Version classiqueVersion mobile

Le quartier Mazarin

 | 
Ines Castaldo

Préface

Pascal Julien

Texte intégral

1Aix-en-Provence est une ville particulièrement séduisante, qui s’offre à des parcours érudits comme à des flâneries poétiques. Le célèbre cours, qui la traverse profondément, réunit ses deux visages : d’une part la cité ancienne, avec de rares palais engoncés dans un labyrinthe de ruelles tortueuses, semées de places soudaines ; d’autre part la paisible régularité d’un immense quartier quadrillé de longues et larges rues rectilignes, animées de fontaines, bordées d’édifices tour à tour majestueux et dépouillés, qui font écran à de profonds jardins de silence. C’est précisément l’histoire de cet immense quartier et de son cours à carrosses qui font l’objet de cet ouvrage, de cette écriture sur la ville et sur sa vie.

2Habiter noblement : cette ambition, initiée par l’archevêque Michel Mazarin à partir de 1645, a conféré à Aix-en-Provence une identité toute particulière, forte de la solennité du Grand Siècle. La ville s’en est trouvée transformée et dans sa Description de la France, publiée en 1718, l’historiographe royal Piganiol de La Force écrivit « en un mot, c’est une des Villes de tout le Royaume qui imite le mieux Paris, tant pour la grandeur de ses édifices, que pour la politesse de ses habitants ». Cet idéal de « l’honnête homme », mesuré à l’aune des lieux qu’il habite, fut dès lors la marque du quartier Mazarin, « justement célébré par plusieurs géographes & voyageurs » et considéré, tout au long du xviiie siècle, comme « le plus beau de la ville ; les rues y sont tirées au cordeau, & les maisons belles & bien bâties ». Et Louis Alexandre Expilly de renchérir, en 1762, dans son Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, en décrivant le grand cours et en évoquant ses rues adjacentes qui « sont bordées de maisons, toutes fort belles, bâties de pierres de taille, ornées de sculpture & de balcons, & habitées la plupart par des personnes de qualité, qui préfèrent avec raison aux autres quartiers de la ville, la proximité de cette promenade ».

3Mais quelle fut la réalité de cette belle ordonnance, architecturale et sociale, si évidente, si présente, qui a tant marqué les commentateurs ? Inès Castaldo, en recherchant la vérité des textes, en scrutant les édifices, a patiemment mené l’enquête. Elle nous invite à découvrir l’histoire insoupçonnée de cet ambitieux projet, qu’elle a recherchée jusque sur l’île de Malte. Une histoire des plus étonnantes qui dévoile combien, au xviie siècle déjà, fraudes et affairisme pouvaient être au centre des enjeux financiers d’un « embellissement » urbain. Grâce à de très nombreux documents, pour beaucoup inédits, les données architecturales de multiples édifices sont analysées sur le temps long, du rôle fondateur de l’architecte et sculpteur Pierre Pavillon au luxueux épanouissement du temps des Lumières.

4Cette évolution des formes, précieuse pour la compréhension de l’ensemble de la ville, est complétée par une prise en compte nouvelle de « la diversité des voisinages » dans ce quartier, qui fut loti par une minorité d’officiers et de grands bourgeois, aux côtés d’une majorité d’artisans et de commerçants, contrairement à l’image que l’on s’en fait. Ce n’est qu’au cours du xviiie siècle que la part de la noblesse augmenta, sans toutefois jamais l’emporter. En revanche, les projets architecturaux les plus ambitieux illustrèrent un désir de paraître à l’égal des plus grands et l’ensemble du quartier, mais aussi de la ville, bénéficia de cet apparat.

5Une capitale dans sa province, un « agrandissement » dans cette ville, des palais en ce quartier, des hommes en ces demeures et l’architecture, les décors, l’art pour les lier tous et faire de ce lieu, exceptionnel dans l’histoire de la France urbaine, un noble habitat : ainsi se déclinent les jalons de la construction d’une identité. Ainsi comprend-t-on pourquoi Giono pouvait résumer toute une ville en évoquant, simplement, « les seigneurs d’Aix ».

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search