Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Les marqueurs des échanges

La céramique : objet fragile, source solide

Ceramic: a fragile material, a reliable source

Nolwenn Lécuyer
Traduction de Clément Authié

Résumé

La céramique est un matériau couramment utilisé dans le quotidien médiéval où elle apparaît comme produit de première nécessité, notamment pour la cuisine. En contexte archéologique, elle est omniprésente et relevée en quantité du fait de ses qualités de conservation. Ainsi peut-on travailler sur de grandes et longues séries qui éclairent les modes de production, d’approvisionnement et d’utilisation de ces objets tout au long du Moyen Âge. Cette communication vise à montrer l’importance de cette source matérielle pour l’histoire des échanges en Méditerranée durant l’ensemble de la période, le discours étant essentiellement construit à partir des artéfacts mis au jour en France méridionale. Les échanges commerciaux sont évidemment renseignés au premier chef mais la céramique traduit également d’autres types de transferts : techniques, sociaux et culturels.

Texte intégral

  • 1 On se réfèrera notamment et en dernier lieu à Henri Amouric et al., « Le marché de la céramique ent (...)

1Cette communication vise moins à présenter l’état des connaissances sur la céramique médiévale de la Méditerranée occidentale1 qu’à montrer en quoi et par quelles voies elle constitue l’une des sources matérielles majeures pour nourrir la vaste question des échanges dans ce bassin. Utilisée partout et par tous durant tout le Moyen Âge, technologiquement et/ou typologiquement bien identifiable, la céramique est en effet dotée d’une traçabilité telle qu’elle permet d’une façon ou d’une autre d’en déterminer l’origine, ce qui n’est pas toujours le cas d’autres mobiliers archéologiques. Ces propriétés en font donc une source qui, certes, ne permet de documenter ni tous les aspects, ni l’entière réalité des échanges en Méditerranée, mais constitue un témoignage objectif, sincère et quantifiable qui, par son caractère imputrescible aussi, balise plus que toute autre source matérielle les réseaux d’échanges économiques, sociaux et culturels tissés tout au long de la période.

Principe d’ubiquité

  • 2 Henri Amouric, Lucy Vallauri, Jean-Louis Vayssettes, Poteries d’eaux. Les eaux de la terre, du corp (...)
  • 3 Henri Amouric, Gabrielle Démians D’Archimbaud, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri, Petits carrés d’hist (...)

2Produit de première nécessité dans l’équipement domestique mais aussi dans la construction, notamment pour la couverture (tuiles), la récupération des eaux de pluie ou l’évacuation des eaux usées (chenaux et tuyaux)2, la céramique sera également mise en œuvre dès le xiiie siècle, dans le midi méditerranéen, pour le décor d’édifices tant laïcs que religieux (carreaux de pavement et bacini insérés sur les façades d’églises)3. De fait, toute opération archéologique met au jour un lot souvent conséquent de céramique qu’il est assez aisé de caractériser en terme fonctionnel par le biais d’une étude typo-morphologique.

  • 4 Cf. p. ex. Élise Faure-Boucharlat (dir.), À la fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à V (...)
  • 5 Marie Leenhardt, Lucy Vallauri, « De la cuisine à la table : vaisselles de terre en Languedoc aux x (...)

3À côté du bois, de la vannerie, de la toile et de la peau, elle compte ainsi parmi les ustensiles de stockage des denrées alimentaires, usage pour lequel sont tournés des pots de grande taille qui revêtent certaines fonctions du mobilier amphorique autrefois utilisé à cette fin après avoir servi au transport. Les ustensiles céramiques sont également nécessaires dans différentes tâches associées à la préparation des aliments et sont communément utilisés pour leur cuisson, comme compléments ou substituts des ustensiles métalliques qui, s’ils sont bien attestés par les textes, ne sont jamais relevés en grand nombre en contexte d’habitat. À l’inverse, la part de la céramique à feu est toujours conséquente et dans tous les milieux, le recours à cette batterie de terre apparaissant alors aussi – voire plus – fondamental que pour les périodes précédentes et successives4. Le répertoire morphologique de la céramique commune va se développer tout au long du second Moyen Âge pour atteindre peu ou prou, à la fin de la période, le faciès qu’on lui connaît encore au début du xxe siècle5 : l’instrumentum culinaire admet dès lors un panel de formes très spécifiques, utilisées pour couvrir les besoins de pratiques alimentaires et culinaires renouvelées qui toucheront progressivement, mais à des degrés différents, toutes les classes de la société médiévale entre le xiiie et le xve siècle.

  • 6 Parfois relevée dans des contextes d’enfouissement favorables à sa conservation. Cf. p. ex., les be (...)
  • 7 Certaines productions relèvent d’un haut degré de technicité, croisement de divers arts du feu. C’e (...)
  • 8 Nolwenn Lécuyer, « Vaisselle et usages culinaires : spécificité de la demande en ustensiles céramiq (...)

4Cette évolution va de pair avec la réintroduction – elle aussi très progressive – à partir de l’an mil, d’une vaisselle de table en terre dont l’usage s’était effacé durant le haut Moyen Âge au profit de l’utilisation d’une vaisselle de bois6 dont on ne sait si elle était utilisée par tous. Les premières pièces concernent essentiellement le service des boissons (formes fermées de cruches et de pichets), mais sont rapidement accompagnées de plats et d’écuelles, couverts d’une glaçure monochrome ou d’un décor polychrome, associant, pour la plupart, le vert et le brun sur un fond blanc. Effet de la reprise des échanges méditerranéens, ce retour d’un « service de table décoré » est clairement lié au rôle ostentatoire de cette vaisselle que n’utilisent dans un premier temps que des consommateurs privilégiés. C’est une phase décisive dans le changement d’appréciation de ces ustensiles de terre. Avec l’apparition de la vaisselle de table, deux registres s’opposent désormais, celui du vulgaire et du nécessaire (céramique commune) et celui du superflu voire du précieux7 (céramique de table), que distinguent clairement les marchés et les producteurs comme la clientèle rapidement plus avertie, intéressée et exigeante. L’archéologue peut dès lors utiliser la céramique comme un témoin matériel des disparités socioculturelles entre contextes contemporains en comparant les faciès céramiques par l’analyse qualitative mais aussi quantitative. Lorsque les conditions de fouille le permettent, on observe en effet que les milieux les plus aisés disposent d’un nombre plus grand d’ustensiles, de formes et de fonctions plus variées, ce qui exclut la seule explication d’un nombre de convives plus important8. En outre, dans le choix des pièces destinées à la table, l’équipement de ces mêmes maisons témoigne du soin apporté dans le choix des pièces, choix dans lequel pèse manifestement de façon significative la question esthétique.

5Ainsi l’ubiquité des mobiliers céramiques dans les maisons médiévales n’est-elle pas synonyme d’uniformité. Au sein d’un lot à étudier comme au travers des comparaisons entre sites contemporains, ces disparités permettent de renseigner l’histoire économique, sociale et culturelle par le croisement de différentes approches opérées par le céramologue : technologique, typologique, morphologique et quantitative.

Validité chronologique de la source céramique

  • 9 L’étude extrêmement fine du mobilier céramique mis au jour à Rougiers et à laquelle est consacrée u (...)
  • 10 On tient compte également du fait que ces objets ont pu être utilisés sur une période plus ou moins (...)
  • 11 Je renvoie bien sûr aux travaux de Danièle Foy en ce domaine.

6La céramique est l’un des principaux marqueurs chronologiques utilisés en archéologie, ce qu’ont rendu possible les classements chrono-typologiques opérés dès les premières opérations médiévales9 et que les céramologues, depuis, n’ont eu de cesse de préciser et de compléter au gré des nouvelles découvertes. Pour autant, utilisée comme seul critère, elle ne fournit encore qu’une datation au quart de siècle près, au mieux, mais la majorité des cas propose une fourchette plus large10. Les assemblages séquentiels, lorsqu’ils sont possibles, autorisent une plus grande précision : les datations relatives sont fournies par un nombre d’individus statistiquement plus exploitable dans ce sens et par la possibilité de multiplier les croisements avec d’autres mobiliers datants. C’est le cas des monnaies, notamment, mais aussi d’autres produits de l’artisanat comme le verre, par exemple11. Dans ces contextes d’utilisation, le recours à des méthodes objectives de datation est aujourd’hui plus fréquemment de mise qui contribue parfois à resserrer ou à valider les termini fournis par les mobiliers.

7Désormais, certains types de céramique sont aussi intrinsèquement des marqueurs chronologiques beaucoup plus fiables pour la datation absolue : il s’agit de ceux – assez nombreux maintenant – qui ont été découverts dans leur contexte de production. Les structures propres à ce type de site – et surtout les fours – permettent de mettre en œuvre une ou plusieurs méthodes de datation en laboratoire : le 14C sur les résidus de combustible, l’archéomagnétisme sur les parois des foyers de four pour en dater la dernière utilisation. Les datations objectives ainsi obtenues peuvent fixer dans un cadre absolu les produits qui en sont issus dont on trouve sur place ou à proximité directe de nombreux fragments (ratés de cuisson) à partir desquels peut être réalisé le catalogue des productions.

8Chacune de ces opportunités permet d’affiner à son tour les tableaux chrono-typologiques dont le montage est, certes, loin d’être achevé pour toute l’aire géographique et la période considérées ici, mais qui se précise au rythme des découvertes.

Céramique et relations commerciales

  • 12 La pertinence de cette utilisation pourrait justifier à elle seule les efforts des céramologues pou (...)
  • 13 Les recherches sur Rougiers (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Rougiersop. cit.) sont pionnières en (...)
  • 14 On se rapportera aux recherches de Jacques Thiriot et, en premier lieu, à la publication de sa thès (...)
  • 15 En association avec Maurice Picon dès les années 1970 (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Maurice Pico (...)
  • 16 En fédérant les chercheurs de l’espace méditerranéen au sein d’associations telles que la CATHMA (C (...)

9La céramique est le produit d’un artisanat présent à des degrés divers sur le marché des échanges de courte, moyenne et longue distance. De ce fait, elle est depuis longtemps utilisée comme marqueur des relations commerciales et sert comme tel le discours des archéologues de toutes les périodes12. Pour l’ensemble du Moyen Âge, et en dépit de recompositions successives de l’organisation de la production, la mise à plat de la documentation matérielle permet d’ores et déjà de saisir dans leurs grands traits les principes et le rythme de ces échanges, ceci, surtout, à partir des mobiliers issus de fouilles menées en contextes d’utilisation sur le pourtour méditerranéen. La question des échanges commerciaux et technologiques bénéficie également du développement des recherches sur les contextes de production mais aussi de la multiplication des analyses physiques et chimiques des matériaux qui constituent ces objets (pâtes et glaçures). Dès les débuts de l’archéologie médiévale, Gabrielle Démians D’Archimbaud avait su orienter les recherches dans ces directions – typologie13, techniques et lieux de production14, analyses systématiques des pâtes15, confrontations méditerranéennes16 –, recherches qui font aujourd’hui de la céramologie l’un des pôles d’excellence du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M).

  • 17 Henri Amouric, Florence Richez, Lucy Vallauri, Vingt mille pots sous les mers. Le commerce de la cé (...)

10L’analyse typo-technologique permet de cerner l’existence de marchés et d’aires de distribution à des échelles qui varieront tout au long de la période et dont le dynamisme et l’évolution peuvent être mesurés à l’aune de l’analyse quantitative. Ainsi sont comparés les poids respectifs des productions locales et des productions importées dans chacun des lots de céramique qui nous sont donnés à étudier, l’origine des mobiliers allogènes offrant une vision directe des relations que chaque site – voire chaque utilisateur – entretient avec les ports de décharge et les grandes places marché. Mais elle permet aussi d’apprécier le fonctionnement des réseaux viaires17 empruntés pour acheminer ces objets (ustensiles céramiques certes, mais – partant – d’autres marchandises à la traçabilité moindre) ainsi que la consistance des contacts entre ville et campagne.

11À partir des données archéologiques de la France méridionale, quatre temps peuvent être distingués si l’on veut couvrir l’ensemble de la période, régis par l’évolution des systèmes de production et de diffusion, en lien étroit avec l’histoire économique du Moyen Âge occidental dans l’ensemble de l’aire méditerranéenne.

1. Pots globulaires de céramique grise (première moitié du xe siècle) relevés sur le site d’Eyguières (13) (cl. LA3M)

1. Pots globulaires de céramique grise (première moitié du xe siècle) relevés sur le site d’Eyguières (13) (cl. LA3M)
  • 18 Michel Bonifay, « La céramique en Provence à l’époque mérovingienne : un faciès résolument méditerr (...)
  • 19 Yves Rigoir, « Les dérivées-des-sigillées paléochrétiennes », dans Sagui Lucia, Ceramica in Italia  (...)
  • 20 Se démarquent de cet émiettement des ateliers exploitant les gisements d’argile kaolinitique tels q (...)
  • 21 Cette métamorphose est observée tant en Languedoc (cf. Marie Leenhardt, Poteries d’Oc… op. cit., Le (...)
  • 22 Michel Bonifay, « La céramique en Provence... », op. cit., p. 92.

121. Durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, la céramique commune importée du pourtour méditerranéen est essentiellement composée de mobiliers amphoriques, emballages ensuite perdus ou réutilisés dans l’espace domestique, témoignant d’un commerce (vin, huile, garum…) qui se maintient peu ou prou jusqu’à la première moitié du viiie siècle18 avec l’Afrique et l’Orient byzantin ou omeyyade. C’est à la même époque que disparaissent en Provence les attestations des sigillées issues des derniers ateliers égyptiens et nord-tunisiens. Le marché de la céramique fine s’était d’ores et déjà recomposé au cours du Bas-Empire et, dès la deuxième moitié du ve siècle, la céramique fine dérivée des Sigillées Paléochrétiennes (DS. P), produite dans quelques ateliers du sud de la Gaule, dominait nettement les sigillées d’importation dans l’équipement domestique19. De même, la céramique commune d’origine locale ou régionale prend une place croissante dans cet instrumentum et, à la fin de cette première période, constitue à elle seule l’essentiel du vaisselier. Ce processus va de pair avec l’éclatement de la production en petits ateliers attachés à un marché très local20, à une clientèle dont la demande se limite peu à peu à un registre très réduit de formes (pots globulaires fermés à fonctions polyvalentes), peu décorées mais de belle qualité, toutes cuites en atmosphère réductrice qui leur confère une teinte grise21 (fig. 1). Ces changements qualifiés de « médiévalisation » de la céramique, d’ordre tant technologique que culturel (l’offre ne pouvant être dissociée de la demande), viennent confirmer la rupture définitive avec la tradition antique (culture alimentaire et pratiques de table) et signer « la fin du grand commerce méditerranéen en royaume franc22 ».

  • 23 Lucy Vallauri, Gabrielle Démians D’Archimbaud, avec la coll. de Florence Parent, Catherine Richarté (...)
  • 24 Gabrielle Démians D’Archimbaud, Lucy Vallauri, « Productions et importations de céramiques médiéval (...)
  • 25 En dernier lieu, voir Jean-Christophe Tréglia et al., « Importations d’amphores médiévales dans le (...)
  • 26 Ces objets font montre des très nombreuses techniques de revêtement et de décor qui ne peuvent que (...)
  • 27 C’est le cas dès la première moitié du xiiie siècle à Marseille : cf. Henri Marchesi, Jacques Thiri (...)

132. Du viiie au xiiie siècle, le faciès céramique régional est nettement dominé par les formes globulaires (pots et pégaus) et le gris continue de régner, en particulier en Provence. Les premiers témoignages matériels d’une reprise des échanges méditerranéens sont datables du xe siècle (Forum Ware ou ceramica a vetrina pesante produites dans le Latium ou dans le nord de l’Italie) et des importations en provenance de Méditerranée orientale (Corinthe)23 et des terres islamiques (ateliers maghrébins ou d’al-Andalus) sont relevées sur certains sites du xie siècle. Il s’agit toujours de tessons de céramique de table qui témoignent moins d’un commerce organisé de la céramique que d’une « poussière d’apports très diversifiés »24 au bénéfice d’un nombre restreint d’utilisateurs résidant en milieu urbain mais aussi castral, dans des demeures seigneuriales où l’on met aussi au jour des formes rares de productions locales. Les importations s’étoffent ensuite ; les attestations se multiplient et désignent des provenances plus variées : faïences d’Ifriqiya, encore, mais aussi céramique glaçurée au plomb et amphores peintes de Sicile25 et d’Italie du Sud, ainsi que différentes productions de la Méditerranée orientale (Syrie, Mer Égée, Chypre…). Ces objets qui, par leurs formes comme par leurs décors26, doivent nettement trancher sur les productions grises, accompagnent sans doute les voyageurs ou sont importés pour l’usage personnel des marchands installés dans le midi (fig. 2). Cependant, une circulation moins confidentielle doit être envisagée qui va bientôt encourager ou contraindre les officines locales à produire à leur tour une céramique glaçurée27, à même de répondre à une demande de vaisselle de table polychrome assez fortement exprimée pour que l’investissement apparaisse suffisamment rentable.

2. Pichet glaçuré blanc et vert produit en Tunisie au xiiie siècle, fouille de l’abbaye Saint-Pons de Gémenos (cl. LA3M)

2. Pichet glaçuré blanc et vert produit en Tunisie au xiiie siècle, fouille de l’abbaye Saint-Pons de Gémenos (cl. LA3M)
  • 28 Cf. Le vert et le brun de Kairouan à Avignon, céramiques du xe au xve siècle, catalogue d’expositio (...)

14En Italie, la même réaction s’opère qui va conduire, dès la fin du xiie siècle et au xiiie siècle, à la création d’importants centres potiers autour des grandes villes marchandes (Pise, Gênes, Venise), dont les productions puis les traditions potières (techniques et décors)28 vont être directement inspirées de celles qui proviennent de leurs principaux comptoirs ou jalonnent leurs routes commerciales. Les productions « siculo-maghrébines » – et notamment celles des Pouilles – participent parallèlement à la diffusion vers le Nord de modèles (formes et décors) et de techniques (cuisson et glaçures).

3. Cruche émaillée produite à Marseille, dans les ateliers de Saint-Barbe (début xive siècle), relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)

3. Cruche émaillée produite à Marseille, dans les ateliers de Saint-Barbe (début xive siècle), relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)
  • 29 Comme dans la péninsule italienne, cf., p. ex., Paolo Güll, L’industrie du quotidien. Production, i (...)

153. Ainsi le xiiie s’annonce-t-il comme un siècle de transition majeur durant lequel les potiers occidentaux vont s’approprier diverses techniques exogènes. Cette appropriation n’est pas synonyme d’imitation – puisque chacun des centres en devenir va développer des répertoires morphologiques et décoratifs caractéristiques – mais d’assimilation technologique que vont donc permettre les contacts avec la Méditerranée byzantine, islamique orientale et occidentale, selon des voies sans doute diverses, comme on le verra plus bas. La mise en œuvre de ces techniques va de pair avec une réorganisation du marché de la production dans le midi méditerranéen29. Sensible à partir du milieu du xiiie siècle autour de Marseille (fig. 3), elle paraît effective en Provence et en Languedoc au début du xive siècle où l’on produit désormais sur le mode sériel. Ces officines visant un marché étendu réduisent rapidement celui des petits ateliers locaux hérités de la période précédente. Certains disparaissent, d’autres resserrent leur offre sur des qualités particulières et reconnues de leurs terres ou de leur savoir-faire, propriétés qui assureront à quelques-uns une certaine pérennité en même temps qu’une réputation à même d’accéder, dès la quatrième période, au grand marché.

16Cette transformation de l’industrie céramique locale se fait pourtant sur fond d’un maintien et, très rapidement, d’un accroissement des échanges entre les différents pays de l’espace méditerranéen. Tout au long du xiiie siècle, les importations concernent des céramiques glaçurées au plomb ou émaillées en provenance de Méditerranée orientale, encore, du Maghreb, de l’Italie du Sud et de Sicile. Mais, dès le milieu du siècle, on assiste à une contraction des échanges liée d’une part à l’émergence des grands ateliers du nord de l’Italie (fig. 4), d’autre part à l’entrée des puissantes officines de l’Espagne reconquise dans le marché occidental. Comme ceux de la Méditerranée orientale, ces centres approvisionnent la France méridionale en vaisselles de table à décor polychrome, mais aussi en céramiques communes, ce qui ne laisse de surprendre tant les techniques de production que ces dernières requièrent paraissent maintenant maîtrisées par les officines locales, parfois même spécialisées dans ce type de répertoire pour lequel elles proposent désormais un large éventail de formes. La réputation des produits de certains ateliers semble ici déterminante dans les choix opérés par des consommateurs déjà exigeants : dès cette époque, les enjeux commerciaux obligent chaque centre à se positionner nettement sur le marché. Mais, au-delà d’une simple affaire de qualité, s’exprime la question des goûts pour la diversité des pièces composant un service, pensé sur un autre mode que ce que l’on entend aujourd’hui par ce terme.

4. Productions toscanes de céramique émaillée à décor vert et brun (début xive siècle) relevées dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)

4. Productions toscanes de céramique émaillée à décor vert et brun (début xive siècle) relevées dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)

5. Cruche émaillée à décor vert et brun du début du xive s. produite en Catalogne (Valence) relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)

5. Cruche émaillée à décor vert et brun du début du xive s. produite en Catalogne (Valence) relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)
  • 30 Henri Amouric, Lucy Vallauri, Marie Leenhardt, Jacques Thiriot, Jean-Louis Vayssettes, « Le marché (...)

174. Entre le xive et le xve siècle, alors que se consolide le marché de masse de la céramique (commune et de table) sur la base de productions sérielles issues de grands centres tels que ceux du nord de l’Italie (Graffita Arcaica Tirrenica de Ligurie mais aussi majoliques de Toscane) ou de la Péninsule ibérique (faïences catalanes, de Valence et de Malaga notamment) (fig. 5), la concurrence entre les ateliers s’exerce davantage sur la faculté de proposer une vaisselle plus richement ou singulièrement décorée. La céramique verte et brune est toujours produite mais le bleu et blanc (fig. 6), d’abord, puis une palette plus large de couleurs, apparaissent au sein des importations : la rivalité entre officines se joue sur la maîtrise des matériaux (glaçures) ou de techniques particulières dans l’art de les appliquer (bleus toscans, lustres métalliques). Cette surenchère de l’offre, vecteur d’émulation technologique, profite clairement à l’ensemble des centres de Méditerranée occidentale dont les productions, suivant une inversion des courants, vont rapidement affluer sur les côtes proche-orientales où elles connaîtront dès les xve-xvie siècles un succès que ne démentiront pas les périodes suivantes30. Ce succès repose en partie sur une nouvelle répartition des centres de productions – notamment dans la basse vallée du Rhône et dans les environs d’Avignon où ils se positionnent opportunément au début du xive siècle –, une spécialisation accrue et une extension des aires de diffusion.

6. Cargaison de l’épave de Carro (milieu du xve siècle) : céramique valencienne émaillée peinte en bleu à décor de lustre métallique (cl. LA3M)

6. Cargaison de l’épave de Carro (milieu du xve siècle) : céramique valencienne émaillée peinte en bleu à décor de lustre métallique (cl. LA3M)

Circulation des hommes et des techniques

  • 31 De nombreuses communications relatives à cette problématique ont été publiées dans les actes des di (...)
  • 32 On se réfèrera p. ex. à Henri Amouric, « Les Tuileries de Manosque à la fin du xive siècle et au xv(...)
  • 33 Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ate (...)
  • 34 Ibid., fig. 159, p. 177-184 qui présente le catalogue des formes produites dans l’atelier
  • 35 Sur les différents types de four, je renvoie aux recherches de Jacques Thiriot de façon générale et (...)
  • 36 Ibid., p. 346-366 et fig. 290 p. 347 : carte de localisation des découvertes de fours à barres.
  • 37 On distingue deux techniques pour la fabrication de céramique polychrome sur fond clair : la premiè (...)

18Cette rapide évocation de l’histoire des échanges perceptible au travers de ce mobilier met en évidence l’influence, dans leur évolution, de l’acquisition de savoir-faire technologiques exogènes selon des modalités que les fouilles menées en contexte de production permettent parfois de mieux renseigner. Se former à des techniques nouvelles31 impose un déplacement des potiers vers les officines les plus expertes, soit, au contraire – et c’est en ce sens que doit plutôt être vue la rapidité des progrès opérés –, l’immigration (spontanée ou commanditée ?) des « hommes de l’art » dans les régions où l’offre, pour ainsi dire, ne peut techniquement et qualitativement satisfaire la demande. H. Amouric a depuis longtemps mis en évidence le caractère opportuniste de cet artisanat et de ses acteurs dont la mobilité se fonde sur le potentiel économique et la rentabilité immédiate des marchés32. Le transfert de compétences peut ainsi se faire de façon directe, ce qui paraît être le cas lors de l’installation du faubourg des Olliers à Marseille33 dont la première phase de production révèle que l’on adopte de façon totalement concomitante de nouvelles techniques de production (choix des argiles, décor glaçuré et cuisson) et un nouveau répertoire de formes qui en singularise clairement les fonctions34. Ici, le mobilier importé est relevé en grand nombre qui paraît moins témoigner de la constitution d’une collection de « modèles » que de l’installation de potiers étrangers, ce que semble notamment indiquer la découverte d’un type de four (four à barres) très différent de celui que les potiers du midi de la France utilisaient traditionnellement (four à sole à tirage vertical)35, mais fort courant en Espagne et dans le Maghreb36 pour ne citer que les plus proches. Plus tard, le recours à cette main d’œuvre étrangère sera parfois très directement renseigné par les sources écrites tandis que les recherches menées sur l’histoire des familles de potiers durablement installées en Languedoc comme en Provence à partir de la fin du Moyen Âge révèlent souvent des origines exogènes. La part due à la mobilité des hommes – qui s’avère ici extrêmement réactive – est donc particulièrement sensible dans la diffusion rapide des techniques : l’influence de ces apports directs paraît « stigmatiser » de façon pérenne les modes de production régionaux et l’adoption quasi générale, dans le midi de la France, de la glaçure stannifère – émail – pour les productions de céramique de table polychrome37 en est une traduction.

  • 38 Ce type qui est produit dès la première moitié du xiiie siècle oscille entre les techniques de revê (...)

19Ce mode de transfert est sans aucun doute plus prégnant sur un substrat technique localement assez déficient. Il est plus difficile de se prononcer sur le mode d’acquisition des procédés décoratifs qui feront le succès des centres d’Italie du Nord. À partir du milieu du xiie siècle, ils vont effectivement développer une production de vaisselle de table à l’imitation des céramiques byzantines (Graffita Arcaica Tirrenica) mais la recette de la glaçure plombifère s’étant maintenue dans ces régions, il est sans doute plus aisé pour les potiers ligures de s’approprier pour les reproduire les méthodes telles qu’elles s’inscrivent dans les modèles en circulation. Le Latium fournit d’autres pistes de lecture de ces échanges technologiques qui s’opèrent à la même époque. Le cas de la céramique à décor vert et brun (ceramica a vetrina laziale), caractéristique de ses premières productions polychromes, laisse percevoir une adaptation graduelle tout au long du xiiie siècle du revêtement stannifère38 pour l’obtention d’un fond banc dont il est difficile de dire si elle est due à des paliers dans l’acquisition des savoirs (fruit d’un « tâtonnement » au gré d’un métier qui admet par ailleurs, dans la tradition des gestes, une part d’empirisme « maîtrisé ») ou dans l’approvisionnement en produits adaptés (étain), à des goûts spécifiques locaux ou encore à des coûts de production difficilement assumés par les artisans et/ou les consommateurs.

Échanges culturels et sociabilité : pratiques culinaires et manières de table

  • 39 Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ate (...)

20On l’a vu, la mise en œuvre de ces nouvelles techniques va de pair avec l’adoption d’un répertoire formel qui vient là relayer élégamment un vaisselier de bois, ici compléter substantiellement une batterie de cuisine en terre indigente au point de limiter les préparations culinaires aux fonds bouillis. S’amorce donc, avec le xiiie siècle, une véritable « renaissance » des manières de table comme de la culture alimentaire, ce qui se lit au travers du renouvellement du vaisselier et, à partir du xive siècle surtout, de l’aménagement de structures améliorant sensiblement le confort domestique et l’équipement culinaire (fours et cheminées). Cette appropriation semble donc plus rapide en milieux urbain et portuaire – mieux ravitaillés, plus cosmopolites, en contact direct avec les marchandises déchargées ou en transit et proches des officines à la pointe de ces progrès – qu’en milieu rural, peut-être plus conservateur et moins bien approvisionné. Encore les fouilles d’habitat nous permettent-elles de relativiser une vision par trop rigide ou caricaturale : en même temps que s’opère la révolution technologique ici décrite, la refonte politique et économique des paysages ruraux par la transformation des structures de peuplement a également favorisé la restauration et le développement des réseaux viaires à même de faciliter les échanges entre les villes et leur arrière-pays. La céramique permet d’en apprécier l’usage et l’efficacité et, si l’on reprend l’exemple des productions marseillaises, on constate qu’elles ne tardent guère à atteindre un rayon de diffusion supérieur à 60 km à l’intérieur des terres39.

  • 40 Sur la question de l’histoire de l’alimentation qui a donné lieu à une abondante production bibliog (...)
  • 41 À plusieurs reprises, Bruno Laurioux réfute l’idée que l’apport arabe a été fondamental dans la cui (...)

21Au-delà de la réalité et de la vigueur des échanges, il faut aborder maintenant les effets de la circulation des marchandises (céramiques, certes, mais autres objets et denrées alimentaires) – comme des idées – sur l’alimentation et les pratiques culinaires, ce qui est toujours très fortement ancré dans la culture des populations. La transformation sans précédent du vaisselier domestique et la rapidité des mutations dans le domaine de la production laissent deviner sans doute aucun que ces idées trouvent précocement un terreau fertile pour leur développement. La production massive de réceptaires à la fin du Moyen Âge, point d’observation privilégié des historiens de l’alimentation, montre qu’une véritable « révolution de la gastronomie » a lieu aux xive-xve siècles40. Les sources matérielles montrent qu’à l’évidence, on n’a pas affaire à un phénomène aussi spontané mais à une tendance que le xiiie siècle porte en germe : une posture nouvelle vis-à-vis de la « chose alimentaire » – dont la céramique n’est pas la cause, bien sûr, mais l’un des instruments – naît sans aucun doute d’une combinaison complexe d’échanges matériels et immatériels. Sans parler de l’introduction en Occident de denrées nouvelles dont on sait qu’elles n’étaient pas destinées à tout le monde41, la rencontre de cultures alimentaires très différentes paraît provoquer une mutation progressive des goûts passant par un élargissement des techniques de cuisson auxquelles chacun semble avoir finalement souscrit à la fin du Moyen Âge : ainsi l’apparition de poêles, poêlons, lèchefrites, coquemars et autres ustensiles de cuisson permet-elle des variations culinaires sans qu’intervienne nécessairement de modification dans le régime alimentaire composant l’ordinaire, sinon par l’emploi probable de graisses animales ou végétales pour les fritures.

  • 42 À ce propos, cf. notamment Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusio (...)

22Tout n’est sans doute pas seulement affaire de goûts et, à une conjoncture économique favorable au renouvellement et à l’enrichissement de l’approvisionnement par des sources nouvelles, doit sans doute s’ajouter la diffusion progressive de préceptes d’ordres hygiéniques, diététiques et médicaux42 sous-tendus, d’ailleurs, dans les pratiques alimentaires levantines et hispaniques dont on s’imprègne.

  • 43 Elle paraît également servir au décor des murs puisque les formes ouvertes sont généralement munies (...)
  • 44 Élise Faure-Boucharlat, A la fortune du pot…, op. cit. ; Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie d (...)

23L’avènement de la gastronomie, qui élève la cuisine et la table au rang de distinction sociale se situe à un autre niveau d’analyse qui exclut la majeure partie de la population. Il repose sur des pratiques commensales que les notables et bourgeois en mal de reconnaissance s’empressent de s’approprier, que l’aristocratie va s’employer à affiner et l’on ne peut expliquer le succès de cette vaisselle de table sans aborder la question de son apparition et de son utilisation sur une « table » où, à l’instar du verre et des ustensiles métalliques, elle est manifestement destinée à être vue43. Là, c’est la diversité des pièces qui semble primer jusqu’à la fin du Moyen Âge et l’on juxtapose volontiers des objets d’origines variées, productions importées et régionales mêlées. Dans la cuisine, plus qu’à des pots de terre – bien qu’il y en eût44 –, c’est surtout à une batterie de cuisine métallique que renvoient les textes pour des réalisations culinaires complexes. On trouve donc là la justification des nettes disparités dans la composition des vaisseliers de maisons pourtant contemporaines.

  • 45 Ce qui paraît le cas à Rougiers (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Rougiers…, op. cit., p. 559).
  • 46 Ce que j’ai pu montrer pour certains sites désertés du Latium (cf. en particulier Nolwenn Lécuyer, (...)

24Les conditions d’une métamorphose culturelle sont donc sans doute réunies pour une transition qui s’opère dans le courant du xiiie siècle. Le phénomène paraît partout toucher d’abord les classes sociales privilégiées et, dans l’arrière-pays, les nouvelles formes sont d’abord relevées dans la partie seigneuriale des castra, illustrant – mais ce n’est pas nouveau – les étroits rapports liant l’élite urbaine et rurale. Il est plus difficile d’appréhender le juste moment de l’adoption de ces nouveautés par les masses villageoises, paysannes ou ouvrières. Sur certains sites, bien inscrits dans la dynamique des échanges, l’écart ne paraît pas très important45. Sur d’autres, l’éloignement ou la faiblesse économique se traduisent par un retard plus conséquent dans l’approvisionnement et l’on se satisfait plus longtemps des traditionnelles productions locales qui paraissent ailleurs totalement obsolètes46. Il faut reconnaître que nous manquons encore de sites régulièrement stratigraphiés, précisément et amplement – sinon complètement – fouillés, pouvant permettre une stricte comparaison entre espaces reconnus comme socialement distincts. Les disparités qualitatives (objets issus d’un artisanat de masse ou productions luxueuses) et quantitatives (nombre et variété morphologique des pièces composant l’instrumentum) observées dans l’équipement en vaisselle de terre relevé en contexte domestique servent cependant implicitement – et souvent par recoupement avec d’autres indices matériels et structurels – à définir le niveau social des habitants.

25Ainsi, et pour conclure après avoir longuement tourné autour du pot, si la céramique est un marqueur polymorphe des échanges – commerciaux et technologiques –, elle porte également en elle les effets plus secondaires des relations – sociales et culturelles – qui les sous-tendent : conjuguée aux autres sources, elle en précise ainsi le rythme et les modalités tout en suggérant des pistes originales d’enquêtes susceptibles de compléter le tableau des recherches portant précisément sur le thème des contacts.

Bibliographie

Bibliographie

Alexandre-Bidon Danièle, Une archéologie du goût. Céramique et consommation, Paris, Picard, coll. « Espaces médiévaux », 2005, 301 p.

Amouric Henri, « Les Tuileries de Manosque à la fin du xive s. et au xve s. Service public et secteur privé », Provence Historique, XXXIX, fasc. 155, 1989, p. 17-34.

Amouric Henri, « Le seigneur, la communauté et le potier : l’industrie céramique en Provence à la fin du Moyen Âge », Provence Historique, fasc. 167-168, 1992, p. 331-342.

Amouric Henri, Vallauri Lucy, Leenhardt Marie, Thiriot Jacques, Vayssettes Jean-Louis, « Le marché de la céramique entre Moyen Âge et époque moderne, en Provence et Languedoc, du renversement des flux à la guerre économique », dans Delestre Xavier, Marchesi Henri (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens. 50 ans de recherche, Actes de colloque (Arles, 2009), Paris, Errance-Ministère de la Culture et de la Communication, 2010, p. 281-297.

Amouric Henri, Abel Véronique (dir.), Un goût d’Italie : céramiques et céramistes italiens en Provence du Moyen Âge au xxe siècle, catalogue d’exposition (Aubagne 1993), Aubagne, Narration, 1993.

Amouric Henri, Foy Danièle, « Liberté ? contraintes et privilèges. Les artisans de la terre et du verre dans la Provence médiévale », dans Les libertés au Moyen Âge, Actes de colloque (Montbrisson, 1986). Montbrisson, Imprimerie de la Plaine, 1987, p. 253-280.

Amouric Henri, Richez Florence, Vallauri Lucy, Vingt mille pots sous les mers. Le commerce de la céramique en Provence et Languedoc du xe au xixe siècle, catalogue d’exposition (Istres 1999), Aix-en-Provence, Édisud, 1999, 199 p.

Amouric Henri, Vallauri Lucy, Vayssettes Jean-Louis, « Ligurie, Provence, Languedoc : partenaires privilégiés des échanges céramiques du Moyen Âge à l’Époque contemporaine », dans Atti XXXVII-XXXVIII Convegno Internazionale della Ceramica (Savona, 2004-2005), Florence, 2006, p. 129-141.

Amouric Henri, Vallauri Lucy, Vaysettes Jean-Louis, Poteries d’eaux. Les eaux de la terre, du corps et du ciel, catalogue d’exposition (Aubagne 2007), Aubagne, Lucie éditions et Communauté d’Agglomération Pays d’Aubagne et de l’Étoile, 2008, 351 p.

Amouric Henri, Vallauri Lucy, Vayssettes Jean-Louis, Terres de feu, de lumière et de songe dans le Midi français xe-xxe siècles, catalogue d’exposition (Aubagne 2009), Aubagne, Lucie Éditions et Communauté d’Agglomération Pays d’Aubagne et de l’Étoile, 2009, 408 p.

Amouric Henri, Démians D’Archimbaud Gabrielle, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy (dir.), Petits carrés d’histoire : pavements et revêtements muraux dans le Midi méditerranéen du Moyen Age à l’époque moderne, catalogue d’exposition (Avignon, 1995-1996), Avignon, Palais des Papes, 1995, 160 p.

Bonifay Michel, « La céramique en Provence à l’époque mérovingienne : un faciès résolument méditerranéen », dans Delestre Xavier et al. (dir.), La Méditerranée et le monde mérovingien : témoins archéologiques, Actes des XXIIIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Arles, 2002), Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie, suppl. au Bulletin Archéologique de Provence, 3, 2005, p. 85-97

Carru Dominique (dir.), De l’Orient à la table du pape. L’importation des céramiques dans la région d’Avignon aux xive-xvie siècles, catalogue d’exposition (Avignon, 1995), Cavaillon, Service d’Archéologie de Vaucluse, « DAF, 5 », 1995, 77 p.

Colardelle Michel, Verdel Éric, Les habitats du lac de Paladru dans leur environnement. La formation d’un terroir au xie siècle, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, « DAF, 40 », 1993, 416 p.

Démians D’Archimbaud Gabrielle, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, CNRS, 1980, 724 p.

Démians D’Archimbaud Gabrielle (dir.), La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence, 1995), Aix-en-Provence, Narration, 1997, 712 p.

Démians D’Archimbaud Gabrielle, Picon Maurice, « Les céramiques médiévales en France méditerranéenne ; recherches archéologiques et de laboratoire », dans Démians D’Archimbaud Gabrielle, Picon Maurice (dir.), La céramique médiévale en Méditerranée occidentale, xe-xve siècles, Actes de colloque (Valbonne, 1978), Paris, éd. du CNRS, coll. « Colloques Internationaux du CNRS, 584 », 1980, p. 16-41.

Démians D’Archimbaud Gabrielle, Vallauri Lucy, « Productions et importations de céramiques médiévales dans le Midi méditerranéen français », dans Monografies d’Arqueologia medieval i postmedieval n° 4. Ceramica medieval i postmedieval, Circuits productius i sequeüènces culturals, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 73-110.

Faure-Boucharlat Élise (dir.), À la fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne xe-xixe siècles d’après les fouilles archéologiques, catalogue d’exposition (Lyon, Vienne, Mâcon, 1990-1991), Lyon, Musée de la Civilisation Gallo-Romaine, n° spécial d’« Archéologie en Rhône-Alpes », 1990, 235 p.

Flandrin Jean-Louis, Montanari Massimo (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996, 915 p.

Güll Paolo, L’industrie du quotidien. Production, importations et consommation de la céramique à Rome entre xive et xvie siècle, Rome, École Française de Rome, « Collection de l’École Française de Rome », 314, 2003, 474 p.

Laurioux Bruno, Une histoire culinaire du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion éd., coll. « Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières », 8, 2005, 476 p.

Lécuyer Nolwenn, « Vaisselle et usages culinaires : spécificité de la demande en ustensiles céramiques dans le Latium rural des xie-xive siècles », dans De Minicis Elisabetta, Le ceramiche du Roma e del Lazio in età medievale e moderna II, Atti del II Convegno di Studi (Roma, 1994), Rome, Ed. Kappa, 1995, p. 142-158.

Lécuyer Nolwenn, « De la ville à la campagne : circulation des produits et des techniques céramiques dans le Latium des xe-xve s. », dans La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe Congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence 1995), Aix-en-Provence, Narration, 1997, p. 419-428.

Lécuyer Nolwenn, « Cuisine languedocienne, cuisine méditerranéenne ? Approche anthropologique de la vaisselle céramique méridionale (xe-xive siècles) », dans Usages et goûts culinaires au Moyen Age en Languedoc et en Aquitaine, Actes du colloque du CAML (Carcassonne 1996), Archéologie du Midi Médiéval, numéro spécial, 1997, p. 211-219.

Leenhardt Marie (dir.), Poteries d’Oc. Céramiques languedociennes viie-xviie siècles, catalogue d’exposition (Nîmes, 1995-1996), Nîmes, Narration, 1995, 144 p.

Leenhardt Marie, Vallauri Lucy, « De la cuisine à la table : vaisselles de terre en Languedoc aux xiiie et xive siècles », dans Usages et goûts culinaires au Moyen Âge en Languedoc et en Aquitaine, Actes du colloque du CAML (Carcassonne 1996), Archéologie du Midi Médiéval,numéro spécial, 1997, p. 215-233.

Le vert et le brun de Kairouan à Avignon, céramiques du xe au xve siècle, catalogue d’exposition (Marseille, 1995-1996), Avignon, Musées de Marseille-RMN, 1995, 246 p.

Marchesihenri, ThiriotJacques, VallauriLucy (dir.) avec la coll. de LeenhardtMarie, Marseille, les ateliers de potiers du xiiie siècle et le quartier Sainte-Barbe (ve-xviie siècle), Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, « DAF, 65 », 1997, 389 p.

Nicoud Marilyn, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale (xiiie-xve siècle), Rome, École Française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 333 », 2007, 2 vol., 1112 p.

Picon Maurice, « Probabilités et détermination d’origine », Archéologie du Midi Médiéval, 12, 1987, p. 31-36.

Rigoir Yves, « Les dérivées-des-sigillées paléochrétiennes », dans Sagui Lucia (dir.), Ceramica in Italia : vi-vii secolo, Atti del Convegno in onore di John W. Hayes (Rome, 1995), Florence, All’Insegna del Giglio, 1998, p. 101-107.

Terres de Durance : céramiques de l’Antiquité aux temps modernes, catalogue d’exposition (Digne, 1995), Digne, Musée de Digne, 1995, 160 p.

Thiriot Jacques, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le Bas-Rhône. Premières recherches de terrain, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, « DAF, 7 », 1986, 147 p.

Tréglia Jean-Christophe et al., « Importations d’amphores médiévales dans le sud-est de la France (xe-xiie s.). Premières données archéologiques et archéométriques », dans Sauro Gelichi (dir.), Actes du IXe Congrès International de l’AIEMC2 (Venise, 2009), sous presse.

Vallauri Lucy, Démians D’Archimbaud Gabrielle, avec la coll. de Parent Florence, RICHARTÉ Catherine, « La circulation des céramiques byzantines, chypriotes et du Levant chrétien en Provence, Languedoc et Corse du xe au xive siècle », dans Actes du VIIe Congrès International sur la Céramique Médiévale en Méditerranée (Thessalonique, 1999), Athènes, 2003, p. 137-152.

Vallauri Lucy, Leenhardt Marie, « Mutations et transferts : l’apparition des glaçures dans le midi méditerranéen », dans Démians D’Archimbaud Gabrielle (dir.), La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence, 1995), Aix-en-Provence, Narration, 1997, p. 479-486.

Notes

1 On se réfèrera notamment et en dernier lieu à Henri Amouric et al., « Le marché de la céramique entre Moyen Âge et époque moderne, en Provence et Languedoc, du renversement des flux à la guerre économique », dans Delestre Xavier, Marchesi Henri, Archéologie des rivages méditerranéens. 50 ans de recherche, Actes de colloque (Arles, 2009), Paris, Errance-Ministère de la Culture et de la Communication, 2010, p. 281-297.

2 Henri Amouric, Lucy Vallauri, Jean-Louis Vayssettes, Poteries d’eaux. Les eaux de la terre, du corps et du ciel, catalogue d’exposition (Aubagne 2007), Aubagne, Lucie éditions et Communauté d’Agglomération Pays d’Aubagne et de l’Étoile, 2008, 351 p.

3 Henri Amouric, Gabrielle Démians D’Archimbaud, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri, Petits carrés d’histoire : pavements et revêtements muraux dans le Midi méditerranéen du Moyen Âge à l’époque moderne, catalogue d’exposition, (Avignon, 1995-1996), Avignon, Palais des Papes, 1995, 160 p.

4 Cf. p. ex. Élise Faure-Boucharlat (dir.), À la fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne xe-xixe siècles d’après les fouilles archéologiques, catalogue d’exposition (Lyon, Vienne, Mâcon, 1990-1991), Lyon, Musée de la Civilisation Gallo-Romaine, 1990, 235 p. ; Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût. Céramique et consommation, Paris, Picard, 2005, 301 p. Sur la céramique à feu, cf. en particulier Henri Amouric, Lucy Vallauri, Jean-Louis Vayssettes, Terres de feu, de lumière et de songe dans le Midi français xe-xxe siècles, catalogue d’exposition (Aubagne 2009), Aubagne, Lucie Éditions et Communauté d’Agglomération Pays d’Aubagne et de l’Étoile, 2009, 408 p.

5 Marie Leenhardt, Lucy Vallauri, « De la cuisine à la table : vaisselles de terre en Languedoc aux xiiie et xive siècles », dans Usages et goûts culinaires au Moyen Âge en Languedoc et en Aquitaine, Actes du colloque du CAML (Carcassonne 1996), Archéologie du Midi Médiéval, numéro spécial, 1997, p. 215-233.

6 Parfois relevée dans des contextes d’enfouissement favorables à sa conservation. Cf. p. ex., les belles séries relevées à Charavines (Michel Colardelle, Éric Verdel, Les habitats du lac de Paladru dans leur environnement. La formation d’un terroir au xie siècle, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, 416 p.) ou la vaisselle de bois mise au jour à l’occasion de la fouille d’un puits montpelliérain comblé au xiiie s. : Marie Leenhardt (dir.), Poteries d’Oc. Céramiques languedociennes viie-xviie siècles, catalogue d’exposition (Nîmes, 1995-1996), Nîmes, Narration, 1995, p. 45 et fig. 36, p. 71.

7 Certaines productions relèvent d’un haut degré de technicité, croisement de divers arts du feu. C’est le cas, notamment, de la faïence à décor de lustre métallique ou d’autres céramiques fines importées par les grandes maisons. Cf., p. ex., Dominique Carru (dir.), De l’Orient à la table du pape. L’importation des céramiques dans la région d’Avignon aux xive-xvie siècles, catalogue d’exposition (Avignon, 1995), Cavaillon, Service d’Archéologie de Vaucluse, 1995, 77 p.

8 Nolwenn Lécuyer, « Vaisselle et usages culinaires : spécificité de la demande en ustensiles céramiques dans le Latium rural des xie-xive siècles », dans De Minicis Elisabetta, Le ceramiche di Roma e del Lazio in età medievale e moderna II, Atti del II Convegno di Studi (Roma, 1994), Rome, Kappa, 1995, p. 142-158 ; et idem, « De la ville à la campagne : circulation des produits et des techniques céramiques dans le Latium des xe-xve s. », dans La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe Congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence 1995), Aix-en-Provence, Narrations, 1997, p. 419-428.

9 L’étude extrêmement fine du mobilier céramique mis au jour à Rougiers et à laquelle est consacrée une large partie de la publication (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, CNRS, 1980, p. 275-404) en est un exemple pionnier.

10 On tient compte également du fait que ces objets ont pu être utilisés sur une période plus ou moins longue…

11 Je renvoie bien sûr aux travaux de Danièle Foy en ce domaine.

12 La pertinence de cette utilisation pourrait justifier à elle seule les efforts des céramologues pour l’établissement de catalogues typologiques qui, pour cela, prônent l’exhaustivité pour le mobilier amphorique de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive, par exemple, ce dont va bénéficier l’archéologie du haut Moyen Âge.

13 Les recherches sur Rougiers (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Rougiersop. cit.) sont pionnières en ce domaine dans le midi méditerranéen.

14 On se rapportera aux recherches de Jacques Thiriot et, en premier lieu, à la publication de sa thèse (Jacques Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le Bas-Rhône. Premières recherches de terrain, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1986, 147 p.).

15 En association avec Maurice Picon dès les années 1970 (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Maurice Picon, « Les céramiques médiévales en France méditerranéenne ; recherches archéologiques et de laboratoire », dans Démians D’Archimbaud Gabrielle, Picon Maurice, La céramique médiévale en Méditerranée occidentale, xe-xve siècles, Actes de colloque (Valbonne, 1978), Paris, éd. du CNRS, 1980, p. 16-41). Sur la pertinence de la méthode, cf. p. ex. Maurice Picon, « Probabilités et détermination d’origine », Archéologie du Midi Médiéval, n° 12, 1987, p. 31-36.

16 En fédérant les chercheurs de l’espace méditerranéen au sein d’associations telles que la CATHMA (Céramiques de l’Antiquité Tardive et du Haut Moyen Âge) et l’AIECM2 (Association Internationale pour l’Étude des Céramiques Médiévales en Méditerranée).

17 Henri Amouric, Florence Richez, Lucy Vallauri, Vingt mille pots sous les mers. Le commerce de la céramique en Provence et Languedoc du xe au xixe siècle, catalogue d’exposition (Istres 1999), Aix-en-Provence, Édisud, 1999, 199 p.

18 Michel Bonifay, « La céramique en Provence à l’époque mérovingienne : un faciès résolument méditerranéen », dans Delestre Xavier et al., La Méditerranée et le monde mérovingien : témoins archéologiques, Actes des XXIIIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Arles, 2002), Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie, 2005, p. 92.

19 Yves Rigoir, « Les dérivées-des-sigillées paléochrétiennes », dans Sagui Lucia, Ceramica in Italia : vi-vii secolo, Atti del Convegno in onore di John W. Hayes (Rome, 1995), Florence, All’Insegna del Giglio, 1998, p. 101-107.

20 Se démarquent de cet émiettement des ateliers exploitant les gisements d’argile kaolinitique tels que ceux de l’Uzège où semblent se maintenir des productions sérielles distribuées de part et d’autre du Rhône sur un large marché. Cela s’explique par les propriétés exceptionnelles de ces pâtes fines et naturellement réfractaires qui ont dû faire la réputation de ces productions et aiguiser la demande.

21 Cette métamorphose est observée tant en Languedoc (cf. Marie Leenhardt, Poteries d’Oc… op. cit., Le règne du gris, p. 15-28) qu’en Provence (cf. Terres de Durance : céramiques de l’Antiquité aux temps modernes, catalogue d’exposition (Digne, 1995), Digne, Musée de Digne, 1995, Le temps des gris, p. 41-78) et des phénomènes équivalents touchent la péninsule italique au même moment.

22 Michel Bonifay, « La céramique en Provence... », op. cit., p. 92.

23 Lucy Vallauri, Gabrielle Démians D’Archimbaud, avec la coll. de Florence Parent, Catherine Richarté, « La circulation des céramiques byzantines, chypriotes et du Levant chrétien en Provence, Languedoc et Corse du xe au xive siècle », dans Actes du VIIe Congrès International sur la Céramique Médiévale en Méditerranée (Thessalonique, 1999), Athènes, 2003, p. 137-152.

24 Gabrielle Démians D’Archimbaud, Lucy Vallauri, « Productions et importations de céramiques médiévales dans le Midi méditerranéen français », dans Monografies d’Arqueologia medieval i postmedieval n° 4. Ceramica medieval i postmedieval, Circuits productius i sequeüènces culturals, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 73-110.

25 En dernier lieu, voir Jean-Christophe Tréglia et al., « Importations d’amphores médiévales dans le sud-est de la France (Xe-XIIe s.). Premières données archéologiques et archéométriques », dans Gelichi Sauro, Actes du IXe Congrès International de l’AIEMC2 (Venise, 2009), sous presse.

26 Ces objets font montre des très nombreuses techniques de revêtement et de décor qui ne peuvent que surprendre et enthousiasmer dans le midi méditerranéen : peinture ou incision sur engobe, glaçure plombifère (utilisée même sur la céramique culinaire en provenance de Beyrouth, par exemple) monochrome ou polychrome, décor estampé ou incisé sous glaçure plombifère ou sur émail… Autant de techniques qui surpassent les plus élégantes des productions provençales ou languedociennes.

27 C’est le cas dès la première moitié du xiiie siècle à Marseille : cf. Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ateliers de potiers du xiiie siècle et le quartier Sainte-Barbe (ve-xviie s.), Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, 389 p. Pour une approche plus large de l’introduction des glaçures dans les productions languedociennes et provençales, cf. Lucy Vallauri, Marie Leenhardt, « Mutations et transferts : l’apparition des glaçures dans le midi méditerranéen », dans Démians D’Archimbaud Gabrielle, La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence, 1995), Aix-en-Provence, Narrations, 1997, p. 479-486.

28 Cf. Le vert et le brun de Kairouan à Avignon, céramiques du xe au xve siècle, catalogue d’exposition (Marseille, 1995-1996), Avignon, Musées de Marseille-RMN, 1995, 246 p. et, en particulier, sur l’impact des importations en Italie, p. 129-151.

29 Comme dans la péninsule italienne, cf., p. ex., Paolo Güll, L’industrie du quotidien. Production, importations et consommation de la céramique à Rome entre xive et xvie siècle, Rome, École Française de Rome, 2003, 474 p.

30 Henri Amouric, Lucy Vallauri, Marie Leenhardt, Jacques Thiriot, Jean-Louis Vayssettes, « Le marché de la céramique… », op. cit., p. 281-297.

31 De nombreuses communications relatives à cette problématique ont été publiées dans les actes des différents congrès de l’AIECM2. Le thème des mutations et des transferts a cependant été central en 1995 à Aix-en-Provence : Gabrielle Démians D’Archimbaud, La céramique médiévale en Méditerranée. Actes du VIe congrès de l’AIECM2 (Aix-en-Provence, 1995), Aix-en-Provence, Narration, 1997, 712 p.

32 On se réfèrera p. ex. à Henri Amouric, « Les Tuileries de Manosque à la fin du xive siècle et au xve siècle. Service public et secteur privé », Provence Historique, n° 39, fasc. 155, 1989, p. 17-34 ; id., « Le seigneur, la communauté et le potier : l’industrie céramique en Provence à la fin du Moyen Âge », Provence Historique, n° 42, fasc. 167-168, 1992, p. 331-342 ; ou encore à Henri Amouric, Danièle Foy, « Liberté ? contraintes et privilèges. Les artisans de la terre et du verre dans la Provence médiévale », dans Les libertés au Moyen Âge, Actes de colloque (Montbrisson, 1986). Montbrisson, Imprimerie de la Plaine, 1987, p. 253-280.

33 Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ateliers…, op. cit., en particulier les p. 162-164.

34 Ibid., fig. 159, p. 177-184 qui présente le catalogue des formes produites dans l’atelier

35 Sur les différents types de four, je renvoie aux recherches de Jacques Thiriot de façon générale et, dans ce cas précis, à ses pages dans Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri (dir.) avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ateliers…, op. cit., p. 118-164 sur les différents fours découverts sur ce site et Ibid. p. 346-366 sur la géographie du four de potier à barres d’enfournement.

36 Ibid., p. 346-366 et fig. 290 p. 347 : carte de localisation des découvertes de fours à barres.

37 On distingue deux techniques pour la fabrication de céramique polychrome sur fond clair : la première (qui admet une seule cuisson des pièces) consiste à poser un décor de glaçures colorées sur un engobe clair – chargé de masquer la couleur naturelle de la terre cuite – et sous glaçure plombifère transparente ; la seconde consiste à émailler (c’est-à-dire de la recouvrir d’une glaçure enrichie d’étain permettant d’obtenir un revêtement blanc et opaque) et à décorer des pièces déjà cuites (biscuits), soumises ensuite à une nouvelle cuisson. Sur ces techniques, cf. Le vert et le brun…, op. cit., p. 135-136.

38 Ce type qui est produit dès la première moitié du xiiie siècle oscille entre les techniques de revêtement 1 ou 2 (lorsque ce dernier est utilisé, l’émail paraît toutefois « pauvre »). Il se distingue de fait clairement de la maiolica arcaica (technique 2), peut-être contemporaine, que les officines latiales développeront également.

39 Henri Marchesi, Jacques Thiriot, Lucy Vallauri avec la coll. de Marie Leenhardt, Marseille, les ateliers…, op. cit., p. 319, fig. 279.

40 Sur la question de l’histoire de l’alimentation qui a donné lieu à une abondante production bibliographique en constante augmentation depuis la création de l’Institut Européen de l’Histoire de l’Alimentation, on se rapportera par exemple à Jean-Louis Flandrin, Massimo Montanari, Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996, 915 p. et, pour le Moyen Âge en particulier, aux travaux de Bruno Laurioux (p. ex. Bruno Laurioux, Une histoire culinaire du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2005, 476 p.).

41 À plusieurs reprises, Bruno Laurioux réfute l’idée que l’apport arabe a été fondamental dans la cuisine de l’Occident chrétien (Ibid., p. 305-335), mais des « interférences culinaires » existent qui, sans parler de la question épineuse du goût, peuvent aisément se traduire par la réintroduction de formes associées à différentes techniques de cuisson, abandonnées au cours du haut Moyen Âge, mais qui trouvent des équivalences étroites dans la culture matérielle de l’Antiquité.

42 À ce propos, cf. notamment Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale (xiiie-xve siècle), Rome, École Française de Rome, 2007.

43 Elle paraît également servir au décor des murs puisque les formes ouvertes sont généralement munies de trous de suspension.

44 Élise Faure-Boucharlat, A la fortune du pot…, op. cit. ; Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût…, op. cit. En ce qui concerne la céramique, les réceptaires recommandent très régulièrement l’utilisation de pots neufs, c’est-à-dire non imprégnés du goût d’une préparation culinaire antérieure susceptible de contaminer celui du plat projeté. Cette précision met en évidence des préoccupations gustatives dont on imagine bien qu’elles n’étaient pas et ne pouvaient être centrales dans le quotidien de tous.

45 Ce qui paraît le cas à Rougiers (Gabrielle Démians D’Archimbaud, Rougiers…, op. cit., p. 559).

46 Ce que j’ai pu montrer pour certains sites désertés du Latium (cf. en particulier Nolwenn Lécuyer, De la ville à la campagne…, op. cit.). Ainsi le site de Caprignano en Sabine semble-t-il accuser un retard de près d’un demi-siècle dans son approvisionnement en céramique polychrome pourtant produite dans un rayon de 60 km.

Table des illustrations

Titre 1. Pots globulaires de céramique grise (première moitié du xe siècle) relevés sur le site d’Eyguières (13) (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre 2. Pichet glaçuré blanc et vert produit en Tunisie au xiiie siècle, fouille de l’abbaye Saint-Pons de Gémenos (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre 3. Cruche émaillée produite à Marseille, dans les ateliers de Saint-Barbe (début xive siècle), relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre 4. Productions toscanes de céramique émaillée à décor vert et brun (début xive siècle) relevées dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre 5. Cruche émaillée à décor vert et brun du début du xive s. produite en Catalogne (Valence) relevée dans un puits (fouille Jules Verne) à Marseille (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 6. Cargaison de l’épave de Carro (milieu du xve siècle) : céramique valencienne émaillée peinte en bleu à décor de lustre métallique (cl. LA3M)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/13797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search