datés du 1er juin 1292 [RCA 38, 641, p. 188-189].

19 RA 71, fol. 366 v°, daté du 23 février 1294 [RCA 49, 230, p. 132-134]. Le représentant des Battosi à Nice est Ranieri Botriochi. RA 61, fol. 174, daté du 13 janvier 1293 [RCA 44/1, 439, p. 176-177] ; RA 80, fol. 232, daté du 15 novembre 1296 [Cadier III, 1176] ; Ignazio Del Punta, Mercanti…, op. cit., p. 260-261. Sur la gabelle du sel de Nice, voir Alain Venturini, « La gabelle du sel de Nice (xiiie-xive siècles) », Recherches régionales, Côte d’Azur et contrées limitrophes, n° 3, 1983, p. 203-221 ; Alain Venturini, « La gabelle du sel des comtes de Provence, des origines sous Charles Ier d’Anjou jusqu’à la fin du règne de Jeanne Ière : état de la question », dans Hocquet Jean-Claude (dir.), Le roi, le marchand et le sel, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 105-116.

20 Il œuvre régulièrement au début des années 1290 avec Matteo d’Atri (de Adria), trésorier de la Chambre. RA 50, fol. 390-390 v° et 392, datés du 17 juin 1290 [RCA 32, 13 et 15, p. 90-91 et 94-95].

21 Francesco Paolo Luiso, op. cit., p. 76. En effet, plusieurs prêts sont contractés à Tarascon. RA 57, fol. 83 v° et RA 58, fol. 298 v°, datés du 24 septembre 1291 [RCA 41, 41, p. 18-20].

22 RA 52, fol. 193, daté du 12 janvier 1290 [RCA 35, 184, p. 77-78] ; RA 52, fol. 147 v°, daté du 1er mai 1290 [Cadier I, 1016] ; RA 58, fol. 305-306 v° et RA 59, fol. 195-196 v°, datés du 1er juin 1292 [RCA 38, 641, p. 189].

23 RA 48, fol. 170, daté du 16 mai 1284 [RCA 27/1, 710, p. 357-358]. La Ruga Scalensium se trouve entre la Porta Furcillensis et la future Porta Nolana, le long d’un des principaux axes menant vers Salerne et la côte amalfitaine. Sur cette rue de Naples, voir Teresa Colletta, Napoli città portuale e mercantile. La città bassa, il porto e il mercato dall’VIII al XVII secolo, Roma, Kappa, 2006, p. 113-114, 118-119, 165 et table IIa.

24 RA 52, fol. 205, daté du 20 février 1290 [RCA 33, 53, p. 26-27] ; RA 52, fol. 158, daté du 16 mars 1290 [RCA 35, 222, p. 92] ; RA 59, fol. 69-70, daté du 27 mai 1292 [Morelli, p. 140, n° 147] ; RA 70, fol. 106 v°, daté du 23 décembre 1293 [RCA 48, 11, p. 114].

25 RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 1290 [Cadier I, 1046] ; RA 54, fol. 179 v°, daté du 21 décembre 1290 [Cadier II, 148] ; RA 58, fol. 256, daté du 10 décembre 1291 [Cadier II, 938] ; RA 15, fol. 115 v°, daté d’août 1292 [RCA 38, 373, p. 81].

26 RA 63, fol. 209, daté du 25 juillet 1294 [Cadier III, 157] ; RA 66, fol. 169, daté du 4 novembre 1294 [Cadier III, 283].

27 RA 58, fol. 262 v°, daté du 27 mai 1292 [Cadier II, 572] ; RA 16, fol. 114, daté d’août 1292 [RCA 40, 41, p. 80] ; RA 62, fol. 129 v°, daté du 1er novembre 1292 [Cadier II, 848] ; RA 72, fol. 75, daté du 23 décembre 1293 [RCA 48, 13, p. 173] ; RA 60, fol. 185 v°, daté du 5 février 1294 [Cadier II, 1456] ; RA 66, fol. 169, daté du 4 novembre 1294 [Cadier III, 283].

28 RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 1290 [Cadier I, 1046] ; RA 65, fol. 74 v°, daté du 10 octobre 1294 [Cadier III, 263].

29 RA 52, fol. 10, daté du 27 septembre 1289 [RCA 32, 108, p. 150] ; RA 54, fol. 179 v°, daté du 21 décembre 1290 [Cadier II, 148] ; RA 57, fol. 34 v°, daté du 25 juillet 1292 [Cadier II, 692] ; RA 62, fol. 89 v°, daté du 12 novembre 1292 [Cadier II, 881] ; RA 60, fol. 181, daté du 1er novembre 1293 [Cadier II, 1389] ; RA 78, fol. 28 v°-29, datés des 1er et 3 octobre 1295 [Cadier III, 614].

30 RA 58, fol. 256, daté du 10 décembre 1291 [Cadier II, 938].

31 Sur les avantages et le fonctionnement des transferts de fonds effectués par les compagnies italiennes, voir Yves Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, E. de Boccard, 1941, p. 435-483 et 548-564.

32 RA 56, fol. 36, daté du 13 novembre 1292 [RCA 38, 40, p. 13].

33 RA 95, fol. 107, daté du 17 novembre 1298 [Cadier III, 1679] ; RA 95, fol. 173 v°, daté du 23 décembre 1298 [Cadier, III, 1679].

34 Sur ce sujet, voir Jean-Marie Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du xiiie siècle », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, École française de Rome, 1998, p. 601-633.

35 RA 52, fol. 10, daté du 27 septembre 1289 [RCA 32, 108, p. 150].

36 RA 52, fol. 158, daté du 16 mars 1290 [RCA 35, 222, p. 92] ; RA 52, fol. 150 v°, daté du 20 mai 1290 [Cadier I, 1046] ; RA 50, fol. 394 v° et 395, datés des 27 et 28 août 1290 [RCA 32, 549 et 551, p. 248-250] ; RA 54, fol. 179 v°, daté du 21 décembre 1290 [Cadier II, 148] ; RA 57, fol. 81 v°, daté du 24 septembre 1291 [RCA 41, 26, p. 14] ; RA 62, fol. 53, datés des 1er et 3 août 1293 [RCA 43, 309, p. 57 ; Cadier II, 1338] ; RA 60, fol. 172 v°-174, datés des 3 et 5 août 1293 [Cadier II, 1340 et 1343] ; RA 60, fol. 185 v°, daté du 5 février 1294 [Cadier II, 1456].

37 La subventio generalis, ou aide générale, est l’impôt direct pesant sur toutes les communautés du royaume de Sicile. Sur cette question, voir Jean-Marie Martin, op. cit., p. 605 et 617-625.

38 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) », Archiv für Diplomatik, n° 43, 1997, p. 165-166.

39 RA 58, fol. 256, daté du 10 décembre 1291 [Cadier II, 938].

40 RA 52, fol. 184, daté du 18 octobre 1289 [RCA 35, 57, p. 19-20]. Cependant, les Battosi ne sont pas les seuls à qui le roi confie cette tâche. À l’automne 1291, un notaire royal, Nicola de Traiecto est envoyé dans la Tarantaise. Il en rapporte 502 livres 13 sous 10 deniers de viennois qu’il remet à Aix-en-Provence, le 23 octobre, entre les mains des trésoriers royaux. RA 58, fol. 313 v° et RA 59, fol. 155, datés 23 octobre 1291 [RCA 39, 6, p. 9]. Voir également RA 59, fol. 161 v°-162, daté du 16 juillet 1292 [RCA 39, 28, p. 35-36].

41 Le 7 mars 1290, Rustico Romagnoli verse à Narbonne 1142 livres 16 sous et 8 deniers de petits tournois à Matteo d’Atri, maître rational et trésorier du royaume. RA 52, fol. 207 v°, daté du 7 mars 1290 [RCA 33, 74, p. 36]. Le 13 janvier 1291, il remet à Nîmes 2 897 livres 13 sous 9 deniers de tournois à Adam de Doussy, chancelier du royaume et trésorier de la Chambre. RA 58, fol 313 v° et RA 59, fol. 155, datés du 8 décembre 1291 [RCA 39, 5, p. 8]. Le 4 août 1291, dans cette même cité, il délivre une nouvelle fois à Matteo d’Atri une somme de 4 123 livres 19 sous 1 denier de petits tournois. RA 58, fol. 288, daté du 15 septembre 1291 [RCA 40, 15, p. 6-7]. Le 10 mai 1292, la même opération se répète à Aix-en-Provence, mais pour un montant de 2 603 livres 15 sous 4 deniers coronats et 699 livres 15 sous 4 deniers viennois. RA 59, fol. 158 v°, daté du 10 mai 1292 [RCA 39, 13, p. 18]. Sur ces différentes monnaies et leurs cours respectifs, voir Peter Spufford, Handbook of Medieval Exchange, Londres, Royal Historical Society, 1986, p. 117-119, 128-131 et 172-184.

42 Les Battosi se voient confier 10 000 livres de petits tournois en juillet 1291 et 3 000 livres en septembre 1292. RA 57, fol. 3 v°-4 et RA 58, fol. 297 v°, datés du 28 septembre 1291 [RCA 41, 19, p. 11] ; RA 61, fol. 219, daté du 8 juillet 1293 [Cadier II, 1306].

43 RA 61, fol. 195, daté du 2 février 1293 [RCA 44/1, 589, p. 255-256].

44 RA 91, fol. 2, daté du 9 septembre 1297 [Cadier III, 1308] ; RA 91, fol. 119 v° et 131, datés du 29 mars 1298 [Cadier III, 1432] ; RA 91, fol. 115 v°, daté du 31 mars 1298 [Cadier III, 1436].

45 RA 95, fol. 175 v°, daté du 18 décembre 1298 [Cadier III, 1679].

46 Sur la question de la rémunération des transferts de fonds effectués par les compagnies commerciales et bancaires, voir Yves Renouard, op. cit., p. 512-536.

47 Ces données proviennent d’une apodixe délivrée par le roi à Rustico Romagnoli. RA 61, fol. 219, daté du 8 juillet 1293 [Cadier II, 1306].

48 RA 61, fol. 209 v°, daté du 13 juin 1293 [RCA 44/1, 712, p. 315-316].

49 RA 58, fol. 313 et RA 59, fol. 155, datés du 8 décembre 1291 [RCA 39, 5, p. 8].

50 RA 58, fol. 313 v° et RA 59, fol. 155, datés du 23 octobre 1291 [RCA 39, 6, p. 9].

51 Dans une apodixe pour les comptes de la Chambre royale portant sur la période juin 1289-mars 1290, les livres, sous et deniers tournois, melgoriens, coronats et angevins, sont comptés ensemble (il n’est pas fait de distinction). Ils ont donc la même valeur, du moins aux yeux des trésoriers de Charles II. RA 52, fol. 137 v°-138 v°, datée du 27 avril 1290 [RCA 47, 51, p. 362].

52 En 1298, les Bardi effectuent deux transferts de Naples à Nîmes pour le compte de la Cour, l’un de 3 002 onces 1 tarin, l’autre de 1 800 onces. Pour le premier, ils facturent 130 onces « pro cambio florenorum a karolenses et pro delatura », soit une commission de 4,33 %. Pour le second, ils demandent « pro cambio florenorum auri ad Carolenses gran. auri 10 per unciam et pro delatura... Nemausum uncie auri 3 pro singulis centum unciis », c’est-à-dire 1,66 % pour le change et 3 % pour le transport (RA 91, fol. 144 et 154, datés du 1er mai 1298 [Davidsohn, p. 62 et 65, n° 276 et 293 ; Cadier III, 1472]). Dans les deux cas, le taux de change tourne autour de 1,5 %.

53 Apodixe adressée à Godefroy, évêque de Gap, collecteur des décimes de Provence. RA 59, fol. 158 v°, daté du 10 mai 1292 [RCA 39, 13, p. 18].

54 Apodixe pour les comptes de l’hôtel royal. RA 59, fol. 160-160 v°, datée du 23 juin 1292 [RCA 39, 26, p. 30].

55 RA 91, fol. 2, daté du 9 septembre 1297 [Cadier III, 1308] ; RA 91, fol. 119 v° et 131, datés du 29 mars 1298 [Cadier III, 1432] ; RA 95, fol. 175 v°, daté du 18 décembre 1298 [Cadier III, 1679].

56 Par exemple, Charles II qualifie régulièrement dans les actes Rustico Romagnoli de « mercator noster ». RA 52, fol. 221 v°, n° 3, daté du 1er juillet 1289 [RCA 30, 41, p. 30-31] ; RA 146, fol. 266, daté du 1er novembre 1289 [RCA 32, 8, p. 264] ; RA 52, fol. 137, daté du 9 mars 1290 [RCA 33, 6, p. 141].

57 RA 52, fol. 85 v°, daté du 7 novembre 1289 [RCA 35, 67, p. 24-25] ; RA 90, fol. 300, daté du 1er décembre 1298 [Cadier IV, 2] ; RA 99, fol. 83 v°, daté du 22 décembre 1298, et RA 99, fol. 99 v°, daté du 29 juillet 1299 [Cadier IV, 43 et 43/2]. Lorsque des particuliers font le choix d’une compagnie pour traiter leurs affaires, la bonne réputation de cette dernière est un critère déterminant. À ce sujet, voir Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au xive siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, École Française de Rome, 1992, p. 26-27.

58 Il justifie ces mesures par les grands services que lui ont rendus les marchands de la compagnie. RA 99, fol. 83 v°, daté du 22 décembre 1298, et RA 99, fol. 99 v°, daté du 29 juillet 1299 [Cadier IV, 43 et 43/2].

59 RA 52, fol. 145, daté du 1er avril 1290 [RCA 35, 265, p. 107].

60 Les membres de la compagnie sont très souvent qualifiés de familiers dans les actes angevins comme, par exemple, Vanni Battosi que Charles II appelle « dilectus mercator et specialis familiaris noster ». RA 52, fol. 145, daté du 1er avril 1290 [RCA 35, 265, p. 107]. Sur les familiers dans le royaume de Sicile, voir Hans Schadek, « Die Familiaren der sizilischen und aragonischen Könige im 12. und 13. Jahrhundert », Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, n° 26, 1971, p. 201-348.

61 Sur l’usage et la composition du baudrier, voir Philip Ditchfield, La culture matérielle médiévale : l’Italie méridionale byzantine et normande, Rome, École française de Rome, 2007, p. 245.

62 RA 61, fol. 174, daté du 13 janvier 1293 [RCA 44/1, 439, p. 176-177 ; Cadier II, 1017].

63 RA 5, fol. 231, daté du 24 février 1270 [RCA 3, 840, p. 263].

64 RA 58, fol. 305-306 v° et RA 59, fol. 195-196 v°, datés du 1er juin 1292 [RCA 38, 641, p. 190].

65 RA 68, fol. 71 v°, daté du 9 mars 1294 [RCA 47, 517, p. 181] ; RA 63, fol. 189, daté du 9 mars 1294 [Cadier III, 3].

66 À la fin de l’année 1297, Jacques II dépêche en Provence Guillem Llull, citoyen de Barcelone, pour recevoir du souverain angevin 17 000 onces destinées au financement de la flotte et des troupes qui doivent participer à la future campagne contre les Siciliens. RA 91, fol. 28 v°, daté du 24 janvier 1298 [Cadier III, 1370] ; Stéphane Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, Casa de Velázquez, 2009, annexe I, notice 163.

67 Par exemple, il écrit en octobre 1298 aux Bardi pour leur demander un prêt de 10 000 onces, garanti sur les décimes d’Italie que Boniface VIII lui a accordées pour trois ans et avec un intérêt de 12 %. RA 95, fol. 60, daté du 14 octobre 1298 [Cadier III, 1617].

68 Il n’est de retour en Provence qu’en mars 1297, pour un séjour d’un peu plus d’un an. Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karls II », op. cit., p. 180-207.

69 Ignazio Del Punta, op. cit., p. 263-264.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search