Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Les marqueurs des échanges

Les échanges monétaires entre l’Italie méridionale et ses voisins (xe-xiie siècle)

Money trade between Southern Italy and its neighbors (10th-12th centuries)

Jean-Marie Martin
Traduction de Clément Authié

Résumé

L’étude de la monnaie – d’après les trouvailles et d’après les documents écrits – est l’une des voies qui permettent d’approcher l’étude du commerce pendant le haut Moyen Âge. Du point de vue monétaire, comme dans le domaine politique, l’Italie du Sud est à la convergence des trois zones monétaires méditerranéennes (Byzance, Islâm, Occident latin). Avant l’arrivée des Normands, la monnaie impériale circule surtout en Pouille, la monnaie musulmane de la Calabre à Naples, la monnaie occidentale à Gaète. Au milieu du xie siècle, les troubles en Afrique du Nord arrêtent l’afflux de monnaie musulmane et le départ des autorités byzantines tarit l’afflux de monnaie impériale. D’où une pénurie, que ne peuvent entièrement combler les monnaies royales normandes, qui s’inspirent des frappes orientales ; au xiie siècle, le denier de Provins conquiert de larges zones.

Texte intégral

  • 1 Lucia Saguì, Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi, 5. L’esedra della Crypta B (...)
  • 2 Jean-Pierre Devroey, Études sur le grand domaine carolingien, Aldershot, Variorum Reprints, 1993 ; (...)

1Le commerce, pendant le haut Moyen Âge, ne peut être apprécié qu’à travers des sources indirectes. Les résultats de fouilles archéologiques en sont une : ainsi les fouilles de la Crypta Balbi, à Rome1, ont montré, par la présence de céramique venue du sud et de l’est de la Méditerranée, que le grand commerce entre Rome d’une part, la Calabre, l’Afrique du Nord et la Méditerranée orientale de l’autre, était resté actif jusqu’au viie siècle, ne déclinant qu’au viiie. La présence d’un seul tesson d’origine lointaine permet même d’établir l’existence d’un courant. Quant aux textes, ils sont généralement peu explicites. Certes, les polyptyques carolingiens, récemment encore étudiés par Jean-Pierre Devroey et Pierre Toubert notamment2, fournissent de précieuses et précises indications sur le commerce régional et interrégional dans la France du Nord ou l’Italie septentrionale ; mais les documents renseignant spécifiquement sur le commerce et permettant de se faire une idée de son intensité sont très rares avant le xiiie ou le xive siècle.

  • 3 Jean-Marie Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, « Collection de l’École française de Rom (...)
  • 4 Ibid., p. 436.
  • 5 Claude Cahen, « Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lendemain de la première Croisade », (...)
  • 6 Carlrichard Brühl, Cinzio Violante, Die « Honorantie civitatis Papie », Cologne-Vienne, Böhlau, 198 (...)
  • 7 Mario Del Treppo, Alfonso Leone, Amalfi medioevale, Naples, Giannini, 1977, p. 17-38.
  • 8 Jean-Marie Martin, « Amalfi e le città marinare del Mezzogiorno d’Italia », Rassegna del Centro di (...)

2Dans l’Italie méridionale, la mention du plateaticum, taxe d’origine lombarde, pesant sur les marchés et devenue à l’époque monarchique normande l’un des éléments essentiels de la seigneurie banale, indique globalement, mais très vaguement l’importance du commerce de détail ; on ne la rencontre guère que dans des documents en exemptant des églises3. Quant au commerce lointain, le chrysobulle impérial de 993 en faveur des Vénitiens évoque des Lombards de Bari (alors dans l’Empire) commerçant à Constantinople. La chronique de l’Anonyme de Bari cite, au second tiers du xie siècle, des naufrages de bateaux reliant la Pouille à la Méditerranée orientale4. Il est possible qu’en 969 les Amalfitains aient aidé les Fâtimides à conquérir l’Égypte, où ils étaient nombreux5. Au début du xie siècle, les Honorantiae civitatis Papiae parlent de gens de Salerne, Gaète et Amalfi venant à Pavie cum magno negotio6. En revanche, les chartes amalfitaines se contentent de mentionner, sans plus de précision, des hommes partis ad navigandum. Mario Del Treppo a montré que le grand commerce amalfitain avait pour base la production agricole locale (châtaignes, légumineuses)7 ; au xiie siècle, on voit les Amalfitains et les Ravellesi s’intéresser, pour la même raison, à l’olivette qui se développe en Pouille8.

  • 9 Jean-Marie Martin, Les chartes de Troia. I (1024-1266), Bari, Società di storia patria per la Pugli (...)
  • 10 Francesco Nitti, Le pergamene di S. Nicola di Bari. Periodo svevo (1195-1266), Bari, Società di sto (...)

3Quelques documents locaux apportent toutefois des lueurs ponctuelles. Une charte de la cathédrale de Troia9, datant de 1130-1131, contient la comptabilité d’un agent de l’évêque, qui achète au port de Siponto des vêtements, du poisson, des poutres, de l’acier. Une enquête menée à Bari en 122310 sur les revenus perçus par la basilique S. Nicola à la duana (service public qui perçoit les droits sur le commerce) évoque (sans bien les distinguer) l’importation et l’exportation de vin, miel, fromage et aussi de lin de Syrie et d’Alexandrie.

  • 11 Jean-Marie Martin, « L’économie du Royaume normanno-souabe », dans Fonseca Cosimo Damiano, Mezzogio (...)
  • 12 Jean-Marie Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du x (...)

4Au xiiie siècle, en effet, les documents concernant le commerce deviennent plus nombreux, moins du fait de l’essor commercial qu’à cause de l’intervention de plus en plus active de l’État dans ce domaine : Frédéric II institue un monopole d’État sur le commerce du sel, du fer et d’autres produits11 ; les Registres de la chancellerie angevine donnent de nombreuses informations sur le rôle de la monarchie, qui perçoit des taxes et est elle-même acteur commercial12.

L’Italie méridionale

5Mais il existe encore une autre voie d’approche, que j’ai choisi de présenter ici : celle de la monnaie, car, globalement, l’Italie méridionale, qui en produit peu, en importe, notamment (mais non seulement) grâce au commerce. Cette voie de recherche présente un inconvénient : elle se fonde sur des données extrêmement dispersées (de multiples chartes parlant de monnaie) et il est difficile de fournir l’ensemble des justificatifs.

6Je traiterai globalement de l’Italie méridionale et de la Sicile, soit de tous les territoires qui, à partir de 1130, constituent le royaume de Sicile : les actuelles régions des Abruzzes, du Molise, de Campanie, Pouille, Basilicate, Calabre et Sicile. Or le royaume de Roger II (1130-1154) et de Frédéric II (1197-1250), en dépit de sa forte centralisation (qui distingue toutefois, pour l’administration, l’ensemble Sicile-Calabre et le reste) est un conglomérat de territoires ayant connu auparavant des destinées différentes. Les petits duchés tyrrhéniens de Naples, Amalfi et Gaète sont des restes, devenus en fait indépendants, de l’Italie byzantine de l’époque exarchale. Le gros du territoire continental appartenait aux principautés lombardes, héritières du duché de Bénévent qui, en 774, avait refusé de reconnaître la souveraineté carolingienne ; mais la Pouille lombarde a été conquise à la fin du ixe siècle par l’Empire byzantin, qui avait d’autre part gardé la Calabre, mais perdu la Sicile, conquise au ixe siècle par les Aghlabides d’Ifrīqiya ; enfin les Abuzzes avaient appartenu au duché de Spolète, intégré à l’Empire carolingien. Tous ces territoires sont conquis par les Normands entre les années 1030 et les années 1090, avant d’être politiquement unifiés par le comte de Sicile Roger II, devenu roi « de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue ».

7Mais, à la veille de la conquête normande, du point de vue qui nous occupe, ces territoires sont partagés entre les trois grandes dominations qui se partagent la Méditerranée : dār al-Islām (Sicile) ; empire byzantin (Pouille, Calabre, et, en théorie, duchés tyrrhéniens) ; empire carolingien (Abruzzes), les principautés lombardes constituant une zone à part, mais franchement occidentale. Or, chacune de ces dominations constitue, on le sait, théoriquement une zone monétaire. D’où la complexité, de ce point de vue, de l’Italie méridionale où, en outre, les zones monétaires ne correspondent pas systématiquement aux dominations politiques.

Les monnaies avant les Normands

  • 13 Sur tout ce qui suit, voir Jean-Marie Martin, « Economia naturale ed economia monetaria nell’Italia (...)

8Passons rapidement sur les principautés lombardes, qui ne sont intéressantes pour nous que pendant le haut Moyen Âge13 : comme le royaume lombard, le duché lombard de Bénévent a frappé, du viie au ixe siècle, des monnaies d’or (sou et tremissis) imitées des pièces byzantines, mais dont le titre a beaucoup baissé ; elles ont ensuite adopté le denier d’argent sur le modèle carolingien. La monnaie bénéventaine a été également utilisée à Amalfi, Naples frappant sa propre monnaie d’origine byzantine.

9Du xe au xiiie siècle, l’Italie méridionale produit encore des monnaies, mais utilise surtout des pièces importées depuis les trois aires auxquelles elle participe. Notons tout de suite que cette situation de carrefour présente des inconvénients, les différents systèmes utilisant des métaux, des poids et des titres qui peuvent différer.

Les trois aires monétaires

10Le monde occidental carolingien et post-carolingien ne produit qu’une seule pièce : le denier d’argent (12 deniers valant un sou de compte et 20 sous une livre de compte) ; la fragmentation politique de l’Empire carolingien fait en outre diverger la valeur des divers deniers locaux (Pavie et Lucques par exemple).

  • 14 Cécile Morrisson, « La dévaluation de la monnaie byzantine au xie siècle : essai d’interprétation » (...)

11L’Empire byzantin utilise au contraire des monnaies toutes frappées à Constantinople et bien contrôlées par l’État. Il frappe trois métaux : le sou d’or ou nomisma (4,55 g d’or, d’excellent titre jusqu’au début du xie siècle), qui constitue la base du système ; le miliarèsion d’argent, valant un douzième de sou ; le follis de cuivre, valant un vingt-quatrième de miliarèsion. Dans le courant du xie siècle, le sou se dévalue, lentement (1040-1060), puis plus rapidement (1060-1080)14. La restauration du sou (hyperpère) à la fin du xie siècle, après que l’Italie méridionale fut sortie de l’Empire, ne semble pas avoir d’incidence sur place.

  • 15 Voir Maria Amalia De Luca, « Un contributo al dibattito sull’introduzione del quarto di dīnār e sul (...)

12La monnaie musulmane, en Égypte et en Afrique du Nord, a pour modèle initial le sou byzantin ; mais, à la fin du viie siècle, le calife omayade ‘Abd al-Malik abaisse le poids de la pièce (le dīnār) à 4,25 g. Enfin, dans la Sicile musulmane, on frappe une toute petite pièce d’or, le rubā‘ī ou tarin, évalué à un quart de dīnār, mais qui se rattache peut-être au vieux sou sicilien d’époque byzantine (qui n’avait pas la même valeur que celui de Constantinople)15.

Les aires de circulation à l’époque pré-normande

13Avant l’unification normande, dans quelles régions de l’Italie méridionale ces monnaies circulent-elles, et pourquoi ?

La monnaie byzantine

  • 16 Paul Lemerle, « “Roga” et rente d’État aux xe-xie siècles », Revue des Études Byzantines, n° 25, 19 (...)
  • 17 Jean-Marie Martin, La Pouille…, op. cit., p. 699-700.
  • 18 La traduction latine des deux actes a été copiée dans le Registrum Petri Diacono (Archivio di Monte (...)
  • 19 Lucia Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, Istituto storico italiano per il Medio E (...)

14La monnaie byzantine, sur le territoire de l’Empire, ne sert pas seulement au commerce ; on l’utilise pour payer les fonctionnaires, les militaires, pour verser leur rente aux titulaires de dignités16 (nombreux dans la zone centrale de la Pouille17), enfin pour faire des cadeaux : Constantin Monomaque offre au Mont-Cassin une rente annuelle de 2 livres d’or (144 sous), Michel VII de 24 livres (1728 sous, dévalués de moitié au moins, il est vrai)18. On peut voir à deux indices que la monnaie byzantine circulant en Italie n’y arrive pas seulement par le commerce : en Calabre, on a trouvé d’assez nombreux folleis byzantins de classe C (1034-1041), qui peuvent être liés aux dépenses militaires liées à l’expédition menée en Sicile par Georges Maniakès19. D’autre part, après que l’Italie méridionale eut été arrachée à l’Empire (prise de Bari en 1071), le sou byzantin disparaît totalement de la documentation, alors que le commerce avec l’Empire continue.

  • 20 Cécile Morrisson, « Le Michaèlaton et les noms de monnaies à la fin du xie siècle », Travaux et Mém (...)

15Mais, jusqu’à cette date, la monnaie constantinopolitaine circule bien en Pouille. Les chartes évoquent des sous, des folleis et même (mais peu) des miliarèsia ; elles permettent même de suivre les dévaluations du xie siècle, en évoquant les sous Romanati (de Romain III, 1028-1034, avant la dévaluation), stellati (à l’étoile, peut-être de Constantin IX Monomaque, 1042-1055), ducati (de Constantin X Doukas, 1059-1067), Michaelati (de Michel VII, 1071-1078, dévalués de la moitié au moins20 et arrivés sous forme de tributs aux Normands).

La monnaie musulmane

16Elle circule normalement dans la Sicile musulmane, mais pas seulement ; or, sur le continent, où les musulmans ne se sont pas durablement implantés, elle ne peut arriver que par la voie commerciale. Certes, les sources narratives n’envisagent les rapports de la Sicile musulmane avec l’Italie méridionale (et surtout la Calabre) que sous la forme de razzias ; mais il faut bien supposer que la Calabre, et même tout le versant tyrrhénien du Mezzogiorno avaient plus de rapports commerciaux avec la Sicile musulmane qu’avec la Pouille byzantine ou le reste de l’Empire. Ces régions sont, en effet, progressivement conquises par le tarin sicilien, qui apparaît à Amalfi en 907, à Gaète et Salerne en 911, à Naples (un peu plus longtemps fidèle au sou byzantin) en 935. Quant à la Calabre, qui n’a pas conservé de documentation écrite antérieure, le brébion de la cathédrale de Reggio (vers 1050) ne cite comme monnaie que le tarin (parfois même appelé rubā‘ī). Encore une fois, la présence de la monnaie sicilienne ne peut s’expliquer que par le commerce, plus précisément un commerce excédentaire pour les régions continentales. Ce n’est pas surprenant dans le cas d’Amalfi, mais ce n’est probablement pas ce seul port qui répand le tarin dans toutes les zones tyrrhéniennes ; son utilisation dans la Calabre byzantine (où le sou n’est pas mentionné) est particulièrement intéressante : ce thème reçoit des folleis de Constantinople, mais a abandonné l’usage du sou. Dans les années 1030-1050, le tarin gagne encore du terrain : on le rencontre à Bénévent, puis même dans le nord de la Pouille byzantine.

La monnaie franque

17Le denier d’argent (frappé en Italie du Nord), qui circule nomalement dans les Abruzzes franques, s’installe aussi, vers 980, à Gaète, port tyrrhénien important, situé tout près de la frontière du Patrimoine de Saint-Pierre (dans l’Italie franque) et en relations commerciales (on l’a vu) avec le Nord.

18On voit que, au milieu du xie siècle, les trois aires monétaires méditerranéennes se partagent l’Italie méridionale, mais sans suivre les frontières politiques. On note surtout que le Midi continental n’utilise que des pièces frappées à l’extérieur

La monnaie à l’époque normande

19Les choses se compliquent dans la seconde moitié du xie siècle, du fait, certes, de la conquête normande qui commence par désorganiser le pays, mais plus encore à cause de phénomènes externes.

Les crises du milieu du xie siècle

20La seconde moitié du xie siècle est marquée par une double crise, dans ces régions qui (à l’exception de la Sicile) ne produisent pas de monnaies.

  • 21 Bruno Callegher et Cécile Morrisson, « Miliareni de follibus : la trouvaille de folles byzantins de (...)
  • 22 Jean-Marie Martin, La Pouille…, op. cit., p. 453-457.
  • 23 Ibid., p. 457. Françoise Dumas, « Les monnaies normandes (xie-xiie siècles) avec un répertoire des (...)

21La première, déjà évoquée, est, certes, économique, mais a des causes politiques. L’éviction de Byzance prive la Pouille de sa principale source d’approvisionnement monétaire. La région, plongée dans l’anarchie de la première période normande, survit difficilement à cette pénurie. Elle se coupe nettement en deux. À Bari (mais seulement dans cette ville), le sou de Michel VII est cité dans les documents de la pratique jusque vers 1110 : peut-être arrive-t-il encore par la voie commerciale. Mais, ensuite, les chartes ne mentionnent plus, comme monnaie en circulation, que le follis de cuivre, appelé vers 1120 ramesina (« rame » signifie cuivre en italien) ; il s’agit probablement d’imitations du follis byzantin frappées dans les régions lombardes (Salerne) et de quelques pièces byzantines restées sur place (elles étaient abondantes à l’époque byzantine21). On reconstruit péniblement, sur cette base étriquée, des monnaies de compte, miliarèsion et nomisma (calculé à 104 ramesine, au lieu de 288 normalement)22. On trouve aussi de rares deniers français, de Rouen (dont on a trouvé deux trésors à Aversa, près de Naples23), importés par les Normands et quelques monnaies exotiques.

22Dans le nord de la Pouille (Capitanate) comme dans la région de Bénévent (un moment gagnées par le tarin), au contraire, arrivent dans les années 1060 des deniers de Pavie (Papienses, frappés au nom des Otton ou de Henri II), qui dénotent un commerce qui tend à se tourner vers le nord ; mais la tradition byzantine fait imaginer une monnaie de compte, le Romanatus (le sou d’avant la dévaluation), qui, désormais, vaut trente deniers.

23La seconde crise concerne la monnaie musulmane. Assez brusquement, au milieu du xie siècle, le tarin de Sicile cesse d’arriver dans l’Italie méridionale. On suppose que cette pièce était frappée grâce à l’or venu d’Afrique (et aussi à un peu d’or produit localement). Or le milieu du xie siècle est marqué en Afrique du Nord par de graves crises : l’invasion hilālienne ravage l’Ifrīqiya, l’empire Almoravide se constitue plus à l’ouest ; on suppose que ces bouleversements politiques sont la cause principale de la crise monétaire de l’Italie méridionale tyrrhénienne.

Les nouvelles monnaies

Les tarins d’Amalfi et de Salerne

  • 24 Jean-Marie Martin, Economia naturale…, op. cit., p. 204-208.
  • 25 Philip Grierson, « The Salernitan coinage of Gisulf II (1052-1077) and Robert Guiscard (1077-1085)  (...)
  • 26 Philip Grierson, « La monetazione amalfitana nei secoli xi e xii, dans Convegno internazionale…, op (...)
  • 27 Lucia Travaini, La Monetazione…, op. cit., p. 154-155.
  • 28 Jean-Marie Martin, « Le monete d’argento nell’Italia meridionale del sec. XII secondo i documenti d (...)

24En tout cas, on voit apparaître dans les actes de cette région deux nouvelles monnaies, frappées sur place : le tarin d’Amalfi et le tarin de Salerne, imitations locales de la pièce d’or sicilienne manifestement destinées à la suppléer24. L’atelier monétaire de Salerne, fermé depuis longtemps, a dû être remis en activité durant la première moitié du xie siècle et devient actif surtout sous le prince Gisulf II (1052-1077) ; on y frappe des imitations de tarins et on y refrappe des folleis25. Le nouvel atelier d’Amalfi ne frappe que des tarins26. Les tarins d’Amalfi et de Salerne sont reconnaissables aux légendes pseudo-coufiques, dépourvues de signification, qu’ils portent. Mais la création de ces monnaies ne résout pas le problème de l’approvisionnement en or : si les premiers tarins de Salerne ont un bon titre (de 80 à 100 %), ce titre tombe rapidement (56 à 70 %) ; celui du tarin d’Amalfi est encore inférieur (moins de 30 % dans les années 1080)27 ; au xiie siècle, il contient officiellement 5/12 d’or et autant d’argent28.

25Ces pièces (folleis de Salerne, tarins d’Amalfi et de Salerne) sont les premières à être frappées dans l’Italie méridionale continentale depuis la fin de la frappe de la monnaie bénéventaine, vers 900. Ce sont encore des pièces de contrefaçon et de bas aloi.

Les tarins normands de Sicile

  • 29 Lucia Travaini, La Monetazione…, op. cit., p. 107-137.

26En 1072, le duc de Pouille Robert Guiscard et le comte de Sicile Roger Ier s’emparent de Palerme et y reprennent, à leur nom, la frappe des vrais tarins. Leur titre n’est plus (comme celui des derniers tarins arabes) que de 16 1/3 carats (un peu plus de deux tiers d’or) ; mais il reste désormais inchangé jusqu’à la suppression du tarin par Charles Ier d’Anjou en 1278. Le type change toutefois29. En effet, les premiers tarins normands, comme leurs prédécesseurs arabes, portaient la profession de foi musulmane (šahada) ; après la mort de Robert Guiscard (1085), le comte Roger Ier, sans toucher la šahada, inscrit de l’autre côté de la pièce la lettre T (tau grec), qui ressemble à une croix. Son fils Roger II raccourcit la šahada (en supprimant la référence au Prophète) ; quand il devient roi, en 1130, il y inscrit son nouveau titre (malik en arabe) et ajoute son laqab (appellation honorifique utilisée par les califes et autres hauts personnages) : al-mu‘tazz billāh (fort par la grâce de Dieu) ; enfin, en 1140, il remplace la šahada par une croix cantonnée des lettres IC XC NI KA (Ièsous Christos nika, Jésus-Christ, victoire, en grec) : en dépit de son épigraphie partiellement arabe, le tarin est devenu une pièce chrétienne.

27Le tarin normand pèse, en théorie, environ un gramme ; en réalité, son poids est extrêmement variable ; mais, comme son titre est très stable, on l’utilise au poids et on crée comme monnaie de compte l’once de 30 tarins. Cette bonne monnaie d’or, assez maniable, devient au xiie siècle la monnaie principale de tout le royaume. Elle apparaît en Pouille dans les années 1140 et s’y impose dans les années 1150-60. On la trouve dans un acte amalfitain de 1142 (qui évoque des tari Saracenesci, puisque la légende est en partie arabe) ; il se diffuse surtout à partir de 1160 sur la côte, de 1180 dans l’intérieur. Mais, dans la zone tyrrhénienne, le bon tarin de Sicile (compté en onces de trente tarins) coexiste avec les tarins dévalués d’Amalfi et de Salerne (dont quatre font un « sou », c’est-à-dire un dīnār) ; le tarin de Sicile vaut environ deux tarins d’Amalfi, devenus monnaie divisionnaire.

Le ducat

  • 30 Ibid., p. 210-218.

28Pour la Pouille, où la circulation monétaire, on l’a vu, était très insuffisante, Roger II imagine en 1140 une nouvelle monnaie, le ducat d’argent (frappé à Palerme, mais pour le duché de Pouille)30, dont le chroniqueur Falcon de Bénévent, très opposé au roi, dit le plus grand mal. Il s’agit en fait d’une belle pièce d’argent de 2,70 g avec un titre de 56 %, comparable à celui des monnaies d’argent de l’Italie du nord. Sa création marque le premier rapprochement de la monnaie du Royaume avec celles du reste de l’Occident. Sa circulation est bien attestée : à partir de 1145, les chartes ne parlent plus ni de ramesine, ni de deniers de Pavie ; on met le ducat en rapport avec les unités monétaires préexistantes : dans la Pouille centrale, on compte 13 ducats par sou (de compte) de 104 ramesine (soir 8 ramesine pour un ducat) ; en Capitanate, on estime le sou (de compte) à 15 ducats, soit deux deniers par ducat.

29Ajoutons que les Normands continuent à frapper des pièces divisionnaires de cuivre, parfois très originales : ainsi les pièces de Guillaume II [1166-89] avec une tête de lion et un palmier.

Les deniers français

  • 31 Jean-Marie Martin, La Pouille..., op. cit., p. 466-469.
  • 32 Pierre Toubert, L’Europe..., op. cit., p. 580-584.

30Mais le ducat disparaît des documents en 1166/67. En 1160, dans le nord de la Pouille, un paiement calculé en ducats est en réalité versé en deniers de Provins (3 provinois pour un ducat)31. La pièce champenoise, sans doute venue en Italie grâce aux foires de Champagne, atteint la région romaine en 1155, y devient la monnaie dominante entre 1160 et 1170, y est enfin imitée (provinois du Sénat) en 1176-117732. Un document de Pouille évoque même, précisément, les « provinois au râteau » : il s’agit évidemment du peigne à carder la laine qui orne ces pièces. On trouve également, en Pouille, quelques deniers d’Angers, qui, dans le monde Plantagenet, correspondent aux provinois.

31Enfin, Henri VI et Frédéric II frappent dans le royaume des deniers apparentés aux deniers occidentaux ; la frappe des tarins d’Amalfi et de Salerne cesse en 1222 : le royaume s’occidentalise et la monnaie d’or devient moins importante que la monnaie d’argent.

Vue d’ensemble

32De cette histoire particulièrement complexe, on peut tirer quelques idées simples.

33Les monnaies de l’Italie du Sud et de la Sicile sont appréciées des numismates parce que l’État qui les frappe (il n’y a pas d’atelier privé) y utilise une symbolique du pouvoir assez sophistiquée. L’État normand, situé au carrefour des trois aires de civilisation de la Méditerranée, utilise pour cela des éléments empruntés à ces trois aires et accumulés de façon parfois étrange : les premiers tarins normands de Sicile, émis par des souverains chrétiens, portent la šahada ; ensuite, ils indiquent à la fois en arabe le laqab royal et en grec l’invocation, chrétienne et byzantine, Ièsous Christos nika ; le ducat, qui circule dans la Pouille latine, est marqué de l’effigie du Christ pantokratôr ; au contraire, les folleis de Salerne représentaient une ville entourée de murs et de tours, à l’imitation des monnaies germaniques. On a donc affaire à une monnaie à dominante iconographique byzantine (le roi porte le kamélaukon et le loros), mais avec de substantiels éléments épigraphiques arabes.

  • 33 Jean-Marie Martin, La Pouille..., op. cit., p. 474.

34Mais, si l’aspect symbolique est fortement marqué, la valeur économique de la monnaie est moins nette. J’ai été frappé, quand je travaillais sur la Pouille, du fait qu’au xiie siècle, et surtout après 1150, la masse monétaire en circulation semblait insuffisante économiquement : bien des assignations matrimoniales sont faites en biens immobiliers faute de numéraire disponible, on utilise des monnaies de substitution, surtout dans les régions éloignées des centres commerciaux33 ; il semble que la pénurie monétaire s’aggrave précisément au moment où elle se fait moins sentir dans le reste de l’Occident.

35En outre, surtout avant l’unification du Midi et de la Sicile par les Normands – mais encore après –, le Midi continental utilise surtout des monnaies frappées à l’étranger : sou, miliarèsion et follis byzantins, tarin sicilien, denier de Pavie ou de Rouen, plus tard denier de Provins ou d’Angers. En fait, l’histoire de ces importations monétaires comprend deux temps. Jusqu’au milieu du xie siècle, le commerce d’Amalfi (et de quelques autres ports) assure au Midi un approvisionnement en or (tarins), complété par la monnaie qui, pour des raisons qui ne sont pas seulement commerciales, arrive de Constantinople en Pouille. Les relations commerciales (et politiques) attirent ces régions vers l’Est et, encore plus, le Sud ; les relations monétaires avec le Nord se limitent aux Abruzzes et à Gaète et commencent à s’étendre, pendant la première époque normande, à la Capitanate et à la région bénéventaine. Au total, c’est la prééminence de ses relations orientales et méridionales – et non ses ressources propres – qui fait que le Midi utilise des monnaies d’or alors que l’Occident ne frappe et ne voit circuler que de l’argent. Mais l’afflux d’or est interrompu, assez brutalement, vers 1050.

36L’union du Midi à la Sicile fournit à l’ensemble du royaume une bonne monnaie d’or, le tarin (qui n’est plus une pièce importée) ; il coexiste avec des pièces de cuivre de tradition arabe ou byzantine. Mais la création d’une monnaie d’argent semblable à celles de l’Occident – le ducat – est un relatif échec. Il est remarquable qu’il soit remplacé par des monnaies d’argent françaises, dont la présence traduit une réorientation des relations du Royaume vers l’Europe et non plus vers le monde méditerranéen. Cela aboutit, paradoxalement, à sa progressive conversion à la monnaie d’argent au moment où l’Europe occidentale reprend la frappe de l’or. À l’époque angevine, le royaume de Sicile abandonne pratiquement la frappe de l’or, utilisant le florin de Florence.

37Globalement, les régions étudiées ont une activité commerciale assez importante pour pouvoir suppléer en partie l’insuffisance de la frappe locale, mais de plus en plus difficilement.

Bibliographie

Bibliographie

Brühl Carlrichard, Violante Cinzio, Die « Honorantie civitatis Papie », Cologne-Vienne, Böhlau, 1983.

Cahen Claude, « Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lendemain de la première Croisade », dans Convegno internazionale 14-16 giugno 1973. Amalfi nel Medioevo, Salerne, Centro Raffaele Guariglia, 1977, p. 269-283.

Callegher Bruno, Morrisson Cécile, « Miliareni de follibus : la trouvaille de folles byzantins de Cannes (milieu du xe siècle) », dans Cuozzo Errico, Déroche Vincent, Peters-Custot Annick et Prigent Vivien, Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, ACHByz, « Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies », 30, 2008, 2 vol., I, p. 105-122.

Cheynet Jean-Claude, « Dévaluation des dignités et dévaluation monétaire dans la seconde moitié du xie siècle », Byzantion, n° 53, 1983, p. 453-471.

Del Treppo Mario, Leone Alfonso, Amalfi medioevale, Naples, Giannini, 1977.

De Luca Maria Amalia, « Un contributo al dibattito sull’introduzione del quarto di dīnār e sulla sua possibile derivazione da modelli bizantini », dans Nef Annliese et Prigent Vivien, La Sicile de Byzance à l’Islam, Paris, De Boccard, 2010, p. 113-130.

Devroey Jean-Pierre, Études sur le grand domaine carolingien, Aldershot, Variorum Reprints, 1993.

Dumas Françoise, « Les monnaies normandes (xie-xiie siècles) avec un répertoire des trouvailles », Revue Numismatique, VI, 21, 1979, p. 84-140.

Grierson Philip, « The Salernitan coinage of Gisulf II (1052-1077) and Robert Guiscard (1077-1085) », Papers of the British School at Rome, 24, 1956, p. 37-59, réimpr. dans Id., Later Medieval Numismatics (11th-16th centuries), Londres, Variorum Reprints, 1979.

Grierson Philip, « La monetazione amalfitana nei secoli xi e xii », dans Convegno internazionale…, op. cit., p. 217-243, réimpr. dans idem, Later Medieval Numismatics…, op. cit.

Lemerle Paul, « « Roga » et rente d’État aux xe-xie siècles », Revue des Études Byzantines, n° 25, 1967, p. 77-100, réimpr. dans idem, Le monde de Byzance : histoire et institutions, Londres, Variorum Reprints, 1978.

Martin Jean-Marie, Les chartes de Troia. I (1024-1266), Bari, Società di storia patria per la Puglia, coll. « Codice diplomatico pugliese », 21, 1976.

Martin Jean-Marie, « Economia naturale ed economia monetaria nell’Italia meridionale longobarda e bizantina (secoli vi-xi) », dans Romano Ruggiero et Tucci Ugo, Storia d’Italia. Annali, 6. Economia naturale, economia monetaria, Turin, Einaudi, 1983, p. 179-219.

Martin Jean-Marie, « Le monete d’argento nell’Italia meridionale del sec. xii secondo i documenti d’archivio », Bollettino di numismatica, 6-7, 1986, p. 85-96.

Martin Jean-Marie, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, « Collection de l’École française de Rome », 179, 1993.

Martin Jean-Marie, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du xiiie siècle », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, « Collection de l’École française de Rome », 245. « Nuovi studi storici », 45, 1998, p. 601-648.

Martin Jean-Marie, « L’économie du Royaume normanno-souabe », dans Fonseca Cosimo Damiano, Mezzogiorno-Federico II-Mezzogiorno, Rome, De Luca, 1999, 2 vol., I, p. 153-189.

Martin Jean-Marie, « Amalfi e le città marinare del Mezzogiorno d’Italia », Rassegna del Centro di cultura e storia amalfitana, n° 39-40, 2010, p. 29-49.

Morrisson Cécile, « Le Michaèlaton et les noms de monnaies à la fin du xie siècle », Travaux et Mémoires (centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance), n° 3, 1968, p. 369-374.

Morrisson Cécile, « La dévaluation de la monnaie byzantine au xie siècle : essai d’interprétation », Travaux et Mémoires (centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance), n° 6, 1976, p. 3-47.

Nitti Francesco, Le pergamene di S. Nicola di Bari. Periodo svevo (1195-1266), Bari, Società di storia per la Puglia, coll. « Codice diplomatico barese », 6, 1906.

Saguì Lucia, Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi, 5. L’esedra della Crypta Balbi nel Medioevo (xi-xv secolo), I, Florence, Insegna del Giglio, coll. « Biblioteca di Archeologia Medievale », 6, 1990.

Toubert Pierre, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, Rome, « Bibliothèque des Écoles françaises et de Rome », 121, 1973, 2 vol.

Toubert Pierre, L’Europe dans sa première croissance de Charlemagne à l’an mil, Paris, Fayard, 2004.

Travaini Lucia, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, coll. « Nuovi studi storici », 28, 1995.

Trinchera Francesco, Syllabus Graecarum membranarum, Naples, Typis Josephi Cataneo, 1865.

Notes

1 Lucia Saguì, Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi, 5. L’esedra della Crypta Balbi nel Medioevo (xi-xv secolo), I, Florence, Insegna del Giglio, « Biblioteca di Archeologia Medievale », 6, 1990.

2 Jean-Pierre Devroey, Études sur le grand domaine carolingien, Aldershot, Variorum Reprints, 1993 ; Pierre Toubert, L’Europe dans sa première croissance de Charlemagne à l’an mil, Paris, Fayard, 2004.

3 Jean-Marie Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, « Collection de l’École française de Rome », 179, 1993, p. 428-433.

4 Ibid., p. 436.

5 Claude Cahen, « Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lendemain de la première Croisade », dans Convegno internazionale 14-16 giugno 1973. Amalfi nel Medioevo, Salerne, Centro Raffaele Guariglia, 1977, p. 269-283.

6 Carlrichard Brühl, Cinzio Violante, Die « Honorantie civitatis Papie », Cologne-Vienne, Böhlau, 1983, p. 18.

7 Mario Del Treppo, Alfonso Leone, Amalfi medioevale, Naples, Giannini, 1977, p. 17-38.

8 Jean-Marie Martin, « Amalfi e le città marinare del Mezzogiorno d’Italia », Rassegna del Centro di cultura e storia amalfitana, n° 39-40, 2010, p. 29-49.

9 Jean-Marie Martin, Les chartes de Troia. I (1024-1266), Bari, Società di storia patria per la Puglia, coll. « Codice diplomatico pugliese », 21, 1976, n° 57.

10 Francesco Nitti, Le pergamene di S. Nicola di Bari. Periodo svevo (1195-1266), Bari, Società di storia per la Puglia, coll. « Codice diplomatico barese », 6, 1906, n° 42.

11 Jean-Marie Martin, « L’économie du Royaume normanno-souabe », dans Fonseca Cosimo Damiano, Mezzogiorno-Federico II-Mezzogiorno, Rome, De Luca, 1999, 2 vol., I, p. 153-189.

12 Jean-Marie Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du xiiie siècle », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, « Collection de l’École française de Rome », 245. « Nuovi studi storici », 45, 1998, p. 601-648.

13 Sur tout ce qui suit, voir Jean-Marie Martin, « Economia naturale ed economia monetaria nell’Italia meridionale longobarda e bizantina (secoli vi-xi) », dans Romano Ruggiero et Tucci Ugo, Storia d’Italia. Annali, 6. Economia naturale, economia monetaria, Turin, Einaudi, 1983, p. 179-219.

14 Cécile Morrisson, « La dévaluation de la monnaie byzantine au xie siècle : essai d’interprétation », Travaux et Mémoires, n° 6, 1976, p. 3-47.

15 Voir Maria Amalia De Luca, « Un contributo al dibattito sull’introduzione del quarto di dīnār e sulla sua possibile derivazione da modelli bizantini », dans Nef Annliese et Prigent Vivien, La Sicile de Byzance à l’Islam, Paris, De Boccard, 2010, p. 113-130. Vivien Prigent a récemment écrit une nouvelle étude (sous presse) sur le sujet.

16 Paul Lemerle, « “Roga” et rente d’État aux xe-xie siècles », Revue des Études Byzantines, n° 25, 1967, p. 77-100, repris dans idem, Le monde de Byzance : histoire et institutions, Londres, Variorum Reprints, 1978. Jean-Claude Cheynet, « Dévaluation des dignités et dévaluation monétaire dans la seconde moitié du xie siècle », Byzantion, n° 53, 1983, p. 453-471.

17 Jean-Marie Martin, La Pouille…, op. cit., p. 699-700.

18 La traduction latine des deux actes a été copiée dans le Registrum Petri Diacono (Archivio di Montecassino), n° 144 et 145 ; le second a été édité dans Francesco Trinchera, Syllabus Graecarum membranarum, Naples, 1865, n° 47.

19 Lucia Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, coll. « Nuovi studi storici » 28, 1995, p. 236-237.

20 Cécile Morrisson, « Le Michaèlaton et les noms de monnaies à la fin du xie siècle », Travaux et Mémoires, n° 3, 1968, p. 369-374.

21 Bruno Callegher et Cécile Morrisson, « Miliareni de follibus : la trouvaille de folles byzantins de Cannes (milieu du xe siècle) », dans Cuozzo Errico, Déroche Vincent, Peters-Custot Annick et Prigent Vivien, Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, ACHByz, « Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies », 30, 2008, 2 vol. I, p. 105-122.

22 Jean-Marie Martin, La Pouille…, op. cit., p. 453-457.

23 Ibid., p. 457. Françoise Dumas, « Les monnaies normandes (xie-xiie siècles) avec un répertoire des trouvailles », Revue Numismatique, VI, 21, 1979, n° 59 et 67.

24 Jean-Marie Martin, Economia naturale…, op. cit., p. 204-208.

25 Philip Grierson, « The Salernitan coinage of Gisulf II (1052-1077) and Robert Guiscard (1077-1085) », Papers of the British School at Rome, 24, 1956, p. 37-59, repris dans idem, Later Medieval Numismatics (11th-16th centuries), Londres, Variorum Reprints, 1979. Lucia Travaini, La Monetazione…, op. cit., p. 153-186.

26 Philip Grierson, « La monetazione amalfitana nei secoli xi e xii, dans Convegno internazionale…, op. cit., p. 217-243, repris dans idem, Later Medieval Numismatics…, op. cit.

27 Lucia Travaini, La Monetazione…, op. cit., p. 154-155.

28 Jean-Marie Martin, « Le monete d’argento nell’Italia meridionale del sec. XII secondo i documenti d’archivio », Bollettino di numismatica, 6-7, 1986, p. 91-92.

29 Lucia Travaini, La Monetazione…, op. cit., p. 107-137.

30 Ibid., p. 210-218.

31 Jean-Marie Martin, La Pouille..., op. cit., p. 466-469.

32 Pierre Toubert, L’Europe..., op. cit., p. 580-584.

33 Jean-Marie Martin, La Pouille..., op. cit., p. 474.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search