Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Hommes, espaces, réseaux et acteurs Espaces et réseaux

Colonisation et mouvements de population en Méditerranée au Moyen Âge

Colonization and movements of population in the Mediterranean Sea in the Middle Ages

Michel Balard
Traduction de Clément Authié

Résumé

Le phénomène colonial se caractérise par trois éléments : une domination politique, une domination économique, une domination culturelle de la puissance colonisatrice sur les pays conquis. Au Moyen Âge, la colonisation est surtout le fait des deux républiques maritimes italiennes, Gênes et Venise, dont on rappelle les étapes de leur expansion outre-mer. Celle-ci s’accompagne d’intenses mouvements migratoires, d’abord à l’occasion des croisades, puis en liaison avec l’essor des comptoirs établis en Orient (Crète, Tana, Péra, Caffa et Chio). L’émigration italienne revêt trois aspects : départs individuels, recrutement d’une main d’œuvre par des hommes d’affaires, flux migratoires organisés par les autorités des deux métropoles concernées, Gênes et Venise. Leur politique outre-mer annonce les caractères spécifiques de la colonisation moderne.

Texte intégral

1Y a-t-il des antécédents médiévaux de la colonisation moderne ? La question a été maintes fois posée par les historiens de notre temps. Encore faut-il s’entendre sur le sens que l’on donne au mot « colonisation ».

  • 1 Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, 1874.

2Comme l’écrivait Paul Leroy-Beaulieu à la fin du xixe siècle1, un empire issu d’une expansion coloniale peut être sommairement caractérisé par les trois aspects suivants : une domination politique de la puissance colonisatrice sur un territoire concédé ou conquis sur lequel s’exerce un système de sujétion au profit d’une métropole occidentale ; une domination économique par laquelle la terre est bien souvent enlevée à ceux qui l’exploitaient ou la possédaient, et la production orientée en fonction des intérêts de la puissance colonisatrice ; une domination culturelle par laquelle le colonisateur impose sa civilisation, sa langue et, parfois, sa religion. Toutes ces formes de domination impliquent, cela va de soi, un transfert de population de la métropole vers ses possessions d’outre-mer, un flux constant d’émigrés qui, devenus colons, vont constituer le socle sur lequel se fonde l’exploitation des terres colonisées.

3Si l’on exclut des expansions sans lendemain, comme celle d’Amalfi, ville passée sous le contrôle des Normands dès la seconde moitié du xie siècle et qui perd dès lors tout rayonnement en Méditerranée, ou celle de Pise, arrêtée par la terrible défaite de sa flotte à la bataille de la Meloria (1284) face aux Génois, deux républiques maritimes italiennes surtout ont joué un rôle colonisateur, Venise et Gênes, alors que l’essor catalan, si l’on excepte l’éphémère duché d’Athènes, revêt une dimension essentiellement économique.

La colonisation italienne en Méditerranée orientale

  • 2 Philippe Braunstein, Robert Delort, Venise portrait historique d’une cité, Paris, Le Seuil, 1971, p (...)
  • 3 Liutprand of Cremona, The embassy to Constantinople and other writings, Norwich John Julius (éd.), (...)
  • 4 Marco Pozza, Giorgio Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198, Venise 1993 ; Freddy Thiriet, La (...)
  • 5 Marie-Luise Favreau-Lilie, Die Italiener im Heiligen Land vom ersten Kreuzzug bis zum Tode Heinrich (...)

4Il faut rappeler les étapes de l’expansion outre-mer. Les deux villes y ont participé très tôt, la première vers l’empire byzantin auquel la cité des doges se trouvait liée par un passé et des intérêts communs, la seconde vers l’Égypte fatimide dans les dernières décennies du xe siècle2. Dès les années 950, comme le signale l’ambassadeur d’Otton Ier, Liutprand de Crémone3, les Vénitiens étaient établis sur les rives de la Corne d’Or à Constantinople, vraisemblablement dans le quartier de Pérama, que le chrysobulle de 1082 leur attribue formellement. C’est là qu’au cours du xiie siècle se développe un comptoir qui attire les hommes d’affaires les plus illustres de Venise (Romano Mairano, les Stagnario)4. Cependant c’est la Première croisade qui est à l’origine des premières formes d’installation permanente des marchands occidentaux dans les villes côtières de Syrie-Palestine. L’aide apportée par les républiques italiennes dans la conquête, puis dans la défense navale des États latins a pour contrepartie la concession par les princes francs de vastes quartiers dans les villes conquises, où Vénitiens, Génois, Pisans et Provençaux jouissent de privilèges commerciaux, juridictionnels et administratifs, au point qu’ils échappent en grande partie à l’autorité des souverains locaux5.

  • 6 Michel Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes, coll. « BEFAR », (...)
  • 7 S. Bliznjuk, « Die Venezianer auf Zypern im 13 und in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts », Byz (...)

5Le xiiie siècle voit se développer ces premières formes de colonisation. La prise de Constantinople et le partage de l’empire byzantin (Partitio Romanie) à la suite de la Quatrième croisade, attribuent à Venise l’île de Crète, les comptoirs de Coron et de Modon, au sud du Péloponnèse, et, par l’intermédiaire de nobles vénitiens, une grande partie des îles égéennes, en particulier le duché de Naxos. Évincée de ses possessions d’Acre lors de la guerre de Saint-Sabas, Gênes prend sa revanche en aidant Michel VIII Paléologue à reconquérir la capitale de l’empire, Constantinople. Elle se voit accorder le quartier de Galata (Péra), de l’autre côté de la Corne d’Or et ouvrir à son commerce la mer Noire, où se créent de nouveaux comptoirs dans les dernières décennies du XIIIe siècle, Caffa sur la côte de Crimée, Tana au fond de l’actuelle mer d’Azov, Trébizonde dans l’empire des Grands Comnènes, Vicina aux bouches du Danube6. Génois et Vénitiens obtiennent par ailleurs des rois Lusignan d’importantes concessions territoriales dans les principales villes de Chypre, Famagouste, Paphos et Limassol7.

6Aucoursduxivesiècle, lesdeuxrépubliquesmaritimesitaliennesconsolident leurs possessions. Venise étend son influence sur les îles ioniennes (Corfou), Nauplie, Nègrepont et Thessalonique, de sorte qu’elle se rend maîtresse de toute la partie occidentale de la mer Égée, alors qu’avec la conquête de Chio (1346) et la prise de possession de Mytilène par les Gattilusio (1355) Gênes en domine les rivages orientaux. Le contrôle du commerce pontique est l’objet de trois guerres coloniales entre les deux puissances, à l’issue desquelles les Génois confortent leur suprématie aux bouches du Danube et sur les rivages de la Crimée (Gazarie génoise), tandis qu’à Tana et à Trébizonde les deux communautés sont contraintes de coexister. La perte des États francs de Syrie-Palestine en 1291 oblige les rescapés à se réfugier en Chypre, où Gênes établit son pouvoir sur Famagouste, à la suite d’une expédition menée contre les Lusignan (1373). Les Vénitiens doivent se contenter de quelques possessions autour de Paphos.

  • 8 Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, 1886, Amsterdam, 1967, 2 vol., t. II, p. (...)

7Les conquêtes ottomanes en Anatolie et dans les Balkans réduisent à peu de choses les possessions italiennes au cours du xve siècle. Constantinople est prise par Mehmet II en 1453 et la colonie génoise de Péra doit se soumettre, sans disparaître tout à fait. En mer Noire, tous les comptoirs italiens tombent au pouvoir des Ottomans entre 1453 et 1482 ; il en est de même dans le Péloponnèse, de sorte qu’à la fin du XVe siècle, Gênes ne conserve que l’île de Chio jusqu’en 1566, moyennant un tribut payé aux Ottomans, et Venise l’île de Chypre, acquise à la suite de l’abdication forcée de la reine Catherine Cornaro et conservée jusqu’en 1571. Les deux empires coloniaux, génois et vénitiens, disparaissent au XVIe siècle, réduits à néant par la puissance ottomane8.

Les mouvements de population

8Une expansion outre-mer de plus de trois siècles implique de nombreux mouvements de population. Comment des métropoles, qui ne dépassaient pas 100 000 habitants avant la Peste noire de 1348, ont-elles pu contribuer, de manière plus ou moins continue, au peuplement de ces nombreuses colonies d’Orient ? Faute d’éléments chiffrés dans les sources contemporaines, il est assez difficile de connaître le nombre de ceux qui s’établissent outre-mer, soit à la suite des croisades elles-mêmes, soit dans les comptoirs occidentaux d’Orient.

  • 9 Jonathan Riley-Smith, The First Crusaders 1095-1131, Cambridge, 1997.
  • 10 Ronnie Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge University (...)

9Les comptages effectués par l’historien des croisades, Jonathan Riley-Smith, montrent que sur 791 croisés identifiés par leur nom, 104 seulement s’installent en Terre Sainte, soit à peine 13 %, et que sur les 697 noms de colons connus avant 1131, seulement 122 ont pris la croix entre 1097 et 1102, soit environ 17 %9. Ces chiffres confirment que la majorité des croisés ayant participé à la prise de Jérusalem sont repartis rapidement chez eux, estimant leur vœu accompli, mais aussi que des Latins, après les premiers temps de la conquête, sont venus s’installer en Terre Sainte. Combien pouvaient-ils être vers le milieu du xiie siècle, quand les États francs atteignent leur plus grande extension ? Une minorité noyée parmi les musulmans, les juifs et les chrétiens orientaux, que Joshua Prawer se risque à estimer à quelques 100 000 Occidentaux, composés de Francs, d’Italiens, d’Allemands et d’Ibériques surtout. Ils se répartiraient entre cinq villes accueillant près de 10000 Latins chacune, une dizaine d’autres qui en compteraient près de 3 000, et une vingtaine de bourgades où leur nombre ne dépasserait pas 500. À ces « urbains », il faudrait ajouter quelques centaines d’Occidentaux installés dans les villages ruraux que les fouilles récentes ont mises au jour10. Ce maximum de population occidentale dut se réduire à mesure que se rétrécissait le territoire occupé par les Francs. Mais on ne peut guère avancer de chiffre concernant le nombre de ceux qui jusqu’en 1291 se maintinrent en Syrie-Palestine.

  • 11 Chryssa A. Maltezou, « Concessio Crete, Paratirèseis sta engrapha dianomès pheoudôn stous prôtous B (...)
  • 12 Mario Gallina, « Vicende demografiche a Creta nel corso del xiii secolo », Quaderni della Rivista d (...)

10L’estimation des Italiens émigrés dans les comptoirs d’outre-mer est-elle mieux fondée ? Après la Quatrième Croisade qui lui livre la Crète, le gouvernement vénitien s’efforce de mener une politique systématique de peuplement. Par la Concessio Cretae de 1211, il concède l’île en toute propriété à 180 colons, à l’exception de la ville de Candie et du territoire alentour, gardé sous l’autorité exclusive de la Commune11. De nouveaux contingents sont envoyés en 1222, 1233 et 1252, mais restent insuffisants, au point qu’au début du xive siècle il n’y aurait eu que 587 lots attribués à des colons12. On peut raisonnablement estimer que quelques milliers seulement de Vénitiens et d’Italiens du Nord et du Centre sont alors établis en Crète : une très faible minorité, mais qui dispose du pouvoir politique et de la force militaire, face à la masse de la population grecque.

  • 13 Sergej P. Karpov, « Les Occidentaux dans les villes de la périphérie byzantine : la mer Noire vénit (...)

11En Haute-Romanie, les comptages effectués par Sergej Karpov à partir des actes notariés instrumentés à Tana montrent que, pour les années 1359-1360, 194 personnes sur un effectif dénombré de 541, sont des habitants permanents de la colonie vénitienne, distincte, faut-il le rappeler, à la fois du comptoir génois et de la ville indigène, Azaq. Une centaine se disent habitatores Tane. Cinquante ans plus tard, entre 1407 et 1417, alors que le comptoir vient d’être reconstruit après les destructions de Timur-Leng et les rapines opérées par des Tatars, le nombre de résidents permanents est de 218 personnes sur un total de 482 individus identifiés. Pour un comptoir si éloigné de la métropole et à peine remis en état, le chiffre est considérable, puisque le notaire n’a affaire qu’à des chefs de famille et ignore femmes et enfants. Dans ces effectifs, les Italiens d’origine avec près de 80 % des colons l’emportent de loin ; le pourcentage est d’ailleurs tout à fait comparable à celui que révèle la composition ethnique des comptoirs génois13.

  • 14 Georges I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Caffa de la fin du xiiie siècle, 1281- (...)
  • 15 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. I, p. 235-248.

12La relative abondance des documents génois instrumentés outre-mer – actes notariés et registres de trésorerie – permet d’aboutir à quelques résultats plus précis. En 1281, le seul notaire Gabriele di Predono, qui instrumente à Péra14, voit passer devant son banc 637 personnes, soit près de 300 portant un patronyme génois et 174 désignés par le nom de leur village ou de leur ville d’origine en Ligurie15. Certes, ce ne sont pas tous des résidents permanents ; parmi eux, beaucoup ne sont que de passage. Mais comment penser qu’en quelques mois tous les habitants occidentaux se sont déclarés devant le notaire ? Les femmes, les « grandes oubliées de l’Histoire », n’apparaissent pas, les enfants non plus. Il n’est donc pas aventureux d’avancer un chiffre de deux ou trois milliers d’Occidentaux ; chiffre d’autant plus remarquable que l’immigration vers Péra n’a commencé qu’en 1267, quatorze ans seulement avant la date de nos actes.

  • 16 Michel Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 128 (...)

13Établi à Caffa sur la côte de Crimée en 1289-1290, le notaire génois Lamberto di Sambuceto nous fait connaître un échantillon de près de 1600 noms, où se mêlent Occidentaux et Orientaux, ces derniers très minoritaires dans nos actes16. Près de 720 individus portent un patronyme génois, avec une forte représentation de l’aristocratie du sang et de la fortune, et 428 sont désignés par un nom de village ou de ville ligure. Ici encore, une évaluation de trois à quatre mille Occidentaux paraît raisonnable, d’autant que plusieurs autres notaires génois, dont les actes n’ont pas été conservés, instrumentaient à Caffa au même moment. Dans les deux comptoirs, il faut ajouter un nombre de quelques centaines d’Italiens du Nord (Lombards, Piémontais, Émiliens et Vénètes) et quelques dizaines d’Italiens du Centre et du Midi, de Corses et de Catalans. À Péra, comme à Caffa, la première colonisation de la fin du xiiie siècle montre un caractère national de l’immigration : près de 80 % des Occidentaux dénombrés sont des Génois ou des Ligures passés par Gênes. L’immigration outre-mer prolonge le mouvement d’« inurbamento » par lequel les villes italiennes se sont accrues au détriment de leur « contado », mais elle est encore instable et faible, constituée d’une société d’hommes jeunes, sans grande attache familiale.

  • 17 Michel Balard, Gilles Veinstein, « Continuité ou changement d’un paysage urbain ? Caffa génoise et (...)
  • 18 A. L. Ponomarev, « Territorija i nacelenie genuezskoi Kaffy po dannym buhgalterskoi knigi – massari (...)

14Au cours du xive siècle, une société coloniale génoise s’implante progressivement outre-mer. Le registre de la Trésorerie de Caffa de 1386 nous fait connaître 1516 noms, parmi lesquels 1025 Occidentaux, dont 85 % de Génois et de Ligures. Les grands clans familiaux (alberghi) sont bien représentés et l’attrait de l’outre-mer a gagné l’ensemble de la Ligurie, mer et montagnes. Dès 1340, le voyageur Ibn Battuta, de passage à Caffa, signale la grandeur de la ville, habitée, dit-il, par des chrétiens, la plupart Génois. Au début du xve siècle, le voyageur allemand Iohann Schiltberger dénombre 6 000 maisons à l’intérieur de la première enceinte, 11 000 maisons hors les murs et 4 000 maisons dans les faubourgs. Il y a là une exagération évidente, mais qui met en valeur l’abondante population et l’activité du comptoir génois, toutes deux surprenantes pour un petit chevalier germanique17. Un indice tiré de la gabelle sur la vente des esclaves permettrait d’estimer à 20 000 habitants la population de Caffa en 1386, bien qu’Andrey Ponomarev, par de savants calculs sur la densité de la ville et les dimensions des églises subsistant aujourd’hui, n’admette qu’une population d’environ 10 000 habitants, sur une superficie de 83 hectares, à l’intérieur des limites de la ville à cette date18.

  • 19 Marian Malowist, Kaffa-Kolonia genuenska na Krymie i problem wschodni w latach 1453-1475, Varsovie, (...)

15Les données quantitatives changent au xve siècle, surtout après 1453, lorsque le trafic entre Méditerranée et mer Noire est à la merci des Ottomans. L’élite de Gênes répugne à venir faire fortune sur des rives jugées dangereuses, et dont l’attrait pour les hommes d’affaires a beaucoup diminué. Pourtant deux témoignages, celui de Giustiniani de Chio et du Florentin Benedetto Dei, font état de 8 000 maisons et d’une population de 70 000 habitants à Caffa dans les années qui précèdent la chute du comptoir (1475). Ces chiffres sont tout aussi exagérés que celui que nous livre le notaire génois Antonio di Torriglia écrivant en 1467 qu’il ne reste que 4 000 hommes. Entre les deux estimations, le contexte dans lequel se trouve placée Caffa après 1453 nous conduit à accepter une population qui ne dépasse pas 10 000 âmes dans les dernières années de la domination génoise : moins de 2 000 Occidentaux, selon Malowist19, et toujours un mélange important et instable du côté des Orientaux où dominent deux groupes, les Arméniens et les Grecs précédant les Tatars.

16Dernier territoire dont on peut évaluer la population avec quelque précision : l’île de Chio. Les actes qui y furent instrumentés par les notaires génois entre 1394 et 1408 permettent de dénombrer 406 Génois et Ligures y compris les Giustiniani, membres de la Mahone. Or en 1395, le podestat Niccolò Fatinanti adresse un rapport au doge. Il fait état de 2 142 chefs de famille grecs et d’environ 400 chefs de famille d’origine occidentale, soit près de 2 000 personnes. Le rapprochement entre les données notariales et le rapport officiel du podestat est tout à fait convaincant : les Occidentaux établis à Chio à la fin du xive siècle représentent environ 2 000 personnes, soit un cinquième de la population grecque locale.

17Ces quelques données permettent de relativiser l’importance de l’immigration occidentale en Orient. Où que l’on se trouve, les Latins sont toujours fortement minoritaires. Mais, au moins dans les comptoirs génois et vénitiens, ils forment une communauté soudée par leur origine géographique – peu de Génois dans les colonies vénitiennes, peu de Vénitiens dans les colonies génoises – par leurs intérêts économiques tournés vers l’activité commerciale et par leur enracinement progressif, au point que le fossé s’élargit avec leur métropole, comme l’attestent la révolte de San Tito en Crète (1363) ou le refus des Chiotes d’accepter l’autorité du gouverneur français de Gênes, le maréchal Boucicaut. Peu nombreux, les Latins établis outre-mer acceptent ou subissent une orientalisation progressive.

Les modalités de l’émigration

18L’émigration occidentale vers l’outre-mer s’effectue selon des modalités fort diverses : initiatives de particuliers, en quête de fortune ou d’aventure, recrutement par des hommes d’affaires d’une main d’œuvre destinée au peuplement ou à l’exploitation des territoires d’outre-mer, ou bien organisation des flux migratoires par les autorités de la métropole.

  • 20 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. i, p. 229-254.
  • 21 Michel Balard, « Les équipages des flottes génoises au xive siècle », dans Ragosta Rosalba, Le Gent (...)

19Les départs individuels laissent peu de trace dans les sources, sinon grâce à quelque document notarié par lequel le migrant confie à l’un de ses proches, resté sur place, le soin de gérer ses affaires. La pratique d’activités commerciales semble prédisposer des facteurs des grands marchands à s’établir dans les colonies d’Orient : Génois ou Vénitiens d’origine, mais aussi gens du contado (Ligurie et Vénétie) qui, après un séjour plus ou moins long dans la métropole d’accueil, se décident à partir pour l’outre-mer. L’étude des patronymes recueillis dans les actes instrumentés en Orient a permis de mettre en valeur le nombre et l’importance des foyers d’émigration, particulièrement en Ligurie, où les principales bourgades des Riviere, mais aussi les villages de l’Apennin, contribuent aux flux migratoires, en laissant partir des hommes jeunes cherchant à échapper à la faim et à la misère, destin trop fréquent des terres âpres de la Ligurie intérieure20. À ces migrants en quête d’un sort meilleur s’ajoutent les hommes de mer qui lors d’un voyage vers la Romanie ou la Terre sainte s’arrêtent aux escales, fuyant un travail trop pénible. Les grands comptoirs génois et vénitiens d’Orient sont ainsi un réservoir permanent de main d’œuvre navale, expatriée plus ou moins longtemps21.

  • 22 Franco Cardini, « Gli Embriaci », dans Pistarino Geo, Dibattito su Famiglie Nobili del Mondo Coloni (...)
  • 23 Laura Balletto, « Les Génois à Phocée et à Chio du xiiie au xive siècle », dans Balard Michel, Mala (...)

20Des recrutements collectifs peuvent aussi être organisés par des hommes de guerre, désireux de s’établir en Orient ou par de grands marchands disposant de comptoirs commerciaux outre-mer. Dans la première catégorie entre, bien entendu, la clientèle de tous ces chefs de guerre qui ont fait souche en Terre sainte ou dans le monde égéen. Les Embriaci, participants de la Première croisade, puis attributaires de Gibelet, ont emmené avec eux parents, amis et « fidèles » pour occuper la ville que la Commune leur a inféodée22. À la fin du xiiie siècle, lorsque Manuel et Benedetto Zaccaria occupent Phocée, ils passent contrat à Gênes avec des gens d’un statut social modeste pour l’exploitation des alunières qui firent leur fortune. De même, leur prise de possession de Chio en 1304 s’accompagne d’engagements d’un personnel latin, en provenance de Ligurie, peut-être pour assurer la production du mastic, ou, plus certainement, pour défendre l’île et ses accès. Les documents notariés préservés évoquent les conditions d’existence difficile de ces employés des Zaccaria, dont près de vingt-cinq trouvèrent la mort peu après leur arrivée dans ce monde égéen, où ils espéraient par leur engagement obtenir un sort meilleur23.

  • 24 Philip P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 13 (...)
  • 25 Ibid., t. i ; Michel Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. i, p. 376-386.

21Un autre exemple d’émigration collective est constitué par les participants de l’expédition génoise de 1346 qui s’empare de Chio et de Phocée. Les armateurs, placés sous le commandement de Simone Vignoso, passent un contrat avec la Commune de Gênes, impécunieuse, et obtiennent d’exercer sur leurs conquêtes un dominium utile et directum, c’est-à-dire la propriété et le droit d’exploiter Chio et Phocée, au moins aussi longtemps que la Commune de Gênes se révèlera incapable de leur rembourser les frais de l’expédition. Ces différentes familles d’armateurs constituent la Mahone de Chio et se fixent dans l’île. Leurs membres abandonnent leur patronyme propre pour prendre celui des Giustiniani et se partager, en proportion de leur capital initial (luoghi), les revenus de leurs conquêtes. Une des premières tâches de Simone Vignoso, chef de l’expédition, est de pourvoir au peuplement latin de l’île. Dans le traité qu’il impose le 12 septembre 1346 à la noblesse grecque, l’amiral génois exige qu’on lui livre sur le champ deux cents maisons dans le castrum de Chio, qui seraient à l’avenir occupées par des Génois et des Latins, et que dans les huit mois, si besoin est, d’autres demeures grecques du castrum puissent être achetées par des Latins à un prix fixé par arbitrage. Pour attirer les hommes, on incite les équipages des vingt-neuf galères de l’expédition à s’installer dans l’île. L’on fait aussi appel à des immigrants ligures, auxquels sont remis des biens confisqués aux conspirateurs impliqués dans un complot manqué en 1347 : maisons, vignobles, jardins, vergers chisilimae (confisqués) furent donnés ou loués à bas prix à des Latins qui s’engageaient à venir habiter avec leur famille le castrum et à y demeurer plusieurs mois par an. Il ne s’agit pas là d’une colonisation agricole, puisque les immigrants, connus en partie par les actes notariés contemporains, sont tous des artisans et des marchands. On attend d’eux qu’ils participent à la défense de l’île, qu’ils paient à la Mahone l’impôt foncier pour les terres qu’on leur concède et qui, cultivées par des parèques, garantissent aux nouveaux arrivants une source régulière de revenus24. Cette situation engendre un flux d’hommes de Gênes vers l’île d’Homère, mais aussi un détachement progressif des Mahonais à l’égard de leur ancienne métropole25.

  • 26 Guillaume Saint-Guillain, L’archipel des Seigneurs. Pouvoirs, société et insularité dans les Cyclad (...)

22Du côté vénitien, des études récentes ont mis en évidence les lignages établis en Romanie à la suite de la conquête latine de l’empire byzantin en 120426. Les familles seigneuriales de l’Archipel, au sein desquelles se détachent deux grands lignages, les Sanudo et les Ghisi de Tinos, arrivés avec la Quatrième croisade, deviennent des Vénitiens d’outre-mer, dont l’existence, les motivations et le champ d’activité se situent pour l’essentiel en Grèce. Ils attirent des familles d’un rang moindre, souvent originaires de la plaine padane, comme les Gozzadini de Bologne, les Sommaripa de Vérone, les Crispo, les Da Corogna, dont certaines vont occuper de hautes fonctions politiques dans la Romanie latine. Mais il faut aussi compter les feudataires, les agents et officiers de ces grands lignages, gouverneurs, bailes, lieutenants, vicaires ducaux, châtelains, chanceliers du duché, notaires, tout un ensemble de notables cycladiques, qui n’ont conservé aucun lien de dépendance politique avec la Commune de Venise, mais s’affirment comme « Latins de Romanie », tout en maintenant des liens privés avec les membres de leur lignage restés dans la cité des doges.

  • 27 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. I, p. 202-204.

23Les deux républiques maritimes s’efforcent aussi de stimuler l’émigration de leurs concitoyens et de faciliter leur installation dans les territoires d’outre-mer. Après la mort en 1312 du khan Tohtu, dont les armées avaient détruit leur comptoir de Caffa, les Génois obtiennent de son successeur, Özbek, l’autorisation de reconstruire la ville. Une commission de huit sages, créée en 1313, l’Officium Gazarie, prend le 18 mars 1316 toute une série de mesures à cet effet. L’ordo de Caffa comporte des dispositions pour repeupler, améliorer et fortifier la colonie génoise, en particulier un plan d’urbanisme extrêmement détaillé. Il prescrit au consul de recouvrer toutes les terres et de les vendre aux enchères, en exceptant de ce lotissement un certain nombre de terrains réservés à la viabilité ou bien à des institutions religieuses : couvents des franciscains et des frères prêcheurs, hospice et deux églises des Grecs. Il fait obligation aux Génois ayant acheté une terre d’y construire une maison avant la fin de l’année 1320. Un décret antérieur, qui n’a pas été conservé, leur donnait dix-huit mois seulement pour achever la construction d’un édifice, mais beaucoup se sont plaints de ne pouvoir disposer ni des matériaux, ni des maîtres d’œuvre nécessaires. L’Officium Gazarie proroge le délai imparti en facilitant l’immigration de citoyens génois, dont il favorise l’installation au cœur même de la ville27. Dans les autres comptoirs pontiques, l’installation d’un embryon d’administration et d’une petite garnison permanente participe du désir de la Commune de faciliter l’essor d’un peuplement latin.

24Les mêmes préoccupations animent les autorités vénitiennes, particulièrement en Crète, mais aussi en Messénie, où il s’agit d’affirmer la prééminence de la Commune par un peuplement systématique de concitoyens. Les délibérations du Sénat et des conseils coloniaux mettent en évidence la crainte des autorités de manquer de bras. Il s’agit pour elles d’empêcher la fuite des parèques qui cultivent les terres de la Commune ou des feudataires, et d’importer des hommes, si les départs sont trop nombreux. Tant en Crète qu’en Messénie, les questions démographiques sont en effet essentielles, surtout au xive siècle. Les razzias turques et les déprédations des pirates, mal contenues malgré la vigoureuse défense vénitienne, les excès de la fiscalité poussant à la fuite parèques et même petits propriétaires, les cataclysmes naturels tel le tremblement de terre de 1303 qui fit près de 4 000 victimes à Candie, et enfin les « mortalités », telle la fameuse Peste Noire qui ravagea Nègrepont, la Messénie vénitienne et, à un moindre degré, la Crète, tout cela rendait indispensable l’importation de main d’œuvre.

  • 28 Sally McKee, Uncommon Dominion. Venetian Crete and the Myth of Ethnic Purity, University of Pennsyl (...)
  • 29 Freddy Thiriet, La Romanie, op. cit., p. 263-264.

25Cette politique de peuplement fut mise en œuvre dès que les Vénitiens purent se débarrasser des Génois, qui, avec le concours du comte de Malte, Enrico Pescatore et d’Alamanno da Costa, avaient cherché à empêcher l’occupation de l’île par Venise. Le document connu sous le nom de Concessio Crete organise dès 1211 une colonisation militaire de la Crète, divisée à l’égal de Venise en six sestiers. Chacun d’eux se compose de 33 unités 1/3 de terre, appelées cavallerie ou miliciae. Sur les 200 cavallerie de l’ensemble de l’île, 132 sont accordées à des chevaliers (milites) ; les 68 autres sont divisées en six fractions, appelées serventarie (sergenteries), soit 408 au total, destinées à des fantassins. Les nouveaux colons, attributaires de ces lots, sont avant tout des soldats, dont la mission est d’occuper l’île et de briser toute résistance des Grecs. Ils ne peuvent céder leur feudum qu’à des Vénitiens, mais avec l’accord du duc de Crète, et doivent obligatoirement résider dans la ville de Candie. Le revenu d’une cavalleria doit être suffisant pour supporter le coût de trois chevaux, d’une armure et des armes, ainsi que de l’équipement de deux écuyers. Celui d’une sergenterie doit pouvoir subvenir aux besoins d’un fantassin. Le document de 1211 se termine par une liste de chevaliers et de sergents, les premiers, au nombre de 94, sont tous d’origine vénitienne, les seconds au nombre de 26 sont d’humble origine, mais pas nécessairement vénitienne. La différence entre le nombre de ces 120 premiers colons et celui, projeté, de 540 immigrants laisse penser que le duc de Crète a le pouvoir de recruter des mercenaires d’Italie du Nord, particulièrement parmi ceux qui ont été utilisés dans la lutte contre les Génois. En 1222, le Sénat juge nécessaire de créer 60 nouvelles miliciae autour de la ville de Rethimno, mais autorise les nouveaux titulaires de ces lots à posséder à la fois « chevaleries » et « sergenteries » et à assumer ainsi une part plus active à la défense de l’île, avec l’obligation de deux années de résidence pour chaque nouveau colon. Trente ans plus tard, c’est autour de La Canée que le Sénat crée 90 miliciae, en alourdissant les devoirs de leurs titulaires, alors même qu’une armée vénitienne indépendante des forces militaires des colons est en place28. Le poids des exigences de la métropole, requérant de lourds impôts et approvisionnements, pousse au xive siècle bon nombre de feudataires à rejoindre la résistance des archontes et du peuple grec et à participer en 1363 à la révolte de San Tito contre Venise. Après une féroce répression militaire, le Sénat s’efforce de repeupler l’île : en 1368, il autorise le duc de Crète à déclarer citoyens vénitiens tous ceux qui viendraient à s’établir à Candie et dans les environs ; en 1383, il exempte de toutes charges les immigrants qui accepteraient de s’installer à La Canée et réinstalle en Crète et en Eubée près de 4 000 habitants de Ténédos, chassés de leur île à la suite du traité de Turin conclu avec Gênes29.

  • 30 Roberto Cessi, Paolo Sambin, Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati (Senato). Serie « Mixtorum »(...)

26Une telle politique de peuplement ne va pas sans heurts. Car la Commune de Venise se préoccupe surtout de repeupler les terres qui lui appartiennent autour de Candie ; elle laisse les feudataires se disputer une main d’œuvre rare et pourvoir par eux-mêmes à l’exploitation de leurs domaines. Malgré tout, les mesures de repeuplement ont une efficacité limitée. Les autorités candiotes s’efforcent d’exercer un contrôle strict de la population, en surveillant les évasions d’esclaves et en limitant les sorties hors de l’île. Les conseils vénitiens – Sénat et Quarantia – précisent régulièrement qui peut être considéré comme citoyen de la Commune et bénéficier ainsi du droit de cité qui accorde les privilèges commerciaux les plus larges30. Dans les trente dernières années du xive siècle, le thème du repeuplement de la Romanie devient un véritable leit-motiv dans les décisions du Sénat.

  • 31 Louis de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan (...)
  • 32 Valeria Polonio, « Famagosta genovese a metà del 400 : assemblee, armamenti, gride », dans Miscella (...)

27Ces préoccupations sont partagées par les autorités génoises, soucieuses d’éviter les effets de la crise démographique du xive siècle. Elles facilitent parcimonieusement l’accès à la citoyenneté génoise, en créant en Chypre deux catégories, les Génois blancs et les Génois noirs. Dans le traité conclu en 1365 par la Commune de Gênes avec le roi Pierre Ier de Chypre, il est précisé que sont reconnus comme Génois en Chypre non seulement les habitants de Gênes et de sa région, mais aussi ceux des territoires soumis à l’autorité de la métropole ligure, les esclaves et domestiques des Génois et leurs affranchis. La définition du statut des Génois, très large, est de la compétence du podestat, encouragé à considérer comme Génois des Syriens ou des Juifs protégés par la Commune31. On voit plusieurs d’entre eux prêter en 1447 le serment de fidélité des habitants de Famagouste aux procurateurs de l’Office de Saint-Georges, lors du transfert de souveraineté sur Famagouste, que lui accorde la Commune32. Quant aux Génois noirs, il s’agit vraisemblablement d’esclaves affranchis appartenant aux domaines des Lusignan et ayant trouvé refuge auprès des autorités génoises.

  • 33 V. Vitale, « Statuti e ordinamenti sul governo del Banco di San Giorgio a Famagosta », Atti della S (...)

28Ces conditions de citoyenneté sont insuffisantes face à la gravité des problèmes démographiques que connaît la colonie génoise de Famagouste. Celle-ci se dépeuple et est de moins en moins capable de résister aux menaces extérieures, qu’elles viennent des Catalans, des Mamlûks ou des troupes royales de Chypre. La pression fiscale, les malversations des fonctionnaires, la langueur de l’activité économique font fuir les indigènes. Les autorités génoises s’en plaignent et recommandent aux gardiens des portes de Limassol et de la Mer de bien contrôler les sorties. Elles prennent aussi des mesures positives : elles accordent des laissez-passer et encouragent les étrangers à venir habiter Famagouste. En 1448 on décide même d’effectuer un recensement des maisons qui tombent en ruine et de les donner, moyennant engagement de réparation, à ceux qui viendraient habiter la ville33. Il est malheureusement impossible de mesurer l’impact de telles décisions.

29Que l’on considère les comptoirs génois ou les territoires vénitiens d’outre-mer, les questions démographiques et les problèmes d’identité se posent de la même façon. Les colonies italiennes d’Orient ont été peuplées, gouvernées et maintenues pendant trois siècles grâce à l’apport d’une immigration de caractère national, constituée d’hommes jeunes qui ont fait souche outre-mer. Mais cet apport a toujours été insuffisant pour l’exploitation et la défense des colonies. Les autorités génoises et vénitiennes ont donc cherché à mener une politique de peuplement et de contrôle de la population pour éviter un déclin démographique qu’entraînaient la piraterie, les razzias, les famines et les « mortalités » pesteuses. Le succès d’une telle politique, appliquée sans doute plus rigoureusement à Venise qu’à Gênes, est resté limité. Cet échec explique sans doute qu’en plein cœur du xve siècle les deux républiques maritimes n’aient pu opposer que de faibles moyens à la progression ottomane, faute aussi d’avoir pu rassembler sous leur autorité les forces vives des populations sujettes. Pendant trois siècles elles avaient affronté, sans pouvoir les résoudre totalement, les mêmes problèmes de peuplement qu’a connus la colonisation des xixe et xxe siècles : émigration de leurs concitoyens, résistance des indigènes, efforts infructueux de contrôle des populations colonisées. En ce sens, existent bien des antécédents médiévaux de la colonisation moderne.

Bibliographie

Bibliographie

Airaldi Gabriella, Kedar Z. Benjamin (éd.), I Comuni italiani nel Regno crociato di Gerusalemme, Gênes, 1986.

Airaldi Gabriella, Blu come il mare. Guglielmo e la saga degli Embriaci, Gênes, 2006.

Argenti P. Philip, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346-1566, 3 vol., Cambridge, 1958.

Balard Michel, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes, « BEFAR » n° 235, 1978.

Balard Michel, « Les équipages des flottes génoises au xive siècle », dans Ragosta Rosalba, Le Genti del Mare Mediterraneo, Naples, 1981, p. 511-534.

Balard Michel, « Genova e il Levante (secc. xi-xiii) », dans Comuni e memoria storica. Alle origini del Comune di Genova, Atti della Società ligure du Storia patria, n.s. 42/1, Gênes, 2002.

Balard Michel, « Les Génois dans le royaume médiéval de Chypre », dans Id., Les marchands italiens à Chypre, Nicosie, 2007, p. 13-81.

Balletto Laura, « Les Génois à Phocée et à Chio du xiiie au xive siècle », dans Balard Michel, Malamut Élisabeth, Spieser Jean-Michel, Byzance et le monde extérieur. Contacts, relations, échanges, Paris, 2005, p. 45-57.

Bliznjuk S., « Die Venezianer auf Zypern im 13 und in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts », Byzantinische Zeitschrift, n° 84-85, 1991/1992, p. 441-451.

Borsari Silvano, Venezia e Bisanzio nel xii° secolo : i rapporti economici, Deputazione di storia patria per le Venezie, Venise, coll. « Miscellanea di studi e memorie », XXVI, 1988.

Braunstein Philippe, Delort Robert, Venise portrait historique d’une cité, Paris, Le Seuil, 1971.

Cardini Franco, « Gli Embriaci », dans Pistarino Geo, Dibattito su Famiglie Nobili del Mondo Coloniale genovese nel Levante. Atti del Convegno, Montaggio, 23 ottobre 1993, Gênes, 1994, p. 36-45.

Ellenblum Ronnie, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Favreau-Lilie Marie-Luise, Die Italiener im Heiligen Land vom ersten Kreuzzug bis zum Tode Heinrichs von Champagne (1098-1197), Amsterdam, 1989.

Gallina Mario, « Vicende demografiche a Creta nel corso del xiii secolo », Quaderni della Rivista di studi bizantini e slavi, 2, 1984.

GallinaMario, Una società coloniale del Trecento, Creta fra Venezia e Bisanzio, Deputazione di storia patria per le Venezie, Venise, coll. « Miscellanea di studi e memorie », XXVIII, 1989.

Heyd Wilhem, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, rééd. 2 vol., Amsterdam, 1967.

Hocquet Jean-Claude, Venise et la mer xiie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 2006.

Jacoby David, « The Venetian Privileges in the Latin Kingdom of Jerusalem : Twelth and Thirteenth Centuries. Interpretations and Implementation », dans Kedar Benjamin Z., Riley-Smith Jonathan, Hiestand Rudolf, Montjoie. Studies in Crusade History in Honour of Hans Eberhard Mayer, Aldershot, Variorum, 1997.

Jacoby David, « Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle », Byzantinische Forschungen, n° 5, 1977, repris dans Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle, Londres, Variorum Reprints, 1979, VI.

Karpov Sergej P., L’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma 1204-1461, Rapporti politici, diplomatici e commerciali, Rome, 1986.

Karpov Sergej P., « Les Occidentaux dans les villes de la périphérie byzantine : la mer Noire vénitienne aux xive-xve siècles », dans Balard Michel, Malamut Elisabeth, Spieser Jean-Michel, Byzance et le monde extérieur. Contacts, relations, échanges, Paris, 2005, p. 67-76.

Mckee Sally, Uncommon Dominion. Venetian Crete and the Myth of Ethnic Purity, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 2000.

Maltezou Chryssa A., « Concessio Crete, Paratirèseis sta engrapha dianomès pheoudôn stous prôtous Benetous apoikous tès Krètès », Loibè eis mnèmèn Andrea G. Kalokairinou, Hèraklion, 1994, p. 107-131.

Pistarino Geo, « Gente del mare nel Commonwealth genovese », dans Ragosta Rosalba, Le Genti del Mare Mediterraneo, Naples 1981, p. 203-290.

Pistarino Geo, I Gin dell’Oltremare, Gênes 1988.

Pistarino Geo, Genovesi d’Oriente, Gênes 1990.

Pistarino Geo, I Signori del mare, Gênes 1992.

Poloniovaleria, « Famagosta genovese a metà del 400 : assemblee, armamenti, gride », dans Miscellanea di storia ligure in memoria di Giorgio Falco, Gênes, 1966, p. 211-237.

Saint-Guillain Guillaume, L’archipel des Seigneurs. Pouvoirs, société et insularité dans les Cyclades à l’époque de la domination latine (xiiie-xve siècles), thèse de l’Université, Paris I, 3 vol., Paris 2004.

Thiriet Freddy, La Romanie vénitienne au Moyen Âge. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (xiie-xve siècles), « BEFAR », n° 133, Paris, 1959 .

Vitale V., « Statuti e ordinamenti sul governo del Banco di San Giorgio a Famagosta », Atti della Società ligure di Storia patria, t. LXIV, Gênes, 1935.

Notes

1 Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, 1874.

2 Philippe Braunstein, Robert Delort, Venise portrait historique d’une cité, Paris, Le Seuil, 1971, p. 31-49 ; Benjamin Z. Kedar, « Mercanti genovesi in Alessandria d’Egitto negli anni sessanta del secolo XI », dans Miscellanea di Studi storici II, coll. « Collana storica di fonti e studi », 38, 1983, Gênes, p. 19-30.

3 Liutprand of Cremona, The embassy to Constantinople and other writings, Norwich John Julius (éd.), Londres, 1993, p. 203.

4 Marco Pozza, Giorgio Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198, Venise 1993 ; Freddy Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (XIIe-XVe siècles), Paris, coll. « Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome », 133, 1959 ; Silvano Borsari, Venezia e Bisanzio nel XII° secolo : i rapporti economici, Deputazione di storia patria per le Venezie, Venise, Coll. « Miscellanea di studi e memorie », 26, 1988.

5 Marie-Luise Favreau-Lilie, Die Italiener im Heiligen Land vom ersten Kreuzzug bis zum Tode Heinrichs von Champagne (1098-1197), Amsterdam, 1989 ; David Jacoby, « The Venetian Privileges in the Latin Kingdom of Jerusalem : Twelth and Thirteenth Centuries. Interpretations and Implementation », dans Kedar Benjamin Z., Riley-Smith Jonathan, Hiestand Rudolf, Montjoie. Studies in Crusade History in Honour of Hans Eberhard Mayer, Aldershot, Variorum, 1997, p. 156-166 ; Michel Balard « Genova e il Levante (secc. XI-XIII) », dans Comuni e memoria storica. Alle origini del Comune di Genova, Gênes, 2002, ASLSP, n.s. 42/1, p. 527-549.

6 Michel Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes, coll. « BEFAR », 235, 1978, t. I, p. 127-175 ; Sergej P. Karpov, L’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma 1204-1461, Rapporti politici, diplomatici e commerciali, Rome, 1986, 321 p.

7 S. Bliznjuk, « Die Venezianer auf Zypern im 13 und in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts », Byzantinische Zeitschrift, n° 84-85, 1991/1992, p. 441-451 ; Michel Balard, « Les Génois dans le royaume médiéval de Chypre », dans Papadopoulos Théodore, Historia tès Kyprou, t. IV/1, Nicosie, 1995, p. 259-332 (en grec).

8 Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, 1886, Amsterdam, 1967, 2 vol., t. II, p. 255-552.

9 Jonathan Riley-Smith, The First Crusaders 1095-1131, Cambridge, 1997.

10 Ronnie Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge University Press, 1998.

11 Chryssa A. Maltezou, « Concessio Crete, Paratirèseis sta engrapha dianomès pheoudôn stous prôtous Benetous apoikous tès Krètès », Loibè eis mnèmèn Andrea G. Kalokairinou, Hèraklion, 1994, p. 107-131.

12 Mario Gallina, « Vicende demografiche a Creta nel corso del xiii secolo », Quaderni della Rivista di studi bizantini e slavi, 2, 1984 ; Id., Una società coloniale del Trecento, Creta fra Venezia e Bisanzio, Deputazione di storia patria per le Venezie, Venise, Miscellanea di studi e memorie, XXVIII, 1989.

13 Sergej P. Karpov, « Les Occidentaux dans les villes de la périphérie byzantine : la mer Noire vénitienne aux XIVe-XVe siècles », in Balard Michel, Malamut Elisabeth, Spieser Jean-Michel, Byzance et le monde extérieur. Contacts, relations, échanges, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 21, p. 67-76.

14 Georges I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Caffa de la fin du xiiie siècle, 1281-1290, Bucarest, 1927.

15 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. I, p. 235-248.

16 Michel Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1290, Paris-La Haye, Mouton, 1973.

17 Michel Balard, Gilles Veinstein, « Continuité ou changement d’un paysage urbain ? Caffa génoise et ottomane », Le paysage urbain au Moyen Age, Actes du XIe Congrès des Historiens Médiévistes de l’enseignement supérieur, Lyon 1981, p. 79-131, repris dans Id. : La mer Noire et la Romanie génoise, Londres, Variorum Reprints, 1989, p. 82-83.

18 A. L. Ponomarev, « Territorija i nacelenie genuezskoi Kaffy po dannym buhgalterskoi knigi – massarii kaznacejstva za 1381-1382 g. », Pricernomor’e v srednie veka, Karpov Sergej P. (éd.), t. IV, 2000, p. 317-443.

19 Marian Malowist, Kaffa-Kolonia genuenska na Krymie i problem wschodni w latach 1453-1475, Varsovie, 1947.

20 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. i, p. 229-254.

21 Michel Balard, « Les équipages des flottes génoises au xive siècle », dans Ragosta Rosalba, Le Genti del Mare Mediterraneo, Naples, 1981, p. 511-534 ; Geo Pistarino, « Gente del mare nel Commonwealth genovese », dans Ragosta Rosalba, Le Genti, op. cit. ; Jean-Claude Hocquet, Venise et la mer xiie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 2006, p. 240-241.

22 Franco Cardini, « Gli Embriaci », dans Pistarino Geo, Dibattito su Famiglie Nobili del Mondo Coloniale genovese nel Levante. Atti del Convegno, Montaggio, 23 ottobre 1993, Gênes, 1994, p. 36-45 ; Gabriella Airaldi, Blu come il mare. Guglielmo e la saga degli Embriaci, Gênes, Frilli, 2006, p. 115-139.

23 Laura Balletto, « Les Génois à Phocée et à Chio du xiiie au xive siècle », dans Balard Michel, Malamut Elisabeth, Spieser Jean-Michel, Byzance et le monde extérieur, op. cit., p. 45-57.

24 Philip P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346-1566, 3 vols., Cambridge, 1958, t. i, p. 569-579.

25 Ibid., t. i ; Michel Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. i, p. 376-386.

26 Guillaume Saint-Guillain, L’archipel des Seigneurs. Pouvoirs, société et insularité dans les Cyclades à l’époque de la domination latine (XIIIe-XVe siècles), thèse de l’Université, Paris I, 3 vol., t. ii, p. 672-739.

27 Michel Balard, La Romanie, op. cit., t. I, p. 202-204.

28 Sally McKee, Uncommon Dominion. Venetian Crete and the Myth of Ethnic Purity, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 2000, p. 32-38.

29 Freddy Thiriet, La Romanie, op. cit., p. 263-264.

30 Roberto Cessi, Paolo Sambin, Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati (Senato). Serie « Mixtorum », 2 vol., Monumenti storici pubblicati dalla deputazione di storia patria per le Venezie XV e XVI, Venise, 1960, t. i, p. 207, n° 354.

31 Louis de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, 3 vol., Paris, 1852-1861, t. ii, p. 258 ; David Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle », Byzantinische Forschungen, n° 5, 1977, repris dans Idem, Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle, Londres, Variorum Reprints, 1979, VI.

32 Valeria Polonio, « Famagosta genovese a metà del 400 : assemblee, armamenti, gride », dans Miscellanea di storia ligure in memoria di Giorgio Falco, Gênes, 1966 , p. 231.

33 V. Vitale, « Statuti e ordinamenti sul governo del Banco di San Giorgio a Famagosta », Atti della Società ligure di Storia patria, t. lxiv, Gênes, 1935, p. 415.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search