Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Les marqueurs des échanges

Représenter le commerce de la poterie à Byzance

Description of pottery trade in Byzantium

Véronique François
Traduction de Clément Authié

Résumé

Grâce aux découvertes archéologiques, nous savons qu’en Méditerranée, au Moyen Âge, la céramique circulait parfois fort loin de ses centres de fabrication. Ce que nous ignorons souvent, ce sont les modalités de cette circulation. Ces dernières sont parfois renseignées par des sources écrites mais, pour l’Empire byzantin, l’apport des textes sur la question du commerce de la vaisselle est très limité. Une cartographie des découvertes, établie sur la base d’un dépouillement bibliographique minutieux, permet de dessiner un tableau de la répartition des principaux types de vaisselle de table, produits et commercialisés, entre le viie et le xve siècle, dans l’Empire et hors ses frontières. Pour appréhender le marché de la vaisselle et afin de dégager des modèles de diffusion et de consommation, les données archéologiques sont ensuite mises en perspective avec des données géographiques, géopolitiques et économiques. Ces confrontations mettent en évidence les aires de distribution des productions contemporaines en termes de complémentarité et de concurrence et contribuent à l’étude des flux de circulation de ces produits sur de longues distances, à l’échelle de la Méditerranée mais aussi, comme nous le verrons pour Pergame et Nicée, à des échelles régionale et macro-régionale plus réduites.

Texte intégral

  • 1 Pour divers exemples, voir Véronique François, « Réalités des échanges en Méditerranée orientale du (...)
  • 2 Charalambos Kritzas, « Τό Вυζαντινόν ναυάγιον Πελαγννήσου-Αλοννήσου », Άρχαιολογικά Άνάλεκτα έξ Άθη (...)
  • 3 Giorgios Philotheou, Maria Michailidou, Βυξαντινά πινάκια από το φορτίο ναυάγισμένου πλοίου κοντά σ (...)
  • 4 Sergueï M. Zelenko, « The results of underwater archaeological research in the Black Sea by the Tar (...)

1Grâce aux découvertes archéologiques nous savons qu’en Méditerranée, au Moyen Âge, la céramique circulait parfois fort loin de ses centres de fabrication. Ce que nous ignorons souvent, ce sont les modalités de cette circulation. Ces dernières sont parfois renseignées par des sources écrites telles que des actes de nolisement, des comptes de péages, des registres de taxation, des chroniques et des récits de voyages ou encore des listes de cadeaux diplomatiques1. Cependant certaines zones géographiques sont mieux renseignées que d’autres et, pour l’Empire byzantin, l’apport des textes sur la question du commerce de la vaisselle est très limité. Elle peut être appréhendée parfois à travers l’étude des cargaisons de navires naufragés dans le bassin oriental de la Méditerranée. L’épave de Serçe Limanı, datée du début du xie siècle par des monnaies de Basile II et des poids en verre fatimides, retrouvée dans un port naturel de la côte turque méridionale, au nord de Rhodes, est parmi les plus intéressantes des épaves orientales car c’est la totalité de la cargaison qui est conservée. Il est donc possible d’estimer la place occupée par la vaisselle dans ce deux-mâts, équipé pour le cabotage et la remontée des rivières, qui a probablement appareillé d’un port des côtes syro-palestiniennes à destination de la mer Noire. À bord, des meules servaient de lest, mais le ballast était aussi assuré par trois tonnes de verre brisé destinées à la refonte dans des ateliers de verriers. Le navire transportait aussi une centaine d’amphores byzantines contenant du vin et des fruits secs ainsi que divers objets manufacturés : quatre-vingt vases en verre issus d’ateliers syriens ; trois douzaines de céramique culinaire à pâte rouge glaçurée typiques des productions levantines ; six gargoulettes et quarante-quatre plats peints et incisés sous glaçure probablement d’origine syrienne. Dans cette cargaison, seules les amphores étaient byzantines tandis que la vaisselle de table et de cuisine était fatimide. Ces dernières représentaient une infime quantité des produits transportés par ce navire à la différence d’un bateau naufragé au large de Pélagonnisos dans les Sporades du Nord dont les cales contenaient plus de sept cent soixante-huit pièces de poteries byzantines datées de la fin xiie-début xiiie siècle. Onze jarres, soixante et une amphores, des lampes et des couvercles de terre cuite, un chaudron de cuivre et six meules ont également été remontés des profondeurs de l’Égée2. La vaisselle de table transportée par ce navire est de même type que celle mise au jour dans deux autres bateaux coulés, pour le premier, au large de l’île de Castellorizo au sud des côtes de Lycie et, pour le second, dans les Sporades à Skopélos3. Une autre épave intéressante pour tenter d’appréhender le commerce de la vaisselle à Byzance est l’épave de Novy Svet retrouvée en mer Noire, au large de Soldaïa, et fouillée depuis 1999 par une équipe de l’Université Taras Shevchenko de Kiev. Il s’agit vraisemblablement d’un navire pisan qui, après une course poursuite à travers la mer Noire depuis Constantinople, a été incendié et coulé le 14 août 1277 par une galère génoise devant Soldaïa, en représailles de rixes qui avaient opposé des marins génois et pisans à Constantinople4. Ses cales renfermaient des pithoi, de nombreuses amphores byzantines de type Günsenin 3 et 4, fréquemment attestées en mer Noire et en Méditerranée, et des objets en verre pareils à ceux mis au jour au Sud de l’Allemagne, en Italie, en Suisse et en Hongrie et sans doute fabriqués, dans la deuxième moitié du xiiie siècle, dans des ateliers italiens. Mais la cargaison était constituée pour l’essentiel de vaisselle de table d’origines diverses. Des productions occidentales – Graffita arcaica tirrenica des ateliers de Savone et Roulette Wares de Venise – côtoyaient des produits orientaux : des céramiques « d’Al Mina » de la région d’Antioche ou de Cilicie, des marmites de Beyrouth, des coupes franques des ateliers chypriotes de Paphos et quelques céramiques seldjoukides de Rûm. La vaisselle byzantine, outre la céramique de type Novy Svet, y était représentée par d’abondants exemplaires de Glazed White Wares IV probablement fabriqués à Constantinople et par de plus rares Zeuxippus Wares et Aegean Wares. La composition de cette cargaison, homogène du point de vue chronologique, est d’autant plus intéressante qu’elle associe des productions d’origines très variées.

2Ces découvertes importantes livrent quelques indications sur le transport maritime de la vaisselle de terre qui, le plus souvent, ne représentait qu’un complément de cargaison comme en atteste l’examen du matériel de l’épave de Novy Svet. Diverses productions étaient transportées d’une escale à une autre pour compléter, en fonction des ressources et des déficiences de chaque région, le cycle général des opérations marchandes. Cependant l’apport de ces découvertes archéologiques reste assez limité, ce qui justifie le recours à d’autres méthodes pour tenter de comprendre le commerce de la vaisselle à Byzance. La cartographie est une de ces méthodes.

Cartographier les données

Méthodes

3Cartographier les découvertes de céramiques byzantines ne consiste pas à fabriquer des images documentaires rendant compte d’un état de fait mais plutôt à concevoir des outils susceptibles de générer de nouvelles problématiques.

  • 5 Recherche en cours menée par l’auteur dans le cadre d’une monographie sur la production et le comme (...)
  • 6 Fonds de carte : MMSH-CartoMundi.

4Ces cartes, élaborées dans le cadre d’une recherche sur le commerce des poteries byzantines5, sont réalisées sur Illustrator, un logiciel de dessin très utilisé par les archéologues. Il fonctionne par couches séparées (des calques) qui sont documentées et qui peuvent être superposées et, par conséquent, peuvent être interrogées isolément ou conjointement. L’exercice consiste donc, dans un même ficher, à renseigner de nombreux calques pour les superposer de façon à pouvoir associer des données de natures diverses. La première étape consiste à créer les fonds de carte et à adopter une sémiologie graphique claire et significative, la seconde étape relève d’un travail documentaire, il faut rassembler les données que l’on veut cartographier6. Sur cette base, par la suite, toutes les combinaisons sont possibles pour chercher à mettre en évidence les aires de distribution des productions en termes de complémentarité et de concurrence.

  • 7 Compter les fragments ne consiste pas à calculer le nombre exact d’objet, mais à obtenir des ordres (...)

5Cette cartographie des découvertes consiste donc, à partir d’un dépouillement bibliographique minutieux, à localiser géographiquement les trouvailles archéologiques pour établir des cartes de répartition par catégorie. Elles ont leurs limites. Elles témoignent de la présence ou de l’absence d’un type sur un site donné, mais un vase isolé est le témoin d’une diffusion aléatoire ou marginale plutôt que l’indice d’un commerce développé alors que de plus grosses quantités d’objets témoignent d’une diffusion organisée. Pour prendre en compte ces différences de volume, il faudrait que les cartes incluent des données quantitatives, ce qui, en l’état de la recherche sur la céramique byzantine, est impossible. L’absence de comptage dans la plupart des publications rend difficile, voire tout à fait irréalisable, la mise en perspective des quantités de céramiques par catégorie7. Les cartes de répartition ne constituent que la carte des publications à partir desquelles elles ont été établies et ne représentent donc qu’un état de la recherche. Les disparités dans la documentation d’une région à une autre limitent évidemment leur portée. Ainsi, par exemple, la présence de céramiques byzantines sur les sites côtiers d’Asie Mineure est mieux documentée que celle des villes du plateau anatolien. Ce déséquilibre s’explique en partie parce que les zones les plus densément peuplées étaient l’Asie Mineure occidentale et côtière. L’exploration archéologique, souvent intense, des régions danubiennes, de la Thrace et de la Macédoine, du Péloponnèse, des côtes d’Asie Mineure, des côtes levantines, de Chypre et des sites côtiers de Crimée, du Sud et du Nord de la péninsule italienne est assez satisfaisante du point de vue de l’échantillonnage. Elle semble assez représentative du peuplement de l’Empire et de la répartition de la population dans les différentes provinces. Les régions proches de la mer, principalement vouées à l’agriculture, étaient plus peuplées que l’intérieur des terres où se pratiquait souvent l’élevage qui nécessitait moins de main d’oeuvre. Partout la population était essentiellement rurale tandis que les villes ne regroupaient tout au plus que quelques milliers d’individus. Les régions dans lesquelles le réseau des villes était le plus dense étaient proches de la mer, aussi bien dans les Balkans qu’en Asie Mineure et en Italie du Sud. Dans ce cadre, on peut considérer que la cartographie des découvertes de vaisselle sur un peu plus de 150 sites est assez représentative de la diffusion des productions byzantines de l’époque macédonienne à l’époque paléologue.

Quelques résultats

6Si on interroge ces cartes par catégorie de vaisselle, on peut mettre en évidence la diffusion des productions sur des aires géographiques plus ou moins vastes. Certaines productions ont été commercialisées à travers toute la Méditerranée, comme l’Aegean Ware par exemple (Carte 1), tandis que d’autres ont eu une aire de distribution beaucoup plus limitée telle que la Measles Ware, une vaisselle fabriquée au moins dans deux ateliers du Péloponnèse, Corinthe et Sparte, de la fin du xie au xiie siècle, et qui ne semble avoir été vendue que dans la partie occidentale de l’Empire byzantin (Carte 2). Ce type de données renseigne à la fois sur la taille des ateliers et sur les réseaux commerciaux qu’ils alimentaient. On peut aussi superposer les cartes de diffusion de productions contemporaines comme celles de l’Aegean Ware et de la Zeuxippus Ware (Carte 3). Les associations répétées sur les sites de consommation de ces deux catégories de vaisselle byzantine, repérées grâce à la représentation des découvertes, apparaissent comme les indices d’un réseau de distribution commun – peut-être un commerce de cabotage alimenté par de grands centres qui servaient de relais dans la diffusion de la vaisselle. On peut également mettre en évidence l’aire de diffusion des types par période et les superposer comme dans le cas des céramiques de Serres et des Elaborate Incised Wares réalisées dans les ateliers de Constantinople et de Varna de la fin du xiiie au xive siècle (Carte 4). Les cartes montrent des zones de diffusion clairement distinctes en même temps qu’une zone commune, la Macédoine, où ces vases entraient en concurrence sur le marché de la vaisselle. Toutes ces images présentent la dispersion des productions sur des aires plus ou moins vastes mais ne disent rien des modalités de cette circulation. Pour dégager des modèles de diffusion et de consommation, les données archéologiques doivent être mises en perspective avec d’autres données, d’ordre géographique, politique, et économique.

7L’inventaire des découvertes établi par types ou par périodes peut être superposé à des fonds de carte présentant le réseau fluvial, les zones les plus densément peuplées, les principales routes terrestres. Ainsi la Glazed White Ware I, apparaît sur une vingtaine de sites seulement et, semble-t-il, toujours en petites quantités, mais elle est dispersée sur une aire géographique assez vaste (Carte 5). Sa diffusion dans les zones les plus densément peuplées de l’Empire semble essentiellement limitée aux villes côtières des Balkans, d’Asie Mineure et de Chypre, des villes qui se trouvaient par ailleurs sur les routes principales de l’Empire. Cette céramique, probablement produite dans les ateliers de Constantinople, semble avoir bénéficié d’une distribution essentiellement côtière. Les cartes qui rendent compte des itinéraires maritimes commerciaux peuvent aussi renseigner sur la diffusion des productions de vaisselle. La distribution de la poterie peut effectivement se faire dans le cadre des grands courants commerciaux comme c’était sans doute le cas pour l’Elaborate Incised Ware dont la dispersion, en particulier en mer Noire, semble liée aux itinéraires des marines vénitiennes et génoises (Carte 6). Pour chercher à définir le profil des consommateurs, les découvertes peuvent aussi être mises en relation avec des types d’établissement, en l’occurrence les métropoles et les bases militaires entre le viiie et le xiie siècle. La diffusion des poteries fabriquées durant cette période ne semble pas liée à ce type de sites. Les villes abritant les métropolites et les bases militaires n’étaient pas mieux approvisionnées que d’autres catégories d’implantations, ce qui constitue déjà une information. L’inventaire des découvertes établi par catégories ou par périodes peut être superposé à des fonds de carte historique présentant l’évolution territoriale de l’Empire byzantin et donc les rapports et les équilibres établis entre les États voisins et les puissances environnantes. Ainsi par exemple, lorsque deux productions contemporaines, la Glazed White Ware II et la Polychrome Painted Ware, sont replacées sur une carte politique, il ressort que leur distribution semble limitée au territoire byzantin (Carte 7). Leur association fréquente sur les sites indique par ailleurs qu’elles bénéficiaient sans doute de réseaux de commercialisation semblables. Pour les xiie et xiiie siècles, la cartographie des découvertes de Green and Brown Painted Ware et d’Aegean Ware montre que ces deux catégories étaient commercialisées, pour la première, dans l’Empire de Nicée, le Despotat d’Épire, l’Empire latin, en Bulgarie, dans le sultanat seldjoukide, le Royaume de Chypre, en Crète vénitienne et à Venise et, pour la seconde, dans tous ces territoires ainsi que dans les Royaumes francs du Levant, la Petite Arménie et l’Empire de Trébizonde (Carte 8). La représentation de cette diffusion montre clairement, qu’à une époque pendant laquelle l’Empire était morcelé, la circulation des productions byzantines se faisait indépendamment des découpages politiques des territoires.

8Cette première série de cartes permet d’examiner la diffusion de la vaisselle byzantine à l’échelle de l’Empire et de toute la Méditerranée mais, à une échelle plus fine, la matérialisation, sur des cartes, de l’aire de dispersion des productions d’ateliers de potiers bien attestés peut aider à la compréhension des mécanismes de distribution.

Montrer des phénomènes de concurrence ou de complémentarité

9Afin de mettre en évidence des phénomènes de concurrence ou de complémentarité entre les centres producteurs, il est possible, d’observer et de comparer les conditions de fabrication et l’aire de diffusion des produits de deux ateliers, Nicée et Pergame. Les connaissances acquises sur ces officines permettent l’exercice et révèlent un certain nombre de particularismes régionaux en même temps qu’elles livrent une image localisée du commerce de la vaisselle au xiiie siècle en Asie Mineure.

10L’exploration archéologique des deux sites et des territoires dans lesquels ils se situent est différente. La Bithynie a fait l’objet de nombreuses campagnes de prospection qui permettent d’établir un maillage très fin des découvertes dans des contextes souvent adossés à des textes. La localisation des productions de Nicée repérées dans la région est donc très précise. La distribution des céramiques de Pergame est établie à partir de l’exploitation des rapports de fouille des grands sites antiques des côtes d’Asie Mineure occupés ou réoccupés à l’époque byzantine. En dépit de ces différences, les données archéologiques et les sources historiques permettent de déterminer la nature de ces officines, d’étudier l’environnement socio-économique dans lequel cet artisanat de la terre s’est développé et la cartographie des découvertes permet d’établir la diffusion de leurs fabrications dans un contexte local, régional et interrégional.

Diffusion micro-régionale des productions de Nicée

  • 8 Pour la mise en évidence d’une production locale voir Véronique François, « Les ateliers de céramiq (...)
  • 9 Des gisements de terre argileuse rouge étaient aussi exploités dans la région comme en témoigne la (...)
  • 10 Jean-Claude Cheynet, « L’époque byzantine », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie au Moy (...)
  • 11 René Bondoux, « Les villes », in Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie.., op. cit., p. 377-410 (...)

11L’activité potière byzantine à Nicée a été établie à partir de la découverte de ratés de cuisson de céramiques à pâte rouge recueillis dans les fouilles ouvertes dans la ville – principalement dans le théâtre antique et à l’occasion de divers travaux de creusement8 – associés à une importante quantité de matériel incisé, peint à l’engobe et champlevé. Ces ateliers fabriquaient une vaisselle de table dont le style et l’iconographie sont suffisamment caractéristiques pour permettre son identification sur les sites de consommation. Un contexte géologique favorable9 et un accès facile aux matières premières, les potiers trouvant a proximité de la ville du bois et de l’eau en abondance, a probablement contribué au développement de cet artisanat à Nicée, mais ce qui sans doute a été déterminant dans l’implantation d’ateliers de potiers dans cette ville, c’est un cadre socio-économique propice à la commercialisation des productions. Il existait localement une clientèle susceptible d’acquérir ce type de marchandises. En effet, au xiiie siècle, la Bithynie restait la zone de passage et d’échanges qu’elle avait été dès le xe siècle, c’était un carrefour des routes qui reliaient l’Asie Mineure à Constantinople, et les signes de la vitalité économique étaient encore visibles10. Après 1204, Nicée, la capitale éponyme de l’Empire, était aussi le cœur religieux du nouvel État, le siège du patriarcat en exil, le lieu de couronnement des empereurs et un centre universitaire accueillant l’élite intellectuelle de Constantinople11. Dans un tel contexte, l’artisanat local de la poterie subvenait aux besoins en vaisselle fine d’une population nombreuse et, pour une partie, aisée. Jusqu’à la fin de la domination byzantine sur la ville, les conditions nécessaires à l’écoulement des productions fabriquées localement ont été réunies.

  • 12 Bernard Geyer, Jacques Lefort, La Bithynie..., op.cit.
  • 13 Marie-France Auzépy, « Les monastères » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit(...)

12L’exploitation des résultats de divers travaux menés ces dernières années en Bithynie – des campagnes de prospections, les fouilles du théâtre de Nicée et l’étude des collections du musée d’Iznik – rend possible une cartographie de la diffusion régionale des productions de Nicée auxquelles sont associées les céramiques d’origines extérieures. Elle permet ainsi de dresser un tableau du marché de la vaisselle de table dans cette province prospère proche de Constantinople. De 1989 à 1994, sous la conduite de J. Lefort et de B. Geyer, des historiens, des archéologues et des géographes ont arpenté la Bithynie afin d’étudier l’évolution du paysage et de la société de cette région qui s’étend du rivage sud de la mer de Marmara au mont Olympe/Uludağ et du lac d’Apollônias/Apolyont au Sangarios/Sakarya, soit un secteur de 80 km du Nord au Sud et de 180 km d’Est en Ouest. L’apport des textes, des inscriptions, de l’archéologie, de la géographie et de la paléobotanique a permis de retracer l’histoire de l’occupation du sol de cette province entre le ive et le xvie siècle12. Les missions de prospection des monastères byzantins, de la côte sud de la mer de Marmara aux contreforts de l’Olympe, initiées par M.-F. Auzépy en 2004, s’inscrivent dans la continuité de ces campagnes. Sur la base de l’étude des sources littéraires, essentiellement hagiographiques, nombreuses pour cette région au ixe siècle13, il a été établi qu’aux ixe et xe siècles, les établissements monastiques étaient nombreux, actifs, et dans l’ensemble assez riches. Les caractéristiques géographiques de cette région y étaient pour beaucoup :

  • 14 Marie-France Auzépy, ibid., p. 450.

La Bithynie associait en effet des montagnes boisées et sauvages, notamment l’Olympe qui domine de sa masse et de sa hauteur (2 500 m) toute la région, à des plaines fertiles, comme le bassin de Yenişehir ou celui de Brousse ; elle comportait aussi des villes brillantes, Nicée, Brousse et Kios (Gemlik) par exemple ; enfin, elle est bordée au Nord par une côte qui la rend proche de Constantinople14.

13D’après les sources, il y avait en Bithynie des monastères dans les plaines, sur l’Olympe, en moyenne montagne comme sur la côte, en ville aussi bien que dans les bois et les découvertes de terrain témoignent peu à peu de la variété de ces implantations qui, pour certaines, datent de l’époque lascaride.

  • 15 Véronique François, « La céramique byzantine et ottomane », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La (...)

14Au total, ce sont plus de deux cent cinquante sites qui ont été prospectés, des sites vers lesquels ces équipes ont été conduites par des textes, des toponymes, les indications des habitants ou des vestiges très visibles. Des fragments de céramiques byzantines ont été repérés sur une quarantaine d’entre eux et les vingt-cinq sites cartographiés ici représentent les découvertes notables15.

  • 16 Sur la nature de ces sites voir Christophe Giros, « Les fortifications médiévales » dans Geyer Bern (...)
  • 17 Cyril Mango, « The Monastery of St. Abercius at Kurşunlu », Dumbarton Oaks Papers, n° 22, 1968, p.  (...)
  • 18 Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2007, p. 358-360 ; Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2008 (...)
  • 19 Marie-France Auzépy, « Campagne de prospection 2005 de la mission Monastères byzantins de la côte s (...)
  • 20 Marie-France Auzépy, ibid., p. 380-386 ; Marie-France Auzépy, Halul Çetinkaya, Olivier Delouis, Jea (...)

15L’image qui se dessine, à partir des résultats des campagnes de prospection extensive menées en Bithynie par ces deux équipes françaises, révèle que les productions des ateliers de Nicée étaient largement distribuées dans toute la province alors que les céramiques importées étaient plus rares (Carte 9). Sur la base du matériel recueilli en surface sur les sites prospectés, on distingue deux modes d’approvisionnement au xiiie siècle. La vaisselle de table glaçurée locale a été identifiée sur vingt-deux sites. Elle était utilisée dans des villes – à Nicée et à Bilecik – dans quelques villages sur les rives du lac – à Keramet, Üreğil, Yeniköy et Çayır Burun – ainsi que dans les nombreuses forteresses et enceintes fortifiées de la région16. On en trouve des exemplaires, d’Est en Ouest : dans la forteresse de Tophisar ; à Motor Tepe, la forteresse de Kouboukleia/Körukle dans la vallée du Nilüfer ; à Kite, une forteresse de plaine ; à Çiftekayalar (Césarée, Péladarion) une butte fortifiée qui dominait le golfe de Kios/Gemlik ; à Çoban Kale, une forteresse construite sur une colline, dans la vallée du Yalakdere, qui contrôlait la route reliant Hélénopolis à Nicée ; dans le site refuge de Karacakaya, un poste de garde bâti sur un piton rocheux sur la route méridionale du lac ; à Koyunhisar, une forteresse entre Nicée et Brousse ; à Yarhisar ; à Kuleler, une forteresse érigée sur un éperon rocheux ; à Karadin, une enceinte fortifiée qui gardait la route menant au Sangarios ; et à Paşalar, une imposante fortification qui dominait la vallée du Sangarios (la Métabolé du xie siècle et la Malagina du xiie). Ces vases sont aussi apparus dans les monastères de Kurşunlu17, Kiliseyeri, Sivzi et Kilise Mevkii près d’Arnavutköy sur le versant nord de l’Arganthônios. Parmi les céramiques importées en Bithynie, la distribution des Glazed White Wares IV, du milieu xiie-début xiiie siècle, semble limitée aux monastères de l’Ouest de la région implantés sur la rive du Rhyndakos/Koçadere – à Kiliseyeri18 et à Dayırt19 (?) – et ceux sur la côte – à Ayzama20 et à Sivzi. L’Aegean Ware est attestée dans le monastère d’Ayazma et dans la forteresse de Çoban Kale, des sites proches des côtes. Pour sa part, la Zeuxippus Ware imitée dans les officines de Nicée n’a pas été distribuée hors les murs de la ville. Quant aux vases de type « Novy Svet » ils sont présents à Nicée, dans les forteresses de Tophisar et Çoban Kale ainsi que dans le monastère d’Ayazma. Dans le cadre d’un ramassage de surface, opéré dans des conditions relativement aléatoires et qui ne prétend donc pas à l’exhaustivité, il est difficile de parler de volume de découvertes. Cependant les céramiques d’origines régionales, en plus d’être fréquemment attestées, apparaissent aussi sur les sites en plus grande quantité. L’inventaire montre donc, qu’à l’époque lascaride, les ateliers de Nicée alimentaient de façon presque exclusive le marché de la vaisselle en Bithynie.

  • 21 Christophe Giros, « Les fortifications médiévales » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie (...)
  • 22 Selon le voyageur John Covel, il y avait à Iskele au xviie siècle des chariots destinés au transpor (...)
  • 23 Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2005, p. 390-393.

16Les contextes de découvertes révèlent qu’en dehors des villes, cette vaisselle était vraisemblablement employée par une élite rurale, des militaires et des moines qui constituaient une part importante du peuplement. Entre le xie et le début du xive siècle, la défense de la Bithynie était en effet assurée par un dense réseau d’enceintes urbaines et de forteresses. Les textes et les vestiges encore visibles permettent d’en comptabiliser une quarantaine. Elles étaient de deux types : les châteaux de plaine, localisés au cœur d’une région, étaient des sites de passage, ils abritaient les pouvoirs chargés de contrôler le territoire et ses habitants tandis que les enceintes fortifiées construites sur les sommets escarpés, excentriques, avaient une fonction essentiellement militaire et servaient de refuge pour les populations environnantes21. Situées dans des défilés ou sur de grandes routes, elles jouaient un rôle majeur dans la défense de la région contre la menace seldjoukide puis ottomane. Et à en croire les découvertes de terrain, il y avait au xiiie siècle, dans ces postes de garde, ces enceintes refuges, ces bastions militaires et ces villes fortifiées, une clientèle pour les productions de Nicée. Les monastères formaient une autre part du peuplement et de la mise en valeur de la Bithynie byzantine. Ils étaient pleinement intégrés dans la vie économique de leur temps. Les établissements repérés sur les deux rives du Koçadere devaient sans doute leur existence au fait que les navires, venus de la Marmara, remontaient la rivière jusqu’à Iskele22. Pour leur part, les monastères de Kiliseyeri et Dayırt se trouvaient sur des lieux de passage importants et sur un axe de pénétration à l’intérieur des terres. Par ailleurs, des installations portuaires, repérées sur la côte sud de la Marmara, attestent bien que le rivage était parsemé de ports, proches les uns des autres et liés parfois à des monastères remarquables pour leurs infrastructures portuaires comme à Sivzi23 et Kurşunlu. Les découvertes de terrain montrent que ces monastères, au xiiie siècle, étaient approvisionnés en vaisselle de Nicée et recevaient parfois aussi quelques produits plus exotiques.

  • 24 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte Byzantinische keramik aus der Türkei, Istanbul, 2004, vol. III, (...)
  • 25 Maria Gerolymatou, dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 486, 491.

17En dehors de la Bithynie, la production à pâte rouge de Nicée est peu répandue. Elle apparaît uniquement à Constantinople, ville avec laquelle un courant d’échanges existait depuis longtemps, et à Cherson en Crimée24. Au xiiie siècle, certaines villes de Bithynie étaient intégrées au réseau du commerce de la mer Noire – dans un document de 1284, il est fait mention de la commercialisation du vin de Trigleia exporté par les Génois à Caffa25. Ceci pourrait expliquer une distribution si lointaine et peut-être occasionnelle pour les productions de la capitale des Lascarides.

Diffusion interrégionale des productions de Pergame

  • 26 Klauss Rheidt, Die Stadtgrabung. Pt. 2, Die byzantinische Wohnstadt, Berlin, 1991.
  • 27 Jean-Michel Spieser, Die Byzantinische Keramik aus der Stadtgrabung von Pergamon, coll. « Pergameni (...)
  • 28 Klauss Rheidt, « In the Shadow of Antiquity : Pergamon and the Byzantium Millenium » in Koester Hel (...)

18Les fouilles menées par le Deutsches Archäologisches Institut d’Istanbul ont révélé l’existence d’une production potière importante à Pergame au xiiie siècle26. La céramique commune, qui représente la plus grande part du matériel, n’a jusqu’à présent pas été étudiée en détail mais la vaisselle fine a fait l’objet d’une monographie qui présente une grande variété de coupes, pichets, plats et ramequins fabriqués à Pergame au xiiie siècle27. À proximité de cette grosse bourgade agricole, des gisements d’argile étaient facilement accessibles et l’eau et le bois ne manquaient pas. Mais cela était-il suffisant pour que se développe un artisanat de la terre dont les produits ont non seulement alimenté le marché local mais aussi des marchés plus lointains ? En effet, le contexte socio-économique dans lequel cette production de vaisselle byzantine a été réalisée, somme toute assez modeste, ne permet pas d’imaginer le succès remporté par ces fabrications sur les côtes d’Asie Mineure. À l’époque comnène, la colline fortifiée de Pergame, dont Manuel I (1143-1180) a étendu les structures défensives, était le siège du nouveau thème de Néokastra28. Dans cette enceinte, qui abritait la résidence du métropolite, l’habitat s’est développé peu à peu. Sorti des murailles, il s’étendit rapidement et, vers le milieu du xiiie siècle, il occupait presque entièrement tout le versant sud de la colline. Les maisons, d’abord dispersées au milieu des ruines antiques, formèrent peu à peu des quartiers homogènes. Sur la base des 300 complexes domestiques mis au jour, le nombre d’habitants de cette implantation rurale est estimé à 2 400 personnes. Au cours du règne de l’empereur Michel VIII Paléologue (1261-1282), le flanc de la colline s’est urbanisé davantage et des paysans sont venus s’installer dans la ville basse. Le long des rues, des marchands ont ouvert leurs boutiques, construites avec des blocs remployés, tandis que des artisans de la métallurgie, dont les installations ont été repérées non loin de l’acropole, fabriquaient des outils en fer, des armes et des pièces d’équipement pour la garnison. Vers la fin du xiiie siècle, la population de Pergame, qui s’élevait à 3 000 habitants, était prospère comme en témoignent les découvertes monétaires. L’archéologie livre une image assez précise de la nature du site entre la fin du xiie et le début du xive siècle. La fouille du flanc sud a révélé l’existence de plusieurs forges dans lesquelles était réalisé l’outillage nécessaire à la vie quotidienne et à l’agriculture. Le stock d’une boutique découverte sur la terrasse du gymnase a livré des cruches en fer, des seaux, des casseroles, des faucilles, des socs de charrue, des haches et des pelles. Des ateliers de verriers, dont les vestiges sont attestés dans trois endroits au nord de la rue principale de l’acropole, fonctionnaient également à la même époque. À l’image de nombreuses autres villes byzantines provinciales, Pergame était une métropole sans véritables caractéristiques urbaines et l’artisanat local était destiné à fournir à la population les outils et les fournitures de base dont elle avait besoin dans un cadre domestique, agricole et militaire. Selon K. Rheidt, les échanges économiques de Pergame ne dépassaient pas son environnement agricole direct. Cependant l’inventaire des découvertes de poteries produites dans cette bourgade et largement diffusées sur les sites d’Asie Mineure, montre qu’elles alimentaient le marché de la vaisselle bien au-delà des limites de la ville.

19La dispersion des productions pergaméniennes en Asie Mineure est établie à partir de l’exploitation de rapports de fouilles, d’études consacrées exclusivement aux trouvailles de céramique, mais aussi à de brefs rapports préliminaires assez peu informatifs. Le degré de précision de ces sources quant aux contextes de découvertes des poteries est donc variable. Ce matériel, le plus souvent, a été mis au jour dans le cadre de fouilles destinées à documenter les niveaux antiques des grandes cités d’Asie Mineure.

  • 29 Les principales catégories identifiées sur ces sites de consommation sont des coupes ornées de cerc (...)
  • 30 John W. Hayes « A Late Byzantine and Early Ottoman Assemblage from the Lower City in Troia », Studi (...)
  • 31 Beate Böhlendorf, « Die Glasierte Byzantinische Keramik des Beşik-tepe (Troas) », Studia Troica, n° (...)
  • 32 Filiz Yenişehirlioğlu « La céramique glaçurée de Gülpınar », dans Déroche Vincent, Recherches..., o (...)
  • 33 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 98 : 340-343.
  • 34 Stella Patitucci, « “Zeuxippus Ware” novità da Kyme Eolica (Turchia) », XLII Corso di Cultura sull’ (...)
  • 35 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 98 : 348, 99-101
  • 36 Scott Jane Ayer, Diana C. Kamili, « Late Byzantine Glazed Pottery from Sardis », Actes du XVe Congr (...)
  • 37 Lale Doger, « Byzantine Ceramics : Excavations at Smyrna Agora (1997-98 and 2002-03) » dans Böhlend (...)
  • 38 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 118-121.
  • 39 Ibid., pl. 144.
  • 40 Ibid., pl. 131-140.

20La vaisselle de table de Pergame29 apparaît sur une longue bande côtière qui s’étend du Nord au Sud sur 350 km (Carte 10). À l’exception des sites septentrionaux, qui sont momentanément passés sous le contrôle de l’Empire latin de Constantinople (jusqu’en 1225), tous les autres sites faisaient partie de l’Empire de Nicée. Des imitations de Zeuxippus Ware réalisées dans les ateliers de Pergame ont été mises au jour sur plusieurs sites de Troade – à Troie/Ilion, dans des dépôts scellés découverts lors des fouilles de la ville basse30 ; à Beşiktepe31 ; et à Gülpınar, dans les fouilles du temple d’Apollon Smintheus32 – mais aussi plus au sud à Adramyttion, à 35 km au Nord-Ouest de Pergame33. À Kyme, en Éolide, les fouilles du château construit sur les ruines antiques au fond de la baie et occupé entre le xiie et le xive siècle, ont livré de nombreux fragments identifiés comme des imitations de Zeuxippus Ware qui sont attribués aux ateliers de Pergame même si aucune analyse physico-chimique des argiles n’a encore permis de valider cette hypothèse34. A Yortanlı également, des exemplaires de Zeuxippus Ware ont été mis au jour, ils sont associés à des coupes ornées d’une fleur champlevée identiques à celles de Pergame35. Sardes, en Lydie, une métropole située dans la plaine de l’Hermus, se trouvait sur la route principale qui reliait les résidences impériales favorites des Vatatzès, Nymphée et Magnésie du Méandre. Elle semble avoir profité d’une grande prospérité sous les Lascarides. C’était une petite ville coiffée par une puissante forteresse densément peuplée avec un habitat dispersé au milieu des vestiges de la ville antique. L’artisanat y était développé. Les fouilles américaines ont mis au jour des céramiques byzantines dans la forteresse, dans les environs du temple d’Artémis et du gymnase, sur la rive nord du Pactole à l’ouest de l’église E d’époque lascaride, au centre du versant nord de l’acropole et à l’extrémité est de la ville, près des bains. Une grande partie de ce matériel est proche, d’un point de vue stylistique et morphologique, des productions de Pergame36. De la même façon, des céramiques mises au jour à Smyrne proviennent sans doute des ateliers de Pergame. Smyrne sous les Lascarides était une grande et riche métropole, c’était un port de commerce et la principale base navale de l’Empire de Nicée. Une imposante citadelle construite sur le mont Pagus par Jean III Vatatzès (1222-1254) dominait la ville. La céramique byzantine à été mise au jour dans les fouilles de l’agora romaine mais rien n’est dit des contextes de découverte37. Les fragments des productions de Pergame sont également attestés dans la forteresse de Métropolis en Ionie38 ainsi qu’à Priène qui était une bourgade avec, sur l’acropole, une forteresse, et hors les murs, dans la ville basse, un habitat dispersé39. L’occupation byzantine à Milet/Balat, au xiiie siècle, se limitait à la citadelle érigée sur le théâtre antique et à un habitat disséminé à travers la plaine. C’est dans ce contexte qu’ont été trouvées des productions de Pergame. Elles sont également attestées dans une ville d’une toute autre nature, Magnésie du Méandre40. Déjà importante au xiie siècle, cette ville, au pied du mont Sipylos en Lydie, s’est développée sous les Lascarides, ils y séjournaient régulièrement dans leur palais, y frappaient monnaies et y conservaient le trésor impérial. C’était une place de commerce importante et le centre d’un riche district agricole.

21Lorsque la nature des sites peut être définie à partir de l’archéologie ou des textes, il ressort que la céramique de Pergame était utilisée dans de grandes villes commerçantes comme Smyrne ou Magnésie du Méandre ; dans des châteaux comme à Kyme ; dans des bourgades alliant forteresse et habitat dispersé comme à Sardes, Priène et Milet ; et dans des implantations plus modestes dont la nature exacte est difficile à saisir à partir des publications archéologiques qui en font état (Troie, Beşiktepe, Gülpınar, Yortanlı, Adramittyon, Métropolis). Mais, dans la plupart de ces lieux, l’approvisionnement en vaisselle de table n’était pas exclusivement assuré par les productions de Pergame. Ces dernières étaient souvent associées, au début du xiiie siècle, à l’Aegean Ware ainsi qu’aux différentes imitations de Zeuxippus Ware, des fabrications qui étaient aussi commercialisées sur d’autres sites de l’Empire de Nicée et du Sultanat d’Iconium. Elles côtoyaient plus rarement des Green and Brown Painted Wares (à Pergame, Sardes, Magnésie et Priène) qui étaient par ailleurs fréquemment utilisées sur d’autres sites d’Asie Mineure (Phocée, Éphèse et Xanthos). Les fabrications de Pergame rivalisaient donc, sur le marché de la vaisselle d’Asie Mineure, avec ces productions glaçurées de bonne qualité dont les origines ne sont pas connues, c’est pourquoi il est difficile d’aller plus avant dans l’analyse des sources d’approvisionnement de ces sites.

Des ateliers complémentaires dans l’Empire des Lascarides

22Les modalités de diffusion à l’intérieur des frontières de l’Empire de Nicée des productions de ces deux centres de fabrication contemporains restent obscures. La vaisselle de table produite à Nicée au xiiie siècle était utilisée presque exclusivement en Bithynie où elle apparaît fréquemment et en abondance dans des villes, des villages, des monastères et de nombreuses places fortes. Elle n’a pas été commercialisée dans le reste de l’Empire. On n’en retrouve pas d’exemplaires sur les sites côtiers d’Asie Mineure sur lesquels les productions de Pergame sont par ailleurs bien attestées. Ces dernières, présentes à la fois dans de grandes métropoles commerciales, des châteaux et des bourgades fortifiées n’ont pas atteint la Bithynie. Les aires de diffusion respectives de ces deux officines semblent donc assez étanches.

23La matérialisation, sur des cartes, de l’aire de dispersion des productions d’ateliers de potiers bien attestés aide à comprendre les mécanismes de diffusion en même temps qu’elle permet d’approcher la clientèle à qui ces produits étaient destinés. On pouvait ainsi espérer que la confrontation des aires de distribution des productions de Nicée et Pergame permettrait d’aborder le commerce de la vaisselle en termes de complémentarité et de concurrence. Dans les deux cas, il semble que dans ces villes et dans les régions qui les entouraient, les clients en plus de consommer les céramiques fabriquées localement avaient à leur disposition les mêmes types de produits, des objets du grand commerce comme les Glazed White Wares IV, l’Aegean Ware et la Zeuxippus Ware. Le marché de la vaisselle était donc alimenté à la fois par des produits locaux et régionaux, mais aussi par des productions réalisées à plus grande échelle et qui, à l’évidence, n’ont pas bénéficié des mêmes modalités de distribution. Les premières avaient une diffusion limitée géographiquement qui ne dépassait guère la zone d’influence des villes dans lesquelles les ateliers étaient implantés tandis que les secondes, sans doute fabriquées à un niveau de production qui dépassait une demande locale ou régionale, alimentaient un commerce international à longues distances assuré par des navires pratiquant le cabotage, car la distribution de ces poteries était essentiellement côtière. Ces cartes sont un moyen d’évaluer la commercialisation des poteries à partir du centre producteur, mais les modalités de diffusion à l’intérieur des frontières de l’Empire de Nicée des fabrications de ces deux ateliers contemporains restent obscures. Les images ainsi obtenues révèlent une dispersion des productions sur des aires plus ou moins vastes, mais ne disent rien des modalités de cette circulation.

24La cartographie des données met en évidence des différences notables dans la distribution de la vaisselle dans l’Empire byzantin et génère en même temps de nouveaux questionnements relatifs aux échanges auxquels il n’est pas toujours possible d’apporter dès maintenant des réponses. Ils sont de nouvelles pistes de recherche.

Carte 1. Exemple de distribution large

Carte 1. Exemple de distribution large

Carte 2. Exemple de distribution réduite

Carte 2. Exemple de distribution réduite

Carte 3. Indices d’un réseau de distribution commun

Carte 3. Indices d’un réseau de distribution commun

Carte 4. Des productions en concurrence sur le marché de la vaisselle en Macédoine

Carte 4. Des productions en concurrence sur le marché de la vaisselle en Macédoine

Carte 5. Distribution côtière dans des zones densément peuplées

Carte 5. Distribution côtière dans des zones densément peuplées

Carte 6. Diffusion liée au trafic des marines marchandes génoises et vénitiennes

Carte 6. Diffusion liée au trafic des marines marchandes génoises et vénitiennes

Carte 7. Diffusion limitée au territoire byzantin

Carte 7. Diffusion limitée au territoire byzantin

Carte 8. Diffusion indépendante des découpages politiques

Carte 8. Diffusion indépendante des découpages politiques

Carte 9. Distribution des céramiques glaçurées en Bithynie au xiiie siècle

Carte 9. Distribution des céramiques glaçurées en Bithynie au xiiie siècle

Carte 10. Distribution des céramiques glaçurées en Asie Mineure au xiiie siècle

Carte 10. Distribution des céramiques glaçurées en Asie Mineure au xiiie siècle

Bibliographie

Bibliographie

Armstrong Pamela, « A Group of Byzantine Bowls from Skopelos », Oxford Journal of Archaeology, 10, 3, 1991, p. 335-347.

Auzépy Marie-France, « Les monastères » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Editions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 431-458.

Auzépy Marie-France, « Campagne de prospection 2005 de la mission Monastères byzantins de la côte sud de la Marmara », Anatolia Antiqua, XIV, 2006, p. 369-398.

Auzépy Marie-France, Çetinkaya Halul, Delouis Olivier, Grélois Jean-Pierre, Pralong Annie, Kaplan Michel, Yilmaz Hayri, « Campagne de prospection 2006 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua, XV, 2007, p. 335-369.

Auzépy Marie-France, Çetinkaya Halul, Delouis Olivier, Grélois Jean-Pierre, Kaplan Michel, Lamesa Anaïs, « Campagne de prospection 2007 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua, XVI, 2008, p. 413-442.

Auzépy Marie-France, Çetinkaya Halul, Delouis Olivier, Grélois Jean-Pierre, Kaplan Michel, Lamesa Anaïs, « Campagne de prospection 2008 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua, XVII, 2009, p. 427-456.

Böhlendorf-Arslan Beate, Glasierte Byzantinische keramik aus der Türkei, Itanbul, 2004, 3 vols.

Böhlendorf Beate, « Die Glasierte Byzantinische Keramik des Beşik-tepe (Troas) », Studia Troica, 7, 1997, p. 363-446.

Bondoux René, « Les villes », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Editions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 377-409.

Bryer Anthony, « Nicaea, Byzantine City », History Today, XXI, 1, Londres, Janvier 1971, p. 22-31.

Cheynet Jean-Claude, « L’époque byzantine », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Éditions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 311-350.

Chichurov I. S., Byzantine Cherson : Catalogue of Exhibition, Moscou, Nauka, 1991, 255 p.

Dögerlale, « Byzantine Ceramics : Excavations at Smyrna Agora (1997-98 and 2002-03) » dans Böhlendorf-Arslan Beate, Uysal Ali Osman, Witte-Or Johanna (eds.), Çanak. Late Antique and Medieval Pottery and Tiles in Mediterranean Archaeological Contexts, Byzas, 7, Istanbul, 2007, p. 97-122.

François Véronique, « Les ateliers de céramique byzantine de Nicée/Iznik et leur production (xe-début xive siècle) », Bulletin de Correspondance Hellénique, 121, 1997, p. 411-442.

François Véronique, « La céramique byzantine et ottomane », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Editions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 287-308.

François Véronique, « Réalités des échanges en Méditerranée orientale du xiie au xviiie siècle : l’apport de la céramique », dans Realities in the Arts of the Medieval Mediterranean, 800-1500, Dumbarton Oaks Papers, 58, 2004, p. 241-249.

François Véronique, « De nouvelles données sur la vaisselle byzantine de l’épave de Pélagonnisos : la donation Janet Zakos au Musée d’Art et d’Histoire de Genève », Genève, sous presse.

Gerolymatou Maria, « Le commerce, viie-xve siècle », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Éditions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 485-498.

Geyer Bernard, Lefort Jacques (eds.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Éditions P. Lethielleux, Paris, 2003, 565 p.

Giros Christophe, « Les fortifications médiévales » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (éd.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Éditions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 209-224.

Grélois Jean-Pierre (éd.), Dr John Covel. Voyages en Turquie, 1675-1677, Réalités byzantines, 6, Editions P. Lethielleux, Paris, 1998, 437 p.

Hayes John W. « A Late Byzantine and Early Ottoman Assemblage from the Lower City in Troia », Studia Troica, 5, 1995, p. 197-210.

Ioannidaki-Dostoglou Evangelia, « Les vases de l’épave byzantine de Pélagonnèse-Halonnèse », dans Déroche Vincent, Spieser Jean-Michel (éds.), Recherches sur la céramique byzantine, Bulletin de Correspondance Hellénique, Supplément XVIII, 1989, p. 157-171.

Kritzas Charalambos, « Τό Вυζαντινόν ναυάγιον Πελαγννήσου-Αλοννήσου » ArchAntAth, 4, 1971, p. 176-182.

Malamut Elisabeth, « Les voyageurs à l’époque médiévale », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques (éd.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines, 9, Éditions P. Lethielleux, Paris, 2003, p. 473-484.

Mango Cyril, « The Monastery of St. Abercius at Kurşunlu », Dumbarton Oaks Papers, 22, 1968, p. 169-176.

Mango Cyril, Ševčenko Ihor, « Some Churches and Monasteries on the Southern Shore of the Sea of Marmara », Dumbarton Oaks Papers, 27, 1973, p. 235-277.

Oktay Aslanapa, Yetkin Şerare, Altun Ara, The Iznik Tile Kiln Excavations (The Second Round : 1981-1988), Ankara, 1989, 326 p.

Patitucci Stella, « “Zeuxippus Ware” novità da Kyme Eolica (Turchia) », XLII Corso di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizantina, Ravenne, 1995, p. 721-746.

Philotheou Giorgios, Michailidou Maria, Βυξαντινά πινάκια από το φορτίο ναυάγισμένου πλοίου κοντά στο Καστελλόρίξο, ArchDelt, 41, 1986, p. 271-330.

Rheidt Klauss, Die Stadtgrabung, 1. Teil : Die byzantinische Wohnstadt, Altertümer von Pergamon XV, 2, 1991, 253 p.

RheidtKlauss, « In the Shadow of Antiquity : Pergamon and the Byzantium Millenium » in Koester Helmut (ed.), Pergamon Citadel of the Gods, Harvard Theological Studies, 46, Harrisburg Pennsylvania, 1998, p. 395-424.

Rheidt Klauss, « The Urban Economy of Pergamon », dans Laiou Angeliki (ed.-in-Chief), The Economic History of Byzantium, From the Seventh through the Fifteenth Century, Washington D.C., 2002, vol. II, p. 623-630.

Romančuk Alla, « Befunde der glasierten keramik der spätbyzantinischen zeit in Chersonesos : örtliche herstellung und import », dans Bakirtzis Charalambos (ed.), VIIe Congrès International sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique, 11-16 octobre 1999, Athènes, 2003, p. 101-114.

Scott Jane Ayer, Kamili Diana C., « Late Byzantine Glazed Pottery from Sardis », ACIEB XV, Athènes 1976, Athènes, 1981, p. 679-696.

Spieser Jean-Michel, Die Byzantinische Keramik aus der Stadtgrabung von Pergamon, Pergamenische Forschungen, 9, 1996, 92 p.

Tunay Mehmet I., Erdoğan Esra Güzel, Tekin Murat, Yilmaz Hayri « Recent Excavations in the Church of Agios Aberkios, Kursunlu, Province de Bursa (Turkey) », Cahiers Archéologiques, 46, 1998, p. 65-72.

Waksman Sylvie Yona, Teslenko Ivana, « “Novy Svet Ware”, an Exceptional Cargo of Glazed Wares from a 13th-Century Shipwreck Near Sudak (Crimea, Ukraine) – Morphological Typology and Laboratory Investigations », IJNA, 2009, p. 1-21.

Waksman Sylvie Yona, Teslenko Ivana, Zelenko Sergueï M., « Glazed wares as main cargoes and personal belongings in the Novy Svet shipwreck (13th c. AD, Crimea) : a diversity of origins investigated by chemical analysis », dans Actas del VIII Congreso Internacional de Cerámica medieval, Ciudad Real, 2009, vol. II, p. 851-856.

Yalman Bedri, « Iznik Theatre, 1982 », Anatolian Studies, 33, 1983, p. 250-252.

Yalman Bedri, « Iznik Theatre, 1983 », Anatolian Studies, 34, 1984, p. 222-223.

Yalman Bedri, « Iznik Tiyatro Kazısı 1991 », dans XIV. Kazı Sonuçları Toplantısı, II, Ankara 25-29 mayis 1992, Ankara, 1993, p. 181-120.

Yenişehirlioğlu Filiz « La céramique glaçurée de Gülpınar », dans Déroche Vincent, Spieser Jean-Michel (éds.), Recherches sur la céramique byzantine, Bulletin de Correspondance Hellénique, Supplément XVIII, 1989, p. 303-315.

Zelenko Sergueï M, « Itogi Issledovan’ij Podvodno-Arkheologiceceskoj Ekspeditsii Kievskogo Universiteta imemi Tarasa Sevcenko na Cernom More v 1997-99 gg. (The results of underwater archaeological research in the Black Sea by the Taras Shevchenko Kiev University 1997-99) », Vita Antiqua, 2, 1999, p. 223-234.

Notes

1 Pour divers exemples, voir Véronique François, « Réalités des échanges en Méditerranée orientale du xiie au xviiie siècle : l’apport de la céramique », Realities in the Arts of the Medieval Mediterranean, 800-1500 : Dumbarton Oaks Symposium 2002, Dumbarton Oaks Paper, n° 58, 2004, p. 241-249.

2 Charalambos Kritzas, « Τό Вυζαντινόν ναυάγιον Πελαγννήσου-Αλοννήσου », Άρχαιολογικά Άνάλεκτα έξ Άθηνώ, n° 4, 1971, p. 176-182 ; Evangelia Ioannidaki-Dostoglou, « Les vases de l’épave byzantine de Pélagonnèse-Halonnèse », dans Déroche Vincent, Spieser Jean-Michel, Recherches sur la céramique byzantine, Bulletin de Correspondance Hellénique, Supplément XVIII, 1989, p. 157 ; Véronique François « De nouvelles données sur la vaisselle byzantine de l’épave de Pélagonnisos : la donation Janet Zakos au Musée d’Art et d’Histoire de Genève », Genève, sous presse.

3 Giorgios Philotheou, Maria Michailidou, Βυξαντινά πινάκια από το φορτίο ναυάγισμένου πλοίου κοντά στο Καστελλόρίξο, Άρχαιολογικόν Δελτίον, n° 41, 1986, p. 271-330 ; Pamela Armstrong, « A Group of Byzantine Bowls from Skopelos », Oxford Journal of Archaeology, n° 10, 3, 1991, p. 335-347.

4 Sergueï M. Zelenko, « The results of underwater archaeological research in the Black Sea by the Taras Shevchenko Kiev University 1997-99 » (en russe), Vita Antiqua, 2, 1999, p. 223-234 ; Sylvie Yona Waksman, Ivana Teslenko, « “Novy Svet Ware”, an Exceptional Cargo of Glazed Wares from a 13th-Century Shipwreck Near Sudak (Crimea, Ukraine) – Morphological Typology and Laboratory Investigations », International Journal of Nautical Archaelogy, n° 2009, p. 1-21 ; Sylvie Yona Waksman, Ivana Teslenko, Sergueï M. Zelenko, « Glazed wares as main cargoes and personal belongings in the Novy Svet shipwreck (13th c. AD, Crimea) : a diversity of origins investigated by chemical analysis », dans Actas del VIII Congreso Internacional de Cerámica medieval, Ciudad Real, 2009, t. II, p. 851-856.

5 Recherche en cours menée par l’auteur dans le cadre d’une monographie sur la production et le commerce des céramiques glaçurées à Byzance.

6 Fonds de carte : MMSH-CartoMundi.

7 Compter les fragments ne consiste pas à calculer le nombre exact d’objet, mais à obtenir des ordres de grandeur relatifs des différents types afin de rendre comparables les données d’un site à un autre.

8 Pour la mise en évidence d’une production locale voir Véronique François, « Les ateliers de céramique byzantine de Nicée/Iznik et leur production (xe-début xive siècle) », Bulletin de Correspondance Hellénique, n° 121, 1997, p. 411-442. Pour les découvertes de matériel voir les rapports de : Aslanapa Oktay, Şerare Yetkin, Ara Altun, The Iznik Tile Kiln Excavations (The Second Round : 1981-1988), Istanbul, 1989 ; Bedri Yalman, « Iznik Theatre, 1982 », Anatolian Studies, n° 33, 1983, p. 250-252 ; idem, « Iznik Theatre, 1983 », Anatolian Studies, n° 34, 1984, p. 222-223 ; idem., « Iznik Tiyatro Kazısı 1991 », dans XIV. Kazı Sonuçları Toplantısı, II, Ankara 25-29 mayis 1992, Ankara, 1993, p. 181-120.

9 Des gisements de terre argileuse rouge étaient aussi exploités dans la région comme en témoigne la forte activité dans le domaine de la production de tuiles – notamment au sud de Bilecik, à Iznik et à Elbeyli.

10 Jean-Claude Cheynet, « L’époque byzantine », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie au Moyen Âge, Paris, Lethielleux, coll. « Réalités byzantines », 9, 2003, p. 311-350 ; Maria Gerolymatou, « Le commerce, viie-xve siècle », ibid., p. 473-484.

11 René Bondoux, « Les villes », in Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie.., op. cit., p. 377-410 ; Élisabeth Malamut, « Les voyageurs à l’époque médiévale », ibid., p. 481.

12 Bernard Geyer, Jacques Lefort, La Bithynie..., op.cit.

13 Marie-France Auzépy, « Les monastères » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 431-458.

14 Marie-France Auzépy, ibid., p. 450.

15 Véronique François, « La céramique byzantine et ottomane », dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 287-310, carte, fig. 1.

16 Sur la nature de ces sites voir Christophe Giros, « Les fortifications médiévales » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 209-224.

17 Cyril Mango, « The Monastery of St. Abercius at Kurşunlu », Dumbarton Oaks Papers, n° 22, 1968, p. 176 ; Cyril Mango, Ihor Ševčenko, « Some Churches and Monasteries on the Southern Shore of the Sea of Marmara », Dumbarton Oaks Papers, n° 27, 1973, p. 235-277 ; Mehmet I. Tunay, Esra Güzel Erdoğan, Murat Tekin, Hayri Yilmaz « Recent Excavations in the Church of Agios Aberkios, Kursunlu, Province Bursa (Turkey) », Cahiers Archéologiques n° 46, 1998, p. 65-72 ; Marie-France Auzépy, Halul Çetinkaya, Olivier Delouis, Jean-Pierre Grélois, Annie Pralong, Michel Kaplan, Hayri Yilmaz, « Campagne de prospection 2006 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua n° XV, 2007, p. 364-369 ; Marie-France Auzépy, Halul Çetinkaya, Olivier Delouis, Jean-Pierre Grélois, Michel Kaplan, Anaïs Lamesa, « Campagne de prospection 2007 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua, n° XVI, 2008, p. 440-442.

18 Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2007, p. 358-360 ; Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2008, p. 431-437.

19 Marie-France Auzépy, « Campagne de prospection 2005 de la mission Monastères byzantins de la côte sud de la Marmara », Anatolia Antiqua, n° XIV, 2006, p. 360-363.

20 Marie-France Auzépy, ibid., p. 380-386 ; Marie-France Auzépy, Halul Çetinkaya, Olivier Delouis, Jean-Pierre Grélois, Michel Kaplan, Anaïs Lamesa, « Campagne de prospection 2008 de la mission Marmara », Anatolia Antiqua, n° XVII, 2009, p. 427-456.

21 Christophe Giros, « Les fortifications médiévales » dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 209-224.

22 Selon le voyageur John Covel, il y avait à Iskele au xviie siècle des chariots destinés au transport des marchandises déchargées des navires qui ne pouvaient remonter le fleuve au-delà de ce point. Jean-Pierre Grélois, Dr John Covel. Voyages en Turquie, 1675-1677, Paris, Association des amis du centre d’histoire et civilisation de Byzance, coll. « Réalités byzantines », 6, 1998, p. 118-119.

23 Marie-France Auzépy et al., op. cit., 2005, p. 390-393.

24 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte Byzantinische keramik aus der Türkei, Istanbul, 2004, vol. III, pl. 58 : 79, 80 ; pl. 60 : 93, 95 ; pl. 62 : 103-105 ; I. S. Chichurov, Byzantine Cherson : Catalogue of Exhibition, Moscou, Nauka, 1991, p. 226 ; Alla Romančuk, « Befunde der glasierten keramik der spätbyzantinischen zeit in Chersonesos : örtliche herstellung und import », dans Bakirtzis Charalambos, VIIe Congrès International sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique, 11-16 octobre 1999, Athènes, 2003, p. 113, fig. 9 : 3, 4.

25 Maria Gerolymatou, dans Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie..., op. cit., p. 486, 491.

26 Klauss Rheidt, Die Stadtgrabung. Pt. 2, Die byzantinische Wohnstadt, Berlin, 1991.

27 Jean-Michel Spieser, Die Byzantinische Keramik aus der Stadtgrabung von Pergamon, coll. « Pergamenische Forschungen », 9, 1996.

28 Klauss Rheidt, « In the Shadow of Antiquity : Pergamon and the Byzantium Millenium » in Koester Helmut, Pergamon Citadel of the Gods, Harrisburg Pennsylvania, coll. « Harvard Theological Studies », 46, 1998, p. 395-424 ; idem, « The Urban Economy of Pergamon », dans Laiou Angeliki, The Economic History of Byzantium, From the Seventh through the Fifteenth Century, Washington D.C., 2002, vol. II, p. 623-630.

29 Les principales catégories identifiées sur ces sites de consommation sont des coupes ornées de cercles sécants peints à l’engobe ; des imitations locales de Zeuxippus Ware ; des plats ornés de doubles palmettes insérées dans un médaillon, d’un bouquet composé de trois tiges feuillues ou de décors de filet ; de coupes engobées aux décors de taches et coulures peintes en vert et pourpre.

30 John W. Hayes « A Late Byzantine and Early Ottoman Assemblage from the Lower City in Troia », Studia Troica, n° 5, 1995, p. 197-210.

31 Beate Böhlendorf, « Die Glasierte Byzantinische Keramik des Beşik-tepe (Troas) », Studia Troica, n° 7, 1997, p. 363-446 ; eadem, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 88.

32 Filiz Yenişehirlioğlu « La céramique glaçurée de Gülpınar », dans Déroche Vincent, Recherches..., op. cit., p. 303-315.

33 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 98 : 340-343.

34 Stella Patitucci, « “Zeuxippus Ware” novità da Kyme Eolica (Turchia) », XLII Corso di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizantina, Ravenne, 1995, p. 721-746.

35 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 98 : 348, 99-101

36 Scott Jane Ayer, Diana C. Kamili, « Late Byzantine Glazed Pottery from Sardis », Actes du XVe Congrès International d’Études Byzantines, Athènes 1976, Athènes, 1981, p. 679-696 ; Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 112 : 468-470 ; 113-115.

37 Lale Doger, « Byzantine Ceramics : Excavations at Smyrna Agora (1997-98 and 2002-03) » dans Böhlendorf-Arslan Beate, Osman Uysal Ali, Witte-Or Johanna, Çanak. Late Antique and Medieval Pottery and Tiles in Mediterranean Archaeological Contexts, Istanbul, coll. « Byzas », n° 7, 2007, p. 103, pl. XIII-XIV.

38 Beate Böhlendorf-Arslan, Glasierte..., op. cit., vol. III, pl. 118-121.

39 Ibid., pl. 144.

40 Ibid., pl. 131-140.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Exemple de distribution large
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte 2. Exemple de distribution réduite
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Carte 3. Indices d’un réseau de distribution commun
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Carte 4. Des productions en concurrence sur le marché de la vaisselle en Macédoine
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Carte 5. Distribution côtière dans des zones densément peuplées
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Carte 6. Diffusion liée au trafic des marines marchandes génoises et vénitiennes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Carte 7. Diffusion limitée au territoire byzantin
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Carte 8. Diffusion indépendante des découpages politiques
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Carte 9. Distribution des céramiques glaçurées en Bithynie au xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Carte 10. Distribution des céramiques glaçurées en Asie Mineure au xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13812/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search