Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Hommes, espaces, réseaux et acteurs Circulation et acteurs

Les correspondances Datini : un apport à l’étude des réseaux marchands toscans vers 1400

The Datini correspondence: new insight into the merchant networks in Tuscany around 1400

Jérôme Hayez
Traduction de Clément Authié

Résumé

Depuis plus d’un siècle, les historiens se sont intéressés aux modes de fonctionnement des associations commerciales de la fin du Moyen Âge, tout particulièrement en Italie où la documentation était à la fois plus riche et diversifiée. Les premiers chercheurs, empreints de culture juridique, ont surtout distingué les formes des contrats. Dans les années 1930 est apparue une histoire des entreprises exploitant les comptabilités d’agence pour étudier flux de personnel et modalités et niveaux de rémunération. Au sein d’une histoire économique qui a évolué dans ses notions et d’une histoire sociale quantitative, des recherches récentes ont analysé la diversité des liens entre les acteurs à partir des formes d’association et de la récurrence des transactions. Les correspondances entretenues à différents titres par les marchands n’ont encore été exploitées que marginalement dans ces approches. Celles de l’Archivio Datini mettent en évidence la dimension clientélaire des rapports au détriment du contrat ; il documente le fonctionnement des agences comme pôles de financements et de ressources humaines, qui se prolongent en réseaux ramifiés. Un exemple de leur fonctionnement peut se lire dans le recrutements d’apprentis et de salariés. L’analyse met en lumière la valeur de ressource attribuée aux postes et des profils d’emploi où les compétences des candidats sont contrebalancées par une appréciation morale.

Texte intégral

1Se pencher aujourd’hui sur le fonctionnement des réseaux marchands toscans de la fin du Moyen Âge, c’est traverser d’abord des strates successives de la production historiographique, qui à partir de disciplines et de traditions très diverses, se sont focalisées sur des notions et partant des aspects différents de la forme et de la vie des associations. Depuis la redécouverte il y a un peu plus d’un siècle des écrits marchands médiévaux et leur intégration au matériau de l’historien, ce ne sont pas non plus les mêmes types de sources qui ont été sollicités pour contribuer à cette histoire des entreprises qui définissait son terrain et ses méthodes. Il a fallu en particulier plusieurs générations pour commencer à intégrer les correspondances marchandes aux sources d’une étude du fonctionnement de ces agences et de ces réseaux.

L’association : une tradition d’études juridiques

  • 1 Aux lendemains de l’Unité italienne, un noble florentin avait déjà utilisé ses archives familiales, (...)
  • 2 Ces recherches se multiplièrent, surtout après les travaux de Gustav H. Lastig, Levin Goldschmidt, (...)
  • 3 Des centaines d’articles qu’André-Émile Sayous publia dans les quatre premières décennies du xxe si (...)

2Dans les dernières décennies du xixe siècle, quelques universitaires commencèrent à se pencher, non seulement sur une source largement répandue dans l’aire de la Méditerranée nord-occidentale, le notariat bas médiéval, mais également sur les écrits laissés par les compagnies commerciales de la période, conservés en nombre plus important en Toscane que dans d’autres régions, dans des archives privées ou des fonds publics où ils étaient souvent parvenus par dévolution du patrimoine d’une lignée à un établissement religieux1. Ces érudits appartenaient le plus souvent à des facultés de droit et, dans le cadre des spécialisations marquées qui se diffusaient des universités allemandes vers les pays latins, s’intéressaient à des objets aussi spécifiques que les assurances, les obligations, les juridictions commerciales, les représailles ou la valeur probatoire de l’écrit privé. Quand ils se penchaient sur les réseaux commerciaux médiévaux, leur attention se focalisait sur quelques types d’écrits, avant tout certains actes notariés (documents que les marchands italiens médiévaux appelaient des carte) ou les pactes sous seing privé (scritte) qui pouvaient, les uns comme les autres, constituer une entreprise, mais aussi les registres privés qui reprenaient les clauses des associations et consignaient la répartition des profits et pertes entre les partenaires (libri segreti)2. Ce sillon d’études allait être ensuite approfondi au cours des décennies suivantes par André-Émile Sayous, un autre chercheur doté d’une double formation juridique et économique, pour avoir achevé ses études à Berlin dans les dernières années du xixe siècle, qui élargit le terrain des entreprises, géographiquement et chronologiquement, de la Méditerranée et de l’Europe occidentale au Nouveau Monde, et du xie au xixe siècle3.

  • 4 O. Meltzing, H. Sieveking, E. von Roon-Bassermann, V. Alfieri ; A. Ceccherelli, G. Corsani.
  • 5 G. Astuti, M. Chiaudano, M. Chiaudano-M. Moresco, M. Chiaudano-R. Morozzo della Rocca (op. cit. inf (...)

3Parallèlement, après quelques précurseurs comme Otto Meltzing, Heinrich Sieveking, Elisabeth von Roon Bassermann, Vittorio Alfieri, Alberto Ceccherelli ou Gaetano Corsani, l’attention se portait toujours davantage vers les écrits des marchands, abordés à la fois comme des vestiges suggérant la maîtrise et le perfectionnement de techniques comptables, mais aussi comme les instruments permettant à des entreprises de structure variée d’enchaîner à travers l’espace et le temps des transactions innombrables. Des universitaires – relevant encore souvent des facultés de droit et de commerce mais davantage portés à mettre en œuvre une histoire économique alors en plein développement – se mirent ainsi vers les années 1930 à exploiter plus systématiquement et à publier plus souvent des comptabilités d’agences, la source la plus commune dans les fonds d’origine marchande4. Des universitaires italiens comme Guido Astuti et Mario Chiaudano et quelques chercheurs américains qui collaboraient avec eux autour de l’exploitation des fonds génois passèrent semblablement dans l’entre-deux-guerres des actes notariés, surtout ligures, aux comptabilités marchandes, généralement toscanes5.

  • 6 A. Sapori, La crisi delle compagnie mercantili dei Bardi e dei Peruzzi, Florence, coll. « Bibliotec (...)
  • 7 Mais les exemples d’études plus récentes, portant souvent sur la période antérieure au milieu du xi (...)
  • 8 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 123-335. Federigo Melis s’était penché, seul et avec son équipe de (...)
  • 9 Raymond de Roover avait par ailleurs commencé à aborder des comptabilités, marchandes et aussi urba (...)
  • 10 Ces dernières sont la base de données réunies par Yves Renouard (voir infra bibliographie).

4En focalisant ses recherches – déjà plus ouvertes à des thèmes d’histoire sociale – sur les marchands toscans du xiiie au xvie siècle, Armando Sapori ne se limita plus à étudier la forme et la durée des associations mais inclut leur personnel salarié, analysé comme un flux d’acteurs plus ou moins qualifiés et rétribués. Il proposa un modèle d’étude de l’« histoire interne » (storia interna) des compagnies6, accomplissant ainsi la transition d’une histoire du droit du commerce à une histoire des entreprises (storia aziendale). Ce modèle fut ensuite adopté par d’autres chercheurs, qui proposèrent des monographies plus ou moins détaillées, en fonction de la documentation dont ils disposaient7. Federigo Melis8 et Raymond de Roover9 s’en inspirèrent notamment pour étudier respectivement les compagnies Datini et Médicis. Et quand elles peuvent se fonder comme ici sur des sources directement produites par l’entreprise, qui évoquent tous les rapports financiers des associés et facteurs avec la compagnie et parfois d’autres aspects de leur collaboration, ces analyses donnent une image beaucoup plus précise du personnel et de ses fonctions que lorsqu’elles résultent de mentions dans des comptabilités de cours princières ou d’institutions comme la Chambre apostolique10. Les comptes des agences couvrent en effet la majorité des acteurs de l’entreprise, tandis que les correspondances peuvent préciser davantage le contexte de leur participation et des prestations fournies par certains d’entre eux. Les comptabilités des institutions ne saisissent en revanche que sporadiquement les acteurs des échanges et elles ne permettent pas toujours de distinguer rigoureusement leurs rôles (associés, facteurs ou correspondants rétribués par une commission) au sein de la compagnie ou de son réseau de collaborations.

  • 11 Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge, 2e éd. mise à jour par B. Guillemain, Par (...)
  • 12 A. Sapori, « Dalla “compagnia” alla “holding” », Rivista delle società, n° 11, 1956, p. 72-84 ; F. (...)
  • 13 Federigo Melis parlait de « sistema di aziende » (F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 130-133, etc.) ; (...)
  • 14 Richard Goldthwaite lit déjà des traces de ce type de nouvelle structure dans des compagnies floren (...)

5Au cours d’un siècle environ, une historiographie surtout italienne ou centrée sur les sources italiennes a ainsi produit des analyses d’une grande richesse, dont les synthèses les plus courantes11 aujourd’hui ne donnent qu’une faible idée, en rigidifiant l’opposition des pratiques des villes maritimes et des villes de l’intérieur, en accordant une valeur prépondérante, voire exclusive, aux aspects normatifs et, à l’intérieur de ceux-ci, en estompant la fluidité des formes associatives, et parfois aussi leur évolution après le milieu du xive siècle, qui reste encore l’objet de débats12. Dans le dernier quart de ce siècle, des « systèmes » ou « agglomérats de compagnies »13 juridiquement autonomes mais réunies autour de la personne d’un ou de quelques dirigeants centraux tendent à remplacer les anciennes compagnies à filiales. Des mentions d’agences présentes sur différentes places et relevant d’un même micro-réseau apparaissent déjà dans les décennies antérieures mais elles ne permettent souvent pas de cerner assez précisément la nature juridique des associations, leurs modes de financement et de direction. Il est ainsi difficile de démontrer de façon catégorique que le réseau Datini monté après la réinstallation de Francesco di Marco en Toscane en 1383 n’est pas le premier exemple d’« agglomérat de compagnies », comme le pensait Federigo Melis, et que ces nouvelles formes d’organisation n’apparaissent pas de façon aussi ponctuelle et « florentinocentrée » que le voudrait John Padgett, dans sa volonté d’expliquer tous les manifestations de la Renaissance italienne à partir de l’événement traumatique qu’aurait constitué pour l’oligarchie florentine la révolte des Ciompi et de ses répercussions rapides sur les structures politiques et économiques14.

L’agence comme pôle de financements et de collaborations

  • 15 J. Hayez, « Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400 (...)
  • 16 A. Sapori, « Arti e compagnie mercantili toscane del Due e del Trecento e il principio della pubbli (...)
  • 17 « Io ti notificho ch’ò facta nuova chonpangnia cho· Macteo Benini d’Arli, ed è la nostra grossa e b (...)
  • 18 J. Hayez, « “Il mare e lla terra è pieno di ladri...”. Confiance et réputation dans les milieux d’a (...)
  • 19 Compagnie Niccolò Ramaglianti à la compagnie Datini de Pise, 28 août 1395 (ASPo, D.536, 505907) et (...)

6En se donnant comme objet essentiel d’étude la compagnie, ces analyses menaient également à une certaine impasse. Le fonctionnement d’une compagnie ne se limite ni à son cadre juridique, ni à la seule collaboration de ses associés et salariés. Une firme n’apparaît pas comme une entité abstraite, à ce point distincte des personnes qui la composent et la représentent, ou des locaux que ceux-ci utilisent. Elle n’apparaît pas non plus comme une entité facile à circonscrire, du fait de la diversité des notions qui la caractérisent et des apports qui la constituent. La compagnie se présente avant tout comme une forme juridique d’association, mais dans l’usage commun oral ou écrit elle dépasse la durée de deux ou trois ans fixée par le contrat, lorsque l’association est renouvelée dans des termes voisins, autour des mêmes dirigeants ou d’une partie d’entre eux. On peut ainsi parler de compagnies Acciaiuoli, Alberti, Datini ou Médicis, qui ont duré plusieurs décennies à travers leurs renouvellements périodiques. Vers 1400, lorsque les compagnies ne comprennent qu’un nombre réduit d’associés, à la différence de celles du début du xive siècle, les deux éléments qui expriment l’identité de la compagnie, la raison sociale et la marque (nome e segno) sont censés énumérer le ou les deux partenaires principaux, sinon les autres, habituellement subsumés dans la formule e compagni. Des éléments graphiques de la marque proviennent souvent de ces principaux dirigeants et se transmettent de leur ancienne compagnie à la nouvelle, selon le même agencement ou en recomposition avec d’autres15. Les participations ne semblent pas encore soumises à des modalités rigoureuses d’enregistrement public. Même si certains États cherchent à mettre en œuvre celui-ci, il s’applique davantage aux dirigeants qu’à tous les bailleurs de fonds16. Un jeu peut aussi exister sur les identités, en occultant par exemple dans la raison sociale le nom du principal financier, qui peut fort bien jouer un rôle important dans la stratégie des affaires, ou en révélant par la marque les liens avec une compagnie absente de la raison sociale. Lorsque Niccolaio di Bonaccorso, un épicier de Prato déjà doté d’une certaine pratique de la place avignonnaise, conclut sa dernière compagnie collective, la raison sociale fait précéder son nom de celui de Francesco di Matteo Benini, le fils peu expérimenté d’un riche Florentin d’Arles. Matteo a également un droit de regard sur la conduite de l’entreprise et décide notamment si son fils Francesco doit suivre durablement les affaires à Avignon avec Niccolaio ou rester auprès de lui-même à Arles. Matteo s’entend par la suite avec Niccolaio pour retirer secrètement ses capitaux de cette compagnie, ce qui provoque la colère d’un des créanciers, Francesco Datini, qui y voit une pratique délictueuse17. Lorsqu’il est lui-même sollicité par des notables de Prato ou de Florence qui souhaitent s’associer à lui et qu’il ne veut pas irriter, Francesco di Marco se dit plus disposé à leur fournir des capitaux qu’à les laisser utiliser son nom dans une raison sociale18. Lors d’un renouvellement d’une compagnie Ramaglianti de Paris, la marque traditionnelle des Ramaglianti est abandonnée pour adopter celle qui caractérisait un ensemble de compagnies Alberti. Le dirigeant local, Niccolò Ramaglianti, explique aux compagnies Datini de Pise et de Barcelone, avec lesquelles il compte collaborer, que cette nouvelle compagnie a été formée avec Nerozzo et Ricciardo degli Alberti, par ailleurs qualifiés de « nostri di Bruggia », mais la raison sociale ne mentionne que « Niccolò Ramaglianti e compagni »19.

  • 20 Évoquant son réseau d’agences et également son correspondant régulier de Milan, Francesco utilise c (...)
  • 21 C. Villain-Gandossi, Comptes du sel (« Libro di ragione e conto di salle ») de Francesco di Marco D (...)

7Dans les interactions quotidiennes, la compagnie est représentée sur une place particulière par une agence, souvent appelée une maison (casa), un terme qui tend même au xvie siècle à supplanter celui de compagnie mais s’applique au xive siècle dans ce contexte surtout à la maisonnée des co-résidents20. D’autres vocables comme fondaco (magasin) ou bottega (boutique) peuvent également évoquer l’insertion physique de la compagnie dans l’espace urbain. On ne peut cependant superposer rigoureusement la compagnie et la casa, puisque le personnel d’une même agence peut représenter tour à tour les intérêts de sa compagnie, ceux personnels du dirigeant (éventuellement non résident, comme Francesco di Marco pour l’agence d’Avignon après 1382), et ceux d’une autre de ses entreprises, ou de partenaires plus ou moins réguliers incarnés par d’autres firmes qui rétribuent ces services par une commission. Les agents de Francesco di Marco à Avignon peuvent ainsi suivre à la fois les ventes et achats de la boutique concernant surtout des produits métallurgiques, d’autres opérations montées sur des futaines lombardes pour le compte de Francesco di Marco et d’un marchand milanais, Bassano da Pessina, les ventes de voiles de coton et de soie importés pour une troisième compagnie constituée par Francesco avec un marchand de Florence, Domenico di Cambio, des opérations d’import-export montées pour la compagnie d’Avignon, ou d’autres compagnies Datini comme celles de Barcelone ou de Gênes, pour Francesco seul ou pour des firmes extérieures ; ils doivent également suivre les créances de Francesco sur la Chambre apostolique gagées sur les revenus de la gabelle du vin et du sel d’Avignon, puis sur celle des marchandises. À la fin des années 1370, certains d’entre eux doivent également surveiller la production, le transport et la vente du sel produit dans les marais languedociens de Peccais, comme ils le font plus régulièrement pour des opérations de conditionnement de laines à l’exportation, qui se déroulent à Arles21.

  • 22 Les lettres expédiées de Milan vers les agences Datini – hormis la destination d’Avignon où les arc (...)
  • 23 « Èmi venuto quello m’indovinai del fatto delle berette bigie che, perch’io avea vogla di servirtti (...)

8Par ailleurs les intérêts propres de la compagnie ne sont pas seulement suivis dans l’agence, puisque des associés ou employés peuvent être envoyés à l’extérieur en mission, parfois pour des périodes de plusieurs mois. Parallèlement la compagnie fait gérer indirectement certains de ses intérêts sur d’autres places, par la pratique d’une commission facturée sur chaque opération ou par une association limitée sur quelques opérations avec une autre firme. La compagnie peut alors être représentée de façon prolongée par une agence relevant d’un autre micro-réseau, ou bien ponctuellement par un individu de cette autre firme envoyé en mission. Ces différentes modalités de représentation peuvent être exclusives l’une de l’autre pour une même compagnie sur une même place (l’agence d’un micro-réseau et le membre de la même agence envoyé en mission) ou au contraire se cumuler pour collaborer (le membre envoyé en mission et l’agence extérieure qui l’accueille). La compagnie Datini d’Avignon, qui doit ainsi approvisionner régulièrement sa boutique de produits métallurgiques à Milan, a recours à un correspondant régulier, un Lombard résidant sur la place, qui s’identifie pendant une vingtaine d’années à Bassano da Pessina. Mais pour obtenir des livraisons plus rapides et des produits de meilleure qualité au meilleur coût, elle juge souvent nécessaire d’envoyer parallèlement d’Avignon un associé ou facteur pour des séjours de plusieurs semaines, pour mieux suivre les commandes et les achats22. Exceptionnellement un dirigeant peut faire jouer simultanément différents contacts pour voir qui rendra le meilleur service. En 1380, Francesco di Marco commande ainsi des bérets parisiens à un collègue florentin d’Avignon qui se rend en mission à Paris, Bernardo de’ Rossi, à un marchand de Lyon, Jean Gibelet, qui envoie périodiquement ses facteurs, tantôt au nord, tantôt au sud, sur l’axe rhodano-séquanien, et à une compagnie florentine basée à Paris, dirigée par Alessandro Paradisi et Stefano Ramaglianti23.

  • 24 Sur le cas de Giannino di Iacopo, artisan analphabète recruté à Milan par Tieri di Benci pour trava (...)
  • 25 C’est le cas de Matteo di Lorenzo Boninsegna, facteur de la compagnie de Pise, en 1384 (Tieri di Be (...)
  • 26 Giovanni dit Nanni, fils de l’associé de Francesco dans le commerce des voiles, Domenico di Cambio, (...)
  • 27 On peut ainsi citer le cas de Nanni di Girolamo di Zanobi, orphelin d’un forgeron florentin d’Avign (...)
  • 28 Ainsi en octobre 1379, l’agence conclut un accord avec Rolet « freniere » pour fabriquer des mors e (...)

9Dans une même casa marchande se côtoyent ainsi des individus entretenant des liens très divers avec la compagnie : associés pouvant jouer le rôle de dirigeants locaux quand ils ne s’identifient pas au dirigeant principal, facteurs et apprentis salariés, artisans que la compagnie peut recruter pour adapter ou finir certains produits24, servantes presque toujours choisies localement à la différence des employés de boutique et dont la carrière suit une tout autre logique, facteurs d’une autre agence Datini chargés de mener des affaires sur les bords du Rhône pour leur propre compagnie hébergés contre paiement de leur écot25, émissaires d’autres compagnies que celles du réseau Datini en mission pour quelques semaines ou quelques mois, reçus dans les mêmes conditions26, etc. Quelques relations résidant au dehors de l’agence, jeunes et hommes mûrs en manque d’emploi ou compatriotes âgés, peuvent aussi passer du temps dans la boutique dans la journée, pour se former ou donner un coup de main tout en bavardant27. Des artisans ne résidant pas dans l’agence peuvent par ailleurs lui être liés sur une période de plusieurs mois par des contrats de fourniture régulière de leurs produits28.

  • 29 Archivio di Stato de Florence [ci-dessous ASF], Mercanzia 1224, fol. 12-13, 21-v, 24-v, 47v, 52-53. (...)

10L’enchevêtrement des rôles peut dans certains cas obscurcir le statut d’un acteur particulier. En mai 1400, Manno d’Albizo degli Agli, par ailleurs connu comme associé et dirigeant local de la compagnie Datini de Pise de juillet 1392 à sa mort en juillet 1400, attaque devant le tribunal florentin de la Mercanzia la compagnie de Cino di messer Francesco Rinuccini. Il avait fourni à l’automne 1399 au nom des Rinuccini une assurance sur une nef catalane nolisée par le Génois Giuliano Gentile sur l’itinéraire de Porto Pisano à Tunis. Le naufrage du vaisseau l’a ensuite contraint à débourser de sa poche plus de 386 florins, qu’il n’a pu recouvrer sur les Rinuccini. Toute une partie de la procédure consiste à prouver qu’il était « fattore » de Cino, ce que conteste l’accusé. Sur la foi de quatre lettres adressées à lui par Pippo Carletti, associé de cette compagnie donnant « comissione » à Manno pour négocier l’assurance, la sentence rendue le 26 mai établit qu’il était facteur des Rinuccini et condamne au remboursement ces « maestri del decto Manno ne l’arte di mercatantia »29.

  • 30 Les scritte du réseau Datini conservées sous leur forme originelle se trouvent dans la liasse ASPo, (...)
  • 31 Les annotations apposées par Francesco dans le contexte du procès avec monna Taddea veuve de Lorenz (...)
  • 32 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 87-88, 226-228.
  • 33 Voir ci-dessus, la seconde citation de la note 17.

11Même lorsqu’un acteur travaille presque exclusivement pour une compagnie, en tant qu’associé aux pertes et profits ou que facteur salarié (à la différence de Manno qui ne devait sans doute recevoir qu’un pourcentage sur les transactions menées pour les Rinuccini), ses rapports avec les dirigeants ne sont souvent qu’en partie codifiés. Dans les compagnies Datini, le recours au document sous seing privé (scritta) est parfois attesté pour fixer les pactes entre associés, pour les compagnies commerciales principales, sinon pour les affaires en participation menées sur des secteurs particuliers comme les voiles ou les futaines30. Mais lorsqu’il souhaite vers 1404 apurer ses comptes avec les héritiers de Boninsegna di Matteo, associé de l’agence d’Avignon mort en décembre 1397, et de ses neveux Matteo et Priore di Lorenzo di Matteo Boninsegna, facteurs décédés jeunes en octobre 1384 et en mai 1402, Francesco se trouve bien en peine de produire un pacte écrit pour la compagnie conclue le 1er janvier 1388. Il semble que celle du 1er janvier 1386 ait alors été simplement reconduite par accord verbal entre les intéressés d’Avignon à l’été 1388, après des discussions sur place et des négociations menées par voie épistolaire entre Avignon et Florence, alors que le nouvel exercice commençait officiellement en janvier31. Pour Francesco, qui semble s’être totalement affranchi de pacte écrit pour nombre de ses compagnies32, l’usage florentin veut même que la seule réputation que des marchands sont associés fasse la compagnie, en l’absence même d’un pacte écrit33.

  • 34 Ce contrat, du 26 octobre 1384 (ASPo, D.1170, 1031 ; E. Bensa, Francesco…, op. cit., p. 404) répond (...)
  • 35 « La bottegha di monna Lisa à ricieuto dano da VI anni i[n] qua per più di f. mille, e uno aveva no (...)
  • 36 C’est le cas de l’acte cité ci-dessus à la note 34. Mais Francesco cherchait à l’occasion, par exem (...)
  • 37 Antonio di Francesco à Francesco di Marco, 24 décembre 1383 (ASPo, D.325, 2362 ; voir également sa (...)
  • 38 Voir, sur le cas d’Andrea di Bartolomeo, J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 214-215.

12Il ne semble pas non plus que le recours à l’écrit ait été systématique pour les accords conclus avec la famille des apprentis et avec les facteurs au moment de leur recrutement. Un seul contrat d’apprentissage sous seing privé d’un jeune employé de boutique paraît avoir été conservé dans le fonds Datini, et il ne concerne pas une agence de Francesco mais la boutique d’épices de Niccolaio di Bonaccorso, qui avait demandé à son compatriote de lui trouver à Prato un apprenti pour le lui envoyer à Avignon34. Ce n’est de même que de façon exceptionnelle que quelques boutiques toscanes demandent aux parents ou protecteurs d’un nouvel employé de leur fournir une garantie écrite préventive des dommages éventuels qu’il pourrait leur causer35. Ces accords écrits n’enregistrent de toute façon que quelques aspects des relations, comme la durée de l’engagement, la rétribution de l’employé et la prise en charge de ses frais de voyage36. Et à la conclusion d’un pacte oral, un élément aussi important que le montant de la rémunération n’est pas toujours précisé. Lorsqu’un marchand déjà un peu expérimenté, Antonio di Francesco, demande à Francesco de le recruter comme associé minoritaire ou comme salarié, celui-ci ne paraît disposé qu’à lui donner une vague promesse de « lui faire du bien », alors qu’Antonio souhaiterait évaluer plus précisément ses futurs avantages, sans doute pour comparer différentes perspectives qui s’offrent à lui, ici et là37. Les correspondances entretenues par Francesco avec plusieurs de ses facteurs suggèrent que ces espoirs de promotion nourris par le marchand chez ses dépendants relevaient d’un mode habituel de gestion38.

  • 39 Ces frais extraordinaires, par exemple des dépenses liées à la santé du facteur, semblent de ce fai (...)
  • 40 ASF, Mercanzia 1267, fol. 598v-600, 609-v, 636-v.
  • 41 S. Cavaciocchi, « Una casa grande e bella », dans Francesco di Marco Datini. L’uomo, il mercante, é (...)

13Bien d’autres aspects du rapport professionnel, comme les frais exceptionnels qui peuvent incomber à l’agence du fait du salarié et surtout les tâches que celui-ci doit accomplir au quotidien, ne sont généralement pas précisés dans les contrats39. Certains associés subordonnés de Francesco se plaignent d’être employés par lui à son service privé autant qu’aux intérêts de la compagnie à laquelle ils participent. Après la mort de Falduccio di Lombardo da Spugnole, associé de la compagnie Datini de Florence de 1388-1390, sa fille et son gendre intentent un procès en 1418 à la fondation héritière de Francesco di Marco pour recouvrer la part des profits qui ne lui aurait pas été versée. Ils répètent les griefs de Falduccio contre le marchand de Prato : Francesco n’employait pas seulement son associé au service de leur compagnie ; il compromettait souvent les intérêts de la firme en le mettant à la disposition de toutes ses autres entreprises, commerciales ou autres, et l’envoyait ainsi à Prato réclamer la part des revenus de la gabelle du vin qu’il ne percevait qu’à titre personnel40. Vers la même époque, le dirigeant local de la boutique Datini de Prato, Monte d’Andrea Angiolini, et celui de l’entreprise de teinture, Niccolò di Piero di Giunta, devaient pour leur part assurer à certaines périodes pour Francesco la surveillance du chantier du palais Datini41.

  • 42 J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 230. Le pacte d’association de janvier 1386 mentionnait de (...)

14En revanche, alors que la participation d’un associé subordonné ou d’un facteur à une compagnie réservait en principe l’exclusivité de son travail à la firme et lui interdisait de se lancer dans des affaires parallèles pour son compte, il semble que Francesco ait parfois fait preuve d’une certaine tolérance, lorsque l’un de ses dépendants cherchait à augmenter ses revenus par des opérations ponctuelles42. Il sanctionnait moins ces affaires individuelles que des pratiques jugées plus lourdes de risques, comme l’addiction au jeux d’argent ou les fraudes commises dans la tenue des comptabilités d’agence. La fidélité personnelle du dépendant au chef du réseau et à l’entreprise collective qu’il incarnait était au contraire presque autant appréciée que les compétences professionnelles. Bien des modalités du rapport professionnel se négociaient dans les contacts oraux et épistolaires entre le dirigeant et son dépendant et l’idée d’un contrat entre eux était constamment minée par la dimension clientélaire de la relation d’homme à homme.

  • 43 Si certains dépendants de Francesco di Marco, comme Boninsegna di Matteo, un marchand âgé qui avait (...)
  • 44 Comme le suggèrent les données déjà présentées par F. Melis (Aspetti…, op. cit.) dans chacun des ch (...)
  • 45 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 173, 179, 225-226, 228, 236, 244-245. Sur la crise liée à la gesti (...)
  • 46 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 286-294, 455-729.
  • 47 Voir par ex. les lettres de de Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco des 24 octobre 1383, 18 oc (...)

15Un autre aspect incite finalement à réviser l’image traditionnelle de la compagnie comme monade de l’activité commerciale chez les Toscans de la période. Les rapports de collaboration entre firmes apparaissent déjà très développés, d’autant que les agglomérats de compagnies sont des structures moins dispersées dans l’espace méditerranéen et atlantique que ne l’étaient les grandes compagnies du début du xive siècle. Elles ne sont souvent directement représentées que sur deux à cinq places, au lieu de la quinzaine d’agences des Peruzzi ou des Bardi, qui pouvaient jalonner un espace s’étendant de la Manche au Levant. Comme la pratique du change s’est beaucoup développée entre-temps, ainsi que le recours à la commission comme un revenu complémentaire aux ventes43, les micro-réseaux toscans n’ont pas moins besoin vers 1400 de s’inscrire dans des structures ramifiées tissées de collaborations régulières44. L’histoire de l’agglomérat des compagnies dominées par Francesco di Marco montre aussi qu’une de ses agences peut facilement être remplacée par la gestion indirecte des intérêts Datini par une compagnie extérieure. C’est ainsi qu’il entretenait déjà des liens réguliers avec des places comme Pise, Gênes et Barcelone avant d’y fonder des agences. À l’occasion d’une crise particulière qui menace ses intérêts pisans en 1397, ou lorsque les dirigeants locaux de Pise et de Gênes meurent du fait de l’épidémie de peste de 1400, Francesco se résout assez facilement à fermer ces agences et à prendre appui sur d’autres compagnies45. Ces collaborations régulières dépassaient en outre les rapports égalitaires entre agences puisqu’elles liaient celles-ci à d’autres secteurs économiques. On connaît la participation de Francesco di Marco à Prato à des entreprises de fabrication et teinture de draps46. On a évoqué ses investissements dans l’exploitation de salins et la ferme de gabelles ainsi que les contrats noués avec quelques artisans selliers ou métallurgistes. Une collaboration moins connue est la vente régulière à crédit par des boutiques d’Avignon comme l’agence Datini de voiles de coton et de soie à des colporteurs piémontais qui venaient vendre ces marchandises en Provence, Languedoc et Auvergne47.

  • 48 Voir le bilan des applications de ces méthodes, sur des enquêtes concernant surtout la période cont (...)

16Ces différentes raisons – le fonctionnement des compagnies comme des pôles de ressources humaines et des clientèles personnelles plutôt que comme des groupes fermés fondés sur la seule notion du contrat, tout comme leur insertion dans une structure articulée qui ne se résume pas aux associations dominées par les dirigeants – incitent à concevoir les opérateurs des échanges comme les membres de réseaux, avec tous les sous-ensembles et les recoupements que l’on peut imaginer, entre des réseaux sociaux personnels constitués par la parenté, agnatique, d’alliance et spirituelle, le voisinage, les pratiques de convivialité, les alliances politiques, l’appartenance à des institutions telles que des confréries ou des commissions municipales, et des réseaux professionnels constitués par les métiers et la multitude des sociétés unies par les collaborations et la circulation du personnel. Les notions classiques des études de réseaux, comme la centralité, la densité, la connexité, la multiplexité, les cliques, les réseaux égo-centrés, les liens forts ou faibles, etc. pourraient a priori s’y appliquer, pour peu que les sources se prêtent véritablement à des analyses quantitatives48.

  • 49 R. C. Goldthwaite, The Economy…, op. cit., p. 37-125.
  • 50 Voir le programme tracé par G. Rossetti, « Civiltà urbana… », op. cit., et une relecture de ces pub (...)
  • 51 Voir notamment R. Bordone, « I “lombardi” in Europa. Primi risultati e prospettive di ricerca », So (...)
  • 52 A. Molho, D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales, histoire sciences (...)

17Les synthèses récentes les plus rigoureuses, appuyées sur toute la tradition de recherche que l’on a évoquée, intègrent déjà davantage ces dimensions conceptuelles que les auteurs des générations précédentes. Richard Goldthwaite intitule ainsi une section de son ouvrage récent sur l’économie de Florence aux xive-xvie siècles « The Network » et insiste, parmi d’autres aspects, sur les liens éventuels entre les groupes de parenté agnatique et les compagnies, tout comme sur les collaborations entre les firmes ou la notion de fiducia qui institue des liens entre les acteurs49. Après les programmes, colloques et publications du Gruppo interuniversitario per la storia dell’Europea mediterranea50 et du Centro di studi sui lombardi d’Asti51, qui s’intéressaient aux réseaux marchands italiens en Europe à la fin du Moyen Âge, Anthony Molho et Diogo Ramada Curto ont cherché à mettre en œuvre une approche comparée des réseaux marchands sur plusieurs siècles et continents52.

  • 53 A. Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessions from Medieval Trade, Cambridge, (...)
  • 54 L’étude de Giovanni Ceccarelli (« Tra solvabilità… », op. cit.) basée sur une centaine d’assurances (...)

18En se penchant depuis quelques décennies sur les « institutions » permettant l’émergence et le fonctionnement des marchés, la théorie économique a inspiré d’autres approches. Des chercheurs ont appliqué des méthodes d’analyse quantitative à plusieurs réseaux médiévaux, comme les marchands maghribi de la Méditerranée orientale aux xe-xiiie siècles, ceux de Gênes entre les xiie et xve siècles ou de Florence aux xive-xve siècles53. Leur approche concrète tout comme les ressources des différents terrains en données documentaires sont très variées. Il s’agit dans un cas de s’appuyer sur quelques documents épistolaires et contractuels pour étayer des généralisations et des modèles pour développer une théorie des rapports entre les individus et les institutions encadrant leur action. D’autres études exploitent au contraire une masse importante d’actes notariés concernant les formes associatives (la commenda et la societas maris), la concession de crédits et les assurances maritimes, ou croisent des données surtout institutionnelles, telles les inscriptions à un métier, l’enregistrement de compagnies, les charges politiques, les circonscriptions de résidence et les déclarations fiscales avec l’appartenance à un lignage et l’alliance54. Dans tous les cas, si les liens attestés entre les individus d’un corpus peuvent atteindre une masse importante, la nécessité de couvrir ceux-ci par quelques variables discrètes et assez homogènes ne permet que de les décrire de façon sommaire, en appauvrissant fortement le contexte social de leur activité et parfois en rigidifiant des catégories sociales fondées sur la seule appartenance à un métier ou la date d’accès d’une famille aux charges politiques majeures. Ces approches saisissent par ailleurs assez mal la dynamique de ces liens à court terme et pas du tout la façon dont les acteurs jugeaient et appréciaient eux-mêmes les relations dans lesquelles ils s’engageaient.

L’apport des correspondances

  • 55 P. D. McLean, The Art…, op. cit.
  • 56 Les articles de J. F. Padgett et P. D. McLean (« Economic Credit and Elite Transformation in Renais (...)
  • 57 « Hardly any business correspondence survives that might throw some light on the subject of how bus (...)

19Si Paul McLean, après d’autres chercheurs, a fait des correspondances privées florentines du Quattrocento le matériau principal de son étude des relations clientélaires tissées autour des Médicis55, ses analyses menées avec John Padgett sur les réseaux marchands florentins des xive-xve siècles n’ont utilisé la source épistolaire que de façon parcimonieuse, pour donner une coloration culturelle à une approche surtout statistique, en soulignant la pleine insertion (embeddedness) des interactions liées au commerce dans l’espace social florentin et l’ethos d’amitié et d’honneur qui imprégnait jusqu’aux rapports tissés entre les agences56. Avec ses quelque 140 000 lettres dont seulement un mince échantillon a été publié (environ 3 %), l’Archivio Datini reflète cette même imbrication des relations interpersonnelles et des rapports d’affaires, mais il se concentre sur des individus qui étaient bien plus des marchands que des hommes influents sur la scène politique. Il présente sans doute par ailleurs, plus que les lettres conservées dans les archives Médicis, une typologie variée de relations tissées au sein du milieu marchand, entre contacts non commerciaux des dirigeants, échanges amicaux entre les membres des agences, direction des opérations des compagnies et entretien des liens personnels entre les dirigeants et leurs associés subordonnés, facteurs ou apprentis ; correspondances d’agence à agence, appartenant ou non à un même micro-réseau, etc. Lorsqu’on pratique leurs différents secteurs inédits, ces séries semblent démentir l’affirmation de Richard Goldthwaite qu’il serait difficile de montrer l’interférence des liens personnels sur le fonctionnement d’une entreprise57. La correspondance se présente en fait comme un espace de dialogue et de négociation axé sur les pratiques de l’échange. Elle permet de saisir les relations comme un processus dynamique, de suivre la prise d’une décision comme le choix d’une option parmi d’autres, avec un poids prépondérant accordé à certains facteurs, de connaître les jugements portés par les acteurs sur les relations qu’ils entretiennent avec leur interlocuteur et leur entourage.

  • 58 Un aspect qui émerge nettement, par exemple, dans la correspondance d’Andrea di Bartolomeo et les l (...)
  • 59 Parmi d’innombrables cas similaires, voir les procès menés contre Baldo di Francesco Betti facteur (...)

20La lecture systématique de séries importantes de lettres dans cette optique met en lumière le fonctionnement des réseaux d’affaires dans la complexité de leurs ramifications et la part respectivement accordée au calcul économique et à l’utilité sociale dans les collaborations. La correspondance couvre en effet des aspects aussi variés que la notion de carrière, son lien avec l’honneur ou le stigmate que peut infliger une faillite, les modes d’agrégation et d’exclusion des acteurs, la vie quotidienne dans l’agence avec les interférences des familiers des associés, la collaboration passant par un partage des tâches et la compétition entre les membres de l’agence pour une promotion ou une part majeure des profits58, ou bien les failles récurrentes dans le système de gestion déléguée des intérêts à des facteurs et à des agences externes au micro-réseau. Sur ce dernier aspect, un complément précieux pourrait aussi être fourni par les divers procès du tribunal de la Mercanzia qui concernent la gestion abusive de certains employés ou associés59.

21Cette parole des acteurs n’est pas tout à fait transparente. Elle fait part aux stratégies individuelles, à la volonté de chacun d’apparaître sous son meilleur jour et de revendiquer son honneur, à la flatterie, aux silences et à la dissimulation. Émise dans des interactions privées, elle reste souvent allusive quand on ne peut croiser les informations pour reconstituer un fragment d’espace social et un moment particulier d’un parcours biographique. Elle se déploie également plus volontiers sur certains thèmes que d’autres. La liberté de ton des correspondants frappe, quand il s’agit de juger les aptitudes et les travers des subordonnés. Quand un dirigeant évoque une perspective d’association, voire une collaboration régulière avec un autre micro-réseau, il se montre au contraire très prudent dans ses appréciations, de peur que la lettre puisse être ouverte ou détournée, et préfère souvent vaguement évoquer le projet en renvoyant à la prochaine entrevue orale.

22Dans les pages suivantes, on examinera comme exemple de cet apport possible de la source épistolaire à une étude du fonctionnement des réseaux marchands le discours que tiennent les acteurs sur les recrutements d’apprentis et de salariés dans les fondaci.

L’exemple des recrutements de facteurs

  • 60 « Ò tolta una botegha dirinpetto a monna Lisa di Marcho, la quale teneano le rede di Bartolomeo del (...)
  • 61 « Se altra ventura non gli viene in questo mezo, fa chonto venirsene di chostà » (Niccolaio di Bona (...)
  • 62 « Non so chome queste chose si vadano : a Firenze à gran charo di giovani, poi che altri che cholui (...)

23Le lexique récurrent dans les échanges épistolaires qui évoquent les recrutements de facteurs met déjà en lumière la valeur attribuée à ces postes dans les réseaux d’affaires. Les termes qui s’approchent le plus de notre concept d’« emploi » sont ceux de avviamento / inviamento (substantif), avviare / inviare (verbe), qui se réfèrent spécialement au contexte matériel du travail, à la boutique, avec son équipement, son stock, son capital, son emplacement et ses chalands, mais peuvent concerner aussi le poste offert dans une agence60. Leur étymologie leur confère aussi le sens de « mettre sur la voie », « lancer ». Un autre champ sémantique s’applique parfois à ces emplois, avec les vocables de ventura et de fortuna (« chance », « occasion »)61. Tout ceci concourt donc à présenter les postes à occuper comme une ressource désirable. Mais les candidats idéaux peuvent être rares et la métaphore du marché, avec son alternance d’abondance et de manque des produits, s’applique aussi à leur disponibilité62.

  • 63 « E se Meo o altri a chui volessi fare bene fosse d’acciò, sì ti piaccia amichevolmente aoperarne q (...)
  • 64 « Ma dovrebono avere gran piaciere chotesti pratesi mandarne di fuori, acciò si faciesono huomini » (...)
  • 65 Par exemple, un protégé de Francesco di Marco que celui-ci recommande auprès de son ami l’apothicai (...)
  • 66 Francesco évoque dans la première partie de la même lettre la requête des Bovacchiesi de placer l’u (...)
  • 67 Piero di Giunta, cousin et ancien tuteur de Francesco di Marco, répond à l’offre de celui-ci de rec (...)

24L’octroi du poste – et inversement la rencontre du parfait employé – sont parallèlement considérés comme un don, un effet de la charité (grazia) inspirée par Dieu et censée cimenter tous les liens humains63. Ceci impose surtout au nouveau membre recruté de démontrer sa reconnaissance (riconoscersi inverso Iddio e gli uomini). Dans la mesure où les emplois concernent d’abord des jeunes et parfois des apprentis et où ils s’associent souvent à l’expatriation, ils sont pensés comme une phase de formation, l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences techniques ou une spécialisation, la connaissance d’un terrain et d’autres langues, un savoir-faire dans les relations et l’accès à un réseau professionnel. Il convient d’interpréter en ce sens des expressions comme fare uomo, farsi uomo64. Le profit escompté de l’emploi, souvent justifié par des obligations familiales, doit s’accompagner d’une quête d’honneur65. Dans la réalité, des circonstances plus personnelles et moins avouables peuvent aussi inciter des jeunes marchands à se placer ou leurs parents à les envoyer dans une agence à l’étranger : éloigner un adolescent de ses fréquentations jugées néfastes (document n° 3), se faire passer pour un marchand quand on pourrait vivre de ses rentes, pour être moins imposé par les commissions fiscales toscanes66, ou même, pour certains habitants de Prato dans les décennies qui suivent l’annexion à l’État florentin, quitter une ville qui va être ruinée par la charge fiscale imposée par la dominante67.

  • 68 Ce nombre concerne les cas de postes à pourvoir à un moment donné et non les documents ni les indiv (...)
  • 69 Antonio di Mariotto Orlandini à Francesco di Marco, 24 décembre 1393 (ASPo, D.1101, 127763). Ce fil (...)
  • 70 Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 12 janvier 1398 (ASPo, D.628, 520592). Marchand d’épic (...)

25Les ressources matérielles qu’offrent ces emplois et les stratégies qui les visent contribuent déjà à mettre en évidence leur importance aux yeux des acteurs. Les modalités de recrutement et en particulier la circulation de l’information concernant les postes et les candidats dessinent l’espace social dont provenaient les facteurs. Un échantillon de 60 cas de recrutements effectués ou simplement débattus au cours des années 1373-1407, rencontrés au hasard de dépouillements portant sur divers secteurs géographiques du carteggio Datini68, permet de lire ici une forte imbrication des liens sociaux sur les réseaux professionnels. Du fait du tissu social sur lequel s’est constitué ce fonds d’archives, les lettres conservées présentent souvent la demande d’un parent ou d’un protecteur du postulant auprès d’un dirigeant (21 cas), parfois la requête d’un collègue de Francesco de trouver un facteur, moins fréquemment l’offre directe d’un poste par les associés à un candidat (5). Nombre d’entre elles préservent aussi des discussions tenues entre le chef du réseau et les dirigeants d’agences sur le choix d’un employé (15), ou plus rarement entre le candidat et ses proches ; quelques-unes introduisent le nouveau facteur dans l’agence ou manifestent son engagement dans la fonction nouvellement occupée. Il est en revanche tout à fait exceptionnel qu’un jeune prenne l’initiative de se proposer69, à moins qu’il ne se trouve contraint de changer d’emploi après son arrivée à l’étranger. Même un homme mûr préfère s’adresser aux plus proches collaborateurs de Francesco pour solliciter un poste pour lui-même que de risquer de l’importuner et de ruiner ainsi une relation utile70.

  • 71 Au sujet du recrutement de Niccolò di Simone Vespucci pour une agence Datini de Catalogne : « Apres (...)
  • 72 Recommandation de Francesco auprès de Giovanni di Michele di ser Parente (lettre de celui-ci à Luca (...)
  • 73 Comme le servite fra Guccio di Dino à Francesco di Marco, en septembre 1388 (ASPo, D.1095, 1401606) (...)

26Non seulement la recommandation d’un père, d’un frère aîné ou d’un protecteur, le plus proche possible du chef de réseau, apparaît essentielle, mais son absence est facilement interprétée comme un désaveu de l’impétrant71. Les protecteurs peuvent être des chefs de réseaux ou de boutiques proposant à un collègue un candidat dont ils n’ont pas besoin à ce moment ou qui ne correspond pas à leur spécialisation. Francesco di Marco ne se fait pas faute d’appuyer certains de ces jeunes pour des postes extérieurs à son réseau72. Et certains candidats, peut-être surtout des orphelins, peuvent aussi être présentés par des religieux de leur entourage73. Les correspondances suggèrent globalement que le besoin d’occuper un poste ou la charge de travail à pourvoir déclenchent toute une chaîne de contacts et que des requêtes convergentes peuvent être adressées, pour le même candidat, au chef de réseau, à ses principaux collaborateurs et ses autres proches.

  • 74 Comme le constatait déjà Armando Sapori (« Dalla “compagnia”… », op. cit., p. 129).
  • 75 Andrea di Bartolomeo à Matteo di Lorenzo, 6 décembre 1383 (ASPo, D.426, 301174 ; J. Hayez, « Un fac (...)
  • 76 Simone d’Andrea à la compagnie Datini de Florence, 28 novembre 1396, ASPo, D.635, 10173 et à France (...)

27Les recrutements apparaissent surtout comme une prérogative du chef de réseau74, mais la nécessité de mesurer les besoins des agences en personnel et de trouver le candidat approprié au moment juste incite aussi le chef à en discuter avec les dirigeants locaux, voire avec les facteurs. Andrea di Bartolomeo, facteur dans l’agence Datini d’Avignon, avertit ainsi qu’il la quittera si Francesco recrute un candidat avec qui le marchand est en pourparlers à Florence, Antonio di Francesco, qu’Andrea a naguère connu à Avignon et à Aix et qu’il accuse de divers forfaits75. Deux dirigeants d’agences peuvent se trouver en conflit lorsqu’ils protègent des candidats différents, comme l’illustre l’histoire de Tuccio di Gennaio, protégé par Simone d’Andrea Bellandi, chef de l’agence de Barcelone, dont le recrutement faillit être empêché par Luca del Sera, directeur de celle de Valence, qui lui préférait Niccolò di Simone Vespucci, et par Cristofano di Bartolo Carocci, chef de l’agence de Majorque, qui souhaitait détacher à Barcelone son facteur Agnolo di Iacopo76.

  • 77 Se plaignant de son facteur et compatriote Iacopo d’Antonio di Vanni, l’apothicaire Iacopo del Nero (...)
  • 78 Francesco di Marco essaie ainsi de mettre au débit de son facteur Ambrogio de’ Rocchi une dette lai (...)
  • 79 Piero di Giunta à Francesco di Marco et à Tuccio Lambertucci, 13 au 20 mars 1373 (ASPo, D.1101, 134 (...)
  • 80 Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 21 décembre 1381 et 4 janvier 1382 (ASPo, D.1112, 6200067-6 (...)
  • 81 Document n° 2 ; C. Guasti, Ser Lapo…, op. cit., I, p. 215-216.
  • 82 « E sì cci sarebe di bisongnio II fa[n]ciulli di XIIII in XV ani e no[n] di piue che fosono te[n] p (...)
  • 83 Niccolaio di Bonaccorso demande ainsi un jeune « figliuolo di buono huomo, che avese bisongnio di g (...)
  • 84 Sur la richesse, voir la citation relative à Filippo di messer Bettino Covoni dans la note précéden (...)
  • 85 « Cierchate se potesi trovare niuno pari di Checho che fose afatichante e fedelle e di buona condiz (...)

28Même pour les agences périphériques, les recrutements ont majoritairement lieu à Florence, surtout pour les postes ne requérant qu’une expérience limitée. Seuls des chefs de boutique ayant distendu leurs liens avec la Toscane finissent par préférer les recrutements locaux en Provence, pour des considérations intéressées : ils peuvent prendre ainsi un candidat à l’essai sans devoir lui payer les frais d’un voyage aller et retour, lui offrir un salaire plus bas et, à la différence des apprentis toscans qui reçoivent une rémunération progressive dès leur formation, ceux que l’on trouve sur place à Avignon acceptent de verser une indemnité couvrant leurs frais d’entretien77. Dans le cas prédominant d’un recrutement dans la région d’origine, la pratique d’une langue commune et le partage d’une même éducation peuvent faciliter la collaboration pratique aux écritures. La présence de la famille de l’employé sur le territoire d’origine apparaît comme une garantie, au cas où les fraudes du facteur entraîneraient une indemnisation, passant éventuellement par une cession de biens patrimoniaux78. Mais surtout l’octroi d’un poste au fils, jeune frère ou protégé d’un ami ou d’un personnage influent raffermit les relations du chef de réseau avec des compatriotes. Du temps où il réside à Avignon, Francesco offre ainsi un poste au fils de son ancien tuteur, son cousin Niccolò di Piero di Giunta79. Par reconnaissance envers son collaborateur et aîné Boninsegna di Matteo, il accepte de façon exceptionnelle de recruter ses deux neveux, Matteo et Tommaso alias Priore di Lorenzo80. Rentré en Toscane, Francesco propose à son ami et conseiller ser Lapo Mazzei de prendre à domicile l’un de ses fils, Piero, pour assurer son initiation à la vie d’un fondaco, puis après une autre expérience de l’adolescent, accepte de l’envoyer comme facteur à Barcelone81. Un conflit apparaît régulièrement entre les besoins d’agences comme celle d’Avignon d’un personnel qualifié ou au moins diligent et le souci de Francesco d’acquérir des alliés à Florence et à Prato : fils de bonnes familles, les apprentis et facteurs qu’il envoie après sa réinstallation en Toscane sont souvent jugés arrogants ou trop douillets82. Il reconnaît lui-même accorder souvent trop de poids à ces considérations aux dépens de la bonne marche de ses agences (document n° 3). La richesse et la pauvreté suscitent semblablement des appréciations ambiguës : si les fils élevés dans l’aisance ne sont pas motivés pour se donner la peine de gagner de l’argent83, les pauvres risquent de profiter des ressources qu’ils trouvent à portée de main, surtout quand, déjà mariés, ils ont charge de famille84. En fait, il serait parfois préférable de trouver un jeune affranchi de ces liens, tout dévoué aux intérêts de la boutique85.

  • 86 ASPo, D.321, 1528-1530 ; document n° 1.
  • 87 Piero di ser Lapo aurait alors 10 ans d’après l’âge qui lui est attribué dans le document n° 3 ; de (...)
  • 88 Un cas exceptionnel de 14 ans (ASPo, D.1111, 6000749) ; un giovane mais aussi appelé giovanetto de  (...)
  • 89 Giovane / garzone (ASPo, D.346/2, 2963) ; garzone de 15-16 ans (ASPo, D.1095, 131642 et 131640) ; g (...)
  • 90 Antonio di Mariotto Orlandini à Francesco di Marco, 24 décembre 1393 (ASPo, D.1101, 127763).

29La terminologie appliquée aux candidats aux emplois est assez flexible, d’autant que se rencontrent divers diminutifs (giovanetto, garzonetto, garzoncello) et des variations pour le même profil (giovane, giovanetto, garzonetto et même fanciullo86). Mais elle met en évidence deux vocables dominants, ceux de fanciullo (11 cas) et de giovane (20). Les âges attribués au fanciullo vont de 10 à 13 ans87. Le giovane atteint en revanche le plus souvent l’âge adulte, avec 20 à 22 ans88. Le terme de garzone ne semble pas connoter un âge aussi précis : on peut le trouver accolé à giovane, mais aussi appliqué à un employé de 15 à 16 ans, tandis que le garzonetto est assimilé à un fanciullo89. Les descriptions dessinent ainsi deux profils, qui correspondent à l’entrée dans l’adolescence, puis dans la maturité : l’un correspond à un poste d’apprenti, l’autre à un capital d’expérience et des responsabilités majeures. Ce n’est qu’exceptionnellement que paraît appliqué aux agences marchandes le vocable de discepolo, qui qualifie véritablement l’apprenti et s’emploie plus couramment dans le vocabulaire des métiers artisanaux90.

  • 91 Parmi une riche bibliographie, voir sur l’alphabétisation de la Toscane de la fin du Moyen Âge, C. (...)
  • 92 Manno d’Albizo degli Agli à Francesco di Marco, 23 avril 1398 (ASPo, D.341, 1265).
  • 93 Deux lettres de teneur identique sont écrites par les jumeaux Nofri et Stefano di Bonaccorso, visib (...)
  • 94 « Egli vi scrive una lettera, ed è la prima mai fé, per darvi piacere » (C. Guasti, Ser Lapo…, op. (...)
  • 95 ASPo, D.1174/14 ; document reproduit dans sa quasi-totalité sur le CD-Rom (D. Toccafondi, G. Tartag (...)

30Ces profils correspondent en partie à des compétences requises et offertes : la plus courante est la maîtrise de l’écriture (8 cas contre 4 pour des exigences concernant les techniques de comptabilité). C’est pratiquement la seule que l’on puisse requérir d’un apprenti91. Et un fanciullo de l’agence Datini de Gênes doit être renvoyé parce qu’il ne sait pas vraiment écrire92. Les pères et frères aînés font volontiers circuler des échantillons des graphies, sous la forme de petites lettres, pour faire apprécier les compétences93. L’exemple d’initiation à la graphie le mieux éclairé par nos sources est celui du plus jeune des candidats, Piero, fils du notaire ser Lapo Mazzei, que son père accepte de confier à Francesco di Marco dès l’âge de 10 ans pour parfaire sa première formation à l’écrit et aux comptes. Piero envoie sur l’injonction de son père la première lettre de sa vie à Francesco di Marco94, pour accepter son recrutement précoce, en évoquant la peine et la sueur qu’elle lui coûte (document n° 2 et pl. n° 1). La graphie à main posée, que l’on peut confronter à la graphie cursive (mercantesca) qu’il pratiquera quelques années plus tard (pl. n° 3), se colle aux lignes qu’il a tracées à la mine de plomb. Sa graphie hésitante a par ailleurs pu être identifiée à celle d’un cahier d’exercices d’écriture conservé dans le fonds d’archives, mêlant à la fois dictons et phrases poétiques, formulations comptables et quelques phrases élémentaires (pl. n° 2)95.

  • 96 Boninsegna demande par exemple à Francesco di Marco le 10 décembre 1396 « uno giovanne che sapese l (...)
  • 97 Francesco di Marco à Biagio di ser Iacopo, 17 juillet 1385 (ASPo, D.1086, 316808). Son cas est enco (...)
  • 98 Niccolò di Francesco à Miniato di Matteo Casini, 15 juillet 1395 (ASPo, D.1114/2, 133417).
  • 99 Stoldo di Lorenzo à Luca del Sera, 10 juin 1397 (ASPo, D.984, 703355) ; document n° 3.
  • 100 Ambrogio di Meo Boni à Luca del Sera, 29 mai 1401 (ASPo, D.1112, 6100013) ; Niccolaio di Bonaccorso (...)

31L’occupation principale des fanciulli reste cependant très liée à une activité physique de nettoyage de la boutique, polissage de marchandises métallurgiques, port de commissions en ville, etc. Niccolaio di Bonaccorso demande donc un « petit costaud » (tarchiatello) de 12 à 14 ans pour balayer et porter les paniers (document n° 1). Ce n’est que plus tard que commencent les tâches d’écriture, avec d’abord la copie des lettres expédiées, puis la tenue de comptes, a fortiori la surveillance de la caisse accompagnée de son livre. Une spécialisation déjà acquise dans un secteur particulier n’est en revanche vraiment appréciée que pour les emplois d’artisans96. Une formation plus typiquement marchande peut même constituer un obstacle puisque certains jeunes, disant avoir été habitués à tenir un comptoir, refusent de manier les articles métallurgiques97. Certains emplois, comme ceux d’une boutique de draperie, sont interdits à un candidat qui a une vue déficiente et à qui l’on conseille de travailler plutôt comme artisan, tondeur de draps (cimatore) ou cordier (funaiolo), ou bien comme courtier de changes98. Les précédents postes occupés par les candidats sont de toute façon évoqués dans les discussions de recrutement99. La capacité d’assurer la tenue d’une boutique en en dirigeant toutes les activités est particulièrement appréciée, mais ne paraît qu’exceptionnellement acquise dès l’âge de 14 ans100.

  • 101 « È un saputo gharzone, e per cierto io n’avea grande bisognio, ché questi nostri pratesi sono più (...)
  • 102 Stoldo di Lorenzo, principal collaborateur de Francesco à Florence décrit ainsi à Luca del Sera dir (...)

32Ces compétences sont cependant rarement les seules exigées. On évoque la qualité d’intelligence et d’éveil : « ben visto e sperto » (document n° 1), tandis que certains jeunes de Prato, « più grossi che l’aqua de’ macheroni », sont décriés pour leur lourdeur101. Mais surtout, des qualités morales semblent indispensables. Elles peuvent être résumées par la locution di buona / buonissima / perfetta condizione ou sont plus précisément décrites, comme la tranquillité, l’humilité, l’obéissance, la loyauté et la fidélité102.

33Dans les profils des postes comme dans le vivier des recrutements s’affrontent ainsi globalement deux logiques contradictoires, comme le suggèrent aussi les jugements couramment portés sur les associés et les salariés après leur entrée en fonction. Les tâches ont acquis une forte différenciation, même dans des boutiques où le travail artisanal reste plus limité que dans l’agence Datini d’Avignon, et les besoins du métier impliquent des talents multiples : certains savent surtout choisir les produits et au besoin les travailler, et la gamme de ceux-ci est déjà suffisamment vaste pour susciter une spécialisation ultérieure ; d’autres vendent avec habilité et sont volontiers délégués pour traiter les affaires à l’extérieur ; un ou souvent plusieurs membres de l’agence passent en revanche le plus clair de leurs journées à travailler à leur écritoire, avec la collaboration plus limitée des jeunes. Mais tous ces savoirs ne peuvent suffire si le facteur ne donne pas l’assurance de son dévouement et de sa loyauté et ne s’intègre dans une relation clientèlaire. Les compétences requises par les activités pourraient déjà conduire à elles seules à une sélection rigoureuse des candidats, mais les chefs de réseaux ou d’agences attribuent aussi une importance non négligeable au crédit personnel qu’ils peuvent acquérir auprès de relations utiles par l’octroi de ces postes.

Document n° 1 : extrait de lettre de Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 30 septembre au 1er octobre 1384 [ASPo, D.321, 1530] :

34[recto]

35[main de Niccolaio]

36[...]

  • 103 Encre effacée et support taché sur la hauteur de plusieurs lignes.

37Dissivi chome io avea bisongnio d’uno gharzonecto di 16 in 18 anni che sapesse bene iscrivere e fare di chonti perché m’aiutase iscrivere, e alsì faciese per boctegha quelo bisongnase. Vorebe essere di buona giente, figliuolo di buono huomo, che avese bisongnio di ghuadangnare e talento di bene a <fare e che>103 non fosse istizoso né arghoglioso [ma] umile e faciese volentieri quello gli fose detto. Perché non s’intenda di nostro mestieri, non me ne churo tropo. Solo sia buono scrittore e ragionieri, e sia intendente a l’altre cose. Prieghovi in ciò duriate per amore di me un pocho di pena, sicché servito ne sia, e ch’io l’abia per questa nave Gharigha che v<i>ene ora d’Aghuamorta a Pisa, in su che vennoro i giovani d’Iachopo del Nero che, chome sarà a Pisa, tornerà di presente in qua. Sicché mectetevi un pocho di pena a trovarne uno, sicch’io l’abia per decta nave. Èmmi tropo di bisongno però sono tucto solo a lo scrivere. E sopratucto, se si può, sia il giovane pratese, ché più tosto il voglio da Prato che d’altra parte. Parlatene con Pagholo, però ch’egli chonoscie meglio i giovani da Prato voi non fate; e vedete io n’abia uno abia voglia di ben fare, ché cho· l’aiuto di Dio potrà.

38Alsì, trovando qualche fanciulecto di 12 in 13 anni, figluolo di qualche povero buono huomo, che abia voglia di bene a fare e sia ben visto e sperto, ancho il togliete; e mandatelo insieme co· l’altro per decta nave. Volo per portare ghabassi, ischopare la boctegha, e fare ongni chosa mercienarie [sic] che bisongnia. Non vuole essere dilighato: qualche tarchiatello da farne chalze e schoffoni. Sapete quelo ci bisongnia per bottegha: piccholo e grosso da potere la faticha. Tucto potete dire a Pagholo, ché sono cierto egli n’avrà qualche uno per le mani, e a vostra possa fate di mandargli amendue per questa nave. Troverete di ta’ fanciulli assai che volentieri veranno.

39E de le spese loro, fate chome vi pare meglio, o che io le paghi o eglino, e sì d’ongn’altra cosa. Tucto rimecto in voi. E sopratucto fate co· loro che da me non debiano partire per ire a stare conn altri.

40[verso]

  • 104 Encre effacée et support taché sur la hauteur de plusieurs lignes.

41Però ch’io non vorei, quando fossono istati cho· mecho I anno o due, ed e’ sapesono qualche chosa, che si lievasoro da me per istare inn altra parte. Sì che chiarite loro ben tucto. E non fali per me duriate tanta faticha io n’abia i due per questa nave. Ragionate partirà da Pisa a dì XXV d’<octo>bre104 o in quelo torno. Da Stoldo [di Lorenzo] ne sarete avisato. Però ordinate al tempo vi sieno; e me avisate di tucto.

42[...]

Document n° 2 : Lettre de Piero di ser Lapo Mazzei à Francesco di Marco, 4 février 1399 [ASPo, D.1096, 132719 ; pl. n° 1] :

43[recto]

44[main de Piero]

45Al nome di Dio, amen. Dì 4 di febraio 1398.

  • 105 La plus grande partie de la lettre évoque le thème des compétences graphiques : l’enfant veut achev (...)
  • 106 Un mot apparemment oublié.

46Padre mio, Idio v’aiuti sempre! Ò udito da mio padre che mmi volete ora, e ciò che farete voi due, sono contento; e volentieri vengo a voi e mona Margherita, e farò sì che no· m’arete a dire: “O come ti stavi?”. È vero che da Ogni Santi in qua ò cominc [i] ato aparare a scrivere. Vorrei aparare anche qualche mese sì che la lettera mia non paresse d’uno piçicagnolo105. E pur ora, se non ch’io ò lo106 inançi, vi parebono le mie lettere cichaloni, di que’ maschi; e anche fo con regolo e tuttavia sudo sì mi pesa questa vanga. E pertanto sta a voi. Io sono de’ partitori all’abacho, e al meno a Pasqua saprò un pocho meglio, ma io sono presto, e mai non mi istarò, s’io dovesse tutto dì ischalçare e ricalçare que’ melaranci. Idio v’aiuti! E promettovi che mentro ch’io viverò, dirò per voi ogni dì uno paternostro anche io. Che Dio vi facc [i] a graçia!

47Il vostro servo Piero di ser Lapo.

48[verso]

49[adresse]

50Francescho di Marcho, mercatante in Prato, padre e maestro mio [date de réception; main différente de celle de Francesco]

511398, da Firenze, a dì 5 di febraio.

Document n° 3 : Extrait de lettre de Francesco di Marco et Domenico di Cambio à Simone d’Andrea Bellandi, arrivée le 18 mars 1403 [ASPo, D.1111, 6000749] :

  • 107 Le feuillet précédent n’a pas été conservé.

52[fol. 1107]

53[main de Francesco] [...]

54Egl’è istato a mme pue volte Milglorato e Boni [n] sengna di Marcho di ser Milglorato [Bovacchiesi] da Prato, e ànomi detto de’ fatti loro chome e’ vorebono che si dicesse per me e pe’ miei che Boni [n] sengna detto venisse a stare cho· noi. E questo fanno per dare a ’ntendere d’essere meno ricchi non sono; e questo fanno per lo fatto dell’estimo che ssi rifà. Ora e’ arebono charo Boni [n] sengna detto si tornasse chostì techo in chasa, e pue volontieri a nostre spese che alle loro. E dannomi intenzione di volere essere merchatanti, ma io mi credo che ongni volta che ll’estimo fia rifatto, che gli parà mille anni di tornarssi a chasa inperò sono ricchi e stano bene ed è giovane ed à molgle. Ora, a dire tosto, i’ òe senpre loro detto chome noi ci volglo levare di chostà e che, sse pure vi rimarai tue, noi abiamo gente d’avanzo, e pue atti alla merchatantia che nnon è Boni [n] sengna. Ora elgl’è bene due mesi che detto Boni [n] sengna andò a Gienova, ed èssi tornato chollo filgliuolo [Giusto] d’Aghostino Bonfilgluoli che fa là l’artte della tinta. Di che Boni [n] sengna vorebe pure venire pue in chostà; e inn efetto Milglorato suo fratello m’àe preghato ch’io chonsenta che torni techo, e pagherà le spese quello che ttu vorai. Infine io gl’òe promessi di servirllo, chon dirgli il vero, che per servirgli lo farò inperò i merchatanti sono male vaghi di simili chose inperò, chi vole richoprire la poverttà e chi vole richoprire la richeza; e ancho non è l’uomo vagho di mostrare l’uomo i fatti suoi a ongni uomo. E intorno a c [i] ò gl’òe detto assai; e siamo rimasi d’achordo di scrivere a detto Boni [n] sengna a Genova che chostì ne vengha, o per mare o per terra, chome a lui piace. E pertanto, s’elgli vi viene, tieni cho· llui quelli modi ti pare. A dì a dì mi di’ chome ti chontenti di sua tornata. Io credo che pocho durerà la chosa. È buono servire sanza danno, chome che lle pue delle volte del servire se n’à pocho grado, ma alle volte adiviene che uno merita per X. Intendera’ti chon detto Boni [n]-sengna. Egl’è savio e bene somilglerà il padre. Aiutalo e chonsilglalo chome ti pare. Elgl’è buono giovane e ssa bene dire la sua ragione. Idio gle dia bene a fare!

55E d’altra parte ser Lapo Mazei m’àe preghato di volere mandare di fuori Simone, che volglo dire Piero suo filgluolo, che istette mecho bene uno anno e poi ne· levò, ed è istato e sta alla tavola de’ Rici. Ora vorebe mandarllo di fuori. Egl’à da XIIII anni ed à assai buona vista. E perché io arei vagheza di fare tutte quelle chose che piacesseno a ser Lapo, io l’òe chonsiglato lo mandi a tte inperò per suo amore e per lo parentado avete insieme, che credo sia pue tosto amicizia che parentado, che ttu gl’arai pue amore che nniuno altro. Elgli si sarebe molto chontentato che detto Piero fosse ito a stare cho· Lucha [del Sera] a Valenza. Di ch’io gl’òe detto che nnoi non vi aremo pue a fare, e chome Lucha istarà qua. La chagione perché ser Lapo si chontentava pue di Lucha, perché dubita che llo fanc [i] ullo non ne prenda tropa baldanza techo per amore dello parentado. Ora io gl’òe detto tanto che basta e dettogli se llo fanc [i] ullo sarà buono, la sua bontà lo farà bene chapitare, o cho· noi o chon altri; e che chotesto è buono paese e che io mi farò grosso chostì e farenvi delle chose assai, se piacerà a Dio. E ancho sarà di bisongno che tutto dì di chostì si vada a Valenza e a Maiolicha e in pue partti. Sì che, se llo fanc [i] ullo vorrà essere buono, e’ potrà. Ma tanto ti dicho, se noe fosse l’amore ch’io portto a ser Lapo, io non chonterei mai mandarvene niuno per amicizia inperò non ne sono istato inventurato. Ora la chosa è que. Dirotti a dì a dì chome ser Lapo diliberà. E’ m’à detto di mandarlo a Genova ad Ardingho [di Gucciozzo de’ Ricci] che llo ti mandi in sue qualche buono navilio.

56Detto ser Lapo manda chostui di que chostà, non per guadangno fare ma per levàllo dalle male usanze di questa città, ed è di bisongno di chosì fare

57volgi

58[fol. 1v]

59inperò che dice uno dettato di chattivi che chonpangnia fa inpichare l’uno l’altro. Detto Piero istava mecho e io lo teneva istretto e ghastighavalo ed era buono fanc [i] ullo. Ser Lapo, no· lgli parea che llo fanc [i] ullo istesse bene a ssuo modo. Levollo da me ed àllo tenuto secho e lasciatogli fare c [i] ò ch’elgl’à voluto e inn efetto il fanc [i] ullo à presi de’ modi e delle chonpangnie chome fanno i giovani, e forsse de’ modi non buoni. Bene era il suo melglo l’avesse mandato io di fuori, ché ll’arei fatto a tenpo, che [= ch’a] mandarllo ora elgli, quando il fanc [i] ullo àe presi de’ modi non buoni. Chosì fa chi no [n] ssa fare melglo. Io sono disposto a servirllo, e avenghane che vole. Io sono disposto a fare inversso di lui chom’ò usato di fare cho’ miey amici. E pertanto, se si dilibera di mandarllo, fanne chome di tua chosa, facendo bene; ma dove tue vedessi che facesse il chontradio, si vole fare innanzi chortta foll [i] a che lungha. Subito dirai: “Questo fanc [i] ullo non fa per noi”. Tu ssai chome a [sic] quello di Manno [d’Albizo Agli] si porttò, e il primo dì si volea rimandarllo. E pue senno sarebe istato e [= a] noe averlovi mandato, ma i’ òe senpre voluto piacere a ongni amicho e chonpangno e sonne male chapitato, e forsse bene che forsse, per fare bene a molti, meser Domenedio me l’à meritato in cento dopi, ma chosì al digrosso ongniuno m’àe ispinto la soma adosso di parenti e d’amici e ònne portato danno da pu. Questo di Manno, il primo dì io vidi chie elgl’era, ma per servire Mano, e credendo che llo giovane milglorasse, lo mandamo chostà, che cc [i] à gittata chativa ragione in pue modi. Ora la chosa è pure que. Vengnamo a’ rimedi, e da que innanzi si vole guardare di none avere a fare chon niuno di chativo a nostra posta. Non v’à niuno buono talglo. Se ttu saprai ghovernare questo di ser Lapo, credo che ttu n’arai buono servi [gi] o. Elgl’è uno pocho istizoso. Volsegli chavare alle volte cho· modo. Solo Idio fue sanza difetto.

60E mi vole richordare che ttu m’ài scritto d’uno fanc [i] ullo de’ Ruspi che Lucha avea tolto per chostì. Ora istaremo a vedere che farà ser Lapo, e poi pensseremo pue avanti. Da una ora a una altra si muta l’uomo d’animo. Andremo chol tenpo.

61[...]

62Sieveking H., «Aus venezianischen Handlungsbüchern. Ein Beitrag zur Geschichte des Grosshandels im 15. Jahrhundert”, Jahrbuch für Gesetzgebung und Verwaltung, n° 25, 1901, p. 299-331; n° 26, 1902, p. 189-225.

63Silberschmidt W., Die «Commenda» in ihrer frühesten Entwicklung bis zum XIII. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Geschichte der Commandit und der stillen Gesellschaft, Würzburg, 1884.

64Silberschmidt W., Zur Geschichte der Handelsgesellschaften im Mittelalter nach Südeuropäischen Quellen, Stuttgart, 1889.

65Silberschmidt W., «Die italienische Commendaforschung der jüngsten Zeit», Studi in memoria di Aldo Albertoni, III, Padoue, 1936.

66Silberschmidt W., «Sempre e daccapo la commenda», Rivista del diritto commerciale, n° 35, 1937.

67Silberschmidt W., «Von Collegantia und Rogadia zu Widerlegung und Sendeve», Studi in onore di Enrico Besta, III, Milan, 1939.

68Spallanzani M., «Una grande azienda fiorentina del Trecento: Carlo Strozzi e compagni», Ricerche storiche, n° 8, 1978, p. 417-436.

69Toccafondi D., Tartaglione G., Per la tua Margherita… Lettere di una donna del ‘300 al marito mercante. Margherita Datini e Francesco di Marco, 1384-1401, Prato, Archivio di Stato di Prato, 2002 [CD-Rom].

70Tucci U., «Il documento del mercante», dans Civiltà comunale. Libro, scrittura, documento. Atti del convegno (Genova, 8-11 novembre 1988), Genova, Atti della Società ligure di storia patria, 103, n.s., 29 (1989), 1989, p. 541-565.

71Valeri G., «I primordi dell’assicurazione nel documento grossetano del 1329», Maremma, Bollettino della Società storica maremmana, n° 3, 1926-1927, réimpr. in Rivista del diritto commerciale e del diritto generale delle obbligazioni, n° 26, 1928, p. 600-641.

72Valeri G., «L’archivio Datini e gli studi storici di diritto commerciale», Rivista del diritto commerciale e del diritto generale delle obbligazioni, n° 7-8, 1929, p. 433-443.

73Van Doosselaere Q., Commercial Agreements and Social Dynamics in Medieval Genoa, Cambridge-New York-Madrid etc., 2009.

74Villain-Gandossi C., Comptes du sel ( «Libro di ragione e conto di salle») de Francesco di Marco Datini pour sa compagnie d’Avignon, 1376-1379, Paris, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, série in-8°, 7, 1969.

75Weber M., Zur Geschichte der Handelsgesellschaftent im Mittelalter nach südeuropäischen Quellen, Stuttgart, 1889.

76Weissman R. F. E., Ritual Brotherhood in Renaissance Florence, New-York/Londres etc., 1982.

77Zeno R., Storia del diritto marittimo nel Mediterraneo, Rome, 1915; Id., Documenti per la storia del diritto marittimo nei secoli xiii e xiv, Turin, Documenti e studi per la storia del commercio e del diritto commerciale italiano, 6, 1936.

Pl. n° 1. Première lettre du jeune Piero di ser Lapo Mazzei à Francesco di Marco, 4 février 1399 (ASPo, D.1096, 132719).

Pl. n° 1. Première lettre du jeune Piero di ser Lapo Mazzei à Francesco di Marco, 4 février 1399 (ASPo, D.1096, 132719).

Pl. n° 2. Une page du cahier d’exercices du jeune Piero di ser Lapo Mazzei, vers 1399 (ASPo, D.1174/14, fol. 1v)

Pl. n° 2. Une page du cahier d’exercices du jeune Piero di ser Lapo Mazzei, vers 1399 (ASPo, D.1174/14, fol. 1v)

Pl. n° 3. La main, devenue cursive mercantesca, de Piero di ser Lapo Mazzei, une dizaine d’années plus tard, lettre à Francesco Datini, Valence, 26 septembre 1408 (ASPo, D.346, 1721)

Pl. n° 3. La main, devenue cursive mercantesca, de Piero di ser Lapo Mazzei, une dizaine d’années plus tard, lettre à Francesco Datini, Valence, 26 septembre 1408 (ASPo, D.346, 1721)

Bibliographie

Bibliographie

Ait I. , Il commercio nel medioevo, Rome, 2005.

Alfabetismo e cultura scritta nella storia della società italiana. Atti del seminario tenutosi a Perugia il 29-30 marzo 1977, Pérouse, 1978.

Alfieri V., La partita doppia applicata alle scritture delle antiche aziende mercantili veneziane, Turin, 1891.

Arcangeli A., La società in accomandita semplice, Turin, 1903.

Arcangeli A., Diritto commerciale e agrario, I, Padoue, 1935.

Arias G., Studi e documenti di storia del diritto, Florence, 1901-1902.

Arias G., «Per la storia economica del secolo xiv, Comunicazioni d’archivio ed osservazioni», Archivio della R. Società romana di storia patria, n° 28, 1905, p. 301-354.

Arias G., «Le società di commercio medievali in rapporto con la Chiesa», Archivio della R. Società romana di storia patria, n° 29, 1906, p. 351-377.

Arias G., «La sintesi economica», Rivista italiana per le scienze giuridiche, n° 50, 1911.

Astuti G., Rendiconti mercantili inediti dal cartolario di Giovanni Scriba, Turin, coll. «Testi inediti o rari dell’Istituto giuridico della R. Università di Torino», 3, 1933.

Astuti G., Origini e svolgimento storico della commenda fino al secolo xiii, Turin, coll. «Documenti e studi per la storia del commercio e del diritto commerciale italiano», 3, 1933.

Astuti G., «Ancora su le origini e la natura giuridica del contratto di commenda marittima», Atti della mostra bibliografica e convegno internazionale di studi storici del diritto marittimo medioevale (Amalfi, luglio-ottobre 1934), I, Naples, 1934, p. 1-28.

Astuti G., Il libro di entrata e di uscita di una compagnia mercantile senese del secolo xiii (1277-1282), Turin, coll. «Documenti e studi per la storia del commercio e del diritto commerciale italiano», 5, 1934.

Astuti G., «Note sulla collegantia veneziana», Rivista del diritto della navigazione, n° 7, 1941 [Studi in onore di Arrigo Solmi, I], p. 83-102, 130-138.

Astuti G., «Le forme giuridiche delle attività mercantili nel libro dei conti di Giacomo Badoer (1436-1440)», Annali di storia del diritto, n° 12-13, 1968-1969, p. 65-130.

Balestracci D., Cilastro che sapeva leggere. Alfabetizzazione e istruzione nelle campagne toscane alla fine del Medioevo (xiv-xvi secolo), Ospedaletto, Centro il medioevo. Temi e ricerche di storia economica e sociale, 1, 2004.

Bartoli Langeli A., Toscani X., Istruzione, alfabetismo, scrittura. Saggi di storia dell’alfabetizzazione in Italia (sec. xv-xix), Milan, 1991.

Bensa E., Il contratto di assicurazione nel medioevo. Studi e ricerche, Gênes, 1884.

Bensa E., «Di alcune importanti notizie attinenti alla storia del diritto commerciale che emergono dai documenti dell’Archivio Datini», Atti del Congresso internazionale di scienze storiche (Roma, 1-9 aprile 1903), IX: Atti della sezione V (storia del diritto, storia delle scienze economiche e sociali), Rome, 1904, p. 105-106.

Bensa E., Le forme primitive della polizza di carico. Ricerche storiche con documenti inediti, Gênes, 1925.

Bensa E., «I più antichi esemplari delle polizze di carico», Rivista del diritto commerciale e del diritto generale delle obbligazioni, n° 23, 1925, p. 325-327.

Bensa E., «La evoluzione storica della polizza di carico e il problema delle lettere di garanzia», Rivista del diritto commerciale, n° 24, 1926, p. 109-120.

Bensa E., Francesco di Marco da Prato. Notizie e documenti sulla mercatura italiana nel secolo decimoquarto, Gênes, 1928.

Bernardi P., «Da un’idea del paradiso al palazzo. Francesco Datini e l’organizzazione di un cantiere medievale», à paraître dans Una casa fatta per durare mille anni. Palazzo Datini a Prato, éd. J. Hayez, D. Toccafondi et M.R. de Gramatica.

Besta E., Le obbligazioni nella storia del diritto italiano, Padoue, 1937.

Black R., Education and Society in Florentine Tuscany. I: Teachers, Pupils and Schools, c. 1200-1500, Leyde, 2007.

Blomquist T., «Commercial Association in Thirteenth Century Lucca», Business History Review, n° 45, 1971, p. 157-178, réimp. dans Id., Merchant Families Banking and Money in Medieval Lucca, Aldershot-Burlington (VT), 2005.

Bonolis G., La giurisdizione della Mercanzia in Firenze nel secolo xiv. Saggio storico-giuridico, Florence, 1901.

Bonolis G., Il diritto marittimo medievale nell’Adriatico, Pise, 1921.

Bordone R., «I ‘lombardi’ in Europa. Primi risultati e prospettive di ricerca», Società e storia, n° 17, 1994, p. 1-17.

Bordone R., Spinelli, F. (éd.), Lombardi in Europa nel medioevo, Milan, 2005.

Borsari S., Una compagnia di Calimala: gli Scali (secc. xiii-xiv), Macerata, 1994.

Bosco G., «Partecipazione ed accomandita nella storia del diritto italiano», Studi e documenti di storia del diritto, n° 20,1899, p. 205-285.

Boyer R., «Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché», Annales, histoire, sciences sociales, n° 64/3, 2009, p. 665-693.

Cavaciocchi S., «Una casa grande e bella», dans Francesco di Marco Datini. L’uomo, il mercante, éd. G. Nigro, Florence, 2010, p. 133-231.

Ceccarelli G., «Tra solvabilità economica e status politico: il mercato delle assicurazioni marittime a Firenze (secc. xiv-xv)», Politiche del credito. Investimento, consumo, solidarietà. Atti del congresso internazionale (Asti, 20-22 marzo 2003), éd. G. Boschiero, B. Molina, Asti, Collana del Centro studi sui lombardi, 5, 2004, p. 191-215.

Ceccherelli A., I libri di mercatura della Banca Medici e l’applicazione della partita doppia a Firenze nel secolo xiv, Firenze, 1913.

Cecchi Aste E., L’Archivio di Francesco di Marco Datini. Fondaco di Avignone. Inventario, Rome, Pubblicazioni degli Archivi di Stato, strumenti, 163, 2004.

Cerretelli C., «Il bel palagio, orgoglio di Francesco» dans Una casa fatta per durare mille anni. Palazzo Datini a Prato, éd. J. Hayez, D. Toccafondi et M. R. de Gramatica (à paraître).

Cessi R., «Note per la storia delle società di commercio nel Medioevo in Italia», Rivista italiana per le scienze giuridiche, n° 62, 1917, p. 3-95, 174-224.

Chiaudano M., Contratti commerciali genovesi del secolo xii, Turin, 1925.

Chiaudano M., «Un contratto di società di mercanti fiorentini dell’anno 1332», Atti della R. Accademia delle scienze di Torino, n° 65, 1930, p. 410-420.

Chiaudano M., Studi e documenti per la storia del diritto commerciale italiano nel secolo xiii, Turin, Memorie dell’Istituto giuridico della R. Università di Torino, s. 2, 8, 1930.

Chiaudano M., «Contratti di cambio in una lettera mercantile senese inedita del 1269», Atti della R. Accademia delle scienze di Torino. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, n° 66, 1931, p. 627-650.

Chiaudano M., «I Rothschild del Duecento: la Gran Tavola di Orlando Bonsignori», Bullettino senese di storia patria, n.s., 6, 1935, p. 103-142.

Chiaudano M., Notai liguri del sec. xii. Oberto Scriba de Mercato, 1190, Turin, 1938.

Chiaudano M., «Note sui mercanti astigiani: i Malabaila», Bollettino storico bibliografico subalpino, n° 41, 1939, p. 213-228.

Chiaudano M., Notai liguri del sec. xii. Oberto Scriba de Mercato, 1186, Turin, 1940.

Chiaudano M., «La costituzione di una società commerciale a Pinerolo nel 1327», Bollettino storico bibliografico subalpino, n° 42, 1940, p. 141-155.

Chiaudano M., Il Libro vermiglio di corte di Roma e di Avignone del segnale del C della compagnia fiorentina di Iacopo Girolami, Filippo Corbizzi e Tommaso Corbizzi (1332- 1337), Turin, 1963.

Chiaudano M., Moresco M., Il cartolare di Giovanni Scriba [2 vol.], Turin, 1935.

Chiaudano M., Morozzo della Rocca R., Notai liguri del secolo xii. Oberto Scriba de Mercato, 1190, Turin, 1938.

CiccaglioneF., «Il contratto di commenda nella storia del diritto italiano», Il Filangieri, n° 11, 1866.

Conterio A., éd., Pacioli Luca, Trattato di partita doppia (Venezia, 1494), Venise, 1994.

Corsani G., «I criteri di valutazione della ricchezza presso i fondaci toscani del secolo xiv», Rivista italiana di ragioneria, n° 10, 1917, p. 1-7.

Corsani G., «Le prime compagnie di Avignone fondate da Francesco Datini», Archivio storico pratese, n° 2/3, luglio 1919, p. 133-139.

Corsani G., I fondaci e i banchi di un mercante pratese del Trecento. Contributo alla storia della ragioneria e del commercio. Da lettere e documenti inediti, Prato, Archivio storico pratese. Supplementi, 2, 1922.

Davidsohn R., Geschichte von Florenz [8 vol.], Berlin, 1896-1927, trad. ital. Storia di Firenze [8 vol.], Florence, 1956-1957.

Del Vecchio A., Casanova E., Le rappresaglie nei comuni medievali e specialmente a Firenze. Saggio storico, Bologna, 1894, réimpr., Sala Bolognese, 1974.

De Roover R., «Quelques considérations sur le livre de comptes de Collard de Marke, précédées d’un aperçu sur les archives communales en Belgique», Bulletin d’études et d’informations de l’École supérieure de commerce Saint-Ignace, 1930.

De Roover R., «Le livre de comptes de Guillaume Ruyelle, changeur à Bruges (1369)», Annales de la Société d’émulation de Bruges / Handelingen van het genootschap voor geschiedenis “Société d’émulation” te Brugge, n° 77, 1934, p. 15-95

DeRoover R., «Aux origines d’une technique intellectuelle: la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double», Annales d’histoire économique et sociale, n° 9, 1937, p. 171-193, 270-298.

De Roover R., «A Florentine Firm of Cloth Manufacturers», Speculum, n° 16, 1941, p. 1-33, réimpr. dans Id., Business, Banking and Economic Thought in Late Medieval and Early Modern Europe, éd. J. Kirshner, Chicago-Londres, 1974, p. 85-118.

De Roover R., «The Medici Bank», The Journal of Economic History, n° 6, 1946, p. 24-52, 153-172; n° 7, 1947, p. 69-82.

De Roover R., The Medici Bank. Its Organization, Management, Operations and Decline [2 vol.], New York-Londres, Business History Series, Graduate School of Business Administration, 1948.

De Roover R., «Oprichting en liquidatie van het Brugse filiaal van het bankiershuis der Medici», Mededelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, n° 15, 1953, p. 1-13.

De Roover R., «I libri segreti del banco dei Medici», Archivio storico italiano, n° 107, 1949, p. 236-240.

De Roover R., «New Perspectives on the History of Accounting», The Accounting Review, n° 30, 1955, p. 405-420.

De Roover R., «The Development of Accounting prior to Luca Pacioli according to the Account-Books of Medieval Merchants», Studies in the History of Accounting, éd. A. C. Littleton, B.S. Yamey, Londres, 1956, p. 114-174, réimpr. dans Id., Business, Banking and Economic Thought in Late Medieval and Early Modern Europe, éd. J. Kirshner, Chicago-Londres, 1974, p. 119-180.

De Roover R., «The Story of the Alberti Company of Florence, 1302-1348, as Revealed in its Account Books», The Business History Review, n° 32, 1958, p. 14-59, réimpr. dans Id., Business, Banking and Economic Thought in Late Medieval and Early Modern Europe, éd. J. Kirshner, Chicago-Londres, 1974, p. 39-84.

De Roover R., The Rise and Decline of the Medici Bank, 1397-1494, Cambridge (Mass.), Harvard Studies in Business History, 21, 1963 et New York, 1966 et 1968.

De Roover R., «The Organization of Trade», The Cambridge Economic History of Europe, III: Economic Organization and Policies in the Middle Ages, éd. M.M. Postan, E.E. Rich, E. Miller, Cambridge, 1963, p. 42-118.

De Roover R., «Les comptes communaux et la comptabilité communales à Bruges», Finances et comptabilité urbaine du xiiie au xvie siècle. Colloque international (Blankenberge, 6-9 septembre 1962), Bruxelles, Pro Civitate. Collection histoire, 7, 1964, p. 86-102.

De Roover R., «Gli antecedenti del banco Mediceo e l’azienda bancaria di messer Vieri di Cambio de’ Medici», Archivio storico italiano, n° 123, 1965, p. 3-13, réimpr. sous le titre «The Antecendents of the Medici Bank» dans Id., Business, Banking and Economic Thought in Late Medieval and Early Modern Europe, éd. J. Kirshner, Chicago-Londres, 1974, p. 260-269.

Dini B., Una pratica di mercatura in formazione (1393-1395), Florence, 1980.

Dini B., Arezzo intorno al 1400, Arezzo, 1984.

Dini B., «L’Archivio Datini», L’impresa: industria, commercio, banca, secc. xiii-xviii. Atti della XXII Settimana di studio (30 aprile-4 maggio 1990), Florence, Istituto internazionale di storia economica ‘F. Datini’ – Prato, II, 22, 1991 p. 45-58, réimpr. dans Id., Manifattura, commercio e banca nella Firenze medievale, Florence, 2001, p. 199-208.

Frangioni L., «Martino da Milano ‘fa i bacinetti in Avignone’ (1379)», Ricerche storiche, n° 14, 1984, p. 79-115.

Frangioni L., Milano fine Trecento. Il carteggio milanese dell’Archivio Datini di Prato [2 vol.], Florence, 1993.

Gargiolli G. (éd.), Il libro segreto di Gregorio Dati, Bologne, coll. «Scelta di curiosità letterarie inedite o rare dal secolo xiii al xvii», 102, 1869.

Genuardi L., «Commercio e diritto marittimo in Napoli nei secoli xiii, xiv e xv», Studi di storia napoletana in onore di M. Schipa, Naples, 1926.

Genuardi L., Il contratto di commenda marittima secondo l’uso di riviera in Sicilia, Messine, Annali dell’Istituto di scienze giuridiche, economiche, politiche e sociali nella R. Università di Messina, 2, 1928.

Ginori Conti P. (éd.), Il libro segreto della ragione di Piero Benini e compagni (secolo xiv), Florence, 1937.

Goldschmidt L., Universalgeschichte des Handelsrechts, 3e éd. Stuttgart, 1891, trad. ital. Storia universale del diritto commerciale, Turin, 1913.

Goldschmidt L., «Die Geschäftsoperationen auf den Messen der Champagne (Les devisions des foires de Champagne)», Zeitschrift für das gesamte Handelsrecht, n° 40, n. s., 25, 1892, p. 1-32.

Goldthwaite R.C., «The Medici Bank and the World of Florentine Capitalism», Past and Present, n° 114, 1987, p. 3-31, réimpr. dans Id., Banks, Palaces and Entrepreneurs in Renaissance Florence, Aldershot, Variorum, 1995, Collected Studies Series, 492, ch. 5.

Goldthwaite R.C., The Economy of Renaissance Florence, Baltimore, 2009.

Gottlob A., «Zur Gesellschaftsliste der Buonsignori von Siena», Historisches Jahrbuch, n° 22, 1901, p. 710-732.

Greif A., Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessions from Medieval Trade, Cambridge, 2006.

Guasti C., éd., Ser Lapo Mazzei, Lettere di un notaro a un mercante del secolo xiv [2 vol.], Florence, 1880, réimpr. Prato, 1979.

Hayez J., «L’Archivio Datini, de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits privés», Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 117/1, 2005, p. 121-191.

Hayez J., «La voix des morts ou la mine de données. Deux siècles et demi d’éditions des correspondances privées des xiiie-xvie siècles», Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 117/1 2005, p. 257-304.

Hayez J., «Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini: Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389)», Bollettino dell’Opera del vocabolario italiano, n° 10, 2005, p. 203-397.

Hayez J., «Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400», dans Cecchi Aste E., Di mio nome e segno. «Marche» di mercanti nel carteggio Datini (secc. xiv-xv), Prato, Quaderno di storia postale, 30, 2010, p. IX-XLVI.

Hayez J., «“Il mare e lla terra è pieno di ladri...”. Confiance et réputation dans les milieux d’affaires toscans vers 1400», dans Espaces et réseaux en Méditerranée. Les réseaux à l’épreuve du temps, éd. C. Picard (à paraître).

Heynen R., Zur Enstehung des Kapitalismus in Venedig, Stuttgart-Berlin, Münchener Volkswirtschaftliche Studien, 1905.

Hoover C. B., «The Sea Loan in Genoa in the 12th Century», Quarterly Journal of Economics, 40 (1926), p. 495-529.

Hunt E. S., The Medieval Super-Companies. A Study of the Peruzzi Company of Florence, Cambridge-New York-Oakleigh, 1994.

Hunt E. S., Murray J. M., A History of Business in Medieval Europe, 1200-1550, Cambridge-New York-Oakleigh, 1999.

Kaeuper R. W., Bankers to the Crown. The Riccardi of Lucca and Edward I, Princeton (N.J.), 1973.

Klapisch-Zuber C., «Le chiavi fiorentine di Barbablù. L’apprendimentato della lettura a Firenze nel xv secolo», Quaderni storici, 19/3, n° 57, 1984, p. 765-792, réimpr. en français sous le titre «Les clefs florentines de Barbe-Bleue. L’apprentissage de la lecture» dans Ead., La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Civilisations et sociétés, 81,1990, p. 309-330.

Lastig G. H., «Beiträge zur Geschichte des Handelsrechts», Zeitschrift für das gesamte Handelsrecht, n° 23 1878, p. 138-178; n° 24, 1879, p. 386-449.

Lastig G. H., Florentiner Handelsregister des Mittelalters, Halle, 1883.

Lastig G. H., Bologneser Quellen des Handelsrechts, Halle, 1891.

Lastig G. H., Ein Beitrag zur Handelsgeschichte und Handelsrecht von Marseille, Halle, [1908].

Lattes A., Il diritto commerciale nella legislazione statutaria delle città italiane, Milan, 1884.

Lattes A., Il diritto marittimo privato nelle carte liguri dei secoli xii e xiii, Cité du Vatican, 1939.

Lazzareschi E., Il libro della comunità dei mercanti lucchesi in Bruges, Milan, 1947.

LemercierC., «Analyse de réseaux et histoire», Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 52/2, 2005, p. 88-112.

Lopez R. S., Raymond I.W., Medieval Trade in the Mediterranean World. Illustrative Documents, New York, 1955, réimpr. 2001.

Lombardo A., Note sul diritto commerciale veneziano, Venise, 1940.

Luzzatto G., «La commenda nella vita economica dei secoli xiii e xiv con particolare riguardo a Venezia», Atti della mostra bibliografica e convegno internazionale di studi storici del diritto marittimo medioevale (Amalfi, luglio-ottobre 1934), I, Naples, 1934, p. 139-164, réimpr. dans Id., Studi di storia economica veneziana, Padoue, 1954, p. 59-79.

Luzzatto G. (sous le pseudonyme G. Padovan), «Capitale e lavoro nel commercio veneziano dei secoli xi e xii», Rivista di storia economica, n° 6, 1941, p. 1 sqq., réimpr. dans Id., Studi di storia economica veneziana, Padoue, 1954, p. 89-116.

Mclean P. D., The Art of the Network. Strategic Interaction and Patronage in Renaissance Florence, Durham, 2008.

Melis F., Storia della ragioneria. Contributo alla conoscenza e interpretazione delle fonti più significative della storia economica, Bologne, 1950.

Melis F., Note di storia della banca pisana nel Trecento, Pisa, Pubblicazioni della Società storica pisana, 1, 1955.

Melis F., Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’Archivio Datini, I, Florence-Sienne, 1962.

Melis F., Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xvi, Florence, Istituto internazionale di storia economica « F. Datini», Prato, Pubblicazioni, 1e s., 1, 1972.

Melis F., «Le società commerciali a Firenze dalla seconda metà del xiv al xvi secolo», Troisième conférence d’histoire économique (Munich, 1965), Paris, 1974, p. 47-62, réimpr. dans Id., L’azienda nel medioevo, éd. M. Spallanzani, Florence, Opere sparse di Federigo Melis, 1, 1991, p. 161-178.

Meltzing O., Florentiner Bänkhäuser der vormediceischen Zeit, Leipzig Dissertation, Iéna, 1906.

Meltzing O., Das Bankhaus von Medici und seiner Vorläufer, Jena, Volkswirtschaftliche und Wirtschaftliche Abhandlungen, n.s., 6, 1906.

Meltzing O., «Tommaso Portinari und sein Konflikt mit der Hanse», Hansische Geschichtsblätter, n° 12, 1906, p. 101-124.

Molho A., Ramada Curto D., «Les réseaux marchands à l’époque moderne», Annales, histoire sciences sociales, n° 58/3, 2003, p. 569-579.

Mucciarelli R., I Tolomei banchieri di Siena. La parabola di un casato nel xiii e xiv secolo, Sienne, 1995.

Orlandi A., Mercaderies i diners: la correspondència datiniana entre València i Mallorca (1395-1398), Valence, 2008.

Padgett J. F., «Organizational Genesis, Identity and Control. The Transformation of Banking in Renaissance Florence», Networks and Markets, éd. J. E. Rauch, A. Casella, New York, 2000.

Padgett J. F., «The Emergence of Large, Unitary Merchant-Banks in Dugento Tuscany», dans The Emergence of Organizations and Markets, éd. J. F. Padgett et W. W. Powell, version de janvier 2009 présentée sur le site http://home.uchicago.edu/-jpadgett/unpub.html (à paraître).

Padgett J.F., McLean P.D., «Was Florence a Perfectly Competitive Market? Transactional Evidence from the Renaissance», Theory and Society, 26 (1997), p. 209-244.

Padgett J.F., McLean P.D., «Organizational Invention and Elite Transformation: The Birth of Partnership Systems in Renaissance Florence», American Journal of Sociology, n° 111, 2006, p. 1463-1568.

Padgett J. F., McLean P.D., «Economic Credit and Elite Transformation in Renaissance Florence», version de mai 2006, présentée sur le site http://home.uchicago.edu/-jpadgett/unpub.html (à paraître).

Padgett J. F., McLean P. D., «Economic Credit in Renaissance Florence», version de septembre 2008 présentée sur le site Padgett J.F., McLean P.D., (à paraître).

Pelù P. : Priorità della mercatura lucchese in alcune forme collettive di investimento aziendale nel xiv e xv secolo, Lucques, 1974.

Pelù P., I libri dei mercanti lucchesi degli anni 1371-1372-1381-1407-1488, Lucques, 1975.

Pelù P., Dalla compagnia tradizionale al sistema d’azienda. Conquiste della mercatura lucchese nei sec. xiv e xv, Lucques, 1976.

Pelù P., La legislazione lucchese del 1406, Lucques, 1978.

Pelù P., Il codice mercantile guinigiano dell’anno 1406, Lucques, 1998.

Peruzzi S. L., Storia del commercio e dei banchieri di Firenze in tutto il mondo conosciuto dal 1200 al 1345, Florence, 1868.

PetrucciA., MiglioL., «Alfabetizzazione e organizzazione scolastica nella Toscana del xiv secolo», La Toscana del xiv secolo. Caratteri di una civiltà regionale, éd. S. Gensini, Pise, Centro di studi sulla civiltà del tardo medioevo. San Miniato. Collana di Studi e Ricerche, 2, 1988, p. 465-484.

Renouard Y., «Le compagnie commerciali fiorentine del Trecento (Dai documenti dell’Archivio Vaticano)», Archivio storico italiano, 7e s., 22, a. 96, 1938, p. 41-68, 163- 179, réimpr. dans Id., Études d’histoire médiévale, II, Paris, 1968, p. 511-545.

Renouard Y., «Compagnies mercantiles lucquoises au service des papes d’Avignon», Bollettino storico lucchese, n° 17, 1939, p. 42-50, réimpr. dans Id., Études d’histoire médiévale, I, Paris, 1958, p. 825-831.

Renouard Y., «Notes sur une compagnie mercantile pistoienne du xive siècle», Bollettino storico pistoiese, n° 44, 1942, réimpr. dans Id., Études d’histoire médiévale, II, 1968, p. 555-562.

Renouard Y., Recherches sur les compagnies commerciales et bancaires utilisées par les papes d’Avignon avant le Grand Schisme, Paris, 1942.

Renouard Y., Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge, 2e éd. mise à jour par B. Guillemain, Paris, 1968, réimpr. Paris, 2009.

Reyerson K.L., The Art of the Deal. Intermediaries of Trade in Medieval Montpellier, Leyde-Boston-Cologne, coll. «The Medieval Mediterranean», 37, 2002.

Reynolds R. L., «A Business Affair in Genoa in the Year 1200. Banking, Bookkeeping, a Broker and a Lawsuit», Studi di storia e diritto in onore di Enrico Besta, II, Milan, 1938, p. 167-181.

Reynolds R. L., «Gli studi americani sulla storia genovese (risposta a A. E. Sayous)», Giornale storico e letterario della Liguria, n° 14, 1938, p. 1-25.

Reynolds R. L., «Bankers’ Account in Double-Entry in Genoa, 1313 and 1316», Bollettino ligustico per la storia e la cultura regionale, n° 3, 1951, p. 33-37.

Reynolds R. L., «Gli Archivi notarili genovesi. Lavori in corso ed in programma», Bollettino ligustico per la storia e la cultura regionale, n° 3, 1951, p. 104-107.

Reynolds R.L., «Origins of Modern Business Enterprise: Medieval Italy», Journal of Economic History, n° 12 1952, p. 350-365.

Richards G.R.B. , Florentine Merchants in the Age of the Medici. Letters and Documents from the Selfridge Collection of Medici Manuscript, Cambridge (Mass.), 1932.

Roon Bassermann E. von, Die Champagnermessen. Ein Beitrag zur Geschichte des Kredits, Tübingen, 1911.

Roon Bassermann E. von, Sienesische Handelsgesellschaften des XIII. Jahrhunderts mit besonderen Berücksichtigung ihres internationalen Handels, Mannheim-Leipzig, 1912.

Roon Bassermann E. von, «Die ersten Florentiner Handelsgesellschaften in England», Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, n° 39, 1952, p. 97-128.

Rossetti G., «Civiltà urbana e sistema di rapporti nell’Europea del Medioevo e della prima età moderna», Spazio, società, potere nell’Italia dei comuni, Naples, Europa mediterranea, quaderni 1, 1986 p. 305-319.

Sacerdoti A., «Le colleganze nella pratica degli affari e nella legislazione veneta», Atti del R. Istituto veneto di scienze, lettere e arti, 59, 1899-1900, p. 1-45

Sapori A., La crisi delle compagnie mercantili dei Bardi e dei Peruzzi, Florence, coll. «Biblioteca storica toscana», 3, 1926.

Sapori A., Una compagnia di Calimala ai primi del Trecento, Florence, coll. «Biblioteca storica toscana», 7, 1932.

Sapori A., «Storia interna della compagnia mercantile dei Peruzzi», Archivio storico italiano, a. 92, 7e s., 22, 1934, p. 3-65, réimpr. dans Id., Studi di storia economica (secoli xiii-xiv-xv), 3e éd., II, Florence, 1955, p. 653-694.

Sapori A., «Il personale delle compagnie mercantili del medioevo», Archivio storico italiano, a. 97, 1939, p. 121-151, réimpr. dans Id., Studi di storia economica…, II, p. 695- 764.

Sapori A., I libri della ragiona bancaria dei Gianfigliazzi, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 2, 1946 en partie repris sous le titre «Le compagnie bancarie dei Gianfigliazzi», dans Id., Studi di storia economica…, II, p. 927-973.

Sapori A., «Arti e compagnie mercantili toscane del Due e del Trecento e il principio della pubblicità per registrazione», Giornale degli economisti e annali di economia, n.s., 5, 1946, p. 645-667, réimpr. dans Id., Studi di storia economica..., II, p. 809-837, et dans une version abrégée «Le “matricole” delle arti nei secoli xiii e xiv e l’attuale “registro delle imprese”», Rivista delle società, 1 (1956), p. 633-644, réimpr. dans Id., Studi di storia economica…, III, p. 67-77.

Sapori A., La compagnia dei Frescobaldi in Inghilterra, Florence, coll. «Biblioteca storica toscana», 9, 1947 réimpr. dans Id., Studi di storia economica…, II, p. 859-926.

Sapori A., I libri degli Alberti del Giudice, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 3, 1952 en partie repris sous le titre «La famiglia e le compagnie degli Alberti del Giudice», dans Id., Studi di storia economica…, II, p. 975-1012.

Sapori A., Le marchand italien au Moyen Âge, Paris, coll. «Affaires et gens d’affaires», 1, 1952.

Sapori A., «Dalla ‘compagnia’ alla ‘holding’», Rivista delle società, n° 11, 1956, p. 72- 84, réimpr. dans Id., Studi di storia economica (secoli xiii-xiv-xv), III, Florence, 1967, p. 120-133.

Sapori A., Libro giallo della compagnia dei Covoni, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 4, 1970.

Sayous A.-É., Le commerce des Européens à Tunis depuis le xiie siècle jusqu’à la fin du xvie. Exposé et documents, Paris, Bibliothèque d’histoire coloniale, 1929.

Sayous A.-É., «Le commerce de Marseille avec la Syrie au milieu du xiiie siècle», Revue des études historiques, n° 95, 1929, p. 391-408.

Sayous A.-É.,, «Les transformations des méthodes commerciales dans l’Italie médiévale», Annales d’histoire économique et sociale, n° 1, 1929, p. 161-176.

Sayous A.-É., «L’histoire universelle du droit commercial de Levin Goldschmidt et les méthodes commerciales des pays chrétiens de la Méditerranée aux xiie et xiiie siècles», Annales de droit commercial français, étranger et international, n° 40, 1931, p. 199-217, 309-322.

Sayous A.-É., «Les opérations des banquiers de Gênes à la fin du xiie siècle», Annales de droit commercial français, étranger et international, n° 43, 1934, p. 285-296.

Sayous A.-É., «Les origines de la commandite: un contrat de société à Barcelone en 1336», Annales d’histoire économique et sociale, n° 6, 1934, p. 133-138.

Sayous A.-É., «Les transferts de risques, les associations commerciales et la lettre de change à Marseille pendant le xive siècle», Revue historique de droit français et étranger, 4e s., n° 14,1935, p. 469-494.

Sayous A.-É., «La “Sendevegeschaeft” et la “Widerlegung”, pendants germaniques de la “Societas Maris” du bassin de la Méditerranée au Moyen Âge», Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances, mars 1936, p. 189-200.

Sayous A.-É., «Le capitalisme commercial et financier dans les pays chrétiens de la Méditerranée occidentale, depuis la première croisade jusqu’à la fin du moyen âge», Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, n° 29, 1936, p. 270-295.

Sayous A.-É., Commerce et finance en Méditerranée au Moyen Age, éd. M. Steele, Londres, Collected Studies Series, 286, 1988.

Sayous A.-É., Structure et évolution du capitalisme européen, xvie-xviie siècles, éd. M. Steele, Londres, Collected Studies Series, 293, 1989.

Sayous A.-É., Combes J., «Les commerçants et les capitalistes de Montpellier aux xiiie et xive siècles», Revue historique, n° 188-189 , 1940, p. 341-377.

Scarcia G., «Il Gruppo Interuniversitario per la Storia dell’Europa Mediterranea: analisi di un percorso», Reti medievali, rivista, n° 6/1, 2005) consultable sur le site http://www.dssg.unifi.it/_RM/rivista/mater/Scarcia.htm.

Schaube A., «Die Versicherungsgedanke in den Verträgen des Seeverkehrs vor der Entstehung des Versicherungswesens. Eine Studie zur Vorgeschichte der Seeversicherung», Zeitschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, n° 2, 1894, p. 149-223.

Schaube A., «Anfänge der Tratte», Zeitschrift für das gesamte Handelsrecht, n° 43, 1895, p. 1 sq.

Schaube A., Handelsgeschichte der romanischen Völker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzüge, Munich-Berlin, 1906, trad. ital. Storia del commercio dei popoli latini del Mediterraneo sino alla fine della Crociate, Turin, Biblioteca dell’economista, 5e s., 11, 1915.

Schaube A., «Rechtsgeschäfte und Rechtsstellung der “Lombarden” in der älteren Zeit ihres Auftretens in Frankreich», Zeitschrift für das gesamte Handels- und Konkursrechts, n° 61, 1908, p. 289-322.

Scialoja A;, «Sull’origine delle società commerciali», Studi senesi nel circolo giuridico della R. università, 28, iie s., 3, 1911, p. 3-28.

Scialoja A., Saggi di storia del diritto marittimo [2 vol.], Rome, 1946.

Senigaglia Q., «Le compagnie bancarie senesi dei secoli xiii e xiv», Studi senesi nel circolo giuridico della R. università, n° 24, 1907, p. 149-217; n° 25, 1908, p. 3-66.

Notes

1 Aux lendemains de l’Unité italienne, un noble florentin avait déjà utilisé ses archives familiales, avec d’autres conservées dans des bibliothèques publiques, pour esquisser une « histoire du commerce florentin » médiéval, où il évoquait les contrats constitutifs de plusieurs compagnies Peruzzi successives, les sièges d’agences et le personnel de certaines compagnies et son niveau de rétribution, mais il insérait ces informations dans un récit largement politique, anecdotique et généalogique (S. L. Peruzzi Storia del commercio e dei banchieri di Firenze in tutto il mondo conosciuto dal 1200 al 1345, Florence, 1868). Dans les décennies suivantes, le ton change sensiblement avec l’appropriation du champ d’études par les spécialistes du droit. C’est également dans les dernières décennies du xixe siècle que l’on commence à publier des lettres marchandes médiévales autrement que sporadiquement (J. Hayez, « La voix des morts ou la mine de données. Deux siècles et demi d’éditions des correspondances privées des xiiie-xvie siècles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 117/1 2005, spécialement p. 279-282). Mais tout en commençant à intégrer les apports de l’érudition allemande et en élargissant les dépouillements, les pages consacrées vers 1900 au commerce médiéval florentin par l’érudit allemand Robert Davidsohn (Geschichte von Florenz [8 vol.], Berlin, 1896-1927, trad. ital. Storia di Firenze [8 vol.], Florence, 1956-1957, t. 4/2, p. 347- 407) gardent la veine fleurie de la période antérieure.

2 Ces recherches se multiplièrent, surtout après les travaux de Gustav H. Lastig, Levin Goldschmidt, Adolf Schaube et Willy Silberschmidt et le premier essai de Max Weber : voir A. Arcangeli, G. Arias, E. Bensa, E. Besta, G. Bonopolis, G. Bosco, F. Ciccaglione, A. Del Veccjo et E. Casanova, R. Cessi, L. Genuardi, A. Gottlob, R. Heynen ; C. B. Hoover, A. Lattes, A. Lombardo, G. Luzzatto, A. Sacerdoti, A. Scialoja, Q. Senigaglia, G. Valeri, R. Zeno (op. cit. infra dans la bibliographie) ; parmi les premiers libri segreti publiés, C. Gargiolli et P. Ginori Conti (voir infra bibliographie).

3 Des centaines d’articles qu’André-Émile Sayous publia dans les quatre premières décennies du xxe siècle sont surtout aujourd’hui accessibles les recueils édités par Mark Steele en 1988 et 1989 ; voir également A.-É. Sayous et A.-É. Sayous, J. Combes (infra bibliographie).

4 O. Meltzing, H. Sieveking, E. von Roon-Bassermann, V. Alfieri ; A. Ceccherelli, G. Corsani.

5 G. Astuti, M. Chiaudano, M. Chiaudano-M. Moresco, M. Chiaudano-R. Morozzo della Rocca (op. cit. infra dans la bibliographie). Parmi les travaux de R.L. Reynolds, voir infra ouvrages cités dans la bibliographie. Ces considérations sur une histoire des entreprises appliquée à la période des xive-xvie furent ensuite développées par Federigo Melis (Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’Archivio Datini, I, Florence-Sienne, 1962, p. 125-128).

6 A. Sapori, La crisi delle compagnie mercantili dei Bardi e dei Peruzzi, Florence, coll. « Biblioteca storica toscana », 3, 1926 ; Id., Una compagnia di Calimala ai primi del Trecento, Florence, coll. « Biblioteca storica toscana », 7, 1932 ; Id., « Storia interna della compagnia mercantile dei Peruzzi », Archivio storico italiano, a. 92, 7e s., 22, 1934, p. 3-65 ; Id., « Il personale delle compagnie mercantili del medioevo », Archivio storico italiano, a. 97, 1939, p. 121-151 ; Id., I libri della ragiona bancaria dei Gianfigliazzi, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 2, 1946 ; Id., La compagnia dei Frescobaldi in Inghilterra, Florence, coll. « Biblioteca storica toscana », 9, 1947 ; A. Sapori, I libri degli Alberti del Giudice, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 3, 1952 (étude complétée par De Roover, « The Story of the Alberti Company of Florence, 1302-1348, as Revealed in its Account Books », The Business History Review, n° 32, 1958, p. 14-59) ; Id., Libro giallo della compagnia dei Covoni, Milan, Pubblicazioni della direzione degli Studi medievali, 4, 1970.

7 Mais les exemples d’études plus récentes, portant souvent sur la période antérieure au milieu du xive siècle et moins fondées sur des vestiges documentaires provenant directement de la firme que sur les traces des rapports des compagnies avec des institutions princières et urbaines ou sur les archives patrimoniales de la famille ayant dominé la compagnie, ne permettent souvent pas l’analyse détaillée des acteurs de l’entreprise (voir par ex. R. W. Kaeuper, M. Spallanzani, S. Borsari, R. Mucciarelli… op. cit. infra dans la bibliographie) ou bien insistent moins sur ces aspects lorsqu’ils ont déjà été étudiés (E. S. Hunt, The Medieval Super-Companies. A Study of the Peruzzi Company of Florence, Cambridge-New York-Oakleigh, 1994).

8 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 123-335. Federigo Melis s’était penché, seul et avec son équipe de jeunes chercheurs, sur de nombreuses autres comptabilités marchandes, abordées soit comme typologie documentaire ou évidence des techniques comptables, soit comme source d’analyses économiques. Rappelons seulement les quelques exemples évoqués dans F. Melis, Storia della ragioneria. Contributo alla conoscenza e interpretazione delle fonti più significative della storia economica, Bologne, 1950 ; Id., Note di storia della banca pisana nel Trecento, Pisa, Pubblicazioni della Società storica pisana, 1, 1955 ; Id., Aspetti…, op. cit., p. 127 ; Id., Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xvi, Florence, Istituto internazionale di storia economica « F. Datini », Prato, Pubblicazioni, 1e s., 1, 1972.

9 Raymond de Roover avait par ailleurs commencé à aborder des comptabilités, marchandes et aussi urbaines, dès ses premières recherches menées en Belgique, avant de s’intéresser aux marchands toscans, op. cit. infra dans la bibliographie.

10 Ces dernières sont la base de données réunies par Yves Renouard (voir infra bibliographie).

11 Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge, 2e éd. mise à jour par B. Guillemain, Paris, 1968, réimpr. Paris, 2009 ; R. De Roover, « The Organization of Trade », The Cambridge Economic History of Europe, III : Economic Organization and Policies in the Middle Ages, éd. M. M. Postan, E. E. Rich, E. Miller, Cambridge, 1963, p. 42-118 ; T. Blomquist, « Commercial Association in Thirteenth Century Lucca », Business History Review, n° 45, 1971, p. 157-178 ; A. Sapori, I libri degli Alberti…, op. cit., riche surtout pour la bibliographie ancienne ; les publications récentes sont beaucoup plus dispersées, mais peuvent en partie se retrouver dans I. Ait, Il commercio nel medioevo, Rome, 2005 ; E. S. Hunt, J. M. Murray, A History of Business in Medieval Europe, 1200-1550, Cambridge-New York-Oakleigh, 1999 ; l’ouvrage de R. S. Lopez, I. W. Raymond, Medieval Trade in the Mediterranean World. Illustrative Documents, New York, 1955, offre par ailleurs une contribution précieuse pour son extension géographique et l’abondance des exemples documentaires, présentés en traduction anglaise.

12 A. Sapori, « Dalla “compagnia” alla “holding” », Rivista delle società, n° 11, 1956, p. 72-84 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 128-133 ; F. Melis, « Le società commerciali a Firenze dalla seconda metà del xiv al xvi secolo », Troisième conférence d’histoire économique (Munich, 1965), Paris, 1974, p. 47-62 ; R. C. Goldthwaite, The Economy of Renaissance Florence, Baltimore, 2009 ; J. F. Padgett, P. D. McLean « Organizational Invention and Elite Transformation : The Birth of Partnership Systems in Renaissance Florence », American Journal of Sociology, n° 111, 2006, p. 1463-1568.

13 Federigo Melis parlait de « sistema di aziende » (F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 130-133, etc.) ; John Padgett et Paul McLean emploient l’expression de « partnership system » (J. F. Padgett, P. D. McLean, Organizational Invention…, op. cit.) ; Richard Goldthwaite celle de « partnership agglomerate » (R. C. Goldthwaite, The Economy, p. 70). Ce dernier auteur a par ailleurs souligné l’anachronisme du terme de « holding », jadis employé par des historiens comme Armando Sapori, Raymond de Roover et Federigo Melis, qui impliquerait une volonté de maîtriser un secteur économique à travers une stratégie financière, alors que les configurations de la fin du xive siècle se présentent plutôt comme des structures juridiques et financières plus flexibles que l’ancien type de compagnie à filiales (ibid., p. 72 , R. C. Goldthwaite, « The Medici Bank and the World of Florentine Capitalism », Past and Present, n° 114, 1987, p. 3-31, spécialement p. 15).

14 Richard Goldthwaite lit déjà des traces de ce type de nouvelle structure dans des compagnies florentines mineures dès le milieu du xive siècle (The Economy, p . 70). Les données lucquoises des années 1370 et 1380, provenant à la fois des registres de déclarations de compagnies (publiés en traduction italienne par P. Pelù, I libri dei mercanti lucchesi degli anni 1371-1372- 1381-1407-1488, Lucques, 1975) et de l’organisation des Lucquois de Bruges, régulant aussi les communautés de Paris et de Londres (E. Lazzareschi, Il libro della comunità dei mercanti lucchesi in Bruges, Milan, 1947) laissent un peu supposer que ces compagnies n’étaient pas seulement florentines ; voir également P. Pelù, Priorità della mercatura lucchese in alcune forme collettive di investimento aziendale nel xiv e xv secolo, Lucques, 1974., p. 15-16 ; Id., I libri…, op. cit., p. 19 ; Id., Dalla compagnia tradizionale al sistema d’azienda. Conquiste della mercatura lucchese nei sec. xiv e xv, Lucques, 1976).

15 J. Hayez, « Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400 », dans Cecchi Aste E., Di mio nome e segno. « Marche » di mercanti nel carteggio Datini (secc. xiv-xv), Prato, Quaderno di storia postale, 30, 2010, p. XXXIV-XL.

16 A. Sapori, « Arti e compagnie mercantili toscane del Due e del Trecento e il principio della pubblicità per registrazione », Giornale degli economisti e annali di economia, n.s., 5, 1946, p. 645-667 ; P. Pelu, I libri…, op. cit., p. 9, 12 ; Id., La legislazione lucchese del 1406, Lucques, 1978 ; Id., Il codice mercantile guinigiano dell’anno 1406, Lucques, 1998, p. 84, 86 ; A. Conterio (éd.), Pacioli Luca, Trattato di partita doppia (Venezia, 1494), Venise, 1994, p. 66.

17 « Io ti notificho ch’ò facta nuova chonpangnia cho· Macteo Benini d’Arli, ed è la nostra grossa e buona ragione, e non credo molte di magiori ci sieno. Iddio ne dia proficto e honore con salvamento de l’anime e del chorpo, e a voi sì faccia ! E per avisamento tuo, dicie il nome di nostra chompangnia “Franciescho Benini e Niccholaio di Bonachorso”, cioè nel figluolo di Macteo, e nostra marcha sarà questa : (marque commerciale) » (Niccolaio di Bonaccorso à Andrea di Bonanno, 8 marzo 1392, Archivio di Stato de Prato, Archivio Datini [ci-dessous ASPo, D.] 745, 701579 ; formulation similaire dans la lettre de Niccolaio à Francesco di Marco du 10 avril 1392, ASPo, D.322, 1541). « Ove s’usa che l’uno chonpangno si partta dall’altro e lasciagli il nome che possa iscrivere pertutto o [= e] no[n] sia tenuto ? Questo sarebe pegio che rubare in sue la strada. Donque sarò a Vinegia o dove che noi volglamo dire e Matteo Benini o uno altro non mi singnificha la partigione arà fatta da uno suo chonpangno e io darò il mio a Nicholao, credendolo dare a l’uno e a l’altro. Qualle è la ragione che cholui domanda la scrita per essere creduto, sì che Matteo Benini o uno altro farà merchato delle chose altri ? Questo non credo patischa la legie. Anzi òe udito dire a voi che solo ch’a Firenze si pruovi che per piuvicha boce e fama uno sia chonpagno d’uno altro sanza iscritta niuna che l’uno è tenuto per l’altro. E se volete dire la legie di Firenze non à a fare nulla chon questa, elgli à tropo a dire l’una da l’altra, a dire io sono istato chonpagno d’uno e io mi parto sagretamente e portomene il mio e lascio nelle mani dello chonpangno l’altrui. Questo so bene in niuno luogho si patirebe » (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, 2 juin 1395, ASPo, D. 1086, 9142555).

18 J. Hayez, « “Il mare e lla terra è pieno di ladri...”. Confiance et réputation dans les milieux d’affaires toscans vers 1400 », dans Espaces et réseaux en Méditerranée. Les réseaux à l’épreuve du temps, éd. C. Picard (à paraître), d’après la lettre de Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo du 18 avril 1397 évoquant la demande de Giovanni d’Arrigo Rinaldeschi, changeur florentin originaire de Prato, de monter avec lui un autre banc de change pour son fils Dego : « Dopo molte parole, e’ mi fé dire ch’aveva magiore bisognio de la schritta che de’ danari. A questto no[n] voli mai achonse[n]tire e restosi la chosa pe[r] tale, e no[n] faciemo nula » (ASPo, D.1086, 9000011).

19 Compagnie Niccolò Ramaglianti à la compagnie Datini de Pise, 28 août 1395 (ASPo, D.536, 505907) et à celle de Barcelone, 31 août 1395 (ASPo, D.904, 114558). La première mentionne Nerozzo et Benedetto, la seconde seulement Nerozzo « e compagni » comme bailleur de fonds et co-dirigeant, mais parle aussi des « nostri di Bruggia ».

20 Évoquant son réseau d’agences et également son correspondant régulier de Milan, Francesco utilise ce terme : « mi pensava noi abiàno chasa a Genova, chasa a Pisa, chasa a Barzalona ; puossi dire chasa a Melano, chasa a Firenze, pure le provigioni che daremo l’uno a l’altro, sarà bene asai e non ci aremo a fidare di persona » (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, 2 juin 1395, ASPo, D.1086, 9142555). Après la création de la compagnie Datini de Gênes, il écrit « ora che abiamo chasa a Genova » (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, 21 novembre 1393, ASPo, D.186, 9000012). Mais le vocable de casa est davantage employé, avec d’autres termes comme brigata, pour désigner les co-résidents constitués par le personnel de boutique et la servante d’une agence (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 8 janvier 1385, 29 septembre et 28 octobre 1396, 26 avril 1397, ASPo, D.321, 2114, D.627, 602429, 602431, D.628, 110279, etc.).

21 C. Villain-Gandossi, Comptes du sel (« Libro di ragione e conto di salle ») de Francesco di Marco Datini pour sa compagnie d’Avignon, 1376-1379, Paris, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, série in-8°, 7, 1969, spécialement p. 5-10. Voir comme exemple d’opérations de conditionnement des laines les missions d’Andrea di Bartolomeo à Arles au cours des années 1380 (J. Hayez, « Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini : Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389) », Bollettino dell’Opera del vocabolario italiano, n° 10, 2005, p. 203-397, aux p. 209-211 et 244).

22 Les lettres expédiées de Milan vers les agences Datini – hormis la destination d’Avignon où les archives épistolaires ont été majoritairement perdues – proviennent ainsi de partenaires réguliers comme les da Pessina et plus tard Giovanni da Pessano, mais aussi de facteurs ou associés en mission, comme Tieri di Benci, Andrea di Bartolomeo et Tommaso di ser Giovanni (L. Frangioni, Milano fine Trecento. Il carteggio milanese dell’Archivio Datini di Prato [2 vol.], Florence, 1993).

23 « Èmi venuto quello m’indovinai del fatto delle berette bigie che, perch’io avea vogla di servirtti bene, m’è venuto il chontradio. A tre persone lo “npuosi : l’uno Bernardo de” Rossi, l’altro Alesandro Paradisi e Stefano Ramaglanti e l’altro Giovanni Gibiletto che m’à portate XII berette, VI azure e VI bigie, ma noe vaglono uno denaio. Àlle fatte fare a Parigi al modo inghilese e non sono fini e non sa legiere ; e fugli fatta la ricordanza in francescho. Mostra la perdesse » (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, Avignon-Pise, 10 novembre 1380, ASPo, D.1112, 6200060). Voir également la lettre de Francesco à Stoldo du 16 octobre 1380 (ASPo, D.1112, 6200059).

24 Sur le cas de Giannino di Iacopo, artisan analphabète recruté à Milan par Tieri di Benci pour travailler la maille métallique et les pièces d’armure dans la boutique d’Avignon, où il reste onze ans, voir les lettres de Tieri à la compagnie Datini de Pise du 17 juillet 1384 (ASPo, D.531, 9291481) et à Francesco di Marco du 8 au 12 août et du 2 septembre 1384 (ASPo, D.341, 2139 et D.321, 2110) et des 20 novembre 1395 et 30 avril 1396 (ASPo, D.627, 602418 et 602424) et la lettre écrite en son nom à Francesco di Marco le 10 juillet 1394 (ASPo, D.1093, 1402639). Sur certains des artisans successivement employés pour percer les casques (traversare), Bertrand dit Fraillon et Bernard l’Auvergnat, voir notamment ASPo, D.57, fol. 69 v ; D.39, fol. 270 v ; les lettres de Tieri di Benci à Francesco di Marco du 29 septembre 1384 et du 27 avril au 3 mai 1385 (ASPo, D.321, 2111 et D.427, 407267) ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 136-140.

25 C’est le cas de Matteo di Lorenzo Boninsegna, facteur de la compagnie de Pise, en 1384 (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 6 au 8 mars et 7 avril 1384, ASPo, D.321, 2108-2109 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 27 mars 1384, ASPo, D.321, 1525 ; et Iacopo del Nero à la compagnie Datini de Pise, 10 novembre 1384, ASPo, D.426, 502565 ; et à Francesco di Marco, 27 ottobre 1384, ASPo, D.1095, 131595), et d’Antonio di Giovanni di Roberto Leoni, en 1388-1389, pour la compagnie de Florence (ASPo, D.44, fol. 101 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 30 octobre au 7 novembre 1388, ASPo, D.624, 423606 ; Tieri di Benci à Francesco di Marco, 22 novembre 1388, ASPo, D.623, 602408 ; J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 372).

26 Giovanni dit Nanni, fils de l’associé de Francesco dans le commerce des voiles, Domenico di Cambio, vient d’abord à Avignon comme apprenti (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 4 février, 20 mars et 5 avril 1390, ASPo, D.624, 110188-110189, D.625, 602344), y séjourne à nouveau en 1393 (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 28 juillet au 20 août 1393, ASPo, D.323, 2119), mais revient en mission en 1398, après la mort de Boninsegna di Matteo, pour faire les comptes de l’entreprise de son père avec Francesco di Marco (Francesco di Marco à Priore di Lorenzo, février 1398, D.1115, 9281370 ; à Tieri di Benci, février 1398, ASPo, D.1115, 9281369 ; et à Tommaso di ser Giovanni, 17 mai 1398, ASPo, D.1115, 9281376 ; Tieri di Benci à Francesco di Marco, 18 avril et 26 juillet 1398, ASPo, D.628, 602332 et 602337). Un jeune marchand vénitien, Donato, venu suivre à Avignon un procès contre l’épicier Michele di Simone, réside plusieurs mois dans l’agence Datini (Tieri di Benci à Stoldo di Lorenzo, 15 octobre 1396, ASPo, D.1112, 511525 ; et à Francesco di Marco, 18 au 22 octobre 1396 et 10 juin 1397, ASPo, D.627, 602430 et D.628, 110280).

27 On peut ainsi citer le cas de Nanni di Girolamo di Zanobi, orphelin d’un forgeron florentin d’Avignon compère de Tieri di Benci, que cet associé de Francesco place de façon informelle dans la boutique Datini d’Avignon (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 10 novembre 1406, 2 au 4 avril, 4 août 1407 et 11 mai 1408, ASPo, D.632, 602453, 602460, D.1104, 132916, D.323, 2133). Ce n’est qu’en 1408 qu’il apparaît comme salarié dans les comptabilités de l’agence (F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 141) ; celui d’un fils de Nastagio di ser Tommaso qui pour avoir aidé dans la boutique Datini d’Avignon dans une période d’affluence des clients va recevoir un don de 3 ou 4 florins (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 12 décembre 1406, ASPo, D.1104, 132916) ; celui d’un fils de Filippo d’Arrigo pris à l’essai dans le fondaco Datini de Pise pendant 4 mois en le logeant provisoirement mais sans le nourrir (Simone d’Andrea Bellandi à Francesco di Marco, 2 juillet 1389, ASPo, D.680, 511056 ; Simone d’Andrea à Stoldo di Lorenzo, 12 octobre 1389, ASPo, D.680, 10232) et l’exemple de Bartolomeo Bandini, beau-frère de Francesco di Marco, appauvri au point de vouloir s’employer au pair, qui passe ses journées dans la même boutique avant de trouver un poste au bureau des gabelles d’Avignon (Tieri di Benci à Francesco di Marco, 12 et 23 novembre 1403, ASPo, D.631, 110226-110227). En écrivant d’Avignon à son compatriote et ami Monte d’Andrea Angiolini, dirigeant de la boutique Datini de Prato, Iacopo del Nero plaisante à propos du temps que son père Nero, un forgeron retraité séjournant alors en Toscane, passe auprès de Monte : « Per questi due giovani ò sentito vi tenete Nero al fondacho. Faretelo mercatante. Or fate e’ sia buono » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 17 octobre 1384, ASPo, D.347, 187).

28 Ainsi en octobre 1379, l’agence conclut un accord avec Rolet « freniere » pour fabriquer des mors et des étriers et un autre avec Bertran dit Fraillon pour percer les casques (ASPo, D.63, fol. 132v et 142v). L’un des cas les mieux connus est celui du Milanais Martino qui conclut un contrat pour aller fabriquer des bassinets à Avigliana de septembre 1378 à juin 1379 (ASPo, D.62, fol. 45v et D.63, fol. 24v ; L. Frangioni, « Martino da Milano ‘fa i bacinetti in Avignone’ (1379) », Ricerche storiche, n° 14, 1984, p. 79-115).

29 Archivio di Stato de Florence [ci-dessous ASF], Mercanzia 1224, fol. 12-13, 21-v, 24-v, 47v, 52-53. Sur cette multiplicité des rôles dans et autour de la compagnie, cf. également K. L. Reyerson, The Art…, op. cit., ch. 4.

30 Les scritte du réseau Datini conservées sous leur forme originelle se trouvent dans la liasse ASPo, D.1170. Quelques-unes d’entre elles, concernant notamment Avignon, ont été publiées par G. Arias, « Le società di commercio medievali in rapporto con la Chiesa », Archivio della R. Società romana di storia patria, n° 29, 1906, p. 372-377 et par E. Bensa, Francesco di Marco da Prato. Notizie e documenti sulla mercatura italiana nel secolo decimoquarto, Gênes, 1928, p. 285-294, 297-305, 309-312. Les libri segreti où sont recopiés ces pactes n’ont été tenus ou conservés pour ce réseau que dans l’agence d’Avignon, avec quelques lacunes (E. Cecchi Aste, L’Archivio di Francesco di Marco Datini. Fondaco di Avignone. Inventario, Rome, Pubblicazioni degli Archivi di Stato, strumenti, 163, 2004, p. 72-77). Francesco se vante à l’occasion du fait que nombre de ses associés acceptent de lui laisser déterminer leur part des profits, comme par ex. Niccolò di Piero pour la compagnie de teinture et Simone d’Andrea Bellandi pour une compagnie commerciale (Francesco di Marco à Cristofano di Bartolo Carocci, 24 octobre 1405 : ASPo, D.1110, 6200019, fol. 4v ; passage en partie transcrit dans F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 129).

31 Les annotations apposées par Francesco dans le contexte du procès avec monna Taddea veuve de Lorenzo di Matteo Boninsegna et héritière des Boninsegna d’Avignon, sur le courrier reçu d’Avignon depuis les années 1380 attestent cette recherche infructueuse (J. Hayez, « L’Archivio… », op. cit., p. 178-181, 186-189). À la différence du libro segreto A couvrant la période 1386-1387 (ASPo, D.155), ces pactes renouvelés n’ont pas été copiés dans le libro segreto B correspondant à 1388-1390 (ASPo, D.156). Le pacte de 1386, conservées en trois copies faites d’après le libro segreto à l’époque du procès de Francesco contre monna Taddea (ASPo, D.1170, 1040-1442) été publié par G. Arias, « Le società… », p. 372-377, E. Bensa, Francesco…, op. cit., p. 300-305 et F. Melis, Aspetti, op. cit., p. 149. Sur le contexte de la renégociation du pacte d’association de 1388, J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 218.

32 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 87-88, 226-228.

33 Voir ci-dessus, la seconde citation de la note 17.

34 Ce contrat, du 26 octobre 1384 (ASPo, D.1170, 1031 ; E. Bensa, Francesco…, op. cit., p. 404) répond à une demande de Niccolaio formulée à plusieurs reprises en septembre-octobre (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16, 22 et 30 septembre au 1er octobre 1384, ASPo, D.321, 1528-1530). Berto rejoint Niccolaio à Avignon le 4 janvier 1385 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 décembre 1384 et 9 janvier 1385, ASPo, D.321, 1531 et D.621, 423586). Il ne travaille donc pas auprès de l’agence Datini d’Avignon comme le pensait F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 138. Sur l’absence générale de pacte écrit pour les recrutements des agences Datini, voir également ibid., p. 87-88.

35 « La bottegha di monna Lisa à ricieuto dano da VI anni i[n] qua per più di f. mille, e uno aveva nome Aghostino [di Lorenzo] fecie loro dano per più di f. 500. Sì che ne sono sì ghastighati al tutto none voglono niuno non abino fermanza, e a te no· montava ghuari a dìllo a Franciescho [di Marco] che qui l’avese iscr[i]tto. E io so bene no[n] si chostuma per molti, ma pure voglono chosì, sì ch’io ò detto a Lodovicho no[n] si maravigli per la chagione ti dicho, ed egli è talle a lui né a te no· monta nulla. Sì che trova modo di fàllo, e altro no[n] calle dire sopra ciò. Tu sai quello t’ài a fare. E quanto io per me, quello bono vi potrò adoperare, lo farò. Una chosa ti richordo : e’ no[n] si volle tanto amare se medesimo che l’uomo non abi [= ami] uno pocho i parenti » (Tieri di Benci à Stoldo di Lorenzo, 14 mars 1394, ASPo, D.626, 511523). Tieri essayait alors de placer Lodovico di Francesco Stefani, jeune beau-frère de Stoldo, associé de Francesco di Marco à Florence, dans la boutique avignonnaise de soieries de monna Lisa veuve de Marco Giovanni. Il semble néanmoins que Francesco ait parfois exigé une telle garantie de la famille de ses facteurs au moment d’un recrutement (F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 114).

36 C’est le cas de l’acte cité ci-dessus à la note 34. Mais Francesco cherchait à l’occasion, par exemple lors d’un recrutement effectué en Toscane pour son agence d’Avignon, à éviter la charge de ces frais de voyage (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 21 décembre 1381, ASPo, D.1112, 6200067).

37 Antonio di Francesco à Francesco di Marco, 24 décembre 1383 (ASPo, D.325, 2362 ; voir également sa lettre du 3 décembre (ASPo, D.325, 2361). Les tableaux du personnel des agences Datini établis par F. Melis, Aspetti…, op. cit., suggèrent que le recrutement ne se fit pas.

38 Voir, sur le cas d’Andrea di Bartolomeo, J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 214-215.

39 Ces frais extraordinaires, par exemple des dépenses liées à la santé du facteur, semblent de ce fait négociés au cas par cas : Francesco tend ainsi, de façon générale à rejeter certains frais sur le mauvais comportement de ses employés (citation extraite d’une lettre de Francesco di Marco à Cristofano di Bartolo du 24 octobre 1405 : F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 86). L’associé surbordonné Andrea di Bartolomeo se plaint que l’agence d’Avignon lui compte cher les marchandises perdues lors de sa capture par des brigands (J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 230 et 356).

40 ASF, Mercanzia 1267, fol. 598v-600, 609-v, 636-v.

41 S. Cavaciocchi, « Una casa grande e bella », dans Francesco di Marco Datini. L’uomo, il mercante, éd. G. Nigro, Florence, 2010, p. 133-231 ; C. Cerretelli, « Il bel palagio, orgoglio di Francesco » dans Una casa fatta per durare mille anni. Palazzo Datini a Prato, éd. J. Hayez, D. Toccafondi et M. R. de Gramatica (à paraître) et P. Bernardi, « Da un’idea del paradiso al palazzo. Francesco Datini e l’organizzazione di un cantiere medievale », ibid.

42 J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 230. Le pacte d’association de janvier 1386 mentionnait de fait cette interdiction. Sur la tolérance de Luca del Sera, dirigeant d’une agence Datini, au sujet des draps que le facteur Ambrogio de’ Rocchi vend pour le compte de son frère au détriment des intérêts de la compagnie Datini, voir B. Dini, Una pratica…, op. cit., p. 29.

43 Si certains dépendants de Francesco di Marco, comme Boninsegna di Matteo, un marchand âgé qui avait connu une faillite personnelle, lui déconseillent de pratiquer ces fatti altrui, il envoie néanmoins à certaines périodes auprès de l’agence d’Avignon des facteurs chargés de pratiquer plus intensément les changes et les affaires sur commission (voir ci-dessus, note 25). L’activité de change est spécialement importante dans ses agences de Florence et de Gênes et les échanges de son micro-réseau ne se développent guère sur certains axes comme Paris-Gênes que pour assurer la gestion de flux financiers.

44 Comme le suggèrent les données déjà présentées par F. Melis (Aspetti…, op. cit.) dans chacun des chapitres consacrés à l’une des agences Datini, qui évoquent aussi ces collaborations externes régulières ; données à présent accessibles dans le détail par la base de données constituée par Elena Cecchi Aste, sur le site Datini on line (http://datini.archiviodistato.prato.it/www/), ainsi que la lecture synthétique qu’en offre Bruno Dini (« L’Archivio Datini », op. cit.).

45 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 173, 179, 225-226, 228, 236, 244-245. Sur la crise liée à la gestion du fondaco de Pise par Filippo di Giovanni Benci en 1397, qui se conclut par l’exfiltration de ce facteur et la fermeture provisoire de l’agence, J. Hayez, « ‘Il mare… », op. cit.. Les lettres de Francesco di Giovanni detto Cione tailleur de pierre sont également précieuses pour reconstituer la période de liquidation de l’agence pisane, pendant laquelle cet artisan assure la garde des locaux tenus en location, des meubles et de l’esclave Giovanna éloignée par Francesco di Marco, entre l’été 1402 et décembre 1408 (ASPo, D.1114/2, 6000549 ; D.692, 508448-508472, 508474-508477 ; D.722, 1400073-1400078 ; D.345, 6300221-630022 et 2844 ; D.1092, 6000082 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 183).

46 F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 286-294, 455-729.

47 Voir par ex. les lettres de de Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco des 24 octobre 1383, 18 octobre 1384, 8 et 17 janvier et 18 février 1385 (ASPo, D.321, 2587, 2634, 2648-2649, 2654), 1er juin 1385 (ASPo, D.427, 303058), 20 avril et 2 novembre 1387 (ASPo, D.322, 2696, 2725), 12 mai 1397 (ASPo, D.628, 408037), etc. ; de la compagnie Datini d’Avignon à celle de Pise du 29 octobre 1396 (ASPo, D.430, 106505) ; de Tommaso di ser Giovanni à Francesco di Marco du 31 octobre 1407 (ASPo, D.323, 2194) ; de monna Duccia di Meo Ambrogi à la compagnie Datini d’Avignon, des 23 novembre et 12 décembre 1385 et du 27 janvier 1386 (ASPo, D.184, 317430, 317434, 317440). Des actes de vente à crédit sont également contenus dans le notariat avignonnais de la période.

48 Voir le bilan des applications de ces méthodes, sur des enquêtes concernant surtout la période contemporaine et menées dans les perspectives de la sociologie autant que de l’histoire, tracé par C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 52/2, 2005, p. 88-112.

49 R. C. Goldthwaite, The Economy…, op. cit., p. 37-125.

50 Voir le programme tracé par G. Rossetti, « Civiltà urbana… », op. cit., et une relecture de ces publications par G. Scarcia, « Il Gruppo… », op. cit.

51 Voir notamment R. Bordone, « I “lombardi” in Europa. Primi risultati e prospettive di ricerca », Società e storia, n° 17, 1994, p. 1-17 ; R. Bordone et F. Spinelli, (éd.), Lombardi in Europa nel medioevo, Milan, 2005.

52 A. Molho, D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales, histoire sciences sociales, n° 58/3, 2003, p. 569-579.

53 A. Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessions from Medieval Trade, Cambridge, 2006 ; voir également le compte rendu de R. Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché », Annales, histoire, sciences sociales, n° 64/3, 2009, p. 665-693 ; Q. Van Doosselaere, Commercial Agreements and Social Dynamics in Medieval Genoa, Cambridge-New York-Madrid-etc., 2009 ; et les travaux de J. F. Padgett et P. D. McLean (cf. infra dans la bibliographie).

54 L’étude de Giovanni Ceccarelli (« Tra solvabilità… », op. cit.) basée sur une centaine d’assurances réparties sur une période d’une dizaine d’années, opère en revanche des allers et retours fréquents entre la mesure globale de ce marché et les caractéristiques individuelles des assureurs dominants, mis en contexte par les publications d’histoire économique, sociale et politique disponibles.

55 P. D. McLean, The Art…, op. cit.

56 Les articles de J. F. Padgett et P. D. McLean (« Economic Credit and Elite Transformation in Renaissance Florence », version de mai 2006, présentée sur le site http://home.uchicago.edu/-jpadgett/unpub.html1, p. 5-15 ; « Economic Credit in Renaissance Florence », ibid., p. 32- 43) se fondent sur une lecture de quelques lettres contenues dans le registre de copies tenu à Gênes dans les premières années du xve siècle par Andrea de’ Bardi (ASF, Medici avanti il Principato, LXXXVII, 59, fol. 334-353v), d’une lettre publiée par F. Melis, Documenti…, op. cit., des lettres reçues de Milan par les agences Datini (L. Frangioni, Milano…, op. cit.) et de celles d’une lignée Médicis publiées en traduction anglaise (G. R. B. Richards, Florentine Merchants…, op. cit.). Ils suivent ici une ligne d’analyse déjà proposée par Ronald Weissman (Ritual Brotherhood…, op. cit., p. 25).

57 « Hardly any business correspondence survives that might throw some light on the subject of how business interests impinged on social networks, and private correspondence […] reveals little about the business world » (R. C. Goldthwaite, « The Medici bank… », op. cit., p. 24).

58 Un aspect qui émerge nettement, par exemple, dans la correspondance d’Andrea di Bartolomeo et les lettres parallèles de Boninsegna di Matteo et Tieri di Benci, tous trois associés minoritaires de Francesco di Marco dans l’agence avignonnaise (J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 213-222).

59 Parmi d’innombrables cas similaires, voir les procès menés contre Baldo di Francesco Betti facteur florentin de Francesco Guinigi en 1376 et contre Bernardo di Cecco Spini facteur de messer Pazzino Strozzi, Niccolò di Lotto et Niccolò dell’Ammannato Tecchini en 1377 (ASF, Mercanzia 1173, non fol., aux dates du 20 octobre 1376 et du 16 janvier 1377) ; contre Niccolò di Cocco facteur de Leonardo di messer Rinaldo Altoviti et Giovannozzo Biliotti et contre Ridolfo di Bonifazio Peruzzi facteur de Bartolo del Cece et Giovanni Villani en 1392 (ASF, Mercanzia 1206, fol. 135-v et 185v-186) ; contre Gherardo di Domenico Gigli facteur de la compagnie Salvestro Mannini à Londres en 1401 (ASF, Mercanzia 1226, 179v) ; contre Bernardo di Matteo Barucci facteur à Londres et Bruges de la compagnie Giovanni di Iacopo Orlandini et contre Francesco di Filippo Nerli facteur à Paris et Bruges de la compagnie Alamanno et Salvestro Mannini en 1418 (ASF, Mercanzia 1267, fol. 74-v et 84-85).

60 « Ò tolta una botegha dirinpetto a monna Lisa di Marcho, la quale teneano le rede di Bartolomeo della Magla, e quivi foe conto d’aviarllo [Matteo di Lorenzo] e uno suo fratello ch’egl’à che dice Boni[n]sengna ch’egl’à da 14 anni e ch’egli si ripara a la botegha di Ghucio » (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 21 décembre 1381, ASPo, D.1112, 6200067). « Io arei il modo di dargli inviamento ed a lui ed ad altri, volendo egli bene fare » (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 31 octobre 1381, ASPo, D.1112, 6200065). « A buono uomo d’arme no[n] venne mai meno chavalli. No[n] falirà a noi inviamenti » (Francesco di Marco à Matteo di Lorenzo, 13 août 1384, ASPo, D.182, 6301532).

61 « Se altra ventura non gli viene in questo mezo, fa chonto venirsene di chostà » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16 novembre au 6 décembre 1408, ASPo, D.632, 423608). « Al mondo non potrebe avere magiore ventura » (Donato di ser Giovanni à Francesco di Marco, 21 août 1406, ASPo, D.632, 508320). « E non voglio che per me resti di non farli buoni huomini e merchanti, ché se io ò avuta pocha buona fortuna in questo mondo, forse l’avranno eglino » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390, ASPo, D.322, 1539).

62 « Non so chome queste chose si vadano : a Firenze à gran charo di giovani, poi che altri che cholui non vi si trova ? » (Andrea di Bartolomeo à Matteo di Lorenzo, 6 décembre 1383, ASPo, D.426, 301174 ; J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 271).

63 « E se Meo o altri a chui volessi fare bene fosse d’acciò, sì ti piaccia amichevolmente aoperarne quel bene che puoi, ché come sai agevolmente colla grazia Dio ne puote seguire buono aviamento e utile a ciaschuno. Dio ne faccia seguire il meglio e sia tua guardia senpre ! » (Orlandino di Iacopo Guidetti à Stoldo di Lorenzo, 26 février 1392, ASPo, D.1112, 134732). « Io li scrivo spesso, e quel buono ch’io so li mostro per lettera. Elli mi pare di buon animo. Dio lo mante[n]gha e prestili di sua grazia ! » (compagnie Datini de Majorque à celle de Florence, 20 mars 1398, ASPo, D.666, 409875 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 274) ; « Ydio mi dia grazia di fare cosa che lli sia in piaciere ! Priegholo che mi dia grassia di fare buona fine e mi guardi di mala conpagnia, ché per cierto una de le male cose qe puote avere l’uomo si è avere iovani di mala condizione in privadanza » (Tommaso di Niccolò Tecchini à Francesco di Marco, 15 mars 1403, ASPo, D.1117, 9302004). Sur cette gratitude que les dirigeants attendent des dépendants, voir par ex. la lettre de Luca del Sera à Ambrogio di messer Lorenzo de’ Rocchi du 15 juillet 1395 : « per lo cor di Dio, tu e tuo padre né quanti siete al mondo non siete bastanti a meritarmi quello ove io t’ò messo e metto » (B. Dini, Una pratica…, op. cit., p. 32).

64 « Ma dovrebono avere gran piaciere chotesti pratesi mandarne di fuori, acciò si faciesono huomini », Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 22 septembre 1384, ASPo, D.321, 1529). Voir également la citation présentée ci-dessus, à la n. 61.

65 Par exemple, un protégé de Francesco di Marco que celui-ci recommande auprès de son ami l’apothicaire Iacopo del Nero doit gagner la dot de ses sœurs (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, vers avril 1397, ASPo, D.1088, 9300707) ; le motif est également évoqué par un neveu et facteur du même apothicaire (Papi di Cristofano à Francesco di Marco, 14 décembre 1388, ASPo, D.1001, 412858). « S’a Dio piacerà, noi faren per modo aren onore » (Donato di ser Giovanni à Francesco di Marco, 29 juillet 1406, ASPo, D.632, 508319, à propos du recrutement de son frère Biagio par l’agence Datini de Barcelone).

66 Francesco évoque dans la première partie de la même lettre la requête des Bovacchiesi de placer l’un d’eux, Boninsegna, comme facteur de l’agence Datini de Barcelone, pour démentir leur réputation de richesse (document n° 3).

67 Piero di Giunta, cousin et ancien tuteur de Francesco di Marco, répond à l’offre de celui-ci de recruter son fils Niccolò di Piero pour l’agence d’Avignon quand l’annonce d’une charge fiscale accrue suscite de fortes inquiétudes sur leur avenir chez les habitants de Prato (Piero di Giunta à Francesco di Marco et Tuccio Lambertucci, 13 au 20 mars 1373, ASPo, D.1101, 134844).

68 Ce nombre concerne les cas de postes à pourvoir à un moment donné et non les documents ni les individus : certaines lettres peuvent discuter de deux candidats à placer sur deux postes, plusieurs documents peuvent évoquer le même recrutement et un individu, Piero di ser Lapo Mazzei, est recruté à deux reprises par Francesco di Marco (documents n° 2 et 3). Précisons par ailleurs que les correspondances présentent les acteurs dans différentes positions : recherche d’employé par les dirigeants, demandes de leurs proches de recruter un fils ou un protégé, recommandation d’un candidat par des amis, discussions des dirigeants autour des besoins d’employés ou appréciation de facteurs récemment recrutés, ainsi qu’une certaine diversité de profils, avec deux cas d’artisans métallurgiste et sellier (Tieri di Benci à la compagnie Datini de Pise, 17 juillet 1384, ASPo, D.531, 9291481 et à Francesco di Marco, 8 au 12 août et 2 septembre 1384, ASPo, D.341, 2139 et D.321, 2110 ; Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 15 mars et 5 au 21 mai 1387, ASPo, D.621, 408019 et D.322, 2698).

69 Antonio di Mariotto Orlandini à Francesco di Marco, 24 décembre 1393 (ASPo, D.1101, 127763). Ce fils d’un homme de la classe politique florentine aggrave son cas en signalant que son père hésite à écrire à ce sujet à Francesco.

70 Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 12 janvier 1398 (ASPo, D.628, 520592). Marchand d’épices ruiné âgé d’une quarantaine d’années, Niccolaio propose de remplacer Boninsegna di Matteo, dirigeant de l’agence Datini d’Avignon.

71 Au sujet du recrutement de Niccolò di Simone Vespucci pour une agence Datini de Catalogne : « Apresso che anche lo ci raferma si è ch’egli scrisse II lettere al padre, le quali avete amendue ; e diciegli che ne dovessi parlare a Franciescho ; e Franciescho ci è stato VIII dì, poi dette lettere venono, e mai gli è venuto a parlare. E sono cierto n’è cagione solo perché s’avisa Franciescho vorà e’ prometta e obrighisi per lui d’ogni cosa e no· llo vorebe fare. Sicché vedi di che condizione dee esere » (Stoldo di Lorenzo à Luca del Sera, 10 juin 1397, ASPo, D.984, 703355 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 114).

72 Recommandation de Francesco auprès de Giovanni di Michele di ser Parente (lettre de celui-ci à Luca del Sera, 13 décembre 1399, ASPo, D.1112, 134290) ; recommandation de Francesco à son ami l’apothicaire Iacopo del Nero (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, vers avril 1397, D.1088, 9300707) ; recommandation par Francesco d’un ancien facteur auprès de son ami Benincasa Alamanni (Lapo di Zanobi à Francesco di Marco, 8 et 11 juillet 1385, ASPo, D.450, 503127-503128).

73 Comme le servite fra Guccio di Dino à Francesco di Marco, en septembre 1388 (ASPo, D.1095, 1401606) ou le gardien des franciscains d’Arezzo fra Bartolomeo di Luca à Francesco, intervenant à quatre reprises entre le 12 mai 1398 et le 2 février 1399 pour trouver à son protégé un emploi dans une agence ou comme précepteur (ASPo, D.1091, 6000668-6000669, 6000671-6000672 ; B. Dini, Arezzo intorno al 1400, Arezzo, 1984, p. 122-125).

74 Comme le constatait déjà Armando Sapori (« Dalla “compagnia”… », op. cit., p. 129).

75 Andrea di Bartolomeo à Matteo di Lorenzo, 6 décembre 1383 (ASPo, D.426, 301174 ; J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 271-272) ; Antonio di Francesco à Francesco di Marco, 3 et 24 décembre 1383 (ASPo, D.325, 2361-2362).

76 Simone d’Andrea à la compagnie Datini de Florence, 28 novembre 1396, ASPo, D.635, 10173 et à Francesco di Marco, 10 mai 1397, ASPo, D.324, 1856 ; Francesco di Marco à Simone d’Andrea, 30 mars 1397, ASPo, D.111, 6000735 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 255-256 ; A. Orlandi, Mercaderies…, op. cit., p. 335-336. L’envoi de Piero di ser Lapo à Barcelone est de même freiné par Luca del Sera qui protège un jeune Ruspi (document n° 3).

77 Se plaignant de son facteur et compatriote Iacopo d’Antonio di Vanni, l’apothicaire Iacopo del Nero dit qu’il pourrait le remplacer à Avignon pour la moitié de son salaire (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 5 juin 1387, ASPo, D.349, 1491). Lorsqu’il refuse ensuite un « giovane » que lui propose Francesco di Marco, il précise : « Io n’ò sey ma yo n’ò due pure di questo paese che sanno del mestieri asai convenevolemente, che l’uno mi dà 15 f. l’anno e l’altro 20 » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 12 janvier 1398, ASPo, D.323, 179). Niccolaio di Bonaccorso qui disait d’abord vouloir donner la préférence à ses compatriotes de Prato (document n° 1), diffère le recrutement d’un compatriote car il se voit proposer pour sa boutique d’épices par son confrère provençal Guiran Calvi un jeune disposé à payer sa formation : « io ne penso avere una [sic] di questo paese d’uno amicho di Ghirano, figluolo di buono huomo, e drà salario a mme, forse tanto si farà le spese e’ medesimo » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 9 janvier 1385, ASpo, D.621, 423586).

78 Francesco di Marco essaie ainsi de mettre au débit de son facteur Ambrogio de’ Rocchi une dette laissée par Piero de’ Rocchi, frère de ce dernier qui avait été facteur dans une autre agence Datini (B. Dini, Una pratica…, op. cit., p. 12-13). Il essaie parfois d’obtenir du père d’un candidat à un emploi une garantie préventive des dommages que celui-ci pourrait causer (F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 113-114). Stoldo di Lorenzo avertit Luca del Sera que la famille de son propre beau-frère, le facteur Lodovico di Francesco Stefani qui va être renvoyé d’une agence Datini, n’a pas de quoi payer les éventuels dommages causés par ce jeune (10 juin 1397, ASPo, D.984, 703355 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 113). Sur le cas de Leonardo di Piero Castelli, facteur de Piero Tecchini à Perpignan qui après avoir causé à son maître des pertes équivalant à plusieurs milliers de florins, se trouve contraint à céder un important patrimoine foncier florentin, voir les lettres de Tommaso di Niccolò dell’Ammannato Tecchini à Francesco di Marco, 1er février 1401 et 15 mars 1403 (ASPo, D.671, 511595 et D.1117, 9302004) ; Piero di Matteo Tecchini à Luca del Sera, 19 mars 1405 (ASPo, D.1112, 133016 et 133017) ; ASF, Notarile antecosimiano 20845, fol. 291-292v ; Archives départementales des Pyrénées orientales, 3 E 1, 489, fol. 51bis v [13 juin 1401] ; je remercie Damien Coulon de m’avoir signalé cette dernière référence.

79 Piero di Giunta à Francesco di Marco et à Tuccio Lambertucci, 13 au 20 mars 1373 (ASPo, D.1101, 134844).

80 Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 21 décembre 1381 et 4 janvier 1382 (ASPo, D.1112, 6200067-6200068). Francesco a la réputation de refuser de recruter les parents de ses associés, mais elle est démentie dans quelques autres cas : « Franciescho d’altra parte no[n] ci vole niuno parente di niuno sia compagnio abi a stare colla compagnia » (Stoldo di Lorenzo à Luca del Sera, 10 juin 1397, ASPo, D.984, 703355 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 321).

81 Document n° 2 ; C. Guasti, Ser Lapo…, op. cit., I, p. 215-216.

82 « E sì cci sarebe di bisongnio II fa[n]ciulli di XIIII in XV ani e no[n] di piue che fosono te[n] pi che se ne potese fare buona peza di loro come di fa[n]ciulli. Questo mestiere dell’arme e della mercie vole giente mercienaia e none dilichata. E voi per conpiaciere a’ padri di Biagio [di ser Iacopo] e di Guido [di ser Bartolomeo] ci avete ma[n]dati i filgliuoli dilichati e di grande giente ; e avete fato il contradio di quello faciea per voi e per noi. Abiamo la spesa sanza <l’ut>ill<e> e di loro no[n] si può fare conto veruno, ché ciaschuno pare esere il maestro perch’elgli è da Prato ed è di buona giente, e ciaschuno si può istare a casa il padre e darsi buono te[n]po, e cosie vorebono fare quie. E questo no[n] fa per te né per noi, sì che vi provedi come ti pare. Credo che Stoldo te n’abia detto come dicho io, ché llo vede e salgliene malle chome a me fae » (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 15 juin 1385, ASPo, D.427, 303061). Reprochant lui-même à Biagio de ne pas vouloir s’adapter à un métier exigeant de l’endurance, Francesco lui écrit : « I’ òe bisongno chostì di due fa[n]c[i]ulli avezi e achostumati alla mala ventura. Non ò bisongno de’ tuoi pari che siano richi e filgluoli di grandi uomeni, né avezo e alevato morbidamente. E se tue volesi dire : “Mette[te]mi a magiori fatti”, non sè da tanto. Ma se tue avesi potuto soferire la vista e fatto come fanno i savi, a tenpo vi saresti potuto venire ; ma tue non potresti atendere tanto tenpo perché no· n’ài bisongno » (Francesco di Marco à Biagio di ser Iacopo, 17 juillet 1385, ASPo, D.1086, 316808). « Del giovane [Filippo Covoni] tolto qui per le scritture, ò inteso quanto dite, e chosì piacia a Dio che sia, ché veramente Idio vi dà venture in altre chose che in giovani. O[r] pure non si può altro. Richordovi è figliuolo di chavaliere e richo » (Andrea di Bartolomeo à Francesco di Marco, 31 janvier 1386, ASPo, D.427, 301165, J. Hayez, « Un facteur… », op. cit., p. 318). Lors d’une demande de recrutement de deux facteurs, Boninsegna di Matteo enjoint à Francesco de ne penser qu’aux intérêts de l’agence : « E sie vi diciemo tolgliesi giente di basa mano e che se ne potese fare ongni cosa e che voi non a[n]dasi ciercha[n]do né amistà né giente che ‘n chapo d’un ano fosono magiori maestri di noi » (10 décembre 1396, ASPo, D.627, 408167). Dirigeant du fondaco Datini de Gênes, Andrea di Bonanno se plaint également d’un facteur recruté par Francesco « per amistà » (Manno d’Albizo degli Agli à Francesco di Marco, 23 avril 1398, ASPo, D.341, 1265).

83 Niccolaio di Bonaccorso demande ainsi un jeune « figliuolo di buono huomo, che avese bisongnio di ghuadangnare e talento di bene a <fare> » et un adolescent « figluolo di qualche povero buono huomo, che abia voglia di bene a fare » (document n° 1 ; voir également ses lettres des 16 et 22 septembre : ASPo, D.321, 1528-1529).

84 Sur la richesse, voir la citation relative à Filippo di messer Bettino Covoni dans la note précédente et le document n° 3. Francesco évoque le cas de son ancien facteur Guaspare, qu’il souhaite d’autant moins reprendre qu’il est pauvre et à présent marié : « De’ fatti di Guaspare ti dirò largho […] Egli m’è senpre dispiac[i]uto d’avere a fare chon genti che no[n] siano bene di buona chondizione […]. Tu sai che Guaspare è di nuova chondizione […] Da l’altra partte egl’à mogle ed è povero e lla nicesità è mala chosa per molti. E pertanto chonosciendo ch’egli à di modi non buoni e poi àe bisongno e lla sospecione è mala chosa, io dubito che chi arà a conversare cho lui arà male tenpo […] e pertanto, a me n’è entrata una grande gelosia per gli nuovi modi ch’io ò visti in lui e perché egl’à bisongno e i· lupo si dice escie del boscho per la fame » (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 4 janvier 1382, ASPo, D. 1112, 6200068).

85 « Cierchate se potesi trovare niuno pari di Checho che fose afatichante e fedelle e di buona condizione e ch’avese bisongnio di bene fare e che sia persona che non abia a dare le spese a persona » (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 15 mars 1387, ASPo, D.621, 408019). « E [Boninsegna] mi scrive che vorebe uno fanciullo di 12 anni che fosse istato due ani alla bottegha de’ merciai o choreg[i]ai, e vorebe che non avesse né padre né madre né fratelli a ciò che ll’animo suo fosse tutto disposto alla bottegha. Dicie che a voi nonne iscrive nulla perché voi gli le mandate per amistà e niuno gle ne mandate buono al servig[i]o gli bisongna » (Domenico di Cambio à Francesco di Marco, 11 janvier 1398, ASPo, D.336, 3384 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 113).

86 ASPo, D.321, 1528-1530 ; document n° 1.

87 Piero di ser Lapo aurait alors 10 ans d’après l’âge qui lui est attribué dans le document n° 3 ; deux occurrences de 12 ans (ASPo, D.336, 3384 et D.680, 511056) ; une de 13 (ASPo, D.1095, 1402394).

88 Un cas exceptionnel de 14 ans (ASPo, D.1111, 6000749) ; un giovane mais aussi appelé giovanetto de 17 ans (ASPo, D.321, 1528-1530) ; un de 20 (ASPo, D.531, 9291481) ; deux jumeaux dont l’âge de 18 puis de 22 ans peut être restitué grâce à une source fiscale de 1372-1373 où ils apparaissent âgés de 6 ans (ASF, Estimo, 215, fol. 599 ; ASPo, D.621, 423585 ; D.321, 1528- 1529 ; D.624, 423607).

89 Giovane / garzone (ASPo, D.346/2, 2963) ; garzone de 15-16 ans (ASPo, D.1095, 131642 et 131640) ; garzonetto / fanciullo (ASPo, D.1091, 6000668-131669, 131671-131672).

90 Antonio di Mariotto Orlandini à Francesco di Marco, 24 décembre 1393 (ASPo, D.1101, 127763).

91 Parmi une riche bibliographie, voir sur l’alphabétisation de la Toscane de la fin du Moyen Âge, C. Klapisch-Zuber, « Le chiavi fiorentine… », op. cit. ; U. Tucci, « Il documento… », op. cit. ; Alfabetismo e cultura scritta nella storia della società italiana. Atti del seminario tenutosi a Perugia il 29-30 marzo 1977, Pérouse, 1978 ; A. Petrucci, L. Miglio, « Alfabetizzazione e organizzazione scolastica nella Toscana del xiv secolo », La Toscana del xiv secolo. Caratteri di una civiltà regionale, éd. S. Gensini, Pise, Centro di studi sulla civiltà del tardo medioevo. San Miniato. Collana di Studi e Ricerche, 2, 1988, p. 465-484 ; A. Bartoli Langeli, X. Toscani, Istruzione…, op. cit. ; D. Balestracci, Cilastro…, op. cit. ; R. Black, Education…, op. cit.

92 Manno d’Albizo degli Agli à Francesco di Marco, 23 avril 1398 (ASPo, D.341, 1265).

93 Deux lettres de teneur identique sont écrites par les jumeaux Nofri et Stefano di Bonaccorso, visiblement sous la dictée de leur frère aîné Niccolaio, après la mort de leur père, pour recommander leurs intérêts à Francesco ; ils sont alors âgés de 16 à 17 ans (30 août 1383, ASPo, D.321, 1692 et 1994). Un échantillon du même genre est envoyé par le frère aîné d’un jeune de 15 à 16 ans, Giovanni di Iacopo, à leur cousin Matteo di Lorenzo à qui on demande de le placer (Agostino di Iacopo à Matteo di Lorenzo, 6 et 30 août 1382, ASPo, D.1114, 9142563- 9142564). Deux jeunes tout récemment placés dans des agences Datini ont également laissé des témoignages de ce genre (Simone d’Andrea Bellandi à Francesco di Marco, 3 février 1385, ASPo, D.1091, 133166 et Bernardo di Domenico di Cambio à Francesco di Marco, 30 janvier 1396, ASPo, D.1091, 6100088), sans compter quelques autres lettres de fanciulli échangées avec leur famille, qui ont été intégrées au fonds.

94 « Egli vi scrive una lettera, ed è la prima mai fé, per darvi piacere » (C. Guasti, Ser Lapo…, op. cit., I, p. 215).

95 ASPo, D.1174/14 ; document reproduit dans sa quasi-totalité sur le CD-Rom (D. Toccafondi, G. Tartaglione, Per la tua Margherita… Lettere di una donna del ‘300 al marito mercante. Margherita Datini e Francesco di Marco, 1384-1401, Prato, Archivio di Stato di Prato, 2002).

96 Boninsegna demande par exemple à Francesco di Marco le 10 décembre 1396 « uno giovanne che sapese lavorare di malglia vechia e che fose atto a sapere ve[n]dere e a lavorare in botegha » et « uno altro giovanetto di XV in XVI anni che fose istato al mestiero delle coregie e scarselle, che sapese un pocho talgliare e chucire colla lesina e che fose ato a ‘nprendere quello gli fose mostrato in botegha e fose atto a sapere vendere le mercie minute usiamo e ato a fare la faticha di botegha chome sapette è di bisongnio al mestiero » (ASPo, D.627, 408167).

97 Francesco di Marco à Biagio di ser Iacopo, 17 juillet 1385 (ASPo, D.1086, 316808). Son cas est encore évoqué des années plus tard par Boninsegna di Matteo dans une lettre à Francesco di Marco du 10 décembre 1396 : « Biagio e [...] l’atro che voleano istare al bancho e contare monette e no[n] volleano iscalcinare né fare quello era di bisongnio per lla botegha » (ASPo, D.627, 408167).

98 Niccolò di Francesco à Miniato di Matteo Casini, 15 juillet 1395 (ASPo, D.1114/2, 133417).

99 Stoldo di Lorenzo à Luca del Sera, 10 juin 1397 (ASPo, D.984, 703355) ; document n° 3.

100 Ambrogio di Meo Boni à Luca del Sera, 29 mai 1401 (ASPo, D.1112, 6100013) ; Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 12 janvier 1398 (ASPo, D.628, 520592, à propos du cas d’Antonio di Giovanni) ; le cas du fils de Iacopo del Nero qui pouvait assurer la garde de la boutique d’apothicaire de son père en l’absence de celui-ci est évoqué dans F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 321.

101 « È un saputo gharzone, e per cierto io n’avea grande bisognio, ché questi nostri pratesi sono più grossi che l’aqua de’ macheroni » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 24 septembre 1388, ASPo, D.350, 197, à propos de son neveu Papi di Cristofano).

102 Stoldo di Lorenzo, principal collaborateur de Francesco à Florence décrit ainsi à Luca del Sera dirigeant de l’agence de Valence un jeune qu’il veut lui envoyer, après avoir vanté ses compétences en écritures, comptabilité et sa connaissance du latin : « quello di che più siamo contenti si è che noi l’abiamo trovato leale e di bonisima condizione, chon amore alle cose della compagnia ; apresso reverente e ubidente a’ suoi magiori quando [= quanto] si dee, ti prometto » (ASPo, D.984, 703355 ; F. Melis, Aspetti…, op. cit., p. 114).

103 Encre effacée et support taché sur la hauteur de plusieurs lignes.

104 Encre effacée et support taché sur la hauteur de plusieurs lignes.

105 La plus grande partie de la lettre évoque le thème des compétences graphiques : l’enfant veut achever son éducation graphique et ses leçons à l’école de calcul (abaco), pour que son écriture ne ressemble pas à la main fruste d’un charcutier (pizzicagnolo) ou à des caractères empâtés ressemblant à de grosses cigales mâles (cicaloni). Il compare ensuite la peine mise à s’appliquer sur sa plume et sa règle au maniement d’une bêche (vanga) que l’on pourrait employer pour travailler la terre autour du pied des orangers (scalzare e ricalzare melaranci).

106 Un mot apparemment oublié.

107 Le feuillet précédent n’a pas été conservé.

Table des illustrations

Titre Pl. n° 1. Première lettre du jeune Piero di ser Lapo Mazzei à Francesco di Marco, 4 février 1399 (ASPo, D.1096, 132719).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Pl. n° 2. Une page du cahier d’exercices du jeune Piero di ser Lapo Mazzei, vers 1399 (ASPo, D.1174/14, fol. 1v)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Pl. n° 3. La main, devenue cursive mercantesca, de Piero di ser Lapo Mazzei, une dizaine d’années plus tard, lettre à Francesco Datini, Valence, 26 septembre 1408 (ASPo, D.346, 1721)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search