Version classiqueVersion mobile

Les échanges en Méditerranée médiévale

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Ouerfelli Mohamed

Avant-propos

Élisabeth Malamut

Texte intégral

1S’il y a bien un espace qui fait l’unité de la Méditerranée médiévale, c’est celui des échanges, dont l’histoire est autre que celle des États. C’est celui des territoires terrestres qu’ils contrôlent plus ou moins bien, mais encore des terres étrangères où ils doivent protéger leurs ressortissants, mais aussi celui des mers dont la maîtrise est un enjeu entre les puissances. La notion moderne « d’eaux internationales » avec les obligations juridiques qui y sont attachées émergèrent progressivement du fait de l’extension de la piraterie, des heurts continuels en haute mer entre les flottes rivales, des naufrages de bateaux qui emportaient non seulement les hommes mais aussi les cargaisons que l’on attendait sur les deux rives de la Méditerranée pour les transporter bien au-delà. À l’espace d’un monde connu fondé sur un ensemble de réseaux routiers, urbains, portuaires, où la sécurité de chacun devait être assurée par maint sauf-conduit, se juxtaposait par conséquent celui encore plus risqué (le risque en mer est souvent mentionné dans les contrats de nolisement) d’un monde maritime où chaque itinéraire, chaque escale, chaque détroit était disputé. Tel était l’espace des échanges en Méditerranée médiévale à une époque où la domination de l’espace maritime passa des Arabes aux républiques marchandes, Venise et Gênes surtout, puis aux Ottomans, mais où celle de l’espace terrestre était celui des grands empires, Byzance, l’empire abbasside, l’Égypte fatimide, puis mameluke Les échanges appartiennent donc aussi à l’histoire de chacune de ces puissances et dépendent de leurs rivalités.

2Dans ce contexte géopolitique, traiter des échanges en Méditerranée médiévale c’était d’abord se demander comment quantifier et qualifier ces échanges, comment suivre leurs circuits. Fallait-il distinguer de ce fait les échanges matériels, ceux qui concernent notre alimentation, mais aussi nos vêtements, nos modes de vie, des échanges immatériels qui concernent la diffusion des idées et de la culture ? En quoi d’ailleurs étaient-ils différents : le vin n’est-il pas une culture ? Les idées ne s’échangent-t-elle pas par les livres ? Et le goût ne se modifie-t-il pas par les œuvres artistiques ? Plus on y réfléchit, plus on s’attache par conséquent aux marqueurs matériels de ces échanges et on se pose la question : quels sont-ils ? Que peuvent-ils nous apprendre de ces échanges ? La priorité revient à la céramique qui parle des produits transportés, qui révèle parfois une quantité mesurable (épave maritime), qui témoigne de la mobilité des artisans, qui trahit la mondialisation des échanges (déjà !), qui traduit les rivalités commerciales, qui marque les itinéraires, qui définit une sociologie et une culture de l’élite par la diffusion de pratiques culinaires et d’une céramique fine par opposition à une céramique plus commune, cantonnée dans une aire géographique restreinte. Pourquoi tel type de production eut-il plus de succès que l’autre ? Pouvait-on définir la localisation des ateliers de production, leur diffusion, élucider les circonstances qui les propulsèrent comme centres de fabrication ? Il fallait également aller d’un bout à l’autre du bassin méditerranéen, de la Gaule et de la Provence jusqu’en Italie et en Méditerranée orientale. La réalité de la monnaie s’imposait alors comme nécessité dans le commerce. Or la monnaie ne se contente pas d’être unique dans un État, dans une ville, puisqu’il y a des marchands venus des deux rives, de différents États, qui circulent et transportent quantités de pièces de monnaie. Dans cette vaste perspective, l’Italie méridionale où se succédèrent Arabes, Byzantins, Normands, Francs, s’avérait un laboratoire d’expérience où circulaient plusieurs monnaies simultanément, en même temps qu’à chaque nouvelle domination étaient mises en circulation de nouvelles monnaies. Comment s’associaient-elles dans les échanges ? Quels étaient les signes de souveraineté des monnaies émises localement par tant d’autorités rivales et consécutives ? Les zones monétaires correspondaient-elles aux États ?

3Dans un monde d’échanges internationaux, il fallait également s’interroger sur les accords entre États, sur la diplomatie et les traités de paix et de commerce. Ces traités indispensables à la sécurité des ambassadeurs et des marchands sur terre comme sur mer étaient régulièrement renouvelés, soit à l’avènement de nouveaux souverains qui s’engageaient à maintenir les mêmes dispositions que leurs prédécesseurs, soit parce qu’ils avaient été rompus ou sérieusement écornés à la suite d’incidents plus ou moins graves. Pourquoi certains fonds d’archives sont-ils plus riches que d’autres d’une rive à l’autre de la Méditerranée ? Y avait-il des habitudes de conservation plus importantes dans certains États ? Là encore l’examen de ces documents comme marqueurs des échanges doit être entrepris avec d’infinies précautions. Car il y eut des destructions d’archives en Orient, certaines volontaires, d’autres beaucoup moins. Où étaient envoyés les différentes copies ? Dans quelle langue les originaux étaient d’abord rédigés ? Peut-on à partir des différentes versions des traités de paix connaître l’intensité des relations diplomatiques et commerciales qui unissaient par exemple Pise au Maghreb ? Que peut-on savoir des chancelleries respectives, de leur fonctionnement, du personnel diplomatique ? Seule une étude des traités et de la correspondance entre États du point de vue archivistique, mais aussi linguistique permet d’apporter des réponses concrètes à ces interrogations.

4 Les échanges économiques mais aussi politiques et culturels nécessitent l’intervention du politique pour la sécurité des acteurs et inversement le politique a besoin de maîtriser l’espace où se maillent les réseaux pour prélever les taxes, pour assurer à ses représentants la liberté de voyager, de commercer, d’échanger. Il faut s’interroger sur les modalités complexes qui ont imbriqué l’économique au politique, par quelles conquêtes, par quels réseaux, par quelles entreprises, les royaumes maghrébins ont fini par relier le littoral à l’intérieur et ont pu alors faire de la Méditerranée occidentale un espace arabe reliant al-Andalus, le Maghreb et l’Orient musulman en passant par la Sicile. Ici l’histoire des États reprend toute sa pertinence. Il s’agit de rivalités entre puissances, de colonisation de territoires et même de guerres pour aboutir à des espaces d’échanges qui seront définis par des traités. Inversement les marchands n’auront de cesse de demander la protection contre la piraterie et la course, la liberté de circulation et l’exemption de taxes, et les ambassadeurs, les sauf-conduits qui leur permettront d’arriver à bon port, les deux catégories se confondant parfois dans des acteurs identiques.

5Le commerce du blé était prédominant au Moyen Âge et l’on a tendance à oublier que l’une des destinations premières des Génois ou des Vénitiens aux xive-xve siècles en Orient byzantin et en mer Noire était le commerce du blé pour ravitailler en priorité leurs métropoles. Jusqu’où Byzance pouvait laisser ce libre commerce de blé aux mains des Occidentaux s’effectuer aux dépens de ses propres marchands, n’est pas une question simple. Un autre sujet sensible était le commerce des esclaves, esclaves turcs recherchés par les Arabes, razziés en Asie centrale ou achetés sur les marchés de Constantinople ; esclaves turcs puis caucasiens que les Mamluks allaient chercher en Crimée auprès du khan de la Horde d’Or, pour grossir les rangs de leur armée. Mais il y avait aussi les esclaves chrétiens, notamment byzantins, raflés par des pirates génois ou vénitiens et revendus aux musulmans. Les puissances « émergentes », comme on dirait aujourd’hui, voulurent alors aller encore plus loin dans leur domination politique, économique et culturelle du monde : elles se firent colonisatrices. Chaque siècle eut ses puissances coloniales, al-Andalus voulut dominer le littoral maghrébin. Venise et Gênes à partir du xiie siècle voulurent imposer leur économie et leur civilisation à l’extrémité du monde : à Constantinople et dans les îles, mais aussi en Syrie, en Palestine, en Égypte et en mer Noire. Chroniques, traités et lettres diplomatiques sont à examiner point par point pour ressusciter les réalités mouvantes et complexes de la Méditerranée et voir comment à partir chaque fois d’une nouvelle configuration du monde des échanges nouveaux se créent et la perception de l’Autre évolue.

6Les hommes aspiraient à être les acteurs de ce monde nouveau à part entière, soit en se fondant dans la citoyenneté la plus recherchée, génoise aux xive-xve siècles, soit en créant les compagnies, ces axes financiers apparus dès le xiiie siècle. Ils couvraient les activités les plus lucratives et permettaient à leurs membres les plus importants de rester inaperçus sous le nom de la « marque ». De multiples questions se posent : quelle fut la durée de vie des compagnies les plus importantes pendant ces siècles : les Acciaiuoli, les Alberti, les Datini ou les Médicis ? Quelle fut leur surface géographique, économique et sociale ? Quels étaient leurs réseaux ? À quel point certaines n’ont survécu que grâce à leur collaboration avec le pouvoir politique ? Plus étonnant encore, le fait que ces compagnies, dont les agents et associés se croisaient en tout lieu, finissaient par se copier. Ne trouvait-on pas la compagnie lucquoise des Battosi à Gênes, en Provence, en Champagne et en Italie du sud où l’on pouvait voir à la même époque les compagnies florentines ? De même, il faut se demander jusqu’à quel point les grands financiers de l’époque n’avaient pas une formation commune. Lluis Servent, l’homme d’affaires barcelonais n’avait-t-il pas été l’agent de Datini dans sa jeunesse ? Un objectif stimulant est d’examiner l’itinéraire particulier et exceptionnel de celui qui voulut faire de Barcelone une seconde Gênes.

7Les échanges économiques et politiques entraînaient-ils nécessairement des échanges culturels ? Il est même audacieux de se demander comment des ambassades – signe politique au plus haut point symbolique d’échanges - pouvaient devenir une barrière culturelle par le regard sur l’Autre : regard sur ses vêtements, ses habitudes alimentaires, ses gestes déplacés et prétentieux alors même que la fascination de la culture étrangère s’exprime dans tout ce que l’ambassadeur découvrait chez l’autre et par l’autre. L’échange des pratiques architecturales et décoratives n’offrait-il pas aux palais arabes leur réplique sur les rives du Bosphore ? Et comment pourrait-on ignorer les passeurs de manuscrits d’une civilisation à l’autre, la découverte à la cour Omeyyade de l’un des manuscrits scientifiques byzantins du vie siècle les plus célèbres, le Dioscoride ?

8La diffusion et la circulation des manuscrits sont au cœur des échanges immatériels, ceux qui permettent de diffuser les récits des voyageurs, la pensée des philosophes, les chroniques, les romans de gestes. Mais comment savoir quels auteurs on lisait le plus ? comment sélectionner les meilleurs indices ? Les inventaires des bibliothèques constituent pour le chercheur un merveilleux vivier et permettent de comprendre le processus qui fait un best-seller par le nombre des copies, les multiples versions, les langues différentes et ensuite par le nombre d’exemplaires imprimés dès la fin du xve siècle. Mais il faut alors scruter le public des lecteurs et les raisons de sa fascination, analyser la rencontre des goûts d’une société et du livre qui est produit au bon moment et comprendre la continuité du succès.

9Échange à la fois matériel et immatériel, celui des peintres et de leurs œuvres à travers l’Europe. Pourquoi aux xve-xvie siècles les peintres flamands étaient-ils attirés par l’Espagne ? Comment s’accomodèrent-ils si facilement du climat historique brutal de l’Inquisition ? C’est oublier que la peinture est d’abord une affaire de commandes, de facilités d’exercer son métier ailleurs que dans des conditions corporatistes trop strictes et que les cours méditerranéennes étaient accueillantes pour ces artistes qui jouissaient d’un grand prestige. Quels étaient ces commanditaires ? Quels privilèges offraient-ils ? Le politique et l’économique s’entremêlent dans les maillons serrés des réseaux marchands qui conduisent les artistes et leurs œuvres jusqu’aux fondations monastiques royales, jusqu’aux chapelles et églises de Castille et d’Aragon. Quels étaient donc ces artistes ? Retracer leur itinéraire doit permettre de mieux comprendre les courants culturels entre l’Europe du nord et celle du sud.

10Ce vaste questionnement sur les échanges méditerranéens au Moyen Âge est le fruit d’un travail collectif ; les auteurs ont présenté leurs communications au cours du séminaire de recherche « Économie et Société » du Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne (LAMM) en 2008-2009 et 2009-2010, organisé par Anne Mailloux, Élisabeth Malamut et Mohamed Ouerfelli. Ce séminaire fut l’occasion de fructueux débats et échanges ; il a réuni des enseignants et chercheurs de l’université d’Aix-Marseille et d’autres universités et centres de recherche français.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search